Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pline le Jeune, le juriste témoin de son temps, d’après sa correspondance

 | 
Dominique A. Mignot

Introduction. Pline et l’état de l’empire d’alors…

Texte intégral

« Bien souvent vous m’avez pressé de recueillir celles de mes lettres que j’aurais écrites avec un peu plus de soin et de les livrer au public »
Ep. I, 1, C. Pline à son cher Septicius salut.

  • 5 En ce sens Ep. VII 24 :8 citée plus bas. A ce propos F. SCHULZ précise que « La scuola che Pomponio (...)

1On doit avant toute chose porter notre attention sur l’intérêt qu’il y a à découvrir au fil des pages de la Correspondance publique et privée de Pline le Jeune des indications utiles n’apparaissant pas à première vue mais notre auteur appartient à une école de pensée, philosophique et de droit : la schola cassiana5. On s’attachera donc à donner un sens à différents témoignages que l’on rapprochera généralement à ceux de ses contemporains. Il va de soi que les propos de Pline, pris dans un contexte qui la plupart du temps est littéraire, doivent être éclairés par l’esprit des hommes de loi du temps, plus rhéteurs et orateurs que juristes. Ceci explique pourquoi F. Schulz déclare que Pline parfois ignore l’état du droit et que cela, nous le constaterons nous même plus avant, résulte de son propre aveu dans le sein de sa Correspondance qu’il n’est pas un spécialiste : egli non era giurisconsulto… Il ne demeure pas moins vrai que les affirmations et les assertions de Pline sont utiles pour comprendre la mentalité de son temps, l’évolution des institutions, la présence voire l’expression de la puissance « occupante » dans les pays de langue grecque de l’Empire. C’est ainsi que le Livre X, constitue une sorte de recueil des lettres qu’il adresse et reçoit en retour de son empereur. Toute une science administrative apparaît en quelque sorte en arrière plan. Mais Pline nous surprend encore de par son Panégyrique destiné à Trajan lors de son premier consulat. Là encore, on devine les traits d’une administration nouvelle et d’une philosophie du gouvernement romain, éclairé, pondéré, fédérateur des provinces et respectueux des populations. Pour toutes ces raisons il nous a paru digne d’intérêt de visiter à nouveau l’œuvre littéraire qui recèle fréquemment de précieuses indications juridiques fournies certes, incidemment, par Pline le Jeune.

Le monde de Pline le Jeune

  • 6 Les Romains au temps de Pline le Jeune, Paris, 1882 - A.M. GUILLEMIN, La culture de Pline le Jeune, (...)

2Les problèmes de chronologie ou de datation affectent quelque peu l’œuvre de Pline car il en va pour cet écrivain comme pour la plupart des auteurs de l’Antiquité. On se bornera à distinguer toutefois les questions de pure chronologie générale qui ont le mérite de fixer les temps forts de l’existence de Pline tout en faisant état, avec plus de précision si nécessaire, de celles qui intéressent au premier chef la vie publique et la carrière officielle de notre illustre « homme d’Etat ». On retiendra la leçon de Pélisson qui s’était préoccupé jadis des contemporains de Pline le Jeune, d’un monde du ixe siècle de Rome encore plein de vigueur, et qui a beaucoup à apprendre de la philosophie grecque6. Or, c’est dans cette partie orientale que notre sénateur finira ses jours en bon et digne représentant de l’empereur.

Éléments biographiques

3On doit avant toute chose essayer de situer les étapes de la rédaction des Lettres de Pline ainsi que sa carrière dans le mouvement général de l’histoire.

4Pline naît en 61 ou 62 après J.-C., soit en l’an 814 ou 815 de Rome. Il prend la toge virile patris adoptiui auspiciis en 76 ou 77 de notre ère, soit en 829 ou 830 de Rome. Il est suffectus consul designatus probablement en l’an 100 (i.e. 853 de Rome) et ne sera envoyé avec recommandations de Trajan que vers 111 (i.e. 864 de Rome). Pline meurt probablement soit à l’automne, soit en hiver de l’année 113 (i.e. 866 de Rome).

  • 7 En ce sens, J. CARCOPINO, La vie quotidienne à Rome à l’apogée de l’Empire, Hachette, 1975, spéc. 1 (...)
  • 8 Sur la nature et l’évolution du Principat, L. WICKERT, Princeps, paru dans P. W., XXII, 2, 1954, co (...)
  • 9 Not. On peut citer les travaux volumineux d’E. ALLAIN, d’A.-M. GUILLEMIN, de HARDY, de SCHUSTER qui (...)

5Le cursus de Pline débute sous l’ère flavienne pour se terminer vers la fin du règne de Trajan (quatre années avant sa mort). On peut tout naturellement affirmer que notre écrivain a vécu à l’apogée de l’Empire romain si l’on considère cette haute période comme l’une des plus florissantes de la civilisation romaine. Mais une telle remarque peut être jugée comme trop « contemporaine » et reflète l’opinion des auteurs de ce siècle7. Le régime politique et constitutionnel de son temps n’est autre que celui hérité du principat d’Auguste fondé une centaine d’années auparavant8. Ce régime permet encore sous les Flaviens d’établir un certain équilibre entre les traditions de la classe supérieure, les aspirations des humiles, le Prince et le reste du peuple (affranchis et esclaves). Avec Trajan, nous assistons, peu de temps après la mort présumée de notre grand serviteur de l’Etat et du nouveau régime, à l’ultime effort de conquêtes sur les Parthes, ennemis héréditaires, entre 114 et 117. Nous reviendrons sur ce point ultérieurement. L’étude prosopographique plinienne complète d’un certain point de vue la seule approche littéraire à laquelle nous ont habitué les auteurs anciens et même contemporains9. Mais il convenait de savoir si le juridisme de Pline préfigurait en quelque sorte l’« âge mûr » du droit, à savoir l’époque classique de ce droit romain, ce qui assurément constitue l’un des buts de cette étude. Tous ces aspects aussi bien littéraires que juridiques s’inscrivent à notre sens dans le mouvement de l’histoire romaine de ce début du second siècle.

  • 10 Cf. Tableau an annexe portant sur le cursus honorum de Pline.
  • 11 D’après respectifs des auteurs : Zur Lebensgeschichte des jüngeren Plinius Hermès, III, 1869 -Plini (...)

6En conséquence les indications chronologiques permettront de résoudre le problème ancien de la datation des événements auxquels prend part notre futur sénateur mais, bien plus encore, contribuent à fixer de manière satisfaisante les principaux faits de la vie privée et surtout publique de notre épistolier grâce aux témoignages acquis10. Il convient à ce sujet de préciser que la majorité des auteurs s’accorde maintenant sur les « grandes dates » de l’activité de Pline et ce depuis les travaux considérables de Th. Mommsen et de Wilcken11. Quelques dates sont encore l’objet de discussions (i.e. : le sévirat de Pline, le nombre et les dates de ses mariages…) mais l’essentiel est acquis et ces questions seront signalées au fur et à mesure de nos développements.

SECTION I - LA SOCIÉTÉ ROMAINE AU TEMPS DE PLINE LE JEUNE

  • 12 Sur le sénat, tuteur et défenseur de la res pubblica romana, R. TALBERT, The Senate of Imperial Rom (...)

7Trois points fondamentaux caractérisent la société romaine telle qu’elle est dépeinte par Pline : l’inégalité sociale, la mésentente chronique entre l’empereur et les membres du sénat12, l’avènement de ce qu’il faut bien appeler une nouvelle dynastie.

§ 1 - Une certaine vision des couches sociales

  • 13 V. p.ex. La revendication sociale chez Martial et Juvénal ou encore La poésie romaine et le problèm (...)
  • 14 A. GOLDJENBERG, Etudes sur l’histoire de l’empire romain au ler siècle de notre ère - La guerre civ (...)

8La société romaine s’appuie, comme toute société antique, sur l’inégalité des conditions et des richesses. R. Marache a d’ailleurs souligné en son temps dans divers travaux le phénomène de la revendication tel qu’il se présente à la fin du premier siècle13. On notera qu’une seule période peut cependant être historiquement considérée comme « révolutionnaire » sous le Haut-Empire. Elle se situerait à la fin de l’ère néronienne lorsque s’ouvre une période de guerre civile14. En dehors de cette époque de soubresauts militaires aucun mouvement de société ne semble remettre en question l’ordre social romain. Nous examinerons d’abord - en raison de la plus grande documentation sur les milieux plus aisés -les classes les plus élevées et les plus riches avant d’envisager rapidement la situation des autres couches plus nombreuses de la population.

  • 15 Les interventions du Prince depuis Auguste sont très discutées (nominatio, commendatio et designati (...)
  • 16 J. GAUDEMET, Institutions de l’Antiquité, 1967, 488, 537 insiste sur la nécessité de renouveler l’o (...)
  • 17 Cf. Annales… III, 55.

9Depuis l’ère d’Auguste qui fut longtemps à la tête de ce qu’il conviendra par la suite d’appeler un « empire », l’ordre sénatorial constitue encore un « bloc inentamé », selon P. Petit. Et pourtant, depuis Claude dont on connaît les idées que certains qualifient de « progressistes », le prince peut à sa guise modifier le cens comme le ferait un polytographe oriental, octroyer le laticlave à des citoyens plus ou moins méritants, contrôler les élections des membres des assemblées civiques15 et, surtout, recruter de nouveaux sénateurs par la technique de l’adlectio senatus. Aussi, avait-on vu s’effectuer de nouvelles adlectiones dans le dessein inavoué de modifier sans doute l’esprit de classe des anciens sénateurs16. Lors de la « fournée sénatoriale » opérée lors de la censure de 73-74, l’historien Tacite a bien perçu la montée de la bourgeoisie et de la classe équestre : « Les « hommes nouveaux qui, venant des municipes, des colonies et même des provinces, furent en grand nombre introduits dans le sénat… apportèrent avec eux l’économie de leur vie domestique et quoique beaucoup d’entre eux fussent parvenus, grâce à leur chance ou à leur talent, à s’assurer une vieillesse opulente, ils n’en gardèrent pas moins la mentalité de leurs débuts17 ».

  • 18 Selon H. HOMO, L’empereur Vespasien, Paris, 1949, spéc. 285-288.
  • 19 V. la généalogie des Antonins d’après J.-P. MARTIN not., La Rome ancienne, Paris, 1973, 220 ss.
  • 20 Cf. Les classes sociales… Paris, 1964, spic. 88-89 ss. V. ci-dessous tableau tiré des indications d (...)

10Le cours de l’histoire avait changé car une nouvelle classe d’homines noui accédait au pouvoir dont les bourgeois des municipes italiens, de Cisalpine - Pline, par exemple18 - ou provenant des colonies espagnoles (Trajan, Hadrien) voire des colonies gauloises d’où sont issus les non moins célèbres Agricola, les familles d’Antonin et de Marc-Aurèle19. J. Gage insiste à bon droit de son côté sur le phénomène qui préside à l’introduction de nombreux sénateurs d’origine orientale sous Titus ou Domitien20.

  • 21 Œuvres, I, 103 : 31.

11Le cens sénatorial, à partir d’Auguste, s’élevait selon Martial21 à 1 000 000 de sesterces. Cependant nous lisons avec intérêt dans l’Epître X 4 : 2 in fine que pour accéder à l’ordre sénatorial, la mère d’un certain Romanus avait promis devant Nerva de donner quatre millions de sesterces (…) C’est là sûrement une somme supérieure aux prescriptions légales du temps mais elle correspondait peut-être davantage aux habitudes et aux usages mondains ainsi qu’aux réalités financières de la classe sénatoriale.

12Les préoccupations de fortunes sont telles qu’elles font dire à notre épistolier - et peut-être à regret - qu’« en égard à nos mœurs actuelles et aussi aux lois de l’Etat [elles] font passer bien avant tout le reste la considération de l’avoir des citoyens ». A vrai dire nous ne savons s’il s’agit bien là d’une allusion à l’immobilisation quasiment obligatoire des fortunes sénatoriales dans des fonds italiques que Pline paraît approuver par ailleurs (Ep. VI 19 :4 par exemple) : « En même temps il [le Prince] leur a ordonné de placer le tiers de leur fortune héréditaire en biens immobiliers, pensant qu’il était honteux (et il avait raison) que les Romains briguant les charges « habitassent la ville et l’Italie non comme une patrie, mais comme la maison d’un hôte ou une auberge, à la manière des voyageurs ».

  • 22 En ce sens, TACITE, Ann., VI, 17 et SUETONE, Tibère, XLVIII.

13Cette politique fit monter le prix des terres et devait s’inspirer de motifs économiques louables afin de redonner vie à la terre des ancêtres, à la terre italienne22.

  • 23 On peut toujours consulter avec profit le travail fondamental d’H. H. PFLAUM, La part prise par les (...)
  • 24 Th. publiée à Naples, 1970 (499 p.) : on note principalement l’évolution des carrières administrati (...)

14Mais allons-nous connaître également une nobilitas « inférieure », de rang équestre ? Il est vrai que l’importance de l’ordo equester n’a cessé de progresser à la fin de la république, puis, après l’ère d’Auguste, sous Claude et Domitien23… Les fonctions équestres se sont multipliées au détriment des affranchis impériaux ce que démontre en grande partie la thèse de G. Boulvert sur Les esclaves et les affranchis impériaux sous le Haut-Empire dont de longs développements portent sur l’époque précédente domitienne24.

  • 25 Cg.I19 :2(préc.) : Igitur ut te non decurione solum, uerum etiam equite Romano perfruamur, offero t (...)

15Le cens équestre existait depuis fort longtemps et semble avoir été plafonné à 400 000 sesterces à l’époque d’Auguste. En I 19 : 2 Pline a l’amabilité de compléter de 300 000 sesterces la fortune de Romatius Firmus, humble décurion de Côme, qu’il connaît bien. Il lui assure ainsi l’assise minimale de la fortune exigée pour obtenir le rang de chevalier25. Le cas de Terentius Junior nous intéresse également à plus d’un titre car nous sommes là en présence d’un « ancien chevalier » qui n’a pas, selon le passage VII 25 : 2 poursuivi les honneurs après ses premières charges militaires et notamment sa procuration de Narbonne. L’exemple de ce Terentius qui se retire sur ses terres et qui préfère à la carrière des honneurs une vie tranquille où domine les préoccupations familiales inspire à notre Pline un sentiment d’admiration d’autant plus que Terentius, « revenu à l’état civil » cultive les arts mais surtout les Lettres.

  • 26 Minicus Macrinus a donc refusé l’adlectio inter praetorios qui l’aurait assimilé à un sénateur de r (...)
  • 27 V. en ce sens la lettre adressée à Junius Mauricus. L’hypothèse soulevée ici de mariage arrangé se (...)

16Pline cite encore un autre exemple digne d’intérêt en I, 14, au sujet du père de Minicius Acilianus. Dans le § 5 Sécundus rapporte que Minicius Macrinus avait été prince de l’ordre équestre, honneur très recherché ! Parce qu’il n’avait jamais voulu monter plus haut. Le « divin » Vespasien lui proposa alors le rang de sénateur prétorien que notre homme déclina26. Ce dernier préféra avec une étonnante force d’âme, µεγαλοπψσυχια, « un repos mérité entouré de considération à ce que j’hésite à appeler « nos intrigues ou nos honneurs ». En revanche, Pline note que le fils de Macrinus a déjà gravi les trois premiers échelons de la carrière sénatoriale. Il constitue donc, et il le laisse bien entendre, un bon parti pour un éventuel mariage27.

  • 28 The municipal System of Republic, N.-Y., 1968, 105 ss

17Autre composante de la société romaine, la bourgeoisie municipale. Le système municipal de la république romaine s’était généralisé lors des deux derniers siècles à toutes les cités de la péninsule italienne. Il fut même exporté dans les provinces soumises au tribut romain tant en Orient qu’en Grèce. Aussi les sénats municipaux souvent qualifiés de senatus constituent-ils le modèle des petites républiques municipales de l’Empire dès le premier siècle de notre ère. Abbott et Johnson ont également souligné cette constante dans leurs travaux même s’ils tiennent cependant à préciser: « but it was repugnant to Roman sentiment to allow Roman official titles to be used by magistrates or organisations outside Rome and in the colonies senators were commonly called decuriones and the body to which they bellonged ordo decurionum28 ».

  • 29 C. I. L., IV, 31 (élections à des magistratures urbaines : surveillance des immeubles menaçant ruin (...)
  • 30 Sur la quest. Vieille étude de WILLEMS sur Les élections municipales à Pompéi, Paris, 1887.

18Or, toute bourgeoisie locale et décurionale avait à sa tête une petite élite ou nobilitas. A la base les communautés de citoyens constituent des assemblées qui votent des décisions en matière d’organisation urbaine ou élit les magistrats municipaux comme à Pompéi où l’on a mis au jour des graffiti muraux évocateurs29. De véritables campagnes électorales ont lieu30 et les discussions fort animées opposent des candidats proposés par des sénats locaux.

  • 31 V. infra, 2e partie - sur le terme inuitus V. Ep. X 79 (83) et la réponse de Trajan, X 80 (84).

19Les décurions constituent un corps relativement assez hiérarchisé où l’on distingue des quinquennalicii, des duouiralicii, des édiles, des questeurs, dont les charges sont plus lourdes - les summa honoraria - qu’il n’y paraît de prime abord en raison des fêtes, des repas, des jeux que l’on peut être amené à donner aux « électeurs » de la ville. Pline fait état pour l’Orient grec de « bouleutes » qui sont « invités » chaudement - dirait-on aujourd’hui - à devenir magistrats municipaux. L’appelé est ainsi parfois conduit à remplir une fonction contre son gré31. Sans entrer dans trop de considérations particulières portant sur le système municipal - que nous évoquerons plus bas - il importe d’examiner dès à présent la question cruciale du cens décurional.

  • 32 Sur l’évolution de la politique municipale puis la loi municipale d’Auguste jusqu’au Bas-Empire V. (...)

20Le cens décurional est forcément lié à l’accès même au décurionat32. Le cens généralement admis dès le début de l’Empire paraît s’élever à 100 000 sesterces. C’est le montant qui est relevé pour l’Italie centrale ou la Cisalpine d’après le lettre I 19 : « » Que vous ayez un revenu de cent mille sesterces c’ est ce que montre bien la charge de décision que vous exercez dans notre ville [de Côme] ».

  • 33 La civilisation de l’Afrique romaine, Paris, 1959, spéc. 118-119.
  • 34 C. I. L., VIII 7983).
  • 35 H. GALSTERER, La loi municipale des Romains, chimère ou réalité ? R. H. D., n° 2, 1987, spéc. 181-2 (...)

21Mais ce sens pourrait être inférieur pour les petites cités, sans doute un montant de 50 000 sesterces, alors qu’il atteint les 400 000 sesterces pour une cité florissante comme Carthage au iie siècle selon G. Picard33. On admet ailleurs et notamment en Italie du sud ou en Espagne (Urso) que le décurion justifie de la propriété d’immeubles et de maisons. Il faut donc accepter de considérer que le cens municipal variait considérablement selon les richesses des contrées et des villes terrestres ou maritimes34. Mais en règle générale, la fortune nécessairement exigée des candidats aux offices municipaux était souvent fixée à 100 000 sesterces (Pétrone, XLIV)35.

  • 36 En ce sens, d’ORGEVAL, L’empereur Hadrien, Paris, 1950, spéc. 248-252.

22La propriété foncière qualifiait semble-t-il pour l’admission voire la cooptation à certaines fonctions municipales. C’est le sens de la lettre 79 du livre X citée plus haut. Elle traite de fonctions au sein de la curie ou de la boulê (en Orient). Les précisions livrées par Pline correspondent aux indications des documents épigraphiques36.

  • 37 selon A. H. M. JONES, The Cities of the Eastern Roman Provinces, 2e éd., 1971, 28-40 -170 -190.
  • 38 V. P. PETIT, La paix romaine… 183
  • 39 Resp. La Città dell’impero nell’Epistolario di Plinio, Univ. Sacro Cuore, Ist. Filol. Class., Stor. (...)
  • 40 Par ex. V. travaux de L. ROBERT sur les monnaies grecques ou sur la ville d’Ephèse ; étude de LEGLA (...)
  • 41 I. LEVY, Etudes sur la vie municipale en Asie Mineure au temps des Antonins in Rev. Et. Gr., VIII, (...)
  • 42 G. MANSUELLI, I Cisalpini (3e sec. a. Chr - 3e sec d. Chr.), Florence, 1962, 175-182, (digne d’inté (...)

23Quant à la légation de Pline en Pont et Bithynie elle nous a permis en raison de la correspondance du gouverneur à son empereur (livre X) de mieux connaître les problèmes concernant la vie locale et municipale. En effet, nous avons vu plus haut que se posent différentes questions au sujet de la cooptation ou de l’« invitation » des jeunes à devenir magistrats dans les rangs des sénats locaux ou d’assemblées provinciales plus considérables. Mais notre gouverneur n’aborde somme toute que de façon latérale l’aspect social du recrutement décurional. Plus précisément, on peut signaler que les villes d’Asie Mineure étaient nombreuses et surpeuplées37, que le phénomène urbain appuyé par Rome depuis la fin de la République (sous Pompée) avait permis l’éclosion de plus de cinq villes importantes et moyennes38. Leur autonomie, pour les villes libres et dites immunes n’est plus à démontrer depuis les travaux remarquables de L. Polverini et de D. Noerr39. La comparaison des travaux de L. Robert pour l’Orient et de Leglay pour l’Afrique du Nord40 (Algérie) confirment les études anciennes qui voyaient déjà dans la classe décurionale l’existence d’un véritable ordo quasi officiel41. On peut donc à bon droit parler d’une petite aristocratie locale dont l’accès à la boulê ou sénat municipal constitue dans de nombreux cas le digne achèvement d’une carrière civile et religieuse, soit, plus rarement, le passage obligé en vue de l’accès à des fonctions religieuses supérieures et provinciales qui confèrent quelquefois en Asie la citoyenneté romaine42.

  • 43 Comp. Avec C. I. L. III, 96 pour Sinope et Amisos - MAXIMOVA, Antiknoie goroda, 380 citant C I. G. (...)
  • 44 ROBERT (L.), Et. Anat., spic. 259-260 - PERROT, Explorations archéologiques, t. I, 48, n° 26 - A. C (...)

24On note également le fait qu’en Pont et Bithynie beaucoup de gens possédaient non seulement la qualité de citoyen de plusieurs cités, mais encore, étaient bouleutes de plusieurs d’entre elles ; c’est ce que rapporte Dion Chrysostome dans ses Discours (XLI, 10) notamment à Pruse, sa cité d’origine mais aussi à Apamée, à Sinope et Amisos43. Ce phénomène a été étudié plus récemment par L. Robert dans ses Études anatoliennes et il semble se limiter à l’Orient mais nous manquons, malgré l’existence de travaux plus anciens de documentation sur ce point aussi bien sur la partie occidentale, peu étudiée dans l’ensemble, ou la partie orientale qui a fait l’objet de communications diverses dans l’ancienne URSS devenue communément la Russie après la soutenance du présent essai44.

  • 45 En ce sens on notera la remarque de A. THOMPSON dans Pliny’s Epistulae II 11 and Lepcis Magna (Nige (...)
  • 46 L. VIDMAN n’hésite pas à rappeler dans le fond que le gouvernement central romain soutenait cette t (...)

25L’importance des « citoyennetés » attachées aux grandes villes d’Asie Mineure ou d’Afrique45 apparaît parfois dans l’œuvre de Pline et prélude au recrutement en amont des membres des sénats des cités. Ainsi, la lettre X 79 : 3 en dit long sur ce sujet : elle dispose que l’âge d’accès aux magistratures citadines a moins d’importance que l’origine même de ces magistrats quia sit aliquanto melius honestorum hominum liberos quam e plebe in curiam admitti. Merill dans son Selected Letters y voit là l’indice certain d’une différenciation entre les couches sociales sur laquelle nous reviendrons plus en détail ultérieurement ; Nous pensons volontiers qu’il faut admettre certes, avec prudence, que le procédé de la cooptation ou de l’invite forcée permettait ainsi un recrutement particulièrement bien soigné des membres parmi les fils de famille de la bonne société décurionale46. Cette pratique devait, à notre avis, permettre des alliances sociales ou des protections du fait des choix opérés par les patrons des villes, personnages haut placés sans aucun doute, relevant la gent sénatoriale locale. C’est cette pratique que l’on a pu qualifier de .φιλοαριστοχρατια.

  • 47 TRISOGLIO, Opere… t. I, 201.

26Portons-nous à présent sur la fameuse distinction honestior/humilior. Gaius dans ses Institutes du 2e siècle (I, 3) juge à propos d’écrire au sujet des différenciations sociales : a populo eo distat, quod populi appellatione universi, ciues significantur. « Osserva, affirme F. Trisoglio, l’un des meilleurs scrutateurs de Pline, pero come tale precisa accezione in quest’epoca tendesse ad oscusarsi fuori del languaggio tecnicamente giuridico : nei §§ 16 - 17 populus, uulgus, plebs, sono usati come sinonimi per evitare repetizioni verbale47 ».

  • 48 Oxford, 1970, XIII-320, spéc. 134 ss
  • 49 L’apparition dans le droit des classes d’honestiores et d’humiliores in R. H. D., 1950, 305-337.-Pl (...)
  • 50 Dig., XLVIII 5 39 :8.

27A son tour dans Social Status and legal privilege in the Roman Empire48 P. Garnsey traite des rapports entre humiliores et honestiores dans les provinces. Cet auteur se demande à quand on peut faire à peu près remonter la très célèbre distinction devenue classique sous le Bas-Empire et à un moindre degré sous le Principat. En tout cas nous pouvons être certain qu’une nouvelle terminologie, comme l’indique clairement dans le passage cité F. Trisoglio, se fait jour dès le premier versant du iie siècle et qu’elle précède sans doute sa reconnaissance officielle par les lois de la société. Des statuts civils différents naîtront peu à peu et feront après coup couler beaucoup d’encre. G. Cardascia fera paraître un célèbre article sur la question49 qui sera suivi par des observations très judicieuses de J. Gaudemet dans son Histoire des Institutions de l’Antiquité qui rappelle que la plus ancienne mention « sûre » attestant non pas le mot mais l’existence de cette classification serait fournie par un rescrit d’Antonin reporté au Digeste50 . Pour notre part, nous ne sommes pas loin de penser que Pline consacre déjà l’existence de cette distinction. Il la subodore en X 79 :3 à propos de l’âge d’entrée dans les curies municipales de province lorsqu’il écrit : quod alioqui factitatum adhuc et esse necessarium dicitur, quia sit aliquanto melius honestorum hominum quam e plebe in curiam admitti. Ce texte, souligné par nous et déjà cité plus haut recèle une importance considérable compte-tenu de la réponse de Trajan exposée en X 80 (84) : « mon bien cher Pline, ton interprétation est la mienne ». On trouve d’ailleurs cette même précaution chez Auguste lui-même qui, selon Suétone (Aug., XIII) préfère que l’on écarte les gens du peuple de certaines fonctions en raison des luttes partisanes interminables qui ont opposé les optimates aux populares à la fin de la République.

  • 51 Pline le Jeune et ses héritiers, Paris, 1901, 381, n. 1.

28Sur le même plan des relations sociales l’épître X 29 (38) attire également notre attention : « Sempronius Caelianus, jeune homme distingué (i.e. : egregius iuuenis) m’a envoyé deux esclaves trouvés parmi les recrues… » Il faut admettre avec E. Allain51 qu’il importe de ne pas traduire egregius iuuenis par jeune homme de mérite mais plutôt par « jeune homme distingué » car il ne s’agit non pas de mérite mais bien de rang social. Les traductions récentes et notamment celle de A. M. Guillemin vont d’ailleurs bien en ce sens.

  • 52 Cf. Dig. XLVII, 21: 2 (= collatio XIII 3, 2).

29En fait nous ne sommes pas loin de penser que les mœurs ont précédé le droit. Un rescrit d’Hadrien consacre la distinction mais il est vrai que le texte a paru suspect pour quelques auteurs52. Cependant Cardascia dans son étude portant sur L’apparition dans le droit des classes d’honestiores et d’humiliores rappelle précisément qu’en matière de tutelle les humiliores sont traités déjà plus sévèrement à cause de leur prétendue insolvabilité ce qu’il faut rapprocher du passage XXVI 10, 3 :16 du Digeste. Le Bas-Empire n’est d’ailleurs plus loin qui consacrera définitivement cette distinction en matière de droit criminel.

  • 53 V. ancienne étude de J.-J. ESSER, De pauperum cura apud Romanos, Dissemb., Campis, 1902, X-300.
  • 54 W. SCHWER, Armenpflege in Reallex.. für Ant. Und Christ., t. I, 1950, coll. 689-698 -. BOLKENSTEIN, (...)
  • 55 Resp. l° La politica social de Trajano, Madrid, 1935, spéc. 112 - 2° Les distributions de blé et d’ (...)
  • 56 Sur ce point, J. GAUDEMET, L’étranger dans le monde romain, Stud. Class., 1965, 37-47. - Comp. avec (...)
  • 57 Les classes sociales (préc.), 143-148 - P. PETIT, ouvr. cit., 283.
  • 58 Histoire de la Rome antique, les armes et les mots, Taillandier, 1987, 246.

30Autre problème : celui de la pauvreté et de l’existence de classes inférieures ou marginales. La pauvreté dans l’antiquité romaine implique dès la fin de la République l’assistance ou l’aide de l’Etat en de nombreux domaines, ce qui paraît remarquable pour ces temps anciens53. De nombreux articles furent entrepris sur l’importance de l’indigence voire de l’exclusion dès l’époque des guerres civiles (ler siècle avant n. è) puis sous l’Empire54. Des inscriptions fragmentaires (C. I. L, I, 206 et VI 10211) donnent à croire que de véritables cohortes de pauvres et mendiants - plus de 200 000 sous Auguste - devaient se masser en des points divers dès les commencements de la République au Forum Minicia, depuis le règne de Claude. Toutefois, le mérite de certains travaux - dont ceux de Bullon et de D. van Berchem55 - réside dans le rappel très pertinent qu’il existait bien une forte « plèbe frumentaire » liée à une « plèbe infima » qui n’avait pas droit aux distributions de blé et d’argent. Il devait probablement s’agir de latins résidents depuis les réformes de Sylla, voire d’esclaves, d’affranchis ou pérégrins. D’ailleurs l’importance des étrangers56 dans la Ville n’est pas sans poser de nombreux problèmes dès la fin de l’ère républicaine ou survivait pour ne pas dire subsistait une large fange d’apatrides attirés par le mode de vie romain. Ceci a fait dire à J. Gagé que les asociaux, les « irréguliers » et autres « déchets de l’ordre impérial » ont de fait une notable importance dans la vie de la cité57. Quoi qu’il en soit des personnages curieux du premier siècle font allusion à plus d’aspiration vers l’égalité à une espèce de « révolution culturelle » dira avec humour L. Jerphagnon58 : Voyons ce que dit Philon d’Alexandrie, sorte d’ambassadeur des Juifs : Alors « les riches ne passaient pas devant les pauvres ni les célébrités avant les gens obscurs.. Les maîtres ne l’emportaient pas sur les esclaves ; les circonstances donnaient à l’égalité… » Il est vrai que le héros du jour était Caligula dont Cassius Dion notera « qu’il fut le plus démocratique des princes ». Cependant, aux plèbes urbaines s’opposaient celles des campagnes.

  • 59 Sur la quest. D. BALSDON, Panem et circenses, Hommage à M. Renard, vol. II, coll. Latomus, 102, Bru (...)
  • 60 Roman farming, Aspects of Greek and Roman Life, London & Southampton ed., 1970, (536 p.) - Terre et (...)
  • 61 Caractères de la crise de la production esclavagiste dans l’économie agraire de l’Italie au premier (...)
  • 62 En ce sens, propos de QUINTILIEN, Instit.Orat ; XII, 1, :6.
  • 63 H. BRAUNERT, Grosstadt und Groostadt probleme im Altertum, Hochschultage, 1967, in Lübeck Kultusver (...)

31Ces deux « couches » coexistaient depuis toujours dans la Haute Antiquité et encore plus à Rome. L’une réclame, à la ville, la distribution de la nourriture mais également de la distraction, des jeux, des combats de gladiateurs59… l’autre plèbe, beaucoup moins connue et plus difficile à cerner, s’appauvrit lentement mais sûrement depuis la guerre civile de cent ans qui précéda le Principat et qui vida les campagnes. Il est difficile d’avoir une juste représentation de l’activité agricole à cette époque. Un essai a été cependant tenté par K. D. White qui a ouvert la voie à des travaux de synthèse exposés au Colloque de Besançon en 197460. Plus précisément les termes populus, uulgus, plèbes peuvent être pris comme synonymes pour éviter des répétitions de termes comme dans l’expression cumque plebem ipsam de l’Ep I 8 :17. Toutes ces données confirment malheureusement les travaux récents concernant l’approche sociologique de la société romaine ou italique sous le Haut-Empire et notamment celle de I. Risky sur la production esclavagiste61. Quoi qu’il en soit il importe de noter que les jours fériés passèrent de 65 à la fin de la République à 135 sous Marc-Aurèle et qu’il y avait nécessité, comme le souligne F. Lot dans son ouvrage fondamental sur La fin du monde antique, à distraire la plèbe désoccupée pouvant devenir une masse dangereuse62. Les grandes cités engendrent forcément, selon le mot de Braunert, des grands problèmes63.

  • 64 J. GAGE, ouvr. cit.,138-143.

32Plus bas dans l’échelle sociale se situent traditionnellement dans l’Antiquité les esclaves et les affranchis qui composent la grande partie inférieure et laborieuse de l’Empire. Ceci n’est certes plus à démontrer mais il demeure difficile de nos jours encore de connaître avec précision le nombre des affranchis en province ou même en Italie ou à Rome car les mieux connus sont ceux qui dépendent de la maison impériale. J. Gage rappelle que ces derniers n’ont jamais formé une classe homogène64.

  • 65 Ouvr. cit., t. II, spéc. 112 - V. Annexe épigr. - Dom. A. MIGNOT, Droit, équité et humanisme d’aprè (...)

33A leur égard, « Pline, notait E. Allain, manifeste… en toute circonstance l’affection qu’il porte à ses serviteurs. Il s’attriste de leur maladie ». C’est ainsi que dans l’Ep. VIII il déclare : « mon lecteur Encolpius, l’âme de ses travaux et de mes délassements, ayant eu la gorge irritée par la poussière, a craché du sang… » Il les pleure à leur décès sans la moindre-arrière pensée de la perte pécuniaire. D’ailleurs l’enfant de Côme multiplie-t-il les affranchissements dans la plus grande mesure ; enfin il lègue à cent de ses affranchis, pour leur constituer une caisse alimentaire, un capital de 326 670 francs de début de siècle (E. Allain65).

  • 66 Sur la quest., Journée du Colloque de Besançon « La sortie de l’esclavage » des 15-18 décembre 2005 (...)
  • 67 Contre l’affranchi qui manque à ses obligations existait depuis une loi de date incertaine une acti (...)
  • 68 Il diritto privato romano nell’Epistolario di Plinio il Giovine, Turin, 1913, 123-141.
  • 69 art. paru in Meander XXV, 1970, 351-362 (résumé en latin).
  • 70 V. infra 68..
  • 71 Comp. avec Pan. XXXVII :2 et :7 puis XXXIX :2 et :5.

34Pour résumer l’action de Pline rapportons ici la pensée de Lebaigue qualifiant l’attitude de notre épistolier à l’égard de ses gens : « Rien de plus digne que le ton avec lequel « Pline parle de ses esclaves et de ses affranchis ; rien de plus touchant que la sollicitude dont il les entoure… » Les affranchis, de condition libre, en principe66, sont-ils tenus aux devoirs particuliers qu’impose l’affranchissement (obsequium, operae, bona) depuis la loi Visellia de l’an 2367. S. Skaia, reprenant en partie la répartition des fonctions des affranchis au sein de la famille rustique étudiées par C. E. Pulciano68, tente d’illustrer le traitement des esclaves et des services qu’ils doivent rendre d’après leur état servile69. Mais, dans l’ensemble, il est peu question des affranchis. On sait que ceux-ci suivent la condition de leur patron. L’épître X 5 : 2 confirme cette impression : « Il est pérégrin comme affranchi d’une pérégrine (…) Lui-même s’appelle Harpocras et « sa patronne était Thermutis, femme de Théon, décédée depuis longtemps ». Le droit patronal sur les affranchis paraît également être attesté en X 11 : 2 à propos de demandes de droit de cité et du droit des quirites présentées pour diverses personnes70 : « Je te demande (Trajan) donc de donner la cité à ses parents pour qu’ils soient en la puissance paternelle et conservent le droit patronal sur leurs affranchis ». Il apparaît que l’idée maîtresse, sous-jacente ici, résulte de la volonté de maintenir la cohésion familiale malgré les effets perturbateurs de l’attribution de la citoyenneté71.

  • 72 Histoire générale…, t. I. Paris, 1974, 139.
  • 73 Cf. Epp. V 19 :7(envoi de l’affranchi Zosime au forum Julien (Fréjus) et : 9 et VIII : l (angine d’ (...)

35Le iie siècle constitue il est vrai un tournent remarquable dans l’histoire de la servitude à Rome. P. Petit résume fort bien sa pensée lorsqu’il écrit72 : « Sortis de leur sauvagerie primitive et influencés par les doctrines humanitaires des Grecs à l’époque « hellénistique, les Romains sentirent se poser à leur conscience la question des esclaves au moment même où ils commençaient à devenir plus rares, donc plus intéressants ». C’est donc dans cette période charnière que Pline parle de ses esclaves et de ses affranchis, et ce, comme on l’a signalé plus haut, avec empathie et humanité73.

  • 74 Die Krise des Sklavenhalterodnung im Westen der römischen Reiches, trad. du russe, Berlin, (478 p.)
  • 75 Sur les esclaves fugitifs, ét. De H. BELLEN, Studien zür Sklavenflucht im römischen Kaiserreich, Fo (...)
  • 76 Cf Ep. II 10 : 3 « Hos nisi retrahes in corpus, quandoque ut errones aliquem cuius dicantur inuenie (...)
  • 77 J. KOLENDO, Le progrès technique et la main d’œuvre dans l’agriculture de l’Italie antique, résumé (...)

36Mais pour autant peut-on déceler dans les lettres pliniennes des traces d’une crise de l’esclavagisme comme a voulu la dépeindre la grande historienne E. M. Schtaermann dans son étude consacrée à la crise de l’esclavagisme dans certaines parties occidentales de l’Empire74 ? Rien n’est plus certain que cela car, on l’a laissé deviner plus haut, l’économie romaine eut certainement à subir le contre-coup de la raréfaction d’esclaves dès Auguste. La poursuite des esclaves vagabonds75 mettant en cause le maintien de l’ordre public devait se généraliser à l’envi puisque l’Epistolier utilise une image propre à impressionner les esprits en II 10 : 3 : « Si vous ne vous hâtez de les remettre dans « leurs rangs, ces vagabonds trouveront à qui appartenir76 ». La crise de l’esclavagisme va sans doute de pair avec la raréfaction des couches paysannes libres en Italie et les progrès tout relatifs des techniques agricoles sous le Haut-Empire77.

  • 78 Selon G. et M. SAUTEL « Seul Ulpien au D. XV, 4, 1 pr exprime la nécessité de quelque rapport direc (...)
  • 79 La catégorie des esclaves cultivés ne cesse de progresser tout au long du premier siècle : S. L. MO (...)

37Toutefois il ne convient pas de noircir le tableau ou de compliquer les données historiques : une certaine liberté subsiste pourvu que l’esclave domestique ne s’échappe et « que rien ne sorte de la maison - Dumtaxat intra domum (Ep. VIII 16 :2 et :3)78 ». Ne voit-on pas par ailleurs le nombre des esclaves cultivés atteindre une proportion non négligeable sous le Haut-Empire d’après plusieurs témoignages d’auteurs latins79 ?

38En outre que dire du phénomène de l’ascension sociale chez les Anciens et plus précisément à Rome ? La Cité a su offrir des voies d’élévation sociale et parfois reconnaître les mérites de ses fidèles serviteurs à condition d’observer des étapes juridiquement et socialement nécessaires. Il convient grosso modo de distinguer entre les promotions permises en raison du service militaire qui constitue la filière la plus ancienne et la plus classique et celle, plutôt ploutocratique d’allure, qui se résume par l’accumulation de richesses et la pratique de genres de vie imposées par la haute société traditionnelle à la nouvelle bourgeoisie (classe décurionale) ou aux nouveaux chevaliers (classe équestre).

  • 80 On peut incidemment pour la Gaule se référer à l’étude de S. SZADECZKY-KARDOSS, Sur les mouvements (...)

39Partant, on pourrait avant toute chose et examiner les diverses voies d’élévation sociale et dresser une échelle des conditions en ne tenant compte que des statuts personnels généralement reconnus80 des différents individus, ce qui donne ce petit tableau :

  • l’étranger sans droit et l’esclave

  • l’esclave domestique

  • l’affranchi impérial

  • le déditice

  • le pérégrin

  • le citoyen de droit latin

  • le citoyen d’Alexandrie

  • le citoyen romain des provinces

  • le citoyen romain optimo iure de Rome et d’Italie

40Et parmi les décurions, les chevaliers et enfin les sénateurs.

41Envisageons les promotions purement militaires avant d’examiner celles qui relèvent de l’ordre civil.

  • 81 Sur la quest. : travaux de N. SHERWIN-WHITE, The roman Citizenship, Oxford, 1939, spéc. 190.

42La promotion militaire assure traditionnellement au légionnaire et accessoirement à l’auxiliaire un droit d’accession à la citoyenneté romaine. On sait que la jouissance de ce droit est longuement différée de 20 à 25 ans, selon les cas, et que ces procédures ne posent plus de problème sur le fonds après le règne de Claude81.

  • 82 De même, dans l’épître X 29 et sa réponse (X, 30) nous disposons d’un rapport sur le recrutement en (...)

43Plus précisément, dans la lettre X 29 (38) il est rapporté curieusement un épisode au sujet de deux esclaves qui s’étaient engagés irrégulièrement dans l’armée ainsi Sempronius Caellanus, jeune homme distingué, m’a envoyé deux esclaves trouvés parmi les recrues (…) ; j’en ai différé l’exécution (quorum ego supplicium distuli) pour te consulter… ». Or, dans sa réponse, on peut constater que Trajan n’entend en aucune manière tergiverser affirmant : « s’ils sont venus d’eux-mêmes en pleine connaissance de leur condition, il faut les condamner à mort [car] dès le jour où ils ont été reconnus bons, ils devaient une déclaration exacte sur leur origine [servile]82 ».

  • 83 Le rang social du primipile, A. C., 1940, 13-23 - P. CONNOLY, L’armée romaine, trad. franç., Ed. Ch (...)
  • 84 Les institutions romaines - Textes (spéc. 270, présentant H. Dessau, I. L. S.2648 ad).
  • 85 Par ex. M. Vettius Valens, soldat prétorien devint centurion primipile et procurateur selon l’inscr (...)

44Comment alors expliquer cette sévérité sinon par la volonté de faire un exemple ? Et aussi, en arrière fond, ne voit-on pas poindre le risque de laisser établir un fâcheux précédent contrevenant au mode normal d’acquisition de la liberté ? Pire, des esclaves pourraient obtenir par ce biais la citoyenneté grâce au service militaire - service rappelons-le long et fastidieux - de 20 à 25 ans. On sait que le centurionat primipile constitue une autre plaque tournante pour ceux qui désirent s’élever dans la hiérarchie sociale. Déjà, à l’époque d’Auguste, le centurion primipile pouvait accéder à un âge avancé à la carrière équestre comme l’a bien établi S. de Laet83. Ce mode s’accéléra encore au troisième siècle selon J. Rougé84. Toujours est-il que nous manquons encore de renseignements précieux sur cette « filière » en raison de l’absence d’études statistiques ou prosopographiques. Néanmoins le phénomène paraît suffisamment connu85 pour tenter de le vérifier - une fois de plus - d’après les assertions de Pline.

  • 86 Il s’agit-là d’un petit locus desesperatus sans gravité pour le sens du texte.
  • 87 Les cohortes prétoriennes, Paris, 1938, B. E. F. A. R., n° 146, réitérer. 1968, spéc. 191.

45En effet, le gouverneur Pline y fait nettement allusion dans l’épître X 87 (19). En sa qualité de représentant de l’empereur il adresse à celui-ci une recommandation pour procéder à l’avancement d’un « primipilaire », Nymphidius Lupus, en ces termes : « ( :l) Quand j’étais moi-même tribun et qu’il était préfet [de cohorte] (nous étions compagnons d’armes)86 ; depuis lors est née ma vive amitié pour lui ». Cet attachement mutuel explique que Pline l’a choisi comme conseiller en Bithynie, et ce, sans doute pour compléter son officium. (en 87 :2). Selon M. Durry, il est raisonnable de penser qu’il a dû terminer sa carrière comme « primipilaire bis » poste important au sein de l’état-major civil et militaire provincial. Cependant l’aspect le plus remarquable de cette demande d’avancement est qu’elle porte non pas pour le père mais bien plutôt pour le fils.. Puisqu’il est écrit ce qui suit : « l’avancement que tu donneras au fils ( :3) sera pour moi, Maître, sujet de joie et de gratitude ». Voilà tout compte fait un exemple d’ascension sociale qui se réalisera en deux voire trois générations car le jeune Nymphidius Lupus est déjà préfet de cohorte et bien noté par ses supérieurs, Julius Ferox et Fuscus Salinator, d’après M. Durry87.

  • 88 V. infra Titre I, chap. II, sect. I, § l.
  • 89 V. infra Titre I, chap. I, sect. I, § 2.

46A côté de cette véritable recommandation on peut utilement faire figurer - mais seulement à un moindre degré - les recommandations « ordinaires » à savoir celles qui se terminent par une formule identique notamment dans les épîtres 86a (18) pour Gavius Bassus, préfet du littoral pontique et pour Fabius Valens (86b (18))88. Assurément ces lettres ne constituent pas de véritables recommandations comme nous le verrons plus loin89 . On peut sans doute classer à part l’épître X 106 (107) qui transmet à l’empereur la requête du centurion Accius Aquila en vue de l’obtention de la cité romaine pour sa fille.

  • 90 Cette lettre pose en arrière fond le problème de l’absence ou de la disparition des personnes, nota (...)

47Enfin, livrons encore comme exemple, la lettre VI 25 de Pline qui montre qu’un certain Métilius Crispus, son compatriote, avait obtenu de lui le commandement d’une centurie ajoutant que « de plus à son départ je lui avais donné quarante mille sesterces pour se monter et s’équiper ». Force est donc de convenir que ce Métilius Crispus n’appartenait même pas à l’ordre équestre puisque les « primipilaires » n’y parvenaient que péniblement à la fin de leur carrière. On en déduit par voie de conséquence que la fortune qualifie bien ipso facto pour l’appartenance à telle ou telle classe sociale90.

  • 91 J. GAGE, ouvr. cit., 163-164 (sur les élections-cooptations - Sur la bourgeoisie et l’ordo décurion (...)
  • 92 Ouvr. cit., 175 ss. - H. G. PFLAUM, Les juges des cinq décuries originaires de l’Afrique romaine, i (...)

48La promotion « civile » transite nécessairement par le décurionat. Ainsi peut-on devenir par le suffrage de ses concitoyens une sorte d’élite locale, aussi bien en Orient qu’en Occident91. En effet il est admis que le décurionat puisse conférer dans certaines cités, même si cela n’est pas fréquent, un droit de cité de iure, le latium maius ou seulement le latium minus. Les notables locaux parviennent également à des sacerdoces provinciaux et même nationaux ou « impériaux » qui permettent l’accès à l’ordre des chevaliers pour peu que l’on soit recommandé par un « grand » de ce monde. Cette filière sera très utilisée en Cisalpine d’après les travaux de G. Mansuelli ainsi qu’en Afrique du Nord.92

49Dans une autre épître (I, 19) notre Ecrivain - humaniste semble faciliter l’ascension sociale d’un décurion de sa chère ville de Côme qui possède déjà un coquet revenu de 100 000 sesterces. Il offre à son compatriote Romatius Firmus, une somme rondelette de 300 000 sesterces afin de compléter, ajoute-t-il, sa fortune pour atteindre celle des chevaliers. Là encore, l’argent nécessaire paraît qualifier presque ipso facto pour opérer le passage d’une classe vers une autre classe sociale plus élevée ! Les présents non seulement permettaient une certaine ascension rapide mais contribuaient principalement à constituer un réseau d’amitiés et de relations s’apparentant à une clientèle de soutien. Tout cela pouvait fort être utile dans des périodes de remous politiques.

§ 2 - Princeps et Sénat : des rapports difficiles

  • 93 Ouvr. cit., 125.
  • 94 En ce sens GRENZHEUSER, Kaiser und Senat in der Zeit von Nero bis Nerva, Diss. Münster, 1964, XII - (...)
  • 95 Spéc 285-288, 305.
  • 96 V infra Introd., sect. I, § 2
  • 97 Selon SUETONE, Vesp., XV.
  • 98 Cf. Epp. III, 11 :3 et IX 13 - SUETONE, Dom. X - TACITE, Agric., XLV.
  • 99 V. Tableau joint en Annexe.

50Le drame de l’écroulement de la dynastie flavienne a été résumé de façon lapidaire et sans peu de ménagement de la manière suivante : « Populaire en Italie, dans les armées, auprès des prétoriens, Domitien rencontra à Rome même une opposition inexpiable ». « Tacite et Pline le Jeune ne tarissent pas sur les excès du « tyran » qu’ils servirent pourtant, non sans scrupules tardifs. Domitien commit l’erreur de s’aliéner les « sénateurs, issus pourtant en majorité des promotions de son père… » Sans doute avait-il des défauts personnels, l’orgueil dynastique, le despotisme tatillon et à la fin la maladie de la persécution. Cette description un peu rapide de P. Petit93, auteur contemporain, résume bien la doctrine récente et son sentiment sur ce règne. On fera nôtre cette approche même s’il faut moduler parfois certains propos. On retiendra ainsi que l’idée dominante d’une rupture presque totale entre l’empereur et la classe dominante a dû constituer le drame de son gouvernement94. La liste des condamnés, des exilés et des gens entrés en disgrâce paraît impressionnante si l’on se réfère aux travaux de A. Garzetti dans L’impero da Tibero agli Antonini95. Figurent parmi les victimes de ce prince isolé les philosophes96 et les astrologues. La jalousie fit qu’il rappela en 84 Agricola, gouverneur de Bretagne et beau-père du célèbre Tacite. Les Stoïciens de la classe sénatoriale ou proches du pouvoir furent eux-aussi frappés dont Helvidius Priscus ; le père avait eu naguère des mots avec Vespasien et fut condamné sous Titus97 … le fils fut accusé de lèse-majesté, crime remis au goût du jour, sur délation d’un certain Publicius Certus et donc condamné en 93. Notre cher Pline écrit à son sujet : « Or, j’ai agi à une époque où sept de mes amis avaient été mis à mort ou bannis ; morts, Sénécion, Rusticus, Helvidius ; bannis, Mauricus, Gratilla, Arria, Fannia ». Enveloppé pour ainsi « dire de flammes par toutes ces foudres tombées autour de moi, je me présageais aussi la même fin en raison de certains indices significatifs ». Nous verrons plus loin que Pline se vengea publiquement, in senatu, en prononçant un discours mémorable en l’an 9798. Mais l’on sait que la vérité historique se situe souvent à mi-chemin des affirmations souvent contradictoires et confine parfois le paradoxe : ainsi Pline fut admis en 93, sous Domitien, dans un contexte politique difficile (…) à la préture grâce à une remise qui plus est d’une année obtenue par faveur de ce prince. Or, notre Epistolier se plaint d’un prétendu arrêt dans le déroulement de sa carrière que nous examinerons plus bas. On doit admettre aussi que ce même Domitien lui accorda également la préfecture du Trésor militaire que celui-la dû gérer soit à partir de 94 jusqu’à 96, soit de 95 à 9699. Le « mauvais prince » ne l’avait tout de même pas oublié…

51Mais abordons plus amplement les relations entre le sénat et l’empereur. Les Anciens répétaient souvent que le Pouvoir se situait du côté de la pourpre. Compte-tenu de l’évolution du Principat au premier siècle est-ce une raison suffisante pour faire admettre par Mommsen la théorie de la dyarchie romaine dès l’époque augustéenne ? Plus tardivement, la mégalomanie de Domitien - pour les plus sévères - ou sa solitude politique - pour les plus cléments - ne peut pas expliquer entièrement sa conduite à l’égard des membres de la haute assemblée. La politique tyrannique que l’on sait et dont les recherches de Grenzheuser contribuent à analyser de plus près les tenants et les aboutissants dans les dernières décades du premier siècle s’explique en partie par une volonté délibérée d’écarter le sénat de toute influence politique. Les rapports de Domitien, dominus et deus, ο παντοχρατωρ , avec les membres de l’aristocratie confortent le point de vue sur la tendance naturelle du principat à devenir une espèce de monarchie notamment sous les Flaviens.

  • 100 Cf. Pan., LIV, - Selon R. TALBERT, ouvr. cit., le sénat impérial ne sombre pas forcément dans l’ins (...)

52Officiellement, dans ses lettres, Pline se montre plutôt sévère à l’endroit de Domitien. S’en rapportant seulement au sénat il déclare sans ambages qu’« on ne nous faisait délibérer que sur la nécessité d’augmenter le nombre des gladiateurs, d’instituer des collèges d’artisans, d’élever des arcs de triomphe, de donner à plusieurs mois le nom « des Césars100… » Sans oublier la célèbre séance du turbot ! Dans l’épître VIII 14 nous trouvons un passage qui complète et explique le précédent : « Sous Domitien nul n’osait ouvrir la bouche, excepté ces misérables, qu’on interrogeait les premiers. Les autres, interdits et immobiles, avec quelle douleur, avec quel saisissement supportaient-ils cette nécessité de soumission, sans parler, sans quitter leur siège, à « l’opinion qui leur était dictée ! »

  • 101 V. égal. en ce sens K CHRIST, Zur Herrscherauffassung und Polititik Domitians in Aspekte des modern (...)
  • 102 G. WALSER, Der Putsch des Saturninus gegen Domitian in Provincialia, Fetschrift für Laur-Belart, 19 (...)
  • 103 Sur les rapports de Domitien de tendance sérapiste avec les religions orientales judéo-chrétiennes  (...)
  • 104 Le suicide politique est fréquent selon A. BODSON, Sénèque et le suicide, Acta del Congr. Intern. F (...)
  • 105 Domitien devient censor perpetuus à partir de 85. Après lui, les empereurs exercent les pouvoirs ce (...)
  • 106 Hist. Rom., LXVII, :4 et :3.
  • 107 Vesp., VIII :1 et Titus, VI :2.
  • 108 A. TORRENT, Para una interpretación de la potestas censoria en los imperadores flavios, Emerita, XX (...)

53Tacite dans Agricola (II, 45) constate la même terreur qui sévit dans la classe sénatoriale. Chacun a peur de tomber sous le coup de la loi de lèse-majesté ressuscitée par Domitien. Boissier dans son ouvrage sur L’opposition sous les Césars101 rapporte que ce que dépeint Tacite avec la plus grande énergie, c’est la servilité scandaleuse du sénat. A-t-on après coup exagéré les excès intervenus sous le triste règne de Domitien ? Nous ne le pensons qu’en partie car les preuves ne manquent pas de la tyrannie parfois atroce qui sévit non seulement dans la classe politique, mais aussi chez les intellectuels, les membres de l’intelligentsia philosophique ou religieuse. Il est en effet admis que le caractère soupçonneux de ce prince après la révolte de Saturninus102 prit un tour particulier : il s’attaqua à ses proches puis aux membres de sa propre famille : Flavius Sabinus, son cousin germain (exécuté en 84) et Flavius Clémens, condamné sous l’accusation d’impiété et de mœurs juives, c’est à dire très probablement pour christianisme103. Son épouse Domitilla fut exilée et le régime de la terreur ne faisant que croître poussait beaucoup de proches et de gens bien placés au suicide104. L’ordre public politique sous le dernier des Flaviens était fondé sur un certain despotisme, despotisme que Domitien assurait en partie en raison de l’exercice prolongé de la censure105 . On comprend d’ailleurs pourquoi la polémique acerbe de Dion Cassius fut portée contre la censure à vie de Domitien106 ; or cette diatribe peut être comparée à celle de Suétone107. Un auteur a également rappelé la tendance naturelle des Flaviens à assurer la censure108.

  • 109 G. BOULVERT, ouvr. cit., 236-258 (service public).
  • 110 H. REINHOLD, History of the Purple as a Status Symbol in Antiquity, Latomus, vol. 116, Bruxelles, 1 (...)

54Finalement, le pouvoir assurément « souverain » de Domitien s’appuyait sur l’armée et les forces prétoriennes ainsi que sur une probable « propagande » impériale abreuvant les torrents de la démagogie populaire (K. Christ). En revanche il convient de rappeler que Domitien possédait un certain sens de la gestion administrative109 . Mais l’orgueil du Prince et la soif de pouvoir personnel (libido dominandi)110 conduisant ce dernier vers l’auto-déification ont fait de ce personnage un exemple de tyran historique.

55Les questions religieuses soulevées tout au long du règne de Domitien comprennent à la fois l’essor des religions à mystère et de salut de l’Orient, mais également, parmi elles, le christianisme pour une part dont il ne faut pas exagérer la portée.

  • 111 La critique récente semble plus clémente à l’égard de Domitien. On se bornera à citer les travaux d (...)
  • 112 Selon Chr. SOULNIER, R. H. D. 1984, 1-14, Domitien est censé posséder les cinq noms de Pharaon, ce (...)
  • 113 Ep. IV 11 :6. - SCHEID (J.), Les rôles religieux des femmes à Rome. Un complément, dans R. FREI -ST (...)

56l. Le règne de Domitien (81-96) a longuement été étudié récemment111 et différents auteurs, se sont plu à mettre en évidence son despotisme et un certain culte de sa personne, déifiée, voire divinisée. En sa qualité de « maître et dieu » il fit consacrer un temple à la gens flavia ; vers 85 en 88, au mépris d’ailleurs des computs officiels, il fait donner des jeux séculaires en l’honneur de l’événement du Siècle d’Or. Enfin, il prend pour patron Juppiter Capitolinus et la célèbre Minerve. On dit aussi qu’il avait un goût prononcé pour les cultes d’Isis et de Sérapis et qu’il fit construire un temple hors du pomœrium sacré112. Mais l’affaire des Vestales, condamnées sur le plus petit soupçon à mort, marque le règne de Domitien en sa qualité de Pontife Maxime intransigeant. Le prince fit notamment condamner puis enterrer vive la grande vestale Cornelia. Le sénateur Pline écrira plus tard : « Après avoir souhaité passionnément d’enterrer vive Cornélia, la fameuse grande vestale, persuadé que faire un exemple comme celui-là donnerait de l’éclat à son règne, usant de son droit souverain pontife ou plutôt de la cruauté d’un tyran… il convoqua les pontifes non pas dans la demeure [traditionnelle] du Roi des sacrifices (à la régie, palais des Pontifes) mais dans sa villa d’Albe et « se chargeant d’un crime plus grave encore que celui qu’il se donnait l’air de punir, il condamna Cornélia pour manquement à la chasteté sans la faire comparaître et sans l’entendre, alors que lui-même avait eu un commerce honteux avec la fille de son frère et l’avait même tuée, puis qu’après avoir perdu son mari, elle mourut d’un avortement113 ». Les propos de Pline sont particulièrement sévères mais précis et concordants. Toutefois on se demande si les questions de religion déterminaient à elles seules la conduite du prince plutôt que ses pulsions maladives. La remise en vigueur de ces châtiments anciens dénote une déviation profonde et irréversible d’un esprit fragile marqué par le « pathétique ».

  • 114 V. Resp. The imperial Cult under the Flavians, Stuttgart, 1936 - Psychologie du culte impérial roma (...)
  • 115 PLINE l’anc., Nat.Hist., VII 7 :43.
  • 116 Comp. Tacite, Hist. V, 5 et Germ., IX d’avec Pline Ep. VIII 8 :5.
  • 117 McMULLEN, Le paganisme dans l’Empire romain, trad. franç. P. U. F., 1987, in Les chemins de l’Histo (...)
  • 118 Ouvr cit., 147 (sur la décadence de la religion traditionnelle).
  • 119 L’auteur nous parle not. du scepticisme mordant de Juvénal, Sat., II, 149-152.

57En outre, K. Scott dans son célèbre ouvrage sur le culte impérial sous les Flaviens et J. Gagé présentent un culte rendu à l’empereur, officiel, qui n’est dans le fond qu’une manifestation, une marque de révérence et de loyalisme114. Les aspects politiques, les nombreuses dédicaces des cités, le nombre grandissant de statues offertes aux empereurs ne témoignent pas forcément d’une vie religieuse profonde ou intense. Bien au contraire. On peut même parler d’un certain scepticisme ambiant dès le début du siècle, expression d’un « cosmopolitisme théocratique » où l’on voit s’établir comme dans le Discours sur la Royauté de Dion de Pruse, une analogie entre la royauté universelle de Zeus et le gouvernement du prince sur l’Empire115. Quintilien et Sénèque se moquent déjà de l’« apocolocyntose » de Claude. Tacite et Pline ne montrent jamais leur religiosité, même lorsqu’ils parlent des dieux de Germanie ou décrivent un temple116. A la vérité l’indifférence religieuse a fait son chemin117 ; elle vient d’en haut et sévit dans tous les milieux. Vespasien se permet d’ironiser au moment de mourir car il se sent devenir dieu… Et Pline lui-même, comme le montre excellemment J. Carcopino, ne ressent qu’une joie temporelle, de façade, lorsqu’il est coopté comme membre du collège des augures118. Ainsi le calendrier sacré des ancêtres, comme l’a fait judicieusement remarquer ce même auteur119 se déroule bien aux dates prescrites mais « l’esprit des hommes l’a déserté ». Dans de telles conditions l’on comprend mieux pourquoi l’homme se tourne dès la fin du premier siècle de notre ère vers les croyances et les mythes orientaux, les religions à « mystères » qui proposent à l’humanité un salut.

  • 120 En ce sens A. JAUBERT, Clément de Rome - Epître aux Corinthiens, Paris, 1971, spéc. 20 - Dom. A. MI (...)
  • 121 Cf. ouvr. anc. de P.-M. DUVAL, La Gaule jusqu’au milieu du Ve s. : cet historien est convaincu de l (...)

582. La colonie juive de Rome remonte très probablement au premier siècle avant J.-C.. On suppose qu’une grande partie de cette communauté dût se convertir au christianisme sous Claude et Néron en raison de l’expulsion des Juifs vers 42. Aussi ne sommes-nous pas surpris de voir certains membres de l’aristocratie romaine tomber sous le coup de la loi de majesté ou d’impiété remise en vigueur par Domitien. De nombreuses personnalités sont convaincues de judaïsme ou encore d’« athéisme ». Faut-il entendre par ces mots qu’on leur reproche d’être chrétiens ? Cela paraît probable car on ne distingue guère - pour le grand public romain - les différents courants liés au judaïsme ! Ainsi Flavius Clémens, cousin de Domitien et père de deux enfants, fut-il accusé d’impiété, d’athéisme et de « mœurs juives » sans que l’on connaisse avec précision ce qui lui était reproché. L’athéisme était d’ailleurs souvent le sentiment que les Gréco-romains prêtaient aux chrétiens qui ne croyaient pas dans les divinités communes du monde méditerranéen. Et l’on a pu se demander si ce Clément, à défaut d’être l’un des premiers épiscopes romains et successeur d’Anenclet, ne serait pas un chrétien lié à la famille - la domus - de l’empereur120 … En tout état de cause force est bien de constater que le christianisme avait beaucoup progressé sous les Flaviens dans la Ville même mais aussi dans plusieurs parties de l’Empire, en Asie et en Gaule121.

  • 122 Déjà en ce sens LUCIEN, Alexandre XXV, 38.
  • 123 L’adresse de I. P. 1 fait ranger cette lettre parmi les Epîtres dites catholiques : « A tous ceux q (...)
  • 124 Mission und Ausbreitung d. Christentums, II, Leipzig 1924, 623, 754-756, 762.
  • 125 H. Tüchle, Histoire de l’Eglise, éd. Salvator, Mulhouse, 1962, t. I - T. M. Lindsay, Church and Min (...)
  • 126 On se référera aux anciens travaux de J. DAUVILLIER (Les temps apostoliques) et de C. LEPELLEY (L’e (...)

59La christianisation de l’Asie Mineure a dû être importante car, d’après les Lettres pastorales et surtout l’Apocalypse de Jean le presbyte, de nombreuses villes de la province d’Asie, d’Achaie et de Macédoine furent le siège d’églises nouvelles qui se jalousaient122. On note que de façon remarquable la Première épître de Pierre a été adressée aux fidèles de Pont et de Bithynie123 et A. Harnack fait état dans Mission und Ausbreitung124 … de plusieurs documents significatifs datant de la fin du premier siècle et concernant les villes anciennes et sites chrétiens de cette province du Nord de l’Asie Mineure dirigée un temps par Pline. Rappelons au passage que le célèbre hérétique Markion était originaire de Sinope et que son père était προηγουµενως de cette ville. Les travaux classiques de Barry, Bihlmeyer, Tüchle et de Lindsay125 paraissent indiquer une remise en cause des religions traditionnelles par un christianisme qui ne s’inscrit pas toujours dans le mode de pensée général126.

  • 127 Comp. ce passage avec TACITE, Agricola, II :1 et :2 - SUETONE, Domitien, X, 5 et CASSIUS DION, LXVI (...)
  • 128 Opere… spéc. 1257, n. 4 - Cons. égal. MOMMSEN, ouvr. cit . 59 ss et G. BOISSIER, L’opposition sous (...)

60Le bannissement des philosophes de Rome sous Domitien doit être situé vers 90 la lettre III 12 :2 fait allusion aux condamnations à mort et aux mesures d’expulsions massives qui touchèrent les écrivains et les professeurs, c’est-à-dire, dans le fond, l’élite intellectuelle127 : « Ce qui est exact, affirme Pline, c’est qu’au moment où la ville fut interdite aux philosophes, j’allai le (Artémidore) trouver dans sa maison de banlieue, démarche d’autant plus propre à attirer l’attention - autant dire la foudre - que j’étais préteur ». Et Pline, prenant quelques risques, alla trouver le célèbre Artémidore, gendre de Musonius, pour lui prêter de l’argent ou plutôt une sorte de viatique (E. Allain). Mais ne doit-on pas parler à la vérité de deux expulsions successives des membres de la classe intellectuelle ? En effet, selon F. Trisoglio128, « Domiziano espulse i filosofi una prima volta da Roma et una secundo dall’Italia : le date sono controverse, ma la maggiore attendibilità va vall’89 ed al 93 ».

  • 129 Ainsi l’affranchis Cénis fut pour Vespasien non seulement une concubine mais aussi, nous dit Fr. Ba (...)
  • 130 The state of imperial Treasury at the death of Domitian, in J. R. S., XXV, 1975, 151-152.
  • 131 L’impero da Tibero agli Antonini, déjà cit., spéc. 651-652.
  • 132 SUETONE, Dom., III, 2 qualifie l’empereur d’inopia rapax. Selon J. LEGALL et M. Le GLAY, L’Empire r (...)
  • 133 V. SIRAGO, L’Italia agraria sotto TraianoLouvain, insiste sur la protection de l’agriculture ital (...)
  • 134 Sur une dépression économique à l’époque flavienne : Les empereurs romains d’Espagne, préc., 190-19 (...)

61Quant à la question de l’état des finances sous le dernier des Flaviens nul ne peut dire qu’elle soit à ce jour résolue. Une partie de la doctrine s’est posée récemment la question de savoir si les finances publiques romaines souffraient de manière chronique depuis le règne de Nerva129 . On n’en croit rien car, dès 97, le sénat institue une commission de réduction des dépenses publiques ce qui donne à penser que celles-ci étaient malmenées depuis un certain temps. Pline rapporte précieusement ce fait en II 1 :9. Ainsi : « Et même au cours de cette maladie ultime - Verginius Rufus - redoutant de se trouver nommé dans la commission de cinq membres que créait une décision du sénat en vue de la réduction des dépenses publiques… » C. H. Sutherland dans son étude sur l’état du trésor impérial à la mort de Domitien130 fait longuement allusion à cette commission qui minuendis publicis somptibus. N’oublions pas non plus que ce prince avait entrepris une politique de grands travaux selon A. Garzetti131 et que la fiscalité n’avait pas cessé d’augmenter dans les provinces sous cette dynastie. Qu’on ajoute des mesures économiques protectionnistes pour l’Italie et des vexations à l’égard des particuliers132 et nous aurons une idée de l’état des finances de l’Empire en général et du trésor impérial en particulier. A l’avènement du court règne de Nerva133 les choses étaient déjà jouées : certes il n’y a peut-être pas crise financière ouverte mais on observe que nombreux sont les signes alarmants qui témoignent pour le moins d’une politique économique inadaptée, signes multipliés depuis plusieurs lustres134.

§ 3 - L’avènement des Antonins

  • 135 En ce sens, analyse de J. SCHMIDT, Les Antonins, éd. Rencontre, 1969, spéc. 18-31 (M. Cocceius Nerv (...)

62Peut-on dès lors parler à propos de l’avènement des Antonins de commencement d’une ère nouvelle, d’une nouvelle dynastie… postulant pour l’avenir un ordre public politique restauré qui se confondrait avec le césarisme libéral ? Le nouveau régime s’opposerait en tout point à la tyrannie du dernier Flavien dont les débordements et les cruautés étaient inscrits dans toutes les mémoires. C’est aller fort vite en besogne. Certes, les premiers « Antonins » ont vite compris les erreurs de leurs prédécesseurs et ils s’en servirent, à n’en point douter, comme autant de repoussoirs135.

  • 136 La crise des années « 90 » pourraient trouver des causes profondes et anciennes dans celle de 68-70 (...)

63Avec le choix du bon sénateur C. Nerva l’Empire s’était de nouveau orienté vers un Etat civil et libéral pour assurer sa mission sociale et pour cent années de plus, ajoutera L. Homo. Ses monnaies représentent la Libertas publica et la Prouidentia Senatus. Nerva accepte de punir les auteurs du meurtre de Domitien tout en assurant la damnatio memoriae du dernier Flavien. Il prend en main les rennes de l’Etat et hérite d’une situation confuse au plan financier, situation qu’on ne peut pas imputer au vieux sénateur compte tenu, répétons-le de son court règne, et des mesures qu’il prend dès les premiers mois de son principat pour rétablir la situation. Ce mauvais état des finances se poursuivra d’ailleurs tel un lourd héritage qu’il faut assumer et ce jusqu’à l’avènement de Trajan : « Sembra, constate G. Biraghi, che effetivamente la situazione economica nei primi anni di Traiano fosse piuttosto precaria e che sia stata migliorata solo con l’afflusso delle ricchezze daciche ». Les conclusions de A. Garzetti paraissent également fort pertinentes même si elles sont sévères dans la mesure où il faut reconnaître que le vieux sénateur devenu princeps quasiment contre son gré a lutté contre la crise financière et l’alourdissement du poids de la fiscalité. Nous pensons qu’en tout état de choses une année de règne n’explique pas, au pire, une déroute financière d’une telle ampleur dont les racines plongent nécessairement et sans aucun doute parmi les méandres du régime dynastique précédent136. Enfin M. C. Nerva a sans doute bien compris qu’il fallait créer une commission sénatoriale pour opérer des contrôles financiers, instituer un préteur spécial pour régler les conflits entre les agents du fisc et les contribuables. La modernité de sa politique ne peut être que soulignée lorsque l’on fait allusion encore à la diminution des impôts sur les successions ou l’entretien d’enfants de familles nécessiteuses ou encore le vote par les comices populaires - les derniers de l’histoire romaine - d’une loi agraire pour la répartition des grands domaines aux paysans pauvres d’Italie.

64La suppression de la pratique honteuse de délation constitue également l’un des points forts du nouveau régime. Le long passage du Panégyrique XXXIV : 1 à :5 témoigne - certes avec un peu de grandiloquence pour l’occasion - que cet horrible procédé de gouvernement avait troublé profondément et la paix et la tranquillité publiques. Laissons un court instant la parole au laudateur du Prince : « Nous avons vu les délateurs poussés dans l’amphithéâtre comme des rôdeurs, comme des brigands. Mais les délateurs, ce n’était pas un lieu désert, un chemin, c’était un temple, le Forum où ils étaient postés ; dès lors plus de testament intangible, plus de situation sûre ; n’avoir pas d’enfants, en avoir n’était d’aucune utilité. ( :2) Ce mal avait été accru… en partie par la cupidité… tu as rendu la paix au Forum… ( :5) On les a entassés sur des bateaux (c’est-à-dire, à leur tour exilés), réunis en hâte et livrés aux tempêtes ». Le passage suivant (Panégyrique XXXV) insiste sur cette peine terrible de l’exil infligée à ces criminels qui clouèrent jadis des innocents sur les mêmes rochers.

  • 137 Le thème de l’élection divine revient fréquemment dans le Panégyrique (e. gr. : LXXX :4 in fine) co (...)
  • 138 En ce sens M. DURRY, ouvr. cit., 378.
  • 139 selon la célèbre formule de TACITE (Agric., III).

65Il est donc remarquable que par la sagesse d’un homme qui s’est concrétisée par son « divin choix » du successeur (de l’élu !)137 tout un monde soit revenu à la paix, la fameuse pax romana des auteurs dont on a tant parlé par la suite. Les événements se précipitèrent : en octobre 97, Trajan, légat de Germanie supérieure recevait l’imperium maius, la puissance tribunitienne, le titre de César. Le premier janvier 98, il revêtait le consulat. Auparavant, le 28 octobre, le successeur désigné était solennellement adopté par Nerva au Capitole et devenait pour ainsi dire co-régent de l’Empire. Cette adoption politique mettait au pli les remuants prétoriens qui ne pouvaient que s’incliner devant le Germanicus tout puissant138. Principat et liberté, décidément, étaient réunis139. Nerva décédait le 25 janvier 98.

  • 140 Resp. Ann., VI, 17 - Tib., XLVIII, 6:19 - Ep. IV, 19.
  • 141 V. Ep. III 19 ; IX 37 - Le programme en vue d’établir des économies aurait été rendu inutile par l’ (...)

66Comme on l’a pressenti plus haut l’état de l’économie laissait à désirer lors de l’avènement de Nerva. Tacite, Suétone et Pline140 lui-même rapportent que les sénateurs doivent impérativement posséder un tiers de leur fortune immobilière en Italie. Cette prescription sera ramenée à un quart seulement au milieu du iie siècle. Domitien qui avait pris des mesures draconiennes en faveur de la viticulture - mais également sans doute pour d’autres productions purement italiennes telles l’huile et les olives - n’a pas empêché l’affaissement des coûts des biens de production ou des terres agricoles ni encore la chute des prix qui ne cesseront de « dégringoler » selon Pline141.

  • 142 Aspects sociaux et administratifs des mines d’or romaines de Dacie, Apulum, VII, 1968, 307-328. L’a (...)
  • 143 Les revers monétaires de l’empereur Nerva, th. Paris, 1906, spic. 53 ss.
  • 144 J. REGLING, Sesterz, R. E., Zw. R., IV, Halbb., 1923, coll. 1878-1883.
  • 145 R. SYME remarque que les personnages du Haut Commandement de la guerre cacique ne sont jamais -nole (...)

67Aussi difficile que pouvait être la situation financière sous le principat de Nerva et au début du règne de Trajan, il fallait trouver rapidement une solution. Il convenait de renflouer d’urgence les caisses de l’Etat comme tendit à le prouver la pertinente étude de S. Mrosek sur les mines d’or de Dacie142. D’autres travaux ont modulé les constatations anciennes de A. Merlin143 dans le sens d’une crise économique à plus long terme, telle celle qui sévit de nos jours et qui se traduit par une dévaluation constante de la monnaie depuis plus de quatre-vingts ans ainsi que la baisse du pouvoir d’achat des classes défavorisées144. Une étude plus récente de S. Mrozek sur la politique monétaire conforte par ailleurs ces points de vue. Notre conclusion provisoire sur l’existence d’une longue crise économique et financière à l’avènement des « Antonins » en cette fin de siècle est qu’elle remonte à tout le moins au début de l’ère flavienne ; qu’elle s’est prolongée, mais voilée, jusqu’au milieu du deuxième siècle en raison des subterfuges monétaires ou de l’approvisionnement en or de l’Empire, grâce aux guerres daciques dont Pline, assez curieusement ou par courtoisie politique, ne fait pas état si ce n’est par de lointaines allusions145.

  • 146 Une présentation du problème de société dû à la dénatalité est exposée par E. CUQ dans Les lois d’A (...)

68Autre point crucial qu’il nous faut envisager à présent : celui de la faiblesse démographique ! Le « problème » de la dénatalité existe depuis fort longtemps puisqu’il a « empoisonné » le principat d’Auguste. En témoigne la législation augustéenne comme nous allons le voir sans désemparer qui s’applique en ce début du Second siècle146.

  • 147 Le monde romain aurait compté environ 50 millions d’habitants à la mort d’Auguste, soit 16 habitant (...)
  • 148 Ep. VII, 32 :1 in fine.
  • 149 Sur la quest. notre étude à paraître La république plinienne à l’aube du second siècle, D. H. A., B (...)

69Abordons les témoignages de Pline. Notre cher Sécundus adresse à son ami Minicius Fondanus une lettre de recommandation pour un certain Asinus Bassus, précisant en substance que, ce dernier, « a bien rempli son devoir de citoyen en voulant que sa famille encore fut aussi grande que le permettrait la fécondité de sa femme, et cela à une époque où tant d’autres, songeant aux avantages qu’assure l’absence d’enfants, estiment qu’un fils unique est un fardeau ». Voilà apparemment bien posé le problème de l’époque ! Et nous dirons-même propre à l’empire romain147. Mais ce texte est-il suffisant pour prouver une quelconque pénurie d’enfants ? Il faut le rapprocher de plusieurs autres passages. Ainsi, dans le libre IV 21 on peut lire : « ( :1) Quel malheur affligeant et prématuré que celui des deux sœurs Helvidia, mortes toutes deux à la suite de leur accouchement, toutes deux après avoir mis au monde une fille ». Insuffisances de la médecine obstétricale au temps ? Assurément certes, mais aussi, crise profonde de la démographie. Ce passage doit être éclairé par le suivant : « Je voudrais en effet que mon pays s’accrût sous tous les rapports, mais surtout par le « nombre des citoyens - maxime tamen ciuium numero - car c’est pour une ville le plus solide des remparts148 ». Faute de citoyens par le sang, Pline entend procéder à des affranchissements d’esclaves - en nombre - pour augmenter semble-t-il, peut-être artificiellement pour les gens de ce temps, la population libre et citoyenne149.

70Un autre passage du Panégyrique (XXVI :5) livre quelques indications complémentaires sur la politique suivie par le prince : « Les riches sont invités (…) à avoir des enfants par des récompenses considérables et des peines équivalentes ; les pauvres n’ont qu’une raison d’élever des enfants, la bienfaisance du prince ». Nous ne discuterons pas de la justesse du raisonnement qui s’appuie sans doute sur la protection du Premier de l’Empire, ainsi : « ( :6) Si d’une main généreuse il ne protège, ne pourvoit, n’adopte ces enfants qui ont dû le jour à la confiance qu’on a mise en lui, il hâte la chute de l’empire, de la république ; et c’est en vain, s’il néglige la plèbe, qu’il soutient la noblesse, tête privée de corps et que son déséquilibre fera choir. ( :7) On imagine sans peine la joie que tu as ressentie quand t’accueillaient les acclamations des parents et des enfants, des vieillards et des jeunes. Ce cri fut le premier dont « remplirent tes oreilles des petits citoyens à qui tu as donné, avant même de leur faire des distributions, ce bonheur suprême de n’avoir pas à les solliciter ».

  • 150 L’indulgentia devient selon M. Le GLAY (Rome, II Grandeur et chute de l’Empire, Perrin, 2005, 104) (...)

71Le § 5 fait clairement allusion au système légaliste en place et plus particulièrement aux récompenses et aux peines prévues depuis un siècle par les lois Juliae en 18 avant J.-C et Papia Poppea de 9 de notre ère : les célibataires ne pouvant hériter de leurs parents, les personnes mariées sans enfant ne reçoivent que la moitié d’un héritage. Les candidats aux magistratures de l’Etat n’obtiendront en ce cas qu’une année de dispense d’âge par enfant. Toutefois, par dérogation du prince, le droit des enfants - ius trium liberorum - pouvait cependant être accordé à titre exceptionnel à des personnages « chaudement » recommandés d’où une intéressante précision donnée par l’épître II 13 : 8... « et je viens de lui (i.e. Voconius Romanus) obtenir de notre excellent prince le privilège des pères de trois enfants. Ce privilège, que le prince n’octroie que rarement et à son choix, il me l’a cependant concédé, feignant qu’il s’agissait de son choix ». Il faut souligner ici le terme « indulgence » utilisé par le prince lorsqu’il accorde de tels privilèges ou libéralités individuels ou collectifs.150

  • 151 Les lois démographiques d’Auguste, R. H., 1895, 241-292.
  • 152 V. Mélanges Dauvillier, préc., 89 ss.
  • 153 à savoir cinq lettres parlent de dispenses individuelles : II 13 ; VII 16 ; X 2 ; X 95 et 96.
  • 154 Sur l’évolution de l’idée de citoyenneté, C. BRUSCHI, La citoyenneté et les droits politiques duran (...)

72R. Besnier, à la suite de Bouché-Leclercq151, a très justement mis l’accent sur le système des dispenses aux lois caducaires d’Auguste dans son article Pline le Jeune et l’application des lois démographiques152 : « Toutes ces précautions montrent que l’empereur craint d’être débordé. Les passages de Pline le Jeune153 correspondent au moment où l’empereur cède sur le principe, mais s’efforce de limiter le nombre des dispenses. Les faits sont progressivement plus forts que les dispositions restrictives prises par l’Etat les barrages ne tardèrent pas à s’avérer insuffisants et inefficaces ». Auguste avait bien conscience des dangers qui menaçaient l’empire. Au iie siècle, on croit encore sauver la société romaine par une législation draconienne. Mais comme le signale R. Besnier, les faits seront plus forts que le droit et, inévitablement, on assistera à une redistribution de la citoyenneté au début du iiie siècle par suite de la généralisation du droit de cité154.

  • 155 T. V. SPINELLI ; L’assistenza pubblica in Roma antica, Mem. d. Re. Ac. Naples, 1913, fasc. II, 46 s (...)
  • 156 dans The Purpose and the Organisation of the alimenta, Pap. Brit. School at Rome, 1964, 123-146 -Co (...)
  • 157 P. GARNSEY, Trajan’s alimenta, some Problems, Historia, 1968, 379: « Pliny’s benefaction was probab (...)
  • 158 L’armée recrutait des jeunes gens de naissance libre - Comp. avec P. Veyne in Mél. d’arch. et d’his (...)
  • 159 Cf. égal. Pan. XXVIII :4 : « Soutien de la guerre, ornement de la paix, ils sont nourris aux frais (...)
  • 160 Comp. avec C. I. L. XI, 1147 (Vela) ; Dessau, I. L. S., 6675 (109-112 ap. J.-C.) : « Obligation des (...)

73L’institution des caisses alimentaires a fait jusqu’à présent couler beaucoup d’encre. Certains y ont vu l’amorce ou l’expression d’une politique humanitaire et peut-être un peu nationaliste et « socialisante155 ». En effet, dans cet ordre d’idée, on s’est longtemps demandé si les intérêts versés par les propriétaires de fonds ruraux à une sorte de bureau de bienfaisance chargé d’assister un certain nombre d’enfants, filles ou garçons pauvres, constituaient véritablement des primes à la paternité. En ce sens on note l’opinion très remarquée de R. Duncan-Jones156. Une autre thèse en présence voudrait qu’il y ait pluralité de motifs dans la nouvelle politique instaurée par Nerva157 et poursuivie par Trajan. P. Garnsey reproche à une partie de la doctrine et en particulier à « M. R. Duncan-Jones (to argue) strongly for the view that the purpose of the alimenta payements was not to encourage agriculture, but simply to increase the birth-rate158 ». Nous suivons bien P. Garnsey quand il refuse la vision trop étriquée de quelques auteurs contemporains. Il rejoint d’ailleurs la pensée profonde de Pline - et pourquoi ne pas faire confiance à l’Epistolier ? - qui loue la politique sociale impériale, l’utilité des congiaires, l’importance des distributions et l’espoir, finalement, qui consiste à élever des enfants (Pan. XXVII :1). Et dans un autre paragraphe le sénateur consulaire159 insiste de nouveau, affirmant : « C’est près de cinq mille enfants libres, Pères conscrits, que la libéralité de notre prince a recherchés, trouvés, admis sur la liste160 ». En un mot, l’empire avait besoin d’enfants. Et l’on doit souligner le tragique de cette situation !

  • 161 Sur cette réflexion V. anc. ét. de E. DESJARDIN, Daremberg et Saglio, Alimentari pueri et puellae - (...)

74Or, Pline, grand propriétaire, pratique lui aussi une semblable politique alimentaire. Dans l’épître VII : 18 il expose que « pour assurer les 500 000 HS [qu’il aurait assignés] à une fondation alimentaire pour des garçons et des filles de naissance libre » il a fait une vente fictive à l’agent des finances municipales - par mancipation - » d’une de ses terres valant beaucoup plus que ma donation, puis je l’ai reprise, grevée d’une redevance consistant en une rente annuelle de 30 000 HS… » Pline avoue que ce procédé juridique met à l’abri de la mauvaise gestion le capital appartenant à la ville et assure un revenu fixe. Il ajoute : « quant à la terre dont le rendement dépasse de beaucoup la redevance, elle trouvera toujours qui veuille la cultiver ». Mais, ce qui importe présentement le plus dans l’esprit de Pline c’est moins le moyen (fictif) de sauvegarder le patrimoine plutôt que celui de répondre à la politique proposée par Nerva et assurée dorénavant par Trajan, ce qu’il résume ainsi : ( :5) Sed oportet priuatis utilitatibus publicas… Mais il faut savoir préférer aux intérêts particuliers les intérêts communs, aux choses qui passent celles qui durent et songer à la « sûreté d’un présent qu’on a fait bien plus qu’à ses propres biens161 ».

SECTION II - LA CONDITION DE PLINE

75Interrogeons-nous à présent sur les origines de notre Epistolier, l’étendue de ses propriétés et l’exacte importance de ses largesses ? Enfin quels sont les différents visages de ce sage « littérateur » dévoué à l’Empire ?

§ 1 - Origines

  • 162 En III 5 :1 à :6 Pline le J. expose les écrits de son oncle : il en dresse même un catalogue destin (...)
  • 163 Plinius the Procurator, Harv. Stud., LXXXIII, 1969, 201-236 (succession de charges équestres).
  • 164 Cf. Ep. VI, 16 et 20).
  • 165 L’auteur écrit car il en a conscience : « Seul entre tous les Romains, j’ai décrit complètement la (...)

76Caius Plinius Secundus, oncle maternel et père adoptif de Pline (V, 8 :5) était un chevalier romain né à Côme en 23 ou 24 de notre ère. Il avait baroudé selon Gerphagnon « sur son cheval en Germanie sous Claude et peut-être Néron ». Sur la fin de son règne il avait jugé plus sage de se tenir en paix jusqu’à ce que Vespasien le rappela aux affaires… » Après son service militaire entre 47 et 51162 il devint procurateur de la Spagna Taraconensis vers 73 après avoir probablement été celui de la Narbonnaise en 70. Son cursus se poursuivit en Belgique (74) et en Afrique à une période mal déterminée malgré les travaux de R. Syme163. On sait que C. Plinius Secundus fut préfet de la flotte basée à Misène et qu’il mourut le 24 août 79 en voulant secourir des amis lors de l’éruption du Vésuve164. Son œuvre sur l’Histoire naturelle se compose de trente livres et représente une source importante de renseignements sur les connaissances de l’Antiquité165.

  • 166 Cf. C. I. L. V 5262 (inscription de Fecchio) et H. Dessau, I. L. S., 2927.
  • 167 H. HENNE, A propos du testament de César, D. A. S. J., Mél. Bruhl, 1959, spéc. 144 « Comme il était (...)
  • 168 L’idée a été reprise par A.-M. GUILLEMIN dans son fascicule sur Les lettres de Pline le J., classiq (...)

77Le père le Pline, Lucius Caecilius Cilo, ne nous est connu que par l’inscription 5279 du C. I. L. qui le présente comme un modeste magistrat de municipe : quattuor uir aedilicia potestas. L’adoption de P. Caecilius L. f. Ouf. [t.] Secundus fut une adoption testamentaire qui, suivant Mommsen, était différente de l’adoption entre vifs, à l’origine. Sous l’Empire, il nous semble bien que deux genres d’adoption fussent presque identiques sous le rapport de leur valeur en droit et de leurs conséquences juridiques, notamment de l’attribution du nom de l’adoptant. En fait, Pline s’appellera définitivement C. Plinius Luci filius Oufentina tribu Caecilius Secundus selon quelques sources sûres166. Selon H. Henne, on remarquera que l’adoption de Pline et celle de Cn. Domitius Afer qu’il cite plusieurs fois dans sa Correspondance, ont gêné beaucoup de commentateurs à cause de la fidélité à l’ancienne filiation. On peut se demander si il n’y aurait pas de changement de gens (théories de Lefas et de Cagnat). En fait une autre interprétation s’impose : l’adopté prend les tria nomina de l’adoptant parce qu’il paraît superflu de répéter le prénom dans la filiation. En d’autres termes l’adopté rappellerait de la sorte les souvenirs de son passé dont il n’a pas à rougir. On peut y voir avec H. Henne le signe « d’un certain affaiblissement de l’idée gentilice « pure, mais rien de plus167 ». Ainsi, le père adoptif de Pline avait la nobilitas de rang équestre, selon le témoignage de Tacite. Mais l’épître VIII 10 :3 de notre auteur ne laisse pas de nous interroger à ce propos : quelles sont les véritables voies de l’honneur familial face à celles de l’« improvisation ». Pline suivra donc les traces de son père adoptif quant à son éducation et à ses occupations ; il se montrera toujours fier de la qualité de l’érudition de son oncle maternel devenu ainsi son modèle (en ce sens l’ép. V, 8 :4 et :5 que l’on peut comparer à III 5 :3 et :6). J. Martha écrivait au début du siècle précédent dans la célèbre Revue des Cours et Conférences que le milieu dans « lequel Pline a été élevé de bonne heure paraît avoir été un milieu de gens de biens vivant à la campagne, ce qu’on pourrait appeler des gentilshommes campagnards168 ».

§ 2 - Pline, propriétaire terrien

78Envisageons ses possessions et ses revenus.

  • 169 Cf. Annexes, carte de l’Italie.

79On sait que les principaux revenus de Pline provenaient principalement et régulièrement (P. Merlat) des fermes situées en Toscane ou dans la région transpadane et accessoirement de celles regroupées vers le lac de Côme169, ces dernières dépendant du territoire vénitien ou Gallia Cisalpina. D’autres propriétés, selon les vieilles opinions de Henzen, Friedlander et Duruy auraient pu se situer dans le Bénéventin en raison de l’expression de l’auteur parlant de fundos in Beneuentanorum finibus (…). Mais la théorie n’est plus retenue de nos jours car elle reposerait sur une erreur de transcription d’un épigraphiste. Aucun texte plinien ne permet de faire figurer de tels domaines dans l’inventaire détaillé de ses possessions. Livrons rapidement un aperçu de ses propriétés :

  • le Laurentinum.................................................... Ep II, 17 :26

  • Ep. IV 6 :2

  • propriétés de Toscane (aux environs de Tifernium Tiberinum) ............................................................................. Ep. IV 1 :4

  • villas de la région de Côme .................................. Ep. IX 7

  • villa « sur les rochers » ....................................... Ep. IX 7 :3

  • villa qui borde un lac .......................................... Ep. IX7 :3

  • 170 Resp. Pline le J. propriétaire foncier, Latomus, XLIV, 522-540 (reprenant largement l’article du se (...)

80Somme toute les villas de Pline ont fait l’objet de nombreuses études qui visent à mieux les situer ou à rechercher leur exacte importance « dimensionnelle » et à les comparer avec les possessions de ses contemporains. Ainsi les études de P. Merlat et de Sirago170.

  • 171 Cf. Epp. IIl5 ;IV19 ;VIII2 ;IX 20et37...-RMARTIN, dans Pline le J. et les problèmes économiques de (...)
  • 172 Capitalisme dans le monde romain, trad. A. Bonnet, Paris, 1906. Que penser de la fortune de Pline e (...)

81Toutefois Pline s’est souvent plaint des difficultés d’exploitation de ses terres. Nous verrons plus loin qu’il recherche de bons fermiers voire souhaite de bons esclaves car les problèmes de « personnels » sont forcément liés à ceux de la production agricole et des revenus. Il nous fait souvent part de ses déceptions en la matière171. R. Martin évalue les possessions de Pline à un strict minimum de 3 000 ha, ce qui est certes important, mais en aucune façon, ne permet de le classer a priori, contrairement à Merlat, dans la catégories des propriétaires « latifundiaires ». Pline aborde plus précisément la question du rendement de ses petites terres en II 4 :3 : « Mes revenus, à raison du mode d’exploitation de mes petites terres (agellus - agellorum) peuvent être aussi faibles que peu sûres - mais ce qui manque du côté des revenus est compensé par l’économie - source pour ainsi dire, d’où jaillit ma générosité ». On est en droit avec Salvioli de se demander si les propriétés de Pline lui rapportaient vraiment de somptueux bénéfices172… A contrario les affirmations de Pline tendraient à empêcher de classer cet auteur ancien dans un type défini de propriétaires. Il convient donc d’être prudent dans l’interprétation des textes littéraires lorsqu’ils portent sur les faits économiques et sociaux de cette époque.

82De plus les intempéries viennent limiter et troubler le bon déroulement de l’exploitation. C’est ainsi que l’Epistolier s’adressant à Julius Naso (Ep. IV 6) lui rappelle le souvenir de cette année désastreuse où la grèle avait ravagé la Toscane et où tout se vendait à vil prix en Transpadane. Les accidents atmosphériques font donc partie de l’aléa du propriétaire foncier. En III 19 :4 l’auteur exprime à regret cette pensée quelque peu empirique et sage : « En revanche, je crains qu’il ne soit imprudent d’avoir une telle étendue de terres [soumise] aux mêmes accidents atmosphériques et aux mêmes hasards. Il semblerait plus sûr d’offrir aux caprices de la fortune des propriétés séparées ».

83Les risques d’inondation ne sont pas non plus à écarter puisque dans le passage VIII 17 :4 et :5 Pline écrit « à son cher Macrinus », à propos de l’inondation de l’Anio, le « plus mondain des fleuves » que « Ceux que le sinistre a surpris dans les régions élevées ont vu çà et là tantôt le mobilier des riches [habitants] et de la vaisselle massive, tantôt des instruments aratoires, ici des bœufs, des charrues, ceux qui les conduisaient, là des troupeaux détachés et livrés à eux-mêmes et au milieu de tout cela, des troncs d’arbres ou des poutres de villas flottant au hasard sur un grand espace ». L’auteur poursuit, de la même veine, ce tableau des désolations : « ( :5) Et ces malheurs n’ont même pas épargné les régions au niveau desquelles n’arrive pas le fleuve. Car au lieu du fleuve, pluie continue et cyclones s’échappant des nuages, écroulement des travaux, sépultures disjointes et même jetées bas, personnes estropiées, écrasés et aux pertes se sont ajoutés des deuils ». Ce sont de véritables désastres et calamités publiques dont parle Pline. La description de ces faits n’est pas sans rappeler de tristes événements récents survenus en Italie et en Europe…

  • 173 art. paru dans la V. D. I., 1953, n° 3, 65 (c. r. en all.). La viticulture exigeait jadis comme de (...)

84Dans ces conditions quels pouvaient être les revenus des terres de notre consulaire compte tenu, comme nous le verrons plus bas, des coûts de production tels les achats de bons esclaves, de personnels de surveillance ou géreurs, d’économes… Sergeenko s’aventure à estimer que pour l’agriculture de la fin du premier siècle, l’intérêt de l’argent était de 6 %, le revenu de la terre de 4,5 % et celui des vignobles bien cultivés de 6,5 %173. Mais ce sont des estimations valables pour les années « 70 » de notre ère, peu de temps avant la mévente due à la surproduction viticole.

  • 174 V. I. KOUZICHTCHINE, L’économie dans les latifundia italiens au 1er siècle av. J.-C., dans Vest. Mo (...)
  • 175 Ch. PARAIN, Le problème de la diffusion réelle des progrès techniques dans l’agriculture romaine da (...)
  • 176 En ce sens, E. M. SCHTAERMANN, Die Krise der Sklavenhalterordnung… 26-36. La Doctrine s’accorde sur (...)
  • 177 Sur la chute du prix du vin, S. REINACH, La mévente des vins sous le Haut-Empire romain dans R. A.( (...)
  • 178 PLINE l’ancien, Nat. Hist., XVIII, 6, 36. Selon cet auteur il n’y avait pas de pire méthode de cult (...)
  • 179 Pline connaît les difficultés de propriétaires en IX 37 où il explique à son correspondant qu’il se (...)
  • 180 Cf. IX 20 :2 : les serui urbani commandent les esclaves rustiques lors des vendanges.
  • 181 Beaucoup moins affirmatif que P. Merlat, Sirago écrit à propos de la prospérité foncière de Pline : (...)
  • 182 Sur la quest., V. . KOUZICHTCHINE, L’exploitation agricole de Pline le J., V. D. I., 1962, c. r. al (...)
  • 183 Comp. Ep. V 6 :4 et :15 avec De re rustica, I 2 :6 à :10. La ressemblance a frappé Sirago.
  • 184 De re rust. : Praedium, si domini praesentia cariturum est, locandum…coll. Lobe H. B. ASH, E. S. FO (...)
  • 185 Ainsi : IX 37 - X 8 :5.
  • 186 Ep. III 19 :7 - V. KOUZICHTCHINE, L’exploitation…30-40.
  • 187 En raison des remissiones, des mémoires des paysans, des intempéries et autres doléances intempesti (...)
  • 188 Cf. Ep. IX 37 préc.

85L’exploitation et les modes de gestion agricoles à l’époque Trajane ont fait récemment l’objet de nombreuses études174 ce qui a permis aux contemporains de mieux apprécier et les progrès techniques employés durant cette période175 et les graves problèmes humains inhérents à ces modes de cultures176. Selon Pline dans l’épître III 19 le « ( :5) sol est divisé en terres de labour, vignes, forêts, toutes cultures donnant des récoltes et en conséquence des revenus.. sûrs ». La hiérarchie des cultures chez notre auteur, à savoir, les vignobles177 , arbres fruitiers, blé et autres céréales et légumineuses…correspond sensiblement - comme le fait très bien remarquer R. Martin - à la conception traditionnelle propre à la polyculture méditerranéenne, connue de Strabon, Pline l’ancien ou Columelle. Seules l’archéologie et l’épigraphie permettront de vérifier les assertions des écrivains du premier siècle afin de connaître la juste proportion entre les cultures de villas et celles des latifundia. Beaucoup de chercheurs ont observé que Pline, en bon propriétaire, emploie des esclaves - dit-il - de qualité qui sont d’un haut prix. Il se souvient sans doute de la maxime de son oncle : coli rura ab ergastule pessimum est..178. L’exploitation de ce dernier repose donc sur l’emploi d’esclaves coûteux et de fermiers plaintifs et geignards179. A cela on doit ajouter un certain morcellement des terres et la nécessité d’un contrôle permanent que l’on envisagera plus loin180. Nous sommes donc en droit de nous interroger : Pline n’a-il au fond pas raison lorsqu’il prétend ne disposer que de petites propriétés et notamment lorsqu’il écrit : sunt omnimo nobis modicae facultates. Sa fortune modeste, dit-il, résulterait de son rang élevé et de ses économies. Ses obligations dispendieuses (dignitas sumptuosa) correspondent à sa situation sociale. On comprend ainsi pourquoi notre sénateur se demande dans un passage différent si ses revenus sont plus « modiques qu’incertains ou incertains que modiques (Reditus, propter conditionem agellorum, nescio minor an incertior). A la vérité Pline exploite des propriétés importantes quoique de dimensions moyennes et de plus éparpillées181 ; il a besoin de procuratores comme en III 19 :2. Ou encore d’actores. Les premiers servaient en général d’intendants ou de régisseurs, les seconds distribuaient à leur tour les ordres et les impulsions culturales. Il convient de visiter en effet le bétail, d’assister au pressurage des raisins, au battage des grains, à la montée du froment et de procéder aux partages des récoltes tout en assurant la sauvegarde des intérêts du propriétaire182. On ne s’étendra guère sur les locations agricoles de Pline qui s’en remet sur ce point au principe de prudence de Columelle au sujet des propriétaires qui ne peuvent eux-mêmes surveiller leur exploitation183 : « Celui qui a des biens dispersés ne peut les faire cultiver par des esclaves qu’on ne peut surveiller184 ». Pline demandera des congés pour absence soit à l’empereur soit à des amis185. Il lui est très difficile de trouver de bons fermiers et la misère des temps a fait diminuer à la fois le rendement de la terre et le prix des fonds186. Le paysan se fait-il rare ? Les doléances constituent-elles son lot quotidien ? On sent un Pline, gentleman farmer (E. Allain) désabusé187. Cela explique peut-être qu’il trouvera plus de plaisir pour la gestion de la chose publique que celle de la terre. Il semble exiger des loyers en nature et non plus en argent ce qui fait penser un peu au métayage ou au colonat partiaire188. Mais il n’y a plus de uillicus comme au temps de Caton et de Varron.

  • 189 On rapporte ici la vieille opinion de J. Bayet reprise par R. MARTIN qui voyait en Pline la préfigu (...)

86Le fermier de Pline est sans doute l’ancêtre directe du colonus de la fin du Haut-Empire189.

§ 3 - Pline « évergète »

  • 190 Il ne faut cependant point trop exagérer l’humanisme de Pline, certes il témoigne d’une certaine hu (...)
  • 191 V. art. Liberalitas de K. BORSANYI (Histoire de l’idée de liberalitas, Egyptemes Philol., Koslony, (...)
  • 192 R. E. L., 1976.

87La philantropie et la « charité » de Pline190 sont fondées sur les conceptions philosophiques du temps, sur les qualités de « l’honnête homme sans prétention doctrinaire » ou encore, plus simplement sur les mœurs romaines du Haut-Empire191. J.-M. André avait dans un Essai consacré aux Pensées et philosophie dans les Lettres de Pline le Jeune192 mis l’accent sur l’humanité et le réalisme de l’élève de Quintilien qui a un sens naturel de la relativité des choses humaines et sait évoquer les « vertus propres aux différents âges de la vie (VIII 5) ». Il aime en plus à pratiquer l’art de l’amitié.

  • 193 dans son Essai sur le caractère des lettres de Pline le J., Mostar, 1936, 7. Il écrit de celui-ci q (...)
  • 194 V. La philosophie à Rome, P. U. F., lit. Anc., 1977, 193 ss.
  • 195 Not. En Pan. XXXVIII 4 - Comp. SENEQUE, Epist., XVI, 1 -Id., De benef. IV 10 :3 - A ce sujet V. vie (...)
  • 196 Socialitas, (cf. Epp. IX 30 :3 et IX 5 :2 ainsi que Pan. IL 4) et Sinisterias (VI 17 :3 et IX 5 :2) (...)

88Que l’on ne cherche pas, par conséquent, chez notre auteur un orgueil démesuré mais plutôt un sens certain de la sagesse voire de la relativité des choses. André poursuit que « la moralité et l’art de vivre intéressent davantage Pline qui n’est pas loin d’admettre « une rupture entre la sagesse et l’humanité (VIII 16) », entre les préceptes et les dogmes (VII 26). L’épistolier demande à la morale un traité des vertus, le sens de la vie et de la mort, des règles d’éthique sociale. Dragicevic avait, il est vrai, déjà insisté sur les notions d’immortalité et de souvenir193 ce que fait justement remarquer à son tour J.-M. André qui indique que l’évergétisme de Pline repose sur la doctrine de « l’otium », essayant en cela de concilier l’individualisme épicurien à la morale du « decorum ». L’auteur cite les épîtres II 7, III 7 et IX 3 ; Or, cette dernière va jusqu’à affirmer : « ( :2) En effet, mon idée est que tous les hommes doivent calculer ou qu’ils peuvent être immortels ou qu’ils sont [de simples] mortels ». C’est sans doute ce sens de la postérité qui a forcé le bon Sécundus à écrire son Œuvre, à assurer de nombreuses donations car, ajoute André, les exigences de la morale sociale, celle du De Officiis, cicéronien et du De Beneficiis sénéquien, s’imposent à l’Epistolier194 ». La générosité de Pline est donc fondée sur la réflexion195 et la socialitas coutumière196.

  • 197 « J’avais fait une absence en Toscane pour présider aux premiers travaux d’un monument public bâti (...)

89Par ailleurs on sait que la coutume voulait depuis la fin de la République que les villes « recherchassent des protecteurs, des « grands » de ce monde, un « puissant ». Ainsi, Pline fut par exemple le protecteur de Tifernum Tiburinum, cité qui l’avait choisi alors qu’il était encore enfant (IV 1, :4). « Dans ces murs, rapporte ce dernier, pour lui témoigner ma reconnaissance, j’ai élevé à mes frais un temple qui est tout prêt et donc, par conséquent, il serait sacrilège de remettre la dédicace ». Suivra le banquet d’usage. Dans l’épître III 4 :2, Sécundus promet d’être à Tifernum le jour de la dédicace et nous verrons par ailleurs qu’il devra solliciter du prince un congé pour se rendre en Toscane alors qu’il était préfet du trésor197.

  • 198 On ne confondra pas « sociologiquement » l’hypothèse du patronat en Italie et dans les provinces. L (...)
  • 199 J. GAGE, Les classes sociales dans l’empire romain, Paris, 1964, 176.

90Autrement, dit il, il importe de ne pas confondre ce type de patronage avec celui qui est conféré par une province par esprit de reconnaissance198. L’hospicium pub[b]licus est un titre qui, si Pline avait voyagé en Bétique, lui eût garanti une réception plus qu’honorable en tous lieux et défrayé de beaucoup de dépenses (cf. Epp. I 7 et III 4). Ce patronage d’honneur commandait sans doute une défense des intérêts en haut lieu ou devant la justice romaine, tel est le sens du terme patronus199 . On ne distinguera pas non plus entre le patronage des bourgs (uici) ou des cités, ni entre les prodigalités qui constituent des dons ou des libéralités testamentaires. En revanche, nous suivrons la vieille classification d’Allain qui postulait les distinctions suivantes l°) libéralités politiques, 2°) libéralités purement familiales et 3°) celles qui sont amicales. Cela nous permet de reproduire sous forme de tableau les principales libéralités (connues) de Pline :

a) De son vivant

Fondation d’une bibliothèque à Côme..............................1 000 000 HS
Entretien et agrandissement.................................................100 000 HS
Fondation alimentaire à Côme.............................................500 000 HS
Petit champ donné à sa nourrice ..........................................100 000 HS
Cadeau à Romatius Firmus..................................................300 000 HS
Dot à Calvina .......................................................................100 000 HS
Cadeau à Métilius Crispus.....................................................40 000 HS
Cadeau à Quintiliana..............................................................50 000 HS

b) Les legs testamentaires

Fondation pour ses affranchis...........................................1 800 000 HS
Obligation testamentaire à Côme...................................... 4 445 000 HS

c) Libéralités de montant inconnu

Tiers d’une chaire d’enseignement à Côme
Temple de Tifernium Tiberinum
Relèvement d’un temple de Cérès
Remise des dettes au père de Calvina
Argent de route pour le philosophe Artémidore
Viatique pour Martial.

  • 200 Coll. Les Belles-Lettres, t. I n.5 p. xviii.
  • 201 V. Annexe épigr.
  • 202 V. supra § 2 sur les caisses alimentaires. Pline, pour assurer la durée de sa fondation n’hésite pa (...)
  • 203 Sur le droit des villes incerta personae de pouvoir cependant hériter V. infra (chap. sur l’équité (...)

91D’après A.-M. Guillemin (Pline le Jeune…200) il faut entendre par libéralités politiques toutes celles qui se rapportent à sa bonne ville de Côme, c’est-à-dire, les libéralités faites en 96 ou 97, puis également celles décidées mortis causa par testament et dont trace a été retrouvée sur la pierre201. De même il faut ranger dans celles-ci la donation « pour assurer les cinq cent mille sesterces que j’avais assignés à une fondation alimentaire pour des garçons et des filles de naissance libre (ep. VII 18 :2) de Côme202 ». A cela on doit encore ajouter une donation complémentaire en V 7 :3, passage où l’auteur précise à son correspondant, Calvisius Rufus : « je sais que votre sentiment ne diffère pas du mien, car vous avez aussi pour votre ville l’attachement d’un excellent citoyen203 ».

  • 204 Sur le sens de I 8 :14 in fine : G. STEGEN, Pline le Jeune, Latomus, XXIX, 1970, 162-163.
  • 205 Not. pour § I 8 :12, P. VEYNE dans Latomus, XXVI, 1967, 727 : Pline, à notre avis est parfois plus (...)

92Nous plaçons également dans cette catégorie toutes les libéralités qui ont pour but de relever des temples comme en IX 39, d’établir une bibliothèque (I 8) : une donation constituée avec rente et accompagnée d’un discours dédicatoire dont le sens profond n’a pas toujours été bien compris. Le passage I 8 :14 témoigne d’un style assez hermétique pour nous : « Autre considération : une âme grande, ne l’oublions pas, cherche la jouissance de sa vertu plus dans ce qu’elle en sait que dans ce que disent les autres ; la gloire doit être un résultat, non un but, et si par quelque hasard le résultat ne se produit pas, ce n’est pas pour être restée sans gloire qu’une action est moins belle204 ». D’autres passages aussi alambiqués de cette même épître ont fait l’objet de diverses études205 .

  • 206 Cf. Ep. IV 13 :9.
  • 207 Sur la munificence de Pline G. GENTILLE, Le beneficenze di Plinio Cecilio Secondo ai Comensi, Rend. (...)

93De même il convient de ranger parmi les libéralités politiques celles qui consistent à ériger des statues au nom de l’empereur ou à installer une chaire d’enseignement comme en IV 13 il est question d’une statue dédiée à Tacite. L’absence de Maître d’Ecole à Côme pousse les jeunes gens à fréquenter celle de Mediolanum (Milan) ou peut-être de Rome. Aussi Pline est-il favorable à la création d’une chaire d’enseignement dans sa patrie : « Vous ne pouvez, dit-il, rien donner à vos enfants de plus beau, rien à votre ville de plus agréable. Il faut élever sur son sol les jeunes gens qui y naissent afin que dès leur bas-âge ils s’accoutument à l’aimer et à y résider ». Outre, son accent patriotique ce passage implique-t-il une fâcheuse tendance au dépeuplement des petites cités ? Ce qui irait malheureusement de pair avec l’exode rural du temps ? Et l’Epistolier de poursuivre : « Et puissiez-vous attirer des maîtres si distingués que des villes des alentours on vienne vous demander l’enseignement, qu’au lieu d’envoyer comme maintenant vos enfants chez les autres vous voyiez bientôt [ceux des] autres affluer vers vous206 ». Les donations politiques de Pline correspondent bien à la philosophie du temps ainsi qu’à la munificence habituelle et coutumière du Haut-Empire romain207.

94Les libéralités familiales comprennent non seulement des attentions à l’égard des siens mais aussi à l’égard des gens de la domus, les esclaves, les affranchis, les serviteurs et autres domestiques.

  • 208 J. Carcopino notait qu’un Grec qui vécut à Rome au milieu du second siècle y avait été frappé du ra (...)

95C’est ainsi que pour témoigner de la reconnaissance à sa nourrice Pline lui fait donation d’une terre en VI 3 : petite terre valant au moment de la donation cent mille sesterces. De même, la fondation pour les affranchis ne revêt pas moins d’importance compte tenu de l’amitié du maître pour ses gens qu’il traitait souvent comme des amis (Ep. VIII 16)208 .

  • 209 PLINE le J., Epp. II 13 :10 ;II 6 ;VI 1 ;VI 8 :1 et :3.-JUVENAL, Sat., VI :3 in fine et :4 - SENEQU (...)

96Les libéralités amicales sont plus nombreuses ce qui paraît normal étant donné que l’amitié constitue chez les Romains - et particulièrement pour les contemporains de Pline - une véritable institution que nous examinerons plus loin. Pline, Juvénal et Sénèque fournissent des précisions dignes d’intérêt quant à l’évolution des mœurs en général et à celle de l’amitié, en particulier209.

  • 210 Cf. Ep. III 21 :2 - Sur le dernier voyage de Martial, Th. MOMMSEN, Geschichte Schrift., IV, 452.
  • 211 Curianus avait été exhérédé par sa mère Pomponia Galla et il désirait que Pline lui fit un don simu (...)

97Rappelons que Pline donna à Calvina en dot (II 4) une somme de cent mille sesterces et à Quintiliana (VI 32) un petit cadeau de 50 000 HS par pure délicatesse. Au centurion originaire de Côme Métilius Crispus il confie 40 000 HS pour s’équiper - ce qui prouve que Pline entretenait des relations cordiales avec des gens de conditions inférieures à la sienne puisque ce Crispus n’appartient même pas à la classe équestre (VI 25 :2). Au philosophe Artémidore, chassé de Rome par Domitien, il dut donner une somme très honorable pour s’acquitter d’une dette urgente (III 11). Le poète Martial, retournant en Espagne, peu de temps sans doute avant sa mort, vers 102, obtiendra de lui un viatique210. A Assudius Curianus, il offre le quart de sa part héréditaire dans la succession de Pomponia Grilla (V 1 :10) : « Mais voulant que mes cohéritiers trouvent en vous de la complaisance et que vous ne perdiez rien par vos égards à mon endroit, je vous offre de mon côté une somme égale ». Et plus loin : « J’ai été récompensé non seulement par le témoignage de ma conscience, mais encore par l’honneur qui m’en est revenu ». La noblesse des sentiments de Pline n’est plus à démontrer : elle est amplement prouvée par sa générosité211.

  • 212 Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, II, Le monde romain, Seuil, rééd. 1981 (L’Etat et l’Educa (...)

98Sans exagérer l’évergétisme de Pline on peut dire qu’il correspond bien à la dimension du personnage et au train du monde sénatorial romain hérité de l’antiquité grecque. Les usages de la haute société romaine se prolongent sous l’Empire car « les beaux jours de l’évergétisme ostentatoire et intéressé ne sont pas encore passés (H. I. Marrou212) ».

§ 4 - Un homme à plusieurs visages

  • 213 En ce sens, Dom. A. Mignot, Droit, Equité et Humanisme d’après la correspondance de Pline le Jeune, (...)
  • 214 Cf. C. Th., I 4, 7 et XVI 2, 23; Nov. XXXV (de Valentinien) - A l’inverse un rescrit de Gratien rec (...)

99Dans la lettre IV 29 adressée « à son cher Pomponius Bassus » Pline met en évidence l’opposition qui existe entre sa vie publique et sa vie privée. Ce ne sont pas deux vies vécues successivement dans le temps mais bien la superposition de deux carrières, l’une publique et officielle, l’autre, privée et intime. Sénateur, homme public, magistrat, homme de salon et de Lettres, il prise tous les genres de lectures, les récitations offertes à des amis ou côtoyer des relations « bien choisies et averties », en un mot, mondaines. Nous avons également affaire à un juge et à un avocat, un fonctionnaire d’Etat et à un administrateur de province. Pline administre aussi des biens publics et des biens privés : il gère la république et les biens domestiques. Enfin, nous avons sous les yeux un penseur, un conseiller du Prince, un politologue parfois213. Cette pluralité de fonctions doublée d’une vocation humaniste complique quelque peu la vision qu’un contemporain peut avoir d’un « honnête homme d’Etat » de l’Empire sous les Antonins. A cela on peut encore ajouter qu’à ces charges et honneurs se cumulent des fonctions religieuses, telles la dignité d’augure devenue vacante à la suite du décès de l’illustre Frontin ou encore le flaminat de Côme. Toutefois, ces différentes fonctions ne doivent pas nous surprendre. Il en allait ainsi dans toutes les sociétés antiques, sociétés où fonctions religieuses et politiques s’interpénétraient aisément. Il faudra attendre la basse latinité pour voir s’amorcer une distinction nette entre respublica royale (l’Etat) et respublica christiana (l’Eglise), entre occupations civiles et cultuelles214.

  • 215 V. R. E. L. V, 1927, 263 ss.
  • 216 Les Belles-Lettres, Paris, 1929.
  • 217 Essai sur le caractère des Lettres de Pline le J., Mostar, 1936.
  • 218 Id, ibid., 124.
  • 219 Zur lebengeschichte des Jüng. Plinius, Hermès 1869, 31-139: « Die glatten und flachen strilproben u (...)
  • 220 Respect. La lingua e lo stilo dello lettere di Traiano, Traianea I, Stud. Ghisl., Pavie, I, 1950, 2 (...)
  • 221 La sua ‘humanitas’, Atti dell’Ist. Veneto di Sc. Lett. e Art., CXX, 1961 et 1962, 59-79.

100Pline est avant tout un « homme de lettres » ce que démontraient jadis les études classiques qui amenaient à considérer cet auteur comme un écrivain, un panégyriste, laudateur du prince215. A.- M. Guillemin a consacré d’ailleurs une étude sur les Sociétés de gens de lettres au temps de Pline216, travail repris par le Père N. M. Dragicevic dans sa thèse sur le caractère de la correspondance de Pline217 qui conclut comme suit : « Sans doute, cette correspondance est particulièrement ordonnée et soignée au point de vue littéraire… Rien n’est plus varié… que ces lettres, écrites et envoyées réellement à leurs destinataires, Pline a su composer une œuvre de premier ordre218 ». Nous ajouterons seulement que l’on a trop comparé parfois Pline à son modèle le grand Cicéron ce qui a porté ombrage au second bien évidemment dépassé par le premier (H. Estienne). Mommsen a pu dire que Pline n’avait écrit « que de plats et lisses exercices de style219 ». Or, les lettres de Pline sont variées et la question de savoir si elles constituent dans les neufs premiers livres - les « Privatbriefe » de Kukula - de véritables lettres ou de simples épîtres (théorie de Deissmann) paraît bien dépassée : « Was ist ein Brief ? Und was ist eine Epistel ? » On remarquera que le juriste ou le sociologue trouva des éléments déterminants d’information aussi bien dans les lettres privées que dans celles pouvant être lues par des destinataires officiels, voire le Prince. Enfin, d’autres auteurs se sont attachés au style de l’œuvre plus qu’à son contenu, par exemple U. Rangone ou E. Auerbach220. Mais c’est surtout sur l’humanité de Pline que nous insisterons car elle exprime selon E. Bosilani, particulièrement, l’évolution des mentalités entre l’Antiquité et l’ère chrétienne221.

  • 222 Il y est dit « flamen diui Titi Augusti » dans C. I. L., V 5667.
  • 223 ORELLI, 3669 ( = 4906).
  • 224 On observera que c’est à peine si Pline fait allusion à l’efficacité particulière de la prière de l (...)

101Abordons de prime abord les fonctions religieuses. Titus mourut le 13 septembre 81. Son frère Domitien créa en l’honneur de cette nouvelle divinité un collège particulier de prêtres. Et Pline, qui ne parle jamais de ses fonctions municipales et sacerdotales précise qu’il a rempli à Côme une fonction de flamine du divin ‘Titus Augustus’. Il revêtit donc le flaminat selon ce que nous indique l’inscription trouvée à Vercellae222 de la même façon que son grand-père par alliance, Fabatus, avait joui du titre de « flamen diui Augusti223 ». En fait, c’est principalement l’augurat qui combla de bonheur notre sénateur. La demande officielle de Pline n’est pas datée (X 13) ainsi : « Rogo dignitati ad quam me prouexit [le consulat] indulgentia tua, vel auguratum uel septemviratum » mais Durry la fait remonter à l’an 103. Dans sa réponse à Maturus Alianus, en IV 8, ce dernier le félicite de l’augurat. Pline avoue qu’il est flatté de l’estime du prince parce que « ce sacerdoce considéré en lui-même est ancien et vénérable et de plus sacré et privilégié entre tous, pour être irrévocable jusqu’à la mort ». En 8 :13 celui-ci ajoute : « j’ai succédé à Frontin, l’un des premiers des Romains, qui, au jour de la présentation des noms, n’a jamais manqué ces dernières années de me proposer pour ce sacerdoce, semblant ainsi me désigner pour prendre sa place ». Malgré la designatio impériale il y avait encore place pour une certaine cooptation, sans doute pour assurer, sous serment, un recrutement fondé sur la valeur et la réelle aptitude des candidats. Mais, ce qui réjouit le plus Pline, c’est surtout le fait de succéder à ce poste, à plus d’un siècle et demi d’intervalle au célèbre Cicéron. Il le dit comme suit : « ( :4) Il vous plait, dit-il à Maturus Arrianus, que je possède les honneurs de celui dont j’essaie d’imiter les travaux ». Secundus conclut cependant en sagesse et raison affirmant « qu’il est difficile d’obtenir et même présomptueux d’espérer ce qui ne peut être accordé que par les dieux224 ».

102On formulera toutefois deux observations à propos des fonctions religieuses de Pline. La première sera pour rappeler que ces dernières s’intercalaient nécessairement à Rome entre les diverses charges publiques assurées par le magistrat : elles font partie intégrante d’une certaine manière du cursus honorum, la seconde se bornera à essayer de mettre en lumière l’attitude psychologique des nobles à l’égard de ces charges purement religieuses : ils les convoitent non par vanité mais par « esprit de tradition ». Il est vain d’ailleurs de trop chercher à opposer les carrières publique et privée de Pline. L’homme d’Etat est à la fois homme de lettres, juriste, humaniste. Il est un homme « complet » et là réside la différence de conception entre les Anciens et les Modernes. Et pourtant de nombreuses lignes de continuité affleurent. Déjà se dessine une notion de droit public par opposition à celle de droit privé ; déjà le juriste se spécialise dans la science du droit : il s’occupe de testaments ou de conventions ; il choisit d’étudier le « droit sénatorial ». Au cours du iie siècle, le juriste ne cherche plus à accomplir forcément une carrière publique. Cependant on sacrifiera à la tradition même si l’on fait observer que toute l’activité de Pline le Jeune ne se résume pas à une seule carrière administrative.

103Le premier Titre portera précisément sur la carrière des honneurs de l’enfant de Côme, prise au sens large (période pré-consulaire, consulaire et post-consulaire) et ses capacités d’avocat et de juriste (il participe à l’instar des premiers grands juristes de l’empire au Conseil du prince) ; il livre accessoirement quelques consultations à ses correspondants alors que le second Titre cherchera davantage à mettre en lumière le rôle et les fonctions du gouverneur de Pont et de Bithynie : c’est l’envoyé extraordinaire qui agit en tant qu’homme de confiance de l’empereur pour résoudre les nombreuses questions politiques posées par les deux provinces orientales.

Notes

5 En ce sens Ep. VII 24 :8 citée plus bas. A ce propos F. SCHULZ précise que « La scuola che Pomponio fa risalire a Capitone venne in realtà fondata a Cassio. Noi lo sappiamo da Plinio il Giovane, la cui età è cosi prossima a quella di Cassio … che la testimonianza puo essere accettata senza reserve ». Cf. Storia della giurisprudenza romana, Sansoni, Florence, 1968, 215.

6 Les Romains au temps de Pline le Jeune, Paris, 1882 - A.M. GUILLEMIN, La culture de Pline le Jeune, Mél. F. Grat, Paris, 1946, vol. I, spéc. 77-78 (Nicetès Sacerdos de Smyrne est présenté par PHILOSTRATE (Vit. Soph. I, 19) comme celui qui a ressuscité la sophistique. Pline fut son élève ainsi que celui de Quintilien).

7 En ce sens, J. CARCOPINO, La vie quotidienne à Rome à l’apogée de l’Empire, Hachette, 1975, spéc. 15-36.

8 Sur la nature et l’évolution du Principat, L. WICKERT, Princeps, paru dans P. W., XXII, 2, 1954, col. 1998-2296 et J. BARENGER, La notion du principat sous Trajan et Hadrien, colloques C. N. R. S., Paris, 1965, 27-44.

9 Not. On peut citer les travaux volumineux d’E. ALLAIN, d’A.-M. GUILLEMIN, de HARDY, de SCHUSTER qui seront cités à plusieurs reprises ou des travaux moins connus de R. HANSLIK (Plinius Minor, Leipzig, 1958), S. E. STOUT (Plinius Epistulae, Bloomington, 1962), de MYNORS (Plinii Caecili Secundi Epistularum Libri Decem, Oxford, 1968).

10 Cf. Tableau an annexe portant sur le cursus honorum de Pline.

11 D’après respectifs des auteurs : Zur Lebensgeschichte des jüngeren Plinius Hermès, III, 1869 -Plinius’Reisen in Bithynien und Pontus, Hermès IL, 1914, 120-136.

12 Sur le sénat, tuteur et défenseur de la res pubblica romana, R. TALBERT, The Senate of Imperial Rome, Princeton, 1984, concl. particulière p. 489.

13 V. p.ex. La revendication sociale chez Martial et Juvénal ou encore La poésie romaine et le problème social à la fin du premier siècle, cons. resp. Inf. Litt., 1961, 12-19 et Riv. Cult. Class. E med., 30-67. Sur le témoignage de Juvénal, ce campanien fils adoptif d’affranchi (…) M. GARRIDO-HORY, Esclaves et affranchis à Rome - Juvénal, Besançon, 1998 (580 p.).

14 A. GOLDJENBERG, Etudes sur l’histoire de l’empire romain au ler siècle de notre ère - La guerre civile de 69 (en russe), Karkhov, 1958 - E. FUSSHOLER, Prizipatsideologue und Herrschaftübertragung im Vierkaiserjahr - (Der Reformversuch Galbas und seine Bedeutung für die Ereignisse von 68-69 n. Chr.), Bonn, 1958.

15 Les interventions du Prince depuis Auguste sont très discutées (nominatio, commendatio et designatio). Sur la question on peut se reporter à l’étude de B. LEVICK, Imperial control of the Elections Under the Early Principate, Historia, 1967, 207-230.

16 J. GAUDEMET, Institutions de l’Antiquité, 1967, 488, 537 insiste sur la nécessité de renouveler l’ordre sénatorial mais aussi de conserver, face au prince et à ses subordonnés, un « esprit de classe » capable se sauver la république…

17 Cf. Annales… III, 55.

18 Selon H. HOMO, L’empereur Vespasien, Paris, 1949, spéc. 285-288.

19 V. la généalogie des Antonins d’après J.-P. MARTIN not., La Rome ancienne, Paris, 1973, 220 ss.

20 Cf. Les classes sociales… Paris, 1964, spic. 88-89 ss. V. ci-dessous tableau tiré des indications de G. FORNI dans « Il reclutamento delle legioni da Augusto a Diocleziano, Milan-Varèse, 1953, 159 -212 et dressé par P. PETIT, La paix romaine, 3e éd., 1982, spéc. 102.
Image 1000000000000336000000EF00F7D32D.jpg

21 Œuvres, I, 103 : 31.

22 En ce sens, TACITE, Ann., VI, 17 et SUETONE, Tibère, XLVIII.

23 On peut toujours consulter avec profit le travail fondamental d’H. H. PFLAUM, La part prise par les chevaliers romains d’origine espagnole à l’administration impériale, colloque C. N. R. S., Les empereurs romains d’Espagne, Paris, 1965, spéc. 87 – 121.

24 Th. publiée à Naples, 1970 (499 p.) : on note principalement l’évolution des carrières administratives équestres en cette fin du premier siècle.

25 Cg.I19 :2(préc.) : Igitur ut te non decurione solum, uerum etiam equite Romano perfruamur, offero tibi ad implendas equestres facultates trecenta milia numum.

26 Minicus Macrinus a donc refusé l’adlectio inter praetorios qui l’aurait assimilé à un sénateur de rang prétorien. Le refus d’un tel honneur est fréquent dans l’entourage de Pline et s’explique peut-être par des motivations financières liées à des fêtes ou des dons qu’il faut assumer !

27 V. en ce sens la lettre adressée à Junius Mauricus. L’hypothèse soulevée ici de mariage arrangé se vérifie fréquemment à cette époque et c’est l’un des mérites de J. CARCOPINO que d’avoir souligné la fréquence de cette pratique dans la Rome du premier siècle.

28 The municipal System of Republic, N.-Y., 1968, 105 ss

29 C. I. L., IV, 31 (élections à des magistratures urbaines : surveillance des immeubles menaçant ruine, des fleuves, des voies etc.). Ces charges sont extrêmement fréquentes dans les villes d’Orient (V. infra 2e Partie).

30 Sur la quest. Vieille étude de WILLEMS sur Les élections municipales à Pompéi, Paris, 1887.

31 V. infra, 2e partie - sur le terme inuitus V. Ep. X 79 (83) et la réponse de Trajan, X 80 (84).

32 Sur l’évolution de la politique municipale puis la loi municipale d’Auguste jusqu’au Bas-Empire V. A. N. SHERWIN-WHITE, The Roman Citizenship, Oxford, 1939 qui étudie les périodes de Claude, des Flaviens, puis de Trajan et Hadrien, travaux repris par G. GASCOU pour l’Afrique proconsulaire à une période plus tardive (Rome, 1972).

33 La civilisation de l’Afrique romaine, Paris, 1959, spéc. 118-119.

34 C. I. L., VIII 7983).

35 H. GALSTERER, La loi municipale des Romains, chimère ou réalité ? R. H. D., n° 2, 1987, spéc. 181-203 (l’a. parle de la loi Irnitana).

36 En ce sens, d’ORGEVAL, L’empereur Hadrien, Paris, 1950, spéc. 248-252.

37 selon A. H. M. JONES, The Cities of the Eastern Roman Provinces, 2e éd., 1971, 28-40 -170 -190.

38 V. P. PETIT, La paix romaine… 183

39 Resp. La Città dell’impero nell’Epistolario di Plinio, Univ. Sacro Cuore, Ist. Filol. Class., Stor. Ant., Milan, 1953, 137-236; Imperium und Polis in der hohen Prinzipatszeit, 2e éd., Münich, 1969 (135 p.)

40 Par ex. V. travaux de L. ROBERT sur les monnaies grecques ou sur la ville d’Ephèse ; étude de LEGLAY sur l’inscription de Cuicul in Akte IV, Congrès Epigr. de Vienne, 1964, 224-233.

41 I. LEVY, Etudes sur la vie municipale en Asie Mineure au temps des Antonins in Rev. Et. Gr., VIII, 1895, 303-250 et t. XIV, 1901, 350-371. ; plus récemm., V. Etude de T. KOTULA, Les curies municipales en Afrique romaine, Wroclaw, 1968 (en polonais). Sur les magistratures provinciales, citons les articles anciens mais fondamentaux de Ch. LECRIVAIN (Magistratus municipalis, Daremberg et Saglio III, 1918, 1540-1553, d’une part et, sur l’accès au sénat- Βυλη) : ‘Senatus municipalis ’, Daremberg-Saglio, IV, s.d., 1200-1205, d’autre part.

42 G. MANSUELLI, I Cisalpini (3e sec. a. Chr - 3e sec d. Chr.), Florence, 1962, 175-182, (digne d’intérêt car elle souligne l’importance des carrières mixtes, municipales et impériales).

43 Comp. Avec C. I. L. III, 96 pour Sinope et Amisos - MAXIMOVA, Antiknoie goroda, 380 citant C I. G. 4150 b. Pour les villes d’Héraclée et d’Amastris on se reportera aux travaux de synthèse sur les Fouilles de Delphes, III, 1. N° 551 : il en va de même pour Nicée et Nicomédie.

44 ROBERT (L.), Et. Anat., spic. 259-260 - PERROT, Explorations archéologiques, t. I, 48, n° 26 - A. C. JOHNSON, travaux sur l’Egypte au IIIe siècle.

45 En ce sens on notera la remarque de A. THOMPSON dans Pliny’s Epistulae II 11 and Lepcis Magna (Nigeria and the Classis, t. XII, 1970, spéc. 55-57 qui porte sur les rôles respectifs de l’aristocratie « indigène » ou d’origine italienne.

46 L. VIDMAN n’hésite pas à rappeler dans le fond que le gouvernement central romain soutenait cette tendance naturelle depuis l’époque augustéenne à protéger l’aristocratie dans l’administration municipale de Rome et dans les provinces (Etude sur la correspondance de Pline à Trajan… 1960, 67). Ce point de vue doit être rapproché de celui de ABBOTT et de JOHNSON (Municipal Administration…72) ou encore de H. STEVENSON (Roman Provincial Administration…Oxford, 165)

47 TRISOGLIO, Opere… t. I, 201.

48 Oxford, 1970, XIII-320, spéc. 134 ss

49 L’apparition dans le droit des classes d’honestiores et d’humiliores in R. H. D., 1950, 305-337.-Plus récemm. V. RILINGER (R.), ‘Humiliores-honestiores’ : zu einer sozialen Dichotomie in Strafrecht der römischen Kaiserzeit, Munich, 1988.

50 Dig., XLVIII 5 39 :8.

51 Pline le Jeune et ses héritiers, Paris, 1901, 381, n. 1.

52 Cf. Dig. XLVII, 21: 2 (= collatio XIII 3, 2).

53 V. ancienne étude de J.-J. ESSER, De pauperum cura apud Romanos, Dissemb., Campis, 1902, X-300.

54 W. SCHWER, Armenpflege in Reallex.. für Ant. Und Christ., t. I, 1950, coll. 689-698 -. BOLKENSTEIN, Wohltatigkeit und Armenplege im Vorchrislichen Altertum, Groningen, 1967, 34-379 - A. R. HANDS, Charities and social Aid in Greece and Rome, Londres, 1968, spéc. 222 - Ouvr. coll. sur Les problèmes sociaux de l’Antiquité vue par les écrivains anciens, Jablona, 5-9 oct. 1987, Omaggio P. Lévêque, (G.I.R.E.A, index XVII), 1989.

55 Resp. l° La politica social de Trajano, Madrid, 1935, spéc. 112 - 2° Les distributions de blé et d’argent à la plèbe romaine sous l’Empire, Arno Press, N.-Y., 1975, spéc. 100 ss.

56 Sur ce point, J. GAUDEMET, L’étranger dans le monde romain, Stud. Class., 1965, 37-47. - Comp. avec l’art. de F. de VISSCHER in Rec. Soc. J. Bodin, IX, L’étranger, l. Bruxelles, 1958, 195-108.

57 Les classes sociales (préc.), 143-148 - P. PETIT, ouvr. cit., 283.

58 Histoire de la Rome antique, les armes et les mots, Taillandier, 1987, 246.

59 Sur la quest. D. BALSDON, Panem et circenses, Hommage à M. Renard, vol. II, coll. Latomus, 102, Bruxelles, 1969, spéc. 57-60 : paradoxalement Rome n’est pas non plus une ville de fainéants. Même opinion chez J. LEGALL, Rome, ville de fainéants, R. E. L., XLIX, 1971, 266-277.

60 Roman farming, Aspects of Greek and Roman Life, London & Southampton ed., 1970, (536 p.) - Terre et paysans dépendants dans la société antique, Besançon, 2-3 mai 1974, Paris, C. N. R. S., 1979.

61 Caractères de la crise de la production esclavagiste dans l’économie agraire de l’Italie au premier siècle après J. -C., Société Antique, 60-67. Mais à la différence de la plèbe rurale, la plèbe urbaine pouvait faire peur : en ce sens YAVETZ, Plebs and Princeps, Oxford, 1969, 150 ss.

62 En ce sens, propos de QUINTILIEN, Instit.Orat ; XII, 1, :6.

63 H. BRAUNERT, Grosstadt und Groostadt probleme im Altertum, Hochschultage, 1967, in Lübeck Kultusverwaltung, 55-70.

64 J. GAGE, ouvr. cit.,138-143.

65 Ouvr. cit., t. II, spéc. 112 - V. Annexe épigr. - Dom. A. MIGNOT, Droit, équité et humanisme d’après la correspondance de Pline le Jeune, R. H. D. F. E., vol. 66, Sirey, 1988, 587-603, spéc. 597.

66 Sur la quest., Journée du Colloque de Besançon « La sortie de l’esclavage » des 15-18 décembre 2005 et notre article In seruitutem reuerteris : la sortie de la servitude dans les îles d’Amérique, xviie-xixe siècle.

67 Contre l’affranchi qui manque à ses obligations existait depuis une loi de date incertaine une actio ingrati liberti permettant au Bas-Empire une relegatio loin de Rome - sur l’obsequium V. ULPIEN au Dig. 37 15, 9 et la punition de la blessure jugée atrox.

68 Il diritto privato romano nell’Epistolario di Plinio il Giovine, Turin, 1913, 123-141.

69 art. paru in Meander XXV, 1970, 351-362 (résumé en latin).

70 V. infra 68..

71 Comp. avec Pan. XXXVII :2 et :7 puis XXXIX :2 et :5.

72 Histoire générale…, t. I. Paris, 1974, 139.

73 Cf. Epp. V 19 :7(envoi de l’affranchi Zosime au forum Julien (Fréjus) et : 9 et VIII : l (angine d’Encolpius).

74 Die Krise des Sklavenhalterodnung im Westen der römischen Reiches, trad. du russe, Berlin, (478 p.).

75 Sur les esclaves fugitifs, ét. De H. BELLEN, Studien zür Sklavenflucht im römischen Kaiserreich, Forschungen zur antiken Sklaverei, t. IV, Wiesbaden, 1971, XII-179. On se souvient d’ailleurs qu’à Rome avait lieu une convention particulière, une offre ou pollicitatio qui se résume en une promesse de récompense pour qui trouvera un esclave fugitif (L’incidium consiste en une sorte de pacte unilatéral selon A. E. GIFFARD et R. VILLERS, Droit romain et anc. dr. franç., 4e éd., 1976, 184).

76 Cf Ep. II 10 : 3 « Hos nisi retrahes in corpus, quandoque ut errones aliquem cuius dicantur inuenient » -comp. avec ULP. au Dig. XXI 1, 17 :14.

77 J. KOLENDO, Le progrès technique et la main d’œuvre dans l’agriculture de l’Italie antique, résumé et comm. tirés du polonais, Wroclaw, 1968 - sur la notion de familia urbana constituée not. d’esclaves, V. art. de CHAPOT in Daremberg-Saglio, t. IV, 1275-1277.

78 Selon G. et M. SAUTEL « Seul Ulpien au D. XV, 4, 1 pr exprime la nécessité de quelque rapport direct, de quelque contact contractuel, entre le maître et le tiers », cf. Note sur l’action quod iussu et ses destinées post-classiques in Droit de l’Antiquité et Sociologie Juridique, Mél. H. Lévy-Bruhl, Sirey, 1959, spéc. 259 - M. JACOTA, Les pactes de l’esclave en son nom propre, R. I. D. A., XIII, 1966, 205-230 - Sur le contraste entre les amples possibilités d’actions et l’importance des charges qui leurs sont confiées et, d’autre part, la rigidité du système esclavagiste qui impose la limitation des droits de l’esclave J. GAUDEMET, Catégories juridiques et classes sociales. Un exemple, l’esclavage à Rome, Romanitas, 1967, n° 8, 124-148 (porte sur l’Ep. VIII :16 préc.). Enfin sur une curieuse application inattendue du droit romain, de par l’application du Code Noir Louis de mars 1685, art. 29 et ss : dom. a. MIGNOT, Le négoce de l’esclave et la résurgence des actions quod iussu et institoria aux Antilles (xviie-xviiie s), D. H. A., Besançon, 2003, 127-136.

79 La catégorie des esclaves cultivés ne cesse de progresser tout au long du premier siècle : S. L. MOHLER se penche sur ce phénomène dans Slave Education in the Roman Empire, Trans and Proceed of the Amer. Philol. Assoc., 1940, 262-280 (il est quest. not. Du passage de l’Ep. IX 20 : 2) - R. Mc MULLEN, Les rapports entre les classes sociales dans l’Empire romain 50 avant J.-C. - 284 après J.-C., Travaux/Seuil, Paris 1986.

80 On peut incidemment pour la Gaule se référer à l’étude de S. SZADECZKY-KARDOSS, Sur les mouvements sociaux de la Gaule au ier siècle in Akta Ant. Akad. Siin. Hung., 1955, 123 - 148 et résumé franç. 149-150 -Id., ibid., pour les mouvements sociaux au IIe s., 233-239.

81 Sur la quest. : travaux de N. SHERWIN-WHITE, The roman Citizenship, Oxford, 1939, spéc. 190.

82 De même, dans l’épître X 29 et sa réponse (X, 30) nous disposons d’un rapport sur le recrutement en Bithynie, mais il ne ressort pas de cette lettre de façon claire si les conscrits partaient pour les légions ou bien pour les auxilia. Sur le système de la conscription il est conservé les anciens travaux de Mommsen dans Hermès XIX, 1884, 1-79 ( = Gesch. Schrift.VI 20-117. Plus récemment cons. G. FORNI, Il reclutamento (préc.) et H. G. PFLAUM, Forces et faiblesses de l’armée romaine sous le Haut-Empire dans Problèmes de la guerre à Rome, Parie-La Haye, 1969, 85-98.

83 Le rang social du primipile, A. C., 1940, 13-23 - P. CONNOLY, L’armée romaine, trad. franç., Ed. Chantecler, 1976 (illustré) - Plus récemm. on peut cons. l’étude de B. DOBSON, Die primipiles. Entwicklung. Laufbahnen u. Persönlichkeiten eines römischen Offiziersranges (Beihefte der Bonner Jahrbucher, XXXVII, Köhln - Bonn, 1978 (reprend et complète des arguments déjà avancés dans The Centurionate and Social Mobility during the Principate… Recherches sur les structures sociales, C. N. R. S., Caen, 1969, Paris, 1970, 99-116).

84 Les institutions romaines - Textes (spéc. 270, présentant H. Dessau, I. L. S.2648 ad).

85 Par ex. M. Vettius Valens, soldat prétorien devint centurion primipile et procurateur selon l’inscription déjà citée du IIIe s. H. DESSAU (I. L. S. 9199) présente un cas similaire ; L. Antonius Naso, centurion puis primipile devient procurateur) ; idem pour C. I. L VI, 1599, Rome et pour DESSAU I. L. S. 1326 qui fait état d’un Marcus Bassaeus Rufus qui de primipile accède à la fonction du primipilat bis puis à la préfecture du prétoire d’Antonin au iie s. (…)

86 Il s’agit-là d’un petit locus desesperatus sans gravité pour le sens du texte.

87 Les cohortes prétoriennes, Paris, 1938, B. E. F. A. R., n° 146, réitérer. 1968, spéc. 191.

88 V. infra Titre I, chap. II, sect. I, § l.

89 V. infra Titre I, chap. I, sect. I, § 2.

90 Cette lettre pose en arrière fond le problème de l’absence ou de la disparition des personnes, notamment ici celles du chevalier romain Robustus et de M. Crispus. G. Le BRAS soulignait déjà que « c’est à un ami que le pater remettra pour le temps d’une longue absence, l’administration de ses biens. L’usage en est établi au IIIe siècle avant n.è. et il remonte peut-être aux jours des premières absences prolongées. Cet homme de confiance, on l’appellera uicarius, paene dominus. N’est-il pas un représentant ? Et déjà le nuntius muni d’un symbolum ne répond-il point à ce type, qui reflète un sujet de droit, une personne ? » V. Capacité personnelle et structures sociales, D. A. S. J., Sirey, 1958, spic. 425-426.

91 J. GAGE, ouvr. cit., 163-164 (sur les élections-cooptations - Sur la bourgeoisie et l’ordo décurional dans les villes d’Asie V. M. SARTRE, L’Orient romain… U. H., Seuil, 1991, spéc. 257-308.

92 Ouvr. cit., 175 ss. - H. G. PFLAUM, Les juges des cinq décuries originaires de l’Afrique romaine, in Ant. Afric., t. II, 1968, 153-195.

93 Ouvr. cit., 125.

94 En ce sens GRENZHEUSER, Kaiser und Senat in der Zeit von Nero bis Nerva, Diss. Münster, 1964, XII -273 -

95 Spéc 285-288, 305.

96 V infra Introd., sect. I, § 2

97 Selon SUETONE, Vesp., XV.

98 Cf. Epp. III, 11 :3 et IX 13 - SUETONE, Dom. X - TACITE, Agric., XLV.

99 V. Tableau joint en Annexe.

100 Cf. Pan., LIV, - Selon R. TALBERT, ouvr. cit., le sénat impérial ne sombre pas forcément dans l’insignifiance et ses séances sont plus nombreuses que les senatus legitimi de la fin de la République.

101 V. égal. en ce sens K CHRIST, Zur Herrscherauffassung und Polititik Domitians in Aspekte des modernen Domitianbildes, Schweiz. Zeitschrift. fûr Geschicht., 1962, 187-213.

102 G. WALSER, Der Putsch des Saturninus gegen Domitian in Provincialia, Fetschrift für Laur-Belart, 1968, 497-507.

103 Sur les rapports de Domitien de tendance sérapiste avec les religions orientales judéo-chrétiennes : M. SORDI, Il cristianesimo e Roma, Bologne, 1965, 107-108 ; Fr. BARRY, Le christianisme et la dynastie flavienne au ier siècle de l’ère chrétienne, fonds de la Diana, Paris, 1975, 1-5.

104 Le suicide politique est fréquent selon A. BODSON, Sénèque et le suicide, Acta del Congr. Intern. Filos. en comm. de Seneca en el XIX Centenaio de su muerte, Madrid, 1966, vol. II, 97-107 - D. GOUREVITCH, Suicide among the sick in classical antiquity, Bull.of the History of Medicine, LXIII, 1969, 501-518. Sur le phénomène de la mort dans l’Antiquité : Y. GRISE, Le suicide dans la Rome antique, Montréal-Paris, Bellarmin-Les Belles-Lettres, Noésis, 1982 - J. PRIEUR, La mort dans l’Antiquité romaine, Ouest-France, Université, 1986.

105 Domitien devient censor perpetuus à partir de 85. Après lui, les empereurs exercent les pouvoirs censoriaux sans en porter le titre.

106 Hist. Rom., LXVII, :4 et :3.

107 Vesp., VIII :1 et Titus, VI :2.

108 A. TORRENT, Para una interpretación de la potestas censoria en los imperadores flavios, Emerita, XXXVI, 1968, 213-229.

109 G. BOULVERT, ouvr. cit., 236-258 (service public).

110 H. REINHOLD, History of the Purple as a Status Symbol in Antiquity, Latomus, vol. 116, Bruxelles, 1970, 74 - Sur la pourpre, symbole du pouvoir V. Pan., VIIIL :4 : illud purpurae decus et PLINE (l’ancien) N. H., IX, 36, 129-41 ; 141 - égal. art. de R. BESNIER, s.v. Daremberg et Saglio, IV, 769-778. Domitien se fit attribuer le consulat décennal en 84.

111 La critique récente semble plus clémente à l’égard de Domitien. On se bornera à citer les travaux de K. H. WATERS, The character of Domitian, Phoenix, Arizona, 18, 1964, 49-77 - Id., Tranianus Domitiani continuator, AJPh, 90, 1969, 385ss - Les années Domitien de J.-M. Pailler et R. Sablayrolles édit., Pallas, 40, 1994 - enfin, P. SOVERINI, Imperio e imperatori nell’opera di Plinio il Giovane : aspetti e problemi del rapporto con Domiziano e Traiano, A.N.R.W. 33, 1, 1989, spéc. 535-537 (l’auteur synthétise différentes questions objets de requêtes et de responsa du livre X).

112 Selon Chr. SOULNIER, R. H. D. 1984, 1-14, Domitien est censé posséder les cinq noms de Pharaon, ce qui explique son attirance pour les cultes égyptiens…

113 Ep. IV 11 :6. - SCHEID (J.), Les rôles religieux des femmes à Rome. Un complément, dans R. FREI -STOLHA et alii (éd.), Les femmes antiques entre sphère privée et sphère publique, Berne, 2003, 137-151.

114 V. Resp. The imperial Cult under the Flavians, Stuttgart, 1936 - Psychologie du culte impérial romain, Diog., 1961, 47-68.

115 PLINE l’anc., Nat.Hist., VII 7 :43.

116 Comp. Tacite, Hist. V, 5 et Germ., IX d’avec Pline Ep. VIII 8 :5.

117 McMULLEN, Le paganisme dans l’Empire romain, trad. franç. P. U. F., 1987, in Les chemins de l’Histoire.

118 Ouvr cit., 147 (sur la décadence de la religion traditionnelle).

119 L’auteur nous parle not. du scepticisme mordant de Juvénal, Sat., II, 149-152.

120 En ce sens A. JAUBERT, Clément de Rome - Epître aux Corinthiens, Paris, 1971, spéc. 20 - Dom. A. MIGNOT, Clément cet inconnu in Studi su Clemente Romano, Orientalia Christiana Analecta, Incontri di Roma, Le Vatican, nov 2001, 2003, 163-195.

121 Cf. ouvr. anc. de P.-M. DUVAL, La Gaule jusqu’au milieu du Ve s. : cet historien est convaincu de l’apostolat de Clément de Rome dans les bords rhénans et la Mozèle en raison du très grand nombre d’inscriptions chrétiennes après Rome et Trèves. En ce sens V. Fouilles du cloître St Séverin à Cologne, R. E. A., 1930, t. XXXII, 266. M. SACHOT, La genèse du christianisme, Odile Jacob éd., 2003.

122 Déjà en ce sens LUCIEN, Alexandre XXV, 38.

123 L’adresse de I. P. 1 fait ranger cette lettre parmi les Epîtres dites catholiques : « A tous ceux qui sont étrangers et dispersés dans le Pont, la Galatie, la Cappadoce, l’Asie et la Bithynie. »

124 Mission und Ausbreitung d. Christentums, II, Leipzig 1924, 623, 754-756, 762.

125 H. Tüchle, Histoire de l’Eglise, éd. Salvator, Mulhouse, 1962, t. I - T. M. Lindsay, Church and Ministry in the Early Centuries, Londres 1924 - Plus récemm. Les chrétiens et l’empire romain, de Cl. Lepelley, in HistChrist., Desclée, 2000, 227-265.

126 On se référera aux anciens travaux de J. DAUVILLIER (Les temps apostoliques) et de C. LEPELLEY (L’empire romain et le christianisme,) revisités par HADAS-LEBEL, Jérusalem contre Rome (Cerf, Paris, 1990) et H. INGLEBERT, Les Romains chrétiens face à l’histoire de Rome (Paris, coll. des Etudes augustiniennes, 1996).

127 Comp. ce passage avec TACITE, Agricola, II :1 et :2 - SUETONE, Domitien, X, 5 et CASSIUS DION, LXVII, 3.

128 Opere… spéc. 1257, n. 4 - Cons. égal. MOMMSEN, ouvr. cit . 59 ss et G. BOISSIER, L’opposition sous les Césars, Paris, 1891.

129 Ainsi l’affranchis Cénis fut pour Vespasien non seulement une concubine mais aussi, nous dit Fr. Barry, un parfait ministre des finances. La chose apparaît nettement dans Titus, VII) qui sut lui aussi tirer admirablement parti des richesses des particuliers avides d’honneurs (Le christianisme sous les Flaviens, 47). Sur la politique de Domitien et les abus de son principat : K. CHRIST, Zur Herrscherauffassung u. Politik Domitians, Schweiz Zeitschrift. Geschichte, XII, 1962, 187-213 - C. H. U. SUTHERLAND, The imperial Treasury… J. R. S., 1995, 150-162 reprenant des points de vue évoqués par M. P. ROGERS, Domitians and the Finances of State, Historia, XXXIII, 1984, 60-78. D’autres auteurs (Le GLAY et J. le GALL) pensent que Domitien a su éviter de justesse une véritable dévaluation en usant de nombreux expédients tels que les tributs sur les peuples soumis et alliés de l’Empire et les confiscations dont on a parlé : L’Empire romain…t. I, le Haut-Empire, 1987, 384-385.

130 The state of imperial Treasury at the death of Domitian, in J. R. S., XXV, 1975, 151-152.

131 L’impero da Tibero agli Antonini, déjà cit., spéc. 651-652.

132 SUETONE, Dom., III, 2 qualifie l’empereur d’inopia rapax. Selon J. LEGALL et M. Le GLAY, L’Empire romain… I, le Haut-Empire, P. U. F., 1987, 384-385 Domitien aurait évité une dévaluation et préféra le recours à de nombreux expédients (captation d’héritage, et de legs, perception du didrachme usurpé à tous les Juifs pratiquants ou non, tributs sur les peuples soumis, confiscations diverses à la suite des condamnations). On peut toujours se référer à l’anc. ét. de E. M. SMALLWOOD, Domitian’s attitude towards the Jews and the Judaism, Class. Phil. VI, 1961, 1-13.

133 V. SIRAGO, L’Italia agraria sotto TraianoLouvain, insiste sur la protection de l’agriculture italienne peut être au détriment de celle d’Asie Mineure (problème not. de la viticulture, 256-268).

134 Sur une dépression économique à l’époque flavienne : Les empereurs romains d’Espagne, préc., 190-194 (cf. Dessau, I. L. S., 6092, Sabora).

135 En ce sens, analyse de J. SCHMIDT, Les Antonins, éd. Rencontre, 1969, spéc. 18-31 (M. Cocceius Nerva) et 32 ss (Trajan).

136 La crise des années « 90 » pourraient trouver des causes profondes et anciennes dans celle de 68-70 et même jusqu’au « règne réparateur » d’Auguste selon P. PETIT, Paix rom., 371 car, à y regarder de près « on conviendrait volontiers que l’histoire de l’Empire n’est qu’une succession de crises au sein d’un apogée tout superficiel. »

137 Le thème de l’élection divine revient fréquemment dans le Panégyrique (e. gr. : LXXX :4 in fine) comme l’a fait remarquer D. KIENAST dans son étude sur Nerva und das Kaisertum Trajans, Historia, VII, 1968, 67 ss.

138 En ce sens M. DURRY, ouvr. cit., 378.

139 selon la célèbre formule de TACITE (Agric., III).

140 Resp. Ann., VI, 17 - Tib., XLVIII, 6:19 - Ep. IV, 19.

141 V. Ep. III 19 ; IX 37 - Le programme en vue d’établir des économies aurait été rendu inutile par l’affluence de l’or dacique : C. BIRAGHI (Il problema econ., la parola del passato, VI, 257-273 - J. CARCOPINO, Les étapes de l’impérialisme romain…Paris, 1961, 106-117. Une étude sur la valeur du sesterce tendrait à établir une constante diminution du pourcentage moyen de zinc dans la monnaie de Titus à Antonin le Pieux selon R. ETIENNE et M. PICON, Note préliminaire sur la composition des sesterces découverts en Garonne, nov. 1965, bull. Soc. Fr. Numism., XXV, 1970, 595-597.

142 Aspects sociaux et administratifs des mines d’or romaines de Dacie, Apulum, VII, 1968, 307-328. L’auteur invoque le passage de Pline Ep. II 11 :8 in fine (à propos de) « Marcianus… damnatus ad metallum. » On peut rapprocher cette étude de celle de J. KOLENDO, Le progrès technique et le problème de la main d’œuvre (préc.) Inst. Historii Polskiej Akad. Nauk, Wroclaw, 202 p.

143 Les revers monétaires de l’empereur Nerva, th. Paris, 1906, spic. 53 ss.

144 J. REGLING, Sesterz, R. E., Zw. R., IV, Halbb., 1923, coll. 1878-1883.

145 R. SYME remarque que les personnages du Haut Commandement de la guerre cacique ne sont jamais -nolens uolens - nommés par Pline (Pliny and the dacian War, Latomus, XXIII, 1964, spéc. 759-759). Pline, d’une manière générale, aborde peu ce sujet qui aurait pu porter ombrage à l’excellence du principat de Trajan.

146 Une présentation du problème de société dû à la dénatalité est exposée par E. CUQ dans Les lois d’Augustes sur les déclarations de naissance (à propos du diptyque de Karanis), cf. Mél. P. Fournier, 1929, 119 -133.

147 Le monde romain aurait compté environ 50 millions d’habitants à la mort d’Auguste, soit 16 habitants au kilomètre carré, déserts d’Afrique exceptés (J. BELOCH). En 1984, il y avait seulement 14 habitants au km2 en Lozère...

148 Ep. VII, 32 :1 in fine.

149 Sur la quest. notre étude à paraître La république plinienne à l’aube du second siècle, D. H. A., Besançon, 31/1, 2005.

150 L’indulgentia devient selon M. Le GLAY (Rome, II Grandeur et chute de l’Empire, Perrin, 2005, 104) « une vertu qui se personnalise et s’incarne dans l’empereur indulgentissimus, les décisions sont prises ex indulgentia eius » V. par ex. Ep. X 112 :3 « Sed ii quos indulgentia tua qubusdam ciuitatibus… adicere permisit… » - M. CORBIER, Le discours du prince d’après une inscription de Banasa, Ktêma, 2, 1977, 223ss.

151 Les lois démographiques d’Auguste, R. H., 1895, 241-292.

152 V. Mélanges Dauvillier, préc., 89 ss.

153 à savoir cinq lettres parlent de dispenses individuelles : II 13 ; VII 16 ; X 2 ; X 95 et 96.

154 Sur l’évolution de l’idée de citoyenneté, C. BRUSCHI, La citoyenneté et les droits politiques durant l’antiquité tardive, Colloque Sujet et Citoyen, Lyon III, sept. 2003, PUAM, Aix-en Provence, 47-59 qu’il ne faut pas confondre avec celle d’identité culturelle : R. LAURENCE, J. BERRY, Cultural Identity in the Roman Empire, Londres-New.-York., 1998.

155 T. V. SPINELLI ; L’assistenza pubblica in Roma antica, Mem. d. Re. Ac. Naples, 1913, fasc. II, 46 ss. - E. BULLON, La politica social… spéc. 17-23.

156 dans The Purpose and the Organisation of the alimenta, Pap. Brit. School at Rome, 1964, 123-146 -Comp. Avec P. VEYNE, Mél. d’arch. et d’hist., 69, 1958, 177-241 et Les empereurs d’Espagne (préc.), 163 ss.

157 P. GARNSEY, Trajan’s alimenta, some Problems, Historia, 1968, 379: « Pliny’s benefaction was probable made in response to Nerva’s appeal for munificentia (Pan., X, 34).

158 L’armée recrutait des jeunes gens de naissance libre - Comp. avec P. Veyne in Mél. d’arch. et d’hist., 72, 1960, 191-219.

159 Cf. égal. Pan. XXVIII :4 : « Soutien de la guerre, ornement de la paix, ils sont nourris aux frais de l’Etat et ils apprennent à aimer la patrie, non seulement comme la patrie, mais comme la nourricière. »

160 Comp. avec C. I. L. XI, 1147 (Vela) ; Dessau, I. L. S., 6675 (109-112 ap. J.-C.) : « Obligation des propriétés pour la somme de 1 044 000 sesterces, afin que, par l’indulgence du meilleur et ‘très grand Princeps’… des garçons et des filles reçoivent des alimenta. : Garçons légitimes ; 245 à 16 sesterces chacun soit 47 040 sesterces…Filles légitimes : 34 à 12 sesterces chacune, soit 4 896 sesterces…

161 Sur cette réflexion V. anc. ét. de E. DESJARDIN, Daremberg et Saglio, Alimentari pueri et puellae -Comp. avec le passage de GAIUS, Instit., I, 11 : « ingenui sunt qui liberi nati sunt » repris chez JUSINIEN, Instit., I, 4. Pour la détermination du concept d’ingénuité V. KUBLER, s.v. R. E. XVIII, Halbb., 1916, coll. 1544-1552.

162 En III 5 :1 à :6 Pline le J. expose les écrits de son oncle : il en dresse même un catalogue destiné « à son cher Baebius Macer ». Il cite not. les Guerres de Germanie en 20 Livres mentionnés par TACITE (Ann. I, 69) et SUETONE (Calig. VIII).

163 Plinius the Procurator, Harv. Stud., LXXXIII, 1969, 201-236 (succession de charges équestres).

164 Cf. Ep. VI, 16 et 20).

165 L’auteur écrit car il en a conscience : « Seul entre tous les Romains, j’ai décrit complètement la nature ». Sur cette auteur V. la coll. Budé.

166 Cf. C. I. L. V 5262 (inscription de Fecchio) et H. Dessau, I. L. S., 2927.

167 H. HENNE, A propos du testament de César, D. A. S. J., Mél. Bruhl, 1959, spéc. 144 « Comme il était d’usage alors - et l’on en voit ici l’application - de prendre à côté du surnom de l’adoptant, un autre surnom, non plus tiré de l’ancien gentilice (type Aemilianus) mais reproduisant exactement cet ancien gentilicie (Caecilius pour Pline), ou même tout ou partie des anciens noms de l’adopté (c’est le cas de Titius… Lucanus devenu Cn. Domitius Afer), il était naturel, si l’on y tenait, de remplacer la filiation adoptive, jugée superflue, par la filiation antérieure. »

168 L’idée a été reprise par A.-M. GUILLEMIN dans son fascicule sur Les lettres de Pline le J., classique Roma, Hachette, 1938, 66-78.

169 Cf. Annexes, carte de l’Italie.

170 Resp. Pline le J. propriétaire foncier, Latomus, XLIV, 522-540 (reprenant largement l’article du second auteur cité) - La propriétà di Plinio il Giovane, Act. Class., XXVI, 1957.

171 Cf. Epp. IIl5 ;IV19 ;VIII2 ;IX 20et37...-RMARTIN, dans Pline le J. et les problèmes économiques de son temps, (R. E. A., 1967, 69) .

172 Capitalisme dans le monde romain, trad. A. Bonnet, Paris, 1906. Que penser de la fortune de Pline eu égard à celle de Sénèque ? Soit en aurei romains 23 400 kg d’or ! C’est-à-dire 2 milliards 340 francs du début de la IIIe République (avant Poincaré).

173 art. paru dans la V. D. I., 1953, n° 3, 65 (c. r. en all.). La viticulture exigeait jadis comme de nos jours des soins intensifs voire incessants, ce qui explique le pourcentage élevé de revenus proposé par Sergeenko.

174 V. I. KOUZICHTCHINE, L’économie dans les latifundia italiens au 1er siècle av. J.-C., dans Vest. Moskov. Univ., 1958, 15 ss pour la période flavienne - V. SIRAGO, L’Italia agraria sotto traiano, Louvain, IV série, fasc. 15, 2e partie, sur Pline administrateur) - enfin les études « rafraîchissantes » de D. KEHOE sur Les allocations et les risques dans les investissements de Pline le Jeune (Chiron, 18, 1988 et Investment in Estates by Upper Class Landowners in Early Imperial Italy… In memoriam de P. W. de Neeve, Amsterdam, 1993, spic. 214-237).

175 Ch. PARAIN, Le problème de la diffusion réelle des progrès techniques dans l’agriculture romaine dans Sozialökonomische Verhältnisse im alten Orient und im Klass. Altertum, Berlin, 1961, 228-236.

176 En ce sens, E. M. SCHTAERMANN, Die Krise der Sklavenhalterordnung… 26-36. La Doctrine s’accorde sur l’importance de la main d’œuvre servile en Italie, même au temps de la prospérité Trajane, mais on ignore le juste rapport entre la population urbaine et rurale, d’une part, et surtout, la proportion entre le travail libre et le travail servile en Etrurie, en Cisalpine et au Latium d’autre part (V. carte de l’Italie en Annexe).

177 Sur la chute du prix du vin, S. REINACH, La mévente des vins sous le Haut-Empire romain dans R. A.(rch.), IIIe série, XXXIX, juill.-déc. 1901, 350-374 - comp. avec Epp. III, 2, IX 20 :2 et IX 28 :2.

178 PLINE l’ancien, Nat. Hist., XVIII, 6, 36. Selon cet auteur il n’y avait pas de pire méthode de culture que d’employer sur les champs des esclaves enchaînés. Il fait travailler des frugi mancipia et se refuse catégoriquement à utiliser des serui uincti ou contraints (cf. III 19 :6).

179 Pline connaît les difficultés de propriétaires en IX 37 où il explique à son correspondant qu’il se trouve à la campagne retenu par l’obligation d’organiser la location de ses terres.. C’est que les fermiers lui doivent beaucoup d’argent et ils se demandent s’ils pourront payer leurs dettes (…). Dès lors ils se livrent à un véritable pillage des récoltes (sur ce point R. MARTIN art. cit., 82).

180 Cf. IX 20 :2 : les serui urbani commandent les esclaves rustiques lors des vendanges.

181 Beaucoup moins affirmatif que P. Merlat, Sirago écrit à propos de la prospérité foncière de Pline : « Se avesse tenuto tutt’insieme la proprietà fondiaria del Plinio, avrebbe formato un latifundo davero impressionnante, ouvr. cit., 37. » A l’évidence, il faut conclure compte tenu des informations à notre disposition que Pline n’est pas un très grand propriétaire (de type latifundiaire) malgré la direction de plusieurs domaines. On peut cons. la Table de Véléia qui fait état de propriétés ne dépassant pas 30 ha.

182 Sur la quest., V. . KOUZICHTCHINE, L’exploitation agricole de Pline le J., V. D. I., 1962, c. r. all. 1967, 27-55.

183 Comp. Ep. V 6 :4 et :15 avec De re rustica, I 2 :6 à :10. La ressemblance a frappé Sirago.

184 De re rust. : Praedium, si domini praesentia cariturum est, locandum…coll. Lobe H. B. ASH, E. S. FORSTER, E. HEFFNER, I. 65-67

185 Ainsi : IX 37 - X 8 :5.

186 Ep. III 19 :7 - V. KOUZICHTCHINE, L’exploitation…30-40.

187 En raison des remissiones, des mémoires des paysans, des intempéries et autres doléances intempestives : « Je me suis enfui à ma villa de Toscane pour pouvoir vivre tout à fait à mon gré. Mais même en Toscane, impossible, tant je suis dérangé par les mémoires des paysans venus de toutes parts et par leurs doléances. Je lis tout cela avec bien plus de répugnance encore que mes propres écrits (X 15). »

188 Cf. Ep. IX 37 préc.

189 On rapporte ici la vieille opinion de J. Bayet reprise par R. MARTIN qui voyait en Pline la préfiguration du ‘châtelain médiéval’ (Littérature latine, 668). Image un peu forcée, surtout pour les membres de la nobilitas qui fréquemment servent loin de l’Urbs. V. témoignages du Livre X ou du Panégyrique.

190 Il ne faut cependant point trop exagérer l’humanisme de Pline, certes il témoigne d’une certaine humanitas dont on a cité l’existence dans notre article (R. H. D., 1992) qui a été mise à nouveau en valeur par A. GONZALES dans son ouvrage sur Pline le Jeune, esclaves et affranchis à Rome, (I. S. T. A. Besançon 2003) et ce dernier discerne cependant des attitudes sans doute différentes voire en dégradé vis-à-vis de ses dépendants (spéc. 225 : comparaison de comportements entre l’esclave Encolpius et l’affranchis Zosime).

191 V. art. Liberalitas de K. BORSANYI (Histoire de l’idée de liberalitas, Egyptemes Philol., Koslony, 1938, 1-42, spéc. 20-24, trad. du hongrois. - H. KLOFT, Liberalitas principis, Herkunft u. Bedeutung, Cologne-Vienne, 1970.

192 R. E. L., 1976.

193 dans son Essai sur le caractère des lettres de Pline le J., Mostar, 1936, 7. Il écrit de celui-ci qu’« Il voulait faire quelque chose qui fut capable de l’immortaliser, et s’ériger ainsi un ‘monument plus durable que le bronze’, Odes, III 30 :1) ».

194 V. La philosophie à Rome, P. U. F., lit. Anc., 1977, 193 ss.

195 Not. En Pan. XXXVIII 4 - Comp. SENEQUE, Epist., XVI, 1 -Id., De benef. IV 10 :3 - A ce sujet V. vieille étude de E. Fr. WERNSDORD, C. Plinius Secundus exemplum sapientis liberalitatis, Vitembergae, 1779, 16 ss (c. de Ep. I 8 :8).

196 Socialitas, (cf. Epp. IX 30 :3 et IX 5 :2 ainsi que Pan. IL 4) et Sinisterias (VI 17 :3 et IX 5 :2) figurent les deux hapax legomenon pliniani.

197 « J’avais fait une absence en Toscane pour présider aux premiers travaux d’un monument public bâti à mes frais (le temple dont il est question dans le texte et qui est fini et prêt à être dédicacé en IV 1)… ayant obtenu un congé comme préfet du trésor. »

198 On ne confondra pas « sociologiquement » l’hypothèse du patronat en Italie et dans les provinces. Le patronat des cités a été étudié not. par A. SOFREDI dans Il patronato in Italia, Epigr. XVIII, 1956, 157-172 et L. HARMAND, Le patronat sur les collectivités publiques, Paris, 1957.

199 J. GAGE, Les classes sociales dans l’empire romain, Paris, 1964, 176.

200 Coll. Les Belles-Lettres, t. I n.5 p. xviii.

201 V. Annexe épigr.

202 V. supra § 2 sur les caisses alimentaires. Pline, pour assurer la durée de sa fondation n’hésite pas à effectuer une vente fictive à l’agent des finances municipales d’une de ses terres valant beaucoup plus que le montant de sa donation. Il reprend ensuite sa terre grevée d’une redevance « consistant en une rente annuelle de trente mille sesterces. »

203 Sur le droit des villes incerta personae de pouvoir cependant hériter V. infra (chap. sur l’équité et le droit naturel chez Pline). L’amour patriotique n’est pas un vain mot ou sentiment en ce temps : les fondations alimentaires le prouvent car elles se sont multipliées depuis Augsute. V. notre art. La république de Pline à l’aube du second siècle, préc.. - cons. C. I. L. X 5055 - XI 1147...).

204 Sur le sens de I 8 :14 in fine : G. STEGEN, Pline le Jeune, Latomus, XXIX, 1970, 162-163.

205 Not. pour § I 8 :12, P. VEYNE dans Latomus, XXVI, 1967, 727 : Pline, à notre avis est parfois plus intéressé littérairement par la uoluptas que par l’utilitas. Mais cette remarque ne concerne que la forme de ses écrits !

206 Cf. Ep. IV 13 :9.

207 Sur la munificence de Pline G. GENTILLE, Le beneficenze di Plinio Cecilio Secondo ai Comensi, Rend. R. Ist. Lomb., Sc. e Lett., XIV, 1881, II, 458-470 - J. SANTA CRUZ TEIJEIRO, Las fondaciones alimentarias y una carta de Plinio el Joven, Estudios Classicos, I, 1951, 139-145.

208 J. Carcopino notait qu’un Grec qui vécut à Rome au milieu du second siècle y avait été frappé du rapprochement qui s’était opéré entre les esclaves et les hommes libres » (V. La vie quotidienne à Rome… Hachette, 1975, 79, citant APPIEN, Histoire romaine, les guerres civiles, II, 120). Cette remarque vaut-elle pour le temps de Pline ?

209 PLINE le J., Epp. II 13 :10 ;II 6 ;VI 1 ;VI 8 :1 et :3.-JUVENAL, Sat., VI :3 in fine et :4 - SENEQUE, Ben., VI 33 14.

210 Cf. Ep. III 21 :2 - Sur le dernier voyage de Martial, Th. MOMMSEN, Geschichte Schrift., IV, 452.

211 Curianus avait été exhérédé par sa mère Pomponia Galla et il désirait que Pline lui fit un don simulé de sa part d’héritage pour prouver le grief porté à son endroit et pouvoir intenter après coup, devant le tribunal des Centumvirs, l’injustice de l’exhérédation maternelle…

212 Histoire de l’éducation dans l’Antiquité, II, Le monde romain, Seuil, rééd. 1981 (L’Etat et l’Education), 114-115.

213 En ce sens, Dom. A. Mignot, Droit, Equité et Humanisme d’après la correspondance de Pline le Jeune, R. H. D., vol. 66, 1988, spéc. 597 ss.

214 Cf. C. Th., I 4, 7 et XVI 2, 23; Nov. XXXV (de Valentinien) - A l’inverse un rescrit de Gratien reconnaît la juridiction pontificale sur les évêques (378).

215 V. R. E. L. V, 1927, 263 ss.

216 Les Belles-Lettres, Paris, 1929.

217 Essai sur le caractère des Lettres de Pline le J., Mostar, 1936.

218 Id, ibid., 124.

219 Zur lebengeschichte des Jüng. Plinius, Hermès 1869, 31-139: « Die glatten und flachen strilproben unseres gebildeten Senators… »

220 Respect. La lingua e lo stilo dello lettere di Traiano, Traianea I, Stud. Ghisl., Pavie, I, 1950, 243-270 -Lingua litteraria e pubblico nella tarda antichità latina e ne Medievo, trad. F. Codino, Milan, 1960, 217-218-

221 La sua ‘humanitas’, Atti dell’Ist. Veneto di Sc. Lett. e Art., CXX, 1961 et 1962, 59-79.

222 Il y est dit « flamen diui Titi Augusti » dans C. I. L., V 5667.

223 ORELLI, 3669 ( = 4906).

224 On observera que c’est à peine si Pline fait allusion à l’efficacité particulière de la prière de l’augure qui est permise grâce à l’investiture officielle (Cf. Epp. X 14 et IV 11 : 7). Décidément les dieux commençaient-ils à déserter la demeure des hommes, c’est-à-dire, la Cité ?

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540