Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Évêques normands du xie siècle

 | 
Pierre Bouet
, 
François Neveux

Introduction : La Province ecclésiastique de Rouen du xe au xiie siècle

Les diocèses normands aux XIe et XIIe siècles

François Neveux

Texte intégral

1Au cours du Xe siècle, en trois étapes (de 911 à 933 environ), les premiers comtes de Rouen d’origine Scandinave se sont emparés de la totalité de la province ecclésiastique, dont leur capitale était le chef-lieu. Il ne faut certainement pas voir là l’effet du hasard. En effet, maîtres de Rouen, ils ont naturellement cherché à contrôler l’ensemble de la circonscription qui dépendait de la ville. Sur le plan strictement administratif, le ressort du comté de Rouen, tel qu’il avait été constitué à l’époque mérovingienne, était relativement restreint : l’autorité comtale y fut reconnue vraisemblablement dès les années qui suivirent la cession de 911 (faite par le roi Charles le Simple). Mais les clercs de la ville épiscopale, à commencer par l’archevêque, ne pouvaient avoir oublié que Rouen était également, depuis l’époque romaine, la capitale d’un territoire beaucoup plus vaste.

 

2En effet, la réforme administrative de l’empereur Dioclétien (à la fin du IIIe siècle), avait fait de Rouen l’un des chefs-lieux de la Gaule. Il s’agissait de renforcer les structures territoriales. Aussi décida-t-on de scinder en quatre parties l’immense province de Lyonnaise qui s’étalait de Lyon, sa capitale, jusqu’à la pointe de l’Armorique. C’est ainsi que le territoire situé entre la Basse-Seine et le Cotentin forma l’une des nouvelles provinces. Avec un manque d’imagination certain, mais non sans une grande rigueur bureaucratique, l’administration romaine conserva le nom de l’ancienne province en attribuant seulement un numéro à ses nouvelles composantes. La province dont Rouen devint alors la capitale fut donc appelée « IIe Lyonnaise ». Elle regroupa sept cités (c’est-à-dire à cette époque des « circonscriptions » dépendant d’une ville). Les chefs-lieux de ces cités étaient les villes qui avaient survécu à la terrible tourmente des invasions du IIIe siècle.

3C’est précisément à cette époque que le christianisme allait se répandre dans le nord de la Gaule. Le premier évêque connu dans la région (de façon incontestable) s’installa naturellement dans la capitale de la nouvelle province : il s’agit de saint Avit, qui siégea à Rouen dès 314. D’autres évêques apparurent bientôt dans plusieurs chefs-lieux de cité de la province. Ainsi, Bayeux fut pourvue sans doute dès la fin du IVe siècle (avec saint Exupère), puis Évreux (avec saint Taurin, mort vers 412). Ensuite, il fallut attendre encore un siècle pour voir à nouveau des évêques s’installer dans des villes sans doute réduites à peu de choses. Coutances reçut peut-être son premier évêque à la fin du Ve siècle et, en tout cas, de façon certaine en 511 (concile de Paris). A la même date, il y eut aussi un évêque à Avranches et peut-être à Sées. Lisieux ferma la marche avec un premier évêque en 538 seulement. Au milieu du VIe siècle, les sept cités de l’ancienne IIe Lyonnaise étaient donc devenues les sept diocèses de la province de Rouen. L’Église a ainsi assuré la survie de l’organisation administrative romaine et cela jusqu’au Xe siècle. Les ducs n’y apportèrent d’ailleurs aucun changement et elle perdura jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

 

4A vrai dire, il n’y a pas coïncidence totale entre la province ecclésiastique de Rouen et le duché de Normandie.

5La frontière établie sur l’Epte en 911 coupe en effet en deux l’ancien comté du Vexin : Vexin normand, d’un côté, et Vexin français, de l’autre. Mais cette frontière n’est pas celle du diocèse de Rouen qui s’étend à l’est jusqu’à l’Oise, incluant le Vexin français (futur archidiaconé de Pontoise).

6Au sud de la province également, il y a distorsion entre frontière politique et frontière ecclésiastique. En effet, la frontière suit quelque temps la Sarthe, à partir d’Alençon, puis rejoint l’Avre avant Verneuil. Or le diocèse de Sées se prolonge au sud de cette limite en comprenant une : bonne partie du Perche, y compris Mortagne et surtout Bellême. A l’inverse, lorsque Guillaume le Bâtard s’empare en 1050 de la région de Domfront, le Passais, il incorpore à la Normandie une portion du diocèse du Mans.

7Ces distorsions furent fréquemment à l’origine de graves problèmes politiques. Au sud, les seigneurs de Bellême, jouant habilement de leur situation frontalière, se montrèrent souvent rebelles aux ducs de Normandie, puis aux rois d’Angleterre. Ils furent parfois soutenus par les comtes d’Anjou, d’autant plus que le contrôle du comté du Maine était un enjeu traditionnel entre l’Anjou et la Normandie jusqu’au milieu du XIIe siècle. Mais c’est surtout le Vexin français qui fut disputé, jusqu’en 1204, entre le roi d’Angleterre, duc de Normandie, et le roi de France.

 

8Les limites des diocèses, remontant à l’époque romaine, s’appuient fréquemment sur les frontières naturelles constituées par les rivières.

9Ainsi, le diocèse de Rouen est borné au nord par la mer et au nord-est par la Bresle, puis par l’Epte. Mais il s’écarte bientôt du cours de cette rivière (et de la frontière de la Normandie établie en 911) pour rejoindre l’Oise, en englobant le Vexin français. La limite sud du diocèse est la Seine, du confluent de l’Oise jusqu’à Elbeuf. Puis elle s’infléchit vers le sud-ouest pour rejoindre le cours de la Risle, qu’elle suit du sud de Brionne jusqu’à son estuaire. Le diocèse de Rouen comprend donc dans ce secteur une pointe où viendra s’installer le monastère du Bec-Hellouin.

10Au sud du grand diocèse de Rouen (qui est de loin le plus vaste de la province) se trouve le diocèse d’Évreux, relativement petit. Il est limité au nord-est par la Seine (vers le diocèse de Rouen), à l’ouest par la Charentonne, affluent de la Risle (vers le diocèse de Lisieux), et au sud par l’Avre, affluent de l’Eure (vers le diocèse de Chartres, extérieur à la Normandie).

11Le diocèse de Lisieux est borné au nord par la mer, à l’est par la Risle et la Charentonne et à l’ouest par la Dives. Vers le sud, ses frontières sont restées longtemps beaucoup plus floues. La région de Gacé n’aurait été incorporée au diocèse de Lisieux que vers le milieu du XIe siècle : elle devait constituer plus tard l’un des quatre archidiaconés du diocèse. A vrai dire, ce changement serait lié à la rivalité opposant dans la région les Giroie et les Bellême. Ces derniers ayant pris le contrôle du diocèse de Sées, leurs ennemis n’auraient plus accepté aucune intervention des autorités diocésaines sur leurs terres. Ils auraient fini par obtenir leur rattachement au diocèse de Lisieux. Telle est du moins la version d’Orderic Vital, qui est notre principale source à cet égard. Au reste, cet auteur était bien placé pour connaître l’histoire de la région puisque son abbaye de Saint-Évroult était précisément située dans cette partie du diocèse de Lisieux. Quoi qu’il en soit, vers le sud, la frontière définitive du diocèse allait bien se trouver fixée sur le Don, petit affluent de l’Orne. Or cette rivière coule d’est en ouest à sept kilomètres seulement de Sées, capitale du diocèse voisin. En tout cas, il s’agit de la seule modification notable apportée aux limites diocésaines en Normandie à l’époque ducale. Le fait mérite d’être souligné, d’autant plus que Guillaume le Conquérant n’hésitera pas à pratiquer de nombreux changements dans les diocèses du royaume d’Angleterre comme le montre l’article de David Bates.

12Par rapport aux autres, le diocèse de Sées est le moins cohérent et le plus biscornu : ce n’est plus pour nous étonner puisqu’il a certainement été amputé au cours du XIe siècle d’une partie de son ancien territoire. Au nord, il s’enfonce comme un coin entre les diocèses de Bayeux et de Lisieux. Il rejoint la Dives, puis ses limites suivent approximativement deux affluents de cette rivière, l’Oudon et le Laizon. Vers le sud-ouest, la frontière atteint la Varenne, affluent de la Mayenne, puis oblique vers le sud-est pour rejoindre la Sarthe à proximité d’Alençon. En amont, peu avant Le Mesle-sur-Sarthe, la limite cesse de suivre le cours de la rivière pour englober une large portion du Perche. Cette région du diocèse, nous le savons, ne fait pas partie du territoire de la Normandie.

13Le diocèse de Bayeux est borné au nord par la mer, à l’ouest par la Vire et à l’est par la Dives puis par son affluent, le Laizon. Vers le sud, il s’étend jusqu’à la Varenne, au-delà de Fiers et de Tinchebray.

14Le diocèse de Coutances comprend le Cotentin (au sens ancien du terme). Il est limité de trois côtés par la mer. Vers l’est, il est séparé du diocèse de Bayeux par la Vire, mais inclut néanmoins Saint-Lô et ses environs immédiats, sur la rive droite de cette rivière. Cette anomalie s’explique sans doute par le fait que la ville dépendait des évêques de Coutances, qui en contrôlaient en particulier le très intéressant tonlieu : dans le deuxième moitié du XIe siècle, Geoffroi de Montbray l’a fait beaucoup fructifier ! Le diocèse de Coutances incluait les îles de la Manche, et notamment Jersey et Guernesey : il les conserva dans sa juridiction après 1204. Au sud, la petite rivière du Thar le séparait du diocèse d’Avranches.

15Le diocèse d’Avranches est incontestablement le plus petit diocèse de la province de Rouen. Il comprend pour l’essentiel les deux vallées de la Sée et de la Sélune. Au sud-ouest, sa frontière rejoint le Couesnon. Au sud elle suit le Tronçon, son affluent. Grâce au Couesnon, qui marque la limite avec le diocèse de Dol et avec la Bretagne, le Mont-Saint-Michel est inclus dans le diocèse d’Avranches : il fait donc partie du territoire de la Normandie, après le milieu du XIe siècle, en tout cas.

La province ecclésiastique de Rouen aux XIe et XIIe siècles

16A vrai dire, au Moyen Age, les limites diocésaines ne sont pas aussi simples. En effet, il existe de nombreuses exemptions, c’est-à-dire des territoires qui appartiennent à un diocèse, mais sont encastrés dans le territoire d’un autre. Ainsi, le diocèse de Dol possède une exemption à l’estuaire de la Risle. Mais la plupart de ces exemptions concernent les différents diocèses normands.

17Le diocèse de Rouen dispose d’une exemption à Laize-la-ville, dans le diocèse de Bayeux. Le diocèse de Bayeux, quant à lui, possède deux exemptions : celle de Sainte-Mère-Église, incluse dans le diocèse de Coutances, et celle de Cambremer, dans le diocèse de Lisieux. A l’inverse, le diocèse de Lisieux a sa propre exemption dans le diocèse de Bayeux : celle de Nonant, comprenant notamment la paroisse de Juaye, où s’intallera en 1215 l’abbaye de Mondaye. Mais le même diocèse de Lisieux possède également une autre exemption au cœur de la province : il s’agit de l’exemption de Saint-Cande-le-Vieux comprenant la paroisse du même nom dans la ville même de Rouen ainsi que plusieurs paroisses de la banlieue, sur la rive gauche de la Seine (Sotteville-lès-Rouen, Saint-Étienne-du-Rouvray et Petit-Couronne) auxquelles il faut ajouter Étrépagny.

18L’origine de ces exemptions est souvent obscure. Sans doute s’agit-il parfois de possessions personnelles des évêques, qu’ils ont voulu rattacher à leur diocèse. Ainsi l’évêque de Lisieux, Jourdain du Hommet (1193-1215), fonda l’abbaye Prémontré de Mondaye sur des terres qui lui appartenaient et qu’il rattacha peut-être à cette occasion à l’exemption de Nonant comme à son diocèse de Lisieux. Bien sûr, il lui fallait pour ce faire l’accord de son confrère de Bayeux, Robert des Ablèges. On peut supposer que les deux évêques procédèrent en réalité à un échange : Nonant (avec Mondaye) contre Cambremer. Mais il convient de rester prudent : tout ceci relève du domaine de l’hypothèse.

 

19Au cours des XIe et XIIe siècle, l’administration diocésaine était en voie de constitution, comme le montre clairement la contribution de David Spear. Les principaux auxiliaires de l’évêque étaient les archidiacres. Au départ, leur compétence ne semble pas avoir été liée à un territoire déterminé. Mais peu à peu, surtout au XIIe siècle, elle se restreignit à une partie seulement du diocèse. Au terme de l’évolution, chaque diocèse fut subdivisé en plusieurs archidiaconés qui eurent chacun comme responsable un archidiacre. C’était certainement déjà chose faite avant la fin du XIIe siècle, mais la situation définitive n’apparut en pleine lumière qu’au XIIIe siècle et, mieux encore, dans les pouillés du milieu du XIVe siècle. Le plus souvent, chaque archidiaconé correspondait à un ancien pagus.

20Ainsi, le diocèse de Rouen comprit les quatre archidiaconés de Rouen (Roumois), de Caux, d’Eu (Talou) et de Pontoise (Vexin). Le diocèse de Bayeux fut divisé entre les archidiaconés de Bayeux (Bessin), de Caen, du Hiémois et des Veys (Citra Vada). Le diocèse de Lisieux se répartit entre les archidiaconés du Lieuvin, d’Auge, de Pont-Audemer, puis de Gacé. Le diocèse de Coutances eut, lui aussi quatre archidiaconés : Coutances, Cotentin, Val de Vire et Bauptois. Quant au diocèse de Sées, il comprit les cinq archidiaconés de Sées, d’Exmes (Hiémois), du Houlme, du Corbonnois et de Bellême. Le diocèse d’Évreux ne disposa que de trois archidiaconés à Évreux, au Neubourg et en Ouche. Enfin, le diocèse d’Avranches, le plus petit, n’eut que les deux archidiaconés de l’Avranchin et du Val de Mortain.

 

21Les XIe et XIIe siècles sont donc des siècles fondamentaux pour l’histoire ecclésiastique de la province. Après le terrible épisode des invasions Scandinaves, cette période a d’abord été marquée par la restauration des évêchés, à partir des années 990 et pendant toute la première partie du XIe siècle. L’action des ducs, celle, en particulier, de Richard Ier et de Richard II, a été déterminante dans cette indispensable remise en ordre. Ensuite, il fallut reconstruire les églises, et notamment les cathédrales, organiser parallèlement les chapitres et toute l’administration diocésaine. Ce fut fait, pour l’essentiel, au temps de Guillaume le Conquérant. Cette œuvre fut couronnée au XIIe siècle par la constitution des archidiaconés dans leurs limites définitives. C’est aussi à cette époque qu’achève de se mettre en place le réseau paroissial qui était en voie de formation depuis le VIe siècle au moins.

22Les structures ecclésiastiques ainsi solidement établies vont perdurer sans changement tout au long du Moyen Age et jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Elles ont été créées ou restaurées par les évêques des XIe et XIIe siècles. Ceux-ci ne furent certes pas toujours des saints, loin de là : il suffit de penser à Odon de Conteville ou à Geoffroi de Montbray pour s’en convaincre. Cependant, aidés par leur clergé ainsi que par les ducs, les évêques ont entrepris une œuvre de longue haleine qui s’est révélée singulièrement durable.

Table des illustrations

Légende La province ecclésiastique de Rouen aux XIe et XIIe siècles
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/10051/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 539k

Auteur

Université de Caen

© Presses universitaires de Caen, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540