Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

G. B. Shaw : un dramaturge engagé

 | 
Paul Brennan
, 
Thierry Dubost

L'homme, son théâtre et la société

La redécouverte de la pauvreté à Londres à la fin du xixe siecle

Jacques Carré

Texte intégral

  • 1 Sur ces rapports d’enquête, cf. J. Carré et J.-P. Révauger (dir.), Écrire la pauvreté : les enquêt (...)

1Entre 1880 et 1900, la question de la pauvreté dans les grandes villes anglaises, et plus particulièrement à Londres, est réapparue sur le devant de la scène, et pas seulement pour les responsables politiques. Les intellectuels, militants ou non, se sont interrogés sur sa récurrence et sur ses causes profondes. Certains écrivains y ont puisé leur inspiration, et pas seulement Bernard Shaw. La descente dans l’abîme de la pauvreté est devenue un sujet de prédilection pour certains romanciers comme George Gissing, dans The Unclassed (Les Déclassés) en 1884, Arthur Morrison, dans A Child of the Jago en 1896, et Jack London, dans The People of the Abyss (Le Peuple de l’abîme) en 1903. Mais on a aussi vu se multiplier dans la presse, dans les milieux politiques, philanthropiques et religieux des enquêtes plus ou moins approfondies sur cette question. Le caractère alarmiste, voire sensationnel, des rapports publiés1 qu’elles ont suscités apparaît dans leurs titres mêmes : ainsi le pasteur Andrew Mearns traduisit L’Apre Plainte des réprouvés de Londres (1883), le journaliste George Sims expliqua Comment vivent les pauvres : les horreurs de Londres (1889), William Booth, le fondateur de l’Armée du salut, offrit à ses lecteurs Dans les ténèbres de l’Angleterre et comment en sortir (1890). Des enquêtes plus détaillées et même à prétention scientifique virent aussi le jour, telle la monumentale série en dix-sept volumes du sociologue Charles Booth sur La Vie et le Travail de la population londonienne (1889-1903).

2L’est londonien (East end), tout proche de la Cité, auquel s’intéressèrent particulièrement les enquêteurs, était souvent perçu par les gens respectables comme une sorte de continent mal connu, voire une sorte de jungle dangereuse pour les gens respectables, où la loi et l’ordre étaient constamment menacés. Par exemple, William Booth développe dans son livre à propos des quartiers pauvres l’idée que certains de ses habitants sont conduits à mener une vie barbare, presque sauvage, au cœur même d’une métropole où semblent triompher la civilisation et la prospérité :

  • 2 W. Booth, In Darkest England and the Way Out, Londres, 1980, p. 11-12 : As there is a darkest Afri (...)

De même qu’il y a une Afrique des ténèbres, n’y a-t-il pas aussi une Angleterre des ténèbres ? La civilisation, qui peut engendrer ses propres barbares, n’engendre-t-elle pas aussi ses propres pygmées ? Ne pouvons-nous discerner un parallèle, devant notre propre porte, et découvrir à portée de nos cathédrales et de nos palais des horreurs semblables à celles que Stanley a constatées dans la grande forêt équatoriale2 ?

3Toute cette floraison variée de publications tour à tour journalistiques, littéraires, religieuses et sociologiques manifesta à la fois des inquiétudes, voire des peurs, parmi les élites intellectuelles et les milieux dirigeants du pays, mais aussi une volonté de mobiliser l’opinion afin que des solutions soient trouvées et qu’elles soient mises en application.

4Pour donner une idée de cette redécouverte de la misère londonienne à cette époque, je présenterai ici brièvement les raisons de la montée très réelle de la pauvreté à la fin du xixe siècle, puis m’attacherai plus précisément à la question du logement qui forme l’arrière-plan de la pièce de Shaw, Maisons de veufs. Enfin j’évoquerai les peurs et les réactions des élites politiques et intellectuelles devant la menace que semblait représenter cette misère et les différentes solutions suggérées par les uns et les autres pour venir à bout des problèmes de la pauvreté.

Pourquoi un regain de pauvreté ?

5Si l’on a redécouvert la pauvreté vers 1880, c’est en partie parce qu’elle a incontestablement connu une recrudescence à cette époque. On l’a souvent mise en rapport avec ce que les historiens ont parfois appelé, à tort ou à raison, la « grande dépression » pour désigner la crise qui a mis fin à un quart de siècle de prospérité victorienne (en gros de 1850 à 1875). Cette crise à la fois économique et sociale est le résultat d’une combinaison de plusieurs facteurs : le déclin du secteur agricole, qui a accéléré la dépopulation des campagnes et aggravé par conséquent l’entassement dans les villes ; un ralentissement de la croissance économique exceptionnelle qu’avait connu le pays jusqu’alors – ralentissement en partie lié à la montée de la concurrence étrangère (notamment américaine et allemande) et au déclin de la compétitivité britannique. Les historiens ont certes aujourd’hui tendance à minimiser l’ampleur de cette « grande dépression », en soulignant que la production britannique a continué à augmenter (quoique plus lentement), que les revenus « invisibles » des investissements britanniques à l’étranger n’ont jamais été aussi élevés ; ils soulignent aussi, sur le plan social, qu’en moyenne les salaires réels ont continué à augmenter et que le niveau de vie général de la population britannique a continué à s’élever durant la période. Mais il reste qu’une moyenne positive dissimule des écarts considérables entre riches et pauvres, et même entre élite ouvrière et sous-prolétariat. Il ne fait aucun doute qu’une partie non négligeable de la population londonienne a bien souffert de difficultés particulières durant la période en question.

6Reste à savoir quelle partie de la population. Le terme de pauvre a pu recouvrir au xixe siècle des acceptions variées. Au début du siècle, il recouvrait l’ensemble des classes laborieuses, dont la pauvreté était alors considérée comme l’état normal. Durant les années de prospérité des décennies 1850-1875, le niveau de vie des classes laborieuses s’est incontestablement élevé, et les élites ouvrières se sont démarquées très nettement et consciemment par rapport à ceux, encore nombreux, qui vivaient encore à la limite de la survie physique. Toute une série d’expressions, plus imagées les unes que les autres, ont alors été utilisées pour désigner ce substrat : on parla tour à tour des « classes en train de périr », de « résiduum », des « 10 % qui ont coulé », voire du « peuple de l’abysse ».

  • 3 Cf. son monumental rapport d’enquête, Life and Labour of the People in London, Londres, 1889-1902, (...)

7Le sociologue Charles Booth tenta à la fin des années 1880 de remplacer ce vocabulaire sensationnel et impressionniste par des descriptions et des pourcentages précis sur la population londonienne3. Il estima à 30 % le pourcentage de ceux qui à Londres vivaient juste à la limite et au-dessous du « seuil de pauvreté », qu’il fixa à un revenu d’un peu plus d’une livre sterling par semaine pour une famille « moyenne ». Bien que ses résultats aient été à leur tour contestés, il reste qu’il donna un aperçu du genre de personnes qui pouvaient être considérées comme pauvres. Il distingue en gros deux catégories.

  • Les travailleurs occasionnels : dockers, porteurs, rouliers, messagers, marchands des quatre saisons, ne travaillant qu’irrégulièrement, par choix ou par nécessité. Beaucoup étaient employés à l’heure ou à la journée, plus rarement à la semaine, et avaient de longues périodes d’inactivité. Leur pauvreté était donc en quelque sorte structurelle. Cela ne veut pas dire qu’elle était acceptée comme une fatalité. Une grève des dockers, massivement suivie, visant à l’augmentation du tarif horaire à six pences, eut lieu à Londres en 1889 à l’initiative du syndicat des dockers nouvellement créé. Elle marqua un tournant dans l’histoire syndicale, en montrant que certains secteurs même parmi les plus défavorisés de la population pouvaient réussir à s’organiser et à obtenir une augmentation de salaire et de meilleures conditions d’embauche.
  • Les travailleurs réguliers : il s’agissait d’ouvriers et d’ouvrières sans qualification ayant un emploi à plein temps. Beaucoup d’entre eux (et notamment les femmes) travaillaient en sous-traitance, surtout dans la confection, la fabrication de chaussures et de chapeaux, et étaient grossièrement exploités par les intermédiaires cupides c’est le sinistre sweating system. Ces travailleurs non qualifiés étaient en outre les premières victimes du chômage lors des périodes de récession, et il y en eut de nombreuses à cette époque, notamment de 1884 à 1887, et de 1892 à 1895. L’hiver 1886-1887 fut le pire moment, avec un chômage massif, évalué à 70 % des dockers, des maçons, des ouvriers de la confection et de la chaussure. En 1886 et 1887, eurent lieu dans les beaux quartiers de Londres d’énormes manifestations de chômeurs qui effrayèrent les classes dirigeantes et que certains interprétèrent comme un début de soulèvement populaire. Le verdict plus perspicace de G. B. Shaw sur ces mouvements fut le suivant :
  • 4 G. B. Shaw, Pall Mail Gazette, 11 février 1886, p. 4 : Angry as they are, they do not want révolut (...)

Dans toute leur colère, ce qu’ils veulent, ce n’est pas la révolution, c’est du travail4.

8Devant cette montée de la misère, Shaw ne se contenta pas, on le sait, de commenter les manifestations mais, dans ses écrits politiques comme dans ses pièces, tenta d’en analyser en profondeur les causes : il s’attaqua plus particulièrement, comme on le voit dans Maisons de veufs, à la question du logement.

La question du logement des classes laborieuses

9Le chômage était loin d’être le seul handicap des classes pauvres. Les mauvaises conditions de logement affectaient gravement leur vie quotidienne, et en particulier leur santé. Les quartiers est de Londres étaient connus depuis longtemps pour la mauvaise qualité de vie qu’ils offraient et pour leur surpeuplement. Toutefois, pour le visiteur occasionnel des quartiers pauvres, l’ampleur des problèmes n’apparaissait pas au premier regard. En effet, la plupart des logis les plus insalubres étaient dissimulés aux regards car ils étaient entassés au fond d’arrière-cours seulement accessibles de la rue par une sorte d’étroit passage couvert (souvent qualifié de tunnel) entre les maisons bordant la rue. Le manque d’air et de lumière était pourtant loin d’en être les seuls inconvénients.

10On peut avoir une idée de l’état de dégradation de ces maisons en lisant le pamphlet d’Andrew Mearns, L’Apre Plainte des réprouvés de Londres, publié en 1883, et qui fit sensation par le réalisme de ses descriptions des taudis :

  • 5 A. Mearns, The Bitter Cry of the Outcast London, An Enquiry into the Condition of the Abject Poor (...)

Six mètres carrés-telle est à peu près la superficie de beaucoup de ces pièces. Murs et plafond sont noircis par les dépôts de crasse accumulés au fil des années par manque d’entretien. La crasse s’infiltre dans les fissures des planches du plafond ; elle s’étale le long des murs ; elle est partout. Ce qu’on appelle fenêtre est à moitié bouché par des haillons ou recouvert de planches pour se protéger du vent et de la pluie ; le reste est si sale et si obscur que c’est à peine si la lumière peut entrer ou si l’on peut voir quelque chose dehors5.

  • 6 A ce sujet, cf. J.-P. Navailles, La Famille ouvrière dans l’Angleterre victorienne, Paris, Champ V (...)

11En outre, la santé publique était gravement menacée dans ces quartiers par des facteurs extérieurs aux logements proprement dits. On y constatait une insuffisance de l’approvisionnement en eau. Un quart seulement des maisons londoniennes avaient alors l’eau courante, et elles étaient presque toutes situées dans les beaux quartiers. La plupart des familles pauvres de Londres devaient donc aller chercher l’eau à un robinet dans la cour, où l’eau ne coulait qu’à certaines heures de la journée6.

12La construction d’un réseau général d’égouts à Londres entre 1855 et 1865 avait incontestablement amélioré la situation sanitaire de la capitale, mais les raccordements adéquats n’étaient pas souvent réalisés dans les logements pauvres, et la puanteur des arrière-cours était parfois insupportable, au dire des visiteurs. La question du ramassage des ordures restait mal résolue dans les quartiers pauvres et des tas d’immondices se voyaient encore au coin des rues. Toutes ces horreurs, toutefois, n’étaient pas nouvelles, et il convient sans doute d’insister plutôt sur la question du surpeuplement.

13En effet, ce qui était nouveau dans les années 1880, c’était l’augmentation sensible du surpeuplement, qui fut dénoncée notamment dans le rapport d’enquête très détaillé de la Commission royale de 1885 sur le logement des classes laborieuses. Les statistiques du recensement de 1891 montrent en outre qu’un logement sur cinq à Londres était surpeuplé, c’est-à-dire, selon la définition de l’époque, hébergeait au moins deux personnes par pièce. Cela était d’abord dû à la modernisation de la capitale qui avait entraîné la destruction de nombreuses habitations. Des milliers de logements furent rasés pour la construction de gares et de lignes de chemin de fer, l’ouverture de nouvelles rues, la construction d’écoles et d’édifices publics.

14Mais le surpeuplement était aussi dû, encore plus paradoxalement, à des lois bien intentionnées. La loi Torrens de 1868 avait recommandé la démolition des taudis par les autorités locales, mais sans prévoir de relogement. La loi Cross de 1875 resta elle aussi fort évasive au sujet du relogement, proposant principalement aux autorités locales de reloger les expulsés dans les immeubles construits par des associations philanthropiques. Or cette solution ne pouvait être acceptable pour les plus pauvres, car les loyers y étaient relativement élevés, ces immeubles étant destinés aux travailleurs ayant un salaire décent. Le gouvernement conservateur de Disraeli (1874-1880), dans la droite ligne du libéralisme économique ambiant qu’avait défendu Gladstone auparavant, continuait donc à abandonner le logement à la loi du marché, détruisant des logements sans les remplacer.

15La deuxième cause du surpeuplement était financière. Les loyers londoniens étaient particulièrement élevés dans les années 1880. Leur augmentation très forte entre 1850 et 1885 fut soulignée par plusieurs études locales et nationales. Pour les habitants qui, travaillant à domicile dans la confection ou la chaussure, avaient besoin d’un peu plus de place, l’augmentation des loyers constatée en l’espace de trente-cinq ans atteignit les 75 % dans la paroisse de St. George-in-the-East, alors que l’augmentation des salaires ne dépassa pas les 20 %. Il semble que, pour la plupart des ouvriers non qualifiés ou semi-qualifiés, l’effet des augmentations de salaires de cette période ait de toutes façons été anéanti par cette hausse des loyers.

16On peut dire (et Shaw le dit explicitement dans sa pièce) que plus le logement était petit, plus le prix de location au m2 était élevé. Plusieurs observateurs soulignèrent ironiquement que le prix du loyer des vastes appartements de luxe dans les quartiers résidentiels était proportionnellement inférieur à celui d’un taudis de l’est londonien. Le rapport de la Commission royale déjà citée révéla que, dans les quartiers pauvres de Londres, 46 % des familles consacraient entre un quart et la moitié de leur revenus au paiement du loyer, et 88 % y consacraient plus d’un cinquième – ce qui les contraignait à rogner sur les dépenses de nourriture. Il apparut aussi que, plus les gens étaient pauvres, plus la part de leur budget consacrée au loyer était proportionnellement élevée. Ce qui révulsait les réformateurs sociaux, et Bernard Shaw en particulier, c’était non seulement cette injustice sociale, mais aussi les profits exorbitants réalisés par les propriétaires de taudis, à force de subdiviser des maisons pour y loger le maximum de familles.

17Un des aspects de ce système inique dont Shaw fait un ressort de sa pièce était la passivité coupable des propriétaires du sol dans cette véritable extorsion de fonds. Dans les villes anglaises, le propriétaire du sol, d’une part, et le propriétaire des maisons qui y étaient construites, d’autre part, n’étaient presque jamais la même personne. Le propriétaire du sol se contentait pour sa part de percevoir une rente foncière durant la durée d’un bail emphytéotique, mais sans se préoccuper le moins du monde de l’utilisation du sol. Or, dans beaucoup de quartiers de taudis, le propriétaire du sol était souvent une institution parfaitement respectable comme l’Église anglicane, un hôpital privé ou un collège d’Oxford, ou encore une famille aristocratique, parfois apparentée à la famille royale. Que des personnes ou des institutions aussi représentatives de l’establishment puissent fermer les yeux sur ce qui se passait sur leurs terrains avait effectivement de quoi susciter les sarcasmes. Dans Maisons de veufs, Shaw indique justement au détour d’une phrase, que Lady Roxdale est la propriétaire du sol où se prépare la spéculation sordide dans laquelle s’engagent les personnages à la fin de la pièce.

  • 7 Parliamentary Papers, 1884-1885, XXX : Royal Commission on the Housing of the Working Classes.

18Les propriétaires des logements des pauvres, quant à eux, étaient le plus souvent d’un tout autre milieu : il s’agissait souvent de boutiquiers ou de tenanciers de pubs qui investissaient leur économies dans l’achat de maisons dégradées qu’ils subdivisaient, n’hésitant pas une seconde à s’enrichir sur le dos des plus pauvres, alors qu’eux-mêmes sortaient souvent de milieux très modestes. La carrière du personnage de Lickcheese illustre l’enrichissement rapide de ces petits spéculateurs. Certains propriétaires, toutefois, étaient à la tête de véritables empires de taudis, et nous en avons un exemple, bien sûr, avec le personnage de Sartorius. Les profits scandaleux de ces exploiteurs furent en partie révélés par le rapport d’enquête de la Commission royale de 18857, exemples à l’appui, et la référence de Shaw à un « livre noir » révélant certains de leurs noms est tout à fait réaliste.

19Mais ce qui est le plus original dans la critique sociale exprimée par la pièce de Shaw est la révélation que l’exploitation éhontée des pauvres vivant dans les taudis reposait sur la complicité objective de personnes que tout séparait dans la société britannique. La fin de la pièce illustre de manière implacable cette sorte de verrouillage infernal de la situation immobilière par le jeu des intérêts croisés de personnes ne se connaissant même pas, ne tenant pas à se connaître, et n’ayant rien en commun que l’appât plus ou moins avoué du gain.

20L’existence même de telles pratiques dans les quartiers pauvres de Londres était due à une conjugaison de facteurs à la fois idéologiques et institutionnels. Le logement était traditionnellement considéré jusqu’alors en Grande-Bretagne comme l’affaire du secteur privé, et la majorité des libéraux et des conservateurs s’étaient longtemps accordés pour rejeter l’idée d’une intervention des autorités locales dans ce secteur. En outre, ces autorités locales, même si elles l’avaient voulu, n’auraient eu ni les moyens financiers ni les pouvoirs légaux pour intervenir. Jusqu’en 1888, les différents quartiers de la capitale restèrent dirigés par des conseils de paroisse oligarchiques se cooptant indéfiniment et surtout soucieux de défendre les intérêts de leurs membres. Shaw ironise à juste titre dans sa pièce sur leur cynisme affairiste, et Lickcheese, devenu à son tour propriétaire de taudis, s’écrie :

  • 8 B. Shaw, Maisons de veufs : That didnt matter in the good old times, because the Vestries used to (...)

Dans le bon vieux temps, le Conseil de paroisse, c’était nous. Personne n’entendait jamais parler d’élections ; on se rassemblait à dix dans une pièce, on votait les uns pour les autres et on faisait ce qu’on voulait. Eh bien, ce truc-là, ça ne marche plus8.

21Le « bon vieux temps » venait en effet de se terminer en 1888, et l’avènement du Conseil du comté de Londres, élu démocratiquement, était sur le point de changer les choses. La pièce de Shaw vise incontestablement à informer l’opinion sur les magouilles autorisées par le système ancien d’administration locale et à mettre en garde la nouvelle instance contre l’impunité jusqu’alors garantie des propriétaires de taudis.

De l’angoisse à l’espoir chez les élites

22La question du logement des classes laborieuses fut l’objet de nombreux débats dans la presse et au Parlement, avant que la littérature s’en fasse l’écho. Pour comprendre l’intérêt exceptionnel qui lui fut porté, il faut savoir qu’elle fut perçue d’abord comme une menace, ensuite comme un enjeu politique. Il est donc utile de connaître les peurs ambiantes et aussi les solutions en présence pour pouvoir apprécier la position de Shaw lui-même.

  • 9 Cf. à ce sujet G. Stedman Jones, Outcast London : A Study in the Relationship between Classes in V (...)

23Le surpeuplement de Londres suscitait depuis des décennies des inquiétudes parmi les élites9. On estimait qu’il favorisait la propagation de maladies comme le typhus et la fièvre typhoïde et occasionnellement d’épidémies, et qu’il était responsable des taux de mortalité plus élevés dans les quartiers pauvres. En outre, les Victoriens, toujours prompts à associer le mal moral au mal physique, insistaient sur ses effets sur ce qu’ils appelaient la « démoralisation » des masses. Pour eux, l’effet du surpeuplement était de favoriser des vices tels que la promiscuité sexuelle, la violence, l’alcoolisme et la criminalité.

24Mais, si le surpeuplement alarma tellement les élites dans les années 1880-1900, c’était qu’il était désormais perçu comme une menace pour la société urbaine, voire pour la nation toute entière. Curieusement, le surpeuplement ne fut pas du tout relié à l’arrivée massive d’immigrants venus des campagnes pour travailler en ville. Cette arrivée était au contraire perçue comme une sorte de bouffée d’oxygène pour les villes. Symétriquement, on insistait sur l’affaiblissement physiologique et la corruption morale des habitants installés en ville depuis longtemps. L’idée de la dégénérescence progressive des habitants des villes était alors considérée comme une vérité quasi scientifique. Cette idée était un des aspects du darwinisme social, cette extrapolation aux sociétés humaines de la théorie de l’évolution. Ainsi on lit dans la grande enquête de Charles Booth :

  • 10 C. Booth, Life and Labour of the People in London, Poverty Series, vol. iii, Londres, 1902, p. 110 (...)

L’effet des conditions de vie dans les grandes villes, et en particulier dans la plus grande de toutes, est que la force et l’énergie musculaires s’usent progressivement ; la deuxième génération de Londoniens a un physique inférieur et une capacité de travail continu inférieure à ceux de la première génération [c’est-à-dire les immigrés], et la troisième génération (lorsqu’elle existe) est inférieure à la seconde 10.

25Les forces vives des villes étaient ainsi assimilées aux nouveaux arrivants. Les habitants plus anciennement installés étaient, en quelque sorte, voués au déclin, sauf s’ils faisaient preuve, selon le mot de Booth de « mobilité physique et spirituelle ». C’est pourquoi la démolition des taudis était largement comprise comme une manière de contraindre les pauvres incrustés dans la misère à une mobilité soi-disant salvatrice.

26Venons-en maintenant aux remèdes proposés pour éliminer le surpeuplement et les taudis. Si les élites s’accordaient alors pour souhaiter l’amélioration du logement des pauvres, les méthodes proposées étaient assez variables et mettaient en jeu des conceptions opposées du rôle de l’État. La position largement dominante, dont le député Cross, promoteur de la loi de 1875 sur la démolition des taudis, était un bon représentant, était que l’État n’avait pas à se substituer au secteur privé pour régler la question du logement des pauvres. Cross déclara clairement que l’État n’avait pas à loger les pauvres :

  • 11 Cross, « Discours aux Communes », Hansard, Third Series, 222, 1875, p. 743 : It is not the Governm (...)

Ce n’est pas le devoir du gouvernement de pourvoir aux besoins vitaux de quelque catégorie de citoyen que ce soit [...] ; mais personne ne contestera qu’il est souhaitable et juste que l’État intervienne dans le domaine de la législation sur la santé publique11.

27Les autorités continuèrent donc à mettre l’accent sur l’amélioration de l’environnement urbain, notamment en multipliant les postes d’inspecteurs sanitaires, dont le rôle restait malheureusement limité à la rédaction de rapports souvent sans effet. D’autre part, les municipalités furent autorisées à définir des normes minimales de construction pour les logements neufs.

28Il y eut aussi une politique d’incitation visant à chasser les pauvres des poches de pauvreté du centre de la capitale. L’habitat en banlieue fut présenté comme la solution idéale, et le Parlement obligea les compagnies de chemins de fer à offrir matin et soir des trains ouvriers. Il s’agissait encore une fois d’assurer cette « mobilité » dont parlait Booth. Mais il est clair que les plus pauvres n’avaient pas les moyens de payer les transports, même à tarif réduit ; et beaucoup ne voulaient pas s’éloigner des lieux où ils travaillaient depuis longtemps (docks, marchés, ateliers de confection) redoutant de ne pas trouver d’emplois équivalents en banlieue.

29D’autres solutions plus draconiennes encore que le départ en banlieue furent proposées ici ou là, notamment par des médecins. On doit mentionner, quel que soit l’effarement qu’elle peuvent provoquer aujourd’hui, des solutions telles que la déportation des pauvres vers des camps de travail à la campagne, l’émigration plus ou moins volontaire dans les colonies ou autres pays anglophones, et même la stérilisation forcée des gens jugés inadaptés à la vie urbaine. Il faut même signaler que ces solutions extrêmes connurent la faveur, non seulement de darwiniens fanatiques, mais même de certains doux intellectuels militant dans les rangs de la Société fabienne.

30Face à cette politique d’élimination physique des pauvres hors du centre des villes, l’aile radicale du parti libéral et les milieux socialistes et syndicaux commencèrent à préconiser la construction d’habitations municipales, sur le modèle des immeubles construits par les associations philanthropiques comme le célèbre Peabody Trust. Cette solution signifiait bien entendu le recours à l’interventionnisme des autorités dans le domaine du logement, et elle rencontra inévitablement des résistances prolongées et farouches. La loi de 1890 sur le logement des classes laborieuses autorisa effectivement la construction de logements municipaux, mais sans fournir de moyens de financement et en exigeant la revente de ces logements avant dix ans. Le Conseil du comté de Londres, dominé par la gauche jusqu’en 1907, se lança bien dans un programme spectaculaire de logements municipaux dès les années 1890, mais il faut bien voir que, comme dans le cas des logements philanthropiques, les loyers proposés étaient trop élevés pour les habitants des taudis détruits. Un chiffre significatif : sur les cinq mille habitants expulsés des taudis de Boundary Street, remplacés vers 1900 par des immeubles locatifs municipaux, onze seulement furent relogés sur place.

***

31On le voit, aucune solution simple n’était à même de résoudre les problèmes complexes du logement des pauvres à Londres ou ailleurs. Il faut donc se garder d’une vision manichéenne de la question – comme celle qui consisterait à voir dans tous les propriétaires de logements pour les pauvres des individus rapaces ou cyniques. Ce n’est pas parce que la pièce de Shaw, Maisons de veufs, montre l’inanité des bons sentiments comme ceux du docteur Trench et le triomphe de la spéculation qu’il faut y voir une pièce totalement noire. Shaw veut avant tout montrer le fonctionnement d’un mécanisme diabolique ; il donne un diagnostic du mal urbain, ce qui est déjà beaucoup. Dans un domaine où les enquêteurs et les sociologues risquaient de lasser le lecteur par leurs avalanches de statistiques et de descriptions, le dramaturge sait convaincre le spectateur par une sorte d’étude de cas et lui ouvrir les yeux de manière certainement plus divertissante.

Notes

1 Sur ces rapports d’enquête, cf. J. Carré et J.-P. Révauger (dir.), Écrire la pauvreté : les enquêtes sociales britanniques aux xixe et xxe siècles, Paris, L’Harmattan, 1995.

2 W. Booth, In Darkest England and the Way Out, Londres, 1980, p. 11-12 : As there is a darkest Africa is there not a darkest England? Civilisation, which can breed its own barbarians, does it not also breed its own pygmies? May we not find a parallel at our own doors, and discover within a stone’s throw of our cathedrals and palaces similar horrors to those which Stanley has found existing in the great Equatorial forest ? C’est nous qui traduisons.

3 Cf. son monumental rapport d’enquête, Life and Labour of the People in London, Londres, 1889-1902, 17 vols.

4 G. B. Shaw, Pall Mail Gazette, 11 février 1886, p. 4 : Angry as they are, they do not want révolution, they want a job.

5 A. Mearns, The Bitter Cry of the Outcast London, An Enquiry into the Condition of the Abject Poor [1883], P. J. Kating (ed.), Londres, Fontana, 1981, p. 95: Eight feet square - that is about the average size of very many of these rooms. Walls and ceiling are black with the accretions of filth which have gathered upon them through long years of neglect. It is exuding through cracks in the boards overhead; it is running down the walls; it is everywhere. What goes by the name of a window is half of it stuffed with rags or covered by boards to keep out wind and rain; the rest is so begrimed and obscured that scarcely can light enter or anything be seen outside.

6 A ce sujet, cf. J.-P. Navailles, La Famille ouvrière dans l’Angleterre victorienne, Paris, Champ Vallon, 1983.

7 Parliamentary Papers, 1884-1885, XXX : Royal Commission on the Housing of the Working Classes.

8 B. Shaw, Maisons de veufs : That didnt matter in the good old times, because the Vestries used to be us ourselves. Nobody ever knew a word about the election; and we used to get ten of us into a room and elect one another, and do what we liked. Well, that cock wont fight any longer.

9 Cf. à ce sujet G. Stedman Jones, Outcast London : A Study in the Relationship between Classes in Victorian Society, Oxford University Press, 1971.

10 C. Booth, Life and Labour of the People in London, Poverty Series, vol. iii, Londres, 1902, p. 110 : It is the resuit of the conditions of life in great towns, and especially in this the greatest town of all, that muscular strength and energy get gradually used up ; the second generation of Londoner is of lower physique and has less power of persistent work than the first, and the third generation (where it exists) is lower than the second.

11 Cross, « Discours aux Communes », Hansard, Third Series, 222, 1875, p. 743 : It is not the Government’s duty to provide for the vital needs of any category of citizens whatsoever [...] ; yet no one will deny that it is desirable and equitable for the State to interfere in legislation on public health.

Auteur

Jacques Carré est professeur de civilisation britannique à l’université de Paris IV-Sorbonne. Il a publié Écrire la pauvreté : les enquêtes sociales britanniques aux xixe et xxe siècles, en collaboration avec J.-P. Révauger (Paris, L’Harmattan, 1995) et La Grande-Bretagne au xixe siècle (Paris, Hachette, 1997). Il est président du Centre de recherches et d’études de civilisation britannique (CRECIB).

© Presses universitaires de Caen, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable