Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Henri de Boulainvilliers

 | 
Olivier Tholozan

Troisième partie. La réception de la pensée politique de Boulainvilliers

Chapitre I. Une mémoire contestée sous l’Ancien Régime

Texte intégral

1Les critiques des thèses de Boulainvilliers se développent à partir du début des années 1730 et concernent tant les idées sociales de l’auteur que sa contestation de l’absolutisme.

  • 1427 Sur la critique de la féodalité comme modèle idéologique de la noblesse d’épée au xviiième siècle, (...)

2La première catégorie d’attaques contre ses ouvrages est le fruit des revendications de l’élite bourgeoise des villes, qui souhaite accéder à la noblesse par la magistrature. La seconde est le fait de contestations d’érudits au service de la monarchie. La troisième catégorie de condamnations s’insère dans un mouvement, plus général, de remise en cause de la noblesse d’épée et de la féodalité qui constituait son modèle de légitimation1427.

SECTION I - UNE CRITIQUE INSPIRÉE PAR LES INTÉRÊTS DES ANOBLIS

§ 1 - Une dénonciation partiale de Boulainvilliers

  • 1428 Lettre d’un conseiller du parlement de Rouen au sujet d’un écrit du comte de Boulainvilliers, P.N. (...)
  • 1429 H.A. Ellis, Boulainvilliers and the French Monarchy. Aristocratic Politics in Early Eighteenth-cent (...)

3En 1730, paraît un mémoire intitulé Lettre d’un conseiller du parlement de Rouen au sujet d’un écrit du comte de Boulainvilliers1428, attribué à l’abbé de Trianon1429. Cette réflexion constitue l’une des critiques les plus virulentes du modèle idéologique de la noblesse d’épée que défendait l’aristocrate normand.

  • 1430 L’abbé de Trianon parle en fait de l’un des manuscrits qui ne sera publié à Amsterdam qu’en 1732 so (...)
  • 1431 Lettre d’un conseiller du parlement..., op. cit., p. 107.
  • 1432 Ibid., p. 108.
  • 1433 Ibid., p. 232.

4Dès les premières lignes, l’abbé de Trianon porte son attaque en dénonçant la volonté délibérée de l’auteur des Essais sur la noblesse1430 de « rehausser à l’excès l’état et la gloire de trois ou quatre mille personnes de cette nation, et d’avilir tout le reste dans la servitude »1431. Il insiste sur les « préjugés de la naissance »1432qui ont tant aveuglé un Boulainvilliers plus « gentilhomme » que « philosophe »1433. Le germanisme n’est qu’un conte susceptible de ne fasciner que d’anciennes familles nobles souhaitant retrouver leurs racines chez les guerriers francs de la conquête. L’abbé de Trianon souligne le ridicule de l’explication historique du théoricien de la noblesse, en s’écriant :

  • 1434 Ibid., p. 167.

« Messieurs les barons, oubliez votre camp de francs et tous ceux qui en sont sortis, puisqu’il n’y avait plus aucune mémoire d’eux il y a sept cents ans : la durée ordinaire des familles qui ont subsisté le plus longtemps est de quatre à cinq cents ans »1434.

  • 1435 Cf. Ière partie, sections I et III de cette étude.

5En fait, cet argument dénature la pensée de Boulainvilliers, qui n’a jamais soutenu la continuité biologique entre les Francs de la conquête et les nobles de l’époque moderne1435. Cet excès dans le propos est révélateur de l’intention polémique de l’abbé de Trianon, dont le but est en fait de défendre l’intérêt d’une bourgeoisie citadine qui voit sa seule chance de promotion sociale dans l’anoblissement.

  • 1436 Il invoque la vertu stoïcienne louée par Cicéron et Sénèque, Lettre d’un conseiller du parlement... (...)
  • 1437 « Les gaulois et les germains ont avec grande raison regardé la richesse jointe à la franchise ou c (...)
  • 1438 Ibid., p. 129.
  • 1439 Ibid., p. 232.
  • 1440 Ibid., p. 233.
  • 1441 Cf. Ière partie, chapitre III, § 2.

6L’intention de l’auteur de la Lettre d’un conseiller du parlement... apparaît clairement dès qu’il tente de redéfinir la noblesse. S’il admet avec les moralistes antiques que le noble est celui qui est vertueux1436, il estime, opérant le même anachronisme que Boulainvilliers, qu’aux origines de l’histoire de France, les Gaulois et les Francs admettaient pour critère distinctif de la noblesse la détention de « richesse » matérielle1437. L’abbé de Trianon est donc bien loin de l’égalité formelle des révolutionnaires. En réalité, il ne remet pas en cause l’utilité de « l’hérédité de la noblesse »1438qui était réclamée par les familles bourgeoises fraîchement anoblies. Il veut seulement démontrer que « le bourgeois a toujours suivi de près le gentilhomme, bien loin d’être son esclave »1439. Il précise encore mieux la catégorie sociale qu’il défend, en affirmant que « sa richesse (...) a fait mériter la qualité de noble à la plupart des bourgeois des grosses villes »1440. Trianon est donc amené à contredire Boulainvilliers qui avait soutenu que l’émancipation du tiers état résultait d’un affranchissement des serfs par l’ancienne noblesse1441.

§ 2 - L’exaltation de la liberté originaire de la bourgeoisie urbaine

7L’abbé de Trianon a compris que la légitimation de la bourgeoisie urbaine l’oblige à remettre en cause Boulainvilliers, en rejetant l’idée d’une servitude originaire du tiers état lors de la conquête des Gaules. Sur un ton hautement ironique, il aborde ce :

  • 1442 Lettre d’un conseiller du parlement..., op. cit., p. 188.

« brillant moment du triomphe de nos anciens nobles, où ils croient voir sous leurs pieds deux millions de bourgeois et cent mille lettrés tondus et enchaînés qu’ils distribuèrent, si nous en croyons le comte de Boulainvilliers, les uns au labourage, les autres à la régie de leurs affaires »1442.

  • 1443 Eod. loc.
  • 1444 Ibid., p. 192.
  • 1445 Ibid., p. 225.

8L’auteur soutient à l’inverse que les « Francs vainqueurs des Gaulois ne les ont point réduit en servitude, (...) ils leur ont laissé la liberté »1443. Il ne peut, cependant, ignorer l’existence de l’institution servile au cours du Moyen-âge. Aussi, donne-t-il une explication qui limite l’étendue de la servitude. Celle-ci ne fut, selon lui, « implantée qu’accidentellement et n’était pas le statut général des paysans »1444. Or, l’auteur se trouve confronté au fait que la servitude avait également une fonction dans l’organisation économique agraire ; c’est pourquoi, malgré sa réticence à l’égard d’une telle institution, il essaye d’en expliquer l’existence, en admettant du bout des lèvres que l’établissement « des serfs de campagne a pu être regardé comme légitime, non véritablement selon les règles de l’humanité et de l’Évangile ; mais au moins selon la rigueur du droit »1445.

9Ce cantonnement de la fonction servile dans le seul monde rural lui permet d’exclure toute servitude des villes. Il étaye alors cette proposition par un argument un peu court, en prétendant qu’il faut :

  • 1446 Ibid., p. 229.

« présumer que la servitude s’est établie dans la plupart des villes par la violence, puisque nous n’en voyons aucun vestige dans les villes où les habitants ont été riches nombreux et en état de résister à leur seigneur »1446.

  • 1447 Ibid., pp. 219-220.
  • 1448 Fr. Olivier-Martin, Histoire du droit français..., op. cit., p. 255.

10Cette volonté de défendre la liberté originaire des villes le pousse à dénaturer la signification de leur affranchissement. À ses yeux, elle ne témoignerait pas du rachat par les « communes ou corps de bourgeois (...) de servitudes personnelles (mais) de servitudes réelles »1447. L’auteur oublie ainsi volontairement que les privilèges du bourgeois consistaient dans la suppression d’incapacités serviles comme le formariage ou la mainmorte1448. Cette occultation de la réalité historique a pour but de séparer l’origine de la bourgeoisie urbaine de celle du serf.

  • 1449 Lettre d’un conseiller du parlement..., op. cit., p. 200.

11Afin de mieux fonder cette liberté originaire, il invoque même un « droit de communauté (qui consiste à) se gouverner par ses propres magistrats et sa propre justice », véritable marque de « la liberté d’une ville et de ses habitants »1449. Une telle déclaration est très significative des buts de l’auteur, dans la mesure où elle cherche à établir la légitimité d’une justice urbaine dont l’autorité serait au moins égale aux justices seigneuriales héritées de la féodalité. L’abbé de Trianon souhaite donc que la bourgeoisie urbaine puisse concurrencer l’ancienne noblesse. Il va pourtant bien plus loin en souhaitant l’intégration de cette bourgeoisie méritante au sein du corps de la noblesse et en envisageant même qu’elle puisse jouer un rôle politique.

§ 3 - Un idéal politique de la bourgeoisie : la noblesse de robe

  • 1450 Cf . Ière partie, chap. III, section II de cette étude.

12L’Abbé de Trianon veut légitimer les prétentions de l’élite bourgeoise à l’ascension sociale et politique qui consistent avant tout dans l’anoblissement que justement Boulainvilliers vilipendait1450. Aussi, à l’inverse de ce dernier, Trianon fait l’apologie des anoblis en soutenant :

  • 1451 Lettre d’un conseiller du parlement..., op. cit., p. 57.

« il y a eu de tout temps, et dans les nations les plus policées (...) des anoblissements tels que les nôtres, soit par la concession du prince, soit par les charges, soit par l’ancienne possession des richesse et trois degrés de filiation »1451.

  • 1452 Ibid., pp. 162-163.
  • 1453 Ibid., p. 163.

13Cette projection anachronique du droit nobiliaire français sur l’ensemble de toutes les sociétés historiques vise à montrer le caractère universel de l’anoblissement. L’auteur cherche ainsi à prouver la rationalité de cette institution. En même temps, il fait reposer l’anoblissement sur la volonté du prince, affirmant qu’il « est plus raisonnable de passer au prince le droit de faire des nobles à leur volonté que de les réduire à aucune règle »1452. En effet, il appartient au monarque de « connaître les différents talents de ses sujets »1453. Pour autant, cette reconnaissance du droit royal d’anoblir n’aboutit simplement qu’à l’exaltation de la seule voie de promotion sociale pour l’élite bourgeoise.

  • 1454 Ibid., p. 249.

14C’est pourquoi la démonstration critique de Trianon bifurque vers l’apologie des revendications des parlementaires, ces juges qui incarnent, à n’en pas douter, l’exemple parfait de l’élite bourgeoise urbaine anoblis. L’auteur refuse par là même le modèle nobiliaire fondé sur la glorification de la fonction guerrière, modèle revendiqué par Boulainvilliers, en défendant plutôt « l’excellence et la prééminence de la magistrature dans tous les temps »1454.

15Sa démonstration, qui repose sur une véritable théorie politique basée sur la supériorité du gouvernement civil sur le gouvernement militaire, le conduit à affirmer :

  • 1455 Ibid., pp. 251-252.

« la société ou république n’étant autre chose qu’une société d’hommes réunis pour vivre en sûreté et en paix, par le moyen de la justice et la loi qui constitue l’essence véritable du gouvernement : or cette loi vit dans la magistrature et par la magistrature, par conséquent la magistrature renferme en soi l’essence du gouvernement »1455.

  • 1456 Ibid., p. 261.

16Cette conception l’amène à situer la magistrature « à la tête du corps politique »1456et à dévaloriser la noblesse d’épée dans la mesure où :

  • 1457 Ibid., p. 252.

« la force qui défend réside dans l’ordre militaire qui ne peut être regardé que comme la garde et les satellites du corps politiques ; les militaires sont les bras de ce corps que la tête, à savoir le magistrat, emploie pour le besoin de tout le corps »1457 .

  • 1458 Ibid., p. 263.

17L’Abbé de Trianon ne va pas jusqu’à remettre en cause les prééminences de l’ancienne noblesse d’épée, mais cela ne l’empêche pas de soutenir que la « noblesse de la magistrature (est)plus considérable que la nouvelle noblesse militaire »1458.

  • 1459 Ibid., p. 250.
  • 1460 L’auteur ne dit pas s’il s’agit de Justin I (518-527) ou Justin II (565- 578).

18Cette exaltation de la fonction parlementaire dépasse la simple querelle entre la robe et l’épée, car le recours à la théorie politique l’entraîne à réfléchir aussi bien sur la place des parlementaires que sur celle du roi. Cette méditation est abordée par une comparaison entre la situation politique de la France moderne et l’Antiquité. Ainsi, l’idéologue de la bourgeoisie assimile le parlement au sénat romain impérial1459. L’argument n’a rien de subversif en soi puisque, durant la période impériale, cet organe avait perdu son pouvoir au profit du Prince. Toutefois, ce parallèle lui permet d’appliquer au Parlement de l’époque moderne des propos de l’empereur Justin1460concernant les sénateurs. Trianon lui fait dire en effet :

  • 1461 Ibid., p. 251.

« vous êtes ceux qui approchez le plus près de l’autorité royale ; et comme c’est par la justice que règnent les rois, ce sacré ministère vous fait représenter la plus noble et la principale partie du corps de l’État. C’est ce corps qui répond à la tête du souverain ; et ce sont ces bras puissants, qui par le châtiment des coupables apprennent au sujet la règle de leur obéissance »1461.

19Cette déclaration s’avère ambivalente. En effet, il est vrai que Trianon reste dans la pure orthodoxie absolutiste en utilisant la métaphore organique du corps de l’État qui fait du roi la tête et des parlementaires les membres. Il devient cependant nettement plus audacieux, en faisant de la cour le garant de l’obéissance des sujets et évoque même, de manière voilée, la menace qui pèse sur la tête du monarque en cas de révolte parlementaire. Il est possible alors de se demander si le spectre de la Fronde des parlements n’est pas implicitement invoqué.

20Une position politique aussi ambiguë n’allait pas caractériser ceux qui faisaient œuvre d’érudition pour critiquer Boulainvilliers et défendre l’absolutisme monarchique.

SECTION II - LA CRITIQUE ABSOLUTISTE ET ÉRUDITE

§ 1 - L’assaut des années 1730

21Dès le début des années 1730, des historiens rétribués par la monarchie contestent les thèses politiques anti-absolutistes de Boulainvilliers, en recourant alors à l’arsenal de l’érudition pour mener à bien leur démonstration. Pourtant, la somme de références que ces érudits peuvent présenter ne doit pas tromper, car ils s’appuient sur des textes anciens et équivoques. De même, si leurs critiques sont parfois pertinentes, il n’en demeure pas moins que l’économie de leur démonstration confine davantage à la protection du modèle de la monarchie absolue qu’à l’impartialité scientifique.

- La critique de Foncemagne sur l’élection du monarque

  • 1462 (1694-1779) Oratorien. Il quitte les ordres et devient membre de l’Académie Royale des Inscriptions (...)
  • 1463 B. Barret-Kriegel, L’histoire à l’Âge classique. Les Académies de l’Histoire, Paris, P.U.F. "Quadri (...)

22Le premier historien à porter une attaque contre Boulainvilliers est Étienne Lauréault de Foncemagne, l’une des grandes figures de l’Académie Royale des Inscriptions et des Belles Lettres1462. Troublé par les travaux de l’abbé de Vertot qui démontraient en quoi le trône était à la fois héréditaire et électif sous les monarchies franques1463, Foncemagne craignait en fait que cette théorie soit utilisée par les critiques de l’absolutisme, pour mieux soumettre le prince à la volonté des gouvernés.

  • 1464 Ibid., T. III, p. 267.
  • 1465 Mémoires de littérature tirés des registres de l’Académie royale des Inscriptions et Belles Lettres (...)
  • 1466 Ibid., T. X, p. 525.

23Dans ses travaux, il insiste donc sur l’importance du principe de l’hérédité de la couronne sous les premiers rois francs, sans véritablement nier l’existence d’une élection1464. Ainsi, le 22 avril 1732, il prononce devant l’Académie un mémoire pour démontrer que la monarchie a été transmise par succession dès les Mérovingiens1465. Dans ses premières pages, Foncemagne affirme une profession de foi absolutiste. En effet, s’il admet « que l’autorité souveraine paraît, dans ses commencements, moins étendue et moins absolue qu’elle ne l’a été depuis », c’est qu’« il est comme essentiel à l’autorité d’aller toujours croissant d’âge en âge, et de s’affermir en vieillissant »1466. Cette justification idéologique lui permet d’expliquer la faiblesse du pouvoir royal durant le Moyen-âge.

  • 1467 Ibid., Eod. loc.
  • 1468 Eod. loc.

24Au surplus, cette idée favorise sa récusation des « écrivains » ayant estimé que « la puissance royale était moins absolue » et qu’« elle résidait moins dans celui qui était revêtu du titre de roi, que dans l’assemblée de la nation, à qui seule (...) appartenait le pouvoir législatif »1467. Foncemagne dénonce ainsi le caractère subversif des thèses d’Hotman, mais c’est surtout Boulainvilliers qui lui paraît le plus dangereux à cause de sa réputation1468. Foncemagne s’efforce donc de remettre en question les arguments que l’historien normand avait émis en faveur de l’élection des rois Mérovingiens. Le temps fort de sa critique porte sur le mode d’accession au trône du premier monarque franc, considéré comme le fondateur de la monarchie française.

  • 1469 Cf. Ière partie, section I, III, B de cette étude.

25L’érudit s’attache à démontrer, contre Boulainvilliers, que Clovis ne fut pas élu en tant que simple général1469. Il se fonde, pour ce faire, sur une démonstration en deux temps.

  • 1470 Mémoires de littérature tirés des registres de l’Académie royale des Inscriptions et Belles Lettres (...)
  • 1471 Ibid., T. X, pp. 527-528.
  • 1472 Ibid., T. X, p. 528.

26Foncemagne avance tout d’abord l’idée selon laquelle Clovis était un roi et non un simple chef d’armée. Il admet bien, comme Boulainvilliers, que les anciens germains décrits par Tacite élisaient à la fois le roi et le général commandant les troupes1470. Mais, lorsque Foncemagne décrit les institutions franques, il récuse l’autorité de l’historien romain. En effet, il soutient que l’utilisation de Tacite relèverait de l’anachronisme et affirme, sans référence précise, que les institutions des germains étaient différentes de celles des Francs1471. Selon lui, à l’époque de Clovis « les deux qualités de chef et de roi (...) se confondirent nécessairement dans la même personne »1472.

  • 1473 Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., T. I, p. 18.
  • 1474 A. Duchesne, Historiae Francorum scriptores, Paris, 1636, T. I, p. 849
  • 1475 Saint-Rémi écrit à Clovis, «rumor ad nos magnus pervenit, administrationem vos secundam rei bellica (...)
  • 1476 Foncemagne s’appuie sur les propos suivants de Saint-Rémi : « il n’est pas étonnant que vous soyez (...)
  • 1477 Eod. loc.

27Il montre alors, dans la seconde partie de son raisonnement, que le roi franc succédait à son père et n’était pas élu. L’auteur examine d’abord l’opinion de Boulainvilliers qui avait utilisé un passage d’une lettre de Saint-Rémi pour conforter la thèse de l’élection de Clovis1473. Ensuite, Foncemagne s’attache à prouver que la lettre de l’évêque, tirée du recueil de Duchesne1474, a été mal interprétée par l’historien normand1475. L’Académicien s’appuie alors sur un autre passage de la lettre de Saint-Rémi, tout aussi peu probant d’ailleurs, afin de montrer que Clovis a hérité de sa couronne1476. Fort de cette légitimation textuelle, il pense pouvoir en conclure que le droit au trône est « plutôt un droit réel attaché au caractère de ceux qui l’exercent, qu’une concession personnelle dépendante d’un choix arbitraire »1477.

  • 1478 Boulainvilliers soutenait que la séparation des fonctions de général et de roi subsistait sous les (...)
  • 1479 Mémoires de littérature..., op. cit., T. X, pp. 533 sq.
  • 1480 Fr. Olivier-Martin, Histoire du droit français..., op. cit., p. 44

28Foncemagne complète sa critique en soutenant, toujours contre Boulainvilliers, que les maires du palais n’ont point été élus par la nation comme les premiers généraux germains1478. Il éprouve alors moins de mal à montrer que ces maires n’étaient que des officiers choisis par le roi jusqu’à ce qu’ils s’imposent par la force1479. En cela, son propos est conforme à la réalité historique1480, attestée par des textes bien plus nombreux que ceux relatifs à l’accession au trône de Clovis.

29Le résultat du travail de Foncemagne aboutit finalement à remettre en cause l’une des pièces maîtresses du système politique imaginé par Boulainvilliers. En effet, l’Académicien arrive à affaiblir les principes qui avaient permis à l’historien normand de ravaler le monarque au simple rang de chef de l’exécutif. Une préoccupation identique se retrouve chez Dubos qui va même renchérir sur la thèse de Foncemagne en faisant voler en éclat le récit germaniste.

- L’abbé Dubos et l’éclatement du cadre théorique germaniste

  • 1481 Histoire critique de l’établissement de la monarchie française dans les Gaules (lère éd., 1734), Pa (...)

30L’abbé Dubos n’a pas écrit spécifiquement contre Boulainvilliers. Cet historien rétribué par la monarchie avait un projet plus ambitieux : il souhaitait s’opposer à l’ensemble des auteurs germanistes1481et inventer une nouvelle manière de retracer les origines de l’histoire de France, manière plus conforme aux vues des doctrinaires de l’absolutisme monarchique. Il cherchait, en fait, à établir un mythe historique qui légitime un pouvoir royal absolu.

  • 1482 É. Carcassonne, op. cit., p. 42.

31Dans ses ouvrages, Dubos refuse donc la notion de conquête violente des Francs qui entraîne une rupture définitive entre le nouveau royaume et la romanité. Il veut récupérer dans l’Antiquité romaine la notion de pouvoir absolu des empereurs pour légitimer l’absolutisme de l’époque moderne. Il substitue donc à l’idée de conquête celle d’une antique alliance qui s’est transformée en domination par le vœu des populations gauloises. La situation est définitivement consacrée par un transfert de pouvoir opéré par Justinien au profit des descendants de Clovis1482.

  • 1483 Histoire critique de l’établissement..., op. cit., vol. 2, p. 592.
  • 1484 Eod. loc.

32Dubos peut alors affirmer que « les rois mérovingiens avaient les mêmes droits que les empereurs »1483. En conséquence, le pouvoir royal doit être très fort puisque, pour l’auteur, « l’autorité des empereurs romains était comme despotique »1484. Il ajoute que les Gallo-romains n’étaient pas les seuls à être soumis au despotisme monarchique car :

  • 1485 Ibid., vol. 2, p. 593.

« la portion d’un peuple sur laquelle un prince règne despotiquement a intérêt que le prince ait sur tous ses autres sujets la même autorité qu’il a sur elle »1485.

  • 1486 Eod. loc.
  • 1487 L’index nominum de l’ouvrage répertorie bien plus de deux fois le nom de Boulainvilliers. Toutefois (...)
  • 1488 Boulainvilliers, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 21., Cf. Ière part (...)
  • 1489 À Clovis qui réclame le vase de Soissons, l’auteur des Gesta francorum fait dire : « vous êtes le m (...)

33Dès lors, l’auteur peut conclure que « les Francs (...) auront donc été obligés d’obéir au souverain avec autant de soumission que les romains au milieu desquels ils vivaient »1486. Il est certain que les thèses de Boulainvilliers ne pouvaient que le gêner. Aussi, réfute-t-il directement ce dernier à deux occasions1487. Dubos conteste tout d’abord l’opinion de Boulainvilliers sur l’épisode du vase de Soissons, consistant à soutenir que la résistance du guerrier prouvait dans quelle mesure Clovis n’était qu’un général au pouvoir limité1488. Afin de repousser cette explication, il invoque un texte de la Gesta francorum dans lequel les guerriers acceptaient de reconnaître en Clovis un maître absolu1489, sans d’ailleurs opérer une critique externe préalable de sa source.

  • 1490 Boulainvilliers avait soutenu cette idée dans les Essais sur la noblesse de France..., op. cit., p. (...)
  • 1491 Dubos, Histoire critique de l’établissement..., op. cit., vol. 2, p. 584.

34Cette conception du despotisme royal le conduit à réfuter une autre idée de Boulainvilliers. Dubos refuse en effet de reconnaître que les Francs aient possédé des privilèges qui ne résulteraient pas de la volonté du prince, mais seulement de leur participation à la conquête de la Gaule1490. Pour soutenir sa critique, il invoque les exemptions ecclésiastiques, toujours concédées par le roi, se demandant, non sans malice, « pourquoi les Francs auraient-ils été mieux traités que les Églises »1491.

35Ce faisant, Dubos s’attaque moins à Boulainvilliers que ne l’avait fait l’abbé de Trianon. Sa critique du germanisme est pourtant bien plus ambitieuse. Elle aboutit à une remise en cause totale de la nature et du sens de l’histoire de France au profit de la monarchie absolue. Dubos invente ainsi la théorie romaniste. Les critiques postérieurs de Boulainvilliers n’iront pas plus loin.

§ 2 - La persistance des critiques absolutistes au cours du XVIIIème siècle

- Le premier Mably, critique absolutiste de Boulainvilliers

  • 1492 Parallèle des romains et des français par rapport au gouvernement, Paris, F. Didot, 1740.
  • 1493 Voir les louanges que l’auteur utilise pour encenser Louis XIV, ibid., Ière partie, L. VIII, pp. 26 (...)

36Avant d’être renvoyé en 1746, l’abbé Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785) a occupé des fonctions de secrétaire auprès du Cardinal de Tencin qui lui confia même des missions diplomatiques. Pendant cette période, Mably écrit le Parallèle des romains et des français...1492, ouvrage absolutiste -vraisemblablement suscité par une commande officielle, dans lequel l’auteur fait l’apologie de la monarchie Louis quatorzienne1493.

37Mably est dès lors conduit à répliquer aux attaques de Boulainvilliers à l’encontre du principe de l’hérédité monarchique. S’il ne se prononce pas systématiquement sur tous les arguments de son adversaire, il récuse cependant ses opinions au détour d’une note. Il reproche, fort justement, à Boulainvilliers d’avoir considéré que le droit féodal régissait le statut de la couronne et utilise même cet argument pour défendre la loi salique, affirmant ainsi que :

  • 1494 Ibid., Ière partie, L. II, pp. 135-136.

« Monsieur le comte de Boulainvilliers traite la loi salique de chimère, (...) il suffit de faire remarquer que la principale preuve, en faveur de son opinion, est que les fiefs passaient aux filles. Mais, c’est substituer l’abus de la loi à la loi. Sophisme si je puis parler ainsi, assez familier de cet auteur »1494 .

  • 1495 A.W. Lewis, op. cit.

38Mablyinvoque un vice analogue pour discréditer l’hostilité de Boulainvilliers à l’égard des princes du sang. En effet, l’auteur veut faire oublier que ce titre n’est qu’une institution issue de l’effort prolongé des Capétiens1495 et rappelle que tous les princes règnent « par le droit de leur naissance », ajoutant :

  • 1496 Parallèle des romains et des français..., Ière partie, L. I, p. 62.
  • 1497 Ibid., Ière partie, L. I, p. 92.
  • 1498 Ibid., Ière partie, L. I, p. 93.

« c’est à quoi n’a pas fait réflexion Monsieur le comte de Boulainvilliers. Si les princes du sang n’ont pris pendant longtemps dans les parlements de la troisième race que le rang que leur donnait leur principale terre, c’était un abus que le gouvernement fondé sur les droits des fiefs avait introduit contre l’esprit de l’ancienne monarchie et le respect que l’on doit à la loi salique. Il suffisait sous les deux premières races d’être du sang royal pour régner »1496.
Cette critique témoigne en fait de son hostilité plus générale à l’égard de la monarchie féodale des derniers Carolingiens. En effet, Mably considère que cette forme politique, constituée de « monarchie » et d’« aristocratie », est un « mélange de gouvernements » imparfait1497. Il se justifie, arguant que :
« ce n’est point dans un tel équilibre (...) qu’on doit chercher le point d’union des divers gouvernements. Il faut au contraire que l’un d’entre eux domine et possède la principale partie de l’autorité. Les autres ne doivent que tempérer celui-ci, c’est-à-dire, ne manier que cette partie du pouvoir qu’il ne pourrait exercer avec une certaine sagesse »1498

  • 1499 N. Dockès-Lallement, « Mably et l’institution de la société Spartiate », in Réflexions idéologiques (...)
  • 1500 Sur la définition classique du régime mixte, H. Morel, «Le régime mixte ou l’idéologie du meilleur (...)

39Par là même, l’auteur critique la monarchie féodale carolingienne en recourant au régime mixte, qui restera son idéal politique tout au long de sa vie1499, n’hésitant d’ailleurs pas à transformer la définition classique de ce régime1500pour les besoins de sa démonstration anti-féodale. De fait, il ne cherche plus une répartition équilibrée de l’autorité politique entre un roi, une aristocratie, et le peuple, ou de deux de ces composantes. Il insiste sur la concentration de l’autorité dans les mains de l’un des organes du régime mixte.

  • 1501 Mably reprend une définition classique du régime mixte en écrivant : « c’est en divisant l’autorité (...)
  • 1502 Parallèle romains et des français..., Ière partie, L. I, p. 95.

40Cette déformation d’une catégorie politique ne constitue pourtant pas une inflexion définitive de sa pensée politique ; d’ailleurs, il l’abandonne quelques lignes plus loin, sans craindre la contradiction1501. Cette redéfinition épisodique du régime mixte répond à un but précis : Mably veut démontrer que « de gouvernement mixte (...) ne peut subsister qu’à certaines conditions qui sont impraticables depuis que les États se sont étendus »1502. Ainsi, selon lui, la France ne peut connaître que la monarchie. Il peut ainsi légitimer la monarchie absolue en écrivant qu’en France,

  • 1503 Ibid., Ière partie, L. III, p. 266

« quoique le prince soit suprême législateur et possède toute l’autorité, la liberté et les privilèges qu’il a accordés aux différents ordres de son État n’en sont point ébranlés. Il est réellement le maître de les ôter, mais cette liberté et ces privilèges sont d’une telle nature, qu’ils empêchent réellement qu’il ne puisse le faire »1503.

41Il rejoint ainsi la position des thuriféraires de la monarchie absolue qui avaient toujours soutenu que l’absolutisme n’était pas un despotisme. Pour autant, il ne remet pas en cause la soumission inconditionnelle des sujets au roi. Il écrit que ces derniers :

  • 1504 Ibid., Ière partie, L. III, p. 268.

« doivent donc obéir à un prince tout puissant et se contenter des probabilités qui sont un garant qu’il ne passera point les bornes d’une autorité légitime »1504.

42Il est donc possible d’en conclure que sa remise en cause de Boulainvilliers atteste d’une certaine originalité, position qui tranche ainsi avec la redondance qui caractérise la critique érudite absolutiste dès la dernière partie de la première moitié du xviiième siècle.

- La redondance de la critique érudite

  • 1505 Abrégé chronologique de l’histoire de France jusqu’à la mort de Louis XIV, Paris, Praultpéré, 1744.

43En 1744, le président C.J.F. Hénault (1685-1770) rédige un Abrégé chronologique de l’Histoire de France1505. Dans cet ouvrage, l’auteur prend clairement position contre Boulainvilliers en ne faisant que réutiliser les thèses de Foncemagne et de Dubos. Il résume ses idées en disant :

  • 1506 Président Hénault, Abrégé chronologique de l’histoire de France jusqu’à la mort de Louis XIV, Paris (...)

« nous pensons, contre Monsieur de Boulainvilliers, que les Francs avaient de véritables rois ; que Clovis l’était, et non un chef d’aventuriers, comme il l’a prétendu ; que ce n’a point été une irruption subite, et à la manière des barbares, que les Francs étant venus fondre dans les gaules, en ont réduit les habitants en servitude ; ainsi nous n’avons garde de ne rien adopter de cet auteur »1506.

  • 1507 G-C. Le Gendre, Marquis de Saint-Aubin, Traité historique et critique de l’opinion, Paris, Briasson (...)
  • 1508 Ibid, (Préface), T. 1, p.j.
  • 1509 Ibid, T. IV, L.IV, Part. I, p. 420.
  • 1510 Ibid., p. 421.
  • 1511 Ibid., pp. 418-420, passim.

44Le marquis Le Gendre de Saint-Aubin n’opposa pas des arguments plus originaux dans la réédition corrigée de son Traité historique et critique de l’opinion en 17581507. Ce « sceptique modéré »1508, favorable à l’absolutisme, se récrie contre Boulainvilliers qui « parle sans ménagement et d’une manière très indécente de plusieurs très bons rois... marque en toute occasion beaucoup d’aigreurs contre la magistrature (rempart des) droits de la couronne »1509. Toutefois, sa désapprobation ne repose que sur un argument un peu court. Il considère, en effet, que « plus une autorité est réunie, plus elle est solide et bienfaisante »1510. Les justifications historiques qu’il propose, pour étayer cet axiome, ne sont guère originales puisqu’il se borne à récupérer quelques textes d’historiens monarchistes tels que Mézeray et le Père Daniel1511.

  • 1512 Lettres sur l’origine de la noblesse française et sur la manière dont elle s’est conservée jusqu ’à (...)
  • 1513 Ibid., p. VI. Sur le rejet par l’auteur de la distinction vainqueurs/vaincus, ibid., pp. 3-5.
  • 1514 Ibid., p. XI. Sur la reprise des arguments de Dubos, voir en particulier, ibid., pp. 14 sq.

45La platitude de la démonstration va, également, caractériser la critique contre Boulainvilliers qui reprend de la vigueur au cours des années 1760. Ainsi, en 1763, l’abbé Mignot de Bussy publie des Lettres sur la noblesse française1512afin de remettre en cause « le système de Boulainvilliers »1513. Cet ouvrage n’est en fait qu’une reprise des idées de Dubos, dont l’auteur avoue, non sans un certain euphémisme, s’être « inspiré »1514.

  • 1515 L’Académie avait demandé de disserter sur le sujet suivant, « Ce qui est resté en France, sous la p (...)
  • 1516 Traité de l’origine du gouvernement français, Paris, 1765.
  • 1517 Ibid., p. 111.
  • 1518 Ibid., pp. 111-112.
  • 1519 L’auteur cite Dubos et admet, comme lui, que les rois francs furent d’abord des officiers romains, (...)
  • 1520 Ibid., p. 113.
  • 1521 Ibid., p. 232.
  • 1522 Eod. loc.

46L’abbé Jean-Jacques Garnier, professeur au collège royal, ne se montre pas, quant à lui, plus inventif. Il avait obtenu le prix de l’Académie des inscriptions et Belles Lettres, en 1761, pour un mémoire, fortement imprégné de romanisme, sur la forme du gouvernement sous les Mérovingiens1515 . Il ne publie toutefois son travail qu’en 1765 sous le titre Traité de l’origine du gouvernement français1516. Dans cet ouvrage, l’auteur s’attaque à Boulainvilliers et à Montesquieu1517. Il rejette l’idée d’une conquête violente des Francs1518, tout comme Dubos auquel d’ailleurs il se réfère1519 . Ce faisant, il admet que les Romains ont bénéficié du même statut que les Francs1520 . S’il veut bien reconnaître que les Francs avaient des « assemblées générales »1521, il précise toutefois que cette institution n’est pas une « assemblée politique » mais plutôt un simple « conseil » du roi1522.

  • 1523 Dissertation sur les maires du palais, Amsterdam, 1768.
  • 1524 Cf. l’analyse précise de ce texte par C. Volpilhac-Auger, Tacite en France de Montesquieu à Chateau (...)

47La Dissertation sur les maires du palais1523 de Damien de Gomicourt, parue en 1768, a également pour finalité de nier la conception de Boulainvilliers sur le gouvernement Franc. L’auteur de cet ouvrage refuse l’existence d’une assemblée de la nation souveraine et reprend la critique de Foncemagne sur la séparation des fonctions de général et de roi1524.

  • 1525 Quel fut l’état des personnes en France sous la seconde race de nos rois ? Couronné par l’Académie (...)
  • 1526 Ibid., p. 20.
  • 1527 Ibid., pp. 22-23 et 28.

48Enfin, en 1769, paraît l’une des plus virulentes critiques des thèses de l’historien normand. Il s’agit d’un ouvrage de l’abbé de Gourcy, primé par l’Académie un an plus tôt1525. L’auteur s’oppose à Boulainvilliers de façon classique en rejetant la théorie de la conquête violente des Francs1526ainsi que l’idée d’une fusion des peuples Francs et Gallo-romains1527. Le conformisme des attaques de Gourcy atteste, en tout cas, du fait que l’historien normand reste, en ce début de deuxième moitié du xviiième siècle, la cible privilégiée des historiens de la monarchie. Ces derniers vont néanmoins être rapidement relayés par les tenants de l’idéologie anti-nobiliaire.

SECTION III - LA CONTESTATION DES PENSEURS DE L’ESPRIT DU SIÈCLE

49Les penseurs de l’esprit du siècle, favorables à une monarchie rationalisée, où l’action du roi éclairée par la philosophie serait renforcée, ne pouvaient que récriminer contre Boulainvilliers. Ce dernier leur apparaissait comme le survivant d’un monde ancien fondé sur les préjugés. Pourtant si certains comme Dupin ou D’Argenson adoptèrent une hostilité sans réserve à l’égard de l’historien normand, Voltaire avait un point de vue plus modéré.

§ 1 - Dupin et D’Argenson fossoyeurs de Boulainvilliers

  • 1528 C. Dupin Oeconomiques, (1745), collection des économistes et des réformateurs sociaux de la France, (...)
  • 1529 (Fin XVIIème siècle 1769), Fermier général dont des extraits de ces Oeconomiques ont été publiés da (...)
  • 1530 Ibid., T. II, p. 254.
  • 1531 Eod. loc.
  • 1532 Cf. supra, IIIème partie, Chap. I, Section II, § I.
  • 1533 Dupin critique également le mémoire sur les aides et gabelles, Oeconomiques, op.cit., T. 1, p. 242 (...)

50Dans ses Oeconomiques publiées en 17451528, le financier et économiste Claude Dupin1529militait pour une réforme des institutions monarchiques sans pour autant remettre en cause l’absolutisme. Souhaitant instaurer l’égalité des sujets devant l’impôt, il invoque l’autorité de l’histoire et se refuse à « croire avec Monsieur de Boulainvilliers, dans son Histoire de l’ancien gouvernement de France, que l’honneur de la noblesse française soit flêtri, en avouant que les français naturels originairement assujettis aux impôts et aux charges publiques1530 ». Il préfère accorder plutôt foi aux théories de l’abbé Dubos1531qui avait soutenu que lors de la conquête franque les rois soumirent à leur pouvoir absolu l’ensemble des gouvernés1532. Cette remise en cause de l’interprétation de Boulainvilliers1533atteste de l’hostilité de Dupin à l’égard des privilèges fiscaux de la noblesse. C’est également le rejet de l’institution nobiliaire qui conduit René Louis D’Argenson à s’attaquer aux démonstrations de l’auteur de l’Etat de la France.

  • 1534 Considérations sur le gouvernement ancien et présent de la France, Amsterdam, Marc Michel Rey, 1764
  • 1535 G. Chaussinand-Nogaret, « Un aspect de la pensée nobiliaire au xviiième siècle : l’"antinobilisme"  (...)
  • 1536 D’Argenson, Considérations sur le gouvernement ancien et présent de la France, Amsterdam, 1784 (2èm (...)

51Dans ses Considérations sur le gouvernement de la France1534, parues pour la première fois en 1764, D’Argenson vilipende la noblesse d’ancien régime en invoquant un rationalisme asservi aux intérêts du despotisme éclairé1535. Si d’Argenson ne désire pas la disparition complète du second ordre, il souhaite en revanche que les privilèges de ce dernier soient réduits à de simples « droits honorifiques »1536.

  • 1537 Ibid., p. 125.
  • 1538 Eod. loc.
  • 1539 Poussé par son anti-féodalisme, D’Argenson dresse un portrait excessif des seigneurs qui sont repré (...)
  • 1540 Eod. loc.
  • 1541 Ibid., pp. 126-127.
  • 1542 Son projet de gouvernement repose sur le principe suivant : « une foi, un roi, une loi », Considéra (...)

52Aussi, n’est-il pas étonnant de voir l’auteur remettre en cause les théories de Boulainvilliers en ce qu’elles constituaient l’expression la plus achevée de l’idéologie nobiliaire. D’Argenson attaque ainsi le coeur même du système de l’historien en contestant la notion de gouvernement féodal. À ses yeux en effet, « l’autorité monarchique, pour être utile aux hommes, doit être éclairée, mais non partagée »1537. Il ne peut donc que détester le « gouvernement féodal si fort réclamé par Monsieur de Boulainvilliers ». Cette forme d’organisation politique paraît à D’Argenson complètement illégitime et n’est qu’« un système bizarre de gouvernement » dans lequel « la plus grande autorité sur la nation » est aux « mains (...) d’usurpateurs »1538. Cette affirmation est justifiée par une description apocalyptique de la féodalité, dans laquelle le seigneur est représenté comme un tyran brutal1539. Cette déformation de la réalité permet d’ailleurs à d’Argenson de condamner moralement la féodalité politique, en affirmant notamment que « le droit féodal était dans son origine la loi du plus fort »1540et, en invoquant au même titre les « philosophes grecs » qui ont ignoré le système féodal, véritable structure aristocratique, lui préférant une cité fondée sur « l’égalité des citoyens »1541. Or, l’auteur ne semble pas voir que durant l’Antiquité et la période féodale, la liberté politique n’a pas radicalement changé de nature. Elle reste en effet une liberté-privilège totalement étrangère à l’égalitarisme individualiste démocratique des sociétés modernes. D’Argenson cherche en fait à dévoyer la liberté des antiques pour promouvoir son projet de gouvernement, fondé sur l’établissement d’une égalité civile entre des sujets soumis à un monarque absolu1542.

  • 1543 « L’affranchissement ne fut pas d’abord universel ; mais en peu d’années (...) le bon effet s’en fi (...)
  • 1544 «Monsieur de Boulainvilliers a fait une peinture toute différente des suites qu’eut l’affranchissem (...)
  • 1545 D’Argenson écrit à ce propos, « voilà bien de quoi faire crier Monsieur de Boulainvilliers sur l’in (...)

53C’est justement cette hostilité à l’égard du privilège qui l’amène à porter sa seconde attaque contre Boulainvilliers. En effet, il estime que l’affranchissement des serfs au cours du Moyen-âge fut bénéfique au royaume de France1543. Aussi, il ne comprend pas que ce qui lui paraît être une avancée vers l’égalité civile soit décrié par l’historien normand, dont le point de vue serait dicté par le préjugé nobiliaire1544. D’Argenson se réjouit au contraire de l’accès des députés des villes aux assemblées d’états, ridiculisant la prévention de Boulainvilliers à l’égard de la participation politique du tiers état1545. Sa critique est empreinte ici de partialité. S’il oublie volontairement de préciser que le comte normand dénonce l’affranchissement comme une tentative monarchique d’asservissement de la société, il évite également de préciser que l’historien ne souhaite pas un retour à la servitude, mais admet en fait la participation politique du tiers état.

54En fin de compte, les critiques de D’Argenson sont excessives et le conduisent à prononcer une injuste condamnation contre Boulainvilliers. Voltaire, pourtant ami du marquis de Paulmy, adoptera un point de vue plus nuancé.

§ 2 - Voltaire et les deux visages de Boulainvilliers

55Alors qu’entre 1753 et 1760 Voltaire s’intéresse à l’histoire politique de la France, il rencontre pour la première fois les idées de Boulainvilliers. Il remet alors en cause ses thèses sur l’histoire nationale.

56Le philosophe critique, en effet, la théorie germaniste de l’aristocrate en écrivant à ce propos que :

  • 1546 Essai sur les mœurs et l’esprit des nations et sur les principaux faits de l’histoire de puis Charl (...)

« les Francs qui entrèrent dans les Gaules partageaient les dépouilles avec Clovis : le comte de Boulainvilliers veut, par cette raison, que les seigneurs de châteaux soient tous souverains en France. Mais quel homme peut dire dans sa terre : « je descends d’un conquérant des gaules ? » Et quand il serait sorti en droite ligne d’un de ces usurpateurs, les villes et les communes n’auraient-elles pas plus de droit de reprendre leur liberté que ce Franc ou ce wisigoth n’en avait eu de la leur ravir »1546.

57Contrairement à Boulainvilliers, Voltaire n’estime pas que la conquête franque soit le point de départ d’une légitimité perdue. Sa position résulte en fait de son hostilité à l’égard du régime politique aristocratique tel qu’il a pu s’incarner en France. Ce rejet entraîne d’ailleurs Voltaire à critiquer la conception de la féodalité imaginée par l’aristocrate normand. Alors qu’il traite du développement du « gouvernement féodal » en Europe, il soutient que :

  • 1547 Ibid., T. II, p. 1.

« le comte de Boulainvilliers appelle cette constitution l’effort de l’esprit humain, (...) ce n’est point un puissant effort du génie, mais un effet très naturel et très commun de la raison et de la cupidité humaine que les possesseurs des terres aient voulu être les maîtres chez eux »1547.

  • 1548 Eod. loc.
  • 1549 Catalogue à la fin du Siècle de Louis XIV, in Oeuvres historiques, Paris, Gallimard, 1957, p. 1143.
  • 1550 Ibid, pp. 1142-1143.
  • 1551 Essai sur les mœurs..., op. cit., p. 19.
  • 1552 « Nulle grande ville, point de commerce, point de beaux arts sous un gouvernement purement féodal » (...)

58Le philosophe caractérise le principe dynamique qui sous-tend cette forme de gouvernement, en affirmant qu’à l’époque féodale, les seigneurs ont voulu « que ni leur vie ni leurs biens ne dépendissent du pouvoir suprême d’un roi ». Cependant, ces derniers ont exercé leur puissance « autant qu’ils le purent sur leurs propres sujets »1548. C’est là que réside le vice de cette forme d’organisation politique car « le plus grand nombre d’hommes est écrasé par le plus petit ». Ainsi, selon Voltaire, cette aristocratie seigneuriale ne constitue qu’un groupe « d’oppresseurs »1549. Il reproche d’ailleurs à Boulainvilliers de regretter « les temps où les peuples, esclaves de petits tyrans ignorants et barbares, n’avaient ni industrie, ni commerce, ni propriété »1550. Tous ces motifs conduisent alors Voltaire à parler d’une « anarchie féodale »1551dans laquelle il ne saurait y avoir de progrès de la civilisation1552.

  • 1553 En effet, Voltaire éprouve plus de sympathie pour la féodalité allemande. Il écrit, « le système fé (...)
  • 1554 Essai sur les mœurs..., op. cit., p. 19.
  • 1555 Ibid., chap. XCVIII, p. 33
  • 1556 Ibid., chap. XCVIII, p. 26.

59Cette critique vise particulièrement la féodalité française1553, établie, selon le philosophe, « par droit de conquête »1554. Voltaire attaque en fait le mythe du guerrier conquérant, pierre angulaire de l’idéologie de l’aristocratie d’épée. Son rejet de l’histoire féodale s’explique par son antipathie à l’égard de la noblesse de son temps. Voltaire aime à rappeler d’ailleurs que « dans beaucoup de pays libres, les droits du sang ne donnent aucun avantage »1555. S’il admet « l’inégalité des conditions », il affirme qu’« il n’y a jamais eu, ni chez les anciens ni dans les neuf parties de la terre habitable, rien de semblable à l’établissement de la noblesse dans la dixième partie, qui est notre Europe »1556.

  • 1557 Ibid., chap. XCVIII, p. 32.

60Voltaire ne trouve même aucune vertu à l’anoblissement. Il dénonce « cette distinction avilissante entre l’anobli inutile qui ne paie rien à l’État, et le roturier qui paie la taille »1557. Il ne peut donc que réprouver l’histoire aristocratique de Boulainvilliers. Cependant, après 1760, alors qu’il réfléchit sur la religion, Voltaire perçoit une nouvelle facette de la personnalité de Boulainvilliers.

  • 1558 Lettres à Mgr le Prince de (...) sur Rabelais et sur d’autres auteurs accusés d’avoir mal parlé de (...)
  • 1559 Voltaire recense une citation de Boulainvilliers parmi ses témoignages contre l’intolérance religie (...)
  • 1560 Lettres à Mgr le prince de (...) sur Rabelais et sur d’autres auteurs accusés d’avoir mal parlé de (...)

61En effet, La lutte contre l’intolérance religieuse caractérise l’esprit de la philosophie du maître de Ferney. Sa perception de Boulainvilliers va alors être fortement déterminée par cet impératif. C’est avant tout un Boulainvilliers initiateur du spinozime1558en France, défenseur de la tolérance religieuse1559et critique de la religion catholique1560que révère le philosophe des Lumières.

  • 1561 Mélanges, op. cit., pp. 1277-1306.

62Le philosophe rédige d’ailleurs un opuscule intitulé Le dîner du comte de Boulainvilliers1561dans lequel il oppose l’historien normand à un ecclésiastique qui défend l’orthodoxie catholique. Se cachant derrière le masque de Boulainvilliers, il en profite pour enseigner au lecteur sa philosophie déiste. D’ailleurs, l’ironie de Voltaire se déchaîne contre le dogme théologique. C’est ainsi que, provoqué par son interlocuteur sur la possibilité de sauver une âme de l’enfer, le personnage de Boulainvilliers rétorque :

  • 1562 Ibid., p. 1282.

« tirez donc de l’enfer, par vos saintes prières, Henri IV, qui mourut sans sacrement comme un païen, et mettez le dans le ciel avec Ravaillac le bien confessé (...) quelle mine ils se feront / »1562.

  • 1563 Ibid., p. 1305.
  • 1564 Ibid., p. 1277.

63Toutefois, cet ouvrage ne se réduit pas à une simple attaque du catholicisme. Son auteur défend en fait, sous le masque de Boulainvilliers, le credo déiste. Souhaitant promouvoir un « culte raisonnable qu’une famille honnête rend à l’Être suprême sans superstition »1563, il veut faire triompher le primat de la « philosophie (...) salutaire mille fois plus que (la) religion »1564.

64Faut-il conclure que Voltaire se serait réconcilié avec Boulainvilliers vers la fin de sa vie ? Loin s’en faut. En fait, il a perçu le double visage de Boulainvilliers. Il a bien compris que si les positions religieuses de l’aristocrate sont imprégnées du rationalisme critique, sa conception historique est d’abord le fruit d’un préjugé nobiliaire. Le philosophe des Lumières a su trier les idées de Boulainvilliers. Cette instrumentalisation de la pensée de l’aristocrate normand a, également, tenté bien d’autres auteurs politiques du xviiième siècle.

Notes

1427 Sur la critique de la féodalité comme modèle idéologique de la noblesse d’épée au xviiième siècle, J.Q.C. Mackrell, op. cit., pp. 17-47 ; J.H.M. Salmon, « Renaissance Jurists and "Enlightened" Magistrates : Perpectives on Feodalism in Eighteenth-century France », French History, december 1994, vol. 8, N° 4, pp. 387 sq. La propriété féodale devait être contestée au nom des principes de la philosophie des Lumières. Voir sur ce point M. Garaud, La Révolution et la propriété foncière, Paris, Sirey, 1959, pp. 156-157 ; J. Hudault, « Du jeu de fief à la propriété romaine : une critique précoce de la propriété féodale devant le parlement de Paris (1751) », in Mélanges dédiés à la mémoire de J. Teneur, Collection des travaux de la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Lille, 1977, T. II, pp. 401-414. Sur l’enjeu social, bien plus qu’économique, autour de la propriété féodale, J.Q. Whitman, « "Les seigneurs descendent au rang de simples créanciers" : Droit romain, Droit féodal et Révolution », Droits, Revue de théorie juridique, 1993, N° 17, pp. 19-32. Enfin, sur la crise du droit féodal, voir l’exemple toulousain, J. Bastier, La féodalité au siècle des Lumières dans la région de Toulouse (1730-1790), Paris, Commission d’histoire économique et sociale de la Révolution française. Mémoires et documents, Bibliothèque Nationale, 1975, vol. XXX, pp. 298-300.

1428 Lettre d’un conseiller du parlement de Rouen au sujet d’un écrit du comte de Boulainvilliers, P.N. Desmolets, Continuation des mémoires de littérature et d’histoire, Paris, Simart, 1730, T. IX, pp. 107-311. Cet écrit a vraisemblablement été rédigé sous la Régence. En effet, une mention, en marge de l’imprimé, insérée par l’éditeur, indique que le «grand prince qui nous gouverne» n’est autre que le «Duc d’Orléans», Lettre d’un conseiller du parlement de Rouen au sujet d’un écrit du comte de Boulainvilliers, op. cit., p. 115. Il n’a pas été possible de trouver d’indication biographique sur Trianon. A titre indicatif, il faut signaler que l’index biographique français n’indique qu’un Jacques Simon Trianon soupçonné le jour de Noël 1690, d’avoir prononcé un sermon devant une assemblée protestante, Index biographique français, K.G. Saur, Londres, Melbourne, Munich, New-Jersey, 1993, p. 2053 qui renvoie à Haag Eugène et Emile, La France protestante où vies des protestants français, Paris 1846-1859, 9 volumes, 999, 236. Il est vraisemblable que Trianon n’a jamais été un parlementaire.

1429 H.A. Ellis, Boulainvilliers and the French Monarchy. Aristocratic Politics in Early Eighteenth-century France, op. cit., p. 202

1430 L’abbé de Trianon parle en fait de l’un des manuscrits qui ne sera publié à Amsterdam qu’en 1732 sous le titre Essais sur la noblesse de France contenant une dissertation sur son origine et son abaissement.

1431 Lettre d’un conseiller du parlement..., op. cit., p. 107.

1432 Ibid., p. 108.

1433 Ibid., p. 232.

1434 Ibid., p. 167.

1435 Cf. Ière partie, sections I et III de cette étude.

1436 Il invoque la vertu stoïcienne louée par Cicéron et Sénèque, Lettre d’un conseiller du parlement..., op. cit., pp. 117 sq.

1437 « Les gaulois et les germains ont avec grande raison regardé la richesse jointe à la franchise ou comme la noblesse elle-même ou comme le plus solide fondement de la noblesse », Lettre d’un conseiller du parlement..., op. cit., p. 125. Les Germains constituent pour l’auteur la souche originaire des premiers Francs conquérants des gaules, ibid., p. 123.

1438 Ibid., p. 129.

1439 Ibid., p. 232.

1440 Ibid., p. 233.

1441 Cf. Ière partie, chapitre III, § 2.

1442 Lettre d’un conseiller du parlement..., op. cit., p. 188.

1443 Eod. loc.

1444 Ibid., p. 192.

1445 Ibid., p. 225.

1446 Ibid., p. 229.

1447 Ibid., pp. 219-220.

1448 Fr. Olivier-Martin, Histoire du droit français..., op. cit., p. 255.

1449 Lettre d’un conseiller du parlement..., op. cit., p. 200.

1450 Cf . Ière partie, chap. III, section II de cette étude.

1451 Lettre d’un conseiller du parlement..., op. cit., p. 57.

1452 Ibid., pp. 162-163.

1453 Ibid., p. 163.

1454 Ibid., p. 249.

1455 Ibid., pp. 251-252.

1456 Ibid., p. 261.

1457 Ibid., p. 252.

1458 Ibid., p. 263.

1459 Ibid., p. 250.

1460 L’auteur ne dit pas s’il s’agit de Justin I (518-527) ou Justin II (565- 578).

1461 Ibid., p. 251.

1462 (1694-1779) Oratorien. Il quitte les ordres et devient membre de l’Académie Royale des Inscriptions et Belles Lettres en 1722. Il se distinguera, dans cette institution, en développant des mémoires sur l’histoire du droit public favorables à la monarchie. Il est également connu pour sa polémique contre Voltaire qui remettait en cause l’authenticité des mémoires de Richelieu.

1463 B. Barret-Kriegel, L’histoire à l’Âge classique. Les Académies de l’Histoire, Paris, P.U.F. "Quadrige", 1996 (2ème éd.), T. III, pp. 266-267.

1464 Ibid., T. III, p. 267.

1465 Mémoires de littérature tirés des registres de l’Académie royale des Inscriptions et Belles Lettres, Paris, Imprimerie royale, 1736, T. X, pp. 525- 541.

1466 Ibid., T. X, p. 525.

1467 Ibid., Eod. loc.

1468 Eod. loc.

1469 Cf. Ière partie, section I, III, B de cette étude.

1470 Mémoires de littérature tirés des registres de l’Académie royale des Inscriptions et Belles Lettres, op. cit., T. X, p. 527.

1471 Ibid., T. X, pp. 527-528.

1472 Ibid., T. X, p. 528.

1473 Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., T. I, p. 18.

1474 A. Duchesne, Historiae Francorum scriptores, Paris, 1636, T. I, p. 849

1475 Saint-Rémi écrit à Clovis, «rumor ad nos magnus pervenit, administrationem vos secundam rei bellicae suscepisse», Duchesne, op. cit., eod. loc. Pour Boulainvilliers, il faut entendre que l’évêque félicite le roi sur son élection comme général de l’armée des Francs, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., eod. loc. Cette interprétation insiste abusivement sur le choix de Clovis par la nation. Inversement Foncemagne écrit, «dans le style de Saint-Rémi (...) suscipere administrationem rei bellicae, peut signifier simplement entreprendre une expédition, se préparer à une expédition militaire», Mémoires de littérature..., op. cit., T. X, p. 531.

1476 Foncemagne s’appuie sur les propos suivants de Saint-Rémi : « il n’est pas étonnant que vous soyez ce que vos pères ont toujours été ; (c’est-à-dire) qu’un prince issu d’aïeux guerriers, veuille leur ressembler », Mémoires de littérature..., op. cit., T. X, p. 531.

1477 Eod. loc.

1478 Boulainvilliers soutenait que la séparation des fonctions de général et de roi subsistait sous les Mérovingiens. Il identifiait les maires du palais aux successeurs de ces anciens chefs d’armée élus par la nation, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., pp. 25-28.

1479 Mémoires de littérature..., op. cit., T. X, pp. 533 sq.

1480 Fr. Olivier-Martin, Histoire du droit français..., op. cit., p. 44

1481 Histoire critique de l’établissement de la monarchie française dans les Gaules (lère éd., 1734), Paris, Nyon 1742 (nouvelle éd. revue, augmentée et corrigée), vol. 1, pp. 34-35.

1482 É. Carcassonne, op. cit., p. 42.

1483 Histoire critique de l’établissement..., op. cit., vol. 2, p. 592.

1484 Eod. loc.

1485 Ibid., vol. 2, p. 593.

1486 Eod. loc.

1487 L’index nominum de l’ouvrage répertorie bien plus de deux fois le nom de Boulainvilliers. Toutefois, les renvois au texte sont loin d’être significatifs. Les références les plus sûres à Boulainvilliers sont donc celles où l’auteur cite directement ou reprend un passage de Boulainvilliers.

1488 Boulainvilliers, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 21., Cf. Ière partie, chapitre II, section I, § I a de cette étude. Dubos cite ce texte pour le critiquer, Histoire critique de l’établissement..., op. cit., vol. 2, p. 24.

1489 À Clovis qui réclame le vase de Soissons, l’auteur des Gesta francorum fait dire : « vous êtes le maître de tout ce qui se voit ici et même de nous. Ne sommes-nous pas vos sujets ? Usez en donc à votre bon plaisir, car personne n’est en droit de s’opposer à vos volontés », Gesta francorum, II, 10, cité par Dubos, Histoire critique de l’établissement..., op. cit., vol. 2, p. 22.

1490 Boulainvilliers avait soutenu cette idée dans les Essais sur la noblesse de France..., op. cit., p. 41. Dubos cite le passage pour le critiquer, Histoire critique de l’établissement..., op. cit., vol. 2, p. 22.

1491 Dubos, Histoire critique de l’établissement..., op. cit., vol. 2, p. 584.

1492 Parallèle des romains et des français par rapport au gouvernement, Paris, F. Didot, 1740.

1493 Voir les louanges que l’auteur utilise pour encenser Louis XIV, ibid., Ière partie, L. VIII, pp. 264-265.

1494 Ibid., Ière partie, L. II, pp. 135-136.

1495 A.W. Lewis, op. cit.

1496 Parallèle des romains et des français..., Ière partie, L. I, p. 62.

1497 Ibid., Ière partie, L. I, p. 92.

1498 Ibid., Ière partie, L. I, p. 93.

1499 N. Dockès-Lallement, « Mably et l’institution de la société Spartiate », in Réflexions idéologiques sur l’État. Aspects de la pensée politique méditerranéenne, Vème colloque de l’Association Française des Historiens des Idées Politiques (Aix-en-Provence, 25-27 septembre 1986), Aix-en-Provence, P.U.A.M., 1987, pp. 231-259.

1500 Sur la définition classique du régime mixte, H. Morel, «Le régime mixte ou l’idéologie du meilleur régime politique», op. cit.

1501 Mably reprend une définition classique du régime mixte en écrivant : « c’est en divisant l’autorité en différentes branches subordonnées les unes aux autres, et qui ont leur ressort séparé, que les gouvernements doivent se tempérer mutuellement. Il est alors aisé de trouver entre eux un point de réunion qui les contraigne (...) à se communiquer leur force », Parallèle des romains et des français..., Ière partie, L. I, p. 94.

1502 Parallèle romains et des français..., Ière partie, L. I, p. 95.

1503 Ibid., Ière partie, L. III, p. 266

1504 Ibid., Ière partie, L. III, p. 268.

1505 Abrégé chronologique de l’histoire de France jusqu’à la mort de Louis XIV, Paris, Praultpéré, 1744.

1506 Président Hénault, Abrégé chronologique de l’histoire de France jusqu’à la mort de Louis XIV, Paris, 1842, p. 17. L’auteur reprend ces mêmes thèses dans son Histoire critique de l’établissement des Français dans les gaules, publié pour la première fois chez F. Buisson, Paris, 1801, pp. 170 et 235

1507 G-C. Le Gendre, Marquis de Saint-Aubin, Traité historique et critique de l’opinion, Paris, Briasson, 4ème Edition revue et corrigée, 1758, 9 Tomes.

1508 Ibid, (Préface), T. 1, p.j.

1509 Ibid, T. IV, L.IV, Part. I, p. 420.

1510 Ibid., p. 421.

1511 Ibid., pp. 418-420, passim.

1512 Lettres sur l’origine de la noblesse française et sur la manière dont elle s’est conservée jusqu ’à nos jours, Lyon, Jean de Ville, 1763.

1513 Ibid., p. VI. Sur le rejet par l’auteur de la distinction vainqueurs/vaincus, ibid., pp. 3-5.

1514 Ibid., p. XI. Sur la reprise des arguments de Dubos, voir en particulier, ibid., pp. 14 sq.

1515 L’Académie avait demandé de disserter sur le sujet suivant, « Ce qui est resté en France, sous la première race de nos rois, de la forme du gouvernement qui subsistait dans les Gaules sous la domination romaine », Histoire de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Paris, Imprimerie royale, 1768, p. 2. Cette formulation du sujet montre à quel point l’histoire romaniste de Dubos dominait au sein de cette institution.

1516 Traité de l’origine du gouvernement français, Paris, 1765.

1517 Ibid., p. 111.

1518 Ibid., pp. 111-112.

1519 L’auteur cite Dubos et admet, comme lui, que les rois francs furent d’abord des officiers romains, Traité de l’origine du gouvernement français, op. cit., p. 15-18.

1520 Ibid., p. 113.

1521 Ibid., p. 232.

1522 Eod. loc.

1523 Dissertation sur les maires du palais, Amsterdam, 1768.

1524 Cf. l’analyse précise de ce texte par C. Volpilhac-Auger, Tacite en France de Montesquieu à Chateaubriand, Oxford, Voltaire foundation, 1993, pp. 561-563.

1525 Quel fut l’état des personnes en France sous la seconde race de nos rois ? Couronné par l’Académie royale des Inscriptions et Belles Lettres en 1768, Desaint, Paris, 1769.

1526 Ibid., p. 20.

1527 Ibid., pp. 22-23 et 28.

1528 C. Dupin Oeconomiques, (1745), collection des économistes et des réformateurs sociaux de la France, Paris, Librairie des Sciences Politiques et Sociales, Marcel Rivière et Cie, 1913, 2 vol.

1529 (Fin XVIIème siècle 1769), Fermier général dont des extraits de ces Oeconomiques ont été publiés dans l’Encyclopédie méthodique.

1530 Ibid., T. II, p. 254.

1531 Eod. loc.

1532 Cf. supra, IIIème partie, Chap. I, Section II, § I.

1533 Dupin critique également le mémoire sur les aides et gabelles, Oeconomiques, op.cit., T. 1, p. 242 et T. 1, p. 364-366. Toutefois, ce mémoire a été faussement attribué à Boulainvilliers (cf. bibliographie). Il a donc semblé inutile ici d’analyser cette critique.

1534 Considérations sur le gouvernement ancien et présent de la France, Amsterdam, Marc Michel Rey, 1764.

1535 G. Chaussinand-Nogaret, « Un aspect de la pensée nobiliaire au xviiième siècle : l’"antinobilisme" », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, juillet-septembre 1982, T. XXIX, pp. 442-452. Sur certains aspects de la pensée de cet auteur, voir R. Villers, «Un républicain malavisé : le Marquis René-Louis d’Argenson », in Mélanges G. Chevrier, Paris, Société pour l’Histoire du Droit des anciens Pays Bourguignons, 1971, pp. 371-392 ; É. Gasparini, «Un réformateur méconnu des finances publiques au xviiième siècle : le Marquis d’Argenson », Revue de la Recherche Juridique. Droit prospectif, 1993-3, pp. 1025-1039.

1536 D’Argenson, Considérations sur le gouvernement ancien et présent de la France, Amsterdam, 1784 (2ème édition corrigée sur ses manuscrits), p. 237.

1537 Ibid., p. 125.

1538 Eod. loc.

1539 Poussé par son anti-féodalisme, D’Argenson dresse un portrait excessif des seigneurs qui sont représentés comme des brutes aux mœurs violentes, Considérations sur le gouvernement ancien et présent de la France, op. cit., p. 126.

1540 Eod. loc.

1541 Ibid., pp. 126-127.

1542 Son projet de gouvernement repose sur le principe suivant : « une foi, un roi, une loi », Considérations sur le gouvernement ancien et présent de la France, op. cit., p. 192. L’auteur explique sa conception politique en disant qu’il faut « un roi parce que dans tout État il faut une autorité ». Selon lui, il faut « une monarchie bien réglée, à l’aide d’une démocratie bien entendue, qui n’ôte rien à l’autorité », Considérations sur le gouvernement ancien et présent de la France, op. cit., p. 194.

1543 « L’affranchissement ne fut pas d’abord universel ; mais en peu d’années (...) le bon effet s’en fit sentir, tant pour les anciens maîtres que pour les affranchis », Considérations sur le gouvernement ancien et présent de la France, op. cit., p. 138.

1544 «Monsieur de Boulainvilliers a fait une peinture toute différente des suites qu’eut l’affranchissement des serfs ; il intitule cet article : Désordre que causa l’affranchissement des serfs, et, dans le détail, l’on ne trouve cependant d’autre désastre que la diminution du crédit des nobles. (...) Ce qu’il y a de plus juste et de plus nécessaire, paraît injuste à des yeux prévenus», Considérations sur le gouvernement ancien et présent de la France, op. cit., p. 141.

1545 D’Argenson écrit à ce propos, « voilà bien de quoi faire crier Monsieur de Boulainvilliers sur l’insolence qu’eurent alors les roturiers de concourir avec les seigneurs aux plus grandes délibérations, et de ce qu’ils ne se contentèrent pas d’y contribuer de leur argent, sans oser ni raisonner ni représenter », Considérations sur le gouvernement ancien et présent de la France, op. cit., p. 142.

1546 Essai sur les mœurs et l’esprit des nations et sur les principaux faits de l’histoire de puis Charlemagne jusqu’à Louis XIII, Paris, Bordas, 1963, T. II, chap. XCVI, p. 19.

1547 Ibid., T. II, p. 1.

1548 Eod. loc.

1549 Catalogue à la fin du Siècle de Louis XIV, in Oeuvres historiques, Paris, Gallimard, 1957, p. 1143.

1550 Ibid, pp. 1142-1143.

1551 Essai sur les mœurs..., op. cit., p. 19.

1552 « Nulle grande ville, point de commerce, point de beaux arts sous un gouvernement purement féodal », Essai sur les mœurs..., op. cit., p. 18.

1553 En effet, Voltaire éprouve plus de sympathie pour la féodalité allemande. Il écrit, « le système féodal pourrait mériter le nom de chef-d’oeuvre en Allemagne », Catalogue..., op. cit., p. 1142.

1554 Essai sur les mœurs..., op. cit., p. 19.

1555 Ibid., chap. XCVIII, p. 33

1556 Ibid., chap. XCVIII, p. 26.

1557 Ibid., chap. XCVIII, p. 32.

1558 Lettres à Mgr le Prince de (...) sur Rabelais et sur d’autres auteurs accusés d’avoir mal parlé de la religion chrétienne, in Mélanges, Paris, Gallimard "La Pléiade", 1961, p. 1273.

1559 Voltaire recense une citation de Boulainvilliers parmi ses témoignages contre l’intolérance religieuse, Traité sur la Tolérance, in Mélanges, op. cit., p. 619.

1560 Lettres à Mgr le prince de (...) sur Rabelais et sur d’autres auteurs accusés d’avoir mal parlé de la religion chrétienne, op. cit., p. 1250.

1561 Mélanges, op. cit., pp. 1277-1306.

1562 Ibid., p. 1282.

1563 Ibid., p. 1305.

1564 Ibid., p. 1277.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable