Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pline le Jeune, le juriste témoin de son temps, d’après sa correspondance

 | 
Dominique A. Mignot

Titre I. La carrière de Pline le Jeune

Chapitre I. Cursus honorum de Pline

Texte intégral

1Trois temps semblent se dessiner dans la vie de Pline dont deux se rapportent directement à sa carrière : le premier concerne son éducation et son initiation aux choses de la vie publique ; le second correspond à une époque intermédiaire pendant laquelle le candidat aux honneurs exerce un apprentissage aussi utile que nécessaire à ses futures responsabilités ; enfin commence à l’issue de sa questure le véritable cursus sénatorial qui peut conduire les plus dignes ou les plus protégés aux plus hautes responsabilités de l’Etat romain.

- SECTION I - ÉDUCATION ET INITIATION À LA GESTION DE LA CHOSE PUBLIQUE

2Une solide éducation, au sens où l’entend Quintilien dans son Institution oratoire, comprend la formation intellectuelle de l’élève, le développement de ses capacités oratoires dès le plus jeune âge. Et c’est encore une vision des choses très partagée sous le Haut-Empire (§ 1). A cela on doit ajouter une autre condition préliminaire, celle de l’appui d’un personnage officiel, bien en cour, qui se porte en quelque sorte garant des qualités et de la moralité de son candidat. On vise là le système traditionnel de la recommandation (§ 2).

§ 1 - La formation

  • 225 Par ex. C. A. FORBES, Why Roman Johny could read? Class. Journ., LV, 1959, 50-55.
  • 226 E. EYBEN, Les parents romains soucieux de l’instruction scolaire de leurs enfants dans Antidorum W (...)
  • 227 Le parole greche nell’epistolario di Plinio, Rend. dell’Istit. Lomb. di Sc. e Lett., LXXXV, 2, 196 (...)

3La bonne éducation morale et intellectuelle de Pline commença sans doute très tôt, dès l’enfance, in gremio. Les précepteurs se partageaient les tâches dévolues de nos jours à l’enseignement « primaire » et aux premières années du « secondaire ». Ainsi, l’épître III 3 :3 nous renseigne-t-elle un peu à ce sujet : « Jusqu’ici son âge enfantin l’a retenu [le fils d’un ami] à vos côtés ; il a eu des maîtres dans votre maison où ils ne pouvaient guère commettre d’erreur. Mais maintenant les études de l’enfant doivent franchir votre seuil, maintenant il faut découvrir un maître de rhétorique latine dont l’école se recommande par l’austérité, la retenue, et surtout la bonne conduite ». Ce n’est pas faute pour nos contemporains d’avoir essayé dans quelques études d’entrevoir les méthodes d’enseignement « élémentaire225 » ou de déceler les préoccupations parentales pour l’éducation de leurs enfants226. Il est certain que dès le plus jeune âge l’enfant romain, de bonne famille, était familiarisé à la culture grecque. P. Venini a, avec raison, insisté sur les connaissances hellénistiques de notre écrivain dans un article sur les citations grecques trouvées ci et là dans les épîtres de Pline le Jeune227. On note chez notre auteur 18 citations d’Homère dont 14 de l’Iliade et 4 seulement de l’Odyssée. Le Grec, même s’il n’est pas parlé, reste grandement à l’honneur.

  • 228 P. GRIMAL, Deux figures de la correspondance de Pline, Latomus, XIV, 1955, 370-383 (il s’agit d’Eu (...)
  • 229 The concrete Ideal in the Life of the Young Roman, Ant. Class. XLI, 1972, 200-217 (sur les modèles (...)
  • 230 Sur la quest., J. BERLAGE, Ziekten ensterfgevaltler in den brieven van Plinius den Jöngeren, Herme (...)

4Mais ces remarques ne suffisent pas à résumer l’éducation de Pline. Le caractère de ses Lettres mis en évidence par Dragicevic reflète l’attitude de l’auteur face aux difficultés de la vie, qu’elles soient morales ou physiques. Les maîtres à penser228 de l’enfant de Côme ont indubitablement modelé son caractère et le stoïcisme ambiant marqué par ses idéaux (E. Eyben229). Même face à la maladie, l’attitude de Sécundus paraît empreinte de calme et de sérénité toute stoïcienne230.

  • 231 Rappr. le De Off. (II 3, 46) et l’Inst. orat. (XII 11 :5).
  • 232 Celui-ci est consul suffectus avec Iulius Bassus selon C. I. L. VI 2075.
  • 233 Ann. IV 52.
  • 234 not. V 7 :7 ; VI 3 :42 ; X 1 :118 ; XII 10 :11 - On possède des fragments de ses discours (H. MEYE (...)
  • 235 Dial. XIII :3 et XV :3.
  • 236 Cf. II 14 :10 et :12 : Domitius Afer aurait été le maître de Quintilien, et de Pline, l’élève de c (...)

5Mais parlons de l’éloquence dont la tradition romaine fait depuis toujours l’atout-maître du tribun ou du consul. Le sens de la « parole » est inculqué dès l’enfance selon Cicéron et Quintilien231. En conséquence nul ne sera surpris que l’on trouve dans l’œuvre plinienne des textes qui soulignent l’importance de l’art oratoire et notamment la célèbre épître VIII l4 ou l’orateur plaide désespérément in senatu pour demander l’absolution pour des affranchis, Afranius Dexter, leur patron, étant mort dans des circonstances troublantes232. Autre exemple de personnage éloquent, tel apparaît en effet Domitius Afer de Nîmes, dont on ne parle qu’en VIII 18 :4. Il a obtenu la préture en 25 selon Tacite233 et a soutenu des accusations de lèse-majesté sous Tibère, en début de carrière. Outre les nombreuses charges qu’il a revêtues ce sont ses talents d’orateur qui nous intéressent parce qu’ils sont souvent montrés en exemple par Quintilien lui-même dans son Institution oratoire234 et Tacite235. Dans de telles conditions, pourquoi Pline ne parle-t-il pas davantage de Domitius Afer ? A-t-il craint que la carrière de l’un de ses modèles porte ombrage à son propre talent236. Cela est fort possible.

§ 2 - Le système de la recommandation

  • 237 B. KUBLER, commendatio, XXXIIII, Halbb. 1936, coll. 825-826. Travaux repris par A. BERENGER, Les c (...)

6Traditionnel à Rome, le procédé de la recommandation est largement employé par Pline le Jeune, un peu comme au temps de Cicéron237. Les formulations sont en fait stéréotypées et n’ont en gros guère varié depuis l’époque classique. Différents passages le prouvent : les épîtres X 11 :1 et X 6 :1, par exemple. Nous envisagerons successivement une approche de ce système et l’examen de l’emploi fréquent de véritables recommandations mais aussi de la pratique, non moins fréquente, des fausses recommandations ou des recommandations insuffisantes.

1. La pratique des recommandations

  • 238 Forms and Structure of the familiar Greek letter of recommendation, Diss. Vandelbilt Univ., 1970, (...)
  • 239Preces’ paraît être le terme technique utilisé pour indiquer la vraie recommandation présentée à (...)

7Les origines et l’utilité des véritables recommandations remontent à l’époque grecque, c’est ce que nous confirment les travaux de C. Kim sur les formes et structures de telles lettres dans la Grèce antique238 dont est issu la pratique utilisée par Cicéron (cf. Ad familiares XIII comprenant 79 épîtres). De même on peut rapprocher la correspondance classique cicéronienne avec celle de Pline pour comparer les termes techniques employés239 et ainsi vérifier la parenté des systèmes successifs. On admettra avec Dragicevic que les lettres de Pline ne sont guère différentes quant au style de celles de son modèle et que l’on peut aisément opérer une distinction entre les vraies et les fausses recommandations.

  • 240 Il s’agit probablement de L. Nératius Priscus : légat pro praetore de Pannonie en 98 ou 99 d’après (...)
  • 241 Il est vrai que les commandants d’armée choisissaient les membres de leur état-major et subordonné (...)
  • 242 Il s’agit là d’un trait classique dans les lettres de commendatio : V. chez CIC., Ad fam., XIII 21 (...)

8Dans l’épître de Pline adressée « à son cher Priscus » (II 13) on note non seulement l’emploi d’un style direct mais encore une volonté ferme de recommander son ami Voconius Romanus : « Vous saisissez avec empressement toutes les occasions de m’obliger et de mon côté il n’est personne à qui je sois plus volontiers redevable qu’à vous. ( :2) Aussi ai-je décidé pour une double raison de vous adresser plutôt qu’à tout autre une requête que j’ai particulièrement à cœur. Vous êtes à la tête d’une nombreuse armée240. Cette situation vous met en main de quoi rendre bien des services, de plus vous avez eu largement le temps de finir de pourvoir vos amis241. Jetez un regard vers les miens, ils sont peu nombreux… » En fait ce genre de lettre illustre bien de par les formulations usitées le cas typique de demande favorable. L’auteur fait allusion à la sacro-sainte règle de l’amitié qui date d’une époque où l’amitié était autre chose qu’une question de sentiments242. Il n’est que de lire pour s’en convaincre le passage suivant : « ( :10) Vous savez ce qu’est, combien j’estime et j’aime celui pour lequel je vous demande une situation digne de votre générosité, digne de votre haute fortune. Avant tout, aimez-le ; même en lui accordant tout ce que vous avez de meilleur, vous ne lui donnerez que votre amitié ».

9La lettre II 9 offre un cas d’espèce quelque peu différent. Il est question d’un Pline qui œuvre en tant que suffragator. Il soutient ouvertement la candidature du jeune Sextus Erucius en s’engageant pleinement auprès de ses amis. Ce Sextius Erucius a déjà obtenu de César le laticlave et déjà revêtu la questure. L’auteur ajoute également que c’est lui qui a fait en sorte de lui procurer le droit de poser sa candidature pour le tribunat. Il résume sa situation de suffragator, précisant : « … s’il ne réussit pas au sénat, on croira, je le crains, que j’ai trompé César - ce qui est une tournure du temps pour insister auprès de ses amis ! - ( :3) Il s’agit donc pour moi de ne rien négliger afin que les électeurs le voient tel que le prince l’a jugé sur ma garantie… ( :5) … Aussi j’appréhende au corps mes amis, je les supplie, je vais de maison en maison, je visite les salles de rendez-vous et j’expérimente la valeur de mon influence et de mon autorité par [le succès] de mes prières. ( :6) Je vous supplie instamment à votre tour de ne pas dédaigner de prendre part à mon travail ; je vous le rendrai sur votre demande, je vous le rendrai même sans demande de vous ».

  • 243 Sur le rôle du suffragator : M. L. PALADINI, Elezione dei magistrati al tempo di Plinio il Giovane (...)

10Livrons encore un exemple de recommandation que Pline accorde aux jeunes gens qui aspirent à la carrière publique243. Il s’agit là d’une lettre adressée à Falcon (VII 22) où il intervient en faveur de Cornélius Minicianus. Ainsi : « ( :1) Vous ne vous étonnerez pas que je vous aie prié avec tant d’insistance d’accorder le tribunat à un de mes amis quand vous saurez qui et tel qu’il est. Or, je puis maintenant vous dire son nom et vous faire son portrait puisque vous vous êtes engagé. ( :2) C’est Cornélius Minicianus, l’honneur de mon pays et par sa distinction et sa conduite ». On remarquera au passage que Falco avait accepté d’avance de s’engager sans connaître l’identité du « protégé ». C’est incontestablement là une marque de très grande confiance, mais nous ne savons pas si cette façon d’agir est particulière ou exceptionnelle ou si elle constituait un usage propre à la société mondaine. En tout cas, nous avons là un bel exemple de ‘confiance nécessaire’ dans le cadre des relations sociales.

11Mais les lettres de recommandation ne se résument pas qu’à l’hypothèse du suffragator qui agit en vue de l’élection de leurs protégés. Elles concernent également bien d’autres formes de rapports sociaux. Notamment l’épître VI 8 lors de laquelle Pline s’adresse à son ami Priscus le prie justement d’intervenir en faveur d’un certain Atilius Crescens. Celui-ci, quasiment compatriote de Pline puisque sa ville est proche de Côme (Opida nostra unius diei itinere dirimuntur), est un ami d’enfance de l’Ecrivain. Comme dans le De Beneficiis sénéquien, l’auteur s’engage à aider Crescens pour le recouvrement de sa créance sur Valérius Varus parce que celui-ci « ( :4) avait une dette à son endroit ; l’héritier de Valérius est notre cher Maximus, dont je suis l’ami, mais vous l’êtes encore plus. ( :5) Je vous demande donc, j’exige même au nom des droits de l’amitié que vous veilliez à ce que mon cher Atilius ne perde ni le capital ni l’intérêt de plusieurs années ». Cette lettre exerce une pression : elle paraît donc conforme à toutes celles du même genre. Protocolaire, certes, elle expose les liens d’intimité et explique ensuite les motifs du service demandé.

  • 244 Consul II ordonné avec Licinius Sura II en 102 (C. I. L. III 7754 ; VI 2185 = 31034) - Cf. égal. V (...)

12Beaucoup de recommandations sont faites au prince en vue de l’obtention du droit des trois enfants, droit qui peut s’analyser comme une dérogation exceptionnelle accordée par l’empereur. Le livre X en contient un certain nombre et nous nous proposons d’en examiner deux. Dans la première (Ep X 2) datée par Durry du début 98, Pline remercie Trajan en ces termes : « ( :1) Maître, je n’ai pas de mots pour exprimer la joie que tu m’as faite en me jugeant digne du privilège réservé aux pères de trois enfants. Sans doute as-tu tenu compte de la recommandation de Iulius Servianus244, homme excellent et qui t’aime infiniment mais je comprends toutefois d’après ton rescrit que tu l’as écouté d’autant plus volontiers parce qu’il te sollicitait pour moi ».

  • 245 Londres, 1889, spéc. 79.

13Mais on ajoutera que si Pline paraît tant au comble du bonheur c’est qu’en plus d’avantages en cas de succession rapportés par Gaius aux Institutes (II 206), le ius trium liberorum assurait la remise au-moins d’une année pour l’accession à l’échelon supérieur. Or cette priorité dans la carrière avait été déjà mise en évidence par E. G. Hardy dans son célèbre Commentaire du Livre X de Pline, au siècle dernier245. Les épîtres X 5, 6 et 7 ont trait à une demande de droit de cité pour Harpocras, vers la fin 99. Notre cher Sécundus ayant été très malade fit appel à ce médecin, le nommé Harpocras, et il déclare plusieurs années après ne pouvoir le payer de ses soins et de son zèle qu’avec l’aide de ta bienveillance », c’est-à-dire, celle de l’empereur (cf. X 5 :1 in fine). C’est pourquoi Pline demande à Trajan de lui conférer la cité romaine, rien de moins, « Quare rogo des ei ciuitatem Romanam ». On a vu plus haut qu’il n’oublie pas de préciser que celui-là est pérégrin comme étant affranchi d’une pérégrine et que sa patronne était Thermutis, femme de Théon, décédée depuis longtemps. Nous nous demanderons cependant plus loin si l’épître X 5 constituait bien une véritable recommandation.

2. Recommandations fausses ou insuffisantes

  • 246 Opere… t. II, 968, n. 44.
  • 247 Die Doppelburgerschaft des Aegypter Harpocras bei Plinius, Epistula ad Traianum, X 5, 6, 7 et 10, (...)
  • 248 A l’inverse de R. BOHM et R. TAUBENSCHLAG (The Law of Greco-Roman Egypt in th light of the Papyri (...)

14Elles figurent parmi les précédentes et font partie du « jeu social ». Mais elles s’éloignent du vrai sens de l’amitié dans la mesure où les « Grands » de ce monde ne peuvent pas toujours formellement refuser leur appui. Aussi, malgré les ressemblances avec les lettres précédentes elles insistent « sur le bout des lèvres » ou encore font état des insuffisances du protégé, qu’elles soient morales ou sociales. Nous avons déjà plus haut souligné que l’épître X 5 pouvait être interprétée favorablement ou non en raison de la faiblesse des termes employés. Très probablement Pline, dans la mesure où il ne cache pas à Trajan qu’il s’agit pour lui de remercier telle personne en raison de son dévouement et de son zèle, laisse l’empereur entièrement libre dans sa décision. Il n’omet pas, par exemple, de rappeler qu’Harpocras relève de la condition pérégrine comme simple affranchi d’une nommée Thermutis. F. Trisoglio n’hésite pas à prétendre que Pline soumet l’entier dossier à Trajan, avec ses forces et faiblesses : « [Pline ne refuse pas] a chiedere la cittadinenza romana per il suo protetto, ma nella sua onestà, non omettere di accenare alla difficoltà del caso : Arpocrate non era nato libero, era stato affrancato e probabilmente da poco tempo ». Et notre auteur de conclure dans une note infrapaginale : « Il trapasso da schiavo a cittadino romano poteva apparire fin troppo audace246 ». En ce sens R. Bohm247 dans ses travaux sur la double citoyenneté égyptienne et romaine pense que Pline demande seulement la seconde, laquelle semble être, très subjectivement pour Harpocras, supérieure à la première : « (X 6 :1 in fine). Mais comme je donnais selon tes instructions son âge et son revenu, des gens plus compétents m’ont averti que j’aurais dû obtenir pour lui d’abord la cité alexandrine, ensuite la romaine, puisqu’il était Egyptien. ( :2) Or moi qui croyait qu’il n’y avait aucune différence entre les Egyptiens et les autres pérégrins, je m’étais contenté de t’écrire qu’il avait été affranchi par une pérégrine… Je ne me plains pas de mon ignorance, puisqu’elle fait que je puis recevoir de toi plusieurs faveurs pour la même personne ». Pline paraît donc surpris et comme dans l’épître X 2 il remercie fortement Trajan : « (X 5 :1) Maître, je n’ai pas de mot pour exprimer quelle joie m’a causée ta lettre qui m’a appris que tu donnais à mon médecin Harpocras… la cité alexandrine ». Mais il ajoute, comme pour s’expliquer de ses véritables intentions « bien que, selon l’usage établi par les empereurs [précédents] tu aies pour règle de ne pas la donner à la légère ». Selon L. Wenger, ce type de demande ayant trait au droit de cité et au droit des quirites était favorisé par des dispositions de Vespasien qui, naguère, avait concédé des privilèges à différents grammairiens, rhéteurs, médecins et istraliptae. Cette hypothèse paraît plus que probable lorsqu’on rapproche les épîtres X 5, 6, 7 et 10 avec la suivante (X 11) : les médecins constituent certainement une « caste » indispensable car fort prisée des personnages puissants ou bien en vue de l’Empire248.

  • 249 N. COROI, Caius Vibius Maximus Praefectus Alexandriae et Aegypti, Atti Congr. Intern. Di Dir. Rom. (...)
  • 250 En ce sens, H. PAVIS d’ESCURAC, Pline le Jeune et les lettres de recommandation. La mobilité socia (...)
  • 251 En ce sens, F. TRISOGLIO, Opere…, 978 n. 90.

15Les cas de recommandations insuffisantes posent problème car la discussion est ouverte de savoir où se situe exactement la limite entre la lettre purement protocolaire qui fait état d’éloges en grande partie conventionnels (par ex. les lettres II 13, recommandation à Voconius Romanus, II 2, interprétation en faveur d’Arrianus Maturus, adressée à Vibius Maximus qui fut préfet d’Egypte)249 d’une part, et la lettre indubitablement insuffisante, d’autre part250. Nous pensons que c’est le cas pour l’épître X 12 dont le texte assez court débute par des généralités et se poursuit - presque incidemment - par la demande de préture pour Accius Sura : « … en même temps je te rappelle et je te demande instamment de bien vouloir faire l’honneur de la préture à Accius Sura, puisqu’il y a une vacance (cum locus uacaret) ». D’ailleurs il est encouragé à l’espérer sans la moindre inquiétude et par l’éclat de sa naissance, et par sa parfaite intégrité malgré sa pauvreté (…), et surtout, par la félicité de notre temps qui invite les citoyens de ton empire, dont la conscience est pure, à user de ta bienveillance ». Le texte ne fait pas allusion à la « commendatio » impériale qui appuierait la candidature d’Accius Sura au sénat. De plus, les termes généraux employés par notre sénateur ne viennent aucunement renforcer cette demande officielle. Tout se passe comme si cette requête, policée en la forme, devait au fond être rejetée251. Il est sans doute vrai que Pline a une assez haute conception de la recommandation ce qui explique ses diverses attitudes. Il insiste sur la nature des liens qui unissent protégé et protecteur notamment dans l’éloge qu’il dresse à l’appui de la candidature de Junius Avitus. Il n’hésite pas - lorsqu’il le faut - à rapprocher ce lien de celui qui existe entre le subalterne et son supérieur hiérarchique : « ( :2) Il avait revêtu la tunique sénatoriale dans ma maison, il avait été aidé par mon appui dans ses candidatures aux honneurs, de plus, il avait pour moi une telle affection, une telle estime, qu’il me considérait comme le guide de sa conduite et, si j’ose le dire, comme un maître ». Quant aux relations de Junius Avitus avec ses supérieurs, Pline écrit : « ( :5) Quelle déférence il témoigna à Servanius, l’homme accompli entre tous ! Ce dernier étant légat et lui tribun, il l’apprécia et le séduisit au point que, lors de son passage en Germanie, il le suivit non à titre de compagnon d’armes, mais comme attaché à sa personne ».

  • 252 Comp. avec IV 4 : il s’agit d’une recommandation assez froide pour Varisidius Nepos qui sollicite (...)

16Suffragator, Pline agit en respectant la tradition. L’amitié le pousse à appuyer des candidats qui doivent à ses yeux être capables d’exercer honorablement les charges pour lesquelles ils sont proposés aux prince et gouverneurs de province252.

- SECTION II - ACCOMPLISSEMENT DES CHARGES PRÉPARATOIRES À LA CARRIÈRE SÉNATORIALE

17On distinguera dans l’accomplissement des premières charges du candidat aux honneurs deux temps : l’un correspond à l’exercice plus ou moins obligatoire de charges subalternes (§ 1) ; l’autre est marqué par l’accès proprement dit au corps sénatorial - et à son luxus ­notamment à l’issue de la questure (§ 2).

§ 1 - Exercice des charges subalternes

18Les magistratures inférieures ou subalternes du cursus honorum étaient parfois qualifiées de ‘magistratus minores’ et comprenaient le sévirat, le décemvirat, le tribunat militaire de six mois qui permettaient aux jeunes gens de bonnes familles, de la nobilitas, ou qui en possédaient le cens, de faire leurs premières armes au service de l’Etat romain pour accéder ensuite à la questure.

  • 253 Sur la notion d’officium E. BERNET, De ui atque usu vocabuli offici, Diss. Breslau, 1930, 92 ss.
  • 254 Metamorphosis of ‘officium’: Late Republic to early Empire, Class. Bull., XLI, 1964, 1-4.

19Les antiques charges républicaines revêtaient jadis une importance considérable dans le sein de la cité. Mais avec le développement de Rome en Italie puis autour de la méditerranée, avec l’accroissement de la force militaire la notion même d’office ou de dignité a beaucoup évolué pendant les guerres civiles253. B. F. Scherer l’explique par le besoin d’unité résultant de la compétition les partis politiques254 puis, par l’instauration d’un pouvoir administratif très centralisé.

  • 255 Sur ces personnages V. Decemuiri dans Nuovo Dizionario Giuridico Romano a cura di F. del Giudice e (...)
  • 256 Etude sur Pline le J., 1873, 52.
  • 257 C.I. L., V 5262 ( = Dessau 2927) et C. I. L., V 5667 - Cf BORMANN, Archaeol. Epigr. Mitteil, 37 ss (...)
  • 258 J. ROUGE, Les institutions romaines (préc.), 49.
  • 259 Cf. Ep. II 4 :2 : « Cum uero ego ductus adfinitatis officio » : Pline était alors praefectus aerar (...)
  • 260 V. Tableau de carrière en Annexe.
  • 261 Les III Gallica, VIa Ferrata et Xa Fretensis atteignent avec les hommes de troupes auxiliaires plu (...)
  • 262 B. KÜBLER, art. préc. (Commendatio…) coll. 825-826 - Comp. avec ép. II 9 :1.

20Quant à la carrière publique de Pline, personne ne sait avec précision lorsqu’elle débuta réellement en revêtant l’une quelconque des charges du vigintivirat qui comprenait alors trois monetales, trois capitales pour juger les causes criminelles, quatre uiarum curandarum et dix stlitibus iudicandis255. Nous ne disposons que d’une seule allusion dans le passage VIII l4 : « ( :8) prospeximus curiameadem mala iam senatores… uidimus ». Passage relevé par Mommsen256. Les rares inscriptions connues257 font état du stage judiciaire de Pline comme décemvir sans pouvoir savoir avec exactitude s’il tranchait des causes « capitales », criminelles, ou des causes civiles. On peut raisonnablement placer avec la majorité des auteurs ce stage vers l’âge de vingt ans sans pouvoir en dire plus258. On notera que le jeune Pline s’acquitte convenablement de ses devoirs en exerçant un tribunat militaire259. Il devint tribun selon Mommsen le 13 septembre 81260 et partit en Syrie rejoindre probablement la legio III Gallica basée à Sura sur la rive gauche de l’Euphrate261. On peut raisonnablement penser que les occupations de Pline en Syrie ne furent pas très martiales : la lettre VII 31 :2 précise d’ailleurs à ce sujet que « [parlant de Claudius Pollio] Quand nous étions ensemble aux armées, je l’ai connu de près et non pas seulement comme un camarade. Il commandait une aile de mille hommes. Moi, ayant reçu du légat consulaire l’ordre de vérifier les comptes des ailes et des cohortes, je découvris chez certains une avidité insatiable et ignoble, un égal gaspillage, chez lui, au contraire, une parfaite honnêteté et une économie minutieuse ». Dans cet éloge à Pollio l’auteur fournit deux indications de poids : d’une part, il accomplit son service militaire de six mois dans un bureau de « service et commandement », même s’il n’exerce que des fonctions de comptable, d’autre part, son collègue et ami assurait la préfecture très importante d’une aile de mille hommes ! En droit, il s’agit donc de fonctions équivalentes et de confiance. Tous deux obéissaient sûrement à un légat consulaire (ego iussus a legato consulari…). On a vu plus haut que ce genre de poste s’obtenait grâce à l’appui d’un puissant262 et qu’il permettait ainsi de viser la poursuite de carrière vers le luxus sénatorial.

  • 263 Cf. C. I. L.,V 5262 (préc.) - Pline tribun de la légion III en 81 a pu connaître Nymphidius Lupus (...)
  • 264 Ann. XII 12 et XIII 35 :1 et :2.

21Différents passages de l’œuvre de Pline se rapportent à ce tribunat : les épîtres I 10 :2, III 11 :5, X 87(19) :1 corroborent la lettre VII 31. Ainsi l’épistolier parle-t-il d’un autre collègue, Nymphidius Lupus, qui fut préfet soit d’une aile de cavalerie, soit d’une cohorte auxiliaire263. A. N. Sherwin-White note avec pertinence que Pline, se référât à son stage militaire en VIII 14, déclare y avoir trouvé une unité assez peu disciplinée : » ( :7) Nous, dit-il, au contraire, si nous avons étant jeunes servi dans les camps, c’était à l’heure où le mérite était suspect, l’insignifiance avantageuse, où les chefs n’avaient aucune influence, les soldats aucun respect, nulle part le commandement, nulle part l’obéissance, toutes les disciplines relâchées, dérangées et même retournées sens dessus-dessous enfin bonnes à oublier plutôt qu’à retenir ». Le même auteur ajoute que Pline se trouvait dans cette unité peu disciplinée alors que voisinait de front de graves dangers de guerre. Sherwin-White cite d’ailleurs à l’appui deux passages de Tacite264. Cette observation va dans le sens de l’hypothèse d’une guerre imminente avec les Parthes.

  • 265 En ce sens, J. ROUGE, Les instit. rom. (préc.) 144.

22Enfin, à une date encore incertaine car difficile à préciser Pline fut seuir equitum romanorum. On a proposé la quatrième année du règne de Domitien, soit en 84. La charge était purement honorifique265 pour ne pas dire décorative mais elle laisse entendre que les rapports entre le Prince et Pline étaient bons.

§ 2 - L’accès au corps sénatorial

  • 266 M. CEBEILLAC, Les ‘quaestores principis’ aux premier et second siècle de l’Empire, Milan, 1971.
  • 267 On lire en VIII 23 :6 : « J’ai sans cesse devant les yeux ces peines inutiles, ces prières sans ef (...)

23L’exercice de la questure ouvre normalement l’accès au sénat266. Il est toutefois un second mode d’entrée dans ce corps prestigieux qui est la procédure d’adlectio. De façon générale l’exercice des fonctions questoriennes - assurées vers l’âge de vingt-cinq ans - permet au jeune petiturus de devenir, à la sortie de charge, un membre à part entière de la haute assemblée. L’épître VIII 23, adressée à Marcellinus, concerne non seulement des éloges posthumes du jeune Avidius Avitus mais, de plus, rappelle que ce dernier avait « déjà revêtu la tunique impériale dans ma maison » et que, comme tribun (de la plèbe ?) il fut très déférent envers Servianus, puis, comme questeur, il fut « très actif et régulier » mais également « aimable et agréable qu’utile à ses consuls (et il en eut plusieurs !) ». Assurément, on a là sous les yeux l’exemple typique du bon candidat qui brigue les honneurs et dans le respect et dans la courtoisie de ceux qui l’ont précédé. Comme dans le § 8 notre Ecrivain n’omet pas de dire que Junius Avitus venait d’être désigné édile et qu’il laissait sa charge avant que de l’avoir revêtue. C’est donc une carrière brisée qui aurait pu être belle parce qu’elle était d’entrée fort prometteuse. La lettre nous renseigne cependant sur l’intérêt de ces charges préparatoires aux plus hautes fonctions de l’Etat267. De même, la lettre VIII 14 - dont la terminologie attire notre attention - fait état de différentes fonctions au sein du sénat. Ainsi, pour servir cette noble assemblée, les jeunes gens nouvellement promus à ces dignités, assuraient des tâches diverses de rapporteurs ou de conseillers avec pour titre : consilii publici spectatores (VIII 14 :5) ; ils aspiraient à jouer eux-mêmes le rôle de sénateur « ante quam consortes erant ». Le § 9 de la même épître marque singulièrement une opposition avec le § 5 : cette fois-ci nous avons affaire au sénateur confirmé qui juge et qui tranche : « ( :9) « Eadem mala iam senatores.. iam participes mallorum multos per annos uidimus tulimusque… »

24En cette fin de premier siècle les charges inférieures de la carrière des honneurs apparaissent bien comme une sorte de noviciat « initiatique » où les honores petituri exercent leurs premières responsabilité au sein de la machine étatique romaine.

- SECTION III - LE CURSUS SÉNATORIAL À LA FIN DU PREMIER SIÈCLE

25Il importe de reconnaître que nombreuses sont les lacunes qui concernent la prime carrière de Pline le Jeune car ce dernier est avare de renseignements concernant sa propre personne. Cela correspond d’ailleurs bien à l’éthique commune à cette époque, à la bonne éducation, en un mot au savoir-vivre antique (Guillemin). Seules quelques allusions permettent de savoir discrètement qu’il fut quaestor Caesaris (VII 16 :2) ou tribun militaire (VI 31 :4 ; Pan. XV). Les indications complémentaires nous sont parvenues grâce au matériel épigraphique (telle la précieuse inscription de Fecchio). On soupçonne cependant que, malgré l’étiquette du temps, Pline n’entendait ni ne voulait fournir plus de renseignement sur la partie plus modeste et sans doute moins brillante de sa vie. La véritable carrière du Comasque se confond en partie avec les hautes fonctions administratives de ce temps. Aussi examinerons-nous successivement les différentes magistratures assurées par Pline (§ 1) pour aborder ensuite les principaux ressorts de l’administration trajane (§ 2).

§ 1 - La haute administration civile

26On distinguera tout naturellement deux phases : l°) celle qui mène de la questure au consulat, 2°) ensuite les carrières consulaire et post-consulaire.

I - CHARGES INFÉRIEURES : QUESTURE, PRÉTURE

  • 268 Ouvr. cit., t. I, 535ss (l’auteur se fonde sur les épp. X 79 et 80 qui concernent le gouvernement (...)
  • 269 V. Annexe, Tableau chronologique de Mommsen et datation inspirée d’Otto.

27A partir de la questure, et une fois celle-ci accomplie, on peut dire que l’évolution de carrière de Pline devient plus nette. Mommsen livre pour date d’exercice l’an 89 ou 90 qui a pour mérite de se situer à mi-chemin entre la datation un peu tardive d’Otto (5 déc. 91 au 5 déc. 92) et celle trop précoce d’E. Allain qui fait débuter la questure de Pline en 84268 ! Son élévation à ce poste tendrait à prouver que Pline, livrant les messages de l’empereur à l’assemblée, était plutôt en bonne relation, à cette époque, avec Domitien. A sa sortie de charge il intégra de plano le sénat et assuma le tribunat de la plèbe et, toujours d’après les calculs de Mommsen, le 10 décembre 91, pour une année entière, selon Otto269. Enfin, il revêtit la préture en 93 selon la chronologie habituellement retenue grâce à la remise d’une année obtenue par la faveur impériale. A cette occasion le nouveau uir praetorius dût donner des jeux dont on ne sait rien.

  • 270 R. VILLERS, Les tribuns de la plèbe… dans Etudes J. Maqueron, Aix-en-Pr., 1970, 663-670 - R. T. RI (...)
  • 271 H. SIBER, ‘Plebs’ R.E., Halbb., 1951, coll. 169-187 - Sur la compatibilité du tribunat et du princ (...)
  • 272 Cf. Pan. VC :1 : « Consulis, an existimem te in tribunatu causas agere debere. Plurimum refert, qu (...)
  • 273 Opere…979 - Comp. avec X 12 : utilisation de termes semblables pour Accius Sura (ad quam spem alio (...)
  • 274 Sur la valeur de l’intercessio en droit public (sénatorial) et privé, E. CUQ, s.v. Daremberg et Sa (...)

28On ne peut dire grand chose des tribuns de la plèbe sous le Principat270 hormis que la fonction conservait un prestige honorifique qui lui venait des temps anciens271. Pline a reçu du sénat, comme éloge pour sa façon de servir la note suivante : testimonium quietis272. Que faut-il en penser ? F. Trisoglio voit ce compliment de manière favorable car il signifie à tous que Pline, provenant de la classe équestre, ne s’est pas montré orgueilleux ou « arriviste273 ». De plus, le passage I 23 démontre que notre jeune sénateur se fait une haute idée du tribunat -ancienne magistrature sacro-sainte, rappelle L. Homo - et qu’en conséquence il se refusera de plaider, se refusant d’être debout alors que sa charge lui commande la station assise. Lui qui peut réduire tout un chacun au silence274 … Comme le notait Cucheval, Pline envisageait d’exercer cette fonction avec réserve et dignité comme sous les plus beaux jours de la République.

  • 275 Cf. SUETONE, Dom., X - CASSIUS DION, LXVII :13 - Tables de GUTSCHMID, Neue Jahrbücher f. Phil., 18 (...)
  • 276 Ep. VII 16 : « … simul quaestores Caesaris fuimus ».
  • 277 Comp. avec TACITE, Agric., VI : « Idem praetura tenor et silentium… ».
  • 278 Cf. Ep. I V:11.
  • 279 Cf. Ep. III 11 :2 et :3.

29Pline parvint à la préture vers 93, toujours selon Mommsen, grâce à la remise d’une année. Cet auteur s’appuie principalement sur les témoignages qui concernent le second bannissement des philosophes de Rome275 et sur une courte séquence de l’épître VII l6 où Pline affirme avoir été questeur simultanément avec Calestrius Tiro276. Enfin, sur sa préture, il ne dit presque rien si ce n’est des jeux dont on a parlé plus haut et de sa naturelle discrétion277. A peine fait-il allusion à la cérémonie d’entrée en charge et la visite de Régulus lors de cette réception278. Il affirme avoir été en danger pour avoir rendu service à Artémidore, l’auteur de la Clef des songes279. Nous ignorons le type de fonctions réellement assuré pendant sa préture mais on peut penser qu’il assura la présidence d’une section de la juridiction centumvirale.

  • 280 V. Annexe (inscriptions et not. ORELLI, 3393) - MARQUARDT, Handbuch… III 2, 226.
  • 281 On a beaucoup discuté sur la rentabilité des impôts indirects (portorium et uicessima sur les héri (...)

30Après avoir assuré l’officium praetoris un examen des inscriptions montre que Pline fut préfet de la caisse militaire. Selon Dion Cassius cette charge durait trois années ; notre sénateur dût l’exercer de 94/95 à 97. Mommsen a raison d’insister sur le fait que c’est bien Domitien qui installa Pline dans cette fonction. Le collège des praefecti aerarii militaris est composé de trois sénateurs de rang prétorien280. A cette époque, chaque caisse centrale (Aerarium Saturni et Aerarium Militare) conserve une autonomie financière, désirée par Auguste dès l’origine. Les soldes, les récompenses et les retraites et autres viatiques de fin de mission étaient du ressort de cette institution. Les impôts alimentaient l’Aerarium militare ; on citera les uicessima hereditatium ou quadragesima libertatis : d’autres ressources sont prelevées en nature (service de l’annone militaire)281.

  • 282 Cf. Epp. IV 17 :8 et IX 13 (sur la vengeance d’Helvidius).
  • 283 Sur la carrière de Pline au Trésor, SCHUSTER, dans Jahresbericht.. Bursian, CCXXI, 55 n.1, 59-60.
  • 284 Cet auteur insiste sur la collaboration de l’adoptant et de l’adoptant à propos de a nomination au (...)
  • 285 Resp. Hist. Rom., LX :24 - Etudes.. 63 ss t Gesamm. Schrift., V, 423 : « Cela s’accorde avec le fa (...)
  • 286 Comp. avec Pan. XIC :1 et LXXVI.
  • 287 M. CORBIER, L’aerarium Saturni… Paris, 1976, s’intéresse à la prosopographie sénatoriale. En outre (...)

31Ce n’est pas un hasard si Sécundus Plinius fut choisi, en même temps que son ami intime Julius Cornutus Tertullus282, comme successeur de Publicius Sertus, lors de sa disgrâce. Si l’on se réfère au Pan. XIC :1 qui traite de cette praefectura il semble que Pline et son collègue furent nommés entre le 9 et le 27 janvier 98 car : « Nous n’avions pas encore fini deux années dans un office important et très pénible, lorsque toi, le meilleur des princes… tu nous as offert le consulat283 ». Il s’agit la sans doute d’une allusion à sa préfecture de la Caisse de Saturne qu’il accomplissait sous le principat de Nerva et de Trajan selon le mot de F. Trisoglio284. Une question demeure en suspens. Combien de temps durait une telle charge ? Deux hypothèses se présentent suivant que l’on accorde crédit à Dion Cassius ou plutôt à Mommsen285. Le premier prétend que la fonction s’étalait sur trois ans alors que, bien documenté, le célèbre épigraphiste affirme qu’elle durait quatre ans. La lettre X 3a ne nous renseigne pas pour autant sur la datation de cette préfecture accomplie par Pline. La lettre se contente principalement de faire allusion au procès de Marius Priscus (printemps 99)286. Il faut se résoudre à accepter plutôt la première hypothèse faute de précision sur une éventuelle évolution des fonctions de trésoriers sous la dynastie antonine.287 Pline nous livre tout de même quelques indications sur l’organisation du service.

  • 288 V. supra Titre I, chap. I, sect. II..
  • 289 En ce sens X 8 :6 in fine : « Neque enim angustius tempus praefinire possum, cum et municipium et (...)
  • 290 Ep X 9(25): « Neque enim subito te, ut primum potueris, ad tam districtum officium reuersurum. »
  • 291 Il semble que les ép. X 8 :3 et 3a 1 concernent bien l’aerarium Saturni : Contra, DURRY, Pline, Li (...)

32Dans la lettre 8 du livre X Pline sollicite de Trajan l’obtention d’un congé afin de s’occuper, dit-il, de ses propriétés288 : « Ma franchise ne saurait dissimuler à ta bonté que ce faisant tu rendras grand service à mes intérêts personnels. La location des terres que je possède dans la même région, alors que d’ailleurs elle dépasse 400 000 HS, peut d’autant moins être différée que l’on veut que le nouveau fermier fasse la prochaine taille de la vigne. En outre…( :6) je devrai donc, Maître, à ta bienveillance, la rapide exécution de cette œuvre de loyalisme et la mise en état de mes affaires, si pour les deux tu me donnes un congé de trente jours ». Pline affirme plus loin qu’il ne peut demander un moindre délai compte tenu de l’éloignement du municipe de Tifernium Tiberinum de Rome289. Dans sa réponse290, Trajan admet que les raisons d’intérêt privé exposés par Pline sont valables et que son seul désir aurait suffi. Toutefois la formule impériale ne doit pas faire illusion : l’empereur est à notre avis surtout sensible à ces motivations « réelles » qui seules explique le passage suivant : « … et je suis sûr que dès qu’il te sera possible tu reviendras reprendre un service qui exige tant d’assiduité ». On a sûrement de nombreuses raisons de souligner l’importance de ces offices financiers romains qui commandaient la présence continue des chefs de services dans la Ville ou sa banlieue, l’un pouvant à l’occasion remplacer pour un temps son collègue en cas d’empêchement291.

  • 292 Sur Catilius Severus, correspondant de I 22, préfet de la caisse militaire et du trésor de Saturne (...)
  • 293 V. par ex. Ann. XIII 29.
  • 294 L’évolution de la trésorerie d’Etat a fait l’objet d’une ét. de A. H. M. JONES, The Aerarium and t (...)

33Par ailleurs, une thèse avancée par certains auteurs voulait que les trois préfets de l’Aerarium militare et les deux autres du Trésor de Saturne ne formassent qu’un corps unique. Il est vrai que l’opposition entre les Caisses militaire et de Saturne remontait aux temps anciens de la République et qu’elle dût perdre lentement son intérêt sous l’Empire. En effet, Auguste avait créé sa propre fiscalité et il partagea les compétences financières avec le sénat. La distinction principale s’opérait donc dorénavant entre les caisses d’Etat, traditionnelles, et la « caisse » impériale, le fiscus Caesaris. En conséquence on peut penser que la rivalité des préfets de la caisse de Saturne ou militaire d’une part et les rationales du Trésor privé devait être importante. Ces deux compagnies de trésoriers, quoique très proches, n’avaient pas vocation à se remplacer. Les titulatures du second siècle en font foi292. En revanche, au sujet de ces trésoriers, Tacite nous montre comment les assemblées républicaines, souvent incapables, se décapitent elles-mêmes de leurs prérogatives293. En droit, Auguste et les empereurs du premier siècle laissèrent au sénat le choix de leurs trésoriers mais les nominations devenant fréquemment une question d’intrigues, on recourut au tirage au sort (sortitio). Cette pratique démocratique à l’extrême permit la désignation d’administrateurs peu compétents en matière financière. L’empereur, de ce fait, intervint de nouveau, faisant entrer d’office cette procédure de désignation dans son champ de compétences294.

  • 295 Cf. inscrit. Grecque de Tibur (Caius Po[m]pilius, curateur du municipe sous Antonin le Pieux ; son (...)
  • 296 Ainsi Gallien enlève à la caisse du sénat le revenu des provinces sénatoriales ; en 271, à la suit (...)

34Il semble, en outre, que l’on ne doive pas remettre en cause la supériorité des préfets du trésor sur ceux de la caisse militaire, la comparaison des carrières sénatoriales revêtues au premier et au second siècle ne laisse planer aucun doute sur ce point295. Toutefois, hormis la question du prestige ou de la considération élevée pour ses fonctions, un certain parallélisme peut être opéré pour la charge comptable en raison de la perception des impôts et le calcul du rendement lié de plus à l’attribution d’une compétence forcément juridictionnelle résultant de l’activité administrative des trésoriers. On ne peut que regretter notre manque d’information quant à l’exercice de la juridiction des trésoriers d’Etat en général et des préfets du trésor de Saturne en particulier malgré les quelques recherches prosopographiques récentes. A peine, devine-t-on, qu’ils devaient juger en premier ressort les causes portées devant eux sous réserve d’un appel probable au sénat jusqu’à ce que, à son tour, le sénat fut dépouillé définitivement de ces prérogatives au ive siècle296.

  • 297 V. supra, Titre I, chap. I, sect. II.
  • 298 V. supra, Introd., sect. I.
  • 299 Un cas d’adlectio par obtention du laticlave est présenté en II 9 : il s’agit de la candidature de (...)
  • 300 Sur un quaestor annorum XXIV, ORELLI (préc.) 3714.
  • 301 Selon cet auteur il y avait chaque année à répartir ceux qui se destinaient à la carrière administ (...)
  • 302 Sur ce plébiscite de 180 av. n. è. : Nuovo Dizionario Giuridico Romano (préc.) Vis Plebiscitum, lo (...)
  • 303 Nous sommes restés en arrêt sur l’emploi à plusieurs reprises du terme « légitime » et not. par Pl (...)
  • 304 MARQUARDT, Handbüch d. Röm., t. II, 3, 218 ; comp. avec Dig. XXXVI, 1, 14, 1 et L. 4, 8.
  • 305 DION CASSIUS, Hist., LII 20. On observera qu’il y avait un sénateur consulaire pour six prétoriens (...)

35En matière d’avancement dans la carrière les règles suivies concernent traditionnellement les candidats chevaliers et les membres de la classe sénatoriale ou ceux qui justifient encore d’en posséder le cens297. Nous ne nous attarderons pas sur la carrière équestre qui a fait l’objet de nombreuses études citées plus haut298. On se limitera à observer cependant que nombreux furent les chevaliers qui parcoururent une « carrière mixte » grâce au procédé de l’adlectio ­forme de lectio senatus - placé entre les mains de l’empereur, le grand « censeur » de la République rénovée299 ! Sous Commode, on cite comme un fait exceptionnel qu’un jeune homme chevalier ait été désigné, après son tribunat militaire, à la questure300. Est-ce là un signe de la fermeture progressive des classes sociales ? Les faveurs du Prince et les exemptions se firent-elles de plus en plus rares ? Pour les membres de la classe sénatoriale -ou à tout le moins ceux qui peuvent justifier de la fortune requise - qui aspirent à l’exercice des charges les plus honorifiques, l’avancement comprenait quatre degrés principaux à savoir : la questure, le tribunat du peuple ou l’édilité - ces charges étant considérées depuis l’Empire comme d’égal degré - la préture et le consulat. Le nombre de postes était limité ainsi que l’a fait remarquer jadis Mommsen301. Enfin, en dernier lieu, on doit tenir compte des dispositions de la loi Villia annalis302 qui réglait encore l’âge et surtout les intervalles des magistratures303. De fait, si l’on observe correctement le tempus legitimus, c’est-à-dire l’écoulement d’un certain temps fixé par une loi précisant la règle ne honores continuentur il fallait probablement pour devenir questeur être entré dans sa vingt-cinquième année304, le « temps légitime » pour solliciter l’accession à la questure et atteindre la trentième année environ pour accéder à la préture305. Ainsi, ne devait-on guère accéder au consulat avant l’âge de quarante ans. Cependant des exceptions permettaient de moduler ce principe à l’époque de Pline et de pourvoir à des avancements exceptionnels.

36Le nombre restreint d’emplois à l’intérieur du cursus honorum pouvait se réduire encore par suite de décisions impériales désirant admettre de nouveaux membres par le moyen d’adlectiones successives mais rares. Celles-ci bouleversaient-elles l’équilibre et l’égalité entre petituri ? rompaient-elles avec l’esprit du droit public et affaiblissaient-elles les aspirations particulières des candidats, leurs aspirations carriéristes, tout en réduisant encore une fois l’esprit de corps de l’aristocratie sénatoriale ? Premier du sénat, l’empereur décide souverainement.

  • 306 II 9 :l2 : « Ego Sexto latum clauum a Caesare nostro, ego quaesturam impetraui… »
  • 307 Hist.Gén. Empire (= HGE), t. I, 120. Un certain Minutius Macrinus, cité en amont avait refusé syst (...)
  • 308 V. supra Titre I, chap. I sect. II.
  • 309 Cf. Ep. II 13 :8 : « … et nuper ab optimo principe trium liberorum ius impetraui, quod quadquam pe (...)
  • 310 Cf. Epp. VII 16 (préc.), X 2 ; X 95 et X 96.
  • 311 Cf. son art. Pline le J. et l’application des lois démographiques in Mélanges J. Dauvillier, 91.
  • 312 loi complétée par la Lex Poppaea nuptialis de 17 a. C. qui prévoit le ius trium vel quattuor liber (...)
  • 313 Cf. Ep. X 94(95):1: « Suetonium Tranquillum probissimum, honestissimum… domine, in contubernium ad (...)
  • 314 V. supra Introd., sect. II.
  • 315 Cf. art. préc. 92.
  • 316 Pour s’en convaincre V. Ep. X 95(96) : « Quam parce haec beneficia tribuam, utique… haeret tibi, c (...)

37Il importe de signaler que les promotions exceptionnelles n’avaient pas toujours été suffisamment limitées et que les remises d’une année - qui consistaient en autant d’exceptions à la loi Villia annalis - étaient trop fréquentes. Calestrius Tiro a ainsi bénéficié d’une telle remise (en VII 16) : Pline lui explique que son ami s’est vu accorder le ius liberorum qui lui a permis de devenir tribun militaire. Quant à Sextius Erucius en II 9 il jouit d’un avancement encore plus rapide et « expéditif » même dans la mesure où il intègre le sénat par adlectio avant même d’exercer la préture qui ouvre « les portes à la noble assemblée : « C’est moi, précise Pline, qui ai obtenu de notre César le laticlave à Sextus, obtenu la questure ; c’est moi qui lui ai procuré le droit de poser sa candidature au tribunat306… » Les adlectiones de l’ère flavienne ne désarmèrent pourtant pas l’opposition sénatoriale et les nouveaux membres, remarque justement P. Petit, eurent tôt fait d’adopter les préjugés des anciens307. Les adlectiones inter praetorios ou tribunicios ne constituent pas les seules prérogatives du prince qui, comme on l’a vu plus haut, dispense ses protégés des devoirs civils ce que traduit bien le passage II 13 d’une missive envoyée à Priscus et concernant Voconius Romanus308 : « Pour ma part, depuis que tous deux nous étions jeunes gens, chaque fois que l’âge me l’a permis, je me suis empressé de lui rendre service et je viens encore de lui obtenir de notre excellent prince le privilège des pères de trois enfants309 ». Et notre auteur de préciser « aussitôt que ce privilège, que le prince n’octroie que rarement et à son choix, il me l’a concédé, feignant qu’il s’agissait de son choix. ». Ainsi donc Pline en tire une certaine gloire car il constate et fait constater son influence non négligeable sur les décisions de César. Mais on peut tirer un autre enseignement, plutôt inattendu : il existe bel et bien une ligne politique suivie par les princes et quatre autres lettres confirment ce point de vue310. R. Besnier considère avec prudence « que l’empereur n’accorde que rarement cette faveur et il le fait toujours au choix ». Il lui a cependant dans l’hypothèse de l’épître II 13 donné satisfaction. Il apparaît bien qu’à ce moment la volonté de l’empereur peut dispenser tout un chacun des déchéances prévues par les lois311. On estimera en conséquence et a contrario que les lois dites caducaires d’Auguste avaient bien créé un avantage d’un an en matière de munera ciuilia. Tous les candidats mariés - ayant des enfants - pouvaient invoquer les dispositions particulières propres à la loi Julia de maritandis ordinibus312 et obtenir cette fameuse année de remise permettant de sortir par exemple de la curatelle avant sa vingt-cinquième année. Les leges - déclare un rescrit - ne s’appliquaient pas en dehors des honores. Une dernière observation s’impose. Sous le règne de Trajan, le ius liberorum apparaît véritablement comme une faveur impériale plus que comme un droit et personne ne peut y prétendre ipso facto si ce n’est en adressant une supplique à l’empereur ou à sa chancellerie. Pline appuie son ami Suétone, plus jeune que lui313, en vue de lui faire obtenir l’accès au tribunat militaire. La recommandation314 dévoile quelque peu les raisons invoquées par le solliciteur et précise notamment que Suétone est institué héritier par plusieurs de ses amis mais que son mariage n’a pas été heureux quant à la descendance. Avec R. Besnier on peut en conclure raisonnablement que le droit des trois ou quatre enfants peut exceptionnellement être accordé en cas de mariage infécond315. Toutefois ces faveurs sont comptées car l’empereur avoue qu’il s’est fixé à lui-même un chiffre maximum. La « dispense » est accordée en empruntant la voie du rescrit lequel est transcrit sur les registres de la chancellerie impériale316.

38Portons-nous maintenant sur l’avancement de Pline. Il n’est pas toujours aisé de situer exactement la carrière du noble enfant de Côme, carrière qui se situe à une époque charnière entre l’Empire « dynastique » des Julio-claudiens et des Flaviens et l’Empire des Sages et du Meilleur, initié par Nerva. D’aucuns reconnaissent que cet âge des Antonins correspond sans doute à une ère de restructurations nécessaires, de recentrage politique nettement prononcé et marqué par la collaboration du Prince et de « son » sénat. Aussi il paraît digne d’intérêt de se pencher davantage sur le cursus de Pline pour le comparer avec ceux de ses collègues.

  • 317 CORBIER, ouvr. cit., 716.
  • 318 En ce sens, L. HOMO, L’empereur Vespasien, 285-288.
  • 319 Toujours selon M. CORBIER, ouvr cit 379, Pline aurait été président de la caisse militaire (praeid(...)
  • 320 Ouvr. cit. 533.

39Une première question fuse de suite. Sécundus a-t-il souffert - comme il prétend parfois -d’un retard de carrière préjudiciable ? Si l’on met à part les promotions exceptionnelles des favoris du Prince on constate que plusieurs emplois s’intercalent ordinairement entre la préture et les préfectures financières. En effet, sous la dynastie flavienne, on a constaté que l’avancement des prétoriens comporte en moyenne quatre voire cinq postes : la gestion de l’aerarium de Saturne se positionne en dernier, immédiatement après celle de l’aerarium militaire317. Pline fait sans aucun doute parti de ces homines noui qui illustrent fort bien la politique suivie sous l’ère trajane318. Or, comme le constate M. Corbier « sous les règnes de Trajan et d’Hadrien, deux hommes nouveaux L. Catilius Sévérus et M. Acilius Priscus Egrilius Plarianus ont connu à vingt ans d’intervalle une promotion parallèle. Les deux préfectures financières, exercées dans l’ordre habituel, constituent l’aboutissement du cursus prétorien » ; elles donnent accès au consulat suffect. Quatre responsabilités de nature diverse ont trouvé place entre la préture et l’admission à l’aerarium militare : légations proconsulaire en province, fonctions civiles italiennes et romaines, commandement d’une légion enfin. La multiplicité des postes ne prouve pas nécessairement que l’avancement ait été lent : pour L. Catilius Sévérus, dix années séparent la préture du consulat suffect ; ce n’est pas excessif pour un homo nouus ! Pour Pline, qui fut pourtant favorisé sous Domitien (…), l’écart est de sept ans… Sous les règnes de Trajan et d’Hadrien, les deux préfectures financières sont généralement attribuées à des sénateurs dont les aptitudes administratives sont appréciées pour la gestion du trésor sénatorial319. Les spécialistes des questions financières exercent parfois les deux préfectures successivement, ce qui est le cas de notre sénateur. Récemment M. Corbier, déjà cité, a eu le mérite de faire valoir le fait que les trois carrières connues du règne de Trajan ont montré l’existence d’un troisième, d’un second et d’un sixième poste prétorien pour Cornutus Tertullus, Pline le Jeune et L. Catilius Sévérus. La pratique des deux premiers emplois renouvelés date du début du règne, Cornutus Tertullus et son collègue Pline ayant eu un avancement prétorien exclusivement civil en raison de ce qu’il faut appeler un ralentissement de carrière à la fin du règne de Domitien. Et encore convient-il d’admettre que Pline n’a guère de quoi se plaindre par rapport à son collègue Tertullus qui n’était entré au sénat que lors de la « fournée sénatoriale » de 73-74. En effet, Pline, beaucoup plus jeune que ce dernier a été cependant favorisé comme d’autres lors du début du principat de Domitien : « Une chose est certaine, précise M. Corbier, c’est que Pline est déjà bien en cour auprès de Nerva, lorsque au printemps de l’année 97 il attaque au sénat « Publicius Certus et, à travers la personne de ce sénateur, tous ceux qui se sont compromis sous le règne de Domitien320 ».

40La carrière de L. Catilius Sévérus dont nous parlions plus haut offre un meilleur exemple d’avancement ordinaire. Ce dernier, après avoir revêtu la préture urbaine a occupé six postes avant d’atteindre la préfecture. Même si de nombreux amis de Pline ont eu une carrière plus éclatante que lui, on ne peut affirmer sans courir le risque de se contredire que l’avancement de Pline ait été gravement compromis. A peine, peut-on admettre, que les derniers jours du règne de Domitien ont un peu ralenti sa carrière prétorienne.

41Une autre question reste en suspens. C’est le jugement que l’on peut porter sur son cursus global, une fois devenu consulaire. Il nous reste pour l’apprécier à examiner son avancement après le consulat, très décisif, qui lui permit grâce à l’influence et la bienveillance des deux premiers « Antonins » de gravir les plus hauts échelons de l’administration romaine.

II - CONSULAT - CARRIÈRE POST-CONSULAIRE

  • 321 J. ROUGE, ouvr. cit., 143.
  • 322 Sur le processus consularis, WILLEMS, ouvr. cit., 457 ss.
  • 323 Selon GAIUS, II, 278 ( =I. J. II 23, 1).
  • 324 V. Epit. Ulpiani, XXII 34 - Sur l’interprétation formaliste des règles de Marc-Aurèle, F. SCHULZ, (...)

42C’est en principe à l’âge de trente trois ans - mais généralement à quarante ans - que le prétorien accède à un premier consulat - un consulat suffectus le plus souvent lorsque le consul éponyme abandonne sa charge. Cette fonction donne le droit de devenir, au bout de dix ans, gouverneur d’une province sénatoriale consulaire321. Le consulat demeure sous l’Empire la plus haute dignité parmi les magistratures ordinaires ; à ce titre, le consul en exercice conserve le droit de présider le sénat, droit qu’il partage avec l’empereur. En fait, la « dignité » consulaire est singulièrement amoindrie et seul, le prestige de la fonction, pour antique qu’elle soit, semble lui conserver une partie de l’autorité de jadis. Nous examinerons plus bas les vestiges de cette fonction administrative et accessoirement juridictionnelle. De ce fait, les nouveaux consuls ont toujours l’obligation d’organiser plusieurs ludi publici - jeux institués au commencement de l’Empire - pour célébrer outre les anniversaires de la mémorable bataille d’Actium la bienheureuse naissance d’Auguste (le 23 septembre). A la fin du premier siècle de notre ère la coutume semble établie pour les consuls de donner à l’occasion de leur entrée en fonction, des ludi circenses le jour où ils se rendent au Capitole en tenue de triomphateur escortés d’un pompeux cortège322. De façon générale on peut admettre que si le principe de la dualité des consuls demeure on note, à l’inverse, que l’empereur prit l’habitude, pour honorer un grand nombre d’amis, de ne laisser que pendant quelques mois les nouveaux consuls en fonction. Ainsi les consuls perdent tout rôle politique digne d’importance sous l’Empire et semblent ne conserver qu’une juridiction en matière de fidéicommis battue en brèche par les sénatus-consultes pégasien et trébellien323. Seule subsiste une juridiction de tutelle jusqu’à l’avènement de Marc-Aurèle324. On verra cependant que le prestige du consulat reste grand puisque les empereurs du second siècle ne dédaignent pas de postuler une telle magistrature, et à plusieurs reprises même, pendant leur principat.

  • 325 DEGRASSI, Fasti consulari dell’Impero romano dal 30 a. C. al 613 d.C., 1952 - MOMMSEN, ouvr. cit., (...)
  • 326 L’évolution des magistratures « civiques » sous l’Empire a fait l’objet de l’étude de P. PFLAUM, P (...)
  • 327 A.-M. GUILLEMIN, ouv. cit., p. XXI -J.-P. MARTIN, Le siècle des Antonins, P. U. F., Introd., 11,Il (...)
  • 328 Cornutus Tertullus est qualifié de consul désigné par Pline en II 11 :19 lorsqu’il opine lors du p (...)
  • 329 Cf. chronologie retenue déjà par ALLAIN (ouvr. cit., chap. Les correspondants, 189).
  • 330 Comp. avec C. I. L. XIV, 3610 (Tibur) et I. L. S., 1071 ; on voit un consul issu de la préfecture (...)
  • 331 Cf. Ep. III 18 :1 à :3.
  • 332 Cons. Pline le J., Les Belles Lettres, (texte de A. M. Guillemin), 1969, 135 (nous mettons une maj (...)
  • 333 Les laudateurs de l’empereur étaient sûrement légion à la fin de l’époque précédente si l’on en cr (...)

43Pline nous apprend qu’il fut élevé à la charge consulaire en même temps que Cornutus Tertullus, en l’an 100, année ou Trajan fut consul pour la troisième fois avec Julius Frontin. Comme l’a fait observer Th. Mommsen on ignore si à cette date le consulat était de deux ou trois mois - sous les Sévère, la chose est acquise : un consulat ne dure que deux mois325 (…) Faut-il se résoudre avec une partie de la Doctrine à considérer que l’exacte durée du consulat nous échappe au début du iie siècle326 ? Nombreux sont les auteurs qui pensent qu’à cette époque le consulat ne durait que deux ou trois mois327. Pline et Cornutus, rappelle Guillemin, furent consuls soit du premier septembre au 31 octobre de l’an 100, et le fameux Panégyrique aurait été prononcé le premier septembre ; soit du premier juillet au trente septembre. Dans ces deux cas de figures Pline et Cornutus furent consuls « suffects » l’année où Trajan accomplit son troisième consulat avec J. Frontin328. A la fin de l’année 100 les faisceaux étaient confiés à Lucius Roscius Aélianus Maécius Céler et à Tibérius J. Sacerdos Julianus329. Il est admis que la courte magistrature consulaire n’interrompt absolument pas la charge de préfet du trésor qu’accomplissait jusque là Pline330. Dans sa Correspondance ce dernier s’adresse à Vibius Sévérus331 et exprime quelques mots sur sa prise de consulat, ce qui est exceptionnel, car notre auteur paraît plutôt avare - comme on l’a vu - en ce qui concerne les renseignements d’ordre personnel : « ( :3) L’étiquette de la prise de possession du consulat m’imposait d’adresser au nom de l’Etat332 un remerciement au prince. L’ayant fait dans le sénat, selon les exigences du lieu et de la circonstance et conformément à la coutume, j’ai cru du devoir d’un bon citoyen de recueillir les pensées alors exprimées en un ouvrage plus ample et plus riche. ( :2) Mon objet était d’abord de rendre plus chères à notre empereur, par des louanges sincères333, les vertus qu’il pratique ; ensuite de [montrer] aux princes à venir, non pas sur le ton d’un maître mais… par l’enseignement d’un exemple.. La route… la plus sûre pour arriver à la même gloire ».

  • 334 Cf. Pan. LXIII : « Praevertor iam consulatum tuum, etsi sunt quaedam ad consulatum quidem pertinen (...)

44Nous avons dans un passage du Panégyrique notamment en LXIII :1 quelques précisions sur la désignation de Trajan par l’empereur au moyen de la commendatio : « Je passe maintenant à ton consulat, quoique certains faits - tout en s’y rapportant - lui soient antérieurs334 ». A n’en point douter il s’agit là d’une allusion à tous les mérites de ce général qui expliquent sa désignation par Nerva.

45Suit son élection par les membres du sénat : « ( :2) Le peuple romain t’a vu dans cet antique siège de la puissance ; tu as supporté jusqu’au bout le long cérémonial des comices et une attente qui n’était plus une dérision et tu as été fait consul comme l’un d’entre nous, toi qui nous fais consul. ( :3) Combien y en a-t-il parmi tes prédécesseurs qui aient fait cet honneur au consulat ou au peuple ? Ne voyait-on pas les uns attendre la nouvelle de leur élection tout engourdis de sommeil et gavés du repas de la veille ; les autres, dans la veille et l’insomnie, mais machinant du fond de leur chambre l’exil et le meurtre contre les consuls mêmes qui les proclamaient ».

  • 335 Cf. Pan., LXIV :3 : « Quin etiam sedens stanti praeiit ius iurandum, et ille iurauit… »
  • 336 Ouvr. cit., 154 n.2 ; camp. avec MOMMSEN, Dr. Publ., II, 291.
  • 337 Cf. Pan., LXIV :4 « Vllane satis digna praedicatio est idem tertio consulem fecisse quod primo… »
  • 338 Cf. Pan. LXV:2 « Iurat in leges attendentibus dis »

46Trajan avait donc eu le mérite d’assister à la cérémonie de proclamation au champ de Mars (procédure de la renuntiatio) à l’instar de tout candidat à cet honneur insigne. Dans la séquence suivante (Pan, LXIV :1) il est question du serment rituel « selon la formule dont ne s’étaient jamais servis les princes, sinon pour forcer les autres à jurer ». La prestation paraît d’autant plus remarquable à Pline qu’il s’agit de César : « Songez, il s’agissait d’un prince (si principem cogitares..) » et un peu plus loin le Panégyriste insiste de nouveau, rapportant : « ( :3) Bien plus le consul assis à l’empereur debout a dicté son serment335 ; et le prince a juré ». Il s’agit ici, selon M Durry336, de la prestation probable du troisième consulat de Trajan, ce que semble confirmer le passage suivant337. Enfin la précision subséquente sonne comme un rappel aux générations à venir338 : le consul doit prêter serment lors de son entrée en charge et de sa sortie de fonction. Ainsi la uotorum renuntiatio au Capitole et le serment commun de respecter les lois aux Rostres - lors de l’initiatio constituent une sorte de terminus a quo de cette prestigieuse magistrature ; le jour de sa « retraite » l’ancien consul prêtait aux mêmes Rostres, de nouveau, le serment d’avoir respecté ce qu’il avait juré lors de son investiture : ce second serment était une sorte de terminus ad quem. Ce curieux parallélisme des formes correspond non seulement à une savante construction littéraire mais bien plus au génie de la science administrative romaine, au sens des réalités civiques qu’à un esprit superstitieux.

  • 339 Cf. TACITE, Vit. Agric. III - Hist., I :16 : « Sous Tibère, Caius et Claude, nous avons été comme (...)
  • 340 Une monnaie du temps représente selon DURRY (ouvr. cit., 156 n.2) l’empereur en compagnie d’un sén (...)

47On note bien sûr le message du chapitre LXVI du Panégyrique, celui de la « Liberté339 » mais aussi l’extraordinaire importance, peut-être plus morale que juridique, du consulat en ce début du second siècle. On en prendra pour preuve le § 2 qui donne une lumière singulière au propos de Pline : « A peine avait lui le premier jour de ton consulat qu’entré dans la curie tu nous as exhortés tantôt un à un, tantôt tous ensemble à reprendre la liberté, à assumer les charges d’un pouvoir pour ainsi dire partagé entre toi et nous340, à veiller aux intérêts publics, à nous redresser ». Le gouvernement du Meilleur ou par le Meilleur ne serait pas incompatible avec l’idée de partage du Pouvoir. La charge consulaire revêtait-elle depuis la co-régence Nerva-Trajan un prestige accrû ? d’autant plus que le fait de briguer un tel emploi ne suscitait plus l’éventuel courroux du prince ?

§ 2 - Les principaux ressorts de l’Administration

  • 341 En ce sens M. VILLEY, Le droit romain, (préc.), 5.

48Le propre du génie national romain réside assurément dans son sens de l’administration, c’est-à-dire, dans un art certain pour organiser et gérer la société, et ce, avec une grande économie de moyens.341

  • 342 Cet auteur s’est inspiré de l’étude fondamentale de H. G. PFLAUM, Les carrières procuratoriennes é (...)

49Or, depuis Vespasien, commence une évolution très marquée de la gestion publique par une loi de spécialisation et par plus de répartition et de technicité des tâches, aussi bien dans l’administration centrale, l’Italie, que pour les provinces. La montée de la classe équestre à la fin du premier siècle - aux dépens comme l’a vu G. Boulvert, des affranchis impériaux342, n’est aujourd’hui plus à démontrer et va de pair avec la multiplication des services publics étatiques. Toutefois, la classe sénatoriale conserve de nombreux droits et privilèges en matière d’administration provinciale, comme le démontre pour le début du second siècle la Correspondance de Pline. La carrière post-consulaire s’identifie en grande partie aux directions des grands services publics centralisés (I) et des provinces les plus importantes (II.).

1 - Services publics et carrière post-consulaire

  • 343 G. BOULVERT, Domestique et fonctionnaire sous le Haut-Empire romain, la condition de l’affranchi e (...)
  • 344 Cf. ep. VIII 6 :1 à :7 - V. not. le § 4 : « J’oublie qu’à l’esclave Pallas sont offerts les insign (...)
  • 345 On retrouve la même histoire sous la plume de TACITE (Ann. XII :53) mais contée plus brièvement. P (...)

50L’évolution est telle que la direction des grands services publics de l’Empire ne s’identifie plus forcément avec le cursus de la classe sénatoriale, et ce, dès Claude le réformateur, et Néron. Le mouvement va se poursuivre même si l’on met en sourdine les rivalités entre sénateurs et chevaliers ou celles qui opposent ces derniers aux affranchis impériaux343. L’épisode relaté par Pline à propos des honneurs de Pallas décernés par le sénat344 paraît fort significatif du malaise existant. Qui plus est, un affranchi qui se permet en plein sénat d’en appeler au jugement de l’empereur… celui-là est forcément sûr de son pouvoir (…) L’épistolier a pu citer cet événement d’autant plus facilement qu’il paraît assez lointain345 pour être rappelé et que le nouveau régime permettait de dénoncer objectivement les abus et excès d’une époque antérieure. Il n’en demeure pas moins que la classe sénatoriale ne possède plus le monopole des hautes fonctions publiques malgré le recul notoire des faveurs impériales à l’égard des affranchis, politique constante depuis le début de l’ère flavienne. Les chevaliers apparaissent comme de plus en plus nombreux à occuper des emplois dans l’administration financière (postes de procurateurs équestres) ou auprès de l’administration romaine ou italique. A l’époque où Pline écrit la seconde partie de son œuvre il aborde le cursus post-consulaire proprement dit et a la qualité de uir consularius. Dès cette accession au sommet de la hiérarchie sénatoriale vers les années 100 ce dernier est disponible pour remplir diverses fonctions de haute importance tant dans le domaine des services publics de l’Etat que de l’administration purement provinciale.

  • 346 V. La paix romaine, 134.
  • 347 V. travaux percutants de R. SYME sur les principaux amis de Pline (Pliny’s less successful friends (...)
  • 348 Cf. Dig., I 15, 3:2.
  • 349 V. Fast., 202 n. 133.
  • 350 Sur la quest., A. MERLIN, L. Catilius Sévérus, R. E. A., XV, 1913, 268, n.3.

51De manière générale on se souvient que le consulat constituait à la fin de la République l’ultime étape du cursus honorum traditionnel, donnant accès après un stage de cinq années après la sortie de charge à des emplois très élevés de l’administration romaine, soit à Rome ou en Italie, soit dans les armées et en province. L’intérêt des magistratures rappelle avec esprit P. Petit346, « n’est pas de les exercer, mais de les avoir exercées » et cette judicieuse remarque s’applique toujours en grande partie au début du règne de Trajan. Les amis de Pline obtiendront tous des postes de premier plan à la fin du principat de Trajan ou au commencement du suivant, sous Hadrien347. Ce fut le cas notamment pour des personnages qui, moins connus que Pline le Jeune, atteignirent de hauts sommets administratifs voire « politiques » plus élevés que le sien. Ainsi peut-on citer Sex. Erucius Clarus qui se vit adresser par Antonin le Pieux un rescrit348, Rosianus Géminus, Pompéius Falco qui aurait été proconsul d’Asie vers 128 selon Waddington349 ou encore L. Catilius Sévérus, dont on a parlé plus haut, et qui fut ordonné consul une seconde fois en l’an 120, proconsul de l’Afrique, enfin préfet de la Ville de 137 à 138350. Le sénat ouvre toujours les portes à la haute administration romaine, italique ou provinciale même si, parallèlement, les empereurs créent peu à peu un corps véritable de fonctionnaires confié à des chevaliers. La multiplication des tâches dépassait de loin toutes les possibilités offertes par le seul recrutement classique. Il n’en reste pas moins que les consulaires avaient toujours vocation à gérer des curatelles ou diverses préfectures.

  • 351 Ce sont des curatore uiarum qui ont la responsabilité de l’entretien de ces routes, qui, de rang s (...)

52La plupart des curateurs sont des personnages de rang consulaire tels les deux curatores operum publicarum assistés d’un procurateur et de subprocurateurs équestres, le curator aquarum, les curateurs des voies principales ou italiques351 ou encore les cinq curatores aluei Tiberis, riparum et cloacarum Vrbis eux-mêmes aidés par un procurateur ad ripam et sans aucun doute d’une meute d’affranchis impériaux ou de chevaliers.

  • 352 Ouvr cit, 329, n. 5.
  • 353 V. Annexes en fin d’ouvrage.
  • 354 Epp. X 3 et 3b.

53Mais revenons à la charge de curateur des rives du Tibre occupée par Pline. Les auteurs s’accordent pour dater la prise de cette fonction entre 104 et 105. E. Allain précisait que Pline « fut curateur du Tibre en janvier 105 et qu’il conserva cette fonction au-moins jusqu’en janvier de l’année suivante352 ». On retrouve semblable datation dans le curriculum vitae plinien établi par Mommsen353. L’épître II 1 :8 laisse penser que Verginius Rufus fut son suffragator pour l’obtention de cet emploi déjà conséquent. A.-M. Guillemin considère ces données comme acquises et déclare avec raison que les fonctions de curator aluei Tiberis étaient « l’une des plus honorables, mais des plus absorbantes parmi les grandes charges urbaines ». Nous reviendrons plus loin sur les demandes de congé et notamment celle de Pline qui fut demandée à Trajan pour le règlement de ses affaires personnelles (construction d’un temple à Tifernium)354. Mais quelle était au juste la réelle importance d’une telle curatelle ?

  • 355 MOMMSEN, Etude… 70 - En VIII 17 Pline évoque une des nombreuses inondations du Tibre (comp. avec H (...)
  • 356 En sens, ouvr. cit., 245.

54Suétone dans Auguste XXXVII rapportait que pour qu’un grand nombre de personnes pussent prendre une plus grande part à l’administration de l’Etat le Prince avait imaginé d’instituer de nouvelles fonctions. La curatelle du Tibre faisait partie de ces dernières ; à la cura du lit du fleuve romain s’ajouta sous Tibère355 celle des rives - et sous le règne de Trajan - on y comprit les soins apportés aux égouts. L. Homo pose judicieusement la question de savoir pourquoi il y eut addition de titres sous Trajan et répond qu’on ne peut faire qu’une hypothèse : « Il s’est agi, dit-il, probablement d’affirmer et de délimiter nettement les fonctions des curatores alvei Tiberis et riparum vis-à-vis de celles du curateur des eaux ». Il est bien possible qu’il y ait eu conflit d’attribution entre ces deux services356 car ceux-ci resteront joints jusqu’à la fin de l’Empire. Au Bas-Empire, la direction générale du service sera confiée aux mains d’un comes riparum et aluei Tiberis et cloacarum directement subordonné au préfet de la ville de Rome.

  • 357 C. I. L. X 7587 (Rufus, sous Hadrien, spécialement chargé de l’entretien des rives, est fonctionna (...)
  • 358 De acquis urbis romae III (sur la réserve d’eau des châteaux qui doit impérativement être conservé (...)
  • 359 Ainsi, Julius Ferox, destinataire de l’ép. VII 13 fut consul vers 99, puis curator aluei Tiberis e (...)

55Depuis le premier siècle la cura était dirigée par un consulaire qui disposait de quatre assesseurs de rang inférieur - des prétoriens pour la plupart - qui portaient le titre de sub-procuratores ou même, plus simplement, de curatores. Ces assesseurs disposaient pour appliquer les ordres ou les faire appliquer des affranchis impériaux, et ce, dès la fin du siècle précédent. Le procurateur ad ripam témoigne à son tour de l’« immixtion » de la classe équestre sur le contrôle des tâches anciennement dévolues au édiles de la Cité357. On jugera de l’importance de la fonction curatellaire de Pline au fait qu’il existe un fort lien de subordination entre les subprocuratores - qui forment un collège avec lui - d’une part mais également, si l’on donne l’importance qui revient à l’hypothèse de L. Homo, à savoir le partage strict de compétences entre les curateurs des rives et celles du curateur des eaux, d’autre part. Les écrits de Frontin et l’illustre prestige qui est attaché à ses fonctions plaident en ce sens358. Faut-il en déduire que le président de l’autorité collégiale de la cure du Tibre -seul désigné par l’empereur après Claude, devint de ce fait le plus haut responsable en matière d’entretien et de surveillance des fleuve, rivières et égouts romains ? C’est bien ainsi, à notre avis, qu’il faut interpréter cette évolution. La curatelle du Tibre, l’une assurément des plus importantes fonctions post-consulaires bien avant Pline359 devait constituer l’une des chasses gardées de la gent sénatoriale jusqu’au Bas-Empire.

  • 360 Ces curateurs avaient pour principale mission d’entretenir des édifices publics et de surveiller l (...)

56Nous avons dit que la cure du Tibre fut sans doute la plus prestigieuse de toutes. Soit. Mais l’administration romaine connaissait bien d’autres curateurs et de chefs de services importants tels les deux curatores operum publicorum uel monumentorum publicorum tuendorum360, le curateur des eaux - dont on a parlé plus haut -, les curateurs des voies (curatores uiarum) de condition sénatoriale pour les premiers responsables des deux plus importantes et qui recevaient des pouvoirs d’administration, de police et de juridiction sur les territoires riverains. On a pu dire qu’une douzaine de personnages formaient en ce début du second siècle (le collegium curatorum de Willems) le conseil de direction et de contrôle de la région romaine tant aux plans de la sécurité que de la police.

  • 361 Selon les écrits de Sextus Juilius Frontinus, dit Frontin, Domitius Afer (de Nîmes) assura les fon (...)

57Un autre signe des temps réside dans l’évolution des titres, changement accompagné de la continuité et permanence des fonctions accordées aux simples chevaliers. Il en alla ainsi pour les curateurs des voies qui ne pouvaient s’improviser ingénieurs ou architectes et ne pouvaient, au principal, confirmer que l’ordonnancement des dépenses ou l’application des décisions administratives ou de justice pénale. Il convient de reconnaître que les plus consciencieux de ces chefs de services cherchaient, comme Frontin361, à acquérir des connaissances techniques les plus approfondies. Ce fut sans doute le cas de Pline qui, ouvert à la science, se sentit le devoir de marcher sur les traces de son oncle le naturaliste.

  • 362 Cf. Epp. X 8 et X 3a :1 (V. notes de DURRY, Pline le J., Liv. X, 24 n.2 - TRISOGLIO, Opere…973 n.7 (...)
  • 363 Sur le service annonaire : H. BABLED, De la cura annonae chez les Romains, Paris, 1892 et G. HUMBE (...)

58On envisagera également les diverses préfectures accomplies par des sénateurs consulaires à l’exception de deux d’entre elles (préfecture de Saturne362, ravitaillement annonaire363) qui peuvent être gérées par des « prétoriens ». D’ailleurs, pour cette dernière, apparurent dès Claude des procuratores ad Miniciam, sortes d’officiers subalternes mais permanents qui témoignent d’une réelle mainmise du pouvoir impérial sur les corps « vitaux » de l’administration romaine.

  • 364 Les praefecti f. d. étaient chargés jusqu’à Caligula des distributions mensuelles. La liste de ces (...)
  • 365 La liste des préfets reprend sous ce règne et se prolonge jusqu’au milieu du iiie siècle (jusqu’à (...)
  • 366 L. HOMO, Rome impériale… 206.
  • 367 V. passim « (:1) Instar ego perpetui congiarii reor ad adfluentiam annonae… ( :3) Nonne cernere da (...)

59Le service des distributions frumentaires dévolu à des sénateurs de rang prétorien, les fameux praefecti frumenti dandi à la fin de République puis épisodiquement après Claude364, sous Trajan365, relève principalement du ressort de l’administration impériale. L’unification du service sous les ordres d’un préfet chevalier est sans doute une bonne chose mais elle emporte des conséquences politiques nombreuses. La disparition des préfets, selon L. Homo, « représente à la fois un recul pour le sénat et un progrès de l’administration impériale. Il se produit ainsi, pour le service de l’annone, la même évolution que pour les autres services urbains366 ». La fonction des praefecti paraît être à ce titre exceptionnelle et liée à des distributions épisodiques comme celles dont nous parle Pline au chapitre XXIX du Panégyrique367.

  • 368 Pline ne parle pas en diverses occasions des tres uiri capitales et not. lorsqu’il était lui-même (...)
  • 369 Cf. La paix romaine… 139.
  • 370 En ce sens, E. SACHERS, s. v. Praefectus Urbi, R. E. XXII, 2 (1954), 2502-2534 et G. VITUCCI, Rice (...)
  • 371 Cf. Ep. I 22 (préc. au sujet de la maladie de Titius Ariston)
  • 372 Sur l’idée de subordination de la préfecture de l’annone à celle de la Ville, C .I. L. VI 10707, s (...)
  • 373 La Notitia dignitatum du début Ve s. réalise parfaitement la centralisation au profit du préfet de (...)

60On sait par ailleurs que le praefectus Urbi fut toujours un sénateur de premier plan, un haut consulaire, choisi pour ses qualités diplomatiques afin de ménager les susceptibilités des différentes couches de la société romaine. Ses fonctions étaient aussi diverses que précises et selon P. Petit « il commande les cohortes urbaines, maintient l’ordre [public] dans la Ville et y exerce, à l’intérieur des cent milles défini plus haut… une juridiction criminelle, rapide et sans jurés368, ce qui dépouille en partie les « questiones369 ». Là encore nous manquons cruellement de renseignement quant à l’évolution des diverses magistratures et notamment celle du préfet de la Ville qui fut à l’origine une « fonction temporaire et à éclipse » (J. Gaudemet), toujours confiée à un sénateur dont les attributions constituaient le couronnement de sa carrière370. Ce fut le cas pour L. Catilius Sévérus, consul seulement en 110, et préfet de Rome en 137-138371. Il est très possible que notre Epistolier ait pu atteindre une telle magistrature « suprême », ou presque, si sa santé précaire n’avait pas prématurément eu raison de lui en Pont-Bithynie dont le climat était si différent de la péninsule italienne. Il nous eut donné de précieux renseignements sur cette préfecture372 dont l’importance de cessera de croître tout au long du deuxième siècle et ce jusqu’à la fin de l’Empire373.

2 - Carrière post-consulaire et administration des provinces

  • 374 Déjà, à la fin du règne d’Auguste, on ne compte que 23 postes procuratoriens selon H. G. PFLAUM, E (...)
  • 375 préfet de 97 à 99 ( = C. I. L. III, 14147).
  • 376 Cf. Ep. X 7 (23) : « Tu, ex [quot ?] nomo sit, notum mihi facere debebis, ut epistulam tibi ad Pom (...)
  • 377 En ce sens, H. G. PFLAUM, Essai…, 119-120 - contra : J. IMBERT, Le procès du Christ, Turin, 1972 e (...)

61La carrière consulaire s’identifie également à l’administration par les Meilleurs du sénat des provinces proches ou éloignées qui obéissaient depuis la fin de la République et les temps augustéens au principe fondamental de partage des provinces entre les chefs des partis puis opéré par l’empereur en accord avec le sénat. Gaudemet résume ainsi la situation nouvelle née avec le Principat : « s’instaurait (ainsi) un partage des provinces… le premier ayant celles où la proximité des barbares et une pacification imparfaite requéraient la présence de troupes, le second (i.e. : le sénat) gardant les provinces pacifiées. Selon qu’il s’agit des unes ou des autres, le gouverneur est désigné par l’empereur (legatus Augusti propraetore) ou par le sénat (uir proconsulis ou propréteur) ». On mettra à part la situation de quelques provinces dites « procuratoriennes » souvent exiguës et peu riches, qui échappent en règle générale au contrôle et du sénat et des membres de l’ordre sénatorial374. Le cas de l’Egypte, gouvernée par un préfet, doit être rangé à part et ne sera pas l’objet de notre propos, quoique nous disposions d’un témoignage digne d’intérêt entre Pline et son ami Pompéius Planta375, préfet d’Egypte376. On a cru également que les gouverneurs de province disposaient généralement du ius gladii alors que le procurateur-praeses, de rang équestre ne l’avait pas de plein droit377. Il faut là encore écarter les idées reçues. Tous les gouverneurs ont la confiance de Rome et par la même, jouissent de larges pouvoirs. Il n’en demeure pas moins que les provinces sénatoriales ou impériales constituent la chasse-gardée du Pouvoir, en général, et de l’aristocratie romaine ou italienne, en particulier.

  • 378 Cf. Ep. X 79 : « Cautum est, domine, Pompeia lege, quae Bithynis data est… Eadem lege comprehensum (...)
  • 379 V. IIe Partie, chap. II.

62Un autre principe paraît devoir être observé en ce temps de rénovation : il s’agit du maintien du statut provincial fixé au lendemain de la conquête romaine, à la fin des guerres civiles, comme norme fondamentale. Par exemple, pour la Bithynie378, nous observons que Pline qui l’administre vers 111-113 de notre ère, se réfère encore largement à la loi provinciale notamment pour l’accès aux charges municipales ou le statut personnel des habitants. Toutes ces leges se ressemblaient, malgré l’existence des particularismes locaux, et elles ont contribué dans une grande mesure à perpétuer la résistance des normes locales face à un Etat romain dominant. Nous évoquerons ce point ultérieurement379.

  • 380 Sur la quest. : V. C. A. H., XI, The imperial Peace, (a. D. 7O-94), 1936, 800 ss.
  • 381 On peut se faire une opinion sur le service militaire à Rome et sur sa complexité d’après les trav (...)
  • 382 Selon SUETONE, Vit. Claud., XII - TACITE, Ann. XII 60.

63Les services publics provinciaux assurent les tâches d’administration locale et répercutent les décisions politiques de l’Etat romain centralisé. A première vue ils semblent peu nombreux - au sens où nous les entendons à l’heure actuelle - et cependant le principal d’entre eux réside dans le fait d’assurer la paix militaire, la pax Augusti380, à tous les habitants de l’univers : cette paix ne peut se réaliser que par l’entretien d’une forte armée381. Un autre service « régalien » caractérise le génie national romain : c’est celui de la justice qui est applicable aux Romains, certes, mais aux provinciaux, dans la mesure où l’Etat Romain y est intéressé. De plus, chaque fonctionnaire détient une juridiction correspondant à sa fonction ou à ses compétences propres. Les gouverneurs n’échappent pas à cette règle, bien au contraire, qu’ils soient proconsuls ou légats d’Auguste propréteurs. Le même principe s’applique également - nous le pensons, pour les procurateurs équestres qui, depuis Claude, jugent les procès fiscaux382.

  • 383 V. infra Titre I, chap. II, § 1 - J. COLIN, Pline le J. et les cités grecques dans la province Pon (...)

64Nous examinerons plus avant le développement de la procédure per cognitionem des gouverneurs ainsi que les applications particulières de la juridiction gouvernementale en province de Pont et Bithynie383. L’administration générale comporte bien d’autres services dont la tutelle des provinces et des villes, le cursus publicus…

  • 384 The Princeps and the senatorial provinces, Class. Philol., 1921, 34 - 50. - Même idée chez H. G. P (...)
  • 385 Ainsi, I. L.S. 913.
  • 386 Cf. égal. VIII 24:2 « Cogita te missum in prouinciam Achaiam.. Missum ad ordinandum statum liberar (...)
  • 387 Sans anticiper ici sur nos futurs développements on peut se référer à l’étude de H. VOLKMANN, Die (...)

65L’action centralisatrice du prince s’exerce pleinement par le contrôle qu’opère ce dernier et ses Bureaux sur les représentants de Rome en province. Plus ouverte dans les provinces impériales que dans celles qui relèvent officiellement du sénat, l’intervention du prince semble s’accentuer sous Trajan. D. Mac Fayden avait déjà noté l’intensification des intervenants impériaux dans les provinces sénatoriales384. La présence des procurateurs équestres sous les ordres des proconsuls n’allant pas toujours dans créer des conflits385. Nous verrons ultérieurement que la nomination de Pline en Pont et Bithynie répond à ce désir d’opérer un meilleur contrôle de la vie quotidienne dans les provinces orientales de l’Empire. La lettre VIII 24 adressée à Maximus qualifié de « missus in prouinciam Achaiam », au cœur de cette Grèce indépendante et indisciplinée, retentit comme un vibrant témoignage de cette nécessité de reprendre les choses en main dans l’Orient romain386. Il importe de porter remède à cette « maladministration » comme disent les Américains - en imposant autant de contrôles financiers, fiscaux et d’opportunité locaux, acceptables par les communautés tout en conservant une relative autonomie aux cités libres et aux provinces387.

  • 388 Des relais permettaient de changer de chevaux tous les 12 kilomètres environ, et sur les distances (...)
  • 389 On a établi que la classe équestre a constitué la pépinière des grands serviteurs de l’Etat et des (...)
  • 390 Un affranchi de Trajan porte le titre d’ab uehiculis et, selon Boulvert (ouvr. cit., 282) un cheva (...)

66Parmi les autres services d’Etat il faut placer l’art de construire les routes et les ponts, art romain s’il en est, et qui, pour des raisons hautement stratégiques intéresse Rome au premier chef. Nous verrons Pline fort préoccupé par ces questions lors de son gouvernement en Bithynie. Le cursus publicus joua un grand rôle tout au long de l’Empire puisqu’il permettait, comme l’ont prouvé les travaux de C. Salles, de par son organisation composée de nombreux relais de courriers388 d’irriguer toutes les provinces jusqu’aux extrémités de l’Empire (le limes !).389 Sous Hadrien - mais peut-être bien avant - apparaîtra un praefectus uehiculorum390, signe qu’en fait les communications interrégionales se multipliaient à l’envi dès la fin de la République. Nous constaterons plus loin que notre gouverneur utilisera lui-même ce service pour des déplacements par mer ou par terre, ou encore, pour faire acheminer d’urgence des informations vers Rome.

  • 391 V. Resp.: ‘Censura’en el mundo Antigua, Madrid, 1961, 400-562 - Freedom of Speech in the Empire (i (...)
  • 392 V. Pan. XLVI :2 et :4.
  • 393 A. MICHEL, R. E. A., 1963, 315 ss. soutenait que de tels personnages, tels Antinoüs, le favori d’H (...)
  • 394 Ouvr. cit., 135, n.2.
  • 395 Sur l’état des relations entre Sénat et Trajan dans l’étude sur Les Antonins de J. SCHMIDT, spéc, (...)

67Plusieurs traits caractérisent l’administration romaine au temps de Trajan. L’un des plus importants est sans conteste celui du respect des libertés ; le concept politique de « liberté » (Wirszubski) n’est certes pas facile à cerner mais il illustre pourtant bien l’époque de recentrage inaugurée par les premiers Antonins et notamment par le refus général de poursuivre pour lèse-majesté ou de pratiquer une politique de captation d’héritages ou de confiscations les plus éhontées au profit de la caisse impériale. Les travaux de L. Gil et de R. S. Rogers confirment ces affirmations391 ; un net reflux de la censure paraît discernable d’après des passages du Panégyrique392. Les pantomimes constituaient un genre dramatique à l’origine mais étaient arrivés par la dérision des « mimes » à exercer une influence jugée excessive voire nocive « dans l’entourage immédiat du prince, où ils faisaient concurrence aux intellectuels393 ». Le satiriste Juvénal finit d’ailleurs par être exilé pour avoir trop affirmé ses opinions. Et lorsque Trajan accepte de pratiquer une censure au sujet des pantomimes, Pline prend bien soin de s’écrier : « Les gens t’ont demandé une mesure qu’un autre imposait et ils se sont mis à considérer comme un bienfait ce qui avait été une obligation. La suppression des pantomimes ne t’as pas été réclamée par des cris moins unanimes qu’à ton père leur reprise. ( :4) Aussi ce même peuple spectateur jadis et acclamateur d’un empereur comédien (sans doute, Néron, selon Durry394) déteste et condamne aujourd’hui jusque dans les pantomimes des arts efféminés et des goûts indignes du siècle ». Une fois de plus les fameuses pantomimes étaient-elles réapparues ! Mais, à la différence des précédentes fois, il semble que Trajan ne soit intervenu que sur la demande expresse d’un groupe de pression sénatorial395.

  • 396 GARCIA y BELLIDO (A.) Les religions orientales dans l’Espagne romaine, 1967, 20 ss (166 p.).
  • 397 Cf. Pan. LXXXVIII :7.
  • 398 La paix romaine, 190.
  • 399 V. infra Titre I, chap II. (gouvernement de Pline).
  • 400 Pan. XLVII :1.
  • 401 Ce point a été étudié par A. MOMIGLIANO, La libertà di parola nel mondo antico, Riv. Stor. Ital., (...)

68En matière de religion on a souvent exprimé l’idée que Trajan n’avait pas été un novateur, ni même très religieux par défaut d’inclination. Tout juste, remarque-t-on, qu’il a favorisé le culte d’Hercule de Gadès, une divinité de son pays natal396. Dans le Panégyrique qui lui est adressé Pline multiplie raisonnablement quelques adulations soulignant volontairement que l’empereur porte les noms de Juppiter, d’Optimus, ou encore de Maximus397. Il n’en reste pas moins que l’action de Trajan fut modérée peut être parce que ce dernier, selon une expression de P. Petit, était très « respectueux du passé et peu original398 ». On verra que cette attitude du prince commande dans une certaine mesure celle de ses gouverneurs et légats, notamment, celle de Pline lui-même. Les dédicaces doivent suivre les règles locales et la consultation de l’empereur - en sa qualité de grand Pontife - a surtout une valeur solennelle. Semblable paraît être sa politique religieuse, semblable, sa politique « humanitaire ». L’administration sur le modèle de son Prince, est amenée à réfléchir sur le meilleur mode de conduite à tenir à l’égard des philosophes les plus « avancés », les athées de toute sorte, ceux qui ne veulent pas observer le culte de loyalisme impérial, c’est-à-dire, comme nous le verrons ailleurs, les Juifs et les chrétiens.399. Le retour en grâce des intellectuels, d’une certain intelligentsia est remise à l’honneur à condition que celle-ci respecte le régime : en témoigne un court passage du Panégyriste : « Et la vie et les mœurs de la jeunesse, comme tu les façonnes en Prince ! En quel honneur tiens-tu les maîtres de rhétorique, en quelle estime les professeurs de philosophie ! Comme sous ton principat les belles-lettres sont recouvrées et le souffle et le sang et une patrie ! Elle que le barbarie de l’âge précédent punissait d’exils400 ». Le retour à une certaine liberté de parole n’est sans doute pas un vain mot sous le règne éclairé de Trajan401.

  • 402 Les demandes d’enquêtes sénatoriales ne sont pas rares selon TACITE (Ann., XLII :43) - sur le rôle (...)
  • 403 Opere…, t. II, 965 n. 31 (il commente l’ép. X 3b in fine : « Sulla cura con la quale Traiano tutel (...)
  • 404 Cf. Ep. IX 15 :3infine (« Tu consuetudinem serua nobisque sic rusticis urbana acta perscribe »). S (...)
  • 405 J. CARCOPINO, Les étapes de l’impérialisme romain, Pars, 1961, 106 ss (qui parle « d’euphorie fina (...)

69Enfin, quant à la forme, l’action de l’administration semble répondre au souci d’efficacité grâce à diverses techniques dont on souligne ici la modernité. Les enquêtes sont conduites à tous les niveaux par des commissaires-rapporteurs dont la tâche est appréciée par de hautes instances (sénat, chancellerie ou empereur)402. Les contrôles de l’action de l’administration paraissent se multiplier grâce à une publication des actes et des décisions (débats et décisions) et surtout grâce également à la conservation des mesures écrites dans le cadre des archives sénatoriales403 ou des bureaux de la chancellerie404 (a memoria). Trisoglio a pu parler de contrôle impérial des acta senatus à une époque où, pourtant, la collaboration entre ces institutions étaient de mise. On n’omettra point de rappeler le système de collégialité des curateurs de différents services publics qui force l’entente nécessaire entre chevaliers et sénateurs. Qu’il s’agisse de questions financières ou fiscales, de police générale ou des lieux publics (circulation de nuit, dans les rues de Rome, de jour, ou encore entretien des voies et des immeubles menaçant ruine etc.) on assiste à une réelle volonté d’assainir la fonction publique en confiant des tâches de contrôle ou de restriction budgétaire à des commissions de spécialistes. La célèbre commission de réduction des dépenses publiques - déjà évoquée plus haut - qui fut rendue inutile sans aucun doute par la confiscation de l’or des Daces405 rivalisa avec bien d’autres commissions de contrôle procédant de la même volonté. On retrouve indirectement trace de ce désir d’« assainissement » et d’une meilleure gestion par la haute administration dans la séquence suivante : « (VI 19 :l et ss.) Dans les derniers comices, le sénat a formulé les souhaits les plus respectables : « que les candidats ne donnent plus de banquets, n’envoient plus de cadeaux, ne déposent plus d’avance de l’argent [entre les mains d’un séquestre] ( :2) Les deux premiers abus s’étalent à la fois au grand jour et sans limite : le troisième pour être « tenu plus secret n’en était pas moins notoire ».

  • 406 Cf. Ep. VI 19 :4 (C. Pline à son cher Népos, salut) : la mesure est rapportée par TACITE (Ann. VI (...)
  • 407 D’ailleurs, Pline, en VI 19 :5 invite les propriétaires à vendre leurs propriétés italiennes car « (...)
  • 408 Cf. Ep. IX 5 :1 à :3.

70A ces dépenses des candidati Pline ajoute qu’il a été ordonné (…) de placer le tiers de leurs fortunes héréditaires en biens immobiliers406 ; or l’on sait que cette mesure établie sous Trajan - puis renouvelée sous Marc-Aurèle - contribuait à moraliser et « normaliser » la vie politique afin de couper court à des abus voire des disfonctionnements dus à la désaffection des Orientaux pour la ville éternelle, patrie universelle. Il fallait relancer l’économie italienne qui pâtissait depuis longtemps de cette situation407. Notre sénateur résume parfaitement la nouvelle philosophie politique de Trajan lorsqu’il affirme entre autres choses : « Vous devez continuer à relever votre justice aux yeux des gens de votre province à force de tact : ce tact consiste principalement à lier avec tout ce qu’il y a d’honnête et à s’attirer l’affection des petits sans cesser en même temps d’être agréable aux grands… ( :3) Mais je ne puis m’empêcher de vous donner des éloges… sur ce que vous avez su si bien garder la mesure pour maintenir les différences qui séparent les classes et les dignités ; quand tout cela est confondu, bouleversé, rien n’est plus inégal que cette égalité même408 ».

Notes

225 Par ex. C. A. FORBES, Why Roman Johny could read? Class. Journ., LV, 1959, 50-55.

226 E. EYBEN, Les parents romains soucieux de l’instruction scolaire de leurs enfants dans Antidorum W. PEREMANS… oblatum, Studia Hellenistica, XVI, Louvain, 1968, 39-60, auteur qui fait allusion à J. Martha, cité plus haut (cf. La vie privée des Romains…XIV, trad, Henry, Paris, 1892, 96-157).

227 Le parole greche nell’epistolario di Plinio, Rend. dell’Istit. Lomb. di Sc. e Lett., LXXXV, 2, 1962, 261-262. V. en ce sens MARROU, ouvr cit., 55.

228 P. GRIMAL, Deux figures de la correspondance de Pline, Latomus, XIV, 1955, 370-383 (il s’agit d’Euphrates et de Philostrate).

229 The concrete Ideal in the Life of the Young Roman, Ant. Class. XLI, 1972, 200-217 (sur les modèles et les « idoles » des jeunes, cf. Ep. IV 17 :8 : quia nihil nisi ex consilio meo facit.

230 Sur la quest., J. BERLAGE, Ziekten ensterfgevaltler in den brieven van Plinius den Jöngeren, Hermeneus, XI, 1939, 66-73 (l’art. fait allusion aux epp. VII 1 :1 et III 16 ainsi que I 22.

231 Rappr. le De Off. (II 3, 46) et l’Inst. orat. (XII 11 :5).

232 Celui-ci est consul suffectus avec Iulius Bassus selon C. I. L. VI 2075.

233 Ann. IV 52.

234 not. V 7 :7 ; VI 3 :42 ; X 1 :118 ; XII 10 :11 - On possède des fragments de ses discours (H. MEYER, F. DUENER, Orat. Rom. Fragm., Parisiis, 1837, 347-349, n. 95 - G. PETRONE, La battuta a sorpresa negli oratori latini, Palerme, 1971, 129.

235 Dial. XIII :3 et XV :3.

236 Cf. II 14 :10 et :12 : Domitius Afer aurait été le maître de Quintilien, et de Pline, l’élève de ce dernier…

237 B. KUBLER, commendatio, XXXIIII, Halbb. 1936, coll. 825-826. Travaux repris par A. BERENGER, Les critères de compétence dans les lettres de recommandation de Fronton et de Pline le Jeune, R.E.L. 78, 2001, 164-179.

238 Forms and Structure of the familiar Greek letter of recommendation, Diss. Vandelbilt Univ., 1970, (247 p.) - microfilm.

239Preces’ paraît être le terme technique utilisé pour indiquer la vraie recommandation présentée à l’autorité compétente en faveur de tel ou tel candidat : cf. Ep.X 26 :2 : « pro dignitate eius precibus meis faueas.. », II 9 :5 ; II 13 :11 ; IV 15 :11 ; VI 9 :2... V. A. WEISCHE (A.), Plinius d. J. und Cicero – Untersuchungen zur römischen Epitolographie in Republik und Kaserzeit, A. N. W. R., 33, 1, 1989, 375-386.

240 Il s’agit probablement de L. Nératius Priscus : légat pro praetore de Pannonie en 98 ou 99 d’après Mommsen ou en 102-103 selon B. Stech.

241 Il est vrai que les commandants d’armée choisissaient les membres de leur état-major et subordonnés assez librement (V. Ep. IV 15).

242 Il s’agit là d’un trait classique dans les lettres de commendatio : V. chez CIC., Ad fam., XIII 21 :2 « peto a te ut… et ipsum suo nomine diligas habeasque in numero tuorum. .. ».

243 Sur le rôle du suffragator : M. L. PALADINI, Elezione dei magistrati al tempo di Plinio il Giovane e di Traiano - Completamento al Campo Marzio della destinatio sanatoriale, Hommage à L. Hermann, coll. Latomus, XLIV, Berchem-Bruxelles, 1960, 571 ss.

244 Consul II ordonné avec Licinius Sura II en 102 (C. I. L. III 7754 ; VI 2185 = 31034) - Cf. égal. Vita. Hadr. III 8 où il est consul III ordonné avec T. Vibius Varus en 134 ( = VI 3142).

245 Londres, 1889, spéc. 79.

246 Opere… t. II, 968, n. 44.

247 Die Doppelburgerschaft des Aegypter Harpocras bei Plinius, Epistula ad Traianum, X 5, 6, 7 et 10, Aegyptus XXXVIII, 1958, 11-27.

248 A l’inverse de R. BOHM et R. TAUBENSCHLAG (The Law of Greco-Roman Egypt in th light of the Papyri (332 b. C - 640 a D.) qui soutiennent que Pline sollicitait Trajan pour Harpocrate afin qu’il ait la double citoyenneté, à la fois alexandrine et romaine (…) Le doute n’est guère possible à la lecture des passages X 5 :1 et X 10 :1.

249 N. COROI, Caius Vibius Maximus Praefectus Alexandriae et Aegypti, Atti Congr. Intern. Di Dir. Rom., Bologna e Roma, 1931, Pavie, 1934, 511-524 - R. SYME, C. Vibius Maximus, Prefect of Egypt, Historia, VI, 1957, 480-487 - R. SYME remarque dans TACITE, Brescia, 1967, 122, que Vibius est le représentant le plus élevé des dignitaires de l’ordre équestre (Ep. III 2 :1).

250 En ce sens, H. PAVIS d’ESCURAC, Pline le Jeune et les lettres de recommandation. La mobilité sociale dans le monde romain, Strasbourg, 1992, spéc. 55-69. L’auteur met en avant le phénomène d’ascension sociale dans une société qui nous paraît, à nous autres contemporains, plutôt figée !

251 En ce sens, F. TRISOGLIO, Opere…, 978 n. 90.

252 Comp. avec IV 4 : il s’agit d’une recommandation assez froide pour Varisidius Nepos qui sollicite un tribunat de six mois !

253 Sur la notion d’officium E. BERNET, De ui atque usu vocabuli offici, Diss. Breslau, 1930, 92 ss.

254 Metamorphosis of ‘officium’: Late Republic to early Empire, Class. Bull., XLI, 1964, 1-4.

255 Sur ces personnages V. Decemuiri dans Nuovo Dizionario Giuridico Romano a cura di F. del Giudice et S. Beltrani, ed. Simone, 2e éd., Naples, 1995, spéc.154 (eletti annualmente dai comizi tributi, erano magistrati minori con il compito di presidiere i giudizi centumvirali e di decidere in linea esclusiva tutte le questioni di accertamento della libertà o schiavitù di un individuo…)

256 Etude sur Pline le J., 1873, 52.

257 C.I. L., V 5262 ( = Dessau 2927) et C. I. L., V 5667 - Cf BORMANN, Archaeol. Epigr. Mitteil, 37 ss - MOMMSEN, Ephemeris epigr., VII, 444-445.

258 J. ROUGE, Les institutions romaines (préc.), 49.

259 Cf. Ep. II 4 :2 : « Cum uero ego ductus adfinitatis officio » : Pline était alors praefectus aerarium Saturni.

260 V. Tableau de carrière en Annexe.

261 Les III Gallica, VIa Ferrata et Xa Fretensis atteignent avec les hommes de troupes auxiliaires plus de 36 000 hommes.

262 B. KÜBLER, art. préc. (Commendatio…) coll. 825-826 - Comp. avec ép. II 9 :1.

263 Cf. C. I. L.,V 5262 (préc.) - Pline tribun de la légion III en 81 a pu connaître Nymphidius Lupus qui aurait été à cette date préfet de cohorte et non pas, à notre avis, préfet de camp comme le supposait Hardy. Sur sa carrière, DURRY, ouvr. cit., Tableau, 191.

264 Ann. XII 12 et XIII 35 :1 et :2.

265 En ce sens, J. ROUGE, Les instit. rom. (préc.) 144.

266 M. CEBEILLAC, Les ‘quaestores principis’ aux premier et second siècle de l’Empire, Milan, 1971.

267 On lire en VIII 23 :6 : « J’ai sans cesse devant les yeux ces peines inutiles, ces prières sans effet et cet honneur qu’il ne put que mériter ; ma pensée se reporte… sur ces appuis prêtés à ses candidatures, les premières, puis les dernières, ces entretiens, ces consultations. »

268 Ouvr. cit., t. I, 535ss (l’auteur se fonde sur les épp. X 79 et 80 qui concernent le gouvernement de Bithynie). V. plus loin notre chap. sur les magistratures municipales.

269 V. Annexe, Tableau chronologique de Mommsen et datation inspirée d’Otto.

270 R. VILLERS, Les tribuns de la plèbe… dans Etudes J. Maqueron, Aix-en-Pr., 1970, 663-670 - R. T. RIDLEY, Notes on the Establishment of the Tribunate of the Plebs, Latomus, XXVII, 1968, 535-554 - H MATTINGLY, Tribunitia potestas, Journ. Rom. Stud., XX, 1970, 78-91.

271 H. SIBER, ‘Plebs’ R.E., Halbb., 1951, coll. 169-187 - Sur la compatibilité du tribunat et du principat : E. KORNE-MANN, Volkstribunate u. Kaisertum, dans Festschrift. Fût L. Wenger… t. I, Münchener Beitr. Zur Papyrus Forschung, XXXIV, t. I, Münich, 1944, 284-316.

272 Cf. Pan. VC :1 : « Consulis, an existimem te in tribunatu causas agere debere. Plurimum refert, quid esse tribunatum potes inanem umbram et sine honore nomen an potestatem sacrosanctam et quam in ordinem cogi ut a nullo, ita ne a se quidem deceat ».

273 Opere…979 - Comp. avec X 12 : utilisation de termes semblables pour Accius Sura (ad quam spem alioqui quietissimum…).

274 Sur la valeur de l’intercessio en droit public (sénatorial) et privé, E. CUQ, s.v. Daremberg et Saglio, III, s.d., 548 ss - Quant au tribunat à l’époque précédente, TACITE, Hist., IV 9 :4 qui rapporte qu’un tribunus plebis avait disposé du droit de ueto contre une disposition du sénat ; SUETONE, Tib. rappelle encore la notion d’infinita potestas (XIX :3).

275 Cf. SUETONE, Dom., X - CASSIUS DION, LXVII :13 - Tables de GUTSCHMID, Neue Jahrbücher f. Phil., 1867, 684 etc.

276 Ep. VII 16 : « … simul quaestores Caesaris fuimus ».

277 Comp. avec TACITE, Agric., VI : « Idem praetura tenor et silentium… ».

278 Cf. Ep. I V:11.

279 Cf. Ep. III 11 :2 et :3.

280 V. Annexe (inscriptions et not. ORELLI, 3393) - MARQUARDT, Handbuch… III 2, 226.

281 On a beaucoup discuté sur la rentabilité des impôts indirects (portorium et uicessima sur les héritages. ROSTOVTSEFF dans Staatpacht, Philol. Suppl. IX, 500. Selon M. CORBIER (L’aerarium Saturni et l’aerarium militaire, 1976, 576) « le collège des trois préfets comprend toujours un militaire familiarisé avec la procédure de l’honesta missio, le règlement des praemia militiae pour les vétérans ».

282 Cf. Epp. IV 17 :8 et IX 13 (sur la vengeance d’Helvidius).

283 Sur la carrière de Pline au Trésor, SCHUSTER, dans Jahresbericht.. Bursian, CCXXI, 55 n.1, 59-60.

284 Cet auteur insiste sur la collaboration de l’adoptant et de l’adoptant à propos de a nomination aux postes de trésoriers, ouvr cit, t. II 1372 n.1.

285 Resp. Hist. Rom., LX :24 - Etudes.. 63 ss t Gesamm. Schrift., V, 423 : « Cela s’accorde avec le fait… que Pline était encore préfet en déc. 101. Ils paraissent avoir résigné ces fonctions peu après vers la fin de l’an 101 ; en tous cas lorsque fut écrite la lettre IV 12 ».

286 Comp. avec Pan. XIC :1 et LXXVI.

287 M. CORBIER, L’aerarium Saturni… Paris, 1976, s’intéresse à la prosopographie sénatoriale. En outre il signale p. 714 « qu’à partir de Néron les responsables des deux administrations financières trouvent place dans un même cursus… » Que faut-il en penser ? Sûrement une évolution se dessine mais on manque sur ce point de renseignements.

288 V. supra Titre I, chap. I, sect. II..

289 En ce sens X 8 :6 in fine : « Neque enim angustius tempus praefinire possum, cum et municipium et agri, de quibus loquor, sint ultra centeismum et quiquagensimum lapidem » ; camp. Avec IV 1 :4 « Oppidum est praediis nostris uicinum, nomen Tiferni Tiberini (ledit oppidum se situant aux confins de l’Etrurie, vers la partie supérieure du Tibre).

290 Ep X 9(25): « Neque enim subito te, ut primum potueris, ad tam districtum officium reuersurum. »

291 Il semble que les ép. X 8 :3 et 3a 1 concernent bien l’aerarium Saturni : Contra, DURRY, Pline, Liv. X, 24 n. 2). F. TRISOGLIO écrit à ce sujet (Opere…973 n.71) : « I due prefetti dell’aerario si sostituivano nella direzione effettiva a mesi alterni, ma anche nel mese libero dovevano essere pressenti a Roma per supplire eventualmente il collega impedito da forza maggiore o per prestare una consulenza speciale. Plinio, per facilitarsi la concessione di allontanarsi dalla capitale, sottolinea di non essere in servizio e che anche la sua posizione di reserva era resa meno urgente dalle vacanze nelle quali l’attività amministrativa era sospesa. » - De plus, « ces sénateurs s’occupent outre la comptabilité publique… de la juridiction sur les débiteurs du trésor… veillent aux archives conservées au temple de Saturne et au Tabularium… » (M. CORBIER, ouvr. cit., conclusion, 714).

292 Sur Catilius Severus, correspondant de I 22, préfet de la caisse militaire et du trésor de Saturne, A MERLIN, L. Catilius Severus, R. E. A., XV, 1913, III, 268ss (il est préfet de Rome en 137-138). ; sur le cursus de C. Po[m]pilius Carus Pedo, C. I. L., XIV, 3610, Tibur - Dessau, I. L. S., 1071 (consul en 147, préfet du trésor de Saturne).

293 V. par ex. Ann. XIII 29.

294 L’évolution de la trésorerie d’Etat a fait l’objet d’une ét. de A. H. M. JONES, The Aerarium and the Fiscus,, J. R. S., 1950, 22-29 (opposition de ses thèses à celles de Willems, ouvr. cit., not. 491).

295 Cf. inscrit. Grecque de Tibur (Caius Po[m]pilius, curateur du municipe sous Antonin le Pieux ; son consulat se situe comme pour Pline entre la préfecture du trésor et une curatelle de travaux publics), H. Dessau, I.L S. 1071. De même, pour Caius Vettius citée dans R. Cagnat, A. Merlin et L. Châtelain, I. L. A., 281, on observe que le consulat de cet ancien chevalier entré au sénat se situe avant sa légation en Pannonie supérieure et après sa préfecture du trésor de Saturne.

296 Ainsi Gallien enlève à la caisse du sénat le revenu des provinces sénatoriales ; en 271, à la suite des crises monétaires à Rome, Aurélien supprime le monopole sanatorial dans le domaine de la frappe du bronze (CORBIER, ouv. cit., 532ss sur l’évolution administrative dévoilée par la prosopographie de ces deux services jusqu’à leur disparition).

297 V. supra, Titre I, chap. I, sect. II.

298 V. supra, Introd., sect. I.

299 Un cas d’adlectio par obtention du laticlave est présenté en II 9 : il s’agit de la candidature de Sextius Brucius. A l’inverse Minutius Macrinus refuse, selon Pline, plusieurs fois l’adlectio inter praetorios qui lui est proposée par Vespasien.

300 Sur un quaestor annorum XXIV, ORELLI (préc.) 3714.

301 Selon cet auteur il y avait chaque année à répartir ceux qui se destinaient à la carrière administrative : - 20 emplois de 4e classe (questure) - 16 emplois de 3e classe (dont 10 de tribuns et seulement 6 d’édiles) - 10 à 18 emplois de 2e classe (préture) - 6 à 12 emplois de 1e classe (consulat) suivant que ceux-ci duraient de 6, 4 ou de 2 mois Sur certaines hypothèses fort conjecturales on peut toujours avec profit cons. l’Etude de Mommsen (préc.) 1873, spéc. 57.

302 Sur ce plébiscite de 180 av. n. è. : Nuovo Dizionario Giuridico Romano (préc.) Vis Plebiscitum, loi inspirée du tribun Villius, 414.

303 Nous sommes restés en arrêt sur l’emploi à plusieurs reprises du terme « légitime » et not. par Pline (e.g. : Ep. X 3). Le droit public n’échappe pas à cette conception de l’aetas legitima ou du tempus legitimus, principalement pour le déroulement des carrière publiques. Nous renvoyons au précieux art. de J. PAOLI, Legitimum ius dans D. A. S. J., Mélanges H. Bruhl, 1958, spéc. 222 223.

304 MARQUARDT, Handbüch d. Röm., t. II, 3, 218 ; comp. avec Dig. XXXVI, 1, 14, 1 et L. 4, 8.

305 DION CASSIUS, Hist., LII 20. On observera qu’il y avait un sénateur consulaire pour six prétoriens. Sur la notion de verticalité des rapports sociaux et l’affirmation explicité de la valeur des rangs sociaux, R. McMULLEN, Les rapports entre les classes sociales dans l’empire romain, (50 av. J.-C -284 ap. J.-C.), Seuil, Paris, 1986, V. spéc. 105 ss.

306 II 9 :l2 : « Ego Sexto latum clauum a Caesare nostro, ego quaesturam impetraui… »

307 Hist.Gén. Empire (= HGE), t. I, 120. Un certain Minutius Macrinus, cité en amont avait refusé systématiquement les promotions de Vespasien. Par humilité ? Par sagesse ? Ou par peur d’avoir à assurer les dons et jeux imposés par le nouvel état…

308 V. supra Titre I, chap. I sect. II.

309 Cf. Ep. II 13 :8 : « … et nuper ab optimo principe trium liberorum ius impetraui, quod quadquam perce et cum delectu daret, mihi tamen, tamquam eligeret, indulsit. »

310 Cf. Epp. VII 16 (préc.), X 2 ; X 95 et X 96.

311 Cf. son art. Pline le J. et l’application des lois démographiques in Mélanges J. Dauvillier, 91.

312 loi complétée par la Lex Poppaea nuptialis de 17 a. C. qui prévoit le ius trium vel quattuor liberorum.

313 Cf. Ep. X 94(95):1: « Suetonium Tranquillum probissimum, honestissimum… domine, in contubernium adsumpsi (:2) Huic ius trium liberum necessarium faciunt duae causae…

314 V. supra Introd., sect. II.

315 Cf. art. préc. 92.

316 Pour s’en convaincre V. Ep. X 95(96) : « Quam parce haec beneficia tribuam, utique… haeret tibi, cum etiam in senatu adfirmare soleam non excessisse me numerum… »

317 CORBIER, ouvr. cit., 716.

318 En ce sens, L. HOMO, L’empereur Vespasien, 285-288.

319 Toujours selon M. CORBIER, ouvr cit 379, Pline aurait été président de la caisse militaire (praeid.. aerer. mil[it] de 94 à 96 et aurait administré l’aerarium Saturni de 98 à 100 ; sur ses compétences, cons. Ép. I 10 :9 et :10 (encouragement d’Euphratès le Philosophe déclarant : « agere negotium publicium, cognoscere, iudicare… iustitiam… »

320 Ouvr. cit. 533.

321 J. ROUGE, ouvr. cit., 143.

322 Sur le processus consularis, WILLEMS, ouvr. cit., 457 ss.

323 Selon GAIUS, II, 278 ( =I. J. II 23, 1).

324 V. Epit. Ulpiani, XXII 34 - Sur l’interprétation formaliste des règles de Marc-Aurèle, F. SCHULZ, Storia della Giurisprudenza romana, Sansoni éd., Florence, 1938, spéc. 236, 246, 291. Sur le praetor tutelarius (ou tutelaris I. L. S. III 1. 396 cité par JOERS, Untersunchungen z. Gerichtverfassung d. röm. Kaiserzeit, 1892, 35.

325 DEGRASSI, Fasti consulari dell’Impero romano dal 30 a. C. al 613 d.C., 1952 - MOMMSEN, ouvr. cit., 65, § VIII ; BORGHESI, Œuvres, IV, 149.

326 L’évolution des magistratures « civiques » sous l’Empire a fait l’objet de l’étude de P. PFLAUM, Principes de l’administration romaine impériale, Bull. Fac. Lettres de Strasbourg, XXXVII, 1958-1959, V. spéc. 179-199.

327 A.-M. GUILLEMIN, ouv. cit., p. XXI -J.-P. MARTIN, Le siècle des Antonins, P. U. F., Introd., 11,Il rejoint l’ancienne hypothèse d’Otto.

328 Cornutus Tertullus est qualifié de consul désigné par Pline en II 11 :19 lorsqu’il opine lors du procès de Marius Priscus.

329 Cf. chronologie retenue déjà par ALLAIN (ouvr. cit., chap. Les correspondants, 189).

330 Comp. avec C. I. L. XIV, 3610 (Tibur) et I. L. S., 1071 ; on voit un consul issu de la préfecture de Saturne en 147 de n. è.

331 Cf. Ep. III 18 :1 à :3.

332 Cons. Pline le J., Les Belles Lettres, (texte de A. M. Guillemin), 1969, 135 (nous mettons une majuscule au mot « Etat »).

333 Les laudateurs de l’empereur étaient sûrement légion à la fin de l’époque précédente si l’on en croit MARTIAL dans ses Épigrammes (X 72) : « C’est en vain, ô Flatteries, que vous venez à moi, tristes créatures aux lèvres impudentes : je n’ai plus à appeler personne « maître et dieu. » Il n’y a plus place pour vous dans notre capitale, fuyez chez les Parthes porteurs de turban… Il n’y a plus ici un maître, mais un imperator, mais un sénateur juste entre tous… Sous ce prince, si tu es avisée, garde toi, Rome, de tenir le langage de jadis ».

334 Cf. Pan. LXIII : « Praevertor iam consulatum tuum, etsi sunt quaedam ad consulatum quidem pertinentia, ante consulatum tamen, in primis quod comitiis tuis interfuisti candidatus non consulatus tantum, sed immortalitatis et gloriae et exempli, quod sequerentur boni principes, mali mirarentur. » Trajan sera revêtu neuf fois de la puissance tribunitienne et consul cinq fois d’après C. I. L. VI, 957, Rome, 115 ( ?) ap. J.-C.

335 Cf. Pan., LXIV :3 : « Quin etiam sedens stanti praeiit ius iurandum, et ille iurauit… »

336 Ouvr. cit., 154 n.2 ; camp. avec MOMMSEN, Dr. Publ., II, 291.

337 Cf. Pan., LXIV :4 « Vllane satis digna praedicatio est idem tertio consulem fecisse quod primo… »

338 Cf. Pan. LXV:2 « Iurat in leges attendentibus dis »

339 Cf. TACITE, Vit. Agric. III - Hist., I :16 : « Sous Tibère, Caius et Claude, nous avons été comme l’héritage d’une seule famille ; ce qui tiendra lieu de liberté c’est qu’avec nous l’élection commence. »

340 Une monnaie du temps représente selon DURRY (ouvr. cit., 156 n.2) l’empereur en compagnie d’un sénateur (…) V. COHEN, 2e éd. Trajan, n. 139) - P. STRACK, Unters. zur römisch. Reichsprägung des sweiten Jahrhund., I, n° 1, 48 n° 113.

341 En ce sens M. VILLEY, Le droit romain, (préc.), 5.

342 Cet auteur s’est inspiré de l’étude fondamentale de H. G. PFLAUM, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, 4 vol. , Paris, 1961 (études prosopographiques).

343 G. BOULVERT, Domestique et fonctionnaire sous le Haut-Empire romain, la condition de l’affranchi et de l’esclave du prince (pour la fin du ier siècle), Paris, 1974.

344 Cf. ep. VIII 6 :1 à :7 - V. not. le § 4 : « J’oublie qu’à l’esclave Pallas sont offerts les insignes des préteurs - ce sont en effet des esclaves qui les offrent - ; j’oublie qu’ils décrètent qu’on ne l’exhortera pas seulement, mais qu’on le forcera à porter l’anneau d’or - il eût été inconvenant pour la majesté du sénat qu’un sénateur portât l’anneau de fer … » - Sur la servilité des empereurs vis à vis de leurs esclaves et affranchis, cons. Pan LXXXVIII :1.

345 On retrouve la même histoire sous la plume de TACITE (Ann. XII :53) mais contée plus brièvement. Pline a dû consulter les documents d’archives afférents à cet incident dans les Acta senatus alors qu’il était préfet de l’aerarium Saturni. En tout cas il existe bel et bien une certaine liberté de l’opinion publique sous Trajan.

346 V. La paix romaine, 134.

347 V. travaux percutants de R. SYME sur les principaux amis de Pline (Pliny’s less successful friends (préc., 379), Dans sa conclusion l’auteur indique que « Pliny commemorated his friends in a work of high artistry which ought to have been regarded as a minor classic, but which was perhaps not much liked or valued in the next generation. The author, born in 61 or 62, was comparatively young when he died in Bithynia. Many members of his circle… had a long survival. A group of senior personnages, meeting early in the reign of Antoninus Pius to celebrate the eightieth birthday of their dead friend, could have exchanged notable reflections on the paradoxes in the life of men… »

348 Cf. Dig., I 15, 3:2.

349 V. Fast., 202 n. 133.

350 Sur la quest., A. MERLIN, L. Catilius Sévérus, R. E. A., XV, 1913, 268, n.3.

351 Ce sont des curatore uiarum qui ont la responsabilité de l’entretien de ces routes, qui, de rang sénatorial pour les plus importantes, qui de rang équestre pour les autres. Sur la cura de la voie émilienne, l’épître V 14 nous apprend que Cornutus en fut curateur après avoir été préfet de l’aerartium Saturni (ORELLI-HENZEN, n° 2274, 3044, 6019, 6484, 6501, 6504 et 7420). MOMMSEN établit l’existence d’un autre cas où le préfet de l’aérarium est devenu curateur d’une autre voie en la personne de L. Funisulanus Vettonianus, sous Domitien.

352 Ouvr cit, 329, n. 5.

353 V. Annexes en fin d’ouvrage.

354 Epp. X 3 et 3b.

355 MOMMSEN, Etude… 70 - En VIII 17 Pline évoque une des nombreuses inondations du Tibre (comp. avec HORACE, Carm. I 2 :13 et I 29 :12). En l’an 15 on avait discuté dans le sénat des mesures propres à y porter remède (TACITE, Ann. I 19). Toutefois, l’opposition des sénateurs fit reculer Tibère qui se contenta de créer des curatores riparum et aluei Tiberis selon DION, ouvr. cit., LXVII 14).

356 En sens, ouvr. cit., 245.

357 C. I. L. X 7587 (Rufus, sous Hadrien, spécialement chargé de l’entretien des rives, est fonctionnaire permanent).

358 De acquis urbis romae III (sur la réserve d’eau des châteaux qui doit impérativement être conservée pour « laver » les égouts… précisée par un mandatum particulier du Prince).

359 Ainsi, Julius Ferox, destinataire de l’ép. VII 13 fut consul vers 99, puis curator aluei Tiberis entre 101 et 104, enfin commandant de légion (106-110) avant que de devenir proconsul d’Asie entre 116 et 118.

360 Ces curateurs avaient pour principale mission d’entretenir des édifices publics et de surveiller les trésors sacrés conservés dans les temples, d’où l’existence de juridictions administratives et pénales annexes à leurs fonctions. Sur les cures en général, D. E. STRONG, The Administration of public building in Rome during the late Republic and early Empire, Bull. of the Inst. of Class. Stud., Univ. of London, XV, 1968, spéc 97-109.

361 Selon les écrits de Sextus Juilius Frontinus, dit Frontin, Domitius Afer (de Nîmes) assura les fonctions de curator aquarum de 49 à 59 (e.g. Ep. VIII 18 : 5 :7 et II 14). - Sur les personnels qui sont à la disposition des curateurs des eaux (i.e. le président et ses assesseurs) V. L. HOMO, Rome impériale et l’urbanisme, 186 ss (l’auteur fait état d’une troupe d’auxiliaires tels les architecti suae stationis, familia acquaria publica, f. a. Caesaris, serui opifices, silicarii etc… - Si l’on se réfère à ce qu’il écrit dans Les aqueducs de la Ville de Rome (trad. P. Grimal), « Toute fonction déléguée par l’empereur exigeant un soin particulièrement attentif et mon naturel scrupuleux ou, si l’on veut, une consciencieuse honnêteté m’incitait non seulement à remplir avec zèle la fonction qui m’est confiée, mais encore à l’aimer maintenant que Nerva… m’a chargé de l’administration des eaux, qui intéresse autant que l’utilité, l’hygiène et la sécurité de la ville, et a toujours été gérée par les premiers citoyens de l’Etat, j’estime que mon premier et principal devoir est, comme cela a été ma règle dans mes autres activités, de connaître ce que j’entreprends. Et il n’est point, que je sache, de base plus sûre pour aucune administration, ni aucun autre moyen de discerner ce qui est à faire de ce qui est à éviter ; d’ailleurs je ne sais rien de si convenable pour un homme d’un certain rang que de gérer la charge qui lui a été confiée d’après les instructions de ses subordonnés, chose inévitable chaque fois que l’inexpérience des chefs a recours au service des gens qui ont, sans doute, un rôle indispensable dans l’exécution, mais sont comme les bras et les instruments du responsable. » - Sur la technicité des services publics romains en matière de transport et de circulation, R. GADANT et C. JULLIAN, Dallages de voirie urbaine, R. E. A., 221-223 et sur les routes de la Rome antique, L. HOMO, ouvr. cit., 391-423.

362 Cf. Epp. X 8 et X 3a :1 (V. notes de DURRY, Pline le J., Liv. X, 24 n.2 - TRISOGLIO, Opere…973 n.70.

363 Sur le service annonaire : H. BABLED, De la cura annonae chez les Romains, Paris, 1892 et G. HUMBERT, s.v. Daremberg et Saglio, t. I, 273 - 278 - E. de RUGGIERO, s.v. (Diz. Epigr.) t. I, (1894) 474 - 486 (organizzazione nel classicità latina), - H. PAVIS D’ESCURAC, La préfecture de l’annone, service administratif impérial (d’Auguste à Constantin), B. E. F. A. R., 473 p., Paris, 1976 - F ; PASCHOUD, Frumentarii, Agentes in rebus, Magistriani, curiosi, Veredarii, : problèmes de terminologie, Antiquitas, IV, Beiträge zur Historia-Augusta-Forschung, 15 Bonn, Rudloph Habelt, 1983, 215 - 243.

364 Les praefecti f. d. étaient chargés jusqu’à Caligula des distributions mensuelles. La liste de ces préfets s’interrompt sous cet empereur. Le préfet de rang équestre de l’annone ne dispose pas de tous les pouvoirs en matière frumentaire (ainsi, SENEQUE, De breuitate uitae XIX, dédié à Pompéius Paulinus, préfet de l’annone en 49 de n. è.).

365 La liste des préfets reprend sous ce règne et se prolonge jusqu’au milieu du iiie siècle (jusqu’à Maximin) mais de manière discontinue. Il s’agit de préfets nommés extraordinairement.

366 L. HOMO, Rome impériale… 206.

367 V. passim « (:1) Instar ego perpetui congiarii reor ad adfluentiam annonae… ( :3) Nonne cernere datur ut sine ullius iniuria omnis usibus nostris annus exuberet ? Quippe non ut ex hostico raptae perituraeque in horreis messes nequiquam quiritantibus sociis auferuntur. » Le passage Pan. XXX, a contrario présente une situation curieuse ou Rome « alimente » l’Egypte (XXX :5) qui souffre de disette sous le principat de Trajan (…). Le service annonaire de l’Urbs semble en XXXI :5 ne pas avoir subi le contre-coup de la défaillance de l’Egypte et du prétendu « arrêt du Nil ».

368 Pline ne parle pas en diverses occasions des tres uiri capitales et not. lorsqu’il était lui-même uigintiuiratus..

369 Cf. La paix romaine… 139.

370 En ce sens, E. SACHERS, s. v. Praefectus Urbi, R. E. XXII, 2 (1954), 2502-2534 et G. VITUCCI, Ricerche Sulla ‘praefectura Urbi’in età imperiale (sec. I -III), Rome, 1956, (l’auteur reprend en partie les travaux de A. Schiller (The Jurists… Mél. de Visscher, II, 319-359).

371 Cf. Ep. I 22 (préc. au sujet de la maladie de Titius Ariston)

372 Sur l’idée de subordination de la préfecture de l’annone à celle de la Ville, C .I. L. VI 10707, sous Antonin (au sujet de P. Aélius Félicissimus qui reçut une part de ses attributions publiques en matière frumentaire et aux distributions : « sub Lollio Urbico pr[aefecto] ur(bi]. » Il en fut ainsi pour la préfecture des vigiles (e.g. : rescrit de 146 = Dig. I 15 3 :2).

373 La Notitia dignitatum du début Ve s. réalise parfaitement la centralisation au profit du préfet de la Ville.

374 Déjà, à la fin du règne d’Auguste, on ne compte que 23 postes procuratoriens selon H. G. PFLAUM, Essai sur les procurateurs… Paris, 1950, 30-33.

375 préfet de 97 à 99 ( = C. I. L. III, 14147).

376 Cf. Ep. X 7 (23) : « Tu, ex [quot ?] nomo sit, notum mihi facere debebis, ut epistulam tibi ad Pompeium Plantam, praefectum Aegyptii, amicum meum, mittam… »

377 En ce sens, H. G. PFLAUM, Essai…, 119-120 - contra : J. IMBERT, Le procès du Christ, Turin, 1972 et R. SZAMKIEWICZ, Les gouverneurs de province…Paris, 1976, spéc. 523-527.

378 Cf. Ep. X 79 : « Cautum est, domine, Pompeia lege, quae Bithynis data est… Eadem lege comprehensum est ut qui ceperint magistratum sint in senatu… »

379 V. IIe Partie, chap. II.

380 Sur la quest. : V. C. A. H., XI, The imperial Peace, (a. D. 7O-94), 1936, 800 ss.

381 On peut se faire une opinion sur le service militaire à Rome et sur sa complexité d’après les travaux de G. WEBSTER, The roman imperial Army of the first and second Centuries, A. D. Londres, 1969 (330 p.). Ce travail complète sur quelques points les études de Connoly (P.) et de Armand (J.).

382 Selon SUETONE, Vit. Claud., XII - TACITE, Ann. XII 60.

383 V. infra Titre I, chap. II, § 1 - J. COLIN, Pline le J. et les cités grecques dans la province Pont-Bithynie, Historia XIV, 1965, 455-459 soutient l’envoi de Pline comme légat « extraordinaire » en s’appuyant sur l’ep. X 18 « (:2) Qui ad eosdem mei loco mittereris. »

384 The Princeps and the senatorial provinces, Class. Philol., 1921, 34 - 50. - Même idée chez H. G. PFLAUM, Légats impériaux à l’intérieur des provinces sénatoriales, Homm. à H. Grenier, Latomus, VIII, Berchem, 1962, spéc. 1232-1242.

385 Ainsi, I. L.S. 913.

386 Cf. égal. VIII 24:2 « Cogita te missum in prouinciam Achaiam.. Missum ad ordinandum statum liberarum ciuitatium.. »

387 Sans anticiper ici sur nos futurs développements on peut se référer à l’étude de H. VOLKMANN, Die römische Provinzialverwaltung des Kaiserzeit im Spiegel des Kolonialismus, Gymnasium, LXVIII, 1961, 395-409.

388 Des relais permettaient de changer de chevaux tous les 12 kilomètres environ, et sur les distances supérieures à une journée, entre deux centres urbains, des maisons d’étapes étaient à la disposition des usagers officiels ou privés. On y réparait les chariots, on reposait les chevaux et les humains !

389 On a établi que la classe équestre a constitué la pépinière des grands serviteurs de l’Etat et des chefs des services publics romains. Or, cette multiplication impressionnante de procurateurs en tous genres, selon H. G. PFLAUM, dont les postes passèrent de 25 (sous Auguste) à 136 (sous Commode), va de pair avec l’extraordinaire progression des services publics impériaux.

390 Un affranchi de Trajan porte le titre d’ab uehiculis et, selon Boulvert (ouvr. cit., 282) un chevalier dirigerait déjà ce service public (A. E. 1955, 225).

391 V. Resp.: ‘Censura’en el mundo Antigua, Madrid, 1961, 400-562 - Freedom of Speech in the Empire (i. e.: Nero in Laudatores tempores acti), Stud. I mem. Of W. E. Caldwell. On peut se reporter sur la notion de libertas aux études de J. SPRUNT in Stud. In Hist and Politic Sc., XLVI, Chapel Hill, Univ. of North Carolina, 1965, 68-91 et J.P. MARTIN, Prouidentia deorum, Aspects religieux du pouvoir romain, Rome, 1982, 410-450 (sur Pan. L, 5)

392 V. Pan. XLVI :2 et :4.

393 A. MICHEL, R. E. A., 1963, 315 ss. soutenait que de tels personnages, tels Antinoüs, le favori d’Hadrien, contribuaient souvent à introduire à la tête de l’Empire les mœurs « infâmes » de l’Orient dont ils étaient originaires.

394 Ouvr. cit., 135, n.2.

395 Sur l’état des relations entre Sénat et Trajan dans l’étude sur Les Antonins de J. SCHMIDT, spéc, 82-83.

396 GARCIA y BELLIDO (A.) Les religions orientales dans l’Espagne romaine, 1967, 20 ss (166 p.).

397 Cf. Pan. LXXXVIII :7.

398 La paix romaine, 190.

399 V. infra Titre I, chap II. (gouvernement de Pline).

400 Pan. XLVII :1.

401 Ce point a été étudié par A. MOMIGLIANO, La libertà di parola nel mondo antico, Riv. Stor. Ital., LXXXIII, 1971, 499-524. - Comp. avec Ep V 19 :4 - :17 sur la liberté d’action des acteurs dans les maisons illustres.

402 Les demandes d’enquêtes sénatoriales ne sont pas rares selon TACITE (Ann., XLII :43) - sur le rôle de l’inquisitor, vieille étude de P. GUIRAUD (Les assemblées provinciales, 183 ss) qui prétend que ce dernier pouvait procéder à des perquisitions domiciliaires et avoir communication de tout document officiel ; en ce sens, WEISS, De inquisitione apud Romanos, 37-49.

403 Opere…, t. II, 965 n. 31 (il commente l’ép. X 3b in fine : « Sulla cura con la quale Traiano tutelava le decisioni del Senato » ; l’auteur compare cette « cura » à celle évoquée en Pan. LXIX :2).

404 Cf. Ep. IX 15 :3infine (« Tu consuetudinem serua nobisque sic rusticis urbana acta perscribe »). Sur la notion de publication ou de publicité cons. M. JARYC, L’information dans l’Antiquité Gréco-romaine, Hippocrate IV, 1936, 244-253 - H. HOMMEL, Die Zeitung in alten Rom., Neue Heidelb. Jahrbucher, 1940, 28-34 et L. RIBER, El periodismo en la Roma Antigua, Vertice IV, 1941, 2-4 n. 48.

405 J. CARCOPINO, Les étapes de l’impérialisme romain, Pars, 1961, 106 ss (qui parle « d’euphorie financière »).

406 Cf. Ep. VI 19 :4 (C. Pline à son cher Népos, salut) : la mesure est rapportée par TACITE (Ann. VI l7) et SUETONE (Tib. XXXXVII).

407 D’ailleurs, Pline, en VI 19 :5 invite les propriétaires à vendre leurs propriétés italiennes car « c’est le moment favorable ». Il n’y a rien de très patriotique dans ce conseil à moins qu’il s’agisse d’une incitation à vendre à des « étrangers » qui eux, devenant sénateurs, relanceront le commerce et l’économie… V. supra, Introd., sect. I.

408 Cf. Ep. IX 5 :1 à :3.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540