Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

4e partie : Les évêques normands et la culture

L’image des évêques normands dans l’œuvre d’Orderic Vital

Pierre Bouet

Texte intégral

1Notre connaissance des évêques normands pour la période qui s’étend de 1040 à 1140 dépend, pour l’essentiel, de l’Histoire ecclésiastique d’Orderic Vital. Les historiens modernes se sont beaucoup intéressés aux informations que cet auteur nous livre pour les confronter aux données fournies par les autres sources documentaires. Mais on n’a guère cherché à apprécier les jugements de notre chroniqueur et à préciser le regard qu’il porte sur les prélats normands.

  • 1 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, éd. Auguste Le Prévost, 5 volumes, Paris, Renouard, 1838-185 (...)

2Moine d’obédience clunisienne, né en 1075, de père français et de mère anglaise, arrivé à l’âge de dix ans sur le sol normand, Orderic Vital a passé cinquante-six ans dans son monastère d’Ouche, de 1085 à 1141. L’une de ses principales tâches fut de rédiger son Historia ecclesiastica, une œuvre volumineuse qui se propose d’être à la fois une chronique locale et une histoire universelle1. Orderic a donc connu la plupart de ces évêques, dont les fortes personnalités nous étonnent encore, et c’est le regard d’un témoin privilégié, mais vivant au cœur d’un monastère, que nous présente l’Historia ecclesiastica.

La place des évêques normands dans l’Historia ecclesiastica

3Avant d’examiner le contenu des informations fournies par Orderic Vital, il faut apprécier la place qu’occupent les évêques normands dans l’ensemble de l’œuvre. Cela nous conduit à faire trois constatations superficielles.

 

41. L’Historia ecclesiastica, qui se propose de parler en priorité des affaires ecclésiastiques, consacre en fait une part peu importante à l’histoire des pontifes. Un calcul sommaire du nombre de pages réservées aux prélats normands le montre clairement, puisque, sur les 2 000 pages de l’édition Chibnall, quelque 70 pages concernent les évêques. C’est peu quand on met en parallèle les longs chapitres qu’Orderic rédige à propos des exploits guerriers des Normands ou de leurs rivalités mesquines.

Nombre de lignes consacrées aux principaux évêques

Nom

Évêché

Épiscopat

lignes

Odon de Conteville

Bayeux

1049-1097

510

Serlon d’Orgères

Sées

1091-1123

220

Guillaume Bonne-Ame

Rouen

1079-1110

119

Geoffroi le Breton

Rouen

1111-1128

100

Gilbert Maminot

Lisieux

1077-1101

93

Hugues d’Eu

Lisieux

1049-1077

78

Audin

Évreux

1113-1139

68

 

52. Même si la place réservée aux prélats normands est très modeste, nous devons reconnaître qu’Orderic a le souci de parler de tous les évêques. Sur les 37 pontifes qui ont gouverné l’Église normande de 1040 à 1140, 35 ont droit de cité dans l’Historia ecclesiastica. Les deux exclus sont l’évêque Hugues d’Avranches (1028-1060) et Algare, devenu évêque de Coutances en 1131. Il faudra essayer de trouver la raison de ces deux absences.

 

63. La troisième constatation vient nuancer la précédente. Si, en effet, Orderic a le souci de présenter tous les évêques normands, il ne leur accorde pas la même importance. Certains n’ont droit qu’à une ou deux lignes, d’autres à plusieurs pages. Certains ne sont évoqués que par le biais d’une liste de témoins ou de présence à un synode, d’autres occupent le devant de la scène à plusieurs reprises. C’est Odon de Conteville, évêque de Bayeux et demi-frère du Conquérant, qui retient le plus l’attention de l’historien, même si, le plus souvent, c’est pour le récit de ses exploits mondains. Après Odon, plusieurs évêques suscitent l’intérêt d’Orderic : en premier lieu, Serlon d’Orgères, évêque de Sées (1091-1123), puis les deux archevêques de Rouen, Guillaume Bonne-Ame (1079-1110) et Geoffroi le Breton (1111-1128), et enfin les deux évêques de Lisieux, Gilbert Maminot (1077-1101) et Hugues d’Eu (1049-1077), et l’évêque d’Évreux, Audin (1113-1139). Ainsi aucun évêque du Cotentin ne se trouve classé dans ce « hit-parade » des prélats normands.

 

7Si l’on compare la place réservée à chacun des évêchés, cette inégalité de traitement apparaît encore plus évidente. Le diocèse de Rouen, où siège le métropolitain, occupe naturellement la première place. Ensuite, c’est le diocèse de Bayeux qui arrive en second, mais le rôle important joué par Odon de Conteville masque le désintérêt évident de l’historien pour les quatre autres prélats. Les évêques des diocèses de Sées et de Lisieux sont, en revanche, mieux traités alors que le diocèse d’Évreux reste à l’écart des préoccupations d’Orderic : l’évêque Audin ne retient l’attention de l’historien que pour la lutte acharnée qu’il a livrée contre le comte Amauri de Montfort. Les deux diocèses d’Avranches et de Coutances arrivent en dernière position, comme si cette région se situait en marge du duché de Normandie.

Nombre de lignes consacrées aux évêchés

Évêchés

lignes

Rouen

950

Bayeux

534

Sées

288

Lisieux

226

Évreux

110

Coutances

75

Avranches

22

8Ces constatations préalables et ces données numériques mettent en évidence un fait primordial : les événements religieux et les prélats de la Normandie ducale n’ont pas suscité un égal intérêt chez Orderic Vital. C’est ce premier fait, à première vue surprenant, que nous devons expliquer.

*

9Ces discordances et ces inégalités de traitement trouvent leur raison d’être dans le projet historiographique d’Orderic Vital. Celui-ci a, en effet, reçu de son abbé Roger du Sap la mission de raconter l’histoire du monastère de Saint-Évroult. Mais sa tâche de chroniqueur local le conduit très vite à sortir du cadre étroit de son espace initial. Le monastère n’est nullement un monde clos. C’est d’abord un lieu d’accueil et de rassemblement, un lieu d’échanges et de culture, un lieu d’union et de communion. Clercs étrangers, prélats, seigneurs laïcs, princes, voyageurs, artistes et artisans séjournent à Saint-Évroult. Par eux c’est l’histoire du duché, du royaume et de l’Europe qui parvient aux oreilles de l’historien. Le monastère est également un centre de rayonnement. Par ses prieurés et ses filiales, par ses liens de prière et de solidarité, les moines de Saint-Évroult se trouvent en relation, non seulement avec les régions voisines, mais aussi avec les pays lointains comme l’Italie du Sud. Ainsi il ne saurait être question pour Orderic Vital de rédiger l’histoire de son monastère sans être conduit nécessairement à élargir sa perspective jusqu’à adopter celle d’une chronique universelle.

10L’histoire des bienfaiteurs et protecteurs laïcs trouve naturellement place dans l’Histoire ecclésiastique, celle de la famille des Giroie et des Grandmesnil, d’abord, qui ont restauré et doté le monastère en 1050, celle du lignage des Bellême, ensuite, dont les exactions ont été très souvent une menace pour l’abbaye. En outre, Orderic Vital sait, par expérience, que la vie et le développement de son monastère exigent le maintien de la paix publique que seul le Prince peut imposer par ses lois. Protecteurs du monastère d’Ouche, comme de toute l’Église normande, les ducs de Normandie et rois d’Angleterre ont légitimement leur place dans le projet historiographique d’Orderic Vital. En racontant les luttes et les exploits de tous ces seigneurs laïcs, le chroniqueur transforme sa chronique locale en une histoire du peuple normand dans l’Occident chrétien.

11Mais le monastère de Saint-Évroult n’est pas uniquement lié à l’histoire politique du monde normand, il dépend, de façon encore plus essentielle, de l’histoire de l’Église. Orderic a pleinement conscience que la restauration de son monastère d’Ouche s’insère dans le vaste mouvement de réforme religieuse qui se développe au XIe siècle, notamment à l’initiative de Cluny et de la papauté. En s’efforçant d’amender les mœurs et de soustraire l’Église à l’ingérence des pouvoirs laïcs, la papauté et les réformateurs transforment les règles et les conditions de vie monastique. Aussi les faits majeurs de l’histoire de l’Église trouvent-ils, eux aussi, naturellement place dans l’Histoire ecclésiastique.

  • 2 Orderic Vital, 2, p. 42.
  • 3 Ibid., 3, p. 20.

12L’historien nous présente donc l’histoire du monastère de Saint-Évroult en mettant en évidence les multiples liens qui le rattachent à l’histoire du monde. La matière de l’Historia ecclesiastica s’organise donc en plusieurs cercles autour de ce centre qu’est l’abbaye d’Ouche. Le monastère est d’abord inscrit dans une région qui vit en symbiose avec lui. Autour de celle-ci se trouve la circonscription administrative (comté ou diocèse), puis viennent les ensembles politiques ou religieux qui les incluent : le duché, le royaume anglo-normand, la Francia et l’Europe chrétienne avec Rome, le siège de la papauté. Mais ce n’est pas seulement la géographie politique ou religieuse qui préside à la constitution de ces cercles. Il arrive qu’un lien plus subtil et plus étroit rattache certains faits au monastère d’Ouche ou à la personne même de l’historien. Ainsi Orderic Vital évoque le don d’un psautier enluminé effectué par la reine d’Angleterre, Emma, à son frère l’archevêque de Rouen, Robert, fils du duc Richard Ier. Cette information anecdotique n’est justifiée que par le fait que ce psautier fut donné à Saint-Évroult par le petit-fils de l’archevêque2. De même, lorsqu’il représente l’étonnante personnalité de l’évêque de Lisieux, Gilbert Maminot, en énumérant les défauts du prélat, Orderic s’interrompt pour déclarer : « Je pourrais en écrire davantage, mais j’arrête là ma plume, car c’est par lui que j’ai été promu au sous-diaconat… Il convient donc que je dise maintenant des choses élogieuses à son sujet3. » Le chroniqueur s’attarde sur ce prélat en raison des liens qui le rattachent personnellement à lui.

  • 4 Un exemple de ces contingences qui limitent le pouvoir d’investigation de l’historien est donné au (...)
  • 5 Cf. La Familia Herlechini (4, p. 236-250), le naufrage de la Blanche-Nef (6, p. 294-306) et les fun (...)

13Il ne faudrait pas croire, cependant, que la rédaction de l’Histoire ecclésiastique a obéi à un principe d’organisation aussi strict. Plusieurs paramètres ont joué pour limiter la rigueur d’une telle conception. La durée de rédaction de l’œuvre, une trentaine d’années, a conduit nécessairement à des changements de priorité et de perspectives. L’historien, enfermé dans son abbaye, a été, en outre, tributaire de ses sources d’informations : c’est souvent le hasard des rencontres qui explique certains développements de l’œuvre4. Le tempérament de l’écrivain s’est manifesté autant dans le choix des matériaux que dans la manière de conter. Or Orderic Vital est un historien qui aime dramatiser les événements, les mettre en scène en créant péripéties et suspense. Il se plaît dans le romanesque et il eût fait un remarquable scénariste pour un film à grand spectacle. La « Maisnie Hellequin », le naufrage de la Blanche Nef, les funérailles mouvementées de Guillaume le Conquérant en sont les exemples les plus illustres pour lesquels l’historien a cédé la place au romancier5.

  • 6 Ibid., 5, p. 4 : Antiqua nempe miracula Deus Abraham nuper iterauit… ; 5, p. 18 : Ecce sacerdotium (...)
  • 7 Ibid., 5, p. 6 : Praesta uires quibus digne tuum promam ius insigne, per quod tuos exultasti ac reb (...)

14La conception même de l’histoire conduit également Orderic à transgresser le principe d’organisation dont nous avons parlé. L’historien cherche à mettre en évidence dans le récit des faits la présence agissante de la Providence. S’inspirant des modèles bibliques, il s’attache à rechercher dans l’aventure des hommes ce qui manifeste l’histoire du Salut. C’est en définitive parce que chaque événement a une dimension spirituelle que l’histoire peut être dite « ecclésiastique ». De ce fait, Orderic résiste mal au désir de raconter des faits où se manifeste avec éclat la présence du Maître de l’Histoire. Il intègre à son œuvre les prodiges et les miracles, même s’ils n’ont pas de rapport avec son propos initial. Le neuvième livre de son Histoire ecclésiastique est entièrement consacré à la première Croisade. Non pas seulement parce que les Normands de Sicile y jouèrent un rôle actif, mais pour la raison que l’expédition vers les Lieux Saints renouvelait la marche du peuple hébreux vers la Terre Promise : « Le Dieu d’Abraham renouvelle pour nous ses antiques miracles », note Orderic dans la préface du livre IX pour justifier sa digression. « C’est lui qui guide tous les peuples d’Occident en un seul corps par la voix du pape Urbain… Voici que le Sacerdoce et l’Empire, l’ordre du clergé et l’ordre des laïcs, s’accordent pour conduire les phalanges de Dieu. L’évêque et le comte représentent Moïse et Aaron6. » Aussi sollicite-t-il le secours de Dieu pour raconter, comme il convient, l’histoire où Il a manifesté avec éclat sa Toute-Puissance7.

*

15Ces précisions sur le projet historiographique d’Orderic Vital étaient indispensables pour que nous puissions comprendre quelle place occupent les évêques normands dans l’Histoire ecclésiastique. L’historien de Saint-Évroult ne cherche donc pas à écrire l’histoire de l’Église normande. Il ne parle des évêques que dans la mesure où ceux-ci interviennent directement ou indirectement dans la vie du monastère.

16Les archevêques de Rouen et les évêques de Lisieux, en relation institutionnelle avec le monastère de Saint-Évroult, sont nécessairement impliqués dans l’œuvre d’Orderic. Ce dernier évoque avec un grand luxe de détails les interventions épiscopales dans la vie du monastère, soit pour la consécration d’un nouvel abbé, soit pour l’ordination des moines, soit pour la dédicace d’un autel ou d’une chapelle.

17Les cinq autres diocèses se situent dès lors en marge de l’Historia ecclesiastica, dans un des cercles excentrés. Les exceptions s’expliquent toujours de façon simple. Si les évêques de Sées ont peu intéressé Orderic, Serlon d’Orgères fait exception, puisque, avant d’être promu à l’épiscopat, Serlon avait, pendant deux ans, été abbé de Saint-Évroult : l’auteur de l’Historia ecclesiastica suit fidèlement l’action de ce prélat qui faisait honneur par ses mérites à son monastère d’origine. Les évêques d’Avranches et de Coutances n’ont droit qu’à de brèves mentions, à deux exceptions près. La première concerne Raoul, évêque de Coutances (1097-1109) : il bénéficie d’un traitement de faveur, parce qu’il a rapporté à Serlon les miracles qui ont eu lieu en sa présence dans la cathédrale. L’autre exception concerne Geoffroi de Montbray. Pour ce prélat, comme pour Odon de Conteville et Audin d’Évreux, l’intérêt de l’historien se porte sur le rôle éminent que ces trois personnages ont joué dans la vie politique du duché. Orderic se plaît, en effet, à relater avec précision les actions accomplies par ces hommes qui collaborent ou qui s’opposent à la mission des princes, chargés par Dieu du maintien de la pax publica. Le chroniqueur aime souvent rappeler que, sans cette paix, ne pourraient se maintenir ni la vie religieuse, ni la célébration liturgique.

18Ainsi se trouvent expliquées ces discordances et ces différences, constatées au préalable.

Les notices biographiques des évêques normands

19Nous devons examiner maintenant la nature des informations fournies par Orderic Vital sur les évêques normands. Que juge-t-il donc important de nous dire sur ces prélats du XIe siècle et du début du XIIe siècle ? Même si les notices qu’il propose sont de longueurs très inégales (de 1 à 500 lignes), le chroniqueur donne le plus souvent une abondance de renseignements que nous pouvons classer en sept rubriques :

  1. le nom et l’origine familiale et ethnique,

  2. la fonction épiscopale exercée avec les repères chronologiques,

  3. le curriculum vitae avant cette promotion,

  4. le rôle religieux et politique joué par le prélat,

  5. le portrait,

  6. la mort et les funérailles,

  7. l’épitaphe, composée par Orderic ou par un autre clerc, en l’honneur du défunt.

  • 8 Ibid., 6, p. 390.
  • 9 Ibid., 6, p. 530.

20Tel est le cadre théorique qui guide l’historien dans sa rédaction des notices. Certaines de celles-ci ne comportent que quelques mots, comme celle de Richard de Brix, évêque de Coutances (1124-1131), qui remporte ainsi la palme de la brièveté. Il n’a donc droit qu’à une brève mention dans la liste des prélats rassemblés pour le concile de Rouen en 1128 : Ricardas, Constantiensis episcopus8. Un tiers des notices n’ont guère plus de quatre ou cinq lignes, tout en offrant les informations essentielles, sur le modèle de celle de Rotrou, devenu évêque d’Évreux en 1139 : « Rotrou, fils du comte de Warwick, archidiacre de Rouen, devint évêque d’Évreux et fut consacré par l’archevêque Hugues9. » La notice est rarement présentée en une seule fois : elle est établie le plus souvent à partir d’indications éparses, le chroniqueur profitant de chaque circonstance pour évoquer la personne de l’évêque. Mais l’essentiel des informations est proposé soit au moment de l’élévation à l’épiscopat, soit au moment de la mort du prélat.

 

  • 10 Michel fut évêque d’Avranches de 1068 à 1094. Les trois étrangers furent installés sur le siège arc (...)
  • 11 John Le Patourel, The Norman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1978, p. 49-51.

211. La première rubrique relative au nom et à l’origine du prélat est généralement remplie avec soin, mais il arrive parfois que, par manque de renseignements, l’historien ne nous donne que le nom de l’évêque. Grâce à ces indications, nous avons une connaissance assez précise de l’origine sociale et ethnique des évêques de Normandie. En très grande majorité, les prélats normands sont des autochtones issus de familles nobles. Certains appartiennent au lignage ducal ou à des familles proches de ce lignage. Tels sont Robert et Mauger, archevêques de Rouen, Hugues et Jean d’Ivry, Odon de Bayeux et Richard de Gloucester. D’autres, comme Herbert, Yves de Bellême, Geoffroi de Montbray, Robert de Ryes, Turold d’Envermeu, Guillaume Fleitel, sont issus de haut ou de moyen lignage. Quatre prélats seulement sont d’origine étrangère : un italien, Michel, à Avranches ; un lorrain, un breton et un picard, tous les trois appelés sur le siège archiépiscopal de Rouen10. Il semble que la politique ducale ou royale ait consisté à installer à la tête de l’Église normande des hommes de valeur, indépendants, venus de l’étranger, alors que les six autres évêchés étaient attribués à des clercs du pays. L’examen de la situation anglaise conduit aux mêmes constatations. La liste des évêques anglais, établie par John le Patourel11 montre que, sur 67 évêques recensés entre 1066 et 1140, 45 viennent de Normandie. Mais, comme en Normandie, le roi a voulu d’abord confier l’archevêché de Cantorbéry à deux hommes d’exception, venus d’Italie : Lanfranc (1070-1089) et Anselme (1093-1109).

  • 12 Turstin était originaire de Bayeux (6, p. 530). Jean fils de Hardouin, évêque de Sées, était le nev (...)

22Par cette rubrique généalogique, Orderic Vital met aussi en évidence certains comportements sociaux, en particulier la mainmise de quelques familles sur ces postes de responsabilité. Imitant la politique de la famille ducale, certains évêques ont tendance à installer des gens de leur entourage sur les sièges épiscopaux et abbatiaux. Ainsi Turstin, archevêque d’York, était le frère d’Audin, évêque d’Évreux. Jean, évêque de Sées, était le neveu de l’évêque de Lisieux. Vauquelin, évêque de Winchester, avait un frère, du nom de Siméon, qui était abbé d’Ely, et un neveu, Gérard, qui fut promu archevêque d’York. Foucher, l’évêque éphémère de Lisieux, avait été installé par son frère, Renouf Flambard, évêque de Durham. Ce dernier s’empara, à la mort de Foucher, du siège de Lisieux, pour le compte de son jeune fils, âgé seulement de douze ans12.

  • 13 Roger, évêque de Coutances, bénit la Blanche Nef sur laquelle se trouvait son fils Guillaume, qui d (...)

23Orderic aime préciser les liens familiaux qui existent entre évêques et abbés. Non sans arrière-pensées, il aime aussi évoquer la carrière des fils et des filles d’évêques ou d’archevêques. Il semble admettre avec quelque indulgence les liaisons coupables que d’illustres évêques du XIe siècle eurent avec des concubines. Ce fut le cas pour les archevêques Robert et Mauger, pour les évêques de Bayeux Odon et Hugues d’Ivry, tous prélats issus du lignage ducal. Il paraît, en revanche, moins complaisant à l’égard de Roger, évêque de Coutances (1109-1124) dont le fils s’appelait Guillaume, et à l’égard de Roger de Salisbury qui, après avoir installé ses deux neveux sur les sièges épiscopaux de Lincoln et d’Ely, fit de son fils, Roger le Pauvre, un chancelier du roi Étienne13.

 

242. La seconde rubrique présente les données objectives concernant le lieu et la durée de l’épiscopat. Ces informations capitales pour l’établissement des listes épiscopales et de la chronologie de l’histoire religieuse laissent peu de prise au commentaire. Une remarque mérite cependant d’être faite à propos de la durée des règnes. Les évêques du XIe siècle ont gouverné leur diocèse durant de nombreuses années. Il n’est pas rare qu’en un siècle le même siège épiscopal n’ait pas connu plus de quatre titulaires. Ce fut le cas dans les diocèses d’Avranches, de Coutances, de Bayeux et d’Évreux. Il y eut au moins douze évêques sur trente-sept qui exercèrent leur fonction durant trente ans et plus.

 

253. Grâce à la troisième catégorie d’informations qui nous renseignent sur la carrière des prélats avant leur arrivée à l’épiscopat, nous connaissons l’évolution de la politique ducale à l’égard des nominations épiscopales. Au début du XIe siècle, jusque vers 1060, les sept évêchés sont entre les mains de la famille ducale ou de la grande aristocratie. Certains prélats, comme l’archevêque Robert ou l’évêque Yves de Sées, exercent en même temps des fonctions comtales ou seigneuriales. Ainsi, la réforme monastique qui fut entreprise dès le début du XIe siècle avec l’installation de moines venus de l’étranger à la tête des abbayes normandes, n’a pas eu son pendant dans l’Église séculière. Or, à partir de 1055, Guillaume le Conquérant, conseillé par Lanfranc, installe des hommes nouveaux sur les sièges épiscopaux. Orderic se réjouit qu’il fasse appel à des moines d’obédience clunisienne, qu’ils soient étrangers ou autochtones. Ainsi, Maurille, un lorrain, moine de Fécamp, remplace sur le siège archiépiscopal de Rouen, Mauger, l’oncle du duc. Après Maurille, d’autres archevêques de Rouen seront des religieux, comme Guillaume Bonne-Ame, moine du Bec et abbé de Saint-Étienne de Caen, Hugues d’Amiens, moine de Cluny et abbé de Reading. A Sées, c’est un abbé de Saint-Évroult qui devient évêque en 1091 : Serlon d’Orgères.

  • 14 Pour Geoffroi le Breton, voir 6, 172 et pour Gilbert fils Osbern, voir 2, p. 254.
  • 15 Orderic mentionne très souvent les évêques qui furent chapelains du roi : Baudouin (2, p. 254) et A (...)
  • 16 John Le Patourel, op. cit., p. 40-51.

26Mais Orderic insiste sur le fait que cette politique va se trouver très vite en concurrence avec deux autres voies d’accès à l’épiscopat. Nombreux vont être, d’une part, les évêques issus du clergé séculier, après avoir été, soit chanoines, soit archidiacres d’une cathédrale. L’appartenance à l’entourage d’un évêque constitue ainsi une garantie sûre pour parvenir à l’épiscopat. L’archevêque de Rouen, Guillaume le Breton, avait été archidiacre de la cathédrale du Mans. L’évêque d’Évreux, Gilbert fils Osbern, avait été, lui, archidiacre de la cathédrale de Lisieux14. Mais plus efficace encore pour l’accès à l’épiscopat est le fait d’être chapelain du roi ou bien clerc de la cour royale. Les rois d’Angleterre ont concédé de nombreux évêchés à leurs fidèles serviteurs. Déjà, en 1066, comme le note précisément Orderic, Guillaume Fleitel avait été remplacé sur le siège d’Évreux par Baudouin, capellanus regis. Par la suite, le nombre des évêques venant de la chapelle royale ne cesse de croître : Audin à Évreux, Gilbert Maminot et Jean à Lisieux sont des chapelains du roi15. En Angleterre, plus de la moitié des évêques sont des hommes de la cour royale. Certains évêchés comme ceux de Winchester, de Worcester et de York n’ont été tenus que par des clercs venus de l’entourage immédiat du roi16. Orderic Vital aime préciser cet état de choses, pour le déplorer avec vigueur.

 

274. A ces indications, nécessairement brèves, concernant le nom, l’origine et le curriculum vitae du prélat, s’ajoutent pour les personnalités les plus marquantes des développements importants, qui présentent l’action de l’évêque et son rôle aussi bien dans l’Église que dans les affaires séculières. Mais, en rappelant les multiples activités des évêques, le chroniqueur s’attache à établir une hiérarchie de leurs diverses tâches.

  • 17 Les conciles de la province font souvent l’objet de longues notices : Lillebonne en 1080 (3, p. 24- (...)
  • 18 Ibid., 6, p. 388.

28Orderic Vital parle en premier lieu des synodes réunis à l’initiative de l’archevêque de Rouen et auxquels assistent non seulement les évêques de la province, mais aussi les abbés des principaux monastères normands et le duc accompagné de ses grands barons. Pour l’historien, ces conciles constituent les temps forts de la vie de l’Église, où les pouvoirs religieux et laïcs collaborent pour le salut du peuple de Dieu. Les conciles sont souvent présentés avec leur cérémonial et le détail des décisions adoptées : Lillebonne en 1080, Rouen en 1074, 1091, 1096, 1108, 1118, 1119 et 1128, Lisieux en 1107 et 1119. Il arrive qu’Orderic Vital constitue la seule source pour la connaissance de canons synodaux, comme c’est le cas pour le synode de 1128. Les décrets qui sont promulgués ont pour objet d’assurer la paix publique et de réformer la vie de l’Église17. L’une des questions régulièrement débattues concerne le célibat des clercs : lors du concile de 1128, la première décision adoptée n’est que le rappel de celle qui avait été prise dès le concile de Rouen en 1072, « imposant aux prêtres de ne pas avoir de femme » (ut nullus presbyter uxorem habeat)18.

29Pour le reste l’activité des évêques se borne souvent à l’exercice des fonctions officielles qu’Orderic évoque de façon rapide : dédicaces d’églises, consécration des nouveaux évêques ou abbés, participation à des cérémonies importantes, comme les funérailles d’un roi ou le mariage d’une princesse. Orderic n’est guère plus prolixe en ce qui concerne l’action des évêques en vue de construire, de restaurer, d’embellir leurs cathédrales, auxquelles certains ont consacré une bonne partie de leur temps et de leur fortune.

  • 19 Ibid., 6, p. 228.
  • 20 Orderic le qualifie de consulpalatinus et de secundus rex, qui a autorité sur tous les comtes et to (...)

30Quand il s’agit des exploits mondains de certains prélats engagés dans les affaires politiques, l’historien retrouve toute sa faconde. Il nous raconte longuement le siège tragique de la ville d’Évreux, au cours duquel l’évêque Audin prit la décision d’incendier sa propre cathédrale pour réduire les rebelles. Ce thème de l’évêque qui met le feu à sa cathédrale et en même temps à sa ville, est un thème dramatique qui l’inspire davantage que le récit de la dédicace de cette même cathédrale19. Mais, c’est Odon, le prélat mondain par excellence, qui a, d’une certaine façon, fasciné l’historien. Orderic raconte dans le détail ses campagnes militaires, ses rébellions contre son frère ou son neveu, ses menées subversives pour devenir pape, son départ en croisade avec Robert Courteheuse. La plus grande partie des révélations faites à propos d’Odon concerne les activités politiques de celui qu’Orderic appelle le « consul palatin » ou le « vice-roi »20. Tous ces développements nous permettent de comprendre comment concrètement les affaires temporelles et les affaires spirituelles se trouvaient intimement mêlées.

 

  • 21 Les portraits s’établissent à partir d’indications éparses, mais souvent Orderic aime rassembler en (...)
  • 22 Pour Gilbert fils Osbern, voir 5, p. 22 et pour Serlon d’Orgères, voir 6, p. 338.

315. Après avoir raconté les entreprises plus ou moins glorieuses des évêques, l’historien s’attache à brosser un portrait circonstancié de chacun d’eux : dix-huit notices sur trente-cinq présentent ainsi un portrait, souvent effectué selon les règles traditionnelles. Mais cet emprunt à la tradition classique ne saurait être considéré comme un ornement littéraire, car Orderic Vital est persuadé que c’est dans le caractère des hommes que se trouve l’un des ressorts les plus puissants de la causalité historique. Les portraits sont donc construits selon une structure typique. Dans une première partie sont énumérées les qualités du prélat, par le biais d’une formule du genre erat ou fuit. Apparaissent d’abord les qualités de cœur : « il était bon, bienveillant, magnanime, juste, généreux. » Ensuite sont évoquées les aptitudes intellectuelles : « il était versé dans la connaissance approfondie des lettres » ou « il était d’une grande habileté dans les arts libéraux ». Il arrive parfois que l’énumération de ces qualités se termine par une mention des vertus chrétiennes dont fit preuve le prélat21. Aucune allusion n’est faite aux qualités physiques des évêques, à deux exceptions près. Nous savons par Orderic que l’évêque d’Évreux, Gilbert fils Osbern, était de grande taille puisqu’il fut surnommé à cause de cela « La Grue ». Le second exemple est plus intéressant, car plus circonstancié. Il concerne Serlon, évêque de Sées, qui avait été auparavant abbé de Saint-Évroult. Orderic est donc en mesure de nous décrire le personnage : « il était de taille moyenne, séduisant dans ses manières. Dans son adolescence, il avait été roux, mais très vite sa chevelure était devenue blanche comme neige22. »

32La seconde partie du portrait explicite en action les qualités qui viennent d’être énumérées. Le chroniqueur passe en revue les grandes tâches auxquelles se sont consacrés les prélats normands. Il ramène les fonctions épiscopales à obligations majeures :

  • la défense du clergé,

  • l’incitation à une vie plus morale, en rappelant notamment l’exigence du célibat,

  • le développement du culte liturgique,

  • la formation des clercs, parfois en les envoyant dans des centres de vie intellectuelle dignes de ce nom,

  • la construction ou l’embellissement de la cathédrale,

  • la protection des moines.

  • 23 Ibid., 4, p. 116.

33Parfois le portrait laudatif se termine par l’évocation de quelques faiblesses coupables. Orderic insiste principalement sur trois défauts qu’il juge trop courants : l’attrait des plaisirs charnels, l’amour des richesses, le goût pour les grandeurs de ce monde. L’énumération des qualités d’Odon de Bayeux s’achève par ces mots : « En certaines choses l’esprit le conduisait, en certaines autres la chair commandait à l’esprit23. » Mais, à propos des plaisirs charnels, Orderic ne manie pas toujours la litote avec une telle indulgence.

  • 24 Ibid., 2, p. 254 : Septem annis regulanter rexit.

34Pour les évêques qui n’ont droit qu’à quelques lignes, le portrait et le bilan des actions entreprises sont concentrés en une formule lapidaire, du genre de celle-ci : « Il dirigea son diocèse pendant sept ans selon les règles24. »

 

  • 25 Ibid., 6, p. 170 : c’est l’évocation de la mort de l’archevêque de Rouen, Guillaume Bonne-Ame ; 4, (...)

356. Les notices se terminent par la mention de la mort et des funérailles du prélat. Souvent cette mention est brève : « Guillaume mourut âgé le cinquième jour des Ides de février (1110) » ou « Après avoir reçu les saints sacrements, Gérard mourut dans les bras de ses disciples le dixième jour des Calendes de février (1091) : son corps fut inhumé dans l’église de Saint-Gervais25 ».

36Il est d’ailleurs surprenant de constater qu’Orderic raconte les derniers instants de deux prélats seulement, alors qu’il aime habituellement évoquer ces moments ultimes où se manifeste de façon tangible et signifiante le jugement de Dieu.

  • 26 Ibid., 6, p. 340.

37La mort de Serlon d’Orgères, évêque de Sées, ancien abbé de Saint-Évroult, apparaît exemplaire au regard du chroniqueur, qui raconte avec une grande précision la fin de cet illustre prélat. Sentant la mort venir, Serlon convoque tous ses clercs pour leur faire ses dernières recommandations. Puis, en leur compagnie, il se rend à la cathédrale pour choisir le lieu de sa sépulture que des maçons creusent sur-le-champ sous sa direction. Le lendemain, un vendredi, incapable de célébrer la messe, il accompagne ses clercs au réfectoire. Resté seul après le repas, « il mourut comme s’il s’était endormi » (quasi obdormisset defunctus est)26. Ainsi, pour Serlon, la mort est devenue passage imperceptible et serein d’une vie dans l’autre.

  • 27 Ibid., 3, p. 14-16.

38Plus poétique et plus émouvante encore est la mort d’Hugues d’Eu, évêque de Lisieux. Frappé par une maladie subite alors qu’il était en visite à Pont-l’Évêque, Hugues désire mourir près de son église-cathédrale, qu’il a « achevée, ornée, enrichie et dédicacée ». On le transporte sur un brancard. Mais une nouvelle crise oblige le groupe à s’arrêter en pleine campagne, « à l’heure où le soleil brille d’une lumière éclatante ». Le vénérable prélat se couche dans l’herbe tandis que « le soleil l’enveloppe de ses rayons épars ». C’est là qu’il se recommande à Dieu et expire le seizième jour des calendes d’août 107727.

 

  • 28 En plus des 47 poèmes de deux vers qui célèbrent les 47 archevêques de Rouen (3, p. 50-88), Orderic (...)

397. Orderic Vital n’a pas jugé bon de composer des épitaphes pour les prélats normands. Sur les trente épitaphes que contient l’Historia ecclesiastica, composées ou non par lui, dix-sept concernent des princes laïcs, huit sont adressées à des abbés. Quatre seulement célèbrent des évêques : elles sont toutes les quatre rédigées par un autre clerc. L’une est une épitaphe de sept vers que l’on grava en lettres d’or sur une plaque de cuivre en l’honneur de l’évêque Hugues de Lisieux. Les trois autres font l’éloge de trois archevêques de Rouen : la première, composée par un chanoine de Rouen, du nom de Richard fils Herluin, célèbre Maurille : la seconde fut gravée sur le monument de Jean d’Ivry, la troisième loue l’action de Guillaume Bonne-Ame28. Ces quatre prélats font partie de ceux que le chroniqueur estime avoir été des hommes remarquables pour le bien de l’Église : il ne manque que Serlon d’Orgères pour lequel Orderic avait une admiration toute particulière.

Orderic juge les prélats normands

40Orderic Vital ne se contente pas de relater les faits avec précision, pour le plus grand profit des historiens modernes. Il se propose également, ainsi qu’il le déclare lui-même, « de méditer sur les vicissitudes de ce monde » en appréciant les hommes et leurs entreprises. Même quand il est séduit par la personnalité originale d’un prélat et par les événements dramatiques qui ont marqué sa carrière, l’historien estime de son devoir de porter un jugement sur la manière dont a été conduite la politique épiscopale.

  • 29 laudabiliter (Guillaume Bonne-Ame, 6, p. 170 ; Michel d’Avranches, 2, p. 200) ; utiliter (Gilbert f (...)

41Ce jugement s’exprime d’abord de manière globale lorsqu’Orderic fait le bilan de la gestion épiscopale : un adverbe caractérise très souvent l’expression conclusive « il gouverna, il dirigea l’évêché » (episcopatum rexit/gessit). Il distingue ainsi la gestion « digne d’éloges » (laudabiliter) de Guillaume Bonne-Ame et de Michel d’Avranches, l’action « bénéfique » (utiliter) de Geoffroi le Breton et de Gilbert fils Osbern, le gouvernement efficace (potenter) des évêques comme Gilbert Maminot, et la manière autoritaire (fortiter) de Jean d’Ivry, archevêque de Rouen. Ce dernier avait, en effet, entrepris de faire appliquer à la lettre les décrets du synode de Rouen en 1072, concernant le célibat des clercs : lapidé par les prêtres et leurs concubines, le prélat ne dut son salut qu’à la fuite. Orderic distingue cette direction autoritaire du gouvernement plein d’empressement (strenue) dont fit preuve pendant trente-deux ans Serlon d’Orgères et du ministère accompli selon le droit canon (canonice) par Anselme de Cantorbéry29.

  • 30 Ibid., 4, p. 250 :… scripsi ut in bonis consolidentur iusti et a malis resipiscant peruersi.
  • 31 Ibid., 4, p. 118 : multa laudabilia permiscebat illicitis actibus (Odon) ; 3, 20 ; sicut quaedam de (...)
  • 32 Pour Robert, voir 3, p. 84 ; pour Mauger, voir 3, p. 86 ; pour Odon, 2, p. 264 ; pour Geoffroi de M (...)
  • 33 Ibid., 3, p. 20 :… otio et quieti affatim studebat ludisque alearum et tessarum plerumque indulgeba (...)
  • 34 Ibid., 3, p. 84 : et a carnalibus illaecibris non ut pontificem decuisset abstinuit.

42Convaincu qu’une des missions de l’historien est « de conforter les bons dans la pratique de la vertu et de détourner les méchants du mal »30, Orderic s’attache à porter un jugement moral sur les actions des prélats et sur leur conduite. Il proclame ce qui est digne d’éloges et que l’on peut imiter (laudabilia et imitabilia) et dénonce ce qui est condamnable (reprehensibilia)31. En dehors de Foucher, évêque de Lisieux, frère de Renouf Flambard, jugé indigne de la fonction épiscopale, aucun évêque ne tombe sous le coup d’une appréciation totalement négative. La très grande majorité des prélats sont des hommes qui méritent le respect (uenerabilis, uenerandus), même si parfois Orderic évoque, avec une grande simplicité, leurs petites faiblesses. Il dénonce ainsi certains défauts, notamment l’amour des richesses et du pouvoir chez les archevêques Robert et Mauger comme chez les évêques Odon de Conteville et Geoffroi de Montbray. A ces mêmes prélats il reproche de s’engager trop activement dans les affaires séculières, voire militaires32. Il critique vertement la nonchalance et l’indolence de l’évêque astronome Gilbert Maminot. Il conçoit mal que cet évêque se passionne pour la chasse et les jeux au point d’en oublier les offices religieux33. Bien que l’une des tâches premières de l’évêque du XIe siècle soit de ramener le clergé à une vie de chasteté, Orderic constate, sans trop s’indigner, les manquements de certains d’entre eux à cette vertu. « L’évêque ne put s’abstenir, comme il eût convenu à un pontife, des délices de la chair », déclare-t-il avant d’évoquer la carrière des enfants de l’archevêque Robert34.

*

43A partir de tous ces jugements moraux, éloges et blâmes, il nous est possible de dessiner le portrait de l’évêque idéal, selon le moine de Saint-Évroult. A ce titre, l’Historia ecclesiastica ne constitue pas seulement un miroir des princes, elle se présente également comme un miroir des évêques. De même que la prospérité d’un royaume dépend nécessairement des qualités du prince, de même ce sont les vertus de l’évêque qui conditionnent le développement de l’Église et les progrès du Royaume de Dieu.

  • 35 Ibid., 4, p. 170-172 : Hic de obscura satis et paupere parentela prodiit et multum ultra natales su (...)

44L’évêque qui a pour mission de gouverner le peuple de Dieu doit, de préférence, appartenir à un lignage aristocratique. Il y a dans l’ordre religieux comme dans l’ordre laïc des lignages prédestinés à occuper des fonctions de direction. Orderic Vital ne trouve jamais inconvenant que des membres de la famille ducale s’approprient les sièges épiscopaux, à condition qu’ils respectent les règles canoniques et qu’ils se consacrent au bien de l’Église. Le contre-exemple est illustré par Renouf Flambard, l’évêque de Durham. Il est jugé indigne de l’épiscopat, parce qu’il est né de parents pauvres et obscurs. Renouf était, en effet, le fils d’un modeste curé de campagne du Bessin (plebeius presbyter) et avait été élevé dans de vils emplois de la cour : « Il s’éleva, ajoute l’historien, trop au-dessus de ses origines pour le malheur de beaucoup de personnes35. » On comprend, dès lors, que les liens généalogiques, soigneusement indiqués par Orderic, constituent déjà un jugement implicite de l’historien.

  • 36 Ibid., 4, p. 118.
  • 37 Ibid., 3, p. 20.
  • 38 Ibid., 5, p. 322.

45L’évêque doit avoir reçu, en outre, une solide formation intellectuelle et religieuse. Gouverner les hommes est un art difficile qui exige une grande compétence. Orderic loue Odon d’avoir veillé avec soin à la formation intellectuelle de ses clercs en les envoyant dans des centres, comme Liège, où les études philosophiques étaient en honneur. Il cite même les noms de ces clercs qui connurent par la suite une promotion remarquable due à l’excellence de leur formation intellectuelle : Thomas deviendra archevêque d’York, son frère Samson occupera le siège épiscopal de Worcester, Guillaume de Rots et Turstin seront promus au rang abbatial, le premier à Fécamp, le second à Glastonbury36. Gilbert Maminot qui fut un savant dans les sept arts libéraux et qui s’illustra surtout dans le quadriuium, c’est-à-dire dans la médecine, l’astronomie, la physique et les mathématiques, assura lui-même la formation de ses clercs37. Dans les dix-huit portraits circonstanciés que nous offre Orderic, cinq prélats s’imposent comme de véritables intellectuels : l’archevêque Geoffroi le Breton, les évêques de Lisieux, Gilbert Maminot et Jean, Audin d’Évreux et Michel d’Avranches. Le contre-exemple est, cette fois, fourni par un frère de Renouf Flambard, Foucher, que l’historien qualifie de « presque illettré » (paene illitteratus)38. Cette connaissance des lettres profanes permet l’accès aux sciences sacrées, indispensables pour l’exercice même de la fonction. Cela ne semble pas toujours aller de soi dans l’épiscopat normand du XIe siècle. Un tel zèle pour la science sacrée est rarement reconnu aux évêques, à l’exception de personnages illustres comme Serlon, Jean de Lisieux, Michel d’Avranches, Maurille ou Guillaume Bonne-Ame.

  • 39 Ibid., 2, p. 272 : Dum meipsum salubriter moderari nequeo, qualiter aliorum uitam ad salutis uiam d (...)
  • 40 Ibid., 2, p. 300 :… humilis est et reuera bonus homo.

46L’évêque doit ensuite briller par l’éclat de ses vertus personnelles. Orderic accorde une importance essentielle à ces vertus privées qui font de l’évêque un père accueillant. Les portraits des évêques commencent toujours par l’énumération de leurs qualités de cœur : bonté, bienveillance, douceur, clémence, maîtrise de soi. Guimont, moine de La Croix Saint-Leufroy, convoqué par Guillaume le Conquérant qui voulait lui confier la charge d’un évêché en Angleterre, refusa cette promotion en déclarant qu’il se sentait indigne d’une telle mission au regard de ses infirmités : « Impuissant à me gouverner moi-même, comment pourrai-je conduire la vie d’autrui dans la voie du salut39 ? » Pour les mêmes raisons, Samson de Bayeux refusa l’évêché du Mans en proposant à sa place le breton Hoël qui, « en raison de sa douceur et de sa bonté », était digne de l’épiscopat40. A l’inverse, Orderic reproche à l’archevêque Geoffroi le Breton d’être trop sévère dans ses réprimandes et trop austère dans sa tenue et son allure. Il dénonce de même l’arrogance et l’orgueil de certains prélats, qui oublient, comme Odon ou Jean d’Ivry, qu’ils doivent être des « serviteurs » et non des maîtres.

  • 41 Ibid., 4, p. 44 : Qui plus querit quam licet, minus erit quam est.
  • 42 Ibid., 3, p. 20, cf. note 33.
  • 43 Ibid., 6, p. 442.

47Ces vertus privées constituent le fondement des qualités qu’exige la fonction épiscopale. Ces qualités, nombreuses, se manifestent dans l’action. Une expression peut les résumer toutes, c’est l’amour de l’Église. C’est cet amour qui conduit l’évêque à protéger et à former ses clercs, à rendre la justice avec équité, à honorer les moines, à embellir et enrichir les églises, à assister les pauvres et à assurer le culte liturgique. Orderic constate que l’évêque manque souvent à ces missions parce qu’il se laisse distraire de son devoir. Aussi dénonce-t-il principalement trois comportements fautifs. Certains évêques, engagés dans les affaires du siècle, sont amenés à négliger leur église par amour des richesses et par ambition politique : Odon et Geoffroi de Montbray illustrent bien cette tentation du pouvoir. Orderic rappelle à propos d’Odon cette parole de Fulgence : « Celui qui prétend être plus qu’il ne doit deviendra moindre qu’il n’est41. » D’autres évêques se laissent gagner par le goût des études profanes et par l’oisiveté. C’est Gilbert Maminot qui incarne le mieux cette déviation. Il aimait tellement consacrer son temps aux études, aux jeux du hasard et à la chasse, qu’il en oubliait régulièrement l’heure des offices et ses devoirs épiscopaux42. C’est à la même négligence que conduit le comportement d’Hugues d’Amiens, archevêque de Rouen : sollicité par le pape Innocent II, l’archevêque a passé de longues années à s’occuper des affaires apostoliques, pour le plus grand malheur de l’Église de Rouen43. Pour plus recommandable qu’il soit, ce troisième comportement conduit aux mêmes effets néfastes que les deux premiers.

48Orderic Vital a clairement conscience que la mission épiscopale exige la perfection dans toutes les vertus. Aussi se montre-t-il indulgent dans le blâme. Il suggère cependant que la meilleure école pour former le futur évêque est celle du cloître. L’exemple de Maurille, de Lanfranc, d’Anselme et de Serlon d’Orgères, pour s’en tenir aux figures les plus illustres, montre que les moines promus à l’épiscopat sont mieux à même de gouverner l’Église. En effet, habitué à « la libre pauvreté du Christ », le futur évêque apprend à mépriser les richesses mondaines, à faire fi de la vaine gloire et à s’abstenir des jouissances charnelles. Orderic admet que des chanoines, des archidiacres, des chapelains royaux puissent accéder à l’épiscopat, mais encore faut-il que ces hommes aient les dispositions requises.

  • 44 Ibid., 6, p. 318-320.

49Il estime cependant que les sièges archiépiscopaux de Rouen et de Cantorbéry doivent être confiés uniquement à des hommes formés dans le cloître. Aussi se montra-t-il véhément quand, en 1123, Guillaume de Corbeil, un séculier, fut élu archevêque de Cantorbéry. Il s’indigna de voir l’antique coutume méprisée : « Tous ces archevêques (de Cantorbéry) à l’exception de Stigand avaient été des moines et même les clercs se réjouissaient alors qu’on leur préférât des moines… Aujourd’hui la coutume et les lois sont changées et les clercs mettent en avant des clercs, pour abattre et écraser les moines44. »

*

50Il serait cependant erroné de croire qu’Orderic juge les prélats d’après ce modèle abstrait et d’après les critères ainsi définis. Il aime trop la diversité des choses et l’intensité dramatique des situations pour ne pas savoir admirer ces fortes personnalités, même quand elles s’égarent. Il ne peut d’ailleurs résister au désir de les mettre en scène, au cœur d’intrigues savamment construites. Il aime susciter chez ses lecteurs des chocs émotionnels par le recours aux exempla qui jouent à la fois sur le probare et le mouere. Orderic, soucieux du pittoresque et du romanesque, a su dégager aisément plusieurs types d’évêques dans le monde épiscopal du XIe siècle.

  • 45 Ibid., 6, p. 64-66.

51Il faut mettre en première place le type de l’évêque rigoriste, redresseur des mœurs décadentes. Ce type est illustré par Serlon d’Orgères, évêque de Sées, qui bénéficie d’un réel traitement de faveur pour avoir voulu réformer les mœurs du peuple de Dieu selon l’idéal monastique et pour avoir été abbé de Saint-Évroult. Orderic le met en scène dans un épisode surprenant, lors de la fête de Pâques de l’année 1105. Dans l’église de Carentan, Serlon accueille le roi d’Angleterre, Henri Ier Beauclerc, qui vient de débarquer avec sa cour sur le sol normand. Le prélat improvise un discours pour convaincre le roi de prendre le pouvoir en Normandie à la place de son frère Robert Courteheuse, un prince incapable et débauché. Puis, passant à un autre sujet, il prononce une violente diatribe contre la mode des cheveux longs, adoptée par toute la jeunesse et toute l’aristocratie anglo-normandes. Il effectue une démonstration qui tire profit de tous les arguments. Il rappelle que l’homme ne doit pas par sa chevelure se voiler la face, créée à l’image de Dieu. Il ne doit pas se rabaisser au rang de la femme, car, si les hommes se font les imitateurs des femmes, la mollesse les conduira au crime. Au terme de son homélie, le prélat s’approche du roi et, sortant de sa manche une paire de ciseaux, entreprend de couper la barbe et les cheveux du roi. Les autres clercs font de même à l’égard de tous les barons, qui n’osent se rebeller et transforment ainsi l’église de Carentan en salon de coiffure45. Dans l’esprit d’Orderic cet épisode illustre le combat courageux que doivent mener les prélats contre les nouveautés et les modes qui mettent en péril la tradition.

52A côté de cet évêque conservateur prend place l’évêque savant et quelque peu distrait, incarné par Gilbert Maminot. Ce prélat était un homme instruit dans tous les arts libéraux. En raison de ses connaissances médicales, il était devenu le médecin personnel du roi Guillaume. Mais cet homme, qui délaissait déjà les offices pour les jeux de dés et pour la chasse, avait aussi une passion : l’astronomie. Orderic nous le montre passant ses nuits à scruter les étoiles et à mettre par écrit ses observations. Aussi l’évêque n’eut-il aucun mal à comprendre la signification du prodige céleste aperçu dans la nuit du 4 avril 1095 : Gilbert put expliquer que cette pluie d’étoiles annonçait la transmigratio populorum, la migration des peuples, c’est-à-dire la première croisade, que le pape Urbain allait bientôt prêcher.

  • 46 Ibid., 6, p. 290-294.

53Le troisième type d’évêque est représenté par l’archevêque de Rouen, Geoffroi le Breton, un prélat plein d’arrogance qui profite de son pouvoir pour dominer les autres : Orderic le définit comme « un homme obstiné, irascible, agressif et bavard ». C’est lui qui provoqua une vraie bataille dans la cathédrale de Rouen, en 1119, pour avoir voulu imposer le célibat par des procédés brutaux aux prêtres réunis en synode. Les serviteurs de l’archevêque, auxquels se joignirent bientôt les cuisiniers et les boulangers voisins, entrèrent dans la cathédrale avec armes et bâtons pour ramener à la raison les prêtres qui contestaient les exigences de l’évêque à propos du célibat. La nouvelle de ce coup de force provoqua bientôt une émeute à laquelle participèrent les concubines des prêtres. Il fallut que l’archevêque se cache dans sa chambre pour que le calme revînt. Geoffroi dut purifier sa cathédrale où le sang des prêtres avait coulé46.

  • 47 Ibid., 3, p. 18.

54Une telle arrogance se manifeste aussi chez d’autres prélats. C’est le cas avec Odon lorsqu’il intrigua pour devenir pape. Quant à Jean d’Ivry, archevêque de Rouen, il fut durement châtié pour son orgueil lorsqu’il refusa d’inhumer en 1077 l’évêque de Lisieux, Hugues d’Eu. Orderic le met en scène au moment où il revient vers son palais sur sa mule par les rues de Rouen. Furieux d’être contraint par le roi Guillaume à procéder à cette inhumation, il crie haut et fort sa colère durant le voyage. Soudain, une violente douleur le jette à terre. On ramène le prélat à son palais, où il vit encore deux ans sans avoir pu recouvrer la parole47. Le chroniqueur aime particulièrement ces épisodes où le « châtiment de Dieu » se manifeste avec éclat et en rapport avec la faute.

  • 48 Ibid., 4, p. 278 : la phrase concerne Geoffroi de Montbray, mais elle reprend bon nombre de jugemen (...)
  • 49 Ibid., 2, p. 264 : Principatum super omnes comites et regni optimates habuit.
  • 50 Ibid., 2, p. 266 et 4, p. 42 : Guillaume reproche publiquement à son frère d’avoir dépouillé les ég (...)

55Odon de Conteville et Geoffroi de Montbray incarnent de façon exemplaire le type de l’évêque mondain, qui aime les richesses, la gloire et les fastes du siècle. Ils n’hésitent pas à revêtir la cotte de mailles pour conduire des contingents de chevaliers, à la manière de l’archevêque Turpin dans la Chanson de Roland. Orderic rappelle à leur sujet qu’ils savaient mieux former les chevaliers en armes au combat que les clercs en habit au chant liturgique48. Ces prélats exercèrent, en outre, des fonctions politiques. Odon, comte de Kent, exerça même, en l’absence de son frère, l’autorité royale sur tous les grands du royaume49. Mais l’évêque de Bayeux fut incapable de se tenir à l’écart des pièges du pouvoir. Il se laissa aller à la tyrannie et se constitua même un vaste patrimoine en dépouillant les monastères50. Le chroniqueur n’oublie cependant jamais de mettre en évidence les diverses facettes de ces fortes personnalités. Tantôt ils apparaissent en évêques soucieux de leur église, qu’ils reconstruisent et ornent de toutes sortes de richesses. Tantôt ce sont des chefs de guerre qui rétablissent l’ordre par le glaive au nom du roi.

  • 51 Ibid., 4, p. 148 : Odon ut igniuomus draco incite son neveu Robert Courteheuse à la révolte contre (...)

56Si Geoffroi de Montbray passe aux yeux d’Orderic pour avoir été un homme plein de mesure dans ses fonctions d’évêque et de seigneur laïc, Odon apparaît parfois comme un prince rebelle qui a contesté l’autorité légitime et même comme un « prélat criminel », notamment pour avoir dépouillé les églises ou pour avoir béni l’union criminelle du roi de France avec sa nouvelle maîtresse, Bertrade de Montfort51.

  • 52 Ibid., 5, p. 310-312.
  • 53 Ibid., 5, p. 320-322.
  • 54 Ibid., 3, p. 88.

57Pour être complet, il faut évoquer deux autres types de prélats : celui du saint évêque et celui de l’évêque indigne. Renouf Flambard et son frère Foucher illustrent à merveille ce dernier type. Fils d’un modeste prêtre de campagne et d’une sorcière « qui avait commerce charnel avec le diable », Renouf met son intelligence au service de son orgueil et d’une ambition démesurée52. Évêque de Durham, il s’entremet pour réserver le siège épiscopal de Lisieux à son jeune frère, Foucher, qui était, en outre, « presque illettré »53. A ce type d’évêques s’oppose celui des saints prélats dont Orderic regrette l’excessive rareté. Aux côtés de Lanfranc et d’Anselme, il cite l’archevêque de Rouen, Maurille, qui « brilla autant par ses vertus remarquables que par ses œuvres de bienfaisance »54.

*

58Mais, même si Orderic manifeste une réelle pertinence dans l’appréciation des hommes, il semble moins bien comprendre les mutations historiques et les transformations importantes qui étaient en cours dans la société de son temps. Il approuve les réformes entreprises par la papauté, sans toujours bien percevoir les implications politiques et institutionnelles que celles-ci engendraient. Ce manque de lucidité est particulièrement net à propos des nominations épiscopales. Il est persuadé que le prince, duc ou roi, est le protecteur naturel de l’Église et que, de ce fait, il peut intervenir dans la vie de l’Église, soit en convoquant les synodes, soit en choisissant les évêques. Il devine les dangers que cette situation de fait peut créer. Il dénonce même la promotion des chapelains royaux qui s’engagent bien plus au service du roi qu’à celui de l’Église. Mais il est convaincu que la solution à ce problème réside, non pas dans une réforme institutionnelle, mais dans une réforme morale des personnes : il estime qu’il suffit de rappeler au prince ses obligations à l’égard de l’Église et de l’inciter aux bons choix comme, en son temps, Lanfranc le fit avec Guillaume le Conquérant. Jamais il n’envisage la séparation des pouvoirs que les papes réformateurs tentaient, depuis 1050, d’imposer, en libérant l’Église de la tutelle des laïcs.

  • 55 Ibid., 4, p. 134 : Tunc maximos questus quos cum facinore optinuit iusto Dei iudicio cum ingenti de (...)

59Orderic n’a pas non plus perçu l’ambiguïté des fonctions ecclésiastiques et laïques. Jamais ce chroniqueur ne reproche à Geoffroi de Montbray ou à Odon de Bayeux d’avoir exercé des responsabilités temporelles. Lorsqu’Odon fut chassé d’Angleterre après sa révolte contre Guillaume le Roux en 1088, « il perdit, par un juste jugement de Dieu, les biens qu’il avait acquis injustement »55. Orderic estime, en effet, que posséder des richesses et occuper des fonctions civiles et militaires n’est nullement incompatible avec la fonction épiscopale. En revanche, il se montre sourcilleux sur la manière d’acquérir ces biens et sur la façon d’exercer l’autorité.

***

60Deux conclusions s’imposent.

 

611. La place que les évêques de Normandie occupent dans l’œuvre d’Orderic Vital est, nous l’avons dit, fort modeste. Elle l’est encore plus si l’on rappelle qu’une part importante des données fournies dans les notices est consacrée à la carrière politique et aux exploits mondains des prélats.

62Nous devons reconnaître cependant que les informations fournies par Orderic sont de qualité exceptionnelle et qu’elles constituent les fondements d’une histoire de l’Église normande.

63Nous regrettons évidemment qu’il ait laissé de côté ou traité de façon allusive certains domaines de l’action épiscopale. Il nous dit peu de choses sur la construction des églises et des cathédrales, alors que ces ambitieux projets architecturaux constituaient l’un des soucis majeurs des évêques.

64Nous regrettons également qu’il n’ait jamais évoqué l’organisation administrative des diocèses ni la constitution des chapitres cathédraux. Or le rôle des évêques normands du XIe siècle fut capital en ce domaine également.

  • 56 Ibid., 1, p. 130 : De miraculis uero prodigiisque Sanctorum, quia nimia nunc in terris est penuria (...)

65Il serait vain, toutefois, de reprocher à Orderic de n’avoir pas eu nos centres d’intérêt et de ne pas avoir adopté notre regard critique. Il faut rappeler à ce propos que l’historien n’a jamais eu l’ambition de rédiger une histoire de l’épiscopat normand. Il se présente comme un témoin qui médite sur les vicissitudes de ce monde : « Je présente, écrit-il dans sa préface, les événements que j’ai vus de mon temps et ceux qui sont parvenus à ma connaissance56. » Par modestie, il laisse à un successeur plus doué que lui le soin de composer une œuvre historique digne de ce nom.

66Mais de ces témoignages se dégage une image complexe et juste à la fois des évêques normands, une image qui reflète fidèlement l’originalité de chaque prélat, sans que l’auteur cherche à imposer une image d’ensemble.

 

  • 57 Ibid., 3, p. 214.

672. Orderic regrette, lui aussi, de parler trop peu des évêques normands. Il eût aimé, nous dit-il dans sa préface du livre VI, raconter les miracles et les prodiges des prélats, comme les historiens antiques l’ont fait pour Martin, Martial et Taurin : « Aujourd’hui les écrivains n’ont pas besoin de se fatiguer pour raconter les miracles et les prodiges des saints, tant ils sont devenus rares sur cette terre. » Il en donne aussitôt les raisons : « Les successeurs des évêques d’autrefois, qui occupent le faîte du pouvoir, s’imposent par le luxe et les richesses du siècle auxquels ils aspirent avec avidité. Ils ne peuvent briller du même éclat par les mérites de leur sainteté et par la puissance de leurs vertus et de leurs miracles57. »

68Ainsi c’est bien malgré lui qu’Orderic nous raconte les destinées incertaines des évêques normands. Il eût aimé être, non pas historien, mais hagiographe de ces prélats. Faute d’avoir été des saints, les évêques normands du XIe siècle ont condamné Orderic à n’être que leur historien et lui ont fait manquer sa vocation d’hagiographe.

Notes

1 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, éd. Auguste Le Prévost, 5 volumes, Paris, Renouard, 1838-1855 ; éd. Marjorie Chibnall, 6 volumes, Oxford, Clarendon Press, 1969-1980. Les notes de ces deux éditions sont très précieuses pour établir la chronologie des prélats normands. Les références à Orderic Vital sont celles de l’édition Chibnall.

2 Orderic Vital, 2, p. 42.

3 Ibid., 3, p. 20.

4 Un exemple de ces contingences qui limitent le pouvoir d’investigation de l’historien est donné au début du livre VI. Orderic Vital profita de la visite d’un moine de Winchester, nommé Antoine, pour connaître la Vita de saint Guillaume que ce moine possédait sur un manuscrit. Mais le froid de la nuit empêcha Orderic de le recopier intégralement : il se contenta d’en faire un résumé sur ses tablettes et rendit dès l’aube le manuscrit au voyageur qui devait repartir. Cf. Orderic Vital, 3, p. 218.

5 Cf. La Familia Herlechini (4, p. 236-250), le naufrage de la Blanche-Nef (6, p. 294-306) et les funérailles de Guillaume le Conquérant (4, p. 102-108).

6 Ibid., 5, p. 4 : Antiqua nempe miracula Deus Abraham nuper iterauit… ; 5, p. 18 : Ecce sacerdotium et regnum, clericalis ordo et laicalis, ad conducendum phalanges Dei concordant. Episcopus et comes Moysen et Aaron nobis reimaginantur…

7 Ibid., 5, p. 6 : Praesta uires quibus digne tuum promam ius insigne, per quod tuos exultasti ac rebelles conculcasti…

8 Ibid., 6, p. 390.

9 Ibid., 6, p. 530.

10 Michel fut évêque d’Avranches de 1068 à 1094. Les trois étrangers furent installés sur le siège archiépiscopal de Rouen : Maurille, un lorrain, de 1055 à 1067 ; Geoffroi, un breton, de 1111 à 1128 ; Hugues d’Amiens, un picard, de 1129 à 1165.

11 John Le Patourel, The Norman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1978, p. 49-51.

12 Turstin était originaire de Bayeux (6, p. 530). Jean fils de Hardouin, évêque de Sées, était le neveu de Jean, évêque de Lisieux (3, p. 162). Vauquelin, évêque de Winchester, avait un neveu Gérard, archevêque d’York et un frère, Siméon, abbé d’Ely (5, p. 202-204). Renouf Flambard, évêque de Durham, essaya de mettre la main sur l’évêché de Lisieux en 1102-1103, mais ce fut un échec (5, p. 320-322).

13 Roger, évêque de Coutances, bénit la Blanche Nef sur laquelle se trouvait son fils Guillaume, qui disparut dans le naufrage de ce navire avec le fils du roi Henri Ier Beauclerc (6, p. 300). Roger, évêque de Salisbury, abandonna le parti du roi Etienne qui avait son fils comme chancelier (6, p. 530).

14 Pour Geoffroi le Breton, voir 6, 172 et pour Gilbert fils Osbern, voir 2, p. 254.

15 Orderic mentionne très souvent les évêques qui furent chapelains du roi : Baudouin (2, p. 254) et Audin d’Évreux (6, p. 174), Gilbert Maminot (3, p. 18) et Jean de Lisieux qui fut à la fois archidiacre de Sées et chapelain du roi (6, p. 142-144).

16 John Le Patourel, op. cit., p. 40-51.

17 Les conciles de la province font souvent l’objet de longues notices : Lillebonne en 1080 (3, p. 24-36), Rouen en 1062 (2, p. 90-92), en 1072 (2, p. 284-292), en 1091 (4, p. 252), en 1096 (5, p. 18-24), en 1108 (4, p. 264-266), en 1118 (6, p. 202-204), en 1119 (6, p. 290-294) et en 1128 (6, p. 388-390), Lisieux en 1107 (6, p. 92-94) et en 1119 (6, p. 224).

18 Ibid., 6, p. 388.

19 Ibid., 6, p. 228.

20 Orderic le qualifie de consulpalatinus et de secundus rex, qui a autorité sur tous les comtes et tous les Grands du royaume d’Angleterre (2, p. 264).

21 Les portraits s’établissent à partir d’indications éparses, mais souvent Orderic aime rassembler en un portrait synthétique les diverses qualités du prélat. Voici les passages les plus pertinents : Odon de Bayeux (4, p. 114-120), Geoffroi de Montbray (4, p. 278), Jean d’Ivry (2, p. 200 et 3, p. 22), Michel d’Avranches (2, p. 200), Hugues de Lisieux (2, p. 76 et 3, p. 18), Gilbert Maminot (3, p. 18-20), Jean de Lisieux (6, p. 142-144), Yves de Bellême (2, p. 46-48 et 140), Serlon d’Orgères (6, p. 338), Jean de Sées (6, p. 340), Gilbert fils Osbern (5, p. 22 et 6, p. 172-174), Audin (6, p. 174 et 530), Robert, archevêque de Rouen (3, p. 84), Mauger (3, p. 86), Maurille (2, p. 198 et 3, p. 88-90), Guillaume Bonne-Âme (3, p. 22-24), Geoffroi le Breton (6, p. 172 et 292).

22 Pour Gilbert fils Osbern, voir 5, p. 22 et pour Serlon d’Orgères, voir 6, p. 338.

23 Ibid., 4, p. 116.

24 Ibid., 2, p. 254 : Septem annis regulanter rexit.

25 Ibid., 6, p. 170 : c’est l’évocation de la mort de l’archevêque de Rouen, Guillaume Bonne-Ame ; 4, p. 236 : c’est l’évocation de la mort de Gérard, évêque de Sées.

26 Ibid., 6, p. 340.

27 Ibid., 3, p. 14-16.

28 En plus des 47 poèmes de deux vers qui célèbrent les 47 archevêques de Rouen (3, p. 50-88), Orderic a inséré dans son œuvre trente épitaphes. Dix-sept célèbrent les mérites de laïques, dont Guillaume le Conquérant, Rollon, Guillaume Longue-Épée, Mathilde, Sibylle (l’épouse de Robert Courteheuse), Hugues de Grandmesnil, Guillaume Cliton. Huit font l’éloge de grands abbés : Ainard de Saint-Pierre-sur-Dives, Anfroi de Préaux, Durand de Troarn, Thierry et Guérin de Saint-Évroult, Nicolas de Saint-Ouen de Rouen, Guillaume de Fécamp et Gontier de Thorney. Fulbert, doyen de la cathédrale de Rouen, a eu le privilège d’être célébré par une épitaphe. Les quatre épitaphes rédigées en l’honneur des évêques sont dédiées à Hugues de Lisieux (3, p. 18), à Jean d’Ivry (3, p. 22), à Guillaume Bonne-Ame (6, p. 172) et à Maurille (2, p. 198).

29 laudabiliter (Guillaume Bonne-Ame, 6, p. 170 ; Michel d’Avranches, 2, p. 200) ; utiliter (Gilbert fils Osbern, 2, p. 254 ; Geoffroi le Breton, 6, p. 172) ; potenter (Gilbert Maminot, 3, p. 20) ; fortiter (Jean d’Ivry, 2, p. 200) ; strenue (Serlon, 4, p. 252) ; canonice (6, p. 168).

30 Ibid., 4, p. 250 :… scripsi ut in bonis consolidentur iusti et a malis resipiscant peruersi.

31 Ibid., 4, p. 118 : multa laudabilia permiscebat illicitis actibus (Odon) ; 3, 20 ; sicut quaedam de illo protuli reprehensibilia, sic decet ut laudabilia promam et imitabilia (Gilbert Maminot).

32 Pour Robert, voir 3, p. 84 ; pour Mauger, voir 3, p. 86 ; pour Odon, 2, p. 264 ; pour Geoffroi de Montbray, 4, p. 278.

33 Ibid., 3, p. 20 :… otio et quieti affatim studebat ludisque alearum et tessarum plerumque indulgebat. In cultu ecclesiastico erat piger et negligens, sed ad uenatum auiumque capturam promptus et nimis feruens.

34 Ibid., 3, p. 84 : et a carnalibus illaecibris non ut pontificem decuisset abstinuit.

35 Ibid., 4, p. 170-172 : Hic de obscura satis et paupere parentela prodiit et multum ultra natales suos ad multorum detrimentum sullimatus intumuit.

36 Ibid., 4, p. 118.

37 Ibid., 3, p. 20.

38 Ibid., 5, p. 322.

39 Ibid., 2, p. 272 : Dum meipsum salubriter moderari nequeo, qualiter aliorum uitam ad salutis uiam dirigere ualeo ?

40 Ibid., 2, p. 300 :… humilis est et reuera bonus homo.

41 Ibid., 4, p. 44 : Qui plus querit quam licet, minus erit quam est.

42 Ibid., 3, p. 20, cf. note 33.

43 Ibid., 6, p. 442.

44 Ibid., 6, p. 318-320.

45 Ibid., 6, p. 64-66.

46 Ibid., 6, p. 290-294.

47 Ibid., 3, p. 18.

48 Ibid., 4, p. 278 : la phrase concerne Geoffroi de Montbray, mais elle reprend bon nombre de jugements similaires concernant Odon (cf. 2, p. 264 : sed plus mundanis inhaerebat actionibus quam spiritualis theoriae charismatibus).

49 Ibid., 2, p. 264 : Principatum super omnes comites et regni optimates habuit.

50 Ibid., 2, p. 266 et 4, p. 42 : Guillaume reproche publiquement à son frère d’avoir dépouillé les églises.

51 Ibid., 4, p. 148 : Odon ut igniuomus draco incite son neveu Robert Courteheuse à la révolte contre le roi. Il célèbre l’union illégitime entre le roi Philippe Ier et Bertrade d’Anjou (exsecrabilem consecrationem) « qu’aucun évêque de France n’a voulu consacrer » (4, 260).

52 Ibid., 5, p. 310-312.

53 Ibid., 5, p. 320-322.

54 Ibid., 3, p. 88.

55 Ibid., 4, p. 134 : Tunc maximos questus quos cum facinore optinuit iusto Dei iudicio cum ingenti dedecore perdidit.

56 Ibid., 1, p. 130 : De miraculis uero prodigiisque Sanctorum, quia nimia nunc in terris est penuria eorum, modo scriptoribus in referendo non est insudandum… Successores eorum qui potestatis apicem obtinent et Rabbi uocantur atque super cathedram Moysi residi, saecularibus pompis et diuitiis (quibus plerique nimium inhiant) multipliciter pollent, sed merito sanctitatis potentiaque uirtutum et prodigiorum non aeque renitent.

57 Ibid., 3, p. 214.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540