Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

2e partie : Les évêques hommes de pouvoir

Le patrimoine d’Hugues de Bayeux (c. 1011-1049)

Véronique Gazeau

Texte intégral

  • 1 Interpolations de Robert de Torigni dans Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum Ducum, éd. J. Mar (...)

1Ce qui retiendra notre attention n’est pas le temporel d’Hugues de Bayeux en tant qu’évêque diocésain, mais le patrimoine personnel du fils aîné du comte Raoul d’Ivry, beau-fils de Guillaume Longue-Épée. Pour mieux comprendre ce qui va suivre, observons la généalogie de sa famille : hormis un frère Raoul dont on ne sait presque rien, Hugues a deux sœurs dont l’une épouse Richard de Beaufou, seigneur du pays d’Auge, et l’autre est Emma, femme du sénéchal Osbern assassiné en 1040 et mère de Guillaume fils Osbern. Du second mariage de son père, Hugues a un demi-frère, Jean, qui, jusqu’à son accession au trône épiscopal d’Avranches en 1060, porte le titre de Saint-Philbert, appellation qui lui vient de la possession de la terre ou forêt du Vièvre appelée aussi Saint-Philbert et héritée de son père1.

  • 2 D. Bates, « Notes sur l’aristocratie normande, Hugues de Bayeux (1011-1049) », Annales de Normandie(...)
  • 3 E. Van Houts, « Robert of Torigni as genealogist », Studies in Medieval History presented to R. All (...)

2Hugues apparaît autant comme un seigneur temporel avisé que comme un évêque attentif aux fidèles de son diocèse, diocèse dont il tient les rênes de 1011 environ jusqu’à 1049 sous le principat de quatre ducs2. Les travaux récents d’Elisabeth Van Houts portant sur les généalogies proposées par Robert de Torigni, s’ajoutant à ceux déjà plus anciens de David C. Douglas et de David Bates, malgré quelques désaccords entre ces historiens, permettent de connaître le patrimoine légué par Raoul d’Ivry à son fils dans la région de Breteuil, d’Ivry, de Pacy-sur-Eure et dans le pays de Caux, mais des précisions et des compléments peuvent être apportés à propos des possessions personnelles d’Hugues situées entre Touques et Seine, c’est-à-dire dans le Lieuvin et le Roumois3.

Généalogie du lignage de Raoul d’Ivry

  • 4 Sur la date de la mort d’Onfroy de Vieilles, cf. M. Fauroux, op. cit., n° 149.

3Dans les années 1035-1060, ces deux régions ont vu se multiplier les fondations monastiques sous l’égide de puissants seigneurs qui gravitent dans l’orbite ducale. Il faut insister sur la place primordiale jouée par la famille d’Onfroy de Vieilles, contemporain de l’évêque de Bayeux puisqu’il meurt en 10504. Les descendants d’Onfroy de Vieilles constituent la famille de Beaumont, une des plus prestigieuses de la Normandie ducale.

  • 5 Archives départementales de l’Eure, H 711, n° 286.
  • 6 Archives départementales de l’Eure, H 711, n° 286. Bois-Aubert et Mélimont, département de l’Eure, (...)
  • 7 Neustria Pia, III, p. 521.
  • 8 Archives départementales de l’Eure, H 711, n° 55, 68.

4Entre 1035 et 1047, Hugues de Bayeux vient à Saint-Pierre des Préaux, monastère d’hommes fondé en 1035 par Onfroy de Vieilles, puissant seigneur de le moyenne et basse vallée de la Risle, et fait don à l’abbé d’une terre qu’il avait contestée à la communauté5. Il s’agit d’un ensemble de domaines, Bois-Aubert, Mélimont, Selles et Nouus Boscus. L’acte de renonciation précise que le fondateur de Saint-Pierre a acheté Nouus Boscus à l’évêque de Bayeux. Et pourtant la dotation initiale du seigneur Onfroy à l’abbaye comprend les domaines (uillae) de Mélimont et de Selles et la dîme du domaine de Bois-Aubert6. Les choses se compliquent car la pancarte de confirmation générale souscrite par Guillaume le Conquérant en faveur de l’abbaye féminine de Saint-Léger des Préaux, dont le fondateur n’est autre qu’Onfroy de Vieilles, recense parmi les biens primitivement remis Nouus Boscus. Le texte est très clair : il précise à nouveau qu’Onfroy l’a acheté à l’évêque de Bayeux7. On dispose d’informations contradictoires : Nouus Boscus est concédé par l’évêque Hugues à Saint-Pierre des Préaux tandis qu’au même moment Onfroy de Vieilles l’attribue à Saint-Léger. Si Onfroy avait acheté à l’évêque Nouus Boscus, comment ce dernier aurait-il pu le donner à Saint-Pierre ? En outre, Hugues concède trois domaines alors que deux d’entre eux et la dîme du troisième ont déjà été accordés à Saint-Pierre. Les scribes des cartulaires des abbayes des Préaux n’ont pas fait état de ces contradictions. Les confirmations générales qui sont contenues dans le cartulaire de Saint-Pierre ne mentionnent pas les donations de l’évêque de Bayeux mais dénombrent seulement Selles et Bois-Aubert comme ayant été transférés par le fondateur8. Nouus Boscus semble définitivement passé dans le patrimoine de l’établissement des moniales bien qu’on n’en ait pas une certitude absolue, les sources ayant en grande partie disparu.

  • 9 Archives départementales de l’Eure, H 711, n° 286.

5Les choses n’en sont pas restées là. En 1047 le même Hugues envahit les terres de l’abbaye de Saint-Pierre des Préaux. Les deux parties parviennent à la signature d’une convention au terme de laquelle l’évêque rend les terres contre la remise de cent livres de deniers, trois candélabres d’argent dont deux de pur argent, le troisième d’or, d’argent et de nielle ainsi qu’un calice doré. Le scribe n’a pas pris soin de notifier la nature et la localisation des terres qu’abandonne l’évêque. Il est difficile d’affirmer que la somme d’argent et les objets précieux correspondent au prix des quatre domaines, Nouus Boscus, Selles, Bois-Aubert et Mélimont. Il semble plus raisonnable d’estimer que la somme et les objets précieux sont destinés à faire cesser définitivement les prétentions de l’évêque dans la vallée de la Risle. C’est l’abbé de Saint-Wandrille, Gradulphe, qui avait présidé aux débuts de Saint-Pierre, qui intervint pour régler le problème9.

  • 10 V. Gazeau, Monachisme et aristocratie en Normandie : l’exemple de la famille de Beaumont (thèse dac (...)
  • 11 Interpolations de Robert de Torigni dans Guillaume de Jumièges, p. 259-260.

6Nouus Boscus a vraisemblablement relevé à l’origine des biens patrimoniaux d’Hugues de Bayeux, et ce jusqu’en 1035 au plus tard. On est en droit de se poser la question pour les trois autres domaines. Avant cette date, Onfroy a procédé à une véritable politique d’acquisitions dûment monnayées dans la vallée de la Risle, mais s’est également employé à des usurpations au détriment d’établissements religieux10. Pourquoi ne pas évoquer une vieille rivalité entre le fils du comte Raoul et le seigneur Onfroy de Vieilles, ravivée à cette époque de troubles constants dans la Normandie en raison de la minorité du jeune Guillaume ? Il n’est en tout cas pas surprenant de constater qu’Hugues de Bayeux a détenu une terre, si ce n’est davantage, dans cette région puisque son père a reçu des mains du duc Richard Ier la forêt du Vièvre et ses dépendances, selon les Interpolations de Robert de Torigni à Guillaume de Jumièges11. La forêt s’étend sur la rive gauche de la Risle et Nouus Boscus n’est situé qu’à quatre kilomètres de la limite occidentale de la forêt. On est même fortement tenté de faire de Nouus Boscus une des dépendances remises avec la forêt, tentation renforcée par la nature du toponyme.

  • 12 Cormeilles, département de l’Eure, chef-lieu de canton. BN, nouv. acq. lat. 2588, n° 9. C’est vrais (...)

7Jusqu’en 1047, Hugues de Bayeux s’est efforcé sans succès de revenir sur la rive gauche de la vallée de la Risle. En outre, on peut affirmer que les possessions de l’évêque s’étendent au-delà des domaines précités. Le fonds des nouvelles acquisitions latines de la Bibliothèque nationale de Paris conserve en effet la bulle originale de confirmation générale du pape Alexandre III en date du 27 avril 1169 qui avait échappé aux chercheurs qui se sont penchés sur l’histoire de l’abbaye de Cormeilles fondée par Guillaume fils Osbern vers 1060. La bulle, dont seules les copies semblaient jusque-là conservées, énumère les donations effectuées par le fondateur : trois églises situées à Cormeilles, le bourg avec le tonlieu, le four, les eaux, les moulins, cinq fiefs de chevaliers, tout le territoire proche du monastère, l’église de Firfol avec la chapelle Saint-Christophe, la moitié de la dîme de l’église de Fumichon avec la dîme du moulin du domaine du même nom, la moitié des dîmes de l’église de Saint-Aubin-de-Scellon avec une acre de terre et sept quartiers de froment, trente acres de terre à La Chapelle-Bayvel et un homme en un lieu impossible à lire sur le texte original12.

  • 13 Archives départementales de l’Orne, H 44. Beaufou, aujourd’hui Beaufour, département du Calvados, c (...)
  • 14 Interpolations de Robert de Torigni dans Guillaume de Jumièges, p. 259-260.

8L’origine de ces biens ne se laisse pas aisément saisir. Le problème est de savoir si les possessions de Cormeilles et de ses alentours ont été héritées par Guillaume fils Osbern de sa mère, Emma, qui les aurait tenues de son frère Hugues de Bayeux ou de son père, Osbern. On dispose d’un indice, certes mince, mais qui semble irréfutable. Au début du XIIIe siècle, l’église de La Chapelle-Bayvel relève de la famille de Beaufou. On sait qu’Henri de Beaufou en remet le patronage à sa fondation prémontrée de Belle-Étoile en 121613. Depuis la première moitié du XIe siècle les Beaufou sont les alliés de la famille de Raoul d’Ivry : Richard de Beaufou a épousé une fille de Raoul d’Ivry, c’est-à-dire une sœur d’Hugues de Bayeux14. Que les Beaufou aient reçu l’église prouve qu’elle relevait du patrimoine de Raoul d’Ivry et d’Hugues, et non d’Osbern, le père de Guillaume fils Osbern. Hugues a possédé La Chapelle-Bayvel et en aura transmis une partie à son neveu, Guillaume fils Osbern, et au moins l’église aux Beaufou. Comme La Chapelle-Bayvel et Cormeilles, les domaines de Firfol, de Fumichon et de Saint-Aubin-de-Scellon, qui ne sont séparés les uns des autres que par quelques kilomètres, ont, selon toute vraisemblance, relevé des possessions d’Hugues et, avant lui, de Raoul d’Ivry.

  • 15 Archives départementales de l’Eure, H 711, n° 286.
  • 16 BN, ms. lat. 12884, f° 177 v°.
  • 17 Neustria Pia, III, p. 521.
  • 18 M. Fauroux, op. cit., n° 229.
  • 19 Β Ν, ms. lat. 13905, f° 83 v°.
  • 20 Neustria Pia, VIII, p. 523 : Habet etiam haec eadem ecclesia terrant in uilla quam uulgari nomine B (...)

9Revenons maintenant à la terre ou forêt du Vièvre, initialement possédée par le comte Raoul. On considère habituellement qu’à la mort de celui-ci elle est passée à Jean, le fils du second mariage de Raoul, futur évêque d’Avranches et futur archevêque de Rouen. En effet, avant son accession à l’épiscopat, entre 1035 et 1060, Jean se sépare de la terre de Saint-Benoît, située dans la forêt du Vièvre au profit de l’abbaye de Saint-Pierre des Préaux en échange de quinze livres15. Il accorde également l’église de Saint-Georges-du-Vièvre au Bec entre 1041 et 106016. Et l’abbesse de Saint-Léger des Préaux vers la même époque lui achète dix manses de terre pour quinze livres17. En outre, en 1066, Guillaume le Bâtard donne la moitié de la terre du Vièvre à la cathédrale d’Avranches, terre que lui avait remise auparavant l’évêque Jean ; l’acte stipule qu’avant que les témoins aient apposé leurs souscriptions, Robert de Beaufou, neveu de Jean, lui intenta une action, en prétendant avoir reçu de lui la dite terre en don héréditaire18. Et, la même année, Jean constitue un certain vicomte Hugues héritier de l’autre moitié de terre. Néanmoins une partie de la terre du Vièvre se trouva entre les mains de Robert de Beaufou, puisqu’à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe siècle, il concède à l’abbaye du Bec un bois situé à Saint-Philbert19. L’acte par lequel Hugues le vicomte est institué héritier de Jean, confronté à la pancarte de l’abbaye de Saint-Léger ainsi qu’à la généalogie des descendants du comte Raoul, montre que le vicomte n’est autre qu’Hugues de Montfort. Un certain Hugues vicomte remet à Saint-Léger des Préaux une terre et il n’y a aucun doute sur son appartenance à la famille de Montfort puisqu’à ses côtés un vassal des Montfort, clairement identifié, fait également assaut de générosité en faveur des moniales20. Hugues de Montfort est le mari de la fille aînée de Richard de Beaufou et le beau-frère de Robert de Beaufou. Si les Beaufou n’ont effectivement pas hérité de Jean le bois de Saint-Philbert, c’est qu’il leur vient d’Hugues de Bayeux. On a vu qu’ils ont pu recevoir en héritage de l’évêque de Bayeux l’église de La Chapelle-Bayvel. Jean s’oppose à l’argument avancé par Robert de Beaufou, qui prétendait avoir reçu de lui la terre du Vièvre en don héréditaire, en choisissant un autre neveu. Il est très vraisemblable qu’Hugues a possédé jusqu’à une date inconnue au moins un bois à Saint-Philbert, c’est-à-dire une portion de cette forêt du Vièvre qui, croyait-on, relevait entièrement de son frère Jean.

Fig. 2 – Les domaines d’Hugues de Bayeux

  • 21 M. Fauroux, op. cit., n° 36. Vatteville-la-Rue, département de la Seine-Maritime, canton de Caudebe (...)
  • 22 M. Fauroux, op. cit., n° 100. La Vacquerie, département de la Seine-Maritime, canton de Caudebec-en (...)

10Entre Risle et Seine, Hugues a possédé des terres dans la forêt de Bretonne. Parmi les biens confirmés à Jumièges par Richard II en août 1025 figurent dix acres de terre accordées par Hugues à Vatteville21. Si l’on y ajoute la partie de la forêt de Bretonne qui va de la Vacquerie jusqu’aux champs de Wuy et dont Hugues se sépare au profit de Guillaume d’Arques, vers 1035-1043, c’est un ensemble forestier considérable qui était détenu par l’évêque de Bayeux22. On ignore malheureusement si l’évêque a conservé quelque chose dans la forêt de Brotonne. Il semble que la réponse soit négative, car ses héritiers n’y détiendront jamais rien.

***

11Malgré la complexité du dossier, quelques enseignements peuvent être dégagés. En premier lieu, on a la certitude qu’Hugues de Bayeux a détenu Nouus Boscus, dix acres de terre à Vatteville et une portion importante de la forêt de Brotonne. Avec moins d’assurance, mais de fortes présomptions, on peut penser que des domaines lui ont appartenu à Cormeilles et aux alentours ainsi qu’une portion de la forêt du Vièvre dont relève peut-être aussi Nouus Boscus.

  • 23 V. Gazeau, op. cit., p. 65-66.
  • 24 D. Crouch, The Beaumont twins, Cambridge, 1986, p. 189.
  • 25 D. Crouch, op. cit., p. 117, 189. Roger de Beaumont tient de l’évêque des biens à Epaignes (départe (...)

12En second lieu, on a constaté que, hormis sans doute dans la zone de Cormeilles, Hugues a éprouvé des difficultés dans la gestion de son patrimoine. Dans le Lieuvin, ses possessions se situent aux confins de celles d’Onfroy de Vieilles et on se souvient du long différend qui l’a opposé aux moines des Préaux, protégés d’Onfroy, entre 1035 et 1047. De plus, on ne peut s’empêcher de penser que les intérêts de l’évêque et ceux d’Onfroy ont dû s’affronter dans la forêt de Brotonne. En effet, entre août 1025 et fin 1027, Onfroy a usurpé une partie du patrimoine de l’abbaye de Jumièges : La Haye d’Aizier et l’église de Sainte-Opportune-la-Mare23. Quoi qu’il en soit, au plus tard en 1043 et peut-être dès 1035, Hugues de Bayeux semble avoir volontairement perdu pied et dans la forêt de Brotonne et à Nouus Boscus. Hugues aura peut-être fini par regretter de s’être dépouillé de ces biens. Aura-t-il tenté un baroud d’honneur en se jetant sur les terres des moines des Préaux ? Plus tard, les descendants d’Onfroy consolideront leurs positions dans la forêt de Brotonne. Après la révolte de Guillaume d’Arques en 1053, les biens de ce dernier confisqués par Guillaume le Bâtard seront attribués à Roger de Beaumont24. Il convient aussi de prendre en considération qu’en 1050 Roger de Beaumont devient le vassal de l’évêque de Bayeux, mais cette fois en tant que titulaire du trône épiscopal25.

13En troisième lieu, on est également fondé à s’interroger sur la qualité des liens qui unissaient les deux frères évêques dans la forêt du Vièvre. Les dispositions prises à l’encontre de Robert de Beaufou et en faveur d’Hugues de Montfort posent question. Y aurait-il eu querelle entre les deux fils du comte Raoul, querelle liée par exemple à une mauvaise délimitation des portions héritées par chacun en forêt du Vièvre et querelle transmise à la génération suivante, celle des neveux ?

14En quatrième lieu, l’attribution de la moitié de la terre du Vièvre à Hugues de Montfort fournit une information pour la connaissance de la pratique successorale. Il est confirmé que le comte Raoul transmit bien l’essentiel de ses domaines à son fils aîné Hugues. La portion attribuée à Jean doit même peut-être être revue à la baisse puisqu’une partie de la terre du Vièvre revient aux Beaufou qui ne sont pas les héritiers de l’évêque d’Avranches. De plus, Nouus Boscus constituait peut-être une dépendance de la forêt du Vièvre. La preuve est administrée que la terre du Vièvre reste dans la famille, puisque sont établis les liens familiaux de Jean et du vicomte Hugues. En l’état de nos connaissances, on croit pouvoir dire que les deux frères évêques ont partagé leur succession, Guillaume fils Osbern mis à part, entre les époux de leurs deux sœurs. Pour en finir avec cette question, il faut donc admettre que tous les biens d’Hugues n’ont pas été transmis au seul Guillaume fils Osbern. La question de la date du transfert des biens patrimoniaux d’Hugues à ses descendants ne reçoit toujours pas de réponse tranchée. Toutefois, on tentera une hypothèse : dans la mesure où Hugues a été affaibli par la perte avérée de Nouus Boscus et des biens de la forêt de Brotonne, n’a-t-il pas eu intérêt à conserver par-devers lui le plus longtemps possible, c’est-à-dire jusqu’à sa mort, les possessions restantes ? Mais c’est sans compter avec les interventions possibles, mais pas toujours manifestes, des ducs. Ainsi, par exemple, l’attribution de la moitié de la terre du Vièvre à Hugues de Montfort est faite à l’instigation du duc Guillaume. Jean est conduit par le duc à se séparer de ses biens patrimoniaux en faveur de son parent, Hugues de Montfort, sans doute pour consolider son honneur en voie de formation. Il a très bien pu en aller de même pour les possessions de la future abbaye de Cormeilles. Guillaume fils Osbern aurait pu en hériter avant 1049 sur ordre de Guillaume le Bâtard. Il est vrai qu’une bonne quinzaine d’années séparerait alors les agissements ducaux.

  • 26 Scripta de feodis ad regem spectantibus et de militibus ad exercitum uolandis e Philippi Augusti re (...)

15En cinquième lieu, avec la génération qui suit la mort d’Hugues, on assiste à une modification sensible du paysage féodal entre Touques et Seine avec l’émergence de la famille de Montfort qui achève la constitution de son honneur. A plus long terme, l’implantation des Beaumont est renforcée. En effet, les Beaufou rentrent dans leur mouvance et, parmi les possessions acquises en forêt de Brotonne au détriment de Guillaume d’Arques, on se souvient que certaines ont relevé d’Hugues de Bayeux26.

  • 27 M. Fauroux, op. cit., n° 13, 15, 17, 24, 30, 31, 33, 34, 35, 36, 43, 47, 49, 55 pour Richard II, n° (...)
  • 28 Ibid., n° 116.
  • 29 M. de Boüard, « Sur les origines de la trêve de Dieu en Normandie », Annales de Normandie, 9, 1959, (...)

16Enfin, on s’autorise à établir un parallèle entre la perte d’une partie des possessions d’Hugues et la perte d’influence progressive de l’évêque à la cour ducale. Sous Richard II, dont il est un « fidèle », selon l’acte de confirmation ducale d’août 1025 en faveur de Jumièges, Hugues a souscrit quatorze diplômes tandis qu’il n’apparaît avec certitude que trois fois, et peut-être six, sous Robert le Magnifique27. Sous le principat de Guillaume, sa présence à la cour ducale se raréfie : il ne souscrit plus qu’un diplôme28. A cet égard il semble qu’il faille suivre la thèse de Michel de Boüard de préférence à celle de David C. Douglas, qui veut faire d’Hugues l’organisateur du concile de paix convoqué à Caen en 104729. Rien dans la pancarte du cartulaire de Saint-Pierre des Préaux ne donne à penser qu’Hugues de Bayeux a été l’artisan de ce concile. Son retrait progressif des anciennes zones d’influence du Lieuvin et du Roumois, peut-être plus précoce qu’on ne le pense et, pourquoi le nier, peut-être orchestré par le duc Guillaume, ajouté à sa mise à l’écart de la cour ducale, renforcent la thèse de Michel de Boüard pour lequel la conduite d’Hugues à l’abbaye des Préaux ne plaide pas en sa faveur.

Notes

1 Interpolations de Robert de Torigni dans Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum Ducum, éd. J. Marx, 1914, p. 259-260 ; M. Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, 1961, n° 13 et 229. Sur la commune actuelle de Saint-Philbertsur-Risle on trouve encore aujourd’hui un petit massif forestier qui porte le nom de « Bois d’Avranches » (carte au 1/25 000e de Brionne 3-4).

2 D. Bates, « Notes sur l’aristocratie normande, Hugues de Bayeux (1011-1049) », Annales de Normandie, XXIII, n° 1, mars 1973, p. 8-9.

3 E. Van Houts, « Robert of Torigni as genealogist », Studies in Medieval History presented to R. Allen Brown, éd. Harper-Bill, Woodbridge, 1988, p. 215-233 ; D. C. Douglas, « The ancestors of William fitz Osbern », English Historical Review, 1944, 59, p. 62-77 ; D. Bates, op. cit.

4 Sur la date de la mort d’Onfroy de Vieilles, cf. M. Fauroux, op. cit., n° 149.

5 Archives départementales de l’Eure, H 711, n° 286.

6 Archives départementales de l’Eure, H 711, n° 286. Bois-Aubert et Mélimont, département de l’Eure, canton de Pont-Audemer, commune des Préaux ; Nouus Boscus, département de l’Eure, canton de Cormeilles, commune de Saint-Siméon.

7 Neustria Pia, III, p. 521.

8 Archives départementales de l’Eure, H 711, n° 55, 68.

9 Archives départementales de l’Eure, H 711, n° 286.

10 V. Gazeau, Monachisme et aristocratie en Normandie : l’exemple de la famille de Beaumont (thèse dactylographiée), Caen, 1987, p. 65-73.

11 Interpolations de Robert de Torigni dans Guillaume de Jumièges, p. 259-260.

12 Cormeilles, département de l’Eure, chef-lieu de canton. BN, nouv. acq. lat. 2588, n° 9. C’est vraisemblablement sur l’original qu’a été faite la copie de Du Monstier dans la Neustria Pia (p. 599-601) sur laquelle s’appuie celle du Monasticon Anglicanum (VI, 2, p. 1075). L’acte de confirmation du comte Robert III de Leicester, héritier des possessions de Guillaume fils Osbern, daté de 1181, connu par une copie du XIVe siècle du cartulaire de Newent (British Library, ms. Additional 18461, f° 4), ainsi que celui du roi Henri II postérieur à 1172-1173, copié dans le cartulaire de Normandie, recueil formé au XIIIe siècle (L. Delisle, Recueil des actes de Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie, concernant les provinces françaises et les affaires de France, Paris, 1909-1927, n° 515) omettent tous les deux un ensemble de biens : l’église de Firfol (département du Calvados, canton de Lisieux), et la chapelle Saint-Christophe, la moitié de la dîme de l’église de Fumichon (département du Calvados, canton de Lisieux), la dîme du domaine de Fumichon, la moitié des dîmes de l’église de Saint-Aubin-de-Scellon (département de l’Eure, canton de Thiberville), trente acres de terre à La Chapelle-Bayvel (département de l’Eure, canton de Cormeilles). La perte du cartulaire de Cormeilles rend difficile l’explication de cette anomalie. Michel Nortier, aux travaux d’inventaires des actes normands conservés à la Bibliothèque nationale desquels nous devons la connaissance de la bulle, confirme l’authenticité de celle-ci et ne voit pas dans les omissions des actes du comte de Leicester et de Henri II un motif de rejet du passage sur lequel repose la démonstration. Sans son aide précieuse ce travail serait resté incomplet. Qu’il soit ici chaleureusement remercié et pour ses conseils et pour ses encouragements à la préparation d’une édition à laquelle nous allons prochainement nous consacrer.

13 Archives départementales de l’Orne, H 44. Beaufou, aujourd’hui Beaufour, département du Calvados, canton de Cambremer, commune Beaufour-Druval.

14 Interpolations de Robert de Torigni dans Guillaume de Jumièges, p. 259-260.

15 Archives départementales de l’Eure, H 711, n° 286.

16 BN, ms. lat. 12884, f° 177 v°.

17 Neustria Pia, III, p. 521.

18 M. Fauroux, op. cit., n° 229.

19 Β Ν, ms. lat. 13905, f° 83 v°.

20 Neustria Pia, VIII, p. 523 : Habet etiam haec eadem ecclesia terrant in uilla quam uulgari nomine Breitot appelamus dono Hugonis uicecomitis appositis limitibus determinatam (...) et triginta acras de terre Rogerii Candos. Brestot, département de l’Eure, canton de Montfort-sur-Risle ; Candos, département de l’Eure, canton de Bourneville-Infreville, commune de Flancourt-Catelon. Brestot et Candos sont situés à moins de dix kilomètres de Montfort-sur-Risle, département de l’Eure, chef-lieu de canton.

21 M. Fauroux, op. cit., n° 36. Vatteville-la-Rue, département de la Seine-Maritime, canton de Caudebec-en-Caux.

22 M. Fauroux, op. cit., n° 100. La Vacquerie, département de la Seine-Maritime, canton de Caudebec-en-Caux, commune de Vatteville-la-Rue. Le Wuy, département de la Seine-Maritime, canton de Caudebec-en-Caux, commune de La Mailleraye-sur-Seine.

23 V. Gazeau, op. cit., p. 65-66.

24 D. Crouch, The Beaumont twins, Cambridge, 1986, p. 189.

25 D. Crouch, op. cit., p. 117, 189. Roger de Beaumont tient de l’évêque des biens à Epaignes (département de l’Eure, canton de Cormeilles), Salerne et non pas Selles, ainsi que l’indique D. Crouch (département de l’Eure, canton de Brionne) et dans la forêt de Brotonne.

26 Scripta de feodis ad regem spectantibus et de militibus ad exercitum uolandis e Philippi Augusti regestis excerpta, éd. R.H.F., XXIII, p. 635 G.

27 M. Fauroux, op. cit., n° 13, 15, 17, 24, 30, 31, 33, 34, 35, 36, 43, 47, 49, 55 pour Richard II, n° 64, 65, 69 et peut-être 61, 67, 70 pour Robert le Magnifique.

28 Ibid., n° 116.

29 M. de Boüard, « Sur les origines de la trêve de Dieu en Normandie », Annales de Normandie, 9, 1959, p. 175 ; D. C. Douglas, « Les évêques de Normandie (1035-1066) », Annales de Normandie, 8, 1958, p. 101.

Table des illustrations

Légende Généalogie du lignage de Raoul d’Ivry
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 2 – Les domaines d’Hugues de Bayeux
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10067/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

Auteur

Université du Maine

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540