Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

3e partie : La cité épiscopale

Les évêques et les villes de Normandie

François Neveux

Texte intégral

1Depuis l’antiquité, les évêques sont liés à la ville où est établi leur siège épiscopal. Ces villes épiscopales sont les cités les plus anciennes de Normandie, les seules qui comptent vraiment au début de la période ducale. Ceci dit, c’est seulement à la fin du Xe siècle, ou même au début du XIe, que tous les sièges épiscopaux de la province ecclésiastique de Rouen furent effectivement occupés. Les évêques nouent alors naturellement des liens privilégiés avec leur ville épiscopale, même s’ils sont amenés, le cas échéant, à s’intéresser aussi aux villes qui apparaissent au cours du XIe siècle dans leurs diocèses, telles que Caen, Falaise ou Alençon, entre autres. A l’inverse, la présence d’un évêque en activité est un gage de survie pour les villes épiscopales, même si plusieurs sont vite dépassées par ces villes nouvelles, plus importantes sur le plan politique ou militaire et plus actives sur le plan économique.

2Dans leurs rapports avec les villes, les évêques sont évidemment soumis aux aléas de l’évolution politique de la Normandie, de la fin du Xe au début du XIIe siècle. Ils apparaissent d’abord comme les chefs temporels de leur ville épiscopale : selon des modalités diverses, ils y détiennent un pouvoir politique et économique, voire militaire. Mais ces mêmes évêques n’en exercent pas moins leurs fonctions spirituelles, entretenant des relations avec le clergé, séculier et régulier, et œuvrant pour le prestige de leurs villes, auxquelles ils sont toujours très attachés.

Les évêques dans l’évolution politique de la Normandie

  • 1 De 862 à 990 : Gallia Christiana, XI, col. 473-474.
  • 2 Ibid., col. 869. Ensuite, entre 1025 et 1048 environ, les évêques siègent a Saint-Lô (chef-lieu du (...)

3Il faut rappeler qu’après l’installation des Normands, au Xe siècle, tous les sièges épiscopaux sont loin d’être pourvus, en particulier dans l’ouest du duché, où le pouvoir des comtes de Rouen s’est affirmé le plus tardivement. Le record est établi par Avranches avec une lacune de près d’un siècle et demi dans les listes épiscopales1. A Coutances, le siège est presque toujours occupé théoriquement, mais les évêques résident à Rouen jusqu’au premier quart du XIe siècle2.

  • 3 De 876 à 927 : ibid., col. 352.
  • 4 De 910 à 986 : ibid., col. 676.
  • 5 De 876 à 980. Cf. Abbé G. A. Simon, « La formation des anciennes listes des évêques de Lisieux », B (...)
  • 6 Lisieux : Roger, avant 980, ibid. ; Sées : Azon, vers 986, Gallia Chistiana, XI, col. 679 ; Avranch (...)

4En Normandie centrale, la situation n’est guère meilleure. A Bayeux, la lacune ne s’étend que sur un demi-siècle et le siège est à nouveau pourvu dès 9273. Mais à Sées, il n’y a plus d’évêque pendant trois quarts de siècle4 et à Lisieux pendant plus d’un siècle5. Ces deux sièges seront à nouveau occupés, en même temps que celui d’Avranches, dans les années 980-990, sous le principat de Richard Ier6. Quant à l’évêché d’Évreux, il subit plusieurs éclipses au cours du Xe siècle.

  • 7 Sées (Azon) : Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum ducum, éd. J (...)

5En somme, seule la ville de Rouen est pourvue d’un évêque de façon continue au cours du Xe siècle. Nous avons peu d’informations sur l’état des villes épiscopales à cette époque, mais il ne devait guère être brillant. Les fortifications ne devaient plus être en état et, d’ailleurs, les évêques rétablis à Lisieux et à Sées n’hésitèrent pas à les détruire partiellement pour restaurer leur cathédrale7. Les églises, et surtout les cathédrales, étaient presque partout en ruine. Les habitants, restés peu nombreux, étaient certainement incapables d’occuper tout l’espace autrefois urbanisé. Leur principale activité était sans doute l’agriculture. Ce tableau affligeant, quoique fort classique, ne rend que plus remarquables la reconstruction et l’essor de ces villes, sous l’égide de leurs évêques, au cours du XIe siècle.

6Notons cependant une exception, celle de Rouen. Le rétablissement de la ville est déjà largement entamé au cours du Xe siècle. Il y a des causes bien connues à cette situation particulière : abritant la résidence des ducs, située sur la Seine en liaison avec les mers nordiques, la ville est donc bien placée pour connaître un précoce développement économique. Mais il ne faut pas négliger le facteur religieux. Si Rouen s’est affirmée d’emblée comme la capitale de la Normandie, c’est qu’elle était déjà, depuis l’époque romaine, la métropole de la province ecclésiastique.

 

  • 8 D. Bates, « Notes sur l’aristocratie normande. I. Hugues, évêque de Bayeux (1011-env. 1049)... », A (...)
  • 9 Gallia Christiana, XI, col. 31-32 et 475.

7A partir du moment où Richard Ier se préoccupe de rétablir la hiérarchie, dans les années 990, le choix des évêques est avant tout l’affaire des ducs. Dans un premier temps, on le sait, il s’agit de contrôler l’épiscopat restauré en le peuplant de membres de la famille ducale. Cette politique est inaugurée par Richard Ier lui-même avec le choix de Robert, son fils, comme archevêque de Rouen, en 987. Elle se poursuit sous Richard II avec la désignation de Hugues, fils de Raoul d’Ivry, son cousin, au siège de Bayeux, vers 10118. Guillaume le Bâtard n’agira pas autrement. Mauger, son oncle, est choisi comme archevêque de Rouen en 1037, au début de sa minorité, mais le duc est encore trop jeune pour qu’il s’agisse d’une décision personnelle. En revanche, vers 1049, c’est bien lui qui nomme son demi-frère, Odon, comme évêque de Bayeux et son cousin, Hugues d’Eu, comme évêque de Lisieux. Enfin, Jean de Bayeux, frère d’Hugues d’Ivry, devient successivement évêque d’Avranches en 1061, puis archevêque de Rouen en 10679.

8Dans l’ensemble, les choix de Guillaume se révèlent de bons choix. Ces évêques n’étaient certes pas de saints hommes, mais ils se montrent généralement d’excellents administrateurs de leurs diocèses et, pour ce qui nous occupe, d’efficaces reconstructeurs et animateurs de leurs villes épiscopales. On connaît le tournant de 1055, marqué par la déposition de l’indigne Mauger et l’apparition d’un nouveau type d’évêque : l’évêque-moine, beaucoup plus préoccupé de la réforme qui est dans l’air du temps. C’est le cas de Maurille qui succède directement à Mauger et, bientôt, de Guillaume Bonne-Ame, ainsi que celui de nombreux évêques qui se sont installés en Angleterre après la conquête, à commencer par Lanfranc, promu au siège de Cantorbéry.

  • 10 L. Musset, « Un grand prélat normand du XIe siècle : Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances (104 (...)
  • 11 Voir infra, notes 39 et 40.
  • 12 Orderic Vital, Historia ecclesiastica (cité désormais Orderic Vital), éd. M. Chibnall, 1972, 3, p.  (...)
  • 13 Serlon, chanoine de Bayeux : « Versus Serlonis de capta Baiocensium ciuitate », Recueil des histori (...)
  • 14 Voir F. Neveux, Recherches sur l’histoire sociale de Bayeux du XIe siècle au milieu du XVe siècle ( (...)

9Pourtant, Guillaume n’a pas toujours la main aussi heureuse. Geoffroi de Montbray (lui ou sa famille) avait acheté son siège à l’archevêque Mauger10. Le duc n’a pas protesté. Geoffroi, comme Odon, ont été de grands seigneurs, guerriers à l’occasion, plutôt que des pasteurs11. De même, le savant Gilbert Maminot, évêque de Lisieux en 1077, s’est désintéressé complètement des questions religieuses12. Cependant, en 1087, l’épiscopat normand est dans l’ensemble de bonne qualité. En revanche, les villes épiscopales vont subir durement le contrecoup de la crise qui secoue la Normandie pendant près de vingt ans, de 1087 à 1106. Ainsi, à Bayeux, l’épiscopat de Turold de Brémoy, de 1098 à 1106, est catastrophique pour la ville comme pour le diocèse. Nommé par Guillaume le Roux pendant que le duc Robert Courteheuse était à la croisade, il ne put jamais se faire reconnaître ni par le clergé local, ni par le duc. L’absence d’un évêque digne de ce nom n’est sans doute pas pour rien dans la catastrophe de 1105. A cette date, en effet, la ville est prise et détruite par les troupes de Henri Beauclerc ; la cathédrale est incendiée avec les nombreuses personnes qui y avaient trouvé refuge13. Bayeux, ruinée, ne retrouvera jamais le rang de capitale secondaire de la Normandie qui avait été le sien. En Normandie occidentale, elle allait être définitivement supplantée par Caen, qui n’était pas une ville épiscopale14.

  • 15 Orderic Vital, 5, p. 306-322 : Orderic emploie deux fois l’expression pene illitteratus, la premièr (...)
  • 16 Ibid., p. 320-322.

10Le cas de Lisieux n’est guère plus brillant. Après la mort de Gilbert Maminot en 1101, c’est Renouf Flambard, évêque de Durham, alors exilé en Normandie (pour rebellion contre Henri Ier), qui met la main sur la ville. Renouf installe sur le siège épiscopal son frère Foucher. Selon Orderic Vital, il était presque illettré (pene illitteratus), comme son frère15. Leur principal titre de gloire, semble-t-il, c’est d’avoir été les compagnons de débauche du défunt Guillaume le Roux. Ruinés en Angleterre, ils cherchent à reconstituer leur fortune en Normandie, et cela au détriment des Lexoviens. Mais Foucher n’est évêque que de nom, c’est en réalité Renouf, chef de famille, qui tire les ficelles. D’ailleurs, à la mort de Foucher, en 1102, après seulement sept mois d’épiscopat, Renouf impose comme évêque son fils Thomas, qui n’était encore qu’un enfant. Et la vie d’un enfant étant fragile, il prévoit même qu’en cas de décès l’un de ses fils plus jeune lui succèderait. Renouf Flambard réussit à se maintenir dans ces conditions pendant trois ans à Lisieux. Il gouverne le diocèse à son profit et à celui de sa famille, c’est-à-dire qu’il le pille16.

  • 17 Ibid., p. 308.
  • 18 Archives diocésaines de Sées, Cartulaire de l’abbaye Saint-Martin de Sées (« Livre Blanc »), n° 2 e (...)
  • 19 Orderic Vital, 4, p. 252 et 6, p. 46 : Orderic affirme que l’abbé Raoul de Sées s’est exilé en Angl (...)

11Bien entendu, cette situation catastrophique était due à la faiblesse et à l’incurie de Robert Courteheuse. Une troisième ville épiscopale fut gravement affectée à cette époque : celle de Sées. En effet, en 1101, le duc Robert, voulant se réconcilier avec Robert II de Bellême (contre Henri Ier), lui accorda le château d’Argentan, la forêt de Gouffern ainsi que l’évêché de Sées17. Il s’agissait en théorie de rétablir la situation ancienne. Effectivement, de 1035 à 1070 environ, l’évêché avait été entre les mains d’Yves qui détenait en même temps la seigneurie de Bellême. De plus, les parents de Robert, Roger II de Montgommery et Mabile, avait été les restaurateurs de l’abbaye Saint-Martin de Sées18. Pourtant, Robert de Bellême ne se trouvait pas dans la situation d’un Renouf Flambard, car le siège épiscopal était occupé par Serlon d’Orgères depuis 1091, et l’abbaye était gouvernée par l’abbé Raoul d’Escure. Cependant, là aussi, Robert mit la ville et l’évêché en coupe réglée, si bien que l’évêque et l’abbé durent s’exiler en Angleterre auprès d’Henri Ier19.

  • 20 D. Spear, The Norman Episcopate under Henry I, King of England and Duke of Normandy (1106-1135), Un (...)
  • 21 Antiquus Cartularius Ecclesiae Baiocensis (Livre noir du chapitre de Bayeux), éd. abbé V. Bourrienn (...)

12La situation des villes épiscopales troublées est rétablie sous Henri Ier. A Bayeux, est installé Richard de Douvres, membre d’une célèbre famille d’ecclésiastiques qui s’était constituée dans l’entourage d’Odon de Conteville. En effet, Richard Ier était le fils de Samson, ancien trésorier de Bayeux, devenu évêque de Worcester (1096-1112), et le neveu de Thomas Ier de Bayeux, archevêque d’York (1070-1109). Plus tard, son frère, Thomas II, devenait à son tour archevêque d’York (1109-1114) ; de même son neveu, Richard II, lui succédait à Bayeux, de 1135 à 114220. Lors de l’avènement de Richard Ier, la ville de Bayeux était ruinée et le patrimoine considérable constitué sous Odon avait été dispersé sous Turold. Aussi le nouvel évêque obtient-il de Henri Ier un acte ordonnant de le mettre en possession de tous les biens, droits et libertés dont l’église de Bayeux jouissait sous Odon21.

  • 22 Orderic Vital, 6, p. 142-144.
  • 23 Orderic Vital écrit à ce sujet : Supradictus autem archidiaconus Normanni decani filius fuit (ibid.(...)
  • 24 Gallia Christiana, XI, col. 774.
  • 25 Voir C. H. Haskins, Norman Institutions, New York, 1918, p. 85-122 ; M. de Boüard, « Le Duché de No (...)

13A Lisieux également, Henri Ier nomme un clerc de son entourage qui va rétablir la situation. Il s’agit de Jean, archidiacre de Sées, qui s’était exilé en Angleterre, sans doute à la suite de son évêque Serlon22. Jean est fils de clerc, il appartient lui aussi à une famille ecclésiastique qui prospérera entre Sées et Lisieux23. Il favorisera l’établissement de ses deux neveux, fils de son frère Hardouin. L’aîné, également nommé Jean, deviendra évêque de Sées (1124-1143). Le plus jeune, Arnoul, lui succèdera sur le siège de Lisieux (1141-1182)24. Le succès de cette famille est évidemment dû au rôle politique joué par Jean de Lisieux. Dès les premières années du XIIe siècle, il avait su faire le bon choix entre Henri Beauclerc et Robert Courteheuse. Plus tard, avec le titre de justicier, il exerça une véritable vice-royauté en Normandie, en l’absence du roi25.

 

14On le voit, le sort des villes épiscopales aux XIe et XIIe siècles est très lié à la qualité de leurs évêques. Chaque fois que les ducs ont été forts (Richard II, Robert le Magnifique, Guillaume, puis Henri Ier), ils ont choisi des évêques le plus souvent capables d’administrer leurs diocèses et de favoriser 209 leurs villes épiscopales. En revanche, dans les périodes de crise, et en particulier entre 1087 et 1106, des villes épiscopales comme Bayeux, Lisieux et Sées ont été durement touchées, notamment en raison de l’absence d’évêques susceptibles de les défendre, par la négociation sinon par les armes. En effet, au XIe siècle, la fonction de l’évêque dans sa ville est loin d’être uniquement spirituelle.

Le pouvoir temporel de l’évêque sur la ville

15Les évêques normands exerçaient souvent sur leur ville épiscopale un pouvoir d’ordre temporel. A vrai dire, dans ce domaine, les situations étaient assez variées. Il faut mettre à part le cas de Rouen qui a toujours été contrôlée par le pouvoir ducal. D’autres villes épiscopales aussi étaient gouvernées par un vicomte représentant le duc (Bayeux, Coutances et Avranches) mais l’évêque n’en exerçait pas moins un pouvoir réel.

  • 26 Archives diocésaines de Sées, Cartulaire du Chapitre cathedral, f° 55 r°.
  • 27 L. Musset, « Peuplement en bourgage et bourgs ruraux en Normandie du Xe au XIIIe siècle », Cahiers (...)
  • 28 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, p. 165 : Religiosus Azso, uetulus presul eiu (...)
  • 29 Orderic Vital, 4, p. 296 : Sagiense quoque episcopium Robertus contra ius et fas comprimebat, et Gu (...)
  • 30 Voir supra, p. 208 et note 19.

16Le cas de Sées est assez particulier puisqu’au début du XIe siècle la ville était possédée, nous le savons, par les seigneurs de Bellême. Vers 1025, sous l’évêque Sigefroi, Guillaume de Bellême donna à l’église de Sées le burgum Sagii26. Dès lors, la ville devait être coupée en deux. Au nord de l’Orne, s’étendait ce qu’on allait appeler le burgus episcopi ; au sud, le burgus comitis ainsi nommé lorsque les Bellême prirent le titre de comte d’Alen27. L’évêque était donc le maître de l’ancienne ciuitas, mais notons que cette appellation n’était plus utilisée dans le cas de Sées, peut-être parce que la ville n’était plus fortifiée, en particulier depuis les destructions opérées par l’évêque Azon à la fin du Xe siècle28. A vrai dire, les Bellême ont difficilement accepté de perdre le contrôle de la ville épiscopale. Vers 1035, ils réussissaient à faire nommer à l’évêché l’un des leurs, Yves. Plus tard, dans les premières années du XIIe siècle, nous le savons, Robert II de Bellême se fit attribuer l’évêché par Robert Courteheuse, « alléguant que le duc Richard l’avait donné à son ancêtre Guillaume »29. Bien entendu, cette usurpation était inacceptable pour l’évêque Serlon qui n’eut d’autre choix que de s’exiler30.

  • 31 Β. M. Lisieux, Cartulaire de l’évêché de Lisieux (dit « de Thomas Basin »), f° 1 r°.
  • 32 Ces paroisses sont les suivantes : Saint-Désir-de-Lisieux, Ouilly-le-Vicomte, Rocques, Les Vaux (co (...)
  • 33 Voir F. Neveux, Villes episcopates de Normandie. Études d’histoire sociale (XIVe-XVe siècles), thès (...)

17Le cas de Lisieux est également particulier. Au début du XIIe siècle, nous avons vu Renouf Flambard exercer le pouvoir sur la ville. C’était possible, car elle dépendait uniquement de l’évêque : il n’y avait pas sur place de représentant ducal. Il n’existe pas de document à ce sujet avant l’extrême fin du XIIe siècle. En 1199, mettant sans doute à profit la période d’incertitude suivant la mort de Richard Cœur-de-Lion, un certain Robert se proclame vicomte héréditaire de Lisieux. Alors, l’évêque Guillaume de Rupierre (1093-1201) porte plainte auprès du dernier duc-roi Plantagenêt, Jean sans Terre. Ce dernier ordonne une enquête auprès de nombreux chevaliers du voisinage. Dix-huit d’entre eux affirment que le roi ne possède dans la ville et la banlieue de Lisieux que les trois plaids dits « de l’épée » : convocation à l’ost, protection des habitants qui se rendent à la cour royale et privilège de battre monnaie31. Ainsi, il apparaît clairement que l’évêque de Lisieux est à la fois le chef temporel et spirituel de la ville et de sept paroisses des environs32. Beaucoup plus tard, au XVe siècle, il prendra le titre de comte de Lisieux33.

  • 34 Geoffroi exerça surtout des fonctions judiciaires et administratives. Odon fut, on le sait, comte d (...)

18Déjà, au XIe siècle, un prélat avait exercé les pouvoirs comtaux, mais pas dans sa ville épiscopale. Il s’agit de Robert, archevêque de Rouen, qui était également comte d’Évreux. Il n’y a pas d’autres exemples de cette situation en Normandie après la mort de Robert, en 1037. Mais, en Angleterre, Guillaume le Conquérant n’hésita nullement à confier des charges politiques, administratives ou judiciaires à des évêques normands et, en particulier, à Geoffroi de Montbray ou à Odon de Conteville, son demi-frère34.

  • 35 Robert de Torigni, Interpolations à Guillaume de Jumièges, VIII, p. 293.
  • 36 Orderic Vital, 4, p. 116.

19Les évêques normands du XIe siècle étaient d’origine aristocratique, s’ils n’appartenaient pas à la famille ducale. Ils avaient donc les mœurs de leur milieu. L’archevêque Robert était ostensiblement marié : il était le père de Richard qui lui succéda comme comte d’Évreux35. De même, Odon de Conteville était également le père d’un Jean de Bayeux qu’on retrouva plus tard à la cour de Henri Ier36.

 

  • 37 Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum ducum, III, p. 100.
  • 38 Tapisserie de Bayeux, scène 54. Rappelons la légende qui tente (en vain ?) d’adoucir la force de l’ (...)
  • 39 Guillaume de Poitiers, Histoire de Guillaume le Conquérant, éd. R. Foreville, Paris, 1952, p. 182. (...)
  • 40 Orderic Vital, 4, p. 278 : Magis peritia militari quam clericali uigebat.

20Ces évêques n’hésitaient pas non plus à manifester leur pouvoir en prenant les armes, ce que leur état ecclésiastique leur interdisait en principe. Ainsi, dès son avènement, le duc Robert le Magnifique assiège dans Évreux son oncle maternel, l’archevêque Robert, qu’il suspectait de trahison. L’archevêque s’enferme alors dans la ville à l’abri des remparts cum militari manu37. On connaît bien la célèbre représentation d’Odon sur la Tapisserie de Bayeux participant activement à la bataille d’Hastings38 armé d’une massue. Telle est l’image qu’il avait voulu donner de lui, même si les chroniqueurs contemporains le représentent en prière, en compagnie de Geoffroi de Montbray39. Ce dernier n’était pas en reste et Orderic Vital nous dit qu’il « était plus compétent dans la science militaire que dans la cléricale »40 !

  • 41 Ibid., 6, p. 228 : Tandem prudentum consultu precepit ignem immitti et ciuitatem concremari, ut ab (...)
  • 42 A Sées et à Lisieux. Voir supra, p. 206 et notes 7 et 28.

21Au XIIe siècle, on ne trouve plus guère de ces évêques-guerriers. Il est cependant arrivé à un évêque de se trouver dans la désagréable situation d’avoir à accepter la destruction de sa cathédrale et de sa ville épiscopale. Il s’agit d’Audin, évêque d’Évreux de 1113 à 1139. En 1119, la ville est entre les mains du comte Amaury de Montfort qui a chassé l’évêque et saccagé le palais épiscopal. Henri Ier fait alors le siège d’Évreux. Pour en finir rapidement, il ne voit qu’une solution : mettre le feu à la ville. Le roi demande à l’évêque, qui l’accompagne, l’autorisation de procéder ainsi : ce dernier finit par accepter, la mort dans l’âme, « pour libérer la ville des traîtres excommuniés ». Le roi et les grands lui ont également fait la promesse de financer la reconstruction des églises détruites, et notamment de la cathédrale41. Un tel drame est évidemment exceptionnel. En général, dans leur ville épiscopale, les évêques ne s’occupaient pas de la défense. On les voit plutôt mettre à bas les murailles42.

  • 43 Gallia Christiana, XI, col. 219. Cf. L. Musset, « Un grand prélat normand du XIe siècle : Geoffroy (...)
  • 44 Antiquus Cartularius, t. I, n° 154 : Terram ubi parous episcopi fuit in Baiocis.
  • 45 F. Neveux, Villes épiscopales de Normandie, t. I, p. 301-302.

22Cependant, ils aimaient se livrer aux plaisirs de la chasse, substitut à la guerre très prisé par l’aristocratie. Ainsi, plusieurs villes épiscopales avaient leur réserve de chasse destinée à l’évêque. Celle de Geoffroi de Montbray à Coutances est bien connue43. A Bayeux, le pape Lucius II confirma en 1144 à l’évêque Philippe d’Harcourt tous les biens de l’église locale et, et en particulier, « la terre où fut le parc de l’évêque »44. Ce parc avait peut-être disparu au milieu du XIIe siècle, mais il était certainement en activité au XIe siècle, sous Odon de Conteville. De même, un parc de l’évêque est également signalé à Lisieux à une époque tardive45. On peut supposer qu’il remontait aussi au XIe siècle.

23Les évêques exerçaient encore un pouvoir sur leur ville épiscopale par leur emprise économique.

  • 46 Ibid., p. 295, 300.

24A Lisieux, sur ce point encore, nous n’avons que des renseignements tardifs, mais la situation des XIIIe-XVe siècles avait évidemment ses origines aux XIe-XIIe siècles. L’évêque contrôlait le commerce dans la ville en obligeant les commerçants à venir vendre dans ses halles le mardi, jour de marché. Il y prélevait évidemment des droits importants sur les marchandises échangées, les « droits de coutume », qui s’ajoutaient aux « droits de ville » perçus sur l’ensemble des habitants. L’évêque possédait aussi plusieurs moulins à blé dans la ville et dans la banlieue46.

  • 47 Antiquus Cartularius, t. I, n° 28 (1154-1163).
  • 48 Ibid., n° 35.
  • 49 Ibid., n° 42 (1135-1147).
  • 50 Ce monopole fut plusieurs fois contesté aux XIVe et XVe siècles, notamment en 1365. Voir Livre Roug (...)

25A Bayeux, également, l’évêque disposait de plusieurs moulins échelonnés le long de l’Aure. Ici nous sommes certains que ces moulins épiscopaux existaient dès le XIe siècle. En effet, au milieu du XIIe siècle, Henri II prescrivit de faire reconnaître quels étaient les droits des évêques sur la moulte de Bayeux pendant les règnes précédents47. En 1194, il ordonna au comte Guillaume que soient remis à l’évêque, alors Philippe d’Harcourt, tous les moulins seigneuriaux et toute la moulte de Bayeux48. Au sud de la cité, toujours sur l’Aure, en amont, l’évêque possédait également un vivier, qui est signalé au XIIe siècle, mais qui remontait certainement aussi au XIe siècle. Ce vivier est encore visible de nos jours49. Bien entendu, l’évêque y détenait le monopole de la pêche50.

  • 51 Cartulaire de Saint-Martin de Sées, f° 9, n° 15.

26De même, à Sées, le vivier situé sur l’Orne, à mi-chemin entre la cathédrale et l’abbaye de Saint-Martin, est partagé en 1097 entre l’évêque (alors Serlon d’Orgères) et l’abbaye (dont l’abbé était Raoul d’Escure)51.

 

  • 52 Gallia Christiana, XI, col. 219. Cf. L. Musset, « Un grand prélat normand du XIe siècle : Geoffroy (...)
  • 53 Pour Bayeux et Lisieux, voir F. Neveux, Villes épiscopales de Normandie, t. I, p. 195-198 et 304-30 (...)

27Le pouvoir économique des évêques sur la ville épiscopale est renforcé par l’emprise foncière qu’ils y exercent. A Coutances, Geoffroi de Montbray avait acheté au duc Guillaume la moitié de la cité et de la banlieue, avec encore des moulins52. Pour les autres villes, nous n’avons des renseignements que pour des périodes relativement tardives. Mais, quand elle apparaît en pleine lumière (entre le XIIe et le XVe siècle), l’emprise foncière des évêques semble considérable, à Bayeux, à Lisieux ou à Sées, par exemple53.

  • 54 Antiquus Cartularius, n° l (avant 1066) et n° 2 (1074). Bernières-sur-Mer, Calvados, canton de Douv (...)
  • 55 Ibid., n° 3. Le Plessis-Grimoult, Calvados, canton d’Aunay-sur-Odon.
  • 56 Ibid., n° 6.
  • 57 Ibid., n° 21 (1035-1037), n° 154 (1144) et n° 81 (1165-1205).

28Nous sommes mieux informés à cet égard en ce qui concerne Bayeux. Il semble que la richesse foncière de l’évêque soit due, en particulier, à l’action d’Odon de Conteville. En dehors de la ville, par exemple, Odon acheta à Guillaume de Courseulles la terre de Bernières et à Herbert d’Agneaux celle de Carneville54. Il fit confirmer ses acquisitions par son demi-frère le duc et réussit à obtenir de lui, en 1074, la baronnie du Plessis, naguère confisquée sur le traître Grimoult55. A Bayeux même, la principale possession de l’évêque se trouvait dans la banlieue : il s’agit de Saint-Vigor-le-Grand, simple fief, plus tard érigé en baronnie. C’est là que fut construit le Bourg-l’Évêque sous son épiscopat. L’évêque y avait un moulin sur l’Aure, un four banal et les droits de la foire de Toussaint56. Par ailleurs, il contrôlait le débouché maritime de Bayeux, Port-en-Bessin57.

  • 58 Ibid., n° 29.
  • 59 H. Navel, « Enquête de 1133 sur les fiefs de l’évêché de Bayeux », Bulletin de la Société des Antiq (...)
  • 60 Antiquus Cartularius, t. I, n° 14.
  • 61 Ibid., n° 16.

29Tous ces biens faisaient de l’évêque de Bayeux l’un des plus riches parmi les évêques de Normandie. Cependant, une bonne partie de ce patrimoine fut dilapidée lors de la crise qui suivit la mort d’Odon, sous l’épiscopat de Turold de Brémoy (1098-1106). Il faudra très longtemps pour que les successeurs d’Odon recouvrent les biens usurpés. Dans un acte non daté, Henri Ier ordonne que l’évêque Richard de Douvres (1107-1133) soit mis en possession des biens, droits et libertés dont l’église de Bayeux jouissait sous Odon58. En 1133, le même roi fait rédiger la fameuse enquête sur les fiefs de l’évêque de Bayeux59. En 1151-1152, à l’issue d’une nouvelle phase de troubles, Henri II Plantagenêt, alors duc de Normandie, prescrit une nouvelle enquête portant encore une fois sur les biens, libertés et franchises dont l’église de Bayeux jouissait sous Odon60. Puis il ordonne derechef que l’évêque Philippe d’Harcourt soit mis en possession de ces biens61. Une fois encore, la période de référence est l’épiscopat d’Odon, mort plus d’un demi-siècle auparavant. Au milieu du XIIe siècle, la seconde moitié du siècle précédent apparaît donc comme un âge d’or pour la ville de Bayeux et son diocèse. Ce fut effectivement un temps de prospérité et d’essor pour la cité. Et cette réussite était due en partie à l’action de l’évêque. Sans doute pourrait-on faire la même constatation pour Coutances sous Geoffroi de Montbray ou pour Lisieux sous Hugues d’Eu, entre autres.

 

30On peut le constater par ces quelques exemples, les évêques normands ont souvent été pour leur ville épiscopale des chefs temporels autant que spirituels, et ceci sans parler des fonctions exercées en dehors de leur diocèse, surtout après la constitution du royaume anglo-normand. Cependant, les mêmes personnages, y compris les plus séculiers, accomplissent régulièrement les devoirs religieux afférents à leur charge. Plus curieusement pour certains, ils font preuve à un moment ou à un autre de leur carrière d’authentiques préoccupations spirituelles.

Le rôle spirituel des évêques dans leur ville épiscopale

  • 62 Orderic Vital, 3, p. 18-22 et Introduction, 1, p. 23, note 2.
  • 63 Ibid., 6, p. 554.

31La fonction spirituelle de l’évêque c’est d’abord l’exercice du culte dans sa cathédrale, mais aussi les ordinations de clercs. Celles-ci donnent lieu quelquefois à d’extraordinaires fournées de plusieurs centaines d’ordinands. Ainsi Orderic Vital, qui n’est guère tendre pour Gilbert Maminot, évêque de Lisieux de 1077 à 1101, retient cependant sa plume en se souvenant qu’il a été ordonné sous-diacre par lui, en 1091, à seize ans, en même temps que trois cents autres postulants62 ! De même, en 1107, à Rouen, Guillaume Bonne-Ame ordonne lui aussi 364 clercs, dont 120 prêtres, parmi lesquels figurait encore Orderic Vital63. Dans ces deux cas, ces ordinations en masse correspondent à une normalisation de la situation avec le rétablissement de la paix, après la mort de Guillaume le Conquérant comme après la victoire d’Henri Ier.

  • 64 L. Musset, « Un grand prélat normand du XIe siècle : Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances (104 (...)
  • 65 Antiquus Cartularius, n° 22. Aux 25 chanoines, il faut ajouter six dignitaires.
  • 66 On a de nombreux exemples tardifs, à Lisieux en particulier. Voir F. Neveux, Villes épiscopales de (...)
  • 67 Cartulaire de Saint-Martin de Sées, f° 122 r°, n° 285.

32L’évêque est, en premier lieu, le chef du clergé diocésain. Dans la ville épiscopale, il entretient d’abord des rapports avec le chapitre cathédral. Au XIe siècle, ces chapitres se mettent progressivement en place : à Coutances, on compte 14 chanoines à la mort de Geoffroi de Montbray64 ; à Bayeux, 25 chanoines sont mentionnés en 1092, à la fin de l’épiscopat d’Odon de Conteville65. Les rapports entre l’évêque et le chapitre ne sont pas toujours sereins. Rapidement, des conflits de pouvoir et d’intérêt opposent les deux principales autorités ecclésiastiques de la ville épiscopale ; ils sont récurrents dans les villes épiscopales tout au long du Moyen Age66. Mais, parfois, l’évêque joue un rôle d’arbitre lorsqu’il y a conflit entre le chapitre et un établissement religieux. C’est le cas, par exemple, de Gérard II, évêque de Sées de 1144 à 1157, dans un conflit entre le chapitre et l’abbaye de Saint-Martin au sujet de certaines coutumes perçues dans le Bourg-l’Évêque67.

  • 68 Robert de Torigni, Chronique, éd. L. Delisle, Rouen, 1872, t. I, p. 235-236.
  • 69 Cartulaire du chapitre cathédral de Sées, f° 55-57.

33Les rapports entre évêque et chapitre vont parfois beaucoup plus loin. Dans la première moitié du XIIe siècle, dans le cadre du grand mouvement de réforme qui anime l’Église à cette époque, certains évêques tentent de transformer leur chapitre séculier en chapitre régulier. C’est la ville de Sées qui est en flèche dans cette affaire. Une tentative a bien été faite à Lisieux par l’évêque Jean, originaire de Sées, mais elle s’est soldée par un échec68. En revanche, son neveu Jean de Neuville (ou fils Hardouin) réussit à opérer à Sées en 1131 la transformation du chapitre séculier en chapitre régulier. L’acte par lequel Jean procède à la réforme du chapitre est transcrit dans le cartulaire de l’évêché69. Il est daté de 1131. On y apprend que le changement ne s’est pas opéré sans de multiples difficultés. Il fut convenu entre Jean et Garin, prieur régulier, que la régularité serait établie au fur et à mesure de la vacance des prébendes. Pendant de nombreuses années, anciens et nouveaux chanoines ont donc dû cohabiter. La nouvelle communauté canoniale allait vivre selon la règle de saint Augustin.

  • 70 Ibid., f° 69-70. Charte éd. par C. H. Haskins, Norman Institutions, New York, 1918, p. 300-302.
  • 71 Ibid., f° 71-72. Charte éd. par C. H. Haskins, op. cit., p. 307 (1131-1135).
  • 72 Signalons en particulier un édifice d’époque romane (sans doute ancienne église ou chapelle) et la (...)

34Jean de Neuville n’oublia pas les questions pratiques. Pour ce faire, il profita des bonnes relations de son oncle avec Henri Ier. Dès 1131, en effet, le roi confirma les biens de l’église de Sées ; la charte est souscrite par Hugues, archevêque de Rouen, Audin, évêque d’Évreux, et Jean, évêque de Lisieux70. Henri Ier confirma encore la donation d’Enguerran Oison et de son fils Guillaume à l’église de Sées. En effet, Enguerran projetait d’entrer dans le chapitre régulier et donnait trois masures de terre qui devaient servir à édifier les maisons des nouveaux chanoines71. De fait, les bâtiments destinés à recevoir la communauté furent construits au nord de la cathédrale. Ils subsistent en partie aujourd’hui72.

  • 73 Orderic Vital, 6, p. 290.
  • 74 Serlon, Defensio pro filiis presbyterorum, dans MGH, scriptores, V, 3, éd. E. Dümmler et H. Böhmer, (...)
  • 75 Gaufredus, Vita Bernardi Tironensis, in Acta Sanctorum, april. 2, p. 222-254 ; in J.P. Migne, Patro (...)

35A cette époque, la réforme est à l’ordre du jour. Il ne s’agit pas uniquement du mode de vie des chanoines, mais aussi du célibat des prêtres. Le concile de Rouen de 1119 reprend les décrets du concile de Reims à ce sujet73. Les évêques doivent appliquer ces décisions dans leurs diocèses, et d’abord dans leurs villes épiscopales. Cela ne va pas sans mal. A Bayeux, le chanoine Serlon, lui-même fils de prêtre, fait l’apologie du mariage des prêtres74. A Coutances, sous l’évêque Raoul (1093-1110) ou son successeur Roger (c. 1114-1123), Bernard de Tiron prêche dans la cathédrale le respect des décrets conciliaires à ce sujet. Or il est attaqué par un ecclésiastique marié et par des femmes de prêtres : il échappe de peu à la mort75 !

  • 76 Cartulaire du chapitre de Sées, f° 78 v : Decimam ecclesie... quam scilicet habuit in elemosinam He (...)

36A Sées même, on peut penser que l’installation d’un chapitre régulier avait notamment pour objectif d’éliminer les chanoines mariés. Ils seront pourtant longs à disparaître complètement. En effet, en 1194 encore, l’évêque Gérard II donne au chapitre l’autel de la Croix et la dîme qu’avaient reçue en aumône Hermerius, ses fils Roger et Jean, tous trois chanoines de Sées76. Sans doute faisaient-ils partie des derniers irréductibles, réfractaires à la réforme du chapitre.

37Les évêques normands ne s’intéressaient pas seulement au clergé séculier. Au cours du XIe siècle, plusieurs d’entre eux avaient essayé d’implanter des abbayes dans leur ville épiscopale. A cet égard, il faut mentionner deux succès et un échec.

  • 77 Orderic Vital, 6, p. 16.

38Vers 1049-1050, l’abbaye féminine, installée tout d’abord à Saint-Pierre-sur-Dives, était transférée à Lisieux. Or la fondatrice, Lesceline, veuve de Guillaume, comte d’Eu, était la mère d’Hugues qui venait d’obtenir le siège de Lisieux. A partir de cette date, la nouvelle abbaye prospéra grâce à la protection attentive du nouvel évêque77.

  • 78 L. Musset, « Le monachisme sur le territoire normand avant la fondation du duché, aperçus et hypoth (...)
  • 79 Cartulaire de Saint-Martin de Sées, f° 1 r°.

39Vers la même époque, autour de 1050, l’évêque de Sées, Yves de Bellême, allait inciter sa nièce Mabile et son mari Roger de Montgommery à relever le monastère de Saint-Martin de Sées, détruit lors des invasions Scandinaves78. Le rôle de l’évêque est essentiel dans cette restauration. Il donne lui-même, conjointement avec Roger et Mabile, un certain nombre de biens et de revenus détenus par la famille de Bellême et, notamment, l’église d’Aunou-sur-Orne, le moulin de Macé et la dîme du tonlieu de Sées79.

  • 80 Orderic Vital, 4, p. 116. Cet épisode montre à quel point le rôle personnel de l’évêque était impor (...)
  • 81 Antiquus Cartularius, t. I, n° 6.
  • 82 Chartes et documents de Saint-Bénigne de Dijon, éd. G. Chevrier et M. Chaume, Dijon, 1943, t. II, n (...)
  • 83 Ibid., p. 162 (1096). Cf. Antiquus Cartularius, t. I, n° 167 (1181-1185) : le pape Lucius III écrit (...)

40A côté de ces succès, il faut signaler un échec retentissant. C’est celui d’Odon de Conteville avec le monastère de Saint-Vigor-le-Grand. Odon avait lui aussi l’ambition de créer un grand monastère suburbain. C’est pourquoi, avant 1066, il fonda une abbaye à Saint-Vigor-le-Grand où, avant les invasions Scandinaves, avait déjà existé, comme à Sées, une première communauté. Il fit venir des moines du Mont-Saint-Michel avec Robert de Tombelaine comme abbé. Mais son arrestation et son emprisonnement, en 1082, allaient porter un coup d’arrêt brutal au développement du monastère. L’abbé Robert s’enfuit jusqu’à Rome et la communauté se dispersa80. Après la mort de Guillaume, Odon tenta bien de réactiver son abbaye : en 1089, il obtint, en effet, de Robert Courteheuse la confirmation de sa fondation81. Mais, quelques années plus tard, avant de partir pour la croisade, en 1096, il devait abandonner la partie et céder Saint-Vigor à l’abbé de Saint-Bénigne de Dijon, Jarenton. Il remettait à Saint-Bénigne tous les biens qu’il avait naguère lui-même donnés au monastère et, en particulier, la moitié de la uilla de Saint-Vigor et toute sa dîme. La communauté était réduite à l’état de prieuré, dépendance de cette abbaye lointaine82. Une clause de la cession prévoyait certes une éventuelle élévation au statut d’abbaye, toujours sous la houlette de Saint-Bénigne : elle ne sera jamais mise en application, malgré une tentative à la fin du XIIe siècle83.

 

41L’installation d’une grande abbaye aux portes de Bayeux aurait permis d’augmenter le prestige de la ville épiscopale. Les évêques normands sont évidemment très sensibles à la réalisation d’un tel objectif. Pour y parvenir, ils n’hésitent pas à utiliser les moyens les plus divers.

  • 84 Orderic Vital, 3, p. 36-38. Orderic fait évidemment la confusion, habituelle à cette époque, entre (...)
  • 85 Ibid., 3, p. 38-46.

42Le prestige spirituel d’un siège épiscopal pouvait d’abord se mesurer à l’ancienneté de ses origines. L’idéal était de remonter à l’époque apostolique ou, à défaut, à celle des premiers martyrs. Ainsi Orderic Vital nous rapporte la légende de saint Nicaise et de ses compagnons : envoyés par saint Denis à Rouen sous l’empereur Domitien (81-96), ils ne purent arriver jusqu’à la ville et furent martyrisés en route84. Le même saint Denis aurait ordonné évêque saint Taurin. Installé à Évreux et plus heureux que ses confrères, il y serait mort très vieux ; il fut enterré à l’extérieur de la cité, à l’endroit où s’éleva plus tard le monastère qui lui est dédié85.

  • 86 Ibid., 3, p. 22-24.
  • 87 D. Bates, « Notes sur l’aristocratie normande. I. Hugues, évêque de Bayeux (1011-env. 1049)... », p (...)
  • 88 La scène 22 représente la ville de Bayeux et le texte dit : Hic Willelmus uenit Bagias. La scène 23 (...)
  • 89 On l’apprend pour la première fois en 1476 dans un inventaire du trésor de la cathédrale de Bayeux (...)

43Le prestige d’une ville épiscopale se mesure également à l’importance et à la qualité de ses reliques. C’est pourquoi les évêques se préoccupent souvent d’acquérir et de mettre en valeur des reliques prestigieuses. A Rouen, par exemple, Guillaume Bonne-Ame opère une translation solennelle du corps de saint Romain86. A Bayeux, l’évêque Hugues se procure les restes des saints anglais Raven et Rasiphe87. Le cas le plus célèbre est, encore une fois, celui d’Odon de Conteville qui a commandité la célèbre Tapisserie de Bayeux pour exalter les reliques de sa cathédrale, sur lesquelles Harold avait juré fidélité au duc Guillaume. La scène 23 qui représente la prestation de serment, nettement située à Bayeux, est la scène centrale de l’œuvre88. Pendant tout le Moyen Age, et au-delà, la Tapisserie sera exposée lors de la fête des Reliques dans la cathédrale89.

44Bien entendu, la cathédrale est le symbole le plus visible du pouvoir épiscopal : les évêques normands y ont apporté le plus grand soin. Les évêques du XIe siècle ont eu à reconstruire de fond en comble leurs églises-mères et les dédicaces s’échelonnent dans la seconde moitié du siècle depuis Lisieux, en 1055, jusqu’à Bayeux, en 1077, en passant par Coutances et Rouen, entre autres. L’effort sera poursuivi au XIIe siècle, notamment avec Sées (dédicacée en 1126) et à nouveau avec Bayeux comme avec Évreux (après les incendies de 1105 et de 1119).

45La meilleure preuve de l’attachement que les évêques portent à leur ville épiscopale, c’est leur volonté d’y être enterrés, généralement dans la cathédrale. Trois évêques méritent d’être remarqués à cet égard : Hugues de Lisieux, Odon de Bayeux et Serlon de Sées.

  • 90 Orderic Vital, 3, p. 12-18.

46Orderic Vital nous livre un récit détaillé de la mort de l’évêque Hugues, en 1077, qu’il met en relation avec une catastrophe survenue à la cathédrale de Lisieux. Au cours de la messe, la foudre s’abat en effet sur la tour, détruisant la croix qui la surmontait, puis, à l’intérieur de l’édifice, endommageant le crucifix. Neuf personnes sont tuées. C’était évidemment un signe du ciel, pour les contemporains comme Orderic. Or au même moment, ou à peu près, l’évêque tombe malade. Il est à Pont-l’Évêque, à quatre lieues de Lisieux (16 kilomètres), et demande à être conduit auprès de « son épouse », car il est triste à l’idée de mourir loin de son siège épiscopal. Mais il décède au cours de son transport. Aussitôt, une polémique s’engage entre les chanoines et les moniales au sujet du lieu de la sépulture : Guillaume le Conquérant lui-même tranchera en faveur de l’abbaye Notre-Dame-du-Pré dont Hugues était considéré comme le fondateur et le constructeur90.

  • 91 Ibid., 4, p. 118. Le tombeau fut détruit au XIIe s. : il n’en reste aucune trace aujourd’hui.

47Quant à Odon de Conteville, il survécut vingt ans à Hugues d’Eu. Il s’était préparé une sépulture magnifique dans le monastère de Saint-Vigor dont il était le restaurateur. Mais il ne mourut pas à Bayeux, ni même en Normandie. Il était à Palerme, sur la route de la croisade lorsque la mort le surprit. Il fut donc enterré dans la cathédrale de Palerme où le comte Roger lui fit construire un tombeau magnifique91.

  • 92 Ibid., 6, p. 336 : Aetate et debilitate frangor, finemque meum michi iam imminere intueor. Domino D (...)
  • 93 Ibid., p. 338 : Multa de illo bona possem dicere, sed dicta mea nequeunt ab illo mortem remouere.

48Enfin, l’évêque de Sées, Serlon d’Orgères, eut une mort particulièrement exemplaire. Elle nous est racontée en détail par Orderic Vital qui l’a bien connu et apprécié, car c’était un ancien abbé de Saint-Évroult. Le 23 octobre 1123, au terme de trente-deux années de pontificat, après avoir chanté la messe dans la cathédrale Saint-Gervais, il dit en substance à son clergé assemblé : « je suis âgé et malade, ma fin est proche, je vous recommande à Dieu. Préparez ma place pour l’inhumation92. » Puis il emmena le clergé devant l’autel Notre-Dame où il désirait être enterré. Les ouvriers se mirent aussitôt à creuser la tombe. Le lendemain, il mourait effectivement. Orderic avoue alors son émotion : « Je voudrais dire beaucoup de bien de lui, mais mes paroles n’ont pas le pouvoir de le faire revenir de la mort93. »

***

49Les évêques normands des XIe et XIIe siècles peuvent être classés en plusieurs catégories, depuis les évêques aristocrates et séculiers du XIe siècle, tels Hugues et Odon de Bayeux, jusqu’aux évêques d’origine monastique, beaucoup plus tournés vers le spirituel et préoccupés de la réforme du clergé, tels Maurille de Rouen ou Serlon de Sées, dont nous venons d’évoquer la bonne mort. En dépit de ces différences, ces évêques se sont montrés très attachés à leur ville épiscopale même s’il faut mettre à part quelques exceptions : Mauger, déposé en 1055, Turold de Bayeux ou Foucher de Lisieux, manœuvré par Renouf Flambard au début du XIIe siècle. Évidemment, ils ont d’abord cherché à exercer une emprise temporelle sur la cité, selon des modalités très variées en fonction du statut des villes sur le plan politique et administratif. Mais, presque tous, et même les plus séculiers, ont aussi empli correctement leurs devoirs spirituels vis-à-vis du clergé et de leurs diocésains.

50Ce qui comptait certainement le plus à leurs yeux, c’était d’assurer durablement leur prestige en même temps que celui de leur cité. Ils y sont parvenus en entreprenant la construction d’édifices symbolisant la grandeur de ces villes anciennes qui tendaient parfois, aux XIe et XIIe siècles, a être distancées par les nouvelles venues. Ils ont donc bâti d’immenses cathédrales romanes et fondé, quand ils l’ont pu, de grandes abbayes. Leurs efforts n’ont pas toujours été couronnés de succès, à Bayeux et à Lisieux en particulier, mais, au fil des temps, les cathédrales sont restées des témoignages visibles de leurs épiscopats, même si les édifices romans ont été partout recouverts d’une parure gothique.

Notes

1 De 862 à 990 : Gallia Christiana, XI, col. 473-474.

2 Ibid., col. 869. Ensuite, entre 1025 et 1048 environ, les évêques siègent a Saint-Lô (chef-lieu du département de la Manche).

3 De 876 à 927 : ibid., col. 352.

4 De 910 à 986 : ibid., col. 676.

5 De 876 à 980. Cf. Abbé G. A. Simon, « La formation des anciennes listes des évêques de Lisieux », Bulletin de la Société historique de Lisieux, 1920-1923, n° 25, p. 3-30.

6 Lisieux : Roger, avant 980, ibid. ; Sées : Azon, vers 986, Gallia Chistiana, XI, col. 679 ; Avranches : Norgod, en 990, ibid., col. 474.

7 Sées (Azon) : Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum ducum, éd. J. Marx, 1914, VII, 13, p. 165 (voir note 28). Lisieux (Herbert) : Robert de Torigni, Chronique, éd. L. Delisle, Rouen, 1872-1873, t. I, p. 224.

8 D. Bates, « Notes sur l’aristocratie normande. I. Hugues, évêque de Bayeux (1011-env. 1049)... », Annales de Normandie, 23, n° 1, mars 1973, p. 3-21.

9 Gallia Christiana, XI, col. 31-32 et 475.

10 L. Musset, « Un grand prélat normand du XIe siècle : Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances (1048-1093) », Revue du département de la Manche, XIV, 1983, p. 6.

11 Voir infra, notes 39 et 40.

12 Orderic Vital, Historia ecclesiastica (cité désormais Orderic Vital), éd. M. Chibnall, 1972, 3, p. 18-22.

13 Serlon, chanoine de Bayeux : « Versus Serlonis de capta Baiocensium ciuitate », Recueil des historiens des Gaules et de la France, XIX, p. XCI.

14 Voir F. Neveux, Recherches sur l’histoire sociale de Bayeux du XIe siècle au milieu du XVe siècle (thèse dactylographiée), Caen, 1979, t. I, notamment p. 133.

15 Orderic Vital, 5, p. 306-322 : Orderic emploie deux fois l’expression pene illitteratus, la première fois à propos de Renouf (p. 310), la seconde fois à propos de son frère Foucher (p. 320).

16 Ibid., p. 320-322.

17 Ibid., p. 308.

18 Archives diocésaines de Sées, Cartulaire de l’abbaye Saint-Martin de Sées (« Livre Blanc »), n° 2 et 3, f° 1-3. Voir infra, p. 217.

19 Orderic Vital, 4, p. 252 et 6, p. 46 : Orderic affirme que l’abbé Raoul de Sées s’est exilé en Angleterre auprès de Henri Ier. En ce qui concerne Serlon, il ne sait pas s’il est allé en Angleterre ou en Italie. Il gagnait de toute façon des terres gouvernées par des Normands. En fait, l’exil le conduisit probablement en Angleterre, en compagnie de l’archidiacre Jean, futur évêque. Voir infra, p. 209 et note 22.

20 D. Spear, The Norman Episcopate under Henry I, King of England and Duke of Normandy (1106-1135), University of California, Santa Barbara, 1982, p. 40-41. Voir aussi du même auteur : « Une famille ecclésiastique anglo-normande », Etudes normandes, 1986, n° 3, p. 21-27. Notons que l’évêque Richard II est par son père, Robert de Gloucester, bâtard de Henri Ier, le petit-fils du roi.

21 Antiquus Cartularius Ecclesiae Baiocensis (Livre noir du chapitre de Bayeux), éd. abbé V. Bourrienne, Rouen, 1902-1903, 2 vol., t. I, n° 29.

22 Orderic Vital, 6, p. 142-144.

23 Orderic Vital écrit à ce sujet : Supradictus autem archidiaconus Normanni decani filius fuit (ibid., p. 142). Marjorie Chibnall traduit qu’il était « fils d’un doyen normand », mais Franck Barlow comprend : « fils du doyen Normand » (The letters of Arnulf of Lisieux, éd. F. Barlow, Londres, 1939, p. XI-XII). Versons une pièce au dossier. Nous trouvons dans le cartulaire de Saint-Martin de Sées (n° 2, f° 1 v°) la donation faite à l’abbaye de la moitié de l’église de Saint-Ouen, au temps de l’évêque Yves (1035-1070), par l’archidiacre Normand. Ne serait-ce pas là le père de Jean de Lisieux, devenu doyen par la suite, à moins qu’Orderic ne se soit trompé sur son titre ?

24 Gallia Christiana, XI, col. 774.

25 Voir C. H. Haskins, Norman Institutions, New York, 1918, p. 85-122 ; M. de Boüard, « Le Duché de Normandie », in F. Lot et R. Fawtier, Histoire des institutions françaises au Moyen Age, Paris, 1957, t. I, p. 29-30.

26 Archives diocésaines de Sées, Cartulaire du Chapitre cathedral, f° 55 r°.

27 L. Musset, « Peuplement en bourgage et bourgs ruraux en Normandie du Xe au XIIIe siècle », Cahiers de Civilisation médiévale, IX, avril-juin 1966, p. 184 ; G. Louise, La Seigneurie de Bellême (Xe-XIIe siècles), 1991, t. II, p. 176-177.

28 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, p. 165 : Religiosus Azso, uetulus presul eiusdem urbis, muros destruxerat, et ex lapidibus deiecti muri ecclesiam sancto Geruasio martyri construxerat.

29 Orderic Vital, 4, p. 296 : Sagiense quoque episcopium Robertus contra ius et fas comprimebat, et Guillelmo Belesmensi auo eius a Ricardo duce datum asserebat.

30 Voir supra, p. 208 et note 19.

31 Β. M. Lisieux, Cartulaire de l’évêché de Lisieux (dit « de Thomas Basin »), f° 1 r°.

32 Ces paroisses sont les suivantes : Saint-Désir-de-Lisieux, Ouilly-le-Vicomte, Rocques, Les Vaux (commune d’Hermival-les-Vaux), Beuvilliers, Saint-Martin-de-la-Lieue, Saint-Hippolyte (commune de Saint-Martin-de-la-Lieue) auxquelles il faut peut-être ajouter Saint-Germain-de-Livet. Toutes ces anciennes paroisses sont aujourd’hui situées dans les cantons de Lisieux.

33 Voir F. Neveux, Villes episcopates de Normandie. Études d’histoire sociale (XIVe-XVe siècles), thèse dactylographiée, Caen, 1993, I, p. 267-268.

34 Geoffroi exerça surtout des fonctions judiciaires et administratives. Odon fut, on le sait, comte de Kent et plusieurs fois, en l’absence de Guillaume, quasi-régent du royaume. Voir L. Musset, « Un grand prélat normand du XIe siècle : Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances (1048-1093) », p. 10-11 ; « Un prélat du XIe siècle, Odon de Bayeux », Art de Basse-Normandie, n° 76, 1978-1979, p. 12-18 (p. 17) ; D. Bates, « The character and career of Odo, Bishop of Bayeux (1049/50-1097) », Speculum, 50, 1975, p. 1-20.

35 Robert de Torigni, Interpolations à Guillaume de Jumièges, VIII, p. 293.

36 Orderic Vital, 4, p. 116.

37 Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum ducum, III, p. 100.

38 Tapisserie de Bayeux, scène 54. Rappelons la légende qui tente (en vain ?) d’adoucir la force de l’image : Odo episcopus, baculum tenens, confortat pueros (les deux derniers mots ayant peut-être été rajoutés après coup).

39 Guillaume de Poitiers, Histoire de Guillaume le Conquérant, éd. R. Foreville, Paris, 1952, p. 182. Cf. Orderic Vital, 3, p. 172. Cependant, les mêmes chroniqueurs lèvent un coin du voile. Guillaume de Poitiers dit d’Odon : « Il ne prit jamais les armes et ne voulut jamais les prendre ; mais il n’en était pas moins redouté des hommes d’armes... Ses conseils étaient d’un puissant secours dans la guerre » (Guillaume de Poitiers, p. 242-243). Orderic Vital ajoute (4, p. 114-116) : Clerum suum acriter ense et uerbo defendebat (« Il défendait âprement son clergé, par l’épée et par le verbe »).

40 Orderic Vital, 4, p. 278 : Magis peritia militari quam clericali uigebat.

41 Ibid., 6, p. 228 : Tandem prudentum consultu precepit ignem immitti et ciuitatem concremari, ut ab anathematizatis proditoribus liberaretur, et legitimis habitatoribus restitueretur.

42 A Sées et à Lisieux. Voir supra, p. 206 et notes 7 et 28.

43 Gallia Christiana, XI, col. 219. Cf. L. Musset, « Un grand prélat normand du XIe siècle : Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances (1048-1093) », p. 8. Geoffroi entoura ce parc d’une ceinture de fossés ; il le planta de chênes et le peupla de cerfs importés d’Angleterre. Le Parc-l’Évêque est encore visible aujourd’hui à l’extérieur de Coutances.

44 Antiquus Cartularius, t. I, n° 154 : Terram ubi parous episcopi fuit in Baiocis.

45 F. Neveux, Villes épiscopales de Normandie, t. I, p. 301-302.

46 Ibid., p. 295, 300.

47 Antiquus Cartularius, t. I, n° 28 (1154-1163).

48 Ibid., n° 35.

49 Ibid., n° 42 (1135-1147).

50 Ce monopole fut plusieurs fois contesté aux XIVe et XVe siècles, notamment en 1365. Voir Livre Rouge de l’évêché de Bayeux, éd. E. Anquetil, 1908-1911, t. II, n° 600.

51 Cartulaire de Saint-Martin de Sées, f° 9, n° 15.

52 Gallia Christiana, XI, col. 219. Cf. L. Musset, « Un grand prélat normand du XIe siècle : Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances (1048-1083) », p. 8.

53 Pour Bayeux et Lisieux, voir F. Neveux, Villes épiscopales de Normandie, t. I, p. 195-198 et 304-307. Pour Sées, voir Archives départementales de l’Orne, G 159 (1G1) : Compte de Richard Gallet, receveur de l’évêque de Sées (1461-1463).

54 Antiquus Cartularius, n° l (avant 1066) et n° 2 (1074). Bernières-sur-Mer, Calvados, canton de Douvres-la-Délivrande ; Carneville, Manche, canton de Saint-Pierre-Église.

55 Ibid., n° 3. Le Plessis-Grimoult, Calvados, canton d’Aunay-sur-Odon.

56 Ibid., n° 6.

57 Ibid., n° 21 (1035-1037), n° 154 (1144) et n° 81 (1165-1205).

58 Ibid., n° 29.

59 H. Navel, « Enquête de 1133 sur les fiefs de l’évêché de Bayeux », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, t. 42, 1934, p. 5-80.

60 Antiquus Cartularius, t. I, n° 14.

61 Ibid., n° 16.

62 Orderic Vital, 3, p. 18-22 et Introduction, 1, p. 23, note 2.

63 Ibid., 6, p. 554.

64 L. Musset, « Un grand prélat normand du XIe siècle : Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances (1048-1093) », p. 8.

65 Antiquus Cartularius, n° 22. Aux 25 chanoines, il faut ajouter six dignitaires.

66 On a de nombreux exemples tardifs, à Lisieux en particulier. Voir F. Neveux, Villes épiscopales de Normandie, t. II, p. 491-502.

67 Cartulaire de Saint-Martin de Sées, f° 122 r°, n° 285.

68 Robert de Torigni, Chronique, éd. L. Delisle, Rouen, 1872, t. I, p. 235-236.

69 Cartulaire du chapitre cathédral de Sées, f° 55-57.

70 Ibid., f° 69-70. Charte éd. par C. H. Haskins, Norman Institutions, New York, 1918, p. 300-302.

71 Ibid., f° 71-72. Charte éd. par C. H. Haskins, op. cit., p. 307 (1131-1135).

72 Signalons en particulier un édifice d’époque romane (sans doute ancienne église ou chapelle) et la salle du chapitre du XIIIe siècle qui subsiste à l’intérieur d’un bâtiment des XVIIe-XVIIIe siècles abritant le Musée.

73 Orderic Vital, 6, p. 290.

74 Serlon, Defensio pro filiis presbyterorum, dans MGH, scriptores, V, 3, éd. E. Dümmler et H. Böhmer, Berlin, 1896, p. 579-583.

75 Gaufredus, Vita Bernardi Tironensis, in Acta Sanctorum, april. 2, p. 222-254 ; in J.P. Migne, Patrologie Latine, CLXXII, col. 1367-1446. Mgr. B. Jacqueline, « Un épisode de la réforme grégorienne en Basse-Normandie : un sermon de saint Bernard de Tiron à Coutances », Revue du Département de la Manche, 27, 1985, p. 19-28.

76 Cartulaire du chapitre de Sées, f° 78 v : Decimam ecclesie... quam scilicet habuit in elemosinam Hermerius, eiusdem ecclesie canonicus, et Rogerius, filius eius, canonicus, et Iohannes filius eius, canonicus, uobis uestrisque successoribus damus et concedimus. On pourrait aussi comprendre que Jean est le fils de Roger et le petit-fils d’Hermerius.

77 Orderic Vital, 6, p. 16.

78 L. Musset, « Le monachisme sur le territoire normand avant la fondation du duché, aperçus et hypothèses », Art de Basse-Normandie, n° 77, printemps 1979, p. 5-12 (p. 7). On ne sait rien de ce monastère avant sa restauration.

79 Cartulaire de Saint-Martin de Sées, f° 1 r°.

80 Orderic Vital, 4, p. 116. Cet épisode montre à quel point le rôle personnel de l’évêque était important dans la réussite ou dans l’échec de telles fondations religieuses. Plus généralement, les villes épiscopales devaient en partie leur prospérité à l’action de leur évêque. Les malheurs de Bayeux ont ainsi commencé avec les déboires d’Odon pour culminer dans les troubles du début du XIIe siècle et l’incendie de 1105, alors qu’il n’y avait plus d’évêque reconnu dans la ville.

81 Antiquus Cartularius, t. I, n° 6.

82 Chartes et documents de Saint-Bénigne de Dijon, éd. G. Chevrier et M. Chaume, Dijon, 1943, t. II, n° 385, 386 et 391, p. 159-165.

83 Ibid., p. 162 (1096). Cf. Antiquus Cartularius, t. I, n° 167 (1181-1185) : le pape Lucius III écrit à l’évêque d’Avranches, à l’abbé de la Lucerne et à Guillaume, archidiacre d’Avranches, pour leur demander si les revenus du monastère de Saint-Vigor permettraient d’y placer un abbé nommé par l’abbé de Saint-Bénigne et choisi parmi ses moines.

84 Orderic Vital, 3, p. 36-38. Orderic fait évidemment la confusion, habituelle à cette époque, entre saint Denis, évêque de Paris (v. 250) et saint Denis l’Aéropagite, mentionné dans les Actes des Apôtres (XVII, 34).

85 Ibid., 3, p. 38-46.

86 Ibid., 3, p. 22-24.

87 D. Bates, « Notes sur l’aristocratie normande. I. Hugues, évêque de Bayeux (1011-env. 1049)... », p. 16 et note 60.

88 La scène 22 représente la ville de Bayeux et le texte dit : Hic Willelmus uenit Bagias. La scène 23 commente l’événement par cette phrase : Ubi sacramentum fecit Willelmo duci. Rappelons que Guillaume de Poitiers (op. cit., p. 102-104) situe le serment à Bonneville-sur-Touques (Calvados, canton de Pont-l’Évêque) et Orderic Vital à Rouen (2, p. 134-136). Pour le commentaire de cette scène, voir L. Musset, La Tapisserie de Bayeux, coll. Zodiaque, La Pierre-Qui-Vire, 1989, p. 262-264.

89 On l’apprend pour la première fois en 1476 dans un inventaire du trésor de la cathédrale de Bayeux (Bibliothèque du chapitre de Bayeux, ms 199) qui est le premier texte sur la Tapisserie. L’usage persistera jusqu’à la Révolution.

90 Orderic Vital, 3, p. 12-18.

91 Ibid., 4, p. 118. Le tombeau fut détruit au XIIe s. : il n’en reste aucune trace aujourd’hui.

92 Ibid., 6, p. 336 : Aetate et debilitate frangor, finemque meum michi iam imminere intueor. Domino Deo qui me uobis sui uicarium preposuit uos commendo, ac ut pro me dignanter eius clementiam exoretis obsecro. Locus amodo sepulturae michi preparetur.

93 Ibid., p. 338 : Multa de illo bona possem dicere, sed dicta mea nequeunt ab illo mortem remouere.

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540