Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Récit d'enfance et ses modèles

 | 
Anne Chevalier
, 
Carole Dornier

« Me tirer de l'enfance » ou l'enfance en creux

Archives des limbes : l’enfant avant l’enfance dans la littérature du XVIIIe siècle

Jean-François Perrin

Texte intégral

  • 1 Henry Joseph Du Laurens, Imirce ou la Fille de la nature [1765], Annie Rivara (éd.), Saint-Étienne, (...)
  • 2 À commencer par saint Augustin : « Je prends la hardiesse de vous demander si mon enfance a succédé (...)

1Je vais examiner ce qui d’une modélisation est envisageable en matière de récit d’enfance dans la littérature romanesque française du XVIIIe siècle, sans exclure de grandes œuvres anglaises qui ont toutes été rapidement traduites en français, ainsi que quelques autobiographies, mais sans privilégier particulièrement Rousseau. Ce qui m’intéresse en effet, c’est d’examiner les choses d’un point de vue topique et narratologique. Ce qui est apparu au cours du travail, c’est qu’à comparer les textes, on dégage de proche en proche un très grand nombre de paramètres constitutifs du récit d’enfance, mais qui sont chez tel auteur à l’état embryonnaire, alors que tel autre leur donne une dimension remarquable. Dans bien des cas, l’inventivité, le renouvellement viennent simplement d’une tentative chez tel ou tel, de développer ce qui, jusque-là était resté à l’état minimal. En outre, le propre des écrivains étant en principe d’explorer des pistes neuves, il n’est pas vraiment possible de clôturer le champ en aval comme en amont, parce qu’un auteur peut toujours décider de transgresser les normes, par exemple en mettant en scène une enfance prolongée jusqu’à vingt-trois ans, comme Du Laurens dans un mauvais roman intitulé Imirce ou la Fille de la nature1, tandis que dans l’autre sens, l’idée d’explorer l’extrême prénatal, si l’on ose dire, n’a pas manqué d’en préoccuper quelques-uns2. Devant la grande complexité du domaine, j’ai choisi, pour cette communication, de m’occuper exclusivement de ce que j’appellerai le récit de genèse, catégorie qui inclura les séquences suivantes : le récit de conception, le récit de gestation, le récit de naissance. Je terminerai par quelques remarques sur les problèmes d’énonciation.

  • 3 Alain-René Lesage, Histoire de Gil Blas de Santillane, 1715, livre I, chap. I.
  • 4 Giovanni Giacomo Casanova, Histoire de ma vie, Francis Lacassin (éd.), Paris, Robert Laffont, 1997, (...)

2Le récit de gestation donc. Sa forme minimale est la mention de la rencontre des parents accompagnée du nombre de mois précédant la naissance de l’enfant. Par exemple, Gil Blas : « Et je vins au monde dix mois après leur mariage »3 ; ou bien Casanova : « Je suis né de ce mariage au bout de neuf mois, le 2 du mois d’avril de l’an 1725 »4. Une forme plus développée mais peu fréquente, consiste en un journal tenu par l’un des parents, et finalement parvenu à l’enfant : c’est le cas du journal de la mère de Gustave dans Valérie de Mme de Krüdener ; à ce moment du récit, le héros se meurt d’un amour impossible et inavouable ; pour vaincre sa mélancolie, son père lui fait lire le journal de sa mère ; en voici les premières lignes, qui nous font pénétrer dans ce qu’on pourrait appeler l’imaginaire prénatal de la mère :

  • 5 Mme de Krüdener, Valérie [1803], in Romans de femmes du XVIIIe siècle, Paris, Robert Laffont, 1996, (...)

Tu es sur mon sein, tu existes, mon fils, toi que rêvèrent mes orgueilleuses espérances […]. Délice de ma vie, cher Gustave, je suis donc aussi mère ! mes yeux ne peuvent se lasser de te regarder […]5.

3Il existe malheureusement de moins idéales archives prénatales ; Moll Flanders, dans le roman de De Foe, sait que sa mère, accusée de vol, a bénéficié d’un délai de peine en plaidant sa grossesse ; mais la crédibilité de l’archive orale est ici questionnée par la voix narratrice :

  • 6 Daniel De Foe, Heurs et malheurs de la fameuse Moll Flanders [1722], Paris, Gallimard (Folio), 1969 (...)

Les détails en sont trop longs à répéter, et je les ai entendu raconter de tant de façons que je puis à peine dire quel est le récit exact6.

  • 7 Henry Fielding, Histoire de Tom Jones ou l’Enfant trouvé, 1749, livre II, chap. II-V.

4Ce récit exact, d’autres s’efforcent de le produire par croisement de témoignages, par recherche et enquête. L’exemple ici serait le Tom Jones de Fielding, trouvé un soir dans son lit par le bon M. Allworthy à son retour de Londres, lequel l’adopte séance tenante et lui donne son propre prénom, Thomas ; cependant une enquête est secrètement diligentée par la gouvernante d’Allworthy, laquelle est hostile à l’intrusion du nourrisson, et parvient assez rapidement à la reconstitution des circonstances de sa conception7 ; mais l’enquête peut être conduite par l’enfant lui-même : c’est ainsi qu’à tort ou à raison, la Suzanne de Diderot déduit de bribes d’information lacunaires la probabilité d’une aventure maternelle, dont elle constituerait le malheureux fruit :

  • 8 Denis Diderot, La Religieuse [rédaction 1760], Jacques Chouillet (éd.), Paris, Le Livre de poche, 1 (...)

Quelques propos échappés à mon père dans la colère […] quelques circonstances rassemblées à différents intervalles, des mots de voisins, des propos de valets, m’en on fait soupçonner une raison qui les excuserait un peu. Peut-être mon père avait-il quelque incertitude sur ma naissance. Peut-être rappelais-je à ma mère une faute qu’elle avait commise […]8.

  • 9 Laurence Sterne, Vie et opinions de Tristram Shandy [1759-1767], Paris, Garnier – Flammarion, 1982, (...)
  • 10 Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas ou le Cœur humain dévoilé [1797], Paris, Gallimard (Pléiade (...)

5Cette dimension hypothético-déductive de la construction de l’archive de genèse prend un caractère épique dans Tristram Shandy de Sterne, où il est question pour le héros-narrateur de s’assurer non seulement de la date, mais aussi de l’heure exacte de sa conception, laquelle détermine absolument toute sa destinée, j’y reviendrai9. Dans un ordre de préoccupation voisin, un autobiographe déduit de l’observation de son propre tempérament et de ceux de ses parents, une sorte d’équation : trois quarts d’élément igné fusionnés à un quart des autres éléments dans une étreinte qualifiée d’« embrasement chaud », donnent un tempérament de feu. Il s’agit de M. Nicolas, autrement dit, Restif de la Bretonne10.

6Tempérament, date et heure de naissance, « roman des origines », histoire des parents : on voit passer en filigrane dans ces récits du XVIIIe siècle, certains des principaux lieux d’une tradition : médecine des humeurs, astrologie, généalogie notamment ; mais chez Sterne le vocabulaire astrologique s’efface derrière celui de la physiologie ; chez Restif, l’équation tempéramentale a fonction de simple élément dans la construction d’un mythe érotique personnel ; chez De Foe, la picara n’esquisse un récit des circonstances de la grossesse maternelle que pour le dissoudre dans la rumeur des propos invérifiables. On saisit là les éléments d’une mutation en cours dans les mentalités comme dans le symbolique ; l’autorité d’une vérité reçue se trouble en se démystifiant : raconter l’enfance, c’est désormais faire de l’histoire.

 

7Venons-en au récit de conception. Cette étape initiale du récit de genèse est, sauf oubli de ma part, peu développée, du moins comme récit manifeste, dans ce corpus qui inclut également des romans plus que libertins du XVIIIe siècle. Restif ne va pas au-delà de quelques lignes, Rousseau va directement au produit du retour de son père à Genève, c’est-à-dire lui-même ; dans Tom Jones, l’épisode de la conception comme tel est traité sur le mode allusif. Sur ce fond d’élision ou d’euphémisation, une exception remarquable, celle de Sterne, qui prend le contre-pied de l’euphémisation par l’hyperbolisation. Le narrateur affirme en effet avoir appris de son oncle Toby, lequel ne faisait là que lui transmettre la version paternelle du récit de sa conception, que sa mère aurait, ce soir-là, fatalement troublé le coït mensuel en demandant intempestivement à son époux s’il avait bien pensé à remonter l’horloge. S’éclaire alors l’étonnante amplification annonçant au début du récit que, puisque le flux des esprits vitaux détermine à quatre-vingt-dix pour cent le sort des individus, une copulation troublée ne peut qu’occasionner l’avortement d’un destin tout entier. On découvre bientôt une vigoureuse plaidoirie du narrateur sur les droits imprescriptibles du fœtus :

L’Homunculus, monsieur, peut apparaître en ce siècle léger, aux yeux de la folie et du préjugé, une lueur de vie bien vacillante et bien risible ; mais raison et science voient en lui un ÊTRE que protègent et limitent des droits.

8Enfin, la voix paternelle prononce la phrase qui fait un destin de l’origine déréglée :

  • 11 Laurence Sterne, Vie et opinions de Tristram Shandy, livre I, chap. II-III, p. 28-29.

Hélas ! […] les malheurs de mon Tristram ont commencé neuf mois avant qu’il ne vînt au monde11 !

  • 12 Le De generatioribus rerum naturalium de Paracelse concernant la fabrication de l’Homoncunlus est l (...)
  • 13 L’idée fondamentale de cette théorie est que toute la création s’est faite une fois pour toute à l’ (...)
  • 14 « Bref, son être est aussi actif et doit être dit aussi véridiquement notre prochain que le Lord Ch (...)
  • 15 Cf. Jean-Jacques Lecercle, Frankenstein : mythe et philosophie, Paris, PUF, 1988.
  • 16 Jean-Jacques Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire [1784], deuxième Promenade.

9Intéressante figure que cet homunculus sternien, pour l’ambivalence de ce qu’il représente en termes d’histoire des mentalités : citation littérale du mythe alchimique encore vivace12, version savante, si l’on veut, à travers l’hypothèse des germes préexistants13, de la représentation traditionnelle de l’enfant comme miniature humaine, comme adulte en réduction ; mais emblème également, dès le temps de la genèse embryonnaire et a fortiori dès l’enfance – il suffit d’oser tirer ironiquement toutes les conséquences de l’hypothèse –, du sujet juridique moderne dans l’État de Droit14. La littérature, fût-ce comme ici en régime satirique et burlesque, est une des voies de la pensée comme recherche et comme débat : c’est pourquoi, dans cette exploration du paramètre « récit de conception » à laquelle je me livre, je voudrais introduire un autre roman anglais, mais du début du XIXe siècle cette fois, pour ce qui s’y met en scène d’un rapport critique à la pensée des Lumières. Il s’agit de Frankenstein, le roman de Mary Shelley, où le récit de conception est remplacé par un récit de création du vivant à partir de la mort, grâce à la science. La créature du Dr Frankenstein peut d’abord être lue comme un avatar de la statue de Condillac ; mais en réalité elle hérite autant de Condillac que de Rousseau, puisqu’elle n’est d’abord que sensibilité au monde – et sensibilité naturellement bonne ; et puisqu’elle ne devient moralement monstrueuse qu’à travers l’histoire de ses tentatives malheureuses pour nouer des contacts avec les humains. Ce roman peut être relu comme une assez lucide projection poétique de certaines conséquences des modèles anthropologiques imaginés par le XVIIIe siècle15. Par rapport à ce qui nous occupe, l’intérêt du roman est aussi de proposer un récit en première personne de l’éveil d’un être à l’univers des sensations puis de la conscience, tentative littéraire esquissée par Condillac dont la statue s’exprime en phrases minimales, et qui s’épanouit poétiquement chez le Rousseau des Rêveries évoquant sa plénitude d’exister lorsqu’il sort de l’évanouissement consécutif à sa chute dans la descente de Ménilmontant16. Quant à la créature de Frankenstein, voici comment elle exprime les choses :

  • 17 Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne [1818], Paris, Garnier-Flammarion, 1979, chap. X (...)

C’est avec beaucoup de difficulté que je me rappelle la date première de mon être ; tous les événements de cette période m’apparaissent confus et indistincts. Une étrange multiplicité de sensations m’assaillit : je vis, je touchai, j’entendis, je sentis tout à la fois ; et pendant longtemps je ne pus distinguer les opérations de mes divers sens17.

  • 18 Ibid., chap. XII.

10Ici, l’approche de la perception est globale et non pas analytique comme chez Condillac ; ce roman tente de penser et de représenter autrement le thème des premiers affects ; les lecteurs de Frankenstein savent que le récit de la créature livre aussi, ensuite, les étapes de son éveil – et pour le pire – au monde de la conscience morale18. Ce roman nous livre en outre un autre exemple d’archives de genèse ; abandonné dès son éveil par son créateur épouvanté, le monstre a en effet emporté par mégarde quelques feuillets qu’il est devenu capable de lire au bout de deux ans :

  • 19 Ibid., chap. XV, p. 210.

Ils constituaient, lui dit-il, le journal des quatre mois qui avaient précédé ma création. Vous y décriviez en détail chaque étape de votre œuvre […]. Tout ce qui a trait a mon origine maudite y est raconté ; […] vous y donnez la description la plus minutieuse de mon odieuse et écœurante personne, en un langage qui reproduit votre propre horreur, et qui a rendu la mienne indélébile19.

11On voit ainsi apparaître un élément du modèle non encore observé : la constitution d’archives explicites de la haine parentale durant la période prénatale, lesquelles seraient à verser au dossier des récits d’abandon dans le récit d’enfance.

 

12J’aborde maintenant le récit de naissance. Dans le corpus étudié, il est rare qu’une naissance vraiment racontée ne soit pas inscrite dans une thématique tragique. Il existe cependant quelques exceptions. Par exemple, voici un homme parmi des flibustiers, il se nomme Monneville, il leur conte sa vie en commençant par sa naissance ; une jeune aristocrate – sa mère – fait route pour Paris afin de préparer son accouchement clandestin ; or, dit-il :

Soit qu’elle se trompât dans son calcul, ou que le mauvais carrosse dans lequel elle était l’incommodât, soit enfin que me sentant mal à mon aise dans ses flancs pressés par un corps trop juste, je jugeasse à propos de précipiter ma sortie d’une si étroite prison […], sur la fin de la seconde journée, [elle] fut atteinte de quelques douleurs qui lui présagèrent l’approche de ma naissance.

  • 20 Alain-René Lesage, Les Aventures du chevalier de Beauchesne [1734], Paris, Phébus, 1991, livre III, (...)
  • 21 Cf. l’introduction d’Étienne Balibar au traité lockien de l’identité : John Locke, Identité et diff (...)

13Nous avons là une rare occurrence d’un récit de naissance en focalisation fœtale (si l’on peut dire) ; Lesage en est l’auteur, le roman s’intitule Les Aventures du chevalier de Beauchesne20 ; se dessinent alors les contours d’une poétique expérimentale du récit d’advenue à la sensibilité, au sentiment et à la conscience, dont le roman du XVIIIe siècle élaborerait les modèles parallèlement à l’enquête menée dans ce domaine par la philosophie d’obédience lockienne21.

14Passons maintenant à la version tragique du récit de naissance à l’âge classique ; c’est peut-être Marivaux qui en donne la version la plus radicale dans La Vie de Marianne, avec le récit de Tervire :

  • 22 Pierre de Marivaux, La Vie de Marianne, Frédéric Deloffre (éd.), Paris, Bordas (Classiques Garnier) (...)

Hélas ! Ma chère enfant, lui dit-elle […] pour être le jouet des événements les plus terribles, il n’est seulement question que d’être au monde22.

  • 23 Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions [1784], in Œuvres complètes, Paris, Gallimard (Pléiade), 195 (...)
  • 24 Jean-François Perrin, « Le récit d’enfance du XVIIe siècle à Rousseau », Dix-huitième siècle, no 30 (...)

15À l’autre bout du siècle, Rousseau dit devoir pardonner à sa tante de l’avoir sauvé dans sa prime enfance23. Ce thème du malheur d’exister remonte dans notre culture au présocratique Anaximandre ; quant au modèle littéraire, il est inscrit dans la légende de Tristan, ainsi nommé pour celle qui mourut en lui donnant la vie. J’ai montré ailleurs que les topoï de l’enfant dont la naissance provoque la mort de sa mère, et de l’enfant né au bord de la mort, étaient des constantes remarquables du récit d’enfance jusqu’à Rousseau24, je n’y reviens donc pas. En revanche, je voudrais insister sur le motif de la naissance blessée ou stigmatisée. J’évoquerai d’abord l’autobiographie de Jeanne Guyon, dont le récit d’enfance et de jeunesse très développé modernise déjà le genre de l’autobiographie spirituelle par un questionnement sur les déterminations sociales et familiales de la construction d’une subjectivité. Son récit de naissance, s’il ne renouvelle pas vraiment la topique du genre, me semble cependant remarquable par l’accumulation de traits qu’on ne rencontre ailleurs qu’en ordre relativement dispersé : naissance prématurée, syncopes prolongées, abcès au dos, gangrène : ce « tissu de maux » est à ses yeux un abrégé de sa vie et de la corruption du monde. Ainsi de son abcès :

  • 25 Jeanne Marie Bouvier de la Mothe Guyon, La Vie de Madame Guyon écrite par elle-même [1720], Benjami (...)

Ô mon Dieu, cette apostume, qui rendait un pus si effroyable, était ce me semble la figure que vous deviez, […] faire sortir au-dehors la corruption qui est en moi et en exprimer toute la malignité25.

  • 26 Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, p. 7.

16Dans un registre plus laïque, la concise formule de Rousseau : « Je naquis infirme et malade […] et ma naissance fut le premier de mes malheurs »26, est surtout remarquable par la réévaluation du topos que procure sa vision historique et antithéologique de l’origine du malheur humain. Parmi ses héritiers maladroits, on trouve Restif de la Bretonne : se montrant atteint de coliques chroniques un mois après sa naissance, il commente ainsi :

  • 27 Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas…, note A, p. 20-21.

J’ai toujours perdu à mesure que je suis avancé en âge, et […] c’était la raison des belles allégories de la genèse : la naissance d’un homme y est celle du genre humain27.

  • 28 Cf. Yvan Loskoutoff, La Sainte et la Fée. Dévotion à l’Enfant-Jésus et mode des contes merveilleux (...)

17De Mme Guyon à M. Nicolas, le récit de la genèse de soi ne s’écrit jamais sans relire pour le conforter ou pour le subvertir, le récit biblique de la genèse du monde et de sa corruption ; la nouveauté qu’on observe, c’est un procès de laïcisation en cours, dont l’analyse devrait également prendre en compte la réévaluation chrétienne de l’état d’enfance par une pastorale de l’Enfant-Jésus qui s’est développée tout au long du XVIIe siècle28.

18Quelques mots ici sur Tristram Shandy, pour souligner qu’encore une fois, Sterne amplifie parodiquement le lieu commun de la naissance blessée, puisque l’enfant naît avec le nez abîmé du fait d’une utilisation maladroite des forceps, et que, selon les théories délirantes de son père, la position dans laquelle il s’est présenté lui a détérioré le cerveau ; l’attache à la problématique religieuse tient ici à ce qu’en rappelle le caractère passablement sacrilège d’une prose parodiant le style des lamentations bibliques :

  • 29 Laurence Sterne, Vie et opinions de Tristram Shandy, livre IV, chap. XIX, p. 275.

Malheureux Tristram ! enfant de colère ! fils de décrépitude ! d’interruption ! d’erreur et de hargne rentrée ! Quels ne furent pas pour toi, inscrits au chapitre des maux embryonnaires, cette infortune et ce désastre uniques qui purent rompre ta structure et embrouiller tes filaments ! […] C’est alors que l’être te fut donné par un père au déclin de ses jours, alors que fléchissaient les puissances corporelles et imaginatives, alors que s’épuisaient en lui aussi bien la chaleur que l’humidité radicales […]. Que te donnait-il pour fonder tes forces ? des absences29.

  • 30 Saint Augustin, Confessions, livre I, chap. VI, p. 34 : « Plusieurs années se sont écoulées et mon (...)

19Notre modèle des récits d’enfance devra donc intégrer dans la rubrique « enfances maladives » pour laquelle le corpus est abondant, la sous-catégorie des « malformations fœtales » ; il faudra également ouvrir un dossier « absences procréatives », lequel concerne sans doute ironiquement ici le supposé Créateur premier, dont les Confessions de saint Augustin relient explicitement le mystère créateur à l’interrogation inquiète de l’individu chrétien sur ses propres origines30.

 

20J’aborde mon dernier thème : la dimension énonciative de nos romans des limbes. Premier point, le récit d’enfance comme récit rapporté ; la dépendance du récit de genèse, comme de celui de la toute première enfance, à l’égard d’une parole tierce, a été soulignée depuis saint Augustin ; le savoir de l’enfance avant la conscience de soi, est fait du récit des autres :

  • 31 Ibid., p. 32.

En même temps que [je suis entré dans le monde], j’y ai été reçu entre les bras de votre miséricorde, ainsi que je l’ai appris des deux personnes dont vous vous êtes servi pour me faire naître, n’ayant pu par moi-même en avoir aucun souvenir31.

21C’est ce qui apparaît plus brièvement au début du récit de Mme Guyon :

  • 32 Jeanne Guyon, La Vie de Mme Guyon écrite par elle-même, première partie, chap. II, p. 20.

Je naquis, à ce que disent quelques-uns, la veille de Pâques, le 13 avril (quoique mon baptême ne fut que le 24 mai) de l’année 164832.

  • 33 Pierre de Marivaux, La Vie de Marianne, première partie (1731), p. 13-14.

22Probablement juge-t-elle invraisemblable cette date de naissance. La dimension capricieusement fictionnelle du récit des autres est traitée avec ironie chez Marivaux : l’histoire de la conception de Marianne est en effet matière à roman collectif parmi les dames du canton ; dans les tous premiers temps de son aventure, elle est une « petite princesse infortunée », mais c’est pour déchoir, quelques mois après, au rang de « pauvre orpheline »33 ; deux romans de la rumeur donc, dont nous savons qu’ils « programment » les deux visages de son destin possible : dame de qualité ou aventurière, sinon picara.

  • 34 Abbé Prévost, Cleveland [1731-1739], in Œuvres complètes, Grenoble, Presses universitaires de Greno (...)
  • 35 Ibid., livre X, p. 448. Après une errance aventureuse dans les forêts du Nouveau Monde, l’enfant et (...)
  • 36 Ibid., p. 446-447.
  • 37 Ibid., p. 449-452.

23Ce décalage entre conscience de soi et savoir ou croyance d’autrui en matière de récit d’origines, est un ingrédient efficace de la construction romanesque ou de la comédie classique, pour ce qu’il autorise d’effets de reconnaissance ; mais si le roman du XVIIIe siècle reprend le procédé, c’est en travaillant beaucoup plus soigneusement la cohérence des séquences différées en vue de la reconnaissance, avec l’ensemble du tissu narratif. On peut ici prendre l’exemple du Cleveland de l’abbé Prévost, où une femme, Mme Riding, détient la véritable histoire de la fille du héros ; ou plus exactement, détient la part de cette histoire que son épouse et lui-même ignorent nécessairement, puisqu’ils en ont été séparés par force durant une quinzaine d’années, alors que l’enfant venait à peine de naître34 ; quant à la jeune fille, elle ignore la vérité de ses origines puisqu’à deux ans et demi elle a été substituée à une fillette du même âge dont le décès est resté le secret des parents et de Mme Riding35. Cette histoire dont elle détient les clefs, Mme Riding en contera une partie aux parents, au moment de leurs retrouvailles : celle qui concerne les deux ans qu’elle a passés avec la fillette dans les forêts américaines36 ; la version complète sera livrée en présence de l’ensemble des protagonistes, parents adoptifs compris, lors d’une scène éminemment pathétique, où Cleveland et sa femme reconnaissent en leur fille retrouvée la belle Cécile qu’ils avaient rencontrée et aussitôt aimée peu de temps auparavant. Prévost a ainsi préparé de longue main un effet qui engage toute une poétique du récit d’enfance différé, comme élément de la dramaturgie romanesque37.

 

24Venons-en pour finir au rapport du narrateur de récit d’enfance avec les lecteurs qu’il se prévoit et qu’il inscrit donc, plus ou moins explicitement, dans son propos. À cet égard, tout se passe comme s’il y avait, à l’époque classique, un contrat tacite et reconnu de tous sur l’inintérêt du récit d’enfance et a fortiori de ses phases initiales. Toute transgression en la matière doit donc s’autoriser d’une renégociation de ce contrat. Voici par exemple les excuses de Restif ; le narrateur en est à la trentième page en Pléiade et pénètre seulement dans l’année de ses cinq ans :

  • 38 Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas…, Première époque, p. 34.

Qu’on pardonne ces menus détails, nécessaires dans les commencements de mon histoire ; j’en dédommagerai par les faits des autres Époques38.

  • 39 Cf. Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, livre IV, p. 174.
  • 40 Pierre de Marivaux, La Vie de Marianne, première partie, p. 16.
  • 41 Pierre de Marivaux, La Vie de Marianne, IXe partie, p. 430.
  • 42 Ibid., p. 438.

25Passons rapidement sur l’approche de Rousseau qui est la mieux connue : chez lui, l’exigence de « tout dire » est posée d’emblée, mais il entreprend de former son public à une lecture attentive du récit d’enfance comme base de tout examen sérieux des énigmes de la personnalité39. Dans ce domaine, Marivaux offre également un bon exemple de renégociation : si la narratrice procède en effet à des ellipses considérables au nom du contrat tacite : « Je m’imagine [écrit-elle à sa correspondante] que toutes ces minuties de mon bas âge vous ennuient »40, l’héroïne, en revanche, demande à Tervire de ne lui passer aucun détail de sa vie, par désir d’être bien au fait de ses malheurs afin de les comparer aux siens41 ; et si Tervire s’exécute, elle ne peut cependant éviter de s’excuser malgré l’accord passé avec Marianne : « Je vous parle de mon enfance [lui dit-elle] parce que vous m’avez contée la vôtre »42.

26Finissons par Sterne, qui joue encore ici à provoquer son public dans une captatio benevolentiæ ironique, où l’auteur prétend condescendre à livrer tous ces minuscules détails dont les lecteurs sont si friands :

  • 43 Laurence Sterne, Vie et opinions de Tristram Shandy, livre I, chap. IV, p. 30.

Je le sais, une foule de lecteurs en ce monde et nombre d’excellentes gens qui ne sont pas lecteurs du tout se sentent mal à l’aise tant que l’auteur ne les a pas mis dans le secret minutieux de tout ce qui le concerne. Mon inclination naturelle étant de ne désappointer âme qui vive, c’est par une pure complaisance pour cette curiosité que je suis entré jusqu’ici dans un tel détail […]43.

27Suivra une référence acide à Horace conseillant de ne jamais prendre les récits ab ovo, à quoi le narrateur objecte, en bon Moderne, qu’Horace ne parle que de l’épopée et de la tragédie, ce qui lui enlève toute autorité sur un genre qu’il n’a pas connu.

 

  • 44 On connaît la formule lacanienne : « L’inconscient c’est le discours de l’Autre » (Jacques Lacan, « (...)

28Résumons-nous : il y a bien matière, au XVIIIe siècle, pour une modélisation du traitement littéraire du récit d’enfance ; c’est du moins ce que j’espère avoir montré à propos de la séquence que je viens d’étudier, celle d’un récit de genèse décomposable en trois segments : conception, gestation, naissance ; séquence certes très limitée, mais dont l’analyse suggère a fortiori la possibilité de formaliser les étapes suivantes. J’ajouterai que l’étude du récit de genèse conduit à retrouver, dans le champ du roman, le travail d’élaboration philosophique que mène le XVIIIe siècle lockien sur les notions de sentiment de l’existence et de conscience de soi ; à cet égard, il faudrait poursuivre une réflexion sur la dimension expérimentale des formes mises en œuvre pour inventer littérairement un récit et un discours de la conscience à l’état naissant ; dans un ordre proche, il faudrait sans doute également analyser de plus près ce qui, à cette époque, et dans la littérature, émerge d’une problématique des droits de l’enfant : dans son ironie provocatrice, la revendication sternienne des droits de l’homuncunlus, indique fermement la voie. J’insisterais en outre sur l’attention portée dans nos textes au caractère problématique de l’énonciation du récit de première enfance, donné comme échappant nécessairement à la prise de l’infans, et par conséquent surdéterminé sinon toujours déjà aliéné par le discours des autres44. Il semble enfin que le récit de l’enfance abordé comme histoire d’une genèse rejoue, à l’échelle de l’histoire de l’individu, ce que le récit biblique scénographie de la création et de la corruption du monde, fût-ce pour n’en conserver qu’un modèle narratif subverti par l’Histoire.

29Ce qui rend le domaine du récit d’enfance moins visible à l’époque classique qu’aux siècles ultérieurs, c’est qu’outre l’euphémisation de l’objet qu’impose la doxa de l’époque, on cherche dans les racines la même chose que sur les branches (qu’on pardonne l’image) ; or il s’agit bien de la même chose, mais pas aux mêmes échelles, ni au même stade de développement. Il est donc justifié de croiser les périodes et les strates historiques pour faire apparaître des cohérences, pour relever des dissemblances, pour suivre les transformations des thèmes et des motifs, etc. Sur certains aspects, le travail dans « l’inter-sécularité » paraît ainsi tout à fait nécessaire ; par exemple, j’aurais désiré parler des premiers souvenirs d’enfance, mais le matériau disponible pour le XVIIIe siècle, s’il n’est pas sans intérêt ni sans diversité, n’aurait probablement révélé sa vraie portée qu’en diachronie. Enfin, s’il est effectivement possible et utile de travailler aux éléments d’une modélisation du récit d’enfance, ce travail ne doit jamais perdre de vue la nécessité artistique propre au jeu littéraire, qui l’amène à modifier continuellement les règles, les cadres, les hiérarchies, les formes – et les modèles.

Notes

1 Henry Joseph Du Laurens, Imirce ou la Fille de la nature [1765], Annie Rivara (éd.), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1993.

2 À commencer par saint Augustin : « Je prends la hardiesse de vous demander si mon enfance a succédé à quelque autre âge qui fût fini avant elle ; et si cet autre âge est celui que j’ai passé dans le ventre de ma mère […]. Mais encore qu’étais-je avant d’être conçu ? Avais-je quelque être ? Et étais-je quelque part ? » (saint Augustin, Confessions (trad. 1651), Paris, Gallimard (Folio), livre I, chap. VI, p. 34).

3 Alain-René Lesage, Histoire de Gil Blas de Santillane, 1715, livre I, chap. I.

4 Giovanni Giacomo Casanova, Histoire de ma vie, Francis Lacassin (éd.), Paris, Robert Laffont, 1997, vol. I, chap. I, p. 16.

5 Mme de Krüdener, Valérie [1803], in Romans de femmes du XVIIIe siècle, Paris, Robert Laffont, 1996, p. 949.

6 Daniel De Foe, Heurs et malheurs de la fameuse Moll Flanders [1722], Paris, Gallimard (Folio), 1969, p. 36.

7 Henry Fielding, Histoire de Tom Jones ou l’Enfant trouvé, 1749, livre II, chap. II-V.

8 Denis Diderot, La Religieuse [rédaction 1760], Jacques Chouillet (éd.), Paris, Le Livre de poche, 1983, p. 12-13.

9 Laurence Sterne, Vie et opinions de Tristram Shandy [1759-1767], Paris, Garnier – Flammarion, 1982, livre I, chap. IV, p. 30-31 : « J’ai été engendré dans la nuit comprise entre le premier dimanche et le premier lundi du mois de mars de l’an de grâce 1718. Je suis formel sur ce point […] il ressort d’une note écrite sur le carnet paternel (carnet aujourd’hui sur ma table) que pour la Fête de l’Annonciation, le 25 du mois où je fus engendré selon mon hypothèse, mon père se mit en route pour Londres avec mon frère aîné Bobby qui entrait à l’école de Westminster, et, comme il appert de la même autorité qu’il ne retrouva pas sa femme et sa famille avant la seconde semaine de mai suivant, mon hypothèse devient presque une certitude. D’ailleurs, le début du chapitre suivant dissipera tous les doutes. »

10 Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas ou le Cœur humain dévoilé [1797], Paris, Gallimard (Pléiade), 1989, t. I, p. 20.

11 Laurence Sterne, Vie et opinions de Tristram Shandy, livre I, chap. II-III, p. 28-29.

12 Le De generatioribus rerum naturalium de Paracelse concernant la fabrication de l’Homoncunlus est l’une des sources de Goethe pour le personnage du même nom dans le second Faust.

13 L’idée fondamentale de cette théorie est que toute la création s’est faite une fois pour toute à l’origine et que par conséquent tout être se trouve à l’état microscopique dans sa semence. Cf. Jacques Roger, Les Sciences de la vie dans la pensée du XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1993, p. 334 sq. L’amplification qui suit semble bien viser cette théorie, encore soutenue par de bons esprits comme Charles Bonnet ou Voltaire dans la seconde moitié du siècle : « Les plus minutieux des philosophes […] nous ont incontestablement prouvé que l’HOMUNCULUS a été créé par la même main, engendré par le même cours naturel et doué des mêmes facultés et pouvoirs de locomotion que nous ; il a comme nous : peau, poil, graisse, chair, veines, artères, ligaments, nerfs, cartilages, os, moelle, cervelle, glandes, organes reproducteurs, humeurs et articulations […] » (ibid., p. 29).

14 « Bref, son être est aussi actif et doit être dit aussi véridiquement notre prochain que le Lord Chancelier d’Angleterre. On peut le combler ou lui porter tort, il peut obtenir réparation, bref il jouit de tous les droits et privilèges que Tulle, Puffendorff et les meilleurs moralistes attachent nécessairement à l’état d’homme » (ibid.).

15 Cf. Jean-Jacques Lecercle, Frankenstein : mythe et philosophie, Paris, PUF, 1988.

16 Jean-Jacques Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire [1784], deuxième Promenade.

17 Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne [1818], Paris, Garnier-Flammarion, 1979, chap. XI, p. 175.

18 Ibid., chap. XII.

19 Ibid., chap. XV, p. 210.

20 Alain-René Lesage, Les Aventures du chevalier de Beauchesne [1734], Paris, Phébus, 1991, livre III, p. 125.

21 Cf. l’introduction d’Étienne Balibar au traité lockien de l’identité : John Locke, Identité et différence. L’Invention de la conscience, Paris, Seuil (Points), 1998.

22 Pierre de Marivaux, La Vie de Marianne, Frédéric Deloffre (éd.), Paris, Bordas (Classiques Garnier), 1990, IXe partie (1742), p. 430.

23 Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions [1784], in Œuvres complètes, Paris, Gallimard (Pléiade), 1959, t. I, livre I, p. 8.

24 Jean-François Perrin, « Le récit d’enfance du XVIIe siècle à Rousseau », Dix-huitième siècle, no 30, 1998, p. 211-220.

25 Jeanne Marie Bouvier de la Mothe Guyon, La Vie de Madame Guyon écrite par elle-même [1720], Benjamin Sahler (éd.), Paris, Dervy, 1983 (introduction de Jean Tourniac), première partie, chap. II, p. 20-22.

26 Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, p. 7.

27 Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas…, note A, p. 20-21.

28 Cf. Yvan Loskoutoff, La Sainte et la Fée. Dévotion à l’Enfant-Jésus et mode des contes merveilleux à la fin du règne de Louis XIV, Paris – Genève, Droz, 1987.

29 Laurence Sterne, Vie et opinions de Tristram Shandy, livre IV, chap. XIX, p. 275.

30 Saint Augustin, Confessions, livre I, chap. VI, p. 34 : « Plusieurs années se sont écoulées et mon enfance est morte sans que je cesse d’être vivant. Mais vous, Seigneur, non seulement vous êtes toujours vivant ; mais rien ne meurt jamais en vous, parce qu’avant tous les temps, et généralement avant toutes choses vous étiez toujours et vous étiez toujours Dieu et le Seigneur de toutes les créatures que vous avez tirées du néant […]. Mais moi encore qu’étais-je avant d’être conçu ? »

31 Ibid., p. 32.

32 Jeanne Guyon, La Vie de Mme Guyon écrite par elle-même, première partie, chap. II, p. 20.

33 Pierre de Marivaux, La Vie de Marianne, première partie (1731), p. 13-14.

34 Abbé Prévost, Cleveland [1731-1739], in Œuvres complètes, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1977, t. II, livre V, p. 229-230. On sait que la fille de Fanny et de Cleveland leur a été enlevée par les sauvages Rouintons en même temps que leur amie, Mme Riding.

35 Ibid., livre X, p. 448. Après une errance aventureuse dans les forêts du Nouveau Monde, l’enfant et sa protectrice ont fini par arriver en Normandie, à Quevilly, où aura lieu, quelques temps après, la substitution.

36 Ibid., p. 446-447.

37 Ibid., p. 449-452.

38 Restif de la Bretonne, Monsieur Nicolas…, Première époque, p. 34.

39 Cf. Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, livre IV, p. 174.

40 Pierre de Marivaux, La Vie de Marianne, première partie, p. 16.

41 Pierre de Marivaux, La Vie de Marianne, IXe partie, p. 430.

42 Ibid., p. 438.

43 Laurence Sterne, Vie et opinions de Tristram Shandy, livre I, chap. IV, p. 30.

44 On connaît la formule lacanienne : « L’inconscient c’est le discours de l’Autre » (Jacques Lacan, « Le séminaire sur la “lettre volée” », in Écrits, Paris, Seuil, 1966, p. 16).

Auteur

Université Stendhal, Grenoble III

Professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l’Université Stendhal, Grenoble III, est l’auteur du Chant de l’origine : la mémoire et le temps dans les « Confessions » de Jean-Jacques Rousseau (SVEC, Oxford, The Voltaire Foundation, 1996), coéditeur de Tanzaï de Claude Crébillon (Œuvres complètes, t. I, Paris, Bordas (Classiques Garnier), 1999), des Actes du colloque de Grenoble Le Conte merveilleux au XVIIIe siècle : une poétique expérimentale (Paris, Kimé, 2002), éditeur des Lettres philosophiques de Jean-Jacques Rousseau (Paris, Livre de poche classique, 2002).

© Presses universitaires de Caen, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540