Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Récit d'enfance et ses modèles

 | 
Anne Chevalier
, 
Carole Dornier

Notes sur les auteurs

Texte intégral

1Bruno Blanckeman, maître de conférences en littérature française, enseigne à l’IUFM et à l’Université de Caen Basse-Normandie. Spécialiste de la littérature narrative au présent, il est l’auteur de plusieurs études et d’un essai, Les Récits indécidables, portant sur les œuvres de Jean Échenoz, Hervé Guibert, Pascal Quignard (Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2000). Il a également consacré quelques articles aux romans et aux nouvelles de Marguerite Yourcenar.

2Françoise Bonali Fiquet enseigne la littérature française à l’Université de Parme. Seiziémiste de formation, elle s’est intéressée à la littérature protestante, éditant en particulier l’œuvre d’Antoine de Chandieu (Octonaires sur la Vanité et Inconstance du Monde, Genève, Droz, 1979) ; a apporté sa contribution à la revue Transalpina (Mariella Colin (dir.), no 1, 1996, Regards croisés) ; est la trésorière de la Société internationale d’études yourcenariennes, l’auteur de diverses études sur Marguerite Yourcenar (Réception de l’œuvre de Marguerite Yourcenar. Essai de bibliographie chronologique (1922-1994), Tours, SIEY, 1994 ; Marguerite Yourcenar. Fragments d’un Album italien, Parme, Battei, 1999) et le coéditeur de Marguerite Yourcenar essayiste. Parcours, méthodes et finalités d’une écriture critique (Tours, SIEY, 2000).

3Anne Chevalier, professeur émérite de littérature française à l’Université de Caen Basse-Normandie, spécialiste du XXe siècle, a publié des travaux sur Valery Larbaud et Marcel Proust, et des articles dont plusieurs sont consacrés au récit d’enfance : monographies, Tristan Corbière, Samuel Beckett, Blaise Cendrars, Tahar Ben Jelloun, Julien Gracq, Marguerite Duras, A. Rémond, et synthèses, « À un enfant vêtu de noir » et « Comme une Délos fleurie ».

4Claude Coste, maître de conférences à l’Université de Caen Basse-Normandie (littérature du XXe siècle), travaille dans deux domaines privilégiés : l’œuvre de Roland Barthes (Roland Barthes moraliste, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1998) et les rapports de la littérature et de la musique (Soupaullt, Giono, Calvino, Poulenc, Quignard…). À paraître : Les Malheurs d’Orphée. Littérature et musique au XXe siècle, Paris, L’Improviste, 2002 ; Comment vivre ensemble (édition critique du cours de Barthes au Collège de France), Paris, Seuil, 2002.

5Brigitte Diaz est professeur de littérature française à l’Université de Caen Basse-Normandie. Elle a publié de nombreux articles sur l’écriture épistolaire au XIXe siècle dans ses rapports avec l’autobiographie, notamment sur les correspondances de George Sand et de Sthendal (Romantisme, no 90, 1990 et no 98, 1997).

6Carole Dornier est professeur de littérature française à l’Université de Caen Basse-Normandie. Auteur d’ouvrages sur Crébillon fils (Le Discours de maîtrise du libertin, Paris, Klincksieck, 1994) et Prévost (Manon Lescaut, Paris, Gallimard (Foliothèque), 1997), d’une édition critique des Considérations sur les mœurs de Duclos (Paris, Champion, 2000), elle a dirigé trois volumes collectifs sur les rapports entre littérature et subjectivité (Écriture et Exercice de la pensée, Caen, Presses universitaires de Caen, 2001 ; Se raconter, témoigner, Elseneur, no 17, 2001 ; et, en collaboration avec Jürgen Siess, Éloquence et Vérité intérieure (colloque de Cerisy), Paris, Champion, 2002). Elle participe à l’édition des Œuvres complètes de Montesquieu à la Voltaire Foundation.

7Francine Dugast Portes, professeur émérite à l’Université de Rennes II, spécialiste de littérature du XXe siècle, auteur d’une thèse reproduite en 1981 à Lille III, L’Image de l’enfance dans la prose littéraire de 1918 à 1930, a publié récemment Colette, les pouvoirs de l’écriture (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999), Le Nouveau Roman, une césure dans l’histoire du récit (Paris, Nathan, 2001) ; elle a collaboré à des ouvrages d’histoire de la littérature, à l’édition du quatrième tome des Œuvres de Colette dans la bibliothèque de la Pléiade (Paris, Gallimard, 2001) ; elle a publié de nombreux articles sur la littérature du XXe siècle – récemment sur Claude Simon, Drieu La Rochelle, Jean Rouaud, Marguerite Duras et Louis Guilloux.

8Phyllis Gaffney enseigne à la Section de français de University College Dublin. Spécialiste du Moyen Âge, notamment de l’enfance dans la littérature du XIIe siècle, a publié sur les âges de la vie et sur la légende tristanienne. Ses dernières publications portent sur le XXe siècle : un livre sur l’hôpital irlandais de Saint-Lô où travailla Samuel Beckett en 1945 (Healing amid the ruins : the irish hospital, Saint-Lô, 1945-1946, Dublin, A. & A. Farmar, 1999) et un article sur Mercier et Camier, le premier roman de Beckett écrit en français (« Neither here nor there : Ireland, Saint-Lô and Beckett’s first novel in french », Journal of Beckett Studies, vol. IX, no 1, automne 1999).

9David Gascoigne, professeur à l’Université de Saint-Andrews (Écosse), est spécialiste du roman français contemporain. Il est l’auteur d’une étude des romans de Michel Tournier, ainsi que d’articles et d’essais sur des écrivains tels que Patrick Grainville, J.-M. G. Le Clézio, Patrick Modiano et Michel Rio. Ses recherches actuelles portent principalement sur l’œuvre de Georges Perec.

10Laure Himy-Pieri, maître de conférences en stylistique à l’Université de Caen Basse-Normandie, a soutenu une thèse sur la poésie de Pierre-Jean Jouve. Elle est par ailleurs l’auteur d’un ouvrage sur Maurice Blanchot et d’articles sur Pierre-Jean Jouve, Michel Leiris et Victor Segalen.

11Nadine Kuperty-Tsur, maître de conférences à l’Université de Tel-Aviv, enseigne la littérature et la culture françaises de la Renaissance, travaille sur l’écriture personnelle à la Renaissance, a notamment publié : Se dire à la Renaissance (Paris, Vrin, 1997) et a dirigé la publication des actes : Écriture de soi et Argumentation (Caen, Presses universitaires de Caen, 2000).

12Didier Lechat est maître de conférences en littérature française du Moyen Âge à l’Université de Caen Basse-Normandie. Il a publié plusieurs articles sur divers auteurs des XIVe et XVe siècles : Guillaume de Machaut, Jean Froissart, Eustache Deschamps, Christine de Pizan, Alain Chartier. À paraître : Dire par fiction. Métamorphoses du « je » chez Guillaume de Machaut, Jean Froissart et Christine de Pizan (Paris, Champion).

13Philippe Lejeune, maître de conférences de littérature française à l’Université Paris-Nord, Paris XIII, et membre de l’Institut universitaire de France ; est le cofondateur de l’Association pour l’autobiographie (APA) ; a pour champ de recherche l’étude des écritures autobiographiques. Ses derniers livres publiés sont Les Brouillons de soi (Paris, Seuil, 1998), Pour l’autobiographie (Paris, Seuil, 1998) et « Cher écran… ». Journal personnel, ordinateur, Internet (Paris, Seuil, 2000).

14Véronique Leroux-Hugon est conservateur de la bibliothèque Charcot à la Salpêtrière, adhérente de l’Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique, et l’auteur de plusieurs contributions dans La Faute à Rousseau, journal de l’Association.

15Emmanuèle Lesne-Jaffro est maître de conférences à l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand II. Son domaine de recherche est celui des Mémoires à l’âge classique, en particulier à Port-Royal, des Mémoires cévenols (question de la contestation et de la dissidence), de la question de l’écriture de l’histoire. Elle travaille à l’édition des Mémoires de Brienne le jeune et prépare un essai sur l’écriture et la prison à l’âge classique.

16Chantal Liaroutzos est maître de conférences à l’Université Denis Diderot, Paris VII, spécialiste de la littérature française du XVIe siècle. Elle a publié Le Pays et la Mémoire. Pratiques et représentations de l’espace chez Charles Estienne et Gilles Corrozet (Paris, Champion, 1998) et divers articles sur les récits de voyage au XVIe siècle et sur Tristan L’Hermite.

17Emer O’Beirne est maître de conférences à University College Dublin. Spécialiste du nouveau roman et du roman contemporain français, elle est l’auteur de Reading Nathalie Sarraute : dialogue and distance (Oxford, Oxford University Press, 1999), l’éditrice de Crime Scenes : detective narratives in contemporary european culture (Amsterdam, Rodopi, 2000).

18Patrizia Oppici, professeur de littérature française à l’Université de Macerata, spécialiste des XVIIIe et XIXe siècles, après une thèse sur l’idée de bienfaisance dans la pensée des Lumières, a publié des ouvrages et des articles sur Balzac, Flaubert, Proust. Son dernier livre est consacré à l’esthétique de la compassion dans le roman de la deuxième moitié du XIXe siècle (Un Filo di pietà. Aspetti della compassione da Flaubert a Proust, Bologne, Clueb, 2001).

19Jean-François Perrin, professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l’Université Stendhal, Grenoble III, est l’auteur du Chant de l’origine : la mémoire et le temps dans les « Confessions » de Jean-Jacques Rousseau (SVEC, Oxford, The Voltaire Foundation, 1996), coéditeur de Tanzaï de Claude Crébillon (Œuvres complètes, t. I, Paris, Bordas (Classiques Garnier), 1999), des Actes du colloque de Grenoble Le Conte merveilleux au XVIIIe siècle : une poétique expérimentale (Paris, Kimé, 2002), éditeur des Lettres philosophiques de Jean-Jacques Rousseau (Paris, Livre de poche classique, 2002).

20Gérard Poulouin, enseignant au CEUIE à l’Université de Caen Basse-Normandie, est l’auteur de nombreux articles : « Ramuz et l’esprit de résistance » (Les Amis de Charles-Ferdinand Ramuz, Bulletins, nos 20-21, 2000-2001) ; « La parole vive » et « Auteurs d’enfance, enfance d’auteurs » (Les Contes et la Psychanalyse (Actes du colloque de Cerisy, juillet 2000), Paris, In Press, 2001) ; « Julien Gracq et la légende du Graal » (Modèles, Dialogues & Invention. Mélanges offerts à Anne Chevalier, Suzanne Guellouz, Gabrielle Chamarat-Malandain (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2002) et « Remy de Gourmont : de l’Imagier à la Collection des plus belles pages » (Travaux de littérature, no 15, 2002).

21Jean-Paul Rogues, maître de conférences à l’Université de Caen Basse-Normandie, est l’auteur d’une thèse intitulée : Alain-Fournier et l’écriture romanesque. Des modèles anglo-saxons à l’expérience du morcellement. Ses recherches actuelles portent sur des écrivains contemporains de l’intériorité : Charles Juliet et Georges Haldas.

© Presses universitaires de Caen, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540