Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Droit de la consommation et théorie générale du contrat

 | 
Nathalie Rzepecki

Titre II. Le droit de la consommation, un ensemble

Introduction au titre II

Texte intégral

1311. La reconnaissance du droit de la consommation comme branche de droit à part entière passe par la vérification de l'existence d'un ensemble cohérent et autonome de règles, adapté à un secteur déterminé d'activités. Nous avons tenté, eu égard à la dernière partie de la définition, de démontrer qu'une communauté d'objet suffisante unissait les règles protectrices pour qu'elles soient à même de former un rassemblement logique. L'étape suivante risque de se révéler plus délicate. Il s'agit, si l'on se réfère toujours à la définition proposée, d'examiner si le droit de la consommation possède les caractères exigés, à savoir cohérence et autonomie.

2312. Il apparaît toutefois indispensable de préciser que ces termes sont dépourvus de toute signification si on les sépare du substantif qu'ils ne font qu'éclairer, celui d'ensemble. Il importe au premier chef d'avoir à l'esprit que le droit de la consommation ne peut aspirer à l'état de branche de droit que s'il forme un ensemble. Par suite, accéder à la qualification d'ensemble sous-entend que le regroupement forme un tout lui permettant de revêtir une signification juridique propre, détachée de celle reconnue à chaque disposition légale le composant.

3313. C'est donc en relation avec ce que représente le concept d'ensemble qu'il faut s'intéresser aux éléments de cohérence et d'autonomie. Le point de savoir si le droit de la consommation est ou non une branche de droit ne peut se passer d'une réflexion sur ces derniers concepts.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540