Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régimes matrimoniaux en Provence à la fin de l’Ancien Régime

 | 
Jean-Philippe Agresti

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage est la version publiée d’une thèse soutenue le 15 novembre 2005 à la Faculté de Droit et de Science Politique d’Aix-Marseille, Salle des actes, Aix-en-Provence.

2À l’occasion de cette publication, je tiens à exprimer ma plus profonde gratitude à mes directeurs de recherche le Président Marc PENA et le Professeur Eric GASPARINI. Par leurs conseils avisés, leur disponibilité et leur soutien, ils m’ont permis de finaliser la présente étude dans les meilleures conditions. Je les remercie également de la confiance qu’ils m’ont toujours accordée. Qu’ils soient assurés d’avoir un élève fidèle et un ami.

3Qu’il me soit permis d’associer à ces remerciements le Professeur Jean-Louis MESTRE qui, de manière indéfectible, m’a conseillé et encouragé pendant toutes ces années. Je le remercie encore d’avoir accepté de participer à ma soutenance. Ce grand maître de la recherche a été, reste et restera pour moi un inspirateur et un guide.

4Je tiens à témoigner une nouvelle fois ma plus extrême reconnaissance au Professeur Jacques POUMAREDE d’avoir bien voulu me faire l’honneur de participer à mon jury de thèse et d’avoir immédiatement accepté de préfacer cet ouvrage, conférant ainsi à ce travail le patronage d’un éminent maître de l’histoire du droit privé des anciens pays de droit écrit.

5Je souhaite présenter mes plus respectueux et vifs remerciements au Professeur Olivier VERNIER qui m’a toujours soutenu et a su me faire profiter de son expérience et de ses avis éclairés. Je lui suis également reconnaissant d’avoir accepté d’être membre de mon jury de thèse. À travers le Professeur VERNIER, je souhaite également remercier l’ensemble des historiens du droit de l’Université de Nice Sophia-Antipolis qui m’ont accueilli comme ATER et m’ont immédiatement accordé leur confiance me permettant de retrouver la mienne, et en particulier les Professeurs Michel BOTTIN et Marc ORTOLANI, Jean-François BREGI, sans oublier mon amie Caroline GAU-CABEE désormais en poste à l’Université des Sciences Sociales de Toulouse.

6Je suis pleinement conscient de l’honneur que le Doyen Louis-Augustin BARRIERE m’a fait en siégeant dans mon jury de thèse et en jugeant ce travail. Je lui adresse mes plus sincères remerciements.

7Je souhaite ensuite témoigner l’assurance de ma plus haute considération au Professeur Jean HILAIRE qui a aimablement accepté de me recevoir au moment des recherches, puis de l’élaboration du plan. Il m’a fait profiter de sa vaste et sûre connaissance de l’histoire du droit privé, des régimes matrimoniaux et de la pratique notariale. Ses éclaircissements m’ont été fort précieux.

8Que le Professeur Antoine LECA reçoive ici mes plus sincères remerciements pour toute la bienveillance qu’il a apportée à ce travail et la détermination dont il a su faire preuve afin que cette recherche soit publiée dans les meilleures conditions. Qu’il me soit permis d’associer à ces remerciements le Secrétaire Général des P.U.A.M. Gilles REBULL pour son aide précieuse durant de longs mois.

9Enfin, je tiens à rendre hommage à la mémoire du Professeur Maryse CARLIN qui s’était intéressée à ce travail avec la grande bienveillance que chacun lui connaissait. Pendant plusieurs mois, elle n’a eu de cesse de me faire profiter de son érudition et de sa parfaite maîtrise des actes notariés provençaux.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable