Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Introduction : La Province ecclésiastique de Rouen du xe au xiie siècle

Les évêques normands de 985 à 1150

Pierre Bouet et Monique Dosdat

Texte intégral

Rouen1

Robert (Rotbertus) : 987/989-1037

1Robert, fils du duc Richard Ier, fut à la fois archevêque de Rouen et comte d’Évreux. Grand seigneur, marié et père d’une nombreuse famille, il accomplit cependant quelques-unes des actions que l’on est en droit d’attendre d’un archevêque, durant les quarante-huit ans de son épiscopat. Il est le prototype de ces illustres évêques du XIe siècle qui, comme Geoffroi de Montbray et Odon de Conteville, s’illustrèrent aussi bien sur les champs de bataille que dans leur diocèse. Il commença la construction de sa cathédrale et dédicaça de nombreuses abbatiales comme celles de Fécamp en 990 et de Saint-Wandrille en 1031. Il créa très tôt un chapitre cathédral à la tête duquel se trouvait un doyen. Il mourut durant l’hiver 1037.

Mauger (Malgerius) : 1037-1055

2Mauger appartenait, lui aussi, au lignage ducal, puisqu’il était le fils de Richard II et de Papia. Il succéda donc à son oncle Robert. Formé à l’abbaye de Fécamp, il avait acquis une certaine habileté dans l’exégèse de l’Écriture Sainte. Mais, devenu archevêque, il mena une vie de frivolité et de débauche plutôt que de s’occuper des affaires de son diocèse. Il dépouilla la cathédrale de ses biens pour mener grande vie. Un concile provincial fut convoqué à Lisieux en mai 1055 au cours duquel il fut déposé en présence du légat du pape, Hermenfroi, évêque de Sion. Il est probable que Mauger fut déposé non seulement pour l’indignité de sa vie, mais aussi pour avoir organisé ou encouragé la révolte de 1046-1047 contre Guillaume le Bâtard. Mauger fut exilé dans l’île de Guernesey où il se livra aux sciences occultes, ayant quelque peu perdu l’esprit. Il se noya accidentellement et fut inhumé à Cherbourg.

Maurille (Mauritius) : 1055-1067

3C’est un homme éminent qui s’imposait à la fois par ses vertus et par sa culture que Guillaume le Bâtard installa à la tête de l’Église normande. Maurille, originaire de Reims, avait été formé aux arts libéraux dans cette cité, puis à Liège. Après avoir été moine à Fécamp, il alla en Toscane tenter la vie d’ermite avant de devenir l’abbé du monastère Sainte-Marie de Florence où s’imposait une réforme des mœurs. Mais la rigueur du nouvel abbé suscita la colère et la révolte des moines. Maurille dut renoncer à son projet et revint à Fécamp.

4Devenu archevêque de Rouen, il réunit un synode pour combattre l’hérésie de Bérenger de Tours sur l’Eucharistie et pour rappeler les exigences du célibat à un clergé qui avait alors femme et enfants. Il favorisa le développement de la vie monastique et dédicaça la cathédrale de Rouen le 1er octobre 1063 en présence de tous les dignitaires ecclésiastiques et de tous les barons normands. Il mourut le 9 août 1067 et fut inhumé dans la nef de sa cathédrale.

Jean dIvry (Johannes) : 1067-1079

5Jean était le demi-frère d’Hugues d’Ivry, qui fut évêque de Bayeux de 1015 à 1049. Jean et Hugues appartenaient donc au lignage ducal, puisque leur père Raoul, comte d’Ivry, était le frère utérin de Richard Ier.

6Jean d’Ivry, qui était évêque d’Avranches depuis 1060, fut promu archevêque de Rouen en 1067. Il entreprit de réformer le clergé de Normandie pour le délivrer de la simonie (achat des charges ecclésiastiques) et du nicolaïsme (mariage des prêtres). Mais son zèle intempestif et son tempérament colérique suscitèrent plutôt révolte et refus d’obéissance. En raison d’une attaque d’apoplexie survenue en 1077, il dut se démettre de ses fonctions et mourut deux ans plus tard, le 9 septembre 1079.

Guillaume Bonne-Ame (Guillelmus Bona-Anima) : 1079-1110

7Guillaume était le fils de l’évêque de Sées, Radbod, ce qui suscita quelques difficultés avec le pontife romain lors de son installation à l’archevêché de Rouen.

8Il avait été, d’abord, chanoine de la cathédrale de Rouen, puis archidiacre de l’archevêché. Vers 1058, il effectua un voyage en Terre Sainte en compagnie de Thierry, abbé de Saint-Évroult, et d’un autre clerc normand. Au retour, à la suite d’un vœu fait durant une terrible tempête en Méditerranée, il se fit moine à la nouvelle abbaye Saint-Étienne de Caen dont il devint le prieur, puis l’abbé lorsque Lanfranc partit en 1070 en Angleterre occuper le siège de Cantorbéry. Auparavant, l’abbé Lanfranc l’avait envoyé au monastère du Bec pour qu’il y reçoive une solide formation intellectuelle. En 1079, il fut choisi par Guillaume le Conquérant pour remplacer Jean d’Ivry. De 1079 à 1110, Guillaume, dit Bonne-Ame, exerça les fonctions archiépiscopales de façon exemplaire.

9Il assura la formation de son clergé, encouragea la vie monastique et parvint à réformer les mœurs des clercs. Dès 1080, il présida à Lillebonne un important synode qui imposa aux prêtres des règles de vie très strictes et qui incita les laïcs à respecter la Trêve de Dieu. Prélat bâtisseur, il édifia le cloître canonial avec la salle du chapitre et commença la reconstruction du palais épiscopal.

10C’est lui qui célébra les funérailles de Mathilde à la Trinité de Caen, en 1083, et celles de Guillaume le Conquérant à Saint-Étienne de Caen, en 1087. Il mourut le 9 février 1110 et fut inhumé dans la salle du chapitre qu’il avait fait construire.

Geoffroi le Breton (Goisfredus Brito) : 1111-1128

11Geoffroi le Breton, nommé archevêque en 1111, occupa le siège archiépiscopal jusqu’en 1128. Il appartenait à une noble famille de Bretagne : son frère Judicaël était évêque de Saint-Malo. Chanoine de la cathédrale du Mans, il fut choisi par le comte Hélie comme évêque de cette cité, à la mort de Hoël en 1096. Mais le clergé imposa un autre candidat, Hildebert de Lavardin, qui finalement devint évêque du Mans, malgré l’opposition du roi d’Angleterre, Guillaume le Roux. Orderic Vital nous raconte que Geoffroi, certain de son élévation, avait préparé un festin pour la circonstance : il se consola en dévorant les mets avec « d’avides convives ».

12Geoffroi dirigea les affaires de l’Église avec une grande rigueur. Il usait parfois de la manière forte pour imposer ses vues, notamment pour obliger les prêtres à respecter le célibat. En 1119, sa brutalité provoqua même une échauffourée dans la cathédrale de Rouen et il dut, si l’on en croit toujours Orderic Vital, se cacher dans sa chambre pour éviter un mauvais sort.

13A la fin de sa vie, il distribua ses biens aux pauvres et se retira au prieuré de Sausseuse où il mourut en novembre 1128.

Hugues dAmiens (Hugo Ambianensis) : 1129-1164

14Hugues d’Amiens était originaire de Laon, où il avait fait ses études libérales sous l’illustre maître Anselme. Élu en 1129, il ne fut consacré qu’en 1130. Orderic Vital nous dit qu’il avait été moine de Cluny, puis abbé du célèbre monastère de Reading, qui fut fondé par le roi d’Angleterre Henri Ier Beauclerc. Cet homme de haute culture s’imposa très vite au clergé local et devint un auxiliaire efficace du pape Innocent II qui lui confia d’importantes missions.

15Il essaya de contrôler le monachisme normand en obligeant les abbés de tous les monastères de Normandie à prêter serment au métropolitain et à leur évêque. Mais, sur les conseils du pontife romain, il renonça à cette exigence qui avait provoqué l’indignation de tous les abbés normands.

16Ce prélat exigeant, qui avait un sens aigu de ses responsabilités d’archevêque, fut en même temps un homme de conciliation. Il joua un rôle prépondérant dans la vie du royaume durant la période troublée qui suivit la mort du roi Henri Ier en 1135.

17Après l’incendie de 1136, qui dévasta le monastère Saint-Ouen et une partie de la ville de Rouen, l’archevêque Hugues fit de grandes libéralités et déploya une intense activité pour restaurer les édifices. Il favorisa également l’implantation des nouveaux ordres monastiques : chanoines réguliers (à Douvres, à Corneville, à Bourg-Achard), Templiers (à Rouen), Cisterciens (à Mortemer), Prémontrés (à Beaumont). Il s’attacha, cependant, à confirmer les biens des monastères existants et à apaiser les disputes et les conflits qui surgissaient sans cesse dans l’Église normande. Il mourut le 11 novembre 1164 après un long épiscopat de trente-quatre ans.

18De 990 à 1164, il n’y avait eu que sept archevêques.

Avranches2

Norgot (Norgotus, Norgodus, Norgaudus) : c. 990-c. 1017

19On sait peu de choses sur cet évêque d’Avranches, qui rétablit l’autorité épiscopale après la longue vacance due aux troubles des Vikings. Vers 1017, il se démit de sa charge pour se faire moine au Mont-Saint-Michel.

Maugis (Maugisius, Mangisus, Mauguisius) : 1022-c. 1026

20Après le départ de Norgot pour le Mont, le siège d’Avranches fut vacant de 1017 à 1022 environ. C’est Maugis qui, à partir de cette date, occupa le siège épiscopal. Il y demeura jusqu’à sa mort survenue en août 1026. Peu avant sa mort, il aurait peut-être déjà engagé la construction de la cathédrale romane.

Hugues (Hugo) : 1028-c. 1060

21De Hugues, qui succéda en 1028 à Maugis, on sait bien peu de choses. Il sacra Jean de Ravenne abbé de Fécamp, à la demande du duc Robert ; on trouve son nom ou sa souscription sur plusieurs chartes. C’est de son temps que furent édifiées les parties les plus importantes de la cathédrale, où il fut enterré après sa mort survenue vers 1059/1060. C’est aussi de son temps, vers 1040, que Lanfranc, au dire de son biographe Milon Crispin, vint à Avranches et y resta quelque temps, deux ans environ, se consacrant à l’enseignement.

Jean d’Ivry (Iohannes) : 1060-1067

22Jean d’Ivry, demi-frère d’Hugues, évêque de Bayeux, occupa le siège épiscopal d’Avranches pendant sept ans.

23Il s’illustra par la publication d’un ouvrage destiné à unifier les usages liturgiques du diocèse d’Avranches et de la province de Normandie. Il dédia son De officiis ecclesiasticis à Maurille, archevêque de Rouen, qui avait entrepris une réforme des mœurs ecclésiastiques et des offices liturgiques.

24A la mort de Maurille en 1067, Lanfranc fut pressenti pour devenir archevêque de Rouen. Se jugeant indigne d’une telle promotion, il proposa Jean d’Ivry, dont le pape Alexandre II approuva l’élection.

Michel IER (Michael) : 1068-1094

25Il est vraisemblable que Lanfranc joua égalemant un rôle dans la nomination de Michel, un clerc italien, de grande culture, qui devint évêque d’Avranches en 1068. Ce prélat gouverna son diocèse avec beaucoup de zèle pendant près de vingt ans. Il fut présent à tous les grands événements religieux du duché et s’imposa comme un modérateur, notamment dans le conflit qui opposa l’abbaye Saint-Ouen de Rouen à l’archevêque Jean d’Ivry en 1073. Il mourut en janvier 1094.

Turgis (Turgisus, Turgedus) : 1094-1134

26Turgis fut consacré en 1094. Il assista aux principaux synodes tenus à Rouen en 1096, 1118 et 1128. Il assista à la fondation de l’abbaye de Savigny en 1112 et consacra la cathédrale d’Avranches le 17 septembre 1121. C’est lui qui bénit l’union du comte Geoffroi d’Anjou avec la fille du roi Henri Ier Beauclerc, Mathilde, veuve de l’empereur d’Allemagne Henri V. Il mourut en janvier 1134.

Richard IER de Beaufou (Ricardus de Bellafago) : 1134-1142

27Richard de Beaufou occupa le siège d’Avranches de 1134 à 1142. Il faisait partie de la chapelle royale, puisqu’il témoigna comme chapelain du roi dans un bon nombre de chartes de la fin du règne de Henri Ier Beauclerc. Il avait été auparavant archidiacre de Suffolk. Il mourut en 1142 et se fit inhumer en l’abbaye du Bec où son père et son frère avaient pris l’habit.

Richard II de Subligny (Ricardus) : 1142-1153

28Richard de Subligny, qui était le doyen du chapitre cathédral, succéda à Richard Ier en 1142. Il dota généreusement le chapitre de la cathédrale et consacra, en 1143, la première église de l’abbaye de La Lucerne. Cette abbaye de Prémontrés, la première érigée en Normandie, fut fondée par son frère, Aygulphe de Subligny. L’évêque Richard mourut au cours d’un voyage à Rome en allant consulter le pape à propos d’un conflit relatif à l’élection de l’abbé du Mont-Saint-Michel.

Bayeux3

Raoul (Radulfus) : 986-1006

29Raoul, dit d’Avranches, originaire de Dol en Bretagne, occupa le siège épiscopal de Bayeux de 986 à 1006. Selon les auteurs de la Gallia Christiana, il aurait été évêque beaucoup plus tôt, vers 966, mais cela demeure très hypothétique.

Hugues dIvry (Hugo) : 1011/1015-1049

30Hugues, fils du comte Raoul d’Ivry et frère de Jean d’Ivry qui deviendra évêque d’Avranches, puis archevêque de Rouen, accéda à l’épiscopat vers 1015 au plus tard. Il reconstitua le temporel de la cathédrale et procéda à la translation des reliques des saints Raven et Rasyphe. C’est à lui que revient le mérite d’avoir engagé les premiers travaux de construction de la cathédrale romane qu’acheva Odon, son successeur.

Odon de Conteville (Odo) : 1049-1097

31L’évêque Odon (ou Eudes) fut sans doute, après Guillaume le Conquérant, la plus étonnante figure normande de la seconde moitié du XIe siècle. Il est vrai qu’on n’a pas réussi à fixer la date, même approximative, de sa naissance. On sait qu’il fut pourvu très jeune de l’évêché de Bayeux, en 1049, et qu’il fallut attendre 1051, pour qu’il fût fait diacre à Fécamp par son parent Hugues d’Eu, évêque de Lisieux. Il aurait donc été, un certain temps, un « évêque laïc », ce qui, étant donné son lien de parenté avec le duc de Normandie, n’a certainement pas choqué les contemporains. Il occupa le siège épiscopal de Bayeux durant quarante-huit ans, mais ce temps n’a pas été tout entier employé à l’exercice des devoirs pastoraux, loin de là. Pourtant Orderic Vital, sans faire d’Odon de Conteville un modèle de vertu, le place parmi les bons, et même les excellents évêques. Et cela pas seulement parce qu’il bâtit une magnifique cathédrale et donna une grande splendeur à l’évêché de Bayeux, surtout après 1066 (l’argent qu’il préleva alors sur l’Angleterre coula à flots sur sa cité normande). Odon fut un bon évêque pour une raison très simple : il honorait le clergé, lui fit beaucoup de bien et prit toujours sa défense, par les armes au besoin.

32Odon fonda à Bayeux le monastère de Saint-Vigor dont le premier abbé fut Robert de Tombelaine. Mais la disgrâce de l’évêque en 1082 porta un coup fatal à cette fondation qui devint vers 1095 un prieuré de l’abbaye Saint-Bénigne de Dijon. Ce prélat ambitieux, qui rêvait de devenir pape, avait, en effet, suscité la colère de Guillaume le Conquérant qui le fit mettre en prison de 1082 à 1087.

33Comme Geoffroi de Montbray, Odon joua un rôle politique de premier plan. Il était souvent à la tête d’une troupe de chevaliers pour écraser les révoltes en Angleterre. Comte du Kent, il assuma le gouvernement de l’Angleterre en qualité de vice-roi, chaque fois que Guillaume séjournait en Normandie.

34Il participa au concile de Clermont qui prêcha la première croisade et décida d’accompagner son neveu Robert Courteheuse en Orient en 1096. Parvenu à Palerme, où il fut accueilli par le comte Roger, Odon tomba malade et mourut en janvier 1097. C’est dans cette ville qu’il fut inhumé.

Turold de Brémoy (Turoldus) : 1098-1106

35Turold dut à la faveur du roi Guillaume le Roux le privilège de succéder à Odon de Conteville sur le siège de Bayeux. Son frère, Hugues, avait fondé le prieuré Saint-Laurent de Brémoy qui dépendait de l’abbaye du Bec. Après l’incendie de sa cathédrale par le roi Henri Ier Beauclerc en 1105, il se démit de ses fonctions et se retira en 1106 à l’abbaye du Bec où il mourut vers 1146. Sa démission fut peut-être provoquée par d’autres raisons : mauvaise santé selon certains, empêchements canoniques selon d’autres. Le désastre de 1105 suffit peut-être à décourager un homme qui n’eut pas, semble-t-il, le tempérament de feu de son prédécesseur.

Richard de Douvres (Ricardus) : 1107-1133

36Richard de Douvres succéda à Turold en 1107 sur le siège épiscopal de Bayeux. Il était le fils de Samson, évêque de Worcester (1096-1112). C’est lui qui donna à l’évêché de Bayeux la baronnie de Douvres dont il était seigneur et qui fonda le prieuré du Plessis-Grimoult. Adélard de Bath, qui alla en Sicile étudier la science arabe, aimait lui soumettre ses écrits et lui dédia plusieurs de ses ouvrages. Il mourut dans la semaine de Pâques de l’année 1133.

37A la mort de cet évêque, le roi Henri Ier Beauclerc fit procéder à une enquête sur les fiefs de l’évêché de Bayeux. Il confia ce travail à Robert, comte de Gloucester, son fils naturel, qui était le principal feudataire de l’évêque.

Richard de Gloucester (Ricardus) : 1135-1142

38Le successeur de Richard de Douvres fut Richard de Gloucester (1135-1142). Il était le fils de Robert de Gloucester. C’est sans doute parce qu’il était bâtard lui-même que l’archevêque de Rouen retarda sa consécration durant deux ans. Finalement, le pape Innocent II donna son accord pour cette consécration. D’après le nécrologe de la cathédrale de Bayeux, il aurait eu pour mère Isabelle de Douvres, la sœur de son prédécesseur. L’évêché de Bayeux demeurait, on le voit, une affaire de famille.

Philippe d’Harcourt (Philippus) : 1142-1163

39Philippe d’Harcourt, archidiacre d’Évreux, devint en 1139 chancelier d’Angleterre par décision du roi Etienne, qui lui confia l’évêché de Salisbury, puis celui de Lincoln. En 1142, il fut élu et consacré évêque de Bayeux : il entreprit de restaurer et d’embellir son église, quelque peu négligée par ses prédécesseurs, et d’administrer efficacement son diocèse. Dès 1144, il se rendit à Rome pour obtenir du pape une bulle confirmant tous les biens donnés à la cathédrale et à son chapitre. Il eut la douleur de voir, en 1159, un nouvel incendie endommager gravement la cathédrale romane qu’il entreprit de réparer à nouveau dès 1160. Par ses dons, il favorisa les monastères du Val-Richer, d’Ardenne et du Plessis-Grimoult. Homme de grande culture, il avait rassemblé dans sa bibliothèque personnelle une collection remarquable d’ouvrages : pensant se retirer à l’abbaye du Bec, il fit don à ce monastère de cette bibliothèque comprenant 140 manuscrits. Mais la mort le surprit, en 1163, avant qu’il ne se fut retiré dans la solitude du Bec.

Coutances4

Hugues IER (Hugo) : c. 989-1025

40L’évêque de Coutances, Hugues, résida à Rouen durant tout le temps de son épiscopat. Il souscrivit de nombreuses chartes des ducs Richard Ier et Richard II. Il a peut-être amorcé le retour du personnel épiscopal vers son siège régulier en installant d’abord sept chanoines à Saint-Lô.

Herbert (Herbertus) : c. 1025-c. 1026

41Herbert n’occupa le siège de Coutances que durant une année. Il quitta Rouen pour s’établir à Saint-Lô, première étape vers un retour à Coutances. Constatant le manque d’instruction des chanoines, il les priva de leurs prébendes jusqu’à ce qu’ils fassent un effort pour acquérir quelque savoir. Vers 1025-1026, Herbert échangea son évêché avec Robert, alors évêque de Lisieux.

Robert IER (Robertus) : c. 1026-1048

42Robert, évêque de Lisieux, occupa donc le siège épiscopal de Coutances par un échange, contraire aux règles canoniques. Il résida, lui aussi, à Saint-Lô, mais entreprit la construction de la cathédrale de Coutances grâce aux largesses de la duchesse Gonnor, qui vint poser la première pierre. Les chanoines auxquels Herbert avait enlevé leurs prébendes ne gagnèrent pas au change, car Robert, non content de garder les terres pour lui-même, les distribua à sa famille.

Geoffroi de Montbray (Gaufredus) : 1049-1093

43Geofffoi de Montbray fut, comme Odon de Conteville, un personnage d’exception. Ces deux prélats hors du commun s’imposèrent avec autant d’autorité dans les affaires mondaines que dans les affaires ecclésiastiques.

44Son frère Mauger lui acheta l’évêché de Coutances et, pour cette raison, Geoffroi fut accusé de simonie au concile de Reims en 1049 : finalement le pape Léon IX reconnut la validité de sa consécration. Pendant les quarante-cinq ans de son épiscopat, il accomplit une œuvre considérable. Il acheva la cathédrale ébauchée par son prédécesseur et en fit la dédicace en 1056, après être allé solliciter la générosité des Normands installés en Italie du Sud. Il réorganisa l’administration du diocèse et créa un chapitre cathédral avec quatorze chanoines dotés de prébendes importantes. Il assista le roi Guillaume le Conquérant dans les affaires civiles et militaires. Fidèle conseiller du roi, il n’hésita jamais à prendre la tête d’une armée de chevaliers pour écraser des révoltes, ni à rendre la justice dans des procès importants. Il fut bien récompensé de ces services puisqu’il apparut bientôt comme l’un des « tenants en chef » les plus richement dotés avec ses 269 manoirs répartis dans quinze comtés d’Angleterre. Il passa les dernières années de sa vie dans son diocèse normand et mourut le 2 février 1093.

Raoul (Radulfus) : 1093-1110

45Le successeur de Geoffroi fut Raoul, un évêque dont on sait seulement qu’avant son élévation à l’épiscopat il avait été le premier archidiacre de Coutances : c’est lui qui dirigeait les affaires du diocèse durant les longues absences de Geoffroi. Il fut présent aux synodes de Rouen en 1096 et 1108. Il mourut en 1110.

Roger (Rogerius) : c. 1114-1123

46Roger succéda à Raoul sur le siège de Coutances après une vacance de plusieurs années, puisqu’il n’entra en charge qu’en 1114. On ne sait rien de lui si ce n’est ce que nous en dit Orderic Vital à propos du naufrage, en 1120, de la « Blanche Nef » dans lequel périt le fils du roi Henri Ier. Roger avait béni le navire où avaient pris place, aux côtés de l’héritier royal, son frère, ses trois neveux et son propre fils qui était déjà chapelain du roi. Il assista impuissant au naufrage qui eut lieu au large du port de Barfleur.

Richard de Brix (Ricardus) : 1124-1131

47Richard de Brix, qui devint évêque de Coutances en 1124, appartenait à un haut lignage, lié aux familles Taisson, Painel et Percy. Il gouverna discrètement le diocèse pendant sept années. Il s’illustra en donnant l’église de Carteret aux moines du Mont-Saint-Michel en 1125.

Algare (Algarus) : 1132-1151

48L’épiscopat d’Algare eut davantage d’éclat. Nous savons que l’évêque de Coutances installa des chanoines réguliers dans deux collégiales, celle de Saint-Lô de Rouen et celle de l’église de la ville de Saint-Lô : il y établit des chanoines réguliers venus de la collégiale de Sainte-Barbe-en-Auge. C’est lui qui fit également appel aux chanoines réguliers de Saint-Victor-de-Paris lors de la fondation de la collégiale du Vœu à Cherbourg par Mathilde, fille de Henri Ier Beauclerc, en 1145. Cette même année, il aida Guillaume Painel à fonder l’abbaye d’Hambye. Il mourut à Rouen, dans sa collégiale Saint-Lô, le 11 novembre 1151.

Évreux5

Gérald ou Gérard (Giraldus) : c. 988-c. 1006

49Gérald, évêque d’Évreux, fut présent en 988 à la translation des reliques de saint Ouen à Rouen. Il mourut après 1006.

Gilbert IER (Gislebertus, Gyslebertus) : c. 1012-1014

50Nous n’en savons guère plus sur Gilbert Ier qui fut, de façon certaine, évêque d’Évreux de 1012 à 1014.

Hugues II (Hugo) : 1015-1046

51Pendant plus de trente ans, Hugues fut évêque d’Évreux, ainsi que l’attestent les nombreuses souscriptions au bas des chartes, mais nous ne possédons aucun renseignement sur ce prélat. Selon le nécrologe d’Évreux, il mourut le 16 avril 1046.

Guillaume Fleitel ou Flaitel (Willelmus Flagitellus) : 1046-1066

52Guillaume Fleitel appartient à un haut lignage de l’aristocratie normande. Il était le fils de Gérard Fleitel qui accompagna le duc Robert le Magnifique en Terre Sainte et qui, à la fin de sa vie, se retira au monastère de Saint-Wandrille. Le lignage des Fleitel était bien implanté dans la région d’Exmes et d’Argentan. Leur promotion est liée, semble-t-il, à la volonté des ducs de contrôler la Marche du Sud où les Bellême étaient puissants.

53Guillaume Fleitel est présent lors des grandes fondations abbatiales à Lyre, à Saint-Évroult, à Saint-Léger-de-Préaux, à Saint-Sauveur d’Évreux. Il assiste aux synodes provinciaux de Lisieux et de Rouen. C’est lui qui, au concile de Lisieux de 1055, prononça la déposition de Mauger, archevêque de Rouen. Il mourut le 11 février 1066.

Baudouin (Balduinus) : 1066-1070

54Baudouin qui lui succéda ne resta sur le siège épiscopal que quatre ans, puisqu’il mourut en 1070. Il appartenait à la chapelle ducale : il fut l’un des premiers évêques choisis par le duc-roi parmi ses hommes de confiance.

Gilbert II fils Osbern (Gislebertus) : 1071-1112

55Gilbert était le fils de Guillaume fils Osbern, comte de Breteuil, grand sénéchal de Normandie, et d’Alice de Tosny. Il appartenait au clergé de Lisieux en qualité d’archidiacre et de chanoine. Il remplit en 1066 une mission pour le duc Guillaume auprès du pape Alexandre II qui apprécia ses qualités.

56Gilbert fut un grand prélat qui gouverna pendant quarante-deux ans son diocèse. Il mena à bien la construction de sa cathédrale, qui fut dédicacée en 1076. C’est lui qui consacra Guillaume Bonne-Ame archevêque de Rouen en 1079 et qui, lors des funérailles de Guillaume le Conquérant à Saint-Étienne de Caen, prononça l’oraison funèbre de l’illustre prince. Après avoir assisté au concile de Clermont en 1095, il prit la croix avec Robert Courteheuse et gagna la Sicile en compagnie d’Odon de Conteville, évêque de Bayeux. En février 1097, il présida à Palerme aux funérailles d’Odon en présence du comte Roger de Sicile.

57Il mourut le 29 août 1112 et fut inhumé dans sa cathédrale.

Audin de Bayeux (Audinus Baiocensis) : 1113-1139

58Audin de Bayeux fut évêque d’Évreux de 1113 à 1139. Il était originaire de Condé-sur-Seulles et son frère Turstin fut archevêque d’York (1119-1139). Il appartenait, lui aussi, à la chapelle royale et se montra un homme de grande érudition.

59Il conseilla à Henri Ier Beauclerc de ne pas accorder le comté d’Évreux à Amaury de Montfort, qui en était l’héritier légitime, sous le prétexte qu’il était vassal du roi de France pour sa terre de Montfort-en-Yvelines. Alors Amaury se vengea en s’emparant de la ville d’Évreux en 1118 et en la pillant. Audin et son clergé durent s’enfuir. Pendant l’année où il fut exilé, Audin manifesta le deuil en gardant la barbe. Lorsque le roi Henri Ier assiégea la ville d’Évreux en 1119, il demanda à Audin son accord pour incendier la cité afin de déloger les Français. L’évêque accepta finalement que la ville avec ses églises et ses abbayes fût la proie des flammes. Avec le soutien financier du roi et des grands barons, Audin se consacra à la reconstruction de sa cathédrale, des abbayes et des autres églises.

60Lors d’un voyage en Angleterre, Audin tomba malade et mourut le 2 juillet 1139 dans le prieuré de Merton.

Rotrou de Warwick (Rotrocus de Guareuico) : 1139-1165

61Rotrou, qui succéda à Audin, était le fils de Henri, comte de Warwick, et de Marguerite, sœur du comte Rotrou du Perche. Il eut comme maître, à La-Charité-sur-Loire, le célèbre Gilbert de la Porée. Archidiacre de la cathédrale de Rouen, il fut consacré évêque d’Évreux en 1139.

62Il remplit plusieurs missions de confiance pour le roi Henri II Plantagenêt auprès du pape à Rome. Il devint même « Justicier du roi » en Normandie. En 1165, il fut promu archevêque de Rouen, où il demeura jusqu’à sa mort en 1183, après quarante-quatre ans d’épiscopat.

Lisieux6

Roger (Rogerius) : c. 985-1022

63Nous ne connaissons de Roger, évêque de Lisieux, que ses souscriptions au bas de chartes ducales entre 985 et 1022. Il occupa vraisemblablement le siège épiscopal de Lisieux durant près de quarante ans sous les règnes de Richard Ier et de Richard II.

Robert (Robertus) : c. 1022-c. 1025

64Avant d’occuper le siège de Coutances, Robert avait été durant quelques années évêque de Lisieux. En 1025, il procéda à un échange avec Herbert, évêque de Coutances.

Herbert (Herbertus) : c. 1026-1049

65Selon la Gallia Christiana, Herbert était un proche parent des ducs de Normandie. Il devint évêque de Lisieux vers 1025/1026, par échange avec Robert. C’est lui qui jeta les fondations de la cathédrale de Lisieux, en se servant des pierres prélevées sur les murailles de la cité. Il développa le temporel de l’évêché et favorisa les fondations monastiques, notamment Saint-Pierre et Saint-Léger-de-Préaux. Il fut présent en 1049 au concile de Reims, présidé par le pape Léon IX, et dut mourir peu de temps après.

Hugues d’Eu (Hugo) : 1049-1077

66Hugues d’Eu appartenait au lignage ducal, puisque son père Guillaume d’Eu était fils naturel de Richard Ier. Il fut installé très jeune sur le siège épiscopal de Lisieux comme le fut, à la même époque, Odon de Conteville sur celui de Bayeux. Guillaume de Poitiers, biographe du Conquérant et archidiacre de Lisieux, présente de lui un portrait très flatteur comme le fera plus tard Orderic Vital. Il accomplit une œuvre considérable. Il mena à son terme le chantier de la cathédrale et, selon la Neustria pia, en fit la dédicace le 8 juillet 1060, en faisant venir de Bourges les reliques de saint Ursin. Il organisa le chapitre de sa cathédrale avec un doyen, un trésorier et un cantor. Il se montra très généreux et très prévenant à l’égard des établissements monastiques. Vers 1050, il éleva avec son frère et sa mère Lesceline un monastère de femmes à Saint-Désir de Lisieux : il y établit les religieuses installées d’abord à Saint-Pierre-sur-Dives et, à leur place, il fit venir des moines bénédictins.

67Il fut surpris par la maladie alors qu’il se trouvait à Pont-l’Évêque. Il voulut revenir dans sa cité épiscopale mais la mort le surprit sur le chemin du retour, en pleine campagne, le 17 juillet 1077. Il fut inhumé à l’abbaye Saint-Désir qu’il avait fondée.

Gilbert Maminot (Gislebertus Maminotus) : 1077-1101

68Nous ne connaissons pas l’origine du successeur d’Hugues d’Eu : Gilbert Maminot. « Maminot » semble être un sobriquet qui se rapporte soit à une particularité de son physique, soit à sa dévotion mariale, puisque, au XVe siècle, « maminotier » signifiait « dévot à Notre-Dame ». Selon Orderic Vital, il serait le fils d’un modeste chevalier, Robert Courbépine. Il fut chapelain du roi et ses connaissances médicales le désignèrent pour être le médecin personnel de Guillaume le Conquérant. Évêque original, il vivait plus en grand seigneur qu’en prélat. Il négligeait parfois ses devoirs pastoraux pour s’adonner à ses passions : la chasse, les jeux de hasard, l’astronomie et les mathématiques. Il mourut au mois d’août 1101.

Foucher (Fulcherius) : 1101-1102

69Foucher, frère de Renouf Flambard, évêque de Durham, devint évêque de Lisieux en juin 1101 : il ne resta sur le siège épiscopal que sept mois puisqu’il mourut le 29 janvier 1102.

70A la mort de Foucher, Renouf Flambard, exilé en Normandie à cause de sa querelle avec le roi Henri Ier Beauclerc, mit la main sur l’évêché de Lisieux pour son fils Thomas, alors âgé de 12 ans. Il le tint ainsi durant trois ans, malgré les réclamations des autres évêques normands et de l’archevêque de Rouen.

71Guillaume, archidiacre d’Évreux, fut élu selon les règles canoniques, mais il ne put être consacré parce que, à cette époque, l’archevêque de Rouen était suspendu de ses fonctions. Renouf Flambard profita de ce retard pour présenter un de ses candidats, Guillaume de Pacy, avec l’accord du duc Robert Courteheuse : mais celui-ci fut écarté pour simonie. Le siège de Lisieux ne retrouva une situation régulière qu’après la bataille de Tinchebray en 1106. Le roi Henri Ier Beauclerc essaya, d’abord, d’y placer Hervé, l’évêque de Bangor, mais Anselme de Cantorbéry s’y opposa. Ce fut seulement en 1107 que Jean, archidiacre de Sées, devint l’évêque légitime de Lisieux.

Jean IER (Iohannes) : 1107-1141

72Jean fut évêque de Lisieux de 1107 à 1141. Formé dans l’église de Sées, il brilla par son éloquence et sa sagesse. Il était le fils d’un doyen de l’église de Sées, appelé Normand. Il fut remarqué très tôt par le roi d’Angleterre qui en fit l’un de ses chapelains. Quand il fut devenu évêque de Lisieux, il participa aux conseils d’Henri Ier qui lui confia d’importantes missions de confiance.

73Il administra son évêché avec efficacité. Il favorisa la construction de nombreuses églises dans son diocèse et se montra généreux à l’égard des établissements monastiques.

74En 1141, il se rallia à Geoffroi, comte d’Anjou. Mais, en mai 1141, alors qu’il revenait de Caen, il tomba malade, victime de la chaleur excessive. Il mourut une semaine plus tard, le 21 mai, et fut enterré dans sa cathédrale devant l’autel Saint-Michel.

Arnoul (Arnulfus) : 1141-1181

75Arnoul qui lui succéda était, lui aussi, originaire de Sées : il était le frère de Jean de Neuville, évêque de Sées, et le neveu de Jean, son prédécesseur sur le siège de Lisieux. Il devint très tôt archidiacre de l’église de Sées, puis partit étudier à Rome. Quand l’évêque Jean, son oncle, décéda, il fut élu par le clergé de Lisieux et consacré par Hugues d’Amiens, archevêque de Rouen.

76En 1148, le Pape lui demanda d’accompagner le roi de France et les autres barons dans leur croisade à Jérusalem, qui se termina par un échec. Revenu à Lisieux, Arnoul s’occupa des affaires de son diocèse et joua un rôle important auprès du roi Henri II Plantagenêt.

77Dans sa jeunesse, il avait rédigé un Traité sur le Schisme qui le fit remarquer par les plus hautes autorités de l’Église : saint Bernard et Pierre le Vénérable le tinrent en grande estime et les différents papes qui se succédèrent sur le siège apostolique de Rome firent souvent appel à lui. Il se retira quelques mois avant sa mort dans le monastère Saint-Victor de Paris.

Sées7

Azon (Atso ou Αzo) : c. 986-1006

78Azon est connu pour avoir assisté en 990 à la dédicace de l’abbatiale de Fécamp. Il releva de ses ruines la cathédrale de Sées en utilisant des matériaux arrachés peut-être aux fortifications de la ville. Il mourut en 1006.

Richard (Ricardus) : c. 1006-c. 1017

79A la mort d’Atso, l’évêché semble avoir connu une période de désorganisation. L’évêque Richard appartient plus à la légende qu’à l’histoire. Nous ne disposons, en effet, d’aucun indice probant pour affirmer que cet évêque a bien dirigé l’évêché de Sées durant la décade 1006-1016.

Sigefroi ou Sifroi (Sigefridus) : c. 1017-1022

80Sigefroi fut vraisemblablement installé vers 1017 sur le siège épiscopal de Sées par les seigneurs de Bellême. Ces derniers restituèrent pour rétablir le chapitre cathédral une partie des biens de l’évêché dont ils s’étaient emparés.

Radbod (Radbodus) : c. 1025-1032

81Radbod, qui fut évêque de Sées de 1025/1026 à 1032, appartenait à un haut lignage aristocratique, lié à la famille des Fleitel. Son installation sur le siège de Sées, vers 1025, marque la volonté des ducs de Normandie de reprendre le contrôle de cette Marche du Sud tombée aux mains des Bellême. Avant d’être évêque, Radbod avait été marié : son fils Guillaume dit Bonne-Ame devint abbé de Saint-Étienne de Caen et archevêque de Rouen.

Yves de Bellême (Yvo) : c. 1035-c. 1070

82Yves III de Bellême était le fils de Guillaume, seigneur de Bellême. Il devint évêque à une date incertaine située entre 1032 et 1046.

83Il fut à la fois évêque de Sées et seigneur de Bellême. Pour déloger des brigands installés soit dans la cathédrale soit dans les maisons voisines, Yves utilisa l’arme du feu qui dévasta la cathédrale. Au concile de Reims en 1049, l’évêque fut mis en accusation pour l’incendie de sa cathédrale et s’engagea à la reconstruire. Il alla en Italie du Sud, puis à Constantinople d’où il rapporta des sommes considérables et une relique de la vraie Croix. Commencée vers 1053, la nouvelle cathédrale ne fut achevée qu’au XIIe siècle.

Robert de Ryes (Robertus) : c. 1070-c. 1081

84Fils de Hubert de Ryes qui sauva Guillaume le Bâtard lors de sa fuite de Valognes en 1046, Robert devint évêque de Sées vers 1070-1072. Sa nomination manifeste la volonté du duc de Normandie de contrôler par des hommes sûrs cette Marche du Sud. Il mourut en 1081-1082.

Gérard IER (Girardus) : 1082-1091

85Gérard était doyen du chapitre cathédral d’Évreux lorsqu’il fut élu évêque de Sées en 1082. C’était un homme courageux, qui dut affronter les agressions des Bellême. En 1091, il se rendit au siège de Courcy-sur-Dives pour tenter de mettre fin à un conflit. Robert de Bellême s’en prit à l’entourage de l’évêque qui dut menacer de l’excommunication toute l’armée pour faire délivrer un jeune page emprisonné. Cet épisode dramatique rendit Gérard malade : il mourut peu après le 23 janvier 1091.

Serlon dOrgères (Serlo) : 1091-1123

86Serlon d’Orgères fut une grande figure de l’épiscopat normand. Avant de monter sur le siège de Sées, il avait été abbé du monastère Saint-Evroult. Il dut mener un combat acharné contre la famille de Bellême et ses alliés qui ne cessaient de violer la paix et de s’en prendre aux biens de l’Église. Il assista, en 1095, au concile de Clermont où le pape Urbain II prêcha la première croisade. En 1099, il assista à la dédicace de l’abbatiale de Saint-Évroult. Il refusa de céder aux demandes de Robert de Bellême qui exigeait le service militaire des hommes de l’abbaye de Saint-Martin-de-Sées et les revenus de l’évêché. Il dut s’exiler en Angleterre en compagnie de Raoul, abbé de Saint-Martin. Il incita Henri Ier Beauclerc à reprendre en main le duché de Normandie que Robert Courteheuse gouvernait de façon anarchique. Quand Henri Ier débarqua en Normandie, en 1105, l’évêque Serlon alla à sa rencontre pour l’accueillir et pour l’engager à devenir duc de Normandie à la place de son frère. Il mourut le 27 octobre 1123.

Jean de Neuville (Iohannes) : 1124-1143

87Jean, fils de Hardouin, seigneur de Neuville, était le neveu de Jean, évêque de Lisieux. Son frère Arnoul fut évêque de cette même cité de 1141 à 1181. Malgré sa jeunesse, c’était un homme de grande érudition. C’est sous son épiscopat que, le 21 mars 1126, fut dédicacée la cathédrale Saint-Gervais de Sées, en présence du roi Henri Ier Beauclerc et des grands barons du royaume. En 1131, il réforma le chapitre cathédral en faisant appel à des chanoines réguliers de Saint-Victor de Paris. Le chapitre de Sées resta le seul chapitre régulier de Normandie jusqu’au XVIe siècle. Il eut à souffrir, lui aussi, des exactions de Guillaume Talvas, comte du Perche. Il favorisa la fondation d’abbayes, notamment celles de Saint-André-de-Gouffern et de Saint-Jean-de-Falaise. Il mourut en 1143.

Gérard II (Girardus) : 1144-1157

88C’est un chanoine séculier, Gérard, un homme de grande culture, qui succéda à Jean de Neuville. Le chapitre de Sées, réformé par son prédécesseur, s’opposa à cette élection avec l’appui de l’évêque de Lisieux, Arnoul, et de saint Bernard. Le pape Eugène III le reconnut à condition qu’il acceptât la réforme du chapitre. En 1150, il fut témoin du désastre que subit la ville de Sées, livrée aux flammes par le roi de France Louis VII. Il mourut en 1157.

Les évêques de Normandie de 985 à 1150

Les évêques de Normandie de 985 à 1150

Notes

1 Gallia Christiana, XI, col. 28-48 ; Ch. Trigan, Histoire ecclésiastique de la province de Normandie, 4 vol., Caen, Chalopin, 1759-1761 ; H. Fisquet, La France pontificale, Paris, 1865-1866.

2 Gallia Christiana, XI, col. 474-480 ; Ε.-A. Pigeon, Le diocèse d’Avranches : sa topographie, ses origines, ses évêques, sa cathédrale, ses églises, ses comtes et ses châteaux, t. 2, Coutances, Imprimerie de Salettes, 1888, p. 328-330 ; Abbé Desroches, Annales religieuses de l’Avranchin, Caen, Hardel, 1847, p. 38-39 ; Ch.-A. de Beaurepaire, Histoire chronologique des évêques d’Avranches de Maître Julien Nicole, Caen, vers 1880, p. 43-61. Sur Jean d’Avranches, voir l’étude critique du De officiis ecclesiasticis par R. Delamare, Pans, Picard, 1923.

3 Gallia Christiana, XI, col. 353-364 ; M. Béziers, Mémoires pour servir à l’état historique et géographique du diocèse de Bayeux, Rouen/Paris, Lestringant/Picard, t. 1, 1896, p. 50-56 ; J. Masselin, Le diocèse de Bayeux du Ier au XIe siècle, Caen, 1898. Sur Odon de Conteville, voir D. Bates, « The character and career of Odo, Bishop of Bayeux », Speculum, L, 1975, p. 1-2 et L. Musset, « Un prélat du XIe siècle, Odon de Bayeux », Art de Basse-Normandie, 76, 1978-1979, p. 12-18. Sur les biens de l’évêché au début du XIIe siècle, voir H. Navel, L’enquête de 1133 sur les fiefs de l’évêché de Bayeux, Caen, Jouan et Bigot, 1935 ; sur l’épiscopat de Philippe de Harcourt, voir V. Bourienne, Un grand bâtisseur, Philippe de Harcourt, évêque de Bayeux (1142-1163), Bayeux, Naert, 1930.

4 Gallia Christiana, IX, col. 869-875 ; XI, Instrumenta, col. 217-224 ; R. Toustain de Billy, Histoire ecclésiastique du diocèse de Coutances, publiée par F. Dolbet, Rouen, Métérie, 1874. Sur Geoffroi de Montbray, voir J. Le Patourel, « Geoffroy of Montbray, Bishop of Coutances (1049-1093) », English Historical Review, LIX, 1944, p. 129-161 et L. Musset, « Un grand prélat normand du XIe siècle : Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances (1049-1093) », Revue du département de la Manche, 14, 1983, p. 3-17 ; Mgr B. Jacqueline, « Institutions et état économico-social du diocèse de Coutances de 836 à 1093 d’après les Gesta Gaufridi », Revue Historique de droit français et étranger, 58, 1980, p. 227-239.

5 Gallia Christiana, XI, col. 570-578 ; M. A. Chassant, Histoire des évêques d’Évreux, Évreux, 1846 ; H. Fisquet, op. cit., t. 1, 1865, p. 10-16.

6 Gallia Christiana, XI, col. 765-779 ; Ν. Deshays, « Mémoires pour servir à l’histoire des évêques de Lisieux » (1754), publié par H. de Formeville, Histoire de l’ancien évêché-comté de Lisieux, Lisieux, Piel, t. 2, 1873, p. 1-297.

7 Gallia Christiana, XI, col. 680-689 ; L. Hommey, Histoire générale du diocèse de Sées, Alençon, 1890-1900 ; G. Louise, « La Seigneurie de Bellême (Xe-XIIe siècles) », Le Pays Bas-Normand, 2 vol., 1990-1991.

Table des illustrations

Titre Les évêques de Normandie de 985 à 1150
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k

Auteurs

Université de Caen

Bibliothèque municipale de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540