Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Récit d'enfance et ses modèles

 | 
Anne Chevalier
, 
Carole Dornier

L'enfance ou les promesses d'un avenir

Enfance et autobiographie au Moyen Âge : sur quelques récits de vocation de Guibert de Nogent à Christine de Pizan

Didier Lechat

Texte intégral

  • 1 Sur la sous-représentation des enfants dans la littérature du Moyen Âge, cf. Béatrix Vadin, « L’abs (...)
  • 2 Guibert de Nogent, Autobiographie, Edmond-René Labande (trad. et éd.), Paris, Les Belles Lettres (L (...)

1La rareté des textes autobiographiques au Moyen Âge n’a d’égale que la faible présence de l’enfant dans les textes littéraires ou dans les sources documentaires dont dispose l’historien sur cette époque, au point qu’on a pu dire de l’enfant comme de l’autobiographie qu’ils n’existaient pas au Moyen Âge. Bien sûr, cette première impression est fausse, comme le démontre un certain nombre de recherches récentes1. Mais les personnages d’enfants et plus encore les récits autobiographiques d’enfance sont assez peu nombreux. Cela nous prive d’un véritable choix et nous amène tout naturellement à prendre d’abord en considération l’œuvre de Guibert de Nogent, le De Vita Sua2, qui constitue l’exception la plus notable à l’absence de récits d’enfance au Moyen Âge, exception de taille, puisque l’ouvrage consacre une place très importante à cette période de la vie. Dans la perspective des « modèles » du récit d’enfance, Guibert ne peut manquer de retenir l’attention pour une raison qui frappe immédiatement tout lecteur de son texte : l’autobiographie de l’abbé de Nogent s’inspire sous de nombreux aspects des Confessions de saint Augustin. Pour essayer de remédier au défaut que présenterait une confrontation entre deux textes seulement, nous compléterons notre corpus par des textes nettement plus tardifs, de la fin du Moyen Âge, écrits entre 1350 et 1405, issus d’une période où l’écriture à la première personne se rapproche de plus en plus de notre définition moderne de l’autobiographie, sans lui être pour autant assimilable.

  • 3 Philippe de Navarre [= Philippe de Novare], Les Quatre Âges de l’homme, Marcel de Fréville (éd.), P (...)

2La mise en perspective de ces œuvres ne va pas forcément de soi, du fait en particulier qu’il est impossible de savoir si les auteurs les plus tardifs – Gilles le Muisit, Jean Froissart, Christine de Pizan – ont eu ou non connaissance du De Vita Sua de Guibert. Les rapprochements qu’on peut faire entre le texte du XIIe siècle et ceux du XIVe siècle n’ont qu’une valeur d’hypothèses. Mais celles-ci peuvent s’autoriser du statut clérical qu’ont en commun tous ces auteurs – exception faite de Christine de Pizan qui ne manque cependant pas de se situer par rapport au milieu clérical – et de la connaissance commune qu’ils ont d’Augustin. Par ailleurs, nous tâcherons d’éclairer ces différents textes à la première personne à la lumière que procurent d’autres textes qui définissent d’une certaine façon une norme, qui inscrivent tout discours sur l’enfance au Moyen Âge dans une problématique, une mise en tension des concepts de « nature » et de « nourriture ». On trouve des éléments intéressants de cet ordre dans des traités didactiques, comme celui sur Les Quatre Âges de l’homme de Philippe de Novare3 (vers 1265), voire dans la sagesse des nations que véhiculent les recueils de proverbes et qu’on retrouve disséminée dans un grand nombre de textes littéraires.

Éducation et Providence dans les récits de vocation religieuse

3Le De Vita Sua a été écrit par Guibert de Nogent, d’après son éditeur, entre 1114 et 1117. Le texte se subdivise en trois parties, dont on peut avoir, de prime abord, un peu de mal à saisir la cohérence, mais qui forment un tout pour leur auteur : la première partie seule relève de ce que nous appellerions « autobiographie », elle relate la vie et la formation intellectuelle de Guibert depuis sa naissance (voire un peu en amont de sa naissance) jusqu’à sa nomination comme abbé à la tête du monastère de Nogent ; la deuxième partie, beaucoup plus courte, constitue un historique du monastère, mais c’est aussi dans cette partie du texte que figure le récit de la mort de la mère de Guibert ; la troisième et dernière partie raconte la naissance de la commune de Laon et l’assassinat de l’évêque Gaudry.

4L’explication de l’assemblage de ces matériaux nous est donnée avec beaucoup de pertinence par l’historien Aron Gourevitch :

  • 4 Aron J. Gourevitch, La Naissance de l’individu dans l’Europe médiévale, Paris, Seuil, 1997, p. 157.

Nos informations sur la vie de Guibert de Nogent sont fragmentaires puisque nous n’en connaissons que la première partie. Ensuite, l’auteur semble s’oublier lui-même, et ce de plus en plus. […] Une fois nommé supérieur du monastère, Guibert en tant que personnalité cesse de se développer et de se transformer ; les buts de son existence sont atteints et il n’a plus rien à dire sur lui-même4.

  • 5 Cf. notamment le chapitre VII du premier livre de saint Augustin, Les Confessions, in Œuvres, Lucie (...)

5Cette mise en contexte de la partie autobiographique de l’œuvre amène donc à une interprétation régressive du récit de vie, non pas à partir de son commencement, mais à partir d’un point d’aboutissement qui est la ligne de mire de tout le reste, le lieu à partir duquel tous les événements antérieurs prennent sens. La vie de Guibert, et plus particulièrement les étapes de son enfance, sont à décrypter comme la récapitulation d’une irrésistible vocation. L’enfance fait l’objet d’une appréciation ambiguë dans le De Vita Sua. Elle est stigmatisée dès la deuxième phrase du livre (« Je confesse l’iniquité de mon enfance »), d’une manière qui n’est pas sans rappeler les jugements sévères d’Augustin sur la prétendue « innocence » de l’enfant5. En revanche, l’enfance est présentée par Guibert, à propos de personnes autres que lui-même, comme le temps de la vie dans lequel s’enracine un certain nombre de vertus. Des exemples d’enfances édifiantes ponctuent l’ouvrage et montrent à quel point la destinée d’un individu peut être profondément ancrée en lui, dès le début de son existence. C’est le cas des « petits enfants » (infantuli), âgés de onze ou douze ans, qui se livrèrent à la méditation avec ferveur en un temps de conversions massives à la vie monastique qui succède ou accompagne la fondation du monastère de la Chartreuse par saint Bruno :

  • 6 Guibert de Nogent, Autobiographie, I, 11, p. 72-73.

Ces passages à une sainte vie permirent d’observer ce que, à plus d’une reprise, on avait vu chez les martyrs de l’antiquité : une foi plus vive en effet apparut chez les êtres ignorants et d’âge tendre que chez ceux en qui fleurissait le prestige, ou des ans, ou de la science6.

6C’est aussi le cas de la mère du narrateur, qui regrette, bien qu’elle fasse preuve d’une immense piété, le temps de son enfance où son sentiment religieux s’exprimait avec plus de spontanéité :

  • 7 Ibid., I, 12, p. 76-77.

Néanmoins, dès sa petite enfance [in ipsis pueritiae] germa en elle la crainte du nom de Dieu. […] il lui arriva plus tard, déjà âgée, de se lamenter parce qu’elle ne se trouvait plus animée en sa maturité par l’aiguillon de cette sage crainte qu’elle avait connu en un âge tendre et tout à fait ignorant7.

  • 8 Pour un relevé des points de contact précis, jusque sur le plan stylistique, cf. Pierre Courcelle, (...)

7Le texte peut frapper d’abord par les nombreuses ressemblances qu’il présente avec son modèle augustinien ; cet aspect a été bien mis en évidence par bon nombre de critiques. La formule initiale – « confiteor » – ne laisse aucun doute, elle place l’œuvre sous le double signe de l’action de grâce et de l’aveu des péchés8. L’enfance et la jeunesse, en dépit des errements par lesquels elles font passer l’individu, sont présentées comme une progression vers la clergie et vers la vie religieuse. Cela apparaît très manifestement à chaque étape mentionnée par Guibert, et cette approche se fait au détriment de tous les détails non signifiants du point de vue de sa destinée. Ainsi le jour de la naissance de Guibert, un samedi de veillée pascale, est présenté comme un signe annonciateur (I, 3) et aussi comme une espèce d’acceptation divine du vœu que ses parents formèrent, promesse faite à la Vierge de faire épouser à l’enfant l’état religieux si l’accouchement qui s’annonçait mal connaissait une issue heureuse. Guibert classe la mort de son père, alors qu’il avait huit mois, dans la catégorie des événements providentiels, car celui-ci aurait probablement brisé le vœu qui destinait son fils à la cléricature (I, 4). L’instruction de l’enfant fait l’objet des développements les plus longs ; celle-ci a été confiée par sa mère à un clerc dont Guibert regrette la médiocrité intellectuelle et les emportements. Peu clair dans son enseignement, de caractère entêté, ce maître inflige à l’enfant des sévices corporels qui inquiètent la mère et la portent à douter des choix qu’elle a faits pour lui (I, 5 et 6).

  • 9 L’absence de souci de chronologie est une constante dans les écrits de Guibert de Nogent, y compris (...)
  • 10 Saint Augustin, Les Confessions, livre I, chapitre IX, p. 791 : « Dieu, ô mon Dieu, quelles misères (...)
  • 11 Cf. Pierre Riché, Écoles et Enseignement dans le haut Moyen Âge (Les Écoles et l’Enseignement dans (...)
  • 12 Gilles le Muisit, Les Lamentations, in Poésies de Gilles le Muisit, M. le baron Kervyn de Lettenhov (...)

8L’aspect sociologique des choix de sa mère fait l’objet d’une insistance toute particulière de la part de l’abbé de Nogent. Il revient à deux reprises9 sur le recrutement de son précepteur : celui-ci servait au départ des cousins de sa famille, mais il a été débauché par la mère de Guibert qui lui a proposé des gages supérieurs (I, 4 et 6). Les ambitions des parents pour leur enfant ne sont pas un thème neuf, elles sont déjà présentes dans Les Confessions10, mais le milieu de la petite noblesse et le cadre féodal dans lesquels s’inscrit la vie de Guibert donnent à l’histoire de sa formation, aux hésitations de sa mère entre le statut clérical et l’état chevaleresque (I, 7), une coloration spécifique11. Cette pression sociale et familiale sur l’enfant est un point qu’on retrouve dans les Lamentations de Gilles le Muisit, auteur pourtant beaucoup plus avare de détails que Guibert12 ; les possibilités de promotion sociale qu’ouvre la clergie sont également soulignées par Philippe de Novare dans Les Quatre Âges de l’homme :

  • 13 Philippe de Novare, Les Quatre Âges de l’homme, § 15, p. 10-11.

Car par clergie est avenu sovant et avenir puet que li filz d’un povre home devient uns granz prelaz ; et par ce est riches et honorez, et peres et sires de celui qui fu sires de lui et des siens13.

  • 14 Guibert de Nogent, Autobiographie, I, 4, p. 28-29.

9Cependant, les causes présentées par l’auteur comme les plus puissantes dans l’histoire de sa vocation sont d’un autre ordre. Elles tiennent en particulier à des facteurs immatériels. C’est parmi ceux-ci qu’il faut ranger deux séries de phénomènes : les songes et les apparitions du diable, qui peuvent se produire pendant le sommeil, mais aussi durant l’état de veille. Les récits de rêves sont très nombreux dans le De Vita Sua. Il s’agit entre autres des rêves faits par Guibert lui-même, mais aussi des songes vécus par autrui à son sujet : le précepteur est d’autant plus enclin à quitter son employeur précédent qu’il a vu un vieillard qui tenait l’enfant par la main lui apparaître au cours de son sommeil14. Grâce à une étude systématique de tous les songes contenus dans l’œuvre, Jean-Claude Schmitt en arrive à la conclusion que le rêve

  • 15 Jean-Claude Schmitt, « Rêver au XIIe siècle », in I sogni nel medioevio, Tullio Gregory (éd.), Rome (...)

est le fait d’un groupe familial qui est centré autour de la mère de Guibert et dont les membres discutent les rêves les uns des autres afin d’en tirer les leçons propres à résoudre les relations sociales15.

  • 16 Saint Augustin, Les Confessions, livre III, chapitre XI, p. 831-832 (songe de Monique).
  • 17 Cf. Jacques Paul, « Le démoniaque et l’imaginaire dans le De Vita Sua de Guibert de Nogent », in Le (...)
  • 18 Guibert de Nogent, Autobiographie, I, 15, p. 116-119.
  • 19 Robert de Boron, Merlin, roman du XIIIe siècle, Alexandre Micha (éd.), Genève, Droz (Textes littéra (...)

10Il ne manque pas de rappeler les différents modèles qui ont pu inspirer le récit de ces rêves, sinon ces rêves eux-mêmes, parmi lesquels réapparaissent Les Confessions16. Mais il faut leur ajouter le modèle hagiographique des « songes de la mère enceinte » et le modèle du voyage de l’âme qui se détache du corps – dans un cas concernant la mère de Guibert (I, 16) – qui retiendra à nouveau notre attention dans le récit de vocation élaboré par Christine de Pizan. Moins orthodoxes que les rêves, dont un modèle est à chercher dans les songes prophétiques, sont assurément les références au diable17, dont une manifestation à Guibert enfant est particulièrement spectaculaire18. La lampe qui s’éteint et l’apparition du diable dans l’obscurité de la nuit sont des éléments classiques de la démonologie médiévale, utilisés par exemple moins d’un siècle plus tard dans le scénario romanesque de la conception de Merlin par un incube19. L’épisode entre nettement dans une intention de dramatisation du sort de l’enfant :

  • 20 Guibert de Nogent, Autobiographie, I, 15, p. 119.

Je me rends compte, mon Dieu, qu’au cours des années de ma tendre enfance le zèle des bonnes intentions dont mon âme était enflammée dut grandement exciter le démon à me suggérer de mauvaises actions. […] les démons s’acharnent avec une plus grande véhémence contre les convertis de fraîche date, ou contre ceux qui aspirent toujours à ce saint propos20.

11Il se dégage de ces observations que l’emploi de divers modèles, parmi lesquels Les Confessions tiennent bien sûr une place de premier ordre, mais sans être l’unique source d’inspiration de Guibert, vise à donner ses lettres de noblesse au parcours spirituel et intellectuel de l’auteur. Les détails concernant l’enfance n’ont de signification qu’au regard d’un dessein dont la Providence est la principale force agissante ; les éléments qui ressortissent au déterminisme sociologique – milieu d’extraction de l’auteur, ambitions de ses parents pour lui, pratiques pédagogiques – se trouvent relégués au second plan, derrière des modèles explicatifs moins rationnels de la vocation religieuse.

12Un ouvrage du milieu du XIVe siècle, rédigé en forme de confession, apporte quelques éclaircissements sur la fonction du récit d’enfance et sur les présupposés idéologiques qui le sous-tendent : il s’agit des Lamentations de Gilles le Muisit. Cette œuvre en couplets d’octosyllabes émane de l’abbé d’un monastère de Tournai, âgé de près de quatre-vingts ans au moment de l’écriture, en 1350. Comme l’indique la rubrique qui précède le début du texte, et comme le rappellent encore bon nombre d’allusions ensuite, l’œuvre est inspirée à l’auteur par des circonstances qui l’affectent personnellement. Il a perdu la vue et interprète cette cécité comme un châtiment de ses fautes ; c’est pourquoi il se livre à une sorte d’examen de conscience, longue « confession » entrecoupée de digressions morales qu’il adresse à la communauté humaine : passage en revue des cinq sens, des péchés mortels et des péchés véniels, ainsi que des dix commandements. Les aperçus autobiographiques ne se succèdent pas selon une chronologie bien rigoureuse, ils sont en fait assez pauvres et conventionnels. C’est précisément en tant que clichés qu’ils sont frappants, car ils prouvent la permanence d’un certain nombre de caractéristiques que l’on rencontrait déjà chez Guibert de Nogent. Le cadre est le même, l’accent est toutefois plus fortement encore porté sur l’acte de contrition. L’enfance est associée à une éducation cléricale, choisie par les parents et acceptée, non sans souffrances, par l’enfant :

  • 21 Gilles le Muisit, Les Lamentations, v. 238-247, p. 8.

Adont me revuint en mémore
Que quant je fuy mis à l’escolle,
Wit ans ou environ avoye,
Et de chou bien chertains estoye.
Or fui à l’escole dix ans
Aprendans, cantans et lisans.
Là me fist-on par accort mettre
Pour estre doctrinés en lettre,
Dont apris au mieuls que je peuc.
Maint travail et maint paour euc21.

13Qui dit retour sur l’enfance dit retour sur ses péchés, par un automatisme digne d’un répertoire d’idées reçues. Réapparaissent les tentations du diable, dont l’homme devenu adulte affirme avoir triomphé :

  • 22 Ibid., v. 532-537 et 541-545, p. 16-17.

Or ne volrai pas oublier,
Pour chou qu’en Dieu me doi fier,
De mes enfances si mauvaises
Dont j’euc au cuer moult de mésaises,
Et aussi de tous mes pékiés,
Dont me trouvai moult entekiés.
[…] S’en euc men absolution
Dou boin abbé qui me rechiut
Dont se tieunt dyables à déchiut
Quant vit que de lui m’escapoie
Et au bien faire me metoie22.

14Il est impossible d’affirmer si Gilles le Muisit avait lu Guibert de Nogent, mais les brefs passages que nous venons de citer donnent tout lieu de penser que le récit d’enfance, lié au souvenir de la formation scolaire et de ses contraintes, se coule dans un moule assez stéréotypé. Certes, le modèle est très affadi par Gilles qui le réduit à son expression la plus schématique. De ces récits se dégage néanmoins une ligne directrice : ils reposent sur l’intériorisation d’une conception de l’enfance comme période d’extrême fragilité face au péché et comme phase privilégiée d’apprentissage, préfiguration du métier de l’adulte.

Nature et « norreture » dans les récits de vocation littéraire

  • 23 Jean Froissart, L’Espinette amoureuse, Anthime Fourrier (éd.), Paris, Klincksieck, 1963 (2nde éditi (...)
  • 24 Cf. à ce sujet G. B. Gybbon-Monypenny, « Guillaume de Machaut’s Erotic Autobiography : precedents f (...)
  • 25 Mentionnons toutefois le bref aperçu donné par Guillaume de Machaut sur le goût qu’il éprouva dès l (...)

15Les œuvres que nous abordons à présent ne relèvent pas exactement de la même catégorie que les deux précédentes ; elles n’inscrivent pas les récits de vie ou les fragments de récits de vie qu’elles contiennent dans le cadre d’une « confession ». La première, dans l’ordre chronologique, est un « dit amoureux » de Froissart, qui date de 1369, intitulé : L’Espinette amoureuse23, qui retrace à la première personne du singulier l’éducation sentimentale du poète-narrateur dans un récit en couplets d’octosyllabes entrecoupés de pièces lyriques. La critique a forgé, à propos des textes du même type dont Guillaume de Machaut est l’inventeur et dont Froissart n’est qu’un exemple, le concept de pseudo-autobiographie24. Aucun autre de ces ouvrages ne contient cependant de récit d’enfance25.

  • 26 Cf. Alice Planche, « Culture et contre-culture dans L’Espinette amoureuse de Jean Froissart : les é (...)

16Plus que d’un récit, on devrait peut-être parler d’une image statique, d’un autoportrait de l’auteur en enfant. Quelques différences notoires séparent en effet ce texte des exemples précédents que nous avons cités : l’incipit du texte nous plonge immédiatement dans le monde de l’enfance, mais il ne remonte pas à la naissance du narrateur ; le discours tenu à la première personne n’a rien d’un acte de contrition et présente plutôt l’enfance sous un jour heureux et ludique26 ; la suite de l’ouvrage ne rapporte pas les étapes d’une formation intellectuelle, de l’évolution d’une personnalité, elle retrace seulement les premiers émois amoureux d’un très jeune homme un peu naïf, porté à la création poétique et à la compensation imaginaire.

  • 27 Cf. par exemple Jean Froissart, L’Espinette amoureuse, v. 35-36, p. 50 : « Et quant on me mist a l’ (...)
  • 28 Ibid., v. 314, p. 57 : « Ne vosisse que rommans lire. »

17On mesure à quel point la vision de l’enfance est orientée différemment des représentations qu’en donnent les récits de Guibert de Nogent ou de Gilles le Muisit. Cependant le modèle du récit de vocation n’est pas si loin, et l’éducation reçue par le narrateur n’est pas très différente de celle d’un futur abbé27. Ce qui change est la nature de la vocation éprouvée par le personnage : goût pour la chose littéraire qui l’emporte sur les matières plus austères que lui enseignent ses maîtres. Au latin qu’on lui apprend, l’enfant préfère les « romans », c’est-à-dire les œuvres en langue vulgaire28.

  • 29 Cf. le jeu lexical autour des mots « former », « enformer » dans l’annominatio des vers 327-330 (ib (...)
  • 30 Ibid., v. 66 et v. 68.
  • 31 Cf. en particulier le récit de vocation poétique contenu dans le Prologue, où Guillaume reçoit les (...)
  • 32 « Au vuintieme an de mon aage, / Ou point qu’amors prent le peage / Des joenes genz… » (Guillaume d (...)

18Amour et Nature sont les allégories tutélaires du narrateur ; elles se substituent en quelque sorte aux parents dont le récit ne souffle mot. Au même titre que l’enseignement du latin et que la férule de ses maîtres, Amour et Nature sont les « formateurs » du poète29 ; ils le prédestinent à sa future carrière d’auteur. Significativement, ces instances et le goût de l’enfant pour la rêverie amoureuse sont désignés par lui-même comme une « norreture »30, c’est-à-dire comme une composante de son instruction. L’importance accordée à Amour et à Nature n’est pas le fait de Froissart seulement, elle joue de toute une intertextualité, d’un arrière-plan littéraire dont les modèles sont fournis par Guillaume de Machaut31 et par Le Roman de la Rose. La singularité de Froissart est de rattacher l’influence de ces allégories à la prime enfance. Il joue de ce point de vue d’une substitution signifiante dans les premiers vers de son ouvrage, qui sont une citation-transformation de la formule archiconnue de Guillaume de Lorris32 :

  • 33 Jean Froissart, L’Espinette amoureuse, v. 1-3, p. 49.

Pluiseur enfant de jone eage
Desirent forment le peage
D’Amours paiier33

19La mutation qu’opère Jean Froissart avec L’Espinette amoureuse consiste, d’une certaine façon, à renverser les rapports habituels entre « nature » et « nourriture », tels qu’on les observait chez Guibert de Nogent ou dans les traités didactiques comme Les Quatre Âges de l’homme. Au lieu de présenter l’éducation comme une manière de discipliner la nature ou de vaincre les mauvais penchants chez l’enfant, Froissart laisse entendre que ses dispositions naturelles se sont plutôt trouvées fortifiées par les apprentissages de l’école, ceux de la lecture et de l’écriture :

  • 34 Ibid., v. 133-138, p. 52.

Espoir, s’il [l’amour] m’euïst plus viel pris,
J’euïsse esté trop mieuls apris
Et congneuïsse mieuls son nom
Que je ne face ; et, espoir, non,
Car on dist : qui voelt la saucielle
Ploiier aise, il le prent vregielle34.

20D’une manière révélatrice, le proverbe qu’il cite à l’appui de sa réflexion (« qui voelt la saucielle / Ploiier, il le prend vregielle » : celui qui veut plier un rameau d’osier doit le prendre à l’état de jeune pousse) est un lieu commun qu’on retrouve presque dans les mêmes termes chez Philippe de Novare :

  • 35 Philippe de Novare, Les Quatre Âges de l’homme, § 7, p. 6.

Et toz jors dit on que l’an doit ploier la verge tandis que ele est graile et tandre ; car, puis que ele est grosse et dure, se on la vuet ploier, ele brise35.

21Mais, chez Philippe de Novare, le précepte est mis au service d’une argumentation qui fait valoir l’utilité des punitions, comme possible redressement des mauvaises habitudes de l’enfant, tandis que la sentence sert au narrateur de L’Espinette amoureuse à excuser l’intérêt précoce qu’il portait, étant enfant, aux choses de l’amour.

22À sa manière, Jean Froissart joue des idées reçues sur l’enfance ; il joue aussi des moyens utilisés d’habitude dans les récits de vocation. Il met par exemple en scène, dans la suite du récit, un songe censé lui être advenu, au cours duquel lui est donné à confirmer ou à infirmer le jugement rendu par Pâris en faveur de Vénus. Le choix de Vénus, dans la logique du discours tenu sur Amour auparavant, lui vaut des promesses de la part de cette déesse : le songe remplit sa fonction de prophétie. Il s’agit ici d’un scénario d’élection qui annonce au narrateur son devenir de poète, d’une sorte de récriture laïque ou de pendant profane des scénarios de prédestination et des songes révélateurs des desseins de la Providence que nous rencontrions dans les récits de vocation religieuse.

  • 36 Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, Liliane Dulac et Christine Reno (éd.), Paris, (...)
  • 37 Citons en particulier la très éclairante synthèse d’Anne Paupert, « “La narracion de mes aventures” (...)

23Venons-en à L’Advision Cristine36 qui accorde au songe une place encore plus grande que tous les textes précédemment cités, et qui met au cœur de ses préoccupations les liens entre « nature » et « nourriture ». L’ouvrage, subdivisé en trois parties, se présente sous la forme d’un songe allégorique, au cours duquel l’auteur rencontre trois figures successives, incarnant la France, l’Opinion, puis la Philosophie. L’aspect autobiographique du texte est sans doute celui qui a le plus attisé la curiosité des lecteurs modernes, en tant que source d’informations sur Christine d’une part, mais aussi comme matière à réflexion sur l’émergence de l’autobiographie au Moyen Âge. La question est aujourd’hui très largement traitée dans la bibliographie critique37, et l’œuvre a permis de réviser certains jugements un peu rapides sur l’inexistence de ce type d’écriture au Moyen Âge.

  • 38 Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, III, 3, p. 95-97.

24Les propos de Christine à son propre sujet se concentrent en deux endroits de l’œuvre : le premier se situe tout au début, il coïncide avec le commencement du songe, mais il faut attendre ensuite la troisième partie du texte – le dialogue entre Christine et Philosophie, inspiré du modèle boècien de La Consolation de Philosophie – pour que Christine procède à une récapitulation des événements principaux de sa vie. Abordons d’abord ce récit rétrospectif de la troisième partie, qui rassemble de la façon la plus factuelle et la plus détaillée les éléments de la biographie de l’auteur. L’enfance est dans cette partie envisagée sous deux angles successifs : elle est considérée par Christine comme une de ses « bonnes fortunes » lorsque lui reviennent en mémoire sa naissance à Venise, le recrutement de son père en tant qu’astrologue par Charles V, l’arrivée de toute la famille à Paris et la présentation par Thomas de Pizan au roi de France de sa femme et de ses enfants, vêtus à la mode lombarde38. Mais aux souvenirs de cette époque d’insouciance et de confort matériel se surimpose un peu plus loin dans la rétrospective un regard plus critique, qui fait considérer l’enfance comme un temps perdu, une occasion de s’instruire qu’elle n’a pas su saisir auprès de l’homme savant qu’était son père. Cette appréciation, quant à elle, prend place parmi ce que l’auteur considère comme ses « males fortunes ».

  • 39 Christine de Pizan, La Cittá delle dame, Earl Jeffrey Richards (éd.), Patrizia Caraffi (trad.), Mil (...)
  • 40 Philippe de Novare, Les Quatre Âges de l’homme, § 25, p. 16 : « A fame ne doit on apanre letres ne (...)

25Ayant perdu coup sur coup son père et son mari, Christine doit subvenir à ses propres besoins, et c’est à ce moment-là qu’elle se met à l’étude, comblant avec retard les lacunes d’une éducation que son milieu familial aurait pourtant rendue possible plus tôt. Ainsi la vocation de Christine pour les lettres est moins une vocation tardive qu’une vocation contrariée. Certes, l’un des obstacles à l’étude fut le penchant enfantin qu’elle éprouvait pour le jeu, mais une autre raison qui l’empêcha de recueillir la science de son père réside dans les préjugés sociaux contre l’éducation des filles. C’est un regret que Christine émet, tel un leitmotiv, en bien d’autres contextes que celui de L’Advision Cristine, notamment dans La Cité des dames, ouvrage composé la même année39. Les pages que Philippe de Novare consacre à l’éducation des filles ne laissent aucun doute sur la force des préjugés antiféministes en la matière40.

26Le parcours singulier de Christine la place dans une situation d’infériorité dont elle a conscience par rapport aux clercs qui ont reçu depuis leur plus jeune âge une formation aux lettres. Elle a par elle-même comblé ce manque, par des lectures faites à l’âge adulte. Mais il est un autre moyen par lequel Christine se recrée une légitimité en tant qu’auteur dans L’Advision Cristine ; il s’agit du scénario de naissance, ou plutôt de renaissance, qu’elle fait figurer tout au début de son livre, au commencement de la vision allégorique.

  • 41 « Bien que je ne sois pas Nabuchodonosor » (Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, p. (...)

27Le cadre du songe remplit dans L’Advision Cristine une fonction relativement banale dans les œuvres de cette époque, notamment quand elles relèvent de la catégorie des songes politiques : il est un moyen d’accroître l’autorité du propos, de le faire entrer en analogie avec les songes prophétiques, notamment avec les songes bibliques. Christine souligne cette parenté avec ses illustres modèles, d’une formule qui tient de la prétérition : « tout ne soie mie Nabugodonozor »41.

  • 42 Ibid., I, 1, p. 11.

28Ce qui est plus original, c’est que l’arrachement de Christine à son moi de l’état de veille passe par une métamorphose. Une figure féminine couronnée, Nature, s’empare de l’esprit de Christine, le jette dans un moule et le met à cuire. De cette opération, Christine ressort sous une forme humaine de sexe féminin. L’enfant est alors englouti par une autre figure allégorique, Chaos, et est nourri dans le ventre de celle-ci par des « chambrières » de Nature, qui permettent à son corps de se développer et à ses facultés intellectuelles de s’accroître. Christine se met alors à franchir un certain nombre d’espaces, situés allégoriquement dans les entrailles du chaos, mais qui correspondent aussi à des lieux géographiques, et qui coïncident avec le voyage fait d’est en ouest pendant son enfance réelle, sorte de translatio studii vécue personnellement. Ce commencement a très certainement pour modèle la descente en enfer du narrateur, au début de La Divine Comédie, comme l’incite à penser la phrase inaugurale, clin d’œil au premier vers de l’œuvre de Dante : « Ja passé avoye la moitié du chemin de mon pelerinage »42. L’association à ce modèle du pèlerinage d’un scénario de renaissance semble en revanche être de l’invention de Christine. Et elle obéit à une stratégie bien précise au sein de l’œuvre.

  • 43 La formule se trouve dans une rubrique de : Christine de Pizan, Le Livre de la mutacion de Fortune, (...)
  • 44 Ibid., v. 535-762, p. 25-33.

29Les récits de vocation de Froissart et de Christine ont en commun le fait de gommer le contexte sociologique et familial, de substituer à la figure maternelle, souvent si importante dans les récits de vocation religieuse, une instance nourricière allégorique. L’occultation par Christine de ses parents biologiques n’est pas insignifiante : elle accorde dans certains contextes beaucoup d’importance aux qualités intellectuelles de son père, mais elle regrette le plus souvent de n’avoir hérité que des « raclures de son trésor »43. Sa mère, quant à elle, est parfois présentée comme un frein à l’étude, mais elle est plus souvent encore remplacée par l’allégorie de Nature : il en va ainsi dans Le Livre de la mutacion de Fortune qui fait se succéder une évocation de Thomas de Pizan, puis la mention des présents légués à Christine par sa mère Nature, et qui permet l’énumération des facultés intellectuelles que l’auteur possédait dès l’enfance44.

  • 45 Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, v. 19655-19658, p. 1126 : « Quant orpheüs (...)

30Il y a plus : l’image de la « refonte » de Christine au début de L’Advision Cristine entre en résonance avec d’autres images de forge, celles qui métaphorisent la création littéraire. Ce lieu commun apparaissait déjà dans Le Roman de la Rose45, mais il se trouve réactivé dans L’Advision Cristine à un moment crucial où Philosophie encourage Christine à écrire :

  • 46 Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, III, 10, p. 110.

Adont me dist : « Prens les outilz et fier sur l’enclume la matiere que je te bailleray si durable que le fer : ne fu ne autre chose ne la pourra despecier ; si forges choses delictables. Ou temps que tu portoies les enfans en ton ventre, grant douleur a l’enfanter sentoies. Or vueil que de toy naissent nouveaulx volumes, lesquelz les temps a venir et perpetuelment au monde presenteront ta memoire devant les prince »46.

  • 47 Cf. à ce sujet Sylvia Huot, « Seduction and sublimation : Christine de Pizan, Jean de Meun and Dant (...)

31La scène présente deux analogies avec l’enfantement initial de Christine par Nature : l’image de la fusion, d’une part, et l’affirmation d’une identité sexuée, d’autre part, par la comparaison de l’écriture et de l’accouchement47. Le discours de Philosophie confirme la lecture que suscite par lui-même le récit allégorisé du début : les soins, dont Nature entoure l’auteur au seuil de sa vie, et au seuil de l’œuvre, ont une fonction qualifiante. L’enfance réinventée par l’allégorie est la manière, pour Christine, d’enraciner sa vocation en un temps immémorial et d’effacer les insuffisances d’une éducation tardive.

  • 48 Sur l’importance du latin comme « langue du Père » (par contraste avec le maternus sermo) chez Guib (...)
  • 49 Dans la « Glose sur la première partie de ce présent volume », sorte de préface placée par Christin (...)
  • 50 Guibert de Nogent, Autobiographie, I, 3, p. 20 : « Je viens te dire, mon Dieu […] que tu m’as procu (...)

32Les textes passés en revue peuvent avoir l’air assez disparates, et il est vrai que chacun constitue en quelque sorte une exception, un cas unique. Unicité de l’autobiographie en latin de Guibert – rédigée dans la langue apprise de la clergie48 – par l’attention exceptionnelle dont l’auteur fait preuve pour son enfance. Unicité de L’Espinette amoureuse dans le corpus assez vaste des dits apparentés à la pseudo-autobiographie, dont aucun autre texte ne met en scène un je enfant. Unicité plus frappante encore, peut-être, de l’ouvrage de Christine de Pizan en prose française – dans une langue qui n’est pas plus la langue maternelle de l’auteur que le latin pour Guibert – qui retrace l’histoire d’une personnalité et son devenir. Pourtant, aucun de ces textes n’est dépourvu de modèles ; il est même étonnant de constater que chacun contient une citation dans son incipit. « Confiteor » chez Guibert, aveu d’une imitation d’Augustin. « Péage d’amour » franchi de bonne heure, sous le signe du Roman de la Rose, chez Jean Froissart. « Moitié du chemin », clin d’œil à Dante dans L’Advision Cristine. Chacun de ces récits autobiographiques d’enfance s’écrit sous l’autorité d’un ou de plusieurs exemples, car il s’agit à chaque fois d’un exercice d’explication ou d’autojustification, qui consiste à se chercher une caution en dehors de soi-même. « Comment suis-je devenu ce que je suis ? ». Telle est la question à laquelle chacun des auteurs étudiés cherche, assez banalement, à répondre. Mais cette question appelle plus qu’à d’autres époques des modèles, car elle ne se résout pas par une simple affirmation par l’individu de sa singularité. Aucun des ouvrages envisagés ne s’arrête à l’évocation d’une destinée particulière. L’évocation d’une vie, d’une vocation, d’une enfance, débouche sur une perspective plus vaste, plus collective : Guibert abandonne le cours de sa vie personnelle et lui enchaîne l’histoire du monastère dont il est devenu l’abbé ; Gilles le Muisit prend appui sur les fautes qu’il a commises pour adresser des conseils moraux aux autres hommes ; Christine associe étroitement son sort personnel à son devenir d’auteur moral et politique49. Les vocations des auteurs évoqués ont toutes en commun un rapport problématique avec le monde social. La destinée du futur adulte ne lui est pas donnée simplement par sa naissance, elle doit faire l’objet d’une conquête : contre le diable, contre la pression de l’entourage ou contre les préjugés antiféminins. De là provient l’importance des rituels ou des scénarios de renaissance : celle procurée par le baptême dans le cas de Guibert50, celle que permet l’allégorie de Nature à Christine, la naissance à la connaissance et à l’écriture.

Notes

1 Sur la sous-représentation des enfants dans la littérature du Moyen Âge, cf. Béatrix Vadin, « L’absence de représentation de l’enfant et / ou du sentiment de l’enfance dans la littérature médiévale », in Exclus et systèmes d’exclusion dans la littérature et la civilisation médiévales, Aix-en-Provence, Publications du CUERMA – Université de Provence (Senefiance no 5), 1978, p. 365-384. Cf. aussi Jean-Charles Payen, « L’enfance occultée : note sur un problème de typologie littéraire au Moyen Âge », in L’Enfant au Moyen Âge : littérature et civilisation, Aix-en-Provence, Publications du CUERMA – Université de Provence (Senefiance no 9), 1980, p. 179-200. Sur la terminologie de l’enfance et de la jeunesse, cf. Philippe Ménard, « “Je sui encore bacheler de jovent” (Aimeri de Narbonne, v. 766) : les représentations de la jeunesse dans la littérature française aux XIIe et XIIIe siècles. Étude des sensibilités et mentalités médiévales », in Les Âges de la vie au Moyen Âge, Henri Dubois et Michel Zink (éd.), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1992, p. 171-186. Comme exemple des travaux historiques récents qui documentent la question, cf. notamment Pierre Riché et Danièle Alexandre-Bidon, L’Enfance au Moyen Âge, Paris, Bibliothèque nationale – Seuil, 1994.

2 Guibert de Nogent, Autobiographie, Edmond-René Labande (trad. et éd.), Paris, Les Belles Lettres (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge), 1981.

3 Philippe de Navarre [= Philippe de Novare], Les Quatre Âges de l’homme, Marcel de Fréville (éd.), Paris, Firmin-Didot (Société des anciens textes français), 1888.

4 Aron J. Gourevitch, La Naissance de l’individu dans l’Europe médiévale, Paris, Seuil, 1997, p. 157.

5 Cf. notamment le chapitre VII du premier livre de saint Augustin, Les Confessions, in Œuvres, Lucien Jerphagnon (éd.), Paris, Gallimard (Pléiade), t. I, 1998.

6 Guibert de Nogent, Autobiographie, I, 11, p. 72-73.

7 Ibid., I, 12, p. 76-77.

8 Pour un relevé des points de contact précis, jusque sur le plan stylistique, cf. Pierre Courcelle, « Les Confessions » de saint Augustin dans la tradition littéraire. Antécédents et postérité, Paris, Études augustiniennes, 1963, p. 272-276. Remarques à compléter par Edmond-René Labande, « L’art de Guibert de Nogent », in Économies et Sociétés au Moyen Âge. Mélanges offerts à Édouard Perroy, Paris, Publications de la Sorbonne, 1973, p. 608-625.

9 L’absence de souci de chronologie est une constante dans les écrits de Guibert de Nogent, y compris dans ses textes historiques. Cf. Jacques Chaurand, « La conception de l’histoire de Guibert de Nogent », Cahiers de civilisation médiévale, no 8, 1965, p. 381-395 (spécialement p. 389).

10 Saint Augustin, Les Confessions, livre I, chapitre IX, p. 791 : « Dieu, ô mon Dieu, quelles misères et quelles illusions ai-je alors connues, vu qu’on proposait à l’enfant que j’étais, comme règle de vie droite, d’obéir à ceux qui m’engageaient à briller en ce monde, en excellant dans les arts du bavardage, serviles voies d’accès aux honneurs des hommes et aux richesses illusoires. »

11 Cf. Pierre Riché, Écoles et Enseignement dans le haut Moyen Âge (Les Écoles et l’Enseignement dans l’Occident chrétien de la fin du Ve siècle au milieu du XIe siècle), Paris, Aubier-Montaigne, 1979, p. 292-293 notamment.

12 Gilles le Muisit, Les Lamentations, in Poésies de Gilles le Muisit, M. le baron Kervyn de Lettenhove (éd.), Louvain, J. Fefever, 1882, t. I, p. 1-67. Cf. v. 239, p. 8 : « Quant je fuy mis à l’escolle » ; et v. 527-528, p. 16 : « Puis fui de mes parens eslieus / Pour entrer en religion. »

13 Philippe de Novare, Les Quatre Âges de l’homme, § 15, p. 10-11.

14 Guibert de Nogent, Autobiographie, I, 4, p. 28-29.

15 Jean-Claude Schmitt, « Rêver au XIIe siècle », in I sogni nel medioevio, Tullio Gregory (éd.), Rome, Edizioni dell’Ateneo, 1983, p. 291-316 ; article repris dans : Jean-Claude Schmitt, Le Corps, les rites, les rêves, le temps. Essais d’anthropologie médiévale, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Histoires), 2001, chap. XI « Les rêves de Guibert de Nogent », p. 263-294 ; citation extraite de la p. 290.

16 Saint Augustin, Les Confessions, livre III, chapitre XI, p. 831-832 (songe de Monique).

17 Cf. Jacques Paul, « Le démoniaque et l’imaginaire dans le De Vita Sua de Guibert de Nogent », in Le Diable au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Publications du CUERMA – Université de Provence (Senefiance no 6), 1979, p. 373-399. Notons en particulier une des conclusions de cet article : « L’expérience du démoniaque rejoint la culture et éventuellement la littérature dans la mesure où les conceptions savantes ont contribué, elles aussi, à forger cette mentalité propice à l’apparition du démon. Les références à la tradition biblique ne sont pas très abondantes chez le chroniqueur. L’analyse conduit plutôt du côté de la magie et du folklore. Ce hiatus entre le contenu mental de l’expérience du démon et la culture savante mérite d’être relevé » (ibid., p. 395).

18 Guibert de Nogent, Autobiographie, I, 15, p. 116-119.

19 Robert de Boron, Merlin, roman du XIIIe siècle, Alexandre Micha (éd.), Genève, Droz (Textes littéraires français), 1979. Cf. § 6, p. 37-39.

20 Guibert de Nogent, Autobiographie, I, 15, p. 119.

21 Gilles le Muisit, Les Lamentations, v. 238-247, p. 8.

22 Ibid., v. 532-537 et 541-545, p. 16-17.

23 Jean Froissart, L’Espinette amoureuse, Anthime Fourrier (éd.), Paris, Klincksieck, 1963 (2nde édition revue, 1972).

24 Cf. à ce sujet G. B. Gybbon-Monypenny, « Guillaume de Machaut’s Erotic Autobiography : precedents for the form of the Voir Dit », in Studies in medieval literature and languages : in memory of Frederick Whitehead, William Rothwell, William R. J. Barron, David Blamires, Lewis Thorpe (éd.), Manchester, Manchester University Press, 1973, p. 133-152. La traduction de cet article se trouve dans : « Comme mon cœur désire » : Le Livre du « Voir Dit », Denis Hüe (éd.), Orléans, Paradigme, 2001, p. 63-82, sous le titre : « L’“autobiographie” amoureuse de Guillaume de Machaut : les précurseurs de la forme du Voir Dit ». Cf. aussi Laurence De Looze, « Pseudo-autobiography and the body of poetry in Guillaume de Machaut’s Remede de Fortune », L’Esprit créateur, 32, 1993, no 4, p. 73-86. Pour une synthèse plus récente sur la question, cf. Laurence De Looze, Pseudo-autobiography in the fourteenth century : Juan Ruiz, Guillaume de Machaut, Jean Froissart and Geoffrey Chaucer, Gainesville – Tallahassee – Tampa, University Press of Florida, 1997.

25 Mentionnons toutefois le bref aperçu donné par Guillaume de Machaut sur le goût qu’il éprouva dès l’enfance pour les oiseaux, indice d’une aspiration à des divertissements nobles, dans Le Dit de l’Alerion. Cf. Guillaume de Machaut, Œuvres, Ernest Hœpffner (éd.), Paris, Firmin-Didot (Société des anciens textes français), 1911, t. II, v. 118-129, p. 243-244.

26 Cf. Alice Planche, « Culture et contre-culture dans L’Espinette amoureuse de Jean Froissart : les écoles et les jeux », in L’Enfant au Moyen Âge : littérature et civilisation, Aix-en-Provence, Publications du CUERMA – Université de Provence (Senefiance no 9), 1980, p. 389-403.

27 Cf. par exemple Jean Froissart, L’Espinette amoureuse, v. 35-36, p. 50 : « Et quant on me mist a l’escole / Ou les ignorans on escole. » Cf. aussi sur l’apprentissage du latin et sur les châtiments corporels : « Estre me couvint plus sougis, / Car on me fist latin apprendre / Et, se je varioie au rendre / Mes liçons, j’estoi batus ; / Siques, quant je fui embatus / En congnissance et en cremeur, Si se cangierent moult mi meur. / Non pour quant, ensus de mon mestre, / Je ne pooie a repos estre, / Car aux enfans me combatoie ; / J’ere batus et je batoie » (ibid., v. 250-260, p. 56).

28 Ibid., v. 314, p. 57 : « Ne vosisse que rommans lire. »

29 Cf. le jeu lexical autour des mots « former », « enformer » dans l’annominatio des vers 327-330 (ibid., p. 58).

30 Ibid., v. 66 et v. 68.

31 Cf. en particulier le récit de vocation poétique contenu dans le Prologue, où Guillaume reçoit les visites successives d’Amour et de Nature, venues lui présenter leurs enfants respectifs : Doux Penser, Plaisance et Espérance d’une part, Sens, Rhétorique et Musique d’autre part (Guillaume de Machaut, Œuvres, t. I [1908], p. 1-12).

32 « Au vuintieme an de mon aage, / Ou point qu’amors prent le peage / Des joenes genz… » (Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, Armand Strubel (éd.), Paris, Librairie générale française – Le Livre de poche (Lettres gothiques), 1992, v. 21-23, p. 42).

33 Jean Froissart, L’Espinette amoureuse, v. 1-3, p. 49.

34 Ibid., v. 133-138, p. 52.

35 Philippe de Novare, Les Quatre Âges de l’homme, § 7, p. 6.

36 Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, Liliane Dulac et Christine Reno (éd.), Paris, Champion, 2001.

37 Citons en particulier la très éclairante synthèse d’Anne Paupert, « “La narracion de mes aventures” : des premiers poèmes à L’Advision, l’élaboration d’une écriture autobiographique dans l’œuvre de Christine de Pizan », in Au Champ des escriptures (Actes du IIIe Colloque international sur Christine de Pizan, Lausanne, 18-22 juillet 1998), Eric Hicks (éd.), Paris, Champion, 2000, p. 51-71. Il convient aussi de se reporter, dans les Actes du même colloque, à Kevin Brownlee, « Le projet autobiographique de Christine de Pizan : histoires et fables du moi », p. 5-23. Cf. aussi Jean-Philippe Beaulieu, « L’Advision Cristine ou la tentation autobiographique », Littératures, no 18, 1998, p. 15-30.

38 Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, III, 3, p. 95-97.

39 Christine de Pizan, La Cittá delle dame, Earl Jeffrey Richards (éd.), Patrizia Caraffi (trad.), Milan, Luni, 1997. Cf. les propos de Droiture à Christine : « Mais l’oppinion femenine de ta mere qui te vouloit occuper en fillasses, selon l’usage commun des femmes, fu cause de l’empeschement que ne fus en ton enfance plus avant boutee es sciences et plus en parfont » (ibid., II, 36, p. 316).

40 Philippe de Novare, Les Quatre Âges de l’homme, § 25, p. 16 : « A fame ne doit on apanre letres ne escrire, se ce n’est especiaument por estre nonnain ; car par lire et escrire de fame sont maint mal avenu. »

41 « Bien que je ne sois pas Nabuchodonosor » (Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, p. 12).

42 Ibid., I, 1, p. 11.

43 La formule se trouve dans une rubrique de : Christine de Pizan, Le Livre de la mutacion de Fortune, Suzanne Solente (éd.), Paris, Picard (Société des anciens textes français), 1959, t. I, p. 20. Ce traité d’histoire universelle en vers commence par une espèce de long prologue autobiographique allégorisé, dans lequel Christine se livre à un éloge appuyé de son père.

44 Ibid., v. 535-762, p. 25-33.

45 Guillaume de Lorris et Jean de Meun, Le Roman de la Rose, v. 19655-19658, p. 1126 : « Quant orpheüs veulent ensivre / Qui ne set arer ne escrivre / Ne forgier en la droite forge / – Penduz soit il parmi la gorge ! »

46 Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, III, 10, p. 110.

47 Cf. à ce sujet Sylvia Huot, « Seduction and sublimation : Christine de Pizan, Jean de Meun and Dante », Romance Notes, 25, 1985, p. 361-373.

48 Sur l’importance du latin comme « langue du Père » (par contraste avec le maternus sermo) chez Guibert, cf. Jean Batany, « L’amère maternité du français médiéval », Langue française, 54, 1982, p. 29-39 ; repris dans Jean Batany, Approches langagières de la société médiévale, Caen, Paradigme, 1992, p. 95-105.

49 Dans la « Glose sur la première partie de ce présent volume », sorte de préface placée par Christine en tête d’un des manuscrits de L’Advision Cristine, celle-ci explique la pluralité de sens qu’on peut accorder aux éléments de son récit, et en particulier pour ce qui touche à l’enfance. L’enfance de Christine est à interpréter comme l’enfance de l’humanité, une période d’ignorance où la loi de Dieu n’avait pas encore été révélée par les prophètes (Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Cristine, lignes 114-121, p. 6). De la sorte, se trouvent intimement mêlés les devenirs individuel et collectif.

50 Guibert de Nogent, Autobiographie, I, 3, p. 20 : « Je viens te dire, mon Dieu […] que tu m’as procuré un espoir […] en permettant que je naisse, et que je renaisse. »

Auteur

Université de Caen Basse-Normandie

Maître de conférences en littérature française du Moyen Âge à l’Université de Caen Basse-Normandie. Il a publié plusieurs articles sur divers auteurs des XIVe et XVe siècles : Guillaume de Machaut, Jean Froissart, Eustache Deschamps, Christine de Pizan, Alain Chartier. À paraître : Dire par fiction. Métamorphoses du « je » chez Guillaume de Machaut, Jean Froissart et Christine de Pizan (Paris, Champion).

© Presses universitaires de Caen, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540