Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Récit d'enfance et ses modèles

 | 
Anne Chevalier
, 
Carole Dornier

Singularités de l'enfance

Enfance épique, enfance romanesque : deux modèles de jeune protagoniste dans la poésie narrative du XIIe siècle

Phyllis Gaffney

Texte intégral

  • 1 Philippe Ariès, L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960. Pour une crit (...)
  • 2 En se bornant à quelques exemples en langue française, citons les Annales de démographie historique (...)

1C’est Philippe Ariès qui, au début des années soixante, avait lancé le débat sur l’histoire des mentalités envers l’enfance et la vie familiale sous l’Ancien Régime, notamment en constatant qu’au Moyen Âge le sentiment de l’enfance n’existait pas1. Or, Ariès eut le mérite d’inciter les chercheurs à réagir à sa thèse, et les médiévistes de sonder les sources – historiques, iconographiques, littéraires – afin de révéler que, au contraire, le sentiment de l’enfance n’est pas tout à fait absent de la civilisation médiévale. Loin de là : la moisson s’avère plutôt riche. Bref, depuis la parution d’un ensemble de travaux, sans parler d’une belle exposition sur « L’Enfance au Moyen Âge » à la Bibliothèque nationale en 1994-1995, il n’est plus besoin de prouver que l’enfance a bel et bien sa place dans les mentalités occidentales de cette époque2.

  • 3 Cf. Phyllis Gaffney, « The Ages of Man in Old French verse epic and romance », The Modern Language (...)
  • 4 Béatrix Vadin, « L’absence de représentation de l’enfant et/ou du sentiment de l’enfance dans la li (...)

2Admettons tout de suite que cette place n’est pas une place privilégiée. Pour la société adultocentriste du Moyen Âge, où l’enfant est aussi marginal que le fou, l’enfance est perçue comme un état d’incapacité et d’inachèvement, bref, comme un aetas infirma, « âge infirme » dont il vaut mieux sortir le plus vite possible. L’enfance, tout comme la vieillesse, est dévalorisée par rapport à l’âge idéal, la juventus ou la juvente3. Lorsque la littérature médiévale met en scène de jeunes protagonistes, ce sont surtout des enfants adolescents qui sont en jeu. On n’accorde aux tout-petits qu’un rôle secondaire4. Et cela d’autant plus pour des raisons d’intérêt dramatique que pour des raisons sémantiques : le terme enfes, en ancien français, recouvre une tranche d’âge plus longue que le terme moderne.

3Notre propos est pourtant de constater quelques nuances dans ces attitudes médiévales, en tentant de cerner des jalons de développement. Nous aimerions prendre, comme point de départ à contre-courant de la thèse d’Ariès, une remarque du médiéviste Georges Duby. Dans un essai sur l’histoire des mentalités, Duby considère justement, comme un courant majeur dans l’évolution des mentalités européennes,

  • 5 Georges Duby, « Histoire des mentalités », in L’Histoire et ses méthodes, Charles Samaran (dir.), P (...)

la lente conversion de la sensibilité chrétienne qui, au cours des XIIe et XIIIe siècles […] s’opère en direction des valeurs enfantines5.

4Il me paraît que ce propos mérite notre attention car, à mon sens, il reflète certaines tendances dans la poésie narrative française du XIIe siècle. Pour ce qui concerne la présentation des jeunes héros, on peut constater une tendance biographique et aussi une tendance à dépeindre de façon plus naturelle les personnages enfants. À titre d’illustration, j’aimerais d’abord m’attarder sur deux exemples de jeunes personnages littéraires : l’un provient d’une épopée du Cycle de Guillaume d’Orange – il s’agit du petit Gui, le plus jeune des neveux du comte Guillaume dans la Chanson de Guillaume –, l’autre d’un roman courtois, le héros du Roman de Perceval ou le Conte du Graal, dernier roman, inachevé, de Chrétien de Troyes. L’analyse des ressemblances et des différences entre ces deux protagonistes aboutira sur quelques conclusions plus larges.

  • 6 Chrétien de Troyes, Le Roman de Perceval ou le Conte du Graal, William Roach (éd.), Genève, Droz et (...)

5Quoique les épisodes du Conte du Graal présentant Perceval enfant soient bien plus développés que les quelques laisses de la Chanson de Guillaume consacrées au petit Gui6, certaines ressemblances sur le plan de l’intrigue semblent justifier une étude comparative. L’un et l’autre sont des néophytes, désireux de participer au monde adulte : Gui veut combattre à la deuxième bataille de Larchamp ; Perceval veut être adoubé chevalier. L’un et l’autre doivent affronter une parente plus âgée, avant de quitter le foyer pour réaliser ce but : pour Gui, c’est une tante, pour Perceval, c’est sa mère. L’un et l’autre s’avèrent héroïques, exemplaires par rapport à leurs aînés. Mais les convergences s’arrêtent là, car les deux protagonistes ne sont ni héroïques ni enfantins de la même façon ; en effet, nous avons affaire à deux traditions narratives distinctes, qui puisent dans les modèles antérieurs de manière différente.

6L’entrée en scène des jeunes personnages ne pourrait contraster davantage. D’une part, le petit Gui – qui se lève d’un bond auprès des cendres du foyer, en proposant d’aider son oncle, le comte Guillaume, à se venger de la perte de son frère aîné, Vivien (qui vient de mourir à la bataille) – est plein de certitude et de confiance en soi. Gui sait bien d’où il sort, où il en est et vers où il se dirige. Il en va de même pour le poète qui présente le noble lignage du jeune imberbe (CG, v. 1436-1443) :

Del feu se dresce un suen nevou, dan Gui ;
Cil fud fiz Boeve Cornebut le marchis,
Neez de la fille al prouz cunte Aemeris,
Nevou Willame al curb niés le marchis,
E fud frere Viviën le hardiz.
N’out uncore quinze anz, asez esteit petiz,
N’out point de barbe ne sur li peil vif,
Fors icel de sun chef dunt il nasqui.

(Alors un de ses neveux, sire Gui, se lève auprès du feu : c’était le fils de Beuve Cornebut, le marquis, et il avait pour mère la fille du vaillant comte Aimeri ; il était neveu de Guillaume au nez courbe, le marquis, et frère du hardi Vivien. Il n’avait pas encore quinze ans et sa taille était petite ; il ne portait pas de barbe ni de poil dru plus qu’à sa naissance, si ce n’est sur sa tête).

  • 7 Le texte suggère toute une problématique liée aux deux systèmes de valeurs représentés par les pare (...)

7D’autre part, chez le héros du Conte du Graal, les liens de parenté sont beaucoup moins clairs et se révèlent lentement, tant au héros qu’au public. Le nom du « fix a la veve fame » (Gr, v. 74) reste occulté jusqu’au vers 3575, où il le devine correctement sans le savoir ; et ses parents gardent l’anonymat le long du poème. Qui plus est, tout un jeu de vérités symboliques et morales entoure le rapport père / mère – vérités qui se découvriront à peine7. Le contraste entre les deux récits d’enfance se reflète dans le lieu où le jeune héros se trouve : pour Gui, c’est la clarté du feu du foyer, c’est la certitude du conflit ; pour Perceval, tout baigne dans le clair-obscur de la forêt printanière, dans l’incertitude de la quête (Gr, v. 69-80 sq.). À partir du moment où il quitte le foyer maternel, Perceval subit des aventures dont le sens reste mystérieux.

  • 8 Les intentions que souligne l’impatience puérile de Gui sont très sérieuses. Son refus de rester en (...)

8Les deux enfants veulent s’intégrer au monde des hommes. Le petit Gui veut aller à la bataille, parce qu’il a l’intention sérieuse de prouver sa vaillance en servant son oncle et de venger la mort du frère8. Sa compréhension de ce qu’il fait contraste avec l’attitude de Perceval qui, lui, veut devenir chevalier, parce qu’il est ébloui par l’éclat de l’armure des chevaliers rencontrés par hasard sur les terres de sa mère, ignorant complètement le sens du mot « chevalier », n’ayant même pas entendu parler du roi Arthur (CG, v. 1444-1473 ; Gr, v. 175-178, 281-290, 328-336). Et, là où Gui réussit à persuader sa tante, Guibourc, non seulement de le laisser rejoindre l’armée, mais aussi de lui fournir cheval et armement, Perceval est tellement obsédé par son ambition qu’il n’écoute point les avertissements et les conseils de sa mère qui s’évanouit à son départ (CG, v. 1509-1551 ; Gr, v. 364-625).

  • 9 Gui est un enfant surtout sur le plan physique : la Chanson de Guillaume met en valeur la petite ta (...)
  • 10 Les vers 1795-1796 de la Chanson de Guillaume (« Mangat del pain, mes ço fu petit, / Un grant seste (...)

9Bien qu’ils soient tous deux des enfants, ils ne présentent pas les mêmes incapacités9 : l’incapacité à jeûner, par exemple, épreuve qui les afflige tous deux le lendemain de leur départ du foyer féminin, a une fonction différente dans la chanson de geste et dans le roman. En plein champ de bataille, Gui regrette en pleurant la bonne cuisine de sa tante. Convaincu qu’il va mourir de faim, il ne peut plus tenir ses armes ni maîtriser son cheval (CG, v. 1730-1768). Puis, ayant pu se nourrir et boire à son gré au camp ennemi, restauré, il revient pour sauver la vie de son oncle et pour renvoyer des milliers de Sarrasins de manière miraculeuse (CG, v. 1781-1862). Le boire et le manger ont une fonction purement physique de ravitaillement, voire celle de revigorer la force surhumaine de l’adolescent épique10. Chez Chrétien, par contre, la nourriture a une fonction plus complexe. Elle sert d’abord à illustrer le manque de savoir-faire et l’insouciance du héros ; ce dernier « attaque » un repas étalé dans une tente, mangeant et buvant tout son content, malgré les protestations et les larmes de la demoiselle inconnue qui s’y trouve, demoiselle qu’il a d’ailleurs embrassée et à laquelle il a pris une bague contre son gré (Gr, v. 635-772). Plus loin, la restauration se lie intimement au mystère du Graal, quand l’oncle ermite explique au héros l’identité de celui qui se sert du vaisseau sacré et lui permet de partager son repas frugal (Gr, v. 6338-6513). Dans l’épopée, fonction physique et matérielle de l’alimentation ; dans le roman de Chrétien, fonction morale et symbolique.

  • 11 Il va même jusqu’à mentir pour arriver à ses fins. Sa tante Guibourc lui permet de partir, contre l (...)

10C’est surtout au niveau de l’usage de la parole que les deux s’opposent. Sachant écouter, Gui sait intervenir au bon moment et raisonner avec ses aînés, afin de réaliser ses désirs. Il convainc les personnes adultes grâce à son habile rhétorique. Il répond à toutes leurs objections au sujet de son âge, en rendant atouts ses faiblesses et en faisant appel à la protection divine (CG, v. 1464-1471, 1651-1657)11. Guillaume est tellement ému par l’éloquence de son petit neveu qu’il le loue, à trois reprises, en ces termes :

  • 12 Cf. CG, v. 1478-1479, 1636-1637 et 1976-1977.

A la fei, niés, sagement as parlé ;
Cors as d’enfant e si as raisun de ber12.

(Par ma foi, mon neveu, tu as parlé en sage ; tu as le corps d’un jeune homme, mais tes propos sont ceux d’un preux).

  • 13 Cf. Gr, v. 489-490 : « Li vallés entent molt petit / A che que sa mere li dist » (« Le valet écoute (...)
  • 14 Cf. Gr, v. 734-735 : « Li vallés a son cuer ne met / Rien nule de che que il ot » (« Ses menaces ne (...)

11Perceval, par contre, est un mauvais interlocuteur. L’inattention est l’expression de son ingénuité : il ne sait écouter personne. Il pose beaucoup trop de questions aux chevaliers dans la forêt, et n’écoute pas en retour leurs questions (Gr, v. 1-363). Il est également sourd aux avertissements maternels contre la chevalerie (Gr, v. 364-495)13 ; aux larmes de la jeune fille dans la tente (Gr, v. 635-781)14 ; aux paroles des personnages rencontrés en chemin vers la cour d’Arthur, tels le charbonnier (Gr, v. 834-860) et le chevalier Vermeil (Gr, v. 861-899) ; voire aux discours du roi lui-même (Gr, v. 968-969) :

Li vallés ne prise une chive
Quanques li rois li dist et conte.

(Le roi peut parler tant qu’il voudra, le valet n’en a cure).

  • 15 Tout cela, on le lui dira plus tard (Gr, v. 3583-3592 et 4646-4683). Perceval se tait devant le Gra (...)

12Il sera également insensible au silence d’autrui. Ainsi, il ne fait aucunement attention au refus d’engager la conversation de la jeune fille dans la tente ou bien au refus de manger avec lui (Gr, v. 756-765). Et le silence réfléchi d’Arthur convainc Perceval qu’un tel homme ne saurait être roi (Gr, v. 924-930). Chose beaucoup plus grave encore, son silence à lui s’avérera catastrophique pour le royaume du roi Pêcheur : au lieu de poser des questions, Perceval se tait devant le cortège du Graal. Si le jeune héros en avait posé – allant ainsi à contre-courant des bienséances chevaleresques inculquées par Gornemant, mais respectant les principes de l’éducation maternelle –, sa curiosité naturelle de jeune valet aurait pu guérir le roi Pêcheur et sauver le royaume du désastre15.

  • 16 Le type est décrit par Ernst Robert Curtius, Europäische Literatur und Lateinisches Mittelalter, Be (...)

13En somme, Gui est un de ces enfants prodiges dont la précocité en connaissances et en force guerrière est chère à la littérature épique. Malgré son âge tendre, il se révèle être un héros indispensable : « Si n’i alast Gui ne revenist Willame » (« Si Gui n’était pas allé là-bas, Guillaume n’en serait pas revenu » ; CG, v. 1679). Et tout comme d’autres Wunderkinder des chansons de geste, son héroïsme se fait voir sans instruction ni apprentissage : « Mielz portad armes que uns hom de trente anz » (« Il porte les armes mieux qu’un homme de trente ans » ; CG, v. 1556). Il sait déjà tout, n’a pas besoin de formation, car c’est un personnage exceptionnellement mûr. Dans ce personnage enfant qui raisonne comme un baron adulte, on a pu remarquer le type du puer senex (ou puer senilis), cet ancien idéal héroïque où se combinent la sagesse de l’âge adulte et la vigueur de la jeunesse16.

  • 17 D’autres allusions à l’ignorance et à la naïveté du jeune héros se trouvent parsemées au début du t (...)

14Avec le héros du Graal, il en va tout autrement. La naïveté puérile de Perceval est évidente dès sa première rencontre comique avec les chevaliers armés. N’ayant jamais vu de telles créatures, il les prend d’abord pour des diables, ensuite pour des anges. Il est totalement ignorant des mœurs religieuses : il doit demander à sa mère ce qu’est une église, et lorsqu’il voit la tente de la pucelle, il est sûr qu’il s’agit là de la maison de Dieu (Gr, v. 573, 577, 653-657). Il est tout aussi naïf dans ses rapports avec la gent féminine : ayant mal compris le conseil maternel, il embrasse la jeune fille dans la tente et, inattentif à ses larmes, lui vole sa bague et se sert du repas préparé pour son ami (Gr, v. 541-556, 667-781). Son ignorance de la chevalerie se montre dans le comportement rustaud qu’il adopte en arrivant à la cour d’Arthur (Gr, v. 900-999) : ayant tué le chevalier Vermeil avec son javelot, il refuse de se débarrasser de ses vêtements grossiers et se montre incapable d’enlever l’armure de l’ennemi vaincu (Gr, v. 1112-1191). Rien qu’à l’écouter parler, le chevalier Gornemant le reconnaît comme quelqu’un de « niche et sot » (Gr, v. 1365-1366) – et ce n’est pas le seul à remarquer l’ingénuité du héros17 ! Perceval ignore même qui il est : il devine son nom correctement en répondant à sa cousine, « il dist voir et si nel sot » (« mais il disait vrai, bien qu’il n’en sût rien » ; Gr, v. 3577).

Cler et rïant furent li œil
En la teste au vallet salvage.
Nus qui le voit nel tient a sage (Gr, v. 974-976).

(Ses yeux clairs riaient dans sa face de jeune sauvage. On ne peut le voir sans le tenir pour un peu fou).

15Il est évident que ce « vallés galois », simple et ignare, n’a rien à voir avec le neveu sage de Guillaume d’Orange, qui raisonne comme un baron avant de porter la barbe.

16Pourtant, Perceval ne reste pas dans l’ignorance. Le poème dépeint un jeune rustre en voie de développement, qui s’achemine vers l’état de « celui qui de chevalerie / avra toute la seignorie » (« Celui qui aura le prix de toute chevalerie » ; Gr, v. 1061-1062), comme le prédit le fou de la cour. Le roi Arthur aussi reconnaît la valeur potentielle du nouveau venu, dès son arrivée à la cour (Gr, v. 1012-1016) :

Por ce, se li vallés est niches,
S’est il, puet c’estre, gentix hom,
Que il li vient d’aprision,
Qu’il a esté a malvais mestre ;
Encore puet preus vassax estre.

(Le valet est un peu simple, mais il n’en est peut-être pas moins de noble sang. Et si ses manières lui viennent d’un mauvais maître qui l’a élevé ainsi, il peut encore s’assagir et devenir un preux).

  • 18 Sa mère lui offre des conseils lors de son départ (Gr, v. 407-625). Sa deuxième éducation est fourn (...)
  • 19 Eugène Vinaver, The Rise of Romance, Oxford, Oxford University Press, 1971, p. 43.

17La « malvais mestre » est la mère du héros, qui l’a élevé au fond de la forêt, le protégeant ainsi du monde extérieur. L’éducation du jeune héros est mise en valeur tout au long du poème : elle aide à structurer le récit romanesque. Perceval subit trois phases de formation – chez sa mère, chez le chevalier Gornemant, et enfin chez l’ermite18. On ne pourra jamais dire du personnage de Gui (puer senex), ce que l’on a pu dire à propos de Perceval, à savoir que son histoire raconte le lent progrès d’un jeune chevalier qui s’achemine vers la maturité19.

  • 20 Reto Bezzola, « Les neveux », in Mélanges de langue et de littérature du Moyen Âge et de la Renaiss (...)
  • 21 Parmi d’autres neveux de la Chanson de Guillaume – véritable hymne à l’héroïsme juvénile – se trouv (...)

18J’espère que ce bref survol suffit à illustrer que, de la chanson de geste au roman, le récit d’enfance du protagoniste héroïque s’exprime différemment. Les deux modèles, le puer senex et l’ingénu, semblent relever de deux genres différents. La littérature épique, qui célèbre les exploits guerriers et les idéaux collectifs, valorise la vitalité et l’énergie de la jeunesse. Les armées épiques, on l’a bien remarqué, comprennent souvent deux générations20. Neveux et fils se précipitent à l’aide de leurs aînés affaiblis, pour assurer la victoire dans la lutte continue contre l’ennemi sarrasin. S’il en est le plus jeune, le petit Gui n’est pas le seul des neveux du vieux comte Guillaume à lui porter secours. Il fait partie de tout un ensemble de guerriers qui remplit cette fonction régénératrice, mythique même, de la jeunesse21.

  • 22 Cf. Jeanne Lods, « Le thème de l’enfance dans l’épopée française », et Micheline de Combarieu, « En (...)
  • 23 Le vieux comte Guillaume, qui continue à guerroyer malgré ses trois cent cinquante ans, incarne lui (...)

19Au cas où l’on objecterait qu’il s’agit d’un exemple isolé d’enfant guerrier épique, soulignons que le jeune Gui a bien des semblables littéraires. L’enfant épique, c’est le jeune héros précoce qui se lance dans le champ de bataille, sans avoir été adoubé chevalier (ou bien tout juste adoubé). Chez lui résident tous les traits distinctifs de l’adolescence : impétuosité, impatience, exigence de l’absolu, croyance démesurée en sa propre puissance, énergie extraordinaire22. Et certains d’entre eux (qu’on pense, par exemple, à Rainouart, dans la dernière partie de la Chanson de Guillaume, à Roland des Enfances Roland, à Vivien du Covenant Vivien, etc.) réussissent au projet militaire de manière extraordinaire. Enfants prodiges, ils incarnent l’idéal cher à la vieille poésie épique et hagiographique, où les personnages héroïques transcendent les limites naturelles de leur âge, en se comportant contra naturam, c’est-à-dire d’une manière qui conviendrait plus à un autre âge23.

  • 24 Cf. Madeleine Pelner Cosman, The Education of the Hero in Arthurian Romance, Chapel Hill, Universit (...)

20Cette transcendance est fort loin de l’enfant dans le roman courtois, où se reflète un idéal plus naturel. Le nouveau genre narratif, qui se fait sentir dès le milieu du XIIe siècle avec les versions en langue romane des grands contes de l’Antiquité, mettra l’accent sur l’individuel au lieu du collectif et privilégiera la quête personnelle. Comme Perceval, d’autres jeunes protagonistes de romans se trouvent souvent ignorants de leurs origines. Et le poème dépeint leur recherche de quelque chose d’inconnu : que ce soit l’identité personnelle, comme c’est le cas pour Milun dans le lai de Marie de France ; la vérité, que cherche le jeune Œdipe du Roman de Thèbes ; ou bien la valeur individuelle, pour le jeune Cligés du roman de Cligés de Chrétien. L’enfant, être ignorant par excellence, avance vers le savoir, et au cours de cet itinéraire, il subit une formation plus ou moins systématique. En effet, le thème de l’éducation du jeune héros est apporté au récit d’enfance par le roman24.

  • 25 L’enfant, en tant qu’héritier ou en tant que serviteur des personnages adultes, est plus ou moins p (...)
  • 26 Cf. Philippe Ménard, « Le thème comique du nice dans la chanson de geste et le roman arthurien ».
  • 27 Notons d’ailleurs une tendance vers l’amplification dans les deux sens biographiques, de la naissan (...)

21Il s’en suit que le genre romanesque paraît avoir une perspective plus dynamique sur le personnage enfant, conçu comme un être en formation ou un apprenti au monde. Certes, il y a des exceptions. Bien évidemment, tous les enfants littéraires de cette poésie ne sont pas héroïques25. Certains enfants d’épopée, tels le jeune Rainouart (Chanson de Guillaume, Aliscans) ou Aïol (Aïol), sont des ingénus ignorants à la manière de Perceval – comme l’a bien démontré Philippe Ménard26. À la lumière des contre-exemples, nos oppositions peuvent paraître simplistes. Mais c’est un risque que nous osons prendre, car ce sont des tendances générales dans la présentation du protagoniste enfant héroïque, qu’il s’agit d’éclaircir : tendances générales, épiques et romanesques, qui par ailleurs semblent s’accorder avec la tendance à développer le récit biographique d’un héros. Ainsi, vers la fin du XIIe et au cours du XIIIe siècle, seront rédigés des poèmes narratifs consacrés à l’enfance des héros à la renommée déjà acquise – ou plutôt, aux « enfances » au pluriel, dans le sens des exploits héroïques juvéniles : les Enfances Roland, les Enfances Guillaume, les Enfances Charlemagne, les Enfances Rainouart, les Enfances Gauvain, etc.27.

  • 28 Cf. Le Charroi de Nîmes, Jean-Louis Perrier (éd.), Paris, Champion (Classiques français du Moyen Âg (...)

22Par ailleurs, on peut remarquer en même temps, dans les deux genres narratifs, une tendance accrue à présenter l’enfance comme une époque formatrice du protagoniste. Ainsi, l’amour précoce de deux personnages enfants, thème cher au roman idyllique – citons par exemple Piramus et Tisbé, Floire et Blancheflor, Guillaume et Aélis (dans L’Escoufle de Jean Renart), Aucassin et Nicolette – peut être considéré dans cette optique. Les liens formés pendant l’enfance créent des liens affectifs qui seront inébranlables au milieu des épreuves de l’âge adulte. Au début du Conte du Graal, la petite enfance douloureuse de Perceval est rappelée par sa mère (Gr, v. 408-488). Elle raconte comment le noble père du jeune héros avait été grièvement blessé lorsque Perceval était « petis […] et alaitans, peu […] plus de deus ans » (« petit, pas encore sevré […] guère plus de deux ans » ; Gr, v. 457-458), et comment son père mourut de chagrin après la perte au combat de ses frères aînés, chevaliers eux aussi : événements fondateurs et décisifs dans la manière dont elle avait élevé son fils cadet. Ces aperçus sur l’enfance en tant que berceau formateur de l’individu s’expriment aussi dans les chansons de geste plus tardives. Le contraste entre les portraits de Gui, qui figure dans la partie la plus ancienne de la Chanson de Guillaume, et son double, Rainouart – héros juvénile de la deuxième partie (plus tardive de quelques décennies) – est révélateur à cet égard. À la fin de la Chanson, Rainouart, garçon de cuisine devenu chevalier peu conventionnel mais victorieux, raconte sa vie passée d’enfant royal païen vendu aux chrétiens, avant que Guibourc ne l’embrasse comme son propre frère (CG, laisse CLXXXIX) : dénouement tout à fait romanesque, où le récit de sa propre enfance, rappelée par le personnage, aide à étoffer son identité28.

 

  • 29 Comme nous le rappelle, et à juste titre, Sarah Kay dans The « Chansons de geste » in the Age of Ro (...)
  • 30 Charles Perrot, « Les récits d’enfance dans la Haggada antérieure au IIe siècle de notre ère », Rec (...)

23Pour conclure, nous n’irions pas jusqu’à soutenir qu’il s’agit d’une évolution simple et linéaire de la chanson de geste vers le roman, en ce qui concerne le récit d’enfance. Les rapports sont complexes d’une forme à l’autre, et il serait malavisé d’attribuer à la forme romanesque toutes les nouvelles tendances, d’autant plus que les deux genres sont pour la plupart contemporains29. Et l’on sait que les catégories génériques, que la critique moderne voudrait parfois étanches, ne s’accordent pas toujours à la réalité des textes. Il s’agit plutôt d’une coloration différente, dans la représentation du personnage enfant, d’une forme poétique à l’autre. Nous dirions – et ce serait là une autre étude à faire – que les modèles antérieurs semblent être privilégiés de façon opposée. Si la représentation de l’enfant dans la chanson de geste remonte à ces récits bibliques qui mettent en valeur des enfants prodiges (le Christ enfant prêchant dans le temple, David tuant Goliath, par exemple) ou à des récits hagiographiques d’enfants miraculeux (les saints qui louent le Seigneur dès leur naissance ou même depuis le ventre maternel)30, les récits d’enfance romanesques privilégient plutôt le motif – répandu parmi les sources antiques, folkloriques et mythiques – de l’enfant abandonné à la naissance, qui cherche et trouve sa propre valeur et sa propre identité. Épopée et roman puisent dans des sources distinctes.

  • 31 Philippe Ménard, « Le thème comique du nice dans la chanson de geste et le roman arthurien », p. 18 (...)

24Cela dit, on ne saurait négliger le fil chronologique, si imprécis qu’il soit. Dans la mesure où la partie la plus ancienne de la Chanson de Guillaume représente une tradition héroïque antérieure et vu que le motif du jeune ingénu va figurer dans quelques chansons de geste du XIIIe siècle31, on dirait que le modèle épique cède, petit à petit, au modèle romanesque. Cette transformation du personnage enfant épique présenté comme jeune prodige, un adulte en miniature participant au monde adulte, vers le personnage enfant romanesque, dépeint comme jeune apprenti, sans savoir ni expérience, nous paraît illustrer une des transformations des mentalités occidentales qui constituent la renaissance du XIIe siècle. Le médiéviste britannique Richard Southern décrit la transformation en ces termes :

  • 32 Richard Southern, The Making of the Middle Ages, Londres, Hutchinson, 1953, rééd. 1968, p. 212). Cf (...)

Briefly, we find less talk of life as an exercise in endurance, and of death in a hopeless cause ; and we hear more of life as a seeking and a journeying32.

25Dans la chanson de geste, qui met en scène

  • 33 Reto Bezzola, Les Origines et la formation de la littérature courtoise en Occident (500-1200), Pari (...)

la lutte gigantesque entre deux parties de l’humanité […] cette bataille qui est dans l’air dès la première laisse et qui, une fois déchaînée, ne cessera plus jusqu’à l’extermination de l’adversaire, et au-delà même33,

26le jeune personnage ne peut jouer qu’un rôle subordonné. Son développement, s’il y a développement, se lie au culte guerrier dont il fait partie et selon un code d’héroïsme idéalisé. Si le motif clé de l’épopée est le conflit, celui du roman courtois est la découverte. Le roman s’intéresse au protagoniste individuel, et le développement du jeune héros est en partie exprimé comme la quête interne vers une connaissance de soi, aboutissant à une meilleure intégration dans la société adulte.

Notes

1 Philippe Ariès, L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960. Pour une critique de cet ouvrage et une discussion de son influence dans l’historiographie anglo-saxonne, cf. Adrian Wilson, « The infancy of the history of childhood : an appraisal of Philippe Ariès », History and Theory, no 19, 1980, p. 132-153.

2 En se bornant à quelques exemples en langue française, citons les Annales de démographie historique, 1973 : Enfant et Sociétés, Paris, Mouton – École pratique des hautes études, 1973, p. 63-142 ; L’Enfant au Moyen Âge : littérature et civilisation, Aix-en-Provence, Publications du CUERMA – Université de Provence (Senefiance no 9), 1980 ; Doris Desclais-Berkvam, Enfance et maternité dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles, Paris, Champion, 1981 ; Pierre Riché et Danièle Alexandre-Bidon, L’Enfance au Moyen Âge, Paris, Bibliothèque nationale – Seuil, 1994.

3 Cf. Phyllis Gaffney, « The Ages of Man in Old French verse epic and romance », The Modern Language Review, no 85, 1990, p. 570-582 ; et pour une belle mise au point sur les attitudes envers l’enfance, cf. Didier Lett, « L’enfance : aetas infirma, aetas infima », Médiévales, no 15, 1988, p. 85-95.

4 Béatrix Vadin, « L’absence de représentation de l’enfant et/ou du sentiment de l’enfance dans la littérature médiévale », in Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales, Aix-en-Provence, Publications du CUERMA – Université de Provence (Senefiance no 5), 1978, p. 363-384 ; Jean Subrenat, « La place de quelques petits enfants dans la littérature médiévale », in Mélanges de littérature du Moyen Âge au XXe siècle offerts à Mademoiselle Jeanne Lods, Paris, École normale supérieure de jeunes filles, 1978, p. 547-557 ; Jean-Charles Payen, « L’enfance occultée : note sur un problème de typologie littéraire au Moyen Âge », in L’Enfant au Moyen Âge : littérature et civilisation, p. 177-200.

5 Georges Duby, « Histoire des mentalités », in L’Histoire et ses méthodes, Charles Samaran (dir.), Paris, Gallimard (Pléiade), 1961, p. 937-966 (p. 958).

6 Chrétien de Troyes, Le Roman de Perceval ou le Conte du Graal, William Roach (éd.), Genève, Droz et Paris, Minard, 1959, v. 69-4815 et 6214-6518 ; Chanson de Guillaume, François Suard (éd.), Paris, Bordas, 1991, v. 1436-1980. La date, toujours plus ou moins approximative, de la Chanson de Guillaume est avant ou vers le milieu du XIIe siècle ; alors que Le Roman de Perceval se situe quelques décennies plus tard, dans les années 1180. Les mentions entre parenthèses Gr et CG, suivies de chiffres, renvoient au numéro des vers de ces deux éditions respectives. Les traductions en français moderne de la Chanson de Guillaume proviennent de l’édition de François Suard ; celles du Roman de Perceval sont de Lucien Foulet (Chrétien de Troyes, Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, Paris, Nizet, 1972).

7 Le texte suggère toute une problématique liée aux deux systèmes de valeurs représentés par les parents du héros. Du côté maternel, un système de valeurs religieuses : celui qui se sert du Graal est l’oncle maternel de Perceval, un autre oncle maternel est ermite, le roi Pêcheur est un cousin maternel. Du côté du père, il s’agit d’un code plus mondain et chevaleresque : le père et les frères aînés du héros, tous décédés, avaient été chevaliers. Le choix que fait le héros du métier paternel serait comme le rejet du code maternel. Lors de son départ, sa mère tombe évanouie : en fait, comme il l’apprendra plus tard, elle meurt de chagrin (Gr, v. 3593-3595).

8 Les intentions que souligne l’impatience puérile de Gui sont très sérieuses. Son refus de rester enfant rappelle le motif iocare non est tuum des récits hagiographiques, remontant sans doute à des scènes de l’Évangile, comme Luc II, 46-49. Cf. Michael Goodich, « Childhood and adolescence among the thirteenthcentury saints », History of Childhood Quarterly, no 1, 1973, p. 285-309 (p. 286-288).

9 Gui est un enfant surtout sur le plan physique : la Chanson de Guillaume met en valeur la petite taille du personnage. Dans la description de la tante Guibourc, qui lui donne son armement, l’adjectif « petite » est répété cinq fois sur cinq vers (CG, v. 1541-1545), et lorsqu’elle lui prête son propre cheval, la disproportion est évidente (CG, v. 1553-1555 : « Petit est Gui e li cheval est grant ; / N’est que pé e demi de sus les arçuns parant, / E sul trei deie suz le feltre brochant »). On insiste plus loin sur les mêmes détails physiques : les pieds de Guillaume monté sur le cheval de Gui descendent bien au-dessous des étriers (CG, v. 1882-1883) ; l’oncle et le neveu échangent leurs selles pour permettre à Gui de se tenir mieux sur le cheval de Déramé, roi païen vaincu (CG, v. 1956-1960). Quant à Perceval, c’est le plan moral ou psychologique qui est mis en valeur : Chrétien nous présente un ingénu rustaud, dont la jeunesse est dénotée par le terme vallés, utilisé quatre fois plus souvent que d’autres termes pour le désigner ; son âge tendre est d’ailleurs soulevé par Blancheflor, qui a peur qu’il ne soit incapable de combattre le tyran Anguingeron (Gr, v. 2118-2124).

10 Les vers 1795-1796 de la Chanson de Guillaume (« Mangat del pain, mes ço fu petit, / Un grant sester but en haste del vin ») suggèrent que c’est le vin plutôt que la nourriture qui renouvelle l’énergie et la valeur du petit Gui. L’alcool produit un effet tout autre sur le jeune Rainouart, l’étourdi ivre de la deuxième partie de la Chanson de Guillaume et d’Aliscans.

11 Il va même jusqu’à mentir pour arriver à ses fins. Sa tante Guibourc lui permet de partir, contre le gré de son mari, parce qu’il est prêt à dire à celui-ci qu’il a échappé à sa tante par la force, pour que l’oncle Guillaume ne l’en blâme pas (CG, v. 1534-1535). Quand Guillaume s’emporte à la suite de ce mensonge, son neveu suggère qu’il sauve son maltalant pour l’ennemi (CG, v. 1631-1635). Plus tard, lorsqu’il oublie sa déception en expliquant à l’oncle que Guibourc lui avait prêté son cheval, il change abruptement de sujet par sa réplique typique : « Unc mais n’oi tel ! » (CG, v. 1868-1878), réplique répétée à travers la chanson et considérée par Jeanne Lods comme l’« expression même de sa personnalité ». Cf. Jeanne Lods, « Le thème de l’enfance dans l’épopée française », Cahiers de civilisation médiévale, no 3, 1960, p. 58-62 (p. 60). Cf. CG, v. 1459, 1533, 1648, 1876 et 1968.

12 Cf. CG, v. 1478-1479, 1636-1637 et 1976-1977.

13 Cf. Gr, v. 489-490 : « Li vallés entent molt petit / A che que sa mere li dist » (« Le valet écoute peu ce que lui dit sa mère »).

14 Cf. Gr, v. 734-735 : « Li vallés a son cuer ne met / Rien nule de che que il ot » (« Ses menaces ne le touchent guère »).

15 Tout cela, on le lui dira plus tard (Gr, v. 3583-3592 et 4646-4683). Perceval se tait devant le Graal parce qu’il a accepté et suivi de trop près les conseils du chevalier Gornemant (Gr, v. 3202-3212 ; cf. v. 3290-3303). Sa curiosité enfantine, très évidente au début du poème, lorsqu’il pose sans cesse des questions minutieuses au groupe de chevaliers inconnus, il ne l’a pas tout à fait perdue, lors de la scène du Graal (Gr, v. 3302-3303 : « Ne ne set pas cui l’en en sert / Et si le volroit il savoir »), mais elle a été supprimée par les conseils de Gornemant.

16 Le type est décrit par Ernst Robert Curtius, Europäische Literatur und Lateinisches Mittelalter, Berne, Francke, 1948, 2e éd., 1954, p. 108-112. Un exemple anglo-saxon se trouve dans le poème épique anonyme Beowulf, traduit par Seamus Heaney, Londres, Faber, 1999, v. 1844-1845, p. 59. Jean Frappier nous met en garde contre une classification trop rigoureuse du personnage de Gui à cet égard dans son ouvrage : Les Chansons de geste du Cycle de Guillaume d’Orange (Paris, SEDES, 1955, t. I, p. 176) ; et la profondeur du personnage est décrite par Jeanne Wathelet-Willem dans : « La vérité psychologique d’un héros épique secondaire : le jeune Gui de la Chanson de Guillaume », in Mélanges de langue et de littérature médiévales offerts à Pierre Le Gentil, Paris, SEDES, 1973, p. 881-898. Jeanne Lods hésite à le classer sous le topos du puer senex, ou du jeune héros exceptionnellement mûr en sagesse : « si Guiot parle en homme, ce n’est pas qu’il pense en homme ; il a la logique implacable de l’enfance » (Jeanne Lods, « Le thème de l’enfance dans l’épopée française », p. 60). Mais c’est précisément parce qu’il parle en homme que le topos épique peut s’appliquer en partie au personnage.

17 D’autres allusions à l’ignorance et à la naïveté du jeune héros se trouvent parsemées au début du texte. Cf. Gr, v. 200, 243-245, 281, 681, 687-688, 701-702, 791-792, 934 et 1299. Sur la naïveté adolescente comme thème narratif, cf. Philippe Ménard, « Le thème comique du nice dans la chanson de geste et le roman arthurien », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, no 31, 1965-1966, p. 177-193. Le héros du Graal est un exemple particulièrement réussi de ce motif.

18 Sa mère lui offre des conseils lors de son départ (Gr, v. 407-625). Sa deuxième éducation est fournie par le chevalier Gornemant (Gr, v. 1305-1698). C’est une leçon en valeurs chevaleresques que Perceval apprend à merveille. Formé et adoubé par Gornemant, il accomplit plusieurs exploits dignes d’un chevalier arthurien. Une fois arrivé à son troisième mentor, l’ermite, Perceval n’est plus dépeint comme un ingénu, mais comme un personnage qui a gagné une conscience morale, et qui sait écouter les paroles du saint homme (Gr, v. 6217-6513). La progression intérieure du jeune personnage fait partie intégrale de l’intrigue du roman.

19 Eugène Vinaver, The Rise of Romance, Oxford, Oxford University Press, 1971, p. 43.

20 Reto Bezzola, « Les neveux », in Mélanges de langue et de littérature du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à Jean Frappier, Genève, Droz, 1970, t. I, p. 89-114.

21 Parmi d’autres neveux de la Chanson de Guillaume – véritable hymne à l’héroïsme juvénile – se trouvent Girard, Vivien et Rainouart, qui ne survivent pas tous au combat. Gui et Guillaume, seuls survivants à la seconde bataille, représentent, de manière hyperbolique, deux âges de l’homme : le vieil oncle âgé de trois cent cinquante ans, et le neveu adolescent de moins de quinze ans. Leur rapport suggère le mythe du phénix : Gui s’élance des cendres du feu pour aider son oncle à remporter la victoire. Pour ce qui concerne le héros du Conte du Graal, il est lui aussi un sauveur potentiel du lignage, mais, à la différence de son antécédent épique, il lui reste bien des choses à apprendre, pour faire revenir la fertilité dans la terre gaste et pour guérir le roi Pêcheur.

22 Cf. Jeanne Lods, « Le thème de l’enfance dans l’épopée française », et Micheline de Combarieu, « Enfance et démesure dans l’épopée médiévale française », in L’Enfant au Moyen Âge : littérature et civilisation, p. 405-456.

23 Le vieux comte Guillaume, qui continue à guerroyer malgré ses trois cent cinquante ans, incarne lui aussi un type épique, celui du senex fortis. Cf. John Anthony Burrow, The Ages of Man : a Study in Medieval Writing and Thought, Oxford, Clarendon Press, 1986, p. 114-115.

24 Cf. Madeleine Pelner Cosman, The Education of the Hero in Arthurian Romance, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1966 ; Penny Simons, « Theme and Variations : the education of the hero in the Roman d’Alexandre », Neophilologus, no 78, 1994, p. 195-208.

25 L’enfant, en tant qu’héritier ou en tant que serviteur des personnages adultes, est plus ou moins partout présent. Cf. par ailleurs des exemples plus « réalistes » d’enfants jeunes ou d’attitudes envers l’enfance : les enfants du marchand de sel dans Le Charroi de Nîmes ; Girard, le jeune écuyer de Guillaume dans la Chanson de Guillaume ; le roi Louis, jeune et faible, du Couronnement de Louis ; le roi de l’île aux Pucelles dans Le Chevalier au Lion.

26 Cf. Philippe Ménard, « Le thème comique du nice dans la chanson de geste et le roman arthurien ».

27 Notons d’ailleurs une tendance vers l’amplification dans les deux sens biographiques, de la naissance à la vieillesse : que nous songions aux récits de retraite, aux « moniages » des guerriers célèbres et centenaires, qui se retirent de la vie active du monde ici-bas, pour passer le restant de leurs jours dans un monastère (le Moniage Guillaume par exemple). Sur les « enfances », cf. Friedrich Wolfzettel, « Zur Stellung und Bedeutung der Enfances in der altfranzösischen Epik », Zeitschrift für französische Sprache und Literatur, no 83, 1973, p. 317-348 et no 84, 1974, p. 1-32.

28 Cf. Le Charroi de Nîmes, Jean-Louis Perrier (éd.), Paris, Champion (Classiques français du Moyen Âge), 1931, v. 1234-1242 ; Elie de Saint Gilles, Gaston Raynaud (éd.), Paris, Didot (Société des anciens textes français), 1879, v. 1183-1189, où l’enfance est esquissée par le héros afin d’expliquer sa situation actuelle.

29 Comme nous le rappelle, et à juste titre, Sarah Kay dans The « Chansons de geste » in the Age of Romance (Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 4) : « Of the hundred-odd surviving examples of chansons de geste, only a handful of texts pre-date the 1150s, when the genre of romance began to take form. » Sans se lancer dans la problématique épineuse de la datation de ces œuvres, constatons pour le moins que les plus vieilles des chansons de geste sont de quelques décennies plus anciennes que les premiers romans courtois.

30 Charles Perrot, « Les récits d’enfance dans la Haggada antérieure au IIe siècle de notre ère », Recherches de science religieuse, no 55, 1967, p. 481-518 (p. 484) ; cf. Luc I, 64-66.

31 Philippe Ménard, « Le thème comique du nice dans la chanson de geste et le roman arthurien », p. 185-188. Ménard conclut ainsi son étude du nice : « Face à une rhétorique traditionnelle qui continûment use de l’hyperbole l’évocation du nice représente un réalisme involontaire. Le protagoniste du conte n’est plus un adolescent exceptionnel comme tant d’autres. Il reflète, au contraire, l’image que la sensibilité médiévale se fait quotidiennement de l’enfance : âge ignorant et fou, ridicule et plaisant » (ibid., p. 193).

32 Richard Southern, The Making of the Middle Ages, Londres, Hutchinson, 1953, rééd. 1968, p. 212). Cf. Charles Altman, « Medieval narrative versus modern assumptions : revising inadequate typology », Diacritics, 1974, p. 12-19 (p. 18) : « As epic becomes romance, the basic theme changes from conflict to temptation, each fork in the road tempting the knight to choose a different and less worthy value system. […] The static psychology of conflict, prevalent ever since Prudentius, finally begins to give way to a psychology of increasing perfection, of choice, and of education. […] The synchronic approach of the chanson de geste made sequence immaterial, but the concept of perfectibility turns temporal order from a simple convenience into an essential characteristic. »

33 Reto Bezzola, Les Origines et la formation de la littérature courtoise en Occident (500-1200), Paris, Champion, 1958-1963, 3 vol., t. II, seconde partie, p. 501.

Auteur

University College, Dublin

Enseigne à la Section de français de University College Dublin. Spécialiste du Moyen Âge, notamment de l’enfance dans la littérature du XIIe siècle, a publié sur les âges de la vie et sur la légende tristanienne. Ses dernières publications portent sur le XXe siècle : un livre sur l’hôpital irlandais de Saint-Lô où travailla Samuel Beckett en 1945 (Healing amid the ruins : the irish hospital, Saint-Lô, 1945-1946, Dublin, A. & A. Farmar, 1999) et un article sur Mercier et Camier, le premier roman de Beckett écrit en français (« Neither here nor there : Ireland, Saint-Lô and Beckett’s first novel in french », Journal of Beckett Studies, vol. IX, no 1, automne 1999).

© Presses universitaires de Caen, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540