Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

4e partie : Les évêques normands et la culture

Les évêques de la province de Rouen et la vie intellectuelle au XIe siècle

Monique Dosdat

Texte intégral

1Entre 990 et 1100, la province ecclésiastique de Rouen a eu cinq archevêques et trente-deux évêques. Parmi eux, une quinzaine environ ont joué, d’une façon ou d’une autre, un rôle dans la vie intellectuelle du temps. Afin de mieux cerner cet aspect de leur action et de leur influence, nous allons tenter d’établir si ces évêques étaient lettrés ou non, s’ils ont rédigé des ouvrages, s’ils ont favorisé la formation des clercs de leur diocèse et s’ils ont cherché à développer l’enseignement.

  • 1 Cf. supra, p. 19 sq. : P. Bouet et M. Dosdat, Les évêques normands de 990 à 1150. En ce qui concern (...)
  • 2 L’entreprise lancée vers 1980 par O. Engels et S. Weinfurter sous le nom de Series episcoporum Eccl (...)
  • 3 A ce titre, les treize livres de l’Historia ecclesiastica d’Orderic Vital, moine de Saint-Évroult, (...)
  • 4 Il s’agit de l’œuvre anonyme De statu Constantiensis ecclesiae, appelée parfois Gesta Gaufridi, pub (...)
  • 5 P. Bouet, « Les sources historiographiques de la Normandie romane, XIe-XIIe siècles », Les siècles (...)

2L’une des principales difficultés dans une telle enquête réside dans la rareté des sources. Car si l’on met à part quelques personnages de premier plan comme Mauger, archevêque de Rouen, Odon de Conteville, évêque de Bayeux, et Geoffroi de Montbray, évêque de Coutances, ce que l’on peut savoir des prélats normands du XIe siècle est souvent peu de chose. La chronologie elle-même est incertaine, pendant le premier tiers du siècle surtout, et quelquefois après1. Une enquête générale et approfondie qui viserait à établir, autant que possible, le lieu d’origine de chacun des évêques normands des XIe et XIIe siècles, son niveau social, sa parenté, sa formation, son rôle pastoral et politique, ses œuvres, ses disciples, etc., serait de la plus grande utilité2. La période d’avant 1050 pose de réels problèmes. Quand un évêque n’a pas eu la bonne fortune de sortir de la famille ducale, ou s’il n’apparaît pas dans les écrits d’un moine-chroniqueur comme bienfaiteur de l’abbaye3, bien souvent ce qu’on sait de lui se résume au relevé de sa souscription au bas des chartes qui nous sont parvenues. Seul de tous les prélats normands de ce temps, Geoffroi de Montbray a eu les honneurs d’une biographie4. Pour les autres, on trouve parfois quelques informations dans les œuvres littéraires ou hagiographiques consacrées aux ducs de Normandie, ou aux prestigieuses figures de l’abbaye du Bec : Herluin, Lanfranc, Anselme. Rouen et ses archevêques ont eu droit à des Annales et à des Acta archiepiscoporum. Pour Évreux, on peut utiliser la « Chronique de Saint-Taurin ». Et, bien entendu, Orderic Vital et Robert de Torigni sont des historiens auxquels il faut toujours revenir5.

  • 6 Voir en particulier le tome VII de l’Histoire littéraire de la France, Paris, 1733-1763, rééditée a (...)
  • 7 Cf. M. de Boüard, dans Histoire de la Normandie, Toulouse, Privat, 1970, p. 183 : « Si le duché de (...)

3A partir de ces sources qui sont, soit purement informatives (les diplômes), soit à considérer avec prudence parce que forcément partiales (les biographies, les Annales, les Gesta et les chroniques), les historiens des XVIIIe et XIXe siècles ont, avec une belle unanimité, crédité les évêques normands du XIe siècle d’une culture surprenante et d’une admirable activité dans le domaine intellectuel. Ils auraient encouragé de toutes leurs forces le développement des sciences et des arts, créé des écoles et des académies, favorisé les lettrés, financé les étudiants, donné eux-mêmes l’exemple en étant de brillants auteurs6… Les historiens du XXe siècle ont, en général, fait preuve de beaucoup plus de circonspection7, mais ces légendes ont la vie dure.

  • 8 Ce que dit Jacques Boussard des évêques de Neustrie (région limitée pour lui aux sièges épiscopaux (...)

4Il est bien difficile de déterminer dans quel ordre il convient de parler des prélats qui ont, de façon avérée, favorisé ou illustré la vie intellectuelle en Normandie au XIe siècle. Celui qui a été retenu est tout à fait subjectif et ne vise en aucune façon à établir entre eux une manière de classement. Mais il fallait tenir compte à la fois de la situation des diocèses dans la province de Rouen, de l’évolution de la fonction d’évêque au cours du siècle, surtout après 1066, et de l’existence de personnalités particulièrement marquantes8. C’est pourquoi il sera d’abord question des évêchés de Bayeux et de Coutances ; Odon de Conteville et Geoffroi de Montbray sont certes connus surtout pour leurs vertus militaires, mais leur rôle dans la vie intellectuelle ne doit pas être sous-estimé. Dans les évêchés de Lisieux, d’Évreux et de Sées, d’intéressantes figures permettent de déceler la tendance qui allait, au tournant du siècle, aboutir à la quasi-disparition des seigneurs-évêques, et à leur remplacement par des prélats plus soucieux de la vie spirituelle. A l’autre bout de la province, l’évêché d’Avranches a-t-il bien été, comme on l’a dit, un ardent foyer de culture ? Enfin, Rouen, la métropole, capitale à la fois civile et religieuse de la Normandie, a naturellement tenu une place éminente dans le domaine de la vie intellectuelle. Les archevêques en ont-ils pour autant été des acteurs majeurs ? Voilà autant de points à examiner.

  • 9 É. Lesne, Histoire de la propriété ecclésiastique en France, V, Les écoles de la fin du VIIIe siècl (...)
  • 10 L. Musset, « Un millénaire oublié : la remise en place de la hiérarchie épiscopale en Normandie ver (...)
  • 11 David Spear a étudié de façon approfondie le chapitre de Rouen, pour la période comprise entre 911 (...)

5Un chapitre cathédral comporte, en principe, un scholasticus (« écolâtre ») ou, à tout le moins, un cantor (« chantre »). C’est au chantre qu’il revient de veiller à ce que les jeunes clercs reçoivent au moins une formation élémentaire qui les rende aptes à tenir leur place au chœur. L’écolâtre est responsable de l’école épiscopale, où l’on dispense un enseignement de haut niveau, comprenant un premier cycle, le triuium, (grammaire, rhétorique et dialectique) et un second cycle, le quadriuium, (arithmétique, musique, géométrie et astronomie). L’ensemble de ces connaissances constitue les sept arts libéraux. Au XIe siècle, sur le territoire franc, le système d’enseignement instauré par Charlemagne avait connu des fortunes diverses. Il n’y avait pas, ou plus, d’écoles presbytérales ; les seules structures existantes étaient les écoles claustrales, dans les abbayes, et les écoles épiscopales, auprès des chapitres9. Dans la Normandie ducale, en raison des bouleversements considérables causés par les invasions, puis l’installation des Vikings, ce n’est que lentement qu’abbayes et évêchés se relevèrent. En ce qui concerne les seconds, il est vrai que Rollon, respectant ses engagements, rétablit le siège archiépiscopal de Rouen qui s’était replié en Soissonnais et rappela l’archevêque peu après 91210. Cependant la hiérarchie épiscopale de la province ne fut pas réellement reconstituée avant la fin du siècle. Ce n’est que vers 985, pour autant que l’on puisse se fier aux informations que l’on possède, que le siège de Lisieux eut de nouveau un titulaire. En 986, ce fut le tour de Bayeux et de Sées, en 988, celui d’Évreux. En 989, en même temps que Robert, comte d’Évreux, était nommé à l’archevêché de Rouen, Hugues devenait évêque de Coutances ; il est vrai qu’il résida à Rouen et qu’il fallut attendre 1025 pour que cette cité épiscopale ait à nouveau son évêque dans ses murs. En 990, enfin, avec Norgot, fut pourvu l’évêché d’Avranches. Tous les évêques, excepté Hugues de Coutances, semblent avoir, à partir de ce moment, fait de leur ville épiscopale leur résidence principale. Toutefois la nomination d’un évêque ne signifiait pas pour autant la réapparition immédiate d’une administration épiscopale et, en particulier, la reconstitution d’un chapitre avec toutes ses dignités11. Dans les diocèses normands tout était à rebâtir, à commencer par les cathédrales. Les évêques devaient faire face à des tâches de première nécessité, et il faut attendre la seconde moitié du XIe siècle pour voir certains d’entre eux se préoccuper de la vie intellectuelle. Ils resteront d’ailleurs minoritaires.

Les boursiers d’Odon de Conteville à Bayeux

  • 12 V. Bourienne, Odon de Conteville, évêque de Bayeux. Son rôle au début de la première croisade, Évre (...)
  • 13 On trouvera celle-ci en annexe, avec des notes.
  • 14 Orderic Vital, 4, p. 114-119.
  • 15 D. C. Douglas, « Les évêques de Normandie (1035-1066) », Annales de Normandie, 8, 1958, p. 91.

6Odon de Conteville, demi-frère de Guillaume le Conquérant, fut évêque de Bayeux de 1049 à 1097. Personnage à la vie mouvementée et diversement apprécié12, il n’en fut pas moins tenu par ses contemporains pour un très grand et très bon prélat, en raison de la considération qu’il porta au monde ecclésiastique en général et de sa générosité envers les clercs de son propre diocèse en particulier. Son épitaphe13 lui fait dire : Memento mei, clerus quem semper amaui (« souviens-toi de moi, clergé que j’ai toujours aimé »). Et c’est dans son huitième livre qu’Orderic Vital évoque ce que nous pouvons appeler les « boursiers » d’Odon, de jeunes clercs qu’il envoya à ses frais à Liège et dans d’autres villes où se trouvaient des écoles renommées14. On ignore combien ils furent à bénéficier de cette largesse. On connaît le nom de certains qui devinrent illustres : Thomas, archevêque d’York, l’auteur de l’épitaphe du Conquérant ; Samson, frère du précédent, évêque de Worcester ; Guillaume de Rots, qui quitta le monde pour se faire moine à Saint-Étienne de Caen, puis devint abbé de Fécamp ; Turstin (ou Thurstan), abbé de Glastonbury. On peut y ajouter Durand, abbé de Troarn15.

  • 16 L’« école » du Bec-Hellouin dispensait un enseignement essentiellement tourné vers les sciences sac (...)
  • 17 D’après David Spear, il existe un scholasticus à Bayeux en 1075.
  • 18 É. Lesne, op. cit., p. 109.

7Mais si cela montre bien qu’Odon de Conteville était conscient de l’utilité des études pour son clergé, c’est aussi la preuve que ni Bayeux, ni le reste de la Normandie16 n’offraient de structures où les clercs auraient pu suivre un cycle complet d’enseignement (triuium et quadriuium). A Bayeux même, c’est assez tardivement que l’évêque Odon semble avoir procédé (ou laissé procéder) à l’installation d’une charge de scholasticus17. Si le chapitre paraît bien constitué après 1066, il faut attendre le début du XIIe siècle pour trouver mention explicite d’une école épiscopale18.

8Le demi-frère du Conquérant reste le seul évêque dont on a dit qu’il avait financé les études de certains de ses clercs. La chose mérite d’être soulignée. Quel que soit le jugement qu’on peut porter sur lui par ailleurs, Odon avait compris qu’un bon niveau intellectuel était indispensable dans l’entourage d’un évêque. A-t-il été dans cette affaire plus prince du siècle que de l’Église ? A-t-il seulement souhaité une cour de la même qualité que celle du duc ou des archevêques de Rouen ? C’est possible. En tout cas, il n’avait certainement pas sous-estimé l’utilité, tant sur le plan temporel que spirituel, d’un clergé paré du prestige que donne l’instruction.

Geoffroi de Montbray, restaurateur du chapitre de Coutances

  • 19 J. Le Patourel, « Geoffroy of Montbray, bishop of Coutances, 1049-1093 », English Historical Review(...)

9Exact contemporain d’Odon de Conteville, Geoffroi de Montbray fut évêque de Coutances de 1049 à 1093. Il est assez bien connu19. Grand seigneur et grand capitaine, il fut également le restaurateur de l’évêché de Coutances, et y déploya ses talents d’organisateur. Il ne se contenta pas, comme beaucoup d’autres, de finir de bâtir la cathédrale dont son prédécesseur, Robert, avait jeté les bases, il rétablit aussi un chapitre auquel il donna les moyens de célébrer dignement les offices.

  • 20 Cf. note 4.

10Pour cela il fallait que le clergé soit instruit et qu’il dispose des livres nécessaires. D’après le Livre noir de la cathédrale de Coutances20, c’est Geoffroi de Montbray qui, ayant eu pitié de la misère dans laquelle se trouvait le clergé canonial, lui restitua offices et prébendes. Sans doute l’évêque tenait-il aussi à être entouré par une cour épiscopale présentant tout le faste souhaitable. Cette restauration fut postérieure, de peu sans doute, à la dédicace de la cathédrale qui eut lieu le 8 décembre 1056.

  • 21 Orderic Vital, 4, p. 278, dit qu’il était meilleur soldat que clerc et qu’il savait mieux se battre (...)
  • 22 Les premières mentions de chanoines à Coutances relevées par David Spear ne sont cependant pas anté (...)

11Le chapitre réorganisé par Geoffroi comptait quatorze chanoines. Cinq existaient avant sa venue. Il en fit revenir sept autres qui étaient encore à Rouen et créa deux offices nouveaux : celui de chantre et celui de sous-chantre, c’est-à-dire le minimum pour que le service liturgique soit correctement assuré. Signe que Geoffroi, s’il n’était pas lui-même expert en ce domaine21, savait y remédier. Il faut saluer aussi en lui le fondateur de l’école épiscopale, car il établit près de la cathédrale un rector scholarum, un écolâtre, comme il est dit expressément dans le Livre noir22. Il aurait aussi fait venir à grands frais des maîtres de grammaire et de dialectique. De même, il n’épargna rien pour les besoins du culte, fournissant les livres nécessaires : processionnels, homéliaires, missels « dont deux écrits en lettres d’or ». Bref, il réunit les conditions d’une reprise de la vie intellectuelle, et l’on verra qu’on ne peut exclure la liturgie de celle-ci. Il accomplit cela entre 1056 (dédicace de la cathédrale) et 1066, date à partir de laquelle ses affaires anglaises prirent de plus en plus de place dans sa vie. Malheureusement, il ne semble pas que ce qu’il avait commencé avec autant de largesse, et même de faste, ait continué après sa disparition, tout au moins en ce qui concerne l’école épiscopale de Coutances, dont on n’entend plus parler du temps de son successeur, Raoul, qui avait été le premier archidiacre du chapitre.

A Lisieux, un saint et un savant épicurien

Hugues d’Eu (1049-1077)

  • 23 Guillaume de Poitiers, Gesta Guillelmi, ducis Normannorum et regis Anglorum, éd. R. Foreville, Pari (...)
  • 24 Orderic Vital, 2, p. 18 ; 2, p. 76 ; 3, p. 14.

12Comme Odon de Conteville, Hugues d’Eu appartenait au lignage ducal. Comme lui encore, et comme Geoffroi de Montbray, il devint évêque en 1049. Mais les ressemblances s’arrêtent là. En effet, ce n’est pas un évêque-soldat, c’est avant tout un homme d’Église, et la vie spirituelle semble avoir été son principal souci. Ce que l’on sait de lui, on le tient de Guillaume de Poitiers, qui a parlé de lui dans ses Gesta Guillelmi23, et d’Orderic Vital. Le premier le lui devait bien, étant son obligé. Mais le second n’est pas inférieur dans la louange hyperbolique24. A les en croire, Hugues d’Eu aurait été un enfant prodige, ce qui est une façon de justifier sa promotion précoce au siège épiscopal de Lisieux.

  • 25 D. C. Douglas, op. cit., p. 98 ; Orderic Vital, 3, p. 20-21.

13Lui aussi fit poursuivre la construction de la cathédrale. Lui aussi se montra très généreux envers les établissements monastiques. Et lui aussi, comme Geoffroi de Montbray, reconstitua un chapitre. D’après Orderic Vital, en effet, il y aurait eu à Lisieux, du temps de l’évêque Hugues25, un doyen, un trésorier et un cantor. Cependant, il n’est pas fait mention d’un scholasticus, et si l’on a des raisons de supposer que le chantre était chargé de former les jeunes clercs à la lecture et au chant, il ne s’ensuit pas qu’il existait à Lisieux une école épiscopale.

  • 26 C’est ce qu’en pense R. Foreville dans son introduction aux Gesta Guillelmi (p. XIII).
  • 27 Pour la biographie de l’auteur, voir l’introduction de R. Foreville aux Gesta Guillelmi, p. VII-XX. (...)

14Guillaume de Poitiers y exerça-t-il, une fois devenu archidiacre, la charge d’écolâtre ? C’est peu probable26. Il n’était pas originaire de Lisieux, mais de Préaux. Il fit ses études à Poitiers entre 1045 et 1050, ce qui montre bien qu’il n’existait à cette époque en Normandie aucun centre d’études susceptible de répondre aux aspirations de ceux qui recherchaient un enseignement de haut niveau, embrassant tous les domaines de la connaissance. Il ressort de ses écrits qu’il se pique de connaître les auteurs de l’Antiquité. Son œuvre est celle d’un clerc frotté de latin classique, non celle d’un moine. Après avoir été un étudiant laïc, il entra dans les ordres, devint chapelain de Guillaume le Conquérant et le resta « longtemps ». Il l’était encore en tout cas un peu après Hastings. C’est donc vers 1067/1068 qu’il dut devenir archidiacre de Lisieux, charge qu’il occupa sous Hugues d’Eu ainsi que sous Gilbert Maminot. Peut-être lui arriva-t-il de faire profiter, de façon informelle, les jeunes clercs de sa science et de son talent littéraire27.

  • 28 Guillaume de Poitiers, op. cit., p. 140.

15Mais les lettres profanes, par contre, ne semblent guère avoir intéressé l’évêque Hugues. Celui-ci, d’après Guillaume de Poitiers, était un homme pieux et modéré. S’il tenait table ouverte à la mode du temps et selon son rang, lui-même était très sobre et faisait ses délices et sa nourriture « des veilles consacrées à l’oraison, de la célébration assidue des divins offices, de la pratique familière des auteurs sacrés et de l’amour indéfectible de toute œuvre sainte »28. L’auteur des Gesta Guillelmi n’est pas loin de lui décerner un brevet de sainteté. A la mort d’Hugues, le chapitres de Lisieux et les religieuses du monastère de Saint-Désir de Lisieux, dont il avait été le fondateur, se disputèrent son corps comme une précieuse relique. Il fut finalement inhumé à Saint-Désir, par ordre de Guillaume le Conquérant.

16En conclusion, on ne voit pas d’école épiscopale à Lisieux quand Hugues d’Eu disparaît. La culture de cet évêque semble s’être limitée à la connaissance des textes sacrés et des Pères. Cependant, il avait un chapitre nombreux, dont Guillaume de Poitiers est l’élément le plus célèbre. Ce collège bénéficiera de la protection de son successeur. Toutefois, le changement a dû être sensible. Hugues d’Eu, pour autant qu’on sache, était conciliant, bienveillant et faisait l’admiration de tous par sa modestie. S’il s’est entouré de gens instruits, lui-même ne s’est attaché qu’à l’illustration de la doctrine chrétienne et semble avoir mis ses actes en accord avec ses principes.

Gilbert Maminot (1078-1101)

17Gilbert Maminot, son successeur, fut une personnalité toute différente. Ses origines sont parfaitement obscures. Aussi, pour nous faire une idée de lui, nous sommes obligés de nous en remettre à Orderic Vital, qui visiblement ne l’appréciait guère, quoiqu’il se fût efforcé de tempérer son jugement et de balancer par une qualité chacun des défauts qu’il lui prête. Il nous dépeint un personnage brillant et même fastueux, mondain et vaniteux. Gilbert Maminot vit plus en grand seigneur qu’en évêque, et néglige ses devoirs pastoraux pour s’adonner à ses passions : la chasse et le jeu. Paresseux, autoritaire, aimant ses aises, négligent, il ne lui manque que d’être débauché pour être le type même du mauvais prélat. Orderic Vital lui consent quand même quelques bons côtés : s’il aime la richesse, il sait aussi être généreux ; il a le jugement objectif, l’abord facile, et s’il rechigne à remplir les devoirs de sa charge (ordinations, dédicaces), il s’en acquitte très bien une fois qu’il est résolu à le faire. Orderic Vital dit aussi, et c’est cela qui nous intéresse, qu’il était très bon médecin, fort versé dans les lettres et l’éloquence, ainsi qu’en arithmétique, astronomie, physique « et autres sciences profondes ». Bref, Gilbert Maminot avait étudié les sept arts libéraux, et aussi la médecine. Ce qui amène immédiatement à se demander où il avait reçu une formation aussi complète. Sur ce point, on est réduit à des suppositions.

  • 29 R. Herval, « Un moine de l’an mille : Guillaume de Volpiano, 1er abbé de Fécamp (962-1031) », L’abb (...)
  • 30 É. Lesne, op. cit., p. 449 ; Pierre Riché, Les écoles et l’enseignement dans l’Occident chrétien, d (...)
  • 31 Sur Raoul Maucouronne, voir Orderic Vital, 2, p. 28-29.

18Guillaume de Volpiano avait étudié la médecine et, alors qu’il était abbé de Saint-Bénigne de Dijon29, avait incité Jean de Ravenne à en faire autant. Par leur canal, l’étude de la médecine a été introduite à l’abbaye de Fécamp. Serait-ce là que le jeune Gilbert l’aurait apprise ? Il n’y en a aucun indice. De surcroît, ce n’est pas à Fécamp qu’il a pu devenir maître ès arts. En cherchant ailleurs, on trouve aux portes de la Normandie la ville de Chartres, dont les célèbres écoles brillaient aussi bien dans l’enseignement des arts que dans celui de la médecine, matière dans laquelle le grand Fulbert lui-même s’était illustré30. A la vérité, on ne sait pas où Gilbert a appris la médecine. Ce pourrait aussi bien être à Salerne, comme Raoul Maucouronne31.

  • 32 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, éd. J. Marx, Rouen/Paris, 1914, p. 146.
  • 33 Orderic Vital, 5, p. 8-10.

19En tout cas, Gilbert Maminot fit d’assez bonnes études pour devenir chapelain et médecin de Guillaume le Conquérant. Il occupa cette fonction, et même en qualité de premier médecin, jusqu’à la mort du duc-roi, qu’il assista dans ses derniers moments avec deux autres médecins, Gontard, abbé de Jumièges, et Jean Le Mire (Medicus) qui devint l’année suivante, en 1088, évêque de Bath32. Il n’est pas exclu que ses connaissances en astronomie aient beaucoup compté dans sa réputation de médecin : la science du temps, à l’imitation de celle des Anciens (Hippocrate ou Gaben) et pour longtemps encore, croyait fermement à l’influence des astres, non seulement sur le destin, mais aussi sur la santé des individus. Justement, l’astronomie, ou l’astrologie qui n’était pas alors une science différente, passionnait Gilbert Maminot. Il passait des nuits entières à observer les astres, et aurait de cette façon prédit la première croisade33.

  • 34 É. Lesne, op. cit., p. 112. C’est avec l’évêque Arnoul, à partir de 1140, que l’église de Lisieux d (...)

20On porte à son actif de s’être montré bienveillant envers les archidiacres et chanoines de Lisieux qui avaient été de l’entourage de son prédécesseur, Hugues d’Eu. Il aimait les réunir et entreprit de les instruire dans l’arithmétique, l’astronomie, la physique (en particulier la médecine), « et autres sciences profondes ». Moins la musique, que ces clercs devaient déjà posséder, il ne s’agit ni plus ni moins que du programme du quadriuium. On subodore que Gilbert Maminot était volontiers pédant et appréciait d’avoir un auditoire devant lequel il pouvait étaler sa science. Mais on a déjà dit, à propos de Guillaume de Poitiers, qu’on ne relève pas trace à Lisieux d’école épiscopale avant le début du XIIe siècle34.

21Gilbert Maminot est un bon représentant de l’évêque normand de la fin du XIe siècle, de type hybride : grand seigneur par son mode de vie, il a aussi reçu une instruction au-dessus de la moyenne – de la moyenne des lettrés, s’entend. Il a aimé s’entourer de lettrés justement. Pour autant, il ne s’est guère préoccupé de développer l’instruction dans son diocèse. S’il a bien traité les beaux esprits, c’est sans doute parce qu’ils le flattaient en retour. Il est dommage qu’aucun d’entre eux ne lui ait consacré une biographie. Il est vrai que ce genre était alors réservé soit aux princes, soit aux saints. Et si Gilbert Maminot a sûrement été un grand évêque selon les critères du temps, il n’était pas prince, et fut loin d’être un saint.

Sées sous l’emprise des Bellême

Yves de Bellême (c. 1035-1070)

  • 35 G. Louise, La seigneurie de Bellême (Xe-XIIe siècles), in Le Pays Bas-Normand, t. 2, 1990, p. 148-1 (...)
  • 36 Orderic Vital, 2, p. 46-48.
  • 37 Au sujet de Roger, magister scholarum de Sées, voir J.-M. Bouvris, « L’école capitulaire de Rouen a (...)
  • 38 É. Lesne, op. cit., p. 112. L’évêque Arnoul de Lisieux succéda dans ce siège à son oncle Jean en 11 (...)

22La puissante famille des Bellême35 détenait sur les marches du sud de la Normandie de vastes territoires sur lesquels l’autorité des ducs ne s’exerçait que faiblement. Ayant des possessions également dans le Maine, elle disposa aussi bien de l’évêché du Mans que de celui de Sées. Yves, fils de Guillaume Ier de Bellême, devint évêque de Sées et, dans le même temps, obtint la seigneurie de Bellême, les autres héritiers étant soit morts, soit défaillants. C’était donc un seigneur-évêque. Orderic Vital lui reconnaît, outre des qualités purement mondaines, du savoir, de l’esprit et de l’éloquence36. Mais ce témoignage est un peu suspect, car Yves de Bellême s’étant montré fort généreux et très bien disposé à l’égard de l’abbaye de Saint-Évroult, il ne pouvait manquer d’être aux yeux du chroniqueur paré de toutes les vertus. Yves fut évêque pendant trente-cinq ans. Personnage considérable, il avait très certainement une cour où se côtoyaient clercs et laïcs. On sait peu de choses de son chapitre. Vers la fin de son épiscopat, il aurait existé au sein de celui-ci un magister scholarum, Roger, qui doit avoir été le prédécesseur d’Hugues, scholasticus en 107737. L’existence de l’école épiscopale de Sées est donc avérée pour la seconde moitié du XIe siècle. Mais c’est au XIIe siècle, avec l’évêque Arnoul de Lisieux, qu’elle acquiert quelque célébrité38.

Les successeurs d’Yves de Bellême

  • 39 Orderic Vital, 2, p. 254.
  • 40 J.-M. Bouvris, op. cit., p. 98. David Spear a relevé la présence de cet écolâtre Hugues à Sées en 1 (...)

23Après le long épiscopat d’Yves de Bellême, Robert de Ryes fut évêque de Sées de 1070 à 1081 environ. Les dates de son avènement et de sa mort sont incertaines, à un ou deux ans près. On ignore s’il était clerc avant de devenir évêque. Comme il s’est montré d’une grande bienveillance envers les moines, et spécialement envers l’abbaye de Saint-Évroult, Orderic Vital en a dit beaucoup de bien39. On note la présence auprès de lui d’un chapitre au sein duquel se trouve un Hugo scholasticus, ce qui indique l’existence d’une école épiscopale à Sées à cette époque40.

  • 41 Orderic Vital, 4, p. 170.
  • 42 Le « comte Roger » n’est ni Roger II de Montgommery (cf. G. Louise, op. cit., t. 2, p. 166-167), ni (...)
  • 43 D. C. Douglas, op. cit., p. 98.
  • 44 Il y a un Orgères dans le département de l’Orne, arrondissement d’Argentan, commune de Gacé.

24Homme de bien, son successeur Gérard (1082-1091) le fut aussi, si l’on en croit le même auteur41. La Gallia Christiana dit, sans citer ses sources, qu’il était fils du « comte Roger », et frère de « Roger, archidiacre », sans plus de précision42. Dans l’état actuel des choses, la parenté de cet évêque de Sées reste à préciser. Quoi qu’il en soit, il était, avant de devenir évêque, doyen du chapitre cathédral d’Évreux43. Pacifique et pieux, il souffrit, semble-t-il, de la dureté des temps. Dans la vie intellectuelle, tout comme son prédécesseur, il n’a joué aucun rôle. Tout au plus peut-on penser qu’en tant que doyen du chapitre d’Évreux, il avait un niveau de connaissances convenable. Il fut remplacé par un abbé de Saint-Évroult, Serlon, dit d’Orgères, du lieu de sa naissance44.

Serlon d’Orgères, évêque de Sées (1091-1123)

  • 45 Orderic Vital, 4, p. 252.

25Serlon était abbé de Saint-Évroult depuis deux ans et trois mois quand il fut choisi pour le siège de Sées par Guillaume Bonne-Ame et par le duc Robert Courteheuse. Orderic Vital nous dit qu’il devint évêque à son corps défendant45. Il peut s’agir là d’une simple figure de rhétorique : il est de bon ton de commencer par se déclarer indigne avant d’accepter un pareil honneur. Mais, dans le cas présent, Serlon a certainement eu bien des raisons de regretter la paix du cloître, sa longue vie d’évêque (trente-deux ans et quatre mois) ayant été mouvementée, pénible et certainement riche en dangers comme en chagrins. Cependant ce qui nous intéresse ici, c’est qu’il fut un véritable lettré.

  • 46 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, p. 193.
  • 47 Orderic Vital, 6, p. 338 : Nullam ut reor elegantiorem Serlone seu facundiorem Normannia prolem pro (...)
  • 48 David Spear signale à Sées un chantre en 1092, un doyen en 1097, un trésorier en 1117.

26Ce que l’on sait de lui, c’est ce qu’en dit Orderic Vital, qui a peut-être un peu forcé le trait. Prenons pourtant le parti de le croire. Serlon était, dit-il elegantissimus, peritia Scripturarum et eloquentia pollentus, ce qui signifie que c’était « un esprit très distingué, qu’il connaissait bien les Écritures, et qu’il était bon orateur »46. Le compliment n’est pas mince : un homme d’Église de ce temps ne peut guère recevoir de plus beaux éloges. Le chroniqueur reprend à peu près les mêmes termes ailleurs pour célébrer Serlon : « Jamais, je crois, la Normandie n’eut fils à l’esprit plus distingué, à la parole plus facile… Il était fort savant dans les lettres tant profanes que sacrées, et il avait réponse à tout »47. Ces termes laissent supposer que Serlon avait été formé dans les sept arts libéraux et qu’il était par conséquent entraîné à l’art subtil de la dialectique. Au demeurant, nous n’avons pas d’autre témoignage et Serlon d’Orgères n’a laissé aucune œuvre nous permettant de juger de ses talents. Le chapitre semble s’être étoffé, puisqu’au scholasticus déjà présent du temps de l’évêque Gérard (1082-1091) se sont ajoutés un chantre, un doyen, un trésorier48 et peut-être d’autres dignitaires.

27Il a donc fallu attendre la dernière décennie du XIe siècle pour voir sur le siège épiscopal de Sées un lettré, qui, de plus, était d’origine monastique. Cette évolution, conforme aux principes de la réforme grégorienne, s’observe là assez tardivement.

A Évreux un grand orateur : Gilbert fils Osbern (1071-1112)

  • 49 Gallia Christiana, XI, col. 572-573.
  • 50 Histoire Littéraire de la France, t. VIII, p. 180.

28Avant de devenir évêque, Gilbert fils Osbern ou de Breteuil (1071-1112), fils d’illustre famille, reçut une formation de clerc. En effet, il fut d’abord chanoine et archidiacre de Lisieux. Deux indices amènent à penser que Gilbert de Breteuil avait des lettres. Tout d’abord, c’est lui qui prononça l’oraison funèbre de Guillaume le Conquérant en 108749, et ce n’était certainement pas un mince honneur. On sait que plusieurs prélats rédigèrent en cette circonstance une épitaphe, avec l’espoir de la voir choisie pour orner le tombeau du duc-roi50, et que ce fut Thomas d’York, l’un de ces clercs de Bayeux dont Odon de Conteville avait financé les études, qui l’emporta. On ne sait pas si, pour l’oraison funèbre, Gilbert dut également affronter la concurrence. Cette pièce oratoire est malheureusement perdue.

  • 51 V. Saxer, « Anselme et la Madeleine : l’oraison LXXIV, ses sources, son style et son influence », L (...)

29Ensuite, il est très tentant de lui attribuer la composition de l’épitaphe d’Odon de Conteville. Gilbert accompagna, en effet, ce dernier quand il partit pour la Terre Sainte, et lui rendit les derniers devoirs après sa mort à Palerme en février 1097. Mais rien ne prouve que cette pièce de vers, assez médiocre au demeurant, soit de sa main. On y relève un détail intéressant : c’est l’allusion à la pécheresse Marie-Madeleine, qui mérita son pardon par ses larmes : on y voit la trace d’un sermon d’Odon de Cluny (abbé de 926 à 942) en l’honneur de Marie-Madeleine, sermon qui était devenu fort célèbre et qui avait joué un grand rôle dans le développement du culte de cette sainte, honorée à Bayeux et peut-être à Evreux dès le début du XIe siècle51.

  • 52 D’après David Spear, le premier scholasticus n’apparaît à Evreux qu’en 1120.

30Comme Yves de Bellême, Gilbert de Breteuil fut une forte personnalité. Après quarante et un ou quarante deux ans d’épiscopat, il fut enseveli dans la cathédrale dont il avait terminé la construction. Il avait considérablement enrichi son diocèse. Il a peut-être eu quelque don de plume. Mais on ne voit point de signe qu’Évreux ait été un centre intellectuel actif ni de son temps, ni avant, ni après52.

Avranches, foyer de culture ou étape sur le chemin du savoir ?

31Le diocèse d’Avranches eut six évêques entre 990 et 1100. Un seul d’entre eux, Jean d’Ivry, dit aussi Jean d’Avranches (1060-1067), est bien connu. C’est aussi le seul évêque normand du XIe siècle à être passé à la postérité pour avoir composé un ouvrage.

A l’ombre du Mont

  • 53 Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, t. 2, Vie montoise et rayonnement intellectuel, éd. R. (...)
  • 54 Desroches, Annales religieuses de l’Avranchin, Caen, 1847, p. 28.
  • 55 Milon Crispin, Vita Lanfranci, J.-P. Migne, Patrologie Latine, CL, col. 30 : Etpertransiens Francia (...)
  • 56 Voir surtout Ch. Lebréton, op. cit., et, dans une moindre mesure A. J. Macdonald, Lanfranc, a study (...)
  • 57 M. Gibson, Lanfranc of Bec, Oxford, 1978, p. 15-16 : l’auteur pense que Lanfranc est venu à Avranch (...)
  • 58 É. Lesne, op. cit., p. 109 : « Lanfranc, avant de se faire moine au Bec, séjourna dans la cité d’Av (...)

32Avant lui, le siège d’Avranches semble comme en retrait par rapport au Mont-Saint-Michel, où la vie intellectuelle avait connu une véritable renaissance dès le commencement du siècle53. L’évêque Norgot se démit de sa charge pour s’y retirer vers 1017. Son successeur, Maugis, aurait souhaité l’imiter54, et ne serait demeuré évêque d’Avranches qu’à la demande pressante de l’abbé Hildebert. Il mourut vers 1026. Hugues lui succéda vers 1028. Le fait le plus marquant de son épiscopat est certainement le séjour que fit Lanfranc dans sa ville, comme le raconte Milon Crispin dans sa Vita Lanfranci : « Et voyageant à travers la France, avec un groupe d’étudiants de grand renom, il parvint en Normandie ; il séjourna dans la ville d’Avranches et y enseigna quelque temps ».55 A partir de ces quelques mots, on a beaucoup brodé. Cela a paru suffisant pour supposer à Avranches l’existence d’une école épiscopale déjà florissante, dans laquelle l’évêque Hugues aurait été trop heureux d’accueillir le brillant Italien56. Cette thèse a été contestée depuis, et il faut se résigner à admettre que l’on ne sait pas pourquoi Lanfranc vint à Avranches, ni ce qu’il y fit exactement57. Très certainement, il faut renoncer à voir en lui l’écolâtre d’une école épiscopale dont l’existence est fort douteuse58.

  • 59 Desroches, op. cit., p. 29.
  • 60 E.-R. Lanbande, « Rapport de synthèse sur les travaux de la section I », Les mutations socio-cultur (...)
  • 61 Orderic Vital, 2, p. 200.

33On a dit aussi que Michel, qui devint évêque d’Avranches lorsque Jean d’Ivry, son prédécesseur (1061-1067), fut appelé au siège archiépiscopal de Rouen, avait été l’un de ces étudiants de grand renom qui accompagnèrent Lanfranc dans son périple en Occident. Après avoir été le disciple de Lanfranc à Avranches, il lui aurait succédé dans son école59. Là encore on se trouve en présence d’une pure affabulation, inspirée par le fait que Michel était italien. Mais il n’était certes pas le seul en Normandie, y compris aux abords du Mont-Saint-Michel qui tenait certainement une place importante en tant qu’étape dans la « connexion lombarde »60. De l’évêque Michel, Orderic Vital dit seulement qu’il était italien et fort instruit61. Il est probable que Lanfranc, qui était en quelque manière responsable de l’élévation de Jean d’Ivry au siège de Rouen, eut à voir dans la nomination de son compatriote à Avranches, mais on ne peut guère aller plus loin dans les suppositions. Un lettré fut choisi pour succéder à un autre lettré. Le second fit seulement beaucoup moins parler de lui que le premier. L’évêque Michel mourut en janvier 1094.

34Turgis, qui lui succéda, eut un long épiscopat : trente-huit ans. De son temps, non plus, Avranches ne se signala aucunement par une intense activité dans les domaines du savoir et de l’enseignement. Il y a donc, somme toute, très peu de raisons de voir dans cette ville épiscopale l’un des pôles intellectuels de la province de Rouen au XIe siècle. Là, comme ailleurs, c’est dans les monastères que la vie de l’esprit trouvait un terrain favorable à son développement. Seul Jean d’Ivry, pendant la brève durée de son épiscopat, tenta d’arracher la cité à l’ombre du rocher de l’archange.

Jean d’Avranches, liturgiste et réformateur

35Jean d’Ivry, dit Jean d’Avranches, fut évêque d’Avranches de 1060 à 1067 et archevêque de Rouen de 1067 à 1079.

  • 62 Voir le tableau généalogique des évêques normands appartenant à la famille ducale, établi par R. Fo (...)
  • 63 C’est ce qu’a suggéré Ch. Lebréton, sans références et sans preuves, dans son article sur « l’École (...)
  • 64 Guillaume de Poitiers, op. cit., p. 136-137.

36Jean, fils de Raoul, comte d’Ivry et donc apparenté à la famille ducale62, n’a probablement jamais résidé à Avranches avant d’en avoir été nommé évêque. Rien ne prouve qu’il ait été l’élève de Lanfranc pendant le bref séjour que celui-ci fit dans cette ville et qu’il le remplaça après son départ dans la charge d’écolâtre63. Il paraît invraisemblable qu’il se soit livré à l’enseignement, réservé aux clercs, et que ce soit l’une des raisons pour lesquelles il ait été élevé au siège épiscopal. Par contre, il n’y a pas lieu de mettre en doute ce qu’ont dit de lui les historiens du temps, et en particulier Guillaume de Poitiers64 : il était laïc quand il fut nommé, et aurait souhaité le rester. De plus, il était très instruit, et son mode de vie était plutôt celui d’un clerc. Nous tirons de cela deux informations. La première, c’est que, comme Odon de Conteville, Jean fut choisi en dehors du clergé pour occuper un siège épiscopal et qu’il le dut certainement en grande partie à son appartenance à la famille ducale. La seconde, c’est que ses goûts le portaient vers l’étude (nous dirions que c’était un « intellectuel ») et que son mode de vie était quasi-monastique : entendons qu’il n’était pas porté sur la guerre, la chasse, les plaisirs de la table ni les femmes, comme il en donnera des preuves par la suite en pourchassant le clergé concubinaire. Par contre, il était et restera toute sa vie un grand seigneur, ce qu’il montrera en entourant de faste la fonction ecclésiastique. Personne ne peut dire où il a été formé, ni par qui.

  • 65 Cf. la généalogie de Jean d’Ivry établie par Véronique Gazeau dans son étude sur Hugues de Bayeux, (...)
  • 66 C’est pourtant ce que soutient M. Hermant, Histoire du diocèse de Bayeux, Caen, 1705, p. 159 : « Le (...)
  • 67 Gallia Christiana, XI, col. 515 ; R. Delamare, op. cit., p. II : « Il convint avec Ranulphe, abbé d (...)

37Jean était le demi-frère65 d’Hugues d’Ivry, qui fut évêque de Bayeux de 1015 à 1049. La mère d’Hugues s’appelait Eremberge et eut quatre enfants de Raoul d’Ivry. La mère de Jean, Aubrée, était certainement beaucoup plus jeune. Jean mourut, en effet, trente ans après Hugues. Ce dernier était décédé depuis une dizaine d’années lorsque Jean fut choisi pour remplacer Hugues d’Avranches, qui avait siégé de 1028 à 1061 ; il n’a donc pu jouer aucun rôle dans cette nomination66. Il paraît que l’heureux élu se fit tirer l’oreille pour accepter cet honneur. Peut-être n’était-ce nullement par humilité, vertu qui lui fut très visiblement étrangère, mais parce qu’il répugnait à accepter un évêché éloigné des centres de décision et éclipsé par le Mont-Saint-Michel. On le vit d’ailleurs régler très vite avec l’abbé du Mont, Ranulphe (abbé de 1057/1058 à 1084/1085), diverses questions d’attributions juridiques et établir à cette occasion la suprématie de l’évêque, concrétisée par une cérémonie annuelle qui était une reconnaissance de subordination de la part des religieux67.

  • 68 R. Delamare, op. cit., p. 4 : Canonici… a quibus… per totum anni circulum ecclesiastica officia aga (...)
  • 69 David Spear n’a pas trouvé de référence à des dignitaires cathédraux à Avranches avant 1070.

38C’est aussi à la restauration des pompes épiscopales que vise la rédaction de son traité De officiis ecclesiasticis, qu’il a, selon toute vraisemblance, composé à Avranches, et qui contient non la réalité de la liturgie telle qu’elle y était pratiquée, mais telle que l’évêque souhaitait qu’elle le fut. Ce qui fait penser cela, c’est que cette liturgie suppose un clergé nombreux, et en particulier des chanoines qui « procèdent aux offices ecclésiastiques tout au long de l’année »68. Or il n’y a pas de preuve que, du temps de l’évêque Hugues, prédécesseur de Jean, il y ait eu un tel chapitre à Avranches69.

39En ce qui concerne les rites liturgiques préconisés par Jean d’Avranches, nous empruntons à Mgr Battifol, qui a fait une large introduction à l’édition du De officiis ecclesiasticis par R. Delamare, plusieurs remarques :

  • De nombreux encensements sont prévus, ce qui ne correspond pas au rite romain : du prêtre, de l’autel, de l’évangéliaire, du clergé, des oblats, du peuple, etc.

    • 70 G. Cohen, Le théâtre en France au Moyen-Age, Paris, 1928, p. 9-12 : cet auteur dit que le drame lit (...)

    A l’occasion de diverses fêtes religieuses (Noël, Épiphanie, Pâques…) ont lieu dans l’église des sortes de « jeux dramatiques » exécutés par de jeunes clercs. Il paraît qu’il faut y voir l’ébauche des drames liturgiques70. Rien ne dit que Jean d’Avranches ait désapprouvé ces cérémonies, destinées à impressionner le peuple. Elles flattaient peut-être au contraire son goût pour l’ostentatoire.

  • D’autres actions propres à frapper l’imagination sont introduites dans la liturgie par le De officiis ecclesiasticis : processions, évocations d’événements de la vie du Christ par des gestes symboliques, comme d’enlever les nappes de l’autel le Vendredi saint au passage de l’Évangile où il est dit que les soldats se partagèrent les vêtements du Sauveur, pluie de fleurs le jour de la Pentecôte… Tout cela montre que Jean d’Avranches concevait la liturgie comme une mise en scène, grandiose de préférence.

40Il a apporté aussi beaucoup de soin à définir et décrire les vêtements liturgiques dans tous leurs détails, à régler les attitudes que chacun devait observer pendant les offices. Et sans oublier de rappeler que les tonsures devaient être fraîches et les mentons bien rasés… A chacun de ces préceptes, il a donné une justification scripturaire ou une équivalence symbolique : il s’agit d’avoir toujours à l’esprit que les prêtres, et les évêques en particulier, sont les successeurs des apôtres du Christ. Les clercs doivent être assez profondément convaincus de cette nécessité pour agir toujours comme s’ils représentaient Dieu sur terre.

41Le décorum, la solennité, la majesté de la fonction épiscopale, voilà ce qui préoccupait Jean d’Avranches. Il est bien représentatif de son temps dans la mesure où, dans une partie du clergé d’alors, le souci de la réforme des mœurs ecclésiastiques était inséparable de l’affirmation de la prééminence de la fonction sacerdotale sur toute autre fonction.

42Jean d’Avranches sollicita l’approbation de son traité par l’archevêque de Rouen, Maurille. Certes, sur le plan strictement protocolaire et institutionnel, il y était tenu. Mais, de surcroît, il existait de nombreuses affinités entre les deux hommes, sauf que Maurille semble avoir eu un caractère plus accommodant que Jean.

  • 71 Même Orderic Vital (2, p. 200), qui vante ses vertus, estime qu’il avait « un zèle excessif contre (...)

43C’est à Lanfranc, alors abbé de Saint-Etienne de Caen, que Jean, dit désormais d’Avranches, doit d’avoir remplacé Maurille sur le siège archiépiscopal en 1068. Il y demeura une dizaine d’années. A ce qu’il semble, il chercha, comme son prédécesseur, à moraliser la vie du clergé, mais ne paraît pas avoir été très heureux dans cette entreprise. Il se montra très rigoureux sur le principe du célibat des prêtres et sur la condamnation des pratiques simoniaques, mais il eut la réputation d’être aussi un homme orgueilleux, emporté, susceptible, très imbu de sa personne. Une attaque d’apoplexie l’obligea à se démettre de ses fonctions en 1078, et il mourut le 9 septembre 1079. Dans l’ensemble, il ne paraît pas avoir suscité beaucoup de sympathie71. Lanfranc lui trouva un successeur à Avranches en la personne de cet Italien, Michel, dont il a déjà été question et qui, lui non plus, n’était pas du pays.

44En résumé, Jean d’Avranches, indéniablement instruit et savant, en Écriture sainte comme en liturgie, a mis ses connaissances au service de la majesté de l’Église et de ses représentants. Mais, dévoré par la soif du pouvoir, susceptible à l’extrême sur les égards qu’il estimait lui être dus, il ne semble pas avoir joué un rôle très positif dans la vie intellectuelle de son temps. Son traité, le De officiis ecclesiasticis, est d’un grand intérêt pour l’histoire de la liturgie ainsi que, dans une moindre mesure, pour l’apparition des drames liturgiques, appelés à devenir les mystères, mais ce n’est pas une œuvre littéraire.

Rouen : de l’« école littéraire » à l’école épiscopale

  • 72 Jean-Michel Bouvris, dans son article sur « l’École capitulaire de Rouen au XIe siècle », a extrait (...)

45Avant 1055, l’archevêché de Rouen fut occupé par deux hommes qui ont fait beaucoup parler d’eux, mais pour des raisons qui n’avaient pas grand-chose à voir avec la vie de l’esprit. Il semble cependant que, dans ce domaine, on puisse porter à leur crédit quelques éléments positifs72.

Robert (989-1037)

  • 73 L. Musset, « Le satiriste Garnier de Rouen et son milieu (début du XIe siècle) », Revue du Moyen Ag (...)
  • 74 B. Leblond, L’accession des Normands de Neustrie à la culture occidentale (Xe-XIe siècles), 1966, p (...)
  • 75 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, éd. J. Lair, Caen, 1865.
  • 76 J.-M. Bouvris, op. cit., p. 91-92 : « Plutôt que d’une école implantée en tant que telle au voisina (...)
  • 77 David Spear y relève un chanoine dès 1016, un archidiacre en 1020, un doyen en 1030, un trésorier e (...)

46Avant tout prince et homme de guerre, l’archevêque Robert ne se désintéressa cependant pas totalement, semble-t-il, de la vie intellectuelle. Il ne vit pas d’inconvénient, en particulier, à ce que son neveu Richard II fasse venir en 1001, à Fécamp, Guillaume de Volpiano, inaugurant ainsi la filière italienne par laquelle passèrent un grand nombre de ceux qui ont compté dans le renouveau intellectuel et spirituel de la Normandie ducale : Jean de Ravenne, Lanfranc et Anselme, pour ne citer que les plus connus. Sur un plan plus profane, l’archevêque compta dans son entourage quelques rimeurs dont la fonction consistait apparemment avant tout à le distraire, comme le clerc Garnier qui est le seul dont quelques poèmes aient été conservés73. A en juger par l’œuvre de celui-ci, si ces « chansonniers » avaient bien reçu quelques rudiments et connaissaient les bons auteurs (Perse, Juvénal et Horace en l’occurrence), ils se faisaient un devoir de rivaliser entre eux de cuistrerie, de grossièreté et d’obscénité74 : joutes oratoires de fins de banquets… On a coutume de rattacher à cette « école littéraire », si, dans ce cas précis, le terme est bien approprié, l’œuvre de Dudon de Saint-Quentin75, historiographe des trois premiers ducs normands. Cet auteur n’appartenait pas à la cour archiépiscopale, mais fut d’abord accueilli parmi les familiers de Richard Ier, avant de devenir le chapelain de Richard II. Chez lui, la vulgarité forcenée de Garnier fait place à une flagornerie éhontée. Quant au style, on y retrouve plagiats, recherche de l’effet, hyperboles, mais dans une langue mieux maîtrisée. Bref, cette « école de Rouen » de la première moitié du XIe siècle, si elle constitue l’amorce d’une renaissance intellectuelle, est surtout révélatrice du faible niveau de culture de la classe dirigeante. En aucun cas, il ne s’agit là d’une entreprise visant à former et à instruire76. Les ducs et leurs parents étaient enclins, comme on le verra, à laisser ce soin aux abbayes. Et si l’archevêque Robert eut bien un chapitre autour de lui77, la première mention de scholasticus n’apparaît qu’en 1040, du temps de son successeur Mauger.

Mauger (1037-1055)

  • 78 Gallia Christiana, XI, col. 28 : Richardi II Normanniae ducis… filius Malgerius… antea monachus Fis (...)
  • 79 Guillaume de Poitiers, op. cit., p. 130 : Scripturarum arcana intelligentiae literalis oculo collig (...)
  • 80 Guillaume de Poitiers, Guillaume de Jumièges et Orderic Vital.
  • 81 B. Leblond, op. cit., p. 72.

47C’est à Fécamp, moine à ce qu’il paraît, que se trouvait Mauger, fils de Richard II, avant de succéder à son oncle Robert78. Cette éducation semble n’avoir guère eu d’influence sur sa vie d’archevêque. Il avait appris à lire et était habile à déchiffrer et à interpréter les Écritures79. Pour le reste, ses démêlés avec le duc Guillaume, qui le fit déposer en 1055, sont trop connus pour qu’on y insiste. Il a incarné, pour les historiens du temps80, le mauvais prélat et ils l’ont chargé de tous les crimes. Plus récemment, des voix se sont élevées pour remarquer que les désordres qui lui étaient reprochés n’étaient nullement exceptionnels à l’époque et que son tort principal avait été en fin de compte de s’opposer à Guillaume le Bâtard81.

  • 82 J.-M. Bouvris, op. cit., p. 94, date de 1029-1035 la première mention de Hugo grammaticus (David Sp (...)
  • 83 Ibid., p. 95.
  • 84 Ibid., p. 96.
  • 85 David Spear semble distinguer l’archidiacre Hugues et Hugues le grammairien. D’après lui, le second (...)
  • 86 Comme ce Thibaud le grammairien dont parle Jean-Michel Bouvris, op. cit., p. 96.

48C’est de son temps qu’apparaît82 un personnage qui semble avoir tenu une place importante, Hugues le Grammairien, archidiacre de Rouen, qui devait mourir en 1057. Les témoignages contemporains signalent ses dons d’orateur et son charisme83. Est-ce suffisant pour faire de lui l’écolâtre de l’école capitulaire de Rouen84 ? L’épithète de « grammairien » (grammaticus) a été portée par plusieurs personnages au XIe siècle ; ce titre distinguait les gens instruits et constituait une reconnaissance de leur savoir. Les grammatici, pas plus que les sophistae ou les « philosophes », n’étaient forcément des enseignants85. Si école capitulaire il y eut à Rouen du temps de Mauger, ce terme ne recouvre peut-être simplement que la réunion autour de l’archevêque de quelques chanoines lettrés86. Aucune œuvre majeure ne semble, en tout cas, en être sortie.

49Mauger déposé en 1055 fut remplacé, par la volonté de Guillaume le Conquérant, par un homme qui était son exact contraire : Maurille.

Maurille (1055-1067)

  • 87 M. de Boüard, « Notes et hypothèses sur Maurille, moine de Fécamp, et son élection au siège métropo (...)

50C’est un personnage totalement atypique que choisit Guillaume pour occuper un siège jusque-là (et depuis soixante-six ans) dévolu à un fils de duc et qui jouissait d’une grande autorité sur le reste de la province ecclésiastique, Sées mis à part. Il est vrai qu’en ce qui concerne le choix des évêques, c’est la volonté du duc qui primait. On a la chance d’être assez bien renseigné sur Maurille87. Non seulement il n’est ni fils de duc, ni de haute naissance, mais il n’est même pas normand. Tout au plus peut-on le considérer comme un normand d’adoption, en raison de ses séjours à l’abbaye de Fécamp où, par deux fois, il trouva refuge. La seconde déboucha sur sa nomination au siège archiépiscopal.

  • 88 Ibid., p. 82.
  • 89 R Riché, op. cit., p. 155 : « Les monastères italiens sont entre les mains de l’aristocratie laïque (...)

51Celui que le Bâtard a nommé est un homme mûr, qui a environ la cinquantaine. Originaire de Reims, c’est là qu’il a commencé à étudier. Puis, il a poursuivi sa formation à Liège, où, quelques années plus tard, Odon de Conteville enverra ses « boursiers ». Il y a acquis « une connaissance magistrale des arts libéraux »88. Il est ensuite devenu écolâtre à Halberstadt, en Saxe. Pour des raisons qu’on ignore, il quitta cette ville vers 1030 et entra comme moine à la Trinité de Fécamp. Les motifs qui l’ont dirigé vers ce monastère plutôt que vers un autre sont parfaitement obscurs. L’abbé en était alors Jean de Ravenne. Est-ce lui qui l’engagea à partir en Italie pour y vivre en ermite ? C’est en effet ce qu’il fit, bien qu’on ne sache pas dans quelle région il vécut, Toscane ou Ombrie. On ne sait pas non plus à quelle date le marquis Boniface de Toscane lui confia la charge d’abbé du monastère bénédictin de Sainte-Marie de Florence, peut-être vers 1045. Il y aurait tenté en vain de réformer la vie dissolue des moines89. Ceux-ci s’insurgèrent et le chassèrent : il avait même risqué sa vie dans cette affaire. Son successeur sur le siège de Rouen, Jean d’Avranches, éprouva des difficultés comparables lorsqu’il tenta d’amener son clergé à une existence plus en harmonie avec ses fonctions. Maurille revint donc à Fécamp, d’où Guillaume le fit sortir pour en faire un archevêque.

  • 90 Orderic Vital, 3, p. 88-94.

52Ce n’est pas le lieu ici de discuter des raisons qui poussèrent le Bâtard à ce choix. Seul nous importe le rôle qu’a pu jouer Maurille dans la vie intellectuelle du temps. Très instruit, il l’était sans aucun doute. Cependant, son principal souci semble avoir été de rétablir la discipline ecclésiastique et d’empêcher que ne se répandent les thèses hérétiques de Béranger de Tours. Il eut, sans doute, un rôle pastoral exemplaire, mais il laissa à d’autres le soin d’entretenir la flamme de la vie intellectuelle. Si école épiscopale il y eut de son temps à Rouen, nul maître illustre n’y enseigna. Et même si Orderic Vital dit bien90 que c’est lui qui fit graver les épitaphes de Rollon et de Guillaume Longue-Épée, après avoir fait transférer leurs restes dans la cathédrale en 1064, il ne dit pas expressément que Maurille en était l’auteur. Au reste, ces épitaphes sont de bonne qualité.

53Quand Maurille mourut en 1067, Guillaume le Conquérant aurait voulu le remplacer par Lanfranc. Celui-ci déclina l’offre et proposa de nommer à sa place Jean d’Avranches, allant même jusqu’à Rome pour faciliter la chose. On a parlé plus haut de Jean, qui ne parvint pas lui non plus à moraliser le clergé et en indisposa plus d’un par sa hauteur et son intransigeance, alors que le doux Maurille mourut regretté de tous. Et quand il fallut remplacer Jean, c’est un moine encore qui fut choisi. Mais celui-ci venait du Bec et de Saint-Étienne de Caen : c’était Guillaume Bonne-Ame.

Guillaume Bonne-Ame (1079-1110)

  • 91 Cf. G. Louise, op. cit., t. 1, p. 158-160.
  • 92 Gallia Christiana, XI, col. 37.
  • 93 Orderic Vital, 2, p. 254, raconte les choses un peu différemment : chanoine et archidiacre à Rouen (...)
  • 94 Orderic Vital 3, p. 22-24. David Spear a consacré à Guillaume Bonne-Ame plusieurs articles qui cons (...)

54Le nouvel archevêque, de lignage aristocratique91, avait d’abord été chanoine et archidiacre dans l’église de Rouen. Puis, au retour d’un voyage en Terre Sainte et à la suite d’un vœu, il avait embrassé la vie monastique vers 1064, à Saint-Étienne de Caen, dont Lanfranc était abbé depuis peu92. Envoyé quelque temps en formation au Bec-Hellouin93, il revint à Saint-Étienne avec la charge de prieur claustral. Lorsque Lanfranc, en 1070, devint archevêque de Cantorbéry, Guillaume Bonne-Ame le remplaça tout naturellement comme abbé de Saint-Étienne. C’est Guillaume le Conquérant qui le choisit pour remplacer Jean d’Avranches, qui s’était démis de ses fonctions en juillet 1079, et il fut sacré par Gilbert de Breteuil, évêque d’Évreux94.

55Au dire des historiens contemporains, Guillaume Bonne-Ame fut un grand archevêque. Dans le domaine de la vie intellectuelle, il semble bien avoir été également exemplaire.

  • 95 Orderic Vital, 2, p. 254 : Ad instructionem neophytorum… protractus est.
  • 96 D. Spear, « William Bona Anima, Abbot of St Stephen’s of Caen, 1070-1079 », p. 56.
  • 97 D. Douglas, op. cit., p. 100 ; J.-M. Bouvris, op. cit., p. 98.
  • 98 Orderic Vital, 3, p. 22.

56A Saint-Étienne de Caen, Guillaume Bonne-Ame avait tout d’abord été chargé de l’instruction des novices95. Une fois abbé, il se préoccupa d’enrichir la bibliothèque96. Il est naturel qu’il se soit préoccupé de la formation de son clergé, une fois devenu archevêque de Rouen. On a vu plus haut qu’étaient à la vérité assez minces les indices qui permettaient de supposer l’existence à Rouen d’une école capitulaire (au sens d’une véritable structure d’enseignement). C’est bien du temps de Guillaume Bonne-Ame, en 1091, que l’on voit apparaître la première mention d’un scholasticus97 au nombre des dignitaires du chapitre. L’évêque aurait donc complété ce dernier. D’après Orderic Vital98, le chapitre de Rouen n’aurait été pleinement constitué qu’à partir de Guillaume Bonne-Ame, qui fit rebâtir le cloître épiscopal et donna aux chanoines les moyens de vivre et d’exercer leurs fonctions.

  • 99 J.-M. Bouvris, op. cit., p. 98.
  • 100 G. H. Williams, The Norman Anonymous of 1100 A. D., 1951, p. 102-125.
  • 101 Orderic Vital, 3, p. 24 : Cantor peritissimus erat, aptissimamque ad canendum uocem habebat… Ad pre (...)

57Dans l’état actuel de la recherche, on ne peut pas assurer que Guillaume Bonne-Ame eut un rôle déterminant dans la rédaction des Acta archiepiscoporum Rothomagensium ou dans celle des « Annales de Rouen »99. On a voulu aussi voir en lui l’auteur polémique connu sous le nom d’Anonyme d’York100. Aucun témoignage contemporain ne le donne pour écrivain. Par contre, il appréciait les fastes de la liturgie, ce en quoi il prenait le relais de son prédécesseur Jean d’Avranches. Lui-même, doué d’une belle voix, était un chantre très habile ainsi qu’un prédicateur remarquable. Nous n’avons malheureusement conservé aucun de ses sermons101.

  • 102 Gallia Christiana, XI, col. 39.
  • 103 Orderic Vital, 6, p. 36-39.
  • 104 H. Fisquet, La France pontificale, Paris, 1865, p. 82.

58A la mort de Guillaume le Conquérant, c’est lui qui s’occupa de sa dépouille, alors que tout le monde l’avait abandonnée, et qui organisa les obsèques102. Il présida les funérailles de Mathilde, épouse du duc, ainsi que celles de Sybille de Conversano, malheureuse épouse de Robert Courteheuse103. Orderic Vital ayant cité les épitaphes de ces deux princesses après avoir mentionné le fait, on a voulu y voir la preuve que Guillaume Bonne-Ame en était l’auteur104. Si c’est le cas, ces deux pièces de vers ne font pas honte à sa mémoire, car elles sont toutes deux fort belles.

  • 105 Orderic Vital, 6, p. 172 : … Aecclesiae lumen, decus et defensio cleri…
  • 106 C’est ce que révèle un catalogue rédigé entre 1111 et 1128, donc après la mort de Guillaume Bonne-A (...)
  • 107 J.-M. Bouvris, op. cit., p. 99 : « L’école capitulaire de Rouen a joué un rôle assez effacé […] [C’ (...)

59Lui-même mourut le 9 février 1110, après un épiscopat de trente-et-un ans. Sa propre épitaphe est un long éloge ; il y est dit « lumière de l’Église, défense et illustration du clergé ». Elle est l’œuvre de l’un de ses chanoines, Richard105. Son administration épiscopale fut sans doute exemplaire, sa réputation au-dessus de tout éloge. Il semble que, de son temps, l’école capitulaire ait été pourvue de tous les livres constituant les bases de l’enseignement du triuium et du quadriuium106, mais le rôle de cette école resta purement local107. On ne repère pas dans l’entourage de l’évêque d’auteur illustre et lui-même n’a pas laissé d’œuvre écrite qu’on puisse lui attribuer en toute certitude.

  • 108 Gallia Christiana, XI, col. 683.

60On peut cependant, sans trop s’avancer, considérer que Guillaume Bonne-Ame, dernier archevêque de Rouen pour le XIe siècle, a incarné pour ce temps l’idéal du prélat. Les derniers seigneurs-évêques, Geoffroi de Montbray et Odon de Conteville, disparaissent respectivement en 1093 et 1097. Ses contemporains Gilbert Maminot et Gilbert de Breteuil, également de famille aristocratique, étaient comme lui d’anciens clercs élevés à l’épiscopat. Mais, de surcroît, Guillaume avait été moine. Un autre moine, Michel, avait été nommé en 1068, dix ans avant sa propre promotion, à l’évêché d’Avranches, sur le conseil de Lanfranc déjà. Il faut sans doute voir la main de Guillaume Bonne-Ame dans la nomination de Serlon d’Orgères108, abbé de Saint-Évroult, comme évêque de Sées en 1091. Le temps des évêchés, chasse gardée des cadets et des bâtards du lignage ducal et des grandes familles comme les Bellême, semble terminé.

Bilan provisoire

61Nous venons d’examiner le rôle, direct ou indirect, que les évêques normands du XIe siècle ont tenu dans la vie intellectuelle de leur temps. Autant qu’on puisse en juger dans l’état actuel de la documentation et de la recherche, leur action a pris plusieurs formes : l’écriture, l’encouragement aux études ou l’organisation d’écoles épiscopales.

Les écrivains

62Dans toute la période considérée, on ne repère qu’un seul écrivain avéré : Jean d’Avranches. Son traité de liturgie, bien qu’il doive beaucoup à l’œuvre d’Amalaire de Metz (mort vers 850), témoigne de l’introduction d’un certain nombre de nouveautés et exerça une influence durable. On ne peut guère pourtant lui trouver de qualités littéraires : la langue en est sans aucune recherche. Mais c’était peut-être aussi le but poursuivi : que le texte soit compris sans difficulté par des clercs sachant un minimum de latin. Dans ce cas, c’est une réussite, et Jean d’Avranches aura fait œuvre pédagogique.

  • 109 Poésie latine chrétienne du Moyen Age (IIIe-XVe siècle), textes recueillis, traduits et commentés p (...)

63A côté de cet unique prosateur, y eut-il des poètes ou, à tout le moins, des versificateurs ? On ne saurait l’affirmer. Le seul domaine où ils auraient montré leur talent serait la rédaction d’épitaphes. On a vu qu’il était tentant d’attribuer celle d’Odon de Conteville à Gilbert de Breteuil, celles de Mathilde de Flandre et de Sybille de Conversano à Guillaume Bonne-Ame. On a voulu voir en Maurille l’auteur des épitaphes de Rollon et de Guillaume Longue-Epée. Il n’y a absolument rien de certain dans tout cela. On n’a pas non plus d’hymne ou de cantique composé par l’un de nos évêques, alors qu’Anselme d’Aoste, par exemple, en a écrit plusieurs109. Approfondir cette question entrerait dans le cadre d’une étude biographique poussée de chaque évêque. Par la même occasion, il serait bon d’essayer de savoir quelle part ont pu prendre personnellement les archevêques et évêques à la rédaction des canons des conciles auxquels ils ont assisté. Pour l’instant, la documentation est vraiment trop maigre pour qu’on puisse se faire une idée là-dessus.

L’encouragement aux études

  • 110 É. Lesne, op. cit., p. 115. Nicolas, fils naturel de Richard III, et donc neveu de Robert le Magnif (...)
  • 111 É. Lesne, op. cit., p. 23-32. Plusieurs diplômes de Charlemagne, et surtout le capitulaire De litte (...)
  • 112 Lucien Musset, « Monachisme d’époque franque et monachisme d’époque ducale en Normandie : le problè (...)
  • 113 Guillaume de Poitiers, op. cit., p. 136 : Joannes… eruditus literis.
  • 114 J.-M. Bouvris, op. cit., p. 95.

64Être soi-même un peu lettré, c’est-à-dire avoir été clerc soit séculier, soit régulier, ou au moins avoir été élevé dans un monastère, comme c’était parfois le cas pour les fils de famille, surtout quand on les destinait à faire carrière dans l’Église110, semble n’avoir été ni une condition nécessaire, ni une condition suffisante pour qu’un évêque place parmi ses priorités la formation intellectuelle de ses clercs ; mais, là encore, il faut tenir compte des lacunes de notre information. A s’en tenir à celle-ci, seul Odon de Conteville aurait financé les études de jeunes sujets doués, en les envoyant au loin, jusqu’à Liège. Il a pu agir ainsi à double titre : comme évêque, il avait à cœur d’avoir un clergé à la hauteur et, comme grand seigneur, il prenait à sa charge les frais d’études. Dans les deux cas, il renouait avec les prescriptions carolingiennes111. Prenait-il volontairement la suite de cette tradition ? Dans la restauration des monastères en Normandie, on ne peut nier la résurgence du passé et de la tradition carolingienne112. Le même phénomène a pu se produire dans la réorganisation des évêchés. Nous ne savons pas s’il y eut d’autres étudiants « boursiers » d’évêques. Il est possible qu’il y en eût d’autres, car des prélats soucieux de la pompe et de la régularité du culte, comme Jean d’Avranches ou Geoffroi de Montbray, devaient bien avoir autour d’eux des clercs capables d’assumer leurs fonctions liturgiques. Où ceux-ci avaient-ils été formés ? Dans les écoles monastiques de Normandie ? Dans les écoles épiscopales alors célèbres et pas trop éloignées comme Chartres, Tours et Reims ? On l’ignore, comme on ignore où Jean d’Avranches, encore laïc, avait reçu sa remarquable formation113 et de quel monastère sortait son successeur Michel. On a émis l’hypothèse114 qu’Hugues le Grammairien (Hugo grammaticus), archidiacre de Rouen, avait pu être dans sa jeunesse, c’est-à-dire avant 1004, l’élève de Richard de Saint-Vanne, quand celui-ci était maître à l’école archiépiscopale de Reims. Si cela est vrai, cela signifie que durant la première moitié du XIe siècle, les Normands qui souhaitaient étudier l’ont très souvent fait ailleurs qu’en Normandie ; il leur arrivait même d’en tirer fierté, comme le démontre le cas de Guillaume dit « de Poitiers ».

Les écoles épiscopales

  • 115 Voir la communication de David Spear dans le présent recueil, p. 81.

65Pour qu’une école épiscopale puisse fonctionner, il est indispensable que l’évêque ait près de lui un chapitre et, dans ce chapitre, un chanoine qui assume la fonction de scholasticus, d’écolâtre. D’après des travaux récents115, ce personnage apparaît tardivement en Normandie. Geoffroi de Montbray en aurait institué un à Coutances avant 1066 ; ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard que l’on constate l’existence d’un écolâtre à Bayeux. Sées, Avranches et Coutances en sont pourvus en 1080 et Rouen en 1091. Pour Évreux et Lisieux, le fait n’est avéré qu’au XIIe siècle. Les écoles épiscopales, sous leur forme la plus élémentaire, dispensaient un enseignement minimal destiné aux jeunes clercs, se limitant aux trois activités essentielles : « prier, chanter, lire » (orare, psallere, legere). Plus élaborées et diversifiées, accueillant de nombreux étudiants autour de maîtres réputés, elles pouvaient quelquefois constituer de véritables centres d’enseignement supérieur et, dans certains cas, elles se transformèrent par la suite en universités.

  • 116 É. Lesne, op. cit., t. V, troisième section : Ecoles, maîtres, écoliers ; chap. 13, Caractères et d (...)

66Quand Mgr Lesne fait la revue des écoles de Normandie aux XIe et XIIe siècles, il commence par cette phrase116 : « En Normandie, nous ne trouvons trace d’aucune école avant le XIe siècle, mais à partir de cette époque, églises et monastères normands deviennent d’ardents foyers de culture. » En fait, on ne peut pas mettre sur le même plan les églises et les monastères.

67C’est, en effet, dans ces derniers que la vie intellectuelle a refleuri en Normandie dès le début du XIe siècle, et ceci grâce à des personnalités aussi importantes que celles de Guillaume de Volpiano et de Jean de Ravenne. Parmi les abbayes de ce temps, ici comme ailleurs, certaines n’avaient qu’une école interne, destinée aux futurs moines ; l’enseignement y était limité aux besoins de la vie religieuse. Mais, dans quelques-unes, la présence d’un maître renommé entraînait l’ouverture d’une école externe, où des étudiants de tout statut venaient s’initier aux arts libéraux.

  • 117 Orderic Vital, 2, p. 48-54.
  • 118 É. Lesne, op. cit., t. IV, p. 581-582. Jumièges avait au XIe siècle un fonds de bibliothèque typiqu (...)

68Dans la première catégorie, il faut sans doute ranger la grande majorité des monastères normands. La formation et l’éducation des jeunes y furent assurées sans éclat, mais solidement et avec continuité. Ce fut certainement le cas au Mont-Saint-Michel, où Guillaume Le Conquérant trouva, après 1066, quatre religieux qu’il fit évêques ou abbés en Angleterre ; à la Trinité-du-Mont, près de Rouen, sous la direction de l’abbé Isembart ; et, à la fin du siècle, à Saint-Évroult, où les abbés Thierry de Mathonville et Osbern entretenaient l’art de lire, d’écrire et de psalmodier. D’après Orderic Vital, on y enseignait aussi la grammaire117. Fécamp a eu une école très tôt, vers 1010, et Saint-Ouen de Rouen vers 1025. Jumièges avait probablement aussi une école monastique strictement interne118.

  • 119 Orderic Vital 2, p. 250.
  • 120 R. Foreville « L’école de Caen au XIe siècle et les origines normandes de l’Université d’Oxford », (...)

69Dans la seconde catégorie, il faut ranger le Bec-Hellouin, dont l’école externe fut fondée en 1045 par Lanfranc, auquel Anselme succéda en 1063. L’éclat de cette école, dit Orderic Vital, brillait sur l’Europe entière. On y accourait de toutes parts pour étudier les arts libéraux et les textes sacrés119. Mais cette « école » ne survécut pas au départ d’Anselme en 1093. Il n’y eut plus dès lors au Bec qu’une simple école monastique. Lanfranc a également illustré le monastère de Saint-Étienne de Caen dont il fut abbé entre 1063 et 1070. L’école qu’il y avait créée eut des maîtres appréciés : parmi eux, Thibaut d’Étampes, l’un des fondateurs, vers 1100, de l’école d’Oxford120. Guillaume Bonne-Ame y fut un temps enseignant, comme on l’a vu. A Fécamp, dont Jean de Ravenne fut abbé de 1028 à 1078, il n’y avait probablement pas d’école externe. Par contre, cette abbaye a été une pépinière d’abbés pour les autres monastères.

  • 121 M. de Boüard, « La Normandie ducale », Histoire de la Normandie, Toulouse, 1970, p. 184 : « Dès le (...)
  • 122 A propos d’Avranches, où depuis l’article de Ch. Lebréton on s’accordait à placer dès le temps de l (...)
  • 123 É. Lesne, op. cit., t. V, p. 523. Les villes où les étudiants affluent au XIIe siècle sont d’abord (...)
  • 124 G. Désert (dir.), Histoire de Caen, 1981, p. 99-101.

70Il ne semble pas qu’un phénomène comparable se soit produit dans les villes épiscopales. Jusqu’à une époque récente, on avait tendance à penser qu’une fois la hiérarchie ecclésiastique reconstituée, les chapitres cathédraux s’étaient tout naturellement dotés d’écoles élémentaires à l’usage de leurs clercs et que certaines de ces écoles s’étaient par la suite ouvertes à un public plus large et plus exigeant121. Mais la revue de détail à laquelle on a procédé tout au long de cet exposé n’a pas confirmé cette opinion. Ce que l’on constate, c’est la reconstitution tardive des chapitres, qui n’est réellement antérieure à la seconde moitié du XIe siècle qu’à Rouen. Au sein de ceux-ci, la présence d’un écolâtre, signe indubitable de l’existence d’une école épiscopale, ne se manifeste que dans le dernier quart du siècle, parfois pas avant le XIIe siècle. Nulle part, on ne peut prouver l’existence d’une école épiscopale de renom, avec un ou des maîtres illustres attirant de nombreux étudiants122. Dans ce domaine, aucun évêché normand n’a atteint au XIe siècle le prestige de Liège, Chartres ou Reims. Aucun évêque normand ne s’est révélé, comme Gerbert à Reims ou Fulbert à Chartres, un maître, un savant et un pédagogue. Et même si, au XIIe siècle, des écoles épiscopales existent bien dans tous les évêchés normands, aucune d’entre elles ne sera à l’origine d’une université. Même en tenant compte des circonstances politiques, il y a là quelque chose de significatif123. La première université normande naîtra beaucoup plus tard, en 1432, à Caen, qui n’abritait pas de siège épiscopal du XIe siècle en ce domaine124.

***

71La vie intellectuelle a bien connu un certain réveil en Normandie au cours et surtout dans la seconde moitié du XIe siècle, mais les évêques n’ont pas joué un rôle majeur en ce domaine. S’il y a eu « renaissance » des lettres, elle s’est produite dans les monastères, non dans les cités épiscopales. Tout se passe comme s’il y avait eu une certaine division du travail dans la Normandie ducale. Les évêques ont eu pour préoccupation dominante d’accroître les biens et le prestige de leurs évêchés. La construction, ou la reconstruction des cathédrales, la restauration des chapitres allaient dans ce sens. Ils ont abandonné aux monastères, qu’ils ont d’ailleurs largement favorisés à l’instar du duc, le soin de la vie spirituelle et intellectuelle.

  • 125 La nomination, à la discrétion du duc, de personnalités comme Maurille, et la faveur de Guillaume l (...)

72Sur le plan spirituel justement, s’ils ont acquiescé aux décisions des divers conciles visant à réformer les mœurs du clergé, séculier principalement, peu se sont risqués en personne à les mettre en application. L’archevêque Maurille, pour s’y être essayé en Italie, avait failli être mis à mal, et la même mésaventure survint à Jean d’Avranches, son successeur sur le siège de Rouen. Les progrès de la réforme dite « grégorienne » en Normandie ont été le fait de la politique ducale bien plus que de l’action de l’Église locale125. Guillaume le Bâtard ne destitua qu’un dignitaire pour sa vie scandaleuse, son oncle Mauger, archevêque de Rouen, et peut-être s’agissait-il là d’un simple prétexte. On remarque aussi que les évêques normands du XIe siècle, l’archevêque Maurille mis à part, sont restés à l’écart des querelles théologiques, laissant aux réguliers les plaisirs de la controverse.

73Il est intéressant de constater que, dans la Normandie du XIe siècle, tous les évêques étaient normands, à deux exceptions près (34 sur 36). Les deux « horsains » furent Maurille (à Rouen, de 1055 à 1067), qui était rémois, et Michel (à Avranches, de 1068 à 1096), qui était italien. Presque tous étaient des aristocrates, sept ont appartenu à la famille ducale. Sur le nombre, quatre seulement sont venus directement du monde monastique : Maurille, Michel, Serlon, ancien abbé de saint-Évroult, ainsi que Guillaume Bonne-Ame. En 1066, au moment de la conquête, tous les sièges épiscopaux sont occupés par des aristocrates ; parmi ces derniers, un seul, Jean d’Avranches, est instruit. En 1087, quand Guillaume meurt, si Odon de Conteville et Geoffroi de Montbray sont toujours en place et si le moine Michel est à Avranches, les autres sièges épiscopaux ont des titulaires de type hybride, à savoir des gens bien nés, mais issus du clergé séculier ou régulier : Guillaume Bonne-Ame à Rouen (1079-1110), Gilbert Maminot à Lisieux (1078-1101), Gilbert de Breteuil à Évreux (1071-1113) et Gérard à Sées (1082-1091). Tous sont des fidèles du duc. Pour ceux qui sont lettrés, et ils ne sont pas nombreux, la vie intellectuelle semble avoir été un passe-temps, une activité de prestige dans leur cour épiscopale, et non une nécessité. En ce sens, ils ne se distinguaient pas des princes laïcs.

74Mais il ne faut pas en déduire que les évêques normands du XIe siècle ont été de mauvais évêques, parce qu’ils n’ont pas donné la priorité à la vie de l’esprit. Ils ont joué un rôle important dans la vie administrative, politique et économique du duché. Il faut dire aussi que, depuis Guillaume de Volpiano, les Italiens exerçaient une véritable hégémonie sur les lettres et les arts : très proches des ducs, ils ont modelé en grande partie la sensibilité intellectuelle des Normands, ainsi que leurs attitudes spirituelles. L’action des évêques s’est située ailleurs : conseillers du prince, agents principaux de la hiérarchie ecclésiastique, contrepoids éventuel au pouvoir des réguliers, leur action s’est exercée dans les cités épiscopales, l’administration canoniale, la fondation de prieurés, la surveillance des paroisses. Si, dans l’Europe de ce temps, un certain nombre d’évêchés pouvaient se glorifier de leurs écoles épiscopales, c’est là un objectif que les évêques normands ne se sont pas, semble-t-il, souciés d’atteindre. Dans la Normandie d’alors, ce sont les écoles monastiques qui forment les cadres religieux ; ou bien ceux-là seront recrutés, éventuellement, dans la chapelle ducale.

  • 126 P. Riché, op. cit., p. 342 : « Au milieu du XIe siècle, le temps des grandes écoles monastiques est (...)

75Dans ce domaine comme dans bien d’autres, la situation de la Normandie par rapport au reste du territoire français est atypique126. Sous Richard Ier et Richard II, mais surtout sous Guillaume le Bâtard, les évêchés ont été avant tout des postes stratégiques. Le profil de leurs titulaires s’en est forcément ressenti. Le siècle était déjà bien avancé quand se fit jour la nécessité de nommer pour évêques non seulement des personnages appartenant déjà au clergé, mais aussi des hommes possédant la science qu’on attend d’un homme d’Église. Cela ne pouvait pas être sans conséquence sur le développement de la vie intellectuelle dans les diocèses, et en particulier sur le rayonnement des écoles épiscopales. Ce trait si particulier s’ajoute à tous ceux qui contribuent à donner à la Normandie du XIe siècle sa forte originalité.

Annexes

Epitaphe d’Odon de Conteville, évêque de Bayeux († 1097)127

Odon partit pour la Terre sainte en 1096, mais n’y parvint jamais. Il mourut, en effet, en Sicile au début de l’année 1097 (l’ordo de Bayeux célèbre la date anniversaire de sa mort le 5 janvier) et fut enterré dans la cathédrale de Palerme. Voici son épitaphe, aux dires de l’abbé Bourrienne :

Quid Baiocensis prodest mihi pontificatus,
Gloria, laus et honor quid erant nisi causa iratus.

Iam tam exibant de tempestate profundi,
Quia iam rescibat episcopatu pro XLVIII anno,
Et per transibant laqueos et tetrici mundi.

Dum pertransirem Hierosolimam ueniendo
Panormi iacui pauper Domini moriendo.
Vnde memento mei Clerus quem semper amaui
Pro me funde proeces aliquas in odore suaui
Pro me funde gemitus lachrimas recolendo
Quam meruit ueniam peccatrix foemina flendo
Interea de morte mea tua respice fata
Et speculare quod hic nunquam sit uita beata
Vita beata Deus in eo sunt gaudia uitae
Vnde mei fratres ad eum properando redditae.

L’abbé Bourrienne rapporte le texte de cette épitaphe d’après un manuscrit anonyme du XVIIe siècle128, et égratigne au passage J. Hermant129 qui avait reproduit le début de la même épitaphe, mais sous cette forme :

Quid Baiocenfis prodest mihi pontificatus
Gloria, laus et honor tantum nisi causa reatus,
Dum pertransirem Hierosolimam ueniendo,
Panormi iacui pauper Domini moriendo,
Vnde memento mei Clerus, quem semper amaui,
Pro me fundepreces in ordine suavi, …

S’il est acceptable de corriger, en effet, in ordine suaui par in odore suaui, le second vers est bien plus satisfaisant sous la forme donnée par Hermant. En outre, de Iam tam exibant à tetrici mundi, on se trouve visiblement en présence de vers interpolés, de surcroît sous une forme corrompue, qui n’offrent aucun sens. Si on les supprime, on a une épitaphe classique de douze vers. Il faut aussi corriger le dernier mot, redditae, en redite.

Lors de ce colloque à Cerisy-la-Salle, Monsieur Jacques Fontaine a proposé de lire ainsi les vers 3 à 5 :

Iam iam exibam de tempestate profundi
Quia iam rescibam episcopatum pro XLVIII anno
Et pertransibam laqueos et tetricum mundum.

Cette restitution judicieuse a le mérite de rendre ces vers compréhensibles, mais ils n’en restent pas moins mal assortis au reste de l’épitaphe.

L’évêque de Bayeux s’adresse au clergé, « qu’il a toujours aimé ». Il déclare que les honneurs attachés à son épiscopat ont été pour lui cause de péché. Après un épiscopat de quarante-huit ans riche en tourments, il voulait se libérer de ce triste monde. Sur la route de Jérusalem, il est mort pauvre à Palerme. Mais si l’on répand pour lui assez de prières et de larmes, il sera sauvé. La femme pécheresse a bien été rachetée par ses pleurs ! La mort est le destin commun, le bonheur n’est pas de ce monde, il n’y a de vraie joie qu’en Dieu.

Notes

1 Cf. supra, p. 19 sq. : P. Bouet et M. Dosdat, Les évêques normands de 990 à 1150. En ce qui concerne les dates de règne des évêques, le tome XI de Gallia Christiana, Paris, 1874, reste la publication de base. Chaque fois que c’était possible, nous avons adopté les dates données par M. Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, complété d’un index rerum par Lucien Musset, Caen, 1961.

2 L’entreprise lancée vers 1980 par O. Engels et S. Weinfurter sous le nom de Series episcoporum Ecclesiae catholicae… ab initio usque ad annum 1198 n’a abouti, pour les diocèses français, qu’à une seule publication : J. Dufour, Les évêques d’Albi, de Cahors et de Rodez, des origines à la fin du XIIe siècle, Paris, Éditions du CTHS, 1989.

3 A ce titre, les treize livres de l’Historia ecclesiastica d’Orderic Vital, moine de Saint-Évroult, sont irremplaçables. Cf. M. Chibnall, The ecclesiastical history of Orderic Vitalis, Oxford, 6 vol., 1969-1980 (cité désormais Orderic Vital).

4 Il s’agit de l’œuvre anonyme De statu Constantiensis ecclesiae, appelée parfois Gesta Gaufridi, publiée dans Gallia Christiana, XI, instr., col. 217-224.

5 P. Bouet, « Les sources historiographiques de la Normandie romane, XIe-XIIe siècles », Les siècles romans en Basse-Normandie, in Art de Basse-Normandie, n° 92, Caen, 1985, p. 18-27.

6 Voir en particulier le tome VII de l’Histoire littéraire de la France, Paris, 1733-1763, rééditée au XIXe siècle ; Ch. de Robillard de Beaurepaire, « Recherches sur les établissements d’instruction publique… dans l’ancien diocèse de Rouen », Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, XXV, Paris, 1863, p. 275-316 ; Ch. Lebréton, « L’école d’Avranches au XIe siècle sous Lanfranc et saint Anselme », Mémoires de la Société archéologique d’Avranches, VI, 1873, p. 493-510.

7 Cf. M. de Boüard, dans Histoire de la Normandie, Toulouse, Privat, 1970, p. 183 : « Si le duché de Normandie peut s’enorgueillir [au XIe siècle] d’institutions exemplaires, de chefs politiques hors de pair, sa contribution à la vie intellectuelle et littéraire ne fut pas aussi remarquable. »

8 Ce que dit Jacques Boussard des évêques de Neustrie (région limitée pour lui aux sièges épiscopaux de Chartres, Le Mans, Orléans, Tours et Angers) s’applique parfaitement aux évêques normands de la première moitié du XIe siècle ; J. Boussard, « Les évêques en Neustrie avant la réforme grégorienne (950-1050 environ) », Journal des Savants, 1970, p. 161-196.

9 É. Lesne, Histoire de la propriété ecclésiastique en France, V, Les écoles de la fin du VIIIe siècle à la fin du XIIe, Lille, 1940.

10 L. Musset, « Un millénaire oublié : la remise en place de la hiérarchie épiscopale en Normandie vers 990 », Papauté, monachisme et théories politiques. Mélanges M. Pacaut, Lyon, 1994, t. 2, p. 563-573.

11 David Spear a étudié de façon approfondie le chapitre de Rouen, pour la période comprise entre 911 et 1024 ; cf. bibliographie en annexe. Voir également dans le présent recueil la communication du même auteur, « L’administration épiscopale normande : archidiacres et dignitaires des chapitres », supra, p. 81.

12 V. Bourienne, Odon de Conteville, évêque de Bayeux. Son rôle au début de la première croisade, Évreux, 1900 ; D. Bates, « The character and career of Odo, Bishop of Bayeux (1049/50-1097) », Speculum, 1975, p. 2-4.

13 On trouvera celle-ci en annexe, avec des notes.

14 Orderic Vital, 4, p. 114-119.

15 D. C. Douglas, « Les évêques de Normandie (1035-1066) », Annales de Normandie, 8, 1958, p. 91.

16 L’« école » du Bec-Hellouin dispensait un enseignement essentiellement tourné vers les sciences sacrées. Cf. P. Riché, « La vie scolaire et la pédagogie au Bec au temps de Lanfranc et de saint Anselme », Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles. Études Anselmiennes (le Bec-Hellouin, 11-16 juillet 1982), Paris, 1984, p. 213-227.

17 D’après David Spear, il existe un scholasticus à Bayeux en 1075.

18 É. Lesne, op. cit., p. 109.

19 J. Le Patourel, « Geoffroy of Montbray, bishop of Coutances, 1049-1093 », English Historical Review, LIX, 1944, p. 129-161 et L. Musset, « Un grand prélat du XIe siècle : Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances (1048-1093) », Revue du département de la Manche, 1983, p. 3-17.

20 Cf. note 4.

21 Orderic Vital, 4, p. 278, dit qu’il était meilleur soldat que clerc et qu’il savait mieux se battre que chanter les psaumes.

22 Les premières mentions de chanoines à Coutances relevées par David Spear ne sont cependant pas antérieures à 1070 et un scholasticus n’apparaît qu’en 1080.

23 Guillaume de Poitiers, Gesta Guillelmi, ducis Normannorum et regis Anglorum, éd. R. Foreville, Paris, 1952, p. 136-143.

24 Orderic Vital, 2, p. 18 ; 2, p. 76 ; 3, p. 14.

25 D. C. Douglas, op. cit., p. 98 ; Orderic Vital, 3, p. 20-21.

26 C’est ce qu’en pense R. Foreville dans son introduction aux Gesta Guillelmi (p. XIII).

27 Pour la biographie de l’auteur, voir l’introduction de R. Foreville aux Gesta Guillelmi, p. VII-XX. Pour ses écrits poétiques, cf. Orderic Vital, 2, p. 258-260 : Subtiles et concinnos uersus atque ad recitandum habiles frequenter edidit studioque iuniorum, quibus ipsi emendarentur, sine inuidia erogauit. Ces poèmes, que Guillaume de Poitiers laissait lire aux jeunes gens pour leur édification, ne nous sont pas parvenus.

28 Guillaume de Poitiers, op. cit., p. 140.

29 R. Herval, « Un moine de l’an mille : Guillaume de Volpiano, 1er abbé de Fécamp (962-1031) », L’abbaye bénédictine de Fécamp. Ouvrage scientifique du XIIIe centenaire, 658-1958, t. 1, Fécamp, 1959, p. 39.

30 É. Lesne, op. cit., p. 449 ; Pierre Riché, Les écoles et l’enseignement dans l’Occident chrétien, de la fin du Ve siècle au milieu du XIe siècle, Paris, 1979, p. 181-182.

31 Sur Raoul Maucouronne, voir Orderic Vital, 2, p. 28-29.

32 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, éd. J. Marx, Rouen/Paris, 1914, p. 146.

33 Orderic Vital, 5, p. 8-10.

34 É. Lesne, op. cit., p. 112. C’est avec l’évêque Arnoul, à partir de 1140, que l’église de Lisieux devient un centre d’études réputé. David Spear, pour sa part, n’a pas trouvé de mention de scholasticus à Lisieux avant 1161.

35 G. Louise, La seigneurie de Bellême (Xe-XIIe siècles), in Le Pays Bas-Normand, t. 2, 1990, p. 148-150.

36 Orderic Vital, 2, p. 46-48.

37 Au sujet de Roger, magister scholarum de Sées, voir J.-M. Bouvris, « L’école capitulaire de Rouen au XIe siècle », Etudes normandes, 1986, n° 3, p. 102, note 78. David Spear a relevé l’existence d’un archidiacre à Sées en 1049, soit au début de l’épiscopat de Yves de Bellême.

38 É. Lesne, op. cit., p. 112. L’évêque Arnoul de Lisieux succéda dans ce siège à son oncle Jean en 1140. Il était frère puîné de Jean, évêque de Sées, et aurait été instruit à l’école épiscopale de cette ville.

39 Orderic Vital, 2, p. 254.

40 J.-M. Bouvris, op. cit., p. 98. David Spear a relevé la présence de cet écolâtre Hugues à Sées en 1077.

41 Orderic Vital, 4, p. 170.

42 Le « comte Roger » n’est ni Roger II de Montgommery (cf. G. Louise, op. cit., t. 2, p. 166-167), ni Roger de Beaumont, fils d’Onfroi de Vieilles, dans la descendance duquel ne figure aucun Gérard, ou Girard, comme a bien voulu nous le préciser Véronique Gazeau. David Bates ne relève qu’un archidiacre nommé Roger en Normandie avant 1080 : c’est Roger de Mortagne, archidiacre de Sées, 1041-1057. Cf. D. Bates, Normandy before 1066, 1982, p. 261.

43 D. C. Douglas, op. cit., p. 98.

44 Il y a un Orgères dans le département de l’Orne, arrondissement d’Argentan, commune de Gacé.

45 Orderic Vital, 4, p. 252.

46 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, p. 193.

47 Orderic Vital, 6, p. 338 : Nullam ut reor elegantiorem Serlone seu facundiorem Normannia prolem protulit… Erat idem tarn secularium quam diuinarum eruditione litterarum doctissimus fuit ac ad universa quae proponebantur respondere promptissimus.

48 David Spear signale à Sées un chantre en 1092, un doyen en 1097, un trésorier en 1117.

49 Gallia Christiana, XI, col. 572-573.

50 Histoire Littéraire de la France, t. VIII, p. 180.

51 V. Saxer, « Anselme et la Madeleine : l’oraison LXXIV, ses sources, son style et son influence », Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles, p. 365-382 ; L. Musset, « Observations sur le culte de sainte Marie-Madeleine en Normandie et notamment à Bayeux », Bulletin de la société des Antiquaires de Normandie, t. 56, 1961-1962, p. 667-670.

52 D’après David Spear, le premier scholasticus n’apparaît à Evreux qu’en 1120.

53 Millénaire monastique du Mont-Saint-Michel, t. 2, Vie montoise et rayonnement intellectuel, éd. R. Foreville, Paris, 1967, p. 171-273 ; G. Nortier, « Les bibliothèques médiévales des abbayes bénédictines de Normandie, III, La bibliothèque du Mont-Saint-Michel », Revue Mabillon, juillet-septembre 1957, p. 135-171.

54 Desroches, Annales religieuses de l’Avranchin, Caen, 1847, p. 28.

55 Milon Crispin, Vita Lanfranci, J.-P. Migne, Patrologie Latine, CL, col. 30 : Etpertransiens Franciam, quamplures magni mominis scholares secum habens, in Normanniam peruenit ; et in Abrincatensi ciuitate demoratus, per aliquid tempus docuit.

56 Voir surtout Ch. Lebréton, op. cit., et, dans une moindre mesure A. J. Macdonald, Lanfranc, a study of his Life, Work and Writing, Londres, 1926, p. 11. Cet auteur signale que Gilbert Crispin, l’auteur de la Vita Herluini, ne mentionne pas le séjour de Lanfranc à Avranches. Il pense néanmoins que ce dernier a bien enseigné à l’école épiscopale. Cf. Mgr. B. Jacqueline, « Écoles et culture dans l’Avranchin, le Mortainais et le Cotentin au temps de saint Anselme », Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles. Etudes Anselmiennes, p. 205-206 : cet auteur est du même avis.

57 M. Gibson, Lanfranc of Bec, Oxford, 1978, p. 15-16 : l’auteur pense que Lanfranc est venu à Avranches à cause de la proximité du Mont-Saint-Michel où il avait des compatriotes, en particulier l’abbé Suppo ; de plus il savait y trouver une riche bibliothèque. La question a été évoquée, par Pierre Riché, « La vie scolaire et la pédagogie au Bec au temps de Lanfranc et de saint Anselme », Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles. Etudes Anselmiennes, p. 213-227, et par R. Foreville, « Saint Anselme et son temps », ibid., p. 49. On a suggéré aussi dans la même publication que peut-être « l’école épiscopale » d’Avranches était l’école externe du Mont-Saint-Michel, et que c’est là que Lanfranc aurait pu enseigner.

58 É. Lesne, op. cit., p. 109 : « Lanfranc, avant de se faire moine au Bec, séjourna dans la cité d’Avranches et y enseigna quelques temps. Il n’est pas dit expressément que Lanfranc y ait exercé la charge d’écolâtre et nous ne savons si, à cette date, elle figurait parmi les dignités du chapitre ». David Spear, pour sa part, ne trouve pas de mention de scholasticus à Avranches avant 1080.

59 Desroches, op. cit., p. 29.

60 E.-R. Lanbande, « Rapport de synthèse sur les travaux de la section I », Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe et XIIe siècles, p. 61-62 : l’auteur souhaite qu’on entreprenne de réaliser un « atlas culturel » qui chercherait à cartographier les « pérambulations » des intellectuels des Xe-XIIe siècles. Il mettrait en évidence, pense-t-il, « leur axe principal (sud-est/nord-ouest), de la plaine du Pô au Cotentin, par la Bourgogne et Saint-Denis en France ».

61 Orderic Vital, 2, p. 200.

62 Voir le tableau généalogique des évêques normands appartenant à la famille ducale, établi par R. Foreville dans son édition des Gesta Guillelmi de Guillaume de Poitiers, p. 137, note 24.

63 C’est ce qu’a suggéré Ch. Lebréton, sans références et sans preuves, dans son article sur « l’École d’Avranches » (op. cit., p. 506). La mention d’un scholastique nommé Jean en 1058 dans une charte du Mont-Saint-Michel ne constitue pas une preuve suffisante. Cette thèse a été reprise par R. Delamare, Le De officiis ecclesiasticis de Jean d’Avranches, archevêque de Rouen (1067-1079), Paris, 1923, p. II : « Lanfranc y [i. e. à Avranches] enseigna quelques années avant de se faire moine à l’abbaye du Bec. Jean y fut un de ses disciples les plus assidus… Jean devait à sont tour occuper une chaire dans cette école d’Avranches… »

64 Guillaume de Poitiers, op. cit., p. 136-137.

65 Cf. la généalogie de Jean d’Ivry établie par Véronique Gazeau dans son étude sur Hugues de Bayeux, voir supra, p. 140.

66 C’est pourtant ce que soutient M. Hermant, Histoire du diocèse de Bayeux, Caen, 1705, p. 159 : « Les évêques de la province, entre lesquels était son frère Hugues, qui tenoit le siège de Bayeux, ayant pour lui une estime particulière, le souhaitèrent pour collègue, et l’établirent pasteur de l’Église d’Avranches au mois de septemble 1061. »

67 Gallia Christiana, XI, col. 515 ; R. Delamare, op. cit., p. II : « Il convint avec Ranulphe, abbé du Mont-Saint-Michel au péril de la mer, que lui et ses successeurs rempliraient sur tout le territoire du Mont toutes les fonctions d’un archidiacre, que les causes ecclésiastiques sommaires leur seraient soumises. Les affaires plus importantes, comme les demandes en nullité de mariage, les jugements du fer brûlant et autres de ce genre, seraient portés devant l’évêque du diocèse. Pour garantie de cette convention, l’abbé du Mont-Saint-Michel devait offrir chaque année à l’évêque d’Avranches un vêtement convenable à sa dignité, trois livres d’encens, trois livres de poivre, six planches de cire et trois cierges le jour de la Purification de la Sainte Vierge. Les religieux du Mont devaient en outre, chaque année, venir processionnellement en la cathédrale de Saint-André d’Avranches, avec le chef de Saint-Aubert, pour prendre le saint chrême destiné au baptême des enfants. »

68 R. Delamare, op. cit., p. 4 : Canonici… a quibus… per totum anni circulum ecclesiastica officia agantur.

69 David Spear n’a pas trouvé de référence à des dignitaires cathédraux à Avranches avant 1070.

70 G. Cohen, Le théâtre en France au Moyen-Age, Paris, 1928, p. 9-12 : cet auteur dit que le drame liturgique serait né en France, au Xe siècle, à Fleury-sur-Loire. La tradition (Histoire Littéraire de la France, VII, 65-66) attribuait l’invention des premiers mystères à Geoffrey de Gorham, abbé de St Albans, qui mourut en 1146, soit 57 ans après Jean d’Ivry. Il était normand et avait étudié au Mans. En ce qui concerne plus précisément le drame liturgique en Normandie, voir C.-É. Steiner, « Le drame des trois rois et les peintures de la chapelle Saint-Julien du Petit-Quevilly », L’art en Normandie, (Actes du XXVIe congrès des Sociétés Historiques et Archéologiques de Normandie), Caen, 1992, t. 1, p. 47-55.

71 Même Orderic Vital (2, p. 200), qui vante ses vertus, estime qu’il avait « un zèle excessif contre les vices » : nimioque zelo in uitia saeuiebat.

72 Jean-Michel Bouvris, dans son article sur « l’École capitulaire de Rouen au XIe siècle », a extrait de la documentation existante toutes les informations relatives à la vie intellectuelle de la métropole normande pour cette époque. Son étude l’a conduit à déceler et à rassembler un certain nombre d’indices, mais aussi à constater que ceux-ci n’autorisaient le plus souvent rien de plus que des hypothèses sur la réalité, soit d’une « école littéraire » dans l’entourage de l’archevêque, soit d’une « école épiscopale » dépendant du chapitre. L’ambiguïté du terme « école » elle-même peut être facteur de confusion.

73 L. Musset, « Le satiriste Garnier de Rouen et son milieu (début du XIe siècle) », Revue du Moyen Age latin, X, 1954, p. 239 ; J.-M. Bouvris, op. cit., p. 90-91.

74 B. Leblond, L’accession des Normands de Neustrie à la culture occidentale (Xe-XIe siècles), 1966, p. 179-187.

75 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis primorum Normanniae ducum, éd. J. Lair, Caen, 1865.

76 J.-M. Bouvris, op. cit., p. 91-92 : « Plutôt que d’une école implantée en tant que telle au voisinage immédiat de la cathédrale [de Rouen], il paraît s’agir en fait ici d’une sorte de centre intellectuel organisé autour de l’archevêque Robert… Rien… dans la documentation dont dispose l’historien, ne laisse vraiment entrevoir le fonctionnement d’une authentique école installée à l’ombre de l’église métropolitaine. »

77 David Spear y relève un chanoine dès 1016, un archidiacre en 1020, un doyen en 1030, un trésorier en 1036.

78 Gallia Christiana, XI, col. 28 : Richardi II Normanniae ducis… filius Malgerius… antea monachus Fiscannensis.

79 Guillaume de Poitiers, op. cit., p. 130 : Scripturarum arcana intelligentiae literalis oculo colligere non indoctus fuit.

80 Guillaume de Poitiers, Guillaume de Jumièges et Orderic Vital.

81 B. Leblond, op. cit., p. 72.

82 J.-M. Bouvris, op. cit., p. 94, date de 1029-1035 la première mention de Hugo grammaticus (David Spear ne la note pas avant 1040).

83 Ibid., p. 95.

84 Ibid., p. 96.

85 David Spear semble distinguer l’archidiacre Hugues et Hugues le grammairien. D’après lui, le second aurait été scholasticus.

86 Comme ce Thibaud le grammairien dont parle Jean-Michel Bouvris, op. cit., p. 96.

87 M. de Boüard, « Notes et hypothèses sur Maurille, moine de Fécamp, et son élection au siège métropolitain de Rouen ». L’abbaye bénédictine de Fécamp. Ouvrage scientifique du XIIIe centenaire, 658-1958, Fécamp, 1959, t. 1, p. 81-92.

88 Ibid., p. 82.

89 R Riché, op. cit., p. 155 : « Les monastères italiens sont entre les mains de l’aristocratie laïque ou ecclésiastique, et sont troublés par les intrigues politiques et la vie relâchée des moines. »

90 Orderic Vital, 3, p. 88-94.

91 Cf. G. Louise, op. cit., t. 1, p. 158-160.

92 Gallia Christiana, XI, col. 37.

93 Orderic Vital, 2, p. 254, raconte les choses un peu différemment : chanoine et archidiacre à Rouen sous Maurille, Guillaume, dit « Bonne-Ame » en raison de son heureux caractère, part en pèlerinage à Jérusalem. Au retour, il décide de quitter le monde et se retire au Bec, d’où Lanfranc le sort pour en faire le prieur de Saint-Etienne.

94 Orderic Vital 3, p. 22-24. David Spear a consacré à Guillaume Bonne-Ame plusieurs articles qui constituent, on l’espère, les premiers éléments d’une vita : « William Bona Anima, Archbishop of Rouen (1079-1110) », The Anglo-Norman Anonymous, mai 1987 ; « William Bona Anima, Abbot of St. Stephen’s of Caen, 1070-1079 », The Haskins society Journal in medieval studies, 1, 1989, p. 51-60.

95 Orderic Vital, 2, p. 254 : Ad instructionem neophytorum… protractus est.

96 D. Spear, « William Bona Anima, Abbot of St Stephen’s of Caen, 1070-1079 », p. 56.

97 D. Douglas, op. cit., p. 100 ; J.-M. Bouvris, op. cit., p. 98.

98 Orderic Vital, 3, p. 22.

99 J.-M. Bouvris, op. cit., p. 98.

100 G. H. Williams, The Norman Anonymous of 1100 A. D., 1951, p. 102-125.

101 Orderic Vital, 3, p. 24 : Cantor peritissimus erat, aptissimamque ad canendum uocem habebat… Ad predicandum indoctis uerbum Dei, clara idoneaque locutione uigebat.

102 Gallia Christiana, XI, col. 39.

103 Orderic Vital, 6, p. 36-39.

104 H. Fisquet, La France pontificale, Paris, 1865, p. 82.

105 Orderic Vital, 6, p. 172 : … Aecclesiae lumen, decus et defensio cleri…

106 C’est ce que révèle un catalogue rédigé entre 1111 et 1128, donc après la mort de Guillaume Bonne-Ame : cf. É. Lesne, op. cit., t. IV, Les livres, scriptoria et bibliothèque, 1938, p. 580-581.

107 J.-M. Bouvris, op. cit., p. 99 : « L’école capitulaire de Rouen a joué un rôle assez effacé […] [C’était] un foyer de vie intellectuelle et de formation de clercs somme toute assez modeste, à l’instar des autres cathédrales normandes de ce siècle. »

108 Gallia Christiana, XI, col. 683.

109 Poésie latine chrétienne du Moyen Age (IIIe-XVe siècle), textes recueillis, traduits et commentés par Henry Spitzmuller, Bruges, 1971, p. 452-462.

110 É. Lesne, op. cit., p. 115. Nicolas, fils naturel de Richard III, et donc neveu de Robert le Magnifique, fut élevé à Saint-Ouen de Rouen, dont il deviendra l’abbé.

111 É. Lesne, op. cit., p. 23-32. Plusieurs diplômes de Charlemagne, et surtout le capitulaire De litteris colendis, précisent que tous les enfants capables d’apprendre doivent pouvoir le faire. La pauvreté ne saurait être un obstacle. Les évêques, les abbés, les maîtres des domaines doivent assurer la subsistance des étudiants si leur famille ne peut pas le faire.

112 Lucien Musset, « Monachisme d’époque franque et monachisme d’époque ducale en Normandie : le problème de la continuité », Aspects du monachisme en Normandie (IVe-XVIIIe siècles). Actes du colloque scientifique de l’Année des abbayes normandes (Caen, 18-20 octobre 1979), Paris, 1982, p. 55-74. Cf. p. 74 : « Lorsque la Normandie ducale s’est édifiée, non seulement on n’avait pas perdu le souvenir de l’ordre carolingien, mais encore on s’est efforcé de renouer avec lui partout où cela était possible. »

113 Guillaume de Poitiers, op. cit., p. 136 : Joannes… eruditus literis.

114 J.-M. Bouvris, op. cit., p. 95.

115 Voir la communication de David Spear dans le présent recueil, p. 81.

116 É. Lesne, op. cit., t. V, troisième section : Ecoles, maîtres, écoliers ; chap. 13, Caractères et diversités des écoles, p. 414-452 ; P. Riché, op. cit., Paris, 1979, chap. 4, Les écoles aux Xe et XIe siècles, p. 357-361.

117 Orderic Vital, 2, p. 48-54.

118 É. Lesne, op. cit., t. IV, p. 581-582. Jumièges avait au XIe siècle un fonds de bibliothèque typiquement monastique. On n’y voit aucun livre évoquant l’enseignement des arts libéraux. L’examen des collections des bibliothèques monastiques au XIe siècle permet, dans une certaine mesure, de présumer des enseignements dispensés à l’école de l’abbaye. La présence d’auteurs classiques et de « philosophes », à côté de l’Écriture sainte et des Pères, est l’indice d’une formation des clercs qui va plus loin que l’instruction élémentaire.

119 Orderic Vital 2, p. 250.

120 R. Foreville « L’école de Caen au XIe siècle et les origines normandes de l’Université d’Oxford », Etudes médiévales offertes à A. Fliche, Montpellier, 1952, p. 81-100.

121 M. de Boüard, « La Normandie ducale », Histoire de la Normandie, Toulouse, 1970, p. 184 : « Dès le XIe siècle… quelques cathédrales normandes, Rouen, Avranches, Bayeux, abritent de modestes foyers de vie intellectuelle et de formation des clercs. Avant même la fin de ce siècle, ces centres se développent, au point d’éclipser bientôt ceux des monastères. La culture profane devient l’affaire des cités épiscopales. »

122 A propos d’Avranches, où depuis l’article de Ch. Lebréton on s’accordait à placer dès le temps de l’évêque Hugues une école épiscopale qui aurait été illustrée successivement par Lanfranc et Anselme et qui aurait réuni des disciples tels que Jean d’Ivry et Hugues de Chester, on a vu qu’il fallait très certainement reconsidérer cette opinion. Si Avranches a bien eu son école épiscopale (on y trouve un scholasticus attesté en 1080) son rôle exact et sa zone d’influence restent à préciser.

123 É. Lesne, op. cit., t. V, p. 523. Les villes où les étudiants affluent au XIIe siècle sont d’abord Paris, puis Poitiers, Orléans, Tours, Le Mans, Angers, Chartres, Laon, Reims, Liège. Michel Mollat, Histoire de Rouen, 1979, p. 71-72 ; « Il faut attendre le temps des Plantagenêts pour retrouver à Rouen plus d’activité [intellectuelle], dans le sillage des écoles de Paris où tous les lettrés faisaient leurs études. » Lucien Musset le reconnaît lui-même, avec quelque regret : « Au XIIe siècle [les Normands], bien qu’ils n’aient pas discerner su l’évolution qui ailleurs allait mener à la naissance des premières universités, ont… donné au monde latin quelques-uns de ses meilleurs historiens… », Art de Basse-Normandie, n° 92, 1985, p. 5.

124 G. Désert (dir.), Histoire de Caen, 1981, p. 99-101.

125 La nomination, à la discrétion du duc, de personnalités comme Maurille, et la faveur de Guillaume le Conquérant pour des personnages comme Lanfranc et Anselme, étaient propres à lui attirer la sympathie du pape. Voir O. Guillot, « La libération de l’Église par le duc Guillaume avant la Conquête », Histoire religieuse de la Normandie, Chambray, 1981, p. 73-85 et M. de Boüard, « Notes et hypothèses sur Maurille, moine de Fécamp, et son élection au siège métropolitain de Rouen », t. 1, p. 81-92.

126 P. Riché, op. cit., p. 342 : « Au milieu du XIe siècle, le temps des grandes écoles monastiques est passé. » Sauf au Bec et à Saint-Etienne de Caen.

127 Abbé V. Bourrienne, Odon de Conteville, évêque de Bayeux. Son rôle au début de la première croisade, Évreux, 1900. L’épitaphe est citée p. 126.

128 Histoire des évêques de Bayeux, Caen, coll. Mancel, ms. 183.

129 Abbé Jean Hermant, Histoire du diocèse de Bayeux, Caen, 1705.

Auteur

Bibliothèque municipale de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540