Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Récit d'enfance et ses modèles

 | 
Anne Chevalier
, 
Carole Dornier

Les stratégies du récit

La valeur argumentative de l’enfance

Nadine Kuperty-Tsur

Texte intégral

1Assimilé à l’histoire et à l’âge adulte, le genre des mémoires ne paraît pas particulièrement propice aux récits d’enfance. D’ailleurs certains mémorialistes en font l’économie et se concentrent uniquement sur un segment de leur vie d’adulte. Philippe de Commynes, considéré comme le précurseur du genre, ouvre son récit en marquant nettement la coupure entre l’enfance et la phase adulte :

  • 1 Philippe de Commynes, Mémoires, in Historiens et chroniqueurs du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1952, (...)

Au saillir de mon enfance, et en l’âge de pouvoir monter à cheval, je hantai à Lisle vers le duc Charles de Bourgogne, lors appelé comte de Charolois, lequel me print en son service : et fut l’an mil quatre cent soixante quatre1.

2Les mémorialistes, qui, à l’instar de Commynes, se dispensent du récit d’enfance, entendent mettre l’accent sur un segment précis de leur activité et par conséquent, le regard qu’ils portent sur leur existence n’est pas totalisant. Leurs textes ressemblent à un compte rendu d’activités et visent à leur justification. Les mémoires relèvent, en effet, d’une écriture polémique qui vise à réhabiliter un personnage ayant joué un rôle historique. Tout dans ces textes est organisé de façon à convaincre le lecteur de la véracité de l’image du mémorialiste et de la pertinence de ses actes. Le récit d’enfance n’échappe pas à cette règle et participe de l’entreprise argumentative des mémoires. Mais la présence d’un récit d’enfance signale également une approche plus complexe dans la tentative d’un individu d’embrasser son existence entière et de lui donner un sens. Le texte débutant par l’enfance présente alors une image plus intérieure de la personne comme le montrent les ébauches d’analyses psychologiques auxquelles la représentation de l’enfance donne lieu et qui seront illustrées dans la quatrième partie de cette étude à partir des récits d’enfance du duc de Bouillon et du président de Thou.

3Ces tendances psychologiques restent cependant minoritaires dans l’arc des récits d’enfance que déploient les mémoires de la Renaissance. L’enfance y représente le plus souvent un champ largement investi par les besoins argumentatifs du mémorialiste. La deuxième partie de cette étude illustre, à partir des Mémoires de Mme de Mornay, l’investissement du récit d’enfance par l’argumentation protestante et la troisième se penchera ensuite sur ce même aspect dans le récit de Sa Vie à ses enfants d’Agrippa d’Aubigné, récit dans lequel l’argumentation protestante participe aussi de la figuration du personnage.

4Pour un texte qui cherche à produire un certain effet sur le lecteur, les premières lignes sont capitales : elles donnent le ton et posent les bases de l’argumentation. Le récit d’enfance que la chronologie place nécessairement au début du texte assume du fait même de cette position liminaire la responsabilité de la première présentation. Mais comment un récit sérieux qui cherche à élaborer un portrait avantageux du mémorialiste peut-il confier à l’enfance, âge méprisé, le soin de « produire la première impression » ?

Fonctions de l’enfance

Enfance et valeurs sûres

5L’évocation de l’enfance sert à définir des traits de caractère dont le mémorialiste soulignera la permanence tout au long du récit. Le récit de vie est marqué par l’instabilité et l’arbitraire de l’existence qui se traduisent dans le texte par la succession rapide des événements, les mutations de fortune, les voyages et les campagnes. Les composantes de la personnalité, en revanche, participent à l’effet de stabilité et de cohésion que le mémorialiste associe à son image. Annoncés dès le début du texte dans le récit d’enfance et inlassablement réaffirmés tout au long du récit, les traits de la personnalité fonctionnent comme des valeurs sûres, opposées au tourbillon de l’existence. Cette opposition entre un monde extérieur en perpétuel mouvement et une personnalité immuable se retrouve dans de nombreux mémoires et participe de la stratégie de la représentation de soi en ce qu’elle valorise le mémorialiste comme point d’ancrage fixe et fiable dans un monde instable et inquiétant.

Enfance, facteur de cohésion

6Le récit d’enfance dans les mémoires assure une continuité et une cohésion avec l’image de l’adulte dont la pertinence et la force de persuasion représentent l’un des principaux enjeux du genre. Par le biais d’anecdotes soigneusement choisies, le récit d’enfance mettra l’accent sur la présence de qualités innées s’exprimant donc dès l’enfance et formant les linéaments de la personnalité de l’adulte. Ces qualités innées assurent ainsi la continuité et la cohésion de l’image du mémorialiste au long des étapes du récit.

L’enfance : discours rapporté et vecteur de valeurs

7Les défaillances de la mémoire réduisent souvent le récit d’enfance à n’être qu’un discours rapporté. Le narrateur se souvient le plus souvent de ce qu’on lui a raconté de son enfance et il ne possède que très peu de souvenirs en propre. Bien souvent récit de seconde main, le récit d’enfance est conditionné par les valeurs que les proches qui en sont détenteurs entendent transmettre à l’enfant pour qu’il s’y conforme. En ce sens, le récit d’enfance montre souvent, et à son insu, les modalités du conditionnement idéologique de l’individu par le processus même de l’éducation.

Le récit d’enfance et l’argumentation protestante chez Mme de Mornay

8À cet égard, les Mémoires de Mme de Mornay fournissent un point d’observation particulièrement fécond. Elle relate deux récits d’enfance : celui de son mari et le sien. De plus, la préface de ses Mémoires dédiés à son fils donne un échantillon édifiant du type de discours que les parents adressaient à leurs enfants. On se propose ici d’en analyser l’argumentation et de montrer le conditionnement religieux qu’opère la mère par la série de modèles invoqués. Elle rappelle à son fils l’éducation soignée qu’il a reçue et ce qu’en conséquence elle est en droit d’attendre de lui, faute de quoi sa vie n’aurait pas de sens et pis, représenterait une trahison de ses parents. La préface s’ouvre de façon significative sur la notion de prédestination :

  • 2 Préface des Mémoires de Madame de Mornay, Mme de Witt, née Guizot (éd.), Paris, Société de l’histoi (...)

Mon filz, Dieu m’est tesmoing que, mesme avant votre naissance, il m’a donné espoir que vous le serviriez ; et ce vous doibt estre quelque arre de sa grace, et une admonition ordinaire à vostre devoir2.

9La prédestination du fils est de l’ordre d’un signe prémonitoire sur lequel la mère garde le secret, mais dont elle garantit la vérité en prenant Dieu à témoin. La rhétorique maternelle, grave et solennelle, s’autorise d’une secrète connivence entre la mère et Dieu sur la vocation (prénatale) du fils. Cette idée de destin, révélé par des signes mystérieux, vise à impressionner l’enfant et à le préparer à la prochaine étape de l’argumentation maternelle qui l’implique dans une comptabilité de la redevance de façon à le convaincre que la grâce que Dieu lui a témoignée l’appelle au devoir :

Il vous a donné d’estre nay en son Églize […]. Adorés, mon Filz révéremment ce privilège d’estre nay Chrestien. Il vous a faict naistre en la lumière de l’Églize […]. Adorez moy de rechef, ceste miséricorde, ce soin special que Dieu a eu de vous, de vous exempter de cette apostasie universelle qui a usurpé et tant de nations et tant de temps (Mornay, 2).

10Aux signes du ciel s’ajoute, plus concret, l’effort d’éducation conjoint des deux parents. Mme Duplessis-Mornay ne se dissocie jamais de son mari pour élever l’enfant « dans la crainte de Dieu ». L’éducation qu’il reçoit, même si elle déborde l’instruction religieuse proprement dite, est désignée par « toutes bonnes lettres », et n’a d’autre finalité que celle de lui permettre de « reluire en son Églize » :

En cette intention nous avons mis pene, vostre père et moy, de vous nourrir soigneusement en sa craincte, que nous vous avons, en tant qu’en nous a esté, faict succer avec le laict ; avons eu soin aussy pour vous en rendre plus capable, de vous faire instruire en toutes bonnes lettres, et, grâces à luy, avec quelque succez, afin que vous peussiez non seulement vivre, mais mesmes reluire en son Églize (Mornay, 1).

11Le succès de l’enfant studieux est essentiellement imputé à Dieu, éventuellement aux parents, mais évacue presque complètement le mérite de l’enfant. L’argument majeur de l’argumentation de la préface, comme du reste des Mémoires de Mme Duplessis-Mornay, fait de son mari un élu de Dieu. Elle présente cette élection comme héréditaire, car le père, Philippe de Mornay, à son tour élira son fils pour servir Dieu :

Mais il vous a faict naistre d’un Père duquel en ces jours il s’est voulu servir et servira encore pour sa gloire, qui vous a, dès votre enfance, dédié à son service (Mornay, 1).

12Dans la rhétorique maternelle, l’enfant est doublement redevable, envers Dieu puis envers son père, du tour que prend son destin :

Pensez que, par tels chemins, Dieu vous veut amener à grandes choses ; pensez à estre instrument, en vostre temps, de la restauration, qui ne peut plus tarder, de son Églize (Mornay, 2).

13Ainsi, la rhétorique maternelle tisse autour de l’enfant un réseau d’appartenances étroites qui toutes visent à définir son identité et lui imposent son devoir de chrétien. Destiné à l’Église et fils d’un élu de Dieu, l’enfant est pris par l’implacable circularité de l’argument qui part de Dieu et revient à Dieu par l’intermédiaire du modèle paternel. Ce que l’analyse fait apparaître comme un « recrutement forcé » est assimilé par la rhétorique maternelle à un engagement méritoire :

Moiennant cela, mon Filz, […] qu’en poursuivant son honneur vous n’en trouviez pour vous, plus que le monde ne vous en scauroit ny donner ny promettre (Mornay, 3).

14Mais aux promesses de félicité sur terre succèdent les menaces relevant de la rhétorique de l’intimidation :

Mais appréhendés aussy ses jugemens, sy vous le négligés […] car miséricorde mesprizée retourne en condamnation et plus les grâces sont spéciales, plus le mespris ou l’abus en seroit punissable (Mornay, 3).

15Le guide offert au fils alors qu’il est « prest à partir pour aller voir le monde » est présenté comme un don personnel mêlant autorité, affection et souci maternel. Ce guide, c’est l’exemple du père, figure centrale autour de laquelle s’organise le texte tout entier :

Mais, afin encor que vous n’y ayés point faute de guide, en voicy un que je vous baille par la main, et de ma propre main, pour vous accompagner, c’est l’exemple de votre père, que je vous adjure d’avoir tousjours devant vos yeux (pour l’imiter, duquel j’ay pris la peine de vous discourir) ce que j’ay peu connoistre de sa vie […] je desire que vous acheviez ce que j’ay commence à escrire du cours de nostre vie (Mornay, 3-4).

16Chargé du devoir dynastique d’illustrer sa famille, le fils est également sommé de reprendre à son compte l’engagement religieux de ses parents et de ses grands-parents. À l’issue de cette préface, il est même appelé à assumer le rôle du père !

Je vous recommande, au reste, vos sœurs ; monstrez, en les bien aymant, que vous aymez et aurés aymé vostre mère. Pensés mesme, tout jeune que vous estes, Dieu nous retirant d’icy, que vous leur devés estre Père (Mornay, 3).

17Se déclarant « maladive » et près de la mort, Mme de Mornay donne à son discours des allures de testament, indiquant ses dernières volontés et exigeant en signe d’amour filial, leur exécution :

Mais surtout, mon Filz, je croiray que vous vous souviendrez de moy quand j’oiray dire, en quelque lieu que vous ailliez, que vous servez Dieu, et ensuivez vostre Père ; j’entreray contente au sépulcre (Mornay, 4).

  • 3 J’évoque la problématique de l’argumentation protestante dans les Mémoires de Mme de Mornay dans un (...)

18Une même tension dramatique est à l’œuvre dans la suite des Mémoires de Mme de Mornay3 qui débutent par deux récits d’enfance emboîtés, celui de l’enfance de son mari, puis le sien. Là encore la représentation de ces enfances est entièrement conditionnée par l’argumentation protestante, le récit retrace l’histoire d’un engagement, fait figure d’exemple auquel l’enfant, destinataire du récit d’enfance de ses propres parents, est invité à s’identifier. L’éducation de Philippe de Mornay est tiraillée entre la volonté du père de l’élever en l’Église catholique et celle de la mère qui s’emploie à lui faire donner des précepteurs de la religion réformée. Soumis aux pressions contraires de sa famille, l’enfant est sommé de prendre parti. Le dilemme dans lequel le plongent les dissensions religieuses de son entourage atteint son comble lorsque ramené par un prêtre pour assister aux cérémonies de l’enterrement de son père, celui-ci l’admoneste

de continuer toujours d’estre bon catholique et vivre comme on l’avoit appris, sans se guaster aux opinions luthériennes de sa mère. Cela le mettoit en pene, et luy fet responce, selon son enfance, que quant à luy il y vouloit continuer ; touteffois si on luy mettoit en quelque doubte, il lyroit soigneusement les Évangiles et Actes des apostres, et s’y conformeroit selon ce qu’il y trouverroit, et disoit cela de son instinct sans y rien penser plus outre (Mornay, 17).

19L’inscription du discours de l’enfant vise à mettre en valeur l’attitude de Philippe, sa volonté de décider par lui-même en se livrant à l’examen des textes. Cette décision, entièrement personnelle, est renforcée par l’exemple que lui donne son frère, Pierre de Mornay. Se mettant à l’étude diligente des textes sacrés,

il remarquoit tantost que le purgatoire et prières de saincts n’y estoient pas mentionnées, tantost que l’idolâtrie y estoit expressément défendue […] tellement qu’il vint peu à peu à s’esclaircir du Sacrement de la Cène (Mornay, 18).

20De façon systématique, ces récits d’enfance visent à montrer que la religion réformée s’acquiert par le biais d’un cheminement personnel, d’un questionnement qui, de part en part, conduit à des lectures et à l’élaboration d’une certitude intellectuelle s’appuyant sur l’acquisition d’un savoir et sur l’exercice de l’esprit critique. Autant de valeurs à connotation positive définissant l’ethos protestant auquel l’enfant est censé s’identifier.

21Le récit d’enfance de Mme du Mornay est parfaitement symétrique à celui de son mari. Son père sera pour elle l’initiateur au protestantisme et son parcours religieux est érigé en exemple. Mme de Mornay souligne la détermination du père et s’inspirant de ce modèle, elle décide de laisser à son tour son récit de vie à son fils, intimement convaincue de l’efficacité de l’exemple parental pour l’avoir elle-même expérimenté.

Agrippa d’Aubigné ou l’enfance d’un élu

  • 4 Cf. la très complète introduction à Sa Vie à ses enfants de Gilbert Schrenck dans son édition de ce (...)
  • 5 Agrippa d’Aubigné, Sa Vie à ses enfants, in Œuvres, Paris, Gallimard (Pléiade), 1969, p. 385 (cité (...)

22La vertu du modèle personnel, c’est-à-dire son grand pouvoir de persuasion, est également ce qui décide Agrippa d’Aubigné à donner, dans Sa Vie à ses enfants4, l’un des récits d’enfance les plus détaillés du genre. Il se construit comme un enchaînement d’événements qui pourraient faire croire par leur succession au simple respect de leur chronologie, mais la convergence de leur signification révèle que la logique de l’exposition est également argumentative5. La naissance de d’Aubigné se place d’emblée sous le signe tragique de la mort de sa mère lors de l’accouchement, situation à laquelle il doit son nom : Agrippa vient d’ægre partus. Sa naissance est déterminée par le choix du père :

[Il] nasquit… le huitième de Febvrier, sa mère morte en accouchant, et, avec une telle extrémité, que les médecins proposèrent le choix de mort pour la mère ou pour l’enfant (Aubigné, 385).

23Parmi les étapes décrites figurent l’épisode de la naissance, les progrès de l’éducation et les acquisitions intellectuelles. Tout comme celle de la naissance, chacune de ces étapes relate en fait une seule et même histoire : celle de l’élection. Dès le récit d’enfance, l’élection est thématiquement associée au sacrifice. Elle est un sacerdoce qui exige un engagement total et constant de la personne. Une fois élu, l’individu ne s’appartient plus, mais est dévoué à sa mission. Cette distanciation entre l’individu et l’élu est marquée par l’usage assez rare dans ce type de récit de la troisième personne alors que le narrateur parle de lui-même :

Il fut nommé Agrippa (comme ægre partus) et puis nourri en enfance hors de la maison du père, pour ce que Anne de Limur, sa belle-mère, portoit impatiemment et la despense, et la trop exquise nourriture que le père y employoit (Aubigné, 385).

24Ce que d’Aubigné livre de son enfance représente un ensemble de faits convergents vers une même signification. Sa mère meurt à sa naissance, son nom en est le stigmate. Il est doublement expulsé, éloigné du père et de la maison paternelle. L’éducation qu’il reçoit lui permet de se distinguer en faisant preuve d’une précocité peu commune. Son mérite est d’autant plus grand qu’il y avait de quoi être découragé par l’ampleur du programme autant que par l’air rébarbatif du précepteur :

Des quatre ans accomplis le père luy amena de Paris le précepteur Jean Cottin, homme astorge et impiteux, qui lui enseigna les lettres latines, grecques et hébraïques à la fois […] si bien qu’il lisoit aux quatre langues à six ans (Aubigné, 385).

25Les séquences choisies pour narrer l’enfance relèvent de l’extraordinaire, qu’il s’agisse de la précocité de l’enfant ou encore du récit de l’apparition du spectre :

Il ouit entrer dans la chambre et puis en la ruelle de son lict, quelque personne de quy les vestements frottoyent contre les rideaux, lesquels il veit tirer aussi tost, et une femme fort blanche, qui luy ayant donné un baiser froid comme glace se disparut (Aubigné, 385).

26Pour éviter que le lecteur doute de l’authenticité de cette histoire, d’Aubigné en garantit la véracité en lui juxtaposant la gravité de sa réaction d’enfant :

Et ce qui fist depuis croire le rapport de cette vision fut une fiesvre continue qui luy dura quatorze jours (Aubigné, 385).

27En dépit de leur diversité, les séquences du récit s’articulent à partir du même argument, celui de l’extraordinaire. Le motif de la mort s’ajoute aux capacités intellectuelles pour annoncer un destin et un personnage hors du commun qui s’illustrent dès l’enfance :

À sept ans et demi il traduisit avec quelque aide de ses leçons le Crito de Platon ; sur la promesse du père qu’il le feroit imprimer avec l’effigie enfantine au devant du livre (Aubigné, 385).

28Singulièrement, c’est encore de la tête de l’enfant dont il sera question quand, à la vue des têtes tranchées de ses compagnons de la conjuration d’Amboise, le père en mettant les mains sur la tête de son fils lui tient ce discours :

Mon enfant il ne faut pas que ta teste soit épargnée après la mienne, pour venger ces nobles chefs pleins d’honneur ; si tu t’y espargnes tu auras ma malédiction (Aubigné, 386).

29L’arrêt décidant de l’expulsion des protestants de France oblige Béroalde et sa famille ainsi que d’Aubigné, qui était son élève, à prendre la fuite vers Genève. Arrêtée, c’est à d’Aubigné que la petite troupe doit son salut : « Il faut que je meure ou que je vous sauve tous pour l’amour de cet enfant » (Aubigné, 387), dira un de leurs geôliers (par ailleurs grassement récompensé pour leur libération). Ils trouvent ensuite refuge auprès de Renée de Ferrare, que d’Aubigné impressionne en lui tenant d’étranges discours, peu en rapport avec son âge :

Elle les receut avec son humanité accoutumée, mais sur tous Aubigné qu’elle fit trois jours durant asseoir sur un carreau auprès d’elle pour ouïr de ses jeunes discours sur le mespris de la mort (Aubigné, 387).

30Il n’y a pas ici de frontière nette entre l’enfance et le début de l’activité adulte de d’Aubigné. Dans un récit soigneux de sa cohérence, l’adulte se doit de réaliser les prémisses de l’enfance. Le courage de l’enfant préfigure le soldat intrépide que sera d’Aubigné. Mettant volontairement fin à l’enfance, il s’enfuit de chez son curateur pour s’enrôler avec les troupes réformées, en chemise et pieds nus. Usant d’un ethos qui conjugue courage et intransigeance, d’Aubigné construit son personnage de façon à s’attirer les sympathies du lecteur. Cette enfance placée sous le signe de l’exceptionnel joue de son intensité dramatique pour poser que l’élection divine est liée à la menace de mort. Elle pose également les bases de la figuration du personnage adulte selon le modèle de l’élu sacrifié.

Le récit d’enfance et la tendance à l’introspection

31Moins spectaculaires, mais non moins édifiants, les récits d’enfance d’Henri de la Tour d’Auvergne, duc de Bouillon, et du président Jacques-Auguste de Thou permettent de signaler d’autres perspectives que celles de la rhétorique protestante à l’œuvre dans les récits d’enfance des mémoires du XVIe siècle. Ces deux récits seront rapidement évoqués pour montrer que la représentation de l’enfance suscite aussi une tendance à l’introspection.

L’enfance du duc de Bouillon

32Le duc de Bouillon accuse son enfance et y trouve les causes de ses déboires. Critique à l’égard de sa famille, il raconte qu’elle le recueille à l’âge de six ans et lui donne un gouverneur dont le choix ne devait pas être très heureux :

  • 6 Mémoires d’Henry de la Tour, duc de Bouillon (1555-1586), in Nouvelle collection des Mémoires relat (...)

Ledit Villemontée se trouva d’humeur colère et bizarre, qui fut cause qu’il demeura peu de temps près de moy6.

33Son précepteur, en revanche, semble mieux lui convenir. Le mémorialiste souligne ses bonnes dispositions, se peint en enfant attachant :

Mon précepteur commença à m’enseigner la langue latine et les premiers rudimens de la sphère et des cartes, à quoy je profitois beaucoup en l’un et en l’autre, et avec beaucoup de plaisir (Bouillon, 1).

34Mais le bonheur ne dure pas longtemps. Une de ses parentes, Mme la connétable, croyant bien faire et étant comme le souligne le mémorialiste particulièrement aveugle aux besoins de l’enfant, s’en mêle. Le mémorialiste n’a aucun mal à convaincre le lecteur de sa malchance :

Madame la connestable, une des supersticieuses de son temps, prit fantaisie que les sciences me feroient estre de la religion en laquelle Dieu m’a appellé en son temps, qui fut cause, à mon grand mal, de me faire oster mon précepteur, et par là le moyen d’apprendre les langues et la philosophie, qui m’a esté un grand deffaut pour les charges que j’ay eues, ainsi que le pourrés apprendre par la continuation de mon discours (Bouillon, 1).

35À dix ans, il arrive à la cour où les choses s’arrangent. Il aurait pu en tirer profit, le roi et son entourage lui faisant « fort bon visage » :

Mon esprit estoit assez relevé, j’observois non seulement ce qui convenoit à mon âge et aux occupations convenables, mais aux plus sérieuses affaires, ce que je pouvois facilement faire, n’y ayant aucune porte fermée, ny conseil où je n’entrasse, comme un enfant qui avoit bien de la bienveillance du Roy, de la Reine et de Messieurs (Bouillon, 2).

36Ce récit d’enfance donne lieu à une véritable analyse psychologique qui confère à ses Mémoires la dimension d’intériorité qu’on évoquait plus haut ; on y lit une réflexion sur les causes d’un comportement « inné » et sur les éventuelles pratiques correctives :

Mon esprit néanmoins ne manquoit en un défaut naturel qu’il a eu, c’est de ne l’avoir pu arrester qu’avec peine, pour se rendre du tout attentif à une seule chose où il auroit pu s’occuper ; le délaissement de l’étude avoit bien aidé, d’autant que les leçons m’eussent servi, ou de gré ou de crainte, à l’arrester pour les retenir, et cela m’eust habitué à le pouvoir arrester ; mais n’ayant nulles heures destinées à cela, me trouvant tout le long du jour parmy le monde, voyant et oyant toujours choses nouvelles, cela convenant à mon naturel, je dévorois la pluspart des choses sans les digérer (Bouillon, 4).

37Il ressort de cette analyse que les torts ne lui incombent pas entièrement, car s’il reconnaît son naturel dispersé, il invoque toutes sortes de circonstances atténuantes indépendantes de sa volonté qui font de lui une victime permanente des adultes chargés de gérer sa vie. L’analyse que le mémorialiste donne ici de son enfance procède d’une juxtaposition des faits qui relèvent du temps de l’enfance alors que leur interprétation appartient à l’âge adulte. Le récit mémorialiste par sa linéarité estompe la différence significative des temporalités pour mettre en valeur la capacité d’analyse du mémorialiste, signe de son pouvoir dans le texte comme seul détenteur du sens, puisqu’il agence à sa guise et les faits et les causes.

L’enfance du président de Thou ou les origines de l’indépendance

38Le regard critique et introspectif caractérise également le récit du président de Thou. Il y commente son enfance en signalant son extrême fragilité et le grand soin apporté à son alimentation pour le maintenir en vie :

  • 7 Mémoires de Jacques-Auguste de Thou (1536-1617), in Nouvelle collection des Mémoires relatifs à l’h (...)

On ne le nourrit pendant deux ans que de lait […]. Pour le sevrer on se servit d’une certaine pâte qui est en usage en Italie […] ce qui le rendit si délicat et si maigre, que jusqu’à l’âge de cinq ans on désespéra de sa vie7.

39La menace de la mort pèse longtemps sur de Thou et contribue ainsi à donner un prix exceptionnel à sa survie (et à son récit), avant même qu’il puisse se distinguer par ses actes. Un an après son entrée au collège, il est atteint d’une forte fièvre. Son récit prend des accents étonnamment œdipiens. Abandonné de ses médecins, il l’est aussi de sa mère qui craint que la mort de l’enfant éloigne d’elle le père :

Sa mère, qui appréhenda que, s’il mouroit dans une chambre qui etoit près de celle de son père, son mari ne voulut plus rentrer dans cet appartement, le fit transporter dans une chambre plus éloignée (de Thou, 270).

40L’enfant se retrouve livré à lui-même et cet abandon fait l’objet d’un investissement argumentatif positif de la part de l’adulte qui y décèle l’origine de son indépendance d’esprit :

La foiblesse de son tempérament ne lui permettoit pas de s’appliquer fortement ; d’ailleurs, le peu de contrainte où il avoit été élevé, ayant été comme abandonné à lui-même, l’accoutuma à une liberté qu’il conservera dans la suite dans toutes les actions de sa vie, et principalement dans ses études (de Thou, 273).

41L’accent mis sur l’indépendance n’est pas gratuit, il sert la stratégie argumentative du président de Thou cherchant à prouver dans ses Mémoires que ses actes ont toujours été le fruit de son esprit d’indépendance – incontestable, puisque repérable dès l’enfance et précisément dû à elle.

Conclusion

42Les récits de vie adressés aux enfants protestants transmettent les valeurs de la Réforme par les canaux traditionnels de l’instruction religieuse : les vertus de l’exemple conduisent à l’identification. Mais contrairement aux hagiographies, les protagonistes de ces récits ne sont plus des saints mythiques, lointains et légendaires, mais bien les propres parents des destinataires explicitement désignés, incarnant des modèles vivants et proches afin d’obtenir de leurs enfants une identification totale, bien sûr, mais surtout une adhésion entière à leurs croyances et à leurs combats.

  • 8 Voir Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion, vers 152 (...)

43À l’époque de la Saint-Barthélemy, faire acte de protestantisme n’allait pas de soi8. Au-delà de ce qui relève du genre de la parole parentale édifiante, car elle est supposée détenir un savoir et transmettre les valeurs de l’expérience, on lit, pour les récits écrits après 1572, l’espoir anxieux des parents de s’assurer que leur lutte ne fut pas vaine et que leurs enfants reprendront le flambeau. Cet espoir qui anime le texte rend compte de la violence de sa rhétorique. Si la liberté personnelle et l’engagement mûri et réfléchi caractérisaient le choix religieux de Philippe de Mornay et de son épouse, leur fils en revanche se voit adresser un discours presque tyrannique, passant du registre de la supplique à celui de la promesse, de l’ordre à la menace, exigeant de lui un engagement inconditionnel.

44En dépit de la spécificité de chaque vie et a fortiori de chaque enfance, ces images de l’enfance présentent des points de convergence significatifs. La présence d’un récit d’enfance conditionne une figuration différente de l’individu et signale une tendance plus intimiste qui se développe dans le genre des mémoires. L’enfance est évoquée pour faire signifier une existence et le récit d’enfance entretient des relations d’étroite cohérence avec le reste des mémoires, et participe à l’effort argumentatif centré sur la figuration du mémorialiste. Par allégeance aux modèles antiques, le récit d’enfance se place sous le signe de l’exceptionnel qui d’une part justifie la narration, et qui d’autre part témoigne d’un souci plus moderne de rechercher dans l’enfance les motifs psychologiques du comportement de l’adulte. Cette quête est relayée par les besoins de l’argumentation du mémorialiste qui cherche à établir la continuité et la stabilité des valeurs présentées comme inhérentes à l’individu.

45L’augmentation régulière de la présence d’un récit d’enfance dans les mémoires à partir de la seconde moitié du XVIe siècle marque l’intérêt croissant que prennent les mémorialistes à l’histoire de leur personnalité. Bien que l’enfance assume toujours un rôle argumentatif dans les mémoires, les mémorialistes sentent et expriment clairement la part psychologique de l’enfance dans la formation de l’adulte. Dans ces textes le regard sur l’enfance est en rapport avec une quête de soi, un regard intérieur dont les prémisses, si timides soient-elles à la Renaissance, signalent pourtant l’importance croissante attachée à la découverte de soi. Les menaces de mort scandant l’enfance confèrent à la vie une valeur de miracle. Et le mémorialiste, éternel rescapé, essaiera de déchiffrer dans son histoire personnelle le sens de son élection et de son salut, autrement dit de son destin exceptionnel. Les récits d’enfance protestants s’inscrivent dans ce schéma, avec comme variante significative le fait qu’ils soient essentiellement informés par le modèle de l’engagement parental chrétien. Les parents mémorialistes ne ménageront pas leurs efforts ainsi qu’en témoigne leur vibrante rhétorique pour appeler les enfants, destinataires de ces textes, à l’identification et à l’action.

Notes

1 Philippe de Commynes, Mémoires, in Historiens et chroniqueurs du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1952, p. 951.

2 Préface des Mémoires de Madame de Mornay, Mme de Witt, née Guizot (éd.), Paris, Société de l’histoire de France, 1868-1869 ; réimpr. New York, Johnson Reprint Corporation, 1968, p. 1 (cité désormais Mornay, suivi de la pagination).

3 J’évoque la problématique de l’argumentation protestante dans les Mémoires de Mme de Mornay dans une optique différente, dans mon article « Rhétorique parentale et religieuse : les voies de la transmission des valeurs de la Réforme aux enfants », in Les Voies de la Réforme, Ilana Zinguer (éd.), Paris, Champion, 2001.

4 Cf. la très complète introduction à Sa Vie à ses enfants de Gilbert Schrenck dans son édition de ce texte (Paris, Nizet (Société des textes français modernes), 1986). Cf. aussi Gilbert Schrenck, « Aspects de l’écriture autobiographique au XVIe siècle : Agrippa d’Aubigné et Sa Vie à ses enfants », Nouvelle Revue du seizième siècle, no 3, 1985, p. 33-51.

5 Agrippa d’Aubigné, Sa Vie à ses enfants, in Œuvres, Paris, Gallimard (Pléiade), 1969, p. 385 (cité désormais Aubigné, suivi de la pagination). Pour le commentaire de ce passage, cf. Gisèle Mathieu-Castellani, Le Corps de Jézabel, Paris, PUF, 1990, « Ægre partus ou la malédiction », p. 15-38.

6 Mémoires d’Henry de la Tour, duc de Bouillon (1555-1586), in Nouvelle collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France, Paris, Michaud et Poujoulat, t. XI, 1838, p. 1 (cité désormais Bouillon, suivi de la pagination).

7 Mémoires de Jacques-Auguste de Thou (1536-1617), in Nouvelle collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France, Paris, Michaud et Poujoulat, t. XI, 1838, p. 270 (cité désormais de Thou, suivi de la pagination).

8 Voir Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, 1990 ; La Nuit de la Saint-Barthélemy : un rêve perdu de la Renaissance, Paris, Fayard, 1994.

Auteur

Université de Tel-Aviv

Maître de conférences à l’Université de Tel-Aviv, enseigne la littérature et la culture françaises de la Renaissance, travaille sur l’écriture personnelle à la Renaissance, a notamment publié : Se dire à la Renaissance (Paris, Vrin, 1997) et a dirigé la publication des actes : Écriture de soi et Argumentation (Caen, Presses universitaires de Caen, 2000).

© Presses universitaires de Caen, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540