Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pline le Jeune, le juriste témoin de son temps, d’après sa correspondance

 | 
Dominique A. Mignot

Titre I. La carrière de Pline le Jeune

Chapitre II. Le gouvernement de Pline de Pont et Bithynie

111-113 après J.-C.

Texte intégral

  • 409 Cf. Ep. X 17a : « Maître, si ma traversée jusqu’à Ephèse avait été excellente pour ma santé, ensuit (...)

1Il est généralement admis d’après la chronologie qui concerne Pline et qui découle en particulier du livre X que l’auteur de ces Épîtres a été envoyé dans le courant de l’année 111 de notre ère dans les provinces orientales de l’Empire, provinces quelque peu frondeuses de Pont et de Bithynie, qui se situent dans le Nord de l’Asie Mineure actuelle409.

  • 410 La mission exceptionnelle de Pline ne fait pas de doute selon M. DURRY (Pline le J., Lettres…, Inst (...)
  • 411 Rencontres de l’histoire et de la littérature romaines, Paris, 1963, 219-221.
  • 412 Opere… 1368, n.8
  • 413 C. I. L., III, 777, 1009.
  • 414 Sur la quest. on renverra prudemment aux savants computs de MOMMSEN et d’O. CUNTZ, Zum Briefwechsel (...)

2Notre consulaire y fut expédié comme gouverneur avec en plus, très probablement, une mission implicite à accomplir, celle de « correcteur » des cités qui dépendaient naturellement de sa juridiction. Les termes employés dans la réponse impériale de la lettre X 18 ne laisse planer aucun doute à ce sujet : « ( :2) Les habitants de ta province comprendront, je crois, que j’ai eu pour eux une attention (…) car de ton côté tu feras en sorte qu’ils ne pourront douter que j’aie choisi en toi l’homme le plus digne de me remplacer auprès d’eux410. ( :3). Les finances des communes doivent être ta première préoccupation car il est évident qu’elles ont été malmenées (uexatae) ». Enfin, à l’issue de sa mission, vers la fin de l’année ou plutôt vers l’automne 113, rien ne permet en revanche d’affirmer, comme le fait avec beaucoup d’imagination J. Carcopino, un retour probable de Pline à Rome pour l’apothéose de Trajan411. En 112, il exerce encore ses fonctions selon Trisoglio412 ; en 114, la grande inscription de Côme qui relate la titulature de Trajan ne comporte pas encore l’agnomen Optimus413. Les dernières lettres du livre X remonteraient à janvier 113414. Il va de soi que les missions ordinaires de Pline ont d’abord consisté à représenter l’Etat romain et à défendre sur place les intérêts de l’empereur, le gouverneur étant un administrateur provincial de droit commun (section I). Toutefois, on doit aussitôt préciser que cet agent romain agit subsidiairement en vertu du droit local et dans l’intérêt des provinciaux. Il le fait soit à la demande des autorités civiles déconcentrées (villes et président de la boulê) soit sur rappel ou injonction du prince ; en ce sens on peut dire que l’autorité du gouverneur apparaît comme naturellement décentralisée (section II).

- SECTION I - LE GOUVERNEUR, AGENT DE L’ÉTAT ROMAIN

3Nous distinguerons pour la commodité de l’étude deux volets : l’un propre aux développements d’administration générale du gouvernement provincial (§ 1), l’autre à ses applications purement religieuses (§ 2).

§ 1 -Le gouvernement provincial

  • 415 On rappellera brièvement que la politique extérieure - pour ne pas dire « orientalisante » de Néron (...)
  • 416 On peut cons. O. F. VUL’F, Nikomedija dans Isvèstija Ruskayo Acheologitcheskago Inst. V. Konstantin (...)
  • 417 Respect., Epitome, XCIII - De lege agric., II 15:40.

4La situation des deux anciens royaumes du Pont et de la Bithynie ne pouvait laisser les Romains indifférents en raison de leur position stratégique dans l’Empire. Le premier s’avance au septentrion vers la Mer Noire415 alors que la seconde ouvre l’accès vers le sud-ouest, sur les confins des provinces d’Asie et de Thrace, proches de la porte byzantine. La ville de Nicomédie est la capitale de Bithynie, fondée en 262 avant J.-C. par le roi Nicomède ler. Cette cité de premier plan sera détruite en 120 de notre ère puis reconstruite sous Hadrien416. Tite-Live et Cicéron417 rapportent que la Bithynie était échue à Rome par testament du roi Nicomède IV Philopator, en l’an 74 avant J.-C. et que populum romanum fecit heredem…

  • 418 Cons. sur l’histoire des provinces d’Asie Mineure, D. MAGIE, Roman Rule in Asia Minor to the End of (...)

5A l’aube du second siècle le statut du Pont et de la Bithynie est toujours déterminé par la fameuse lex prouinciae, dite loi de Pompée, ou encore lex Bithyniae accordée en 63 avant notre ère. En 27, d’après Dion Cassius (Histoire romaine, LIII 12), la province fut attribuée au sénat. On a fait état d’un voyage d’Auguste en Bithynie vers l’an 20 mais celle-ci devait rester sénatoriale jusqu’en 135 après J.-C. Le proconsulat de Pline présente des aspects particuliers dès lors que le gouverneur en place était avant tout légat de l’empereur -même dans une province dirigée nominalement par les sénateurs -à la suite de circonstances déjà évoquées plus haut418.

  • 419 A. BRUNT, Charges of provincial maladministration under the Early Principate, Historia, X, 1961, 18 (...)

6Quel avait été le sort de la Bithynie et du Pont avant l’arrivée de Pline dans les provinces orientales. Autrement dit quels étaient les tenants et les aboutissants de la « question bithynienne » ? Souvenons-nous du gouvernement Bassus, « le concussionnaire numéro 1 » selon E. Allain. Et de Varénus, le second… qui avait été, ironie du sort ! l’avocat des Bithyniens lors du procès de Bassus. Après ces deux personnages les provinces se trouvèrent exsangues et épuisées… et succédèrent des proconsuls insignifiants dont Servilius Calvus. Trajan retira cette double province du lot sénatorial pour les confier au contrôle d’un homme de confiance. En réalité, ce ne sont pas des provinces mises à sac par les seuls gouverneurs mais également par leurs préposés et surtout les administrateurs municipaux419.

  • 420 Cf. document en Annexe.

7Officiellement la titulature de Pline se présente ainsi : « legat(us) propr(aetore) prouinciae Pon[ti et Bithyniae] consulari protesta (t(e) in eam prouinciam e [x (senatus) c(onsulto) missus ab] imp(eratore) Caesar (e) Nerua Traiano Aug (usto) German(ico Dacico p(atre) p(atriae)]420 ».

  • 421 V. ancien comment. de PAULY-WISSOWA, Bithynia, R. E. 1897.
  • 422 GROAG, Prosopographische Beitrage, Jahrecht. des ost. archäol. Instit., Wien, B., XXI-XXII, 425 - W (...)
  • 423 C. SOLIMENA, Plinio il Giovane e il Diritto Pubblico di Roma, Tesi di Laurea, Naples, 1905, spéc. 2 (...)

8Force est de conclure sur ce premier point : l’empereur a sollicité le sénat et fait voter un sénatus-consulte, la province demeurant sénatoriale421. Les nombreuses relationes du corpus plinien au livre X tendent à prouver d’ailleurs que le gouverneur se sentait davantage agissant comme légat plutôt que comme proconsul. En fait il ressort de cette ambiguïté - ou plutôt de cette double qualité - soulignée dans la titulature de Pline, et mise en évidence jadis par Mommsen, une plus grande soumission de l’agent au premier des Romains. Tout ceci, grâce au caractère empesé et à la souplesse de notre bon gouverneur n’emportera que peu de conséquences. A tout prendre Pline le jeune se trouve dans une situation assez proche de celle de S. Quintilius Valérius Maximus, destinataire de VIII 24 :2, envoyé en qualité de légat propréteur en Achaie ad ordinandum statum liberarum ciuitatium.422. Cet élément nous permet d’affirmer que les changements administratifs de l’époque trajane apparaissent comme le signe de l’évolution de la science administrative voire du droit public au début du II siècle423.

  • 424 Cf. Ep. X 51(12) :l t :2 : « Difficile est, domine, exprimere uerbis quantam perceperim laetitiam q (...)

9Traditionnellement il est de règle que la maison du gouverneur se compose de la famille, de l’entourage (des proches), d’amis et de conseillers qui autrefois étaient « triés sur le volet ». En un premier temps Pline remercie Trajan d’avoir permis de transférer dans « ses » provinces un parent de sa belle-mère, Caélius Clémens car, dit-il, « cette décision me fait comprendre pleinement l’étendue de ta faveur puisque je vois que ta bienveillance s’étend à ma famille entière424 ».

10De même en X 120(121), le voyage urgent de Calpurnia s’effectue grâce à un sauf conduit impérial. La femme du gouverneur se devait de repartir précipitamment en Italie en raison du décès de son grand-père : elle avait donc suivi son époux ce qui était la coutume du temps.

  • 425 Cf. Ep. X 87 :2 : « Itaque et quieti eius inieci magnum est et exigi ut me in Buthynia consilio ins (...)
  • 426 Cf. Ep. X 94(95):l (in fine)« in contubernium [meum] adsumpsi).
  • 427 R. SZRAMKIEWICZ, Les gouverneurs de province à l’époque augustéenne – Contribution à l’histoire adm (...)

11La cohors amicorum du représentant de l’Etat romain s’identifie à la maisonnée au sens large selon Sherwin-White. Ainsi, Suétone et Nymphidius Lupus auraient suivi leur ami Sécundus en ces terres orientales425. Mieux, l’hypothèse a paru fragile de considérer que Suétone s’identifiait au célèbre écrivain426. Une autre question a été également soulevée : dans quelle mesure les amis ne sont-ils pas de fait les conseillers du gouverneur car ils ont vocation naturelle à entrer dans son consilium pour livrer des avis ? On retrouve à ce niveau des usages qui se pratiquaient naturellement avant les temps augustéens non seulement à la tête de la République mais également dans les provinces427.

  • 428 Sur ce point, M. Le GLAY, Rome II… 145 (corps de fantassins, à l’origine ; certains ont le privilèg (...)
  • 429 Historia, XX, 1971, 751-763 - témoignages épigraphiques dans Dict. Epigr. de RUGGIERO, art. de R. B (...)
  • 430 En ce sens, X 27 et X 28 comb. à propos de la fixation de dix bénéficiaires pour l’escorte d’un sub (...)

12Enfin nous plaçons dans la mouvance du gouverneur en vue de défendre sa propre maison la mise à disposition de sa garde composée d’equitates singulares bien particuliers, gardes choisis et prélevés individuellement. Mais nous manquons de renseignement à ce sujet428… On ne connaît pas le nombre de ceux-ci ni les éléments qui permettent au gouvernement ou au procurateur d’opérer un choix. R. W. Davies a essayé de mettre en lumière les rôle et composition des cohortes equitatae dont quelques détachements auraient assurés une mission de gendarmerie429. Quoi qu’il en soit, lorsque Pline attribuait des « bénéficiaires » à des envoyés impériaux ou tout simplement à des subprocuratores, il le faisait sans doute sur son propre contingent430.

  • 431 Cf. 21 :12 : « Respondit non sufficere sibi hunc numerum, idque se scripturem tibi. Hoc in causa fu (...)

13Nous ignorons le nombre exact des subordonnés de Pline. Ces derniers forment vraisemblablement ce que l’on appellerait de nos jours son état-major (consilium). Les renseignements sont éparpillés tout au long de la Correspondance. Nous savons par exemple que le proconsul attendait avec impatience un administrateur, un légat de rang inférieur chargé de le seconder, et qui arriva après deux mois de retard (X 25(l0)) : « « Maître, rapporte le fidèle gouverneur, mon légat, Servilius Pudens, est arrivé à Nicomédie le 24 novembre et m’a délivré du souci d’une longue attente (…) ». De même, le nommé Gavius Bassus, préfet de la Côte Pontique, paraît bien soumis à Pline puisqu’il lui témoigne selon le texte « la plus grande déférence et le plus grand empressement ». Selon X 21(32) Pline « lui a notifié que d’après tes ordres (mandats de l’empereur…) il devrait, sur les cohortes dont tu m’as donné le commandement, se contenter de dix bénéficiaires ». En revanche, une zone d’ombre persiste puisque, dans la réponse de Trajan, il ne nous est pas permis de déduire avec certitude si le lien de subordination entre le gouverneur et son préfet autorise le premier à réduire de son propre chef les effectifs militaires du second. Nous penchons cependant en faveur de la supériorité de Pline qui, en cas d’émeute, doit pouvoir agir à sa guise car il est le plus à-même à décider puisqu’il est le plus haut représentant impérial sur place. Le passage suivant plaide en ce sens : « Je lui ai notifié que d’après tes ordres il devait… se contenter de… » A l’inverse, Pline ne réduit les effectifs qu’en rapport de ce qu’il dispose en plus de ce qui lui est nécessaire. A regarder de plus près, c’est peut-être par pure condescendance, momentanément et à titre précaire, qu’il procède à ce genre d’opération car il peut modifier les effectifs ad nutum. Gavius Bassus se voit attribuer un détachement compte-tenu des « disponibilités » : la phrase suivante nous éclaire vivement à ce sujet : « Je n’ai pas cru devoir rappeler immédiatement les hommes qu’il a en plus ». Ce passage ne laisse à notre avis subsister aucun doute sur les prérogatives du gouverneur qui agit plus par circonspection et diplomatie que par voie de disposition impérative431.

  • 432 ouvre cit., 110. On peut toujours avec profit se reporter à l’étude fondamentale de L. ZUCKERMANN, (...)
  • 433 Il n’y a pas de doute sur les expressions praeter decem beneficiarios, quos adsignari a me Gemellin (...)
  • 434 Selon PFLAUM, Mémoire… 57, n. l69a et b.
  • 435 Ouvr. cit., 110.
  • 436 Cf. X 84 ; sur ce point, M. de Dominicis, Sulle attribuzioni dei ‘procuratores’ imperiali nelle pro (...)
  • 437 Cf. X 30(39):l: « … secundum mandata mea fit Sempronius Caelianus mittendo ad te eos. »

14On note également qu’il est mis à la disposition de Virdius Gemellinus, procurateur de l’empereur de rang ducénaire selon G. Boulvert432, dix bénéficiaires (X 27 : « outre les dix bénéficiaires que tu m’as dit d’assigner à l’honorable Gemellinus… ») et ce en accord avec les dispositions impériales préalables433. La même lettre expose une semblable demande de dix bénéficiaires pour un subprocurateur de Virdius Gemellinus nommé Maximus (X 84 -85). Boulvert écrit au sujet de ces procurateurs affranchis soumis à Virdius Gemellinus que « la province de Bithynie, province sénatoriale où Pline est envoyé en mission extraordinaire, est pourvue d’un procurateur équestre d’un rang ducénaire, Virdius Gemellinus. Or, un procurateur affranchi, Maximus, agit à la même époque indépendamment du procurateur équestre de cette province, étant envoyé en mission pour acheter du blé en Paphlagonie… Un autre procurateur affranchi, Epimachus, est invité par Trajan à venir siéger au côté du procurateur équestre dans le consilium du gouverneur, pour délibérer au sujet d’un privilège dont se prévalaient les Nicéens ; cet Epimachus n’est entré en fonction qu’après le départ de Maximus434. « Les couples de procurateurs que nous connaissons pour d’autres provinces sont sans aucun doute composés de la même manière435 ». Ce Virdius Gemellinus doit donc figurer dans le consilium gouvernemental, au sens strict, et il semble imposé par l’empereur lui-même qui dispose ainsi d’une oreille attentive sur place… ce subprocurateur peut et doit donc être consulté au besoin. Il en va ainsi – on l’a vu -pour Epimachus qui est invité, sur proposition de l’Optimus, à siéger exceptionnellement au conseil de Pline pour trancher un litige successoral concernant les habitants de Nicée sur lequel nous reviendrons plus loin436. En outre, un certain Sempronius Caelinus, « jeune homme distingué » (X 30), a, selon Trajan, suivi ses instructions en adressant au gouverneur des fraudeurs au recrutement militaire437. Ce Sempronius Caelianus faisait probablement lui aussi parti du consilium gouvernemental voire de l’état-major en sa qualité d’officier attaché à l’officium purement militaire de Pline, mais ce n’est là qu’une hypothèse. Enfin, la recommandation en faveur de Nymphidius Lupus exposée en X 87(19) :2 dont on a fait état à diverses reprises signale que Pline avait exigé que ce dernier l’assistât de ses conseils en Bithynie sans doute en sa qualité d’ancien primipilaire.

  • 438 Resp.: The social basis of Roman Power in Asia Minor, Amsterdam, 1967, 305 - L’Orient romain. Provi (...)
  • 439 E. BAMMEL, Zum Testimonium Flavianum (Jos. Ant. XVIII, 63-64) in Josephus Studien, Göttingen, 1974, (...)
  • 440 En ce sens, K. CHRIST, ouvr. cit., 232-233.

15L’ordre public romain dans les provinces de Pont-Bithynie reposait principalement sur la collaboration des classes sociales élevées, instruites à l’instar de ce qui se passait dans les autres provinces d’Asie Mineure. Le rôle de la bourgeoisie et des classes sacerdotales des grandes cités n’est plus à démontrer depuis les travaux de W. M. Ramsay et de M. Sartre438. L’épître X 79 :3, d’ailleurs citée par Ramsay, constitue un bon témoignage de la politique romaine, ce que traduit le terme « philoaristrocratia ». Il est question dans ce bref passage de l’âge d’entrée des citoyens dans les curies municipales et qui ne concerne que les « melius honestorum hominum liberos… quam e plebe in curiam admitti ». On retrouve une telle politique en général dans presque toutes les provinces d’Asie, en Syrie et en Judée où, avant 70 de notre ère, Rome s’appuyait sur la caste des Saducéens439. Cette démarche paraît fort ancienne puisqu’on la retrouve, suivant les indications de Suétone, appliquée à l’époque d’Auguste (Aug., XXXVIII). Il existe donc des lignes remarquables de continuité dans la politique romaine provinciale440.

  • 441 Cons. sur ce point les conclusions de A. H. M. JONES dans The Cities of the Eastern Roman Provinces (...)
  • 442 MAGIE, ouvr. cit., 59ss - T.R.S. BROUGHTON, Roman Asia Minor… dans T. FRANK, Economic Survey of Anc (...)
  • 443 Ouvr. cit., 267 (reprenant l’opinion de D. MAGIE, Roman rule…, 596ss).

16Mais bien évidemment on ne peut étudier les bases d’une telle politique sans examiner aussitôt le régime juridique des villes d’Asie Mineure ainsi que l’ensemble des rouages divers et variés qui caractérisent la détermination volontairement libérale d’une politique internationale dans le milieu des cités hellénophones d’Asie Mineure441. On a évoqué antérieurement les raisons qui motivaient la présence de Pline en Pont et Bithynie à une époque où les Discours de Dion de Pruse commençaient à se faire connaître : l’auteur dénonçait une vie politique ardente et agitée, ce qu’ont remarqué D. Magie et Broughton442. Mais, comme le précise si bien E. Petit « non content d’envoyer Pline remettre de l’ordre en Bithynie, il (Trajan) fit désigner un peu partout des contrôleurs des finances municipales, des logistes, généralement choisis parmi les membres de l’ordre équestre ou sénatorial443 ». Cette politique délibérée du pouvoir central en vue d’un certain rétablissement de l’ordre public financier dans les provinces s’accompagne d’une politique de maintien de l’ordre public social marquée par une meilleure surveillance policière dont témoignent les épîtres X 77 et 78.

  • 444 Sur les travaux publics sous le Haut-Empire, E. ARKUGAL, Ancient Civilizations and Ruins of Turckey (...)
  • 445 E. GLEN, Kleinasien u. Osbalkan in der wirtschaftlichen Entwicklung der römischen Kaserzeit, Upps. (...)

17On aura l’occasion d’examiner plus loin la politique dite des grands travaux entrepris dans les provinces du Nord de l’Asie Mineure par des cités en plein épanouissement telles Nicomédie ou Pruse. Le point de vue archéologique n’est d’ailleurs nullement absent de cette approche444 sur l’urbanisme en Asie Mineure. Déjà, le développement de l’activité économique avait fait l’objet d’une étude relativement ancienne de E. Glen qui fut complétée par celle de P. Moraux, notamment en matière d’ouvrages publics portant sur des adductions d’eau445.

  • 446 Cf. Ep. X 55(63) : il est question de « modum eius ex copia eorum qui mutuabuntur, tu constitutes… (...)
  • 447 Sur les alimenta, Introd., sect.I, § 3 - . GARNSEY se réfère à cette Table (Trajan’s alimenta… 380  (...)

18Concurremment à la politique des grands travaux municipaux voire provinciaux, une bonne politique financière était exigée de l’empereur et résultait des nouveaux objectifs du régime antonin. Alors que l’administration de Pline s’efforce de faire rentrer les deniers publics dans les Caisses de Rome, notre gouverneur craint que ce même argent demeure improductif et sans emploi : « il n’y a point ou pour ainsi dire point d’occasion d’acheter des propriétés et on ne trouve personne qui veuille être débiteur de l’Etat, surtout à douze pour cent, qui est le taux entre particuliers (X 54 :1) ». Que se passe-t–il donc dans les provinces orientales ? A-t-on à faire face à une crise immobilière doublée d’un problème purement financier de hausse anormale des intérêts liés à une perte de confiance dans le marché économique ? Tout cela ne paraît guère probable même si l’on doit admettre avec Trajan l’existence d’une certaine « frilosité » dans les affaires : il faut, dit-il « diminuer le taux des intérêts pour que le placement des deniers publics soit plus facile. Ce taux, précise-t-il, tu (mon cher Pline) le fixeras d’après le nombre des emprunteurs446 ». Solution de bon sens car l’empereur admet volontiers, sur un mode libéral, « qu’il ne sied pas à la justice de son règne » de forcer les gens à accepter des « prêts trop importants » dont ils n’auront nullement besoin. Soit, il faut le noter, nous constatons une volonté exemplaire pour ce temps afin d’éviter l’endettement public. Soit, à l’inverse, l’empereur n’entend pas baisser trop imprudemment les taux d’intérêts. Et faisant la part des choses on cherche en haut lieu à encourager un retour à la terre, prônée dans l’Euboïque de Dion de Pruse ; c’est sans doute une bonne chose très rassurante. Mais il demeure qu’en définitive on a fixé à Rome une certaine baisse des taux préférentiellement en Italie et qu’on a dû se réfèrer aux 5 et 9 % pratiqués d’après les Tables hypothécaires de Véléia à propos des aliments447.

  • 448 Calpurnius Macer a reçu l’ordre d’envoyer un détachement en sa qualité de plus proche commandantde (...)

19Il nous faut aborder également la question de police urbaine. Comme dans la plupart de nos sociétés contemporaines il s’agit là d’une mission impartie à l’Etat, donc, purement régalienne. Toutefois, contrairement à notre schéma moderne, le pouvoir romain laissait les administrations locales s’occuper en grande partie de cette tâche, sauf pour les causes les plus graves (crimes de sang, corruption…) Les grandes cités, d’après la lettre X 77(81) disposent d’un chef de police locale, un irénarque, sorte de Coroner à l’anglaise ; mais elles ne sont pas nombreuses à jouir de ce privilège. C’est le cas de Byzance, selon X 77 :l, qui entretient un centurion légionnaire envoyé par Calpurnius Macer, légat d’Auguste, comme on l’a vu, propréteur de la Mésie Inférieure448.

  • 449 Comp. avec le § 3 de l’épître : « si qui autem se contra disciplinam meam gesserint statim coercean (...)
  • 450 Cf. X 74 :l : « Appuleius, domine, miles, qui est in statione Nicomedensi… ». Cette ville est donc (...)
  • 451 On renverra à l’étude de Th. PEKARY, Untersuchungen zu den römischen Reichsstrassen, Bonn, 1968 ain (...)
  • 452 H. VOLKMANN, Die römische Provinzialverwaltung der Kaiserzeit im Spiegel der Kolonialismus, Gymnasi (...)

20Un autre point de vue défendu par les autorités centralisées veut qu’un centurion de légion -supérieur au centurion des corps auxiliaires -ne doit pas être détaché à la légère de son unité et que, par conséquent, il ne pourra être question de multiplier ce type d’expérience. Ainsi, l’Optimus s’explique-t-il à son gouverneur : « Si nous décidons d’accorder la même faveur aux Juliopolitains, nous créons un lourd précédent : plusieurs demanderont la même faveur avec d’autant plus d’insistance qu’elles seront plus faibles ». La requête de Pline ne peut être que rejetée, même si les Juliopolitains sont victimes de nombreuses exactions. Les polices locales doivent suffire à appréhender les fauteurs de troubles, qu’ils soient civils ou militaires449. Le maintien de l’ordre public à l’intérieur des cités constitue bien pourtant l’une des priorités de la politique impériale romaine, mais elle s’effectue à moindre frais, avec une rare économie de moyens, et ce, en grande partie grâce aux militaires qui supervisent les activités de police dans les grandes villes commerçantes comme Nicomédie450. Ces postes de gendarmerie étaient rendus nécessaires de par « l’affluence des voyageurs qui y arrivent de partout » note Pline451. Observons que cette indication sur le déplacement des populations revêt une importance pour nous fort appréciable car décidément il fallait compter sur un grand flux de voyageurs de toutes sortes, des religieux, des envoyés en mission extraordinaire, des militaires en déplacement, des commerçants mais aussi des condamnés ou autres personnes arrêtées déférées au prétoire de Rome etc. Peut-être y avait-il place pour des comploteurs voire des agitateurs, des agents discrets d’Etats clients, amis ou rivaux. Tout ce monde devait être contrôlé par la maréchaussée en place dans ces villes… Une autre idée a été soutenue, compte-tenu de la faiblesse des moyens mis à disposition par la puissance occupante : le pouvoir de contrôle et de contrainte paraît assurément très faible. On ne peut guère parler « d’Etat policier ». Rome n’apparaît pas comme un Etat colonisateur qui écraserait les peuples par la force. On est plutôt porté à croire qu’elle a su composer avec les différentes cultures et génies nationaux ce qui explique son respect presque inné des religions « locales » et des coutumes urbaines ou provinciales452. Ceci nous amène tout naturellement à envisager le régime des libertés puis de la justice dans les provinces de l’Est (I et II).

I - LE RÉGIME DES LIBERTÉS APPARAÎT SOUS DIFFÉRENTS TRAITS

  • 453 Land and Sea transportation in imperial Italy, Trans. and Proceed. of the Amer. Philol. Assoc., LXX (...)
  • 454 Sur la politique agraire de Trajan, DION CHRYSOSTOME ou de Pruse, Discours, VII (le Chasseur) qui p (...)

21La liberté économique conditionne en grande partie toutes les autres. Le libre échange, d’une part, le marché du travail, d’autre part, contribuent non seulement à l’épanouissement intérieur de la province, mais encore à l’augmentation du niveau de vie de ses habitants. Une étude de C. A. Yeo concernait le flux économique de la seule Italie impériale, péninsule qui dit-on était protégée depuis les Flaviens des exportations orientales453. Or, pour l’Orient, les installations portuaires, notamment celle de Nicomédie, permettaient une incontestable amélioration des relations économiques entre les provinces et l’Italie du Sud. Pline complète son rapport précisant que « ce travail exige une importante main d’oeuvre » mais celle-ci « ne manque pas d’ailleurs pas car il y a beaucoup de monde dans les campagnes et bien plus encore dans la ville et il y a tout lieu d’espérer que tous se mettraient volontiers à un travail dont tous profiteraient (X 41 :l2) ». L’idée des grands chantiers nationaux pour relancer l’économie, et plus précisément, pour améliorer le sort des provinciaux, n’est pas récente. La politique des alimenta, du défrichement des terres454, de planification des aménagements du territoire, caractérise l’ambition des objectifs antonins.

  • 455 B. FORTE, Rome and the Romans as the Greeks saw them, Amer. Acad. Rome, 1972, spéc. 273-287 et 395- (...)
  • 456 Comp avec X 73(78) : « Si mihi senatus consultum miseris quod haesitationem tibi fecit, aestimabo a (...)
  • 457 A propos du cloaque d’Amastris (X 98(99) le gouverneur prend la décision de le couvrir pour des rai (...)

22Autre question : la police administrative. Dès l’arrivée de Pline en Pont et Bithynie relatée en X 17a nous sentons que l’administration romaine doit compter avec la proverbiale leuitas Graecorum (Otto). Le poids et l’efficacité de l’action administrative romaine en milieu grec ne sont pas toujours bien perçus par les magistrats locaux. Loin s’en faut, d’ailleurs455. Cela explique que Pline doit agir moins comme proconsul que comme correcteur, certes, muni de pouvoirs spéciaux. Il conseille, il décide, et pour les cas graves il réserve l’arbitrage à César par exemple selon les termes de l’épître X 73456. Les exemples ne manquent pas en matière d’autorisations administratives qui donnent l’impression que le nouveau gouverneur s’occupe de tout et contrôle un grand nombre d’activités : en X 17a :3 il examine les dépenses de la commune de Pruse, ses créances, ses revenus ; en X 19 :l Pline demande à son supérieur s’il doit faire garder les prisons par des esclaves publics des villes ; dans l’épître X 21 nous le voyons perplexe à propos de la composition d’une escorte du préfet de la côte pontique. Dans la lettre X 33 il est relaté, à la suite d’un gros incendie à Nicomédie, la destruction de plusieurs édifices publics : faut-il créer un collège de fabri ? Ailleurs, en X 37, il est question de la surveillance des ouvrages publics d’intérêt général (notamment l’aqueduc de Nicomédie) qui apparaissent comme de véritables ouvrages d’art mais aussi d’énormes gouffres financiers… Dans l’affaire du cloaque d’Amastris (X 98(99) il prend la décision de le couvrir pour des raisons d’hygiène et de salubrité. Il est donc en dernier ressort juge de l’intérêt des opérations. On pourrait multiplier les exemples à l’envi. Le gouverneur paraît au centre de la vie économique de sa province ; il est l’un des « décideurs » mais surtout il opère des contrôles a posteriori dans de nombreuses branches de l’économie locale457.

  • 458 On note que d’après les epp. X 77 et 78(82) le détachement d’un centurion légionnaire ne peut s’eff (...)
  • 459 Selon J. GAUDEMET « les fréquentes relationes à l’empereur ne pouvaient que retarder la solution de (...)
  • 460 Ce point est évoqué en X 32(41) :l : « Meminerimus idcirco te in istam prouinciam missum, quoniam m (...)

23Cependant il faut bien voir que ce sont souvent les agents locaux ou municipaux qui interviennent auprès de Pline pour solliciter un arbitrage, au minimum, comme dans l’affaire de l’épître X 79 :l (âge d’entrée dans les curies municipales, soulevant un contentieux de l’interprétation de la lex prouinciae) ou, au maximum, une décision, pour des déplacements de sépulture (X 68(73)) ou encore l’attribution d’un centurion légionnaire pour Juliopolis458. En fait, le plus souvent, Pline se prononce sur l’initiative d’autrui, plus rarement sur celle des administrés ou la sienne propre. Il est juge également d’en référer à l’empereur en application de la règle qu’il s’est imposée de omnia de quibus subito ad te referre. Ce principe correspond sans aucun doute à la volonté de l’empereur et à l’esprit même de ses mandata que l’on devine de ci de là459. En cela il agit sur ce point plutôt comme un légat soumis, un corrector et son apparente indécision s’explique et s’éclaire : les fréquentes consultations à l’empereur ou plutôt à sa chancellerie remarquées par A. N. Sherwin-White correspondent très certainement à la nouvelle politique impériale de reprise en main des provinces de l’Orient. Cette dernière est toutefois limitée par le fait qu’il ne faut pas s’opposer frontalement aux coutumes et privilèges régionaux alors que par ailleurs il importe également de reconstituer un système administratif en perdition et menacé par les longs et retentissants abus des gouvernements précédents et par les scandales immobiliers liés à la forte autonomie urbaine460.

  • 461 F. de VISSCHER, De la prescription du ‘ius sepulchri’, Studi E. Betti, Milan, 1962, vol. II, 393-40 (...)
  • 462 Cf. Ep. X 69(74) « …exempla sunt eorum qui isti prouinciae praefuerunt… » La consecratio était une (...)
  • 463 X 69(74) : « …ex causa cuique aut permittendum aut negandum. »

24Une question se détache de cet ensemble et concerne le déplacement des sépultures et de certains ouvrages publics. Le déplacement des sépultures obéit à Rome à une législation tatillonne car relevant du droit sacré461. En bon administrateur, Pline, saisi d’une demande d’un particulier, hésite sur le droit à appliquer, et agissant sciemment plus en légat a-t-on dit qu’en proconsul, il expose la question quant au fond à la Secrétairerie impériale qui lui répond brièvement que « c’est trop d’exigence d’obliger les provinciaux à s’adresser aux pontifes, quand ils veulent déplacer leurs tombes de famille pour des motifs valables ». Officiellement on renvoie donc les provinciaux à suivre leurs propres coutumes et leur droit : Pline doit se référer « à l’exemple de ceux qui ont été à la tête de [sa] province462 ». Un conseil de bonne administration est formulé à la fin de l’épître : « selon le motif invoqué il faudra dans chacun des cas donner ou refuser l’autorisation463 ».

  • 464 V. pour Furfo, C.I.L. IX, 3513 ; Narbonne, C.I.L., XII, 6038 (= DESSAU, 6964) ; Salone, C.I.L. III, (...)
  • 465 Cf.X 49 :2 :« Ergo cum quaererem num esset aliqua lex dicta templo, cognoui alium hic, alium apud n (...)

25Un cas très particulier intéressant un projet de construction de forum proche de l’ancien est présenté en X 49 : il divise les habitants et les autorités car cette opération immobilière nécessite la destruction -puis la reconstruction très aléatoire -d’un vieux temple dédié à la Grande Mère des dieux. Cette vieille construction dédiée à Cybèle se situe fâcheusement dans un angle de l’ancien forum de Nicomédie, soit en contre-bas du nouvel ouvrage désiré. Pline a recherché la traditionnelle lex dedicationis comme on en trouve dans le reste de l’Empire464. Il apprend que « la dédicace suivait ici d’autres règles que chez nous465 ». Trajan répond que l’on ne doit pas être surpris de constater que la consécration en sol étranger suit un régime différent de celui de Rome et qu’en conséquence il sied de ne pas s’en inquiéter. Dès lors il semble permis de transporter le temple de la Mère des dieux à l’emplacement qui conviendra le mieux. Là encore, par ce modeste exemple, nous constatons que le régime des autorisations administratives répond avec efficacité aux obligations et nécessités de l’heure sans verser à son tour dans l’excès.

  • 466 Epp. X 46(55) : « Diplomata, quorum praeteribus est dies, non debent esse in usu » -. X 64(14) in f (...)
  • 467 Ep. X 120(121) :3 au sujet du sauf-conduit pour l’épouse de Pline ayant perdu son grand-père Calpur (...)
  • 468 TACITE (Hist., II 6) - Sur l’organisation de la poste impériale V. BOULVERT, ouvr. cit., 282 : ce s (...)
  • 469 De façon plus précise on manque de renseignements sur le limes du Pont, face à la Cappadoce à l’Est (...)

26L’épître X 45(54) soulève une grande discussion à propos de la liberté des déplacements des individus dans le monde antique. Dans le cas soumis il est question présentement pour Pline de faire renouveler des diplomata, sorte de sauf-conduits dont le terme est arrivé à expiration. Le gouverneur note au prince : « Je te prie de m’écrire si tu veux qu’ils soient entièrement valables et combien de temps et de m’enlever un doute ». Les scrupules de Pline sont fondés dans la mesure où l’utilisation du cursus publicus revêtait à l’époque une importance capitale pour la transmission des informations. La réponse de Trajan confirme ce point de vue : « Les sauf-conduits, dont le terme est expiré, ne doivent pas être utilisés ; c’est pourquoi je tiens pour une de mes premières obligations d’envoyer dans toutes les provinces les nouveaux sauf-conduits avant qu’ on puisse en avoir besoin ». Ces diplomata sont utilisés par des personnages importants, des courriers spéciaux porteurs de messages466 ou des membres de la maisonnée gouvernementale467 ». Les porteurs de ces diplômes jouissaient de la gratuité et de la rapidité du cursus publicus ainsi que des facilités de ces transports468. A l’inverse, les simples passagers pouvaient à tout moment être contrôlés ou, au besoin, être arrêtés à des postes frontières ou dans les ports qui disposaient d’une statio469.

27Portons-nous à présent sur ius inuitationis qui constitue vraisemblablement une application matérielle et très concrète du droit antique de réunion, de s’assembler. A ce sujet l’autorité romaine a toujours exprimé les plus vives réserves quant à l’exercice d’une telle pratique dans les provinces tant celle-ci pouvait dégénérer soit dans la formation d’une clientèle, soit, au moyen d’associations fictives, en rassemblements des opposants au régime. Tout cela risquait, vu de Rome, menacer l’ordre public politique.

  • 470 Opere… 416 n. 715. - L’épître X 116 utilise le terme διανοµης équivalent du latin divisiones en mat (...)

28Ainsi, la lettre X 116(117) a trait à la coutume qui veut que lorsque l’« on prend la toge virile, quand on se marie, quand on entre en fonctions comme magistrat, quand on dédie un ouvrage public… on invite la boulê tout entière ainsi qu’un assez grand nombre de personnes du peuple et que l’on donne deux deniers ou un denier à chacun ». Et Pline d’ajouter aussitôt « ( :2) Je te demande de m’écrire si tu trouves bon cet usage et dans quelle limite peut-il se répandre ». Trisoglio note judicieusement que l’origine de ce « diritto di invito … era distribuzioni ai cittadini di grano, di terre domaniali, di denaro, di olio per usi sportivi. Erano interdette ai privati nel timore que potessero trasmodare nell’acquisto di aderenze per fini sovversivi470 ». On observe en VI 31 :3 une calomnie contre Aristion, peut-être en raison de ses multiples distributions.

  • 471 Cf. travaux de E.-M SMALLWOOD, The Jews under Roman Rule from. Pompey to Diocletian, Leiden, 1976 e (...)

29Le point de vue médian de Pline, repris par Trajan, exprime bien la crainte de voir s’assembler un nombre excessif de personnes à l’instigation d’un tiers, d’un meneur de foule : « ( :2) … Pour moi, si j’admets surtout quand il s’agit d’occasions solennelles, ce droit d’invitation, et parfois même davantage, ne paraissent dépasser la mesure et se rendre coupable d’une espèce de distribution illicite ». On prendra bien soin de noter au passage que Rome avait laissé se perpétuer diverses formes variées de rassemblements dans les provinces, notamment pour les fêtes religieuses nationales ou les jeux471.Les impératifs politiques changent la nature de ces attroupements et Trajan et son administration veillent de près sur la juste expression quotidienne de cette liberté de réunion ce qui motive l’interdiction des heteriae ou des associations à but non lucratif voire charitables qui risqueraient de dégénérer en mouvements urbains.

  • 472 On observe, comme l’indique déjà CICERON, une opposition entre « latinophrônes » et « hellenophrône (...)

30La réponse impériale va donc en ce sens : elle prend en considération le nombre jugé trop élevé des prétendus invités ainsi que le risque -éventuel -de voir se réunir « des gens comme par corps constitués et non pas personnellement des amis connus ». L’empereur connaissait l’esprit poliade et frondeur des graeculi « fiers de leurs cités et de leurs traditions ; à la moindre faiblesse l’Orient hellénistique s’émanciperait pour « sortir des voies régulières du principat romain…472 »

  • 473 F. M. De ROBERTIS, Storia delle corporazioni e del regimo associativo nel mondo romano, t. I et II, (...)
  • 474 Sur les liberae ciuitates, A.H.M. JONES, Ciuitate liberae et immunes in the East, Anat. Stud. Pres. (...)

31De manière plus précise on peut affirmer que le droit d’association, tel qu’on le perçoit de nos jours, n’existait pas à Rome, sauf à l’état latent en vue de la défense d’intérêts ééconomiques particuliers ou pour répondre à des besoins de protection sociale473. En effet, ce n’est qu’accidentellement pour des cités romaines et en vertu de privilèges anciens, que l’empereur et sa chancellerie ont toléré, plus que consenti, l’existence d’associations non politiques et dont le but consistait officiellement dans l’entraide sociale ou la distribution de secours aux citoyens les plus pauvres ; Dans ce cas on peut citer la demande des habitants d’Amisos, située à l’Est du Pont, ciuitas libera et foederata ou existe un ερανος, sorte de société charitable qui comptait sur les cotisations de ses membres. A ce sujet la réponse de Trajan paraît significative : « Pour les habitants d’Amisus474… si leurs lois, en accord avec les obligations du traité, leur donnent le droit d’avoir une association de secours mutuels, nous ne pouvons les empêcher d’en avoir une, et d’autant plus volontiers si une telle société ne leur sert pas à organiser des troubles et des réunions illicites, mais à venir en aide aux petites gens. Dans les autres cités, qui sont soumises à notre droit, une pratique de ce genre doit être interdite ». La réponse est claire : le droit romain prohibe de telles associations mais l’empereur fait jouer ici, tout de même, un point de vue qui n’est pas centralisateur.

32C’est un fait très remarquable que le livre X de la Correspondance de Pline nous fournit de nombreux cas de constructions, de déplacements d’ouvrages publics et de rénovations immobilières.

  • 475 Le grand architecte est mort vers 130 ap. J.-C. accusé par Hadrien de crimes imaginaires. Il a cons (...)

33Nous avons vu par exemple en X 49 qu’il s’agissait pour les Nicomédiens de déplacer ou de reconstruire le temple de Cybèle et en X 37 :l de construire définitivement (…) un aqueduc indispensable pour la communauté urbaine ; qu’en X 39, les Nicéens avaient entrepris une construction ruineuse parce que de longue haleine d’un théâtre qui avait été inachevé parce que fissuré ! De même ces Nicéens entreprirent avant l’arrivée du nouveau gouverneur l’édification d’un gymnase car le précédent avait été détruit par un incendie ! Pline expose en outre la fâcheuse rivalité entre les architectes locaux dans sa lettre qui constitue un véritable rapport. Il dit en substance (ép. X 39 :4) que « c’est une œuvre dont le plan est mauvais… [qu’] en outre l’architecte, sans doute est-il le rival de celui qui a commencé le travail », affirme que les murs… ne peuvent supporter « les charges qu’on leur impose parce qu’ils sont formés de ciment sans revêtement de brique ». Par ailleurs, les Claudiopolitains (39 :5) ont eux-aussi leurs problèmes : ils « creusent plus qu’ils ne bâtissent… » dans une dépression que surplombe une montagne pour construire un bain colossal. Là encore, le gouverneur se livre à un examen de « l’intérêt de l’opération, compte-tenu du prix de revient de l’ouvrage et des sommes déjà investies ». Il demande en raison de sa prudence naturelle et de sa méfiance envers les architectes et entrepreneurs locaux un bon architecte romain. Or, dans sa réponse, Trajan se propose de trancher les trois points soulevés par le gouverneur : pour le théâtre et le gymnase de Nicée, ainsi que le bain de Claudiopolis il n’entend pas faire arrêter les travaux en cours. Mais il prononce une nette réserve sur le plan financier. Ainsi écrit-il « Il faut qu’ils (les Claudiopolitains) se contentent d’un gymnase qui puisse leur suffire » De même façon l’empereur veut que l’on contrôle la phase d’achèvement des travaux. Quant à la question de l’envoi d’un bon architecte l’Optimus répond sèchement qu’« il est impossible que tu manques d’architectes. Il n’y a pas de province qui n’ait des hommes spécialisés et capables… alors que d’habitude ils viennent chez nous des pays grecs ». Songeons par exemple au célèbre Apollodore de Damas475 !

  • 476 Ouvr. généraux de FENTRESS (E.) éd., Romanization and the City. Creation, Transformation and Failur (...)
  • 477 Ch. TEXIER, Description de l’Asie Mineure, Paris, 1839 - O. F. VUL’F, Izvestija Konst., t. I et II, (...)
  • 478 publiée not. à la Rospravy Cekoslov. Akad. Vêd, 1960, 77 : « Il faut souligner que l’empereur ne su (...)
  • 479 Von ARNIM, Leben u. Werke des Dio von Prusa, Nerlin, 1898, 510ss
  • 480 On a vu plus haut, ainsi que le fait remarquer Vidman à diverses reprises, que Trajan n’entend null (...)
  • 481 En ce sens C.I.L. III 777 - Comp. avec épp. X 61, 62, 67 et V 18.

34Le régime des travaux publics pose de fait la question de l’aménagement du territoire. Cette dernière n’a guère fait l’objet d’étude systématique malgré la multiplication des ouvrages sur l’urbanisme à l’époque impériale, à Rome, en Occident et plus rarement en Orient476. Quelques travaux ont porté toutefois sur les percements de canaux dans l’Ouest de la Bithynie477. Il est précieux que le livre X rapporte de nombreux faits qui caractérisent ce que de nos jours on appelle des travaux d’aménagement du territoire. Ainsi en X 41 :2 citée plus haut l’auteur fait état d’un lac très étendu se trouvant à proximité de la ville dont Pline évaluait in re præsenti les conditions d’une nouvelle disposition. Ce lac permet en effet « de transporter par eau jusqu’à la route des blocs de marbre, les produits de la terre, le bois de chauffage et de construction sans grands frais alors que de là le transport par voiture jusqu’à la mer se fait à grande peine et coûte bien plus cher ». A notre avis Pline parle probablement du lac Sophon, long de treize kilomètres et large de cinq, situé selon L. Robert à quinze kilomètres au Nord de Nicomédie : ce lac longe à quelque distance le fleuve Sangarius qui se jette dans le Pont-Euxin. L’intérêt de l’opération ne souffre pas de discussion alors que le coût financier en est fort élevé et placé à la seule charge de la cité comme le fait observer judicieusement L. Vidman dans une de ses Etudes sur la correspondance de Pline le Jeune478. Curieusement, dans le passage 41 :2 le gouverneur de Bithynie nous conte les problèmes matériels de ces constructions en passant totalement sous silence la question du financement. C’est sûrement volontaire car, suivant l’avis de H. von Arnim, l’empereur aurait subventionné plutôt les constructions ou opérations régionales de grande envergure et laissé toute liberté aux villes pour se déterminer en matière de constructions immobilières purement urbaines. Mais il n’est pas sûr que les ponts et viaducs, à l’exception des routes, aient été tous financés par Rome479. En 41 :3 Pline désire que Trajan lui envoie un librator, un niveleur, ou un architecte de qualité afin qu’il « étudie avec soin si le lac est au-dessus du niveau de la mer… » les entrepreneurs locaux prétendant qu’il serait de 40 coudées au-dessus480. L’épître X 42 formule dans sa réponse au sujet du lac de Nicomédie une réserve : elle accepte le principe de travaux en laissant entièrement le gouverneur juge de son utilité publique. Une unique modalité est précisée quant à la demande d’un spécialiste : celui-ci doit demander un expert niveleur à son ami Calpurnius Macer, gouverneur de la Mésie Inférieure481.

  • 482 On peut pencher pour une telle explication si l’on rapproche la teneur des epp. X 61 (demande de li (...)

35Quant aux précisions données dans le § 4 de la lettre 41 (« Quant à moi dans les parages je trouve un canal percé par un roi, mais on ne sait s’il a été fait pour colliger l’eau… car il est inachevé.. »). Trajan ne les reprend pas. Il ne paraît guère s’intéresser à la découverte de son procurateur-légat et seul le préoccupe le fait que le contenu du lac ne soit point déversé dans la mer. La solution est logique en apparence mais elle n’entend pas résoudre le problème de Pline qui cherche à se documenter sur les raisons qui ont fait abandonner jadis ce projet. Par ailleurs on sait que la réalisation du canal qui devait rejoindre le lacus Sunonensis au Pont-Euxin ne verra jamais le jour. L’étude de F. Gardner Moore citée en note (97 -111) rappelle que l’on connaissait alors le système des écluses dont il aurait fallu se servir présentement et que, malgré ces connaissances techniques, le projet n’a jamais été réalisé, même sous Justinien. Les motifs d’abandon étaient-ils purement techniques ou relevaient-ils de la finance ? La chancellerie romaine n’a donc pas été d’un grand secours dans ce type d’affaire car il est possible que la documentation impériale du Bureau des Archives s’avère limitée482.

36Enfin, à l’occasion de l’épître X 90 nous assistons à l’exposé d’un problème lié au manque d’eau pour les habitants de Sinope. Les autorités « municipales » ont convaincu leur gouverneur de l’intérêt de construire de toute urgence un aqueduc pour s’approvisionner à seize milles de la ville. Malheureusement « il y a au départ même de la source sur un peu plus de mille pas un terrain peu sûr et mou ». Ce terrain a été examiné au préalable. Là encore, la réponse brève de l’empereur ne fait que reprendre l’argumentation initiale en établissant comme principe que le gouverneur est seul juge de l’opportunité de l’ouvrage. De plus, les frais de l’opération doivent être placés à la seule charge des habitants de Sinope. L’aqueduc ne constitue pas en soi un ouvrage public provincial mais seulement un aménagement local d’intérêt urbain même s’il s’étale sur la campagne avoisinante.

  • 483 Sur Thamugadi : C.I.L., VIII 17843 (Timgad, 10 apr. J.-C., sous la légation de L. Munatius Gallus L (...)
  • 484 Liste des principales routes dans R. CHEVALIER, Les voies romaines, Paris, 1972, 148-180 (V. Annexe (...)
  • 485 V. C.I.L. 14149 (=DESSAU, I.L.S. 5835) : « L’empereur César Nerva Trajan Germanique Dacique… après (...)
  • 486 C.I.L. VIII 2728 (=DESSAU, I.L.S., 5795) : « Je suis parti [de Lambèse]. Durant mon voyage, j’ai ét (...)

37D’ailleurs les travaux de grande importance ont toujours nécessité l’emploi non seulement d’une main d’œuvre considérable mais aussi l’utilisation d’un personnel qualifié comme en témoignent sous Trajan la construction de la colonie Marciane Trajane Thamugadi par la IIIe légion Auguste et plus tard les travaux routiers entre Carthage et Théveste483 quoiqu’il s’agit là d’une longue tradition puisque l’Orient était traversé par de nombreuses voies allant d’Ouest en Est dès l’époque flavienne484. Il en va de même en Syrie, où sur ordre impérial, on avait ouvert et pavé une route allant de la Bithynie jusqu’à la mer Rouge485. On pourrait multiplier les exemples. La vie des hommes accompagne cette immense entreprise civilisatrice puisque nous connaissons les aventures malheureuses d’un ingénieur en Afrique qui nous sont contées par l’inscription d’El Kantara486.

  • 487 Déjà H. von ARNIM n’excluait pas en X 81-82 un dépôt de plainte contre Dion de Pruse lors de son pr (...)
  • 488 L. VIDMAN (ouvr. cit., 77-79) pose quelques restrictives : « Nous essayerons d’identifier topograph (...)

38Mais à la vie des hommes, à la répartition des tâches, il faut joindre les méthodes, les techniques avancées et savantes et la connaissance de l’emploi des instruments indispensables pour se livrer à des calculs compliqués (e.g. Vitruve, De architectura, VIII, 5 :6). Aussi n’est-on pas surpris de constater que Pline demande en X 17b un géomètre compétent : « Maître, vois si tu le juges nécessaire d’envoyer ici un ingénieur ». G. Gozzo qui s’est penché sur l’Ingegneria romana cite notamment l’épître X 39 :4 dont on a parlé plus haut à propos de la rivalité des architectes. Le gouverneur y affirme incidemment que les travaux entrepris l’avaient été par quelqu’un d’incompétent : « Ceci est une œuvre dont le plan est mauvais, une œuvre sans unité ! » Comment être plus explicite ? Il est vrai qu’à cette époque chaque ville disposait d’un ou de deux architectes installés à demeure dans la cité ? Le phénomène de rivalité dénoncé plus haut par l’Epistolier explique cette apparente incapacité : on économise sur tout, les matériaux, les dimensions des ouvrages publics, l’épaisseur des murs487 … Dans de telles conditions on ne s’étonnera pas de l’ampleur du désastre causé par les tremblements de terre sous le règne d’Hadrien ainsi que de la faiblesse des vestiges mis au jour488.

  • 489 Cf. travaux de P. GROS, Le schéma vitruvien du théâtre latin et sa signification dans le système no (...)
  • 490 X 23(24) :2 : « primum ea quam reuocare a priuatis et exigere iam coepi… »
  • 491 X 54(62) :l : « Pecunia publicae… prouidentia tua et ministerio nostro et iam exactae sunt et exigu (...)
  • 492 V. C.r. de SHERWIN-WHITE, Journ. Rom. Stud., 1964, 204.

39A la lecture des lettres de Pline on s’aperçoit qu’il est souvent question pour éviter le gaspillage de faire venir des architectes ou des ingénieurs pour mener à bien, le plus possible, de façon impartiale, la réalisation de travaux publics importants. Aussitôt arrivé dans sa province le nouveau proconsul constate qu’il pouvait récupérer sur les entrepreneurs des sommes non négligeables : « Il me semble, dit-il, que l’on pourrait récupérer sur les entrepreneurs des sommes non sans importance si le contrôle s’exerçait avec exactitude. C’est du moins ce que je pense d’après les finances des Prusiens qui sont actuellement toute mon occupation ». Cette conviction d’excès et d’abus dans le maniement des fonds rejoint celle avancée en amont du contrôle de la qualité des travaux de construction. En X 39 notre gouverneur rapporte que le théâtre de Nicée -dont la construction n’est même pas achevée -comporte d’immenses fissures qui le font s’affaisser et… s’entrouvrir489. Les abus des professionnels -tout autant que leur incompétence, à notre avis -sont légions. Aussi, il nous faut saluer avec soulagement mais un peu tardivement sans doute, l’intention du proconsul de diligenter des actions récupératoires en matière de deniers des cités. Pline affirme par exemple que, pour les bains de Pruse, il y aura de l’argent (pour le faire) et « d’abord celui [qu’il a] commencé à réclamer et à faire restituer aux particuliers490 ». Plus loin, la même idée réapparaît : « Maître, ta prévoyance et nos soins ont déjà fait ou sont en train de faire rentrer les deniers publics491 ». A titre d’ultime illustration, rappelons encore un épisode relaté avec fidélité à l’empereur : il s’agit des travaux entrepris pour l’adduction d’eau pour les Nicomédiens en X 37 et 39 : « Theatrum imperfectum tamen…amplius contiens hausit, uereor ne frustra ». Or, ceux-ci « ont dépensé 3 318 000 HS » pour un « aqueduc « qui jusqu’ici n’a pas été terminé, a été abandonné et même démoli. On en a à nouveau « pour un autre aqueduc dépensé 200 000. Ce dernier a été abandonné aussi et il faut un nouveau crédit pour fournir de l’eau à des gens qui ont gaspillé tant d’argent ». Naguère, Polverini dans son étude sur les Cités dans l’Empire estimait très justement que le rôle des villes grecques d’Asie Mineure avait été déterminant et que leur politique de folle grandeur les avait ainsi menées à une crise fatale d’endettement. Les textes de Pline sur lesquels on se fonde étayent indiscutablement cette vision mais ce n’est sans doute qu’au début du IIIe siècle que l’essoufflement se fera cette fois-ci définitivement sentir. En attendant ce déclin économique durable cette précieuse correspondance gouvernementale témoigne probablement du dernier siècle de grandeur et de prospérité des cités d’Asie Mineure septentrionale492.

  • 493 VITRUVE, ouvr. cit., chap. De librationibus aquarum, VIII 5 - Même idée chez FRONTIN, au début de s (...)

40Les rapports de Pline à Trajan comportent le plus souvent, à l’issue de la présentation des faits une opinion personnelle, un avis, une interrogation en application de la règle posée par l’Administrateur fidèle de omnia de quibus subito ad te referre rappelée expressément en X 96 :l. Reprenons ici quelques missives. En X 39 :4, par exemple, on a vu exposé plus haut que, s’agissant de la construction du nouveau gymnase de Nicée, un projet beaucoup plus vaste et onéreux avait déjà fait s’élever les dépenses et « qu’il est à redouter que ce soit sans grande utilité. C’est une œuvre dont le plan est mauvais… une œuvre sans unité ». Pline semble disposer de quelque connaissance sur la question. A-t-il lu Vitruve V II ? En revanche, pour l’aqueduc de Nicomédie, alors que l’opération financière s’avère autant scandaleuse que ruineuse il tient à préciser : « « ( :3) Mais surtout il est nécessaire que tu envoies ou un ingénieur des eaux493 ou un architecte, pour éviter le retour de ce est qui arrivé. Ce que je puis affirmer, c’est que l’ouvrage est utile et que sa beauté sont tout à fait dignes de ton règne (X 41 :3) ». Pour le lac de Nicomédie dont on a dit que les travaux constituaient un véritable aménagement du territoire, Pline conclut en X 41 :2 par ces conseils insistants : « Il y a tout lieu d’espérer que tous se mettraient volontiers à un travail dont tous profiteraient… » poursuivant plus loin « ( :5) Mais ce fait même -tu permettras que le soin de ta gloire me rende ambitieux -m’incite et m’excite à désirer que tu mènes à terme ce que les rois n’ont pu que commencer ». De la même manière, pour l’installation d’un cloaque à Amastris (ép. X 98(99)) le gouverneur est-il conduit à livrer son opinion sur l’état actuel des évacuations citadines : « ( :1) Maître, la cité d’Amastris (la capitale de l’Ora Pontica) aussi élégante que jolie possède, parmi les plus beaux ornements d’une place magnifique et très profonde… [traversée] par un fleuve, mais qui n’est en réalité que le plus affreux des cloaques : c’est une honte tant l’aspect est repoussant, une infection tant l’odeur est immonde. ( :2) Il en résulte que le couvrir est une question d’hygiène autant que d’esthétique ; ce qui sera fait si tu le permets… » Salubrité, hygiène esthétique, voilà des notions dont la modernité est éclatante. Trajan répond d’ailleurs fréquemment dans le sens de son subordonné tout en reprenant ses propres termes : « Rationis est… contegi aquam istam quae per ciuitatem Amastrianorum fluit, si intecta salubritati obest ». Une chose est donc la question de l’utilité publique, une autre, celle de l’ordonnancement des travaux et du déblocage des fonds qui relèvent « souverainement » des agents décentralisés. L. Vidman, à propos du contrôle de tutelle, rappelle que « Pline ne demandait à l’empereur que la permission d’une nouvelle construction ou la permission de pouvoir continuer celle déjà commencée, mais qui coûtait infiniment plus d’argent (Ep. X 99(100) ; il ne demandait pas la permission de la construction qui s’effectuait normalement et était assurée quant au financement, par exemple, l’agora de Nicomédie évoquée en X 49 ».

41Il est donc permis de conclure que, à l’évidence, l’administration romaine ne demeure pas insensible aux questions de salubrité, d’hygiène et d’esthétique, chères aux urbanistes depuis Hippodame de Milet. La mission de correction ou de surveillance des cités s’exerce non seulement en vertu du bon sens mais encore avec le souci toujours renouvelé de l’administration romaine d’être proche des problèmes quotidiens des administrés. Le contrôle des principaux acteurs de la société porte essentiellement sur la régulation de l’activité et n’a pas le but contraignant qui pourrait être celui d’une puissance occupante tatillonne et jalouse de ses prérogatives. La liberté des administrations locales demeure encore la règle, en raison de la loi de Pompée, même s’il s’agit en effet d’une liberté surveillée.

II - L’ADMINISTRATION DE LA JUSTICE, DE QUELQUES DÉVELOPPEMENTS EN MATIÈRE CRIMINELLE, CIVILE ET DE RECOURS JURIDICTIONNELS

  • 494 Comp. avec SUETONE, Tib., LXVIII ; TACITE, Ann. II 74.

421 - La circonscription judiciaire de base où l’on rend la justice est traditionnellement le conuentus ou diocèse. Le gouverneur se déplace dans « sa » province et tient des assises dans les villes importantes, les différents chefs-lieux. La lettre X 81 nous fournit un bon exemple à propos des accusations portées contre le célèbre Dion de Pruse de l’Olympe. Pline déclare à son sujet : « Maître, comme à Pruse de l’Olympe j’expédiais certaines affaires dans la maison où je logeais… le magistrat m’informa que Claudius Eumolpus en appelait (Appellatum me) à mon tribunal ». L’affaire concernait la livraison d’un ouvrage non conforme à un cahier des charges préalable494. On remarquera à ce propos que le gouverneur ne se saisit pas lui-même mais est saisi de l’affaire par un magistrat local : « Asclepiadès magistratus indicauit… » Est-ce là une application avant la lettre de la maxime tardive ne iudex procedat ex officio ? Il est vrai qu’à Rome le préteur depuis longtemps ne statuait pas lui même et « donnait » un juge pour trancher le différend. Le demandeur désire que le gouverneur évoque l’affaire sur-le-champ et ce dernier accepte de remettre son départ.

  • 495 Comp. la solution de X 82(86) :l et :2 avec Pan, XLII :1. V. supra 40-44.

43Toutefois cela nécessite un délai raisonnable en vue d’instruire la cause et de mettre l’affaire en état d’être jugée. Aussi, en 81 :4 Pline répond qu’il la transmettra au siège de Nicomédie. La cause suit la personne du gouverneur en quelque lieu qu’il se trouve. Sur place l’une des parties « exige » un jugement définitif alors que l’autre réclame de nouveau un report d’audience. Comme le litige semble d’importance, Sécundus Plinius impose d’office à chacune des parties de confectionner un mémoire ampliatif soit en demande soit en défense. Les délais et la mise par écrit de la procédure concourent à faire respecter la règle du contradictoire. De plus, s’agissant d’une affaire « où il y va de « l’exemple (81 :5) » Pline utilise ce temps pour présenter les faits de cette affaire à l’empereur. La réponse de ce dernier est claire : il ne saurait être question de « n’assurer le respect de son nom ni par la crainte, ou la terreur, ni par des accusations de lèse-majesté ». Et de prier son représentant d’abandonner de suite toute information et de procéder même à un arrêt de rejet. Le prince reste fidèle à sa volonté de ne plus recourir aux pratiques détestables du règne de Domitien495.

44En règle générale le gouverneur s’entoure de iudices qui l’assistent afin de constituer une juridiction le plus souvent criminelle. On relèvera qu’en matière administrative et pour les finances publiques (par exemple sur la question du privilège fiscal des habitants de Nicée), Trajan invite « son cher Sécundus à [réunir] toutes les personnes que cette même affaire concerne, adjoins-toi les procurateurs Virdius Gemellinus et Epimachus, mon affranchi et, après avoir pesé aussi les arguments contraires, vous « déciderez ce que vous croirez le meilleur ». Les tournées judiciaires ou audiences foraines de Pline sont nombreuses la première année, ce qu’a très justement démontré Wilcken avec érudition jadis pour les déplacements du gouverneur en Bithynie. Ils s’expliquent en partie par les difficultés de juger de loin telle ou telle cause ou encore pour des raisons de politique locale (présence du proconsul dans les villes de diocèse). Donnons ici, selon les indications de Wilcken un tableau récapitulatif de ces principaux déplacements :

45Epîtres localités

46X 17 – 18 Pruse

47X19 – 20 lieu impossible à fixer

48X21 – 22 Nicomédie

49X 32 – 33 premier voyage provincial

50X 33 – 42 retour à Nicomédie à Nicée, Claudiopolis au cours du premier voyage

51X 43 – 48 deuxième voyage à Byzance et à Apamée

52X 49 – 57 retour à Nicomédie

53X 58 – 60 déplacement probable à Pruse

54X 60 – 66 retour à Nicomédie

55X 67 – 84 troisième voyage à Nicée -Pruse -Juliopolis de nouveau Pruse et Nicée

56X 85 – 89 retour à Nicomédie Grand voyage dans le Pont en 112 - 113 de n.è. Héraclèa, Tima

57X 98 Amastris

58X 90 Sinope

59X 92 – 93 Amisos

60X 114 – 120 retour en Bithynie

  • 496 Sur les déplacements de Pline et Pont et Bithynie, WILCKEN, Plinius’Reisen in Bithynien, Hermès t. (...)

61X 67 – 84 troisième voyage à Nicée Pruse, Juliopolis, de nouveau Pruse et Nicée496

  • 497 Dans Klio, t. XIX, 1925, 165-168 - Nicée devait disputer jalousement la premièreplace à Nicomédie c (...)

62Pline séjournait le plus souvent à Nicomédie et à Nicée, mais surtout dans la première qui sans aucun doute devait être la capitale « néocore » de la Bithynie comme tendait à le démontrer J. Solch qui situait ici le Κοινον βιθυνιας près du temple d’Auguste et de la garnison497. Mais les déplacements de Pline étaient-ils une bonne chose pour l’administration de la justice ? On peut légitimement se poser la question dans la mesure où nos systèmes judiciaires contemporains ont quasiment abandonné l’institution des assises ou le système anglo-saxon du « judicial circuit court » qui existe encore sporadiquement aux Etats-Unis pour les causes de faible importance (justice of the peace de la common law). On doit cependant tenir compte que dans l’Asie-Mineure, comme ailleurs sous l’Empire, les principaux motifs qui fondent l’argumentation vraisemblablement des accusateurs les poussent à changer de localité pour des raisons de suspicion légitime. A Pruse, Dion connaissait certainement trop de monde pour être facilement attaqué personnellement, mis en accusation puis condamné sans provoquer un mouvement d’opinion dans la cité. On sait que Nicée la (Victorieuse), la seconde ville de Bithynie, est éloignée de 60 kilomètres de Pruse. La qualité de cette ville, son histoire, réclamaient également et très certainement la présence orgueilleuse du gouverneur et de son secrétariat.

  • 498 Sur la constitution de jurys mixtes (Romains et Hellènes en Cyrénaïque, F. de VISSCHER, La justice (...)
  • 499 Sur ce personnage, R. E., VI, 2, 2533.
  • 500 Dans l’ordre de la collection Budé : l° la lettre de Domitien à Térentius Maximus, 2° du même à Lap (...)
  • 501 Sur les querelles d’Archippus, G ; SAUTEL, Aspects juridiques d’une querelle de philosophes au IIe (...)
  • 502 H. von ARNIM, Leben und Verke… 511.

63Nous avons, grâce à l’affaire du philosophe Archippus, quelques renseignements supplémentaires sur la procédure exceptionnelle des jurys d’assises. En effet, Pline avait souvent participé à des iudicia ordinaires puis peut être, plus rarement, à des cognitiones extra ordinem réservés à l’empereur ou à des magistrats dépendant de lui : les Chrétiens furent de plus en plus soumis à de telles cognitiones à la fin du premier siècle498. A ce sujet Pline déclare à son empereur : « Maître, comme je faisais l’appel des jurés au moment de tenir mes assises, Flavius Archippus demanda d’être excusé en tant que philosophe (X 58(66)499 » Ce passage a l’intérêt de nous renseigner sur la composition de telles formations de jugement. Mais l’affaire se complique à l’extrême lorsqu’« il y en eut pour dire qu’il fallait non pas le [Archippus] dispenser, en raison de sa qualité, de l’obligation de siéger, mais le rayer définitivement du nombre des jurés et lui faire purger la peine à laquelle il avait échappé par évasion ». Il est vrai que le dit Archippus aurait été convaincu naguère de crime de faux et condamné aux mines par sentences du proconsul Velius Paulus. Il ne participa donc pas au jury et un rapport circonstancié fut immédiatement expédié à Rome, comprenant plusieurs pièces500 et un mémoire de Furia Prima, l’accusatrice. Par ailleurs, les auteurs contemporains ont relevé à bon droit que les philosophes de ce temps avaient eu maille à partir avec le pouvoir politique d’une part, et donc, avec la justice, d’autre part. Nous y ajouterons aussi les nombreuses querelles qui sans cesse les opposaient à leurs confrères, sans doute, par esprit de rivalité ! Lesquelles disputes trouvaient un épilogue plus ou moins heureux devant les instances de la justice gouvernementale501. Un auteur va dire que l’on allait « jusqu’à régler des comptes502 ».

  • 503 En ce sens, J. GAGE, ouvr. cit., 182 (sur les symptômes de crise des institutions municipales et le (...)

64Pour en revenir au cas d’Archippus, le rapport de Pline rappelle que ce dernier « n’avançait rien qui nous montrât qu’il eût été amnistié ; toutefois il alléguait comme preuve de cette amnistie et le mémoire adressé par lui à Domitien et des lettres de Domitien en son honneur et un décret des Prusiens. Il ajoutait à cela une lettre que tu lui as écrite et un édit et une lettre de ton père, par lesquels celui-ci avait confirmé les faveurs qu’il tenait de Domitien (cf. X 58 :3) ». Les témoignages de moralité émanent du milieu politique le plus élevé… dans ces conditions comment poursuivre un tel personnage sans porter ombrage au propre règne du nouveau maître de la terre ? La solution adoptée par Trajan, dès lors, était la seule concevable (Ep. X 60568) :l) et épargnait à la justice de s’égarer dans les querelles de personnes ou les pressions entre bourgeoisies locales503.

  • 504 R. SZAMKIEWICZ, ouvr. cit., t. II 523ss - H. G. PFLAUM, Les procurateurs équestres… l’auteur consid (...)
  • 505 E. ARDAILLON, Metalla, Dar.-Saglio, III, 1918, 1840-1873 - ORTH, Berghau, R. E. (suppl.), IV, 1924, (...)
  • 506 Gli atti dei martiri come documenti processuali, Milan, 1973, 3-40.
  • 507 J. COLIN, ouvr. cit., 108-147 (de l’influence des clameurs de la foule sur la suite de la procédure (...)

65On admet traditionnellement que la condamnation à mort peut être prononcée par tout gouverneur de province en vertu de son ius gladii504. De même les condamnations aux mines et jeux du cirque (in opus damnati) sont choses fréquentes en ces temps : Archippus n’a-t-il pas été lui-même condamné ad metalla pour crime de faux ! D’autres passages de la Correspondance témoignent de la fréquence de telles sanctions pénales (sur les damnatos in metallum : Ep. II 11 :8). Outre des articles anciens qui traitent de cette question505 nous ne possédons pas vraiment de récente synthèse : les chrétiens ont par exemple -comme les Juifs -subi de telles peines d’après G. Lanata506. J. Colin a rappelé le terrible et tout-puissant procédé de l’acclamation populaire qui constituait en fait dans tout l’Orient ancien une coutume citadine, coutume qui se poursuit sous le Haut-Empire. De fait, les gouverneurs et procurateurs observent le rite de l’épiboésis en maints endroits soit en vue d’élargir un condamné, soit pour faire choisir au peuple un individu à condamner à la peine capitale parmi plusieurs accusés507.

  • 508 J. GAUDEMET, La juridiction… 348 (ce délai de deux ans permet d’agir ex integro).
  • 509 Le droit des gouverneurs de condamner à la peine de la relégation est signalé par un texte d’ULPIEN (...)

66La peine de la relégation dont on a parlé à plusieurs reprises dans nos développements était prononcée par les gouverneurs. En X 56, par exemple, il est dit « ( :2) qu’un homme est venu me trouver et m’a fait savoir que ses adversaires relégués par le très honorable Servilius Galvus pour trois ans, restaient dans la province… » et plus loin il ajoute « (57 :4) Car j’ai aussi à juger cette espèce. On m’a déféré un condamné relégué à perpétuité par le proconsul Julius Bassus. Sachant que les actes de Bassus avaient été cassés (Ego, quia sciebam acta Bassi rescissa…) j’ai demandé à ce relégué s’il s’était présenté devant le proconsul et lui avait exposé son cas. Il m’a dit que non ». L’individu semble ne pas avoir profité du délai préfixe de deux ans pour agir508, délai dont fait mention la réponse impériale pour faire appel des actes de l’administration de Julius Bassus. En ce cas bien précis « il faut l’envoyer avec les menottes aux préfets de mon prétoire509 ». Il ne suffit pas de lui faire purger sa peine, qu’il a éludée par sa contumace. On dirait de nos jours que ce relégué était coupable de rupture de ban.

  • 510 En ce sens J. N. HOUGH, A few inefficiencies in Roman provincial administration, Class. Journ. XXXV (...)

67L’organisation pénitentiaire à l’arrivée de Pline laissait grandement à désirer dans la mesure où l’application des peines par les coupables était effectuée avec un « libéralisme » surprenant de prime abord. Il suffit de se reporter aux épîtres X 31 et 32 pour s’en convaincre. Dans la première, il apparaît que les condamnés sont employés comme esclaves publics d’après 31 :2 : « Dans la plupart des cités, surtout à Nicomédie et à Nicée, des condamnés aux travaux forcés ou à la gladiature ou à des peines semblables tiennent lieu et place d’esclaves publics, et même comme tels reçoivent des gages… » En X 32 Trajan rappelle à son légat que s’il a été envoyé dans cette province, c’est bien parce qu’il est apparu de nombreux abus à y réformer. En conséquence « ( :2) ceux qui ont été condamnés depuis ces dix dernières années et qui ont été libérés sans ordre supérieur valable, il faudra leur faire purger leur peine ». L’application de celles-ci est jugée scandaleuse compte-tenu de la sévérité du temps et du laxisme grec510

  • 511 Cf. rappel de l’Ep. X 32(41) :l : « Meminerimus idcirco te in istam prouinciam missum, quoniam mult (...)

68La même épître X 31 :4 expose in fine le problème des remises de peine. Il s’agit des individus qui, quoique ayant été condamnés, prétendent avoir fait l’objet d’un élargissement. Le gouverneur dispose bien des « arrêts » les condamnant mais d’aucun document justifiant de leur grâce. Toutefois, est-il précisé, « certains disent qu’ils avaient été mis en liberté sur leurs supplications par ordre des proconsuls ou des légats ». Ce qui rend le fait plausible, c’est qu’il est vraisemblable que personne n’aurait osé agir ainsi sans ordre supérieur. Soit ! Mais la réponse de Trajan énoncée plus haut pour l’exécution normale des peines s’applique également à ceux qui prétendent avoir été élargis sans preuve : « Ceux qui ont été condamnés depuis des dix dernières années et qui ont été libérés sans ordre supérieur valable… » devront purger leur peine. Il est normal que la preuve de remise en liberté soit rapportée par écrit. Là où Trajan ne distingue pas… Pline doit lui aussi agir sans distinguer… curieuse application avant la lettre de la vieille maxime ubi lex non distinguit… En conséquence, notre gouverneur aura à cœur de supprimer en ce domaine un des nombreux abus qui frappent la province511.

  • 512 ouvr. cit., 3.
  • 513 Pour s’en convaincre ép. X 25 préc. : arrivée de Servilius Pudens.
  • 514 Sur la nécessité de la présence d’un legatus ad ordinandum [uel] corrigendum en Bithynie, M. N. TOD (...)

69L’amnistie et plus fréquemment la grâce constituent des procédés « légaux » assez largement répandus à cette époque, et donc, bien évidemment susceptibles d’abus. L’épître X 31 déjà citée plus haut fait mention de l’institution puisque le gouverneur affirme la chose suivante : « ( :5) On m’a bien présenté les arrêts les condamnant, mais aucun document [qui] prouvât leur grâce ». La remise de peine par les gouverneurs était chose fréquente dans l’antiquité si l’on en croit L. Homo qui déclare que « représentant de l’empereur, les gouverneurs impériaux en incarnaient, par délégation, l’imperium complet… civil, militaire et judiciaire512… » Mais les preuves écrites faisaient comme on l’a vu défaut. Pline rapporte ainsi : « Certains disaient qu’ils avaient été mis en liberté sur leurs supplications par ordre des proconsuls ou des légats (qui ne sont en Bithynie, pourtant province sénatoriale, que des agents subalternes des proconsuls513) ce qui rend le fait plausible, c’est qu’il est vraisemblable que personne « n’aurait osé agir sans ordre supérieur514 ». On a déjà vu ce que valait cet argument psycho-sociologique puisque l’empereur ou sa chancellerie juge inopportun de le retenir. Dans l’affaire du philosophe Archippus un problème identique se pose au sujet de la composition d’un jury criminel : ce dernier avait été condamné aux mines mais la réalité des faits était toute différente. Nous ne sommes pas loin de penser que de par ses relations nombreuses et influentes il en était arrivé à éluder la peine sans être pour autant véritablement amnistié ou gracié. Seuls les papiers domestiques du célèbre rhéteur plaident dans le sens de l’existence d’une décision de clémence prise à son égard. Et encore elle n’apparaît pas expressément puisqu’il n’y en a pas trace dans les archives gubernatoriales…. Or, dans l’affaire Archippus la réponse de Trajan impliquerait une mesure ancienne de clémence pour un double motif : l° en raison du doute, il convient d’admettre in mitius que la sentence de Paulus a bien été rapportée, 2° en raison même du caractère et de la personnalité « remarquable » du philosophe qui a reçu plus d’une fois selon le texte des statues honorifiques. Déjà, on notera que la Politique interférait dans le domaine de la Justice, l’un et l’autre ne faisant, comme de nos jours, pas toujours bon ménage. Il est vrai qu’on ne peut pas toujours rétablir l’ordre public social et condamner les élites locales. On touche de près le « subtil doigté » de la politique orientaliste de Rome.

  • 515 On connaît relativement peu de chose sur le culte impérial en Orient (D. MAGIE, Roman Rule…1298 ss (...)
  • 516 La lettre fait supposer à bon droit une alliance entre Daces et Parthes selon J. GUEY, (ouvr. cit, (...)

70Il nous faut porter notre attention à présent sur le droit d’asile. Beaucoup de civilisations ont connu des lieux sacrés où il était impossible à la justice humaine de s’exercer pleinement. Le moyen-âge européen, plus récemment, a limité l’action du bras séculier dans les lieux saints ou de pèlerinage et plus tard sur les campus universitaires… Cette pratique nous vient de l’Antiquité où existait déjà un droit d’asile en général (les temples) ou d’asile ad statuam, en particulier. Celui-ci est attesté en X 74. Un soldat écrit à Pline « qu’un certain Callidromus s’est, alors qu’il était détenu par les boulangers Maximus et Dionysus, à qui il avait loué ses services, réfugié au pied de ta statue515 ; conduit devant les magistrats, il a révélé qu’il avait été jadis l’esclave de Labérius Maximus516, qu’il avait été fait prisonnier par Susagus en Mésie, et envoyé en cadeau par Décébale à Pacorus roi des Parthes, qu’il est resté plusieurs années à son service, ensuite qu’il s’est enfui et que c’est ainsi qu’il a fini par arriver à Nicomédie ».

  • 517 Ouvr. cit., XI n. 2.

71Il s’agit donc d’un esclave fugitif et l’on ne sait trop si les boulangers Maximus et Dionysus entendaient exercer sur lui un droit de suite. Toutefois, aux yeux du gouverneur, cette affaire revêt une importance politique ; il décide de transférer cet individu, accompagné d’un camée représentant Pacorus avec ses insignes, ainsi qu’une pépite d’or prétendument rapportée des mines parthiques, le tout scellé du cachet de son anneau… Tout cela semble bien mystérieux d’autant plus, comme l’indique judicieusement M. Durry dans une note, qu’« on remarquera que pour les trois lettres concernant les Parthes (à savoir les épîtres X 74, 63 et 64) les réponses de Trajan ont été retirées de la collection517 ».

  • 518 X 19(30) :1 : « Rogo, domine, consilio me rogas haesitantem utrum per publicos ciuitatium seruos. »
  • 519 La situation juridique des esclaves publics a été étudiée par L. HALKIN, Les esclaves publics chez (...)
  • 520 J. NOVAKOVA, Devêt kapitol o tak zvaném stribrném vêku rimskê slovesnosti, Pragues, 1953, spéc. 20- (...)
  • 521 En ce sens, L. VIDMAN, ouvr. cit., 83 : le déclin (relatif) de l’esclavage dans les deux premiers s (...)

72La présence d’esclaves publics (serui publici) peut de prime abord sembler surprenante. Elle nous est révélée notamment dans un passage de l’épître X 19 : « ( :l) Maître… dois-je faire garder les prisons par les esclaves publics des communes comme on l’a fait jusqu’ici ou par des soldats ? Je crains d’un côté que des esclaves publics n’exercent pas bien la garde518… » Or, l’existence d’esclaves publics n’a rien d’extraordinaire à l’époque puisque les administrations en disposaient également pour la voirie ou pour l’entretien des rives des fleuves ou des cirques519. Mais en X 31 ce sont les condamnés de droit commun aux travaux forcés ou à la gladiature qui tiennent cette fois-ci lieu et fonction d’esclaves publics. Cette pratique ancienne, puisque l’on note la présence de « vieux condamnés » ou de « vieux réservés » à de telles tâches, ne paraît pas convenable à Pline. En un mot : c’est le monde à l’envers ! Les esclaves publics gardent les prisonniers et il semble que cet usage relevé en X 31 irait contra legem pour ceux qui devraient purger une telle peine. Les condamnés agissent et perçoivent des gages en travaillant comme esclaves publics. Au-delà de ces constatations on a de justes motifs de se poser la question suivante : un manque avéré d’esclaves publics se faisait-il sentir dans les villes d’Asie Mineure ? Les historiens. Novakova et Maksimova l’ont supposé520 d’après le rapprochement des épîtres 19 et 20 et 29 et 30. Le fait que les condamnés perçoivent un salaire laisse entendre que les édiles municipaux étaient sur ce point satisfaits de tels arrangements. Par ailleurs, poussés par une naturelle ambition, la gent servile aspirait sans doute à changer de condition et s’opérait ainsi une espèce de phénomène de fuite, les esclaves s’engageant frauduleusement dans l’armée ; quant à la discipline des esclaves nous ne sommes pas loin de penser que dans la partie orientale de l’empire, elle devait être particulièrement relâchée et que souvent une distinction « précise ne pouvait être faite entre l’esclave et l’homme libre » de humble condition521.

73L’exécution des peines « ou plutôt leur non-exécution » (Gaudemet) constitue un grave abus mais, comme nous venons de le voir, un autre bien plus grave se dessine lorsque des esclaves publics gardent eux-mêmes les prisonniers. Sont-ils eux aussi d’anciens condamnés ? Pline craint que les esclaves publics n’exercent qu’insuffisamment leur garde. Il ajoute : « D’un autre côté, l’emploi de soldats pour la garde des prisonniers les éloigne de leur enseigne. Surtout, une garde conjointe pourrait permettre aux « uns de rejeter une faute de service sur les autres ». Que faire ? La relation à Trajan est donc fondée et la réponse impériale ne peut que reprendre l’argumentation avancée par Pline qui opte ainsi pour le maintien de la coutume locale : « ( :l) … il n’est pas besoin pour la garde des prisonniers d’employer beaucoup de soldats. Respectons l’habitude de ta province où ils sont gardés par des esclaves publics ». L’économie de moyens est un trait déterminant de l’administration romaine et demeure toujours la règle en ce début du IIe siècle. La formule suivante résonne comme un impérieux conseil voire une sorte de mise en garde : « Il dépend de ta sévérité et de ta diligence qu’ils s’acquittent bien de leurs fonctions ». Si l’on admet que les soldats ne doivent pas - ou le moins possible - être éloignés de leurs unités, la garde des prisonniers incombe alors aux seuls esclaves des cités ou aux agents préposés par les régisseurs ou adjudicataires des travaux publics qui employaient volontiers des condamnés comme il apparaît en X 32 :2 in fine : solent enim eius modi ad balineum, ad purgationes cloacarum, item munitiones uiarum et uicorum dari ». Par la suite, les soldats seront de plus en plus chargés de la garde des prisonniers.

742 - La justice civile apparaît à l’occasion de diverses questions qu’il nous faut à présent aborder.

  • 522 Ep. X 74 :2 : « Quem ego perductum ad me, cum eadem narrasset, mittendum ad te putaui… »
  • 523 Sur la partie sombre de cette affaire : point de vue de J. GAUDEMET, La juridiction prov., préc., 3 (...)

75La lettre X 74 signale un litige de droit privé qui porte sur la liberté d’un individu (causa liberalis). Un certain Callidromus avait loué ses services à deux boulangers. Nous avons vu antérieurement à propos du droit d’asile ad statuam qu’il avait finalement reconnu n’être qu’un esclave d’un général de Trajan pendant les guerres daciques et, qu’ayant été envoyé au roi des Parthes, il avait fui. Il s’agit donc bien d’un esclave fugitif puisqu’il reconnaît les faits devant Pline, tout en lui exposant ses nombreux avatars522. Toutefois nous ignorons la profonde dimension -en partie cachée -de ce litige qui ne ressortit pas entièrement au droit privé523.

  • 524 Ep. X 62(77) in fine (… quibus proconsules praesunt…) - De manière générale il n’est pas facile, se (...)

76Pline s’adresse donc à Trajan pour exposer des questions relatives à la fois à la reconnaissance d’enfants et à la restitution des droits de naissance. A la vérité, il lui arrive de douter de sa compétence et demande au pouvoir central de trancher quelque différend ; ainsi en X 72 : « Quelques personnes m’ayant demandé de connaître moi-même des affaires de reconnaissance d’enfants et de rétablissement dans les droits de naissance selon la lettre de Domitien à Minicius Rufus et la jurisprudence des proconsuls, j’ai pensé au sénatus-consulte qui concerne le même genre d’affaires » : il ne parle que des provinces qui ont à leur tête des proconsuls524. Ces propos peuvent paraître surprenant car Pline est legatus consulari potestate… et toutefois il n’ose toujours agir en véritable proconsul sans doute pour ne pas déplaire à l’Optimus connu pour être un militaire à l’esprit rugueux pour ne pas dire sourcilleux. Et le gouverneur de poursuivre, ajoutant : « J’ai remis toute l’affaire, maître, jusqu’à ce que tu me signifies laquelle tu veux me voir poursuivre ». Nous remarquons que l’empereur accepte ce jeu puisque dans sa réponse il tranche la question de compétence : aestimabo an debeas cognoscere de agnoscendis liberis et natalibus suis restituendis… » Le comportement de Pline s’adapte sans aucun doute au caractère difficile d’un empereur qui se veut directif.

  • 525 En ce sens E.-M. SCHTAERMAN, ouvr cit., 48-74. L’auteur parle de craintes de révoltes et malgré un (...)

77Des cas de dissimulation d’identité apparaissent ici et là au hasard de la correspondance plinienne. Ainsi, lorsque le soldat Appuleius qui appartient au poste de Nicomédie, écrit à son gouverneur, il a conscience de déférer une cause grave pouvant emporter peine de mort au sujet d’un individu qui cache son identité véritable car il avait loué ses services à des boulangers (X 74(16) :1 (…quibus operas suas locauerat). Un autre cas de dissimulation nous est livré dans l’épître X 29 toujours au sujet d’esclaves qui se sont engagés irrégulièrement dans l’armée Il y est dit notamment que « ( :l) Sempronius Caélianus, jeune homme distingué, m’a envoyé deux esclaves trouvés parmi les recrues ». Il consulte Trajan en sa qualité, rappelle-t-il, de fondateur et de soutien de la discipline militaire. Nous reviendrons ultérieurement sur la question du recrutement mais nous pouvons signaler, d’ores et déjà, à l’appui de cette thèse, que Trajan envisage bien, en troisième position, la possibilité d’un engagement volontaire lorsqu’il déclare : « S’ils sont venus d’eux-mêmes en pleine connaissance de leur condition, il faut les condamner à mort. Et il importe peu qu’ils n’aient pas encore été distribués dans le corps (recrutement et incorporation). Dès le jour où ils ont été reconnus aptes, ils devaient une déclaration exacte sur leur origine (30 :2 in fine) : Ille enim dies, quo primum probati sunt, ueritatem ab iis originis suae exigit. » L’extrême sévérité vient moins de l’engagement irrégulier dans un corps militaire que plutôt de la dissimulation d’identité à une époque, ajoutons-nous, où le nombre d’esclave commence à diminuer525.

  • 526 Ep. X 65(71) :1 : « Magna, domine, et ad totam prouinciam quaestio est de condicione et alimentis e (...)
  • 527 A. CAMERON, Anatolian Studies Buckler, 1939, spéc. 27-62 - E. VOLTERRA, Studi … in onore di E. Best (...)
  • 528 I. S. SVENTSITSKAJA, Esclaves et affranchis dans les localités rurales de la province d’Asie, V. D. (...)
  • 529 Recherches épigr., R. E. A., 1960, 276-285 (sur les communautés de villages indépendantes).
  • 530 CAMERON, art. cit., 49 et NANI, Epigr., 67.
  • 531 L. VIDMAN, art. cit., 85.

78Dans l’affaire dite des enfants exposés (οι Θρεπτοι ) nous sommes en présence de jeunes sujets de toute condition abandonnés dès leur prime enfance. Les tiers qui les recueillent de bonne foi les élèvent à leurs frais mais les traitent comme des esclaves. Une double question se présente à Pline : l° quel est le statut juridique exact ou conditio de ces jeunes gens ? 2° faut-il éventuellement rembourser les frais de nourriture aux « nourriciers526 » ? Le gouverneur prétend qu’il a pris connaissance de diverses constitutions impériales, par exemple de l’édit du divin Auguste aux habitants d’Andania de Méssenie, de l’édit de Vespasien aux Lacédémoniens, de Titus aux Achéens et de Domitien expédiés aux proconsuls Avidius Nigrinus et Arménius Brocchus ainsi qu’aux Lacédémoniens (65 :3) mais qu’il n’a rien trouvé « ni de particulier ni de général qui pût être appliqué aux Bithyniens ». On a lu au gouverneur différents textes dont l’authenticité, dit-il, lui paraissait douteuse. Aussi, pour toutes ces raisons est-il incité à consulter les organismes centraux sur le droit réellement applicable car les textes « sûrs » et « authentiques » doivent se trouver dans « tes » archives (65 :3). Les Threptes étaient-ils nombreux en Asie Mineure ? Vivaient-ils aux côtés des esclaves « normaux » ? Différents auteurs se partagent sur la question tout en posant bien le problème527. En dernier lieu, le problème des threptes ou enfants nourris par les particuliers, le sont d’après les récentes études, également sur les domaines impériaux528. Le phénomène fut très fréquent en Phrygie (pays pauvre) d’après les recherches systématiques de L. Robert529. Les auteurs sont en général d’accord pour reconnaître que ce terme ne recouvre pas une qualification juridique certaine et l’on ne peut distinguer entre différentes sortes de threptes. Ainsi Cameron soutient que le mot relève du langage familial et s’oppose ainsi à toute terminologie juridique. Enfin, que penser de la relation de Pline à Trajan au sujet de ces jeunes gens ? Le problème n’existait-il pas bien avant sa propre légation en Pont et Bithynie ? Cameron et Nani ont soutenu l’hypothèse séduisante que la question des threptes et de leur condition était devenue actuelle à la suite d’une nette dégradation économique dès la fin de l’ère flavienne ou sous les premiers Antonins530. Cela reste d’ailleurs à prouver. Aucune hypothèse, à la vérité, ne domine les autres : les proconsuls prédécesseurs de Pline ont pu fermer les yeux sur une catégorie sociale « dégradée531 » mais on peut croire aussi, si l’on s’en réfère à l’épître X 72, que la question devenait un peu plus d’actualité sous ce dernier gouvernement : « Quelques personnes m’ayant demandé de connaître moi-même des affaires de reconnaissance d’enfants et de rétablissement dans les droits de naissance… » En effet, en sa qualité de juge provincial, le gouverneur avait qualité pour trancher sur de tels litiges dits de liberté.

  • 532 En ce sens, VOLTERRA, L’efficacia delle costituzioni imperiali emanate per le provincie e l’istitut (...)
  • 533 X66(72) :2 :« Et ideo nec adsertionem denegandam iis qui ex eius modi causa in libertatem uindicabu (...)
  • 534 Vindex libertatis, Gymnasium, t. LXXXVI, 1971, 182-188.
  • 535 L. MITTEIS, Reichsrecht und Volksrecht, Leipig, 1891, 107ss et 127-128 : l’intervention de Trajan a (...)

79La solution du prince, c’est-à-dire à quelque chose près le droit applicable, apparaît souvent dans les réponses brèves de Trajan. Il est dit dans une formule lapidaire (la célèbre breuitas romaine !) de l’empereur contenue en X 66 : « La question des enfants nés libres et exposés, puis recueillis et élevés dans l’esclavage, a souvent été traitée mais… rien ne se trouve qui vaille pour toutes les provinces ». Là encore la chancellerie ne fait pas prévaloir le point de vue centraliste532. Trajan cite des epistulae adressées à Avidius Nigrinus et à Arménius Brocchus. Nul part, les registres ne contiennent un rescrit propre à la Bithynie ! Dès lors la décision de Trajan revêt une certaine importance car il tranche nolens uolens de façon quasi définitive pour la Bithynie et peut-être le Pont lorsqu’il déclare : « C’est pourquoi ceux dont on revendiquera la liberté pour un motif de cette sorte, il ne faut à mon avis ni qu’ils se voient refuser le droit de la demander, ni qu’ils aient à racheter cette liberté en réglant les dépenses faites pour leur entretien533 ». R. Scheer met en évidence cet aspect « progressiste » de cette décision impériale où délibérément le prince confirme les droits éminents de la liberté naturelle sur la servitude534. L’expression in libertatem uindicare fait sans nul doute écho à la suivante, libertatem redimendam : la liberté ne doit pas être rachetée, telle est la solution de l’Equité. Cela n’exclut peut-être pas le règlement civil des dépenses nécessaires quoique l’on peut soutenir que la servitude a été le prix des aliments passés… En fait une évolution se dessine propre au IIe siècle qui va sans doute de pair avec le déclin relatif de l’esclavage, encore que Trajan ait pris en l’espèce une décision pouvant s’adapter aux règles orientales voire au droit grec535.

  • 536 Sur la lex Papia Poppaea nuptialis instituant un ius trium vel quattuor liberum V. Nuovo Dizionario (...)
  • 537 En ce sens Ep. X 95(96) : « Quam parce haec beneficia tribuam, utique, mi Secunde carissime, haeret (...)

80Par ailleurs on sait que l’attribution du ius trium liberorum constituait un moyen efficace de reconnaissance, une faveur, comme on l’a vu plus haut en traitant de la pratique des recommandations. Pline intervient ici à titre d’ami et il a bien mesuré l’importance de sa requête faite à l’empereur lorsqu’il demande pour son ami et historien Suétone - avec lequel il semble très lié puisqu’il fait partie de son entourage privé - une telle faveur insigne. Nous ne reviendrons pas sur les motivations qui fondaient une telle requête mais seulement, en particulier, sur l’âge de Suétone. Celui-ci fut appelé en conseil de Pline vers 112 (in contubernium assumpsi) à l’âge de trente-sept ans environ, exactement l’âge de Pline en 98, lorsque celui-ci fut honoré de la même façon (Ep. X 2). On insistera volontairement sur la portée d’un tel privilège qui constitue une dérogation notoire aux princes de la lex Papia Poppaea de 9 avant J.-C. qui amendait la lex de maritandis ordinibus laquelle imposait des peines aux caelibes et aux orbi pour récompenser à l’inverse les pères de familles nombreuses536. Ce même droit des trois enfants ne pouvait qu’être accordé exceptionnellement537 car une concession trop large voire « laxiste » d’un tel privilège pouvait faire échouer la politique impériale de redressement des mœurs et de la démographie telle qu’elle nous est présentée dans d’autres passages (Panégyrique, XXVI :3- :7).

  • 538 Indications sur les latins junoniens et sur l’existence de la lex Junia Norbana de 19 apr. J.-C. ch (...)
  • 539 Par les propositions faites au prince, en sa qualité de gouverneur, Pline ne fait-il pas œuvre de c (...)

81L’attribution de la citoyenneté ne relève pas, comme la faveur du droit des trois ou quatre enfants, de l’appréciation du gouverneur mais du seul fait du prince. Nous citons seulement des interventions exceptionnelles de Pline pour propager ce droit de citoyenneté car elles avaient de nombreuses incidences dans la vie des familles. Un cas typique se présente en X 104 où notre légat proconsulaire, par effet d’une clause testamentaire, est chargé de veiller aux intérêts de Valérius Paulinus qui lui a laissé en outre ses droits patronaux sur ses affranchis de droit latin538. Le gouverneur exerce donc une faculté de choix et propose discrétionnairement seulement trois d’entre eux pour l’obtention du droit de cité conféré par l’empereur. Des effets civils considérables accompagnent cette mesure comparable de nos jours à un jugement gracieux constitutif d’état de la personne539.

  • 540 En ce sens, GAIUS, III, 1-10 - ULPIEN, Fragm., XXVIII :7.

82Le gouverneur peut être saisi d’une demande de privilège successoral faite par les habitants de la ville de Nicée ; ceux-ci appuient leur revendication sur la concession, jadis, d’un privilège donné par le divin Auguste qui permet d’obtenir la succession de leurs concitoyens morts intestats. Nicée avait la condition d’une ville libre et fédérée. Elle entendait faire respecter son privilège qui l’autorisait à faire uindicatio bonorum à l’égard du patrimoine de concitoyens décédés sans qu’ils aient pu dresser un testament en bonne et due forme. Le libellum accessoire qui accompagnait la requête de Pline en sa qualité de gouverneur a été semble-t-il écarté sans doute en raison de son manque d’intérêt littéraire (J. Gaudemet, La juridiction provinciale, 342) ou de son peu d’utilité pour la solution du litige. Cependant ce document aurait été précieux et nous aurait renseigné « sur un usage oriental de succession du groupe (les concitoyens) à l’un de ses membres mort sans héritier ». Il est vrai qu’on ignore une telle règle en droit romain classique mais elle est attestée dans le droit du Bas-Empire pour la succession des curies, des corporations, puis des églises et des monastères. L’empereur dans sa réponse demande à Pline de juger plutôt en équité et de s’entourer des procurateurs Gemellinus et Epimachus, en leur qualité de représentants du fisc impérial. En ce cas, nous voyons que la juridiction gouvernementale avait toute latitude pour trancher une espèce où la loi transférait de plano les bona uacantia dans le patrimoine de César. En effet, d’après les lois Julia et Papia Poppaea les biens vacants passaient purement et simplement entre les mains du fisc alors que dans les provinces celui-ci était représenté notamment par les procurateurs équestres540.

83Plus précisément nous disposons d’une affaire où il est question du testament de Julius Largus. On se situe exactement à la lisière qui borde le droit privé du droit public. Un nommé Julius Largus de la province du Pont a désigné Pline pour « être le dispensateur de sa fortune », autrement dit l’exécuteur de ses dernières volontés, moyennant une rémunération à prélever sur son héritage s’élevant à 50 000 sesterces. La qualité d’exécuteur du testament ressortit naturellement au droit privé mais le choix même de la personne du gouverneur teinte ce testament d’une certaine coloration officielle ; ainsi est-il stipulé que la fortune du de cuius devra être répartie entre les villes d’Héraclée et de Tiane ; que le gouverneur aura discrétionnairement le choix entre la construction d’édifices ou l’institution de concours quinquennaux qui [dès lors] s’appelleraient trajaniens (Ep. X 75(79) :2 : …putarem an instituendos quinquennales agonas, qui Traiani appellarentur. Trajan, saisi de la question, s’en remet au jugement souverain de son fidèle gouverneur en qui cet administré a mis toute sa confiance (X 76(80).

843 - En matière de recours juridictionnels nous ne savons en fait, d’après le corpus plinien, pas grand chose si ce n’est par le miroir déformant parfois du « référé » ou de la relatio du gouverneur au prince. Le principe demeure que la grande majorité des litiges doit être tranchée par cognitio. Nous avons sous les yeux dans le livre X de la célèbre Correspondance des exemples où, incertain, le proconsul sollicite Trajan de trancher une question de compétence ou encore de se prononcer sur le fond d’une cause en raison de la méconnaissance de la règle de droit applicable.

85Ainsi l’épître X 73 qui porte sur les affaires de reconnaissance d’enfants et de rétablissement dans les droits de naissance (liberté naturelle) dispose clairement - on l’a déjà indiqué - que l’empereur jugera si son représentant de Bithyne aura ou non à connaître de ces questions juridiques. On peut lire par exemple : Si mihi s.c. miseris quod haesitationem tibi, aestimabo an debeas cognoscere de agnoscendis liberis et natalibus suis restituendis… Le recours s’analyse comme un véritable contredit de compétence préalable à l’instance sur le fond.

  • 541 Nous sommes en présence d’un édit applicable à toute une catégorie de personnes sur un territoire d (...)

86Dans l’affaire des threptes il est plutôt question de compétence sur le fond et de recherche du droit applicable. Pline, à ce propos, s’était déjà sur place informé. Il avait pris -avec difficulté semble-t-il -connaissance des constitutions impériales mais n’avait rien trouvé qui concernât directement la Bithynie. Il avait somme toute bien raison de s’adresser à la chancellerie romaine car, malgré la réponse de celle-ci, « rien ne se trouve qui vaille pour toutes les provinces ». L’empereur reprend alors, sur le fond, une règle généralement admise à Rome et qui sera dorénavant applicable erga omnes, en Pont et Bithynie comme partout ailleurs, puisque nul ne devra se voir refuser le droit de revendiquer sa liberté encore qu’il y ait des frais d’entretien et de nourriture à payer… L’organe impérial constitue d’après ce genre d’affaire une instance régulatrice sur le fond même ce qui a permis à certains auteurs de parler en cette matière d’un véritable « référé législatif541 ».

87Dans le cas du philosophe Archippus dont on a déjà parlé (X 58(66)) on ne peut nullement parler de contredit de compétence ou de référé sur le fond. Il s’agit tout simplement d’un incident qui vient paralyser la procédure lors de la constitution d’un jury criminel qui connaît, à titre exceptionnel, d’un droit d’exemption accordé par Vespasien puis Hadrien à des philosophes, orateurs, médecins (Digeste, L 4, 18 et L. 5, 8). En définitive le gouverneur a le désir de savoir quelle attitude il doit adopter pour l’avenir : faut-il rayer Archippus tout simplement du nombre des jurés ? convient-il simplement de le dispenser de siéger ? Dans le cas où il serait poursuivi afin de purger sa peine, la première solution doit-elle être appliquée ? Une question demeure dans l’ombre cependant. L’intervention du prince suspend-elle quoi qu’il en soit la procédure en cours… Un autre cas intéressant ne doit pas être négligé. Dans l’affaire Callidromus on a noté qu’il y avait bien dessaisissement volontaire du juge provincial au profit de la juridiction provinciale ? Or, la réponse du pouvoir central fait défaut mais sans doute convient-il de voir là une raison de plus, peut-être politique, qui va dans le sens d’un règlement opéré ipso facto par une juridiction inférieure (Ep. X 74 :2). En ce cas, tout incident grave paraît suspensif d’instance.

  • 542 On sait qu’Hérode Agrippa et Paul de Tarse, comme le note M. DURRY dans Les cohortes prétoriennes… (...)

88En règle générale il demeure que les citoyens romains jouissent du droit de refuser de comparaître devant la justice gouvernementale répressive. Ainsi, un des condamnés à la relégation par Julius Bassus - et qui n’avait point fait appel durant les deux années permises par la loi contre les actes abusifs du gouverneur devra être envoyé avec les menottes devant les préfets du prétoire romain542. Semblablement en X 78, d’autres personnes font l’objet d’un tel privilège de juridiction en ce sens qu’elles échappent à la juridiction naturelle du gouverneur de province. Trajan, parlant des individus qui commettent des exactions à Juliopolis se refuse cependant à envoyer un centurion mais compte à l’inverse sur la fermeté de Pline en ces termes : « (96 :3) S’il y en a qui vont à l’encontre des règles que j’ai posées, qu’ils soient aussitôt arrêtés : où, s’ils ont commis des fautes trop graves pour pouvoir être punis suffisamment sur place, si ce sont des soldats, tu aviseras leurs légats des faits découverts ; où si ce sont des gens qui font route vers Rome, tu m’écriras ». Ce sont là des vestiges du ius provocationis repris par la lex Sempronia de prouocatione qui était à vrai dire un plébiscite. Ce droit de tout citoyen d’en appeler au peuple fut dévolu par la suite à César par la lex Iulia de Vi publica de 46 avant J.-C. En de tels cas la juridiction de l’un des préfets de prétoire était compétente.

  • 543 Opere… t. II, 1090-1091, n. 569.

89Plus précisément les recours administratifs recouvrent grosso modo toutes les demandes d’instruction adressées au prince ou à ses services. Un des exemples les plus fameux est celui où Sécundus rappelle cette règle qu’il a d’ailleurs fait sienne selon X 96 : Sollemne est mihi, domine, omnia de quibus subito, ad te referre… Cognitionibus de Christianis interfuit numquam, ideo nescio, quid et quatenus aut puniri soleat aut quaeri. On remarque que ces recours sont fréquents et sujets à relatio ; que ce sont d’autant d’appels à de futures instructions présentés au prince dans les épîtres suivantes : X 19 :1 ; 27 ; 29 ; 31 ; 43 :4 ; 45 ; 47 :3 ; 54 :2 ; 56 :1 ; 65 :2 ; 68 ; 72 ; 75 :2 ; 79 :5 ; 81 :8 ; 92 ; 108 : 1 ; 110 :2 ; 112 :3 ; 114 :3 ; 116 :2 ; 118 :3. Mais aucun, observe Trisoglio, ne revêt une formulation aussi grave et empressée, ne possède une telle intonation que dans celle présentée dans l’epistula X 96543. Pline, selon Trisoglio, a senti sans doute l’importance « della questione qui non si trattava di un acquedotto, di un bagno, di une concessione di cittadinanza… ma si trattava della vita di molte persone, cosa che inquietava nel profondo, d’umanissimo legato ». On retrouve un tel humanisme à propos de la mort d’un esclave auquel il était très attaché en VIII 16.

90Lors donc les recours administratifs à l’empereur ne revêtent pas tous un semblable intérêt. Cependant, en matière de vérification de comptes (X 47(56) :3) pour la ville d’Apamée, Pline se voit opposé vertement et très courtoisement un net refus en vertu de l’existence d’un privilège ancien qui postulait qu’aucun proconsul ne les avait lus ou se mêlât de leurs affaires propres (…) : « [Les Apaméens] avaient le privilège et l’habitude depuis un temps immémorial d’administrer la commune à leur gré ». Se fondaient-ils probablement sur la lex coloniae ? Quoi qu’il en soit le gouverneur exige que toutes ces affirmations et autres déclarations soient consignées et dûment expédiées à l’a libellis de la chancellerie. Il prie en outre à la fin de sa missive l’administration centrale de bien vouloir lui dicter en cette espèce sa conduite car il n’entend pas outrepasser les bornes de son pouvoir … ou plutôt préfère rester en deçà ».

  • 544 not. pour les villes proches du Caucase et des Parthes : M. WHEELER, Les influences romaines au-del (...)

91Ceci appelle quelques remarques sur l’existence d’une probable science administrative romaine. Non seulement les différents degrés de l’administration obéissent et appliquent les nouvelles normes secrétées à l’échelon central -à savoir édits, rescrits du prince, orationes principis et sénatus-consultes, puis constitutions plus tardivement -mais ils pratiquent à leur manière l’art de concilier les aspirations les plus diverses ; au désir d’autonomie des provinces et des villes il importe d’opposer la volonté ferme de Rome d’uniformiser voire de planifier au mieux les ressources et les coutumes de chaque région, d’éviter les abus les plus criants, les débordements financiers, parfois les tendances à l’insubordination des élites locales544… La mission du gouverneur Pline devait être contenue dans les mandata principis qui ne nous sont pas parvenus mais que l’on devine compte-tenu de ce que nous savons par ailleurs mais aussi par les allusions mêmes du corpus plinien (a.) ; nous envisagerons ensuite la délicate question du ménagement des droits et autres privilèges des cités orientales (b.).

a. Mandata principis545

  • 545 V. plus bas, tableau récapitulatif (p. 228).
  • 546 Sur le caractère officieux de ces mandats : L. VIDMAN, Die Mission’Plinius… bibl. XVI, 16 sur le pa (...)
  • 547 Ep. X 27 :« praeter decem beneficiarios, quod adsignari a me Gemellino, optimo uiro iussisti… » - S (...)
  • 548 mention que l’on peut comparer avec Dig. IL, 16, 11.
  • 549 L’interdiction des associations (collegia) était sûrement établi en rapport avec les mesures de séc (...)
  • 550 Cf. ép.X 56 :3 : « Nam, sicut mandatis tuis cautum est ne restituam ab ilio aut a me relegatos, ita (...)
  • 551 X 32 : « Erit autem uel hoc maxime corrigendum, quod, qui damnati ad poenam erant, non modo ea sine (...)
  • 552 Rendiconti Lincei, 1950, 462.

92Nous avons évoqué les nombreuses raisons qui motivèrent l’envoi de Pline en Pont-Bithynie et nous ne reviendrons pas sur la nécessité de rétablir un certain ordre public provincial dans les « pays de l’Est » de l’Empire. En revanche on soulignera avec la majorité des auteurs546 la faiblesse des renseignements qui concernent l’existence de ces mandats impériaux. Ce sont des « directives » écrites, assez précises. Par exemple, on peut supposer que les mandata fixaient le nombre exact des soldats qui devaient être mis à la disposition du préfet Gavius Bassus (Epp. X 21 et 22). De même, ceux qui devaient être mis au service de Virdius Gemellinus547. Les mandata devaient spécifier aussi que Pline disposait du commandement des troupes auxiliaires ? Comme le laisse penser la formule assez générale contenue dans le passage X 24. Toutefois une mention spéciale des mandata apparaît dans l’épître X 30 à propos d’une fraude au recrutement dans l’armée548. L’interdiction des associations (collegia ou hétéries) qui ressemblent trop à des clubs politiques était assurée par des publications sous forme d’édit gouvernemental. Dans la lettre où il est question exceptionnellement d’admettre une société de secours pour les habitants d’Amisos (X 93(94) -c’est-à-dire un ερανος destiné à venir en aide aux petites gens -l’empereur juge bon d’écrire : « nous ne pouvons les empêcher d’en avoir une… » ; à l’inverse dans l’épître X 34 il s’exprime sur un autre mode plus circonspect encore : « Mais n’oublions pas que ta province et surtout cette ville sont la proie de sociétés de ce genre. Quel que soit le nom… que nous donnions à des hommes réunis en corps… » Le « nous » ici employé n’a bien sûr rien à voir avec le Nous de majesté de jadis qui n’existe d’ailleurs pas tel quel dans la langue latine mais un pluriel qui associe volontairement le gouverneur à la décision impériale en raison du principe connu et inscrit dans les mandats particuliers549. Enfin, concernant un aspect moins connu des mandata, les prescriptions impériales concourent à limiter l’action gouvernementale en certains domaines tels que ceux de la répression ou tout simplement de l’action administrative. Prenons ici deux exemples. Dans le premier il sera question de l’épître X 56 :3 où apparaît nettement que le gouverneur d’une province n’a pas le droit de supprimer la peine imposée à un coupable de par son propre fait ou celle prononcée par un prédécesseur. Il doit donc s’adresser sur ce point à l’empereur et attendre la décision définitive, interprétative ou modificative. Il en va ainsi pour les relégués550. Il en sera pareillement pour les condamnés qui doivent être employés comme esclaves publics à Nicomédie ou à Nicée (Epp. X 31 et 32). Il y avait eu grâce ou commutation de peine sans ordre supérieur551. Le second exemple concerne plutôt le respect des coutumes et des lois locales. Ce principe est souvent affirmé (X 20 ; 69 ; 76 ; 109 ; 113). L’intention profonde de l’autorité romaine consistait probablement à garder intact les privilèges locaux et les autres lois particulières issues des lois de province(s). Ce principe apparaît clairement dans les épîtres X 48 ; 78 ; 111 et 115. Voilà la raison pour laquelle A. Solari a constaté que le pouvoir romain ne respecte pas toujours son propre point de vue centralisateur et qu’il accepte ici ou là de notables exceptions notamment pour la constitution de sociétés de secours et d’entraide mutuelle (le cas d’Amisos552).

  • 553 Pline le J., Lettres, Introduction, VII.
  • 554 X 110 : « Ecdicus, domine, Amisenorum ciuitatis petebat me a Iulio Pisone… utebaturque mandatis tui (...)

93En conséquence nous comprenons davantage l’apparente indécision ou perplexité de Pline face à ces problèmes. Il est tenu par ses mandats qui limitent son action. M. Durry l’a remarquablement observé lorsqu’il écrit que « l’empereur n’exigeait pas trop d’initiative de ses légats553 ». L’honnêteté scrupuleuse de notre gouverneur semble avoir satisfait pleinement l’Optimus et Pline a donc agi constamment en se référant aux clauses de ses mandats dont certaines semblent avoir été publiées par l’εχδιχος d’Amisos dans des circonstances difficiles à préciser554. Une conclusion sur l’action de Pline s’impose en regard de ses mandata principis : celle-ci se présente dans une dépendance étroite de l’empereur et ce, dans une mesure plus large que pour les autres gouverneurs de provinces qui n’étaient pas chargés d’une mission extraordinaire.

  • 555 Municipal Administration… Princeton, 1926, 202ss : « In the early empire the right of the towns wer (...)
  • 556 Roman Provincial Administration… 177.
  • 557 En ce sens A. H. M. JONES, The Cities ot the Roman Empire - Political, Administrative and Judicial (...)
  • 558 M. JAKSYNOWSKA, Les organisations de iuvenes et l’aristocratie municipale, Rech. sur les structures (...)
  • 559 Sur l’autonomie des villes, V. infra 256ss.

94Mais quelle est la limitation imposée par les mandats impériaux ? Abbott et Johnson dans leur ouvrage fondamental sur l’administration dans l’empire romain555 soutenaient déjà qu’il était important de mettre un peu d’unité dans la diversité des villes grecques d’Asie Mineure, de faire sentir que Rome constituait plus que jamais le principe recteur de la multitude provinciale. De fait, on peut penser avec H. Stevenson556 que la mission de Pline est en connexion avec toute la philosophie et l’ensemble de la politique trajane qui visent à superviser les décisions des sénats et des autres assemblées locales. Ce n’est somme toute pas si simple que cela paraît à première vue car Rome appuie traditionnellement le mouvement aristocratique à l’intérieur des cités557 ; elle entend jouir à son tour des institutions nationales décentralisées grecques, asiatiques ou juives pour appliquer ses vues timocratiques et de paix sociale. En conséquence, tout ce qui ne risque pas de nuire à l’ordre social politique est permis : les neoi des cités grecques ressemblent fort à une structure paramilitaire regroupant la jeunesse quoique soumise aux contraintes de l’ordre social ambiant et ainsi n’inquiétant pas particuliuèrement le pouvoir centralisateur558. C’est ainsi que les décisions en matière d’urbanisme ou d’aménagement du territoire péri-ou suburbain sont prises localement, in situ (Epp. X 37 ; 39 ; 41 etc.). D’ailleurs les villes aiment à rappeler -et ne craignent pas de le faire -leurs privilèges en matière fiscale (Epp. X 47 ; 48 ; 83) ou financière (Ep. X 108 sur la πρωτοπραξια des cités). Il en va ainsi pour l’application d’une loi provinciale en vue de l’admission de futurs « bouleutes » originaires d’autres cités ou encore pour la fixation des honoraires décurionaux (Epp. X 112 -113). Sur tous ces points notre conviction profonde est que le pouvoir romain utilise les mandats écrits dans l’intention de guider la conduite des gouverneurs, de les contrôler et uniformiser la politique de l’occupant dans toutes les provinces soumises à sa loi tout en corrigeant les abus relevés dans les grands centres urbains et leurs territoires avoisinants et en ménageant une certaine sphère d’autonomie locale559. De ce fait, les mandata principis constituent paradoxalement une plate-forme minimale qui fonde et soutient l’activité des gouverneurs tout en assurant également une nécessaire limitation des prérogatives gubernatoriales.

  • 560

95Faute de découvrir sur la pierre des inscriptions qui nous rapporteraient de façon évidente les fameux mandata impériaux nous pouvons relever quelques allusions claires du corpus plinien (livre X) qui résument la volonté du prince560.

b. La diplomatie et la situation militaire an Nord de l’Asie Mineure

  • 561 Ouvr. traduit du roumain par Caius Francescu, coll. Etudes Anc., Les Belles-Lettres, 1983), spéc. 4 (...)
  • 562 Ouvr. cit., 218.

96La situation même de la Bithynie au sein de l’Asie Mineure, sa proximité de Byzance et du Bosphore, haut lieu stratégique, mais aussi, plus au Nord, l’existence d’une longue ligne côtière donnant sur la mer Noire et s’étirant jusqu’au Pont expliquent que nous soulignions ici le rôle diplomatique de Pline. Peu de lettres en font allusion mais on a dit plus haut que le recueil du livre X avait été probablement rédigé avec circonspection puis volontairement expurgé, après coup, de tout ce qui était compromettant ou couvert par un certain secret d’Etat (…) Il est vrai que la nature même de la mission de Pline, sa qualité « d’agent des affaires d’Auguste » -que ce dernier semble juger plus importante que celle de proconsul sénatorial -ne laissent pas de constituer autant d’indices au sujet de sa fonction diplomatique dans ces provinces orientales. Sur la question l’ouvrage de E. Cisek (L’époque de Trajan) livre une opinion que nous partageons pleinement : « Nous pensons, dit-il, que Trajan, Pline et même Sauromatès désiraient éviter une diversion des Parthes et de leurs alliés, vers le Nord561 ». Or, l’importance de la Bithynie résulte aussi de l’étendue de grands domaines privés de l’empereur qu’il convient de surveiller de manière suivie : l’achat de blé en Paphlagonie par le subprocurator Maximus en X 27 semble indiquer que l’armée avait besoin de ravitaillement propre : « Tris interim, sicut inueneram, in ministerio eius reliquendos existimaui, praesertim cum ad frumentum iret in Paphlagoniam ». La mission de Pline le Jeune, précise P. Petit, légat impérial à pouvoir consulaire… entre 111 et 113, est peut-être en rapport avec ces préparatifs (de guerre)562. Il importait donc de bien administrer les zones de l’intérieur tout en surveillant de près les contrées frontalières.

  • 563 Point de vue de J. GUEY, ouvre. cit., 28 (nombreux achats de blé ou σιτωνια).
  • 564 Sur les relations du Bosphore avec Rome on dispose des vues pénétrantes de M. LEMOSSE sur Le régime (...)
  • 565 Sur les relations du parthe Chosroès avec ses alliés du Nord, F. A. LEPPER, Trajan’s Parthian War, (...)
  • 566 L. WENGER, Die quellen des römisch. préc., 148 - J. N. HOUGH, Class. Journ. XXXV, 222 (sur la néces (...)

97Le royaume du Bosphore cimmérien, situé entre le pays des Sarmates, à l’Ouest, et le Chersonèse Taurique, à l’Est, avait peu à peu recouvré une indépendance de fait à l’égard de Rome sous l’ère vespasienne563. D’ailleurs, deux lettres fort instructives concernent les relations de Pline avec Sauromatès, roi du Bosphore (les épîtres X 63(13) et 64 (14)), dont les réponses de Trajan, a-t-on déjà fait remarquer, ne figurent pas dans le corpus du livre X564. Dans la première missive, l’affranchi impérial Lycormas écrit au gouverneur afin qu’on retienne sur place une mission venant du Bosphore, mission faisant route vers Rome. « Toutefois, rapporte l’épître, est arrivé un courrier de Sauromatès. Profitant de l’occasion que m’offrait le hasard, j’ai pensé qu’il fallait te l’envoyer avec le courrier qui a précédé Lycormas sur la route. Ainsi pourras-tu par les lettres de Lycormas et du roi connaître en même temps ce qu’il est sans doute utile que tu saches en même temps… » Le gouverneur a-t-il pressenti une intelligence aussi trouble que secrète ? qui n’étaient pas chose rare à l’époque565. Tout cela explique la décision de Pline de faciliter par le moyen du cursus publicus le voyage à Rome de l’agent de Sauromatès566. Dans une seconde missive Pline écrit à Trajan que le roi Sauromatès l’a informé, à son tour, que la connaissance de certains faits devaient être portés le plus rapidement possible à l’empereur. Là encore, plus expressément, notre gouverneur délivre un laisser-passer afin de hâter la transmission de cette information.

98Les faits sont là ! Peu explicites. Cependant on constate qu’il existe des relations particulières entre Pline et Sauromatès. L’épître X 64 paraît sur ce point digne d’intérêt dans la mesure où elle nous éclaire d’une lumière étrange les relations diplomatiques entre Rome et un petit Etat allié du Nord de la mer Noire et ce, à une époque capitale, époque où ont lieu les fébriles préparatifs de la future guerre parthique. Sans doute, importait-il d’éviter tout accord ou entente même temporaire et coupable entre ces royaumes clients et la puissance parthique.

  • 567 Sur la quest. : E. RITTERLING, Journ. Rom. Stud., XVII (préc.), 28-32 - T. K. SHERK, Amer. Journ. P (...)
  • 568 Œuvres, éd. B. Niese, Bell. Jud., II, 368).
  • 569 SHERK, ouvr. cit., 403.
  • 570 Développements intéressants dans Roman Rule.. spéc. 1490, n.58. L’auteur cite l’inscription I.G..R. (...)
  • 571 Cf. Epp. X 21-22 - Comp. avec Pap. Oxyr. VII, 1022.

99Quelle était la situation militaire de la Bithynie en ce début du second siècle ? Celle-ci faisait partie des provinces sénatoriales qualifiées d’inermes où il n’y avait aucune légion voire très peu de troupes auxiliaires567. A1a la fin du premier siècle, nous savons, grâce au témoignage de Joseph Flavius568 qu’il n’y avait en Bithynie aucune troupe régulière ; inversement, d’après Sécundus Plinius, on est en droit de croire qu’il y en avait plusieurs, les mots « ex cohortibus, quibus me praesse uoluisti…(X 21) » ne laissant planer aucun doute sur une telle interprétation569. En outre, l’épître X 106 fait état d’une requête du centurion Accius Aquila (lequel relève de la VIe cohorte de cavalerie dont on ne connaît pas les quartiers selon D. Magie570). Quant au gros des troupes, il devait stationner probablement en Bithynie et non pas au Pont car, résidant généralement à Nicomédie, d’où il écrivait et expédiait ses missives officielles en urgence pour Rome, Pline mettait à disposition de ses subordonnés des soldats de cohortes ou d’auxilia qui formaient sa garnison ordinaire de Bithynie. Il en fit ainsi pour le préfet du littoral pontique, Gavius Bassus571, pour le procurateur équestre Virdius Gemellinus et pour le subprocurator Maximus (X 27 et 28) ; il le fit encore de son propre chef pour assurer la garde des prisonniers (X 19 et 20) en attendant la réponse impériale.

  • 572 La traduction est approximative mais l’on sent bien que dans son Etude sur la correspondance de Pli (...)

100Enfin, très vraisemblablement un ensemble de stationes couvraient le territoire en différents points stratégiques. Comme point de départ d’une telle hypothèse nous savons qu’il existait des stationes dans les grandes villes, sur les lieux de passages fréquents ou, comme le dit si bien Vidman « pour assurer l’ordre dans les villes, dans les stations des postes (il veut sans doute parler des relais du cursus publicus) ou celles qui étaient comme police militaire à la disposition des organes civils au cours de la perception des impôts572 ». De nombreux militaires devaient être détachés et cela ne plaisait pas forcément à l’empereur… ne serait-ce que pour maintenir les effectifs de surveillance des frontières de Galatie ou de Cappadoce. Or, la police des villes (risques de mouvements urbains) ou des ports nécessitait la présence de militaires assurant un office de gendarmerie.

  • 573 Cf. Ep.X 20 : « …quam paucissimos a signis auocandos esse » et X 22 : « quantum fieri potest, curan (...)

101La discipline militaire constitue assurément l’un des points forts du règne de Trajan. Celui-ci, en exprimant le principe ne milites a signis absint rappelait qu’il convenait d’empêcher le dispersement inutile des soldats hors de leurs unités573. On a évoqué l’affaire Gallitta, épouse d’un tribun militaire qui se préparait naguère à la carrière des honneurs et qui n’avait pas hésité à nuire à la réputation de son mari en s’amourachant d’un centurion (VI 31 :4). Cette dernière devait comparaître devant le tribunal du prince (…) et le centurion dût subir la peine de l’exauctoratio et, in fine, dans les attendus vengeurs de la décision impériale avait figuré selon notre Epistolier la particulière mention du respect dû à la discipline militaire. Ainsi, la juridiction impériale était donc très attentive au maintien de la rigueur martiale, un des piliers de l’Etat romain.

  • 574 Sur la situation de Juliopolis, à la frontière de la Galatie, cons. Pline le naturaliste, N. H., IV (...)
  • 575 X 78 :3 : « si milites erunt, legatis eorum… deprehenderis… »
  • 576 Ainsi : « .. corrupta est disciplina castrorum ut tu corrector emendatorque contingeres… » et Pan V (...)

102Aussi, ne sommes-nous pas surpris par ce pressant rappel qui constitue comme un leit-motiv de la correspondance plinienne lorsque Pline, précisément, décrivant les faits constitutifs des infractions au recrutement de l’armée, écrit à l’empereur en ces termes : « ( :1) …j’en ai différé l’exécution pour te consulter, toi le fondateur et le soutien de la discipline militaire (X 29(38))… » Dans l’épître X 78 nous trouvons encore une allusion à cette discipline de l’armée mais dans un passage qui se rapporte plus généralement aux exactions subies par la population des villes574. En ce cas, le terme disciplina désigne dans le texte toutes ces règles d’ordre public qui s’imposent aussi bien aux civils qu’aux milites. Force est bien de constater tout de même que ces derniers sont spécialement visés et que « s’ils ont commis des fautes graves… si ce sont des soldats, tu (Pline) aviseras leurs légats des faits découverts575 ». La sanction des supérieurs devait être plus lourde et appropriée…Enfin, d’autres passages du Panégyrique (VI :2 ; XVIII :l) font spécialement allusion à la discipline militaire576. Il est vrai que l’année même de la mort probable du fidèle serviteur du régime, en 113, la machine guerrière romaine allait se mettre en marche vers les confins de la Syrie et de la Cappadoce pour attaquer l’Arménie mineure l’année suivante.

  • 577 Military forces in the Senatorial Provinces, Journ. Rom. Stud ; XVII, 1927, 28-32 - G. WEBSTER, The (...)
  • 578 Par ex. V. étude de J. BENESH, Die römischen Auxiliarformationen im unteren Donaraum (résumé en Tch (...)
  • 579 Sur la préfecture de la Côte pontique : G. BARBIERI, Il praefectus orae maritimae, Riv. Filol. Istr (...)

103Un autre problème est celui de la surveillance voire de la protection de la côte pontique. Elle peut être distinguée de la mission dévolue spécialement à la classis Pontica dont on examinera brièvement le rôle plus loin. C’est avec déception que l’on note que le livre X ne nous livre pas le nom du commandant des auxilia chargés de cette surveillance. En revanche, la Correspondance nous livre quelques renseignements sur Gavius Bassus, le praefectus orae Ponticae. Nous avons fait état plus haut de son lien de subordination à l’égard de Pline son gouverneur. Certes, on peut apparemment être surpris que, selon les directives de Trajan, cet officier d’un haut rang ne reçoive seulement que quelque treize soldats sur les cohortes de la province mais, à y regarder de plus près, ce praefectus ne pouvait guère autrement augmenter le nombre de ses effectifs propres. En effet, selon plusieurs auteurs, les troupes personnelles de Bassus ne se confondent nullement avec les auxilia qui stationnent en territoires provinciaux et qui ont fait l’objet de l’étude très poussée de R. Ritterling577. L’action gouvernementale coiffait très certainement l’infrastructure maritime mais nous reconnaissons en ce lieu la faiblesse de la documentation plinienne et des études concernant la Bithynie578. On pense raisonnablement que le praefectus avait la mission d’assurer la protection des ports et des alentours ainsi, ajouterons-nous, que celle de participer in consilio, avec accord gouvernemental, au maintien de l’ordre public dans les régions côtières579.

  • 580 D. M. PIPPIDI, Plautius Aelianus… (en roumain), Stud. si Cerc. Istorice veche, VI, 1955, 355-383 (= (...)
  • 581 Les tenants de cette opinion : V. F. GAIDUKEVITCH, Das bosporanische Reich (préc.), et C. M. DANOFF (...)
  • 582 Mare nostrum…(préc.), 253ss.
  • 583 V. Klio, XIII, 1913, 81.
  • 584 concernant Lucius Vehilius Gratus Julianus, préfet du prétoire puis de l’annone, procurateur d’Augu (...)
  • 585 Anticnoie Goroda… 317-318 - D. MAGIE, Roman Rule… t. II, 1418 (n. 62) : le titre de nauarchos ne sa (...)
  • 586 Légions XV Apollin. et XII Fulmin. résidant à Satala et Mélitène.

104Au sujet de la flotte pontique il faut constater de prime abord que Pline n’en souffle pas mot. A peine devine-t-on que la Bithynie entretient quelques relations avec les puissances voisines du Nord-Ouest telles que la Mésie ou le Bosphore…Or, la présence romaine dans le bassin de la mer Noire paraît remonter à l’ère néronienne et même avant. Déjà Cn. Plautius Silvanus, légat de Mésie, libéra les villes grecques de Chersonesos assiégées par les Scythes580 quand fut annexé le royaume de Pont. La création d’une flotte de la mer Noire ou classis pontica donne à penser que le Pont-Euxin aurait pu devenir une seconde mer intérieure romaine581. Récemment M. Reddé a souligné les objectifs de cette flotte orientale sise au Pont-Euxin et en Propontide582. Il y a tout lieu de croire que cette classe pontique était soumise à Pline ce que A. Premerstein, selon L. Vidman, assure avec certitude, au moins pour ce qui concerne l’époque de Marc-Aurèle583. En ce temps, la Bithynie ne comptait plus parmi les provinces sénatoriales et nous connaissons une inscription qui fait état d’un tel poste sous Antonin, très probablement584. D’autres arguments peuvent être avancés en vue de soutenir la thèse de la subordination du préfet à l’égard du gouverneur : l° on sait que, déjà au temps de Pline, la province de Pont-Bithynie jouissait d’une importance hautement stratégique -et même considérable -en ce qui concerne les rapports Est-Ouest de l’Empire, et notamment pour le regard des déplacements de troupes (X 77 - 78) sur l’axe Cyzique - Nicomédie - Amasia - Comana - Satala, 2° l’approvisionnement en blé (σιτωνια) assuré par la Paphlagonie pour l’essentiel ou des régions bordant le Bosphore, accessoirement, provenait en assez grosse quantité par des transports maritimes pour atteindre des concentrations d’unités légionnaires stationnées en Mésie, en Cappadoce voire en Syrie, 3° les titres de la mission de Pline (légation, proconsulat) servent à le qualifier comme gouverneur impérial plénipotentiaire, donc, muni de la plénitude de pouvoirs. Reprenant les travaux de M. I. Maksimova585, M. Réddé pense que la flotte du Pont-Euxin devait ordinairement mouiller à Sinope, pour le gros des forces, et une autre partie, selon nous, devait être accessoirement basée à Trapézonte, en raison de sa situation géographique proche de la Colchide caucasienne et de la Cappadoce où stationnaient des troupes terrestres importantes586.

  • 587 V. not. MARCIEN, au Dig., XLIX, 16, 11 : « ab omni militia serui prohibentur : alioquin capite puni (...)
  • 588 Cf. étude préc., 27-37.
  • 589 Cf. Pap. Oxyr., VII, 1022. - WILCKEN, Chrestomathie, n° 453 - Sur les troupes désignées du terme de (...)
  • 590 Cf. R. E., II, A, 1369ss.
  • 591 Ainsi l’ép. X 29 irait dans le sens d’une sévérité accrue : « qui ergo debeam sequi, rogo, domine, (...)

105L’épître X 29 aborde le problème du recrutement des militaires. Dans le cas présenté on ne sait exactement s’il y a eu fraude. La question principale soulevée dans le rapport de Sempronius Caélianus ne réside pas dans l’enrôlement illégal des esclaves587 dont nous avons vu qu’il est sévèrement prohibé par différents passages qui l’attestent clairement, mais, par le fait qu’il ne ressort pas clairement si les conscrits étaient enrôlés pour des légions ou pour des auxilia. Or, d’après Mommsen ces auxilia étaient dûment complétés par les seules provinces impériales et ce depuis l’époque augustéenne tandis, qu’à l’inverse, on recrutait uniquement pour les légions dans les seules provinces sénatoriales. La province de Bithynie relevant encore de la sortitio sénatoriale pendant la légation de Pline, il y a tout lieu de penser que l’administration militaire incorporait les recrues au profit des corps légionnaires. Mommsen, dans son étude savante sur la conscription, a cru pouvoir établir que la Bithynie fournissait encore des hommes pour les légions d’Afrique au temps d’Hadrien588. A l’évidence les expressions distribuere in numeros ou per numeros distribuere ne constituent pas une preuve de l’affectation des conscrits dans les légions car ces vocables sont utilisés dans le célèbre papyrus d’Oxyrhyncos, daté de 103 de notre ère, en vue du versement des « effectifs » dans des cohortes d’auxilia589. En revanche, on a souligné en amont que l’officier recruteur, Sempronius Caélianus, sans doute en sa qualité de praefectus cohortis, selon G. Stein590, obéissait rigoureusement aux mandats impériaux en accord avec Pline. Est-ce là l’indice d’un notable changement intervenu dans le système du recrutement des forces militaires ou simplement le signe de la reprise en main par les agents de l’administration romaine en raison du laisser-aller antérieur ? Nous penchons pour la seconde hypothèse car les évolutions sont lentes, en général mais aussi parce que la province demeure toujours officiellement dans le lot sénatorial591.

  • 592 Cf. R. E., XII, 2, 1698 ; 1703, s’appuyant sur I. G. R. III, 80 (DESSAU, I. L. S., 9476) et I.G.R., (...)
  • 593 L. ROBERT, Etudes anatol., 285 (I. G. R. II, VIII, 11).
  • 594 Inscription trouvée par J. H. Mordtmann, S.B. München, 1863, I, n° 1, 206.
  • 595 C. I. L.,III283 - I. G. R. III, 59 à propos de Corniclarius de Pruse) . Cons. A. DOMASZEWSKI, Rh. M (...)

106Les détachements de militaires appartenant à des corps légionnaires de Mésie (thèse de Ritterling) en Bithynie constituent un épiphénomène certain quoique nouveau592. Les gouverneurs, agissant dans l’intérêt des provinciaux, demandaient fréquemment à ce que des soldats sous le commandement d’un centurion assurassent la sécurité publique dans les villes de grande importance. On a vu plus haut que ces stationes ressemblaient un peu à nos postes de gendarmerie dans la mesure où elles effectuaient dans le paysage civil une mission de police, de régulation et de contrôle du trafic non négligeable. Le stationarius tend ainsi à devenir une institution assez stable ainsi que cela apparaît dans l’inscription ultérieure de Tium593. Une autre inscription de la même époque se rapporterait à une statio qui bordait la route romaine de Flaviopolis594. Sherk croit également que Pline, en sa qualité de gouverneur de province, disposait dans son officium d’un ou de plusieurs officiers supérieurs de légion à l’instar de ce qui se pratiquait ailleurs et notamment en Dalmatie595.

  • 596 En ce sens, E. BIRLEY, Roman Britain and Roman Army, Kendal, 1953, 146 – 152.
  • 597 Sur la pratique des uexillationes : Ant. Arch. Hung., III, 198 - R. SAXER, Untersuchung. zu der Vex (...)
  • 598 Sur la surveillance du cursus publicus par les responsables des stations (de contrôle) : H. ZWICKY, (...)
  • 599 Ep. X 77 :2 : « Dispice an etiam Iuliopolitanis ratione simili consulendum putes… »

107Enfin, les militaires détachés n’avaient pas toujours des fonctions martiales ou policières. Ils intervenaient dans d’autres provinces, comme en Bretagne, de plus en plus régulièrement, assurant des fonctions civiles dans les localités, qu’ils soient auxiliaires ou légionnaires596. Certes, avec A. Mocsy on peut émettre des réserves pour l’envoi d’un centurion légionnaire à Byzance, surtout si l’on prend à la lettre les termes employés par Trajan lui-même : « Si nous décidons d’accorder la même faveur aux Juliopolitains, nous créerons un lourd précédent : plusieurs demanderont la même faveur avec d’autant plus d’insistance qu’elles seront plus faibles (Ep. X 78 :2)597 ». Mais en fait, n’est-ce pas là l’annonce de ce qui se passera dans les décennies suivantes ? Le mouvement de l’histoire amorce timidement mais inexorablement une évolution administrative sans précédent à Rome. Les procurateurs équestres, surtout en Bithynie, auront de plus en plus besoin de personnels (milites et pagani) pour assurer non seulement le bon ordre de la province mais aussi la régularité et la continuité des services publics598 tels que la perception des impôts ou celui de la transmission du courrier impérial. Il est impossible par exemple de considérer la décision de Pline comme allant dans le sens d’une non-immixtion de l’armée dans la sphère du pouvoir municipal599.

  • 600 Sur le frumentarius d’Héraclée, I. G. R., III 80 à comp. avec I. G. R. III 1390 (à propos d’un cent (...)

108L’ensemble des textes que nous avons examinés et rapprochés ne permettent pas d’affirmer que Pline a exercé un commandement essentiellement fondé sur la force militaire. Les attributions traditionnelles de la puissance occupante concernent traditionnellement la perception de l’impôt, l’approvisionnement de l’armée et des provinces600, les contrôles de police générale et administrative concernant par exemple la lutte contre les hétairies. Les deux grandes préoccupations des Etats modernes se retrouvent logiquement -déjà !-à cette époque marquée par l’euphorie financière à savoir l° le souci de l’activité économique, gage d’équilibre et de stabilité, 2° le respect de l’ordre social et politique romain. La correspondance plinienne n’envisage les autres actions gouvernementales que de façon sporadique : utilité des édifices monumentaux, travaux d’aménagements locaux, déplacement d’immeuble… On note qu’il n’y a aucune allusion à la mission spécifique de la flotte pontique et qu’on ne parle qu’incidemment de la puissance militaire et de ses objectifs.

  • 601 Cf. Epp. X 112(113), 113(114), 114(115) et 115(116) à propos de l’interprétation de la loi fondamen (...)

109Cependant, il serait vain de négliger les symptômes d’une plus grande activité administrative et principalement en matière de tutelle des cités que nous évoquerons plus loin. Là encore nous devinons plus que nous le constatons l’existence d’une véritable volonté romaine d’assainir les finances publiques municipales d’Asie Mineure parce qu’elles sont intimement liées à la vie économique générale de l’empire. Par ailleurs ne sentons-nous pas se développer la portée normative de la législation impériale même si celle-ci admet comme principe primordial le respect des coutumes provinciales et des règles locales ? En effet, le pouvoir interprétatif de l’empereur et de son conseil601 se doit d’être analysé comme une norme supra-décrétale qui se place volontairement au-dessus des normes générales et donc a fortiori des règles locales lorsqu’elles sont inexistantes, peu explicites voire contradictoires.

§ 2 - La politique religieuse

110Nous aborderons en trois points la question religieuse en envisageant d’abord les cultes et autres croyances de l’époque antonine selon qu’ils étaient ou non encouragés par Rome (a) ou qu’ils étaient simplement admis ou plus ou moins tolérés (b) ou encore combattus (c) ouvertement par le pouvoir politique parce que jugés incompatibles ou dangereux pour le maintien de l’ordre public romain.

a. Culte impérial

  • 602 Cf. Le culte impérial dans la péninsule ibérique d’Auguste à Dioclétien, B. E. F. A. R., n° 191, Pa (...)
  • 603 On sait par ex. que Trajan garda une remarquable froideur à l’égard des cultes en tous genres mais (...)
  • 604 Sur le culte impérial provincial, K. SCOTT, The Elder and Younger Pliny on Emperors Worship, Trans. (...)

111Le culte patriotique s’identifie à la déesse Roma Aeterna, à l’Empire et à son représentant, princeps senatus. Ce culte comporte inévitablement des aspects sociaux et politiques aussi impératifs qu’intriqués car les empereurs ont compris assez tôt l’importance de cette fonction religieuse et politique unificatrice. L’Espagne, par exemple, a fait l’objet il y a quelques années de plusieurs études savantes sur le culte des Antonins venus des provinces ibériques et d’Italica. R. Etienne a démontré que ces régions espagnoles avaient été très marquées par la fidélité et le patriotisme qui dominaient à travers ce culte de vénération602. Par ailleurs, il est admis qu’au premier siècle la tendance à la divinisation de la personne impériale ou de quelques membres de la famille de César Auguste n’a cessé de croître jusqu’au règne de Nerva, l’ère antonine marquant un certain recul de l’auto-déification603. Trajan n’acceptera d’épithète que celle de dominus et Pline dira de lui : « Toi tu ne pénètres dans les sanctuaires que pour adorer ; pour toi le plus grand honneur est de veiller devant les temples et d’encadrer leurs portes. C’est pourquoi les dieux te conservent au faîte de la puissance humaine, puisque tu ne convoites pas la puissance divine ». Ce passage du Panégyrique (LII :7) en dit long sur l’orgueil des princes qui ont précédé Trajan… Or, ce dernier semble respectueux et de la religion et de ses prédécesseurs, mêmes divinisés. Dans le domaine de l’administration religieuse, des temples et des monuments, nous trouvons un texte, l’epistula X 70, qui fournit un bon exemple de la révérence des Anciens à l’égard des croyances et autres coutumes : Pline, tant par esprit de discipline et de respect, écrit à Trajan au sujet des habitants de Pruse qui désirent faire construire un bain public en partie sur un terrain sacré, légué par Cl. Polyaenus à l’empereur Claude « exprimant ainsi la volonté que dans le péristyle on lui construisît un temple (le reste de la maison étant loué). ». Ensuite en « partie par le pillage, en partie par l’abandon, peu à peu toute la maison avec son péristyle tomba en ruines, et il n’en reste désormais plus guère que le terrain ». Pline n’en dit davantage et l’empereur dans sa réponse lui demande si le temple a été bâti, car, même en ruine, et la chose est encore grave du point de vue du droit religieux -dans et autour du péristyle dont il a été fait mention -le terrain lui demeure consacré. L’Optimus ne plaisante pas sur ce genre de chose et n’entend pas transiger : il protège non seulement le culte impérial à travers ses prédécesseurs (à l’occasion, on l’a vu, de la construction d’un bain public) mais encore applique le droit sacral avec vigueur. Il y va du culte de Claude dont il est un lointain successeur dynastique. Ainsi il écrit à ce sujet : « (X 71(76) Nous pouvons à Pruse utiliser pour la construction du bain ce terrain avec maison en ruine, que tu me signales vacant. Mais tu n’as pas suffisamment expliqué si dans le péristyle on avait « bâti le temple dédié à Claude. Car s’il a été bâti, même en ruine, le terrain lui demeure consacré604 ».

  • 605 Comp. X 50 avec X 60 :1 (action de Domitien à l’égard du philosophe Archippus) et X 66 :2 (lettres (...)

112Un autre aspect du passage X 71 se doit d’être souligné à présent. Comme l’a fait remarquer justement K. Scott, Trajan est plus sensible à la sacralité du sol occupé par le temple de Claude qu’à celle du sol où il serait question d’élever un temple dédié à la Grande Mère des dieux605 (V. ép. X 50(51)). En conséquence, la comparaison des deux textes met en évidence un indice qu’il convient de ne pas négliger : le culte impérial apparaît vraiment comme l’un des aspects de la prégnance politique romaine dans la vie locale.

b. Les cultes officiels et tolérés

  • 606 BEURLIER, Essai sur le culte rendu aux empereurs romains, Paris, 1890, spéc. 67. - V. égal. Ac. Roy (...)
  • 607 S. LAZARINI, Sepulchrum familiare, e ius mortuum inferendi, in Stud. Biscardi, 5, 1984, 217-237 (su (...)
  • 608 Ouvr. cit., Introduction, 24.
  • 609 La décadence de la religion traditionnelle est dénoncée par J. CARCOPINO, ouvr. cit., 147ss -G. BOI (...)
  • 610 Le passage VIII 8 :5 consiste surtout en un morceau choisi pour sa fraîcheur sans pareille.. En IX (...)
  • 611 sauf faveur spéciale de ce dernier pour l’Hercule de Gadès (R. ETIENNE, ouvr. cit., carte n° 21) - (...)
  • 612 L’isiacisme restait en ville, en Halie surtout, selon R. Mc MULLEN, le culte de prédilection des es (...)
  • 613 Par ce rite initiatique où l’on recevait la sang d’un taureau égorgé lorsqu’on était situé sous une (...)

113Un bref aperçu des religions Gréco-latines donne une idée de la vie religieuse à cette époque, exception faite de la domus augusta, la maison impériale dont on a parlé plus haut et qui correspond à un véritable culte de vénération en général et d’adoration dans certaines parties orientales de l’Empire606. Les aspects les plus profonds de la religion traditionnelle ont subsisté sous le Haut-Empire. La société est encore marquée par les liens entre l’homme et les dieux ne serait-ce que par l’importance des tombeaux et des sépultures607. Antonin reçoit encore le cognomen de « pieux » pour avoir toujours marqué une nette révérence ainsi que « son respect à l’égard de sa famille et des dieux de la cité ». Tous les Antonins, explique encore J.-P. Martin608, « sauf peut-être Commode, eurent pour but la sauvegarde du patrimoine religieux de Rome. Les dieux sont légions et les cérémonies, les sacrifices, les jeux, ne sont jamais et aussi si nombreux et éclatants qu’en ce début du second siècle. Les liturgies ou invocations du dieu, les invitations au sacrifice, oracles, auspices, demandes de bienfaits se poursuivent comme au premier siècle, à la différence que l’on observe chez les auteurs lettrés un manque de religiosité profonde. Des signes à peine perceptibles de la « décadence de la religion traditionnelle se multiplient609 ce qui explique l’engouement des Romains et même des Grecs pour les religions orientales ». Les épîtres VIII 8, IX 39 et IV 8610 ne laissent d’ailleurs pas de nous convaincre du peu de religiosité de Pline qui, à l’instar de ses amis Martial et Tacite, ne pratique qu’une religion de façade dans la mesure où il suffit que le prince soit pontifex maximus, souverain et chef suprême du monde religieux romain. Il n’y a dans tout cela guère de place pour la prière ou la contemplation…Trajan, de façon générale, ne laissa apparemment paraître aucune marque de faveur à l’égard des cultes orientaux611 En tout cas ses ferveurs n’allèrent qu’à Hercule ou la Victoire. A l’inverse sa tolérance se manifeste dans sa politique quotidienne ; il laissa par exemple ses contemporains et les masses populaires s’adonner aux cultes rendus aux dieux familiers, protecteurs, dieux proches des soucis de chaque jour. La pietas des Ancien consistait essentiellement à honorer les dieux et à leur offrir des sacrifices ou oblations. Et dans cette logique, avec le brassage des idées depuis le début de l’ère hellénistique on assiste comme à une sorte de profusion de cultes d’origine orientale et ce dès le premier siècle. Citons entre autres les cultes isiaques612 qui comportent des épreuves initiatiques et qui conduisent l’homme vers l’immortalité grâce à son assimilation à Osiris, lui-même ressuscité en raison des sortilèges d’Isis… ou encore de Baal solaire, d’Héliopolis ou de Juppiter Heliopolitanus (i.e. le dieu rayonnant du soleil) sans oublier les mystères d’Éleusis (ou dionysiaques) où s’expriment les désirs d’évasion et d’extases. Mais déjà sous Trajan les premiers rites sacrificatoires tauroboliques apparaissent et l’on connaît l’enthousiasme des Orientaux pour assister ou participer à ces rites étranges qualifiés parfois de baptême par le sang sous le Bas-Empire613.

  • 614 Cybèle déesse de la fécondité, qualifiée souvent de Μητερ µεγαλητων τεων serait évoquée, selon TOUI (...)
  • 615 H. GRAILLOT, Le culte de Cybèle, Paris, 1912, 378p. - V. égal. sur la quest. : W. KUBITSCHEK, Denks (...)

114En ce qui nous concerne nous possédons un témoignage de l’existence du culte de Cybèle, la Grande Mère des dieux614, dont on a parlé plus haut. Le temple devait être déplacé sans aucune difficulté administrative mais sa présence à Nicomédie prouve l’attachement des Bithyniens qui, « non moins fanatiques que les Phrygiens, précise Graillot615, adoraient la Mère des dieux et lui avaient consacré le troisième mois de leur année ». Plus tard, on se souvient, Antonin créa un archigalle chargé de diriger les galles, desservants de Cybèle, restaurant à son tour le sanctuaire de Vélia.

  • 616 Pour l’histoire du culte d’Isis à Nicomédie, A. SALAC, Isis, Sarapis a bozstva sdruzenà, Praha, 191 (...)
  • 617 Point de vue défendu par VIDMAN, Isis und Serapis bei den Grieschern und Römern., Epigraphische Stu (...)

115Il est vrai qu’il demeure difficile de cerner avec précision l’exacte importance de tous les cultes orientaux en Asie Mineure en ce début du second siècle. Tandis que le matériel épigraphique fait défaut malgré les fouilles de Nicomédie, de Nicée, de Kios ou de Pruse ad Oympum616 ; quelques indications numismatiques tendraient à établir que les cultes d’Isis et de Sérapis étaient de loin, dès l’époque d’Hadrien, les plus suivis. Le culte de Cybèle -dont on parle dans l’Apocalypse -et celui des divinités égyptiennes étaient les plus courants dans une province qui allait connaître assez tôt, à son tour, le développement du christianisme617.

c. Cultes combattus ou interdits

  • 618 sans doute en raison du risque d’idolâtrie : Esdras, IX :2 et :12 ; Néhémie, X :31 ; XIII :23 et :2 (...)
  • 619 A. BENOIT - M. SIMON, Le judaïsme antique, coll. Nouv. Clio, Paris, 1968, 24 – 25 ; 29-32.

116Dès la fin de la République on a pu constater que les communautés juives sont fort répandues en de nombreux points du monde romain où elles sont « civiquement installées » et où elles pratiquent le commerce. Un certain antisémitisme se fait jour d’après Diodore de Cicile qui nous parle d’interdiction de mariage entre Juifs et étrangers618 lequel affirme : « que la haine du genre humain est pour les Juifs un véritable dogme que leur aurait enseigné Moïse ». A son tour, Apion d’Alexandrie affirme que les Juifs s’engagent par serment à respecter un tel dogme (…) ; de son côté le rhéteur Quintilien soutient que la nation juive constitue un danger pour tous les peuples de la terre alors que Sénèque qualifie la nation juive de « criminelle » tandis que l’on colporte des histoires odieuses et terrifiantes sur le temple de Jérusalem ainsi que le rite « inhumain » de la circoncision. De même, Pline le naturaliste, rapporte que ce peuple n’a aucun respect des croyances des autres nations et que c’est « un peuple bien connu pour son mépris des divinités619… »

  • 620 W. ECK, Die Eroberung von Massada und eine neue Inschrift des L. Flavius Silva Nonius Bassus, Zeits (...)
  • 621 M. MESLIN, Le christianisme dans l’empire romain, coll. Sup., P. U. F., 1970, spéc. chap. concernan (...)

117Même lorsque le christianisme aura reçu droit de cité, indique J. Imbert, les derniers auteurs païens continueront à faire preuve d’antisémitisme : en 414, le poète et préfet de Rome, Ruttilius Namatianus, traitant de son retour dans sa patrie (son de reditu, en beaux vers élégiaques) traite un Juif d’animale dissociale… Avec quelque raison il est loisible de constater que l’antisémitisme remonte bien avant l’avènement du christianisme pour la simple raison que les Juifs furent à la fois les victimes et les responsables de l’ostracisme qui les frappa et les éloigna de presque tous les peuples et nations de l’Antiquité méditerranéenne : l’existence pour eux d’un seul dieu transcendant semblait ne guère être compatible avec le polythéisme des civilisations ambiantes620. N’est-ce pas pour ce même motif que les Juifs « puristes » combattront « l’autre Voie » défendue par des judéo-chrétiens issus du monde juif621 ?

  • 622 V. sur la quest. ; E. M. SMALLWOOD, Palestine, a.D., 115-118, Historia, 1962, 500-510.
  • 623 Sur ce point, H. DEXLER, Untersuchungen zu Josephus und zum judischen Aufstand, Klio, XIX, 277 -312
  • 624 Bar Kocheba : the Discovery of the Legendary Heroe of the Last Revolt against Imperial Rome, Oxford (...)
  • 625 Sur la littérature apocalyptique V. notre étude, Message de l’Apoc., préc. 81ss.

118Les travaux ont été repris ces dernières années à la lumière des documents « inter-testamentaires622 ». Ainsi, pour aller dans le « sens de l’Histoire » et de l’affrontement paroxystique inéluctable entre Romains et Juifs il suffit de citer la révolte puis la ruine de Jérusalem en 70 de notre ère par Titus623… ou encore les tristes dénouements des conflits qui eurent lieu sous Trajan puis Hadrien qui conduisirent à la perpétration d’un véritable génocide en 132, génocide décrit par Y. Yadin dans son étude sur Bar Kochba624. C’est comme cela sans doute que fut accomplie l’« abomination de la désolation » jadis prédite par des oracles sibyllins et autres livres apocalyptiques625 ; c’est ainsi que fut reconstruite ensuite la nouvelle Jérusalem, bien terrestre, appelée Aelia Capitolina ; c’est ainsi également que le nouveau temple fut dédié à Juppiter sur l’emplacement précis de l’ancien construit sous Salomon. Dorénavant le sabbat et la circoncision étaient interdits : le monde juif était dispersé, son mode de vie prohibé…

  • 626 LIETZAMNN, Die liturgischen Angaben des Plinius, Gesch. Stud. A. Hauk, - R. J. VIPPER, Rim i renne (...)
  • 627 Cf. Ep. X 96 :5 : « Propositus est libellus sine auctore multorum nomina continens. Qui negabant es (...)

119Portons-nous à présent sur le christianisme en Asie Mineure et notamment en Pont et Bithynie. Son expansion relativement rapide résulte non seulement de l’assertion des textes pliniens, donc un témoignage de la gentilité, peu susceptible de critique, mais encore de divers passages du Nouveau Testament. Toutefois on sait que l’authenticité de ces derniers textes avaient été mise en question autrefois par Lietzmann et quelques historiens de l’époque « soviétique626 ». Or, le constat dressé par Pline est clair et même guère sujet à caution si l’on admet la précision des termes employés en X 96 :5 : 3 : « On a affiché un libelle sans signature contenant un grand nombre de noms. Ceux qui niaient être chrétiens ou l’avoir été, s’ils invoquaient les dieux… si en outre ils blasphémaient le Christ… j’ai pensé qu’il fallait les relâcher. ( :6) D’autres, dont le nom avait été donné par un dénonciateur, dirent qu’ils avaient été chrétiens, puis prétendirent qu’ils ne l’étaient plus, qu’ils l’avaient été à la vérité, mais avaient cessé de l’être, les uns depuis trois ans, d’autres depuis plus d’années encore, quelques uns même depuis vingt ans627 ».

  • 628 in The McMillan Company, N - Y., 1970.

120C. H. Dodd dans son ouvrage, The Founder of Christianity628 , résume somme toute assez remarquablement ce que l’on peut appeler la « question chrétienne » telle qu’elle apparaît au proconsul du lieu : « Au début du second siècle, le gouverneur romain de la province de Bithynie, en Asie Mineure, Gaius Plinius Sécundus, généralement appelé Pline le Jeune, écrivait à l’empereur Trajan pour lui faire part de quelques-uns de ses problèmes. Il avait sur les bras des grèves, des scandales municipaux et une certaine morosité politique. Il constatait aussi un malaise religieux. Beaucoup de temples… étaient pratiquement désertés, et dans quelqu’un uns on avait même cessé le culte. Il y avait même une crise sur les marchés agricoles, parce qu’il n’y avait plus d’acheteurs pour les animaux destinés aux sacrifices. Tout cela était la faute, selon les informateurs de Pline, de gens appelés Chrétiens ». En fait, certains d’entre eux avaient embrassé cette croyance depuis plus de vingt ans, sinon plus !

  • 629 Un grand nombre de Chrétiens sont originaires du Pont ou de Bithynie selon A. HARNACK (Mission und (...)

121Par ailleurs nous connaissons l’épître canonique dite de Pierre ou « épître catholique » selon la terminologie d’Origène, texte extérieur au corpus paulinien et retenu dès le milieu de IIe siècle comme canonique dont l’adresse fameuse est ainsi libellée : « (I. P.« :l) Pierre, apôtre de Jésus-Christ, à ceux de la dispersion, du Pont, de la Galatie, de la Cappadoce, de l’Asie et de la Bithynie, qui séjournent parmi les nations (ou Goyim) élus selon la pré-connaissance de Dieu… » Laissons de côté l’aspect pseudépigraphique du texte et posons celui de la datation. Les passages II :12, II :19 à :21, III :15 à :17, IV :4 et IV :12 et :16 (à savoir : « Si vous êtes outragés, pour le Nom du Christ… » et « Si quelqu’un souffre comme Chrétien… » donnent à penser que ces persécutions ne sont ni générales ni officielles. On se rangera de l’avis d’O. Cullmann : ce sont des persécutions qui nous semblent contemporaines du règne de Domitien car l’auteur présumé de cette épître, un certain Sylvain-Silas, fut le secrétaire et de Paul et de Pierre. Les renseignements portés à la lettre de Pierre paraissent bien correspondre à ceux fournis par Pline dans l’épître X 96 in fine629.

  • 630 Studien zue offiziellen Gettung des Kaiserbildes im römischen Reich, Paderborn, 1934, 81ss.
  • 631 V. notre étude préc. sur Le message de l’Apoc., chap. sur La révolte apocalyptique ou l’antinomie d (...)
  • 632 V. A. GARZETTI, ouvr. cit., 285-288 (longue liste impressionnante et non-exhaustive de condamnés po (...)
  • 633 J. DANIELOU - H. I. MARROU, Nouvelle histoire de l’Eglise, t. I, Des origines à S. Grégoire l Grand (...)
  • 634 Fr. BARRY, étude préc., 10-45 - M. SORDI, Il cristianesimo e Roma, Bologne, 1965, spéc. 107ss - R. (...)

122La poursuite des Chrétiens pose de délicats problèmes pour les chercheurs. Sans être généralisée elle connaît des périodes de grande intensité. Naguère, H. Kruse dans ses études soutenait que l’action de Pline, sous Trajan, était le premier cas connu et recensé de poursuite officielle contre les adeptes du Christ630. Il s’appuie bien évidemment sur les assertions du gouverneur de Bithynie ainsi que sur la réponse de l’empereur qui est non seulement interrogé mais ensuite représenté par des imagines lors des procès soutenus devant le siège du conventus. Pline a dument informé son supérieur de ces procédures criminelles atypiques et de son intention de faire respecter le culte de loyauté à l’empereur qui comprend des prosternations (en ce sens, l’épître X 96 : 5 cite les mots : et imagini tuae…). Mais on se doit de modérer l’importance de ce premier exemple officiel de persécutions car la pression impériale contre les « sectes chrétiennes » a été sans doute assez forte sous l’époque domitienne, et principalement en province d’Asie631. L’entourage même de l’empereur (« ceux de la Maison de César ») en avait souffert, les uns condamnés à mort, les autres exilés632. Les écrits du Nouveau Testament et bien d’autres textes « pseudo-testamentaires » ne sont pas sans témoigner de la brutale réaction impériale contre tout ce qui était judéo-chrétien et « athéiste », le christianisme n’apparaissant que comme une secte juive parmi d’autres633. Le livre de l’Apocalypse constituerait un document d’une importance capitale à propos duquel il conviendrait de revoir la portée des renseignements en tenant compte des impératifs économiques -la cherté des prix, par exemple -et politiques – accusations de lèse-majesté -de l’époque flavienne634.

  • 635 Comp. not. avec la lettre de S. Irénée telle qu’elle nous est parvenue par EUSEBE de Césarée dans s (...)
  • 636 Cf. X 96 :3 : « Interrogaui ipsos an essent christiani . Confitentes iterum ac tertio… perseuerante (...)
  • 637 On renvoie ici à l’étude de J. GAUDEMET déjà citée sur La juridiction provinciale, 347ss.
  • 638 R. M. JACKSON, The Machinery of Justice in England, 5e éd., 1967.

123La lettre X 96 nous livre également de précieuses indications quant au déclenchement et à l’application des poursuites policières contre les Chrétiens. Nous avons la chance de posséder un document fort explicite qui porte à la fois sur le double mode de recherche et d’accusation de gens que l’on dénonce… parce qu’ils prétendent appartenir « à Christ » : ainsi : « on a affiché un libelle sans signature contenant un grand nombre de noms ». De là, sans doute, procédait-on à l’information puis la recherche proprement dite de ces suspects, puis à leur arrestation dans les geôles gouvernementales. Déférés devant le premier magistrat provincial ils répondaient à l’accusation de la façon suivante : « ceux qui niaient être chrétien ou l’avoir été, s’ils invoquaient les dieux selon la formule que je leur dictais… j’ai pensé qu’il fallait les relâcher ». Cette partie correspond bien à l’instruction préparatoire de la cognitio classique635. Un autre mode de recherche existe selon le passage X 96 :6 : « D’autres dont le nom avait été donné par un dénonciateur, dirent qu’ils étaient chrétiens… » Ce même texte précise que certains se rétractaient, revenant ainsi sur leurs premiers aveux636. Tous ceux traduits devant le tribunal du gouverneur selon la procédure ordinaire637 reconnaissaient ou improuvaient les faits. Les accusés plaidaient en quelque sorte « guilty or not guilty » et leur sort dépendait de cette prise de position initiale. Or, le nombre de ces enquêtes a dû singulièrement augmenter avec le temps et Pline est bien forcé de s’en ouvrir à l’empereur en ces termes : « ( :9) Aussi ai-je suspendu l’information pour recourir à ton avis. L’affaire m’a paru mériter que je prenne ton avis, surtout à cause du nombre des accusés ». Dans sa réponse, Trajan rappelle à son légat « que l’on ne peut instituer une règle générale qui ait pour ainsi dire une forme fixe (X 96 :1). Il n’y a pas à les poursuivre d’office ». Le droit commun est résumé par ces paroles et est seul applicable ; comme de nos jours le juge ne doit pas forcément procéder ex officio. Jadis, comme encore dans le droit accusatoire anglo-saxon l’accusation n’était pas soutenue par un ministère public composé de magistrats ad hoc mais par d’honnêtes citoyens, avocats de la cité638.

  • 639 Ep.X 97(98) :2 : « sine auctore uero propositi libelli [in] nullo crimine locum habere debent. »
  • 640 Apologeticum, II :7.
  • 641 Le fameux rescrit finit ainsi : « Mais, Hercule, si quelqu’un allègue cela par délation, retiens ce (...)
  • 642 Das fruhe Christentum im römischen Staat, Darmstadt, 1971, 1-32.

124Et l’empereur dans sa réponse de rappeler que les « dénonciations anonymes… ne doivent jouer aucun rôle dans quelque accusation que ce soit [car] c’est un procédé d’un détestable exemple et qui n’est plus de notre temps639 ». Par ailleurs on sait que Tertullien connaissait le rescrit puisqu’il affirme un siècle plus tard : Tunc Traianus rescripsit hoc genus inquirendos quidem non esse, obtatos uero puniri oportere640. Le pouvoir hésite devant la multiplication affolante de ce genre d’affaires et semble préférer une formule plus souple que les juristes anglais ont repris à leur propre compte : Remedies preceed rights ! Il est établi que les cognitiones de christianis seront encore plus fréquentes sous les derniers Antonins et l’on doit cependant saluer sur ce point l’indépendance du juge romain. En 123 ou 124 une epistula d’Hadrien rapportée par Justin l’apologète, adressée au proconsul d’Asie, dispose qu’en matière de poursuites contre ceux qui se réclament du Christ invite expressément le juge provincial à « repousser les procédés tumultuaires (et à) admettre seulement les dénonciations dans lesquelles le « dénonciateur est disposé à maintenir l’accusation devant le tribunal et rappelle les normes contre les dénonciations calomnieuses641 ». L’ultime formule Nec nostri saeculi est, reprise dans un célèbre article de W. Weber642, illustre bien la modernité de ce mouvement de pensée libérale introduit par Nerva et Trajan et poursuivi sous Hadrien. Cette politique judiciaire faite de raison et de modération du pouvoir impérial en ce début du second siècle est à mettre indubitablement à l’actif du « nouveau régime ». Les chrétiens ne doivent être combattus que dans la mesure où ils répandent une superstitio jugée déraisonnable par le public.

  • 643 Sur les crimes reprochés aux Chrétiens, D. LECLERCQ, Dict. Arch. Lit.t. I, 265 (accusations portées (...)
  • 644 Ad Nat. I :7 - Apol., V :3 - Sur ces textes : A. PAUL, Genèse et avènement des « Écritures » chréti (...)
  • 645 Les premiers Chrétiens furent-ils persécutés par édits généraux ou par mesure de police ? Rev. Hist (...)
  • 646 En effet l’auteur déclare que « Pline parle explicitement de cognitio c’est-à-dire d’une procédure (...)

125Une littérature importante est venue traiter du fondement des poursuites ainsi que des motivations par lesquelles les Chrétiens étaient considérés comme hors-la-loi643. Nombreux furent ceux qui, sur la foi de textes de Tertullien644 crurent en l’existence d’un institutum Neronianum, c’est-à-dire, d’une législation spéciale portant contre les Chrétiens en vertu de la maxime non licet esse christianos : il n’est pas permis aux Chrétiens de vivre ! De nos jours quelques rares auteurs dont M. Durry reprennent les conclusions d’anciens érudits et notamment de C. Callewaert dans son étude magistrale portant sur le mode de persécution des premiers Chrétiens645. La question était certes bien posée mais les réponses ne furent jamais décisives malgré les affirmations de M. Durry dans son « Introduction concernant les chrétiens » ni scientifiquement satisfaisantes646.

  • 647 H. COHEN, Mishpato u Moto shel Yeshu ha Nosri (en hébreu), Tel-Aviv, 1968, 100-180.
  • 648 SHERWIN-WHITE, Roman Society and Roman Law in the New-Testament, Oxford, 1963.
  • 649 G. LANATA, Gli atti dei martiri… 3-40 - H. MUSURILLO, The Acts of Pagan… (préc.), L - LVII.
  • 650 Cons. de récit de Luc l’apôtre précisant : « Nous avons trouvé celui-ci (le Christ) excitant notre (...)
  • 651 Cf. A. M. A. IV :1 - :7 ; A.M.A. IV :8 - :11 ; VI :15 : :17 et IV :28 - :29.
  • 652 Cf. La motivacion del rescripto de Adriano sobre los cristianos, Estud. Deusto, XXIV, 1976, 9-44 et (...)
  • 653 Cons. Constitution s d’Hadrien contenant cette formule au Dig. XLVII 9, 7 ; XLVII 21, 2 ; XLVIII 3, (...)

126Or, l’un des aspects du jury criminel romain présidé par le gouverneur était à notre avis de pouvoir évoquer toutes les affaires qui pouvaient mettre en péril le maintien de l’ordre public social et politique romain. On peut donc se demander si le procès de Jésus le Nazôréen647 ou de milliers de zélotes648, puis de martyrs649 ne sont pas au fond tous liés quant à la nature des rapports entre ces « sectaires » et la force occupante. Le crimen de lèse-majesté existait depuis longtemps à Rome et avait été considérablement étendu sous Auguste par une loi célèbre Julia de maiestate. La spécification du crime au Digeste (XLVIII 4 :1) qui reproduit un fragment d’Ulpien dispose clairement que « le « crime de lèse-majesté est celui qui est commis contre le peuple romain ou contre sa sécurité… ». Il est précisé un peu plus loin « qu’est coupable de ce même crime celui qui transforme en ennemis les amis du peuple romain650 ». Bien plus encore, dans un fragment paulien rapporté au Digeste (XLVIII 19, 38 :2) nous lisons que ceux qui provoquent la sédition ou le tumulte en excitant le peuple sont portés en croix, jetés aux bêtes ou déportés dans une île, selon la classe sociale à laquelle ils appartiennent. Quintilius Varus fit par exemple « suspendre » deux mille Juifs sur la route de Jérusalem en Syrie à la suite d’un soulèvement populaire de l’an 5 de notre ère. En réalité, l’opposition entre la thèse de la coercitio -dont dispose tout magistrat romain -et celle de la cognitio -confiée au nouveau fonctionnaire impérial -ne présente plus de problème majeur. On sait, notamment grâce à la littérature martyriale d’une part651, au rescrit d’Hadrien, cité plus haut, et analysé par J. de Churruca652, d’autre part, que tout gouverneur de province ou préfet de la Ville pouvait juger les Chrétiens comme tout inculpé, c’est-à-dire, pro modo culpa et personarum qualitate653.

  • 654 J. MOREAU, La persécution du christianisme dans l’empire romain, Paris, 1956, 40-74 - G. E. M. de S (...)
  • 655 On ne punit pas tellement le nomen ipsum plutôt que l’appartenance voire l’adhésion à un groupe méc (...)
  • 656 Cf. Ep. X 96(97) :3 : « Interrogaui ipsos an essent christiani… perseuerantes duci iussi. Neque eni (...)
  • 657 Cf. Actes XXV :12 et XXIV :22ss - Sur la seconde arrestation de Paul, M. SORDI, Il cristianesimo e (...)
  • 658 Le passage de l’épître 96 :2 s’explique par le fait que Pline n’a jamais, dit-il, participé à des i (...)
  • 659 R.I.D.A., 1979, 227-238.
  • 660 Opinion not. de WEBSTER dans Nec nostri saeculi est, Festgabe K. Müller (préc.), 24ss.

127La doctrine récente s’est beaucoup intéressée à la condamnation des Chrétiens et notamment au degré de répression654. Ont-ils souffert d’une persécution aveugle ? Constante et systématique ou plutôt de poursuites épisodiques et d’ampleurs inégales ? Sans trop ici entrer dans des considérations particulières qui dépasseraient l’objet de cette présente étude il semble que l’on puisse affirmer que les premiers Chrétiens avaient été poursuivis parce qu’ils portaient atteinte non seulement à l’ordre public religieux de l’Empire (condamnation des groupes occultes655) mais encore à des intérêts strictement économiques, à ceux, par exemple, des marchands de bestiaux, de sacrifice ou de fourrage. La lettre citée par Ch. H. Dodd (96 : 10) en témoigne suffisamment : « Il n’est certes pas douteux que les cérémonies rituelles longtemps interrompues sont reprises, que partout on vend la chair des victimes qui, jusqu’à présent, ne trouvait plus que de très rares acheteurs. D’où il est aisé de penser quelle foule d’hommes pourrait être guérie si l’on accueillait le repentir ». En conséquence Pline n’hésite pas à condamner des gens des deux sexes à mort sur le fondement de la procédure usitée normalement devant sa juridiction. En 96 :3 il est même écrit : « Je leur ai demandé une seconde et une troisième fois, en les menaçant du supplice ; ceux qui persévéraient, je les ai fait exécuter : quoi que signifiât leur aveu, j’étais sûr qu’il fallait punir au moins cet entêtement et cette obstination inflexibles656 ». L’auteur poursuit disant que « ( :4) d’autres, possédés de la même folie furent notés pour être envoyés à Rome, parce qu’ils étaient citoyens romains : adnotaui in urbem remittendos… » situation que l’on peut comparer à celle de Paul de Tarse657. Ainsi, notre proconsul n’offre pas forcément l’image d’un faible personnage, bien au contraire ; son attitude nous paraît correspondre rigoureusement à celle d’un haut administrateur conscient de sa tache qui essaie malgré tout de moduler voire de modérer la répression aux justes nécessités de l’heure : « ( :2) Je me demande non sans perplexité s’il y a des différences à observer selon les âges ou si la tendre enfance est sur le même pied que l’adulte, si l’on pardonne au repentir ou si qui a été tout à fait chrétien n’a rien à se dédire, si l’on punit le seul nom de chrétien en l’absence de crimes ou les crimes qu’implique le nom658 ». La demande d’information gouvernementale traduit le fait que les poursuites et condamnations des Chrétiens n’étaient pas si fréquentes et connues que cela, même pour un proconsul venant de la capitale… En conséquence, comme le fait observer J. de Churruca dans son étude sur les procès portés contre les Chrétiens au second siècle659 on ne peut définir une norme générale de répression pour tout l’empire, qu’ainsi il faut combattre l’idée de certains historiens qui soutenaient jadis que la douceur de Trajan remarquée en X 97 :1 (conquirendi non sunt) avait sous-estimée gravement la force incontrôlée des Chrétiens qui fut dangereuse pour l’ordre impérial660.

  • 661 X 96 :7 : « D’ailleurs ils affirmaient que toute leur faute, ou leur erreur, s’était bornée à avoir (...)
  • 662 M. SACHOT, Religio/superstitio, historique d’une subversion et d’un retournement, Rev. Hist. Rel., (...)

128Cette opinion a été bien souvent contredite par les faits car, hormis les horribles flagitia que l’on imputait à tort aux premiers adeptes du Christ, leur conduite sociale ou morale était plutôt exemplaire pour ne pas dire austère. Elle devait contraster avec les mœurs « libres » du temps661. A l’origine, le Chrétien ne devait apparaître sans doute que comme un partisan d’une des nombreuses sectes juives, mais, dès la chute de Jérusalem, et plus encore dans les années qui suivirent, ceux-ci apparurent sous leur couleur véritable : ils n’étaient plus couverts par cette sorte « d’immunité de religion » qui protégeait les membres de la nation juive. En conséquence la poursuite et la condamnation des Chrétiens devenait possible en raison de leur superstition illicite. Les magistrats romains et les gouverneurs peuvent en vertu de leur pouvoir de contrainte (coercitio) appréhender les suspects, leur faire avouer leurs pratiques et appartenance à la secte des nazôréens et ainsi appliquer toute la rigueur de la loi662.

  • 663 Selon L. VIDMAN (ouvr. cit., 95) « Les représentants du pouvoir romain ne prêtaient pas beaucoup at (...)

129Cependant une des choses qui frappent le plus le lecteur des Lettres de Pline est l’importance du choix disjonctif imposé à l’accusé, cette véritable alternative « abjuration mort » dont parle J. de Churruca dans l’article cité plus haut. Il est patent que le maintien de la confession entraînait inévitablement la mort du « sectateur » tandis qu’à l’inverse, la seule abjuration avec reconnaissance du culte impérial à l’appui -lorsqu’elle était sollicitée -conduisait à l’absolution. En effet, a-t-on fait suffisamment attention au fait que, pendant la cognitio, l’on apportait des formules et des matériels tels que l’encens, le vin, des images impériales (ou θειαι ειχωνες) en vue du sacrifice de loyauté à César. Le rite était bien sûr accompli devant le représentant de César. Trajan entérine dans sa réponse ce processus parce qu’il paraît moins, à notre avis, être l’expression du rejet d’une religion plutôt que le signe indiscutable du rattachement à la société civile ou civique. Blasphémer le Christ -chose, rapporte Pline, impossible d’obtenir d’un Chrétien -n’est pas faire acte d’apostasie au sens romain : bien au contraire, il s’agit-là de se prononcer positivement pour l’ordre naturel des choses, reconnaître les dieux protecteurs du monde gréco-romain, obéir aux lois du cosmos. C’est à ce prix que Rome entend faire respecter l’ordre public politique et accessoirement religieux. Et l’apparente extrême sévérité des magistrats ne peut s’expliquer que par cette référence à la notion de fidélité à la volonté des dieux qui ont donné tout pouvoir à César en ce monde663.

  • 664 E.gr. : Procès de Polycarpe (Smyrne, 155 ? 165 ?) A. M. A. IV :1 - :7, de Carpus, Papylys, Agathoni (...)
  • 665 Curieusement ce droit n’est pas proposé lors du procès de Lyon de 177 (Martyr. Lugd., I, 33, A.M.A. (...)
  • 666 Patrology, Utrecht, 1960, t. II, 171-173.
  • 667 Mart. Lugd. I 13, 14 (A. M. A. IV 20).
  • 668 Sur la salutatio pro salute Caesaris, P. JOBERT, Les preuves dans les procès contre les Chrétiens, (...)

130Dans certains cas, toutefois, le juge offrait la possibilité de la uenia ex paenitentia, et comme nous venons de le voir, il pouvait proposer aux suspects différents moyens pour confirmer l’abjuration. Cette pratique « judiciaire » paraît avoir été largement utilisée au deuxième siècle d’après les exemples fournis par Pline mais surtout au vu de la littérature martyriale664. Il s’agit d’une faculté proposée par le juge pendant l’instruction définitive en vertu de son pouvoir discrétionnaire665. « On retrouve, précise J. de Churruca, au cœur du procès… pour l’accusé un choix disjonctif : ou maintenir sa confession… ou abjurer… On peut le considérer comme le système de procédure le plus signifiatif ; mais ce n’était pas le seul ». Et dans son étude sur les procès contre les Chrétiens ce même auteur ne s’occupe tout particulièrement que des affaires qui aboutissent, sans abjuration, à l’absolution ou à une peine inférieure à la mort. J. Quasten avait de son côté livré quelques exemples plus tardifs où gouverneurs et procurateurs étouffèrent des instances de ce genre dans le but d’éviter de trop graves répressions666. Nous avons aussi des exemples où le juge (préfet ou gouverneur) ne propose pas une telle facultas solutionis. Obéit-il à la pression de la foule ? Ou à un désir collectif de lynchage ? En ce cas, ne faut-il pas se prononcer pour l’exemple ? Telle semble être la situation à Lyon en 177667. Mais, à vrai dire, en quoi consiste cette faculté de repentir ? Pline cite entre autres exemples celui de lancer « opportunément » des imprécations contre le Christ : ( :5) Praeterea maledicerent Christo, quorum nihil cogi posse dicuntur, qui sunt re uera christiani, dimittendos esse putaui. Ce passage correspond dans l’ensemble assez bien avec ce que nous apprend le Martyrium Polycarpi (IX 10) et l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe (IV 15, :20 - :21) notamment en ce qui concerne les signes extérieurs de l’abjuration668 relevés par Trisoglio en ces termes : « Per il sacrificio, l’atto di culto all’imperatore e la maledizione contro Cristo, riquiesti ai Cristiani… »

  • 669 V. Rendic. Lincei, (préc.), 462.

131Remarquons enfin que dans sa réponse Trajan ne donne volontairement pas de solution générale. Il n’entendait sûrement pas « décréter » une norme applicable erga omnes et valable pour toutes les provinces, craignant peut-être de proclamer une proscription irréversible de tous les Chrétiens. Là encore nous faisons nôtre l’hypothèse de A. Solari : Trajan n’a jamais fait valoir le point de vue centraliste669.

- SECTION II - LE GOUVERNEUR : AGENT PROVINCIAL

132Avec l’extraordinaire développement des cités d’Asie Mineure depuis le début du premier siècle de notre ère nous assistons à la montée d’un double phénomène. Le premier concerne l’épanouissement du mouvement municipal dans l’Orient hellénisé – ce qui nous autorise à parler d’une certaine autonomie en Pont-Bithynie (§ 1) -, le second volet cherche plutôt à mettre en lumière l’existence d’un véritable système de contrôle des décisions locales ou des prérogatives des cités, ce qui implique que soit opéré une mise en place d’une sorte de tutelle des collectivités locales sous la houlette bienveillante du gouverneur (§ 2).

§ 1 - Le mouvement municipal

  • 670 Pour s’en convaincre, cons. E. GREN, Kleinasien und der Ost Balkan (préc.), 87-113 - M. HOLLEAUX, E (...)
  • 671 I. LEVY, Et. Sur la vie municipale en Asie Mineure sous les Antonins, Rev. Et. Gr., 1895, 203 p, et (...)
  • 672 Th. PEKARY, Untersunchungen zu den römischen Reichsstrassen, Bonn, 1968 (reprenant les arguments de (...)
  • 673 On ne sait que peu de choses des zones rurales de l’Est à l’écart des « influences civilisatrices » (...)

133Les villes grecques d’Asie Mineure se sont épanouies dès la fin de la République et encore plus à partir du principat de Néron, grâce, selon quelques auteurs, à la politique volontairement helléniste de cet empereur670. De plus, la situation climatique et géographique de ces villes, soulignée par L. Robert (Villes d’Asie Mineure, géographie antique, 2e éd.) et jadis par I. Lévy portaient à l’avancement de la civilisation. De ce fait les relations économiques ont été grandement améliorées sous les Flaviens, ce qu’a mis en relief M. P. Charlesworth qui s’est intéressé à l’amélioration du système routier à la fin du premier siècle671. Plus récemment l’étude des grandes voies d’Asie Mineure a permis une meilleure compréhension des échanges commerciaux entre l’Est et l’Ouest ainsi que, par ailleurs, entre les pays septentrionaux ou balkaniques, Bosphore compris, et la Propontide, la Syrie-Palestine et même l’Egypte au Sud672. C’est dans cet ensemble de relations sociales et économique qu’évoluèrent prodigieusement les cités de l’Asie Mineure méridionale, principalement, mais également, peut-être de façon indirecte, les cités du Nord qui bordent le Pont-Euxin, sur les routes qui vont de Nicée et Pruse jusqu’à celles de Colchide et même d’Arménie Majeure673.

  • 674 Sur les institutions politiques à l’époque classique, P. BRUN, Le monde grec… A. Colin, coll. U, 20 (...)
  • 675 T. R. S. BROUGHTON, ouvr. cit., 715-734 - F. MILTNER, Ephesos Stadt der Artemis und des Johanes, Vi (...)
  • 676 La facture de ces sept Lettres caractérise bien l’intention de l’auteur qui, dans un but pastoral, (...)
  • 677 H. STERLIN, Grèce d’Asie, arts et civilisations classiques de Pergame à Nemroud Dagh avec textes et (...)

134I. Lévy avait déjà noté au siècle dernier la spécificité des institutions de l’Orient grec par rapport à celles de Rome ou du reste de l’empire. Or, à cette « spécificité » s’ajoute celle de l’esprit hellénophone, esprit indépendant qui s’accompagne du désir bien enraciné chez les Orientaux de démontrer qu’ils étaient fidèles à leur glorieux passé de l’époque athénienne, d’Alexandre et des épigones674. La prolifération des cités dont beaucoup se jalousaient la primauté d’honneur ou la suprématie religieuse (ville disposant du néocorat) correspond à cette volonté des sénats locaux d’appliquer une politique économique de grandeur. A cette époque l’évergétisme grec est ébahissant et il traduit cette folle politique de suprématie urbaine675. On est parfois surpris du niveau élevé de civilisation, des arts, de la statuaire et des œuvres diverses aussi bien écrites que monumentales qui ont cours dans ces villes d’Asie. On connaît l’importance des associations de flûtistes ou de chorégraphes, de τεχνιτχι ou d’ouvriers maçons ou de charpentes, de collegia ou « compagnies » en général d’après notamment les études savantes de J. Gagé. Aussi, l’orgueil de ces cités et notamment des villes d’Ephèse, Pergame, Smyrne consiste à prétendre être toutes trois métropoles de l’Asie, et le témoignage contemporain de l’Apocalypse nous paraît précieux à cet égard676. On retrouve semblable frénésie dans le Nord de l’Asie puisque différentes fouilles du xxe siècle (1920 -1940) ont permis de dégager à Nicomédie, la capitale présumée des Bithyniens (J. Solch), le temple d’Auguste et, mais cette fois-ci avec quelque incertitude, l’emplacement du Κοινον Βιθυνιας677.

  • 678 C’est Nicomède IV, Philopatôr, qui transmit son royaume par testamernt à Rome (TITE-LIVE, ep. XCIII (...)
  • 679 Cf. Epp. X 81 (Pruse de l’Olympe) ; 83 (intestatus de Nicée) ; 92 (secours mutuels d’Amisos…)

135A considérer la chose de plus près, le fait que les historiens aient longuement hésité sur le choix de la capitale nous paraît très significatif. On a tendance à transposer dans le Nord-Est ce qui se déroulait en Asie, Phrygie ou Cilicie. La rivalité des cités était telle qu’à chaque changement de souverain, des légations demandaient à son successeur de les départager et de désigner la ville qui aurait à nouveau l’honneur d’être la capitale de la province. Lutte incessante ! Nous pouvons penser qu’une telle hypothèse doit être retenue quant à l’opposition latente qui existait entre Nicée (la Victorieuse) et Nicomèdie, la ville du très célèbre roi Nicomède III. Les travaux de Wilcken démontrent assez bien que Pline réside le plus souvent en cette ville, et seulement à l’occasion, à Nicée678. Enfin, les épîtres X 21 ; 49 ; 51 ; 52 sont toutes envoyées de Nicomédie. L’argument e silentio porte à nos yeux d’autant plus que lorsque le gouverneur se trouve dans une autre ville de Bithynie ou du Pont, il le précise dans sa Correspondance. Il y a donc assurément une certaine rivalité de préséance et d’ancienneté mais on constate la suprématie de la vieille cité royale679.

  • 680 Sur la distinction entre les villes libres et les villes fédérées, A. H. M. JONES, Ciuitates libera (...)
  • 681 Municip. Adm…, chap. The decline of Democracy, 186 ss.

136Le déclin de l’esprit démocratique -paradoxalement lié à l’ampleur de l’esclavagisme dans les cités grecques (M. I. Finley) -a été largement souligné par Abboth et Johnson notamment par rapport à l’évolution des villes de l’occident romain : « The effective obstacle, disent-ils, and the fundamental differences between East and West ». Ces auteurs constatent avec l’ensemble de la doctrine que les « inequalities of status in the various provinces continued on from the Republic to the Empire… ». Et plus loin, ils remarquent que le « Roman citizenship, however, was confered with great liberality up on individuals and entire communities680… Similarly the ‘ius italicum’ and the ‘ius latii’ were freely granted to provincial cities. Since, provinces « were composed of federated, free and stipendiary communities, and the roman, latin and provincial citizens, uniformity in the legislation was difficult681 ».

  • 682 Le second successeur de Pline, C. Julius Sévérus fut chargé par Hadrien en 136 – 137 des fonctions (...)
  • 683 En ce sens E. GROAG, Die römisch. Reichsebeaten… coll. 125-128 ; cons. I. G. R. III 174, 175 - MAGI (...)

137Le problème majeur de ces cités qui sont pour la plupart autonomes ou indépendantes consiste dans le fait qu’elles n’arrivent pas à régler leurs propres affaires politiques et leurs litiges immobiliers, financiers voire institutionnels d’où, pour certains historiens, la nécessité impérieuse de recourir aux institutions des curatores ou correctores promises à un bel avenir682. On sait que d’après les inscriptions les autorités locales sont souvent incapables de diriger et de régler leurs différends. La création de nouvelles institutions de contrôle remonte principalement à Trajan qui se développent surtout sous Hadrien683. Tout cela suppose une politique qui coiffe l’ensemble, paternaliste au possible, quelque peu centralisatrice - mais pas trop - et qui apporte à tout le moins l’uniformité des solutions. C’est ce que met en relief un propos d’Abboth : « The appointment of the ‘curator rei publicae’ to whose office we have already reffered, shows the trend of paternalistic legislation under Trajan ».

  • 684 Ouvr cit., 50ss - A.H.M. JONES, Ciuitate liberae… spéc. 103-117.

138A juste raison, notamment si nous acceptons une part notable de paternalisme politique de la part de Trajan, il n’en faut point exagérer l’ampleur : le mouvement tutélaire, autrement dit, de « correction » est vraiment encouragé par Trajan qui, à notre avis a repris et amplifié la vieille recette de Domitien pour les cités orientales (« tel contrôle… dit le prince, tu le feras ex mea uoluntate »). Et ce dernier y rapporte lui-même un contre-poids, un garde-fou de taille, qui consiste à faire respecter par ses agents les normes édictées localement. Au pire, s’il y a conflit de normes le princeps tranchera cas par cas comme dans les espèces présentées en X 83 -84 ; 92 -93 et 114 -115. Les conclusions de F. Grelle en cette matière ont sûrement contribué à serrer de plus près la vérité et la réalité historique notamment au sujet de l’autonomie financière des cités qui doivent cependant un lourd tribut à Rome684.

  • 685 Mun. adm.., 75-76 - RANOVIC, Vostoc(h)nyje provincii rimskoj imperii, 73.
  • 686 Discours, LXVIII :1.
  • 687 comp. avec ép. X 43 :2 : le terme φηϕισµα est traduit par « décret ».
  • 688 Ep. X 110(111) :1 : « …ante uiginti annos bule et ecclesia consentiente… » - W. LIEBENAM, Philologu (...)
  • 689 E.gr. : inscr.à propos d’une légation de Sinope dans A. E. 1916, 120 : « quater misso legato a colo (...)

139Mais ne convient-il pas de chercher la raison profonde du déclin de la démocratie des cités grecques de Bithynie et du Pont dans le fait même de la décadence progressive des pouvoirs de l’ekklesia ? Telle semble être la conviction d’Abboth et de Johnson ou encore de Ranovic685. On a remarqué que Pline nous parle essentiellement de la bulê et non pas de l’élément populaire. Le témoignage de Dion Chrysostôme686 doit être rapporté qui prétend que le proconsul Varénus Rufus avait jadis permis la séance de l’assemblée démocratique à Pruse. Et ceux qui se fondent sur ce passage pensent à bon droit que « l’élément populaire » avait cessé de fonctionner et de se réunir régulièrement et qu’il fallait une autorisation administrative expresse du gouverneur romain pour sa convocation. En revanche, l’épître X 110, vient contredire sur un point le prétendu déclin de l’ekklesia687 : « Maître, le receveur municipal (ecdicus) de la cité d’Amisus réclamait devant ma juridiction à Julius Pison une somme d’environ 40 000 « deniers, dont il lui avait été fait cadeau par la ville il y a vingt ans avec le consentement de la boulê et de l’assemblée du peuple688… » En effet, cette largesse publique avait été accordée il y a fort longtemps -plus de vingt ans auparavant -et il ne convient pas selon les paroles de Trajan de remettre en question la tranquillité des gens… Cette « évergésie » avait dû être consentie à la fin du premier siècle, dans les années « 90 », peut-être avant l’avènement de Nerva et, depuis, il était possible que le pouvoir de l’assemblée n’ait cessé de décroître. Des inscriptions ont beau relater des décisions communes de l’assemblée de la ville et du sénat, il n’en demeure pas moins que les organes de consultation et de décision sont placées entre les mains des bouleutes mais aussi de prytanes et de gérousiastes689.

  • 690 En ce sens, H. FUCHS, Der geignement Widerstan… 77ss
  • 691 D. NOERR, Imper. und Polis… (préc.), 68-114 - B. FORTE, Rome and the Romans… 273-287, 400ss.
  • 692 Sur les logistes, D. MAGIE, Rom. Rule…596-599.
  • 693 Decline of Democracy (préc.)186.
  • 694 Les pouvoirs de l’assemblée populaire sous administration romaine ont fait l’objet d’une étude atte (...)

140On a déjà signalé plus haut que l’autonomie municipale en Asie figurait comme l’un des traits constants de l’esprit « poliade » des cités orientales de l’empire. Le Romain vainqueur demeure un étranger, quasiment un barbare puissant, dont la culture n’égale en rien celle des Grecs en général, des Bithyniens, en particulier. Il faudra attendre l’époque sévérienne pour voir cet état d’esprit s’atténuer690. En attendant, outre quelques raisons d’ordre cultuel ou psychologique qui font que le gouverneur est parfois ressenti par la population comme un « gauleiter » ou un arbitre incontournable691, le livre X de la Correspondance plinienne, à cet égard le plus précieux, a le mérite précisément de nous présenter les limites de l’action administrative et législative de la puissance souveraine qui cherche à ménager les prérogatives locales lorsqu’elles ne sont pas en conflit avec l’ordre public impérial692. Par ailleurs, toujours selon Abboth et Johnson, le sénat local constituait le « chief-organ » de l’administration municipale et depuis la nuit des temps ses membres tenaient ces offices à perpétuité ou presque… Ils contrôlaient les magistrats civiques élus annuellement « as thorougly as the Roman senate had once controlled the consuls. In the East democratic forms were cherished as a heritage of the past693 ». A l’instar de Rome, on tend doucement vers l’abandon définitif du pouvoir populaire au profit de la seule classe décurionale, ce qui explique en partie l’existence de nombreux abus694.

  • 695 not sur I. G. R. III 96 V. Comm. de MAKSIMOVA, ouvr. cit., 380.
  • 696 V. C. I. G. 4150b (L. ROBERT, Etud. Anat., 259-26O) - Comp. avec fouilles de Delphes, III, 1, n° 55 (...)
  • 697 Explorations archéologiques, t. I, 48, n° 26 (Cox ad M. A. M. A. V 60). Ce phénomène se retrouve en (...)
  • 698 Un exemple en R. E. G., XII, (1899), 297.

141En province de Pont et Bithynie on observe que beaucoup de personnalités sont à la fois citoyennes et bouleutes de plusieurs villes d’où la problématique qui est élevée dans l’épître X 114 et que Pline présente à Trajan : « ( :2) De là résulte que certains censeurs ont cru devoir me demander s’ils devaient exclure les sénateurs qui étaient d’une autre ville ». Un peu plus loin ce même Pline ajoute que, selon les témoignages à lui apportés, nombreux étaient les bouleutes originaires d’autres cités et il s’ensuivrait que le statut de nombre de personnes et de villes serait bouleversé par cette partie de la loi… ». Déjà, H. von Arnim présentait un cas similaire chez Dion Chrysostôme pour les sénats de Pruse et d’Apamée (Discours… LXI : 10). L. Vidman fait de même état de divers documents épigraphiques pour les villes de Sinope et d’Amisos695, pour Héraclée et Amastris et enfin Nicée et Nicomédie696. L’assertion plinienne se révèle donc bien exacte ; le phénomène dépasse les frontières du Pont et de la Bithynie selon Perrot qui en fait une constante de la pratique citadine des Ier et IIe siècle en Asie697. Nous avons aussi sous les yeux un cas remarquable où une loi paraît battue en brèche par une coutume locale ou provinciale contra legem tant celle-là a vieilli et ne correspond plus aux nécessités de l’heure : ceci explique que les enfants devenaient décurions « à la bavette » par crainte de recruter de simples incolae698.

  • 699 X 33(42) : « ( :1) … et duo publica opera quamquam uia interiacente, Gerusian et Iseon… » (Paris, L (...)
  • 700 C. I. G. 3749 nous apprend qu’Onésimos s’est rendu utile… en offrant des cadeaux aux gérousiastes ( (...)
  • 701 Les présents les plus importants sont destinés aux bouleuses selon L. ROBERT (Et. Anat., 343ss).
  • 702 En ce sens, C. I. G. 3754 que l’on peut comp. avec X 116 (…solent totam bulen atque etiam e plebeno (...)
  • 703 d’après J. MILLER, R. E., VII 1, 1268 (mais il ne cite pas sa source).

142A l’inverse, Pline ne nous entretient assez peu des autres fonctions municipales. A peine fait-il allusion au bâtiment de la « gérousie » lors d’un incendie fortuit ( ?) de Nicomédie : « Un immense incendie a détruit beaucoup de maisons privées et deux édifices publics, l’asile des vieillards et le temple d’Isis699 ». La traduction paraît plutôt malheureuse : on ne peut guère traduire gerusian par asile de vieillards et il lui est préférable de proposer le terme sanhédrion ou ‘conseil des Anciens’ car il s’agit présentement de l’hôtel où se rassemblaient les gérousiastes de Nicomédie. L’existence d’une « gérousie » est par le fait attestée pour Nicée à l’époque romaine700. Diverses inscriptions donnent à penser que la « gérousie » était aussi prisée et recherchée que le décurionat : elle jouissait d’une même considération. On prodiguait les mêmes cadeaux aux uns comme aux autres selon l’usage aristocratique du temps701. Sans doute fallait-il pour devenir gérousiaste avoir accompli la fonction de bouleute702. ? Toutefois les fonctions de la « gérousie » ne sont nulle part définies clairement. On y paye les amendes pour violation de sépulture sans que l’on connaisse exactement le fondement de cette disposition703. Le Conseil des Anciens détient une fonction sacrale, religieuse, qui s’accompagne peut-être, comme autrefois à l’époque classique, d’une juridiction propre.

  • 704 LEVY, R. E. G., XII, 1899, 270.
  • 705 Cf. Historia VII, 1958, 472-496.

143Enfin on a beau scruter les indications de Pline sur la vie municipale on ne trouve nulle précision concernant les éphores ou duumvirs. I. Lévy mettait autrefois en évidence une allégation de Dion Chrysostôme affirmant « que celui qui se glorifierait de son amour pour la municipalité, qui se réjouirait des maisons municipales et des ateliers, ne serait pas un bon citoyen si, en même temps, il ne faisait pas le cas de l’agora, du prytanée et de l’hôtel de ville ce qui serait comme un lacédémonien qui aimerait son peuple, mais n’estimerait ni rois, ni éphores, ni gérontes704 ». Plus récemment L. Vidman commente les propos de Dion tout en posant d’abord que la comparaison avec Sparte est volontairement bien choisie pour mettre en parallèle les degrés du cursus décurional : à savoir l’accès à l’assemblée du peuple, aux charges principales de la bulê et de la « gérousie » alors que les prytanes correspondraient grosso modo aux éphores. D’après les documents de la Bithynie mais aussi en fonction de ce que rapporte J. H. Olivier dans ses travaux705 sur la fonction des gérousiastes à l’époque impériale. Les cités grecques d’Asie conservent jalousement leurs vieilles institutions. Les fils des décurions n’hésitent pas à donner des legs importants d’argent à la « gérousie » par laquelle ils ont pu accéder à l’éphorat. Cet évergétisme laisse supposer une condition sociale plus élevée des donateurs.

  • 706 Ep. X 110(111) :1 : « Ecdicus… Amisenorum ciuitatis petebat apud me… utebaturque mandatis tuis quib (...)
  • 707 R. E., XXIII, 1, 1957, 1142-1143 ; cons. I. G. R. III, 64.
  • 708 Sur l’ecdicus cons. TRISOGLIO, Opere… 1110, n. 687 : « L’εχδιχος , magistrato permanente di alcune (...)

144Il incombait à Pline une autre mission d’importance : celle de surveiller et d’améliorer l’état des finances des villes de ses provinces. Nous avons signalé plus haut que cette mission devait selon les termes de l’épître X 17a être comprise expressément dans ses mandata. Or, à cette époque, d’après la lettre X 110, on a eu la surprise de noter que l’εχδιχος ( =celui qui agit en justice) d’Amisos se référait lui aussi aux mandats impériaux : « ( :1) Maître, le receveur municipal de la cité d’Amisos réclamait à Julius Pison une somme de…. et il se fondait sur tes instructions qui interdisent ces sortes de donations706 ». Et Trajan de reconnaître que ses instructions interdisent bien en effet qu’on fasse de telles largesses : Sicut largitiones ex publico fieri mandata prohibent… (Ep. X 111). Il y a donc bien une publicité -plus que partielle à notre avis -faite à partir de la réception des mandata imperii ou directement envoyées, en copie, de Rome. On ignore cependant dans quelle condition et quelle mesure. Des copies privées ont sûrement circulées qui résument les directives essentielles et ont été délivrées aux agents décentralisés des cités. Mais un autre aspect de la question demeure. Nous ignorons presque tout des fonctions de l’ecdicus ou du syndicos Ces fonctions sont-elles identiques ? F. K. Dörner remarque que les inscriptions de la vieille Prousa ad Olympum ne font jamais état de ces deux magistrats sur la même stèle707. Compte-tenu du nombre assez faible d’informations et de sources sur le sujet on se contentera de voir dans ce magistrat de la cité un simple agent financier qui, pour agir en justice, traitait directement avec l’autorité gouvernementale ; par ailleurs il était peut-être chargé d’appliquer des « règlements d’administration publique » au sein de « sa » circonscription. On n’en peut dire davantage708.

  • 709 Izvestija Konstant., t. II, 1897, 92-93 : on observe clairement que le censeur ou πολιταρχης de l’i (...)
  • 710 La traduction n’est pas très bonne mais on a compris l’essentiel : le cas méritait d’être signalé ( (...)

145La censure municipale est assurée par des τιµεται à qui incombe traditionnellement une sorte de lectio senatus. On notera que, parallèlement, la tâche du « politographe » consistait à surveiller la délivrance du droit de cité aux citoyens venant des autres cités. Pogodin avait remarqué autrefois qu’il convenait d’être très prudent sur la dénomination des charges censoriales « municipales » car un terme latin pouvait fréquemment être traduit en grec par plusieurs expressions voisines709. Une cité asiate certes -signe des temps ­utilise les termes latins pour désigner les IIuiri quinquennales à l’instar des colonies et municipes de l’Ouest : il s’agit de Sinope du Pont « qui est la seule ville, précise Th. Reinach, de Bithynie et Pont sous l’époque impériale où le latin est représenté presque autant que le grec ».710

  • 711 Ep. X 114(115) :2 : « Inde me quidam ex censoribus consulendum putauerunt, an edicere debeterent eu (...)
  • 712 On prétend avec raison que la politique romaine en Orient privilégia la classe aristocratique ce qu (...)
  • 713 On peut cons. sur la censure « municipale » G. HUMBERT, Censor municipalis, Dar.-Saglio, I, s.d., 9 (...)
  • 714 DORNER parle de regimen morum (R. E., XXIII, 1, 1957, 1142 - contra : LIEBENAM, Stadverwaltung… 259 (...)
  • 715 Ep. X 114(115) :3 : « Ego, quia lex sicut adscribi ciuem alienum uetatam, ita eici e senatu ob hanc (...)
  • 716 On a tendance à répondre par la négative car il s’agit plutôt à première vue de protéger le sentime (...)

146La lettre X 114, citée plus haut, pose la célèbre question de l’adjonction à la liste de citoyens provenant d’une autre ville (pourvu qu’elle ne soit pas de Bithynie). Notre gouverneur note dans son rapport au prince que « de là résulte que certains censeurs ont cru devoir me demander s’ils devaient exclure les sénateurs qui étaient d’une autre ville711 ». On a la chance d’avoir sous les yeux un exemple se rapportant à l’activité des censeurs qui, comme à Rome712, ont le droit de tenir à jour l’ordo des élus et des éligibles, d’établir et de corriger la liste des sénateurs ; d’exclure les décédés, les expulsés, les indignes713…Ce passage trouve d’ailleurs un écho fort intéressant dans une autre épître (X 79) qui dit en substance : « ( :3) On demande donc si celui qui a exercé une magistrature avant trente ans peut être admis par les censeurs dans le sénat « et, au cas où cela est possible si ceux aussi qui n’ont pas exercé de magistrature, peuvent en vertu de la même interprétation être admis dans le sénat à partir de l’âge où il leur est permis d’exercer une magistrature ». Il y a donc une espèce de conflit de lois ce qui explique l’intervention gouvernementale : « ( :4) Pour moi, quand les censeurs désignés m’ont demandé mon avis… » Tout se passe comme si d’un côté l’on observe l’existence d’une norme fondamentale pour la Bithynie (la célèbre loi de Pompée) et d’un autre, l’édit d’Auguste, signalé par Dion de Pruse (LIV7 : χαι τα τη εν Βιθυνια διεταζεν) édit autorisant l’exercice d’une magistrature avant trente ans. Nous sommes en conséquence face à un contentieux de l’interprétation qui revient et se résume à saisir en premier lieu le gouverneur puis, en second, en cas de grave difficulté, le prince ou sa chancellerie. En ce sens, les termes employés dans la réponse trajane peuvent être invoqués : « (X 80(84) Mon bien cher Pline, ton interprétation est la mienne : interpretationi tuae, mi Secunde carissime, idem existimo… » On remarque toutefois à l’occasion que ce sont les magistrats locaux qui opèrent la saisine gouvernementale sur ce point. Les censeurs désignés jouissent donc de la faculté de recours. Sans doute ont-ils préféré dans les cas de conflits de normes romaines et provinciales requérir l’appréciation de l’autorité de tutelle. De son côté, cette dernière, à propos de l’affaire portant sur l’âge d’accès des petituri aux curies municipales, paraît très raisonnable puisque Trajan estime que « L’Edit du divin Auguste a suffisamment modifié la loi de Pompée en autorisant à occuper des magistratures à partir de vingt-cinq ans et en faisant entrer au sénat de chaque cité ceux qui en avaient occupé ». Voilà pour l’exception. On revient au principe général posé par la lex Pompeia dans les autres cas de figures : « Mais, quand ils n’ont pas occupé de magistrature, ceux qui ont moins de trente ans ne peuvent être, à mon avis, sous le prétexte qu’ils peuvent occuper une magistrature, admis dans la curie des différents endroits ». Il est loisible d’être libéral mais pas à ce point laxiste ! Cette lectio senatus est sûrement l’œuvre des « timètes » et elle s’accompagne probablement d’un contrôle des mœurs selon F. K. Dörner, ce qui est bien dans l’esprit du temps, quoique la question de la cura morum reste en partie discutée714. De plus, la lecture de ces textes fait apparaître en connexion deux problèmes étroitement liés que sont l’acceptation de nouveaux citoyens et l’exclusion du sénat. Pline paraît formel à ce propos : « ( :3) Voici mon avis : la loi, si elle interdisait de s’adjoindre un citoyen d’une autre ville, n’ordonnait pas qu’il fût pour cette raison exclu du sénat715 ». Une telle constatation juridique s’accompagne également d’une seconde qui porte sur la pratique assez généralisée de l’admission des bouleutes originaires des autres villes. Manquait-on de citoyens suffisamment aisés pour assumer les charges sénatoriales716 ? Cette question en appelle une autre : celle des honoraires des décurions.

  • 717 Roman colonies in Southern Asia, Oxford, 1967, 130 ss.
  • 718 J. GAUDEMET, La juridiction provinciale… 344ss (aff. fiscales et administratives) - J. GAGE, classe (...)
  • 719 Honorarium decurionatus, Historia, XX, 1971, 309-325 - J. ROUGE, Les institut. Rom., 152 ; Il y a v (...)
  • 720 TRISOGLIO, Opere… 1112, n. 700 - POGODIN, Izvest. Konst., II, 1897, 88ss - Sh. LEROY-WALLACE, Taxat (...)
  • 721 qui écrit un peu « prestement » : « Et c’est ici un nouvel exemple du peu d’initiative et de la peu (...)
  • 722 Ep. X 112 : 3 qui reprend le §1 : « Sed ii quos indulgentia tua quibusdam ciuitatibus… adicere perm (...)
  • 723 On l’a dit plus haut, même système mis en place peu à peu en Egypte pour les prêtres en surnombre, (...)

147Si on s’en rapporte à B. Lewick « les institutions de la vieille polis grecque gagnent par « contamination les colonies romaines717 ». Il est patent que les cités, qu’elles soient ou non des colonies, présentent des symptômes inquiétants d’altération dans la mesure où la gent aristocratique des provinces fournit des magistratures et des sénateurs moyennant de lourdes obligations financières. Une longue bibliographie se rapporte à ce phénomène et ne cesse de s’étendre en raison des problèmes liés à l’évergétisme grec718. Il est à remarquer que notre cher Sécundus fait état de « dons de joyeux avènement » pour reprendre son expression consacrée dans l’épître X 112(113) en référence à la loi de Pompée qu’il cite en X 79 :1, 114 :1 et 115. Il note d’ailleurs une évolution des choses notamment par rapport à la loi originaire : « ( :1) Maître, la loi de Pompée, qui est en vigueur chez les Bithyniens et dans le Pont, n’exige pas un versement de ceux qui sont choisis par les censeurs pour entrer dans la bulê. Mais ceux que ta bienveillance a permis à certaines villes d’ajouter au nombre légal ont versé qui 1 000 qui 2 000 deniers. ( :2). Plus tard le proconsul Anicius Maximus a prescrit que même ceux qui étaient choisis par les censeurs, à condition que ce fût dans très peu de villes, feraient un versement variant selon les cas ». Ce texte constitue un véritable témoignage de cette évolution ploutocratique que viennent appuyer les recherches de P. Garnsey et qui se fondent sur un forte documentation épigraphique719. Convient-il d’analyser la contribution de ces édiles surnuméraires comme un droit d’entrée, ou encore une sorte de « droit de chapelle » qui serait la contre-partie de l’honneur insigne qui leur est ainsi fait ? Trisoglio reprend une telle argumentation mais c’est Pogodin qui justement observe que l’empereur pouvait ordonner d’augmenter le nombre des « conseillers et imposer une plus forte majorité dans ces assemblées pour obtenir plus facilement une majorité dans les délibérations720 ». Or, notre gouverneur demande à Trajan de trancher ce différend car il est conscient de l’importance du phénomène (X 112(113) :3 Superest… ipse dispicias). En conséquence il a très probablement raison -contrairement à ce qu’affirme J. Gaudemet721 -de soumettre ce grave problème à l’empereur car il s’agit de décider si « dans toutes les villes tous ceux qui désormais seront choisis comme bouleutes doivent pour leur entrée donner une somme déterminée ». La question revêt un aspect général722. Là encore on s’aperçoit que Trajan dans sa réponse tranche avec pondération (est-ce un effet de son indulgentia ?) : « Je ne puis décider d’une façon générale si l’honoraire décurional doit être versé par tous ceux qui dans chaque ville de Bithynie deviennent décurions ou non. Je pense donc que comme toujours la voie la plus sûre est de suivre la loi de chaque ville, mais pour ceux qui deviennent décurions malgré eux, j’estime qu’il faudra que les duumvirs les fassent payer de préférence aux autres ». La règle, sans être générale certes, va s’appliquer dans toutes les grandes cités contre les bouleutes cooptés récalcitrants. Force reste donc à la loi… et elle est contraignante ! A n’en point douter nous avons là un indice grave montrant l’irrésistible évolution des charges municipales vers un système ploutocratique723.

  • 724 Epître Travaux entrepris
    X 23-24 Bains de Pruse
    X 37-38 Aqueduc de Nicomédie (partie urbaine)
    X 39-40 (...)
  • 725 V. mises au jour de O. F. VUL’F dans Izvestija Konstant., t. II, 141-184 (pour Nicomédie) - Sur les (...)

148On est frappé tout au long de la lecture du livre X par la fréquence et l’importance des travaux urbains que l’on pourrait reprendre dans un bref tableau724. Les travaux entrepris sont donc considérables et dépassent fréquemment -au plan géographique -le cadre urbain et sa banlieue (χωρα) ; ainsi en-est-il pour le percement des canaux, les fouilles et captations des eaux dans les contrées situées au Nord de Nicomédie et, de manière générale, pour toutes les adductions d’eau en vue de la consommation citadine (bains, systèmes d’égouts consommation individuelle, réservoirs et regards pour la lutte contre les incendies725… »

  • 726 « Prusenses, domine, balineum habent et sordidum et uetus. Itaque tami(aie) aestimabant nouum fieri (...)
  • 727 Biographie d’Hadrien, S. H. A., Hadr. XIX :2 « in omnibus paene urbibus aliquid aedificauit et ludo (...)
  • 728 Ouvr cit., 559ss : « Wenn ein ängstlich gewissenhafter Beamter wo Plinius ein neues Bauunternehmen (...)
  • 729 Ep.X 98 :2 : « quod fiet… curantibus nobis ne desit quoque pecunis operi tam magno quam necessario… (...)

149Les dépenses communales paraissent en relations étroites avec l’ordonnancement de ces travaux publics par les autorités compétentes (Ep. X 23(34) bouleutes et tamiae726 ). Il faut avoir à l’esprit que dix-neuf épîtres sur cent sept du livre X concernent directement des travaux immobiliers encore que nous ne comprenions pas dans ce comput celles qui ont trait aux déplacements de sépultures ou aux demandes d’un ingénieur ou librator ou encore un architecte pour réaliser une oeuvre d’ensemble ou s’assurer de vices de construction… Par ailleurs il importe de rappeler que la haute administration romaine ne subventionnait pas les constructions effectuées dans les villes et il faudra attendre Hadrien pour qu’un secours financier extraordinaire soit accordé aux Bithyniens en raison de cataclysmes naturels (tremblements de terre et inondation727). Les empereurs, avant Hadrien, ne construisaient que les routes et on ne voit guère sur quoi se fonde von Arnim pour affirmer que les constructions pouvaient constituer une charge pour les caisses de l’Etat728. En revanche, nous avons la certitude que l’ordonnancement des dépenses incombe bien aux magistrats compétents des cités et Pline ne demande jamais d’argent ; il répète qu’il consacrera tous ses soins pour assurer la quantité suffisante d’espèces lorsqu’il écrit à Trajan pour l’aqueduc de Sinope, mais il ne s’agit pas de finance d’Etat (X 90 : « pecunia curentibus.. non deerit »). Il affirme ailleurs que l’on ne saurait manquer de moyens financiers (« Il y en a… ») pour couvrir l’horrible égout d’Amastris729. Pour la construction très onéreuse du canal joignant l’actuel lac de Sapanca Goï (l’ancien lacus Sunonensis) à l’antique Nicomédie (épîtres X 41 ; 42 ; 61 ; 62) le gouverneur ne demande que la confirmation de la continuation des travaux entrepris et naguère abandonnés. Lui-même jugeant dans son rapport de la « juste » opportunité de l’opération. Il en va de même pour l’agora de Nicomédie (X 49) où il n’y avait de difficultés que pour le déplacement du vieux temple. On peut croire volontiers que les villes disposaient jusqu’à l’arrivée de Pline de la haute main sur les décisions en matière de travaux publics ainsi que sur leur déroulement ; elles géraient semble-t-il assez librement leurs finances et dépenses ce qui explique en aval les abus constatés et le gaspillage mis en avant par les études d’Abboth et de Johnson (Municipal Administration, 138ss) et de P. Gros. Mais qu’en est-il pour le recouvrement des créances municipales ?

  • 730 V. supra, Titre II, chap. II sect. II.
  • 731 Ep.X 23 :1 : « Prusenses… balineum habent et sordidum et uetus… » H. von ARNIM, Leben und Werke… 51 (...)

150Un premier exemple de recouvrement nous est fourni précisément au fil de ce qui nous est raconté dans l’épître X 70 alors que des biens privés ont été légués à l’empereur Claude par un certain Cl. Polyaenus730. Pendant une durée assez longue la ville dut en percevoir des revenus. Mais rapidement le pillage et l’abandon firent leur œuvre et la maison affublée d’un beau péristyle -où devait être, on s’en souvient, construit un temple selon la volonté du défunt, tomba en ruines… et, rapporte le texte, « il n’en reste dédormais plus guère que le terrain ». Pline d’ajouter encore que : « Si tu le donnes, maître, ou le fais vendre à la ville, elle t’en sera très reconnaissante à cause des avantages de l’emplacement ». Les magistrats de Pruse entendent construire des bains et le terrain, sous réserve du respect du temple dédié à Claude, conviendrait magnifiquement pour ce genre d’édifice731.

  • 732 X 17a : « ( :4) Nunc rei publicae Prusensium impendia, reditus, debitores excutio ; quod ex ipso tr (...)
  • 733 contra : ABBOTH et JOHNSON, Mun. Adm., 81ss.
  • 734 En ce sens l’étude très remarquée de T. R. S. BROUGHTON, dans T. FRANCK, A, econ. Survey…, vol. IV, (...)

151A y regarder de près l’épître suscite un double observation : l’une a trait au fait que l’instance gubernatoriale a bien reconnu que la ville jouissait de la perception de revenus « alors qu’elle n’était pas propriétaire selon le testament de Cl. Polyaénus : legauerat eam (pour : domus) Caesari iussitque in peristylio templum ei fieri, reliqua ex domo locari ; l’autre remarque vise la mauvaise gestion municipale de ce bâtiment qui tombe peu à peu en ruines et dont les effets mobiliers ont été volés. Le dernier § de l’épître fait allusion à la disparition des objets d’ornement qui ont disparu et à la nécessité d’exercer une action récupératoire. En réalité, il nous paraît probable que les autorités municipales ont exercé elles-mêmes ce droit de suite puisqu’elles ont géré, plutôt mal par ailleurs, le bien légué au domaine privé de l’empereur. Une seconde hypothèse de recouvrement vise l’argent détenu injustement par les particuliers. L’épître X 17a, la première expédiée à Rome de Bithynie, rapporte que les communes ont le plus grand mal à récupérer leurs créances et qu’il en va ainsi pour Pruse de cette même province. Le gouverneur croit bon d’ajouter que de nombreuses dépenses sont engagées « trop à la légère732 ». C’est bien tout de même la preuve que les agents municipaux avaient tout pouvoir pour décider en la matière733. Les précieux renseignements de Pline correspondent assez bien à ce que nous savons par ailleurs, c’est-à-dire, tout bonnement à la mauvaise gestion financière des cités d’Asie Mineure en général depuis l’époque vespasienne734 ou même bien avant.

  • 735 Sur la πρωτοπραξια V. G. WESENBERG, s.v. R. E., Hallb., 1957, coll. 987 : la latinisation systémati (...)
  • 736 ouvr cit., t. I, 402, n.1.

152Fort heureusement, la récupération des sommes sur les entrepreneurs (X 77 :3) ou par des agents particuliers est facilitée par la pratique de la πρωτοπραξια , terme latinisé par l’Epistolier dans sa lettre X 108735. Ainsi, le gouverneur demande expressément à Trajan de lui faire savoir par rescrit si un tel droit peut être reconnu pour toutes les cités en vue du recouvrement systématique des sommes dues aux trésors locaux en raison de ventes, locations et autres causes variées. Il précise à ce sujet que « la plupart des proconsuls leur ont accordé la ‘protopraxie’ et que cette pratique a pris force de loi ». Dans sa réponse, une fois encore, Trajan penche pour le maintien du droit applicable dans les différentes villes et se refuse à la généralisation d’une telle solution à l’échelon provincial. Citons ce texte car il mérite attention : « Le droit à accorder aux cités de Bithynie et du Pont quant aux sommes dues à la communauté pour une cause quelconque doit tenir compte de la loi de chaque cité. Car si elles ont un privilège leur donnant créance privilégiée, elles doivent le garder ; si elles ne l’ont pas, il ne convient pas que je le leur accorde aux dépens des particuliers X 109) ». Décidément « c’est une habitude, chez Trajan, notait déjà E. Allain, de se refuser à faire des règlements généraux et de renvoyer Pline aux usages et règlements locaux736 ». D’un autre côté, on l’a souligné, Pline avait conscience qu’il fallait faire cesser toutes les variations et incertitudes dues à la jurisprudence des anciens proconsuls tout en respectant le « contrat moral » qui le liait à l’empereur.

  • 737 A. H. M. JONES, Ciuitates liberae et immunes… 110ss.
  • 738 K. KRAFT, Das System der Kaiserzeitlichen Münzprägun in Kleinasien, Materialen und Entwürfe, Berlin (...)
  • 739 Cl. BOSCH, Die Kleinasiat., Müzen, t. II, 1, 1, 150 ; 244 ; 273-277 - F. MAGIE, Am. Journ. Ant., LV (...)
  • 740 Cl. BOSCH, ourvr. cit., 213.

153On relève aussi d’autres privilèges municipaux. En X 92 notre gouverneur constate dans son rapport à Trajan que la ville libre et fédérée d’Amisos se gouverne par ses propres lois. L’empereur admet ce privilège s’il correspond aux obligations du traité originaire (X 92 : « In hac datum mihi libellum ad [ερανος] pertinentem his litteris subieci ut tu, domine, dispiceres… » Cette clausule se rapproche de celle utilisée en X 47 concernant les finances d’Apamée. Cette dernière ville prétendait agir librement en dehors de tout contrôle (i.e. : des proconsuls) mais la nouveauté de cette prétention ne résista point au premier examen. C’est par la volonté du prince que Pline exerce donc un contrôle tout en respectant les privilèges déjà existants de la cité libre et fédérée737. On sait de façon générale que beaucoup de villes orientales frappaient des monnaies d’argent, les cistophores, ou de bronze, pour un simple usage local738. Ce privilège de battre monnaie représente sans aucun doute un vestige de leur ancienne souveraineté. Des monnaies établissent que le culte d’Isis et de Sérapis existait en Bithynie et qu’il ne fut introduit que sous Hadrien à Nicomédie739. Mais le flux monétaire est au Nord beaucoup moins important semble-t-il, qu’au Sud de l’Asie Mineur, « lumière de l’Orient ». Ainsi, Bosch a essayé vainement de reconstituer la forum de Nicomédie à partir de quelques inscriptions et des illustrations qui figuraient sur les monnaies. A part Sinope et Nicomédie, on ne dispose encore au plan de la numismatique que de faibles renseignements en raison de l’absence en Turquie, ces dernières années, de fouilles systématiques740. Quoi qu’il en soit, ces espèces monétaires prouvent l’indépendance de ces cités bordant le Pont jusqu’à la mise en place de la nouvelle politique trajane.

§ 2 - Province et tutelle gouvernementale

  • 741 A ce sujet on peut toujours se reporter à DION Chrsysostöme, Discours, XLVII : 16 et :8 (sur le dép (...)

154Peut-on véritablement parler de tutelle gouvernementale alors que les villes avaient pris l’habitude de diriger presque librement leurs affaires religieuses et financières741 ? D’un côté il est clair que les Romains ignoraient la technique de la séparation des pouvoirs -seule préservatrice de la liberté, dira Montesquieu -et l’on observe que les gouverneurs étaient à la fois préfets, procureurs généraux et juges (selon Allain). Ainsi peuvent s’expliquer les diatribes de Tertullien qui confondra ce que l’organisation sociale a elle-même confondu. Nous reconnaissons bien volontiers que Pline agit fréquemment en des qualités fort différentes, soit comme président de la cognitio soit comme gouverneur impérial, soit comme chef de la police. Tout cela est typique du système de l’administration-juge et ne doit point nous surprendre à une époque où la réalité du pouvoir exige la concentration des prérogatives entre les mains de l’Autorité. On ne perdra pas de vue que notre agent impérial est lié par des mandats quasi officiels dont l’existence a été soulignée plus haut. Ces mandats fixent assurément les principaux objectifs de son administration mais surtout les cas où, à notre avis, Pline doit obligatoirement consulter l’Optimus romain. En conséquence la tutelle gouvernementale s’exerce non seulement sur l’action des cités mais encore sur l’ensemble du plat pays provincial.

1-Tutelle municipale

  • 742 J. GAUDEMET, art. préc., 344ss

155Les litiges administratifs et fiscaux présentés devant la juridiction provinciale ne sont pas rares742 et tendent à prouver que plusieurs administrés essayaient de régler leurs différends au plan du contentieux. La rivalité bien connue des architectes urbains en fournit ici un bon exemple (conflit entre Dion de Pruse et Eumolpus à propos d’un travail public non conforme aux règles, ep. X 81). Le recours à Pline n’est pas non plus toujours aussi « juridictionnel » qu’on l’a cru. Se glissent par exemple des demandes en interprétation ou en conformité par rapport à la loi de Pompée qui fixait, on le sait, à l’âge minimum de trente ans l’accès à diverses magistratures ou à l’entrée au sénat urbain. La saisine du gouverneur emprunte les traits d’une instance gracieuse ou pré-contentieuse qui suppose, après coup, l’interuentus principis sur demande expresse de l’instance gubernatoriale. Tout cela se déroule comme si, de nos jours, on sollicitait pour tout le moins une commission préalable avant de saisir l’instance contentieuse ou, au pire, l’intervention du tribunal des conflits ou encore d’une section contentieuse du Conseil d’Etat afin d’interpréter une loi ou un règlement de cité. L’empereur -ou sa chancellerie -se prononçant in fine sans qu’aucun recours complémentaire ne puisse être retenu.

156Or, comme nous le subodorons, le rôle de Pline nous apparaît moins le fruit d’une œuvre juridictionnelle plutôt que l’empreinte d’une mission de tutelle des communautés locales. Saisi d’un dossier il entend seulement appliquer la loi (et non pas dire le droit) de manière uniforme et tranchée. Les passages suivants de l’épître X 79(83) nous éclairent particulièrement : « ( :4) Pour moi, quand les censeurs désignés m’ont demandé mon avis… » et en « ( :5) c’est pourquoi, maître, je te demande la règle que tu veux me voir suivre. Je joins à cette lettre les articles de la loi et l’édit d’Auguste ». Ces textes plaident dans le sens d’une sorte de question préalable voire d’une requête en interprétation en vue d’appliquer et de faire appliquer par les censeurs les dispositions naturelles et existantes qui s’imposent. Le pouvoir de Pline ne s’apparente nullement à celui du juge ; il exprime plutôt celui du simple tuteur.

  • 743 Cf. anciens travaux mais toujours d’actualité de J. H. MORFTMANN qui a identifié l’endroit de ces c (...)

157Le début de l’épître X 93 présente indirectement la délimitation de la sphère propre à l’autorité citadine par sa formulation un peu formelle et concise : « La cité libre et fédérée d’Amisus se gouverne grâce à ta bienveillance par ses propres lois ». Il s’agit naturellement de la bienveillance de César qui tolère » l’existence de telles lois. La solution rapportée plus haut à propos des villes qui se qualifient un peu abusivement ελευθεραι ( Marquart, Organisation de l’empire, t. II, 274) tient compte, il est vrai, de leurs antiques privilèges. Mais on sent fort bien que s’est substitué à la longue au régime ancien de l’indépendance celui du contrôle tutélaire de l’administration romaine. Cela est très vrai pour le régime des travaux publics. Un contrôle « moderne » s’effectue sur les entrepreneurs régionaux afin de savoir si ceux-ci exécutent convenablement les fouilles puis les terrassements sur les sites. Ainsi, à Claudiopolis on construisait un grand établissement de bains à un endroit peu convenable pour une construction de ce genre (ep. X 39 :5 :« in depresso loco imminente etiam monte743). Le gouverneur se déplace ; il juge du terrain, de l’avancement des ouvrages comme en X 38 et 38 (aqueduc de Nicomédie). Il vérifie la situation géographique, les données toponymiques comme l’a fait justement remarquer Ch. Texier dans sa très ancienne Description de l’Asie Mineure (Paris, 1839). De plus, il apprécie quasiment souverainement de l’utilité d’une opération par rapport à son coût et son intérêt pour la population locale. Ce contrôle tutélaire a engendré de nos jours un contentieux objectif qui relève des juridictions purement administratives. Nous n’insisterons pas davantage sur la modernité de ces opérations liée à l’opportunité de ces contrôles exercés a priori en vue de la diminution du gaspillage des fonds publics.

158Ceci nous amène tout naturellement à envisager le contrôle financier du gouverneur. De prime abord force est de constater que les villes grecques de l’Orient romain avaient en ce domaine les coudées franches pour agir mais, toutefois, les mandata impériaux conféraient sûrement à notre cher Sécundus une mission toute particulière. Telle est la conviction de L. Vidman dans son éssai fondamental, Die Mission’Plinius. En effet, dès son arrivée en Bithynie, vers 111, le fidèle proconsul s’atèle à sa nouvelle tâche qui se traduit par les mots suivants : « Maintenant j’examine les dépenses de la commune de Pruse, ses revenus, ses créances ; plus je fais ce travail, plus je me rends compte de sa nécessité… » Cette missive donne à penser que l’inspection des finances « communales » recelait un caractère encore exceptionnel pour cette époque. Ne voit-on pas se glisser des problèmes incidents ? Par exemple la petite cité d’Apamée se « rebelle » contre les prétentions nouvelles de l’instance gouvernementale ? Et pourtant l’ancienne Myrléa sera obligée de plier face à l’insistance de l’autorité romaine et ce, malgré les prétendues dispositions (réelles ou supposées) de la lex coloniae… De tels contrôles sont opérés à Pruse (X 39(48) mais aussi à Claudiopolis où les Claudiopolitains… « creusent plus qu’ils ne bâtissent un bain colossal avec l’argent que les bouleutes qui viennent d’entrer grâce à toi au sénat ont offert (au peuple) à cette occasion et… encore à Byzance (X 43(52) ». Nous disposons là de la preuve la plus formelle que cette sorte d’adlectio in ordinem decurionum s’avérait extraordinairement coûteuse pour l’élite communale.

159Le contrôle de tutelle porte très loin, à l’évidence, car pour cette dernière cité, Pline remarque que chaque année elle envoyait à César une députation pour offrir ses « hommages » et que le porteur du décret (ψηφισµαφορος) recevait pour cette mission la gentille et coquette somme de douze mille sesterces (psephisma autem mittendum putaui …). Dans son rapport, le gouverneur note d’office « ( :2) Tenant compte de tes « instructions, j’ai pensé qu’il fallait retenir le député, mais t’envoyer le décret ; ainsi la dépense était réduite (mais) l’hommage rendu ». A cela, le consciencieux administrateur ajoute encore qu’« on a porté au compte de cette même commune (Byzance) trois mille sesterces que l’on donnait chaque année à un député qui se rendait auprès du gouverneur de Mésie pour lui offrir un autre hommage officiel. J’ai cru bon de faire à l’avenir supprimer le crédit ». Sans doute, la situation particulière de cette cité située sur la partie européenne du Bosphore expliquait une telle démarche de soumission d’autant plus qu’elle était gardée par des soldats relevant des légions de Mésie inférieure (cinq légions à savoir la Iere Italica, IVe Flavia, Ve Macedonia, VIIe et XIe Claudiae). A ce propos l’épître X 77 (80) :1 se rapporte précisément au centurion légionnaire de Byzance qui avait été envoyé par Calpurnius Macer sur ordre impérial. Quoi qu’il en soit, là encore, Pline agit de son propre chef et le fait savoir à Trajan comme cela sans doute est prévu dans les mandats originaires.

  • 744 Pour Amisos, X 111(112) ; pour Nicée, X 39(48) :2 : « Theatrum… Nicaea maxima iam parte constructum (...)
  • 745 Un exemple dans la formulation de l’ep. X 54 : 1 : « Pecuniae publicae, domine, prouidentia tua et (...)
  • 746 Sur la quest. : D. MAGIE, Roman Rule… chap. XXV, 1454ss n. 13 (comm.sur X 17a :3, révision des fina (...)
  • 747 Jurid. provinc., 350 ; on se permettra de présenter ici, un bref passage concernant le caractère de (...)
  • 748 Il agit de la sorte dans l’affaire des threptes. Ces derniers n’avaient aucun droit acquis, selon l (...)
  • 749 En X 47(56) il ne s’agit que d’un contre-temps sans graves conséquences préjudiciables pour l’Etat  (...)

160Enfin on observera que Trajan indique clairement que, selon les instructions, il est interdit qu’on fasse des largesses sur les deniers publics. Autrement dit, l’empereur rappelle la règle constante par laquelle une « municipalité » ne peut envisager de faire des donations aux particuliers, ni recevoir, sauf exceptions, par legs per praeceptionem. Amisos se trouve dans ce cas : elle n’échappe pas au contrôle ainsi que Nicée ou Nicomédie où l’on a, dans un passé récent, tant gaspillé d’argent744. Le gouverneur entend toujours demeurer un simple organe exécutif et il a dû sûrement observer les mesures économiques envisagées par Rome. Mais ne nous y trompons pas : le style ampoulé et très ciselé de certaines épîtres du livre X745 n’effacent pas les intentions réelles du gouverneur. Le « ministère » de ce dernier s’exerce pleinement dans le cadre des instructions écrites et autres recommandations orales de l’empereur ; ceci permet à Pline de prendre une foule de mesures conservatoires et même, parfois, définitives que l’on connaît lorsqu’il en réfère après coup au prince. En X 44, Trajan loue dans sa réponse son légat d’avoir fait remise aux Byzantins de ces 12 000 sesterces qui étaient versés au député qui rendait hommage à celui-là. Dès lors, nous sommes en droit de penser que Pline agit à l’instar des curateurs chargés de la révision des finances746. On peut aussi légitimement penser que la réalité des faits infirme en grande partie ce que pensait J. Gaudemet dans son étude sur la juridiction provinciale à savoir que les fréquentes relationes retardaient inconsidérément la prise de décisions définitives747. Dans bien des cas la recherche du droit applicable, dans le temps et dans l’espace, ne porte pas préjudice aux situations en cours748 (ainsi l’affaire des « threptes ») et notamment pour la vérification ou l’apurement des comptes des cités qui jouissent de privilèges traditionnels749. Il en va bien sûr différemment pour les affaires criminelles ou personnelles.

2. La tutelle provinciale

  • 750 V. supra 106-112ss.
  • 751 Sur ce droit de légation en matière judiciaire, P. GUIRAUD, Les assemblées provinciales dans l’empi (...)
  • 752 L. A. THOMPSON, The Relationship between Provincial Quaestors and their Commander in Chief, Histori (...)
  • 753 V. Ann. Brit. Sch. Ath. XXII, 1916, 18-21 (il voyait en Virdius Gemellinus un procurateur de haut r (...)
  • 754 Cf. Die Kaiser. Verwalt., 428ss : sur les dispensatores : C.I.L. III 333 et I. G. R. III, 25 (Genia (...)
  • 755 Sur les conflits de lois dans l’espace, vieille étude (mais toujours d’une grande utilité) de J. GA (...)
  • 756 Comp. Ep. X 30(39) et papyrus (P. Oxyr. VII, 1022) sur la date de la probatio et la juridiction du (...)

161Les rapports de Pline avec l’assemblée provinciale ne sont pas abordés dans la Correspondance. L’archéologie a montré que le κοινον Βιθ υνιας avait son siège Nicomédie, laquelle comprenait d’autres édifices publics importants qui abritaient notamment la garnison de la ville ainsi que le temple augustéen. Il existait donc bien un koinon comparable à ceux des autres provinces d’Asie Mineure et nous savons que cette assemblée intervenait dans les questions religieuses et parfois diplomatiques. Toutefois Pline ne souffle mot de ses relations avec le concilium prouinciae. Que penser d’un tel argument e silentio ? L’assemblée dispose-t-elle de peu de privilèges pour qu’on la néglige ainsi ? D’après Willems de tels organes se réunissent une fois par an au chef-lieu et rendent des décrets de différentes natures. Notamment, l’assemblée « arrête les termes des plaintes à porter contre le gouverneur et envoie directement au « sénat ou à l’empereur des députés pour soutenir son décret ». Cela avait été sans doute le cas de la Bétique mais surtout celui de la Bithynie qui, en ce qui nous concerne s’était fait remarquer à deux reprises dans les procès Varénus et Julius Bassus750. Un dénommé Théophanès, « un des délégués de la province, le brandon et la cheville ouvrière de toute l’affaire » avait parlé contre Bassus en tant que représentant de la Bithynie et probablement, était l’envoyé du koinon de Nicomédie (IV 9 :3 : « Theophanes, unus ex legatis »). Mais les instructions du sénat réservaient de temps à autres de surprenants revirements de situations et le député bithynien avait été sur le point d’être convaincu de délation voire d’entente coupable (IV 9 :20). Force reste de conclure que le conseil provincial possédait en Bithynie, à l’instar de toutes les provinces sénatoriales, impériales et même parfois procuratoriennes (Judée) un droit de legatio qu’il utilisait dans le cadre du droit commun751. Pour établir leur accusation, les commissaires provinciaux devaient pouvoir demander communication préalable de la comptabilité gubernatoriale de l’accusé. Ainsi fut fait lors du procès de Varénus. V. Duruy notait judicieusement à ce propos que « Pour assurer aux provinciaux un moyen de contrôler la gestion de leur gouverneur, celui-ci devait, aux termes de la loi de pecuniis repetundis laisser copie de ses livres de compte en deux villes de sa province ». On penchera, s’agissant du proconsulat de Pline, pour les villes de Nicomédie et de Nicée compte-tenu des fréquents déplacements de ce dernier dans ces cités judiciaires (diocèses). Nous supposons en Bithynie l’existence d’une quantité importante de petits magistrats et de fonctionnaires ad hoc qui prélèvent les impôts et autres taxes de la province (tabularii, arcarii, affranchis de l’empereur, questeurs de la province etc.) et qui sont attachés à la personne même de Pline752. La gestion des domaines impériaux, nombreux en Bithynie selon Rostovtseff qui s’est penché sur ces latifundia753, supposait certainement une comptabilité rigoureuse, bien tenue à jour, par les secrétaires du gouverneur et les procurateurs des différents domaines. Mais, là encore, Pline ne souffle mot sur cette organisation financière dont le fonctionnarisme le dispute à l’efficacité. O. Hirschfeld dans une étude sur l’administration impériale notait déjà l’existence de dispensatores ad frumentum d’origine servile, attachés à la surveillance et la prospérité des domaines754. En fait la pauvreté des renseignements dont nous disposons en matière du budget provincial tend à prouver que la mission extraordinaire de Pline s’imposait et devait porter essentiellement sur les finances des villes. Toutefois, à l’analyse, on s’aperçoit que ses préoccupations de ‘recteur provincia’ apparaissent nettement lorsqu’il demande à Trajan d’interpréter une norme locale, celle résultant par exemple de la loi de Pompée ; qu’il le fait à plusieurs reprises en X 65(71) et 66(72) :1 : saepe tractata est, nec quiquam invenitur in commentariis eorum principum qui ante me fuerunt, quod ad omnes prouincias sit constitutum. Tout cela pour savoir si des solutions législatives locales peuvent être applicables à tous les habitants du Pont et de la Bithynie. Ainsi, le prédécesseur de Pline, Anicius Maximus, avait pris selon Maksimova un « ukaz » ordonnant qu’un honorarium serait versé dans certaines cités par tous les bouleutes surnuméraires (X 112(113) :2 que l’on peut comparer à la teneur de la lettre 113(114) :1 : honorarium decurionatus omnes qui in quaque ciuitate Bithyniae…). Dans de telles conditions on comprend que Sécundus Plinius ait été à la recherche d’une solution satisfaisante et valable pour une large catégorie de citoyens755. On sent bien dans l’ensemble les préoccupations du gouverneur, agent provincial, lors de ses tournées d’inspection qui ne sont pas que judiciaires mais aussi bien administratives que comptables. Il contrôle le bon ordre de l’action administrative provinciale comme en X 77 (préc.) où il est question de l’envoi éventuel d’un centurion à Juliopolis, ville située à la frontière de la Galatie, dont les habitants sont victimes d’exactions tant des publicani que des étrangers et autres voyageurs. Il a un œil sur la vie des affaires, la nécessité de relancer la machine économique (notamment lorsque les Chrétiens ne fréquentent plus les temples et n’offrent plus de victimes aux dieux). Il faut diminuer parfois les taux d’intérêt (X 54-62). Etre plus proche des administrés, notamment lors de sa deuxième année de légation où il voyage davantage. Il s’assure de la loyauté des habitants puisqu’il n’oublie jamais d’unir la population civile aux soldats lors des vœux et serments solennels envoyés à l’empereur (Epp. X 35 ; 36 ; 52 ; 53 ; 100 ; 101 ; 102 et 103). C’est aussi, selon nous, en tant que responsable provincial, qu’il doit assurer le recrutement des armées dans les territoires qui lui sont soumis. Il est en effet maître absolu du recrutement tant légionnaire qu’auxiliaire dans sa province756.

  • 757 On a déjà porté notre attention sur le terme « jurislateur » d’HAESAERT, reprise par H. KELSEN (La (...)

162En définitive, il paraît bien difficile - et sans doute vain - de chercher à délimiter avec précision les compétences de Pline notamment pour la question de la tutelle provinciale. Il agît tantôt comme chef de province, représentant permanent de l’empereur dont il est sur place l’image par comparatio, tantôt il se présente comme supérieur hiérarchique de ses subordonnés civils et militaires qui agissent dans les territoires confiés par l’empereur. Il demeure que Pline paraît le premier interlocuteur des populations qu’il administre et sa mission de représentation n’affecte en rien son pouvoir propre, édictal. Assez rarement on remarquera que Sécundus Plinius intervient à titre de législateur provincial757. Or, c’est en vertu de ce pouvoir personnel qu’il sollicite l’Optimus romain pour harmoniser la législation tant à l’échelon municipal que pour le recrutement des militaires. Cette tutelle provinciale ne se confond pas, à notre humble avis, avec ses pouvoirs de correcteur ou de curateur des cités, encore moins avec sa fonction de légat d’Auguste.

Notes

409 Cf. Ep. X 17a : « Maître, si ma traversée jusqu’à Ephèse avait été excellente pour ma santé, ensuite durant le voyage en voiture, j’ai eu à souffrir de l’étouffante chaleur… et je me suis arrêté à Pergame. » B. REMY dans L’évolution administrative de l’Anatolie aux trois premiers siècles de notre ère (Lyon, 1986, 65), situe curieusement le « proconsulat » de Pline entre 109 et 111 après J. -C. Nous nous rangeons, pour notre part, en matière de dates, aux données avancées généralement par la Doctrine.

410 La mission exceptionnelle de Pline ne fait pas de doute selon M. DURRY (Pline le J., Lettres…, Instructions, vi - Comp. avec Ep. X 28 dont l’expression « fungebatur (un affranchi) et ipse extraordinario munere… ».

411 Rencontres de l’histoire et de la littérature romaines, Paris, 1963, 219-221.

412 Opere… 1368, n.8

413 C. I. L., III, 777, 1009.

414 Sur la quest. on renverra prudemment aux savants computs de MOMMSEN et d’O. CUNTZ, Zum Briefwechsel des Plinius mit Traian, Hermes, LXI, 1926, 192. -

415 On rappellera brièvement que la politique extérieure - pour ne pas dire « orientalisante » de Néron est mal connue : sa volonté de soumettre les peuples du Caucase découlerait d’une reconnaissance des portes caucasiennes par Corbulon mais aussi de l’expédition du légat Plautius Silvanus (V. DESSAU, I. L. S., 986). La création de la classis pontica remonte précisément à cette époque. V.V.F. GAIDUKEVITCH, Das bosporanische Reich, Amsterdam, 1971.

416 On peut cons. O. F. VUL’F, Nikomedija dans Isvèstija Ruskayo Acheologitcheskago Inst. V. Konstantinopolê, II, 1897, 77-184 - LEVICK, Roman Colonies in Southern Asia Minor, 1967, 184ss : ces provinces ont une vocation militaire comme les colonies augustéennes de Pisidie.-Sur la ville de Nicomédie, DION CHRYSOSTOME, Discours, XXXVIII.

417 Respect., Epitome, XCIII - De lege agric., II 15:40.

418 Cons. sur l’histoire des provinces d’Asie Mineure, D. MAGIE, Roman Rule in Asia Minor to the End of the third Century after Christ., 2 vol. , Princeton, 1950, 427-610.

419 A. BRUNT, Charges of provincial maladministration under the Early Principate, Historia, X, 1961, 189-227.

420 Cf. document en Annexe.

421 V. ancien comment. de PAULY-WISSOWA, Bithynia, R. E. 1897.

422 GROAG, Prosopographische Beitrage, Jahrecht. des ost. archäol. Instit., Wien, B., XXI-XXII, 425 - WADDINGTON-LEBAS, III, 1037.

423 C. SOLIMENA, Plinio il Giovane e il Diritto Pubblico di Roma, Tesi di Laurea, Naples, 1905, spéc. 229-259.

424 Cf. Ep. X 51(12) :l t :2 : « Difficile est, domine, exprimere uerbis quantam perceperim laetitiam quod et mihi et socrui meae praestitisti ut adfinem eius Caelium Clementem in hanc prouinciam transfèrres. »

425 Cf. Ep. X 87 :2 : « Itaque et quieti eius inieci magnum est et exigi ut me in Buthynia consilio instrueret. »

426 Cf. Ep. X 94(95):l (in fine)« in contubernium [meum] adsumpsi).

427 R. SZRAMKIEWICZ, Les gouverneurs de province à l’époque augustéenne – Contribution à l’histoire administrative et sociale du principat, Paris, 1976, t. II, 523ss. - G. TISSONI, art. cit., 222-245. V. N. CHARBONNEL, A propos de l’inscription de Kymè et des pouvoirs d’Auguste dans les provinces au lendemain du règlement de 27 av. n. è. R. I. D. A., 3e s., XXVI, 1979, 177-225.

428 Sur ce point, M. Le GLAY, Rome II… 145 (corps de fantassins, à l’origine ; certains ont le privilège envié d’être « montés » car ils combattent à cheval).

429 Historia, XX, 1971, 751-763 - témoignages épigraphiques dans Dict. Epigr. de RUGGIERO, art. de R. BATOCCINI, II, 3, 1922, 2144-2151.

430 En ce sens, X 27 et X 28 comb. à propos de la fixation de dix bénéficiaires pour l’escorte d’un subprocurateur.

431 Cf. 21 :12 : « Respondit non sufficere sibi hunc numerum, idque se scripturem tibi. Hoc in causa fuit quo minus statim reuocandos putarem, quos habet supra numerum. » On notera ici que Pline parle de numeri, qui sont des membres d’unités « à recrutement barbare » commandés par des officiers romains.

432 ouvre cit., 110. On peut toujours avec profit se reporter à l’étude fondamentale de L. ZUCKERMANN, Essai sur les fonctions des procurateurs de la province de Bithynie-Pont sous le Haut-Empire, Rev. Belge de Philol., XLVI, 1968, 42-58.

433 Il n’y a pas de doute sur les expressions praeter decem beneficiarios, quos adsignari a me Gemellino, optimo uiro, iussisti… »

434 Selon PFLAUM, Mémoire… 57, n. l69a et b.

435 Ouvr. cit., 110.

436 Cf. X 84 ; sur ce point, M. de Dominicis, Sulle attribuzioni dei ‘procuratores’ imperiali nelle provin-cie senatorie, Milan, 1965, 556-592.

437 Cf. X 30(39):l: « … secundum mandata mea fit Sempronius Caelianus mittendo ad te eos. »

438 Resp.: The social basis of Roman Power in Asia Minor, Amsterdam, 1967, 305 - L’Orient romain. Provinces et sociétés provinciales en Méditerranée orientale d’Auguste aux Sévères, Paris, Le Seuil, 1991, 257-278. On rappellera les travaux régionaux de G. A. KOTCHELENKO sur Les luttes politiques en Parthie (en russe, c.r. en allemand) V. D. I., 1963, t. III, 56-68 et de R. K. SHERK, The Legates of Galatia from. Augustus to Diocletian, Baltimore, 1951 ou encore de E. S. GOLUBTSOVA, Etudes d’histoire sociale et politique de l’Asie Mineure aux 1er-3e s. de n.è., Moscou, 1962 (c.r. de E.-M. SCHTAERMANN, V. D. I., 1963, t. III, 154-159. On a toujours recours au travail de P. R. FRANKE qui reprend ces conclusions et insiste sur la romanisation partielle des provinces orientales malgré les frappes de monnaies locales : Kleinasien zur Römerzeit., Griechisches Leben im Spiegel des Münzen, Munich, 1968.

439 E. BAMMEL, Zum Testimonium Flavianum (Jos. Ant. XVIII, 63-64) in Josephus Studien, Göttingen, 1974, 9-22 - V. aussi SHERWIN-WHITE, Roman Society and Roman Law in the N. T., Oxford, 1963.

440 En ce sens, K. CHRIST, ouvr. cit., 232-233.

441 Cons. sur ce point les conclusions de A. H. M. JONES dans The Cities of the Eastern Roman Provinces, 2e éd., Oxford, 1971, 28ss - F. de MARTINO, ouvr. cit., 746-761.

442 MAGIE, ouvr. cit., 59ss - T.R.S. BROUGHTON, Roman Asia Minor… dans T. FRANK, Economic Survey of Ancient Rome, Baltimore, 1940, 810ss.

443 Ouvr. cit., 267 (reprenant l’opinion de D. MAGIE, Roman rule…, 596ss).

444 Sur les travaux publics sous le Haut-Empire, E. ARKUGAL, Ancient Civilizations and Ruins of Turckey, Istanbul, 1971 - P. LEMERLE, Histoire de Byzance, P. U. F., 9e éd. (Que sais-je ?), janv. 1987 - H. HALFMAN, Städtebau u. Bauherren im römischen Kleinasien. Ein Vergleich zwischen Pergamon u. Ephesos, Tübingen, 2001, spéc. 39-44.

445 E. GLEN, Kleinasien u. Osbalkan in der wirtschaftlichen Entwicklung der römischen Kaserzeit, Upps. Univ. Arskrift, Uppsala, 1941, XL - 172 - P. MORAUX, Die Pläne Plinius des Jüngeren für eider Kanal in Bithynien, Gedentschrift für G. Rhode, Tübingen, 1961, 181-214 (sur différents projets et leurs commencements d’exécution).

446 Cf. Ep. X 55(63) : il est question de « modum eius ex copia eorum qui mutuabuntur, tu constitutes… »

447 Sur les alimenta, Introd., sect.I, § 3 - . GARNSEY se réfère à cette Table (Trajan’s alimenta… 380 : « One text from. Pliny tells against the thesis of compulsion. » Les problèmes ne sont pas identiques en Italie où règne une sévère dépopulation et en Bithynie, où sévit la corruption… »

448 Calpurnius Macer a reçu l’ordre d’envoyer un détachement en sa qualité de plus proche commandantde légion car la Thrace en était dépourvue. Sur le maintien de l’ordre public social dans les villes de grands passages V. H. SWICKY, Zur Verwendung des Militärs in der Verwaltung der römische Kaiserzeit, Diss. Zürich, 1944, 1-99 (existence d’un trafic accentué dans le Bosphore). Plus récemm. V. étude de Le BOHEC, La marine militaire, Journ. Rome arch., II, 1989, 326-331 (fait état de l’ouvr. de M. REDDE, Mare nostrum…. Paris, 1986, 737 p.).

449 Comp. avec le § 3 de l’épître : « si qui autem se contra disciplinam meam gesserint statim coerceantur. »

450 Cf. X 74 :l : « Appuleius, domine, miles, qui est in statione Nicomedensi… ». Cette ville est donc un lieu important de passage (comp. avec la Gordiu Komè de STRABON, XII, 8, 9).

451 On renverra à l’étude de Th. PEKARY, Untersuchungen zu den römischen Reichsstrassen, Bonn, 1968 ainsi qu’à celle très classique de M. I. MAKSIMOVA, Les villes antiques de la côte sud-est de la Mer Noire (Sinope, Amisos, Trapézonte etc.), en russe, Moscou, 1956 (c.r. en allemand, 1967).

452 H. VOLKMANN, Die römische Provinzialverwaltung der Kaiserzeit im Spiegel der Kolonialismus, Gymnasium, LXVIIIn 1961, 395-409 (l’auteur rejette à bon droit, nous semble-t-il, l’hypothèse d’un pouvoir romain prétendu colonialiste s’exerçant au moyen d’une administration rigoureuse). Sur les rapports de Rome et des religions : F. CUMONT, Les religions orientales dans l’empire romain, 4e éd., Paris, 1929.

453 Land and Sea transportation in imperial Italy, Trans. and Proceed. of the Amer. Philol. Assoc., LXXVII, 1946, 221-244, étude citant l’ép. X 41 à propos du lac de Nicomédie et de son aménagement du territoire circonvoisin.

454 Sur la politique agraire de Trajan, DION CHRYSOSTOME ou de Pruse, Discours, VII (le Chasseur) qui prône un retour à la vie naturelle et annonce ainsi Rousseau. A propos de l’épisode du procès du chasseur il est écrit :« ( :33) … Il commence par demander à la foule de se taire. Elle se tait. Il se met alors à déclarer posément que quiconque défriche une terre inculte et la met en état, loin de faire aucun mal, a tout au contraire droit à des éloges. ( :34) Ce n’est pas à ceux qui bâtissent ou qui plantent sur le sol national qu’il faut en vouloir, mais à ceux qui laissent dépérir ce sol. C’est ainsi qu’à l’heure actuelle, citoyens, les deux tiers environ de notre pays sont déserts, par notre négligence et notre manque d’hommes… ( :36) Aussi suis-je d’avis d’inciter encore davantage tous ceux que vous pourrez parmi les citoyens à prendre des parts du sol national pour les cultiver - des parts plus importantes pour ceux qui ont quelques ressources et, pour les indigents, des parts, des parts à mesure de leurs capacités - afin que votre terre soit pour vous productive et que ces volontaires se trouvent en même temps libérés des maux les plus grands de ce monde, l’oisiveté, et la misère. ( :37) Qu’ils en soient possesseurs pendant dix ans pour rien… ( :38) A l’heure actuelle, devant nos portes mêmes, le pays demeure à l’état sauvage - et c’est terriblement laid ! On se croirait au fond d’un désert, et non dans le faubourg d’une grande cité. » Sur l’œuvre de DION, A. CANEVARI, Aspetti dell Euboico… Diadosis, Tortone, 1962, 16-18 - J. DAY, The value of Dio Chrysostom’s Euboeian Discourse for the Economic Historia, Stud. Johnson, Princeton, 1951, 209-235 - D. KIENAST, Die Homonoiavertrage in der römischen Kaiserzeit, Jahr. f. Nümism. U. Geldgesch., XIV, 1964, 52-64.

455 B. FORTE, Rome and the Romans as the Greeks saw them, Amer. Acad. Rome, 1972, spéc. 273-287 et 395-415, étude utilisant l’apport de D. NOERR, Imperium und Polis in der hohen Prinzipatszeit, 2e éd., Munich, 1969 (not. on observe que les Romains sont des étrangers… aussi bien pour Dion de Pruse que pour Aélius Aristide).

456 Comp avec X 73(78) : « Si mihi senatus consultum miseris quod haesitationem tibi fecit, aestimabo an debeas cognoscere de agnoscendis liberis et natalibus suis restituendis. »

457 A propos du cloaque d’Amastris (X 98(99) le gouverneur prend la décision de le couvrir pour des raisons d’hygiène et de salubrité ; il en va de même pour d’autres ouvrages publics dignes d’importance : le gouverneur est parfois juge de l’intérêt des opérations.

458 On note que d’après les epp. X 77 et 78(82) le détachement d’un centurion légionnaire ne peut s’effectuer que sur ordre impérial. C’est un système militaire très centralisé qui témoigne de lourdeur.

459 Selon J. GAUDEMET « les fréquentes relationes à l’empereur ne pouvaient que retarder la solution des problèmes (en ce sens, R.I.D.A., III, 1964, 350). »

460 Ce point est évoqué en X 32(41) :l : « Meminerimus idcirco te in istam prouinciam missum, quoniam multa in ea emendanda apparuerint ». L’esprit poliade et la revendication de l’autonomie locale sont des thèses naguère défendues à juste titre par D. NÖERR, ouvr. cit., 62.

461 F. de VISSCHER, De la prescription du ‘ius sepulchri’, Studi E. Betti, Milan, 1962, vol. II, 393-403 - J. SANTA-CRUZ, De iure sepulchrorum, Estudios clasicos, VIII, 1964, 140-145. CIPRIANO P, Fas et nefas, Rome, 1978.

462 Cf. Ep. X 69(74) « …exempla sunt eorum qui isti prouinciae praefuerunt… » La consecratio était une procédure pontificale selon Pline (GAUDEMET, art. préc., 343 n. 38).

463 X 69(74) : « …ex causa cuique aut permittendum aut negandum. »

464 V. pour Furfo, C.I.L. IX, 3513 ; Narbonne, C.I.L., XII, 6038 (= DESSAU, 6964) ; Salone, C.I.L. III, 1933 etc.

465 Cf.X 49 :2 :« Ergo cum quaererem num esset aliqua lex dicta templo, cognoui alium hic, alium apud nos esse morem dedicationis. »

466 Epp. X 46(55) : « Diplomata, quorum praeteribus est dies, non debent esse in usu » -. X 64(14) in fine (courrier confidentiel du soi Sauromatés).

467 Ep. X 120(121) :3 au sujet du sauf-conduit pour l’épouse de Pline ayant perdu son grand-père Calpurnius Fabatus : l’arrivée le 24 novembre 111 de Servilius Pudens à Nicomédie sous-entend un voyage qui a dû se faire grâce au service du cursus publicus.

468 TACITE (Hist., II 6) - Sur l’organisation de la poste impériale V. BOULVERT, ouvr. cit., 282 : ce service s’étoffe sous Trajan ; il existe un bureau central où sont employés un tabularius et un a commentariis : selon C.I.L. 8542 M. Ulpius Aug(usti) lib(ertus) Saturninus est a commentariis uehiculorum ; T. Flavius Aug(usti) lib(ertus) Saturninus est tabularius a uehiculis selon C.I.L. VI, 8543. Sur la quest. V. PFLAUM, Essai sur le’cursus publicus’, 248 (il semble qu’il n’existe pas de véritable c.p. avant les premiers Antonins si l’on s’en réfère à la carrière de Saturninus, C.I.L. VI 8543 préc.)

469 De façon plus précise on manque de renseignements sur le limes du Pont, face à la Cappadoce à l’Est, à la Paphlagonie et à la Galatie, au Sud, provinces proches de l’Arménie Mineure. L’art. de A. LEVKINADZE, Le limes pontique, V. D. I., 1969, t. II, 75-93 nous est connu par le c.r. du Bull. Hist. Rom., Strasbourg, 1969-70. Sur les relations entre l’Est et l’Ouest, les inscriptions d’Harmozika (C.I.L. III, 6052) et de Bakou (AEp. 1951, n° 263) indiquent qu’un protectorat avait été établi sur les royaumes des Ibères du Caucase, menacés par l’avancée des Alains. On sait par les études récentes que Néron désirait faire du Pont-Euxin une seconde Mer intérieure. P. GAIDUKEVITCH met en lumière les rapports entre les cités du Sud de la Mer Noire et les postes ou les bourgs septentrionaux (Das bosporanische Reich, préc.) ouvrage complété par celui de BELIN de BALLU sur L’histoire des colonies grecques du littoral nord de la mer Noire où figure une bibliogr. importante sur les travaux russes de 1940 à 1965. On a une relation du Périple du Pont-Euxin de Flavius Arrianus sous Hadrien. De ce même auteur, cons. Olbia, cité antique du littoral nord de la Mer Noire, Leyde, 1972. Ces travaux démontrent que les Romains maintenaient des postes de surveillance pour les frontières ainsi que des stationes dans les cités plus évoluées.

470 Opere… 416 n. 715. - L’épître X 116 utilise le terme διανοµης équivalent du latin divisiones en matière de distributions illicites. Comp. avec Dig. XXXIII 1, 23 : « cum quidam decurionibus diuisiones dare voluisset die natalis sui… » Cons. Sur la quest. D. Van BERCHEM, ouvr cit., 123-124.

471 Cf. travaux de E.-M SMALLWOOD, The Jews under Roman Rule from. Pompey to Diocletian, Leiden, 1976 et R. Mc MULLEN, Roman Social Relations, 50b.C. to a.D. 284, Londres, 1974. - Sur les jeux comp. Ep. X 118(119) et IV 22 (concours d’athlétisme à Vienne).

472 On observe, comme l’indique déjà CICERON, une opposition entre « latinophrônes » et « hellenophrônes ». Lorsque Trajan en X 40 :3 s’écrie « ces petits Grecs ont un faible pour les gymnases » il laisse percer une ironie méprisante à l’égard de ceux-ci que l’on remarquait chez l’auteur des Tuscullanes, I 86. A.N. SHERWIN-WHITE souligne cet état de chose dans Racial prejudice in imperial Rome, Cambridge, 1967. -Sur la leuitas Graecorum, cons. OTTO, ouvr. cit., 155ss ainsi que C. WEYMAN, Arch. f. lat. Lex, XIII, 1904. Il est vrai que « le brillant passé de l’Asie restait cher au cœur des populations hellénisées et l’on discerne chez les grands auteurs quelques traces d’une animosité latente contre Rome (P. PETIT, HistGen., t. I, 273 citant H. FUCHS, Der geistige Widerstand gegen Rom in der antiken Welt, Berlin, 1938). Quant à l’influence romaine, elle semble gagner du terrain en Asie Mineure depuis les Flaviens car l’Arménie Mineure et la Commagène ont été intégrées à l’empire. De plus le système routier à été intensifié car on devine des faiblesses militaires alors que Parthes et Alains se bousculent aux frontières. H. G. PFLAUM (Forces et faiblesses de l’armée romaine du Haut-Empire, Brisson éd., Paris, 1969, spéc. 85-99, pose la question de la valeur des auxilia, question reprise par D. MAGIE, ouvr. cit., 427ss qui explique le changement d’attitude dans l’administration provinciale sous l’ère Trajane en Bithynie, Galatie, Pont, Cappadoce etc…) Ces aspects ne sont pas toujours repris dans la bibliographie la plus récente ( J.-B. CAMBELL, F. MILLAR).

473 F. M. De ROBERTIS, Storia delle corporazioni e del regimo associativo nel mondo romano, t. I et II, Bari, 1973.

474 Sur les liberae ciuitates, A.H.M. JONES, Ciuitate liberae et immunes in the East, Anat. Stud. Pres. to W. H. Buckler, Manchester, 1939, 103-117, travail repris en partie dans The Cities of the Eastern Roman Provinces, 2e éd., Oxford, 1971, 28-190. On a dit plus haut que les rapports des villes grecques avec Rome, contrairement à ce qu’avance la documentation épigraphique concernant des hauts personnages d’origine asiatique (consuls et gouverneurs de grandes provinces) selon l’hypothèse de BROUGHTON ouvr. cit., 748, n’était pas toujours faite de bonne collaboration mais exprimait plutôt un individualisme exacerbé et orgueilleux voire dépensier (L. POLVERINI).

475 Le grand architecte est mort vers 130 ap. J.-C. accusé par Hadrien de crimes imaginaires. Il a construit un pont colossal sur le Danube mais aussi, à Rome, la fameuse basilique Ulpia, la colonne Trajane, le forum de Trajan… On peut se reporter à l’ouvrage de P. GROS, L’architecture romaine I Les monuments publics, Paris, 2e éd., 2002 ; II, Maisons, palais, villas et tombeaux, Paris, 200l. - V. Le GLAY, Villes, temples et sanctuaires de l’Orient romain, Paris, 1986, spéc. 160ss (bibliographie antérieure).

476 Ouvr. généraux de FENTRESS (E.) éd., Romanization and the City. Creation, Transformation and Failures, Journ. of Roman Archeol., Suppl. Series 38, Portsmouth, Rh. Isl., 2000 - GROS (P.) - TORELLI (M.), Storia dell urbanistica, Il mondo romano, Rome-Bari, 3e ed., 1994. Le volumineux ouvr. de L. HOMO conserve toujours son intérêt, Rome impériale et l’urbanisme dans l’antiquité, Albin Michel, 1971.

477 Ch. TEXIER, Description de l’Asie Mineure, Paris, 1839 - O. F. VUL’F, Izvestija Konst., t. I et II, 1897, spéc. 141-184 (sur les fouilles de Nicomédie) - L. ROBERT, Villes d’Asie Mineure, Etude de géographie antique, 2e éd., 1962 et égal. Documents de l’Asie Mineure méridionale, Inscript., monnaies et géographie, Paris, 1966 - H. METZGER, Anatolie, t. II, Paris 1968. Plus précisément, en ce qui nous concerne, on se réfèrera à l’étude de F. G. MOORE : Three canal Projects, Roman and Byzantine, Amer. Journ. Archeol., LIV, 1950, spéc. 97-110.

478 publiée not. à la Rospravy Cekoslov. Akad. Vêd, 1960, 77 : « Il faut souligner que l’empereur ne subventionne pas les constructions effectuées dans les villes » ou à leur périphérie…Sur les subventions impériales, L. VIDMAN déclare : « Ensuite il faut souligner que l’empereur [croit] qu’un tel secours financier fût nécessaire en Bithynie avant Hadrien, à l’époque où cette région fut touchée par un tremblement de terre ; c’est d’ailleurs confirmé par l’auteur de la biographie d’Hadrien (S. H. A., Hadr. XIX 2) : in omnibus paene urbibus aliquid aedificauit et ludos edidit. » Sur le système financier de la Bithynie en ce temps là : ABBOTT-JOHNSON, Municipal Administration in the Roman Empire, Princeton, 1926, 138ss.

479 Von ARNIM, Leben u. Werke des Dio von Prusa, Nerlin, 1898, 510ss

480 On a vu plus haut, ainsi que le fait remarquer Vidman à diverses reprises, que Trajan n’entend nullement envoyer de spécialiste romain à Pline (ainsi les épîtres X 17b, 18, 37, 39, 40 excepté nous semble-t-il dans le cas de l’ép. X 42).

481 En ce sens C.I.L. III 777 - Comp. avec épp. X 61, 62, 67 et V 18.

482 On peut pencher pour une telle explication si l’on rapproche la teneur des epp. X 61 (demande de librator restée sans réponse) et X 60(68) archivage de l’amnistie d’un philosophe remuant (Archippus).

483 Sur Thamugadi : C.I.L., VIII 17843 (Timgad, 10 apr. J.-C., sous la légation de L. Munatius Gallus Leg(atus) Aug(usti) propr(aetore). - C.I.L. VIII 22173 pour Théveste (=DESSAU, I.L.S., 5885) de 123 apr. J.-C. sous Hadrien (route longue de 191 740 pas !)

484 Liste des principales routes dans R. CHEVALIER, Les voies romaines, Paris, 1972, 148-180 (V. Annexes, cartes du Pont et de la Bithynie). Th. PEKARY, Untersunchungen… préc. C.r. SASEL, Gn. 1972, 59ss. Déjà Vespasien avait fait construire de nombreuses voies stratégiques afin que les troupes puissent facilement accourir vers la ligne Edesse-Dura-Séleucie (cf. inscript. de Palmyre, H. Seyrig, Syria, 1932, 276). Sur la quest. P. STARK, Rome on the Euphrates, the Story of a Frontier, Londres, 1967.

485 V. C.I.L. 14149 (=DESSAU, I.L.S. 5835) : « L’empereur César Nerva Trajan Germanique Dacique… après avoir réduit l’Arabie en province, par l’intermédiaire de Gaius Claudius Séuérus, légat d’Auguste propréteur, a ouvert et pavé une nouvelle route depuis la frontière de la Syrie jusqu’à la mer Rouge. »

486 C.I.L. VIII 2728 (=DESSAU, I.L.S., 5795) : « Je suis parti [de Lambèse]. Durant mon voyage, j’ai été attaqué sur la grand-route par des brigands ; ayant perdu tous mes effets, ayant été blessé, j’ai pu cependant m’échapper avec les hommes qui m’accompagnaient. Arrivé à Saldae, je me suis aussitôt mis en relations avec le procurateur Clémens. » Un travail de synthèse sur les fondations coloniales d’Afrique a été présenté par ZIMMER (G.), ‘Locus datus decreto decurionum’ Zu Statuenaufstellung zweier Forum-sanlagen im romischen Afrika, Munich, 1989.

487 Déjà H. von ARNIM n’excluait pas en X 81-82 un dépôt de plainte contre Dion de Pruse lors de son premier séjour en cette ville (ouvr. cit., 512) ; comp. avec X 38 : « cum inter se gratificantur… »

488 L. VIDMAN (ouvr. cit., 77-79) pose quelques restrictives : « Nous essayerons d’identifier topographiquement chaque construction autant que cela est possible, car en Bithynie, malheureusement, on n’a pas entrepris de fouilles systématiques et les érudits ne décrivent que ce qu’ils ont vu sur la surface… Déjà dans l’antiquité toute cette région avait été ravagée par plusieurs tremblements de terre et incendies et la population locale se servait du matériel provenant des constructions plus anciennes pour les nouvelles habitations. » En ce sens, O. F. VUL’F, Izv. Konst., II, 141ss et F. K ; DÖRNER, Istanbul Forschr. XIV, Berlin, 1941 ; pour Izmit, Cl. BOSCH, Die Kleinasiat. Münzen, t. II, chap. I, l, 213.

489 Cf. travaux de P. GROS, Le schéma vitruvien du théâtre latin et sa signification dans le système normatif du De architectura, Rev. Archeol., 1994, 57-80 et G. WOOLF, The Roman urbanization in the East, dans S. E. Alcock (éd.), The Early Roman Empire in the East, Oxford, 1997, 1-14.

490 X 23(24) :2 : « primum ea quam reuocare a priuatis et exigere iam coepi… »

491 X 54(62) :l : « Pecunia publicae… prouidentia tua et ministerio nostro et iam exactae sunt et exiguntur ».

492 V. C.r. de SHERWIN-WHITE, Journ. Rom. Stud., 1964, 204.

493 VITRUVE, ouvr. cit., chap. De librationibus aquarum, VIII 5 - Même idée chez FRONTIN, au début de son Traité sur les aqueducs, qui mentionne le rôle de l’eau au triple point de vue de l’usage, de la salubrité et de la sécurité de la ville : « officium tum ad usum tum ad salubritatem atque etiam ad securitatem urbis pertinens ». Sur les coûts de bains, du théâtre, de l’adduction d’eau, compte tenu des facteurs d’utilité et de beauté (utilitas, puchrum) M. Le GLAY, Rome, II, Grandeur et chute de l’Empire, Perrin, 2005, 224.

494 Comp. avec SUETONE, Tib., LXVIII ; TACITE, Ann. II 74.

495 Comp. la solution de X 82(86) :l et :2 avec Pan, XLII :1. V. supra 40-44.

496 Sur les déplacements de Pline et Pont et Bithynie, WILCKEN, Plinius’Reisen in Bithynien, Hermès t. XLIX, 1914, 120-136 - TRISOGLIO, Opere… t. II, 1073.

497 Dans Klio, t. XIX, 1925, 165-168 - Nicée devait disputer jalousement la premièreplace à Nicomédie comme Éphèse à Pergame, en Asie… sur la quest. WILCKEN, Hermès, 1914, 129 - DURRY, ouvre cit., VII.

498 Sur la constitution de jurys mixtes (Romains et Hellènes en Cyrénaïque, F. de VISSCHER, La justice romaine en Cyrénaique, R. I. D. A., 1967, 321ss.

499 Sur ce personnage, R. E., VI, 2, 2533.

500 Dans l’ordre de la collection Budé : l° la lettre de Domitien à Térentius Maximus, 2° du même à Lappius Maximus (consul selon C.I.L. VI 1347 =DESSAU, 1006), 3° un édit du divin Nerva, 4° du même à Tullius Iustus.

501 Sur les querelles d’Archippus, G ; SAUTEL, Aspects juridiques d’une querelle de philosophes au IIe siècle de notre ère, R.I.D.A., 3e série, 1956, 423-443 (querelle entre Claude Eumolpe, Fl. Archippus et Dion Cocceianus à propos de prétendues malversations).

502 H. von ARNIM, Leben und Verke… 511.

503 En ce sens, J. GAGE, ouvr. cit., 182 (sur les symptômes de crise des institutions municipales et le début de l’interventionnisme impérial.

504 R. SZAMKIEWICZ, ouvr. cit., t. II 523ss - H. G. PFLAUM, Les procurateurs équestres… l’auteur considère que seul Coponius a reçu le ius gladii alors que l’on sait que tous les procurateurs de Judée en ont disposé (…) V. I.L.S. 1358 et 1359. La question reste discutée…

505 E. ARDAILLON, Metalla, Dar.-Saglio, III, 1918, 1840-1873 - ORTH, Berghau, R. E. (suppl.), IV, 1924, coll. 108-155.

506 Gli atti dei martiri come documenti processuali, Milan, 1973, 3-40.

507 J. COLIN, ouvr. cit., 108-147 (de l’influence des clameurs de la foule sur la suite de la procédure).

508 J. GAUDEMET, La juridiction… 348 (ce délai de deux ans permet d’agir ex integro).

509 Le droit des gouverneurs de condamner à la peine de la relégation est signalé par un texte d’ULPIEN au Dig., XLVII, 22, 7 et 14. On observera au passage que la réponse impériale fait état de « préfets de mon prétoire » (ad praefectos praetorii mei) au pluriel… le doublement de certaines tâches paraît acquis sous Trajan et non pas sous Hadrien.

510 En ce sens J. N. HOUGH, A few inefficiencies in Roman provincial administration, Class. Journ. XXXV, 1939, 17-26 - J. GAUDEMET, La juridiction provinciale… spéc. 348-349 (un délai de dix ans est réclamé par l’empereur, s’agit-il d’une sorte de délai prescriptif de la peine ?)

511 Cf. rappel de l’Ep. X 32(41) :l : « Meminerimus idcirco te in istam prouinciam missum, quoniam multa in ea emendanda apparuerint. » - Sur le fonctionnement de la justice pénale, comment. de A. N. SHERWIN-WHITE, Trajan’s Replies préc., 114-125.

512 ouvr. cit., 3.

513 Pour s’en convaincre ép. X 25 préc. : arrivée de Servilius Pudens.

514 Sur la nécessité de la présence d’un legatus ad ordinandum [uel] corrigendum en Bithynie, M. N. TOD, Anatolian Studies Buckler, Manchester, 1939, spéc. 333-344 … un tel legatus ad ordinandum se trouve sans doute en Achaie si l’on songe en particulier à C. Avidius Nigrinus (en ce sens GROAG, ouvr. cit., 55-56.

515 On connaît relativement peu de chose sur le culte impérial en Orient (D. MAGIE, Roman Rule…1298 ss - MELLOR (R.), Thèa Rhômê, The Worship of the goddess Roma int he Greek Wold, Göttingen, 1975 - ANDO (C.), Imperial Ideology and Provincial Loyalty in the Roman Empire, Berkeley, 2000. Le droit d’asile ad statuam est cité chez d’autres auteurs not. SUETONE, Aug., XVII ; Tib., L ; TACITE, Ann. IV, 67 ; GAIUS, Inst., III 53 et Dig., LXVIII, 19, 28, 7.

516 La lettre fait supposer à bon droit une alliance entre Daces et Parthes selon J. GUEY, (ouvr. cit, 29 et PARIBENI, (ouvr. cit., t. I, 237 et 244). On se souvient que Décébale avait « naguère » demandé de l’aide au roi Pacorus et qu’il modifia utilement ses alliances (G. A. KOTCHELENKO, art. cit., III, 56-68).

517 Ouvr. cit., XI n. 2.

518 X 19(30) :1 : « Rogo, domine, consilio me rogas haesitantem utrum per publicos ciuitatium seruos. »

519 La situation juridique des esclaves publics a été étudiée par L. HALKIN, Les esclaves publics chez les Romains, Rome, 1965 (rééd. De 1897) spéc. 150-245 - C. E. PULCIANO, Il diritto privato… Turin, 1913, 113-122.

520 J. NOVAKOVA, Devêt kapitol o tak zvaném stribrném vêku rimskê slovesnosti, Pragues, 1953, spéc. 20-21 (épp. X 19-20 et 29-30 : problème de la conscription) - MAKSIMOVA, Anticnoie goroda… préc., 386-387 (sur le manque d’esclaves en général).

521 En ce sens, L. VIDMAN, ouvr. cit., 83 : le déclin (relatif) de l’esclavage dans les deux premiers siècles de notre ère est admis par certains auteurs. Pour s’en convaincre : J. VOGT, Sklaverei und Humanität… 97-111.

522 Ep. X 74 :2 : « Quem ego perductum ad me, cum eadem narrasset, mittendum ad te putaui… »

523 Sur la partie sombre de cette affaire : point de vue de J. GAUDEMET, La juridiction prov., préc., 340, qui signale que « ce qui dans cette succession d’épisodes fâcheux est mis en question devant Pline ne résulte pas de la lettre. Car Pline se borne à relater les faits dans leur généralité et à expédier Callidromus pour information et condamnation devant les services romains.

524 Ep. X 62(77) in fine (… quibus proconsules praesunt…) - De manière générale il n’est pas facile, selon J. GAUDEMET, citant KASER (Das röm. Privatecht I, 291) et LANFRANCHI, Ius exponendi e obbligo alimentare nel diritto romano classico, S.H.D.I., II, 1939, 52 n. 160) de distinguer le s.c. de liberis agnoscendis du s.c. de partu agnoscendo en raison de la proximité des objets et de la finalité des causes.

525 En ce sens E.-M. SCHTAERMAN, ouvr cit., 48-74. L’auteur parle de craintes de révoltes et malgré un tableau pessimiste, l’historienne soviétique a raison de souligner la diminution des esclaves sous le Haut-Empire qui ne pratique plus guère de conquêtes ; de plus des raisons philosophiques, humanitaires et économiques tendent à l’appauvrissement de l’Empire en esclaves.

526 Ep. X 65(71) :1 : « Magna, domine, et ad totam prouinciam quaestio est de condicione et alimentis eorum quos uocant. »

527 A. CAMERON, Anatolian Studies Buckler, 1939, spéc. 27-62 - E. VOLTERRA, Studi … in onore di E. Besta, Milan, 1939, 449-477 - T. G. NANI, Epigraphica … V et VI, 1943-1944, 45-84 (complétant l’art. de C. CAMERON).

528 I. S. SVENTSITSKAJA, Esclaves et affranchis dans les localités rurales de la province d’Asie, V. D. I., 1963, t. IV, 127-139 : l’esclavage rural serait peu répandu mais on note la présence de nombreux affranchis qui sont employés dans les domaines privés, plus rarement dans les domaines impériaux.

529 Recherches épigr., R. E. A., 1960, 276-285 (sur les communautés de villages indépendantes).

530 CAMERON, art. cit., 49 et NANI, Epigr., 67.

531 L. VIDMAN, art. cit., 85.

532 En ce sens, VOLTERRA, L’efficacia delle costituzioni imperiali emanate per le provincie e l’istituto del expositio, Studi Besta (préc.), 449-450 - Id., Expositione dei nati, N. D. I., t. VI, 878-879.

533 X66(72) :2 :« Et ideo nec adsertionem denegandam iis qui ex eius modi causa in libertatem uindicabuntur puto, ne que ipsam libertatem redimendam pretio alimentorum. »

534 Vindex libertatis, Gymnasium, t. LXXXVI, 1971, 182-188.

535 L. MITTEIS, Reichsrecht und Volksrecht, Leipig, 1891, 107ss et 127-128 : l’intervention de Trajan aurait imposé une règle de droit romain. Au pire, à notre avis, un point de vue purement centraliste n’a pu s’imposer dans cette hypothèse qu’en raison du silence absolu des droits régionaux.

536 Sur la lex Papia Poppaea nuptialis instituant un ius trium vel quattuor liberum V. Nuovo Dizionario Giuridico Romano, éd. Simone, Naples, 1995, 318.

537 En ce sens Ep. X 95(96) : « Quam parce haec beneficia tribuam, utique, mi Secunde carissime, haeret tibi, cum etiam in senatu adfirmare soleam non excessisse me numerum… »

538 Indications sur les latins junoniens et sur l’existence de la lex Junia Norbana de 19 apr. J.-C. chez GAIUS, I, 17 et III 42.

539 Par les propositions faites au prince, en sa qualité de gouverneur, Pline ne fait-il pas œuvre de commissaire d’instruction d’une juridiction gracieuse au sens large ? Ainsi on anticiperait sur ce que l’on a appelé plus tardivement les actes administratifs judiciaires : P. LAMPUE, La notion d’acte juridictionnel, R. D. P., 1946, 6ss.

540 En ce sens, GAIUS, III, 1-10 - ULPIEN, Fragm., XXVIII :7.

541 Nous sommes en présence d’un édit applicable à toute une catégorie de personnes sur un territoire donné (G.I. LUZZATTO, Ricerche sull’appliazione delle costituzioni nelle provincie, Scritti in onore C. Ferrini, Pavie, 1946, 265-284 ). A. N. SHERWIN - WHITE, Trajan’s Replies… 114-115 qui se prononce sur la valeur des rescrits de Trajan situés au bas des requêtes. Les rescrits se multiplièrent not. en matière d’enquêtes contre les chrétiens (M. SORDI, I rescritti di Traiano e di Adriano sui Cristiani, Riv. d. Stor. d. Chiesa in Italia, 1960, 346ss - R. ORESTANO, Il potera normativo degli imperatori e le cos-tituzioni imperiali, Nota I, Turin, 1962, 94 p. : selon cet auteur le pouvoir impérial est non explicite mais déjà autonome et il concurrence l’autorité des jurisconsultes. D’ailleurs la supériorité normative des constitutions sur les responsa prudentium à l’époque de GAIUS, II, 195ss avait été démontrée par de Robertis dans son ouvrage (Sulla efficacia normativa delle costituzioni imperiali, préc, 119-121).

542 On sait qu’Hérode Agrippa et Paul de Tarse, comme le note M. DURRY dans Les cohortes prétoriennes… 173, n. 2, ont été soumis à la même juridiction.

543 Opere… t. II, 1090-1091, n. 569.

544 not. pour les villes proches du Caucase et des Parthes : M. WHEELER, Les influences romaines au-delà des frontières impériales, trad. M. Thomas, Paris, Plon, 1960, spéc. 200-232.

545 V. plus bas, tableau récapitulatif (p. 228).

546 Sur le caractère officieux de ces mandats : L. VIDMAN, Die Mission’Plinius… bibl. XVI, 16 sur le passage de l’ép. X 22 :l : « mandatis meis complexus sum… » Ces mandats n’étaient peut-être pas si faciles à interpréter selon A. CALDERINI, Epigr., VII, 1945, 109-113 et L. VIDMAN, art. préc., Bibl. XV, 42ss n. 73.

547 Ep. X 27 :« praeter decem beneficiarios, quod adsignari a me Gemellino, optimo uiro iussisti… » - Sur le nombre normal de sous-officiers mis à la disposition des procurateurs non præsides selon HIRSCHFELD, Verwaltung beamten…400.

548 mention que l’on peut comparer avec Dig. IL, 16, 11.

549 L’interdiction des associations (collegia) était sûrement établi en rapport avec les mesures de sécurité. On rejoint ici la position défendue par L. VIDMAN (ouvr. cit., 49). Voilà la raison pour laquelle Trajan a permis, tout exceptionnellement, en se fondant sur les privilèges locaux, de constituer une association de secours pour la ville d’Amisos alors qu’il a interdit sévèrement la constitution d’une association de gens du feu à Nicomédie (Epp. X 33, 34)… L’interdiction des hétairies paraît sûrement être en relation avec une aversion générale de Rome, au cours du Haut-Empire pour les sociétés de toute nature qui pourraient entrer en conflit avec l’ordre établi du Pouvoir romain.

550 Cf. ép.X 56 :3 : « Nam, sicut mandatis tuis cautum est ne restituam ab ilio aut a me relegatos, ita de iis quos alius et relegauerit et restituerit, nihil comprehensum est. »

551 X 32 : « Erit autem uel hoc maxime corrigendum, quod, qui damnati ad poenam erant, non modo ea sine auctore… » Un rappel des abus passés - et donc à réformer sous le proconsulat de Pline - nous est livré en X 18 ; 34 ; 117.

552 Rendiconti Lincei, 1950, 462.

553 Pline le J., Lettres, Introduction, VII.

554 X 110 : « Ecdicus, domine, Amisenorum ciuitatis petebat me a Iulio Pisone… utebaturque mandatis tuis quibus eius modi donationes uetantur. » - Sur la quest. : KRELLER, R.E., XIV, 1, 1023.

555 Municipal Administration… Princeton, 1926, 202ss : « In the early empire the right of the towns were more jealously reguarded, especially in the senatorial provinces and many cities, disreguarding the go-vernor, appealed directly to Rome… » V infra Titre I, chap. II, sect. II.

556 Roman Provincial Administration… 177.

557 En ce sens A. H. M. JONES, The Cities ot the Roman Empire - Political, Administrative and Judicial Administration, t. I, Rev. Soc. J. Bodin, VI, Bruxelles, 1954, spéc. 135-176.

558 M. JAKSYNOWSKA, Les organisations de iuvenes et l’aristocratie municipale, Rech. sur les structures sociales de l’Antiquité classique, (Colloque de Caen), 1970, 265-274.

559 Sur l’autonomie des villes, V. infra 256ss.

560
Image 1000000000000362000001AC3174F973.jpg

561 Ouvr. traduit du roumain par Caius Francescu, coll. Etudes Anc., Les Belles-Lettres, 1983), spéc. 441ss - on peut comp. cette opinion avec celles de l’étude plus ancienne, Epoca lui Traian - Ïmpre jurai historice si probleme ideologice, Bucarest, Editura Stiintifica si Enciclopedica, 1980, 170ss (sur les épp. X 27 et 28).

562 Ouvr. cit., 218.

563 Point de vue de J. GUEY, ouvre. cit., 28 (nombreux achats de blé ou σιτωνια).

564 Sur les relations du Bosphore avec Rome on dispose des vues pénétrantes de M. LEMOSSE sur Le régime des relations internationales, préc., 40ss (nécessaire protection des cités grecques contre les Barbares).

565 Sur les relations du parthe Chosroès avec ses alliés du Nord, F. A. LEPPER, Trajan’s Parthian War, U.B, Oxford, 1948.

566 L. WENGER, Die quellen des römisch. préc., 148 - J. N. HOUGH, Class. Journ. XXXV, 222 (sur la nécessité de rejeter d’anciens diplômes qui n’étaient plus valides).

567 Sur la quest. : E. RITTERLING, Journ. Rom. Stud., XVII (préc.), 28-32 - T. K. SHERK, Amer. Journ. Phil., LXXV, 1955, 400-413.

568 Œuvres, éd. B. Niese, Bell. Jud., II, 368).

569 SHERK, ouvr. cit., 403.

570 Développements intéressants dans Roman Rule.. spéc. 1490, n.58. L’auteur cite l’inscription I.G..R. III, 1396 et celui de Dacibyza (sur la route de Chalcédoine, I. G. R. III, 2 = A.E. 1923, 44). Or, la requête avait été sans doute remise au Pont, puis envoyée à Nicomédie. Une inscription (I.G.R. III, 1411) fait état d’un soldat, stationné à Pruse, une autre encore se rapporte à Sinope (A.J.A., IX, 1905, 318 n.51).

571 Cf. Epp. X 21-22 - Comp. avec Pap. Oxyr. VII, 1022.

572 La traduction est approximative mais l’on sent bien que dans son Etude sur la correspondance de Pline le J., préc. 52 l’auteur a en vue les relais de la contrainte étatique - Sur la perception de impôts : F. LAMBERT, R. E., III A II, 2211-2212, s.v. Statio ; E. WEISS, ib., 2212-2213 - W. LIEBENAM, R. E., VI, II, 1648ss (s.v. Exercitus) et P. VITTINGHOFF, R. E., XXII, 1, 391, s.v. Portorium.

573 Cf. Ep.X 20 : « …quam paucissimos a signis auocandos esse » et X 22 : « quantum fieri potest, curandum ne milites a signis absint. »

574 Sur la situation de Juliopolis, à la frontière de la Galatie, cons. Pline le naturaliste, N. H., IV, 143, (V. Annexes, carte de la province).

575 X 78 :3 : « si milites erunt, legatis eorum… deprehenderis… »

576 Ainsi : « .. corrupta est disciplina castrorum ut tu corrector emendatorque contingeres… » et Pan VIII :1 - V. GSELL, ouvr. cit., 156 (sur le rescrit adressé à Minicius Natalis ; comp. avec Dig., II, 12, 9, et C.I.L., 5368 = F. I. R. A., VII 83).

577 Military forces in the Senatorial Provinces, Journ. Rom. Stud ; XVII, 1927, 28-32 - G. WEBSTER, The Roman impérial Army of the First and Second Centuries a. D., Londres, 1969 (330 p. - spéc. Chap. III, 107-135 concernant l’étude des légions, des auxiliaria, de la flotte. Plus récemm. Sur la marine militaire à l’Ouest et surtout à l’Est de l’Empire : M. REDDE, Mare nostrum… (préc.) 1986 ; Id. étude dans Journ. Rom. Arch., 1989, 331-333.

578 Par ex. V. étude de J. BENESH, Die römischen Auxiliarformationen im unteren Donaraum (résumé en Tchèque dans Sbornik Praci Filosofiché Fak. Brenské Universität, XIX, 1970, 159-199).

579 Sur la préfecture de la Côte pontique : G. BARBIERI, Il praefectus orae maritimae, Riv. Filol. Istruz. Clas., LXIX, 1941, 268-280 ; Id., Ancora sul’praefectus orae maritimae, Riv. Istruz. Filol Clas., LXXIV, 1946, 166-171 - W. ENSLIN, s.v. Praef. Or. mar. R. E., XLIV, Halbb., 1954, coll. 1333.

580 D. M. PIPPIDI, Plautius Aelianus… (en roumain), Stud. si Cerc. Istorice veche, VI, 1955, 355-383 (= Contrib. la istoria veche a Romunici) Bucarest, 1958, 137 – 170.

581 Les tenants de cette opinion : V. F. GAIDUKEVITCH, Das bosporanische Reich (préc.), et C. M. DANOFF, Pontos-Euxinos, R. E., suppl. Bd IX, 1962, 866-1175.

582 Mare nostrum…(préc.), 253ss.

583 V. Klio, XIII, 1913, 81.

584 concernant Lucius Vehilius Gratus Julianus, préfet du prétoire puis de l’annone, procurateur d’Auguste et préfet … de la côte pontique (C.I.L., VI, 31856 =DESSAU, I.L.S., 1327).

585 Anticnoie Goroda… 317-318 - D. MAGIE, Roman Rule… t. II, 1418 (n. 62) : le titre de nauarchos ne saurait se confondre avec celui de préfet de la flotte : en ce sens, C.I.L., III, 6980 ; comp. avec Istanb.Forsch. XIV, 1941, 89 n. 88.

586 Légions XV Apollin. et XII Fulmin. résidant à Satala et Mélitène.

587 V. not. MARCIEN, au Dig., XLIX, 16, 11 : « ab omni militia serui prohibentur : alioquin capite puniuntur - égal. ISIDOR, Etym., IX 3, 38 - DION CASSIUS, LXVII, 13, 1. Il existait sans doute de faux certificats proposant la qualité d’homme libre selon W. DAVIES, Joining the Roman Army, Bonner Jahrbücher, CLXIX, 1969, 208-232.

588 Cf. étude préc., 27-37.

589 Cf. Pap. Oxyr., VII, 1022. - WILCKEN, Chrestomathie, n° 453 - Sur les troupes désignées du terme de numeri : H. T. ROWELL, R. E., XVII, 2, 1327ss ; sur le service des troupes : H. CALLIES, Die fremden Truppen des römischen Heeres des Prinzipats und die sogennanten nationalen’Numeri, Beiträge zur Gesch. des röm. Heeres, Göttingen, 1963 ; selon J.-P. GILLIAM, « numeri » désigne plutôt dans l’épître de Pline une liste de soldats (Symbolae Taubenschlag, II, Vratislaviae-Varsaviae, 1957, 207-216 ? Le recrutement local des auxilia se réalisait déjà au ler s. d’après K. Kraft, Zur rekrutierung der Legionen. und Kohorten,… Bern, 1951, 44 – 48 ; FORNI, Il reclutamento…(préc.), 100-102.

590 Cf. R. E., II, A, 1369ss.

591 Ainsi l’ép. X 29 irait dans le sens d’une sévérité accrue : « qui ergo debeam sequi, rogo, domine, scribas, praesertim cum petineat ad exemplum. » - En ce sens, également : H. LIPPS, Beispiel, Exempe Fall und des Verhältnis des Rechts, falles zum Gesets, Nerlin, 1931, 30-34.

592 Cf. R. E., XII, 2, 1698 ; 1703, s’appuyant sur I. G. R. III, 80 (DESSAU, I. L. S., 9476) et I.G.R., 1426.

593 L. ROBERT, Etudes anatol., 285 (I. G. R. II, VIII, 11).

594 Inscription trouvée par J. H. Mordtmann, S.B. München, 1863, I, n° 1, 206.

595 C. I. L.,III283 - I. G. R. III, 59 à propos de Corniclarius de Pruse) . Cons. A. DOMASZEWSKI, Rh. M., XLV, 1890, 211.

596 En ce sens, E. BIRLEY, Roman Britain and Roman Army, Kendal, 1953, 146 – 152.

597 Sur la pratique des uexillationes : Ant. Arch. Hung., III, 198 - R. SAXER, Untersuchung. zu der Vexillationes…Cologne, 1967, 134ss (présentant l’inscr. DESSAU I.L.S., 1327 sur les fonctions de Julius Véhillius Gratus).

598 Sur la surveillance du cursus publicus par les responsables des stations (de contrôle) : H. ZWICKY, Zur Verwendung des Militärs in der Verwaltung der röm. Kaiserzeit, Dissem. Univers.-Zürich, 1944, 8ss. - Sur la perception des impôts ; De LAET, Portorium, Etude sur l’organisation douanière chez les Romains, Gand-Bruges, 1949, 144ss défend la thèse qui entend admettre sous Trajan la fusion de la quadragesima portuum Asiae et de la quadragesima portuum Bithyniae créant ainsi une sorte d’administration supra-provinciale (la quadr. p. Asiae et Bithynie) ; mais De Laet ne s’appuie aucunement sur un matériel épigraphique probant.

599 Ep. X 77 :2 : « Dispice an etiam Iuliopolitanis ratione simili consulendum putes… »

600 Sur le frumentarius d’Héraclée, I. G. R., III 80 à comp. avec I. G. R. III 1390 (à propos d’un centurion de Ben-Koï) et I. G. R. III 1426 (à Istifàn, près Sinope). Sur la discussion de plusieurs insc., L. ROBERT, Rev. Phil., LXII, 1936, 113-116.

601 Cf. Epp. X 112(113), 113(114), 114(115) et 115(116) à propos de l’interprétation de la loi fondamentale de la province (i.e., lex Pompeia). Le contentieux « objectif » présenté par Pline à Trajan nous apparaît presque de nature « constitutionnelle » : en ce sens, E. VOLTERRA, L’efficacia delle costituzioni (préc.) t. I, 449-477 et Introduction à l’histoire du droit romain dans ses rapports avec l’Orient, Arch. Hist. Dr. Or., IV, 1949, 155-158.

602 Cf. Le culte impérial dans la péninsule ibérique d’Auguste à Dioclétien, B. E. F. A. R., n° 191, Paris, 1958, spéc. 200ss. - D. FISHWICK, The imperial Cult in the Latin West, étudie les cultes en Gaule, not., 2 vol. , Leiden, 1987 - Sur l’organisation religieuse à Rome et le sens du sacré, D. PORTE, Les donneurs du sacré. Le prêtre à Rome, Paris, 1989, 2-5. On sait seulement par QUINTILIEN (In. Or., VI, 3, 77) que Trajan avait fait construire un autel à Tarragone de son vivant… et qu’il y avait eu un miracle !

603 On sait par ex. que Trajan garda une remarquable froideur à l’égard des cultes en tous genres mais il pratiqua une consécration étonnante voire émouvante de son père « spirituel », Nerva (en 112), selon J.-P. MARTIN, ouvr. cit., 26 - PALADINI, L’aspetto dell’imperatore-dio presso i Romani, Univ. Cat., Contrib. d. Ist. Filol. Class. Sez. Stor. Ant., t. I, Milan, 196, 8-9 ; 15-16 ; 38-62. Sur l’auto-déification des princes romains au 1er s., Dom a. MIGNOT, Message de l’Apocalypse… (préc.), 87ss.

604 Sur le culte impérial provincial, K. SCOTT, The Elder and Younger Pliny on Emperors Worship, Trans. Proceed. of the Amer. Phil. Assoc., 1932, 156-165 : les deux Pline acceptent la consecratio des empereurs dans la mesure où elle apparaît comme étant l’expression et la récompense de leurs vertus.

605 Comp. X 50 avec X 60 :1 (action de Domitien à l’égard du philosophe Archippus) et X 66 :2 (lettres du même Domitien ). Trajan entend « ménager » ses successeurs dont il tient la légitimité de sa fonction. - Sur la consécration de certains lieux, KOBBERT, Religiosa loca, R. E., Zw. R, t. I, Halbb., 1914, coll. 575-580 - Quant aux rites de consécration à Rome, WISSOWA, s.v., R. E., Halbb. 1900, coll. 896 – 902.

606 BEURLIER, Essai sur le culte rendu aux empereurs romains, Paris, 1890, spéc. 67. - V. égal. Ac. Roy. Belg. Bull. Cl. Lettres, LXI, 1955, 453ss.

607 S. LAZARINI, Sepulchrum familiare, e ius mortuum inferendi, in Stud. Biscardi, 5, 1984, 217-237 (sur la distinction entre les types de tombeaux) ; ce travail est complété par le livre du même auteur paru quelques années plus tard, Sepulcra familiaria. Un’idagine eprigrafico-giuridica, Univ. Pavia, Stud. nelle Sc. Giurid. e Soc., vol. 65, Padoue, 1991, 121p.

608 Ouvr. cit., Introduction, 24.

609 La décadence de la religion traditionnelle est dénoncée par J. CARCOPINO, ouvr. cit., 147ss -G. BOISSIER, La religion romaine d’Auguste aux Antonins, t. II, 141 – 142 présente la religiosité de Pline comme « apparente » voire superficielle.

610 Le passage VIII 8 :5 consiste surtout en un morceau choisi pour sa fraîcheur sans pareille.. En IX 39 il est question de relever un temple dédié à Cérès, temple tombé en ruine… enfin en IV 8, on constate que l’augurat ne suscite chez Pline aucune considération religieuse ou métaphysique particulière. V. supra, 58ss.

611 sauf faveur spéciale de ce dernier pour l’Hercule de Gadès (R. ETIENNE, ouvr. cit., carte n° 21) - H. WREDE, Consecratio in formam deorum. Vergöttliche Privatpersonen in der römischen Kaiserzeit, Mayence, 1981.

612 L’isiacisme restait en ville, en Halie surtout, selon R. Mc MULLEN, le culte de prédilection des esclaves et des affranchis. Ainsi a-t-on réparé un grand nombre de constructions faites par les esclaves (V C..I. L 8237 ; I. G., III, 74 = S.I.G. III, 1042) ; C.I.L. III, 1547 ; VI, 647 ; VII, 11 ; VIII, 18810 et 8457, 20343 (les religiosi de Cybèle) ; V. R. Mc MULLEN, Le paganisme dans l’empire romain in Les chemins de l’histoire, P. U. F., 1987, spéc. 183 (trad. A. Spiquet et A. Rousselle) - A. ABEL et J. VERMASSEN et alii, Religions de salut, Bruxelles, 1962 - P. DEBORD, Religion et mentalité des esclaves en Asie Mineure à l’époque impériale dans Religion et Anthropologie de l’esclave, Besançon, 1994.

613 Par ce rite initiatique où l’on recevait la sang d’un taureau égorgé lorsqu’on était situé sous une grille : il était permis de vivre à nouveau…

614 Cybèle déesse de la fécondité, qualifiée souvent de Μητερ µεγαλητων τεων serait évoquée, selon TOUILLEUX au chap. XIII de l’Apocalypse.

615 H. GRAILLOT, Le culte de Cybèle, Paris, 1912, 378p. - V. égal. sur la quest. : W. KUBITSCHEK, Denkschriften, Wien, LVII, 3, 1915, 112-122 (le 3e mois de l’année ou Μητρωοs fut prouvé assurément par DÖRNER qui a mis au jour des déesses assises, des petites statuettes et diverses inscriptions. Maints détails sont relevés dans les études de C. BOSCH et not. Die Kleinasiat… Munich, t. II, 1, 1, 216ss.

616 Pour l’histoire du culte d’Isis à Nicomédie, A. SALAC, Isis, Sarapis a bozstva sdruzenà, Praha, 1915, 61-62 et pour Nicée : A. M. SCHNEIDER, Istanbul Forsch., IX, 1938, XVI, 1943 (sur les fouilles d’Iznik) ainsi que K. LEHMAN-HARTLEBEN, Lettere scelte con comm. Archeol., Florence, 1936. - Sur Kios, V. BOSCH, ouvr. cit., 150ss et 244 et 275 ainsi que D. MAGIE, in Am. Journ. Arch. LVII, 1953, 176-177 (le culte d’Isis-Sérapis semblerait exister à Kios aux temps helléniques d’après des monnaies retrouvées in situ. - Au sujet de Pruse, les travaux de J. SOLCH (préc. dans Klio XIX, 1925, 188ss où il est question des médecins de cette ville et des cultes urbains). Enfin, sur la déesse aux mille noms : APPULEE, Les métamorphoses ou l’âne d’or, XI : autrement dit, pour nos yeux contemporains est-ce la préfiguration de la Vierge-Mère des chrétiens ? V. sur ce point les travaux de Le CORSU, Isis, Mythe et Mystères ; Fr. DUNAND, Le culte d’Isis dans le bassin oriental de la Méditerranée, Leiden, J. Brill éd., 1973, 3e vol. , Etudes préliminaires aux religions orientales dans l’empire romain, 3e s. av. J.-C. - 3e s. apr. J.-C.

617 Point de vue défendu par VIDMAN, Isis und Serapis bei den Grieschern und Römern., Epigraphische Studie sur Verbreitung und zu den Trägern des ägyptischen Kultes, Berlin, 1970.

618 sans doute en raison du risque d’idolâtrie : Esdras, IX :2 et :12 ; Néhémie, X :31 ; XIII :23 et :27.

619 A. BENOIT - M. SIMON, Le judaïsme antique, coll. Nouv. Clio, Paris, 1968, 24 – 25 ; 29-32.

620 W. ECK, Die Eroberung von Massada und eine neue Inschrift des L. Flavius Silva Nonius Bassus, Zeitschrift. neutest. Wiss., LX, 1969, 282-289 (sur la chute très symbolique de la forteresse de Massada en l’an 74 !) - A. FUKS, The Jewish Revolt in Egypt, a. D. 115-117, in the light of Papiry, Aegyptus, XXXIII, 1953, 131-158.

621 M. MESLIN, Le christianisme dans l’empire romain, coll. Sup., P. U. F., 1970, spéc. chap. concernant l’émergence du christianisme (11ss) et traitant du témoignage crucial de Fl. JOSEPH disant des chrétiens « qu’ils l’emportent sur les autres Juifs par la piété et l’interprétation exacte de la loi ».

622 V. sur la quest. ; E. M. SMALLWOOD, Palestine, a.D., 115-118, Historia, 1962, 500-510.

623 Sur ce point, H. DEXLER, Untersuchungen zu Josephus und zum judischen Aufstand, Klio, XIX, 277 -312.

624 Bar Kocheba : the Discovery of the Legendary Heroe of the Last Revolt against Imperial Rome, Oxford, 1972. Or, la révolte du fils de l’Etoile fut à peu près l’ultime selon A. PIGANIOL, Histoire de Rome, Paris, 1977, 376ss. Il st même probable que Pline a du voir dans ces chrétiens de Bithynie des adeptes d’une secte juive « mal identifiée », en quelque sorte des « hétérodoxes ».

625 Sur la littérature apocalyptique V. notre étude, Message de l’Apoc., préc. 81ss.

626 LIETZAMNN, Die liturgischen Angaben des Plinius, Gesch. Stud. A. Hauk, - R. J. VIPPER, Rim i renne je christianstvo Moskvä, 1954, spéc. 177-185 ; MAKSIMOVA, Antiknoï goroda… 424-426 et SOKOLOV, Plinij Mlasij… 299-305 : ces auteurs dans leur ensemble rejettent la teneur des lettres du Pline sur les chrétiens soit entièrement, soit partiellement. Contra : A. RANOVIC, Vostocnye’provincii riskoj imperii, Moskvä-Leningrad, 1949, 82-83 qui n’admet que la présence d’interpolations partielles dans l’épître. X 96)

627 Cf. Ep. X 96 :5 : « Propositus est libellus sine auctore multorum nomina continens. Qui negabant esse se Christianos aut fuisse, cum praeeunte me deos appellarent et imagini tuae, quam propter hoc iusseram cum simulacris numinum adfermari, ture ac uino supplicarent, praeterea maledicerent Christo quorum nihil cogi posse dicuntur, qui sunt re uera Christiani dimittendos esse putaui. ( :6) Alii ab indice nominati esse Christianos dixerunt et mox negauerunt ; fuisse quidem, sed dessisse, quidam ante triennum, quidam ante plures annos, non nemo etiam ante uiginti. [Hi] quoque omnes et imaginem tuam deorumque simulacra uenerati sunt et Christo maledixerunt. »

628 in The McMillan Company, N - Y., 1970.

629 Un grand nombre de Chrétiens sont originaires du Pont ou de Bithynie selon A. HARNACK (Mission und Ausbreitung d. Christtentums, t. II, Leipzig, 1924, 623, 754-756-762... Dont le fameux hérétique Markion, originaire de Sinope selon la Tradition ou encore un quidam nommé Alexandre (d’Abonouteichos du Pont…) Cons. F. K. DÖRNER, Denkschriften Win… LXXV, 1, 1952, 59ss au sujet d’une pierre tombale située à Claudiopolis, citant quelques Chrétiens du IIe s. - Sur les premiers temps du christianisme et ses relations avec Rome : Cl. LEPELLEY, Les chrétiens et l’empire romain in Hist.Chrrist., DDB, t. I, 2000, 227ss.

630 Studien zue offiziellen Gettung des Kaiserbildes im römischen Reich, Paderborn, 1934, 81ss.

631 V. notre étude préc. sur Le message de l’Apoc., chap. sur La révolte apocalyptique ou l’antinomie des deux cités, 107ss.

632 V. A. GARZETTI, ouvr. cit., 285-288 (longue liste impressionnante et non-exhaustive de condamnés pour « mœurs juives ». - O. CULLMANN, De Staat im Neuen Testament, Tübingen, 1956.

633 J. DANIELOU - H. I. MARROU, Nouvelle histoire de l’Eglise, t. I, Des origines à S. Grégoire l Grand, Paris, 1953, spéc. 113-114.

634 Fr. BARRY, étude préc., 10-45 - M. SORDI, Il cristianesimo e Roma, Bologne, 1965, spéc. 107ss - R. UGLIONE (a cura di), Cristianesimo e istituzioni politiche. Da Augusto a Costantino, Rome, 1995, spéc. 15-23.

635 Comp. not. avec la lettre de S. Irénée telle qu’elle nous est parvenue par EUSEBE de Césarée dans son Histoire écclésiastique.

636 Cf. X 96 :3 : « Interrogaui ipsos an essent christiani . Confitentes iterum ac tertio… perseuerantes duci iussi »

637 On renvoie ici à l’étude de J. GAUDEMET déjà citée sur La juridiction provinciale, 347ss.

638 R. M. JACKSON, The Machinery of Justice in England, 5e éd., 1967.

639 Ep.X 97(98) :2 : « sine auctore uero propositi libelli [in] nullo crimine locum habere debent. »

640 Apologeticum, II :7.

641 Le fameux rescrit finit ainsi : « Mais, Hercule, si quelqu’un allègue cela par délation, retiens cette mauvaise action et aie soin qu’elle soit punie ! » EUSEBE de Césarée cité cette Lettre à Minucius Fondanus dans son Hist. Ecclés. t. IV, 9 :1- :3. – Cons. Sur la quest. : H. NESSELHAUF, Hadrians Reskript an Minucius Fondanus, Hermes, CIV, 1976, 348-361.

642 Das fruhe Christentum im römischen Staat, Darmstadt, 1971, 1-32.

643 Sur les crimes reprochés aux Chrétiens, D. LECLERCQ, Dict. Arch. Lit.t. I, 265 (accusations portées contre les Chrétiens : infanticides, magie, inceste…)

644 Ad Nat. I :7 - Apol., V :3 - Sur ces textes : A. PAUL, Genèse et avènement des « Écritures » chrétiennes, in Hist.Chr., DDB, 2000, spéc. 723 ss.

645 Les premiers Chrétiens furent-ils persécutés par édits généraux ou par mesure de police ? Rev. Hist. Eccl., t. II, 1901, 7-15.

646 En effet l’auteur déclare que « Pline parle explicitement de cognitio c’est-à-dire d’une procédure résultant de l’exercice de la justice criminelle. Force est donc de supposer l’existence d’une législation spéciale contre les chrétiens et c’est la lettre 96 qui permet de rétablir la clause essentielle : non licet esse christianos. » Ce point de vue classique est précisément remis en question par le doctrine récente.

647 H. COHEN, Mishpato u Moto shel Yeshu ha Nosri (en hébreu), Tel-Aviv, 1968, 100-180.

648 SHERWIN-WHITE, Roman Society and Roman Law in the New-Testament, Oxford, 1963.

649 G. LANATA, Gli atti dei martiri… 3-40 - H. MUSURILLO, The Acts of Pagan… (préc.), L - LVII.

650 Cons. de récit de Luc l’apôtre précisant : « Nous avons trouvé celui-ci (le Christ) excitant notre nation à la révolte, et empêchant le payement de l’impôt dû à César et disant être le Christ-Roi (XXIII :1) »

651 Cf. A. M. A. IV :1 - :7 ; A.M.A. IV :8 - :11 ; VI :15 : :17 et IV :28 - :29.

652 Cf. La motivacion del rescripto de Adriano sobre los cristianos, Estud. Deusto, XXIV, 1976, 9-44 et Idem., 1977, 353-406 ; du même encore, Le refus des tribunaux payens par S. Paul, cahiers C.R.H.I.D.I., 1998, 1-19.

653 Cons. Constitution s d’Hadrien contenant cette formule au Dig. XLVII 9, 7 ; XLVII 21, 2 ; XLVIII 3, 12 pr ; IL 16, 6 :7...

654 J. MOREAU, La persécution du christianisme dans l’empire romain, Paris, 1956, 40-74 - G. E. M. de SAINTE-CROIX, Why were the early Christians persecuted ? Past and Present, XXVI, 1963, 6-38 - T. D. BARNES, Legislation against Christians… 1968, 32-50 - E. dal COVOLO, I primi Cristiani dinanzi alle istituzioni politiche in E. Dal COVOLO ed Altri, Laici e laïcità nei primi secoli della Chiesa, Milano, 1995, 330-369.

655 On ne punit pas tellement le nomen ipsum plutôt que l’appartenance voire l’adhésion à un groupe méconnu des Romains (W. RAMSAY confessait au XIXe s. cette thèse : The Church in the Roman Empire, Londres, 1897, 199).

656 Cf. Ep. X 96(97) :3 : « Interrogaui ipsos an essent christiani… perseuerantes duci iussi. Neque enim dubitabam, qua lecumque esset quod faterentur, pertinaciam certe et inflexibilem obstinationem debere puniri. ( :4) Fuerunt alii similis amentiae quos, quia ciues Romani erant, adnotaui in urbem remittendos. » Comp. avec epp. X 78(82) :3 et X 57(65) :2 : « Mox ipso tractractu, ut fieri solet, diffudente se crimine plures species inciderunt. »

657 Cf. Actes XXV :12 et XXIV :22ss - Sur la seconde arrestation de Paul, M. SORDI, Il cristianesimo e Roma, Bologne, 1965, 85-92 (procès devant le ‘stratopédarque’ ou préfet du prétoire, selon certains mss). Cons égal. l’art. controversé de MELEZE– MODRZEJEWSKI, Les tourments de S. Paul, Mél. en l’honneur de J. Imbert, Rev. Dr. Soc., P.U.F., Paris, 2002.

658 Le passage de l’épître 96 :2 s’explique par le fait que Pline n’a jamais, dit-il, participé à des informations contre les Chrétiens : « Cognitionibus de christianis interfui numquam… » Or, Tertullien, selon SORDI (ouvr cit., 131-145) aperçut bien vite la contradiction : Si les Chrétiens sont coupables, pourquoi ne pas les rechercher ? S’ils sont innocents, pourquoi les punir ? (Apol., II :8).

659 R.I.D.A., 1979, 227-238.

660 Opinion not. de WEBSTER dans Nec nostri saeculi est, Festgabe K. Müller (préc.), 24ss.

661 X 96 :7 : « D’ailleurs ils affirmaient que toute leur faute, ou leur erreur, s’était bornée à avoir l’habitude de s’engager par serment non à perpétrer quelque crime mais à commettre ni vol, ni brigandage, ni adultère, à ne pas manquer à la parole donnée, à ne pas nier un dépôt réclamé en justice… »

662 M. SACHOT, Religio/superstitio, historique d’une subversion et d’un retournement, Rev. Hist. Rel., CCVIII, 4/1991. - Sur la mise à mort des Chrétiens, cf. X 96 :3 (préc.) ; cons. étude de P. GARNSEY, The Criminal Jurisdiction of Governors, Jour. Rom. St., t. LVIII, 1968, 51-59 (à noter que la coercitio du praefectus urbi et des gouverneurs est identique ; toutefois la justice gouvernementale donne une place non négligeable à l’Εχχλησια ou élément populaire : on renverra à l’étude de J. COLIN sur l’envoi au supplice par acclamation dans les villes d’Orient, 108ss). Il est à signaler égal. le travail de Cl. I. FOULON-PIGANIOL sur Le rôle du peuple dans le procès de Jésus, hypothèse juridique et théologique, in Nouv. Rev. Théol., 1976, 627-637.

663 Selon L. VIDMAN (ouvr. cit., 95) « Les représentants du pouvoir romain ne prêtaient pas beaucoup attention à la foi que les chrétiens confessaient… Pline devait assurer l’ordre et la paix en province… et devait donc punir l’insoumission des chrétiens… Il y a des érudits qui déclarent même que le nomen ipsum n’était pas du tout puni, mais seulement l’obstination et l’hostilité envers l’Etat (W. Weber, p. 36). » Un des premiers auteurs à avoir défendu « la thèse de la loyauté au régime » est H. LISTZMANN dans Geschichte der alten Kirche, II, Berlin-Leizig, 1936, 155.

664 E.gr. : Procès de Polycarpe (Smyrne, 155 ? 165 ?) A. M. A. IV :1 - :7, de Carpus, Papylys, Agathonice, A. M. A. IV :8 - :11 ; de Justin et de ses acolytes (Rome, vers 165 ?) A. M. A. IV :15 - :17 ; des chrétiens scilitains (Carthage, vers 180) A. M. A. IV :28 - :29 - Sur le jugement d’Alexandre (Ephèse, vers 190), D. MAGIE, Roman Rule…II 1585. - Des Chrétiens sont parfois envoyés aux mines, Th. MOMMSEN, Römisch. Strafrecht…Leipzig, 1899, 949-951.

665 Curieusement ce droit n’est pas proposé lors du procès de Lyon de 177 (Martyr. Lugd., I, 33, A.M.A. IV 22 - EUSEBE, Hist. Eccl., V, 1).

666 Patrology, Utrecht, 1960, t. II, 171-173.

667 Mart. Lugd. I 13, 14 (A. M. A. IV 20).

668 Sur la salutatio pro salute Caesaris, P. JOBERT, Les preuves dans les procès contre les Chrétiens, R. H. D., LIV, 1976, 299-319.

669 V. Rendic. Lincei, (préc.), 462.

670 Pour s’en convaincre, cons. E. GREN, Kleinasien und der Ost Balkan (préc.), 87-113 - M. HOLLEAUX, Et. Épigr. et d’hist. Grecque, t. I, 165-185 citant H DESSAU, I. L. S. 8794.

671 I. LEVY, Et. Sur la vie municipale en Asie Mineure sous les Antonins, Rev. Et. Gr., 1895, 203 p, et 1901, 351 p. - CHARLESWORTH, Les routes et le trafic (préc.), 89-108 (sur l’urbanisation galopante et la création de colonies nouvelles sous les Antonins - Enfin, travail de T. R. S. BROUGHTON, ouvr. cit., 697-706 ; 734-739 (not. sous Trajan et Hadrien).

672 Th. PEKARY, Untersunchungen zu den römischen Reichsstrassen, Bonn, 1968 (reprenant les arguments de R. Fustier sur le constitution stratégique des voies romaines (R. E. A., 1961, 276ss).

673 On ne sait que peu de choses des zones rurales de l’Est à l’écart des « influences civilisatrices » malgré quelques Essais d’auteurs russes (M. I. Maksimova, Anticnoie goroda… U. Bernaziev et A. Fedorovitch).

674 Sur les institutions politiques à l’époque classique, P. BRUN, Le monde grec… A. Colin, coll. U, 2003, spéc. Chap. 7, 84ss. - Cl. MOSSE, Politeuomenoi kai Idiôtai, l’affirmation d’une classe politique à Athènes au ive s., R. E A., 1984, spéc. 193 – 200.

675 T. R. S. BROUGHTON, ouvr. cit., 715-734 - F. MILTNER, Ephesos Stadt der Artemis und des Johanes, Vienne, 1958, 23-86 (la ville d’Ephèse reçut de Caius/Caligula un troisième néocorat, c’est-à-dire, le droit d’élever et d’entretenir un temple propre au culte impérial). V. égal. travaux de L. ROBERT, sur Ephèse en particulier : Sur des inscriptions d’Ephèse, fêtes, athlètes, empereurs, épigrammes, Rev. Philol., XLI, 1967, 7-84. De précieuses indications numismatiques sont contenues dans l’ouvr. de BROUGHTON (Econ. Survey…) qui montrent que les cités orientales avaient des relations tantôt amicales, tantôt très tendues (872-877).

676 La facture de ces sept Lettres caractérise bien l’intention de l’auteur qui, dans un but pastoral, dénonce la vie facile des citadins, des Nicolaïtes, aussi gnostiques qu’orgueilleux, libertins que jaloux de leurs prérogatives bourgeoises (cf. Apoc. I :11).

677 H. STERLIN, Grèce d’Asie, arts et civilisations classiques de Pergame à Nemroud Dagh avec textes et photographies,, IVe s. av. J.-C. - IVe s. apr. J.-C, Paris, Seuil, 1986, (231p).

678 C’est Nicomède IV, Philopatôr, qui transmit son royaume par testamernt à Rome (TITE-LIVE, ep. XCIII et CICERON, De lege agraria, II 15, 40. - Sur Nicée, travaux de SOLCH, Klio, XIX, 1925, 165ss.

679 Cf. Epp. X 81 (Pruse de l’Olympe) ; 83 (intestatus de Nicée) ; 92 (secours mutuels d’Amisos…)

680 Sur la distinction entre les villes libres et les villes fédérées, A. H. M. JONES, Ciuitates liberae et immunes in the East, in Anatol. Stud., pres. To the W H. Bückler, Manchester, 1939, 103-107 (sur le principe d’ex(tra)territorialité par rapport à la province) V. Aussi sur la quest. ABBOTH et JOHNSON, ouvr. cit., 39-54.

681 Municip. Adm…, chap. The decline of Democracy, 186 ss.

682 Le second successeur de Pline, C. Julius Sévérus fut chargé par Hadrien en 136 – 137 des fonctions de correcteur et du curateur (M.A.M.A. V 60 il est, et la terminologie nous semble un peu flottante, qualifié d’αντιστρατηγος sorte d’équivalent du terme latin ‘propréteur’.

683 En ce sens E. GROAG, Die römisch. Reichsebeaten… coll. 125-128 ; cons. I. G. R. III 174, 175 - MAGIE, Rom. Rule.., t. II 1486ss.

684 Ouvr cit., 50ss - A.H.M. JONES, Ciuitate liberae… spéc. 103-117.

685 Mun. adm.., 75-76 - RANOVIC, Vostoc(h)nyje provincii rimskoj imperii, 73.

686 Discours, LXVIII :1.

687 comp. avec ép. X 43 :2 : le terme φηϕισµα est traduit par « décret ».

688 Ep. X 110(111) :1 : « …ante uiginti annos bule et ecclesia consentiente… » - W. LIEBENAM, Philologus LVI, 1897, 307 et MAKSIMOVA, Ant. gor. 361 soulignent une certaine survivance de l’institution au IIe s..

689 E.gr. : inscr.à propos d’une légation de Sinope dans A. E. 1916, 120 : « quater misso legato a colonia in urbem sine uiatico… » - Le prytanée, organe exécutif de la βυλη fonctionne toujours à Pruse, selon Dion Chrysostome (Disc., L 1 : « την δε αγορα χαι το πρυτανειον και το βουλευτηριον ν et dispose peut-il des mêmes prérogatives qu’à l’ère alexandrine ? Nous l’ignorons, mais on peut supposer que l’institution existe encore avec quelques compétences (en ce sens, SCHNEIDER, Istanb. Forsch., XVI, n° 6, 24 ; S. E. G. XIV, 773-774).

690 En ce sens, H. FUCHS, Der geignement Widerstan… 77ss

691 D. NOERR, Imper. und Polis… (préc.), 68-114 - B. FORTE, Rome and the Romans… 273-287, 400ss.

692 Sur les logistes, D. MAGIE, Rom. Rule…596-599.

693 Decline of Democracy (préc.)186.

694 Les pouvoirs de l’assemblée populaire sous administration romaine ont fait l’objet d’une étude attentive d’ABBOTT et JOHNSON (ouvr. préc., 186) dont on se permet ici de reproduire un passage : « In the West the popular assembly had never been important. The people expressed their will largely through their power of election… In the East democratic forms were cherished as a heritage of the past, but it is doubtful if the popular assembies had exerted any real influence on the local administration even during the last century of the Republic » Ce texte reprend les thèses de CHAPOT dans son Essai sur La province romaine d’Asie, 205. Abboth et Johnson poursuivent leur analyse précisant : « The loss of political instincts in the mass of the population was fatal to the best interests of municipal government. During the lst century of the christian era the administration came more and more under the control of vested interrests which were no longer held in restrain by the scruting of a popular assembly. In spite of the outword brilliance of municipal life at he period and the intense rivalry of cities in building public works and in celebrating magnifient games and spectacles, it is undoubtedly true that corruption and misgovernment flouriched. » On peut s’appuyer également sur le témoignage de TACITE, Ann. II 54 t IV 62. Nous avons de la part d’E. M. SCHTAERMAN une critique nourrie de la classe décurionale en Asie Mineure (ouvr. cit., 28ss et 232-234 ; 258-263). On observera un point de vue plus mitigé chez J. GAGE, Class. Soc., 180.

695 not sur I. G. R. III 96 V. Comm. de MAKSIMOVA, ouvr. cit., 380.

696 V. C. I. G. 4150b (L. ROBERT, Etud. Anat., 259-26O) - Comp. avec fouilles de Delphes, III, 1, n° 551.

697 Explorations archéologiques, t. I, 48, n° 26 (Cox ad M. A. M. A. V 60). Ce phénomène se retrouve en Egypte au IIIe s. (les citoyens sont chargés de diverses fonctions dans des villes différentes et disposent ainsi d’une véritable ισοπολιτεια). En ce sens A. C. JOHNSON, Journ. Jur. Pap., IV 15.

698 Un exemple en R. E. G., XII, (1899), 297.

699 X 33(42) : « ( :1) … et duo publica opera quamquam uia interiacente, Gerusian et Iseon… » (Paris, Les Belles-Lettres, 1972, 36).

700 C. I. G. 3749 nous apprend qu’Onésimos s’est rendu utile… en offrant des cadeaux aux gérousiastes (comp. avec X 116 :1où il est question de distribution de sportules).

701 Les présents les plus importants sont destinés aux bouleuses selon L. ROBERT (Et. Anat., 343ss).

702 En ce sens, C. I. G. 3754 que l’on peut comp. avec X 116 (…solent totam bulen atque etiam e plebenon exiguum uocare binosque denarios uel singulos dare. » - R. TAUBENSCHLAG, The Law of greco-roman Egypt… Warszawa, 1955, 576, n. 16.

703 d’après J. MILLER, R. E., VII 1, 1268 (mais il ne cite pas sa source).

704 LEVY, R. E. G., XII, 1899, 270.

705 Cf. Historia VII, 1958, 472-496.

706 Ep. X 110(111) :1 : « Ecdicus… Amisenorum ciuitatis petebat apud me… utebaturque mandatis tuis quibus eius modi donationes uetantur. » Cons. C. J., VIII 5 :5, de revocandis donationibus.

707 R. E., XXIII, 1, 1957, 1142-1143 ; cons. I. G. R. III, 64.

708 Sur l’ecdicus cons. TRISOGLIO, Opere… 1110, n. 687 : « L’εχδιχος , magistrato permanente di alcune città greche sotte la dominazione romana, era investito di pieni poteri per trattare con i magistrati inviato dal governo centrale sulle questioni soprattutto finanziate » On ne dispose pas de renseignement sur la durée ou la prétérition de leur charge (annale ou διαβιον ? ).

709 Izvestija Konstant., t. II, 1897, 92-93 : on observe clairement que le censeur ou πολιταρχης de l’inscription de Kios est datée de 109-110 de n. è. (I. G. R. III 24 = RADET B. C. H. XV, 482-487 ou encore Recueil de KORTE, A. M. XXIV, 1900, 415 n. 14).

710 La traduction n’est pas très bonne mais on a compris l’essentiel : le cas méritait d’être signalé (R. A., 1916, 120 ; sur C. I. L. III 6980).

711 Ep. X 114(115) :2 : « Inde me quidam ex censoribus consulendum putauerunt, an edicere debeterent eum qui esset alterius ciuitatis. »

712 On prétend avec raison que la politique romaine en Orient privilégia la classe aristocratique ce qui se révèle en accord avec la pensée officielle et impériale. W. M. RAMSAY pense toutefois qu’une telle philosophie du pouvoir favorisa la décadence de l’empire et des villes (The Social basis… 1967, 290-305 °. Sur le sénat « municipal », par analogie avec Rome, Ch. LECRIVAIN, Senatus municipalis, Dar.-Saglio, IV, s.d., 1200-1205 où il est question des « censeurs municipaux », timètes et polytographes.

713 On peut cons. sur la censure « municipale » G. HUMBERT, Censor municipalis, Dar.-Saglio, I, s.d., 999-1001. - Cf. ep. X 79 :3 : « Quaeritur ergo, an, qui minor triginta annorum gessit magistratus, possit a censoribus in senatum legi, et, si potest, an ii quoque, qui non gesserint, possint per eandem interpretationem ab ea aetate senatores legi…. »

714 DORNER parle de regimen morum (R. E., XXIII, 1, 1957, 1142 - contra : LIEBENAM, Stadverwaltung… 259, n.5.

715 Ep. X 114(115) :3 : « Ego, quia lex sicut adscribi ciuem alienum uetatam, ita eici e senatu ob hanc causam non iubebat… »

716 On a tendance à répondre par la négative car il s’agit plutôt à première vue de protéger le sentiment aristocratique local (cf. Munic. Admin., 72 - G. H. STEVENSON, Roma. Provinc. Admin…, 165. Une autre raison se profile lorsque l’on sait l’importance des « hauts personnages nourriciers » des cités : H. PAVIS d’ESCURAC, A propos de l’approvisionnement en blé des cités de l’Orient Romain, in Colloque de Strasbourg, Ktêma, Strasbourg, 1987.

717 Roman colonies in Southern Asia, Oxford, 1967, 130 ss.

718 J. GAUDEMET, La juridiction provinciale… 344ss (aff. fiscales et administratives) - J. GAGE, classes soc., 163-164 (sur la cooptation des bouleutes surnuméraires) - Sur l’évergétisme municipal et privé P. VEYNE, Le pain et le cirque, Paris, 1976 - Pour l’Afrique du Nord, G. WEISCH-KLEIN, Liberalitas im rempublicam, Antiq. vol. 40, Bonn, 1990 - Sur la nécessité de nourrir (fonction « trophéique ») et de donner fréquemment des jeux en Asie : cf. inscrip. publiée parWÖRRLE, Stadt und Fest im kaiserzeitlichen Kleinasien, Studien zu einer agonistischen Stiftung aus Oinoanda, Munich, 1988-1989, (268 p). Une étude concerne également les banquets publics (G. VILLE, Rome, 1982). Le GLAY observe in fine que « les candidats doivent acquitter une somme réglementaire qui varie selon l’importance de la fonction (mais aussi) de la cité » (Rome, II, 247).

719 Honorarium decurionatus, Historia, XX, 1971, 309-325 - J. ROUGE, Les institut. Rom., 152 ; Il y a vers 150 peu de décurions à payer une telle somme… ce qui ne sera plus le cas à la fin du IIe s..

720 TRISOGLIO, Opere… 1112, n. 700 - POGODIN, Izvest. Konst., II, 1897, 88ss - Sh. LEROY-WALLACE, Taxation in Egypt… Princeton, 1938, 119, 407ss n° ° 22 – 23 (le système de la majorité et du droit d’entrée des futurs bouleutes se répand enÉgypte à la fin du IIe s.)

721 qui écrit un peu « prestement » : « Et c’est ici un nouvel exemple du peu d’initiative et de la peur des responsabilités du gouverneur de Bithynie (art. cit, 345) ». C’est oublier la situation administrative particulière de Pline dans ses deux provinces (question des mandata) mais également l’importance de ce problème des honoraires, problème politique. De plus en tant que corrector plus ou moins officieux et accepté, il se devait de soumettre tous les problèmes pointilleux qui poseraient quelque difficulté. Pline n’entend pas dépasser ses prérogatives.

722 Ep. X 112 : 3 qui reprend le §1 : « Sed ii quos indulgentia tua quibusdam ciuitatibus… adicere permisit. »

723 On l’a dit plus haut, même système mis en place peu à peu en Egypte pour les prêtres en surnombre, nommés par l’empereur moyennant une espèce de capitation : U. WILCKEN, Griechische Ostraka, I, Leipzig, 1899, 241ss.

724 Epître Travaux entrepris
X 23-24 Bains de Pruse
X 37-38 Aqueduc de Nicomédie (partie urbaine)
X 39-40 Théâtre et gymnase de Nicée Bains de Claudiopolis
X 49-50 Temple de Cybèle, Mère des dieux (Nicomédie) - puis déplacement et projet de construction d’un nouveau Forum
X 70-71 Bains de Pruse à nouveau
X 75 Projet de construction d’édifices à Tiane et Héraclée du Pont (testament de Julius Largus)
X 90-91 Aqueduc de Sinope
X 98-99 Couverture du cloaque d’Amastris Epîtres ; Travaux particuliers
X 37-38 Aqueduc des Nicomédiens
X 41-42 Aménagement du lac de Nicomédie
X 61-62 Continuation des travaux et percement d’un canal de Nicomédie au lac de Sapanca.

725 V. mises au jour de O. F. VUL’F dans Izvestija Konstant., t. II, 141-184 (pour Nicomédie) - Sur les canaux de drainage et autres regards, Klio XIX, 1925, 168ss.

726 « Prusenses, domine, balineum habent et sordidum et uetus. Itaque tami(aie) aestimabant nouum fieri… Le terme οι ταµιαι est la désignation habituelle pour lesadministrateurs du Trésor central des villes selon F. K. DÖRNER, dans R. E., XXIII, 1, 1957, 1082 : il se fonde sur I. G. R. III 31).

727 Biographie d’Hadrien, S. H. A., Hadr. XIX :2 « in omnibus paene urbibus aliquid aedificauit et ludos (a)edidit. »

728 Ouvr cit., 559ss : « Wenn ein ängstlich gewissenhafter Beamter wo Plinius ein neues Bauunternehmen (bains du Pruse) befürwortet und für finanziell unbedenklich hielt so können wir schliessen, dass die früheren Bauten nicht mehr auf dem Staatshaushalt lasteten, sonder endlichfertig geworden waren. »

729 Ep.X 98 :2 : « quod fiet… curantibus nobis ne desit quoque pecunis operi tam magno quam necessario… »

730 V. supra, Titre II, chap. II sect. II.

731 Ep.X 23 :1 : « Prusenses… balineum habent et sordidum et uetus… » H. von ARNIM, Leben und Werke… 512.

732 X 17a : « ( :4) Nunc rei publicae Prusensium impendia, reditus, debitores excutio ; quod ex ipso tractatu magis ac magis necessarium intellego. Multae enim pecuniae uariis ex causis a priuatis detientur ; praeterea quaedam minime legitimis sumptibus erogantur. »

733 contra : ABBOTH et JOHNSON, Mun. Adm., 81ss.

734 En ce sens l’étude très remarquée de T. R. S. BROUGHTON, dans T. FRANCK, A, econ. Survey…, vol. IV, 773-778 (la situation des villes est présentée pp. 499 – 600).

735 Sur la πρωτοπραξια V. G. WESENBERG, s.v. R. E., Hallb., 1957, coll. 987 : la latinisation systématique des termes grecs est relevée et étudiée par J.-P. LAGERGREN, bibl., XX, 82-87 et D. CONSOLI, ibid., 31-46.

736 ouvr cit., t. I, 402, n.1.

737 A. H. M. JONES, Ciuitates liberae et immunes… 110ss.

738 K. KRAFT, Das System der Kaiserzeitlichen Münzprägun in Kleinasien, Materialen und Entwürfe, Berlin, 1972 (frappe des monnaies) - L. ROBERT, Monnaies grecques : types, légendes, magistrats monétaires et géographie, Genève-Paris, 1967.

739 Cl. BOSCH, Die Kleinasiat., Müzen, t. II, 1, 1, 150 ; 244 ; 273-277 - F. MAGIE, Am. Journ. Ant., LVII, 1953, 176ss.

740 Cl. BOSCH, ourvr. cit., 213.

741 A ce sujet on peut toujours se reporter à DION Chrsysostöme, Discours, XLVII : 16 et :8 (sur le déplacement des sanctuaires) - F. K. DÖRNER, R. E., XXI, 1, 1957, 1079.

742 J. GAUDEMET, art. préc., 344ss

743 Cf. anciens travaux mais toujours d’actualité de J. H. MORFTMANN qui a identifié l’endroit de ces constructions à une heure de distance de Boli, dans un terrain marécageux (S. B., Münich, 1863, t. I, 218-219).

744 Pour Amisos, X 111(112) ; pour Nicée, X 39(48) :2 : « Theatrum… Nicaea maxima iam parte constructum, imperfectum tamen ; sestercium, ut audio… amplius centiens hausit ; uereor ne frustra » . Enfin, s’agissant de Nicomédie, X 37(46) :1 : « In aquae ductum… Nicomedenses impenderunt HS XXX CCCXVIII, qui imperfectus adhuc, omissus, destructus etiam est ; rursus in alium ductum erogata sunt CC. »

745 Un exemple dans la formulation de l’ep. X 54 : 1 : « Pecuniae publicae, domine, prouidentia tua et ministerio nostro et iam exactae sunt et exiguntur. »

746 Sur la quest. : D. MAGIE, Roman Rule… chap. XXV, 1454ss n. 13 (comm.sur X 17a :3, révision des finances) ; V. sur l’engagement des dépenses : J. COLIN, ouvre cit., 455-459, comm. Sur X 18 :3 : « rationes autem… constat » - Quant aux différents types de curatores, V. R. RUGGIERO, s.v. Dict. Epigr., II 2, 1324-1345 : les λογισται ou curatores ciuitatis paraissent choisis parmi les membres de l’ordre équestre, plus rarement parmi les sénateurs (MAGIE, Rom. Rule., 599ss, T. R. S. BROUGHTON, ouvr cit., 810ss et 847-849, L. VIDMAN, Etude… 266 n. 148). En somme, la tutelle gouvernementale constitue en matière financière une sorte de fleuron de l’inspection à l’échelon provincial (en ce sens TIBILETTI, Governatori romani in città provinciali, Rendic. Ist. Lombardo e Lett. LXXXVI, 1953, 64-100 – semblable analyse d’après TRISOGLIO, ouvr. cit., t. II 1022 n° 283 (comm. ep. X 18 :3). Cette politique n’est pas sans poser quelques problèmes entre les villes rivales sujettes aux vérifications en enquêtes tatillonnes et le pouvoir central lui-même : en ce sens, L. POLVERINI, Le citta dell’impero .. 137-236 - D. NOERR, Imperium und Polis … 100-135 ; Fr. JACQUES, Le privilège de liberté politique impériale et autonomie municipale, dans les cités de l’Orient romain, 161-244, Rome, 1984, Id., Les cités de l’Occident romain, Paris, 1990.

747 Jurid. provinc., 350 ; on se permettra de présenter ici, un bref passage concernant le caractère de Pline : « En présence de cette situation difficile, Pline ne se montre pas le gouveneur énergique et de décision que l’on attendait. Ses hésitations surprennent. Les fréquentes relationes à l’empereur ne pouvaient que retarder la solution des problèmes et aggravent le désordre. » A la vérité il convient de corriger un tel jugement. La correspondance n’est pas datée, d’une part, et beaucoup d’« appels » à l’empereur, comme on l’a vu plus haut, sont accompagnés de l’avis du gouverneur voire des décisions prises à titre conservatoire, d’autre part. Il en va ainsi pour la garde des prisonniers par les soldats ou des esclaves publics, pour le recouvrement des créances municipales déjà perçues par les particuliers, pour les suppression des légations des villes (X 43(52) et X 44(53), surtout, pour la répression contre les Chrétiens dont un grand nombre ont déjà été suspendus sur les croix (X 93(67) :3) etc… Nous préférons voir en Pline un homme à l’affabilité empesée (YOURCENAR, Mémoires d’Hadrien), ou encore un administrateur qui gouverne avec tact et pondération (moderatio), ou, enfin, un officier soumis aux désirs des l’empereur, qui contrôle à merveille les communautés illicites, l’agissement des cités, l’extraordinaire expansion des Chrétiens.

748 Il agit de la sorte dans l’affaire des threptes. Ces derniers n’avaient aucun droit acquis, selon les lois de l’occupant, pour l’obtention d’une situation meilleure ; de même, la demande d’information à Rome pour la poursuite des Chrétiens ne porte que sur la démarche procédurale. Or, en X 87(98) Trajan paraît confirmer sa jurisprudence : « Actum, quem debuisti, mi Secunde, in excutiendis causis eorum qui christiani ad te delati fuerant, secutus est. » - Sur l’importance de la législation par rescrit qui se dessine dans l’œuvre de Pline (livre X) et prend corps au IIIe s. : J.-P. CORIAT, La technique du rescrit à la fin du Principat, Stud. et Docum. Hist. et Iuris, 51, 1985, spéc. 343-345 : l’auteur souligne bien que l’on passe dans une civilisation de l’écrit juridique.

749 En X 47(56) il ne s’agit que d’un contre-temps sans graves conséquences préjudiciables pour l’Etat ; l’épître X 92(93) n’emporte point non plus d’effets majeurs pour l’ordre public. Seuls quelques intérêts particuliers sont froissés et peuvent souffrir de l’attente de la prise de la décision (opposition de la prescription de 20 ans citée dans l’ép. X 110 et considération plus favorable pour les θρεπτοι.

750 V. supra 106-112ss.

751 Sur ce droit de légation en matière judiciaire, P. GUIRAUD, Les assemblées provinciales dans l’empire romain : rapports des assemblées provinciales avec l’empereur (et ajoutons-nous, avec le sénat), Paris, 1887, 155ss.

752 L. A. THOMPSON, The Relationship between Provincial Quaestors and their Commander in Chief, Historia XI, 1962, 339-355.

753 V. Ann. Brit. Sch. Ath. XXII, 1916, 18-21 (il voyait en Virdius Gemellinus un procurateur de haut rang…) ; V. Supra, 192ss. (V. Gemellinus est subprocurateur de rang ducénaire seulement selon G. Boulvert).

754 Cf. Die Kaiser. Verwalt., 428ss : sur les dispensatores : C.I.L. III 333 et I. G. R. III, 25 (Genialis Caesaris Aug. Seruos uerna dispensator ad frumentum) - comp. avec X 27 et 28 (achats de blé en Paphlagonie).

755 Sur les conflits de lois dans l’espace, vieille étude (mais toujours d’une grande utilité) de J. GAGE, ouvr. cit., 163-164 : « (lois)… qu’il fallait, dit-il, parfois harmoniser, ainsi pour les villes du Pont et de la Bithynie Pline laisse Trajan résoudre la contradiction qui résultait de la clause de la loi provinciale avec… un règlement d’Auguste. »

756 Comp. Ep. X 30(39) et papyrus (P. Oxyr. VII, 1022) sur la date de la probatio et la juridiction du gouverneur en la matière.

757 On a déjà porté notre attention sur le terme « jurislateur » d’HAESAERT, reprise par H. KELSEN (La théorie pure du droit…1962). L’empereur est « jurislateur » de droit commun alors que le gouverneur ne le serait que par exception. Mais une telle vision est anachronique voire dangereuse car il est difficile de transposer nos concepts modernes dans la gestion des cités antiques. Il ne demeure pas que l’on peut opposer les propositions de droit (Rechtssätze) de Pline aux normes véritablement impériales qui ont valeur de Rechtsnormen ou de Grundnormen. Pire, au plan relationnel entre les provinces, les conflits de normes pouvaient surgir aux plans commercial ou maritime… M. LEMOSSE, Régime des relations internationales, Sirey, 40ss.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540