Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

2e partie : Les évêques hommes de pouvoir

L’évêque Yves de Sées

Joseph Decaëns

Texte intégral

  • 1 P. Siguret, « Recherches sur la formation du comté du Perche », Bulletin de la Société Historique e (...)

1Pendant près de quarante ans, au milieu du XIe siècle, le siège épiscopal de Sées fut occupé par Yves, qui était issu de la famille de Bellême. Celle-ci venait de connaître une ascension fulgurante. Les premiers seigneurs de Bellême et, parmi eux, surtout Guillaume Ier, le père de l’évêque Yves, et Guillaume II dit Talvas avaient réussi, en quelque cinquante ans, à se constituer une principauté de taille moyenne, mais d’une puissante valeur stratégique et politique. S’étendant aux confins sud du duché de Normandie, elle le séparait du comté du Maine et du comté de Blois et Chartres. En prenant des terres et des positions à tous ses voisins, elle formait ainsi une bande étroite, tout en longueur, mesurant environ 120 kilomètres d’est en ouest, depuis la grande boucle de l’Huisne, devant Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir) jusqu’à Domfront (Orne) et même un peu au-delà, vers l’ouest, jusqu’à Lonlay-L’Abbaye (Orne) où Guillaume Ier de Bellême fonda un monastère (fig. 1). En revanche, la largeur de ce territoire était faible et irrégulière, 25 à 30 kilomètres en moyenne, en ne dépassant pas 50 kilomètres. Avec un relief parfois très escarpé, fait de collines, en grande partie couvertes de forêts, cette petite principauté commandait les accès méridionaux de la Normandie et pouvait, par son existence même et par la volonté turbulente de ses chefs, empêcher la Normandie de s’étendre vers le sud en barrant les routes de la vallée de la Loire. Cette prise de possession rapide révèle que cet espace territorial était certainement peu occupé avant le XIe siècle et que « la Normandie n’avait pas encore de frontière bien délimitée »1 dans cette région. Cependant parmi les terres acquises par les Bellême, certaines, à l’ouest, pouvaient être considérées comme normandes (Alençon) ou mancelles (Domfront), d’autres, à l’est, appartenaient à la mouvance française (Bellême). Les routes empruntant de larges vallées à l’allure de petites plaines, de direction nord-sud, traversaient ce territoire et permettaient de joindre les régions voisines de la Manche à la vallée de la Loire. Voies d’accès, voies de passage, voies commerciales, elles étaient bordées de hauteurs qui furent rapidement coiffées de châteaux. Les seigneurs de la principauté, ou leurs vassaux locaux, trouvèrent là des possibilités de profits en levant des taxes et des péages sur les marchandises en transit.

Fig. 1 – La seigneurie de Bellême au milieu du XIe siècle

  • 2 L. Musset, « L’aristocratie normande au XIe siècle », La noblesse au Moyen Age (XI-XVe s.). Essais (...)

2Cette principauté eut des chefs qui surent parfaitement s’adapter à pareille situation géographique en jouant constamment le rôle d’« État tampon » et en pratiquant une politique de bascule entre les puissants de la région : le duc de Normandie, les comtes du Maine et d’Anjou, le comte de Blois et Chartres. « Jouant de leurs multiples allégeances française, normande, mancelle et un moment angevine, se servant des sièges épiscopaux du Mans et de Sées, sur lesquels ils ont placé plusieurs d’entre eux, [les Bellême] jouirent à peu près du rang social de comtes sans en subir les servitudes (et notamment sans être exposés à révocation)2. » Avec une principauté peu morcelée, malgré son étirement en longueur, ils bénéficiaient d’une quasi-indépendance.

  • 3 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, éd. M. Chibnall, 3, p. 306 (cité désormais Orderic Vital).
  • 4 J. Boussard, « La seigneurie de Bellême aux Xe et XIe siècles », Mélanges d’histoire du Moyen Age d (...)
  • 5 G. Louise, La seigneurie de Bellême, Χe-ΧIIe siècles, 2 vol., dans Le Pays Bas-Normand, 1990 (n° 19 (...)
  • 6 Ibid., I, p. 152-155, 345-346, 396.

3L’origine française de cette famille, telle qu’on la croyait établie par un passage fameux du chroniqueur Orderic Vital3, est aujourd’hui contestée. Jacques Boussard avait déjà suggéré que « la maison de Bellême était très probablement une famille mancelle, établie primitivement dans le Saosnois », petit pays au nord du Maine4. Les recherches récentes de Gérard Louise ont achevé la démonstration5. Dans sa thèse, il éclaire bien l’élément décisif que fut, dans l’ascension de cette famille et dans son établissement sur le terrain, la mainmise sur les évêchés du Mans (deux ou trois représentants) et de Sées (deux représentants), au sud et au nord de la principauté naissante. Il a montré notamment comment les Bellême, dans le premier tiers du XIe siècle, c’est-à-dire surtout Guillaume Ier et Guillaume II Talvas ont, par diverses usurpations, acquis des biens provenant soit de l’évêché de Sées, soit de la charge épiscopale ainsi qu’une bonne partie du patrimoine de l’ancienne abbaye Saint-Martin de Sées. Les preuves de ces usurpations sont les restitutions effectuées en diverses circonstances (création d’un chapitre cathédral, vers 1025, restauration de l’abbaye Saint-Martin, vers 1060) ou les réclamations de Robert II de Bellême à la fin du siècle6.

  • 7 Cf. « Geoffroi de Montbray, évêque de Coutances », infra, p. 286.

4La place d’Yves, évêque de Sées, est bien assurée dans la généalogie familiale. Il est le fils du deuxième seigneur de Bellême, Guillaume Ier, et le petit-fils d’Yves Ier, fondateur de la dynastie que l’on appelait autrefois Yves de Creil, arbalétrier du roi (Louis IV d’Outre-Mer). Un frère de Guillaume Ier portait également le nom d’Yves, c’était Yves II, et notre évêque est donc Yves III (fig. 2). Évêque de Sées, Yves III fut aussi seigneur de Bellême. Les circonstances de son accession à l’une et à l’autre de ces deux charges sont fort obscures, mais l’existence de ce cumul ne doit pas surprendre. A l’époque où l’on voit un pape – Léon IX – prendre la tête d’une armée afin de défendre sa puissance temporelle contre l’installation des Normands en Italie du Sud, il n’est pas étonnant de découvrir un personnage, somme toute assez typique de cette époque, à la fois seigneur et évêque, guerrier et homme d’Église. Bien d’autres exemples pourraient être évoqués7.

Fig. 2 – Généalogie simplifiée de la famille des Bellême

  • 8 Orderic Vital, 2, p. 46-48, 254.
  • 9 Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum Ducum, éd. J. Marx, Rouen/Paris, 1914 : Interpolations d’O (...)
  • 10 Cartulaire de Marmoutier pour le Perche, éd. Barret, Mortagne, 1894-1895.
  • 11 Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans, Premier Cartulaire, éd. R. Charles et Menjot d’Elbenn (...)
  • 12 Cartulaire de Saint-Martin de Sées ou Livre Blanc, Archives diociésaines de Sées.

5Ce que nous savons d’Yves de Sées, nous le devons en grande partie à Orderic Vital dans son Historia ecclesiastica8 et surtout dans ses interpolations au texte des Gesta Normannorum ducum de Guillaume de Jumièges9. Ces textes sont postérieurs de soixante à quatre-vingt ans aux faits rapportés, mais les bonnes relations qui ont apparemment existé, au milieu du XIe siècle, entre l’évêque de Sées et l’abbaye de Saint-Évroult, où Orderic Vital fut moine à la fin du XIe siècle et au début du XIIe siècle, font que les souvenirs de cette époque si favorable devaient être bien vivants dans le monastère d’Ouche. Yves III de Bellême apparaît également, soit comme seigneur de Bellême, soit comme évêque de Sées, dans quelques chartes très utiles pour connaître d’autres événements ou pour préciser quelques faits, notamment pour les dater. C’est le cas des chartes provenant du Cartulaire de Marmoutier pour le Perche10, du Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans11, du Cartulaire de Saint-Martin de Sées, dit aussi Livre Blanc12, et de quelques autres recueils.

6Il faut tout d’abord relire les textes d’Orderic Vital concernant Yves de Sées : on verra qu’ils permettent de tracer de lui un portrait vraisemblable. On s’attachera ensuite à essayer d’expliquer l’événement apparemment le plus surprenant dans la vie d’un évêque, l’incendie de sa propre cathédrale par lui-même.

Yves de Sées d’après Orderic Vital

  • 13 G. Louise, op. cit., I, p. 345-365 ; t. II, p. 148-158.
  • 14 Cf. Hugues, évêque de Lisieux, qui était très jeune, d’après Guillaume de Poitiers, Gesta Willelmi (...)

7Se posent pour commencer quelques problèmes de chronologie. Quand Yves devient-il évêque de Sées ? La date traditionnellement admise pour le début de son épiscopat est 1032-1033. Cette datation est celle que connaissent la plupart des historiens du diocèse de Sées et les listes épiscopales. Quelques auteurs, sans raisons convaincantes, avancent 1035 ou 1040. Cependant, Gérard Louise qui, le dernier, a étudié minutieusement la question, propose 1047-104813. Il y a là, on le voit, une réelle difficulté. Le prédécesseur immédiat d’Yves sur le siège épiscopal de Sées est Radbod. Ce dernier fut, lui aussi, un personnage bien de son temps, un clerc d’avant la réforme grégorienne, puisqu’il devait être marié, à moins qu’il ne vécût en concubinage. Il est surtout connu pour être le père de Guillaume Bonne-Ame, moine du Bec, qui devint abbé de Saint-Étienne de Caen (après Lanfranc), puis archevêque de Rouen. Or, le dernier acte connu souscrit par Radbod est de 1032 et la première mention fiable où Yves apparaît comme évêque est de 1046-1048. Cela fait donc un silence de quinze à seize ans concernant les titulaires de l’évêché de Sées. Gérard Louise doute de la date traditionnelle et pense qu’Yves n’était pas évêque en 1032-1033. Il devait être trop jeune, dit-il, on ne le voit pas participer aux luttes de la famille, ni souscrire aucun acte à côté de ses frères. Il y aurait donc, d’après lui, soit une interruption de la succession épiscopale, soit un évêque intermédiaire inconnu. L’une des raisons invoquées par Gérard Louise est que plusieurs historiens ont probablement confondu Yves II, frère de Guillaume Ier, et Yves III, fils de ce dernier. Ces arguments n’emportent pas complètement l’adhésion : il semble difficile d’admettre une interruption ou un évêque inconnu dans cette période de renaissance de tous les sièges épiscopaux de Normandie et en particulier de celui de Sées où un chapitre cathédral venait d’être institué. Est-il si impensable d’imaginer la consécration d’un très jeune homme afin d’assurer le siège à la famille de Bellême14 ?

  • 15 G. Louise, op. cit., II, p. 150-151.
  • 16 Orderic Vital, 2, p. 46.
  • 17 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, p. 165.

8L’accession d’Yves à la tête de la seigneurie de Bellême n’est pas moins obscure (fig. 3). Elle a donné lieu à des querelles de dates et à des interprétations variées et contradictoires15. Pourtant les textes d’Orderic Vital paraissent clairs : « Au temps de Guillaume, duc de Normandie, Yves, fils de Guillaume de Bellême, dirigeait l’évêché de Sées (Sagiensem episcopatum regebat), alors par le droit héréditaire de la succession paternelle et par suite de la disparition de ses frères, Guérin, Robert et Guillaume, il prit possession de la place de Bellême (Belesmense oppidum possidebat)16. » Depuis quand Yves était-il seigneur de Bellême ? Ici le témoignage d’Orderic Vital, dans un passage antérieur au précédent, semble relativement précis : « Enfin, Arnoul ayant trouvé une mort indigne, comme nous l’avons rapporté plus haut, le vénérable Yves, son oncle paternel, évêque de Sées, reçut le château de Bellême et tout ce qui était attaché de droit à la possession de cette place » (Denique Arnulfo nequiter perempto, sicut supra retulimus, uenerabilis Iuo, patruus eius, Sagiensis episcopus, Belesmiae Castrum et quaeque ad ipsum iure pertinebant accepit)17. Ces deux textes, surtout le second, montrent bien, me semble-t-il, que, dans la pensée d’Orderic Vital, Yves est évêque avant de devenir seigneur de Bellême.

Fig. 3 – Vue aérienne de Bellême (M. Ganivet)

  • 18 G. Louise, op. cit., II, p. 142-144.
  • 19 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, p. 164.
  • 20 M. de Boüard, Guillaume le Conquérant, Paris, 1984, p. 109 (d’après Orderic Vital, Interpolations à (...)

9La mort d’Arnoul marque le début de sa seigneurie par un retour en arrière de l’ordre normal de la succession héréditaire. Guillaume II, père d’Arnoul et frère d’Yves, était un personnage brutal, turbulent et cruel dont le surnom de Talvas, attribué par la suite à toute la famille de Bellême, signifie le bouclier (« talevas » est le grand écu pointu à deux pans) ou, comme le suggère Gérard Louise, guerrier pillard, dévastateur, vivant de rapines (« talevassier »)18. Or, Arnoul, probablement pour des raisons d’héritage (l’héritage de Guillaume Ier), se révolte contre son père, avec l’assentiment des grands de la seigneurie (optimatum suorum consensu)19. Il envahit les terres paternelles et réussit à chasser Guillaume II Talvas de sa seigneurie après l’avoir violemment combattu à cause de sa cruauté et de sa lâcheté dans le meurtre de sa femme et dans l’horrible guet-apens tendu à Guillaume fils Géré. Guillaume II Talvas dut s’enfuir en exil où il mourut beaucoup plus tard (entre 1053 et 1062) : « Arnoul devait lui-même, peu après, mourir misérablement ; au cours d’une randonnée de pillage, en compagnie de quelques-uns de ses fidèles, il avait volé un porc appartenant à une religieuse ; celle-ci le poursuivit en le suppliant de lui rendre son unique propriété, mais sans aucun succès. Arnoul fit abattre le porc et improvisa avec ses compagnons une telle ripaille qu’il s’endormit lourdement ; pendant son sommeil, il fut étranglé ; le meurtre fut imputé à l’un de ses frères, Olivier, qui avait la réputation d’un bon chevalier et qui, dans sa vieillesse, revêtit l’habit monastique à l’abbaye du Bec20. » Marjorie Chibnall place raisonnablement la mort d’Arnoul à la fin de 1048 ou au début de 1049.

  • 21 Sepe conueniebant ad priuata colloquia, nam Sagiorum urbs septem solummodo leugis distat ab Uticens (...)
  • 22 David C. Douglas, « Les évêques de Normandie (1035-1066) », Annales de Normandie, VIII, 1958, p. 90 (...)
  • 23 Guillaume de Poitiers, op. cit., éd. Foreville, p. 138-139.
  • 24 Orderic Vital, 2, p. 78 : Hi tres in Normannia tunc maxime pollebant diuini cultus feruore, et unan (...)

10Orderic Vital trace d’Yves de Sées un portrait extraordinairement vivant. En quelques mots, en quelques lignes, le personnage est là devant nous avec ses traits physiques et moraux. Flatteur, le tableau ne semble pourtant pas de convention. Après tout, l’auteur sait peindre en noir, quand il lui semble que c’est nécessaire, et on ne peut pas dire qu’il ait un faible pour la famille de Bellême : ses portraits de Guillaume II Talvas, de Mabile, de Robert II de Bellême en sont l’illustration. Pour Yves, une tradition bien entretenue à Saint-Évroult l’a visiblement inspiré. A quelques années de distance, d’abord dans les interpolations au texte de Guillaume de Jumièges (effectuées vers 1109), puis dans son Histoire ecclésiastique, livre 3, rédigé vers 1114-1124, il reprend les mêmes termes : il était grand et bien fait (corpore decorus), cultivé (litterarum peritus), plein de jugement, à l’intelligence subtile (sagax), éloquent (facundus), spirituel et plein d’esprit (facetus), plein de charme (multumque iocundus), ami d’une paix sereine (serenae pacts cupidus). Ce qui couronnait cet ensemble de qualités, c’était sa bonté : il aimait, comme un père aime ses enfants, ses ouailles et plus particulièrement ceux dont il avait la charge morale, les clercs et les moines de son diocèse (clericos et monachos, ut pater filios, amabat) et, parmi ces amis privilégiés, il honorait avec vénération Thierry, abbé de Saint-Évroult (abbatem Teodericum uenerabiliter colebat). Ils se retrouvaient souvent pour des entretiens seul à seul, car la ville de Sées n’est qu’à sept lieues de distance de l’abbaye d’Ouche, soit environ trente kilomètres21. L’historien anglais David C. Douglas est sceptique devant des descriptions aussi louangeuses22. Pourtant, des contemporains ont vanté la vertu de quelques évêques de ce temps : Guillaume de Poitiers ne tarit pas d’éloges sur Hugues, évêque de Lisieux, son bienfaiteur et son protecteur, il est vrai : c’est un prélat qui conçoit « le gouvernement ecclésiastique comme un ministère sacré, non comme un moyen de domination ou un honneur »23. Ce sera toujours l’avis, un peu plus tard, d’Orderic Vital qui évoque, pour cette époque, les bons évêques que furent Hugues de Lisieux, Guillaume d’Évreux et Yves de Sées. Ils sont tous les trois de grande naissance. Ils ont, avant tout, des qualités humaines et religieuses. Ils se connaissent (les trois évêchés sont voisins) et sont amis24.

  • 25 Ibid., 2, p. 140.

11Orderic Vital revient plusieurs fois sur le thème des bons évêques de cette génération, en contraste avec ceux de la génération précédente25. Pour cette dernière, on pense, par exemple, à Mauger, archevêque de Rouen, peut-être aussi à Radbod, évêque de Sées et à bien d’autres encore. C’est un soulagement, semble soupirer le moine de Saint-Évroult, que d’avoir enfin des évêques dignes de leur fonction. On peut constater ici que le besoin de réforme dans l’Église s’est manifesté bien avant la montée sur le trône de Saint-Pierre du moine Hildebrand, devenu pape sous le nom de Grégoire VII. La réforme grégorienne, comme tous les grands mouvements historiques, a été annoncée par des précurseurs et des signes avant-coureurs. Le pape Léon IX a déjà cette préoccupation dominante de la réforme du clergé séculier : il veut des clercs mais aussi des princes à la vie morale exemplaire. On sait qu’au même moment, le pouvoir politique comprend tout ce qu’il gagnera à une telle réforme : en Normandie notamment, Guillaume le Bâtard souhaite une remise en ordre du clergé séculier et des prélats dignes de leur vocation.

  • 26 Ibid., 2, p. 74.

12Autre preuve de la grandeur d’âme d’Yves de Sées, pour notre chroniqueur : il n’a pas épousé la cruauté et les haines familiales des Bellême. Comme évêque et comme seigneur, il entretient de bonnes relations avec ses voisins. Il s’est surtout réconcilié avec la famille Géré, ce qui explique les bonnes relations avec l’abbaye de Saint-Évroult dont les fondateurs, au milieu du XIe siècle, sont justement les Géré et leurs parents les Grandmesnil. D’un membre de cette famille, Hugues de Grandmesnil, il recevra de l’aide dans un moment critique que nous évoquerons (1048). Un peu plus tard, en 1059, Robert de Grandmesnil est élu abbé de Saint-Évroult : le duc Guillaume approuve cette élection où l’on note l’intervention efficace d’Yves de Sées (per cambutam Iuonis episcopi Sagiensis)26. Ces derniers traits, bien connus du moine de Saint-Évroult qu’était Orderic Vital, expliquent aussi, en partie, le portrait si positif de l’évêque de Sées qui apparaissait, encore au début du XIIe siècle comme un bienfaiteur ou un protecteur de l’abbaye d’Ouche. Yves a joué un grand rôle dans cette élection abbatiale. On voit du même coup qu’il avait la confiance du duc, qui a approuvé son action.

L’incendie de la cathédrale Saint-Gervais de Sées

  • 27 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, p. 165-166. Sur la date de 1048, cf. G. Loui (...)
  • 28 Orderic Vital, Interpolations au texte de Guillaume de Jumièges, p. 165 : Azso… muros destruxerat e (...)
  • 29 Ibid., p. 165-166.

13Cet homme pacifique et bon fut, en 1048, la victime d’un horrible traquenard dont nous connaissons tous les détails grâce au moine de Saint-Évroult, surtout dans ses interpolations au texte de Guillaume de Jumièges27. Lui qui était si « avide de paix dans la sérénité » va devoir souffrir « la perfidie des méchants qui ne cesse de troubler la tranquillité des bons ». Un petit groupe, une famille au moins, résista à tant de bonté et de bienveillance, insensible à la pax Iuonis de l’évêque et du seigneur. Ce sont les Soreng qui paraissent originaires de la région proche de Sées. Orderic Vital ne nous dit pas la raison de leur rébellion. Guillaume Soreng et ses trois fils, Richard, Robert et Avesgaud, entrèrent en lutte ouverte et acharnée contre Yves de Sées. Gérard Louise suggère que les noms des membres de cette famille montrent qu’ils appartenaient probablement à la famille de Bellême, mais auraient été des partisans de Guillaume II Talvas contre Arnoul et Yves III. Les Soreng avaient réuni une troupe de bandits avec laquelle ils parcouraient la campagne de Sées, incendiant et pillant tout sur leur passage. Ils se rendirent alors maîtres de la ville épiscopale et s’emparèrent enfin de la cathédrale Saint-Gervais. Ils y commirent toutes sortes de méfaits, faisant de cette maison de prière une caverne de voleurs (speluncam latronum) et une écurie pour leurs chevaux (stabulumque fecerunt equorum). Orderic Vital donne, au milieu de son récit, des éléments qui expliquent la facilité avec laquelle ce coup de main fut possible. Il raconte qu’Azon, évêque de Sées à la fin du Xe siècle et au début du XIe siècle, avait construit sa cathédrale – une cathédrale que l’on pourrait appeler « préromane », s’il en restait quelque chose – en utilisant des matériaux provenant de la démolition du rempart tout proche, probablement le rempart romain de cette ancienne ciuitas, la cathédrale paraissant dans une position tout à fait classique par rapport au mur antique. La ville – ou du moins l’ancienne cité – se trouvait donc ouverte, sans défense28 (fig. 4). Quand Yves vit que les Soreng avaient osé faire du temple de Dieu un repaire de voleurs (foueam furum) et même un lupanar de prostituées (lupanar meretricum), il entra dans une grande et noble fureur (nobili tactus ira). Profondément affligé, il n’eut plus qu’une pensée et qu’un désir : délivrer l’église de Dieu (ad liberationem ecclesiae Dei toto nisu animum conuertit). Or, un jour qu’il revenait de la cour du duc Guillaume (le Bâtard) et qu’il traversait le pagus d’Hiémois (il venait donc de Falaise ; à Caen, il n’existe pas encore de château avec résidence), il gagna à sa cause Hugues de Grandmesnil, puissant seigneur normand dont le château, chef-lieu de son « honneur », se trouvait à Norrey-en-Auge, à une quinzaine de kilomètres à l’est de Falaise. Hugues de Grandmesnil ne vint pas seul devant Sées. Avec lui arrivèrent d’autres barons (alios barones), c’est-à-dire des aristocrates de haut rang et leurs troupes. Les fils Soreng et leurs partisans s’étaient retranchés dans une tour (in turre) : s’agissait-il d’une tour de la cathédrale ou d’une tour proche qui pourrait être un vestige des anciennes fortifications ? On ne sait pas, mais de là, ils résistaient violemment, tiraient des flèches sur les assaillants en blessant plusieurs. Voyant cela, l’évêque Yves ordonna de mettre le feu aux maisons voisines, probablement en bois, afin de les déloger. Il fut vite obéi, même par les habitants de Sées (parrochiani). Malheureusement, comme le vent soufflait dans le mauvais sens, les flammes gagnent vite la cathédrale, l’envahissent et détruisent une grande partie de l’édifice, du moins tout ce qui était en bois : charpente, mobilier, etc. (Ignis uero immissus, flante uento, ad ecclesiam currit, ipsamque inuadens consumit). Cependant, profitant de la confusion provoquée par l’incendie, les Soreng prirent honteusement la fuite29.

Fig. 4 – Plan de Sées au Moyen Age

14Le Dieu juste et miséricordieux souffrit avec peine la profanation de son église et le châtiment ne se fit pas attendre. Les trois frères payèrent leur forfait et finirent misérablement sans confession, ni viatique de salut.

15L’aîné, Richard, dormait une nuit, en toute sécurité, dans un mauvais lieu situé près d’un étang quand survint un chevalier (miles), Richard de Sainte-Scolasse, dont les terres avaient été dévastées par les hommes des Soreng. Avec ses gens, il bloqua la cabane. Mais Richard Soreng, réveillé, réussit encore à s’échapper (expergefactus de bordello exiit) en traversant à la nage le vivier. Un paysan (quidam rusticus), qu’il avait maltraité et enchaîné, le repéra et lui fendit la tête de sa hache.

16Le deuxième, Robert, revenait de razzier toute la campagne d’Écouché, près d’Argentan, quand des vilains (uillani), c’est-à-dire des paysans, le poursuivirent et le blessèrent à mort.

  • 30 Ibid., p. 167.

17Enfin, le dernier, Avesgaud, entra à Chambois, chez Aubert, fils de Gérard Fleitel, et commença à se livrer à sa fureur guerrière ; il y fut tué d’un coup de lance sur la tête (pilo emisso, in capite ictus)30.

  • 31 Ibid., p. 168.

18La mort violente des trois fils Soreng permit au pays de Sées de respirer un peu dans la paix. Yves s’empressa de faire couvrir sa cathédrale et pu ainsi faire une nouvelle dédicace au quatrième jour des nones de janvier (2 janvier 1049). Mais les murailles détériorées par la puissance des flammes s’effondrèrent avant la Quadragésime de la même année (au début du Carême)31.

19L’année même de ces événements (1049), le pape Léon IX vint en France. Il consacra d’abord l’église Saint-Rémi de Reims où l’on transféra les reliques du saint archevêque. Ce fut l’occasion pour le pape de tenir à Reims un concile qui avait pour but la réforme des mœurs dans l’Église, celles des ecclésiastiques, surtout séculiers, mais aussi celles des laïcs. La grande préoccupation du pape était la simonie, c’est-à-dire la mise en vente des charges ecclésiastiques et des sacrements. Beaucoup d’évêques présents furent publiquement interrogés à ce sujet et durent rendre des comptes : Geoffroi de Montbray, évêque de Coutances, parvint à se justifier, mais quelques autres furent démis sur le champ de leur fonction, tel l’évêque de Langres. On voit que la mise en place des réformes voulues par Léon IX s’accompagnait de sanctions. Les préoccupations du pape portaient aussi sur les nombreuses usurpations par les princes et les seigneurs laïcs de biens et de charges ecclésiastiques. Ainsi s’explique l’absence volontaire du roi de France, Henri Ier, qui avait été invité au concile et avait promis de s’y rendre, mais voulait éviter d’être mis en accusation. La réforme visait également la vie morale des laïcs : on condamna le divorce des grands, mais aussi les mariages consanguins même à des degrés fort éloignés. Le cas du mariage projeté et annoncé entre Guillaume de Normandie et Mathilde de Flandre fut soulevé et par avance interdit. Cependant, dans ce cas précis, il semble bien, comme l’a fait souvent remarquer Michel de Boüard, qu’aux yeux du pape l’alliance de deux principautés occidentales, la Flandre et la Normandie, alors en expansion, risquait de rompre « l’équilibre européen » au détriment du Saint-Empire.

  • 32 Ibid.

20Au concile de Reims (1049), étaient présents une vingtaine d’évêques, cinquante abbés et d’autres dignitaires ecclésiastiques : parmi eux, Yves de Sées et quatre de ses voisins de Normandie : Geoffroi de Montbray, évêque de Coutances, Herbert de Lisieux, Hugues de Bayeux et Hugues d’Avranches. Le pape dénonça vivement la négligence de certains évêques et abbés et il interpella Yves de Sées au sujet de l’incendie de sa cathédrale : « Qu’as-tu fait, perfide ? Tu dois être condamné par la loi, toi qui as osé livrer ta mère aux flammes ! » (Quid fecisti, perfide ? Qua lege damnari debes, qui matrem tuam cremare ausus es ?). Yves se défendit avec éloquence avouant que, s’il avait mal agi, il y avait été contraint pour arracher les enfants de l’Église à des maux plus graves. Il accepta la pénitence du pape qui lui imposait surtout de reconstruire la cathédrale Saint-Gervais. Malgré les grands biens de la famille de Bellême et de l’évêché de Sées, il semble avoir été incapable de faire face aux dépenses d’un tel chantier. Après le désastre du début de l’année, il fallait tout reconstruire. Yves, comme Geoffroi de Montbray, et à peu près en même temps, décida de partir pour l’Italie. Il vint en Pouille, où des parents et des amis lui offrirent des sommes d’argent considérables. De là, il se rendit à Constantinople, où l’empereur lui fit un don inestimable, un fragment de bois de la Croix du Seigneur32.

21Rentré à Sées, vers 1053, Yves commença l’édification d’une grande cathédrale, une église que nous appellerions romane, mais dont il ne reste rien aujourd’hui. La construction paraît avoir été lente et difficile puisque les successeurs d’Yves, Robert de Ryes (1070-1081), Gérard (1082-1091), Serlon d’Orgères (1091-1123) ne purent la terminer. Ce n’est qu’au bout de quelque soixante-dix ans de travaux qu’une consécration put avoir lieu en 1126, sous l’épiscopat de Jean de Neuville.

  • 33 G. Louise, op. cit., I, p. 324.
  • 34 Cartulaire de Marmoutier pour le Perche, éd. Barret, n° 5 et 6, p. 13-18.
  • 35 Ibid., p. 15 et 154.

22Réduites à quelques chartes dont la datation est souvent imprécise, les interventions d’Yves III, comme seigneur de Bellême, sont naturellement moins expressives, mais très utiles pour ne pas négliger cet autre aspect de sa vie. Après les travaux de Gérard Louise, il est maintenant impossible de lui attribuer, comme on le faisait auparavant, la fondation du prieuré de Sainte-Gauburge, qui revient en effet à Yves II33. Cependant, c’est bien Yves III, dominus meus Iuo nomine, Sagiensis episcopus, qui autorisa un petit seigneur (homo militie secularis), Hugues de Rocé, à donner l’église de Saint-Martin-du-Vieux-Bellême, qui lui appartenait, à l’abbé et aux moines de Marmoutier34. Ce fut l’origine de plusieurs implantations dans le Perche de la célèbre abbaye tourangelle. Yves ajouta lui-même à cette donation de son vassal plusieurs biens : prés, vignes, masures, etc. Il encouragea ses parents et fidèles à suivre son exemple ainsi Marmoutier eut-il des possessions considérables à Condeau, Crapon, Clinchamps, la Jaillère, Boissy-Maugis35

  • 36 Cartulaire de Saint-Martin de Sées ou Livre Blanc, premières chartes.
  • 37 L. Musset, « Un nouveau document sur la fortune de Saint-Martin de Sées », Bulletin de la Société h (...)
  • 38 G. Louise, op. cit., I, p. 154.
  • 39 Cartulaire de Saint-Martin de Sées ou Livre Blanc, charte 3 (f° 2) : Et concesserunt terrain quam E (...)

23Vers 1060, Yves de Sées, sa nièce, Mabile de Bellême et le mari de celle-ci, Roger II de Montgommery, décident de restaurer l’ancienne abbaye de Saint-Martin de Sées (Iuo, Sagiensis episcopus et uicecomes Rogerius Mabiliaque uxor eius). Le lieu en était encore bien connu, près du « bourg » de Sées, sur la rive gauche de l’Orne, à quelques centaines de mètres de l’ancienne « cité », appelée curieusement ici « bourg » (locum Sancti Martini qui est iuxta burgum Sagii super ripam Olne fluvii). Ils appelèrent en ce lieu des bénédictins, quelques-uns venant peut-être de Saint-Évroult, et dotèrent le monastère renaissant36 (fig. 5). L’histoire antérieure de l’abbaye n’est pas connue, mais les chartes de fondation et de confirmation, dans le cartulaire de Saint-Martin, ou Livre Blanc, font toujours mention d’une restauration, tout à fait comparable à celle de Saint-Évroult, un peu antérieure (vers 1050). Lucien Musset a proposé de voir, à l’époque carolingienne, en cet endroit du suburbium de Sées, un monastère épiscopal. La dédicace à saint Martin est, de toute façon, un indice permettant de remonter au Haut Moyen Age37. Gérard Louise souligne que longtemps, notamment sous Robert II de Bellême, à la fin du XIe siècle et au début du XIIe, les terres et les biens de l’abbaye de Saint-Martin de Sées seront considérés comme faisant partie des biens propres de la famille de Bellême. Il s’agirait d’usurpations de biens ecclésiastiques par les ancêtres de la famille, Guillaume Ier et Guillaume II Talvas, et, dans les actes d’Yves et de ses neveux, de restitutions plus ou moins déguisées38. Parmi les dons, relevons celui-ci sur lequel il faudra revenir : ils concédèrent une terre que l’évêque Yves donna à Saint-Martin, provenant de son héritage, qui était entre la porte du château de Sées et le gué Crémer, entre la route d’Alençon et la rive de l’Orne39.

Fig. 5 – Abbaye de Saint-Martin de Sées

  • 40 Guillaume de Poitiers, op. cit., éd. Foreville, p. 128-132.

24On sait encore qu’Yves assista, en 1055, au concile de Lisieux qui fut convoqué à l’initiative de Guillaume le Bâtard et où fut déposé l’archevêque de Rouen, Mauger, pourtant oncle du duc, à cause de sa conduite morale scandaleuse, mais aussi en raison de sa participation aux complots politiques des « Richardides » contre l’autorité et la légitimité du Bâtard. Il fut remplacé par un moine exemplaire, Maurille, ce qui est bien, encore une fois, la preuve des progrès de la réforme dans l’Église et la volonté d’un prince comme Guillaume d’y apporter son appui40.

25Peu d’années après, en 1059, Yves présida la bénédiction abbatiale de Robert de Grandmesnil à Saint-Évroult. Ce fut un moment de grâce qui dura peu puisque les Grandmesnil, parents des Géré, furent exilés deux ans plus tard par Guillaume. Du fait de son habileté diplomatique ou de son appartenance à la famille de Bellême, maintenant alliée aux Montgommery, l’évêque de Sées ne fut pas inquiété.

  • 41 G. Louise, op. cit., II, p. 152.
  • 42 Cf. Le sarcophage de Herluin, au Bec-Hellouin, photographié dans les Documents de l’Histoire de la (...)
  • 43 L. J. Fret, Antiquités et Chroniques percheronnes, 1838, I, p. 349.

26Yves de Sées mourut probablement en 1070. La plupart des historiens sont à peu près d’accord sur cette date, alors que Gérard Louise pencherait plutôt pour 1071-107241. La cathédrale romane de Sées était encore en pleine reconstruction. Cela faisait pourtant dix-sept ans qu’Yves était revenu d’Italie et de Constantinople avec, semble-t-il, les moyens financiers nécessaires, mais on sait qu’en matière de grands chantiers les prévisions sont parfois dépassées par les difficultés ou les surprises de la réalisation ! Le chœur était sans doute achevé puisqu’on y inhuma Yves III de Bellême. Ses restes furent en effet retrouvés à cet endroit même, plus de cinq cents ans après sa mort. En 1601, en creusant dans le chœur de la cathédrale gothique une fosse pour recevoir le corps de l’évêque Louis Dumoulinet, qui venait de mourir, on découvrit un grand sarcophage de pierre « fermé avec des agrafes de fer »42. On ouvrit ce cercueil et l’on vit un corps humain apparemment presque intact : « haute stature, visage frais, longue barbe. Il avait une mitre en tête, les pieds chaussés de mules épiscopales ; le corps était revêtu d’une aube très fine et d’une riche chasuble de velours cramoisi, à côté de lui était une crosse en bois doré, ornée d’un écusson aux armes des Bellême (château crénelé d’or, fond de sable) ; ce qui ne laissa aucun doute que c’était Yves de Bellême. Au premier contact de l’air, le corps tomba en poussière »43.

  • 44 J. Favier, Dictionnaire de la France médiévale, 1993, articles Liturgiques (ornements), p. 578.

27L’histoire est belle mais difficile à admettre. Il faudrait avoir une description précise de la mitre dont la forme change au XIIe siècle. Auparavant, entre le IXe et le XIe siècle, il s’agit plus d’un bonnet couvrant les oreilles que d’un chapeau à deux cornes tel que nous le connaissons encore aujourd’hui44. Autre problème, celui de la crosse : les écussons avec armes ou blasons ne se répandirent qu’à la fin du XIIe siècle et au XIIIe siècle. Cependant, on sait que certains signes distinctifs apparurent plus tôt : la Tapisserie de Bayeux (vers 1080) en donne des exemples, de même que certaines peintures ou étoffes de la Sicile normande (XIIe siècle). Le mot « écusson » fait craindre l’anachronisme, mais il peut cacher une réalité (un antécédent des armoiries) à laquelle on applique une terminologie d’époque moderne. Il ne semble pas exister à l’évêché de procès-verbaux donnant des précisions sur l’enterrement d’un évêque au début du XVIIe siècle. On ne sait donc pas où Bry de la Clergerie et l’abbé Fret ont recueilli ces descriptions.

***

  • 45 Cartulaire de Saint-Martin de Sées et Cartulaire de Marmoutier pour le Perche et Cartulaire de Marm (...)

28Après avoir relu les textes d’Orderic Vital, il est indispensable de s’interroger sur la valeur de ce témoignage et de tenter une interprétation du principal épisode qui nous est rapporté : l’incendie de la cathédrale Saint-Gervais de Sées. On a déjà insisté sur le caractère unique des sources. Faut-il ici adopter catégoriquement la règle des Anciens : Testis unus, testis nullus ? On peut remarquer d’abord que les textes, s’ils vont bien dans le même sens favorable, ne sont pas de même époque. Les interpolations à Guillaume de Jumièges (rédigées vers 1109) précèdent de quelque quinze à vingt ans l’Histoire ecclésiastique. On a vu, d’autre part, l’importance des chartes où le nom d’Yves apparaît soit comme évêque de Sées (Iuo Sagiensis episcopus ; Signum Iuonis Sagiensis episcopi), soit comme seigneur de Bellême (dominus meus Iuo nomine, Sagiensis episcopus ; Iuo, Belismi castri princeps)45. Ces indications ou souscriptions sont fort utiles pour confirmer certains traits ou certaines orientations du personnage et pour mieux fixer la chronologie.

  • 46 David C. Douglas, op. cit., p. 92.
  • 47 G. Louise, op. cit., II, p. 153-154.

29En dernière analyse, on est renvoyé au dilemme suivant : Yves fut-il un évêque, véritable « Bon Pasteur », attentif à ses ouailles et à son clergé, protecteur des moines, ou fut-il avant tout « un grand seigneur temporel », comme l’affirme l’historien anglais David C. Douglas46 et comme la fréquence du titre seigneurial permettrait sûrement de le penser. Le témoignage d’Orderic Vital peut sembler partial à cause des rapports excellents et suivis qu’entretint l’évêque de Sées avec l’abbaye de Saint-Évroult proche du siège épiscopal. Yves paraît avoir éprouvé des sentiments fraternels envers les Grandmesnil, restaurateurs de Saint-Évroult. Hugues donna un sérieux coup de main contre la rébellion des frères Soreng. Robert reçut la bénédiction abbatiale des mains d’Yves. Si Yves semble ainsi au mieux avec les Grandmesnil, c’est qu’il n’a pas hérité de la haine des Bellême contre les Géré. Orderic Vital aurait dû avoir toutes les raisons de se méfier d’un Bellême. Or il n’en est rien, au contraire. Cela peut passer pour un élément en faveur d’Yves et de la véracité du témoignage d’Orderic. Cependant plusieurs historiens ont fait remarquer que l’auteur de l’Histoire ecclésiastique était originaire du Shropshire, domaine des Montgommery, et que l’alliance récente des Bellême et des Montgommery, par le mariage de Mabile et de Roger II (vers 1050), aurait pu jouer favorablement47. Cela paraît tout de même difficile à admettre : de mère anglaise, Orderic Vital n’a jamais eu une reconnaissance sans borne pour l’occupant normand ! Restons-en donc à notre impression première : Yves a bien dû avoir un caractère pacifique, tel que nous le dépeint le moine de Saint-Évroult.

30Autre point à son actif : il a de bonnes relations avec Guillaume le Bâtard. Au moment de l’affaire Soreng, il revient de la cour de Guillaume à Falaise (1048). Or, à ce moment, très peu de temps après la bataille du Val-ès-Dunes (1047), victoire qu’il a remportée contre les barons du Cotentin et du Bessin, révoltés contre lui, Guillaume a proclamé à Sainte-Paix, près de Caen, la Paix de Dieu et mène une politique de clémence et de réconciliation. Yves de Sées, par sa présence à la cour, cautionne cette politique. Il y restera fidèle puisqu’il n’est pas inquiété quand Guillaume frappe durement les Grandmesnil et Saint-Évroult (1061).

31Enfin, dernier témoignage en faveur d’Yves de Sées, sa participation au concile de Reims en 1049. On sait que Léon IX était arrivé à Reims avec une volonté réformatrice très forte portant sur les mœurs du clergé et de l’aristocratie. Les deux obsessions du pape étaient la simonie et l’inceste. Guillaume le Bâtard en fit l’expérience puisque c’est au cours de ce concile que fut interdite l’union projetée avec Mathilde de Flandre. Cette condamnation célèbre ne doit toutefois pas faire oublier que le roi de France s’abstint, au dernier moment, de paraître à Reims de peur d’y être, lui aussi, condamné pour de nombreuses usurpations de biens ecclésiastiques. De nombreux évêques présents ou absents durent répondre de l’accusation de simonie, surtout d’avoir acheté leur charge épiscopale. Plusieurs mirent en œuvre de véritables procédures pour retarder l’examen de leur cas. L’évêque de Langres fut, lors du concile, le champion de l’obstruction systématique cherchant à gagner du temps, mais Léon IX ne le lâchait pas ! Hugues de Langres, à la fois simoniaque et impudique, fut déposé avec plusieurs autres prélats ; rien de tel ne fut requis à l’encontre d’Yves de Sées. Le pape l’interpella sévèrement, comme nous l’avons vu, au sujet de l’incendie de sa cathédrale, mais rien ne lui fut reproché concernant la simonie ou l’inconduite morale. Étant donné l’atmosphère qui régnait au concile, cela paraît une preuve, par la négative ou par le silence, en faveur de notre évêque.

32Ces observations orientent vers la prise en considération du portrait flatteur dressé par Orderic Vital. Yves joua, en outre, un rôle capital dans le développement de la ville de Sées au XIe siècle (fig. 6 et 7). Mais il devient alors d’autant plus difficile d’expliquer l’épisode violent et guerrier de la reconquête de Sées et surtout de l’incendie de la cathédrale. A ce moment, Yves III n’est-il pas surtout le seigneur du château de Bellême (Belismi castri princeps) plus que le bon évêque de Sées ? Si l’on comprend son « coup de sang » devant le tableau de son église-cathédrale transformée en écurie et en lupanar, on s’interroge tout de même devant cette action militaire brutale qui semble placer notre évêque dans la catégorie, qui n’est pas exceptionnelle au XIe siècle, des évêques cavaliers et cuirassés dont le type a été immortalisé par l’archevêque Turpin de la Chanson de Roland.

Fig. 6 – Sées : vue de la motte Saint-Pierre à la cathédrale (M. Ganivet)

Fig. 7 – Sées : vue de la motte sur la route d’Alençon (M. Ganivet)

  • 48 Ibid., I, p. 338-358.

33Pour y voir plus clair sur cet aspect du caractère d’Yves de Sées, il n’y a pas d’autre moyen que d’essayer de percer le mystère de l’épisode des Soreng. Et d’abord qui sont-ils ? Ce ne sont apparemment pas de grands personnages. Gérard Louise voudrait qu’ils appartiennent à un lignage proche des Bellême et, en particulier, proche de Guillaume II Talvas qui venait d’être destitué par son fils Arnoul. Il en veut pour preuve les prénoms portés par les Soreng qui rappellent, en effet, ceux portés par la dynastie de Bellême : Guillaume, le père, Robert et Avesgaud, les fils. Dans ce cas, les Soreng seraient des vassaux de Guillaume II bataillant pour leur seigneur à la reconquête d’une partie de son domaine propre et de son aire d’influence, la région de Sées et l’évêché48. Cette argumentation est plausible, mais est-elle la seule possible ? Jamais les Soreng n’apparaissent véritablement dans l’orbite des Bellême, on ne les connaît pas autrement que par cet épisode.

34Les Soreng ne sont pourtant pas des paysans. Ils dévastent les environs de Sées et d’Argentan. Ils sont craints par les habitants des campagnes. Deux sur les trois seront tués par des paysans ou des villageois. Ils appartiennent, semble-t-il, à la classe ordinaire des guerriers. Peut-être sont-ils des milites castri au service de Guillaume II Talvas, mais ils agissent plus comme des mercenaires sans foi ni loi, plus soudards que chevaliers. On reconnaît là la classe montante des milites qui se fait une place au soleil dans la société par le pillage, le vol, la brutalité, l’assassinat et même la provocation religieuse (la cathédrale transformée en écurie et en lupanar). Ils seront bientôt des seigneurs de village, des seigneurs châtelains. Ils sont très mal vus des paysans : les destructions qu’ils opèrent sont un frein à la croissance agricole qui se développe dans les campagnes au XIe siècle. Ils commettent des exactions et des voies de fait, ils effectuent des prélèvements en argent ou en nature sur les paysans. La construction de châteaux plus ou moins autorisée leur permet d’établir dans les campagnes l’ordre seigneurial. On comprend qu’à ce moment (XIe siècle), les paysans préfèrent les seigneuries ecclésiastiques, où les coutumes sont moins lourdes et surtout mieux respectées, et où ils jouissent d’une certaine indépendance et d’une certaine liberté. Il n’est donc pas étonnant que les paysans prennent le parti d’Yves contre celui des frères Soreng.

  • 49 Cartulaire de Saint-Martin de Sées ou Livre Blanc, charte 3 (f° 2).
  • 50 Ibid., chartes 29 et 30 pour l’année 1089 (f° 16 et 17).
  • 51 François Neveux, « La ville de Sées et le duché d’Alençon au XVe siècle », Marguerite de Lorraine e (...)

35Enfin, pour que le portrait d’Yves de Sées soit juste et équilibré, on doit évoquer un monument qui a toute chance d’être son œuvre. Il s’agit de la motte de Sées. Ce que l’on sait de Sées au XIe siècle peut se résumer de la façon suivante. Jusque vers 1060, il existe, sur la rive droite de l’Orne, une petite agglomération qui est comprise dans les limites de l’ancienne enceinte de la cité gallo-romaine. Elle est désignée par l’expression burgus Sagii. On sait qu’au XIe siècle le terme burgus désigne une agglomération dont le seigneur désire le développement urbain et fait dans ce but un certain nombre de concessions et de promesses alléchantes qui doivent attirer de nouveaux habitants appelés burgenses (bourgeois) ou hospites (hôtes). Dans cette période souvent troublée par des guerres privées ou publiques, l’un des attraits principaux du « bourg » est la sécurité qui est assurée par la proximité d’un château. A Sées, à côté du bourg unique autour de la cathédrale, existent, notamment sur l’autre rive de l’Orne, des villages plus ou moins importants qui seront des noyaux pour le processus de formation urbaine : d’abord un lieu-dit Saint-Martin, où, vers 1060, un ancien monastère va renaître par la volonté de l’évêque Yves et de ses neveux Roger et Mabile ; ensuite une église Saint-Pierre, autour de laquelle on a trouvé des sarcophages monolithes, ce qui indique qu’il y avait à cet endroit un cimetière remontant à l’époque mérovingienne (VIIe siècle). Or la motte de Sées est située à quelques dizaines de mètres de l’église Saint-Pierre qui devait être enclose dans la basse-cour (fig. 8). Un nouveau bourg fut créé dont la motte et l’église Saint-Pierre constituaient les éléments essentiels. On a noté que l’une des terres donnée par Yves pour doter l’abbaye Saint-Martin était située « entre la porte du château de Sées et le gué Cremer, entre la route d’Alençon et la même rive (de l’Orne) ». L’église Saint-Pierre semble faire partie de la dotation initiale constituée par Yves et ses neveux à partir de leur domaine propre hérité de Guillaume (Willelmus tenuit in suo dominio circa uillam et in uilla Sancti Martini et encore terram de sua hereditate)49. On la retrouve ensuite dans les confirmations. Elle fut donnée à une époque où Yves de Sées est à la fois évêque et seigneur de Bellême. L’église fait partie du château. A partir de la seconde moitié du XIe siècle, l’église Saint-Pierre fut régulièrement appelée ecclesia Sancti Petri de castello50. Le bourg établi autour de l’église et du château fut appelé, à partir du XIIe siècle, « bourgle-comte » (burgus comitis), puisqu’il dépendait alors des comtes d’Alençon appartenant à la famille de Bellême. Autour de l’abbaye fut également installé le bourg de Saint-Martin (burgus Sancti Martini51).

Fig. 8 – Sées : la motte et l’église Saint-Pierre

36Il est possible de suggérer, me semble-t-il, que la motte castrale de Sées est l’œuvre d’Yves III de Bellême. Elle aurait été élevée, soit pendant la crise de 1048 (et serait contemporaine de la rébellion des Soreng), soit au cours d’une période un peu postérieure, comme un facteur de sécurité pour éviter le retour de pareils événements. Elle fait partie de la création du « bourg du château » et sert à équilibrer la défense de Sées en dressant au sud, devant la plaine ouverte, un point fort répondant à l’ensemble fortifié cité-cathédrale au nord. Un autre argument, négatif il est vrai, peut conforter cette hypothèse : on ne voit pas d’autre contexte historique pour situer la construction de ce château. Les premiers seigneurs de Bellême sont bien présents dans cette région, pendant le premier tiers du XIe siècle, mais la seule forteresse dont on parle à leur sujet est celle d’Alençon, seulement distante de 23 kilomètres. Quant aux guerres fomentées par Robert II de Bellême à la fin du XIe siècle et au début du XIIe siècle, elles sont extrêmement dévastatrices, mais mobiles comme des coups de main : la prise de Sées, en 1104, oblige l’évêque Serlon à quitter son diocèse, mais elle est trop rapide pour donner lieu à une construction militaire de cette importance. De plus, les textes où apparaissent les noms d’Yves et de ses neveux (père et mère de Robert II), portent déjà la mention castellum Sagii. Ainsi la vie d’Yves fut-elle plus partagée entre l’évêché de Sées et la seigneurie de Bellême que les textes d’Orderic Vital ne le laissent supposer, mais on peut accepter le portrait si favorable qu’il nous offre de cet évêque hors du commun.

Notes

1 P. Siguret, « Recherches sur la formation du comté du Perche », Bulletin de la Société Historique et Archéologique de l’Orne, LXXIX, 1961 et LXXX, 1962, p. 39.

2 L. Musset, « L’aristocratie normande au XIe siècle », La noblesse au Moyen Age (XI-XVe s.). Essais à la mémoire de Robert Boutruche, Paris, 1976, p. 78.

3 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, éd. M. Chibnall, 3, p. 306 (cité désormais Orderic Vital).

4 J. Boussard, « La seigneurie de Bellême aux Xe et XIe siècles », Mélanges d’histoire du Moyen Age dédiés à la mémoire de Louis Halphen, Paris, 1951, p. 46-47.

5 G. Louise, La seigneurie de Bellême, Χe-ΧIIe siècles, 2 vol., dans Le Pays Bas-Normand, 1990 (n° 199-200), 1991 (n° 201-202) : I, p. 270-279 et II, p. 121-129.

6 Ibid., I, p. 152-155, 345-346, 396.

7 Cf. « Geoffroi de Montbray, évêque de Coutances », infra, p. 286.

8 Orderic Vital, 2, p. 46-48, 254.

9 Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum Ducum, éd. J. Marx, Rouen/Paris, 1914 : Interpolations d’Orderic Vital, p. 161-170.

10 Cartulaire de Marmoutier pour le Perche, éd. Barret, Mortagne, 1894-1895.

11 Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans, Premier Cartulaire, éd. R. Charles et Menjot d’Elbenne, Mamers/Le Mans, 1886-1913.

12 Cartulaire de Saint-Martin de Sées ou Livre Blanc, Archives diociésaines de Sées.

13 G. Louise, op. cit., I, p. 345-365 ; t. II, p. 148-158.

14 Cf. Hugues, évêque de Lisieux, qui était très jeune, d’après Guillaume de Poitiers, Gesta Willelmi ducis Normannorum et regis Anglorum, éd. R. Foreville, Paris, 1952, p. 138-142.

15 G. Louise, op. cit., II, p. 150-151.

16 Orderic Vital, 2, p. 46.

17 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, p. 165.

18 G. Louise, op. cit., II, p. 142-144.

19 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, p. 164.

20 M. de Boüard, Guillaume le Conquérant, Paris, 1984, p. 109 (d’après Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, p. 164).

21 Sepe conueniebant ad priuata colloquia, nam Sagiorum urbs septem solummodo leugis distat ab Uticensi abbatia. Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, p. 165 ; Historia ecclesiastica, 2, p. 46.

22 David C. Douglas, « Les évêques de Normandie (1035-1066) », Annales de Normandie, VIII, 1958, p. 90 et 92.

23 Guillaume de Poitiers, op. cit., éd. Foreville, p. 138-139.

24 Orderic Vital, 2, p. 78 : Hi tres in Normannia tunc maxime pollebant diuini cultus feruore, et unanimi consensu tantoque nectebantur amore ut quisquis eorum in diocesi confinis sui uelut in propria prout tempus et ratio poscebat omne diuinum opus exerceret sine litigio et liuore.

25 Ibid., 2, p. 140.

26 Ibid., 2, p. 74.

27 Orderic Vital, Interpolations à Guillaume de Jumièges, p. 165-166. Sur la date de 1048, cf. G. Louise, op. cit., I, p. 356.

28 Orderic Vital, Interpolations au texte de Guillaume de Jumièges, p. 165 : Azso… muros destruxerat et ex lapidibus deiecti muri ecclesiam sancto Geruasio martyri construxerat…

29 Ibid., p. 165-166.

30 Ibid., p. 167.

31 Ibid., p. 168.

32 Ibid.

33 G. Louise, op. cit., I, p. 324.

34 Cartulaire de Marmoutier pour le Perche, éd. Barret, n° 5 et 6, p. 13-18.

35 Ibid., p. 15 et 154.

36 Cartulaire de Saint-Martin de Sées ou Livre Blanc, premières chartes.

37 L. Musset, « Un nouveau document sur la fortune de Saint-Martin de Sées », Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne, LXXVIII, 1960, p. 19.

38 G. Louise, op. cit., I, p. 154.

39 Cartulaire de Saint-Martin de Sées ou Livre Blanc, charte 3 (f° 2) : Et concesserunt terrain quam Episcopus Iuo dedit Sancto Martino de sua hereditate, annuente Willelmo rege, quae est inter portam castelli Sagii et uadum Cremerii inter uiam Alerci et ipsum riuum.

40 Guillaume de Poitiers, op. cit., éd. Foreville, p. 128-132.

41 G. Louise, op. cit., II, p. 152.

42 Cf. Le sarcophage de Herluin, au Bec-Hellouin, photographié dans les Documents de l’Histoire de la Normandie, Toulouse, 1972, fig. X.

43 L. J. Fret, Antiquités et Chroniques percheronnes, 1838, I, p. 349.

44 J. Favier, Dictionnaire de la France médiévale, 1993, articles Liturgiques (ornements), p. 578.

45 Cartulaire de Saint-Martin de Sées et Cartulaire de Marmoutier pour le Perche et Cartulaire de Marmoutier pour le Perche et Cartulaire de Saint-Vincent du Mans.

46 David C. Douglas, op. cit., p. 92.

47 G. Louise, op. cit., II, p. 153-154.

48 Ibid., I, p. 338-358.

49 Cartulaire de Saint-Martin de Sées ou Livre Blanc, charte 3 (f° 2).

50 Ibid., chartes 29 et 30 pour l’année 1089 (f° 16 et 17).

51 François Neveux, « La ville de Sées et le duché d’Alençon au XVe siècle », Marguerite de Lorraine et son temps 1463-1521, 1989, p. 53.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – La seigneurie de Bellême au milieu du XIe siècle
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Fig. 2 – Généalogie simplifiée de la famille des Bellême
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10065/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 3 – Vue aérienne de Bellême (M. Ganivet)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10065/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 4 – Plan de Sées au Moyen Age
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10065/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 5 – Abbaye de Saint-Martin de Sées
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10065/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 6 – Sées : vue de la motte Saint-Pierre à la cathédrale (M. Ganivet)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10065/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 7 – Sées : vue de la motte sur la route d’Alençon (M. Ganivet)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10065/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 8 – Sées : la motte et l’église Saint-Pierre
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10065/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 460k

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540