Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pline le Jeune, le juriste témoin de son temps, d’après sa correspondance

 | 
Dominique A. Mignot

Titre II. Pline, juriste et politologue

Chapitre II. Penser le régime et régime de la pensée : Pline, conseiller du prince…

Texte intégral

  • 1102 Sur Pline, « politologue humaniste » V. notre étude : Droit, équité, humanisme… préc. spéc. 601.

1Plus personne ne doute aujourd’hui de la nécessité de restaurer après Domitien l’état des mœurs et de la mentalité, des finances et de l’autorité de l’Etat. Bien plus, Pline le Jeune a senti que c’est tout l’Empire « qui a besoin d’un bain de jouvence. Si le Panégyrique dédié à Trajan témoigne de l’impérieuse nécessité d’instaurer une nouvelle impulsion politique fondée sur la confiance, le retour à la natalité et une meilleure distribution des richesses c’est qu’en fait il semble opportun de changer la « donne » socio-économique. Mais le retour à la confiance doit s’accompagner également du renforcement des valeurs traditionnelles1102. C’est précisément sur ce point que le conseil impérial se montre vigilant.

- SECTION I - UN POLITOLOGUE AVANT LA LETTRE

  • 1103 Cf. Ep. II 12 :5 : « Numerantur enim sententiae non poderantur : nec aliud in publico consilio pot (...)
  • 1104 Cf. Pan. I :5 et XXIV :4 : « Regimur quidem a te et subiecti tibi, sed quemadmodum legibus sumus.  (...)
  • 1105 V. TACITE, Hist. 1 :14- :19 (un précédent : Galba avait adopté Pison par nuncupatio publique).

2Les idées et les appréciations sur la politique en général et le régime du principat en particulier affleurent au fil des pages de la correspondance plinienne et de son Panégyrique adressé au prince. Notre auteur n’hésite pas à critiquer parfois l’assemblée sénatoriale qu’il qualifie au passage de publico consilio où l’on compte, comme on l’a dit, les voies sans les peser « tout en observant que celle-là se décapite au profit d’un prince qui seul peut sauver la République1103 ». Pline pose donc la question de la légitimité du régime augustéen tel qu’il est appliqué par la nouvelle dynastie ; il pose, en outre, celle de savoir si les relations de la monarchie antonine avec le Sénat et le peuple étaient aussi bonnes qu’on a cru1104. Enfin, on évoquera le grave problème de la transmission par adoption politique1105 du pouvoir impérial tel que l’a entrevu le consul de l’an 100.

  • 1106 OVIDE, Epître du Pont, IV 4 :35.
  • 1107 Cf. t. IV, 87.

3Il est vrai que l’on a deviné généralement en Pline, dans un lointain passé ou même plus récemment, un écrivain courtois, un gentilhomme campagnard, un membre poli et très civilisé « d’une affabilité empesée », écrit M. Yourcenar dans ses Mémoires d’Hadrien, qui occupe une situation très assise dans la haute société romaine. Il est bien placé pour remercier Trajan de la faveur insigne du consulat d’autant qu’il n’hérite pas des préjugés de la vieille classe sénatoriale du temps des Flaviens. Il peut donc aimablement souligner les mérites du nouveau règne, de cette nouvelle « gouvernance » qui s’applique maintenant aux êtres et aux choses de l’Empire voulu par les dieux. Il n’y a donc rien de surprenant dans la démarche du Panégyriste puisqu’un sénatus-consulte du temps d’Auguste recommandait pour le moins de prononcer une gratiarum actio en une semblable occasion1106. Or, une telle vision des choses nous paraît encore en deçà de la vérité dans la mesure où Pline se devait non seulement de respecter les goûts littéraires du temps mais encore la tradition politique romaine. Par ailleurs nous savons que son discours originaire devait être beaucoup plus ramassé, comme le fait remarquer M Durry dans son introduction sur Pline le Jeune1107.

4Nous avons vu que les compétences de Pline l’appelant tout naturellement à servir l’Etat car les postes divers accomplis à la tête de différents corps prestigieux de l’appareil administratif romain lui avaient permis de multiplier ses investigations et ses connaissances. C’est ainsi qu’ayant été avocat, comptable, juge, magistrat consulaire, trésorier de l’Etat (aerarium de Saturne…) puis curateur des rives du Tibre, il était très certainement qualifié non seulement pour participer au Conseil juridictionnel de l’empereur mais encore, comme proche de celui-ci, pour être un dialecticien ou apologète de la nouvelle monarchie républicaine. Les opinions et les prises de positions qui caractérisent son Panégyrique sont en étroite relation avec l’affirmation un peu péremptoire de l’épître III 18 : « ( :1) car prescrire ce que doit être un prince est une fort et belle entreprise, mais lourde, et j’oserai dire téméraire… »

  • 1108 Toute la fin du De clementia sur la politique et la grandeur d’âme exalte la bonne royauté, elle c (...)
  • 1109 Cf. Ep. III 20 :12 : « Sunt quidem cuncta sub unius arbitrio, qui pro utilitate communi solus cura (...)
  • 1110 Discours, coll. Teubner, I, 13.
  • 1111 En ce sens, J.-M. ANDRE, Pensée et philosophie dans les lettres de Pline le J., R. E. L., 1976.

5Cette remarque nous amène sans détour à jauger et à peser la théorie du bon prince chez ce panégyriste. D’aucuns peuvent penser que la conception du roi idéal, veillant et travaillant sans relâche à assurer le bonheur de ses sujets était courante dans la pensée antique et notamment les auteurs stoïciens1108. Or, ce thème se retrouve chez Pline puisqu’on peut lire dans la lettre 20 du livre III « ( :12) Il est vrai que toutes les affaires ne dépendent plus que d’un seul qui, pour le bien commun, a voulu avoir entre les mains tous les soucis et tous les labeurs1109 ». Cette conception se retrouve aussi chez Dion Chrysostome1110 et elle nous semble fondamentale en ce qu’elle fonde toute la pensée plinienne exposée au Panégyrique1111.

  • 1112 V. not. 282 ss.
  • 1113 Sur l’« aventure néronienne et ses problèmes », P. PETIT, ouvr. cit., E. CIEZEK, L’époque de Néron (...)
  • 1114 V. les très célèbres Considérations sur les causes de la grandeur des Romains…Londres, 1767, chap. (...)
  • 1115 Paris, 1828, V. spéc. t. I, chap. I, (trad. F. Guizot).
  • 1116 Des exemples nombreux sont fournis - en matière de politique économique - par E.-M. SMALLWOOD, Doc (...)
  • 1117 R. S. ROGERS, The roman Emperors as Heirs and Legates, trans. and proceed.. of the Amer. Philol. A (...)
  • 1118 Cf. supra, Introd.
  • 1119 Pline sera définitivement marqué par les procès de lèse-majesté du règne précédent : en ce sens, A (...)
  • 1120 Le prononcé des vœux du premier janvier n’était donc pas si innocent qu’il paraît à première vue e (...)

6Léon Homo a pu parler de « libéralisme impérial » dans ses Institutions Politiques romaines1112 avec force raison car une telle qualification repose sur l’impression générale du temps que nous ont transmis les écrivains latins qui eurent à décrire la succession des règnes impériaux de Néron1113 jusqu’aux Antonins du IIe siècle. Une réserve doit ici être exprimée concernant les auteurs du xviiie siècle, par exemple, Montesquieu1114 ou encore l’historien anglais Gibbon qui, dans son Histoire de la décadence1115 émit le jugement formel suivant : « Ce fut dans le siècle de Trajan et des Antonins que la monarchie romaine, parvenue au dernier degré de sa force et de son accroissement, commença de pencher vers sa ruine ». Il n’empêche, malgré cette appréciation lapidaire sujette à discussion, que l’ensemble des travaux des auteurs modernes ne remet pas en cause cette vision « globale » même s’ils la tempèrent. Tout au plus les ouvrages et articles contemporains ont affiné leurs points de vue sur le « néo-libéralisme » antonin1116. Or, L. Homo cité plus haut appuie en partie son raisonnement sur la foi des études récentes, et celle notamment de J. Béranger sur la précieuse cura principis liée à la recherche de l’utilité commune à tous les membres de la cité Romains et pérégrins, libres ou esclaves. Cette recherche du bien public permet de distinguer le comportement du bon prince d’avec ceux des tyrans, des despotes mauvais : elle permet le retour de la securitas temporum célébrée par Tacite dont la célèbre formule hante encore nos esprits et résume l’action éclairée des bons empereurs : « Nerva César a réuni deux choses jadis inconciliables, le principat et la liberté : res olim dissociabiles, principatum ac libertatem1117 ». Ce programme trouve en fait son accomplissement dans une certaine collaboration entre le prince et la melior pars de l’assemblée sénatoriale. On se représentera ici déjà l’effort de Vespasien, prématuré sans doute mais non point accidentel pour attirer vers lui le parti des sénateurs de bonne foi. Il paraît certain que les Antonins, bien plus que les Flaviens, ont senti toute l’importance et le poids de l’aristocratie du sénat : ils vont chercher, sauf sous Hadrien peut être, à s’allier cette classe supérieure de la Nation. L’opposition est non seulement muselée mais elle s’efface devant une volonté de collaboration et de concorde - et le mot est repris souvent par les Stoïciens - pour donner naissance à une era of goog feelings1118. La « sécurité des temps » paraît être accomplie en la personne de Trajan et différents passages du Panégyrique confirment cette impression : en L :7 nous lisons que « telle est la bonté du prince, telle est la sécurité des temps que l’empereur nous juge dignes des biens princiers, tandis que nous ne redoutons pas d’en paraître dignes » ; en LXVI :3 on retrouve cette même idée mais exposée cette fois ci avec plus d’insistance : « Tous avant toi en ont dit autant, mais nul avant toi n’a été cru… Mais toi nous te suivons sans crainte et allègres partout où tu nous appelles. ( :4) Tu nous ordonnes d’être libres ; nous le serons1119… » Nous constatons également que l’expression si fidelitate temporum de LXVII :3 s’emploie pour traduire la même idée que securitas temporum : « Et nous n’avons pas à craindre qu’il nous juge imprudents, si nous profitons sans hésiter de la sécurité du temps : il se souvient que nous avons vécu autrement sous un mauvais prince. Nous étions habitués à faire des vœux pour l’éternité de l’Empire et pour le salut des princes, que dis-je, pour le salut des princes et à cause d’eux pour l’éternité de l’Empire1120 ». Le mauvais prince peut dans le fond mettre en péril l’Empire lui-même !

  • 1121 En ce sens, Pan. XLIV :2 : « car le sentiment de l’homme privé dirige en toi le prince… »
  • 1122 Cf. Pan. XLIV :4 : « Quis enim curae tuae molem sponte subeat ? »
  • 1123 Pliny the Youger’s views on Government, Harv. Stud. In Class. Philol., XLIX, 1938, V. spéc. 115 - (...)
  • 1124 Cf. Agric. III.
  • 1125 Cf. Pan. LXVII :4 : « Neque enim adhuc ignauia quadam et insito torpore cessauimus : terror et met (...)

7Enfin, le judicieux équilibre réalisé grâce à l’accession à la tête du vaste Empire « civil » par un militaire qui entend gouverner l’Etat « comme un homme privé1121 », un citoyen qui se charge volontairement du poids des responsabilités1122 se conforte, selon M. Hammond, par la notion même d’humanitas. Dans son article sur les points de vue de gouvernement chez Pline le Jeune, Hammond1123 met en relief cet objectif du pouvoir dans divers passages du Panégyrique plinien et de sa Correspondance privée. Donnons deux exemples. Hammond rapproche les termes employés dans Pan. XL :5 et l’épître VIII 22 :4, à savoir : « Toi, tu vois une égale iniquité à exiger les payements de dettes qui n’auraient jamais dû exister… » : « Quel que soit le personnage, quelle qu’en soient les mœurs, silence… ne pas le désigner [importe] beaucoup à la bonté… (non insignire humanitatis plurimum refert) ». Dans le premier texte, Pline loue l’empereur pour son humanisme politique qui se traduit par la remise des dettes qui ne sont plus de son siècle ; dans le second passage évoqué, le silence imposé s’identifie à une morale élevée, commune certes, mais élevée en politique : cette morale entend que l’on ne commette pas de médisance sur une période passée et trouble ; il s’agit d’ailleurs moins d’une forme d’humanité plutôt que d’un oubli volontaire, une amnésie politique pour favoriser la concordia ordinum. C’est de cette façon qu’il faut entendre l’expression de Tacite : le principat et la liberté sont réunis1124. L’Etat retrouve alors le chemin vers une unité naguère perdue. Pline à l’instar de Tacite peut parler ouvertement et affirmer librement que « si nous nous sommes tus jusqu’à présent, ce n’était ni par une certaine lâcheté ni par une torpeur naturelle ; la terreur, la crainte et cette lamentable prudence née du danger nous avertissaient de détourner de la République (il n’y avait d’ailleurs plus du tout de république) nos yeux nos oreilles, nos esprits1125. Le principat se justifie donc par la nécessité de recourir au commun bien et à la tranquillité publique.

  • 1126 On note de ci de là des opinions divergentes : P. de MARTINO, Storia della constitutio romana, t. (...)
  • 1127 Pan. XLV :3 et :4.
  • 1128 Tib., XXIX :3 - Comp. avec Tacite, Germ., VII - DION (Chrysostome), Discours, III 10 etc.

8L’idée de monarchie a parcouru un long cheminement depuis la fin des guerres civiles. Le désir de confondre un prince à la réalité nationale, de faire de celui-ci un « prince au-dessus des lois parce que législateur » correspond non seulement à la marque d’Auguste mais à la volonté d’inscrire le principat dans les mœurs publiques et constitutionnelles. L’ère augustéenne se prolonge ainsi tout au long du premier siècle et l’on se demande encore quelles furent la portée et l’exacte étendue de ses pouvoirs sous le Haut-Empire1126. Un siècle de pouvoir personnel ne permet plus aux contemporains de Pline et de Suétone de douter de la nature réelle du pouvoir princier. Certains passages du Panégyrique sont davantage compris à la lumière de toute cette évolution politique, ainsi celui-ci : « Tu le sais, dit Pline, de même que la tyrannie et le principat sont de nature opposée, de même ceux à qui un prince agrée le mieux, supportent le plus mal un « tyran » et le laudateur du prince de poursuivre : « et si tu ne t’es point jusqu’ici chargé de la censure ni de la préfecture des mœurs, c’est qu’il le plait mieux d’éprouver notre valeur par des bienfaits que par des sévérités1127 ». L’étendue du pouvoir du prince n’est jamais sujette à discussion et les formules restent le plus souvent dans le vague : on relève les expressions infinitas potestatis ou infinita potestas qui doivent correspondrent à notre avis à la tanta et tam libera potestas que Suétone met dans la bouche de Tibère1128.

  • 1129 A. ALFÖDI, Die Ausgestallung des monarchischen Zeremoniells am römischen Kaiserhofe, Mitteilungen (...)
  • 1130 En ce sens travaux de R. FEARS, ‘Princeps a dii electus’ : the divine election of the Emperor as a (...)
  • 1131 Cf. Pan. LXIV :1 :«  Peracta erant sollemnia comitiorum, si principem cogitares, iamque se omnis t (...)
  • 1132 Cf. Pan. LXIV :1 in fine - Pline prétend ici qu’il faut fuir la démagogie (rappr. avec ép. IV 1). (...)

9La pensée plinienne va plus loin encore puisqu’elle aborde la cruciale question de la monarchie tempérée où la loi tempère l’action et les caprices du prince, c’est-à-dire, les véritables dangers inhérents au pouvoir personnel. Cela résulte clairement des propos du Panégyriste en XXV :4 qui déclare : « Nous sommes gouvernés par toi et nous le sommes aux lois. Elles aussi règlent nos désirs et nos passions… tout en vivant avec nous et parmi nous. Ta domination, ta précellence sont comme celles des honneurs, du pouvoir, supérieures aux hommes quoiqu’ils appartiennent à des hommes ». L’homme n’est pas seulement gouverné par l’homme, mais aussi par la loi. L’humour, à savoir un certain recul proche du sens des réalités, commande à Pline d’ajouter, non sans courage : « ( :5) Avant toi les princes, par mépris de nous et par je ne sais quelle crainte de l’égalité (et quodam aequalitatis metu…) avaient perdu l’usage de leurs jambes ». Les exigences de l’étiquette1129 ne peuvent expliquer l’attitude négative des gouvernants. A l’inverse, Trajan n’entend pas concentrer -pour ne pas dire confisquer, tous les pouvoirs en sa seule personne. Son principat, pour être bien apprécié, ne doit pas être isolé de ses consulats ; Pline l’a bien compris qui n’hésite pas à louer l’action du prince pour transmettre à la postérité l’image idéale d’un maître de l’univers qui se définit le premier père du sénat, un simple citoyen de l’empire : « Voici que j’entends pour la première fois que le [prince] est non pas [au-dessus des lois], mais que, [les lois sont au-dessus du prince] : quand César est consul, mêmes défenses pour lui que pour les autres. ( :2) Il prête serment de fidélité aux lois devant les dieux attentifs1130 ». A y regarder de plus près, la formule « NON EST PRINCEPS SUPER LEGES SED LEGES SUPER PRINCIPEM … » témoigne d’une évolution profonde et donc remarquable de la pensée politique dans la Rome de Nerva et de Trajan. Elle sous-entend des vertus d’égalité civique, d’ισοπολιτεια, au sens strict, qui imposent un nouveau regard sur l’exercice et la distribution du pouvoir, sur les relations entre le prince et ses « sujets » ; ces nouvelles relations tranchent considérablement avec celles qui existaient au temps de l’époque domitienne. Une certaine modernité se dégage des propos de Pline qui oppose le monde des Anciens et celui des Modernes. Les jours du monde antique sont-ils comptés ? A la vérité, nous observons que l’honnête Pline (D. Kuiper) nous offre l’exemple ici d’un prince qui accepte de limiter sa force et ses prérogatives. Certes, Trajan désire plus que tout autre se rapprocher des aspirations de ses peuples. Ses serments, ses formules, les rites, ses consulats successifs, permettent au princeps de nouer un lien solide avec les populations méditerranéennes et italiques, le centre et les provinces, l’aristocratie et les foules. Par l’acceptation très officielle de ses charges il sacralise cette volonté de concorde et d’unité qui doit exister entre lui et les peuples qui relèvent de Rome1131. « Tu vois, ajoute le Panégyriste, il a été bien nécessaire de ne pas refuser le consulat, : nous ne t’aurions pas cru capable d’un tel acte, si tu avais refusé1132 ».

  • 1133 Sur la quest. : J. BERANGER, Remarques sur la Concordia dans la propagande monétaire impériale et (...)
  • 1134 Dans La philosophie politique à Rome, 206, n. 24, où l’auteur rappelle la vision pessimiste de Sén (...)
  • 1135 Œuvres complètes, M. G., coll. 596 - Cons. aussi son Traité sur la Providence,
  • 1136 Cf. Pan., LXV :2 : il faut rappr. not. les termes suivants : Iurat in leges… de iurasti te nihil c (...)

10Peut-on dire que bien avant l’élaboration de la théorie du pactum societatis médiéval, notre laudateur de l’Empire a pressenti la nécessaire collaboration et la non moins nécessaire entente entre le peuple dans son ensemble et le gouvernement voulu par les dieux comme expression cosmique. Le premier doit s’en remettre au second. Certes. Mais à condition que la concorde - qui figure sur plusieurs monnaies - soit bien observée dans les faits1133. De même, au plan philosophique, le sage doit-il accepter des engagements politiques : la constitution idéale, écrit A. Michel1134, n’existe pas ; c’est pourquoi il faut accepter l’empire. La nouveauté réside précisément à Rome, de façon restaurée grâce en partie à Auguste, dans le primat de la loi, de cette norme supérieure et reconnue par le sénat, augmentée par le prince, qui s’applique à lui-même comme à tous les membres de l’Empire. Saint Jean Chrysostome écrivait plus tard à ce propos : « Les lois sont les gouvernants pour les gouvernants1135 » ce qui se rapproche à s’y méprendre de la pensée du Panégyriste : il faut « prêter serment de fidélité aux lois : iurare in leges1136 ».

  • 1137 J. ROUGE, les institutions romaines, coll. U. 136, écrit à ce sujet : « C’est cette conception qui (...)
  • 1138 P. GRIMAL, Civilisation romaine, 72. « En ce temps, la divinisation de l’empereur vivant n’était p (...)

11Une autre problématique, proche de la précédente, doit être exposée ici. Il s’agit de la désignation impériale. A mi chemin entre le princeps à la mode augustéenne et le dominus du Bas-Empire, se situe la conception du pouvoir de l’époque antonine1137. Ainsi, l’Empire se confond au début du second siècle avec l’oikoumène, le monde civilisé habité dont le prince -parce qu’il est le meilleur élément, se trouve miraculeusement à la tête. L’empereur a pour tâche accablante d’assurer le bonheur de la population grâce à son numen, à son élection divine1138, qui font de lui que « la personne impériale est sacrée… » et que « faire intervenir ce nom révéré, c’est déclencher un mécanisme religieux dont les conséquences sont imprévisibles ». En conséquence c’est un vaste problème que celui de la désignation impériale. On distinguera toutefois bien des aspects tels que ceux de l’investiture proprement dite et de l’ancienne co-régence auxquels s’ajoute encore celui de l’adoption politique qui prend un tour particulier.

  • 1139 R. PARIBENI, Optimus Princeps, 2 vol., Messine, 1927 (ample ouvrage très favorable à Trajan) - R. (...)

12Alors que sous les Flaviens l’hérédité s’était installée en ligne directe « par le biais d’une association de l’héritier présomptif au pouvoir (J. Rougé) », avec Nerva, il semblerait que nous assistions au retour de la désignation de l’empereur par le Sénat. En fait, il ne s’agit là que d’un hommage particulier et accidentel rendu par la Haute assemblée en raison de la personnalité même de Nerva ; cependant un régime nouveau, plus fort, va apparaître peu à peu qui consacrera le triomphe de l’idéologie liée au pouvoir du Meilleur1139.

  • 1140 Nec nos tri saeculi est…Fesgabe f. K. Müller, Tübingen, 1922, 24 - 45 (= Das frühe Christentum im (...)
  • 1141 Cf. Pan. VII :1.

13Le principe de la désignation par cooptation a été défendu par de nombreux écrivains. Récemment encore, on peut lire sous la plume de R. Martin que « là-dessus les meilleurs historiens sont d’accords, Duruy, Jullian, Rostovtseff, Cary, pour qui le nouveau mode de transmission de la fonction impériale a sauvé le monde romain pour un siècle ». Albertini, ajoute à cela une formule bien frappée qui définit en conséquence le monde des Antonins comme « le moins mauvais des mondes possibles de l’Antiquité ». Nous ne pouvons, sur ce point, qu’être de cet avis alors que les lettres du livre X abondent d’exemples où l’on voit un empereur trancher des différends en sagesse et en conscience, refuser la calomnie (Ep. X 96) ou la dénonciation parce que toutes deux « ne sont plus de notre siècle » selon la formule reprise par W. Weber1140. L’empereur refuse d’émettre des emprunts à des taux prohibitifs (Epîtres X 54(62) et 56(63)). Il en va de même en matière de justice d’après l’épître X 82 et le fragment du Pan. XLII :1 : « …tu connais parfaitement ma volonté de n’assurer le respect de mon nom ni par la crainte ou la terreur, ni par des accusations de lèse-majesté : maiestatis singulare et unicum crimen eorum qui crimine uacarent, huius tu metum penitus sustulisti… ». On n’hésitera pas à rapprocher ces textes du passage VII :1 du Panégyrique qui contribue également à mettre en lumière l’action du prince : « O route nouvelle et inconnue par le principat ! Ce n’est pas ton ambition à toi, ta crainte à toi, mais l’intérêt d’un autre, les terreurs d’un autre qui t’ont fait prince : O nouum atque inauditum ad principatum iter : non te propria cupiditas, proprius metus sed aliena utilitas, alienus timor principem fecit1141 ».

  • 1142 L’impero da Tibero…658 - 660.
  • 1143 M. RAOSS, La rivolta di Vindice, e il successo di Galba, Epigraf., XX, 1968 100 - 110 (mise à jour (...)

14Trajan a quitté sa condition privée, quoique militaire de son état, pour revêtir le poids de la charge suprême. Mais l’accession a un tel honneur il la doit à sa désignation par un autre. Il est bon de rappeler à la lumière de ces témoignages que la désignation du second prince de la lignée antonine tranche rigoureusement avec les modes précédents. Ce choix du Meilleur augure-t-il d’un futur régime idéal, celui du « bon prince », régime du bon sens, de la sagesse ? En cela, l’avènement de cette dynastie « fictive », ou « idéale » constitue une certaine révolution politique. Revenons sur l’opération du choix. Dans le partage des droits qui eut lieu sous Auguste entre prince et sénat, selon les Res gestae (VI, 12 et 20) ce dernier semblait avoir conservé la prérogative la plus importante, celle de désigner le nouveau dominus, le primus inter pares de la Cité. Mais en réalité, très rares furent les empereurs qui firent l’objet de la désignation sénatoriale sous le Haut-Empire. Nerva fut somme toute désigné par la haute assemblée -et avec son accord -parce qu’au-delà de sa propre personne, il représentait, vu son âge, un parti de transition. Telle est l’opinion de Garzetti que nous reprenons ici1142. Inversement, Néron, le pauvre artifex de l’Histoire, fut déclaré hostis publicus par un sénat « revanchard » sous l’effet des pressions internes et extérieures, civiles et militaires1143. On ne peut douter malgré tout de l’existence et de la nécessité d’une volonté sénatoriale qui, en matière de désignation constitutionnelle de l’empereur, exprime malgré tout une certaine voie de la Nation romaine.…

  • 1144 Désignation et investiture de l’empereur romain… Paris, 1963, 81.
  • 1145 Sur la lex : G. BARBIERI, Dizion. Epigraf., De Ruggiero, VI, 1957, 750 - 759 - Fr. de MARTINO, Sto (...)
  • 1146 Bl. PARSI, ouvr. cit., 18 (la designatio du successeur paraît être une electio pour la grande part (...)
  • 1147 V. The antonine monarchy… (préc.) reprenant des thèses dans l’ouvr. de 1956 (The Transmission of t (...)
  • 1148 L’hérédité du principat, Note sur la transmission du pouvoir impérial aux deux premiers siècles, R (...)
  • 1149 R. E. A., Bordeaux, Feret et fils, LI, 1949, 262 - 321 - Contra : H. G. PFLAUM, Le règlement succe (...)
  • 1150 « L’adoption, selon B. PARSI, est une institution du droit de la famille mise au service du princi (...)

15Blanche Parsi note qu’un « principe constant domine toute cette matière : c’est le peuple qui investit par une loi spéciale le titulaire d’un pouvoir politique extraordinaire ». Le principat n’échappe point à la règle ; sa stabilisation et l’exclusion d’un retour pur et simple à la République ne dispensent pas chaque nouvel empereur de se faire investir par les comices1144. Telle était la règle formaliste suivie sans doute tout au long du premier siècle puisque Vespasien se fait confirmer ses pouvoirs par un sénatus-consulte qui nous a été conservé sous le nom de lex de imperio Vespasiani1145. Mais la règle de droit plie et s’efface devant la réalité des faits. Les éléments sont donc réunis dans les périodes de troubles pour que se transmette héréditairement la fonction impériale. Et pourtant, le monde romain n’est pas encore prêt à assumer cette complète mutation. Nerva le sait bien, et faute de désigner un héritier par le sang, on choisira un hoir par le cœur, un homme fort, un corégent de la même manière que Galbas qui, jadis, pendant le rude hiver 68 -69 s’arrogea à l’Empire Pison, et pourvut en théorie aux nouvelles destinées du monde romain1146. Selon Bl. Parsi, c’est « pour alléger la pression que l’armée fit aussitôt peser sur lui (que) Nerva s’adjoint Trajan qui, alors à la tête des légions de Haute Germanie, ne se dérangea même pas pour assister à son adoption et recevoir à Rome la co-régence ». Ce point de vue, conforté par M. Hammond dans son ouvrage sur la monarchie antonine reprend le précédent sur la transmission du Pouvoir à la mort de Néron1147 ; il correspond également à la théorie moderne de l’hérédité chez J. Béranger1148 : « Nerva aurait eu de la parenté (selon Dion Cassius, Hist. Rom. XLVII « :15). En adoptant Trajan, il ne se conformait pas à l’usage… Pour Pline, il n’y a même pas de problème : le successeur de Trajan sera son fils… » De même, J. Carcopino, étudiant L’hérédité dynastique chez les Antonins1149 constate que « le jugement de Mommsen et de Willems sur l’incompatibilité du principat et de l’hérédité est aujourd’hui périmé. Il a succombé à l’évidence : l’hérédité était congénitale au régime des Césars ». Tout se passe en fait dans les coulisses du pouvoir romain : le prince choisit son successeur à charge pour le sénat de ratifier -par le silence ou par sénatus-consulte -cette décision. Un double avantage explique un tel processus constitutionnel : on évite un déchirement des provinces entre militaires et sénateurs prétoriens ; la ratification formelle du peuple est subséquente et ne laisse aucune place au jeu des factions. Rien qui puisse rappeler les troubles des guerres civiles ! Deux souverainetés monarchique et aristocratique -s’entendent pleinement pour éluder la troisième - populaire -. C’est à ce prix que l’adoption politique permet la paix et la continuité du régime1150.

  • 1151 Certains rattachent à cette electio la coutume du consensus aniuersorum d’Octave les comices conco (...)
  • 1152 C. I. L. VI 1023 (Rome, 177 ap. J.-C.) : « A l’empereur César Lucius Aurélius Commode Auguste, fil (...)

16Le Panégyriste n’écarte pas la question de l’adoption politique, loin de là, et pourrait-on ajouter, celle de la légitimité du nouveau prince. Il déclare sans détour - même si le texte a été interpolé - en VII :5 : « Quand on va transmettre le sénat et le peuple romain, les armées, les provinces, les alliés à un seul chef, peut-on n’accepter pour successeur que l’enfant donné par sa femme et chercherait-on l’héritier du pouvoir suprême seulement à l’intérieur de sa maison ». Mais Sécundus va encore plus loin et poursuit : « ( :6) Qui doit commander à tous doit être choisi entre tous : il ne s’agit pas de donner un maître à de vils esclaves, si bien qu’on puisse se contenter d’un héritier « nécessaire », mais pour un empereur de donner un prince aux Romains ». La conclusion n’en paraît dès lors pas moins surprenante : « Ne pas adopter celui dont tous s’accordent qu’il eut régné même sans l’adoption, voilà où serait l’arrogance de la tyrannie ». Veut-il dire que Trajan, même sans adoption, aurait pu régner sans autre mode formaliste que l’élection1151 ? Par la seule acclamation de ses troupes ? Est-ce toutefois un tour de style, une tournure littéraire élégante qui voile une flatterie ? Quoi qu’il en soit le choix du Meilleur s’impose à tous et notre « politologue » voit en l’adoptant du successeur le moyen idéal de combattre la tyrannie et les troubles politiques. N’oublions pas qu’en l’an 100 de notre ère nombreux étaient ceux qui gardaient au plus profond de leur mémoire le souvenir des jours sombres du règne précédent. C’est en ce sens que P. Petit a pu affirmer que le principat de Domitien avait pu servir de repoussoir… Or, la position très classique de la doctrine à la fin du XIXe siècle sur l’adoption politique rejoignait déjà la pensée de Pline. Mommsen n’hésite pas à écrire qu’on était « parvenu de la sorte à entourer d’une apparence de succession dynastique le principat qui exclut en théorie la règle de l’hérédité, et même à établir par de pareilles fictions de longues séries d’ancêtres : ainsi Commode se cite comme le cinquième souverain de sa lignée1152 ».

  • 1153 Bl. PARSI, ouvr. cit., 18.
  • 1154 Cf. Pan., V : « Tel devait être celui que nous ne devons ni aux guerres civiles, ni à l’oppression (...)
  • 1155 Passage à comp. avec TACITE, Hist., I 16 (adoption de Pison, adoption du Meilleur…) - E. FUSS-HÖLE (...)
  • 1156 Cf. Pan. VIII :5 et :6.
  • 1157 Concept rappelé par F. TRISOGLIO dans Le idee politiche de Plinio il Giovane e di Dione Chrisostom (...)
  • 1158 Dom a MIGNOT, Le message de l’Apocalypse face à la théologie civile de l’Etat romain, Coll. Droit (...)
  • 1159 Cf. Pan., XLIV :5 : « Deinde ut quandoque successorem ei tribuas quem genuerit, quem formauerit si (...)

17Incontestablement cette idée reposait-elle sur une juste appréciation mais elle avait besoin d’être nuancée au fil du temps. La doctrine moderne est bien obligée de constater que les points de vue des Anciens et des Modernes ne sont pas si opposés et divergents, que l’adrogation de Pison devant les Prétoriens par Galba (69) et la nuncupatio au Capitole de Trajan par Nerva (98), participent d’un unique phénomène de désignation « nécessaire » d’un successeur, sous couleur de légalité républicaine1153. Pline a le mérite de nous présenter au grand jour le dilemme qui caractérise la succession politique dans la Rome à l’aube du second siècle : il connaît l’importance de cette adoption publique comme mode officiel et solennel du choix du futur prince1154 ; en revanche, il sait qu’une telle adoption revêt d’autant plus d’importance que l’adopté dispose lui-même d’une forte ‘équation personnelle’ : « Aussitôt tout tumulte s’apaisa. Ce ne fut point l’œuvre de l’adoption (…) mais de celui qui en était l’objet ; bien plus Nerva eût été imprudent s’il en avait choisi un autre. Avons-nous oublié comment naguère l’adoption n’a pas fait cesser la sédition, mais l’a fait naître1155 ? Elle eût été « l’aiguillon des colères et le brandon de la révolte si elle n’était pas tombée sur toi. ( :6) Est-ce qu’il est douteux que si un empereur que l’on ne respectait plus a su donner l’Empire, c’est grâce à l’autorité de celui à qui il était donné1156 ? » Gardons-nous bien de trop chercher à systématiser. Le réalisme de Pline permet de tirer une seule conclusion : le monde romain n’est pas prêt à confier les destinées de l’Etat à une dynastie malgré l’attirance des Romains par le concept d’hérédité1157. L’exemple des Julio-claudiens s’est soldé par un échec, lors de la chute de Néron ; les Flaviens n’ont pu réussir à instaurer une monarchie héréditaire véritable d’où un esprit de fronde que traduit l’Apocalypse en Asie1158. L’adoption politique constitue bel et bien le moyen constitutionnel pour pallier l’absence de toute règle établissant de façon certaine la dévolution du pouvoir impérial1159.

- SECTION II - PLINE, CONSEILLER DU PRINCE

18Après un bref aperçu sur les organes du gouvernement romain depuis les origines du principat nous examinerons le fonctionnement d’un rouage indispensable, quoique situé dans l’ombre de l’empereur, généralement qualifié de conseil du prince. Il paraît être en plein essor au IIe siècle. Mieux encore, Pline en fait mention à plusieurs reprises parce qu’il est appelé à y siéger.

19Le livre X nous livre un aperçu exceptionnel -parce que fort rare -des relations qui pouvaient exister entre un gouverneur de province et son empereur. Il n’est présentement pas question d’aborder les problèmes de politique gouvernementale ou provinciale en ce point de cette étude mais seulement, sur la forme, de rechercher les indices qui supposeraient l’existence d’une chancellerie étoffée à Rome puis d’examiner les quelques affaires que nous présente Pline le Jeune.

  • 1160 Cf. Traianea I : La lingua e lo stilo delle lettere di Traiano, Studia Ghisleriana, Pavie, Série 2 (...)
  • 1161 En ce sens, G. BOULVERT, ouvr. cit., chap. IV, Les Antonins, 262 ss.
  • 1162 Cf. Ep. X 6 :2 : « Annos eius et censum, ne quid rursus indulgentiam tuam moraretur, libertis tuis (...)

20Par ailleurs, l’étude plus poussée de la langue et du style contribuerait grandement à découvrir voire à mettre en relief les passages déterminants. C’est ce que fit par exemple U. Rangone sur une étude des lettres de Pline le jeune adressées à Trajan ou A. N. Sherwin-White pour les réponses de Trajan à Pline1160. Le premier s’est efforcé de souligner le caractère administratif de quelques lettres écrites d’après lui par un secrétaire de la chancellerie ; le second mit en lumière toutes les formes pour ainsi stéréotypées des réponses, forgées sans doute par les habitudes des bureaux impériaux. Ainsi, l’épître X 3b(21), correspond-elle tout naturellement à ce schéma. Elle dispose : « Tu t’es conduit en bon citoyen et en bon sénateur en déférant à la très légitime demande de l’illustre compagnie. Je suis sûr que tu rempliras ce mandat en te montrant digne de la confiance qu’on a mise en toi ». Les termes employés par cette lettre sont généraux et ne font entrer en ligne de compte aucune appréciation d’ordre personnel. Contrairement à l’opinion de L. Vidman nous pensons que Trajan n’a pas écrit cette missive directement à Pline et qu’elle émane d’un secrétaire, d’un affranchi impérial, bien au fait de ces questions administratives1161. Cependant F. Millar semble adopter un moyen terme. Il soutient la thèse de l’intervention personnelle de l’empereur dans la correspondance échangée entre les deux personnages et surtout pour la détermination des décisions légales et administratives de l’autorité centrale. A y regarder de plus près, sans examiner ici la questions des rescrits qui feront l’objet de développements postérieurs, on peut dire que l’intervention impériale fluctue selon les intérêts en présence, les requêtes d’administrés, la position gouvernementale… L’épître X 6(22) in fine suppose en tout cas l’activité d’affranchis puisqu’on peut lire, s’agissant d’une demande du droit de cité (d’Harpocras) : « Pour ne pas retarder encore l’effet de ta bienveillance, j’ai envoyé son âge et ses revenus à ceux de tes affranchis à qui tu m’avais dit de le faire1162 ».

  • 1163 Opere… t. II, 970 n. 53.

21F. Trisoglio estime qu’il s’agit d’une « ultimore testimonianza della preminenza dei liberti nei dicasteri dell’amministrazione imperiale1163 ».

  • 1164 C. I. L. XIV 2104 : « T. Aurelius Aug(usti) lib(ertus) Aphrodisius proc(urator) Aug(usti) a ration (...)
  • 1165 PFLAUM, Procurateurs… 55 n. 10.
  • 1166 PFLAUM, Procurateurs…55 n. 9 et Carrières proc. équ., 218 n. 95.
  • 1167 G. BOULVERT, ouvr. cit., 272.

22Pline ne nous apprend malheureusement rien sur les scrinia romains. En revanche nous savons grâce à l’étude de G. Boulvert que le phénomène de superposition des chevaliers à des procurateurs affranchis se poursuit à un rythme tel que Domitien en avait déjà donné l’exemple pour les bureaux palatins. Trajan mit par exemple un chevalier à la tête du secrétariat a rationibus1164. Deux chefs de rang équestre auront également à diriger les bureaux ab epistulis et a patrimonio1165. Un procurateur « ducénaire » se trouvera à cette époque à la direction du bureau des héritages1166. Enfin, toujours dans l’administration centrale, on note la superposition d’un procurateur a loricata équestre à un affranchi « superposition due sans doute à l’afflux énorme des métaux précieux à Rome à la suite « de la conquête de la Dacie1167 ». Nous verrons plus loin que ce mouvement réformateur ne se limite pas aux seuls bureaux centralisés puisque nous en trouverons un écho dans la province lointaine de Pont-Bithynie.

  • 1168 Impopularité partagée par TACITE (Ann. XII, 53) - Le nombre de postes accordés aux affranchis s’ac (...)
  • 1169 Cf. Ep. VIII 6 :11 : « Représentez-vous Pallas faisant pour ainsi dire intercession au s.c., régla (...)
  • 1170 Sur le développement des grands services V. étude classique de B. d’ORGEVAL (L’œuvre législative e (...)

23Enfin, au plan sociologique, sans que ces informations ne nous renseignent sur l’organisation administrative supérieure, nous notons que deux épîtres de Pline (VII 29 et VIII :6) font part de l’indignation de l’auteur, certes, mais aussi de la puissance et de la richesse des affranchis impériaux ; elles témoignent de leur arrogance et de leur impopularité, notamment à l’égard des sénateurs1168 . Pline n’estime pas le caractère de Pallas et lui reproche sa « toute puissance » qui, même après sa mort se traduit par une inscription tombale dédiée par flatterie sans doute : « ( :2) … Au défunt, le sénat a décerné pour son attachement et sa fidélité à ses maîtres les insignes prétoriens (…) et quinze millions de sesterces, cadeau dont il accepta l’honneur, mais non le profit1169 ». Il est donc juste de penser que le témoignage de Sécundus concorde assez bien avec ce que nous savons du reflux de « l’influence de la Maison de César sur l’Etat » depuis Domitien. Par ailleurs, une lettre du livre X confirme ce qui est souvent rapporté sur le goût des affranchis pour l’intrigue (X 63(13) : affaire Lycormas). Mais au-delà de la naturelle inimitié qui oppose les sénateurs aux gens de l’empereur, ne convient-il pas de déceler à travers ces lignes l’extraordinaire développement des services palatins signe d’une puissance étatique qui fait pâlir plus d’un consulaire1170 !

  • 1171 IV 22 :1 : « Interfui principis optimi cognitioni in consiium adsumptus. »
  • 1172 F. SCHULZ, Storia della giurisprudenza romana… 184, 189 ss.
  • 1173 Cf. Ep. III 5 :9 (ou : officia antelucana) ; III V :18.
  • 1174 Cf. Ep. III 7 :3 : « sed in Vetelli amicitia sapienter se et comiter gesserat »
  • 1175 J. GAGE, Classes sociales dans l’empire romain (préc.), 195 - Sur l’histoire, l’organisation et l’ (...)

24Il nous reste à nous préoccuper de l’origine et de l’évolution du Conseil impérial. Dans la lettre IV 22, l’épistolier nous fait connaître sa participation à l’un des conseils du prince. Il va jusqu’à préciser : « ( :1) J’ai été appelé en Conseil à l’occasion d’un procès « instruit par notre excellent prince1171 ». En outre, il a été convoqué (fui in consilio) du « bien-aimé César à Centumcellae : il a pu voir de plus près l’exercice de la justice du prince, sa dignité, son affabilité, jusque dans une villégiature où ces vertus se laissent le mieux découvrir... Il y a des procès variés, faits pour attester les mérites du juge en diverses matières ». C’est ainsi que la lettre VI 22 signale l’existence d’un tel conseil sans préciser le lieu (sans doute à Rome ou dans la banlieue) peu de temps après le retour de l’Optimus de la Dacie. Une fois posée la tenue régulière de séances -certes non régulières en 104, 1O6 et 107 d’après la chronologie des Correspondances -il importe de rappeler aussitôt l’ancienneté de cette institution. Celle-ci semble avoir été officialisée sous Auguste1172. Déjà, Pline l’ancien, promu amicis principis du temps de Pegasus ou de Javolénus Priscus, sous Vespasien, se rendait aux admissiones du matin1173. Un certain Silius Italicus, de même, avait été l’ami du prince sous Vitellius1174. J. Gagé souligne le fait que les amici principis sont assez vite devenus une catégorie sociale : Pline le Jeune loue Trajan d’avoir écarté les influences extérieures et de les avoir remplacées par des « amis ». L’expression tendra à devenir un titre ; elle sera continuée à la fin du siècle suivant par celui de comes, dès lors devenu officiel et quasiment nobiliaire1175.

  • 1176 Telle est bien la thèse de Fr. SCHULZ, Storia della giurisprudenza… 197 n. 4 : « La sorpresa che s (...)
  • 1177 R. SYME, The Jurist Neratius Priscus, Hermès, LXXXV, 480 - 493. Nératius Priscus frère de Nératius (...)
  • 1178 C. I. L. III, Suppl. n. 9960 (I. L. S. 1O15) ; IX, 2454 - I. L. S., 1033 (RITTERLING, Achäol. - ep (...)
  • 1179 L’auteur poursuit à ce sujet : « the case of Trebobius Rufinus, tried for abolishing gymnastic con (...)
  • 1180 Sur les conseillers du prince divenuti funzionari stipendiari Dig. XXXI 29 pr : « Celsus : Pater m (...)

25Pline le Jeune ne paraît avoir été qu’extraordinairement et temporairement admis à jouir de l’honneur de l’entrée au conseil (honore consilii). Jadis, Friedländer faisait déjà remarquer que « s’il en avait été membre ordinaire, un homme aussi vaniteux n’eût certes pas manqué de le faire sonner plus souvent et plus haut ». Ces propos qui semblent durs et excessifs mais traduisent cependant une forme de vérité à savoir qu’au temps de Trajan on pouvait déjà opposer les membres ordinaires aux extraordinaires, les jurisconsultes avertis1176 aux membres du sénat, les simples chevaliers appelés pour leurs strictes compétences et les vénérables consulaires, sollicités pour leur sagesse, leur prudence autrement dit leur prestige et leurs qualités diplomatiques1177. Par ailleurs on sait que le conseil ne possède qu’une compétence juridictionnelle d’attribution « lorsqu’il plaît à l’empereur de rendre la justice soit criminelle, soit civile, soit administrative, [alors ce dernier] s’entoure du consilium dont les membres sont dits consiliarii Augusti1178 ». J. A. Crook fait état d’une telle limitation de compétence et note « que the content of the matters dealt with the council in these letters (de Pline) is the most significant thing about them1179 ». Willems prétend que les consiliarii donnent une réponse motivée, d’ordinaire par écrit ; pour chaque cas l’empereur décide seul. Le conseil se composait sans doute d’une vingtaine de titulaires choisis, pour une année, parmi les princes de la famille impériale, les consuls en charge, les consuls désignés et ceux qui étaient qualifiés d’amici ou de comites. C’est probablement pour ne pas effaroucher le sénat que les nominations sont faites de manière informelle et que le conseil n’a ni véritable domiciliation, ni périodicité stable. Toutefois, contrairement à ce que l’on croit trop souvent, il n’y a pas de changement notoire sous le règne d’Hadrien : dès Trajan, les conseillers perçoivent des indemnités.1180 Examinons à présent quelques affaires abordées en conseil.

  • 1181 Rome fut-elle gouvernée par une gérontocratie voilée ? : cf. DION CASSIUS, ouvr cit., LXVIII 2, 3.
  • 1182 J.A. CROOK, consilium principis…Imperial councils and consellors from. Augustus to Diocletian, Cam (...)

26Un concours d’athlétisme avait été établi à Vienne en vertu d’une clause testamentaire. Or, Trébonius Rufus, « homme éminent » et duumvir de la capitale des Allobroges, prit l’initiative d’interdire ces jeux. Plus d’un soutinrent que la décision constituait un véritable dépassement de pouvoir. Rufinus plaida lui-même sa cause « comme l’eut fait un « Romain… avec pondération et autorité. La prise des avis intervint. Mais qui les sollicite ? Le prince, le préfet du prétoire ? Pline se contente d’écrire: « (:3) Cum sententiae perrogarentur ». A l’inverse du conseil de Nerva1181, le conseil de Trajan s’illustre par trois points importants que relève J. Crook: « First, the system: the emperors eschewed any fixed organization of professionnal body, and combined the advantages of « personal choice with the maximum of practical experience in their consellors… Secondly, the varied talent and experience up on wich the emperor could call is « abundantly illustrated by the carrers of the amici, and it becomes car that in seeking « the best man for the job, the emperors were not as blinded by personal prejudice as is sometimes supposed. Thirdly and finally, we return once more to the theme of continuity (father-and-son tradition)1182 » Crook insiste particulièrement sur ce dernier facteur de continuité qui fait que des générations de « statesmen » servirent l’Etat avec conscience apportant ainsi des gages de stabilité et de compétence pour une meilleure politique gouvernementale.

  • 1183 Les jeux de Iuppiter capitolin établis en 86 (V. SUETONE, Dom. IV, 4).
  • 1184 Selon CROOK, ouv cit., 57 : « for travellers like Trajan and Hadrian it must have become more and (...)

27Or, l’un des conseillers, Junius Mauricus, prend la parole et affirme avec force et sincérité qu’il ne fallait pas rendre l’agon c’est-à-dire le concours gymnique aux Viennois, d’une part, et que, surtout, d’autre part, il conviendrait que l’on fit de même pour Rome, qui connaissait un grand concours quinquennal depuis Domitien1183. Mauricus est donc courageux de s’attaquer à une institution impériale ; à ce propos, Pline fait observer que son attitude n’a rien d’exceptionnelle et que déjà, parlant en présence de Nerva « il ne s’était pas comporté avec moins n’énergie ». C’est donc que Trajan présidait les séances, mais on notera qu’a contrario Trajan ne dirigeait pas toujours directement celles-ci1184. Nous ne sommes pas surpris de la décision. Il a été décidé, rapporte Pline, de supprimer ledit concours trop hellénisant sans doute « qui avait perdu la moralité de Vienne, comme le nôtre, celle du monde ».

  • 1185 CROOK, ouv cit., 53 : « Pliny, though a barrister of note, was not a juris consultus, and he has n (...)

28La lettre VI 31 est généralement datée de 106 : Pline est appelé à siéger en conseil à Centumcellae pour toute la durée de ce qu’il convient d’appeler une session judiciaire. Là encore, nous ignorons les vrais motifs de sa désignation comme assesseur1185 » mais sa qualité d’avocat de renom et sa situation sociale constituent à notre avis autant de raisons valables de le désigner.

  • 1186 Pour s’en convaincre, ép. VI 31 :3 : « Dixit causam Claudius Aristion, princeps Ephesiorum, homo m (...)
  • 1187 Dom a MIGNOT, Clément cet inconnu, Studi su Clemente romano, Orientalia christiana analecta, Rome, (...)

29La première affaire concerne Claudius Aristion, le premier des Ephésiens, princeps Ephesiorum, connu pour sa naturelle munificence et aussi populaire qu’honnête1186. Nous supposons que ce personnage bienfaisant et vivant sans intrigue s’était attiré l’envie ; et les citoyens qui lui ressemblaient le moins, avaient suscité parmi la foule quelque délateur. Mais la jalousie et le déchaînement ne parvinrent pas à ébranler la justice impériale : « comme de juste, il fut absous et vengé : Itaque absolutus uindicatusque est ». En réalité, il devait s’agir d’une délation reposant sur sa déclaration de fortune, ce que laisse deviner le terme ‘munificus’. Décidément, les querelles entre Ephésiens étaient nombreuses puisque, dans un tout autre domaine, on possède une lettre de l’épiscope Clément pour calmer la jalousie d’une secte chrétienne de cette cité1187.

  • 1188 Ep. VI 31 :4 : « Sequenti die audita est Gallitta adulterii rea »
  • 1189 Cf. 31 :5 : « Caesar excussi probationibus centurionem exauctorauit atque etiam relegauit. » - Con (...)
  • 1190 La condamnation de Gallitta s’explique aussi par la politique qu’avait tenté d’instaurer Auguste, (...)
  • 1191 Cf. art. Exauctoratio, Dict. Ant. Dar. et. Sagl., 830

30Le lendemain, les sages du conseil impérial eurent à statuer sur l’affaire Gallitta, épouse d’un tribun militaire qui se préparait à la carrière des honneurs. Pline dit d’elle qu’« elle avait perdu son honneur et celui de son mari en s’amourachant d’un centurion1188 ». Connaissant les faits, le tribun avait écrit au légat consulaire, et ce légat en avait référé à César qui fit instruire le procès : « Cesar excussis probationibus… » A vrai dire il fit établir les preuves et cassa le centurion ; de plus il le bannit1189. Ce n’était point suffisant, il fallait achever le châtiment en poursuivant les comparses : le mari restait après avoir dénoncé le crime de l’adultère, prisonnier, dit le texte, de l’amour de sa femme « qu’il avait conservé chez lui (VI 31 :5) ». Le mari se devait, en application de la lex Iulia de adulteriis, de mener l’accusation jusqu’à son terme. On sait par Tacite que le sénat et le tribunal du prince connaissaient par cognitio extra ordinem de ce type d’affaires (Ann. IV 42). Il le fit, mais de mauvais gré. Quoi qu’il en soit, l’affaire fut conduite jusqu’au bout en raison de la discipline des armées, chose avec laquelle ne plaisantait pas l’empereur. Il y avait donc un exemple à donner. Et malgré la faiblesse de l’accusation, Gallitta ne pouvait échapper à une condamnation de principe : « elle fut, note Pline avec précision condamnée et livrée à la sévérité de la loi Julia1190 c’est-à-dire, condamnée à perdre la moitié de sa dot, au tiers des autres biens, à être reléguée dans une île et à porter la toga des courtisanes. Le simple centurion, dont le nom fut à nouveau cité par les attendus vengeurs de la décision impériale, avait été condamné probablement à l’exauctoratio infamante qui comportait la dégradation militaire accompagnée de l’expulsion selon R. Cagnat1191. La mention in fine du rappel de la discipline militaire par le prince avait, comme l’indique l’auteur de la lettre, pour but de freiner la multiplication de ces procédures devant la haute juridiction impériale.

  • 1192 Cf. 31 :9 : « Susceperat ; reuersus diem dixerat et, cum ex heredibus quidam quasi reverentia Eury (...)

31C’est seulement le troisième jour que fut introduit le procès concernant le testament de Julius Tiron. Plus précisément certaines clauses additionnelles testamentaires étaient présentées comme authentiques alors que d’autres étaient combattues comme fausses. On contestait donc l’authenticité des dispositions du codicille, les cohéritiers ayant écrit à Trajan, alors en Dacie, pour dénoncer comme auteurs de faux tant Sempronius Sénécion, chevalier romain, qu’Eurythmos, affranchi et procurateur de César. Trajan accepta d’évoquer à son propre tribunal cette cause et l’affaire, dès son retour, fut fixée et audiencée à Centumcellae (ou Portus Traiani, l’ancien de port de Rome selon Baedeker). Cette fixation au rôle telle qu’elle résulte des termes du § IX, laisse à penser que l’évocation in consilio était précédée non seulement de la citation des intéressés, victimes et témoins, mais aussi de l’instruction et de la « mise en état » de l’affaire par des secrétaires qui tenaient à jour l’ordre de passation des causes et procédaient un peu comme des magistrats de l’a cognitionibus1192.

  • 1193 Sur le désistement V supra Titre II, chap. I, § 1.
  • 1194 CICERON dans son De republica (liv. IV, chap. X) fait remarquer que les Romains n’ont jamais suppo (...)
  • 1195 C. J. III 9 1.

32Mais des incidents viennent troubler la procédure : les héritiers n’osent pas accuser Eurythmos, l’affranchi de César. S’apercevant d ce changement d’attitude de la part des deux héritiers, Trajan déclare : « Cet homme n’est pas Polyclète et je ne suis pas « Néron ». En effet, les deux héritiers demandaient « qu’on obligeât tous les héritiers à« plaider puisque tous avaient déféré la cause, ou qu’à eux aussi il fût promis de se « désister1193 ». Par ailleurs, les avocats de Sénécion et d’Eurythmos affirmèrent que c’était laisser peser des soupçons sur ces clients que de ne pas les écouter. L’empereur rétorque qu’en fin de compte les soupçons pesaient en partie sur lui-même et il prit la décision avant-dire-droit suivante : « ( :12) … Voici des gens qui veulent se plaindre de ce qu’on leur accorde de n’être pas accusés ». Alors, sur l’avis du conseil il fit sommer tous les héritiers ou de soutenir le procès ou de faire agréer un à un leurs motifs de désistement, sans quoi lui n’hésiterait pas à les condamner pour accusation calomnieuse.1194 » On ne peut être surpris de l’état de l’affaire qui se présente devant le conseil du prince comme si l’instruction n’avait pas été terminée ni les prétentions des parties consolidées en vertu de la litis contestatio : est-ce que l’exposé des parties n’avait pas encore eu lieu1195 ?

  • 1196 Ce personnage est celui qui écrit ou rédige les dispositions du testateur (CICERON, De off. III 73 (...)

33L’épître VI 22 traite de l’affaire Bruttianus contre Atticinus, affaire qui a été probablement jugée deux ans plus tôt vers 104. Sécundus écrit à son ami Tiron que le tirage au sort du sénat (sortitio) lui a attribué une province et que, ironie du sort, il vient d’assister à un « conseil judiciaire » où l’on a justement tranché un beau litige provincial : Lustricius Bruttianus, gouverneur-præsides de son état, a découvert que l’un de ses officiers commettait de nombreux actes indélicats pour ne pas dire franchement délictueux. Il en référa directement à César. Atticinus ajouta à ses propres fautes celle d’accuser reconventionnellement son supérieur hiérarchique… Les deux antagonistes furent cités en conseil : « l’accusateur et l’accusé vinrent plaider (corps présents dit-on en langage du palais) et abordèrent successivement les points essentiels de l’affaire. A celà s’ajouta le fait que Bruttianus produisit un testament qu’il disait écrit de la main de Montanius Atticinus ce qui prouvait curieusement l’intimité de leurs relations. Du même coup, au fil des débats, il devint lumineux que la plainte de Bruttanius était fondée et légitime car il avait placé sa confiance légitime dans cet officier figurant dans son état-major et il en avait fait son testamentarius1196.

  • 1197 La preuve par registre ou livre journal qui contient des comptes est chose commune sous l’Empire : (...)
  • 1198 CICERON, Pro Fonteio, XI 25.
  • 1199 Cf. 23 :5 : « Damnatus et in insulam relegatus : la condamnation rapide est forcément le conséquen (...)

34Parmi les nombreux autres griefs qu’énumère Pline il faut citer la corruption de l’esclave d’un secrétaire, l’interception des registres et les suppressions et maquillages de ceux-ci afin de leur ôter toute valeur probante, l’abus de confiance à l’égard d’un ami1197… A tout le moins, à l’instar des anciens juges républicains, les conseillers et le prince ne se bornent pas à juger en droit : ils apprécient les faits et présentent les preuves. Ils avaient soin de non solum de reo sed etiam de teste iudicare1198. Et Pline de conclure : « César se montra admirable[car] ce fut immédiatement contre Atticinus qu’il instruisit ». D’où condamnation subséquente et relégation dans une île1199. Le gouverneur vit sa réputation et son honneur accrus.

35Quelle appréciation peut-on porter sur l’activité du Conseil impérial sous Trajan ? De prime abord nous ne disposons que de témoignages directs excepté celui de Pline. Il semble qu’il n’y ait pas de fixité ; les séances se tiennent là où se trouve le prince ; le formalisme paraît très lâche mais il convient cependant de nuancer ces quelques affirmations.

  • 1200 En ce sens, Dig., XXXVII 12, 5.
  • 1201 Quest. Évoquée par CROOK, ouvr. cit., Nerva and Trajan… 53.
  • 1202 Une telle enquête ou instruction était sûrement nécessaire pour établir toutes les malhonnêtetés d (...)
  • 1203 Sur Titius Ariston, l’un des grands personnages du conseil de Trajan V. I 22 : l : « Nihil est eni (...)
  • 1204 Cf. pap. Oxyr. 1242 ou Actes d’Hermaiscus - sur la valeur de cette source martyriale, M. MUSURILLO (...)

36La première observation a trait à la situation du Conseil de l’empereur par rapport au sénat ; ce dernier joue aussi le rôle de haut conseil du prince. Les consiliari Augusti sont toutefois nommés individuellement à titre exceptionnel par le Premier de l’Empire qui s’entoure de juristes ou d’avocats - comme Pline - de renom.1200 On ne peut affirmer si l’Epistolier a touché un véritable salaire ou plutôt, probablement, une simple indemnité pour sa vacation1201. La seconde remarque a trait à l’organisation de la justice impériale. Malgré le flou qui l’entoure on note que l° la juridiction suprême n’apparaît pas comme une juridiction d’exception car elle n’est limitée par aucune disposition ou principe contraire, 2° de plus le conseil connaît des litiges en premier ressort après une instruction sommaire menée probablement par des « magistrats » ou agents de l’a cognitionibus1202, 3° enfin, ce « comité de justice » a propension à être composé de jurisconsultes1203 mais aussi de praticiens du droit, d’hommes dont c’est le métier d’être juges ou avocats et Pline y est appelé en cette seconde qualité. On peut croire que l’ère d’Hadrien, contrairement à ce que l’on a pu soutenir auparavant, n’a fait que consolider les avancées du règne précédent. En ce sens on dispose des Actes des Martyrs du paganisme1204 où un fragment relate la cognitio dans une affaire opposant un Juif et un Alexandrin devant le tribunal de Trajan. Le papyrus ne nous livre cependant pas la solution de l’affaire. Assurément le consilium impérial était destiné à un brillant avenir en raison de ses compétences et de sa vocation juridictionnelle. Tout cela annonce l’ère de la bureaucratisation (F. Schulz) qui conduira au Bas-Empire.

Notes

1102 Sur Pline, « politologue humaniste » V. notre étude : Droit, équité, humanisme… préc. spéc. 601.

1103 Cf. Ep. II 12 :5 : « Numerantur enim sententiae non poderantur : nec aliud in publico consilio potest fieri… Nam cum sit impar prudentia, par omnium ius est »

1104 Cf. Pan. I :5 et XXIV :4 : « Regimur quidem a te et subiecti tibi, sed quemadmodum legibus sumus. »

1105 V. TACITE, Hist. 1 :14- :19 (un précédent : Galba avait adopté Pison par nuncupatio publique).

1106 OVIDE, Epître du Pont, IV 4 :35.

1107 Cf. t. IV, 87.

1108 Toute la fin du De clementia sur la politique et la grandeur d’âme exalte la bonne royauté, elle constitue une sorte de traité sur la vertu qui domine l’intérêt public, sur une monarchie paternelle qui s’oppose fondamentalement à la tyrannie, même si l’Etat dispose « du droit divin de donner et d’ôter la vie, III :20 - :21).

1109 Cf. Ep. III 20 :12 : « Sunt quidem cuncta sub unius arbitrio, qui pro utilitate communi solus curas laboresque suscepit. »

1110 Discours, coll. Teubner, I, 13.

1111 En ce sens, J.-M. ANDRE, Pensée et philosophie dans les lettres de Pline le J., R. E. L., 1976.

1112 V. not. 282 ss.

1113 Sur l’« aventure néronienne et ses problèmes », P. PETIT, ouvr. cit., E. CIEZEK, L’époque de Néron et ses controverses idéologiques, Leyde, 1972, 92 - 105 (Néron est un « bon prince » qui s’est vu adressé dès 56 un « avertissement sénéquien » illustré par le De Clementia).

1114 V. les très célèbres Considérations sur les causes de la grandeur des Romains…Londres, 1767, chap. XV et XVI : « Nerva adopta Trajan, prince le plus accompli dont l’histoire ait jamais parlé. Ce fut un bonheur d’être né sous son règne ; il n’y en eut point de si heureux ni de si glorieux pour le peuple romain. »

1115 Paris, 1828, V. spéc. t. I, chap. I, (trad. F. Guizot).

1116 Des exemples nombreux sont fournis - en matière de politique économique - par E.-M. SMALLWOOD, Documents illustrating the Principate of Nerva, Trajan and Hadrian, Cambridge, 1966, (V. spéc. n° 463 : problèmes agraires et règlement du fundus de Villa Magna Valeriana, 117 ap. J.-C.).

1117 R. S. ROGERS, The roman Emperors as Heirs and Legates, trans. and proceed.. of the Amer. Philol. Assoc., LXXVIII, 1947, 140 - 158. L’idée de l’équilibre entre les éléments civils et militaires du monde romain sous la monarchie antonine a été soulignée par M. HAMMOND dans Imperial Elements of the Formula of the Roman Emperors during the first two and a half Centuries of the Empire, Mem. Amer. Acad. Rome, 1957, 17 - 64.

1118 Cf. supra, Introd.

1119 Pline sera définitivement marqué par les procès de lèse-majesté du règne précédent : en ce sens, A. GONZALES, ouvr. cit. 240 - P. FELIDI, Il panegirico di Plinio nella critica moderna, ANRW, 33, 1., 1989, 443 - P. SOVERINI, Imperio e imperatori nell’opera di Plinio il Giovane… ANRW, 33, 1, 1989, 515 - 554 (sur la révolte de L. Antoninius Saturninus de 88 et la répression contre le sénat).

1120 Le prononcé des vœux du premier janvier n’était donc pas si innocent qu’il paraît à première vue et marquait un des rites de soutien de loyauté populaire au prince et à l’Etat. C’est ce culte qui sera remis en question par certaines communautés judéo-chrétiennes en Asie à la fin du premier siècle.

1121 En ce sens, Pan. XLIV :2 : « car le sentiment de l’homme privé dirige en toi le prince… »

1122 Cf. Pan. XLIV :4 : « Quis enim curae tuae molem sponte subeat ? »

1123 Pliny the Youger’s views on Government, Harv. Stud. In Class. Philol., XLIX, 1938, V. spéc. 115 - 130.

1124 Cf. Agric. III.

1125 Cf. Pan. LXVII :4 : « Neque enim adhuc ignauia quadam et insito torpore cessauimus : terror et metus et misera illa ex periculis facta prudentia monebat ut a re publica…. » Sur la notion de république sous le principat : W. SUERBAUM, Von antiken zum frühmittelalterlichen Staatsbegriff. Uuber Verwendung u. Bedentung von res publica, regnum, imperium u. Status von Cicero bis Jordanis, dans Orbis Antiquus, XVI - XVII, Münster, 1961, spic. XXVII - 305 - Comp. Avec ép. I 12 :11 in fine : « Decessit… florente re publica, quae illi omnibus carior erat. »

1126 On note de ci de là des opinions divergentes : P. de MARTINO, Storia della constitutio romana, t. IV, Naples, 1962 - 1965, 168 ss - P. GRENADE, Essai sur les origines du Principat… à propos de la survivance de la puissance tribunitienne, fondement de certains pouvoirs civils d’Auguste, et justifiant ainsi de la date du commencement du principat de chaque empereur - et donc de la naissance de l’empire romain.

1127 Pan. XLV :3 et :4.

1128 Tib., XXIX :3 - Comp. avec Tacite, Germ., VII - DION (Chrysostome), Discours, III 10 etc.

1129 A. ALFÖDI, Die Ausgestallung des monarchischen Zeremoniells am römischen Kaiserhofe, Mitteilungen des deutsche Archael. Instituts, Röm. Abteil., XLIX, 1934, 3 - 118, spéc. 88 - 90 - Id., Die monarchische Repraesention im römischen Kaiserreiche, Darmstadr, 1970.

1130 En ce sens travaux de R. FEARS, ‘Princeps a dii electus’ : the divine election of the Emperor as a Political Concept, Rome, 1977 - Dom a MIGNOT, Droit, Equité et humanisme d’après la Correspondance de Pline le Jeune, R. H. D., vol. 66, 1988 (V. spéc. : Un politologue humaniste, 601 ss ). Le fragment du Pan. LXI :1 (in fine) peut être rapproché de Pan. XXIV :4 et :5 : dans tous ces passages on observe que la loi tempère le pouvoir personnel… et donc le bon prince n’a pas à rechercher sans cesse une renommée perpétuelle car son action s’inscrit de fait, déjà, dans la durée (LV :10).

1131 Cf. Pan. LXIV :1 :«  Peracta erant sollemnia comitiorum, si principem cogitares, iamque se omnis turba commouerat, cum tu mirantibus cunctis accedis ad consulis sellam… »

1132 Cf. Pan. LXIV :1 in fine - Pline prétend ici qu’il faut fuir la démagogie (rappr. avec ép. IV 1). De la même manière que le prince doit faire taire les remerciements privés. Sur la flatterie en politique, MARTIAL, déjà cit., Epigr.X 72.

1133 Sur la quest. : J. BERANGER, Remarques sur la Concordia dans la propagande monétaire impériale et la nature du principat, Festchrift für Fr. Altheim, Berlin, 1969, spéc. 470 - 499 - Sur le caractère inséparable des notions de concordia, de salus principis R. HOZEK, ‘Concordia’ und ‘discordia’ bei Plinius dem jüngeren, Eirene VII, 1968, 49 - 55 (l’auteur s’inspire not. de M. AMIT, Idéal chez Pline…Iura, XIII, 1962, 133 - 169).

1134 Dans La philosophie politique à Rome, 206, n. 24, où l’auteur rappelle la vision pessimiste de Sénèque (De Clementia, I, 2, 8).

1135 Œuvres complètes, M. G., coll. 596 - Cons. aussi son Traité sur la Providence,

1136 Cf. Pan., LXV :2 : il faut rappr. not. les termes suivants : Iurat in leges… de iurasti te nihil contra leges fecisse.

1137 J. ROUGE, les institutions romaines, coll. U. 136, écrit à ce sujet : « C’est cette conception qui inspire les jugements portés par Tacite sur les empereurs de l’époque précédente et c’est elle qui se trouve formulée tant dans le Panégyrique de Trajan… que dans l’œuvre du rhéteur (d’origine syrienne) Aélius Aristide, voire dans les Pensées de Marc-Aurèle. »

1138 P. GRIMAL, Civilisation romaine, 72. « En ce temps, la divinisation de l’empereur vivant n’était plus qu’un acte d’orgueil, comme au temps des julio-claudiens. » V. Pan. XI :1 et :2 sur l’apothéose de Nerva et LII, sur le culte impérial. »

1139 R. PARIBENI, Optimus Princeps, 2 vol., Messine, 1927 (ample ouvrage très favorable à Trajan) - R. HANSLILK, s.v. Ulpius, R. E. suppl. Bd X, 1965, 1032 - 1102.

1140 Nec nos tri saeculi est…Fesgabe f. K. Müller, Tübingen, 1922, 24 - 45 (= Das frühe Christentum im römschen Staat, éd. R. Klein, Darmstadt, 1971 : Wege der Foschung, 267, 1 - 32).

1141 Cf. Pan. VII :1.

1142 L’impero da Tibero…658 - 660.

1143 M. RAOSS, La rivolta di Vindice, e il successo di Galba, Epigraf., XX, 1968 100 - 110 (mise à jour en 1997).

1144 Désignation et investiture de l’empereur romain… Paris, 1963, 81.

1145 Sur la lex : G. BARBIERI, Dizion. Epigraf., De Ruggiero, VI, 1957, 750 - 759 - Fr. de MARTINO, Storia della costituzione (préc.), IV, 410 - 415 : la lex de imp. Vesp. Serait un s.c. combiné avec une lex rogata. Le dies imperii de Vespasien a fait l’objet de nombreuses discussions (travaux de Parsi et Hammond) - Cons. l’étude sur La loi à Rome - histoire d’un concept, de A. MAGDELAIN, Les Belles-lettres, Paris, 1978, 78 ss

1146 Bl. PARSI, ouvr. cit., 18 (la designatio du successeur paraît être une electio pour la grande partie du peuple que l’on peut comparer indirectement au consensus an[n]iversorum d’Octave après Actium, les comices donnant un cachet de légalité. Sur la proposition naturelle du successeur (fils ou petit-fils…) Th. MOMMSEN, Le dr. publ. rom., V, 448.

1147 V. The antonine monarchy… (préc.) reprenant des thèses dans l’ouvr. de 1956 (The Transmission of the Powers of the Romans Emperors from the Death of Nero…to that of Alexander Severus, Mem. of the Amer. Acad. in Rome, 1956, 61 - 133). - Sur l’adoption de Trajan, K. Büchner, Tacitus und Plinius ûber Adoption des röm. Kaisers, Rhein. Mus. XCVIII, 1955, 289 ss.

1148 L’hérédité du principat, Note sur la transmission du pouvoir impérial aux deux premiers siècles, R. E. L., Les Belles-Lettres, 1939, spéc. 176 - 178.

1149 R. E. A., Bordeaux, Feret et fils, LI, 1949, 262 - 321 - Contra : H. G. PFLAUM, Le règlement successoral d’Hadrien, Historia-Augusta-Coloquium, Bonn, Habelt, 1963, Antiquitas, Reihe 4, Band 2., Bonn, 1964, 95 - 122 (sur l’adoption et le choix du Meilleur).-Sur le prestige de l’adopté, PREVOST, Les adoptions politiques à Rome sous la République et le Principat, Paris, 1949 - Bl. PARSI, ouvr. cit., 3 (l’auteur parle de filiation spirituelle).

1150 « L’adoption, selon B. PARSI, est une institution du droit de la famille mise au service du principat… Elle ne parvient pas à assurer automatiquement l’événement de l’adopté. Encore faut-il qu’elle soit doublée d’une investiture constitutionnelle par le sénat et les comices. De ces deux interventions, l’une impériale, l’autre républicaine, la première est sans conteste la plus importante… elle détermine l’autre. Pour résoudre le problème successoral, deux souverainetés concourent, celle du Prince et celle de la République, telle qu’elle survit sous l’Empire, en partie comme symbole, quant au vote populaire, en partie comme réalité, quant au sénat. .. Cet accord du prince défunt et du sénat évite les déchirements, évite surtout l’intervention de l’armée… après la ratification du sénat, celle du peuple, n’est plus que formelle, mais reste la source de l’indispensable légalité du pouvoir, ouvr. cit. 2 ».

1151 Certains rattachent à cette electio la coutume du consensus aniuersorum d’Octave les comices concourant pour une part à cette fiction de légalité.

1152 C. I. L. VI 1023 (Rome, 177 ap. J.-C.) : « A l’empereur César Lucius Aurélius Commode Auguste, fils de l’empereur Antonin Auguste… petits-fils du divin Pieux… arrière-arrière-arrière-petit-fils du divin Nerva, Germanique, Sarmatique, revêtu de la puissance tribunitienne pour le 2e fois, consul, Père de la Patrie… »

1153 Bl. PARSI, ouvr. cit., 18.

1154 Cf. Pan., V : « Tel devait être celui que nous ne devons ni aux guerres civiles, ni à l’oppression des armes, mais à la paix et à l’adoption… »

1155 Passage à comp. avec TACITE, Hist., I 16 (adoption de Pison, adoption du Meilleur…) - E. FUSS-HÖLER, Prinzipat ideologie und Herrschaftüberträgung im Vierkaiserjahr (der Reformversuch Galbas u. seine Bedeutung f. die Ereignisse von 68-69 n. Chris.), Bonn, 1958.

1156 Cf. Pan. VIII :5 et :6.

1157 Concept rappelé par F. TRISOGLIO dans Le idee politiche de Plinio il Giovane e di Dione Chrisostomo, PPol. V, 1972, 3 - 43. A. GONZALES (ouvr. cit., 207) rappelle à juste titre que Pline pense avoir un rôle thérapeutique à l’égard de la société lorsqu’il diagnostique dans son Panégyrique à Trajan les symptômes dont souffre la société romaine… Son éloge de la Grèce et des « grands principes » dans VIII 24 :5 adressé à Maximus en constitue un signe fort : « Rappelez-vous ce qu’a été chaque Etat, mais non pas pour le mépriser de ne plus l’être… »

1158 Dom a MIGNOT, Le message de l’Apocalypse face à la théologie civile de l’Etat romain, Coll. Droit et Religion, préf. M. Sachot, P. U A. M., 2005.

1159 Cf. Pan., XLIV :5 : « Deinde ut quandoque successorem ei tribuas quem genuerit, quem formauerit similemque fecerit adopato… » avec note de M. Curry (p. 183) sur la certitude à la succession à l’Empire.

1160 Cf. Traianea I : La lingua e lo stilo delle lettere di Traiano, Studia Ghisleriana, Pavie, Série 2, t. I, 1950, 243 - 270 - SHERWIN-WHITE, Trajan’s replies to Pliny - Authorship and nessecity, Journ. Rom. Studies, LII, 1962, 114 - 125. Une ancienne étude doit être rappelée en ce domaine : H. HENNEMANN, Der aussere und innere Still in Traians Briefen, Dissen. Giessen, 1935.

1161 En ce sens, G. BOULVERT, ouvr. cit., chap. IV, Les Antonins, 262 ss.

1162 Cf. Ep. X 6 :2 : « Annos eius et censum, ne quid rursus indulgentiam tuam moraretur, libertis tuis, quibus iusseras, misi. »

1163 Opere… t. II, 970 n. 53.

1164 C. I. L. XIV 2104 : « T. Aurelius Aug(usti) lib(ertus) Aphrodisius proc(urator) Aug(usti) a rationibus, : titre semblable à celui du chef de service équestre - M. PFLAUM, Mémoire…80 ; Procurateurs équestres…55 et GARZETTI, La politica amministrativa di Traiano, Studi rom., VIII, 1960, 127, attribuent cette réforme administrative non pas à Hadrien mais bien à Trajan.

1165 PFLAUM, Procurateurs… 55 n. 10.

1166 PFLAUM, Procurateurs…55 n. 9 et Carrières proc. équ., 218 n. 95.

1167 G. BOULVERT, ouvr. cit., 272.

1168 Impopularité partagée par TACITE (Ann. XII, 53) - Le nombre de postes accordés aux affranchis s’accrut au Iie s., mais leur influence diminua selon P. C. R. WEAVER (Freedmen procurators… 460 - 469 - Sur le célèbre Pallas,, S. I. OOST, The Career of M. Antonius Pallas,, Amer. Journ. Philol., 1958, 113 - 139 (on peut deviner en Pallas un affranchi capable et instruit).

1169 Cf. Ep. VIII 6 :11 : « Représentez-vous Pallas faisant pour ainsi dire intercession au s.c., réglant la mesure de ses honneurs et refusant la somme de 15 millions de sesterces comme excessive, tandis qu’il acceptait les insignes prétoriens parce qu’il les jugeait moins importants ( :2) représentez-vous César, en présence du sénat, obéissant aux prières ou plutôt à l’ordre de son affranchi… » Pline souligne ici les inconvenances de l’attitude de Pallas ; il y a reproche social et jalousie dans cette assertion.

1170 Sur le développement des grands services V. étude classique de B. d’ORGEVAL (L’œuvre législative et administrative d’Hadrien, Paris, 1950, spéc. 206 - 316) - GARZETTI, La politica amministrativa…(préc.), 120ss et synthèse bibliographique de K. CHRIST, Römische Geschichte, Einführng, Quellenkunde, Bibliogr. Darmstadt, 1973, 184 - 193.

1171 IV 22 :1 : « Interfui principis optimi cognitioni in consiium adsumptus. »

1172 F. SCHULZ, Storia della giurisprudenza romana… 184, 189 ss.

1173 Cf. Ep. III 5 :9 (ou : officia antelucana) ; III V :18.

1174 Cf. Ep. III 7 :3 : « sed in Vetelli amicitia sapienter se et comiter gesserat »

1175 J. GAGE, Classes sociales dans l’empire romain (préc.), 195 - Sur l’histoire, l’organisation et l’influence politique de cette institution, cf. E. CUQ, Mémoire sur le consilium principis d’Auguste à Dioclétien, mémoire présenté à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, série I - IX, 1884, 311 - 504 ; C. CICOGNA, Consilium principis - Consistorium, Turin, 1902, VII - 296 ; Ricerche di diritto romano-pubblico et privato, Turin, 1902 ; Idem, I consigli dei magistrati romani e il consilium principis, Padoue, 1910, spéc. 108.

1176 Telle est bien la thèse de Fr. SCHULZ, Storia della giurisprudenza… 197 n. 4 : « La sorpresa che spesso si esprime per l’ignoranza del diritto di Plinio, come risulta dalla sua corrispondenza con Traiano, è fuori di luogo : egli non era giurisconsulto. »

1177 R. SYME, The Jurist Neratius Priscus, Hermès, LXXXV, 480 - 493. Nératius Priscus frère de Nératius Marcellus (cf. Ep. III 8) fut préfet de l’aerarium Saturni, consul en 97 - 98, légat propréteur en Pannonie (102 et 108) enfin il fut conseiller de Trajan qui pensait en faire le également le conseiller de son successeur.

1178 C. I. L. III, Suppl. n. 9960 (I. L. S. 1O15) ; IX, 2454 - I. L. S., 1033 (RITTERLING, Achäol. - epigraph., Mitteil aus Oesterreich-Ungarn, XX, 1897) - E. ALLAIN, ouv. cit. t. I, 321.

1179 L’auteur poursuit à ce sujet : « the case of Trebobius Rufinus, tried for abolishing gymnastic contests at Vienne… the trial of an Ephesian magnate… a case of adultery by the wife of a serving officer with a centurion ; and an alleged falsification of codicilli… of political councils little is hard » ouvr. cit. 55.

1180 Sur les conseillers du prince divenuti funzionari stipendiari Dig. XXXI 29 pr : « Celsus : Pater meus referebat, cum esset in consilio Duceni Veri consulis.. » V. F. SCHULZ, Storia della giurisprudenza… 210 - 211 : l’auteur parle de juristes de carrière pris parmi les consuls, préteurs, gouverneurs provinciaux, praefectus urbi et praefectus praetorio etc.. En ce sens on peut cons. CROOK qui observe : « But in view of the prevalent habit of attributing to Hadrian every innovation about which nothing concrete is known, the wisest course is scrupulously to refuse to run beyond the evidence (ouvr. cit., p. 36). Les principats de Trajan et d’Hadrien ont dû favoriser la participation et le travail des administrateurs-juristes en raison peut-être des déplacements et absences des empereurs (id., ibid., 57). - Sur le fonctionnement du conseil V. KUNKEL, Die Funktion des Konsiliums in der magistratischen Strafjustiz und im Kaisergericht, Zeitschrift. d. Savigny-Stiftung. F. Rechsgeschichte (Roman abt.), LXXXV, 1968, 253 - 329 et LXXXIV, 1967, 218 ss.) - V. Exposé sur les caractéristiques du consilium et présentation des correspondants de Pline qui en font parti par G. TISSONI, Sul consilium principis in età Traianea, Gli ‘amici principis’e il consilium, Stud. et docum., Historia et Iuris, XXXI, 1965, 222 - 245, t. II, Ibid., XXXII, 1966, 129 - 152.

1181 Rome fut-elle gouvernée par une gérontocratie voilée ? : cf. DION CASSIUS, ouvr cit., LXVIII 2, 3.

1182 J.A. CROOK, consilium principis…Imperial councils and consellors from. Augustus to Diocletian, Cambridge, 1954, XII-198, 55 (Nerva and Trajan).

1183 Les jeux de Iuppiter capitolin établis en 86 (V. SUETONE, Dom. IV, 4).

1184 Selon CROOK, ouv cit., 57 : « for travellers like Trajan and Hadrian it must have become more and more impossible to get through the business without regular professional help do deal briskly with straightforward cases. »

1185 CROOK, ouv cit., 53 : « Pliny, though a barrister of note, was not a juris consultus, and he has not explained why he was in consilium adsumptus, but his ltters betray his delight at the distinction, which had not yet been cheapened by the employment of salaried professionals. »

1186 Pour s’en convaincre, ép. VI 31 :3 : « Dixit causam Claudius Aristion, princeps Ephesiorum, homo munificus et innoxie popularis »

1187 Dom a MIGNOT, Clément cet inconnu, Studi su Clemente romano, Orientalia christiana analecta, Rome, 2003, 163 - 195.

1188 Ep. VI 31 :4 : « Sequenti die audita est Gallitta adulterii rea »

1189 Cf. 31 :5 : « Caesar excussi probationibus centurionem exauctorauit atque etiam relegauit. » - Cons. PAUL, Sententiae, II, 26, 14 : le mari, en cas de délit non flagrant n’avait pas la permission du double meurtre : « adulterum cum adultera qui deprehenderit, dum utrumque corpus interficiat, sine fraude sit. »

1190 La condamnation de Gallitta s’explique aussi par la politique qu’avait tenté d’instaurer Auguste, le siècle précédent, ce que précise LAMOUZELE dans sa thèse sur Les peines de l’exil en droit romain : « on sait combien Auguste avait eu à cœur le relèvement de la famille et on connaît les efforts qu’il déploya pour rendre à l’institution du mariage la pureté dont elle jouissait chez les anciens romains. Dans ce but, il considéra dans la ‘lex Juilia de adulteriis’ l’adultère comme un délit public dont l’accusation serait permise à d’autres que le père et le mari, et rétablit, tant contre la femme que contre son complice, la relégation qui, prononcée d’abord par la loi Tullia, était tombée en désuétude à la fin de la République. » Sur la peine de relégation V, étude de TORRES-AGUILAS, La pena de exilio, sus origenes en el derecho romano, A H. D. E., 63 - 64, 1993 - 1994 (V. en part., 701 - 785, sur les notions de relegatio et de deportatio).

1191 Cf. art. Exauctoratio, Dict. Ant. Dar. et. Sagl., 830

1192 Cf. 31 :9 : « Susceperat ; reuersus diem dixerat et, cum ex heredibus quidam quasi reverentia Eurythmi omitterent accusationem, pucherrime dixerat : « Nec ille Polycleitos est nec ego Nero. »

1193 Sur le désistement V supra Titre II, chap. I, § 1.

1194 CICERON dans son De republica (liv. IV, chap. X) fait remarquer que les Romains n’ont jamais supporté la licence diffamatoire et il cite une disposition de la loi des Douze Tables qui prononçait une peine de flagellation pour la diffamation publique et spécialement contre la publication des poésies. Quant à l’injure verbale ou convicium on sait qu’elle est punie de peine pécuniaire. V. Dig. Au titre X du livre XLVII, De injuriis et famosis libellis. Enfin l’action calomniatoire au sens strict emporte des peines sévères tant au civil qu’au criminel, GAIUS, Instit., comm. IV § 174, législation reprise par Valentinien en Valens.

1195 C. J. III 9 1.

1196 Ce personnage est celui qui écrit ou rédige les dispositions du testateur (CICERON, De off. III 73, Sest., XXXIX mais, sémantiquement, il peut être aussi celui qui fabrique ou altère le testament originaire. Cf. ULPIEN au Dig., XXI 1, 27.

1197 La preuve par registre ou livre journal qui contient des comptes est chose commune sous l’Empire : elle était qualifiée d’inartificiales par QUINTILIEN : cf. CICERON, Topiques, XIX et XX. Il est peu fréquent que Pline nous parle des preuves judiciaires. On se rappellera que le juge, à défaut de preuves probantes, doit se prononcer pour le uir melior (AULU-GELLE, Noct. Att., XIV 2, 21 et 26). On n’est pas loin du système de l’intime conviction

1198 CICERON, Pro Fonteio, XI 25.

1199 Cf. 23 :5 : « Damnatus et in insulam relegatus : la condamnation rapide est forcément le conséquence logique d’une instruction préalable où l’on avait déjà discuté en amont les preuves et les témoignages.

1200 En ce sens, Dig., XXXVII 12, 5.

1201 Quest. Évoquée par CROOK, ouvr. cit., Nerva and Trajan… 53.

1202 Une telle enquête ou instruction était sûrement nécessaire pour établir toutes les malhonnêtetés de Montanus : rappr. avec TACITE, Ann. I 74 - On n’hésitera pas à comp. ce texte avec l’épître VII 6 :8 et :9 où l’instruction d’une affaire est confiée à Julius Servanus, la plaignante n’apportant ni témoignages oraux, ni témoignage écrit (per tabulas) ; plus tardivement, Suburanus est de nouveau chargé de l’enquête, après nouvelle requête au prince.

1203 Sur Titius Ariston, l’un des grands personnages du conseil de Trajan V. I 22 : l : « Nihil est enim illo grauius, sanctus, doctius… » - Cons. W. KUNKEL, Herkunft und soziale Stellung der römischen Juristen, Forschung zum röm. Recht, IV, Graz-Wien-Köln, 1967, 141 - 144 (Ariston est remarquable en cela qu’il ne se destina pas à une carrière politique mais à l’étude du droit, comp. avec Ep. VIII 14).

1204 Cf. pap. Oxyr. 1242 ou Actes d’Hermaiscus - sur la valeur de cette source martyriale, M. MUSURILLO, The Acts of Pagan Martyrs, Oxford, 1953, 236 - 246.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540