Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Henri de Boulainvilliers

 | 
Olivier Tholozan

Troisième partie. La réception de la pensée politique de Boulainvilliers

Chapitre III. L’évanescence des thèses de Boulainvilliers à l’époque contemporaine

Texte intégral

SECTION I - L’ÉTIOLEMENT : LE GERMANISME SANS BOULAINVILLIERS DANS LA TOURMENTE RÉVOLUTIONNAIRE

§ 1 - La cause de l’occultation de Boulainvilliers : l’utilisation du germanisme par le tiers état

  • 1766 D. Venturino, op. cit., pp. 202-203.
  • 1767 F. Furet, La Révolution française de Turgot à Napoléon (1770-1814), Paris, Hachette 1988, T. I, pp. (...)

1Certains historiens des états généraux ont continué à reconnaître qu’ils étaient les débiteurs de Boulainvilliers pendant l’enquête menée à partir de 1788 sur les institutions représentatives en France1766. Toutefois, à partir de 1789, les références à cet auteur se font plus rares. De fait, le thème, cher à l’aristocrate de la conciliation des intérêts des trois ordres, comme moyen de résistance à l’absolutisme monarchique, n’est plus à l’ordre du jour. En effet, dès la fin de l’année 1788, le débat qui oppose les français, porte sur le développement de la place du tiers état dans la représentation nationale1767. Le bel unanimisme fondé sur la complémentarité fonctionnelle des trois ordres n’est plus à l’ordre du jour. La place de l’ordre nobiliaire est alors remise en question. Aussi Boulainvilliers, que les critiques du xviiiè me siècle avaient accusé de vouloir faire retourner le troisième ordre à la servitude, va être l’objet de contestations.

  • 1768 La noblesse, les seigneurs et le clergé considérés dans leur constitution, s.l., mars 1789.
  • 1769 Ibid., p. 11.
  • 1770 Eod. loc.

2Dans l’un des nombreux pamphlets anonymes antinobiliaires, publiés peu de temps avant la Révolution, intitulé La noblesse, les seigneurs et le clergé considérés dans leur constitution1768, l’historien normand est pris à parti. En effet, selon le pamphlétaire, « la noblesse n’est pas aussi ancienne que la monarchie »1769. Boulainvilliers, qui soutient le contraire, lui paraît être « intéressé dans la dispute (car) rien ne flatte plus un noble que l’ancienneté de la noblesse »1770. L’auteur dénonce le germanisme de l’aristocrate car, selon lui, les nobles ne descendent pas des anciens conquérants de la Gaule. Il fait remarquer à ce propos que,

  • 1771 Ibid., p. 16.

« comme les plus grandes maisons s’éteignent faute de postérité, et que des familles obscures s’élèvent peu à peu aux premiers honneurs, il est probable que la plupart des Francs sont aujourd’hui roturiers et que les gaulois sont dans l’ordre de la noblesse »1771.

  • 1772 Ibid., p. 12.
  • 1773 Eod. loc.
  • 1774 Eod. loc.
  • 1775 Ibid., p. 17.
  • 1776 E. Siéyès, Qu’est-ce que le Tiers-État ? (édité plusieurs fois en 1789), Paris, P.U.F., "Quadrige", (...)

3Le pamphlétaire oppose à Boulainvilliers des auteurs aussi différents que l’absolutiste romaniste Dubos ou l’anti-absolutiste germaniste Mably. En effet, ces derniers ont soutenu l’idée selon laquelle la noblesse n’apparaîtrait que sous « le règne féodal »1772et ne serait donc qu’un accident de l’histoire. Poussé par l’aveuglement partisan, l’auteur de La noblesse... considère que Mably et Dubos « n’ont cherché qu’à découvrir la vérité »1773. Cette adhésion n’est pas gratuite. L’auteur cherche des références pour justifier ses thèses anti-nobiliaires. Fort de cette justification savante, il peut ainsi affirmer que : « les roturiers n’ont aucun intérêt à ce que la noblesse soit ancienne ou ne soit pas ; l’avilissement où ils sont, ne vient pas de ce que la noblesse est ancienne mais de ce qu’il y a une noblesse »1774. Il consacre par cette formule le divorce définitif entre le second et le troisième ordre. Il refuse d’ailleurs de laisser subsister la distinction noblesse/roture « qui ne doit son origine qu’à l’orgueil et à la force »1775. L’auteur n’a donc critiqué le germanisme de Boulainvilliers que pour mieux se débarrasser de la noblesse. L’habileté de Siéyès est justement de réutiliser la théorie germaniste pour la retourner au profit du tiers état. En effet, il ne remet pas en cause les prétentions politiques nobiliaires fondées sur un « titre de conquête »1776. Il affirme même que :

  • 1777 Eod. loc.

« le tiers ne doit pas craindre de remonter dans les temps passés. Il se reportera à l’année qui a précédé la conquête ; et puisqu’il est aujourd’hui assez fort pour ne pas se laisser conquérir, sa résistance sans doute sera plus efficace. Pourquoi ne renverrait-il pas dans les forêts de la Franconie toutes ces familles qui conservent la folle prétention d’être issues de la race des conquérants et d’avoir succédé à leurs droits ? »1777.

  • 1778 Ibid., p. 33.

4Siéyès récupère l’énergie motrice véhiculée par le mythe germaniste pour émanciper le troisième ordre et en faire un « conquérant à son tour »1778. Au fond, il établit l’élément essentiel du programme de la Révolution française. Autant dire que Boulainvilliers, dont les idées sociales sont à contre-courant, n’a pas sa place dans le discours révolutionnaire. Pour autant, le germanisme ne disparaît pas complètement.

§ 2 - L’invocation du germanisme à l’Assemblée nationale constituante

5Réunie à partir du début du mois de juillet 1789, l’assemblée nationale constituante s’est efforcée de détruire progressivement les fondements politiques et sociaux de l’ancienne France. La lecture des débats de l’assemblée montre que le germanisme fut invoqué à plusieurs reprises lors des discussions relatives à l’établissement de l’ordre nouveau.

- Le germanisme moyen pour réformer la société : l’abolition de la noblesse

  • 1779 Séance du 19 juin 1790, A.P., Ière série, T. XVI, p. 376.
  • 1780 Ibid., T. XVI, p. 377.

6La théorie germaniste est présente dans le débat sur l’abolition des titres de noblesse. Elle est d’abord évoquée par les députés de droite pour répondre aux accusations portées contre les distinctions nobiliaires, taxées d’être l’« une des marques qui rappellent le plus le système féodal »1779supprimé dans la nuit du 4 août 1789. Ainsi, le député de droite Maury, hostile à la suppression des titres, soutient, le 19 juin 1790, que « la noblesse existait deux cents ans avant les fiefs » et qu’il est donc déraisonnable de « détruire sans discussion une institution aussi ancienne que la monarchie »1780. Le député fait ainsi implicitement découler l’intangibilité de l’institution nobiliaire de son origine franque. Il reprend donc, sans le dire, la justification germaniste de la noblesse.

7Mais cette explication, trop imprégnée des idées aristocratiques de Boulainvilliers ou de Montesquieu, devait susciter l’hostilité de l’assemblée. C’est plutôt la critique de l’institution nobiliaire imaginée par Mably que les députés révolutionnaires allaient faire prévaloir. De fait, les idées de cet auteur apparaissent très nettement dans les propos de Bouchotte qui :

  • 1781 Eod. loc.

« défie M. l’abbé Maury de prouver qu’avant 850, lors de l’affaiblissement d’une race de nos rois, il y eu un ordre en France. Quand les Francs sont venus en France (sic), ils étaient tous égaux : ils ont rendu les gaulois égaux et non esclaves »1781.

  • 1782 Cf. supra IIIème partie, chapitre III, section I.

8Pourtant, il faut remarquer que Bouchotte détourne ici la finalité des idées de Mably. En effet, ce dernier refusait bien d’admettre que la noblesse héréditaire trouve son origine dans la victoire des Francs et soutenait que cette distinction sociale était née avec la féodalité. Mais, il ne remettait pas en cause la société d’ordres. Il cherchait simplement à renforcer la légitimité historique du tiers état1782.

  • 1783 Il est également possible de noter une trace de cette démocratisation du germanisme au cours du déb (...)

9C’est pourtant en opposant artificiellement le germanisme de Mably à celui de Boulainvilliers ou de Montesquieu que les révolutionnaires ont aboli les titres de noblesse par le décret des 19 et 23 juin 1790. Ces derniers ont donc procédé à une « démocratisation » du germanisme1783. Ils ont également utilisé cette théorie pour renforcer la monarchie constitutionnelle de 1791.

- Le germanisme : un moyen pour conforter la monarchie constitutionnelle

  • 1784 Voir la démonstration de L. Hunt, « The "National Assembly" », in K.M. Baker (ed. by), The French R (...)
  • 1785 H. Duranton, « Révolution ou Restauration ? Le passé, promesse d’avenir à l’orée des états généraux (...)

10Il est vrai que l’assemblée nationale de 1789 est essentiellement le fruit de la philosophie rationaliste de l’histoire. Ainsi, l’adoption du système de vote par tête et non par ordre, qui prévalut au sein de cette institution, procédait bien d’une pensée rationaliste1784. Toutefois, l’opposition que certains historiens ont voulu tracer entre les tenants d’une restauration de l’ancienne constitution et ceux favorables à une révolution fondée sur la philosophie de la table rase au nom du rationalisme, est semble-t-il trop tranchée1785.

  • 1786 J. Maury de Saint-Victor, op. cit., pp. 304 sq
  • 1787 Sur la présence de cette philosophie des droits historiques dans les cahiers de doléances et son in (...)
  • 1788 Ce verbe est employé par Bouche, cité par F. Furet et M. Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolut (...)

11De fait, les révolutionnaires baignaient dans une culture politique où l’historiographie nationale a une place importante. Dès lors, l’idée d’une constitution fondée sur des droits historiques n’était pas l’apanage des seuls courants placés à droite de l’assemblée1786. Le premier comité de constitution devait établir la base de ses discussions sur le dépouillement des cahiers de doléances, qui réclamaient la régénération d’une ancienne constitution. L’idée même d’une assemblée législative apparaît à ce moment là1787. Au demeurant, mêmes des constituants hostiles à la philosophie des droits historiques, comme Grégoire, ont reconnu que l’assemblée était issue de la volonté de « rajeunir » la Constitution1788. C’est dire que la rupture avec le passé n’est pas totalement consommée.

  • 1789 J.-P. Duprat, « Le roi chef d’État et/ou de gouvernement », Actes du colloque de Dijon (26-27 septe (...)
  • 1790 A.P., Ière série, T. VIII, p. 505.

12D’ailleurs, la référence à la philosophie des droits historiques des constituants de 1791 apparaît clairement lors du débat sur la nature de la fonction royale. De fait, le germanisme politique sert de référence aux révolutionnaires lorsque ces derniers cherchent à établir le fondement du pouvoir du roi, alors simple chef de l’exécutif1789. Ainsi, un député soutient le 28 août 1789 que : « Louis XVI n’est plus sur le trône par le hasard de la naissance ; il y est par le choix de la nation, elle l’y a élevé, comme autrefois nos braves aïeux ont élevé Pharamond sur le bouclier »1790.

13Le germanisme est à nouveau évoqué lorsque les révolutionnaires discutent de la place du monarque et de l’assemblée dans le nouveau système institutionnel. Le rapporteur Thouret justifie cet équilibre en se référant à l’histoire nationale. Le 28 mars 1791, il affirme devant la Constituante que :

  • 1791 A.P., Ière série, T. XXIV, p. 426.

« le roi ne tient pas sans doute sa couronne de l’assemblée nationale, mais il la tient de la nation que l’assemblée actuelle représente éminemment. Le roi n’a jamais fait difficulté de reconnaître cette assemblée (l’assemblée nationale) comme constituante et il a reconnu de même qu’il tient sa couronne du peuple français, en acceptant le décret qui porte que tous les pouvoirs émanent de la nation et ne peuvent émaner que d’elle. Les choses sont donc dans les mêmes termes qu’au moment de la délégation primitive faite par nos pères au premier roi qu’ils élevèrent sur leurs boucliers »1791.

  • 1792 Thouret, en définissant le pouvoir constituant, reste partagé entre la restauration de l’antique co (...)
  • 1793 Eod. loc, Thouret était fortement imprégné de la théorie germaniste comme en témoigne son Abrégé de (...)

14Thouret fonde ainsi le pouvoir constituant1792de l’assemblée sur une légitimation historique qui renvoie à l’image du roi franc porté par ses guerriers1793. Il associe ainsi rationalisme philosophique et histoire pour fonder la nouvelle constitution. Sa démarche n’est pas sans rappeler celle de Boulainvilliers. Ainsi, le débat autour de la fonction monarchique atteste de la persistance du germanisme pendant la Révolution. Le témoignage des penseurs politiques confirme cette assertion.

§ 3 - Germanisme et monarchie : l’écartèlement des penseurs politiques

- Mlle de Lézardière et la défense de la monarchie par le germanisme

  • 1794 Théorie des lois politiques, Paris Nyon, 1792, 8 vol.

15Marie-Charlotte, Pauline, Robert de Lézardière (1754- 1835) s’était efforcée, dans les dernières années de la monarchie d’ancien régime, d’écrire l’histoire de l’ancien gouvernement de la France. Sa tentative était mue par une érudition au service de l’anti-absolutisme. Mais, après la Révolution son travail change de perspective. Vraisemblablement outrée par les innovations révolutionnaires, Mlle de Lézardière suit le chemin d’un d’Antraigues en basculant dans la contre-révolution. Pour autant, sa Théorie des lois politiques est publiée pour la première fois en 17921794, alors que la monarchie subit des attaques.

  • 1795 Théorie des lois politiques, Paris, Imprimeurs unis, 1844, vol. 1, p. 467.

16Dans cet ouvrage, Mlle de Lézardière écrit l’histoire du gouvernement de la France à partir de l’établissement du « gouvernement monarchique »1795, lors de l’invasion de la Gaule par les Francs. Elle soutient que :

  • 1796 Ibid., vol. 1, p. 104.

« ce sera donc dans les règles politiques admises par les Francs, à l’époque où commença la conquête que l’on reconnaîtra les lois fondamentales d’où dérivèrent les droits respectifs des rois et des divers sujets »1796.

  • 1797 Ibid., vol. 1, p. 121.
  • 1798 Ibid., vol. 1, p. 123.
  • 1799 J. Maury de Saint-Victor, op. cit., eod. loc.
  • 1800 La table des références citées dans l’ouvrage ne fait pas mention de Boulainvilliers. Le dépouillem (...)
  • 1801 La féodalité politique n’est, selon elle, qu’un palliatif à la faiblesse momentanée du pouvoir roya (...)

17Elle détermine alors une véritable collaboration des pouvoirs. De fait, elle affirme que la puissance législative appartenait sous les mérovingiens et les carolingiens « individuellement au roi et au peuple (...) dans une union tellement indivisible que le roi ne l’exerçait point sans le peuple, ni le peuple sans le roi »1797. Mlle de Lézardière attribue « au seul monarque l’institution et l’initiative des lois »1798. Elle adopte ainsi la position des membres du "parti noir" aristocratique qui avait milité à l’assemblée nationale, en 1789, en faveur d’un roi co-législateur1799. Son système politique idéal est donc une monarchie limitée. Aussi, aurait-on pu s’attendre à ce que Mlle de Lézardière se réfère à un précurseur comme Boulainvilliers. Il n’en est rien1800. Cette absence semble s’expliquer par deux raisons. D’abord, l’auteur de la Théorie des lois politiques a certainement éprouvé une certaine méfiance à l’égard de l’apologiste de la féodalité, pour laquelle elle n’éprouve pas de sympathie particulière18011801. Ensuite, il faut remarquer que, chez Mlle de Lézardière, le roi n’est pas qu’un simple chef de l’exécutif comme dans le système de l’historien normand : autant de raisons qui expliquent sa prévention à l’égard de Boulainvilliers. On retrouve une attitude similaire chez un auteur de sensibilité totalement différente. En effet, si Marat utilise aussi en 1792 le germanisme, il ne se réfère jamais à l’historien normand.

- Marat et la critique de la monarchie par le germanisme

  • 1802 Voir le document N° 30 dans le guide de lecture de J.-P. Marat, Oeuvres complètes 1789-1793, Bruxel (...)
  • 1803 Les chaînes de l’esclavage, in Oeuvres politiques 1789-1793, op. cit., T. VII, p. 4201.
  • 1804 Ibid., T. VII, p. 4205.
  • 1805 Voir le répertoire des sources des Chaînes de l’esclavage, document N° 30, Oeuvres politiques 1789- (...)
  • 1806 Tacite, Grégoire de Tours, Frédégaire, eod. loc. ainsi que l’appareil scientifique du chapitre sur (...)

18Jean-Paul Marat utilise la théorie germaniste dans Les chaînes de l’esclavage publié pour la première fois en français, par morceaux, dans L’Ami du peuple1802, journal des sans-culottes parisiens1803. Il recherche les « vices de la constitution politique »1804 française en interrogeant l’histoire à partir de la « conquête » franque de la Gaule. Ce recours à la théorie germaniste peut surprendre chez un tenant de la Révolution populaire, que l’on penserait plutôt imbu de philosophie rationaliste. Mais, en fait, Marat cherche à pousser ses lecteurs à la révolte. Aussi, il n’est pas étonnant de le voir recourir à un mythe dont la fonction première est d’entraîner les hommes à l’action. Son récit historique est déterminé par ses intentions révolutionnaires. Il ne se réfère d’ailleurs à aucun des historiens germanistes du xviiième siècle, comme Boulainvilliers, Montesquieu ou même Mably1805, qu’il juge trop liés avec la société d’ancien régime. Il ne se fonde que sur les sources du haut Moyen-âge1806toujours plus ambiguës que les œuvres des historiens modernes. Il peut ainsi plus facilement plier le discours historique aux besoins de sa démonstration idéologique.

  • 1807 Les chaînes de l’esclavage, op. cit., p. 4207.
  • 1808 Eod. loc.
  • 1809 Ibid., p. 4211.

19Son premier but est d’exalter la démocratie. Il ne nie pas que l’établissement des Francs en Gaule ait entraîné la mise en place d’une monarchie. Mais, il soutient que « dans son principe le gouvernement des Francs était purement démocratique »1807. Selon Marat, ceci explique que, même après l’établissement de la monarchie, « l’autorité souveraine résidait dans la nation assemblée »1808. Ainsi peut-il dire que l’assemblée nationale des origines détenait la « puissance législative »1809.

  • 1810 Eod. loc.
  • 1811 Ibid., p. 4207.

20Marat peut alors réduire le roi au simple rôle de chef de l’exécutif. En effet, il soutient que lorsque la fonction monarchique « fut constituée en dignité et en puissance (...) la couronne fut élective »1810. Il ajoute que ce « chef illustre de la nation (...) le roi fut chargé de la puissance exécutive, du soin de veiller à l’observation des lois, à l’administration de la justice, au salut de l’État »1811.

21La conception que Marat se fait du monarque n’est guère éloignée de celle de Boulainvilliers. On ne retrouve toutefois pas d’intention anti-monarchiste chez ce dernier. L’historien normand cherche seulement à prévenir les gouvernés contre les tentations despotiques des monarques. Inversement, Marat cherche à démontrer que la monarchie n’est pas un régime politique viable par sa nature même. Il écrit d’ailleurs que :

  • 1812 Ibid., p. 4211.

« la puissance exécutrice, confiée à un seul, est semblable à un torrent terrible, qui se cache sous terre en partant de sa source et se remontre bientôt après, pour sortir de son lit, rouler sous ses flots avec fracas et renverser tout ce qui s’oppose à son cours impétueux »1812.

22Pour autant son hostilité à la royauté n’aboutit pas à un républicanisme. Il affirme simplement, de manière imprécise que,

  • 1813 Eod. loc.

« Dans un État bien constitué, la puissance publique doit être divisée en un grand nombre de magistratures qui soient toutes dépendantes du peuple, et toutes indépendantes l’une de l’autre, qui se contrebalancent, se tempèrent et se répriment mutuellement »18131813.

23Ainsi, Marat ne choisit pas entre monarchie et république. La question ne prendra vraiment de l’importance qu’après la "trahison" de Louis XVI lors de la fuite de Varennes. Il veut seulement exalter la démocratie et le pouvoir de ce peuple qui constitue les sections de sans-culottes. Pour autant, son utilisation du germanisme reste certainement la plus moderne. De fait, la réinvocation de l’histoire franque, au xixème siècle, ne servira qu’à discuter de la légitimité des fondements politiques et sociaux de l’ancien régime. C’est à cette occasion que Boulainvilliers va réapparaître dans le débat politique.

SECTION II - LE DÉPASSEMENT D’UNE PENSÉE DANS LA PREMIÈRE MOITIÉ DU XIXème SIÈCLE

§ 1 - L’étiolement manifeste et logique : le légitimisme

  • 1814 Préambule de la charte du 4 juin 1814. Sur la rédaction de ce passage, voir P. Rosanvallon, La mona (...)
  • 1815 Si J.-C. Beugnot reprend l’idée d’une assemblée « politique » qui remonterait en France jusqu’aux p (...)

24Avec le retour des Bourbons sur le trône de France, la théorie germaniste est remise au goût du jour. Les publicistes favorables à la Restauration s’efforce alors de rétablir la légitimité de la royauté d’ancien régime. Soucieux de rattacher le nouveau régime à ses plus anciennes origines franques, le comte Beugnot fait inscrire dans le préambule de la charte de 1814, que « la chambre des députés » remplace « ces anciennes assemblées des champs de mars et de mai »1814. Pour autant, cette « restauration » d’une justification politique fondée sur un recours au monde franc n’amène pas les légitimistes à remettre à l’honneur Boulainvilliers. De fait, Beugnot ne s’y référera pas même lorsque ses travaux auraient pu l’y conduire1815.

  • 1816 De la monarchie française depuis son établissement jusqu’à nos jours ou Recherches sur les ancienne (...)
  • 1817 De la monarchie française depuis son établissement, op. cit., p. 408
  • 1818 De la monarchie française au 1er janvier 1821, Gide fils, Paris, 1821, T. VI, pp. 106-107. Voir sur (...)

25C’est la même indifférence que l’on peut retrouver chez le comte de Montlosier. Dans un premier essai sur les anciennes institutions françaises, publié en 1814, cet auteur, qui s’intéresse à la fondation de la monarchie lors de l’arrivée des Francs en Gaule, ne se réfère que deux fois à Boulainvilliers pour mettre en doute ses idées1816. Il écrit à ce propos que « Monsieur de Boulainvilliers (...) chez qui l’esprit de système avait (...) l’injustice de l’esprit de parti ne parle jamais sans mépris (...) il a su rendre ainsi son témoignage suspect même lorsqu ’il dit la vérité »1817. En 1821, l’auteur adhère finalement à la théorie romaniste et rejette définitivement les idées de l’historien normand1818.

  • 1819 Études historiques, in Oeuvres complètes, Paris, Lefèvre/Ladvocat, 1831, T. V, p. 27.
  • 1820 Eod. loc.
  • 1821 Ibid., p. 28

26C’est une attitude analogue que l’on retrouve chez Chateaubriand en 1831. Dans ses Etudes historiques, il affirme que le royaume franc doit être qualifié d’« empire barbare-romain »1819dans lequel « le peuple vainqueur s’est substitué à la souveraineté des césars »1820. Cette profession de foi romaniste, proche des idées de Dubos, le pousse à nier la distinction fondée sur la noblesse des vainqueurs et la servitude des vaincus1821. Il n’est donc pas question pour Chateaubriand de se référer à Boulainvilliers. Pourtant, il reprend quelques unes de ses idées sans le citer.

  • 1822 Ibid., p. 5.
  • 1823 Eod. loc.
  • 1824 Ibid., p. 51.
  • 1825 Ibid., p. 571.

27Il évoque aussi les premiers rois « chefs du gouvernement (...) électif »1822, les assemblées mérovingiennes1823et carolingiennes qui attestent sous Charlemagne de la « liberté politique » de sujets1824. Ce système forme, selon lui, une « monarchie parlementaire » qui disparaîtra avec le renforcement de l’absolutisme après la Fronde1825. Cette référence implicite à Boulainvilliers peut amener à se demander pourquoi les légitimistes l’ont volontairement ignoré.

28En fait, en restaurant la monarchie, Louis XVIII souhaitait effacer la rupture révolutionnaire qui avait causé des dissensions au sein même de la nation. Dès lors, même si les défenseurs des Bourbons, souhaitaient légitimer historiquement la monarchie, ils ne voulaient pas invoquer un mythe historique qui rappelle le conflit entre le tiers état et la noblesse. Dès lors, le germanisme de Boulainvilliers, contesté et caricaturé au xviiième siècle, indissolublement lié à la critique contre l’absolutisme monarchique, n ’ a pu que constituer un repoussoir pour des légitimistes soucieux de brosser un portait idéalisé de la monarchie de l’ancienne France. La même raison a incité les libéraux à invoquer cet auteur afin de mieux rejeter tout souvenir de l’ancien régime.

§ 2 - Le discours libéral : Boulainvilliers, témoin à charge contre l’ancien régime

  • 1826 Considérations sur la Révolution française (édité pour la première fois en 1818), Paris, Taillandie (...)
  • 1827 Eod. loc.
  • 1828 Considérations sur la France (édité pour la première fois en 1797), Genève, Slatkine reprint, 1980, (...)
  • 1829 Considérations sur la Révolution française, op. cit., p. 117.
  • 1830 Ibid., pp. 117-118.

29Boulainvilliers est utilisé par les penseurs libéraux car il leur paraît constituer un parfait témoin à charge dans le procès qu’ils mènent contre l’ancien régime tant loué par les légitimistes. Ainsi, soucieuse de légitimer les bienfaits de la Révolution, Germaine de Staël soutient en 1818 que « de toutes les monarchies modernes, la France est certainement celle dont les institutions politiques ont été les plus arbitraires et les plus variables »1826. En effet, l’auteur dit qu’« il n’est aucune loi, même fondamentale qui n’ait été disputée dans un siècle quelconque »1827. Elle cherche, en fait, à démontrer que la France d’ancien régime n’avait pas de constitution politique, réduisant à néant les efforts de Joseph de Maistre1828. Madame de Staël fait alors appel à un témoignage favorable à sa thèse que justement de Maistre s’était bien gardé d’évoquer. Il s’agit de celui de Boulainvilliers, dans lequel l’écrivain libéral voit l’un des « efforts contre le despotisme »1829. Elle rappelle que ce « grand défenseur de la féodalité, ne cesse de répéter que les rois n’avaient ni le droit de battre monnaie, ni de fixer la force de l’armée (...) ni surtout de lever des impôts »1830.

  • 1831 Ibid., p. 118.
  • 1832 Eod. loc.
  • 1833 Eod. loc

30Selon l’auteur, cette déclaration atteste du despotisme de l’ancienne monarchie. Mais, Boulainvilliers heurte sa sensibilité libérale par ses idées aristocratiques. Elle ne voit en lui qu’un « aristocrate (...) qui croit que la nation se réduit aux nobles »1831 . Elle demande alors, non sans ironie, si « vingt-trois millions neuf cent mille âmes qui composent maintenant le tiers état en France, ne sont en effet et ne veulent être que des gaulois vaincus »1832. Elle affirme au contraire que « l’histoire et la raison naturelle démontrent (...) que les hommes libres du tiers état (...) ont été associés aux deux autres ordres »1833. Seul son attachement aristocratique l’empêche de réitérer l’appel de Siéyès qui exhortait le tiers état à renvoyer les nobles dans leurs forêts de Franconie.

  • 1834 « Sur l’antipathie de race qui divise la nation française » (article paru dans le censeur européen (...)
  • 1835 Ibid., p. 302.
  • 1836 Cette opposition est essentiellement culturelle. A. Thierry le précise bien en écrivant : « il y a (...)

31L’historien libéral Augustin Thierry n’éprouvera pas une telle prévention. Dès 1820, il dénonce l’ouvrage de Montlosier qui lui paraît être une tentative de restauration de l’ancien régime1834. Il refuse le retour de l’ancienne noblesse et rappelle l’antagonisme social de la société française qui date, selon lui, de la conquête franque des Gaules. Ainsi, il s’écrie « nous croyons être une nation, et nous sommes deux nations ennemies dans leurs projets : l’une a autrefois conquis l’autre »1835 . Selon l’auteur, cette vieille opposition a perduré dans la culture politique française1836. Thierry cite alors l’exemple de Boulainvilliers qui prouve, à ses yeux, la persistance de cet antagonisme social en pleine époque moderne. Il écrit :

  • 1837 Ibid., p. 304.

« il est faux dit le comte de Boulainvilliers, il est faux que ce ne soit pas la force des armes qui ait fondé primitivement la distinction qu’on énonce aujourd’hui par les termes de nobles et de roturiers. Il est faux que nous soyons nobles pour un autre intérêt que pour notre intérêt propre. Nous sommes sinon les descendants en ligne directe du moins les représentants immédiats de la race conquérante des gaules »1837.

  • 1838 Ibid., p. 307.
  • 1839 M. Gauchet, « Les lettres sur l’histoire de France d’Augustin Thierry. L’alliance austère du patrio (...)
  • 1840 P. Rosanvallon, Le moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, p. 183.

32Cette caricature des idées de l’aristocrate lui permet de stimuler l’ardeur belliqueuse de la bourgeoisie héritière selon lui du tiers état. Il s’écrie alors : « nous sommes conduits au terme extrême d’une conquête qu’il s’agit d’effacer. Dieu veuille que cette conquête s’abjure elle-même (...) et que l’heure du combat n’ait pas besoin de sonner »1838. Cette dénonciation rejoint la préoccupation principale de toute l’oeuvre de Thierry : révéler son rôle historique à la bourgeoisie1839. La même année, Guizot, qui partage le même idéal, reprend la démonstration de Thierry dans « Du gouvernement actuel de la France depuis la restauration et du ministère actuel », se référant de la même manière à Boulainvilliers1840.

  • 1841 Il cite d’ailleurs la préface de F. Guizot, Mémoires sur les Cent-jours (rédigées entre 1820 et 182 (...)

33Cette démonstration, dans laquelle l’historien normand avait joué un si grand rôle, devait influencer les libéraux durablement. De fait, Constant la reprend en 18221841 pour expliquer la haine du peuple français contre la noblesse, soutenant que :

  • 1842 Eod. loc.

« chez les modernes, l’inégalité des rangs a eu l’origine la plus révoltante : la conquête. Les peuples civilisés de l’Empire romain ont été partagés comme de vils troupeaux des dominateurs féroces (...) domptés par le fer, les vaincus ont, par le fer aussi, été maintenus dans la servitude. Leurs maîtres n’ont pas daigné déguiser par d’ingénieuses fables (...) le principe de leur puissance »1842.

  • 1843 Ibid., p. 186.

34Cette origine viciée de la noblesse, fondée sur la violence et non sur le droit, explique, selon Constant, « l’orage qui éclata contre la noblesse lors de la révolution »1843. L’auteur insiste sur la perpétuation de cet antagonisme. Il vilipende l’occasion manquée par la noblesse de faire cesser cette lutte, considérant que :

  • 1844 Eod. loc

« la régénération nationale de 1789 offrait à la noblesse française le moyen d’expier les torts de ces ancêtres, et de substituer à une existence de privilégiés qui touchait à son terme une existence citoyenne où elle eût trouvé d’amples dédommagement. Sauf des exceptions (...) elle refusa cet honorable traité »1844.

  • 1845 C. Amalvi, De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France. Essai de Mytholog (...)
  • 1846 Ibid., pp. 75 sq

35Cette idée d’un antagonisme irréductible entre bourgeoisie et noblesse, fondée sur la conquête franque de la Gaule, a perduré dans la pensée au cours du xixème siècle. Il est possible de la retrouver tant chez Balzac, alors légitimiste, que chez des auteurs libéraux comme Eugène Sue, Michelet ou Hugo1845. Elle a certainement contribué à l’exaltation du mythe des origines gauloises de la France par les républicains. Ces derniers devaient y trouver une représentation mentale susceptible de conforter leur lutte contre les monarchistes1846.

36Ironie de l’histoire, Boulainvilliers, qui avait tant rêvé de sauver la société d’ancien régime, devait être utilisé par ses fossoyeurs.

Notes

1766 D. Venturino, op. cit., pp. 202-203.

1767 F. Furet, La Révolution française de Turgot à Napoléon (1770-1814), Paris, Hachette 1988, T. I, pp. 99 sq.

1768 La noblesse, les seigneurs et le clergé considérés dans leur constitution, s.l., mars 1789.

1769 Ibid., p. 11.

1770 Eod. loc.

1771 Ibid., p. 16.

1772 Ibid., p. 12.

1773 Eod. loc.

1774 Eod. loc.

1775 Ibid., p. 17.

1776 E. Siéyès, Qu’est-ce que le Tiers-État ? (édité plusieurs fois en 1789), Paris, P.U.F., "Quadrige", 1982, p. 32.

1777 Eod. loc.

1778 Ibid., p. 33.

1779 Séance du 19 juin 1790, A.P., Ière série, T. XVI, p. 376.

1780 Ibid., T. XVI, p. 377.

1781 Eod. loc.

1782 Cf. supra IIIème partie, chapitre III, section I.

1783 Il est également possible de noter une trace de cette démocratisation du germanisme au cours du débat sur la nouvelle organisation judiciaire révolutionnaire. En effet, il semble bien que le mythe de l’égalité des francs devait peser dans la conscience des révolutionnaires, lorsqu’ils discutaient sur le bien fondé du jury démocratique. Ainsi, Garat l’aîné, député du pays de Labourd, hostile à cette institution, discute du mythe dans sa critique. Il affirme, « mais nos premiers Francs avaient le jugement des jurés. Oui, lorsqu’ils n’avaient pas de lois ; et alors même avec le choix de préférer à leur gré celui de l’épreuve du feu et de l’eau, ou celui des combats en champs clos, envisagés l’un et l’autre comme des équivalents des jurés. Comme vous me recommandez les vôtres ! », A.P., Ière série, T. XII, p. 499.

1784 Voir la démonstration de L. Hunt, « The "National Assembly" », in K.M. Baker (ed. by), The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture..., op. cit., vol. 1, pp. 403-415.

1785 H. Duranton, « Révolution ou Restauration ? Le passé, promesse d’avenir à l’orée des états généraux (5 juillet 1788 - 5 mai 1789) », in C. Croisille et J. Ehrard (textes réunis par), La légende de la révolution, Actes du colloque international de Clermont-Ferrand (juin 1986), Faculté des Lettres de Clermont II, Centre National des Lettres, 1988, pp. 65-74 ; M. Valensise, « La constitution », op. cit. ; Verbo "Constitution" in F. Furet et M. Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988, pp. 541-547.

1786 J. Maury de Saint-Victor, op. cit., pp. 304 sq

1787 Sur la présence de cette philosophie des droits historiques dans les cahiers de doléances et son influence sur les constituants, R. Delagrange, Le premier comité de Constitution de la constituante (1789) ses vues et ses projets, thèse Droit, Paris, éd. A. Rousseau, 1899, pp. 128-130 ; P. Duclos, La notion de constitution dans l’oeuvre de l’Assemblée Constituante, thèse Droit, Poitiers, Dalloz, 1932, pp. 32-33 (qui soutient que l’idée d’une constitution fondée sur les droits historiques « domine la pensée des constituants ; consciemment ou non, ils en subiront l’influence ») ; F. Furet, Penser la révolution française, op. cit., pp. 75 sq ; C. Courvoisier, « L’idée de Constitution dans les cahiers de doléances », in 7797 La première constitution française, op. cit., pp. 67-81. Sur ce mélange entre la philosophie des droits historiques et du rationalisme, voir l’attitude du député de la sénéchaussée d’Aix, Bouche. Elle est également révélatrice du germanisme ambiant chez les premiers révolutionnaires. Bouche propose un projet de déclaration des droits de l’homme où la philosophie jusnaturaliste le dispute à l’idéologie conservatrice selon laquelle, 1789 ne serait qu’une restauration de la constitution monarchique établie par Pharamond, le légendaire roi des Francs. Voir le projet reproduit in S. Riais, La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, op. cit., pp. 684-691.

1788 Ce verbe est employé par Bouche, cité par F. Furet et M. Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française, op. cit., p. 546.

1789 J.-P. Duprat, « Le roi chef d’État et/ou de gouvernement », Actes du colloque de Dijon (26-27 septembre 1991), in 7797 la première constitution française, op. cit

1790 A.P., Ière série, T. VIII, p. 505.

1791 A.P., Ière série, T. XXIV, p. 426.

1792 Thouret, en définissant le pouvoir constituant, reste partagé entre la restauration de l’antique constitution et la création d’une nouvelle. En effet, il estime que « revoir et refaire la constitution, c’est renouveler et confirmer ce qui est bon, expliquer et éclaircir ce qui est douteux, suppléer à ce qui avait été omis et modifier les anciennes bases pour les accommoder à tous les changements par lesquels le gouvernement est amélioré », eod. loc.

1793 Eod. loc, Thouret était fortement imprégné de la théorie germaniste comme en témoigne son Abrégé des révolutions de l’ancien gouvernement français, an IX, 1800. Son germanisme n’était toutefois que politique. En ce qui concerne sa vision sociale, il adhérait putôt à la théorie romaniste. Son ouvrage précité est d’ailleurs composé par une rerprise de Dubos et des Oservations sur l’histoire de France de Mably.

1794 Théorie des lois politiques, Paris Nyon, 1792, 8 vol.

1795 Théorie des lois politiques, Paris, Imprimeurs unis, 1844, vol. 1, p. 467.

1796 Ibid., vol. 1, p. 104.

1797 Ibid., vol. 1, p. 121.

1798 Ibid., vol. 1, p. 123.

1799 J. Maury de Saint-Victor, op. cit., eod. loc.

1800 La table des références citées dans l’ouvrage ne fait pas mention de Boulainvilliers. Le dépouillement de l’ouvrage témoigne également de cette absence.

1801 La féodalité politique n’est, selon elle, qu’un palliatif à la faiblesse momentanée du pouvoir royal. Elle affirme que les français étaient réduits « à chercher dans l’autorité partielle des seigneurs la puissance tutélaire qui doit suppléer à l’autorité d’un chef unique », Théorie des lois politiques, vol. 4, p. 138.

1802 Voir le document N° 30 dans le guide de lecture de J.-P. Marat, Oeuvres complètes 1789-1793, Bruxelles, Pôle nord, 1995, T. VII, p. 1303. Qu’a pu comprendre le peuple révolutionnaire de Paris du discours historique de Marat ? L’enquête reste à faire.

1803 Les chaînes de l’esclavage, in Oeuvres politiques 1789-1793, op. cit., T. VII, p. 4201.

1804 Ibid., T. VII, p. 4205.

1805 Voir le répertoire des sources des Chaînes de l’esclavage, document N° 30, Oeuvres politiques 1789-1793, op. cit., T. VII, pp. 1317-1322.

1806 Tacite, Grégoire de Tours, Frédégaire, eod. loc. ainsi que l’appareil scientifique du chapitre sur le vices de la constitution politique, Les chaînes de l’esclavage, op. cit., pp. 4201 sq.

1807 Les chaînes de l’esclavage, op. cit., p. 4207.

1808 Eod. loc.

1809 Ibid., p. 4211.

1810 Eod. loc.

1811 Ibid., p. 4207.

1812 Ibid., p. 4211.

1813 Eod. loc.

1814 Préambule de la charte du 4 juin 1814. Sur la rédaction de ce passage, voir P. Rosanvallon, La monarchie impossible. Les Chartes de 1814 et de 1830, op. cit., pp. 47-48.

1815 Si J.-C. Beugnot reprend l’idée d’une assemblée « politique » qui remonterait en France jusqu’aux premiers Francs, il ne dit rien de Boulainvilliers, « Chronologie des états généraux », Annuaire historique pour l’année 1840, publié par la Société de l’Histoire de France, Paris, 1839, pp. 91 sq

1816 De la monarchie française depuis son établissement jusqu’à nos jours ou Recherches sur les anciennes institutions françaises, leur progrès, leur décadence et sur les causes qui ont amené à la Révolution et ses diverses phases jusqu’à la déclaration d’Empire, Paris, H. Nicolle, A. Egron, Gicle fils, 1814, vol. 1, p. 78 et vol. 3, pp. 407-408.

1817 De la monarchie française depuis son établissement, op. cit., p. 408

1818 De la monarchie française au 1er janvier 1821, Gide fils, Paris, 1821, T. VI, pp. 106-107. Voir sur ce point, M.-F. Piguet, Classe. Histoire du mot et genèse du concept des physiocrates aux historiens de la Restauration, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1996, p. 149.

1819 Études historiques, in Oeuvres complètes, Paris, Lefèvre/Ladvocat, 1831, T. V, p. 27.

1820 Eod. loc.

1821 Ibid., p. 28

1822 Ibid., p. 5.

1823 Eod. loc.

1824 Ibid., p. 51.

1825 Ibid., p. 571.

1826 Considérations sur la Révolution française (édité pour la première fois en 1818), Paris, Taillandier, 1983, p. 116.

1827 Eod. loc.

1828 Considérations sur la France (édité pour la première fois en 1797), Genève, Slatkine reprint, 1980, pp. 135 sq.

1829 Considérations sur la Révolution française, op. cit., p. 117.

1830 Ibid., pp. 117-118.

1831 Ibid., p. 118.

1832 Eod. loc.

1833 Eod. loc

1834 « Sur l’antipathie de race qui divise la nation française » (article paru dans le censeur européen du 2 avril 1820), in Dix ans d’études historiques, Paris, Just Tessier, 1839, pp. 304-305.

1835 Ibid., p. 302.

1836 Cette opposition est essentiellement culturelle. A. Thierry le précise bien en écrivant : « il y a deux camps ennemis sur le sol de la France (...) quel qu’ait été le mélange physique des deux races primitives, leur esprit constamment contradictoire a vécu jusqu’à ce jour dans deux portions toujours distinctes de la population confondue. Le génie de la conquête s’est joué de la nature et du temps ; il plane encore sur cette terre malheureuse. C’est par lui que les distinctions des castes ont succédés à celles du sang, celles des ordres à celles des castes, celles des titres à celle des ordres (...) la descendance politique est évidente », « Sur l’antipathie de race qui divise la nation française », op. cit., pp. 506-507.

1837 Ibid., p. 304.

1838 Ibid., p. 307.

1839 M. Gauchet, « Les lettres sur l’histoire de France d’Augustin Thierry. L’alliance austère du patriotisme et de la science », in P. Nora (sous la dir. de), Les lieux de mémoire. La Nation, op. cit., T. II, vol. 1, pp. 247-316.

1840 P. Rosanvallon, Le moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, p. 183.

1841 Il cite d’ailleurs la préface de F. Guizot, Mémoires sur les Cent-jours (rédigées entre 1820 et 1822), Paris, Pauvert, 1964, p. 185.

1842 Eod. loc.

1843 Ibid., p. 186.

1844 Eod. loc

1845 C. Amalvi, De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France. Essai de Mythologie nationale, Paris, A. Michel, 1988, pp. 71-74.

1846 Ibid., pp. 75 sq

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter