Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Henri de Boulainvilliers

 | 
Olivier Tholozan

Deuxième partie. L'Impératif : la réforme de la monarchie

Chapitre IV. L’originalité du penseur : entre utopie du passé et modernité

Texte intégral

1L’historien qui interprète la pensée politique d’un auteur doit trouver une catégorie classificatoire qui permette de rendre compte de la signification et donc de la différence de ses idées avec celles d’autres penseurs ou courants d’idées. Cette catégorie relève d’une construction scientifique qui doit permettre d’organiser les idées positives qui ont été dégagées au cours de l’étude d’un corpus donné. L’analyste de Boulainvilliers est donc appelé à élaborer une catégorie conceptuelle le conduisant à se référer directement aux idées forces de l’auteur. Cette exigence est même la condition de la validité scientifique de cette dernière.

2Cette catégorie doit donc renvoyer à deux idées positives. La première est que les prétentions du roi de France à un pouvoir absolu sont la cause du malaise social. La seconde idée est que le remède à cet état de fait consiste en la restauration d’une société d’ordres, qui s’exprimerait par un projet politique remettant en cause la doctrine absolutiste.

  • 1312 C’est la fonction générale des concepts, du moins en Histoire des concepts politiques dans leurs ra (...)

3Par ailleurs, cette élaboration théorique doit permettre de rapprocher d’autres auteurs ou courants d’idées. En effet, en histoire des institutions et des idées politiques les concepts servent à « thématiser synchroniquement » des éléments du corpus (théories, doctrines ou idées voire simples représentations mentales)1312. C’est-à-dire que, faisant abstraction un instant du temps, la catégorie sert à rapprocher des éléments idéologiques et leurs auteurs. Mais cette fonction connaît des limites.

4La catégorie classificatoire ne permet que le rapprochement d’hommes ayant ce que L. Febvre appelait un outillage mental comparable (valeur fondamentale comme le choix entre individu ou groupe, la conception de la société, la forme de la rationalité). En effet, le concept en histoire de idées politiques doit également caractériser le changement dans les idées politiques. Il doit, autant que faire se peut, éviter de grouper anachroniquement des penseurs qui ont des perceptions de la société totalement différentes.

5Ces considérations méthodologiques élémentaires, rapidement rappelées, fondent la démarche adoptée dans ce chapitre. Pour construire, par induction, une catégorie qui traduit le sens de la pensée de Boulainvilliers, il est d’abord nécessaire de déterminer la manière dont le débat politique était organisé pendant les trois derniers siècles de l’ancien régime. Il est alors possible de s’apercevoir que la monarchie était en ce temps soumise à une tension idéologique. Il semble alors opportun de classer cet auteur en tenant compte de cette dernière.

SECTION I - LE DÉBAT ABSOLUTISME ET ANTIABSOLUTISME

§ 1 - La monarchie absolue : un modèle idéologique dominant

- Les critiques de la notion de monarchie absolue

  • 1313 C. de Seyssel, La monarchie de France, op. cit., p. 115.
  • 1314 La Gaule-Françoise, éd. 1574, op. cit., p. 9.

6Dès le xvieme siècle, des auteurs très différents se sont préoccupés du renforcement de la souveraineté monarchique. Seyssel affirmait qu’en France « l’autorité royale » n’était pas « totalement absolue » et cherchait des « freins par lesquels la puissance des rois de France est réglée »1313. Le subversif François Hotman rejetait le « prince absolu »1314. Ces craintes allaient prendre tout leur sens en 1576, lorsque Bodin devait considérer que la souveraineté, qu’il confère au prince, doit être « absolue » ou ne pas être.

  • 1315 Date donnée à verbo "Absolutisme", P. Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue (...)
  • 1316 Date donnée par L. Bély (sous la dir. de), Dictionnaire de l’ancien régime. Royaume de France xvièm (...)
  • 1317 M. Peronnet, « De la monarchie », Parliament, Estâtes and représentations, 16 november 1996, Intern (...)

7Toutefois, le terme même d’absolutisme fut forgé dans l’ambiance révolutionnaire en France en 17961315ou 17971316 et largement diffusé par les historiens allemands au cours du xixeme siècle1317. Pour les historiens qui l’utilisaient, cette dénomination anachronique visait à désigner la monarchie des trois derniers siècles de l’ancien régime dans laquelle le pouvoir du roi était absolu.

  • 1318 Cette assimilation fut le fait de Lemontey et d’Hitier, cf. J.-L. Thireau, Les idées politiques de (...)

8L’absolutisme monarchique ne risque-t-il pas de basculer dans un pouvoir illimité de genre tyrannique, où l’intérêt public se confond avec la personne du prince ? La question s’est posée d’autant plus qu’une partie de l’historiographie du xixeme et du xxeme siècle a assimilé la monarchie de Louis XIV à un régime de confusion entre la personne royale et l’État1318. Aussi, beaucoup d’historiens qui ont utilisé la notion d’absolutisme se sont demandés, rejoignant l’effort des juristes de la monarchie des xviième et xviiième siècles, si la forme institutionnelle ainsi visée était un régime politique limité par le droit. De loin le plus hostile à la monarchie d’ancienne France, A. Esmein reconnaît que la :

  • 1319 A. Esmein, Eléments de droit constitutionnel français et comparé, Paris, Sirey, 1909, p. 477.

« thèse sur le pouvoir absolu du souverain n ’était pas en général adoptée par les juristes (...) la puissance souveraine du roi était encore limitée par les lois fondamentales du royaume »1319.

  • 1320 J. Brissaud, op. cit., p. 770.
  • 1321 J. Declareuil, op. cit., pp. 388 sq.
  • 1322 Brissaud, op. cit., p. 773.
  • 1323 Fr. Olivier-Martin, L’absolutisme français, op. cit., p. 13.

9J. Brissaud va plus loin puisqu’il soutient même que l’ancienne France possédait une « constitution »1320, idée reprise par J. Declareuil1321, ainsi qu’un régime monarchique qu’il qualifie à la fois d’absolu et de tempéré1322. Cette tentative sera reprise au milieu du xxème siècle et complètement systématisée par Fr. Olivier-Martin dans l’un des cours les plus célèbres de l’histoire du droit intitulé "L’absolutisme français". L’auteur avoue sans ambages que son but est de montrer en quoi l’absolutisme a été le « système constitutionnel » de la France à partir du xvème siècle1323. L’historien du droit se lance alors dans une démonstration riche et élégante. Le coeur du système absolutiste réside dans l’idée suivante :

  • 1324 Ibid., p. 93.

« le roi, souverain absolu, n’est limité dans sa prérogative par aucun organe constitutionnel indépendant de lui »1324.

  • 1325 Ibid., p. 230.
  • 1326 Ibid., pp. 206-207.
  • 1327 Ibid., pp. 277 sq.
  • 1328 Ibid., pp. 288 sq.
  • 1329 R. Mousnier, «Comment les français du xviieme siècle voyaient la constitution», Dix-septième siècle (...)

10En revanche, Olivier-Martin ne pense pas que ce pouvoir soit arbitraire. À ses yeux, le pouvoir royal est réfréné par plusieurs bornes. La première est constituée par les lois fondamentales largement entendues, puisqu’il range parmi elles les privilèges de la société d’ordres1325. La seconde limite au pouvoir royal réside dans les engagements du sacre liant son pouvoir, même si la sanction de leur violation n’est pour lui que « morale »1326. La troisième limitation des prérogatives monarchiques se trouve tant dans les privilèges des pays et des corps1327que dans la propriété et la liberté d’aller et venir1328. Cette thèse devait être renforcée en 1955 par R. Mousnier qui ajoutait aux arguments juridiques d’Olivier-Martin le témoignage des officiers, des juristes et des auteurs politiques issus de la robe1329.

11Pourtant, en lisant ces historiens, on en vient à se demander si la notion d’absolutisme, entendue comme régime politique unanimement reconnu et possédant force juridique dans la conscience de l’ensemble des sujets de l’ancienne France, a vraiment un sens. La notion de pouvoir absolu se voit tellement bridée par des limites qu’elle perd peu à peu de sa signification.

  • 1330 F. Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978, pp. 174-175.
  • 1331 J.-L. Harouel, J. Barbey, E. Bournazel et J. Thibaut-Payen, op. cit., p. 121.
  • 1332 J.-L. Harouel, op. cit., p. 400 et P. Sueur, op. cit., T. I, p. 121.

12Les auteurs les plus récents ont bien senti cette difficulté logique. Dès 1978, F. Furet relativise la notion de monarchie absolue en soutenant qu’elle n’a jamais rompu avec la société traditionnelle et « la vieille conception patrimoniale du pouvoir », vendant, après négociations, privilèges et parties de la puissance publique1330. De la même manière, après avoir relevé les limites au pouvoir royal de l’époque moderne, J.-L. Harouel conclut que « la royauté a certes rêvé l’État absolutiste. Mais (...) elle est bien loin de l’avoir réalisé »1331. Il préfère parler, comme P. Sueur, de « doctrine » absolutiste ou d’État absolutiste1332.

  • 1333 M. Peronnet, op. cit., pp. 143-145.
  • 1334 C’est le cas de M. Antoine, «La monarchie absolue», in K.M. Baker (ed. by), The French Revolution a (...)
  • 1335 J.-L. Thireau, «L’absolutisme monarchique a-t-il existé ?», in Dictature absolutisme et totalitaris (...)

13La notion même de monarchie absolue est remise en question depuis peu. M. Perronnet adopte plutôt le terme de monarchie consultative qui permet certaines comparaisons entre les pays, montrant ainsi l’évolution en Europe vers la monarchie représentative de type anglais1333. J.-L. Thireau a également insisté sur le fait que la notion de monarchie absolue pose un problème insoluble de chronologie. Les historiens selon leur gré, pour des raisons au demeurant tout a fait recevables, lui confèrent des actes de naissance qui oscillent entre Clovis1334et Louis XIV. D’ailleurs, J.-L. Thireau fait remarquer qu’il est difficile de trouver une rupture significative entre une monarchie absolue et un régime antérieur1335.

  • 1336 Pour une vision critique de l’évolutionnisme, voir N. Rouland, Anthropologie juridique, Paris, P.U. (...)

14En fait, l’absolutisme n’est certainement pas un régime politique que la France aurait connu à une époque donnée. Ce n’est que l’adoption du schéma de l’évolutionnisme unilinéaire, hérité de certains philosophes des lumières1336, qui a fait adopter aux historiens la trame Monarchie féodale-Monarchie tempérée- Monarchie absolue. Comment alors analyser juridiquement la monarchie française ?

15Il est possible de partir d’une intuition de D. Richet qui écrivait que les débats suscités par la nature de la monarchie :

  • 1337 D. Richet, « La monarchie au travail sur elle même ? », in K.M. Baker (ed. by), The French Revoluti (...)

« ont eu le mérite de mettre l’accent sur les difficultés que pose toute interprétation globale d’un régime pluriséculaire. Leur défaut est de vouloir établir la cohérence dans ce qui fut un champ de forces mouvantes où les césures introduites par les conflits réels comptent autant que la longue durée »1337.

  • 1338 Ibid.

16Pour cet auteur, la monarchie a été au « travail sur elle même »1338. Faut-il penser alors que la monarchie n’a été qu’un régime de circonstances ? La durée de la dynastie des Capétiens témoigne du contraire. Seulement, loin d’être un régime univoque, la monarchie a été le fruit d’un affrontement de deux tendances, dans une France dont l’identité nationale unitaire ne s’était pas encore achevée en 1789. D’une part, les troubles civils et les guerres incitent à un renforcement de l’État, favorisant la constitution d’une véritable monarchie administrative, d’autre part, le royaume de France n’a pu se constituer que par la reconnaissance de privilèges, soubassements de la nation organisée, qui constituent la source perpétuelle de revendications avec lesquelles le roi doit composer. Cette tension constitue la dynamique de construction de la monarchie. Pour qu’un tel système politique résiste aux forces qui le travaillent, il faut qu’il soit régi par des règles juridiques souples. Le régime coutumier de la monarchie pourvoit à cet impératif puisque l’imprécision et l’incertitude, que l’on pourrait reprocher à l’ancienne constitution, a été paradoxalement l’une des forces du régime politique. Il a permis à la tentation de renforcement du pouvoir royal et aux prétentions libertaires des sujets de coexister sans détruire la forme du gouvernement.

17Cette dynamique du régime politique de l’ancienne France est attestée par le témoignage d’auteurs de l’ancien régime, qualifiés de modérés ou plus franchement taxés de complaisance à l’égard de la souveraineté absolue du roi, qui écrivent tous au xvième siècle ou au tout début du xviième siècle, moment de cristallisation de l’équilibre de la monarchie moderne.

  • 1339 C. de Seyssel, La monarchie de France, op. cit., p. 115.
  • 1340 J.-L. Thireau, Charles Du Moulin, (1500-1566)..., op. cit., p. 261.

18Ainsi, Seyssel, conseiller des rois de France, souhaitait une royauté dont le pouvoir serait freiné, sans vraiment remettre en cause la doctrine traditionnelle de la monarchie. Il déclarait en effet que « demeure toujours la dignité et autorité royale en son entier (...) ni restreinte par trop »1339. De la même manière, Du Moulin prônait une monarchie mixte limitée par les États, sans leur reconnaître par ailleurs une participation à la souveraineté1340. Il est également possible de trouver chez Bodin et sa théorie de la souveraineté absolue un contraste significatif des limites des pouvoirs du roi. Dans les Six livres de la République il écrit, en évoquant l’impuissance du roi anglais à décider l’impôt sans le recours au parlement :

  • 1341 Les six livres de la république, op. cit., L. I, chap. VIII, p. 201.

« les autres rois n ’ont pas plus de puissance que le roi d’Angleterre : parce qu ’il n ’est en la puissance de prince du monde, de lever impôt à son plaisir sur le peuple, non plus que prendre le bien d ’autrui : comme Philippe de Commynes remontra sagement aux États tenus à Tours toutefois, si la nécessité est urgente, en ce cas le prince ne doit pas attendre l’assemblée des États, ni le consentement du peuple, duquel le salut dépend de la prévoyance, et diligence d’un sage prince »1341

  • 1342 J.H. Franklin, op. cit., p. 143.
  • 1343 Y.-C. Zarka, « Constitution et souveraineté selon Bodin », op. cit., p. 284.
  • 1344 J. Bodin, Les six livres de la république, op. cit., L. I, X, p. 295 sq. Il est vrai que J. Bodin d (...)
  • 1345 R. Verlaque, op. cit., p. 76.
  • 1346 Encore insisteront-ils, renouant avec la tradition aristotélicienne du rejet de la tyrannie, sur le (...)

19J.H. Franklin voit dans ce passage une « incohérence »1342 et Y.-C. Zarka note une « tension » chez Bodin qui découlerait du contraste entre la théorie de la souveraineté et la réalité institutionnelle de l’époque1343. En fait, il n’y a pas de contradiction chez cet auteur. En effet, lorsqu’il aborde les cinq marques de la souveraineté, il ne mentionne pas le pouvoir du prince d’imposer unilatéralement1344. Cette attitude rejoint d’ailleurs sa conception médiévale de l’impôt, prélèvement qui ne doit être qu’exceptionnel et procéder du devoir d’aide des états généraux1345. Seul des doctrinaires exaltés de l’absolutisme, comme Loyseau ou Le Bret, invoqueront le pouvoir unilatéral du roi d’imposer par sa seule volonté1346. Louis XIV se sentira même obligé de légitimer la capitation, nouvel impôt issu de la seule volonté royale, en prétextant la nécessité de guerre, rejoignant quelque peu la position bodinienne.

  • 1347 H. Richard, «Pensée politique et droit dans l’oeuvre de G. Coquille», in Pensée politique et droit, (...)
  • 1348 R. Sève, « Le discours juridique dans la première moitié du xviieme siècle », in H. Méchoulan (sous (...)
  • 1349 J.-M. Carbasse, « Contribution à l’étude du processus coutumier : la coutume de droit privé jusqu’à (...)
  • 1350 J. Vanderlinden, « La coutume dans le droit français des "pays de coutumes" aux xvieme, xviieme et (...)

20La pensée politique de Coquille lui-même n’est pas exempte d’une certaine ambiguïté qui témoigne de doutes sur l’absolutisme monarchique. Tout en énonçant sa célèbre formule « le roi n ’a pas de compagnon en sa majesté royale », il évoque le passé national pour rappeler, qu’à l’origine, les États avaient le droit de lever l’impôt et d’établir les coutumes1347. Ce recours à un passé subversif est d’autant plus caractéristique, chez lui, que le discours juridique à l’époque moderne fonde moins sa validité sur la rigueur du raisonnement que sur l’histoire1348. Au demeurant, la remarque de Coquille est significative d’un état d’esprit libertaire des français de l’époque puisque le pouvoir royal n’arrivera pas totalement à contrôler la création des coutumes. En effet, si les commissaires royaux ont fortement influencé la codification des coutumes1349, dont la force obligatoire dépendait de la volonté royale, les usages persisteront, véritables normes coutumières non approuvées par le monarque1350.

  • 1351 Sur ces points, voir le bilan de M. Vovelle, « La représentation populaire de la monarchie », in K. (...)

21A l’écho de ces auteurs, il faut ajouter les études actuelles sur la représentation populaire de la monarchie d’ancien régime. De fait, ces dernières montrent que les représentations idéologiques qui légitiment le monarque absolu, comme les notions d’autorité royale, d’aspect sacré du roi ou de figure paternelle du roi, ne se sont ancrées que tardivement, vers le xviième siècle, dans la conscience populaire. De plus, ces dernières sont loin d’avoir complètement pénétré les mentalités. D’ailleurs, ces figures ne se suffisent pas à elles-mêmes pour être acceptées par les gouvernés. Elles doivent même souvent être associées aux images des élites locales pour ne pas susciter le rejet dans la conscience collective d’une communauté donnée1351.

- La nature idéologique de l’absolutisme

  • 1352 C’est ce que les historiens des idées politiques appellent classiquement "l’absolutisme théologique (...)
  • 1353 P.K. Leffler, « French Historians and the challenge to Louis XIV Absolutism », French Historical St (...)
  • 1354 Sur le discours juridique des juristes absolutistes, parmi une bibliographie abondante, voir G. Pic (...)
  • 1355 Voir E. Thuau, Raison d’Etat et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, A. Colin, 1966 ; C (...)

22Bien que la monarchie absolue ne soit pas un modèle politique juridiquement consacré, on peut se demander si le mot "absolutisme" peut être utilisé comme catégorie scientifique pour qualifier une réalité d’ancien régime. Il semble qu’une réponse positive puisse être apportée. En effet, l’absolutisme singularise l’idéologie développée par les auteurs qui ont avancé des arguments pour légitimer le renforcement de la monarchie royale. Il est donc possible de caractériser un véritable courant de pensée absolutiste qui puise tant dans la théologie1352que dans l’histoire1353, le droit1354et la philosophie politique1355. Cette doctrine peut être située chronologiquement.

  • 1356 D.A Gaurier, « La revendication d’un droit national contre le droit romain : un droit commun coutum (...)
  • 1357 Sur cette datation de l’idéologie absolutiste, voir H. Morel, «L’absolutisme français procède-t-il (...)

23Depuis le xiiième siècle au moins, les juristes se sont efforcés de renforcer la monarchie. Cependant, ces derniers visaient à protéger cette institution de périls extérieurs et à favoriser la constitution d’un territoire. Au cours du xvième siècle, l’unification politico-religieuse et culturelle de la France est en jeu. Elle se traduit par l’établissement d’un statut des religions, la revendication d’un droit commun coutumier1356, le développement des grandes ordonnances de réformation du royaume, ainsi que par le renouvellement de l’élite sociale. L’enjeu du débat politique n’est plus seulement la légitimation de l’indépendance du roi de France à l’égard des puissances extérieures. Il faut définir le rôle du roi dans l’élaboration de cette transformation historique au sein même du royaume. C’est pourquoi, il n’est possible de parler de doctrine absolutiste qu’à partir du xvième siècle1357.

  • 1358 Charles de Grassaille est un cas exemplaire, G. Leyte, «Charles de Grassaille et la monarchie franç (...)

24Il faut toutefois préciser que cette césure dans l’histoire idéologique n’implique pas, au moins chez les juristes absolutistes, une rupture totale dans l’argumentaire avec les doctrines des défenseurs médiévaux du roi de France. Simplement, les loyalistes monarchistes, dès le xvième siècle, proposent une synthèse des idées du Moyen-âge, épurée de toutes discussions doctrinales1358.

  • 1359 Cf. paragraphe précédent.
  • 1360 Voir par exemple l’analyse des pamphlets édités entre 1614 et 1615, dans lesquels, ni la noblesse d (...)

25C’est justement à l’encontre de cette tendance idéologique absolutiste qu’un courant anti-absolutiste va se développer. Avant d’exposer le contenu de cette catégorie idéologique, il convient de préciser que la distinction absolutisme/anti-absolutisme n’est pas rigide. Elle exprime seulement le champ de force idéologique qui a constitué la monarchie. Il ne s’agit donc pas d’établir une summa divisio dans laquelle les auteurs ou les courants d’idées devraient être systématiquement rangés. Il est clair que bon nombre d’auteurs, dont quelques noms ont été évoqués plus haut1359, ou de revendications de groupes, émettent des idées modérées1360. Mais cette modération traduit en fait leur reconnaissance implicite de la tension idéologique qui forge la monarchie moderne et leur souhait de concilier les extrêmes. La division idéologique proposée ici, qui correspond en fait aux points extrêmes d’un spectre constitué d’un dégradé, permet de rendre sa cohérence à des pensées ou à des idées dans lesquelles on croyait percevoir des contradictions.

§ 2 - Le contre-modèle : l’anti-absolutisme

  • 1361 Oeuvres complètes, Paris, Gallimard, 1952, T. II, vol. 1, p. 168.

26Dans L’ancien régime et la Révolution, Tocqueville consacre son chapitre XI à "l’espèce de liberté qui se rencontrait sous l’ancien régime". Il affirme qu’« au milieu de beaucoup d’institutions déjà préparées pour le pouvoir absolu, la liberté vivait ; mais c ’était déjà une liberté singulière »1361.

27Il définit alors cette dernière en la distinguant de la liberté révolutionnaire des individus :

  • 1362 Ibid., T. II, vol. 1, p. 169.

« plusieurs des privilèges, des préjugés des idées fausses qui s’opposaient le plus à l’établissement d’une liberté régulière et bienfaisante, maintenaient, chez un grand nombre de sujets, l’esprit d’indépendance, et disposaient ceux-là à se raidir contre les abus de l’autorité »1362.

  • 1363 Ibid., T. II, vol. 1, pp. 169-175.

28Tocqueville retrouve alors cette liberté dans les résistances de la noblesse d’épée, de l’Église, des communautés ou l’indépendance des magistrats propriétaires de leurs charges1363et conclut alors :

  • 1364 Ibid., T. II, vol. 1, p. 176.

« on aurait donc bien tort de croire que l’ancien régime fut un temps de servilité et de dépendances. Il y régnait beaucoup plus de liberté que de nos jours ; mais c ’était une liberté irrégulière intermittente, toujours contractée dans la limite des classes, toujours liée à l’idée d’exception et de privilège, qui permettait presque autant de braver la loi que l’arbitraire. (...) Ainsi réduite et déformée, la liberté était encore féconde »1364.

  • 1365 Sur la place de la conception politique aristocratique dans la pensée de Tocqueville, R. Polin, « T (...)

29Sa démonstration, aussi déformée soit-elle par l’angélisme naïf de l’aristocrate nostalgique1365, ne manque pas d’intérêt. Elle offre le regard d’un véritable tenant de l’anthropologie historique avant l’heure qui s’intéresse à la logique des représentations mentales d’une société, au lieu simplement de la condamner. Sa vision, également fortement marquée par le libéralisme, le conduit à détecter la présence d’un idéal libertaire dans l’ancienne France, qui se définit avant tout par un rejet du renforcement du pouvoir royal au détriment de la liberté-privilège.

  • 1366 Cette idée est un véritable contre-argument qui peut être opposé à certains historiens qui nient l’ (...)

30La distinction opérée par Tocqueville entre deux conceptions de la liberté, offre ainsi un argument de poids pour postuler l’existence d’un courant de pensée dont l’objectif est de défendre l’autonomie de la société d’ancien régime et de condamner l’idéologie absolutiste1366.

31Les réflexions du penseur libéral offrent donc ici des matériaux pour construire une catégorie descriptive, qui vise à relater une réalité idéologique de la période moderne : l’anti-absolutisme monarchique. Ce dernier est constitué par des groupes sociaux qui ont pour cible unique les prétentions royales à la concentration du pouvoir. On peut ainsi se rendre compte de la persistance d’un discours anti-absolutiste pendant les trois siècles de la période moderne, qui repose, à l’instar du discours absolutiste, tant sur des arguments théologiques, catholiques ou réformés, que sur des arguments historiques, juridiques ou philosophiques. Dans tous les cas, il s’agit de défendre une monarchie limitée par une institution d’ancien régime.

  • 1367 Parmi l’abondante bibliographie sur l’opposition monarchomaque, voir la thèse de M. Marabuto, Les t (...)

32Il est donc possible de caractériser, par ce vocable d’anti-absolutisme, différents auteurs ou courants d’idées. Au premier chef, il faut citer les oppositions nobiliaires et parlementaires répétées aux xvième siècle et au xviième siècle, qui, bien souvent, se sont appuyées sur la théorie de la monarchie mixte, du contrat, ou de la limitation du pouvoir monarchique par l’assemblée représentative de la nation1367. À ces mouvements de groupes soutenus, il est possible d’ajouter des penseurs politiques, aux visions théoriques propres, dont il n’est pas possible ici de déterminer une liste complète.

  • 1368 R. Mousnier, «L’opposition politique bourgeoise à la fin du xvieme et au début du xviieme siècle. L (...)
  • 1369 « Nuls édits, nulles ordonnances n’ont d’effet (...) s’ils ne sont vérifiés aux cours souveraines, (...)
  • 1370 O. Tholozan, «Un défenseur de la monarchie tempérée par la Pairie au siècle de l’absolutisme triomp (...)
  • 1371 F. Gallouédec-Génuys, op. cit., pp. 77-90
  • 1372 Ibid., pp. 129-136 et pp. 143-147. Madame Genuys soutient que l’auteur se borne à conférer à ces as (...)
  • 1373 Sur l’hostilité de Louis XIV à l’égard des assemblées représentatives et des états généraux, voir J (...)
  • 1374 En effet, si le septième mémoire de l’ouvrage défend la souveraineté des états généraux, le huitièm (...)
  • 1375 J.-P. Brancourt, Le duc de Saint-Simon et la monarchie, op. cit., pp. 56- 57.
  • 1376 Le Laboureur affirme que le droit applicable à la couronne est le droit féodal, Histoire de la pair (...)
  • 1377 Cf. IIème partie, chapitre III, section I, § 2.

33Au xvième siècle les principales figures de la littérature monarchomaque, parmi lesquelles Bèze, Hotman, Turquet de Mayenne1368ou Boucher, entrent sans difficulté dans la catégorie des anti-absolutistes. À ces premiers penseurs, on peut joindre, dès le début du xviième siècle, le parlementaire Bernard de La Roche-Flavin qui évoque la théorie de la libre vérification des ordonnances du roi par le parlement1369. J. Le Laboureur peut aussi être qualifié d’anti-absolutiste, par son évocation de la vieille théorie du sacre/élection, du contrat entre le roi et la nation et sa théorie de la pairie, gardienne de la continuité monarchique1370. Fénelon fait également partie du groupe puisque, s’il ne remet pas en cause le fondement du pouvoir monarchique1371, il évoque à nouveau la nécessité de rétablir le pouvoir politique des états généraux et des assemblées régionales1372, s’inscrivant contre la politique royale au xviième siècle1373. Les soupirs de la France esclave..., parue entre 1689 et 1690, traduisent également un rejet de l’absolutisme monarchique, rejet fondé sur un argumentaire subversif, puisé dans l’idéologie nobiliaire et parlementaire1374. Saint-Simon n’ira pas aussi loin, adoptant par ailleurs des déclarations sur le fondement du pouvoir monarchique parfois conformes à la doctrine absolutiste. Pourtant, il confond droit public et droit privé assimilant abusivement couronne et fidéicommis ou succession au trône et substitution1375. Il s’oppose ainsi à l’effort des juristes de la monarchie qui avaient voulu distinguer le statut spécifique de la couronne. De surcroît, la confusion de Saint-Simon est comparable à celles qu’avaient opérées J. Le Laboureur pour ajuster le statut du roi à celui d’un simple noble et légitimer sa soumission à un organe représentatif1376. Mais son attribution du pouvoir constitutif et législatif1377aux pairs ne permet plus d’hésitation ; Saint-Simon participe bien d’un anti-absolutisme patent.

34Au cours du xviiième siècle, on trouve aussi des penseurs pouvant être qualifiés d’anti-absolutistes. Il s’agit d’auteurs qui prévoient une monarchie limitée en s’appuyant sur l’histoire, sans remettre pour autant en cause la structure sociale d’ancien régime. Ceci amène ainsi à inclure des parlementaires, comme Montesquieu, lecteur de l’histoire de France, Le Paige, ou un auteur plus "plébéien" tel que Mably lorsqu’il s’intéresse au devenir de son pays, voire même des aristocrates comme d’Antraigues.

  • 1378 Voir la classification du libéralisme en plusieurs tendances dans P. Ory (sous la dir. de), op. cit

35Il faut préciser à ce stade de la réflexion que, bien que l’absolutisme conserve une certaine unité sur trois siècles, il serait erroné de lui prêter une homogénéité absolue. Il est vrai que les différents auteurs qui le composent n’ont pas forcément la même conception de la représentation politique. Ceci ne remet pas en cause l’unité de ce courant idéologique. Après tout, la conception de la représentation politique est loin de faire l’unanimité parmi les libéraux, sans que pour autant la cohérence du courant libéral au xixème siècle n’en soit contestée1378.

  • 1379 D. Richet devait nier la spécificité des différents courants au sein de l’opposition anti-absolutis (...)
  • 1380 Fr. Olivier-Martin fait justement remarquer cette convergence entre ce qu’il qualifie de manière un (...)

36Il faut donc distinguer au sein de l’anti-absolutisme des tendances qui colorent ce mouvement d’idées : les tenants de la noblesse d’épée, la tendance parlementaire1379, le courant plébéien. Ces contrastes ne peuvent que conférer à l’anti-absolutisme sa vitalité. Ce courant se distingue ainsi de celui des philosophes rationalistes libéraux comme Rousseau ou Siéyès, quoique ces deux groupes de penseurs politiques aient travaillé de concert pour dissoudre les bases idéologiques de la monarchie d’ancien régime1380. Toutefois, la catégorie anti-absolutiste n’a pas qu’un simple intérêt taxinomique.

  • 1381 Voir les observations de A. Leca sur cette catégorie proposée par O. Tholozan dans son étude sur J. (...)
  • 1382 Le concept a été forgé par M. Aghulon pour rendre compte de l’implantation, au xixeme siècle, dans (...)

37Elle a d’abord pour vertu sa neutralité scientifique1381, permettant de parler d’une réalité mentale d’ancien régime, sans lui superposer arbitrairement le débat révolutionnaire. Mais surtout, elle montre que les idées anti-absolutistes ont été le véhicule culturel d’un modèle de sociabilité politique1382ou de légitimation juridique du pouvoir, concurrent à celui prôné par les doctrinaires de la monarchie absolue. C’est bien en ce sens que le courant anti-absolutiste prépare 1789. Il offre un imaginaire politique propice à l’éclatement révolutionnaire.

38Il convient alors de se demander si Boulainvilliers peut être rangé parmi les penseurs anti-absolutistes. Il est par là un argument qui milite en ce sens : les catégories classiques de l’histoire des idées politiques ne permettent pas de caractériser complètement les nuances de la pensée de cet auteur.

SECTION II - LA SPÉCIFICITÉ DE BOULAINVILLIERS

§ 1 - La faiblesse des qualifications scientifiques de sa pensée

39Une certaine difficulté à classer Boulainvilliers parmi les penseurs politiques rapproche tous ceux qui ont voulu comprendre ses idées.

  • 1383 L. Althusser, Montesquieu. La politique et l’histoire, (lere éd. P.U.F., 1959), Paris, P.U.F. "Quad (...)
  • 1384 Ibid,. 116-117.
  • 1385 Ibid., pp. 117-118.

40Certains rangent cet auteur parmi les penseurs passéistes. Cela a d’abord été le cas des penseurs marxistes. Ainsi, lorsque L. Althusser s’intéresse à l’historien normand1383, il le situe en se fondant sur l’interprétation que B. Porchnev a fait de l’ancien régime. Selon cette conception, la bourgeoisie de l’époque était la nouvelle détentrice de la propriété féodale et bénéficiait de l’appui de la monarchie absolue, « véritable appareil politique » de cette féodalité embourgeoisée1384. L. Althusser ne voit en Boulainvilliers que l’un des « féodaux individuels (...) dépouillés de leurs anciennes prérogatives politiques personnelles » et que leurs revendications faisaient aller à l’encontre « des intérêts généraux de leur classe, (...) les intérêts généraux de la féodalité »1385.

  • 1386 A. Soboul, op. cit., T. I, pp. 241-242.
  • 1387 Cf. le plan de l’ouvrage de Soboul. Pour une critique sévère de l’hypothèse soboulienne, voir F. Fu (...)
  • 1388 A. Soboul, op. cit., p. 239 où l’idéologie aristocratique est rapprochée de la réaction de l’Église (...)

41A. Soboul qualifie également Boulainvilliers d’auteur de la « réaction féodale »1386. Bien que son jugement procède du même a priori idéologique que celui d’Althusser, ses raisons n’en sont pas moins légèrement différentes. Pour A. Soboul, la Révolution française provient d’une crise du xviiième siècle, qui se traduit par une lutte des classes entre l’aristocratie d’un côté et la bourgeoisie et les couches populaires, urbaines et rurales de l’autre1387. L’historien marxiste, pour lequel le niveau idéologique de la réalité n’est que le reflet des conditions sociales, octroie un chapitre à « l’idéologie aristocratique », mouvement de pensée inscrit en réaction à l’idéologie bourgeoise des Lumières1388. Boulainvilliers est situé dans cette mouvance et incarne l’un des messagers de la mort de l’ancien régime. Cette image n’est cependant pas l’unique apanage des seuls marxistes. L’aristocrate normand est aussi considéré comme le représentant d’un temps révolu par des auteurs qui ne manifestent pas de préoccupations politiques aussi déclarées.

  • 1389 R. Mousnier, Les xvieme et xviieme siècles, op. cit., p. 366.
  • 1390 F. Bluche, La vie quotidienne de la noblesse française au xviiieme siècle, op. cit., p. 231.

42Si R. Mousnier qualifie Boulainvilliers de rétrograde1389, F. Bluche voit en lui un réactionnaire1390. Ces derniers font également preuve d’un a priori méthodologique. Chercheurs en histoire sociale, ils voient seulement dans les rapports sociaux l’instance suprême qui détermine le moteur du continuum temporel. Ils ne nient pas la liberté des hommes dans l’histoire comme en témoignent les déclarations de Mousnier, qui reflètent le bréviaire de l’histoire sociale. Après avoir consulté le témoignage de Loyseau, Saint-Simon, Domat et Barnave, cet éminent historien écrit :

  • 1391 R. Mousnier, Les Institutions de la France sous la monarchie absolue (1598-1789), op. cit., T. II, (...)

« chacun de ces hommes a discerné quelques uns des aspects essentiels de la réalité. C’est une constatation de conséquences car l’aveuglement et l’inconscience de tous les hommes sont un dogme pour certains historiens »1391.

43Pourtant cette liberté humaine n’est que partielle pour Mousnier. Il affirme ainsi que :

  • 1392 Ibid., p. 13.

« les contemporains ne connaissent jamais qu ’une partie de la société de leur temps et la connaissent mal, surtout d’après des on-dit, ou d’après des constatations mal interprétées avec malveillance. D’autre part, il y a des réalités que les membres de la société ne veulent pas s’avouer et dont on évite de parler. Il faut donc dépasser les opinions et étudier au-delà de ce que les hommes faisaient ; leurs relations effectives entre eux »1392.

44Ainsi, même dans la perspective d’une histoire sociale éloignée de la notion d’inconscient collectif, la force d’attraction qu’exerce l’objet de leur discipline, à savoir les rapports sociaux, amène les historiens à expliquer une pensée politique essentiellement par la position sociale de leur auteur.

  • 1393 « L’articulation des rapports sociaux, le mouvement qui les fait se transformer s’opèrent ainsi dan (...)

45Une telle attitude fait fi de la nécessité d’étudier les « idéologies des sociétés » comme des objets historiques propres, qui ont leur rythme d’évolution1393. Ce reproche de méthode ne peut être invoqué à l’encontre des interprètes qui voient plutôt en Boulainvilliers un précurseur de la modernité politique. Leur opinion n’en est pas plus fondée.

  • 1394 J. de Viguerie, « Aux origines du libéralisme : les pré-libéraux français », Bulletin de la Société (...)
  • 1395 H. Sée, Les idées politiques en France au xviieme siècle, Paris, F. Alcan, 1923, p. 278 ; R. Aron, (...)
  • 1396 J. de Viguerie dit clairement que « ni l’allégresse, ni l’optimisme, ni la foi dans les destinées d (...)

46De fait, les commentateurs qui décèlent en l’auteur un prélibéral1394, ou un libéral noble1395veulent simplement montrer que l’inspiration libérale, moteur idéologique de la Révolution française, avait des racines profondes dans l’ancienne France et doit bien moins à la philosophie des Lumières qu’on l’a prétendu1396.

47Ainsi donc, par-delà les préjugés inhérents à tout historien, l’opposition entre la qualification de passéiste ou de préfigurateur n’offre que des grilles de lecture insuffisantes pour rendre compte de la pensée de Boulainvilliers.

48En fait, assimiler la pensée de l’auteur à un simple rappel nostalgique du passé par un féodal attardé, s’avérerait être une démarche excessivement réductrice. En effet, cet auteur recherche bien dans l’histoire médiévale son modèle politique idéal, modèle qu’il croit trouver tant dans l’organisation des monarchies franques que dans la féodalité. Mais il ne comprend plus l’esprit qui a fait muer ces institutions. Celles-ci ne sont plus qu’un alibi qui permet au penseur d’y cacher un projet politique subversif, dont une part est tournée vers l’avenir. Cette démarche ne traduit en rien les idées d’un passéiste.

  • 1397 Verbo "traditionalisme", P. Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, (...)
  • 1398 A. Thibaudet, Les idées politiques de la France, Paris, Librairie Stock, 1932, p. 13. Sur les ambig (...)
  • 1399 P. Bénetton, Le conservatisme, Paris, P.U.F. "Que sais-je ?", 1988, p. 5.

49Affirmer que Boulainvilliers était un simple traditionaliste serait également scientifiquement infondé car ce vocable ne va réapparaître qu’en 18511397. Sa diffusion est même plus tardive. Comme le rappelait A. Thibaudet, « le terme de "traditionalisme" (...) n’a été mis en circulation qu’à la fin du xixème siècle, par des disciples de Le Play et de Taine, Bourget, Barrès, les critiques de droite »1398. Le mot "conservatisme" n’est pas un mot plus adéquat car il n’a été forgé que sous la Restauration1399. L’anachronisme que constituerait l’utilisation de ces deux termes, pour caractériser la pensée de Boulainvilliers, aboutirait d’ailleurs à des impasses logiques. Ces qualificatifs forgés pour condamner la philosophie rationaliste et volontariste des révolutionnaires, sont impropres à expliquer le volontarisme qui préside au projet politique de l’auteur.

  • 1400 L’argument et l’expression sont repris ici à J.-P. Brancourt. En effet, cet auteur faisait remarque (...)

50Ce n’est d’ailleurs pas le seul reproche que l’on peut leur adresser. Le vocable de "traditionaliste" ou de "conservateur" occulte le fait que les vues de Boulainvilliers aient été « une possibilité de l’histoire »1400tant avant la mort du duc de Bourgogne, qu’au début de la Régence. Surtout, recourir à de telles catégories anachroniques pour désigner l’auteur, aboutit à masquer le fait qu’il est l’un des tenants du courant constitutionnaliste moderne de l’Ancienne France.

  • 1401 Voir les doutes de S. Rials sur le bien fondé d’une telle catégorie pour qualifier les opposants à (...)
  • 1402 H. Carré, La noblesse de France et l’opinion publique au xviieme Isiècle, Paris, H. Champion, 1920, (...)

51Le même reproche d’anachronisme peut, également, être adressé aux auteurs qui, inversement, verraient en Boulainvilliers un pré-libéral ou plus radicalement un libéral1401. Enfin, classer Boulainvilliers parmi les libéraux revient à le confondre parmi les nobles qui ont accepté 1789. Une telle solution serait d’autant plus aberrante que ces derniers ont favorisé l’abolition des privilèges la célèbre nuit du 4 août1402, alors que l’auteur s’était efforcé de préserver la condition sociale de la noblesse moderne.

52Au fond, les aspects modernes de la pensée de Boulainvilliers interdisent de faire de lui un passéiste et les rémanences d’idées d’ancien régime, qui subsistent dans son projet, rendent vain l’effort de le promouvoir au rang de simple moderne. L’alternative entre passé et avenir est donc impropre à caractériser l’essence de sa pensée. Les historiens qui ont voulu s’y conformer témoignent d’une volonté implicite de plaquer la problématique post-révolutionnaire pour rendre compte d’une réalité idéologique de l’ancienne France.

  • 1403 P.-L. Assoun, « Boulainvilliers. "Lettres sur les Parlements" », in F. Châtelet, 0 Duhamel et É. Pi (...)

53Finalement, force est de reconnaître que les catégories classiques de l’histoire de la pensée politique ne permettent pas de rendre compte de l’oeuvre de Boulainvilliers. Il semble préférable de recourir au vocable d’anti-absolutisme aristocratique. Cette construction scientifique permet de mieux comprendre pourquoi cet auteur a pu être qualifié de « progressiste, en raison même de sa position réactionnaire »1403.

§ 2 - Un anti-absolutiste aristocratique déchiré entre le passé et la modernité

54Qualifier Boulainvilliers de penseur politique anti-absolutiste aristocratique se justifie puisque la cible de sa critique est essentiellement l’idéologie absolutiste et son souhait consiste à vouloir assurer la sauvegarde de la noblesse. Ce classement permet de le rapprocher d’auteurs qui ont connu la même réalité historique de l’ancienne France et ont adopté des réactions proches des siennes. Mais encore faut-il mettre en évidence la spécificité de ses idées politiques.

55Cette particularité procède exclusivement de la dualité d’une pensée politique qui est à la fois ancrée profondément dans l’ancien régime et en même temps annonce 1789. Une telle ambiguïté ne peut que dérouter celui qui tente de déterminer la signification de son projet politique. Il paraît donc naturel de s’efforcer de démêler ce qui dans sa pensée relève irréductiblement de l’ancienne France et, inversement, ce qui semble appartenir à la modernité politique.

56Les idées sociales de l’auteur semblent irrévocablement vouées au passé. Son but premier est d’enrayer la disparition de l’ancienne noblesse, en associant cette dernière aux intérêts du tiers état. Il affirme ainsi :

  • 1404 Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. III, p. 177.

« il n’y a point d’homme raisonnable qui ne reconnaisse que la société totale de la nation, et de toutes les conditions ne soient plus avantageuses à la noblesse même, que ce rang supérieur et incommunicable dont elle a joui si longtemps pendant les siècles d’ignorance et de grossièreté »1404.

  • 1405 P. Ourliac, « Le droit social au Moyen-âge », in J.-L. Harouel (sous la dir. de), Histoire du droit (...)

57Sa tournure d’esprit et son attachement à la noblesse l’empêchent d’envisager l’individualisme, tant dans sa conception sociale que dans son appréhension de la représentation politique. Il demeure imprégné par l’image d’une société articulée par les trois ordres, propre à l’ancienne France, dans laquelle les individus sont des êtres intégrés en raison de leur fonctions1405.

  • 1406 Cf., Ière partie, chapitre III.
  • 1407 Ce caractère rétrograde a bien été souligné par R. Mousnier, « Les idées politiques de Fénelon », o (...)
  • 1408 Voir l’interprétation que donne E. Le Roy Ladurie, Saint-Simon ou le système de la Cour, op. cit.

58En même temps, il perçoit bien que cette représentation fonctionnaliste de la société, qu’il fonde sur la nature des choses, n’existe plus à cause de la crise sociale. D’ailleurs, il insiste particulièrement sur la lutte entre la Noblesse et le tiers état. Mais, au lieu d’admettre que le moteur de la société est le conflit, adoptant ainsi une conception sociale moderne, fondée sur l’antagonisme des groupes sociaux, il préfère soutenir que le malaise social est le fruit des actes pervers d’un monarque absolu. Cette justification lui évite de remettre en cause le caractère "naturel » des trois ordres1406. Ainsi, il propose une réforme sociale tout aussi rétrograde, au regard de l’homme du xxème siècle, que Fénelon1407ou Saint-Simon1408. En somme, Boulainvilliers n’a pas vraiment compris la signification de l’évolution sociale qui s’est amorcée pendant le règne de Louis XIV.

  • 1409 F. Bluche et J.-F. Solnon, La véritable hiérarchie sociale de l’ancienne France. Le tarif de la pre (...)
  • 1410 A. Guéry, « État, classification sociale sous Louis XIV : La capitation de 1695 », Annales E.S.C., (...)

59De fait, à la fin du xviième siècle, la stratification sociale n’est plus complètement verticale, répartie en ordres, sans pour autant avoir basculé vers une stratification horizontale en classes. La place des individus dans la société est d’abord déterminée par trois critères qui se combinent : la dignité conférée selon le protocole de la Cour, le pouvoir donné par les charges et La richesse1409. En fait, cette classification de la société est le fruit de l’action de l’État royal qui a souhaité ainsi mieux subordonner les sujets à ses besoins financiers1410.

60Boulainvilliers ressent ce mouvement social, mais ne perçoit dans cette évolution qu’une manœuvre des rois absolus dont le but est de mieux asservir la société. Il ne comprend pas que ce changement a eu lieu parce que les hommes de son temps l’ont également voulu. Surtout, Boulainvilliers ne peut réaliser que c’est de cette contradiction entre les valeurs de la société d’ordres et celles de la société de classes que naîtra l’aspiration à l’individualisme que l’on observe au xviiième siècle.

61On ne saurait se contenter pour autant de ravaler cet auteur au rang de simple auteur rétrograde car, aussi paradoxal que cela puisse paraître, son passéisme est le responsable principal de sa modernité. C’est en effet son rejet de l’action des monarques absolus sur la société qui le pousse à renchérir sur la souveraineté de la nation. Tenant d’une utopie du passé, il est ainsi conduit à écrire une histoire des assemblées politiques représentatives, manifestant ainsi des intuitions modernes.

  • 1411 C. Grell, L’histoire entre érudition et philosophie. Étude sur la connaissance historique à l’âge d (...)

62Au demeurant, ce recours au passé pour critiquer le présent et penser l’avenir n’a rien de bien surprenant. Il faut rappeler que la contestation politique au xviiième siècle est aussi bien le fruit d’un discours philosophique et rationaliste que des discussions sur l’histoire de France1411. Dès lors, toute innovation conceptuelle en matière d’idées politiques peut se manifester par l’un de ces deux modes d’expression de l’opposition à la monarchie absolue. Il est donc parfaitement concevable de chercher une modernité politique dans les oeuvres historiques de Boulainvilliers à partir du moment où l’on attribue cette qualification en ne tenant compte que des penseurs politiques d’une même époque -et ce- dans un cadre historico-géographique homogène (ici la France).

63On s’aperçoit alors que le rejet de l’idéologie absolutiste conduit ce dernier à pousser assez loin le caractère subversif de ses thèses. Ainsi, son recours utopique à une société franque des origines de la monarchie, le pousse à transposer dans un passé imaginaire, une « constitution » politique qui ne manque pas de modernité. Parallèlement, son penchant pour les philosophes rationalistes, l’incite à un volontarisme exacerbé en matière d’histoire politique.

  • 1412 Cf. chapitre préliminaire, section 1.
  • 1413 Dès le début du xviième siècle, les idéologues de la monarchie vont se détacher également du provid (...)

64De fait, sa théorie philosophique de la connaissance, l’entraîne à faire des expériences passées la source de la raison humaine1412. Or, la raison repose dans la philosophie rationaliste sur la volonté. L’adhésion de Boulainvilliers à cette doctrine explique donc qu’il ne fasse pas découler l’enchaînement des événements de son histoire nationale de la seule providence, mais plutôt de la volonté des acteurs de l’histoire. L’auteur opère cependant une sélection parmi ces derniers. Sa méfiance à l’égard des princes toujours soumis à la tentation despotique, le conduit à privilégier la volonté des gouvernés comme moteur et condition nécessaire au bon déroulement de l’histoire de France1413.

  • 1414 « D’après quel intérêt on aurait pu donner une constitution à la nation elle-même. La nation existe (...)
  • 1415 Du contrat social, in Oeuvres complètes, Paris, Gallimard "La Pléiade", 1964, T. III, chap. XVIII, (...)
  • 1416 M. Troper, La séparation des pouvoirs et l’histoire constitutionnelle française, Paris, L.G.D.J., 1 (...)
  • 1417 Sur l’évocation du régime mixte par P.-P. Royer-Collard et le duc de Broglie, voir P. Rosanvallon, (...)

65Cette confusion entre morale et explication historique le conduit à retracer le passé des assemblées représentatives de la nation auxquelles il confère d’ailleurs un véritable pouvoir de type constituant. Certes, l’auteur n’a qu’une vague idée de la notion. Il n’utilise même pas le vocable idoine. L’innovation ne manque pas pour autant d’intérêt et préfigure la distinction qu’opère E. Siéyès en 1789 entre pouvoir constituant et pouvoir constitué1414. La modernité de Boulainvilliers ne s’arrête pas là. L’auteur attribue aussi l’intégralité des prérogatives souveraines à son assemblée de la nation. Le roi est assimilé à un simple chef de l’exécutif totalement soumis. Cette répartition des pouvoirs rappelle la prévention de J.-J. Rousseau à l’égard de la « puissance executive »1415. Boulainvilliers aboutit ainsi, sans vraiment le dire, à dégager une théorie spécifique de la séparation des pouvoirs bien avant Montesquieu, idée qui mérite d’être signalée puisque l’équilibre des pouvoirs ne va pas cesser de hanter les constituants du xixème siècle. Surtout les idées de l’aristocrate normand sur la nature du régime ne manquent pas d’originalité car au xviiième siècle, la distinction entre gouvernement mixte et théorie de la balance des pouvoirs sera difficilement opérée dans la pensée politique1416. De surcroît, certains publicistes de la Restauration ou de la Monarchie de juillet n’iront pas aussi loin, et continueront d’assimiler leur régime politique au régime idéal antique1417.

  • 1418 Cf. IIème partie, chapitre III.

66Au fond, Boulainvilliers propose un modèle politique fondé sur une constitution, qui, bien que non écrite, confère au pouvoir un véritable statut de droit, établi dans l’intention de défendre la liberté politique des gouvernés. Il n’est donc pas excessif de dire que Boulainvilliers se situe dans une véritable perspective pré-pariementariste1418.

67C’est bien dans cet apport à la théorie constitutionnelle que réside l’incontestable modernité de Boulainvilliers. Cette dernière pèse lourd et ne peut que conduire à ranger Boulainvilliers parmi les auteurs avancés, même s’il ne pense pas la liberté des modernes. Les philosophes favorables au droit naturel, comme Locke, Rousseau ou Siéyès, dépassent amplement Boulainvilliers sur ce point. Pourtant, force est de reconnaître que ce dernier détermine le cadre institutionnel dans lequel cette liberté politique moderne pourra s’épanouir en France au cours du xixème siècle. En même temps, son témoignage permet de déterminer ce que les libéraux devront à l’idéologie aristocratique d’ancien régime, sans vraiment l’avouer.

  • 1419 Notamment en matière de nature de la fonction royale et de la séparation des pouvoirs puisque Boula (...)

68Comment expliquer les causes de l’originalité de Boulainvilliers qui propose, au début du xviiième siècle, un régime politique bien plus avancé sur certains points que la constitution de 17911419? Son audace politique ne peut être imputée qu’à son rejet de Louis XIV dans la mesure où il écrit entre la fin du règne du roi-soleil et pendant les débuts de la Régence. Ses idées traduisent en fait l’état d’esprit d’une noblesse excédée par les abus de la politique Louis quatorzienne. Les débuts de la Régence font renaître l’espoir de l’aristocratie de robe et d’épée. Cette dernière pense qu’elle va enfin pouvoir participer au pouvoir. Boulainvilliers, qui a fréquenté l’entourage du Duc de Bourgogne, puis le club rassemblé autour du Duc de Noailles, offre un témoignage des attentes de cette opposition à l’absolutisme enfin libérée. Sa pensée est caractérisée par l’esprit frondeur de la noblesse française des xvième et xviiième siècles. Toutefois, nourri du rationalisme philosophique de Spinoza, il est allé bien plus loin que les revendications limitées issues des petites révoltes aristocratiques. Tous ces facteurs expliquent que cet auteur ait poussé à leur logique extrême des thèmes comme la liberté originaire des Francs de la conquête ou la féodalité, magnifiant par là même les prétentions des gouvernés à détenir la souveraineté. Boulainvilliers a-t-il eu conscience de la témérité et de la portée de ses thèses ? Son attachement au monde de l’ancienne France permet légitimement d’en douter. Sa réflexion relève du sentiment bien plus que de la raison, attitude logique pour un homme qui a choisi l’utopie du mythe pour exprimer ses idées politiques.

69L’ironie de l’histoire fera que le régime politique qu’il a ainsi forgé aura un écho inattendu. Il est alors nécessaire de rechercher quelle fut sa postérité pour déterminer s’il a véritablement influencé ceux qui ont repris des idées similaires aux siennes.

Notes

1312 C’est la fonction générale des concepts, du moins en Histoire des concepts politiques dans leurs rapports avec des situations historiques données. Sur ce poit, voir R. Koselleck, Le futur passé. Contribution sémantique des temps historiques, Paris, éd. de l’E.H.E.S.S., 1990, p. 113.

1313 C. de Seyssel, La monarchie de France, op. cit., p. 115.

1314 La Gaule-Françoise, éd. 1574, op. cit., p. 9.

1315 Date donnée à verbo "Absolutisme", P. Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, s.n.l., 1973.

1316 Date donnée par L. Bély (sous la dir. de), Dictionnaire de l’ancien régime. Royaume de France xvième-xviiièmesiècle, Paris, P.U.F., 1996, p. 8.

1317 M. Peronnet, « De la monarchie », Parliament, Estâtes and représentations, 16 november 1996, International commission for the history of représentative Institutions, Variorum, Angleterre, 1996, p. 143.

1318 Cette assimilation fut le fait de Lemontey et d’Hitier, cf. J.-L. Thireau, Les idées politiques de Louis XIV, op. cit., p. 54. On peut y ajouter E. Lavisse et E. Rambaud, Histoire générale du ivème siècle à nos jours. Louis XIV, 1643-1715, T. VI, Paris, Hachette, 1895; G. Lacour-Gayet, L’éducation politique de Louis XIV, Paris, 1898 et F. Puaux, Les défenseurs de la souveraineté du peuple sous le règne de Louis XIV, Paris, Librairie Fischbacher, 1917. Plus récemment la thèse de l’absorption de l’État par la personne du roi a été soutenu par B. Vonglis, op. cit.

1319 A. Esmein, Eléments de droit constitutionnel français et comparé, Paris, Sirey, 1909, p. 477.

1320 J. Brissaud, op. cit., p. 770.

1321 J. Declareuil, op. cit., pp. 388 sq.

1322 Brissaud, op. cit., p. 773.

1323 Fr. Olivier-Martin, L’absolutisme français, op. cit., p. 13.

1324 Ibid., p. 93.

1325 Ibid., p. 230.

1326 Ibid., pp. 206-207.

1327 Ibid., pp. 277 sq.

1328 Ibid., pp. 288 sq.

1329 R. Mousnier, «Comment les français du xviieme siècle voyaient la constitution», Dix-septième siècle, 1955, N° 25-26, pp. 9-36.

1330 F. Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978, pp. 174-175.

1331 J.-L. Harouel, J. Barbey, E. Bournazel et J. Thibaut-Payen, op. cit., p. 121.

1332 J.-L. Harouel, op. cit., p. 400 et P. Sueur, op. cit., T. I, p. 121.

1333 M. Peronnet, op. cit., pp. 143-145.

1334 C’est le cas de M. Antoine, «La monarchie absolue», in K.M. Baker (ed. by), The French Revolution and the Creation of Modem Political Culture..., op. cit., vol. 1, pp. 3 sq.

1335 J.-L. Thireau, «L’absolutisme monarchique a-t-il existé ?», in Dictature absolutisme et totalitarisme, Colloque de la Fondation Singer-Polignac (15- 16 mai 1997), Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, 1997, N° 6, 2eme semestre, pp. 291-309.

1336 Pour une vision critique de l’évolutionnisme, voir N. Rouland, Anthropologie juridique, Paris, P.U.F., 1988, pp. 57-59.

1337 D. Richet, « La monarchie au travail sur elle même ? », in K.M. Baker (ed. by), The French Revolution and the Creation of Modem Political Culture..., op. cit., vol. 1, pp. 25-39, citation, p. 31.

1338 Ibid.

1339 C. de Seyssel, La monarchie de France, op. cit., p. 115.

1340 J.-L. Thireau, Charles Du Moulin, (1500-1566)..., op. cit., p. 261.

1341 Les six livres de la république, op. cit., L. I, chap. VIII, p. 201.

1342 J.H. Franklin, op. cit., p. 143.

1343 Y.-C. Zarka, « Constitution et souveraineté selon Bodin », op. cit., p. 284.

1344 J. Bodin, Les six livres de la république, op. cit., L. I, X, p. 295 sq. Il est vrai que J. Bodin déclare : «quant au droit de mettre sur les sujets tailles et impôts, ou bien en exempter quelques uns, cela dépend aussi de la puissance de donner la loi et les privilèges», Les six livres de la république, op. cit., L. I, chap. X, p. 334. Mais le juriste angevin n’évoque ici que la possibilité pour le roi d’exempter d’une imposition certains sujets (interprétation confirmée par l’utilisation du mot "privilège". Il ne revient pas sur l’idée du consentement des gouvernés à l’impôt. Pour une interprétation contraire de l’ensemble des textes évoqués ici, qui fait de Bodin un défenseur de l’absolutisme, même dans le domaine fiscal, voir A. Marongiu, « Bodin et le consentement à l’impôt  », Jean Bodin, Actes du Colloque interdisciplinaire d’Angers, 24-27 mai 1984, P. U. d’Angers, 1985, vol. 1, pp. 365-373, spécialement la page 372.

1345 R. Verlaque, op. cit., p. 76.

1346 Encore insisteront-ils, renouant avec la tradition aristotélicienne du rejet de la tyrannie, sur le fait que le roi ne doit pas abuser de cette prérogative, B. Basdevant-Gaudemet, op. cit., p. 159.

1347 H. Richard, «Pensée politique et droit dans l’oeuvre de G. Coquille», in Pensée politique et droit, Actes du xiieme colloque de l’Association Française des Historiens des Idées Politiques (Strasbourg, 11-12 septembre 1997), Aix-en-Provence, P.U.A.M., 1998, pp. 327-342, surtout p. 341.

1348 R. Sève, « Le discours juridique dans la première moitié du xviieme siècle », in H. Méchoulan (sous la dir. de), L’État baroque 1610-1652..., op. cit., pp. 119-146.

1349 J.-M. Carbasse, « Contribution à l’étude du processus coutumier : la coutume de droit privé jusqu’à la Révolution », Droits. Revue de théorie juridique, 1986, N° 3, pp. 25-37.

1350 J. Vanderlinden, « La coutume dans le droit français des "pays de coutumes" aux xvieme, xviieme et xviiieme siècles », in La coutume, Recueil de la Société Jean Bodin pour l’histoire comparative des institutions, éd. de la Librairie Encyclopédique, 1990, vol. LII, pp. 271-293.

1351 Sur ces points, voir le bilan de M. Vovelle, « La représentation populaire de la monarchie », in K.M. Baker (ed. by), The French Revolution and the Creation of Modem Political Culture..., op. cit., vol. 1, pp. 77-86.

1352 C’est ce que les historiens des idées politiques appellent classiquement "l’absolutisme théologique", dont l’un des auteurs les plus célèbres est J.-B. Bossuet, mais dont les origines remontent au Moyen-âge.

1353 P.K. Leffler, « French Historians and the challenge to Louis XIV Absolutism », French Historical Studies, 1985-1986, N° 14, pp. 1-22.

1354 Sur le discours juridique des juristes absolutistes, parmi une bibliographie abondante, voir G. Picot, Cardin-Le-Bret et la doctrine de la puissance publique, thèse Droit, Nancy, 1948 ; C. Collot, L’école doctrinale de droit public de Pont-à-Mousson (P. Grégoire de Toulouse et G. Barclay), Paris, L.G.D.J., 1965 ; R. Sève, op. cit., et R. Villers, L’esprit du droit public français au dix-septième siècle, Cours de doctorat 1958-1959, Les cours du droit. Les juristes absolutistes vont recourir a certains arguments du droit romain, voir H. Morel, « L’absolutisme français procède-t-il du droit romain ? », op. cit. Ils vont aussi importer des mécanismes juridiques romains en les «francisant». Voir la transposition du mécanisme de la lex regia pour fonder la souveraineté du roi en évitant le recours direct au droit romain, H. Morel, « La place de la lex regia dans l’histoire des idées politiques », Mélanges H. Morel, op. cit., pp. 387-389.

1355 Voir E. Thuau, Raison d’Etat et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, A. Colin, 1966 ; C. Canziani, « "Politiques" pour le prince. Traités et manuels au début du règne de Louis XIV », in H. Méchoulan (sous la dir. de), L’État baroque 1610-1652..., op. cit., pp. 93-111. À la veille de la Révolution, les défenseurs de l’absolutisme appuient leur argumentaire sur le rationalisme, V.R. Gruder, « The Bourbon monarchy : Reforms and Propaganda at the End of the Old Regime », in K.M. Baker (ed. by), The French Revolution and the Creation of Modem Political Culture..., op. cit., vol. 1, spécialement pp. 365-366.

1356 D.A Gaurier, « La revendication d’un droit national contre le droit romain : un droit commun coutumier en France (de la fin du xvieme siècle au début du xviieme siècle », Revue Internationale des Droits de l’Antiquité, 1994, suppl. au T. XLI, pp. 29-47.

1357 Sur cette datation de l’idéologie absolutiste, voir H. Morel, «L’absolutisme français procède-t-il du droit romain ?», op. cit., p. 433 ; du même auteur verbo "Absolutisme" in P. Raynaud et S. Rials, Dictionnaire de philosophie politique, Paris, P.U.F., 1996, pp. 2-3.

1358 Charles de Grassaille est un cas exemplaire, G. Leyte, «Charles de Grassaille et la monarchie française», in Pensée politique et droit, Actes du xiieme colloque de l’Association Française des Historiens des Idées Politiques (Strasbourg, 11-12 septembre 1997), Aix-en-Provence, P.U.A.M., 1998, spécialement p. 318. Sur ce type d’effort, voir C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, pp. 228.

1359 Cf. paragraphe précédent.

1360 Voir par exemple l’analyse des pamphlets édités entre 1614 et 1615, dans lesquels, ni la noblesse d’épée, ni celle de robe ne remettent en cause la souveraineté du prince, mais où les deux groupes sociaux ne peuvent s’empêcher d’exprimer leur désir d’expression ou de participation politique, H. Duccini, « Discours et réalité sociale : le révélateur des pamphlets », in H. Méchoulan (sous la dir. de), L’État baroque 1610-1652..., op. cit., pp. 371- 420 (surtout à partir de la page 396).

1361 Oeuvres complètes, Paris, Gallimard, 1952, T. II, vol. 1, p. 168.

1362 Ibid., T. II, vol. 1, p. 169.

1363 Ibid., T. II, vol. 1, pp. 169-175.

1364 Ibid., T. II, vol. 1, p. 176.

1365 Sur la place de la conception politique aristocratique dans la pensée de Tocqueville, R. Polin, « Tocqueville entre l’aristocratie et la démocratie », in L’actualité de Tocqueville, Caen, Cahiers de philosophie politique et juridique de l’Université de Caen, 1991, N° 19, spécialement pp. 54-58.

1366 Cette idée est un véritable contre-argument qui peut être opposé à certains historiens qui nient l’existence d’un courant idéologique de résistance à l’absolutisme monarchique, ayant sa propre unité, en invoquant le fait que les tenants d’un tel mouvement se souciaient peu de liberté et ne défendaient que leurs intérêts particuliers, n’ayant pas même une conception commune de la représentation politique. Sur ce point de vue hostile à la reconnaissance d’un courant anti-absolutiste, voir la thèse de W. Doyle. Cet auteur insiste d’abord sur les dissensions parmi les auteurs politiques de l’opposition aristocratique, « Was there an Aristocratic Reaction in Pré-revolutionary France? », Past and Present, november 1972, N° 57, pp. 97-122, spécialement pp. 105-106. L’historien relève la même faiblesse en traitant plus généralement de l’opposition à la monarchie, Des origines de la Révolution française (lère éd. américaine, 1980), Paris, Calmann-Lévy, 1988, pp. 95-108.

1367 Parmi l’abondante bibliographie sur l’opposition monarchomaque, voir la thèse de M. Marabuto, Les théories des monarchomaques français, thèse Droit, Paris, 1967. Sur la pensée nobiliaire ou parlementaire, A. Jouanna, Le devoir de révolte..., op. cit., surtout les pp. 281-391 ; M. Pernot, La Fronde, Paris, éd. de Fallois, 1994, pp. 230-244 et pp. 355-366 ; J.D. Lassaigne, op. cit. ; J.-M. Constant, « La troisième Fronde : les gentilshommes et les libertés nobiliaires », Dix-septième siècle, octobre-décembre 1984, N° 4, pp. 341-350 et du même auteur, Les conjurateurs. Le premier libéralisme politique (sic) sous Richelieu, Paris, Hachette, 1987.

1368 R. Mousnier, «L’opposition politique bourgeoise à la fin du xvieme et au début du xviieme siècle. L’oeuvre de Louis Turquet de Mayenne», Revue Historique, 1955, T. CCXIII, pp. 1-20.

1369 « Nuls édits, nulles ordonnances n’ont d’effet (...) s’ils ne sont vérifiés aux cours souveraines, et par la libre délibération d’icelle», Treize livres des parlements de France, Bordeaux, 1617, XVII, III. Il ajoute «notre monarchie de France n ’est (pas) un royaume absolu, ou la volonté du roi est loi, sa parole arrêt, et sa vie discipline exemplaire de bien et mal faire », Treize livres des parlements de France, XVII, IX, texte cité de la publication du chapitre XVII de l’ouvrage par J. Krynen en annexe de son étude précitée, in J. Poumarède et J. Thomas (sous dir de), Les parlements de province. Pouvoir, justice et société du XVeme au XVIIIeme siècle, op. cit., p. 700 sq.

1370 O. Tholozan, «Un défenseur de la monarchie tempérée par la Pairie au siècle de l’absolutisme triomphant : Jean Le Laboureur (1623-1675)», op. cit.

1371 F. Gallouédec-Génuys, op. cit., pp. 77-90

1372 Ibid., pp. 129-136 et pp. 143-147. Madame Genuys soutient que l’auteur se borne à conférer à ces assemblées un rôle classique de conseil. Cependant, elle note rattitude subversive de Fénelon à l’égard de la politique Louis quatorzienne, ibid., p. 135. Cette contradiction fragilise son raisonnement. En fait, cet auteur voulait donner aux états généraux la possibilité de prendre des « délibérations sur toutes les matières de justice, de police, de finances, de guerre... (et d’) abolir tous privilégiés », Plans de gouvernement dits Tables de Chaulnes, op. cit., T. II, p. 1091. Il est également favorable à 1’ «l’établissement d’Etats particuliers dans toutes les provinces... avec pouvoir de policer (administrer), corriger, destiner, les fonds (tirés des impôts) », ibid. p. 1089.

1373 Sur l’hostilité de Louis XIV à l’égard des assemblées représentatives et des états généraux, voir J.-L. Thireau, Les idées politiques de louis XIV, op. cit., pp. 60-62.

1374 En effet, si le septième mémoire de l’ouvrage défend la souveraineté des états généraux, le huitième légitime celle du parlement de Paris alors que le dixième, celle de la pairie de France, voir Les soupirs de la France esclave..., op. cit. Les deux derniers mémoires sont de 1690. Cette association de tout l’argumentaire anti-absolutiste érige cet ouvrage en un véritable bréviaire de l’opposition à la monarchie, en pleine fin de l’absolutisme triomphant.

1375 J.-P. Brancourt, Le duc de Saint-Simon et la monarchie, op. cit., pp. 56- 57.

1376 Le Laboureur affirme que le droit applicable à la couronne est le droit féodal, Histoire de la pairie de France..., op. cit., pp. 35-36 et 38-39, cf. O. Tholozan, « Un défenseur de la monarchie tempérée par la Pairie au siècle de l’absolutisme triomphant : Jean Le Laboureur (1623-1675) », op. cit., pp. 213 et 215. Pour Boulainvilliers, cf. supra Iere partie de cette étude sur la critique de la loi salique et l’attitude de l’auteur lors de l’affaire des princes du sang.

1377 Cf. IIème partie, chapitre III, section I, § 2.

1378 Voir la classification du libéralisme en plusieurs tendances dans P. Ory (sous la dir. de), op. cit.

1379 D. Richet devait nier la spécificité des différents courants au sein de l’opposition anti-absolutiste dans son article «Révolution anglaise et Révolution française», in du même, De la Réforme à la Révolution, Paris, Aubier, 19991, pp. 453-480. Mais une telle position fait peu cas des différences entre les auteurs anti-absolutistes en matière d’idées sociales, dont les divergences traduisent l’opposition entre la robe, l’épée et au xviiieme siècle le tiers état. Au demeurant, l’explication de Richet ne permet pas de comprendre pourquoi la pensée anti-absolutiste n’arrive pas à abandonner l’ancien cadre des trois ordres, qui, comme l’a démontré R. Mousnier, ne reflète plus la réalité sociale dès la fin du xviieme siècle. Enfin, si l’anti-absolutisme était aussi homogène, il faudrait expliquer pourquoi la France n’a pas connu une révolution de type anglais.

1380 Fr. Olivier-Martin fait justement remarquer cette convergence entre ce qu’il qualifie de manière un peu floue, de « vieux courant hétérodoxe », « théories parlementaires » et « idées philosophiques », L’absolutisme français, op. cit., pp. 312-345. En effet, la philosophie individualiste ne va avoir ce rôle subversif qu’au gré des événements révolutionnaires. Auparavant, elle aurait plutôt servi l’absolutisme. De fait, les notions de personne et de volonté contractante ont d’abord été élaborées au cours des discussions théologiques médiévales, A. Boureau, « Droit et Théologie au xiiieme siècle », Annales E.S.C, novembre-décembre 1992, N° 6, pp. 1113- 1125. Mais cette élaboration théorique n’était pas antithétique avec une doctrine absolutiste. Cette philosophie, fruit de la réflexion des franciscains, a été récupérée par les monarchies à tendance absolutiste, comme la royauté aragonaise, A. Boureau, « Pierre de Jean Olivi et l’émergence d’une théorie contractuelle de la royauté au xiiieme siècle », in Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen-âge, Actes du colloque organisé par l’université du Maine (25-26 mars 1994), Paris, Picard, 1995, pp. 165-175. Les efforts de la monarchie française moderne, notamment en matière fiscale pour lutter contre les privilèges de la société de l’ancien régime, apparaissent également comme une récupération de la philosophie de l’égalitarisme individualiste au profit de l’absolutisme monarchique. En France, la philosophie rationaliste et individualiste ne va prendre de connotation révolutionnaire qu’avec Siéyès et son Qu ’est ce que le tiers état ?.

1381 Voir les observations de A. Leca sur cette catégorie proposée par O. Tholozan dans son étude sur J. Le Laboureur, op. cit., Histoire des idées politiques des origines au xxeme siècle, Paris, Ellipses, 1997, p. 229.

1382 Le concept a été forgé par M. Aghulon pour rendre compte de l’implantation, au xixeme siècle, dans les mentalités d’un régime politique, et des formes d’association que ce dernier a pu provoquer dans les localités. La définition de F. Furet est ici reprise : « une sociabilité politique : j’entends par là un mode organisé de relations entre les citoyens (ou les sujets) et le pouvoir, aussi bien qu’entre les citoyens (ou les sujets) eux-mêmes à propos du pouvoir », Penser la Révolution française, op. cit., p. 67.

1383 L. Althusser, Montesquieu. La politique et l’histoire, (lere éd. P.U.F., 1959), Paris, P.U.F. "Quadrige", 1993, p. 111.

1384 Ibid,. 116-117.

1385 Ibid., pp. 117-118.

1386 A. Soboul, op. cit., T. I, pp. 241-242.

1387 Cf. le plan de l’ouvrage de Soboul. Pour une critique sévère de l’hypothèse soboulienne, voir F. Furet, Penser la révolution française, op. cit., pp. 146-184.

1388 A. Soboul, op. cit., p. 239 où l’idéologie aristocratique est rapprochée de la réaction de l’Église contre l’incroyance.

1389 R. Mousnier, Les xvieme et xviieme siècles, op. cit., p. 366.

1390 F. Bluche, La vie quotidienne de la noblesse française au xviiieme siècle, op. cit., p. 231.

1391 R. Mousnier, Les Institutions de la France sous la monarchie absolue (1598-1789), op. cit., T. II, p. 649.

1392 Ibid., p. 13.

1393 « L’articulation des rapports sociaux, le mouvement qui les fait se transformer s’opèrent ainsi dans le cadre d’un système de valeurs, et les gens pensent communément que ce système oriente l’histoire de ces rapports. Effectivement, il gouverne le comportement de chaque individu à l’égard des autres membres du groupe. (...) C’est en lui, enfin, que résident les principes d’une action qui prétend animer le devenir du corps social », G. Duby, « Histoire sociale et idéologies des sociétés », in J. Le Goff et P. Nora (sous la dir. de), Faire de l’Histoire. Nouveaux problèmes, Paris, Gallimard, 1974, T. I, p. 204.

1394 J. de Viguerie, « Aux origines du libéralisme : les pré-libéraux français », Bulletin de la Société d’Histoire des Idées et d’Histoire Religieuse, 1986, N° 3, pp. 5-35 ; M. Prélot et G. Lescuyer, Histoire des Idées Politiques, op. cit., pp. 446-448 (n. 234).

1395 H. Sée, Les idées politiques en France au xviieme siècle, Paris, F. Alcan, 1923, p. 278 ; R. Aron, Les étapes de la pensée sociologique (lere éd. Paris, Gallimard, 1967), Paris, Gallimard, 1982, p. 73 (n. 3) ; J.-J. Chevallier, Histoire de la pensée politique. L’État-nation monarchique : vers le déclin (lere éd. Paris, Payot, 1979), Paris, Payot, 1983, T. II, pp. 46-58 ; D. Roche, op. cit., p. 193. S. Goyard-Fabre, plus mesurée, classe Boulainvilliers -selon une terminologie plus philosophique que politique-parmi les rationalistes qui « tentent, dans un esprit chrétien et concordataire, de proposer des réformes », Philosophie politique xvieme-xxeme siècle, op. cit., p. 235 (n. 142).

1396 J. de Viguerie dit clairement que « ni l’allégresse, ni l’optimisme, ni la foi dans les destinées de l’humanité n ’ont présidé à la naissance de l’idée moderne de liberté, « Aux origines du libéralisme : les pré-libéraux français », op. cit., p. 5.

1397 Verbo "traditionalisme", P. Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, s.n.l., 1973.

1398 A. Thibaudet, Les idées politiques de la France, Paris, Librairie Stock, 1932, p. 13. Sur les ambiguïtés de l’utilisation du concept de "tradition" pour le Moyen-âge, voir R. Girardet qui rappelle le jugement de M. Bloch qui affirmait, « sous le nom de coutumes immémoriales une foule de nouveautés se sont glissées. (...) Essentiellement traditionalistes, les sociétés du Moyen-âge ont fait le rêve de vivre de leur mémoire, mais cette mémoire se révèle infidèle », « Autour de la notion de tradition. Essai de problématique », Pouvoirs. Revue Française d’Etudes Constitutionnelles et Politiques, 1987, N° 42, p. 10.

1399 P. Bénetton, Le conservatisme, Paris, P.U.F. "Que sais-je ?", 1988, p. 5.

1400 L’argument et l’expression sont repris ici à J.-P. Brancourt. En effet, cet auteur faisait remarquer, en étudiant Saint-Simon, que « pour examiner ou juger la pensée de Saint-Simon, il ne faut pas conserver le regard d’un homme du xxeme siècle ». Une position qui paraît anachronique deux cent-cinquante ans plus tard, pouvait ne pas l’être en son temps ; or, la tendance politique qu’exprime Saint-Simon représente, avant la mort du duc de Bourgogne, une « possibilité de l’histoire de France », Le Duc de Saint- Simon et la Monarchie, op. cit., p. 24.

1401 Voir les doutes de S. Rials sur le bien fondé d’une telle catégorie pour qualifier les opposants à la monarchie absolue, La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, Paris, Hachette 1988, p. 68.

1402 H. Carré, La noblesse de France et l’opinion publique au xviieme Isiècle, Paris, H. Champion, 1920, pp. 396-399.

1403 P.-L. Assoun, « Boulainvilliers. "Lettres sur les Parlements" », in F. Châtelet, 0 Duhamel et É. Pisier (sous la dir. de), Dictionnaire des œuvres politiques, Paris, P.U.F., 1986, p. 110.

1404 Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. III, p. 177.

1405 P. Ourliac, « Le droit social au Moyen-âge », in J.-L. Harouel (sous la dir. de), Histoire du droit social. Mélanges en hommage à J. Imbert, op. cit., p. 448.

1406 Cf., Ière partie, chapitre III.

1407 Ce caractère rétrograde a bien été souligné par R. Mousnier, « Les idées politiques de Fénelon », op. cit., pp. 77-92.

1408 Voir l’interprétation que donne E. Le Roy Ladurie, Saint-Simon ou le système de la Cour, op. cit.

1409 F. Bluche et J.-F. Solnon, La véritable hiérarchie sociale de l’ancienne France. Le tarif de la première capitation (1695), Genève, Droz, 1983, pp. 63-69.

1410 A. Guéry, « État, classification sociale sous Louis XIV : La capitation de 1695 », Annales E.S.C., septembre-octobre 1986, N° 5, pp. 1041-1060.

1411 C. Grell, L’histoire entre érudition et philosophie. Étude sur la connaissance historique à l’âge des Lumières, Paris, P.U.F., 1993.

1412 Cf. chapitre préliminaire, section 1.

1413 Dès le début du xviième siècle, les idéologues de la monarchie vont se détacher également du providentialisme chrétien pour relater les événements de la vie des rois et exalter la volonté du monarque, en faisant de cette dernière l’instance explicative de l’histoire, J. Cornette, « "Deux soleils en la France". L’événement dans la théorie et la pratique de l’État royal au temps de Pierre de Bérulle et de Gabriel Naudé », in S. Bernstein et P. Milza, Axes et méthodes de l’histoire politique, Paris, P.U.F., 1998, pp. 163-200.

1414 « D’après quel intérêt on aurait pu donner une constitution à la nation elle-même. La nation existe avant tout, elle est à l’origine de tout. (...) Dans chaque partie, la constitution, n ’est pas l’ouvrage du pouvoir constitué mais du pouvoir constituant », Qu’est ce que le Tiers-État ? (1789), Paris, P.U.F. "Quadrige", 1982, p. 67.

1415 Du contrat social, in Oeuvres complètes, Paris, Gallimard "La Pléiade", 1964, T. III, chap. XVIII, p. 434.

1416 M. Troper, La séparation des pouvoirs et l’histoire constitutionnelle française, Paris, L.G.D.J., 1980, pp. 126-142.

1417 Sur l’évocation du régime mixte par P.-P. Royer-Collard et le duc de Broglie, voir P. Rosanvallon, La monarchie impossible, les Chartes de 1814 et de 1830, op. cit., pp. 159-160.

1418 Cf. IIème partie, chapitre III.

1419 Notamment en matière de nature de la fonction royale et de la séparation des pouvoirs puisque Boulainvilliers n’envisage pas l’existence d’un veto royal, Cf. IIème Partie, Chap. III, sect. II, § 3.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter