Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

G. B. Shaw : un dramaturge engagé

 | 
Paul Brennan
, 
Thierry Dubost

Points de vue sur quelques pièces

Instinct et intellect dans L’homme et le Surhomme

Brigitte Gauthier

Texte intégral

1Shaw n’était pas un homme de dogme. Il était à la fois athée et sujet à une forte impulsion religieuse, car il était persuadé qu’il existait un but dans le monde. Il désirait écrire un livre de dévotion pour ses contemporains. L’Homme et le Surhomme correspond à cette réflexion sur les points d’intersection entre l’humain et ce qui transcende notre condition. L’homme a la faculté de percevoir le meilleur et le pire, de l’imaginer et même de le fantasmer. La vie est ce passage entre deux extrêmes. A chaque instant se présente le choix entre l’instinct – la facilité de nos réflexes de survie – et l’intellect – cette distance réflexive qui nous fait sans cesse jongler entre l’humain, le surhumain et le sous-humain. Shaw aime à analyser cette oscillation dramatique entre la bête et l’homme. Sommes-nous de simples produits de la jungle ou bien des penseurs, voire des révolutionnaires ? Nous serait-il possible de prendre notre destin en main et donc d’y échapper ?

2Dans L’Homme et le Surhomme, Shaw joue avec les limites qui définissent l’homme. Sera-t-il capable de devenir un surhomme ? Ou bien se laissera-t-il entraîner à la dérive par son ego ou ses faiblesses ? Shaw dresse un tableau de la comédie humaine plus ironique que ne le fait Balzac. Il introduit une distance critique, là où Balzac conserve un regard clinique de documentaliste social. Shaw est, d’une certaine façon, un utopiste. Il n’a pas fait partie de sociétés cherchant à reconstruire le monde en un lieu qui prendrait mieux en compte les besoins des individus, mais il a un regard très particulier sur la société. C’est un utopiste de l’être humain, et non d’un groupe social. Il ne propose pas d’établir une vie dans un phalanstère idéal, mais de travailler à sa propre évolution et de se donner la possibilité individuelle de grandir, de tendre vers ce qu’il nomme le surhomme. La différence entre le surhomme nietzschéen et le surhomme shavien est le fait que ce nouvel individu, pour Shaw, serait censé travailler pour l’évolution de l’homme. Cette dimension humaniste n’existe pas dans le projet nietzschéen.

3Shaw décrit dialectiquement dans L’Homme et le Surhomme ce que devrait être le but de chacun, c’est-à-dire faire en sorte de contribuer à l’évolution de la société. Ce type de but est très éloigné de ce que l’on peut découvrir habituellement dans les comédies sociales. Shaw s’efforce de nous faire comprendre que nous devons chercher à faire croître notre esprit. Cette direction spirituelle est présente dramatiquement dans cette pièce. A l’acte II, nous sommes en plein air, la voiture de Tanner occupe la scène. Et, à l’acte III, il nous entraîne dans un lieu éloigné, dans les montagnes. Ce type de décor nietzschéen, qui rappelle le début de Ainsi parlait Zarathoustra, étire au maximum les limites de l’espace scénique. Le temps et l’espace sont momentanément abolis. A l’acte IV, l’espace est aussi perçu comme ouvert, il est infini au-delà des collines. Ces lieux correspondent aux différentes phases dramatiques que l’humanité doit parcourir avant d’atteindre l’ère du surhomme.

4Cependant, il faut rappeler que Shaw perdit progressivement tout espoir que l’univers s’améliorât. Dans Retour à Mathusalem, pièce que Shaw écrivit après L’Homme et le Surhomme, l’éventail temporel est immense : il va de 404 avant J.-C. à 31920 après J.-C. Cette durée d’environ trente cinq mille ans sert à dramatiser la thèse selon laquelle une vie plus longue serait nécessaire pour que la race humaine s’améliore.

5Shaw est avant tout un excellent « artisan ». Il connaît parfaitement son métier. Il a été journaliste. Il a écrit des critiques littéraires, musicales et dramatiques. Il savait non seulement écrire, mais aussi évaluer la portée du verbe dramatique. Il s’insurgea contre le théâtre de son époque qui lui paraissait n’être que fantaisie. Son but était d’accorder le théâtre avec les réalités sociales. Dans L’Homme et le Surhomme, il souligne très clairement le devoir de l’artiste face à l’humanité, qui consiste à faire envisager la possibilité d’une fusion entre l’instinct et l’intellect. Il a été influencé par les remarques d’Henri Bergson dans L’Évolution créatrice. D’après Henri Bergson, l’homme peut atteindre une compréhension métaphysique lorsque l’intellect parvient à saisir l’instinct, car c’est à ce moment que l’intuition peut fonctionner. Shaw s’intéressa à cette force que Bergson percevait dans l’univers, une force qui ne serait pas mue par l’intelligence mais bien par ce qu’il nomma « l’élan vital ». Schopenhauer évoque également un concept proche dans Le Monde comme volonté et idée (1819). Mais d’après lui, cette volonté serait capable de permettre l’avènement de modifications physiques et mentales dans l’être humain. Mais Schopenhauer pense que cette volonté est aveugle et sans but particulier. Shaw propose une vision fondée au contraire sur la responsabilité de l’homme qui devrait travailler à faire surgir un état supérieur. Sa vision est beaucoup plus optimiste, car il croit en une Force de vie qui serait à la fois sensible et dotée d’un but. L’homme habité par cette Force de vie et qui accepte de s’y soumettre serait alors responsable de trois façons. Il acquiert ainsi une responsabilité morale, il se doit d’abandonner les plaisirs égoïstes, et il se doit de contribuer à organiser la société de telle sorte que chacun soit capable de vivre une existence libre sous l’influence de la Force de vie.

6Le philosophe est censé donner une direction. Et, dans L’Homme et le Surhomme, d’après un procédé de mise en abyme des concepts, c’est le but que se donne Shaw en tant que dramaturge. Tel un prophète, il serait doué d’une vision globale plus poussée que le commun des mortels, car son travail consiste à réordonner le chaos. Hors des événements épars de la vie quotidienne, il reconstruit une structure dramatique logique, des liens de cause à effet et l’association d’une forte capacité d’observation, d’une intuition psychologique et d’un sens des conflits, qui lui permet de faire voir aux spectateurs le puzzle de la vie qu’ils ont, en fait, constamment sous les yeux sans prendre la peine de le recréer.

7D’après Shaw, le théâtre n’est pas censé amuser les gens mais les faire penser. En cela, c’est un précurseur de Brecht. Dans L’Homme et le Surhomme, Shaw se concentre sur sa mission : faire prendre conscience aux spectateurs que la société a tort et que, jusqu’à ce qu’elle change, tout le monde sera coupable. En ceci, il a hérité du jeu calculé qu’Ibsen entretient avec son public, qu’il a su caractériser dans La Quintessence de l’Ibsenisme :

  • 1 G. B. Shaw, The Quintessence of Ibsenism, 1891, in The Works of Bernard Shaw, Londres, Constable, (...)

Ibsen a substitué l’art terrible du tireur d’élite face aux spectateurs, pour les piéger, s’affronter verbalement avec eux, en visant toujours le point le plus douloureux de leur conscience. Ne jamais tromper son public était une vieille règle. Mais la nouvelle école piégera les spectateurs en faisant en sorte de façon perfide qu’ils se forgent un faux jugement, afin de les déclarer ensuite coupables à l’acte suivant, souvent au prix d’une atroce mortification... Dans le théâtre d’Ibsen, nous ne sommes pas des spectateurs oisifs désirant tuer le temps avec un divertissement ingénieux et amusant : nous sommes des « créatures coupables qui assistent à une pièce de théâtre » ; et la technique du passe-temps n’est pas plus applicable ici qu’à un procès pénal1.

8Cette prise de conscience du dramaturge d’après laquelle il va pouvoir toucher plus profondément ses spectateurs, en travaillant à provoquer en eux un sentiment de culpabilité pour pouvoir leur indiquer de nouvelles directions à suivre, semble issue de la réaction de Shaw au principe même du catholicisme. Shaw reproche au catholicisme de pardonner tout crime par l’intermédiaire de la confession et de faire croire à une amélioration du sort de l’homme dans l’au-delà au lieu d’affronter les problèmes ici-bas. Il s’attaque plus particulièrement à l’hypocrisie du principe de charité dans une pièce comme La Commandante Barbara. Il dénonce le fait que l’Armée du salut elle-même a besoin d’argent pour ses bonnes œuvres et rappelle que ses sources financières ne sont pas toujours très morales. Mais Shaw cherche surtout à nous faire prendre conscience que la charité demeure ponctuelle et trop superficielle et que la prière est une façon de se cacher les réalités du monde. Ce que Shaw propose est un salut par la prise de conscience d’une véritable responsabilité morale.

9Cette réflexion sur l’hypocrisie des méthodes religieuses face à la société a conduit Shaw à penser en termes politiques. Il participa activement à la Société fabienne, qui s’efforçait de s’infiltrer dans la société britannique et qui s’était dotée du mot d’ordre suivant : ÉDUQUER. AGITER. ORGANISER. Cette société fut créée en 1884 et se fondait sur un principe qui privilégiait l’évolution à la révolution, c’est-à-dire la possibilité d’atteindre le socialisme grâce à des réformes constitutionnelles. Cette vision d’une révolution pacifique était étroitement liée à la façon d’allier notre perception des instincts et de notre intellect.

10Brecht a d’ailleurs apprécié la spécificité de l’œuvre de Shaw en des termes qui soulignent la dimension polémique de ses pièces :

  • 2 B. Brecht, « Ovation pour Shaw », Écrits pour le théâtre, 1, Paris, L’Arche, 1972. (Berliner Börse (...)

Si les travaux dramatiques de Shaw ont pu éclipser ceux de sa génération, c’est parce qu’ils ont fait aussi intrépidement appel à l’entendement. Son univers naît de la confrontation d’opinions. Celles-ci constituent le destin de ses personnages. Pour construire une pièce, Shaw invente quelque intrigue qui donnera à ses personnages l’occasion d’exprimer à qui mieux mieux leurs opinions et de les opposer aux nôtres2.

11L’Homme et le Surhomme est donc une pièce polémique qui sert de terrain d’entraînement pour ce qui aurait pu rester uniquement théorique. Shaw s’intéressait à l’état de la société et désirait guider l’humanité. Dans un grand nombre de ses pièces il pose la question suivante : quel est le but de la vie ? Dans L’Homme et le Surhomme, il donne une réponse claire à cette question : l’homme aurait pour mission de favoriser les expériences de la Force de vie. Il n’y a en fait pas de surhomme dans cette pièce, il est donc encore à venir. Cette figure nietzschéo-messianique n’est que l’image ultime de cette effervescence vitale. Il serait le point extrême à atteindre.

12Shaw établit un mouvement de pendulum entre le principe féminin et le principe masculin : la force vitale instinctuelle d’une part, et intellectuelle de l’autre. Ann représente l’instinct féminin primordial, qui est ironiquement présenté comme l’une des forces de la femme victorienne : feindre d’être écervelée pour mieux chasser le mâle. L’instinct féminin est décrit comme un processus dynamique qui conduit de l’attaque à la capture de l’homme, ce qui est accompagné d’un sentiment de possession. L’Homme et le Surhomme traite du processus de capture alors que Candida développe le thème de la possession. Le désir de capture est hérité de la figure mythique de Diane chasseresse. L’opération est décrite en termes militaires par Don Juan qui est l’avatar de Tanner dans la séquence onirique, face à Ana, qui représente Ann :

  • 3 G. B. Shaw, Man and Superman, Harmondsworth, Penguin, 1985, p. 152 :
    Don Juan: [...] the lady’s imp (...)

Don Juan : [...] l’impulsion de la dame ne consista qu’à abattre mes fortifications et à gagner ma citadelle [...]3.

13Dans la préface de L’Homme et le Surhomme, Shaw explique pourquoi il a écrit une pièce sur le mythe de Don Juan. Traditionnellement Don Juan était considéré comme un individu instinctif mais, dans cette pièce, Shaw renverse le schéma mythique traditionnel en présentant les personnages féminins Ann et Violet comme des « chasseresses ».

14A leurs assauts l’homme ne peut répondre que par l’esclavage ou la fuite. Tanner, le personnage masculin principal dans L’Homme et le Surhomme montre que la stratégie féminine consiste à imposer de plus en plus d’obligations à l’homme en se plaçant à sa merci. L’instinct féminin fait que les femmes savent intuitivement tirer le meilleur parti de leur fragilité légendaire. Elles pratiquent habilement le chantage émotionnel. D’après Tanner, elles le font toutes. Parce qu’il connaît les astuces des femmes, il pense pouvoir éviter de devenir leur esclave. Or la pièce s’achève par la « capture » de Tanner, ce qui nous donne un bon exemple du pouvoir de cet instinct féminin. Il s’avoue vaincu lorsqu’il se rend compte qu’il est victime d’une force contre laquelle il ne peut pas résister. Les femmes se fondent dans cette ligne de vie et accomplissent leur destin de façon instinctuelle : elles « saisissent » leur compagnon. A cet instinct s’oppose celui de l’homme qui semble se cristalliser dans le rejet du mariage :

Tanner : J’ai l’horrible sentiment que je vais me laisser épouser parce que c’est la volonté du monde que tu aies un mari [...] Mais pourquoi moi ? Moi entre tous les hommes ! Le mariage est pour moi apostasie, la profanation d’un sanctuaire de l’âme, la violation de ma virilité, la vente des droits que j’ai acquis à ma naissance, un abandon honteux, une capitulation ignominieuse, et l’acceptation de la défaite.

Ann : Flatteur ! Pourquoi essayes-tu de me fasciner, Jack, si tu ne veux pas m’épouser ?

  • 4 Ibid., p. 203:
    Tanner: I have afrigthful feeling that I shall let myself be married because it is t (...)

Tanner : C’est la Force de vie. Elle m’a pris dans ses serres4.

  • 5 Ibid., p. 166: The blind fury of création.

15Tanner/Don Juan est un révolutionnaire dans la mesure où il rejette une société fondée sur le principe du mariage qu’il voit comme une limite imposée à la liberté de l’homme et un principe hypocrite qui ne serait en fait que la plus licencieuse des institutions. Il assimile l’instinct féminin à une force sous-humaine, un processus de procréation tout puissant et dévorant (« la furie aveugle de la création »)5. Il utilise deux paradigmes qui s’entrecroisent, celui des animaux prédateurs pour décrire les femmes et celui des proies pour les hommes, ce qui renforce la dimension inéluctable de l’instinct féminin :

  • 6 Ibid., p. 107:
    Tanner: Then I – I am the bee, the spider, the marked down victim, the des tined pre (...)

Tanner : Alors je – je suis l’abeille, l’araignée, la victime désignée, la proie promise6.

16Il ne s’agit pas du danger que représenterait une femme en particulier, mais toutes les femmes. Il décrit Ann comme un boa constricteur, une lionne et un ours brun...

  • 7 Ibid.,p. 77:
    Tanner: The boa constrictor doesnt mind the opinion of a stag one little bit when once (...)

Tanner : Le boa constricteur ne se soucie pas de l’opinion du cerf le moins du monde, lorsqu’il a enroulé ses anneaux autour de lui7.

17C’est comme si la face cachée d’Éros était Thanatos :

  • 8 Ibid.,p. 92:
    Tanner: If women could do without our work, and we ate their children’s bread instead (...)

Tanner : Si les femmes pouvaient se passer de notre travail, et si nous mangions le pain de leurs enfants au lieu de le faire, elles nous tueraient de même que l’araignée tue son compagnon ou que les abeilles tuent leur mâle8.

18Séductrice ou femme au foyer, toute femme porte en elle l’arrêt de mort de l’artiste :

  • 9 Ibid., p. 62:
    Tanner: Of ail human struggles there is none so treacherous and remorseless as the st (...)

Tanner : De toutes les luttes des humains, il n’y en a pas qui sont aussi perfides que la lutte entre l’homme-artiste et la femme-mère9.

19Shaw renverse les préjugés et en fait des lois logiques. A un moment qui précède l’émancipation réelle des femmes, il prône une différence majeure et renforce le pouvoir de la femme pour des raisons ancestrales. C’est sa faiblesse même qui fait sa force au cœur du principe de vie. Elle est à la fois l’ombre et la lumière. Son ambiguïté lui donne une force de décision plus subtile que celle de la simple force physique. Tanner devient le prototype du révolutionnaire. C’est lui qui prononce avec ironie toutes les répliques qui traitent de l’époque victorienne.

20Dans L’Homme et le Surhomme, les personnages féminins sont plus proches de la Force de vie et les personnages masculins plus proches de la contemplation. Don Juan se présente comme un philosophe. Don Juan considère que, pour qu’il y ait amélioration de la condition humaine, il doit s’effectuer une évolution par la connaissance de soi. Sa perception du paradis est celle d’un lieu où l’homme peut voir la vérité et il déclare que l’amour romantique n’est qu’une illusion. La femme idéale est l’appât qui attire l’homme dans le piège du mariage.

21L’Enfer est représenté comme un lieu où règne l’esthétique et la beauté mais aussi comme un lieu de tromperie. Don Juan dit avoir recherché le bonheur dans le monde esthétique et avoir été déçu. Il voit l’Enfer comme un lieu où you are aghast, an appearance, an illusion, a convention, deathless, ageless ; in a world, bodiless. Le mot hodiless est important puisqu’il suggère une séparation entre le corps et l’âme qui est effectivement une séparation entre l’instinct et l’intellect chez l’homme. D’après Don Juan, si l’homme stagne à ce degré de séparation entre l’instinct et l’intellect, il ne parviendra pas à l’autoconnaissance qui est le moyen de s’efforcer d’améliorer son état :

  • 10 Ibid., p. 165:
    Don Juan: That is the law of my Life’s incessant aspiration to higher organization, (...)

Don Juan : C’est la loi de l’incessante aspiration de ma vie vers une organisation plus haute, plus large et plus approfondie, vers une conscience de soi plus intense et vers une autocompréhension plus claire10.

22Le seul espoir de l’homme serait dans l’évolution jusqu’au surhomme. Dans L’Homme et le Surhomme deux couples fonctionnent en contrepoint : Jack Tanner et Ann, Violet et Hector Malone. La vision romantique du mariage pour Hector contraste fortement avec la vision de Tanner. D’après Tanner, Hector a été piégé par Violet qui est présentée comme une force dominante. Violet se charge des négociations avec son beau-père. Elle se comporte comme une femme d’affaires et elle parvient à réconcilier le père et le fils. Violet est une « nouvelle femme ». Elle choque les autres personnages par la révélation de son mariage secret. Elle n’est pas féminine, elle est indépendante. Les personnages féminins sont plus fortement inscrits dans la ligne de la vie. Shaw fait d’ailleurs référence à la Force de vie au féminin : she.

23Le personnage de « l’homme artiste » est incarné par Octavius, et Ann fait remarquer que ce type d’homme ne se marie jamais. Le « tempérament poétique » est « stérile », ce qui suscite un conflit entre « l’homme artiste » et la « femme mère ». Au début de la pièce, le public est entraîné à croire qu’Octavius va épouser Ann, mais c’est le conflit entre la Force de vie et le tempérament artistique qui rend cette union impossible. Instinctivement, Ann ne s’intéresse pas à Octavius.

24S’il doit y avoir évolution, celle-ci ne peut avoir lieu que grâce à la prise en compte de l’instinct et de l’intellect. C’est pourquoi Shaw rejette le modèle darwinien de l’évolution, parce que celui-ci ne prend pas en compte l’esprit. Ce à quoi Ana fait référence dans la séquence onirique en tant « qu’animalité révoltante » n’est rien d’autre qu’un aperçu du monde dépourvu de l’esprit. Shaw oppose aux idées de Darwin une perception nécessaire des forces instinctives et intellectuelles. Pour Shaw, la théorie darwiniste de la sélection naturelle n’offrait pas beaucoup d’espoir à l’homme. Shaw préfère adopter une croyance presque mystique dans le contrôle que l’homme pourrait avoir sur l’évolution des espèces. En utilisant son intellect, l’homme peut s’efforcer de faire progresser l’humanité. Dans la scène de Don Juan en enfer, il affirme que, tant que son personnage conçoit qu’il existe un état supérieur au sien, il ne peut pas se sentir bien à moins de s’efforcer d’atteindre cet état. Don Juan déclare que l’évolution de l’espèce humaine sera nécessaire pour vaincre le chaos. Il est fasciné par ce « but » de la Force de vie. La vision la plus claire de ce que pourrait être le surhomme est exprimée dans la tirade suivante :

  • 11 Ibid., p. 165:
    Don Juan: It was this supremacy of purpose that reduced love for me to a mere pleasu (...)

Don Juan : C’était cette suprématie du but qui réduisait l’amour pour moi à un simple plaisir du moment, l’art à l’éducation de mes facultés, et la religion à une simple excuse pour être paresseux, puisqu’elle avait établi un Dieu qui regardait le monde et le voyait bon, à rencontre de mon instinct qui regardait le monde par mes propres yeux et sentait qu’il pourrait être amélioré11.

25L’instinct et l’intellect sont tous deux nécessaires à la survie de l’homme. Dans L’Homme et le Surhomme, le héros est poussé à réfléchir sur l’évolution qui devrait conduire au surhomme. L’homme et l’humanité devraient pouvoir évoluer. L’individu pourra contrôler son destin en apprenant à se connaître, il pourra alors améliorer la société.

26D’après Shaw, la révolution est subordonnée à l’évolution. Le principe révolutionnaire est comparé à un mythe. Le futur est donc à déchiffrer dans des « pierres de Rosette ». Les idées projetées vers l’avenir seront forgées d’après les formules archétypiques primordiales. Cette conscience de la superposition du futur et du passé est l’une des conséquences de la perception de la nécessité de maintenir la Force de vie grâce à une fusion de l’instinct et de l’intellect ; il s’agit de parvenir à une intellectualisation des réflexes animaux pour nous permettre de mieux orienter ces flux de pouvoir. On se souvient de la treizième qui est aussi la première, des poètes qui sont aussi philosophes... Chez Shaw, on retrouve ce jeu dramatique subtil de l’inversion du même. Les éléments se renversent pour redevenir identiques. D’après certaines civilisations, comme celle des Indiens d’Amérique, les cartes chamaniques peuvent vouloir dire une chose ou son contraire. Cette réversibilité du destin est liée à l’interaction de l’instinct et de l’intellect. Shaw développe ce thème et nous fait percevoir que l’inversion du même ouvre la porte à une réflexion sur la mise entre parenthèse de l’ego, seule passerelle vers une dimension supérieure. Dans la séquence onirique, les relations sexuelles sont présentées comme n’étant en aucun cas personnelles. Elles seraient le résultat d’une énergie universelle créative, le but ultime étant de perpétuer la race.

27L’aspect positif de cette fusion souhaitée entre l’instinct et l’intellect réside dans le principe de la superposition des contraires. Ceci crée une dialectique permanente qui est susceptible d’être à l’origine d’un progrès. Le philosophe serait le « pilote de la nature ». Et tous les axes de réflexion de Shaw dans L’Homme et le Surhomme convergent vers le désir d’aboutir à un véritable projet social, grâce auquel on finirait par créer une cité de surhommes capables d’établir une véritable démocratie.

Notes

1 G. B. Shaw, The Quintessence of Ibsenism, 1891, in The Works of Bernard Shaw, Londres, Constable, vol. 19, 1930, p. 156 : Ibsen substituted a terrible art of sharp-shooting at the audience, trapping them, fencing with them, aiming always at the sorest spot in their consciences. Never mislead an audience was an old rule. But the new school will trick the spectator into forming a meanly false judgement, and then convict him of it in the next act, often to his grievous mortification... In the theatre of Ibsen we are not flattered spectators killing an idle hour with an ingenious and amusing entertainment : we are “guilty créatures sitting at a play ” ; and the techniques of pastime is no more applicable than at a murder trial. C’est nous qui traduisons.

2 B. Brecht, « Ovation pour Shaw », Écrits pour le théâtre, 1, Paris, L’Arche, 1972. (Berliner Börsen Courier, July 1926, rpt. Schriften zum Theater, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp Verlag, 1967, rpt. in English translation, in « Ovation for Shaw », Modem Drama, 2 ( 1959), p. 184-187 : I must point out that the reason why Shaw’s own dramatic works dwarf those of his contemporaries is that they so unhesitatingly appealed to the reason. His world is one that arises from opinions. The opinions of his characters constitute their fates. Shaw creates a play by inventing a series of complications which give his characters a chance to develop their opinions as fully as possible and to oppose them to our own.

3 G. B. Shaw, Man and Superman, Harmondsworth, Penguin, 1985, p. 152 :
Don Juan: [...] the lady’s impulse had been solely to throw down my fortifications and gain my citadel [...]

4 Ibid., p. 203:
Tanner: I have afrigthful feeling that I shall let myself be married because it is the world’s will that you should have a husband [...] But why me? Me of ail men! Marriage is to me apostasy, profanation of the sanctuary of my soul, violation of my manhood, sale of my birthright, shameful surrender, ignominous capitulation, acceptance of defeat [...]
Ann: Flatterer! Why are you trying to fascinate me, Jack, if you don’t want to marry me?
Tanner: The Life Force. I am in the grip of the Life Force.

5 Ibid., p. 166: The blind fury of création.

6 Ibid., p. 107:
Tanner: Then I – I am the bee, the spider, the marked down victim, the des tined prey.

7 Ibid.,p. 77:
Tanner: The boa constrictor doesnt mind the opinion of a stag one little bit when once she has got her coils round it.

8 Ibid.,p. 92:
Tanner: If women could do without our work, and we ate their children’s bread instead of making it, they would kill us as the spider kills her mate or as bees kill the drone.

9 Ibid., p. 62:
Tanner: Of ail human struggles there is none so treacherous and remorseless as the struggle between the artist-man and the mother-woman.

10 Ibid., p. 165:
Don Juan: That is the law of my Life’s incessant aspiration to higher organization, wider, deeper, intenser self-consciousness, and clearer self-under standing.

11 Ibid., p. 165:
Don Juan: It was this supremacy of purpose that reduced love for me to a mere pleasure of a moment, art for me to the schooling of my faculties, religion for me to a mere excuse for laziness, since it had set up a God who looked at the world and saw it was good, against an instinct in me that looked through my eyes at the world and saw that it could be improved.

Auteur

Brigitte Gauthier est maître de conférences à l’université de Paris X – Nanterre. Ancienne élève de l’École normale supérieure (Fontenay), elle est l’auteur d’une thèse sur la Dramatisation de la psychiatrie en Angleterre et aux États-Unis de 1960 à 1990 (Sorbonne). Elle a publié L’Histoire du cinéma américain (Paris, Hachette supérieur, « Les Fondamentaux », 1995) ; Harold Pinter : The Caretaker of the Fragments of Modernity (Paris, Ellipses, 1996).

© Presses universitaires de Caen, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable