Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Récit d'enfance et ses modèles

 | 
Anne Chevalier
, 
Carole Dornier

L'enfance ou les promesses d'un avenir

L’enfance de l’homme de mérite au XVIIIe siècle : constitution d’un modèle

Carole Dornier

Texte intégral

  • 1 Sur la fortune du modèle de l’enfance illustre et du récit d’accession à la reconnaissance sociale (...)

1À propos des récits d’enfance du XVIIIe siècle dans des histoires de vie écrites par ceux qui les ont vécues, j’aimerais utiliser le terme de modèle selon plusieurs acceptions : le modèle est ce qui sert d’objet d’imitation dans les récits d’enfance étudiés. Il désigne les références à des genres codifiés du récit, mais aussi ce qui est susceptible d’être reproduit et de donner lieu à une série. Ici, ce sont la comparaison entre plusieurs récits, puis la référence à des réemplois / réécritures ultérieurs, qui permettent d’avancer l’hypothèse de la formation d’une nouvelle matrice du récit d’enfance au XVIIIe siècle exploitée dans des séries au siècle suivant. Enfin le mot modèle renverra aussi à la catégorie de l’exemplaire dans une littérature à intention moralisante, didactique. Le récit de vie produit un exemple à imiter dont les contours sont à mettre en relation avec des présupposés idéologiques qu’il conviendra de définir et qu’on étudiera en particulier à partir des nouvelles définitions de la considération, du mérite, du grand homme ou de l’homme illustre, sur l’arrière-plan d’une mise en question de la naissance comme valeur sociale1.

  • 2 Emmanuèle Lesne, La Poétique des mémoires (1650-1685), Paris, Champion, 1996, p. 395-415 ; Louise G (...)

2Des travaux récents ont souligné l’existence bien attestée du récit d’enfance avant Rousseau2. Mais on y relève la prégnance de formes spécifiques, en particulier dans l’autobiographie spirituelle, qui constituent une topique de la préfiguration chez l’enfant du destin ultérieur de l’adulte. Tout est dit à l’avance et, comme le soulignait Michel de Certeau dans son article consacré à l’hagiographie, celle-ci

  • 3 Michel de Certeau, article « Hagiographie », in Encyclopaedia universalis.

postule que tout est donné à l’origine avec une « vocation », avec l’origine ou, comme dans les vies de l’Antiquité, avec un ethos initial3.

  • 4 Philippe Lejeune, L’Autobiographie en France, Paris, Armand Colin, 1971, p. 38 ; Yves Coirault, « A (...)
  • 5 Emmanuèle Lesne, La Poétique des mémoires…, p. 406-415.
  • 6 Ibid., p. 169-190.

3On a souligné d’autre part la relative absence du récit d’enfance dans les mémoires aristocratiques, au profit du récit généalogique et parfois du récit de naissance, non sans référence à des modèles légendaires. Ce sont la place dans une lignée et la personne publique, l’acteur de l’histoire, qui sont objets du récit4. Les mémoires, selon la définition du Dictionnaire de Furetière (1690), sont des « livres des historiens qui ont eu part aux affaires ou qui en ont été témoins oculaires… ». Dans cette mesure, on n’y trouvera pas la recherche par l’écriture d’une connaissance de soi, d’une quête d’identité, à travers les événements fondateurs d’une personnalité. Sans doute faut-il nuancer ces affirmations en distinguant les périodes d’écriture, la position sociale et le sexe du scripteur. Comme l’a souligné Emmanuèle Lesne, les mémoires féminins développent davantage, de façon plus originale et plus centrée sur la personnalité, le récit d’enfance5. Sans doute les femmes qui écrivent ont-elles moins le souci de se présenter comme personnages publics, et s’autorisent-elles davantage la remémoration de détails puérils dans le cadre d’une écriture ne revendiquant que son propre plaisir ou celui des proches. L’absence de prétention à écrire la grande Histoire est aussi un gage de liberté. Mais il n’en reste pas moins que c’est avec Rousseau et dans une certaine mesure avec Rétif et Casanova que le récit détaillé de l’enfance apparaît comme un point d’ancrage de l’histoire de la personne6. À côté de ces récits qui ont donné leurs lettres de noblesse à l’évocation de l’enfance au XVIIIe siècle, d’autres histoires de vie ont développé des récits d’enfance dans lesquels on peut repérer des éléments récurrents qui vont former une nouvelle topique. Parmi ces éléments, on relèvera des motifs narratifs, mais aussi une doxa plus ou moins implicite, caractéristique du mouvement, qu’on appellera dans la deuxième moitié du siècle, les Lumières.

4La naissance de l’autobiographie ne peut pas être dissociée de la revendication d’un droit à la parole qui caractérise une élite montante : celle des gens de lettres qui acquiert une relative autonomie au sein des institutions littéraires et particulièrement au sein des académies. Ils tentent d’affirmer une certaine forme de légitimité sociale qui autorise, non sans réticences, à laisser à la postérité le récit d’un parcours existentiel jugé hors du commun. Se forment les éléments d’une nouvelle topique du récit d’enfance, qui, prenant appui, parfois dans le registre parodique, sur d’anciens modèles, les transforment pour célébrer les valeurs qui ont permis l’ascension racontée dans le récit de vie. Parce que l’accès au savoir, à la culture et au bien dire a été la condition de la réussite et du témoignage qu’on en donne, ces épisodes de la vie deviennent des passages obligés mis en évidence et chargés de signification par les narrateurs.

Récits d’enfance d’hommes de lettres

5Les épisodes de l’accès à l’instruction et au savoir dans des récits de vie d’hommes de lettres présentent souvent ces étapes comme décisives dans leur réussite et en font le support d’une conception de la valeur sociale définie par le mérite.

  • 7 Valentin Jamerey-Duval, Mémoires : Enfance et éducation d’un paysan au XVIIIe siècle, Jean-Marie Go (...)
  • 8 Trois contes parus d’abord dans Le Mercure de France en 1755-1756, puis un recueil de dix-huit cont (...)
  • 9 Charles Duclos, Confessions du Comte de ***, Paris, Prault, 1741.
  • 10 Ces Mémoires secrets dont les autorités craignaient probablement la divulgation, sont demeurés dans (...)

6Je m’intéresserai donc par ordre chronologique aux mémoires de Jamerey-Duval, de Duclos, de Marmontel et de Morellet7. Les quatre mémorialistes d’origine roturière et, à l’exception de Charles Duclos, très modeste, appartiennent à la République des Lettres d’Europe. Ce sont tous des hommes de lettres reconnus institutionnellement et ils doivent leur notoriété et leur aisance à leur savoir ou à leurs talents d’écrivains. La vision rétrospective de leur enfance est écrite sous l’influence de certains modèles antérieurs, surtout dans le cas de Jamerey-Duval que son histoire et sa formation d’autodidacte amènent plus facilement à la mosaïque d’emprunts : à l’écriture pamphlétaire, à la fable, au roman picaresque et au conte philosophique. Marmontel, écrivant après les Confessions, évoque son éducation d’une façon moralisante, sentimentaliste et idéalisée qui rappelle Rousseau, mais aussi sa propre écriture des Contes moraux8. Duclos, romancier et historien, s’imite, si l’on veut, lui-même, comme auteur des Confessions du comte de ***9, roman autobiographique à succès, mais aussi des Mémoires secrets10, chronique de la Régence et du règne de Louis XV. Morellet est celui qui a le style le plus proche du mémorialiste et de l’historien, s’interdisant les ornements, jouant sur les procédés de modalisation accentuant la factualité du récit « si je m’en souviens bien » (AM, 45), s’efforçant de témoigner avec le récit de son éducation d’un système d’instruction qui a disparu. Le moment et les conditions de rédaction donnent à la vision rétrospective de ces épisodes une tonalité particulière.

  • 11 Sur les circonstances de rédaction des Mémoires et sur la vie de Jamerey-Duval, cf. l’introduction (...)

7Jamerey-Duval rédige son texte entre 1733 et 174711. C’est un ancien berger qui écrit au milieu des courtisans, ceux de la cour du duc de Lorraine d’abord, puis ceux de Florence (le duc de Lorraine ayant cédé cette province à Stanislas au profit de la Toscane), enfin ceux de Vienne (Marie-Thérèse ayant épousé le Grand-Duc), où il est devenu directeur du cabinet impérial des médailles et des monnaies. Son ressentiment à l’égard des courtisans et, d’une façon plus générale, à l’égard de la noblesse se laisse percevoir et engage même, comme l’a suggéré Jean-Marie Goulemot dans l’introduction de son édition des Mémoires, l’ensemble du projet autobiographique :

Ce dont Jamerey-Duval a […] souffert, sous le masque de l’acceptation sereine, c’est de n’avoir pas été estimé à l’aune de son savoir et de sa culture (VJD, 45).

8Et le même critique de suggérer que l’autobiographie revendique le néant originel que la Cour ne cesse de lui rappeler. Le récit de l’enfant éprouvé, qui se fera lui-même par son courage et par son désir de liberté, sonne comme l’exhibition d’une misère qui devient un titre de gloire.

  • 12 Sur la vie et la carrière de Duclos, cf. Paul Meister, Charles Duclos (1704-1772), Genève, Droz, 19 (...)

9Charles Duclos, qui au passage fut en correspondance avec Jamerey-Duval et fait partie de ces intellectuels parisiens installés qui favorisent la diffusion d’une idéologie du mérite, écrit ses mémoires inachevés (ils ne couvrent que les vingt-cinq premières années de sa vie) dans les cinq dernières années de sa vie, entre 1767 et 1772. Duclos a parfaitement réussi une intégration qui l’a conduit à occuper une des fonctions les plus prestigieuses du monde des lettres : il est Secrétaire perpétuel de l’Académie française. Il écrit après l’expulsion des Jésuites et après l’affaire La Chalotais, ennemi de l’ordre et auteur d’un projet de réforme de l’éducation, dont il est le proche ami. Duclos relit son passé et en particulier l’éducation qu’il a reçue en en appréciant les défauts et les avantages à la lumière de ses conceptions éducatives déjà formulées, qui attachent une très grande importance à l’éducation systématique et collective, dont l’objectif est de tirer parti au mieux du caractère de l’enfant12.

  • 13 Cf. John Renwick, « Marmontel mémorialiste », introduction à son édition de Marmontel, Mémoires, Cl (...)

10Jean-François Marmontel compose ses mémoires entre 1793 et 1796 dans la retraite d’Habloville. Il a fui le Paris révolutionnaire, où il se sait menacé. Comme d’autres partisans des idées philosophiques aux opinions en faveur d’une plus grande égalité, il a d’abord été favorable au changement, mais sa fortune et sa considération disparaissent avec l’Ancien Régime. Marmontel écrit dans sa solitude pour oublier dans un passé idéalisé un naufrage personnel autant que collectif13.

  • 14 Cf. l’introduction de Jean-Pierre Guicciardi dans l’édition de référence (AM, 9-40).

11André Morellet, lié à Marmontel qui a épousé sa nièce, rédige ses mémoires dans un état d’esprit similaire entre 1797 et 180014. Acquis aux idées philosophiques, d’abord partisan modéré du processus révolutionnaire, comme ecclésiastique et riche rentier, il perd tout dans la tourmente et se sait lui aussi menacé, tandis que tombent autour de lui les têtes. Ses souvenirs sont marqués par une critique violente des événements révolutionnaires, mais aussi par le souci de montrer que l’élite progressiste de la fin de l’Ancien Régime, dont il a fait partie, n’est pas responsable de la Terreur. Marmontel et lui appartiennent à cette intelligentsia de parvenus des lettres au faîte de leur ascension quand la Révolution éclate, de ces philosophes qui ont reçu gratifications, pensions et indemnités, d’un pouvoir qu’ils ont critiqué et dont ils ont profité.

12Chacun se livre donc à une construction rétrospective du souvenir, suivant une rhétorique relative aux circonstances de l’énonciation. Mais le point commun des quatre narrateurs dans le récit d’éducation est de souligner qu’ils ont accédé à une instruction d’un niveau supérieur à celui qu’ils pouvaient attendre de leurs origines sociales.

Les obstacles à l’instruction

13Jamerey-Duval ne mentionne même pas ses parents au début de son récit ; cette naissance si obscure est-elle dicible ? Mais il exhibe devant son lecteur un dénuement auquel le ton révolté du récit donne sa dignité :

Je suis né en France dans un lieu qui ressemblait autrefois à un gros bourg, que la dureté du Gouvernement a réduit en un chétif village, et qui dans peu, par les fréquents orages des impôts et des gabelles, aura le sort d’une infinité d’autres endroits que la misère a converti en humbles et indigentes chaumières (VJD, 111).

14Son origine, c’est la misère : celle d’un village de Champagne, où on ne connaît pas les souliers, seulement les sabots ou les pieds nus. Le modèle d’écriture qui inspire cette première page est le modèle pamphlétaire, où se déploie une rhétorique appuyée au service de la dénonciation. Rien ne prédispose Valentin à recevoir une éducation digne de ce nom.

Mon éducation ne s’étendit guère au-delà de la nourriture ; on m’éleva à peu près comme on élève les plantes, c’est-à-dire d’une manière tout à fait végétative. Mon instruction consista à m’apprendre l’oraison dominicale […]. On en fit de même à l’égard du catéchisme et à force de m’en répéter des fragments, je parvins à savoir qu’il y avait un pape, une église et des sacrements. J’appris ensuite qu’il y avait un pape, chef visible de cette église, des prêtres et des moines ; on m’enseigna à les respecter et même à les craindre, et c’est ce que je fais encore, quoiqu’avec quelque restriction (VJD, 112).

15Cette enfance malheureuse et subie devait condamner l’enfant à mourir de faim ou sous les coups de son beau-père. Ironisant sur ce sombre tableau, le narrateur fait référence à un premier modèle littéraire, le conte de fées, en précisant que son sort aurait pu inspirer les poètes qui ont imaginé les « marâtres les plus dénaturées » (VJD, 113).

16Beaucoup plus favorisé par le destin, Duclos est celui des quatre hommes de lettres considérés qui a les origines sociales les moins éloignées de la position qu’il va acquérir. Il ne manque pas cependant de se présenter d’une façon qui compense sa roture :

Je suis né […] d’une famille honnête et ancienne dans le commerce (CD, LVII).

17Cependant il signale que l’audace de sa mère est ce qui lui a permis de recevoir une éducation bien au-dessus de celle dispensée pour les jeunes de son milieu. L’éducation parisienne reçue par Duclos ne correspond pas aux usages, comme il le rappelle à son lecteur :

  • 15 C’est l’auteur qui souligne.

Je suis le premier bourgeois de Dinan, et jusqu’ici le seul, élevé à Paris dès l’enfance. […] Une certaine noblesse du canton trouvait presqu’insolent qu’une simple commerçante osât15 […] donner à son fils une forme d’éducation qui ne convenait qu’à des gentilshommes (CD, LXVIII).

18Marmontel présente ses origines obscures en les magnifiant selon un modèle rousseauiste qui fait de Bort-les-Orgues une sorte de république genevoise en Limousin,

lieu où l’inégalité de conditions et de fortune ne se faisait presque pas sentir […]. La médiocrité y tenait lieu de richesse. Chacun y était libre et utilement occupé […]. Quoique né dans l’obscurité, je n’ai connu que mes égaux (JFM, 35).

19La représentation idyllique de Bort-les-Orgues est associée à des figures tutélaires qui relèvent d’une littérature moralisante. Marmontel a acquis des rudiments d’instruction avec des religieuses qui acceptent ce petit garçon dans leur couvent pour complaire à sa mère. Il passe ensuite entre les mains d’un « prêtre de la ville qui, gratuitement et par goût, s’était voué à l’instruction des enfants » (JFM, 36). Ce personnage, tout droit sorti des Contes moraux ou d’un tableau de Greuze, était le fils d’un cordonnier « le plus honnête homme du monde ». Et l’ecclésiastique est lui-même « un vrai modèle de la piété filiale » (JFM, 36). Malgré ces circonstances présentées comme favorables, des raisons économiques, sur lesquelles l’auteur s’étend longuement, expliquent les réticences du père à laisser entrer Jean-François au collège de Mauriac. Comme dans le cas du récit de Duclos, c’est l’ambition de la mère qui permet de surmonter l’obstacle :

La prévoyance de mon père s’exagérait les frais de mon éducation ; d’ailleurs il regardait comme un temps assez mal employé celui qu’on donnait aux études : le latin, disait-il, ne faisait que des fainéants […]. Pressé par ma mère, qui désirait passionnément qu’au moins son fils aîné fît des études, il consentit à me mener au collège de Mauriac (JFM, 39).

20Aîné d’une famille de sept enfants, Jean-François, fils d’un modeste artisan tailleur, peut espérer tirer profit de ses études en devenant prêtre ; mais le temps de finir ses études, il laisse les siens dans le dénuement en cas de décès du père. Ce sont donc des motifs économiques qui expliquent, comme le narrateur le souligne lui-même, les réticences paternelles.

21Autre aîné d’une très nombreuse famille (quatorze enfants), André Morellet est le fils d’un marchand papetier de Lyon, naissance qu’il avoue sans détours, en ajoutant aussitôt, à propos de son père :

  • 16 C’est nous qui soulignons.

Son commerce, borné comme ses capitaux, ne lui laissait guère les moyens de donner à ses enfants une éducation longue et coûteuse. Je fis pourtant16 mes études au collège de Jésuites (AM, 44).

22Le « pourtant » exprime de façon suffisamment explicite la contradiction pour qu’il ne soit pas besoin d’y insister. L’obstacle aux études pour un enfant d’une famille aux moyens limités se trouvera cette fois à l’intérieur même du collège dont on a réussi à franchir les portes :

Là, négligé de mes premiers régents, à cause de la médiocrité de mon état, et n’ayant point d’autre guide, je me souviens qu’en sixième et en cinquième je fus constamment un des derniers de la classe, et fouetté régulièrement tous les samedis, pour l’exemple et l’instruction des autres ; il est sûr que pour moi, cela ne me servait de rien. Je ne pense encore qu’avec horreur à la malheureuse condition où j’ai vécu pendant ces premières années d’une jeunesse douce et docile, qui ne demandait qu’à être encouragée, et à tout le temps que j’ai perdu par l’indifférence et l’injustice de mes maîtres (AM, 44).

23Au souvenir de ce qui a été, Morellet superpose ce qui aurait dû être, sans jamais remettre en question son droit à l’éducation et l’idée que les qualités et l’intelligence doivent être cultivées grâce aux soins des éducateurs. C’est ainsi que dans le récit de sa propre jeunesse, Morellet insère un autre récit d’enfance abrégé, celui du condisciple et ami, dont il fut aussi l’admirateur : Anne Turgot. Homme dont il rappelle le caractère exceptionnel, Turgot enfant est lui aussi un être rejeté et misérable dont les qualités risquaient d’être étouffées par le mépris et l’indifférence :

Il avait passé toute son enfance presque rebuté, non pas par son père, qui était un homme de sens, mais par sa mère, qui le trouvait maussade parce qu’il ne faisait pas la révérence de bonne grâce, et qu’il était sauvage et taciturne […]. Il s’était élevé lui-même ; car son instituteur que j’ai connu, homme doux et raisonnable, était très médiocre (AM, 52).

24Dans les quatre cas, l’accès à une bonne éducation est présenté comme un parcours semé d’obstacles que l’enfant parvient à surmonter par ses qualités propres d’une part, par la rencontre, d’autre part, avec des maîtres ou supérieurs qui jouent le rôle d’inventeurs et de cultivateurs de talents, mais aussi par certaines caractéristiques des institutions scolaires fréquentées.

Une nature favorable

25Pour Jamerey-Duval, ce sont le goût de la solitude, le bon sens, l’extrême curiosité et un refus absolu de toute forme d’asservissement qui apparaissent dans le récit comme cette nature particulière qui triomphe de tous les obstacles pour accéder à la connaissance. Destiné à mourir, ou de faim ou des sévices infligés par son beau-père, le narrateur raconte comment l’enfant de treize ans va se forger un autre destin en prenant la fuite. Commence alors une errance, au cours de laquelle Valentin traverse bien des épreuves que le héros parvient à surmonter par une incroyable ténacité. Cette période est celle de la découverte du monde extérieur au village : le spectacle des lieux qu’il traverse, les rencontres qu’il fait sont présentés par le narrateur comme autant d’occasions mises à profit par l’enfant pour s’instruire. Il ne cesse d’interroger ceux qu’il rencontre : un meunier sur Paris et le roi, les vieillards de l’hospice à propos du temps, le frère Pacôme sur la géographie et sur la guerre, des badauds rencontrés par hasard sur le fonctionnement de la justice, un ecclésiastique sur les différences entre la France et la Lorraine… Le récit est alors marqué par la référence à plusieurs modèles : le roman picaresque, le conte philosophique jouant sur le regard de l’observateur étranger à la manière de L’Espion turc de Marana ou de Rica des Lettres persanes de Montesquieu.

26Au conte picaresque, le narrateur emprunte les procédés de tensions entre le point de vue erroné de l’enfant et la mise au point ironique du narrateur averti, de connivence avec un lecteur supposé partager ses vues. Il tire parti du procédé de l’observateur étranger, pour faire de la naïveté de l’enfant un instrument de dénonciation des abus : parce qu’il vient d’un pays misérable, saigné par les collecteurs d’impôts au service du monarque, l’enfant croit qu’on ne peut mourir que de faim et sera détrompé lors de son séjour à l’hospice de Tonnerre. Rencontrant un capucin, il apprend de lui qu’on se fait gloire de tuer ses semblables quand l’assassinat s’accomplit en masse, sous le nom de guerre. Livré à lui-même, découvrant le monde qui l’entoure avec, selon le narrateur « les impressions de l’instinct » (VJD, 132), l’enfant se forge un savoir différent de celui des paysans, et oppose naïvement à une doxa de la résignation un discours de révolte :

Je remarquais souvent qu’on m’écoutait avec une espèce de surprise, et c’est ce qui m’étonnait beaucoup […]. Il me semblait très naturel de fuir la misère et l’oppression. […] Bien loin d’être de mon avis [ces bonnes gens] me disaient quelquefois que là où la chèvre est attachée, il faut qu’elle y broute, mais ce proverbe trivial, qui était un axiome pour eux, n’avait rien qui m’embarrassât. Je leur répliquais qu’une chèvre n’était qu’une bête et que de la prendre pour modèle c’était se montrer aussi bête qu’elle (VJD, 133).

  • 17 Cf. Jean-François Perrin, « Le récit d’enfance du XVIIe siècle à Rousseau », p. 212 et Philippe Wal (...)

27L’audace et la capacité de raisonnement de Valentin réinvestissent, dans une version laïque de dénonciation sociale et politique, le topos du puer senex17. L’enfant vieillard est un motif qui revient dans le discours d’un charitable ecclésiastique que Valentin rencontre en entrant sur les terres de Lorraine. Le lieu commun est ici réinvesti par le discours des Lumières naissantes, dans les propos que l’adulte tient à l’enfant :

Vous faites paraître une maturité de raison qui m’étonne et je ne suis pas moins surpris qu’à votre âge vous soyez déjà affranchi de l’esprit de bagatelle et de minutie qui fait le partage de vos pareils. Je remarque en vous un goût décidé pour l’examen et pour la vérité qui pourra un jour vous être avantageux et vous tirer de la triste condition où vous êtes. Tâchez seulement de mettre à profit les heureuses dispositions que la nature vous a accordées et pour cela vous ne devez pas manquer d’apprendre à lire aussitôt que l’occasion s’en présentera (VJD, 176).

28Cette nature qui ne demande qu’à être cultivée se manifeste lorsqu’il demande aux bergers avec lesquels il travaille de lui apprendre à lire :

Mes progrès dans la lecture furent si rapides qu’en peu de mois les acteurs de l’apologue [personnages des fables d’Esope] n’eurent plus rien de nouveau pour moi. Je parcourus avec une extrême avidité toutes les bibliothèques du hameau (VJD, 192).

29C’est dans le récit de son séjour à l’ermitage de Sainte-Anne, période de stabilité et de tranquillité après les épreuves de son errance, que se manifestent le plus clairement les qualités qui permettent d’abord l’autodidaxie, ensuite sa découverte par son véritable mentor et enfin son entrée au collège. Valentin déploie une grande ingéniosité, d’abord pour apprendre à écrire : il découpe un carré de verre et s’en sert comme d’un calque pour s’entraîner à former des lettres (VJD, 221). Les mathématiques, dont il apprend les rudiments dans un abrégé de la Bibliothèque bleue, sont pour lui « une source d’amusements et de plaisirs » (VJD, 221). Contemplant un soir les étoiles depuis un tertre de la forêt voisine, il décide de fabriquer une guérite surélevée qui lui servira d’observatoire. Il dépense ses maigres économies pour acquérir un planisphère et des cartes. Il se passionne ensuite pour la géographie et souffre pour la première fois de sa pauvreté, parce qu’il ne peut acheter autant de cartes et de livres qu’il le souhaite. Il se met alors à chasser les renards, les fouines et les putois pour tirer de l’argent de leur fourrure et négocie avec les ermites deux heures de liberté par jour pour pouvoir étudier. Le désir de s’instruire apparaît comme une passion irrépressible qui caractérise un être exceptionnel. Aussi est-ce, des quatre récits considérés, celui de Jamerey-Duval qui est le plus proche de l’hagiographie.

30Dans le fragment autobiographique de Duclos, l’auteur prête à son entourage familial la bonne opinion qu’on a de ses qualités :

On disait que j’annonçais beaucoup d’esprit et des dispositions qu’il fallait cultiver. L’opinion qu’on avait de moi n’était fondée que sur une vivacité extrême et une mémoire singulière (CD, IXV).

31C’est ce qui décide sa mère à l’envoyer d’abord à Rennes, puis à Paris. Il a neuf ans. Dans le coche qui l’emmène vers la capitale,

un vieux prêtre […] [lui] trouvait tant d’esprit, et en avait tant lui-même, qu’il prétendait qu’[il] serai[t] un jour docteur de Sorbonne (CD, LXX).

32Malgré le ton ironique, le séjour à la pension Dangeau, puis celui au collège d’Harcourt ne semblent pas démentir les prévisions du prêtre.

33Mais ces qualités ne sont rien si des rencontres favorables ou des établissements conçus pour encourager les élèves doués, ne permettent leur épanouissement.

Des rencontres décisives

34Morellet, après les épreuves, mentionnées plus haut, qui auraient pu mettre fin à ses études, échappe à son triste sort grâce à un bon maître :

En quatrième, je trouvai heureusement dans le jeune jésuite appelé Fabri, mon régent, un homme doux et humain, qui démêla en moi quelque talent, et qui me donna la main pour me tirer de l’oppression où j’avais langui jusqu’alors. Je sentis que je pouvais valoir quelque chose. […] Je me mis tout de suite à être un des meilleurs écoliers, et à obtenir constamment les premières places (AM, 45).

35En évoquant ensuite son entrée au séminaire à l’âge de quatorze ans, il précise les noms et les qualités de ses maîtres,

[ces] inconnus aux gens du grand monde mais qui, dans leur sphère, ont bien mérité des lettres et concouru à l’instruction publique (AM, 47).

36Morellet insiste sur la qualité de ce terreau pour l’épanouissement de ses talents :

Ces leçons, ces exemples, ces motifs d’émulation excitèrent la mienne (AM, 47).

37Dans l’histoire de Turgot, racontée par Morellet et dont il a été question plus haut, ce sont aussi des maîtres qui permettent au garçon doué de tirer parti de ses qualités :

Il fut mis au collège du Plessis pour y faire sa rhétorique et sa philosophie ; il eut le bonheur d’y trouver deux hommes qui sentirent ce qu’il valait et surent l’estimer (AM, 52).

38Pour Jamerey-Duval la rencontre avec le baron de Pfützchner est décisive. Le sous-gouverneur des enfants du duc de Lorraine, intrigué par ce berger plongé dans les atlas et les problèmes de géométrie, l’interroge et décide de lui permettre de faire des études :

Ayant remarqué, raconte Jamerey-Duval, que la nature m’avait pourvu d’un fond de curiosité pour les sciences qui semblait présager que j’y ferais quelque progrès si on me les enseignait par principes, son intérêt était de m’en procurer les moyens (VJD, 272).

39Le baron est aussi un maître attentif qui corrige les thèmes latins de son protégé – trait de complaisance que le narrateur propose à l’admiration de ses lecteurs (VJD, 307). Marmontel, à son arrivée au collège de Mauriac, trouve aussi un protecteur sans lequel il n’aurait pu poursuivre ses études. Son père n’acceptait de le laisser au collège que s’il était reçu en quatrième. Le Père Malosse, qui fait passer à Jean-François une épreuve de thème latin pour apprécier son niveau, constate l’insuffisance de ses connaissances, mais il a la complaisance de le garder et de lui donner les leçons particulières qui lui permettront de suivre la classe. Marmontel exprime aussi sa reconnaissance pour le Père Bourges, « un des hommes les plus lettrés qui fussent au monde », qui illustre l’humble dévouement pédagogique du savant, qui concilie l’achèvement du Dictionnaire poétique latin de Vanière avec l’enseignement en classe de cinquième (JFM, 41). Le récit d’enfance du bon élève qui a réussi se dresse ainsi comme un monument de reconnaissance à la gloire du pédagogue dévoué et compétent et à celle du bienfaiteur qui a permis l’ascension par les études.

40Mais ces récits d’enfance se distinguent des modèles hagiographique ou romanesque, car la rencontre providentielle n’est pas le seul élément favorisant l’accès au savoir et à la réussite. L’éducation collective dans les collèges, lorsqu’elle est organisée pour encourager le mérite, joue un rôle d’élévateur social.

Une « république d’enfants »

41Duclos bénéficie, à la pension Dangeau, d’une éducation réservée aux jeunes nobles, parce que le fondateur de l’établissement a prévu d’y admettre, contre paiement, d’autres enfants, afin « d’exciter l’émulation commune » (CD, LXXVI). L’infériorité de naissance de l’enfant au milieu « des petits comtes ou marquis » (CD, LXXVI) aiguillonne le petit Charles qui fait tout pour éclipser ses camarades sur un autre terrain. Les résultats scolaires ont explicitement dans son récit une fonction de compensation, qui doivent en partie combler l’absence de noblesse. Il tire du souvenir de son expérience personnelle des réflexions générales sur cette façon de gagner en considération malgré sa roture :

  • 18 C’est nous qui soulignons.

Quelque opinion que des enfants aient prise de leur noblesse dans leurs masures ou leurs châteaux, les qualités personnelles, les dons sensibles de la nature, tels que la force du corps et les talents de l’esprit, ne perdent point leurs droits à leurs yeux. Dans un collège, république d’enfants18, le petit bourgeois vigoureux réprime le petit seigneur avantageux et faible ; et celui qui prime dans sa classe jouit d’une considération marquée de la part de ses camarades (CD, LXXVI).

42Le collège de Mauriac, que décrit Marmontel dans son récit, apparaît aussi comme une véritable république d’écoliers, sortie de l’imagination réformatrice de l’abbé de Saint-Pierre. Un système de contrôle des élèves les uns sur les autres y est présenté comme un instrument efficace d’encouragement :

L’écolier inhabile mais appliqué se faisait plaindre ; on l’aidait, on l’encourageait ; si ce n’était le talent, c’était la volonté qu’on estimait en lui ; mais il n’y avait ni indulgence ni pitié pour le paresseux incurable (JFM, 42).

43Entre eux, les élèves s’arrangent pour effacer les inégalités en mettant en commun les suppléments à l’ordinaire envoyés par les familles (JFM, 43). À Pont-à-Mousson, Jamerey-Duval fait un arrangement avec ses condisciples, plus avancés que lui en latin. Ils le corrigent et chaque solécisme relevé vaut à Valentin une amende : celle-ci sert à alimenter une caisse qui fournira en vin la petite communauté (VJD, 359). Morellet entre au séminaire des Trente-trois à Paris moyennant une modique pension, mais avec la promesse d’obtenir une bourse s’il montrait de l’application (AM, 45-46). C’est ce même souci d’encourager le mérite qui permet son entrée en Sorbonne :

Il fallait […] pour ceux qui, comme moi, ne tenaient qu’à des familles obscures, faire espérer quelque mérite et quelques succès (AM, 48).

44Le collège apparaît dans ces récits comme un espace idéal qui aurait réalisé rétrospectivement le mirage social auquel se sont pris les hommes de lettres. Le vrai mérite y tient lieu de naissance ; l’esprit et le courage y sont reconnus. La réussite intellectuelle met le bourgeois à égalité avec l’aristocrate. Dans une certaine mesure, l’évolution des académies au cours du siècle a favorisé ce rêve de l’intellectuel des Lumières. Duclos l’a théorisé dans son chapitre des « Considérations sur les mœurs » consacré aux gens de lettres et aux Grands ; Marmontel l’explicite dans l’article intitulé « Grands » qu’il a rédigé pour l’Encyclopédie : les Grands manquent parfois de mérite et de vraie grandeur. Il faut ajuster « le mérite avec la place ». Paraphrasant Montesquieu, il écrit :

  • 19 Article « Grands », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, (...)

Il est de l’essence de la démocratie que les Grandeurs soient électives, et que personne n’en soit exclu par état. Dès qu’une seule classe de Citoyens est condamnée à servir sans espoir de commander, le gouvernement est aristocratique19.

  • 20 Cf. la note de Jean-Marie Goulemot dans VJD, p. 283.

45Marmontel écrivant ses mémoires en pleine tourmente révolutionnaire est sans doute revenu des opinions en faveur de l’égalité que Mme de Pompadour attribuait aux hommes de lettres quand elle répondait à ses remerciements en 1753 (JFM, 163). Il imagine la république comme un paradis perdu de son enfance : Genève limousine de Bort-les-Orgues, république enfantine du collège de Mauriac. Pour Jamerey-Duval, c’est la Lorraine du duc Léopold qui, malgré les menées des courtisans, représente l’espace du mérite récompensé : le sien ou celui de l’horloger Philippe Vayringe que son altesse envoie étudier en Angleterre et qui devient un physicien de renom (VJD, 282-283). C’est Jamerey-Duval qui rédigera la notice biographique qui lui est consacrée dans la Bibliothèque de Lorraine de Dom Calmet20. Pour Morellet, présenter le séminaire et la Sorbonne comme des institutions visant à encourager le mérite, c’est justifier son indignation contre les assemblées nationales qui ont supprimé l’institution et qui ont privé les membres de cette association de biens acquis par leurs efforts (AM, 50).

Conclusion : vers la série du récit de l’enfant méritant

  • 21 Je remercie Jean-François Perrin d’avoir, à ce propos, attiré mon attention sur l’exemple de Thomas (...)

46À côté de l’univers hiérarchisé et sclérosé de la Cour et des gouvernants français, incapables de promouvoir des réformes pouvant favoriser l’élévation et la mobilité sociales en encourageant les talents, s’est constituée une opinion éclairée de plus en plus acquise à tout ce qui pourrait permettre l’accession des forces économiques et intellectuelles au pouvoir et diminuer les méfaits de l’ignorance. La réussite des quatre hommes de lettres en question est suffisamment exceptionnelle pour qu’ils le soulignent eux-mêmes. Et ces exceptions dans un monde cloisonné ne sont pas propres au XVIIIe siècle21. Ce qui est probablement nouveau est qu’ils présentent cette ascension improbable comme la récompense méritée de leurs qualités associées à des circonstances favorables et en particulier à un système collectif d’éducation relativement ouvert. Le miracle pourrait se reproduire, pourvu qu’on réfléchisse aux conditions qui le permettraient.

  • 22 Cf. la note de Jean-Pierre Guicciardi dans JFM, p. 481.
  • 23 Sur les réécritures édifiantes de la vie de Jamerey-Duval, cf. l’introduction de Jean-Marie Goulemo (...)

47Le récit de Jamerey-Duval et celui de Marmontel donneront lieu au siècle suivant à des publications d’extraits et à des réécritures dans le cadre d’une littérature édifiante pour la jeunesse, qui promeut une version moderne des Vies des hommes illustres de Plutarque. Des extraits des Mémoires de Marmontel ont paru dans des collections spécialisées à l’intention de la jeunesse22. Les titres de ces recueils dans lesquels figure la biographie de Jamerey-Duval, sont éloquents : La Jeunesse des hommes célèbres d’Eugène Müller, Les Enfants célèbres ou Histoire des enfants de tous les siècles et de tous les pays qui se sont immortalisés par le malheur, la pitié, le courage, le génie et les talents, Les Paysans illustres, Plutarque des campagnes, Histoire de trois enfants pauvres, etc.23. Si cet ensemble est loin d’être homogène (la vie du même enfant méritant, Jamerey-Duval, servant au discours des éducateurs catholiques comme aux partisans de l’instruction laïque), il témoigne néanmoins de la constitution d’une doxa du mérite scolaire qui a pris ses racines dans la question de l’éducation du peuple posée au XVIIIe siècle et dans l’opposition du mérite à la naissance qui sous-tend le discours des intellectuels des Lumières.

  • 24 Sur cette idée de « classiques » de la communale et sur son rapport avec une doxa scolaire, spécifi (...)

48Le Petit Chose d’Alphonse Daudet et Le Tour de France par deux enfants de G. Bruno, devenus des classiques de la communale24, doivent sans doute beaucoup à cette matrice du récit d’enfance.

Notes

1 Sur la fortune du modèle de l’enfance illustre et du récit d’accession à la reconnaissance sociale à partir de L’Ami des enfants et des adolescents d’Arnaud Berquin et des recueils du XIXe siècle, cf. Geneviève Idt, « L’enfance des hommes illustres », Cahiers de sémiotique textuelle, no 16, 1989, p. 23-24.

2 Emmanuèle Lesne, La Poétique des mémoires (1650-1685), Paris, Champion, 1996, p. 395-415 ; Louise Godard de Donville, « Le souvenir d’enfance chez quelques mémorialistes (XVIIe-début XVIIIe siècle) », in Autour de l’enfance, Évelyne Berriot-Salvadore, Isabelle Pébay-Clottes (dir.), Pau, Atlantica, 1999, p. 135-150 ; Jean-François Perrin, « Le récit d’enfance du XVIIe siècle à Rousseau », Dix-huitième siècle, no 30, 1998, La Recherche aujourd’hui, p. 211-220.

3 Michel de Certeau, article « Hagiographie », in Encyclopaedia universalis.

4 Philippe Lejeune, L’Autobiographie en France, Paris, Armand Colin, 1971, p. 38 ; Yves Coirault, « Autobiographie et mémoires (XVIIe-XVIIIe siècles) ou existence et naissance de l’autobiographie », Revue d’histoire littéraire de la France, fasc. 75, no 6, 1975, p. 942 ; Gérard Lahouati, « L’invention de l’enfance : le statut du souvenir d’enfance dans quelques autobiographies du XVIIIe siècle », in Autour de l’enfance, p. 163-166.

5 Emmanuèle Lesne, La Poétique des mémoires…, p. 406-415.

6 Ibid., p. 169-190.

7 Valentin Jamerey-Duval, Mémoires : Enfance et éducation d’un paysan au XVIIIe siècle, Jean-Marie Goulemot (éd.), Paris, Le Sycomore, 1981 ; Charles Duclos, Mémoires sur la vie de Duclos, écrits par lui-même, in Œuvres complètes, Paris, Louis-Simon Auger, 1820-1821 (rééd. Genève, Slatkine Reprints, 1968, t. I) ; Jean-François Marmontel, Mémoires, Jean-Pierre Guicciardi, Gilles Therriat (éd.), Paris, Mercure de France (Le Temps retrouvé), 1999 ; André Morellet, Mémoires de l’abbé Morellet de l’Académie française sur le dix-huitième siècle et sur la Révolution, Jean-Pierre Guicciardi (éd.), Paris, Mercure de France (Le Temps retrouvé), 1988 et 2000. Les mentions entre parenthèses VJD, CD, JFM, AM, suivies de chiffres renvoient à la pagination de ces quatre ouvrages.

8 Trois contes parus d’abord dans Le Mercure de France en 1755-1756, puis un recueil de dix-huit contes en 1761, et un autre avec cinq histoires nouvelles en 1765, constituent un des plus grand succès de librairie du siècle.

9 Charles Duclos, Confessions du Comte de ***, Paris, Prault, 1741.

10 Ces Mémoires secrets dont les autorités craignaient probablement la divulgation, sont demeurés dans les papiers confisqués à la mort de l’auteur et ne seront publiés qu’en 1790-1791 (par Jean-Louis Soulavie, Paris, Au Bureau de la collection historique des mémoires du règne de Louis XV, 1790).

11 Sur les circonstances de rédaction des Mémoires et sur la vie de Jamerey-Duval, cf. l’introduction de Jean-Marie Goulemot dans l’édition de référence (VJD, 22-29 et 41-57).

12 Sur la vie et la carrière de Duclos, cf. Paul Meister, Charles Duclos (1704-1772), Genève, Droz, 1956, et Jacques Brengues, Charles Duclos (1704-1772) ou l’Obsession de la vertu, Saint-Brieuc, Presses universitaires de Bretagne, 1971.

13 Cf. John Renwick, « Marmontel mémorialiste », introduction à son édition de Marmontel, Mémoires, Clermont-Ferrand, G. de Bussac, 1972 ; reprise dans John Renwick, Jean-François Marmontel (1723-1799), Paris, Champion, 2001, p. 275-324.

14 Cf. l’introduction de Jean-Pierre Guicciardi dans l’édition de référence (AM, 9-40).

15 C’est l’auteur qui souligne.

16 C’est nous qui soulignons.

17 Cf. Jean-François Perrin, « Le récit d’enfance du XVIIe siècle à Rousseau », p. 212 et Philippe Walter, « Merlin l’enfant vieillard », in L’Imaginaire des âges de la vie, Danièle Chauvin (dir.), Grenoble, Ellug, 1996, p. 117-133.

18 C’est nous qui soulignons.

19 Article « Grands », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, Paris, Libraires associés, 1751-1765, t. VII, p. 844-850.

20 Cf. la note de Jean-Marie Goulemot dans VJD, p. 283.

21 Je remercie Jean-François Perrin d’avoir, à ce propos, attiré mon attention sur l’exemple de Thomas Platter (dit le Vieux, 1499-1582), mendiant et berger, devenu professeur et notable de la ville de Bâle, dont le destin remarquable a été raconté par Emmanuel Le Roy Ladurie dans Le Siècle des Platter (1499-1628), Paris, Fayard, 1995, t. I, Le Mendiant et le Professeur.

22 Cf. la note de Jean-Pierre Guicciardi dans JFM, p. 481.

23 Sur les réécritures édifiantes de la vie de Jamerey-Duval, cf. l’introduction de Jean-Marie Goulemot (VJD, p. 33-40) ; je remercie Cécile Blanchetière de m’avoir signalé une biographie de Jamerey-Duval dans un recueil au titre significatif : Portraits et Histoire des hommes utiles, hommes et femmes de tous pays et de toutes conditions, qui ont acquis des droits à la reconnaissance publique par des traits de dévouement, de charité ; par des fondations philanthropiques, par des travaux, des tentatives des perfectionnements, des découvertes utiles à l’humanité, etc., Paris, Société Montyon et Franklin, Gayet Lebrun, 1839-1840.

24 Sur cette idée de « classiques » de la communale et sur son rapport avec une doxa scolaire, spécifiquement française, je renvoie à l’anthologie de Gaston Bonheur, Qui a cassé le vase de Soissons ? L’album de famille de tous les Français, Paris, Robert Laffont, 1963.

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

Professeur de littérature française à l’Université de Caen Basse-Normandie. Auteur d’ouvrages sur Crébillon fils (Le Discours de maîtrise du libertin, Paris, Klincksieck, 1994) et Prévost (Manon Lescaut, Paris, Gallimard (Foliothèque), 1997), d’une édition critique des Considérations sur les mœurs de Duclos (Paris, Champion, 2000), elle a dirigé trois volumes collectifs sur les rapports entre littérature et subjectivité (Écriture et Exercice de la pensée, Caen, Presses universitaires de Caen, 2001 ; Se raconter, témoigner, Elseneur, no 17, 2001 ; et, en collaboration avec Jürgen Siess, Éloquence et Vérité intérieure (colloque de Cerisy), Paris, Champion, 2002). Elle participe à l’édition des Œuvres complètes de Montesquieu à la Voltaire Foundation.

© Presses universitaires de Caen, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540