Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Récit d'enfance et ses modèles

 | 
Anne Chevalier
, 
Carole Dornier

Conclusion

Le récit d’enfance et ses modèles : esquisse d’un bilan

(Cerisy, septembre 2001)

Francine Dugast Portes

Texte intégral

  • 1 Richard N. Coe, When the grass was taller. Autobiography and experience of childhood, New Haven – L (...)

1La rencontre qui s’achève a montré l’évolution des études traitant du récit d’enfance, notamment depuis les journées organisées en 1988 par Philippe Lejeune à Nanterre sur le thème : « Le récit d’enfance en question ». Le thème est longtemps passé pour mineur, voire « insignifiant » (au sens étymologique), surtout aux yeux de la critique française qui le laissait aux pédagogues – les pédagogues étant par ailleurs tenus en médiocre estime. Et même si la critique anglo-saxonne s’intéressait davantage à la question (la bibliographie le montre), Richard N. Coe, dans son ouvrage si ample, a reconnu s’être heurté à l’image de triviality du sujet1. Au cours du présent colloque, on a rappelé les propos de Michelet évoquant les catégories d’êtres réduits au silence, ceux de Foucault montrant comment elles étaient maintenues « au-dessous du seuil de perception ».

2Cette fois le récit d’enfance a été examiné systématiquement dans l’ensemble diachronique de la littérature française (avec quelques incursions dans le domaine étranger). Le corpus s’est trouvé de fait étendu au-delà des frontières du territoire institué de la littérature : la présence active de l’Association pour l’autobiographie (APA) et l’intervention intitulée « Contes de fées, comptes d’enfance » ont permis de susciter l’observation de ces pratiques largement répandues d’écriture, de lecture et d’échange, auxquelles est désormais donné droit de cité (au sens propre). Je voudrais noter ici quelques réflexions inspirées par l’ensemble de ces journées, à partir de leurs apports évidents et des ouvertures qu’elles dessinent.

Lignes de force

3L’élargissement du corpus est certainement un des acquis essentiels du travail effectué : l’exploration systématique des récits d’enfance antérieurs au XIXe siècle, qu’ils soient autonomes ou insérés dans un récit de vie plus vaste, a permis de découvrir nombre de textes, souvent connus jusque-là des seuls spécialistes, et de nuancer les interprétations. Si, par exemple, les observations de nos collègues ne contredisent pas les affirmations de Philippe Ariès sur la finalisation ancienne de l’enfance par l’âge adulte, elles font apparaître aussi des contrepoints dans la dominante : les oppositions entre héros d’épopée et héros de roman, l’apparition chez Froissart de l’évocation des fillettes ou des jeux, la coexistence dans les récits du XVIe siècle d’une individualité marquée par l’exception et d’une argumentation marquant la continuité des valeurs. Au fil des siècles les récits se diversifient. On voit bien que les traits dont ils se nuancent sous les plumes féminines au XIXe siècle n’étaient pas absents du corpus antérieur.

4Partout en même temps le jeu des « modèles », objet essentiel du colloque, fait ressortir les hypotextes majeurs : les hagiographies, les Confessions de saint Augustin, les Vies des hommes illustres de Plutarque, etc. L’effet cumulatif des récits produits enrichit de siècle en siècle un corpus de références dans lequel entrent successivement, parmi d’autres, les récits de chevalerie, les Confessions de Rousseau et les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand.

5Mais une certaine rupture épistémologique se produit au XXe siècle, comme l’a montré l’intervention liminaire d’Anne Chevalier, avec le développement des sciences humaines (autour du langage, de l’identité individuelle, de la société et de l’histoire). Le colloque a illustré parfaitement cette mutation à deux niveaux : les contributions ont, d’une part, abondamment utilisé les modalités d’approche du fait littéraire tirées de ces sciences sur l’ensemble du corpus ; elles ont d’autre part montré que le récit d’enfance a changé au fil du siècle : les grandes théories du soupçon se manifestent dans cette évolution contemporaine dont nous ont été proposées en ouverture une classification et une périodisation.

  • 2 Ainsi dans la discussion il est apparu que les issues des fugues n’étaient plus les mêmes dans les (...)

6Le mot « modèle » a été utilisé, selon son acception en sciences du langage, au sens de structure, de pattern, au fil des analyses qui sous-tendaient la plupart des communications. Les œuvres ont été l’objet d’observation narratologique, de superposition et de comparaison ; elles ont donc été traitées en série. L’examen des contenus de séquences et des tonalités des dénouements permet des comparaisons fécondes – pour les récits de fugue par exemple2. Certains motifs se retrouvaient d’une communication à l’autre – celui des lieux en particulier, si présents dans le récit d’enfance. Les approches stylistiques ont été plusieurs fois utilisées, notamment à propos de Perec, de l’écriture du souvenir dans l’enfance beethovénienne de Jean-Christophe, de l’énonciation et de la temporalité en général.

7On courait le risque d’étouffer les récits sous leurs modèles, mais les possibilités multiples des combinatoires d’invariants et de variables et le recours minutieux au texte ont évité de les faire disparaître dans la série et ont préservé leur originalité. Ceci mérite d’être souligné à propos du corpus rassemblé par l’APA, à partir duquel ont été dégagés à la fois des constantes et des traits propres à chaque scripteur.

8La richesse des potentialités énonciatives du récit d’enfance a suscité de façon récurrente la réflexion sur les genres : dès le début avaient été mentionnés les autobiographies plus ou moins fictives, les journaux et les correspondances. On a évoqué les formes très diverses, le glissement vers le picaresque, l’émergence de la tonalité élégiaque ou bucolique et souvent celle des effets poétiques. La question a été posée, d’ailleurs de façon très pertinente, de l’existence même d’un « récit d’enfance ». La remise en cause du récit dans les six textes de l’extrême contemporain qui ont été évoqués, et dans certaines œuvres des « nouveaux romanciers », pose la question d’une mutation parfois radicale.

9Au-delà, en effet, des études liées aux sciences du langage et à la narratologie, le colloque a fait ressortir l’importance fondamentale de l’histoire des conceptions de la personne, à laquelle les communications ont renvoyé à plusieurs reprises. La présence de la psychanalyse, mentionnée dès le début pour le XXe siècle, est apparue dans les analyses du corpus plus ancien, mais surtout à propos des œuvres récentes (Detrez, Perec, Quignard, etc.) : intégrée désormais dans la noosphère, devenue un arrière-plan, elle articule le texte et suscite la mise en défaut aussi bien de l’enfance que du genre. Mais en dehors de cette perspective, d’autres enjeux personnels apparaissent – celui par exemple dans lequel s’inscrit Enfance de Nathalie Sarraute, où l’on retrouve le projet esthétique et éthique de l’ensemble de l’œuvre, mais avec ses résonances propres.

  • 3 Cf. sur ce point les analyses, partielles mais stimulantes, de Lynn A. Higgins, New Novel, New Wave (...)

10Globalement la quête de mémoire, comme on l’a vu à propos des modèles proposés en librairie – « Votre enfance en cinq leçons » –, s’insère aujourd’hui dans la recherche du « développement » personnel, dans celle des origines (d’où l’importance de la collecte de l’APA). Ajoutons qu’un tel processus s’apparente à certains aspects de la démarche historique contemporaine : celle-ci s’intéresse aux témoignages issus de la sphère du privé ; elle a récemment fait émerger en France toute une mémoire amuïe, écrasée par les tabous accumulés depuis 19443. Il est clair que la quête de soi est souvent aussi la quête de la mémoire collective : l’exemple de Marguerite Yourcenar est probant à cet égard.

11La présence des modèles idéologiques, liés à la vision éthique d’une époque et d’une société, a été abondamment étudiée. Nous avons vu que la fonction modélisante du récit d’enfance était établie selon des canons tirés de textes très anciens. Les interventions ont bien montré comment les schémas plus ou moins stéréotypés renvoient, pour chaque époque, aux éléments constitutifs d’une doxa. L’enfant est utilisé comme un exemplum qui concrétise la démonstration plus efficacement que l’enthymème, qu’il s’agisse de prôner le conformisme ou la révolte : le récit révèle, entre autres, l’idéologie de la société victorienne, celle des Lumières et la valorisation du « mérite » (notion essentielle), celle de la Troisième République (nourrie de la précédente) – et ces derniers exemples étaient présents à la mémoire des plus âgés d’entre nous. L’évolution de la société apparaît dans la transformation de ces jeunes personnages qui perdent leur lignage et gagnent en mérite. La vision même de la connaissance, les épistémologies successives, apparaissent dans les textes : tel ce Frankenstein qui nous a été montré comme enfant des représentations de l’origine chez Buffon, Condillac et Rousseau ; tel cet ensemble révélateur de préceptes qui s’accumulent dans les ouvrages didactiques destinés à guider, chez les adultes surtout, l’écriture de l’enfance !

12C’est sûrement un des points forts de ce colloque que d’avoir dépassé l’étude des structures pour examiner les enjeux psychologiques et socio-historiques de ce type de récit. Et la richesse des communications ouvre de nombreuses pistes.

Ouvertures…

  • 4 Nous songeons aux travaux de Philippe Lejeune, de Jacques et d’Éliane Lecarme.

13Dans la perspective du panorama diachronique, il sera très utile de poursuivre l’exploration systématique de l’histoire du récit d’enfance, comme cela a été fait pour l’autobiographie4. Les interventions ont montré une certaine continuité, des échos repérables d’une période à l’autre, tout en maintenant la perspective historique et en évitant d’étudier les productions des siècles passés seulement à la lumière de l’aboutissement littéraire que constituerait le présent. Nul n’a gommé les écarts irréductibles, constitutifs d’une histoire des noosphères.

14On peut imaginer que ce serait l’apport d’une histoire du récit d’enfance qui procéderait par coupes synchroniques successives : à un moment donné, des types de récits très différents coexistent, surtout si l’on n’omet pas d’observer l’ensemble de la production, si l’on ne se limite pas qu’à sa frange innovante. Dans le corpus immédiatement contemporain, on constate qu’à côté des récits « par défaut » subsiste une production considérable de textes traditionnels ; que, symétriquement, on pourrait repérer la structure « par défaut » dans certains ouvrages de l’entre-deux-guerres, voire chez un Loti : il a été assez fréquemment mentionné au cours du colloque.

15L’entrelacs des périodes historiques dans le récit d’enfance constitue un défi : il renvoie au temps que l’œuvre est censée évoquer, autant qu’à celui de l’écriture et à celui, essentiellement mouvant par définition, de la lecture. L’histoire de la réception constitue une information sur le phénomène et interagit d’autant plus que les valeurs mises en jeu concernent de près la société. Le colloque, avec ses monographies et ses synthèses, a posé là d’indispensables jalons.

  • 5 Songeons ici à Bernanos, rêvant d’entrer dans l’autre vie sous la conduite de l’enfant qu’il a été  (...)

16Mais on ne peut se contenter de réunir un corpus, et il convient d’examiner en parallèle quelques questions philosophiques. Il apparaît ainsi que les variations dans le temps de ce type de récit sont liées à l’évolution de la notion de sujet : un repérage systématique des idées de chaque époque sur ce point est nécessaire. Qu’on songe par exemple à l’importance pour le thème et pour les configurations narratives qui le mettent en œuvre, aux distinctions établies par Paul Ricœur entre ipse et idem. Cela sous-tend dans le récit les effets de continuité ou de discontinuité : songeons aux résonances esthétiques et métaphysiques des textes ou des films qui font de l’enfant un premier moi, disparaissant ensuite, mais symboliquement privilégié5.

17Ces configurations posent d’ailleurs le problème de la délimitation des âges de la vie (on a évoqué les théories médiévales), celui de l’existence et des frontières de l’adolescence, celui des spécificités éventuelles de l’enfance féminine. Nombre d’intervenants ont dit les difficultés qu’éprouve l’observateur face à ces questions de frontières, face aux variantes qu’introduisent l’Histoire et les caractéristiques propres à chaque individu : l’absence du lignage suppose un tout autre rapport à l’entourage humain et au temps.

18Plus généralement le récit d’enfance implique un questionnement sur le savoir : il constitue une sorte de défi face à l’oubli, face aux infidélités de la mémoire, face à la difficulté de se connaître soi-même et à l’inadéquation du langage. L’exemple d’Anatole France, refusant le commandement delphique, montre a contrario l’importance de cette dimension. Dans les textes contemporains, de telles interrogations s’insèrent dans une remise en question à résonance ontologique : Sarraute choisit les zones obscures contre les souvenirs lumineux ; Perec tremble face à la page blanche, etc. Il faudra sans doute poursuivre l’analyse dans ce domaine, qu’on apporte l’éclairage psychanalytique aux œuvres du passé, qu’on le repère dans les œuvres contemporaines, ou qu’on insère ces mises en scène de la problématique cognitive dans l’histoire de la connaissance du moi intérieur que j’évoquais plus haut (nous avons vu ainsi que chez Marguerite Yourcenar une bibliographie de modèles rejetés ou acceptés se dessine en filigrane).

  • 6 L’influence considérable de Bergson sur les écrivains a été rappelée. Citons aussi Maurice Halbwach (...)
  • 7 On a souvent fait allusion aux Mots de Sartre.
  • 8 Leiris porte ce type de regard sur sa propre enfance dans un ouvrage qui regroupe plusieurs contrib (...)

19En ce qui concerne le problème particulier de l’enchaînement du récit, nous avons constaté qu’était posé et remis en cause le principe chronologique et logique du post hoc ergo propter hoc6. Plusieurs analyses diachroniques rappelaient implicitement les thèses défendues par Georges Poulet dans les Études sur le temps humain. On pourrait repérer les échos des analyses inspirées par Freud certes, par Marx7, par les ethnologues même8.

  • 9 Rappelons, bien avant les protestations contemporaines, Jules Vallès, mais aussi le Line : 1855-186 (...)

20L’évolution du récit d’enfance contemporain s’insère dans l’Histoire : il me semble que les évocations en creux, chez Perec, sont peut-être, dans le champ littéraire, un des accomplissements de ce romanesque « lazaréen » dont Jean Cayrol prévoyait avec beaucoup de lucidité le développement en 1950. J’accentuerais volontiers, pour ma part, la fonction critique globale du thème9, qui dans sa mise en œuvre conteste parfois ouvertement l’ordre établi, ou le subvertit implicitement par le bouleversement des structures narratives, de l’énonciation, voire du langage : peut-être le thème concourt-il à cette « libération prométhéenne » dont parlait Jean Duvignaud ?

  • 10 Cf. Gérard d’Houville, L’Enfant, Paris, Hachette (Les âges de la vie), 1925 ; Carl Gustave Jung et (...)
  • 11 Cf. sur ce point Ruth Amossy et Anne Herschberg Pierrot, Stéréotypes et Clichés : langue, discours, (...)

21On peut remarquer corollairement l’efficacité du recours aux études de l’imaginaire. Les communications ont évoqué Orphée, Faust, les archétypes divers. Le songe de Christine de Pisan faisait surgir l’homunculus alchimique… Il est sûr que le récit d’enfance contemporain, même le plus destructeur, s’inscrit là, dans le renversement même des archétypes qu’il opère : il n’y aurait pas de putti pervers sans les putti idylliques. Et l’image du Petit Prince n’a pas disparu. On pourrait situer les figures subversives par rapport aux modèles négatifs, mais aussi positifs, des décennies passées, et notamment celui de l’enfant sauveur de l’homme10. Il en est de cette figure comme de celle de la jeune fille, qui se trouve en relation de contrepoint réciproque avec la sorcière ou la femme fatale. Songeons au Naïf de Franz Hellens, à Jean le Bleu de Giono, aux personnages de Bosco – à toutes les enfances travaillées par le mythe. On est parfois plus proche du stéréotype que de l’archétype : mais les travaux les plus récents soulignent aussi la nécessité d’une doxa, l’impossibilité de la table rase, l’indissociabilité du modèle et de sa destruction11. Un regard critique pourrait être posé ici sur les aspects éventuellement régressifs de la valorisation de l’enfance, qu’elle soit noire ou lumineuse.

  • 12 Philippe Lejeune a bien montré les limites de l’ouvrage de Marie-José Chombart de Lauwe, Un monde a (...)

22Les fonctions mythiques confiées au personnage conduisent à examiner – et la question est elle aussi d’ordre philosophique – la dimension esthétique des récits. Elle a souvent été totalement occultée dans les études les plus anciennes – ou dans les travaux des sociologues12. Il en a été question au cours du colloque, à propos de Perec et d’Anatole France. À partir de la fin du XIXe siècle, on déclare ouvertement chercher l’inspiration dans l’enfance (Baudelaire a été sur ce point fort explicite). Nous avons vu que les récits d’enfance féminine à ce moment-là introduisent fortement le personnage de l’enfant rêveur, de l’enfant poète – la prédestination de l’écrivain… Enfance de Sarraute est revendiqué comme une démarche esthétique, comme un défi lancé à l’indistinct, au non-dit. Le choix du préreprésenté chez Yourcenar (le tableau de Boudin plutôt que la photographie) est significatif de cette démarche de création artistique que Proust aussi évoque souvent.

  • 13 Anne Chevalier a cité Lacan. Rappelons aussi l’importance dans ce domaine de l’ouvrage de Roman Jak (...)

23Pour en repérer l’émergence dans les textes, on trouverait sans doute de nombreux exemples des procédés stylistiques qui dans les récits usent de la remotivation des signifiants, des rythmes de l’enfance, des synesthésies liées aux réminiscences – on a parlé en ouverture du privilège accordé aux « résonances »13 : c’est parfois vrai avant Proust, c’est quasi général après lui. En ce qui concerne la littérature contemporaine, il y a dans cette recherche de la singularisation l’émergence d’une esthétique historiquement datée : la valorisation de la vision de la première fois, l’« ostranénie » (l’effet d’étrangeté) des formalistes russes – tout ce qui fonde une valorisation de la rupture et de la surprise – et sans doute cherchons-nous cela dans les œuvres du passé.

24Les motifs du récit d’enfance contemporain permettent d’examiner aussi la place donnée au corps et au jeu (au sens que donnent au mot « jeu » Caillois et Huizinga) : Claude Ollier dans son œuvre, et particulièrement dans Mon double à Malacca, renvoie souvent à l’entrelacs des combinatoires et à la complexité du comportement enfantin, étroitement imbriqués.

  • 14 Philippe Lejeune, Le Moi des demoiselles. Enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil, 1993

25N’omettons pas enfin qu’a été reposée, discrètement et fermement, au colloque la question : « Qu’est-ce que la littérature ? » dans la mesure où la pratique généralisée de l’écriture de soi, celle du récit d’enfance en particulier, conduit à s’interroger sur le statut du patrimoine ainsi réuni. On ne peut parler du récit d’enfance en maintenant les cloisonnements. Face aux écritures de l’enfance féminine au XIXe siècle surgissait le souvenir du « moi des demoiselles »14.

  • 15 Cf. les travaux de Jean Perrot, d’Isabelle Nières et de Denise Escarpit.
  • 16 Cf. en particulier Suzanne Mollo, L’École dans la société, Paris, Dunod, 1970 ; et sur un exemple p (...)

26D’ailleurs si l’université française ne s’était guère intéressée au thème, les pédagogues de l’entre-deux-guerres lui consacraient des ouvrages – Jean Calvet et Aimé Dupuy entre autres. Et nous avons vu quelle utilisation didactique la Troisième République a faite de nos récits. Il est vrai qu’ils suscitent l’interrogation sur le passé et proposent le modèle potentiel des enfances à venir – d’où le changement de statut des œuvres : nombre de récits d’enfance passent dans la littérature destinée à la jeunesse (le phénomène est ancien)15 : il est intéressant de voir quels textes sont l’objet de ce transfert, à quel moment et avec quelles éventuelles modifications. On peut observer de même ceux qui passent dans les manuels sous forme de morceaux choisis16.

27Le champ est ouvert, en somme, autant aux monographies qu’aux synthèses, intégrant le recours aux études diachroniques, avec toute la prudence méthodologique qu’ont fondée les travaux sur la réception, et prenant en compte la littérarité des œuvres autant que leurs résonances ontologiques et sociologiques. Une fois de plus a été réalisé à Cerisy, grâce à la sagacité des organisatrices, le nécessaire décloisonnement des approches d’un phénomène complexe qui ne met pas en jeu seulement les études littéraires instituées.

Notes

1 Richard N. Coe, When the grass was taller. Autobiography and experience of childhood, New Haven – Londres, Yale University Press, 1984.

2 Ainsi dans la discussion il est apparu que les issues des fugues n’étaient plus les mêmes dans les récits de la fin du XXe siècle (cf. sur ce point les dénouements de nombreuses nouvelles de J.-M. G. Le Clézio).

3 Cf. sur ce point les analyses, partielles mais stimulantes, de Lynn A. Higgins, New Novel, New Wave, New Politics. Fiction and representation of history in postwar France, Lincoln – Londres, University of Nebraska Press, 1996.

4 Nous songeons aux travaux de Philippe Lejeune, de Jacques et d’Éliane Lecarme.

5 Songeons ici à Bernanos, rêvant d’entrer dans l’autre vie sous la conduite de l’enfant qu’il a été ; ou à l’enfant qui conduit la parade finale chez Fellini dans Huit et demi.

6 L’influence considérable de Bergson sur les écrivains a été rappelée. Citons aussi Maurice Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Alcan, 1925.

7 On a souvent fait allusion aux Mots de Sartre.

8 Leiris porte ce type de regard sur sa propre enfance dans un ouvrage qui regroupe plusieurs contributions : Georges Bataille, Roger Caillois, Michel Leiris, Pour un collège de sociologie, dans La Nouvelle Revue française, 1938.

9 Rappelons, bien avant les protestations contemporaines, Jules Vallès, mais aussi le Line : 1855-1867 de Séverine, Victor ou les enfants au pouvoir de Roger Vitrac, Mort à crédit de Céline, etc. Mais ces textes ne bouleversent pas le récit même : Philippe Lejeune a bien noté l’importance des choix subversifs de Leiris.

10 Cf. Gérard d’Houville, L’Enfant, Paris, Hachette (Les âges de la vie), 1925 ; Carl Gustave Jung et Charles Kerényi, Introduction à l’essence de la mythologie : l’enfant divin, la jeune fille divine, Paris, Payot, 1941 ; Max Primault, Henry Lhong, Jean Malrieu, Terres de l’enfance. Le mythe de l’enfance dans la littérature contemporaine, Paris, PUF, 1961 ; George Boas, The Cult of childhood, Londres, Warburg Insitute, University of London, 1966 ; et aussi les travaux de Gaston Bachelard, de Gilbert Durand… Une synthèse est esquissée dans la thèse de Francine Dugast, L’Image de l’enfance dans la prose littéraire de 1918 à 1930, Lille, Presses universitaires de Lille III, 1981, quatrième partie, p. 635-821. Richard N. Coe a traité cet aspect dans son ouvrage (When the grass was taller…) sous le titre : « mythe, signification et magie ».

11 Cf. sur ce point Ruth Amossy et Anne Herschberg Pierrot, Stéréotypes et Clichés : langue, discours, société, Paris, Nathan, 1997.

12 Philippe Lejeune a bien montré les limites de l’ouvrage de Marie-José Chombart de Lauwe, Un monde autre, l’enfance. De ses représentations à son mythe, Paris, Payot, 1971.

13 Anne Chevalier a cité Lacan. Rappelons aussi l’importance dans ce domaine de l’ouvrage de Roman Jakobson, Langage enfantin et Aphasie, Paris, Minuit, 1969.

14 Philippe Lejeune, Le Moi des demoiselles. Enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil, 1993.

15 Cf. les travaux de Jean Perrot, d’Isabelle Nières et de Denise Escarpit.

16 Cf. en particulier Suzanne Mollo, L’École dans la société, Paris, Dunod, 1970 ; et sur un exemple précis cf. l’ouvrage de Paul Phocas, Prospero chez les jeunes Calibans ou Jean Guéhenno dans les ouvrages didactiques (1935-1990), Nantes, Ouest Éditions, 2001.

Auteur

Université de Rennes II

Professeur émérite à l’Université de Rennes II, spécialiste de littérature du XXe siècle, auteur d’une thèse reproduite en 1981 à Lille III, L’Image de l’enfance dans la prose littéraire de 1918 à 1930, a publié récemment Colette, les pouvoirs de l’écriture (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999), Le Nouveau Roman, une césure dans l’histoire du récit (Paris, Nathan, 2001) ; elle a collaboré à des ouvrages d’histoire de la littérature, à l’édition du quatrième tome des Œuvres de Colette dans la bibliothèque de la Pléiade (Paris, Gallimard, 2001) ; elle a publié de nombreux articles sur la littérature du XXe siècle – récemment sur Claude Simon, Drieu La Rochelle, Jean Rouaud, Marguerite Duras et Louis Guilloux.

© Presses universitaires de Caen, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540