Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Henri de Boulainvilliers

 | 
Olivier Tholozan

Chapitre préliminaire. La méthode historique de Boulainvilliers

Texte intégral

  • 87 M. Foucault, Il faut défendre la société, Cours au collège de France (1976), Paris, Seuil/Gallimard (...)

1Lorsque Boulainvilliers s’intéresse aux institutions et aux problèmes politiques de son époque, il accorde systématiquement une large part à l’analyse de leur passé. C’est en fonction de sa perception historique de l’histoire institutionnelle et politique que l’auteur formule ses propositions de réformation. En effet, dans la pensée de Boulainvilliers, la place ainsi que la fonction précise de l’histoire de France « n’est pas tant de raconter le passé ou de dire les origines, que de dire le droit, de dire le droit du pouvoir : c’est au fond une leçon de droit public »87. Les raisons de cette spécificité méthodologique découlent de sa conception historique des phénomènes et des problèmes politiques et institutionnels.

SECTION I - HISTOIRE ET VÉRITÉ RATIONNELLE

2La théorie de la connaissance élaborée par Boulainvilliers explique l’importance de l’histoire dans sa pensée politique. Parallèlement, la dimension publiciste de Boulainvilliers constitue, en partie, le reflet de son engagement de moraliste.

§ 1 - Le passé, fondement d’une théorie empiriste et relativiste de la connaissance

  • 88 J.-B. Van Helmont (1577-1644), médecin et chimiste belge, tenant de la théorie de la génération spo (...)
  • 89 Sur l’exposé des emprunts de Boulainvilliers et sur l’originalité de sa philosophie, Voir R. Simon, (...)

3L’œuvre philosophique de Boulainvilliers -tout en puisant chez Van Helmont88, Descartes, Malebranche, Spinoza ou l’empirisme de Locke- reste assez originale89. Cependant, l’exposé exhaustif de sa richesse n’est pas nécessaire ici. L’examen de l’importance de l’histoire dans sa théorie de la connaissance suffira pour éclairer sa démarche.

  • 90 Boulainvilliers, Idée d’un système général de la nature. Ce traité resté manuscrit a été daté à 168 (...)
  • 91 Boulainvilliers, Idée d’un système général..., ibid., T. II, p. 219.

4Dès 1683, Boulainvilliers pose les principes d’une théorie de la connaissance humaine, thème récurrent de la philosophie du xviième siècle90. Il se demande de quelle manière l’homme accède à la vérité. A son sens, il n’existe qu’« une seule notion de la vérité parce qu’elle est une ». Il n’y a donc qu’un seul moyen pour y parvenir, non pas la raison, mais plutôt l’entendement qui permet la connaissance vraie, « par la voie de l’adéquation, c’est-à-dire en s’unissant, en s’égalant à l’objet, ce qu’il fait qu’il le pénètre, ou plutôt qu’il en est pénétré, selon la proportion que Dieu lui a donnée avec la vérité »91.

  • 92 D. Venturino, op. cit., p. 6.
  • 93 R. Descartes, Règles pour la direction de l’esprit, in Oeuvres et lettres, Paris, Gallimard "La Plé (...)
  • 94 Spinoza affirme que « le quatrième (mode de connaissance), qui a la connaissance la plus claire, n’ (...)

5Mais, Boulainvilliers ne détermine pas les conditions de ce mode de connaissance. Il semble donc avoir accepté comme forme supérieure du savoir, la connaissance spontanée des choses ou l’intuition, idée vraisemblablement héritée de Van Helmont92. Il rejoint ainsi Descartes93 et Spinoza94 pour qui l’intuition permettait d’accéder directement à la vérité. Cependant, à l’inverse de ces derniers, Boulainvilliers refuse de reconnaître que la raison permet d’acquérir la vérité.

  • 95 Boulainvilliers, Idée d’un système général..., op. cit., T. II, p. 219.
  • 96 Boulainvilliers revient sur sa position dans sa Considération abrégée des opérations de l’entendeme (...)

6Il admet, il est vrai, que la raison accède à la vérité religieuse issue de la révélation de Dieu et à celle des sciences mathématiques qui s’attachent à la mesure des corps sensibles. Cependant, il affirme aussitôt : « le reste est au hasard »95. Cette affirmation péremptoire et qui pourrait même être qualifiée de sceptique, n’est que provisoire. D’ailleurs, Boulainvilliers y reviendra en modérant sa position96. Mais en 1683, c’est d’abord le pan empiriste de sa théorie de la connaissance qu’il développe.

  • 97 Ibid., T. II, p. 217.
  • 98 Ibid., T. II, p. 218.

7Pour l’auteur, « la raison est une faculté purement corporelle », car elle ne consiste qu’en la « proportion des idées », ces dernières n’étant formées que de « la perception des sens »97. C’est pourquoi une connaissance acquise par la raison est toujours relative. L’auteur soutient d’ailleurs que « trente personnes raisonnent différemment (...) parce que chacune a des perceptions, des idées, des notions différentes selon la différence de sentiments ». Aussi, peut-il conclure que « les idées sont aussi fragiles que la matière où elles sont attachées, c’est-à-dire les organes du corps »98.

  • 99 Eod. Loc.

8Boulainvilliers souligne alors l’importance de la fonction de mémorisation dans l’utilisation de la raison. S’attachant à démonter le mécanisme du raisonnement, il affirme que « l’évidence de la raison consiste dans la comparaison et dans la conformité qui se rencontrent entre espèces imprimées dans l’imagination par les sens »99. La réalité doit donc correspondre à des catégories préexistantes pour être appréhendée. Celles-ci sont déterminées par l’expérience.

  • 100 Boulainvilliers affirme que « les enfants, les jeunes gens qui ont peu vu raisonnent peu, parce qu’ (...)
  • 101 Boulainvilliers, Idée d’un système général..., op. cit., T. II, p. 218.
  • 102 Eod loc.
  • 103 Ibid., T. II, p. 219.
  • 104 II affirme que « l’âme (...) ne peut faire aucune opération spirituelle que par l’organe de la mémo (...)
  • 105 Eod. loc.
  • 106 Il écrit : « si l’idée se perd, c’est oubli, et souvent l’idée de la chose s’efface pendant que l’i (...)

9En effet, le processus de connaissance raisonnable n’est pas inné100. Ainsi, pour Boulainvilliers, « il faut donc supposer premièrement des espèces imprimées dans l’imagination »101. L’homme doit donc posséder des organes disposés pour « conserver » des espèces102. Il soutient ainsi que le raisonnement consiste en une proportion entre « l’habitude des choses » et l’idée de l’imagination103. Ceci explique que chez cet auteur, la connaissance rationnelle est impossible sans la mémoire, entendue comme un organe, puisqu’elle réside « dans le cerveau »104. Faisant montre d’un certain sensualisme, il affirme que cette faculté corporelle est « le tableau de toutes les idées ; c’est le lieu où elles se peignent, où elles s’impriment même involontairement »105. Boulainvilliers en tire ainsi le corollaire suivant : l’oubli traduit la méconnaissance106.

  • 107 Considération abrégée des opérations de l’entendement humain sur les idées, op. cit., T. II, p. 1-6 (...)
  • 108 Ibid., T. II, p. 22.
  • 109 Ibid., T. II, p. 23.

10Après 1683, il développe cette ébauche d’une théorie de la connaissance dans laquelle la mémoire tient une place centrale. Revenant sur le thème de la vérité et de la connaissance humaine, il rejette son scepticisme de jeunesse et adopte un certain relativisme. Dans ses Considération abrégée des opérations de l’entendement humain sur les idées...107, il récuse la notion de vérité absolue. Il soutient plutôt que « l’évidence est (...) le caractère distinctif de la vérité et la marque à laquelle nous puissions la reconnaître »108. Par ailleurs, « cette évidence s’exprime par des propositions vraisemblables »109.

  • 110 Eod. loc.
  • 111 Eod. loc.

11La théorie relativiste de la connaissance, ainsi esquissée, repose toujours sur le recours au passé. Selon l’auteur, pour établir l’évidence morale qui convient « aux idées des faits ou des substances »110, il faut s’appuyer « sur les rapports, les témoignages, l’autorité, etc., comme par exemple la certitude que l’on peut avoir qu’il y a eu un César, un Alexandre, une ville de Rome »111

  • 112 R. Descartes, op. cit., eod. loc.
  • 113 N. De Malebranche dit, en effet, qu’« en un mot toutes les sciences qui dépendent de la mémoire son (...)
  • 114 B. Spinoza affirme : « c’est pourquoi puisque la mémoire acquiert de la force par l’action de l’ent (...)
  • 115 Tout en révérant l’usage et l’autorité de l’Histoire, J. Locke lui dénie la possession de la certit (...)
  • 116 D. Venturino, op. cit., p. 26.
  • 117 L’expression est de D. Venturino. En effet, ce dernier intitule en partie son ouvrage « La raison d (...)

12La place centrale qu’occupent la mémoire et le passé dans le processus de connaissance rationnelle chez Boulainvilliers est remarquable. Cette attitude tranche nettement avec celle de rationalistes classiques comme Descartes112, Malebranche113Spinoza114 ou d’un sensualiste comme Locke115. Boulainvilliers place ainsi la mémoire -qui est la fonction principale de l’élaboration de l’histoire- à la source de la connaissance rationnelle. Cette dernière se conçoit, selon l’expression de D. Venturino, comme « un processus de stratification généalogique de connaissances »116. Pour autant, il ne faudrait pas en conclure que Boulainvilliers a voulu « rationaliser la tradition »117. En plaçant la mémoire -fonction essentielle à la pérennisation de la tradition-comme source du processus de connaissance rationnelle, il fait plutôt l’inverse. De fait, il aboutit à consacrer l’histoire comme étant la condition même de l’activité raisonnable.

  • 118 Selon l’expression de R. Mandrou, Introduction à la France moderne. Essai de psychologie historique (...)
  • 119 R. Mandrou rappelle que les hommes de la France moderne sont des « hommes de tradition, ils accepte (...)

13Pour bien comprendre sa démarche, il ne faut pas apprécier in abstracto les rapports qu’il établit entre tradition et raison. Il faut restituer dans le contexte historico-social de l’époque sa manière de procéder. En d’autres termes, il s’agit autant d’une analyse de philosophie théorique que d’un problème de psychologie historique. De fait, à la fin du xviième siècle et au début du xviiième siècle, le rationalisme n’est qu’une théorie philosophique que connaissent les savants et le rare public cultivé –essentiellement composé de robins ou plus rarement de l’ancienne noblesse- qui ont fréquenté le collège. À l’inverse, la tradition n’est pas seulement une théorie savante, elle est aussi une « structure mentale » ou plutôt « une vision du monde »118, dotée d’une logique propre, qui a profondément imprégné la société contemporaine de Boulainvilliers. La tradition constitue le mode par lequel la société d’ancien régime prend conscience d’elle-même. Elle repose sur un recours à l’histoire, à la mémoire et par là au respect de l’autorité des anciens119.

  • 120 H.A. Ellis, « Genealogy, History, and Aristocratic Reaction in Early Eighteenth-Century France : th (...)
  • 121 Ainsi, les institutions juridiques trouvent leur légitimité dans leur ancienneté. C’est tout le sen (...)
  • 122 Voir, verbo "Tradition", in R. Boudon et F. Bourricaud, Dictionnaire critique de la sociologie, Par (...)
  • 123 Parmi les phénomènes d’acculturation, dans l’histoire, l’attitude mentale de Boulainvilliers s’iden (...)
  • 124 Boulainvilliers, Idée d’un système général..., op. cit., T. II, p. 245.

14Boulainvilliers lui-même est bien un homme de son temps. Il ne perçoit d’ailleurs son rôle dans la société que par le recours à l’histoire, en évoquant -conformément au système de valeurs aristocratiques- l’histoire glorieuse de sa famille. H.A. Ellis a pu ainsi dire de lui qu’il avait une « conscience généalogique » de ce qu’il était120. Mieux encore, il considère que la seule source légitime du droit est la coutume121, attitude typique de l’homme des sociétés dominées par la tradition122. Dès lors, la volonté dont fait preuve Boulainvilliers, en plaçant la mémoire à la source de la connaissance s’éclaire. Il refuse que le rationalisme aboutisse à un scepticisme qui remettrait en cause le processus mental des hommes de l’ancien régime. Il tente donc d’infléchir la pensée rationaliste pour l’adapter aux attitudes mentales auxquelles il est habitué. Ce mécanisme de conciliation des idées nouvelles et des idées anciennes est bien connu des anthropologues qui s’intéressent à l’acculturation123. En osant un néologisme quelque peu inélégant, il conviendrait plutôt de dire que Boulainvilliers « traditionalise la raison ». De fait, la volonté, clef de voûte du rationalisme, n’agit dans le processus cognitif que dans les limites de la mémoire. En philosophe, il n’hésite pas à affirmer : « ce qu’on nomme dans notre usage puissances ou facultés de l’âme n’est en effet que l’application de la volonté à la mémoire »124.

15Ainsi, l’homme ne pouvant connaître que par la biais de la mémoire, il est patent que Boulainvilliers n’imagine sa conception des sociétés humaines qu’en se fondant sur leur histoire même. Pour comprendre sa démarche, il est donc nécessaire d’analyser sa méthode historique.

§ 2 - Une conception de l’histoire entre raison et morale

  • 125 C.G. Dubois, « Conscience et imaginaire historiques en France au xvième siècle », in du même auteur (...)

16Chez Boulainvilliers, le discours historique se construit de la même manière que chez les historiens du xvième siècle. Il s’articule autour d’une tension entre la raison scientifique et l’imaginaire125, dont il convient de mettre en lumière les rapports.

- Un fondement rationaliste

  • 126 G. Gargallo di Castel Lentini, Boulainvilliers e la storiografia dell’ illumismo francese, Napoli, (...)
  • 127 Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 14
  • 128 Au xvième siècle, le discours historique, en France, est articulé autour d’une tension particulière (...)
  • 129 H. Evans, L’historien Mézeray et la conception de l’histoire en France au xviième siècle, thèse Let (...)
  • 130 Boulainvilliers soutient d’ailleurs que « la rareté des historiens français (...) a une cause (...) (...)

17Le récit historique représente bien, chez Boulainvilliers, un discours de la rationalité scientifique. Comme cela a été souligné par ses critiques126, sa conception de l’histoire, entendue comme une « science »127, est fortement imprégnée par le rationalisme. Il s’inscrit de ce fait dans la lignée des historiens humanistes du xvième siècle qui souhaitaient doter l’histoire d’un statut scientifique, évitant par là qu’elle ne devienne un genre littéraire particulier128. Ainsi, à l’inverse d’un Mézeray129, Boulainvilliers ne retient même pas parmi les fonctions de l’histoire celle du divertissement130.

18Par ailleurs, l’objet de la science historique n’est pas seulement confiné chez l’historien normand à l’énumération de dates ou d’événements. En effet, il dépasse la tradition annalistique en recherchant chez les acteurs de l’histoire :

  • 131 Boulainvilliers, Lettre à Mademoiselle Cousinot sur l’histoire et sa méthode (1707), B.M. Aix-en-Pr (...)

« les raisons de leurs actions et de leur gouvernement (...), le génie de chaque siècle, des opinions, des mœurs, des idées dominantes et pour tout dire des passions qui conduisaient alors les hommes »131.

  • 132 Ibid., fol. 14 recto.
  • 133 Père G. Daniel, Préface de L’histoire de France depuis l’établissement de la Monarchie française da (...)
  • 134 Boulainvilliers, Lettre à Mademoiselle Cousinot..., op. cit., fol. 3 recto.
  • 135 Ibid., fol. 3 verso.

19Il serait pourtant erroné de voir en Boulainvilliers un simple historien des mœurs. Tout comme chez Pasquier, que le comte normand a lu132, l’histoire est avant tout politique. La place des faits institutionnels et le rôle des hommes politiques apparaissent essentiels dans ses ouvrages. Mais sa conception de l’histoire politique est particulière. Il rejette l’idée d’un historiographe absolutiste comme le père Daniel, pour qui le seul objet de l’histoire réside dans « le Prince et l’État, (...) les particuliers ne doivent y avoir part qu’autant qu’ils ont eu de rapport ou à l’un ou à l’autre »133. Boulainvilliers écrit, en effet, en évoquant son travail d’historien : « à peine m’intéresserais-je aux princes et je n’y penserais point du tout, si le malheur de la condition humaine n’avait fait dépendre la félicité des peuples de leur volonté, ou plutôt de leurs caprices »134. Il soutient que l’historien doit également s’informer « avec plaisir et avec utilité de ce qui regarde les hommes d’un étage inférieur », car « la parité de condition et de fortune » explique également leur devenir135.

  • 136 Sur cet aspect de la pensée de Pasquier, voir G. Huppert, op. cit., pp. 69-105 et C. Vivanti, « Les (...)
  • 137 Voir sur ce point méconnu de la pensée de Moreau, D. Gembicki, Histoire et politique à la fin de l’ (...)

20Au fond, reprenant une idée formulée par Pasquier136, et qui aura un écho sensible chez Montesquieu, Voltaire ou Jacob-Nicolas Moreau au xviiième siècle137, l’historien normand affirme que les institutions et les événements politiques ne sont intelligibles qu’à la lumière de leur contexte social. L’action de l’État ne saurait expliquer à elle seule la construction de la société. La formation de cette dernière permet, également, de mieux saisir l’état politique, idée développée plus tard tant par les historiens libéraux que par Marx.

21Boulainvilliers est ainsi poussé à essayer de comprendre comment l’historien peut atteindre l’objet de son étude. En d’autres termes, il cherche à déterminer les conditions de scientificité du discours historique. L’auteur développe alors une conception sensualiste de l’histoire en soutenant :

  • 138 Boulainvilliers, Histoire du mouvement de l’apogée du soleil ou pratique des règles de l’astrologie (...)

« il serait à désirer pour l’évidence des sciences humaines qu’elles puissent être démontrées par d’autres preuves que celles qu’on tire d’elle-même. Mais nous sommes réduits à présent, comme autrefois, à fixer nos connaissances par des preuves tirées de nos sensations et de notre expérience »138.

  • 139 Voir la première partie et le chapitre 15 de la IVeme partie de l’ouvrage d’E. Labrousse, P. Bayle, (...)
  • 140 Cf. inventaire post-mortem de l’appartement parisien de Boulainvilliers, A.N., M.C. XIV 255, 21 fév (...)

22Il associe à ce sensualisme historique un "pré-positivisme relativiste" proche du scepticisme tempéré d’un Bayle139 qu’il a certainement lu140. Il insiste particulièrement sur le fait que l’histoire est

  • 141 Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 15.

« un amas de faits indépendants les uns des autres, desquels la vérité est douteuse tant qu’ils ne sont pas suffisamment autorisés par les preuves qui ne se découvrent pas toujours à première vue et qu’il faut même chercher et démêler avec grand soin parmi quantité d’autres témoignages, souvent éloignés et quelquefois opposés »141.

  • 142 L’ensemble des historiens européens du xviième siècle était assez critique, voire sceptique, à l’ég (...)
  • 143 Cf. bibliographie. Il faut pourtant signaler que les données de la sigillographie et de l’héraldiqu (...)
  • 144 F. Haskell, op. cit., p. 177.

23Boulainvilliers ne cherche pas ces preuves dans les résultats, au demeurant bien faibles, de la numismatique ou de l’étude des portraits anciens142. De la même manière, il n’utilise pas les données de la sigillographie, si ce n’est pour l’établissement de sa généalogie personnelle143. Cette carence s’explique sans doute par le fait que l’image ne commencera à devenir une source de l’histoire qu’à partir de la publication, en 1719, de L’Antiquité expliquée et représentée en figures de l’abbé B. de Monfaucon144. Boulainvilliers stigmatise les faiblesses des érudits en la matière :

  • 145 Boulainvilliers, Lettre à Mademoiselle Cousinot..., op. cit., fol. 6 recto-verso.

« ils recherchent avec empressement dans des médailles et les vieux marbres. Ceux-ci ambitieux de découvertes négligent la véritable utilité de l’histoire (...) ils ne proposent jamais que des conjectures (...) de peu d’importance »145.

  • 146 Boulainvilliers cite la découverte, en 1645-1646, du tombeau de Childéric II, Mémoires historiques (...)

24Inversement, il n’hésite pas à utiliser les premières découvertes archéologiques de son temps146.

  • 147 H. Evans, op. cit., p. 100.
  • 148 Eod. loc.

25Finalement, Boulainvilliers trouve, essentiellement dans les textes, les preuves des faits historiques, conformément à la tradition de l’histoire philologique des auteurs du xvième et du xviième siècles147 Cette utilisation de références textuelles se retrouve surtout dans son histoire de la France. Boulainvilliers ne donne pas toujours de précision quant à l’origine de ses citations. Ceci rend, d’une part, vaine toute tentative de constitution d’un tableau synoptique de ses références, et d’autre part, délicate toute conclusion portant sur son appareil scientifique. Mais la citation des sources sur lesquelles il s’appuie est déjà plus régulière que chez Mézeray148. Aussi, l’analyste de Boulainvilliers doit-il reconnaître que les références textuelles qu’il donne témoignent de la richesse de sa documentation. Il est donc possible de soutenir que Boulainvilliers maîtrisait assez bien le corpus des sources de l’histoire qui s’offrait à lui, en cette fin de xviième siècle. Cette affirmation doit pourtant être nuancée.

  • 149 Il s’agit d’ailleurs d’une position tout à fait classique à cette époque. Cette dernière se rapport (...)
  • 150 Dans son Abrégé d’histoire universelle, cité in R. Simon, Henry de Boulainviller, Historien, Politi (...)
  • 151 Notamment, à partir des méticuleuses fouilles de H. à Ithaque en 1868, Troie en 1870 et à Mycènes à (...)

26En effet, lorsque Boulainvilliers s’intéresse à l’histoire universelle, entendue comme la quête des premiers âges du monde, il ne s’appuie essentiellement que sur le texte biblique149. D’ailleurs, il n’hésite pas à discuter la chronologie du Père Pezron (1639-1706), un moine cistercien qui avait essayé de remonter au plus loin de l’histoire du monde, en faisant prévaloir le texte des Septante sur le texte hébreux de la Bible. Boulainvilliers recourt également à d’autres sources antiques telles que Manethon, Hérodote, Denys d’Halicarnasse, Flavius Josèphe, Cicéron, et Diodore de Sicile150. En fait, il utilise une bonne partie de la documentation que possédaient les érudits de son temps. Si, aujourd’hui, un tel corpus peut sembler relativement pauvre, il faut se souvenir que l’histoire antique dut attendre le développement de l’archéologie vers la deuxième moitié du xixème siècle pour se renouveler entièrement et prendre véritablement son essor151.

  • 152 Ouvrage édité à Londres à cette date. Il sera édité en français en 1698 à Amsterdam sous le titre L (...)
  • 153 Le livre d’Herbelot était issu de la bibliographie d’Hadji Khalfath et de plus de 150 manuscrits in (...)

27Son histoire de Mahomet ne s’appuie pas, il est vrai, sur des sources de première main, mais ces dernières n’en restent pas moins sérieuses pour autant. Il reprend certes, Simon Okley (1678-1720) au début de son ouvrage mais, avant tout, il s’inspire des travaux de deux érudits orientalistes qui faisaient alors autorité. Il cite notamment l’étude de l’anglais Humphrey Prideaux (1648-1724) qui publia en 1697 The true nature of imposture, fully displayed in the life of Mahomet152. Surtout, il utilise la Bibliographie orientale ou dictionnaire universel contenant tout ce qui fait connaître les peuples de l’Orient du français Barthélémy d’Herbelot (1625-1695), ouvrage qui devait faire longtemps autorité153.

  • 154 Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. II, pp. 16, 20, 28, (...)
  • 155 Ibid., T. II, pp. 123, 130 et 140.
  • 156 Ibid., T. II, pp. 90, 158 et 220.
  • 157 Ibid., T. III, pp. 26 et 64.
  • 158 L. Lefebvre-Chantereau, Traité des fiefs et de leur origine avec les preuves tirées de divers auteu (...)
  • 159 Boulainvilliers rappelle que les actes carolingiens sont connus grâce à « une infinité de chartes ( (...)
  • 160 Ibid., p. 29.
  • 161 Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 211.

28Par contre, le domaine dans lequel Boulainvilliers fait montre d’une réelle érudition, reste l’histoire de France. L’auteur utilise en premier lieu les recueils d’actes à sa disposition. Il évoque ainsi abondamment les layettes du trésor des chartes154ainsi que les copies d’actes de la bibliothèque du roi155 ou le registre du Parlement de Paris156. De manière moins précise, l’auteur cite la publication des chartes anglaises pour évoquer certains actes français du xveme siècle157. De même, Boulainvilliers recourt aux recueils établis par les érudits du xviieme siècle et notamment aux actes rassemblés dans Le traité des fiefs publié par Lefebvre-Chantereau en 1662158, aux six livres du De re diplomatica de Mabillon parus en 1681159, ainsi qu’au recueil de cartulaires mérovingiens de Baluze160 publié à l’extrême fin du xviième siècle. Lorsque ce type de sources lui paraît insuffisant, l’auteur n’hésite pas non plus à puiser dans quelques manuscrits inédits. Il évoque ainsi le registre de l’hôtel de ville d’Amiens de 1260 intitulé Lois et établissements ordonnés et confirmés par les barons du royaume et Docteurs en loi161.

  • 162 Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., pp. 16 et 33.
  • 163 Ibid., pp. 8 passim.
  • 164 Ibid., p. 91.
  • 165 Ibid., p. 14.
  • 166 Ibid., p. 90.
  • 167 Ibid., pp. 7 passim.
  • 168 Chroniqueur espagnol mort en 754. Boulainvilliers le cite dans ses Mémoires historiques sur l’ancie (...)
  • 169 Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 50.
  • 170 Boulainvilliers, Justification de la naissance légitime de Bernard roi d’Italie, petit-fils de Char (...)
  • 171 Justification de la naissance..., op. cit., pp. 3 et 8 ; Lettres sur les anciens Parlements de Fran (...)
  • 172 Ibid., T. I, p. 86.
  • 173 Ibid., T. I, pp. 94 et 99.
  • 174 Ibid., T. II, pp. 93, 96 et 98. L’inventaire de la bibliothèque du domicile parisien de Boulainvill (...)
  • 175 Lettres sur les anciens Parlements de France..,, op. cit., T. I, pp. 173 et 195.
  • 176 Ibid., T. III, p. 31.
  • 177 Ibid.,.T. III, pp. 61 et 78.
  • 178 Ibid., T. III, p. 78.
  • 179 Ibid., T. III, p. 112.
  • 180 Ibid. T. II, p. 108.
  • 181 Ibid., T. II, p. 90.
  • 182 Prêtre belge qui vécut à la fin du xvme siècle et qui fut chargé par Charles VII de réviser le proc (...)
  • 183 Boulainvilliers se réfère d’abord aux chroniques d’histoire générale telles que la Grande chronique (...)
  • 184 Boulainvilliers cite la vie de Saint-Prix (Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. c (...)
  • 185 Ibid., p. 29. Lors de la première édition critique établie, au milieu du xixème siècle, par Pardess (...)
  • 186 Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 31. Boulainvilliers cite le Livre I (...)
  • 187 Boulainvilliers fait appel au Livre sur le conseil de mon ami de Pierre Fontaine, Lettres sur les a (...)
  • 188 Boulainvilliers le cite d’après Savaron, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., (...)
  • 189 Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 32.
  • 190 Le fait que Boulainvilliers déforme les institutions pour les adapter à son projet politique attest (...)

29Par ailleurs, l’œuvre de Boulainvilliers s’enrichit des témoignages des historiens. Ainsi, pour relater l’histoire des germains puis celle des monarques mérovingiens, le comte se sert en grande partie des auteurs sur lesquels les historiens s’appuient encore de nos jours. Il se réfère à Tacite162 et très largement à Grégoire de Tours163. Il évoque également Bède le vénérable164, Cassiodore165, Paul Diacre166, Frédégaire167 ou encore un auteur moins connu comme Isidore de Badajoz168. Les historiens carolingiens sont tout aussi bien connus. Il invoque ainsi les écrits de Hincmar de Reims169, Eghinard170,Thégan171 Nitard172ou Flodoard173. Enfin, lorsqu’il relate l’histoire de la France d’Hugues Capet à Louis XI, Boulainvilliers fait appel à un important ensemble de témoignages tels que ceux de Froissard174, Mathieu de Paris175, Jean Juvénal des Ursins176, Jean Charrier177, Le Herraut de Berry178, Forestel179, N. Gilles180, Paul Emile181 ou à celui d’Amelgard182. Bien plus que les auteurs, Boulainvilliers met à profit tant les chroniques médiévales183 que la littérature hagiographique184. Enfin, lorsque l’historien normand veut préciser un point de droit, il recourt tantôt directement à la loi salique sans en préciser pour autant la version185, aux formulaires de Marculf186, aux vieux coutumiers187, à un juriste comme Papon188, ou à un praticien tel que J. Bignon, avocat au Parlement de Paris189. Cette faible référence aux sources juridiques ne s’explique d’ailleurs pas seulement par l’ignorance de l’auteur en la matière. De fait, l’examen de ses idées institutionnelles infirme une telle explication190. Le faible recours aux juristes paraît plutôt traduire sa méfiance à l’égard d’auteurs engagés dans la défense du renforcement du pouvoir monarchique.

  • 191 Cf. M. Yardéni, La conscience nationale en France pendant les guerres de religions (1559-1598), Nau (...)
  • 192 Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. II, p. 218.
  • 193 Ibid., T. II, p. 100.
  • 194 Ainsi, même si Boulainvilliers a lu Pasquier, il n’utilise jamais son ouvrage pour prouver un événe (...)
  • 195 L’hostilité de Boulainvilliers apparaît dans sa réfutation de Jurieu, Jurieu et le mysticisme, in H (...)
  • 196 Ainsi, Boulainvilliers cite la chronique bretonne et angevine en précisant qu’il s’agit d’une versi (...)
  • 197 Boulainvilliers cite Godefroy, les frères Sainte-Marthes (jumeaux nés en 1571 l’un mort en 1650 l’a (...)
  • 198 Boulainvilliers cite les pères Petau, Labbé, Sirmond (Lettres sur les anciens Parlements de France. (...)
  • 199 Boulainvilliers utilise Mabillon. Il loue les travaux des bénédictins dans sa Préface au journal de (...)
  • 200 Fidèle au postulat relativiste, Boulainvilliers reconnaît la fragilité de la connaissance historiqu (...)

30Assez curieusement d’ailleurs, Boulainvilliers n’utilise également que très peu les historiens du xvième siècle. Pourtant, ces derniers se sont particulièrement intéressés à l’histoire médiévale, ne serait-ce que pour fonder une histoire de France autonome de l’histoire romaine ou grecque, et propre à favoriser l’émergence d’une conscience nationale191. Boulainvilliers n’invoque que les ouvrages de Du Tillet192 et de Savaron193. Il ne recourt pas à la riche historiographie protestante du xvème siècle, si opposée pourtant au renforcement du pouvoir royal194. Il ne s’explique pas non plus sur cette occultation. L’explication la plus plausible de cette carence semble être la profonde suspicion de Boulainvilliers à l’égard d’historiens aux idées religieuses hétérodoxes195. En conséquence, il recourt plutôt aux ouvrages des historiens du xviième siècle. C’est d’ailleurs par l’intermédiaire de ces derniers qu’il a pu avoir un accès facile aux auteurs médiévaux196. Boulainvilliers ne s’en cache aucunement. Il admet avoir appris l’histoire, tant dans les ouvrages des grands érudits laïques197 que dans ceux des jésuites198 et autres bénédictins199, corpus d’ouvrages dont il reconnaît aisément la valeur certaine200.

  • 201 C’est l’essentiel de sa critique de Mézeray et du père Daniel, Lettres sur les anciens Parlements d (...)
  • 202 Sur la politique de glorification de la monarchie par l’histoire, voir B. Barret-Kriegel, Les Histo (...)
  • 203 Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 68.
  • 204 Préface de Boulainvilliers à Antoine Aubery, Journal de la vie de Saint- Louis neuvième du nom, op. (...)
  • 205 Préface à l’État de la France..., op. cit., eod. loc.
  • 206 Boulainvilliers, Lettre à Mademoiselle Cousinot..., op. cit., fol. 7 recto.
  • 207 Eod. loc.

31Pour autant, cette révérence est tempérée puisqu’il n’hésite pas à critiquer les historiens du Grand siècle, reprochant la faiblesse de leur érudition201. Sa condamnation touche essentiellement ceux qui se montrent plus soucieux de glorifier la monarchie que de rechercher la vérité202. Il en est ainsi de Bossuet contre lequel il développe une critique des plus virulentes, en prétendant que son œuvre constitue l’« un des plus honteux témoignages de l’indignité de notre siècle »203. Quant à l’historien Antoine Aubery, son travail est partial dans la mesure où il n’est qu’une « plume vénale (...) payée par Colbert »204. En effet, pour Boulainvilliers, l’histoire doit avoir une « utilité »205 pour le public. Avant Montesquieu, il soutient qu’elle est « la mère de la politique et de la science du gouvernement »206. Aussi, conformément à un credo qui dominera cette science jusqu’à la fin du xixeme siècle, Boulainvilliers lui reconnaît des vertus d’enseignement dans la mesure où « elle nous montre le bien pour l’imiter et le vice pour le détester »207. Cette connexion entre politique, morale et histoire pousse finalement l’auteur à faire du récit historique un discours de l’imaginaire.

- La persistance de la morale dans le discours historique

  • 208 Boulainvilliers dit : « vous trouverez au moins dans mes récits l’impartialité dont vous faites tan (...)
  • 209 Cf. D. Venturino, op. cit., p. 36. M. Venturino soutient qu’une telle attitude s’explique par le fa (...)
  • 210 H. de La Popelinière, L’Histoire des Histoires avec l’idée de l’histoire accomplie plus le dessein (...)
  • 211 Boulainvilliers, Lettre à Mademoiselle Cousinot..., op. cit., fol. 12 verso et 13 recto.

32Même si Boulainvilliers admet qu’une histoire scientifique doit tendre à l’impartialité208, il n’en concède pas moins que la subjectivité de l’historien ne saurait être complètement effacée209. Favorable à une attitude active de l’historien, il redécouvre l’exigence, au demeurant déjà énoncée par La Popelinière au xvieme siècle210, de l’établissement d’un « plan d’étude » ou d’un véritable « dessein » préalable à toutes recherches211. Boulainvilliers affirme donc que la conception d’une hypothèse de recherche doit intervenir avant toute investigation historique. Dès lors, il est appelé à se confronter au problème de la subjectivité incontournable de l’historien. Ainsi, malgré son engagement pour une histoire objective, Boulainvilliers va-t-il, sans éprouver aucune gêne, écrire une histoire où ses motivations transparaissent très clairement. Cette acrobatie intellectuelle lui est d’autant plus facile qu’il s’appuie sur une théorie relativiste de la connaissance, ce qu’oublient étrangement ceux qui ne mesurent la dimension de son œuvre qu’à l’aune de la polémique.

  • 212 Boulainvilliers résume parfaitement cette position lorsqu’il dit : « je tâcherais de concilier les (...)
  • 213 Boulainvilliers révèle son but en écrivant : « je soutiens que Mahomet, imposteur, n ’a été ni gros (...)

33D’ailleurs, Boulainvilliers n’identifie pas clairement le but général qu’il fixe à son discours historique. À vrai dire, à l’hétérogénéité de ses ouvrages d’histoire correspondent différents desseins. Ainsi, son abrégé d’histoire universelle semble n’avoir été conçu que pour donner un aperçu de la naissance d’un monde fondé sur des sources bibliques et profanes liées à un certain rationalisme212. La déformation de la réalité est d’autant plus facilitée par la fragilité des sources, qu’elle s’avère essentiellement descriptive et non explicative. Lorsque Boulainvilliers retrace la vie de Mahomet, sa transformation de la réalité historique est tout aussi évidente. En effet, il subordonne les données, qu’il récupère chez les orientalistes du xviième siècle, à sa volonté de rendre justice au prophète arabe, trop galvaudé à son goût213.

  • 214 Ainsi, loin d’idéaliser son ordre, Boulainvilliers concède que « si pareillement la noblesse ne fut (...)
  • 215 Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 16.

34Inversement, l’histoire de France amène l’aristocrate à une construction discursive largement plus élaborée, et où les rapports entre réalité et imaginaire sont moins évidents que dans les ouvrages précédemment évoqués. Le dessein qui pousse Boulainvilliers ne saurait se réduire à la défense des intérêts purement partisans de la noblesse de race214. Plus largement, il veut légitimer la société d’ancienne France alors en crise. Initiant la démarche de l’historiographie libérale du xixème siècle, son schéma s’assimile à l’histoire de la liberté originaire de la nation française215. Son intérêt réside en fait dans la restauration d’un passé qu’il pense, d’une part, en tant que point de référence de l’ordre politique, et d’autre part, en tant qu’équilibre idéal de la société de son temps. De fait, cette histoire téléologique conduit Boulainvilliers à déformer le riche matériau historique dont il dispose. Il recourt à différents mécanismes discursifs qui peuvent, à certains moments, s’écarter des règles de la critique historique et érudite posées par Mabillon ou de celles de l’hypercriticisme de Bayle.

  • 216 Il en va ainsi par exemple de ses citations de Hincmar de Reims, Lettres sur les anciens Parlements (...)
  • 217 Cette faiblesse de la critique interne est un trait général qu’il est possible de retrouver chez le (...)
  • 218 C’est tout le sens de la démarche de Boulainvilliers dans ses Lettres sur les anciens Parlements de (...)
  • 219 Cf. Boulainvilliers dans ses Essais sur la noblesse de France..., édité bien après la mort de son a (...)
  • 220 Boulainvilliers estime que « les françois étaient dans leur origine un peuple du nord étranger à l’ (...)

35Il est à noter que Boulainvilliers restitue assez fidèlement les textes cités in extenso, pour les besoins de sa démonstration216. Il joue ainsi sur la signification des documents qui sont à sa disposition, dans le but d’infléchir les faits à son raisonnement, faisant fi de toute critique interne du matériau historique217. L’auteur applique aussi parfois à la réalité historique un concept abstrait qu’il a lui-même forgé. Ainsi, soucieux de retrouver dans l’histoire une assemblée de la nation garante de la liberté, il assimile des réalités institutionnelles aussi hétérogènes que les assemblées germaniques, mérovingiennes, carolingiennes, la curia régis ou les assemblées féodales, les réunions d’états généraux ou même les assemblées de notables218. Il essaye ensuite de retrouver certains concepts anachroniques dans l’histoire la plus éloignée, afin de fonder l’ancienneté et donc la légitimité de la société d’un xviième siècle touchant à sa fin. Il redécouvre, ce faisant, les traces du concept juridique de "noblesse", témoin de la société trifonctionnelle, et ce, bien avant le xiiième siècle, moment de sa cristallisation en France219. De la même manière, il qualifie, à la suite des historiens du xvième siècle, les Francs de « françois »220, afin de conférer aux français du Grand siècle une légitimité historique bien antérieure à l’établissement de la monarchie. Il fonde par là même l’idée d’autonomie de la société par rapport au roi.

  • 221 Afin de démontrer l’exemption générale d’impôt, Boulainvilliers rappelle que Grégoire de Tours avai (...)
  • 222 Boulainvilliers, commentant l’ordonnance de décembre 1355, dit qu’elle « fixe irrévocablement le dr (...)

36Parallèlement, l’imaginaire de Boulainvilliers le force à exagérer la portée d’une situation ou d’un acte. Ainsi, pour démontrer l’authenticité de l’exemption fiscale dont bénéficiaient les Francs sous les premiers Mérovingiens, l’historien confère une portée générale à un passage de Grégoire de Tours alors que ce dernier ne visait qu’une situation particulière221. De la même manière, il exagère la portée de l’ordonnance du 3 mars 1357 qui organisait une véritable monarchie tempérée. À l’encontre de la réalité historique connue, Boulainvilliers minore ses caractères d’exception qui empêchent de lui conférer une valeur de précédent historique significatif. Il soutient, bien au contraire, que cet acte établit le droit véritable de la monarchie française222.

  • 223 Grégoire de Tours, Histoire des francs, op. cit., L. II, XXVII, pp. 115- 116.
  • 224 Voir H. Duranton, op. cit.
  • 225 J. Le Laboureur, Histoire de la pairie de France..., op. cit., p. 7 des 13 premières pages placées (...)
  • 226 Boulainvilliers, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 21. Boulainvillier (...)
  • 227 Boulainvilliers critique la brutalité de Clovis. Il soutient que, comme roi, Clovis ne pouvait puni (...)
  • 228 Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 40.
  • 229 Ibid., T. I, p. 100.
  • 230 Ibid., T. I, p. 37. Sur l’exaltation de Charlemagne, Boulainvilliers a consacré sa Deuxième Lettre (...)

37Convaincu de l’importance du rôle joué par les princes dans l’histoire, Boulainvilliers déforme également le portrait de certains monarques, dans le but d’harmoniser son scénario historique. Il suffira, pour illustrer ce procédé discursif, de citer les deux exemples extrêmes de Clovis et de Charlemagne. Boulainvilliers évoque l’image de Clovis en analysant l’épisode du vase de Soissons. Cet événement, relaté par Grégoire de Tours223, devait recouvrir une résonance politique particulière lors de la discussion sur la nature de la monarchie, discussion qui va d’ailleurs secouer la seconde moitié du xviième siècle et le xviiième siècle224. Boulainvilliers, s’engageant dans la controverse, dépeint alors, sans fondement réel, le roi Franc comme le premier roi absolu. Reprenant une interprétation contestable de Jean le Laboureur225, il affirme que le partage entre le roi et les guerriers aurait dû être égalitaire226. Clovis, en réclamant le vase de Soissons et en tuant, plus tard, le guerrier rebelle, aurait ainsi commis des actes despotiques227. À l’inverse de Clovis, et sans plus de justification historique, Charlemagne se trouve paré de toutes les vertus. Ce restaurateur des assemblées de la nation228, cet initiateur de la féodalité229, se voit prêter l’intention de « faire le bien à l’avantage du public, et de ne tirer sa gloire que du bien être vivant sous son empire »230

  • 231 Boulainvilliers, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., pp. 16-49.
  • 232 Boulainvilliers, traitant de la procédure des délibérations de l’assemblée, dit qu’il y a « peu de (...)

38Enfin, quand Boulainvilliers ne peut s’appuyer sur un document, il n’hésite pas à glisser dans l’affabulation. Il est significatif de noter que les références aux auteurs, pourtant si abondantes tout au long de l’ouvrage, se font alors plus rares lorsqu’il décrit les institutions franques mythiques231. Plus caractéristique encore est la description qu’il donne de l’assemblée mythique de la nation franque après la conquête de la Gaule, et qui repose, de l’aveu même de l’auteur, sur une supposition232.

  • 233 H.A. Ellis, Boulainvilliers and the French Monarchy : Aristocratic Politics in Early Eighteenth-cen (...)
  • 234 Ibid., p. 212.
  • 235 Voir la critique de D. Venturino, op. cit., p. XVI (n. 29).
  • 236 Selon l’expression de C. Jouhaud, « Propagande et action au temps de la Fronde », in Culture et idé (...)

39Ces procédés discursifs qui déforment la réalité ressemblent, il est vrai, à ceux utilisés pour bâtir le discours politique. De plus, il est indéniable que les œuvres de Boulainvilliers recèlent une dimension polémique. Pour autant, peut-on, à l’instar de H.A. Ellis, ne voir en Boulainvilliers qu’un « idéologue nobiliaire, un polémiste ainsi qu’un client et un conseiller des princes »233, et analyser ses œuvres comme de simples réponses politiques, imitant ainsi la démarche suivie par C. Jouhaud, dans son étude des pamphlets de la Fronde234 ? Une telle méthode peut apparaître abusive235. En effet, par delà la faiblesse de la documentation portant sur les relations entre Boulainvilliers et ses puissants protecteurs, le contenu de son œuvre infirme l’interprétation de H.A. Ellis, dans la mesure où elle ne saurait se réduire à une « idéologie de l’action »236.

  • 237 Montesquieu, De l’esprit des lois ou du rapport que les lois doivent avoir avec la constitution de (...)
  • 238 Voir notamment les Mémoires adressés au Régent (référence de l’imprimé, voir bibliographie).

40Boulainvilliers dépasse toute finalité strictement partisane. Son œuvre n’est pas, comme l’a écrit abusivement Montesquieu, « une conjuration contre le tiers état »237, mais plutôt une simple défense du monde en crise auquel il appartient pleinement. Même si l’historien cherche parfois à susciter l’action politique238, il veut surtout, au travers de ses ouvrages, donner une explication, aussi biaisée soit-elle, de la genèse de la société et du système politique français. Le préjugé convole chez lui avec la recherche de la scientificité. La volonté qu’a Boulainvilliers d’élaborer une œuvre éminemment historiographique s’avère en ce sens indéniable.

  • 239 Op. cit.
  • 240 Op. cit.

41Ce souhait apparaît clairement dans son histoire de France, à travers sa manière de combiner l’analyse thématique et le récit chronologique. L’intention de l’auteur n’est pas seulement de construire un discours politique, mais un discours historique cohérent, qui rende compte des causes de l’évolution du royaume de France. Au fond, Boulainvilliers tente de valider l’hypothèse historique qui guide toute la trame de sa démarche, au risque d’infléchir les faits par le recours à la déformation. Ainsi, reprenant en cela la tradition annalistique médiévale, il restitue le passé national en suivant la chronologie. Mais, dans son Mémoire sur l’ancien gouvernement de la France239, il développe une analyse thématique en décrivant la société et le système politique franc lors de la conquête. Celle-ci va former dans son récit un pôle d’attraction sémantique. De fait, la relation chronologique des cinq siècles suivants, ne prend sa signification qu’à partir de la description du monde franc des origines. Dans ses Quatorze lettres sur les anciens Parlements de France...240, il mêle bien plus encore la démarche chronologique et l’approche thématique, si bien que la recherche d’une assemblée représentative mythique, qui aurait perduré depuis Charlemagne, est l’occasion de révéler le rouage essentiel du déroulement de l’histoire de France.

  • 241 Cf. IIIème partie.

42Dès lors, il est possible de dire que Boulainvilliers n’est pas un simple idéologue activiste. C’est un véritable publiciste qui, au moyen d’une théorie spécifique de l’histoire institutionnelle, veut, d’une part, donner une explication cohérente de la crise sociale que connaît la société du Grand siècle, et d’autre part, réduire la signification et la portée de cette crise. D’ailleurs, comment expliquer autrement que des acteurs d’horizons idéologiques si différents, comme les membres de la célèbre Académie des Inscriptions et Belles Lettres du xviiième siècle ou comme les historiens du xixème siècle, aient accepté de s’interroger sur les origines de la France, et ce, en reprenant, pour le discuter, le prisme du paradigme germaniste formulé par Boulainvilliers241 ? En d’autres termes, un simple message idéologique aurait-il pu être accepté au titre de catégorie épistémologique propre pour penser l’histoire de France pendant deux siècles ? Il est légitimement possible d’en douter.

SECTION II - LES LINÉAMENTS D’UNE CONCEPTION DE L’HISTOIRE DES SOCIÉTÉS

43Il n’existe pas chez Henri de Boulainvilliers une véritable théorie élaborée du développement général des sociétés. Tout au plus, est-il possible de parler de quelques idées sur le sujet. Celles-ci portent tout d’abord sur la place de l’homme dans l’histoire et ensuite sur le fondement des sociétés politiques.

§ 1 - La place du déterminisme et de la liberté dans l’histoire

44La question centrale qui articule la conception historique de Boulainvilliers est celle qui hante tous les historiens. Elle réside dans le fait de savoir si l’homme fait l’histoire ou si l’histoire fait l’homme.

  • 242 Voir les positions de J. Ehrard, L’idée de nature en France dans la première moitié du xviiième siè (...)
  • 243 J. Bodin, La méthode de l’histoire (1566), version traduite par P. Mesnard, Publications de la Facu (...)
  • 244 J. Bodin prétend que « l’influence des lieux » est causée par « les conditions hydrographiques et a (...)
  • 245 J. Bodin associe « Saturne à tranquillité, Jupiter au juste », La méthode de l’histoire, p. 94.

45Cette interrogation pousse Boulainvilliers à rechercher ce qui conditionne les actions de l’homme dans l’évolution du temps. L’auteur reconnaît qu’un certain déterminisme astrologique pèse sur l’histoire des hommes, ce qui a conduit certains auteurs à soutenir qu’il reprenait la théorie des climats242. Cette interprétation hâtive repose sur une confusion entre déterminisme astrologique et déterminisme climatique. Déjà, au xvième siècle, Bodin distinguait l’influence « des lieux » de celle des « corps célestes »243. La première impliquait que les facteurs climatiques avaient une influence sur la constitution physique des hommes ainsi que sur leur idiosyncrasie psychologique244. Or, la théorie de l’influence des corps associe à la force prétendue d’une planète un caractère humain ou une vertu245. C’est à cette seconde forme de déterminisme historique qu’adhère Boulainvilliers. Dévoilant son système, il affirme :

  • 246 Boulainvilliers, Histoire du mouvement de l’apogée du soleil..., op. cit., p. 140.

« il s’agit pour l’entière justification de cette science (astrologie) de remonter la relation intime qui est entre l’espèce de cause physique que je propose (apogée du soleil) et la morale prise dans les sentiments communs. (...) Les hommes sont déterminés à agir par deux causes ordinaires auxquelles toutes les autres sont relatives, et que ces causes sont physiquement Mars et Vénus, moralement l’intérêt et la force avec leurs motifs subordonnés, savoir à l’égard de Mars le désir de la domination et l’impétuosité du cœur humain et à l’égard de Vénus le plaisir et la persuasion (...) ce sont les principes de tout ce qui s’est fait »246.

  • 247 R. Mercier, « La théorie des climats des "Réflexions critiques" à "L’esprit des lois" », Revue d’Hi (...)
  • 248 II écrit : « si l’on me demande donc après cela par quelle cause physique et positive je prétends a (...)

46Boulainvilliers se distingue donc ici non seulement des premiers adeptes de la théorie des climats, tels Aristote, Hippocrate, Galien ou Polybe, mais encore des réactualisateurs de cette théorie, comme P. Sagart, J. Bodin, J. Arbuthnot, Dubos ou Montesquieu, qui associent météorologie et modulation biologique des peuples247. Pourtant, comme ces derniers, il aboutit à un relativisme historique qui explique la diversité des pays, en utilisant, il est vrai, le moyen différent d’une cause unique : l’apogée solaire248.

  • 249 Cf. M. Grenet, La passion des astres au xviième siècle. De l’astrologie à l’astronomie, Paris, Hach (...)
  • 250 D. Venturino dit que « le comte de Saint-Saire fut (...) fondamentalement étranger à toute culture (...)
  • 251 L’astrologie n’a pas pour Boulainvilliers valeur de science de prédiction, activité au demeurant co (...)
  • 252 D. Venturino, eod. loc.
  • 253 Histoire du mouvement de l’apogée du soleil..., op. cit., p. 61.
  • 254 D. Venturino, op. cit., pp. 56-57. Cette curieuse association d’idées se retrouve dans l’abrégé d’h (...)
  • 255 Boulainvilliers soutient : « je m’en rapporte à la décision commune qui, refusant aux astres le pou (...)
  • 256 D. Venturino, op. cit., p. 59.

47Cette référence à l’astrologie, tant discréditée249 en cette fin de xviième siècle, ne fait pas pour autant du comte normand un tenant de l’ésotérisme, ainsi que le fait remarquer D. Venturino250. En effet, malgré le fondement irrationnel que constitue le postulat du fatalisme astral, sa conception de l’astrologie tente de renouer avec le rationalisme251. L’astrologie ne doit donc être que le reflet de la « mécanique de la nature » et de « l’expérience raisonnable »252. D’ailleurs, Boulainvilliers soutient que son système astrologique se nourrit des découvertes de la « nouvelle astronomie »253. Ce déterminisme astrologique "rationaliste" se combine également avec une conception diffuse du providentialisme divin254 et débouche, malgré une relativisation255, sur un strict déterminisme naturaliste, inspiré de Locke et de Spinoza256.

48Pourtant, Boulainvilliers ne retient que peu de choses de cette conception philosophique dans ses travaux sur l’histoire de France.

  • 257 Lorsque Boulainvilliers s’interroge sur la chronologie pour établir son système astrologique, il pa (...)
  • 258 Abordant son système astrologique, Boulainvilliers dit : « je juge que les changements arrivés dans (...)
  • 259 D. Venturino, op. cit., pp. 193-194.

49Le legs épistémologique de ses conceptions astrologiques à sa méthode d’explication du passé national, se borne à la notion de périodes historiques dotées d’une rationalité et d’une homogénéité propres257, ainsi qu’à celle de mutation historique258. Le passage de la société franque des origines au système féodal dans les Quatorze lettres sur les parlements ou dans les Mémoires sur l’ancien gouvernement, en est l’illustration la plus parfaite. Pour autant, la description de transformations historiques ne conduit pas Boulainvilliers à écrire une histoire strictement linéaire. En effet, contrairement à ce qu’à pu soutenir D. Venturino259, la mise en place d’une périodisation ne signifie pas que l’historien normand dégage des ruptures définitives. L’histoire de France procède pour lui d’une transformation dont la légitimité se mesure par la référence constante à une origine donnée.

  • 260 Sur la persistance de la théorie des cycles chez les historiens, voir le travail de C. Lageste, La (...)
  • 261 Boulainvilliers, Essais sur la noblesse de France..., op. cit., pp. 227- 228. Sa conception cycliqu (...)

50Cette attitude s’explique par le seul fait que cet auteur ne s’est pas complètement débarrassé de la conception cyclique de l’histoire, héritée des penseurs de l’Antiquité260. Il admet d’ailleurs que « c’est une destinée commune à tous les États de longue durée. Le monde est le jouet d’une succession continuelle »261. Il illustre ce principe en analysant la montée des roturiers et la décadence de la noblesse. S’adressant à ses contemporains, il écrit :

  • 262 Ibid., pp. 228-229. À la fin de l’ouvrage Boulainvilliers insiste sur cette vision cyclique de l’hi (...)

« il ne faut point être irrité ou jaloux de l’élévation de ces familles obscures. (...) Il arrivera peut être que du nombre de nos enfants quelqu’un percera cette obscurité où nous (l’ancienne noblesse) vivons, pour rendre à notre nom son ancien éclat et alors nous ne nous plaindrons plus de la vicissitude qui nous élèvera après nous avoir abaissé »262.

  • 263 F. Rouvillois relève que Boulainvilliers adopte des positions « ambiguës sur l’histoire » et ne sau (...)
  • 264 Boulainvilliers écrit : « je ne suis pas si prévenu de l’usage, que je prétende qu’il faille (...) (...)
  • 265 Cf. Ière partie, chap. III.
  • 266 F. Rouvillois, op. cit., p. 77.
  • 267 Ibid. p. 138-139.

51En définitive, son explication du déroulement historique tient encore tout autant de la conception cyclique que linéaire du temps263. Certes, il admet les transformations sociales, considérant que la montée du tiers état ne doit pas être remise en cause264. Cependant, le rétablissement de la noblesse lui paraît une nécessité héritée de l’ordre social des origines de la France, et qui doit permettre à la monarchie d’ancien régime de retrouver sa stabilité265. De ce fait, tout en partant d’une conception de l’histoire fondée sur l’idée de décadence, il aboutit à admettre que le futur pourrait amener vers un état meilleur de société. Sans devenir un philosophe adepte d’une histoire du progrès, tel que Malebranche ou Fontenelle266, il reste un penseur de l’espoir, tranchant ainsi avec le pessimisme statique de Bayle267. Telle est la conception chronologique de Boulainvilliers historien de la France.

  • 268 L’explication que donne Boulainvilliers de la vie de Charlemagne est caractéristique de cette attit (...)
  • 269 Sur les réserves de Pasquier à l’égard du providentialisme qui caractérisait la tradition médiévale (...)

52En effet, son déterminisme astrologico-naturaliste, assimilé à un certain providentialisme, n’est pas repris dans le portrait historique qu’il dresse de son pays268. Ce paradoxe provient du fait que la méthode historique qu’emploie l’auteur est héritée des historiens humanistes et de l’École erudite, restés critiques ou tout au moins assez sceptiques à l’égard de toute forme de déterminisme physique ou providentialiste269. Pour autant, la conception que se fait Boulainvilliers de l’histoire de son pays reste attachée à un autre type de causalité, qui découle de ses positions philosophiques sur le fondement des sociétés politiques.

§ 2 - Le fondement historique des sociétés politiques

  • 270 D. Venturino, op. cit., p. 71.

53Bien que Boulainvilliers ne possède pas vraiment, à proprement parler, une conception sociologique270 du monde, il développe tout de même une réflexion sur les sociétés. De fait, son relativisme l’amène à rejeter toute théorie qui se bornerait à expliquer la genèse des sociétés, par le seul référentiel d’une nature humaine unique et intemporelle. Aussi, sa première condamnation porte sur :

  • 271 Boulainvilliers, Abrégé d’histoire universelle jusqu’à l’exode, op. cit., fol. 126.

« tous ceux qui ont traité du droit public des peuples (et) ont cherché son origine dans la nature de l’homme (...) sur ces belles idées, ils ont formé des systèmes et des lois générales de gouvernement. (...) Ils ont pris et débité pour des réalités les fictions de leur esprit »271.

  • 272 Inventaire post-mortem du domicile parisien de Boulainvilliers, A.N., M.C. XIV 255, 21 février 1722 (...)

54Ces accusations visent certainement Grotius et Pufendorf, dont Boulainvilliers possédait les ouvrages272. En effet, l’auteur rejette l’opinion de ceux qui :

  • 273 Boulainvilliers, Abrégé d’histoire universelle jusqu’à l’exode, op. cit., fol. 126-127. Le début de (...)

« ont soutenu les uns après les autres tantôt que l’homme naturellement sociable s’unissait de même avec ses pareils et que de cette union de sociétés naissait aussi naturellement un corps politique dont tous les membres étaient astreints nécessairement à de certains devoirs les uns envers les autres dont le principal est l’obéissance en vers le chef du gouvernement ; tantôt ils ont dit que la faiblesse naturelle de l’homme le portait à chercher le secours d’autrui »273.

  • 274 Boulainvilliers critique ceux qui « ont dit que ce droit naturel n’est qu’une chimère : que l’homme (...)
  • 275 Boulainvilliers écrit : « d’autres, enfin, n’ont point jugé que l’établissement des sociétés n’eut (...)
  • 276 Boulainvilliers, Abrégé d’histoire universelle jusqu’à l’exode, op. cit., fol. 129.
  • 277 Ibid., fol. 126.

55Boulainvilliers récuse aussi ceux qui, tout en rejetant le droit naturel, expliquent l’établissement des sociétés civiles en se fondant soit, à l’instar de Hobbes274, sur l’égoïsme de l’homme, soit sur le patriarcalisme d’un Bossuet275. A son sens, ces faiseurs de «.raisonnements philosophiques »276 ont tort car « ils n’ont point cherché la vérité des faits dans l’histoire, ils ont pris et débité les fictions de leur esprit »277.

  • 278 Pour une analyse approfondie de ce point, voir F. Rouvillois, op. cit., pp. 317-318.
  • 279 Abrégé d’histoire universelle jusqu’à l’exode, op. cit.., fol. 124.
  • 280 R. Simon, Henry de Boulainviller, Historien, Politique, Philosophe, Astrologue, 1658-1722, op. cit. (...)
  • 281 En effet, Boulainvilliers, utilisant la terminologie machiavélienne, dit : « les mêmes moyens, ambi (...)
  • 282 R. Pintard, Le libertinage érudit dans la première moitié du xviième siècle, Paris, Boivin, 1943, p (...)

56Aussi, l’auteur rejette la notion aristotélicienne de sociabilité naturelle en invoquant l’observation historique. Cette position provient à n’en pas douter d’une conception pessimiste de l’apparition de l’État278. Ce dernier lui paraît une institution perverse. Il n’hésite d’ailleurs pas à estimer que « si d’une part les monarchies en s’unissant un plus grand nombre d’hommes en société ont procuré la perfection des arts et des sciences, elles ont aussi causé le dérèglement des mœurs »279. Il reconnaît cependant que l’autorité de l’État est nécessaire pour lutter contre la « faiblesse » des hommes et la multiplicité des objets qui excitent leurs passions280. Cette méfiance à l’égard des sentiments humains, inspirée certainement par son spinozisme, conduit Boulainvilliers à développer une conception de l’apparition de l’État empreinte du réalisme machiavélien, voire même d’un pré-positivisme hobbésien281, héritée vraisemblablement du libertinage érudit de la première moitié du xviième siècle282.

57Pour autant, l’auteur n’écarte pas totalement l’idée d’une nature humaine transcendante pour rendre compte de la constitution des sociétés politiques. De fait, s’il rejette la conception des jusnaturalistes ainsi que leur philosophie juridique, il admet l’existence de deux principes universels. Le premier concerne le régime politique. Reprenant la quête aristotélicienne du meilleur régime, il cherche une forme de gouvernement qui puisse assurer la liberté aux hommes. Il soutient alors que :

  • 283 Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. III, p. 159.

« si l’obéissance commune de tous les membres d’un Etat assure le repos du chef, elle ne préserve pas les particuliers (...) de l’oppression. (...) // est bien certain que l’obéissance passive pratiquée par crainte étouffe la voix des malheureux (...) les livre d’autant plus à l’injustice »283.

  • 284 « A l’injustice, du pillage de leurs biens, des rançonnements, de gehenne et de la torture », Lettr (...)
  • 285 Eod. loc.
  • 286 Boulainvilliers écrit que les États, « formés sur le démembrement de l’Empire romain, ont eu une at (...)
  • 287 En effet, Boulainvilliers cherche l’apparition de l’inégalité à partir des premières monarchies d’O (...)

58Afin d’illustrer les excès de « l’autorité absolue », il rappelle, certainement influencé par Bayle, les exemples de persécutions religieuses. Il évoque alors l’expulsion des morisques d’Espagne et la révocation de l’Édit de Nantes, actes qui ont abouti à exposer directement les opprimés au massacre284. Boulainvilliers en conclut « qu’il ne peut y avoir de sûreté pour les peuples, que dans les Etats gouvernés sur les modèles donnés par les anciens destructeurs de l’Empire romain »285. L’excellence de ces gouvernements « barbares » réside, pour lui, dans l’équilibre caractéristique de la monarchie tempérée286 dont il fait découler la légitimité du « sens droit et commun », c’est-à-dire de la raison humaine. Selon lui, cette dernière joue également un rôle dans l’organisation sociale. Il soutient d’ailleurs que la raison impose aux hommes l’inégalité sociale. Ses réflexions sur le fondement des sociétés287 le conduisent à écrire :

  • 288 Ibid., p. 1.

« Il est certain que dans le droit commun tous les hommes sont égaux. La violence a introduit les distinctions de la liberté et de l’esclavage, de la noblesse et de la roture ; mais quoique cette origine soit vicieuse, il y a si longtemps que l’usage en est établi dans le monde, qu ’elle a acquis force d’une loi naturelle »288.

  • 289 Voir sur ce point, S. Goyard-Fabre, Montesquieu : la nature, les lois, la liberté, Paris, P.U.F., 1 (...)
  • 290 Sur la prescription chez Hume voir P. Carrive, La pensée politique anglaise de Hooker à Hume, P.U.F (...)
  • 291 Ces deux philosophes accordent une place centrale aux passions pour justifier la cohésion de la soc (...)

59Ainsi, l’institution qui découle d’une loi naturelle ne dérive pas strictement d’un ordre divin transcendant, antérieur à l’action des hommes, comme chez Domat ou Montesquieu289. Fidèle à l’esprit du droit coutumier de l’ancienne France, Boulainvilliers estime que la légitimité d’une institution réside avant tout dans son ancienneté et dans sa rationalité (idée de nature). Cette idée d’un droit historique rationnel n’est pas sans rappeler la prescription que Hume puis Burke érigèrent en véritable concept politique290. Cependant, la notion d’ordre naturel transcendant, qui demeure en filigrane dans la pensée de Boulainvilliers, reste étrangère aux systèmes des deux philosophes anglais291.

  • 292 Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 132.
  • 293 Traitant de l’application du principe de l’inégalité sociale en France, Boulainvilliers estime qu’ (...)
  • 294 « Les pauvres serfs, qui par la continuité de leurs travaux, et par la consommation des denrées, qu (...)
  • 295 D. Venturino, op. cit., p. 65.
  • 296 Ce relativisme découle de sa conception du comparatisme des sociétés. 11 en définit ainsi les princ (...)
  • 297 Sur la notion de génie national chez Boulainvilliers qui est selon D. Venturino « le principe d’ind (...)
  • 298 Sur cette articulation entre droit naturel et droit positif voir J. Goldzink, « Les droits naturels (...)

60La persistance de cette forme atténuée de naturalisme a une fonction. Elle permet à l’auteur d’éviter, malgré une conception institutionnelle fondée sur la violence, de bifurquer vers un amoralisme. En effet, si une institution peut naître de la violence, sa pérennisation, en revanche, dépend de « l’humanité naturelle »292 qui doit amener les hommes à en gommer les vices293. Pour autant, la vision pessimiste de l’homme dans l’État, asservi au déchaînement des passions, le pousse à rejeter toute vision d’une moralité religieuse désintéressée, et ce, au profit d’une moralité issue de la seule raison humaine294. Ainsi, comme l’a fort justement noté D. Venturino, la critique du jusnaturalisme n’empêche pas Boulainvilliers de récupérer certains arguments de cette doctrine295. Mais l’auteur s’écarte de la conception jusnaturaliste en ce qu’il refuse de déduire de principes généraux un système de droit détaillé, unique et valable pour tous les hommes. Les institutions positives qui découlent du principe du gouvernement modéré et de l’inégalité sociale, ne se concrétisent pas forcément de la même manière dans chaque pays. Au fond, Boulainvilliers respecte la diversité des nations296, en ce sens que les institutions positives découlent de leur « génie » particulier297. Au carrefour du relativisme et de l’universalisme, cette conception médiane du droit naturel sera en partie reprise et développée par Montesquieu. Ce dernier, tout en reconnaissant l’existence d’un droit naturel, n’en recherchera pas moins « l’esprit des lois » de chaque pays298. Il écrit d’ailleurs, assez significativement :

  • 299 Montesquieu, De l’esprit des lois..., op. cit., T. II, L. I, chap. III., p. 237

« les lois civiles et politiques de chaque nation ne doivent être que les cas particuliers où s’applique cette raison humaine. Elles doivent être tellement propres au peuple pour lequel elles sont faites, que c’est un très grand hasard si celles d’une nation peuvent convenir à une autre »299.

61Bien sûr, les réflexions de Montesquieu sur ce sujet dépassent de loin les quelques idées de Boulainvilliers. Mais cette singulière articulation entre droit naturel et droit positif, trahit chez les deux auteurs une même volonté quelque peu paradoxale. En effet, ils souhaitent pouvoir conserver un jugement sur le droit constitué, tout en rendant compte des institutions existantes de la manière la plus rationnelle possible. Au fond, Montesquieu et Boulainvilliers tentent de concilier de manière originale à la fois la raison, la science et la morale. Cependant, à la différence du parlementaire bordelais, l’historien normand ne se sert que de l’histoire de France pour élaborer sa pensée politique.

***

62La méthode de Boulainvilliers repose essentiellement sur le primat de l’expérience historique. Elle se fonde sur la préémnence de la mémoire comme point de départ de toute approche de la vérité. Les opérations intellectuelles abstraites permises par la raison ne sont possibles qu’à partir de l’acquis mémoriel. Aussi, l’auteur pose-t-il la primauté de l’histoire sur la raison. Ceci s’explique par son attachement au sensualisme qui le pousse à favoriser la forme acquise du savoir au détriment de la connaissance innée. La conception de Boulainvilliers reste donc originale puisqu’elle s’oppose à celle des plus grands auteurs rationalistes du xviième siècle, hostiles aux sciences fondées sur la mémoire.

  • 300 R. Mercier, « Une controverse sur la vérité historique », in La Régence, Actes du colloque organisé (...)

63La spécificité de sa méthode le conduit inévitablement à encourager l’établissement d’une véritable science de l’histoire. Boulainvilliers en puise les bases directement à la source principale de l’époque, l’École érudite des historiens français des xvième siècle et des auteurs du xviième siècle, ainsi que chez Bayle, l’un des rares rationalistes dont la révérence à l’égard de l’histoire est demeurée somme toute intacte. Il est donc amené à participer au débat sur la vérité historique, qui opposera philosophes et historiens au début du xviiième siècle. Ses idées auront un écho notable puisque ses réflexions sur l’évidence historique ont certainement influencé Fréret, qualifié par R. Mercier d’auteur de la première « Charte des sciences humaines »300.

  • 301 Cf. Ière partie.

64Boulainvilliers n’échappe cependant pas au travers inhérent à l’historien du xviiième siècle. Il fait œuvre de moraliste et se laisse aller à son imaginaire. Après tout, presque deux siècles plus tard, B. Croce reconnaîtra que l’historien est asservi à son époque. Pour autant, l’attitude de Boulainvilliers ne saurait être seulement réduite à celle d’un pamphlétaire nobiliaire. Son œuvre historique témoigne d’une réelle volonté de jeter les bases d’une méthode historiographique. Bien sûr, le préjugé nobiliaire reste présent dans son analyse. Mais sa conception de l’histoire n’est pas celle d’un aristocrate rigide. Son désir dépasse le simple intérêt de caste. Il veut défendre l’autonomie de la société de l’ancienne France contre l’action absolutiste301. Dès lors, sa volonté politique provocatrice nourrit ses hardiesses historiographiques. Au fond, sa lutte avec les historiens monarchistes accentue la richesse de ses théories historiques.

65Toutefois, force est de reconnaître que Boulainvilliers ne dégage pas vraiment de conception générale de l’histoire. Son explication du commencement des sociétés historiques tient en partie de la tradition naturaliste. Toutefois, elle en constitue une sévère critique. Cette révérence en demi teinte s’explique par le fait qu’elle n’est qu’une concession accordée au rationalisme universaliste de la part d’un tenant d’une philosophie politique réaliste et relativiste.

  • 302 Cf. les introductions respectives des Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit. et (...)

66Cette reconnaissance des diversités n’empêche pas Boulainvilliers de témoigner d’un certain ethnocentrisme propre aux hommes des Lumières. De fait, la France reste l’objet principal de ses préoccupations. Il veut en faire l’histoire, afin de rappeler aux français trop oublieux du passé302, que l’organisation originaire de leur société politique diffère totalement des conceptions absolutistes. Boulainvilliers va alors s’efforcer d’utiliser une histoire déformée pour critiquer l’action de la monarchie absolue et proposer une alternative politique.

Notes

87 M. Foucault, Il faut défendre la société, Cours au collège de France (1976), Paris, Seuil/Gallimard "Hautes Études", février 1997, p. 102.

88 J.-B. Van Helmont (1577-1644), médecin et chimiste belge, tenant de la théorie de la génération spontanée, dont la méthode expérimentale reste insuffisamment précise et assez proche des illuministes et des alchimistes. Sauf indications contraires, les éléments biographiques utilisées dans cette étude sont tirées de Firmin Didot, frères, nouvelles biographie générale, Paris, 46 volumes (1854-1866).

89 Sur l’exposé des emprunts de Boulainvilliers et sur l’originalité de sa philosophie, Voir R. Simon, Henry de Boulainviller, Historien, Politique, Philosophe, Astrologue, 1658-1722, op. cit., pp. 358-582 et pour le renouvellement de l’analyse, D. Venturino, op. cit., pp. 2-158.

90 Boulainvilliers, Idée d’un système général de la nature. Ce traité resté manuscrit a été daté à 1683 par R. Simon dans sa thèse. Cette datation n’a plus été remise en cause, R. Simon, op. cit., p. 358. Mme Simon a publié cette œuvre dans le recueil des œuvres philosophiques de l’auteur, Henry de Boulainviller. Oeuvres philosophiques, La Haye, Martinus Nijhoff, 1975, T. II, pp. 145-276.

91 Boulainvilliers, Idée d’un système général..., ibid., T. II, p. 219.

92 D. Venturino, op. cit., p. 6.

93 R. Descartes, Règles pour la direction de l’esprit, in Oeuvres et lettres, Paris, Gallimard "La Pléiade", 1953, 7, p. 57.

94 Spinoza affirme que « le quatrième (mode de connaissance), qui a la connaissance la plus claire, n’a besoin ni du ouï-dire, ni de l’expérience, ni de l’art de raisonner, parce que son intuition est claire, il aperçoit aussitôt la proportionnalité dans tous les calculs ». Le philosophe soutient alors que la connaissance claire « l’emporte beaucoup sur les autres », Court Traité, in Oeuvres complètes, Paris, Gallimard "La Pléiade", 1954,1, 3. p. 45.

95 Boulainvilliers, Idée d’un système général..., op. cit., T. II, p. 219.

96 Boulainvilliers revient sur sa position dans sa Considération abrégée des opérations de l’entendement humain sur les idées, Considération sur les jugements de l’esprit humain et leur énonciation, Considérations sur les différentes méthodes de disposer nos jugements pour parvenir à la connaissance de la vérité, Jugements sur la nature de l’être et ses propriétés, in Henri de Boulainviller. Oeuvres philosophiques, op. cit., T. II, pp. 1-63. Cette dernière œuvre semble bien être postérieure à l’ouvrage de 1683. En effet, Boulainvilliers affirme dans une lettre que son Idée d’un système général de la nature n’est qu’un témoignage « des idées de sa jeunesse », Idée d’un système général..., op. cit., T. II, p. 146.

97 Ibid., T. II, p. 217.

98 Ibid., T. II, p. 218.

99 Eod. Loc.

100 Boulainvilliers affirme que « les enfants, les jeunes gens qui ont peu vu raisonnent peu, parce qu’ils ont peu d’espèces », eod. loc. Il a une formule plus explicite, reprenant une idée d’Aristote selon laquelle, « l’esprit de l’homme est d’abord une table rase », Boulainvilliers, Considération abrégée des opérations de l’entendement humain sur les idées..., ibid., p. 1. Il se réfère en fait au célèbre passage dans lequel Aristote employait le concept de « catharsis » pour définir la purification des sentiments qu’éprouve tout homme devant l’art poétique et tragique, remède d’ailleurs à la pitié et à la crainte, Poétique, Paris, Les Belles Lettres, 1965, 6, 2, 1449 b 27, p. 37.

101 Boulainvilliers, Idée d’un système général..., op. cit., T. II, p. 218.

102 Eod loc.

103 Ibid., T. II, p. 219.

104 II affirme que « l’âme (...) ne peut faire aucune opération spirituelle que par l’organe de la mémoire et la mémoire a son lieu dans le cerveau », Idée d’un système général..., op. cit., T. II, p. 244.

105 Eod. loc.

106 Il écrit : « si l’idée se perd, c’est oubli, et souvent l’idée de la chose s’efface pendant que l’idée de l’avoir sue demeure. Si la splendeur de l’âme se porte sans obstacle à la mémoire, les notions sont nettes, la science claire et obscure à proportion », Idée d’un système général..., op. cit., T. II, p. 245.

107 Considération abrégée des opérations de l’entendement humain sur les idées, op. cit., T. II, p. 1-63.

108 Ibid., T. II, p. 22.

109 Ibid., T. II, p. 23.

110 Eod. loc.

111 Eod. loc.

112 R. Descartes, op. cit., eod. loc.

113 N. De Malebranche dit, en effet, qu’« en un mot toutes les sciences qui dépendent de la mémoire sont promptement de ces sciences qui enflent à cause qu’elles ont de l’éclat et qu’elles donnent beaucoup de vanité à ceux qui les possèdent », De la recherche de la vérité, in Oeuvres, Paris, Gallimard. "La Pléiade", 1979, T. I, L. II, IIème partie, chap. IV, p. 216.

114 B. Spinoza affirme : « c’est pourquoi puisque la mémoire acquiert de la force par l’action de l’entendement ou sans elle, cela prouve qu’elle est autre chose que l’entendement, et que dans l’entendement, considéré en soi, il n’y a ni mémoire ni oubli », De la réforme de l’entendement, in Oeuvres complètes, op. cit., § 82, p. 81.

115 Tout en révérant l’usage et l’autorité de l’Histoire, J. Locke lui dénie la possession de la certitude car elle ne repose pas sur la connaissance directe, mais sur la mémoire laissée par les siècles passés, Essai philosophique concernant l’entendement humain, L. IV, chap. XVI, §11.

116 D. Venturino, op. cit., p. 26.

117 L’expression est de D. Venturino. En effet, ce dernier intitule en partie son ouvrage « La raison de la tradition ». Il parle de « tradition rationnellement vérifiée » (op. cit., p. 25) ou de « tradition rationalisée, condition indispensable à une nouvelle pensée philonobiliaire », ibid., p. 26.

118 Selon l’expression de R. Mandrou, Introduction à la France moderne. Essai de psychologie historique 1500-1640, Paris, A. Michel, 1961, pp. 347-353.

119 R. Mandrou rappelle que les hommes de la France moderne sont des « hommes de tradition, ils acceptent tout ce qui est marqué d’autorité », op. cit., p. 260.

120 H.A. Ellis, « Genealogy, History, and Aristocratic Reaction in Early Eighteenth-Century France : the Case of Henri de Boulainvilliers », op. cit., p. 415. Pour une illustration de ce mode de pensée, voir, M.-B. Bruguière, « Saint-Simon et la succession anglaise : de curieux silences généalogiques », in Hommage à R. Szramkiewicz, Paris, Litec, 1998, pp. 201-212.

121 Ainsi, les institutions juridiques trouvent leur légitimité dans leur ancienneté. C’est tout le sens de ses recherches historiques sur l’ancien gouvernement de la France. Boulainvilliers précise sa conception du droit coutumier en ces termes : « il n’est pas aisé de décider si la simplicité de nos pères était un vice ou une vertu. (...) Ils n’avaient point originairement l’usage des lettres et en cela bien inférieurs aux autres nations septentrionales, leurs lois ne subsistaient, par conséquent, que dans la mémoire des juges », Essais sur la noblesse de France..., op. cit., pp. 273-274. Dans ce passage, Boulainvilliers ne remet pas en cause l’origine coutumière du droit. Simplement, il est favorable à la rédaction des coutumes, processus entamé, au demeurant, depuis 1453. Les coutumes rédigées étaient considérées, en elles-mêmes, comme faisant toujours partie du droit coutumier. D’ailleurs, si les juristes de l’ancienne France ont estimé que les coutumes codifiées pouvaient être assimilées aux lois royales, ce n’est pas parce que la règle devenait écrite, mais seulement parce que la volonté du roi était nécessaire pour valider juridiquement la codification, cf. J. Gaudemet, Les naissances du droit. Le temps, le pouvoir et la science au service du droit, Paris, Montchrestien, 1997, pp. 44-45.

122 Voir, verbo "Tradition", in R. Boudon et F. Bourricaud, Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, P.U.F., 1986, pp. 635-641.

123 Parmi les phénomènes d’acculturation, dans l’histoire, l’attitude mentale de Boulainvilliers s’identifierait à une forme d’intégration. N. Wachtel en donne une définition en disant que « dans le processus d’intégration, les éléments étrangers sont incorporés dans le système indigène, qui les soumet à ses propres schèmes et catégories ; et même s’ils provoquent des changements dans l’ensemble de la société, cette réorganisation prend sens à l’intérieur des modèles et des valeurs autochtones », « L’acculturation », in J. Le Goff et P. Nora (sous la dir. de), Faire de l’histoire. Nouveaux problèmes, Paris, Gallimard, 1974, T. I, p. 182.

124 Boulainvilliers, Idée d’un système général..., op. cit., T. II, p. 245.

125 C.G. Dubois, « Conscience et imaginaire historiques en France au xvième siècle », in du même auteur, Mots et règles jeux et délires. Études sur l’imaginaire verbal au xvième siècle, Paris, Paradigme, 1992, pp. 225-246. D’ailleurs, Boulainvilliers reconnaît une place spécifique à l’imaginaire dans le processus général de connaissance. Il affirme, en effet, que « l’imagination est la puissance qui remue les idées, qui les tire de la foule, qui les arrange, les joint, les sépare, comme il lui plaît ; ou pour parler plus proprement, c’est la volonté de l’âme, appliquée à des idées, qui les remue aussi matériellement qu’elle remue le pied ou la main, tantôt volontairement, tantôt à l’occasion de certains objets », Idée d’un système général..., op. cit., T. II, p. 244.

126 G. Gargallo di Castel Lentini, Boulainvilliers e la storiografia dell’ illumismo francese, Napoli, Gianini, 1954, pp. 33-78 ; G.C. Corada, « La concezione della storia nel pensiero di Henry de Boulainvilliers », A.C.M.E., Annali della facoltà di lettere e filosofia dell universita degli studi di Milano, septembre-décembre 1975, vol. XXVIII, fasc. III, pp. 311-313 ; D. Venturino, op. cit., p. 27.

127 Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 14

128 Au xvième siècle, le discours historique, en France, est articulé autour d’une tension particulièrement vive entre raison scientifique et imaginaire, cf C.G. Dubois, op. cit. Toutefois, certains historiens humanistes comme Pasquier, Bodin, La Popelinière insistent plus volontiers sur le caractère scientifique de l’histoire. Ainsi, Pasquier adopte un véritable appareil scientifique raisonné et précis, voir P. Bouteiller, « Un historien du xvième siècle : Etienne Pasquier », Bibliothèque d’Humanisme et de Renaissance "Travaux", 1945, T. VI, pp. 357-392 (analyse détaillée des sources de Pasquier). La Popelinière, qui a subi l’influence de Bodin dans son Histoire des histoires... publiée en 1599, insiste également sur les exigences scientifiques que doit revêtir l’histoire, voir M. Yardéni, « La conception de l’histoire dans l’œuvre de La Popelinière », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, avril-juin 1964, T. XI, pp. 109-126. Il faut, d’ailleurs, noter que la méthode utilisée par les juristes pour la critique des textes a certainement contribué largement à dégager, à cette époque, l’histoire de la littérature. De fait, les deux plus grands historiographes du xvième siècle, Pasquier et Bodin, étaient des juristes et la connexion entre méthode juridique et historique est évidente dans leur œuvre. Ils ont beaucoup influencé les historiens humanistes du xvième siècle. Sur cette connexion entre droit et histoire de manière plus générale, voir B. Guénée, Histoire et culture historique dans l’occident médiéval, Paris, Aubier, 1980, pp. 33-35 et P. Nerhot, « Au commencement était le Droit », Autrement, "série mutations", janvier 1995, N° 150-151, pp. 82-95 (qui référence l’ensemble des travaux de cet auteur en langue anglaise sur le sujet). À l’inverse, sur la persistance des historiens qui, du xvième au xviiième siècle, souhaitaient ne faire de l’histoire qu’un genre littéraire voir, P.K. Leffler, « The "Histoire raisonnée" : 1660-1720. A pre-Enlightenment Genre », The Journal of the History of Ideas, 1976, T. XXXVII, pp. 219-240 et J.-P. Guicciardi, « La dialectique de la vérité et de l’erreur dans quelques "Artes historiae" (fin xviième et début xviiième siècle) », in L’histoire au xviiième siècle, Colloque d’Aix-en-Provence (mai 1975), Aix-en-Provence, E.D.IS.U.D., 1980, pp. 3-27. D. Venturino souligne, d’ailleurs, que Boulainvilliers renonce à faire parler ses personnages avec des discours inventés, op. cit., eod. loc. (n. 79).

129 H. Evans, L’historien Mézeray et la conception de l’histoire en France au xviième siècle, thèse Lettres, Paris, 1930, pp. 86-89.

130 Boulainvilliers soutient d’ailleurs que « la rareté des historiens français (...) a une cause (...) qu’il est plus à propos de la chercher dans notre propre caractère, dont la connaissance est peut-être capable toute seule d’arrêter un homme qui pourrait écrire une bonne histoire, par la crainte d’ennuyer le plus grand nombre », Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 8.

131 Boulainvilliers, Lettre à Mademoiselle Cousinot sur l’histoire et sa méthode (1707), B.M. Aix-en-Provence, Ms. 398, fol. 3 recto. Il affirme également que « tout intéresse l’homme d’esprit, guerre religion, politique, mœurs, caractère », ibid., fol. 11 verso.

132 Ibid., fol. 14 recto.

133 Père G. Daniel, Préface de L’histoire de France depuis l’établissement de la Monarchie française dans les Gaules (lere éd., 1696), Paris, J.B. Delespine, 1713, T. I, p.s.n.

134 Boulainvilliers, Lettre à Mademoiselle Cousinot..., op. cit., fol. 3 recto.

135 Ibid., fol. 3 verso.

136 Sur cet aspect de la pensée de Pasquier, voir G. Huppert, op. cit., pp. 69-105 et C. Vivanti, « Les "Recherches" d’Etienne Pasquier. L’invention des gaulois », in P. Nora (sous la dir. de), Les lieux de mémoires. La Nation, Paris, Gallimard, 1986, T. II, vol. 1, pp. 215-245.

137 Voir sur ce point méconnu de la pensée de Moreau, D. Gembicki, Histoire et politique à la fin de l’ancien régime. Jacob-Nicolas Moreau. 1713-1803, thèse Lettres, soutenue à la Faculté des Lettres de Genève, Paris, A.G. Nizet, 1979, pp. 262-263.

138 Boulainvilliers, Histoire du mouvement de l’apogée du soleil ou pratique des règles de l’astrologie pour juger des événements généraux (1711), publié sous le titre Astrologie mondiale, in R. Simon, Un révolté du Grand siècle. Henry de Boulainviller, Garches, éd. du Nouvel humanisme, 1949, p. 145.

139 Voir la première partie et le chapitre 15 de la IVeme partie de l’ouvrage d’E. Labrousse, P. Bayle, hétérodoxie et rigorisme, La Haye, Martinus Nijhoff, 1964, ainsi que pour un affinement des conclusions des études précédentes sur l’histoire de France de Bayle, M. Yardéni, « P. Bayle et l’histoire de France », in De l’humanisme aux Lumières, Bayle et le protestantisme, Mélanges en l’honneur d’Elisabeth Labrousse, Oxford, Universitas, Paris/Voltaire foundation, 1996, pp. 563-570.

140 Cf. inventaire post-mortem de l’appartement parisien de Boulainvilliers, A.N., M.C. XIV 255, 21 février 1722, N° 5.

141 Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 15.

142 L’ensemble des historiens européens du xviième siècle était assez critique, voire sceptique, à l’égard des données de la numismatique. Les érudits qui s’occupaient de cette dernière science étaient accusés de développer des efforts en faveur d’une érudition inutile, pour trancher des problèmes d’histoire générale. Voir F. Haskell, L’historien et les images, Paris, Gallimard, 1995, p. 40. Il est vrai que Boulainvilliers se réfère à un livre du numismate français François Le Blanc (Né ? - mort en 1698), Traité des monnaies de France avec leurs figures, depuis le commencement de la monarchie jusqu’à présent, J. Boudat, Paris, 1690. Voir Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. II, p. 65. Mais, l’auteur ne recourt à cet ouvrage que pour citer les ordonnances des rois, concernant la réformation des monnaies. Enfin, si Boulainvilliers ne se réfère pas aux auteurs d’études sur les portraits anciens, c’est que ces derniers étaient plus sévèrement critiqués. Il leur était reproché de s’appuyer sur des données fausses, F. Haskell, op. cit., p. 107.

143 Cf. bibliographie. Il faut pourtant signaler que les données de la sigillographie et de l’héraldique avaient été utilisées par J. le Laboureur (1623-1675), auteur que le comte avait lu, cf. Le Laboureur cité par Boulainvilliers in Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 216 et T. II, p. 7 ; Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement de cette monarchie jusqu’à Hugues Capet, in État de la France dans lequel on voit tout ce qui regarde le gouvernement ecclésiastique, le militaire, la justice, les finances, le commerce, les manifactures, le nombre des habitons, et en général tout ce qui peut faire connoître à fond cette monarchie ; extrait des mémoires dressés par les intendans du royaume, par ordre du roy Louis XIV à la sollicitation de Monseigneur le duc de Bourgogne, père de Louis XV à présent régnant. Avec des mémoires historiques sur l’ancien gouvernement de cette monarchie jusqu’à Hugues Capet, par M. le comte de Boulainvilliers. On y a joint une nouvelle carte de la France divisée en ses généralitez, Londres, T. Wood et S. Palmer, 1727, T. I, p. 5. Jean Le Laboureur, qui était généalogiste, utilise de manière assez fantaisiste au demeurant, les sceaux et les écus dans son approche historique de la pairie, Histoire de la pairie de France et du Parlement de Paris (éd. après la mort de l’auteur en 1675), Londres, S. Harding, 1753, T. II, chap. XVIII, passim.

144 F. Haskell, op. cit., p. 177.

145 Boulainvilliers, Lettre à Mademoiselle Cousinot..., op. cit., fol. 6 recto-verso.

146 Boulainvilliers cite la découverte, en 1645-1646, du tombeau de Childéric II, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., T. I, p. 15. Mais à l’inverse d’un Dom Thierry Ruinart, il n’utilise pas les résultats de l’épigraphie. Sur la contribution de cet auteur à l’érudition lire, M. Vieillard-Troiekouroff, « Contribution des érudits du xviième siècle à notre connaissance des temps mérovingiens », Dix-septième siècle, 1977, N° 115, pp. 71-83.

147 H. Evans, op. cit., p. 100.

148 Eod. loc.

149 Il s’agit d’ailleurs d’une position tout à fait classique à cette époque. Cette dernière se rapporte à la permanence d’une conception eschatologique du temps fondée sur la périodisation chrétienne de l’histoire du monde et la métaphore biologique qui associe à chaque période de l’histoire universelle un âge de la vie humaine. Cette révérence à l’égard des textes bibliques constitue d’ailleurs l’un des derniers feux de l’histoire sacrée dans l’historiographie occidentale de l’époque moderne, voir notamment sur ce point, sur la fin du xviième siècle, G. Ferreyrolles, « L’influence de la conception augustinienne de l’histoire au xviième siècle », Dix-septième siècle, avril-juin 1982, N° 135, pp. 216-241. Pour le xviiième siècle, C. Grell, Le dix-huitième siècle et l’Antiquité en France, 1680-1789, Oxford, Voltaire Foundation, 1995, T. II, pp. 791-881, surtout, pp. 872-881. Pour une histoire succincte de la question et les résurgences jusqu’au xixème siècle, J. Freund, La décadence, Paris, Sirey, 1984, notamment, pp. 71 -80.

150 Dans son Abrégé d’histoire universelle, cité in R. Simon, Henry de Boulainviller, Historien, Politique, Philosophe, Astrologue, 1658-1722, op. cit., pp. 256-311.

151 Notamment, à partir des méticuleuses fouilles de H. à Ithaque en 1868, Troie en 1870 et à Mycènes à partir de 1874, qui ouvrirent la voie à la redécouverte progressive du monde décrit par Homère, ce qui permit une comparaison entre les sources écrites qui dominaient jusqu’alors et les sources archéologiques. Par la suite, le déchiffrement du linéaire Β par J. Chadwick et M. Ventris au milieu du xxème siècle et ses implications dans la méthode historique devaient définitivement imposer l’archéologie comme une approche nouvelle de l’histoire contemporaine, voir par exemple, A. Schnapp, « L’archéologie », in J. Le Goff et P. Nora (sous la dir. de), Faire de l’histoire. Nouvelles approches, Paris, Gallimard, 1974, T. II, pp. 11-36 ; J. Bottéro et A. Leroi-Gourhan in C. Samaran (sous la dir. de), L’histoire et ses méthodes, Paris, Gallimard "La Pléiade", 1961, respectivement pp. 149-153 et 221-224.

152 Ouvrage édité à Londres à cette date. Il sera édité en français en 1698 à Amsterdam sous le titre La vie de Mahomet.

153 Le livre d’Herbelot était issu de la bibliographie d’Hadji Khalfath et de plus de 150 manuscrits inédits. Il fera encore autorité au xixeme siècle.

154 Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. II, pp. 16, 20, 28, 33, 60, 80, 90 et 97.

155 Ibid., T. II, pp. 123, 130 et 140.

156 Ibid., T. II, pp. 90, 158 et 220.

157 Ibid., T. III, pp. 26 et 64.

158 L. Lefebvre-Chantereau, Traité des fiefs et de leur origine avec les preuves tirées de divers auteurs anciens et moderne, Paris, Louis Billaine, 1662, 2 volumes en un, dont les actes répertoriés sont cités par Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, pp. 108, 170 et 183.

159 Boulainvilliers rappelle que les actes carolingiens sont connus grâce à « une infinité de chartes (...) qui ont été publiées depuis quelques années en assez grand nombre par les bénédictins », Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 69. Le De re diplomatica (1681) est cité quant à lui par Boulainvilliers, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., pp. 73, 78, 83 et 85.

160 Ibid., p. 29.

161 Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 211.

162 Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., pp. 16 et 33.

163 Ibid., pp. 8 passim.

164 Ibid., p. 91.

165 Ibid., p. 14.

166 Ibid., p. 90.

167 Ibid., pp. 7 passim.

168 Chroniqueur espagnol mort en 754. Boulainvilliers le cite dans ses Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 90.

169 Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 50.

170 Boulainvilliers, Justification de la naissance légitime de Bernard roi d’Italie, petit-fils de Charlemagne, s.l.n.d., pp. 5 et 6. Boulainvilliers cite les annales (sic) d’Eghinard recueillies par Loisel et la vie de Charlemagne.

171 Justification de la naissance..., op. cit., pp. 3 et 8 ; Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 80.

172 Ibid., T. I, p. 86.

173 Ibid., T. I, pp. 94 et 99.

174 Ibid., T. II, pp. 93, 96 et 98. L’inventaire de la bibliothèque du domicile parisien de Boulainvilliers fait mention de la chronique de Froissard, A.N., M.C. XIV 255, 21 février 1722 (recension des livres), № 77.

175 Lettres sur les anciens Parlements de France..,, op. cit., T. I, pp. 173 et 195.

176 Ibid., T. III, p. 31.

177 Ibid.,.T. III, pp. 61 et 78.

178 Ibid., T. III, p. 78.

179 Ibid., T. III, p. 112.

180 Ibid. T. II, p. 108.

181 Ibid., T. II, p. 90.

182 Prêtre belge qui vécut à la fin du xvme siècle et qui fut chargé par Charles VII de réviser le procès de Jeanne d’Arc. Boulainvilliers cite son histoire manuscrite de Charles VII (De Rébus gestis Caroli VII historiarum, libri V), Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. III, p. 42. Ce texte d’Amelgard, dont il n’existe aujourd’hui qu’une copie manuscrite à la Bibliothèque Nationale de France, dut être consulté par Boulainvilliers lors de ses visites à la bibliothèque du roi.

183 Boulainvilliers se réfère d’abord aux chroniques d’histoire générale telles que la Grande chronique (Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 201 et T. II, p. 123) et la Chronique de Saint-Denis, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 95 ; Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. II, pp. 8, 100 et 101. Boulainvilliers se réfère également aux chroniques locales dont les chroniques bretonne ou angevine (Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 50), la chronique de Metz (ibid., p. 82), la chronique de Saint-Nazaire (ibid., pp. 90, 92 et 96 ; Justification de la naissance..., op. cit., p. 5) la chronique de Rouen (Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. II, p. 107) et celle de Cambray (ibid., T. I, p. 147). Il cite, également, les annales "tilliennes" (vient de Tilly, lieu-dit en Normandie), Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., pp. 90 passim, ainsi que Justification de la naissance..., op. cit., p. 5.

184 Boulainvilliers cite la vie de Saint-Prix (Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 75), la vie de Saint-Vilfrid d’York (ibid., p. 78), la vie de Saint-Hermine (ibid., p. 79), la vie de Saint-Ebbon (ibid., p. 91) et la vie de Saint-Pardulphe, ibid., p. 93.

185 Ibid., p. 29. Lors de la première édition critique établie, au milieu du xixème siècle, par Pardessus soixante-sept manuscrits étaient dénombrés ainsi qu’une version imprimée en 1557 d’un texte perdu par la suite, R. Dareste, Etudes d’histoire du droit, Paris, L. Larose et Forcel, 1889, pp. 382-417.

186 Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 31. Boulainvilliers cite le Livre II, 12 sur la critique de la loi d’exclusion des femmes à la succession immobilière.

187 Boulainvilliers fait appel au Livre sur le conseil de mon ami de Pierre Fontaine, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 161. Cet ouvrage est un coutumier officieux du Vermandois de 1251, rédigé par le bailli du lieu. Boulainvilliers cite également le livre de la coutume de Clermont de Beaumanoir, rédigé en 1283 (chap. LIX sur "Le droit de guerre"), ibid., p. 164. Boulainvilliers cite de manière moins précise la coutume d’Orléans (ibid., p. 106) ainsi que celle de Bretagne, du Maine d’Anjou et du Poitou, ibid., p. 115. Enfin, il faut signaler que dans l’inventaire post-mortem de la bibliothèque du domicile parisien de Boulainvilliers, il y a un coutumier de Normandie, A.N., M.C. XIV 255, 21 février 1722, № 19.

188 Boulainvilliers le cite d’après Savaron, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. II, p. 100.

189 Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 32.

190 Le fait que Boulainvilliers déforme les institutions pour les adapter à son projet politique atteste pour le moins des compétences de l’auteur en la matière.

191 Cf. M. Yardéni, La conscience nationale en France pendant les guerres de religions (1559-1598), Nauwelaerts, Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Paris-Sorbonne, série "Recherches", 1971, T. 59, pp. 57-73.

192 Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. II, p. 218.

193 Ibid., T. II, p. 100.

194 Ainsi, même si Boulainvilliers a lu Pasquier, il n’utilise jamais son ouvrage pour prouver un événement ou l’existence d’une institution. Il loue P. Pithou, Préface de Boulainvilliers à Antoine Aubery, Journal de la vie de Saint-Louis neuvième du nom, s.d., Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 3432 ou Préface au journal de Saint-Louis d’Antoine Aubery, s.d., Arsenal, Ms. 3432, fol. 3 verso ou Journal du règne de Saint Louis, roy de France, ixème du nom. Il semble bien qu’il s’agisse du jurisconsulte historien né en 1539 et mort en 1596. Mais ce dernier n’a été protestant que peu de temps et s’est soumis en 1571 à l’Église catholique.

195 L’hostilité de Boulainvilliers apparaît dans sa réfutation de Jurieu, Jurieu et le mysticisme, in Henri de Boulainviller, Oeuvres philosophiques, op. cit., T. II, pp. 114-133. Il est donc plausible de dire que les protestants aient pu être taxés de préjugés par l’historien.

196 Ainsi, Boulainvilliers cite la chronique bretonne et angevine en précisant qu’il s’agit d’une version donnée par un bénédictin, le père Labbé (1607- 1667), sous le nom de Chronique du Mont Saint-Michel, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 50. L’auteur cite, également, le manuscrit de Wingarten tel qu’il a été produit par Mabillon dans ses analectes (Vetera analecta, 1675-1685, 4 vol), ibid., p. 79. Enfin, Boulainvilliers s’appuie sur les compilations d’André Duchesne (1584- 1640), pour accéder à certains auteurs carolingiens, Justification de la naissance..., op. cit., p. 2. Il faut également rappeler que l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours avait fait l’objet d’une réédition critique. La dernière -qui ait pu être portée à la connaissance de Boulainvilliers- était au demeurant d’une excellente qualité. C’était l’édition de 1699, produite par les soins du bénédictin Dom Thierry Ruinart, voir M. Vieillard-Troiekouroff, op. cit., p. 77.

197 Boulainvilliers cite Godefroy, les frères Sainte-Marthes (jumeaux nés en 1571 l’un mort en 1650 l’autre en 1656), Mézeray, Guillaume Marcel, Duchesne. Cette reconnaissance ne l’empêche pas de critiquer ces derniers. Voir notamment la critique de Mézeray (Boulainvilliers donne un portrait de Mézeray qui lui rend justice mais qui n’est pas exempt de critiques, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, pp. 21-25, Boulainvilliers le citera parfois afin de le contredire, ibid., T. II, pp. 104, 183 et 194. II est plus virulent à l’égard de Mézeray, l’accusant de s’être laisser circonvenir au profit de la monarchie, Préface au journal de Saint-Louis..., les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 170.

198 Boulainvilliers cite les pères Petau, Labbé, Sirmond (Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 145), ainsi que le père Daniel, ibid., T. I, pp. 26 à 32. C’est justement le père Daniel qui est à la fois le plus cité et le plus critiqué, ibid., T. I, p. 168 ; T. II, pp. 27, 69, 78 et 183 ; T. III, pp. 38, 41, 193, 194, 196 et 205. Il est, également, taxé de déformer l’histoire au profit des intérêts du monarque, Préface au journal de Saint-Louis..., op. cit., fol. 15.

199 Boulainvilliers utilise Mabillon. Il loue les travaux des bénédictins dans sa Préface au journal de Saint-Louis d’Antoine Aubery, op. cit., fol. 4 verso. Surtout, il faut noter que les hagiographies auxquelles se réfère Boulainvilliers, étaient l’oeuvre des bénédictins du xviieme siècle.

200 Fidèle au postulat relativiste, Boulainvilliers reconnaît la fragilité de la connaissance historique. Il dit : « quoique nous (les historiens) proposions tous la vérité de l’histoire et la même matière, nos vues sont si différentes que nous nous rencontrerons rarement dans la manière de peindre les mêmes faits ; leur réalité n’empêchant pas qu’ils ne soient susceptibles de coloris et de positions aussi différentes que les fins que nous nous proposons », Préface à l’État de la France..., op. cit., T. I, p. XIX, cf. également D. Venturino, op. cit., p. 36 (n. 116). D’ailleurs, Boulainvilliers reconnaît les bienfaits de la politique de stimulation de la recherche historique du Cardinal de Richelieu. Elle a permis à Duchesne et aux érudits jésuites de publier leurs travaux, voir Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 145. Pourtant, soucieux d’objectivité, Boulainvilliers se garde bien de souffler mot de la véritable motivation de la politique extérieure de Richelieu, qui, en développant la recherche historique, luttait en fait contre la menace des Habsbourg, sur cette question, voir E. Thuau, Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, A. Colin, 1966 et W. Church, Richelieu and Reason of State, Princeton, Princeton University Press, 1972. Inversement, Boulainvilliers adopte une attitude critique à l’égard de Richelieu, qui, par sa politique intérieure, a favorisé l’absolutisme, « et de quelle manière il s’en est servi pour son avantage particulier », Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 10.

201 C’est l’essentiel de sa critique de Mézeray et du père Daniel, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, pp. 21-32. Boulainvilliers est, toutefois, plus dur pour ce dernier qu’il accuse ironiquement d’avoir mis en pratique la maxime selon laquelle apprendre consiste à « enseigner aux autres ce que l’on a jamais su », ibid., T. III, p. 199.

202 Sur la politique de glorification de la monarchie par l’histoire, voir B. Barret-Kriegel, Les Historiens et la monarchie. La république incertaine, Paris, P.U.F., 1988, T. IV, pp. 111-112.

203 Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 68.

204 Préface de Boulainvilliers à Antoine Aubery, Journal de la vie de Saint- Louis neuvième du nom, op. cit., fol. 19.

205 Préface à l’État de la France..., op. cit., eod. loc.

206 Boulainvilliers, Lettre à Mademoiselle Cousinot..., op. cit., fol. 7 recto.

207 Eod. loc.

208 Boulainvilliers dit : « vous trouverez au moins dans mes récits l’impartialité dont vous faites tant de cas, et l’exposition simple de la vérité autant qu’il m’a été donné de la connaître », Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 4.

209 Cf. D. Venturino, op. cit., p. 36. M. Venturino soutient qu’une telle attitude s’explique par le fait que Boulainvilliers ne serait qu’un noble militant, incapable de se dégager de sa vision partisane de l’histoire. Mais si l’on admet, comme le soutient G. Duby, que l’histoire est « un rêve contraint » (cité par C.G. Dubois, op. cit., p. 231, d’après une intervention radiotélévisée du médiéviste), il est possible de dire que Boulainvilliers, adepte d’un relativisme de la connaissance, ne pouvait qu’être sensible à la dimension irréductiblement subjective de l’histoire.

210 H. de La Popelinière, L’Histoire des Histoires avec l’idée de l’histoire accomplie plus le dessein de l’Histoire nouvelle des français. Le dessein de l’histoire nouvelle des françois, Paris, 1599.

211 Boulainvilliers, Lettre à Mademoiselle Cousinot..., op. cit., fol. 12 verso et 13 recto.

212 Boulainvilliers résume parfaitement cette position lorsqu’il dit : « je tâcherais de concilier les miracles, même ceux de la création et du déluge, avec les idées que nous donne la philosophie naturelle, persuadé que c’est aider la vérité », Abrégé d’histoire universelle, op. cit., fol. 17.

213 Boulainvilliers révèle son but en écrivant : « je soutiens que Mahomet, imposteur, n ’a été ni grossier ni barbare, qu’il a conduit son entreprise avec tout l’art, toute la délicatesse, toute la constance, l’intrépidité, les grandes vues dont Alexandre et César eussent été capables dans sa place », Histoire des arabes avec la vie de Mahomet, Amsterdam, 1731, p. 269.

214 Ainsi, loin d’idéaliser son ordre, Boulainvilliers concède que « si pareillement la noblesse ne fut pas longtemps piquée d’ignorance, jusqu’au point de se croire dégradée par l’étude, elle aurait vraisemblablement établi ses droits sur des principes moins odieux que ceux de la violence et de la fierté ; et après avoir dressé un plan raisonnable de ceux qui ne lui pouvaient être contestés, elle aurait mieux veillé à en maintenir la mémoire et l’exercice », Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, pp. 9-10.

215 Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 16.

216 Il en va ainsi par exemple de ses citations de Hincmar de Reims, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, pp. 51-60. À comparer avec le texte latin donné par M. Prou, Bibliothèque de l’École des Hautes Études, 1885, 58ème fasc, De Ordine Palatii, XXIX à XXXV. Boulainvilliers respecte le texte dans sa majeure partie. Il force seulement la traduction de certains termes pour ne pas remettre en cause sa théorie germaniste de l’histoire de France (il parle ainsi de l’État français sous Charlemagne). De même, Boulainvilliers respecte-t-il l’essentiel du texte des ordonnances de décembre 1355 et du 3 mars 1357 des états généraux, ibid., T. II, pp. 130-144 et 159-171, comparer avec Decrusy, Isambert et Jourdan, Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1829, T. IV, pp. 734- 814 et 846-762 (de manière curieuse, Boulainvilliers comme Isambert et alii, date cette Ordonnance du 3 mars 1356). Il est possible de ne relever qu’une seule différence. Boulainvilliers, soucieux de battre en brèche l’autorité monarchique, soutient que les magistrats financiers, mis en place par l’ordonnance de 1355, ne devaient prêter serment qu’aux états généraux, alors que dans le texte original (article 4), ceux-ci doivent également jurer de bien remplir leur fonction devant le roi.

217 Cette faiblesse de la critique interne est un trait général qu’il est possible de retrouver chez les historiens du xviième et surtout du xviiième siècle, cf. H. Duranton, « L’épisode du vase de Soissons vu par les historiens du xviiième siècle. Quelques aspects de la pensée historique sous l’ancien régime », Revue de synthèse, juillet-décembre 1975, IIIème série, № 79-80, pp. 283-316. Pourtant, Boulainvilliers recourt quelquefois à cette critique interne. Ainsi, pour relater l’attitude critique de Marculf à l’égard de l’interdiction faite aux femmes franques de succéder au patrimoine immobilier, Boulainvilliers pense que le moine manifeste un préjugé, car les femmes étaient plus prodigues à l’égard des donations aux Églises, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 31. Il critique, également, l’affirmation de Mézeray et du père Daniel selon laquelle Louis XI aurait enfermé le Cardinal de la Balûe dans une cage de fer. Boulainvilliers dit qu’il a visité en personne le cachot dans lequel fut enfermé le prélat, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. III, p. 194.

218 C’est tout le sens de la démarche de Boulainvilliers dans ses Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit.

219 Cf. Boulainvilliers dans ses Essais sur la noblesse de France..., édité bien après la mort de son auteur en 1732 à Amsterdam, ainsi que du Second mémoire sur la noblesse dans les versions manuscrites qui restent aujourd’hui (voir bibliographie).

220 Boulainvilliers estime que « les françois étaient dans leur origine un peuple du nord étranger à l’égard des gaulois et des romains », Essais sur la noblesse de France..., op. cit., pp. 21-22. Il utilise indifféremment le terme de « franc » (cf. par exemple, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 24) ou de « françois », voir par exemple Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 37.

221 Afin de démontrer l’exemption générale d’impôt, Boulainvilliers rappelle que Grégoire de Tours avait écrit que le patrice Mummole avait injustement levé un tribut public, Boulainvilliers cite l’Histoire des Francs, traduction de R. Latouche, Paris, Les Belles Lettres, rééd. 1996 ( l ère éd. Paris, Les Belles Lettres, 1965), L. VII, XV, p. 91, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 21. Pourtant Grégoire de Tours ne dit à aucun moment que les Francs étaient généralement exemptés d’impôt. Il dit bien que l’acte de Mummole était injuste, mais seulement parce qu’il revenait sur un privilège accordé par Childebert l’ancien. Mais, en tant que faveur du prince, ce privilège pouvait être normalement révoqué dans un royaume où prévalait la patrimonialisation du pouvoir. D’ailleurs Grégoire de Tours rappelle que la décision fut prise par la reine Frédégonde.

222 Boulainvilliers, commentant l’ordonnance de décembre 1355, dit qu’elle « fixe irrévocablement le droit de ces assemblées et qui pourrait, par cette raison, être justement comparée à la grande charte accordée aux anglais », Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. IL, p. 122. Par ailleurs, le comte considère que l’ordonnance de 1356 « rétablit un tempérament très équitable de l’autorité souveraine et des droits naturels de tous les sujets », ibid., T. II, p. 176.

223 Grégoire de Tours, Histoire des francs, op. cit., L. II, XXVII, pp. 115- 116.

224 Voir H. Duranton, op. cit.

225 J. Le Laboureur, Histoire de la pairie de France..., op. cit., p. 7 des 13 premières pages placées au début du T. II.

226 Boulainvilliers, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 21. Boulainvilliers ne cite pas directement Le Laboureur à cet endroit. Toutefois, il se réfère au généalogiste plus haut dans cet ouvrage. La convergence entre la relation de l’épisode du vase de Soissons par Boulainvilliers et Le Laboureur permet de conclure à l’influence de ce dernier sur le premier.

227 Boulainvilliers critique la brutalité de Clovis. Il soutient que, comme roi, Clovis ne pouvait punir le guerrier mutin car ce dernier ne demandait que son droit au partage. Mais le roi franc a profité hypocritement de son rôle de général d’armée pour le châtier bien plus tard. Surtout, il signale les virtualités despotiques d’un tel acte, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 25.

228 Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 40.

229 Ibid., T. I, p. 100.

230 Ibid., T. I, p. 37. Sur l’exaltation de Charlemagne, Boulainvilliers a consacré sa Deuxième Lettre à Mademoiselle Cousinot sur l’histoire de France et en particulier sur les états généraux (1708)., Bib. Sénat, Ms. № 373, case 1054. Sur l’utilisation du mythe de Charlemagne, voir H. Duméril, « La légende politique de Charlemagne au xviiième siècle et son influence à l’époque de la Révolution française », Mémoires de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse, 1878, série 7, vol. 10, pp. 145-177 et R. Morrissey, L’empereur à la barbe fleurie. Charlemagne dans la mythologie de l’histoire de France, Gallimard "n.r.f.", 1997, sur Boulainvilliers et Charlemagne, voir les pages 270-280.

231 Boulainvilliers, Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., pp. 16-49.

232 Boulainvilliers, traitant de la procédure des délibérations de l’assemblée, dit qu’il y a « peu de connaissance positive », et aussi, se résout-il à affirmer, « je crois que l’on peut hardiment supposer qu ’elles doivent suivre l’ordre de l’État (...) il est à présumer que les avis étaient donnés suivant la même division », Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 47.

233 H.A. Ellis, Boulainvilliers and the French Monarchy : Aristocratic Politics in Early Eighteenth-century France, op. cit., p. 208.

234 Ibid., p. 212.

235 Voir la critique de D. Venturino, op. cit., p. XVI (n. 29).

236 Selon l’expression de C. Jouhaud, « Propagande et action au temps de la Fronde », in Culture et idéologie dans la Genèse de l’État moderne, Actes de la Table Ronde organisée par le C.N.R.S. et l’École française de Rome (Rome, 15-17 octobre 1984), Collection de l’École française de Rome, 1985, vol. 82, pp. 336-352. Il faut ajouter que cette idée d’idéologie de l’action caractérise également les pamphlets du xvième siècle, H. Carrier, « Pour une définition du pamphlet : constantes du genre et caractéristiques originales des textes polémiques du xvième siècle », in Les pamphlets en France au xvième siècle, Cahiers V.L. Saulnier, № 1, Collection de l’École normale de jeunes filles, № 25, Paris, 1983, pp. 123-136.

237 Montesquieu, De l’esprit des lois ou du rapport que les lois doivent avoir avec la constitution de chaque gouvernement, les moeurs, le climat, la religion, le commerce, etc, in Oeuvres complètes, Paris, Gallimard "La pléiade", 1951, T. II, L. XXX, chap. X, p. 891.

238 Voir notamment les Mémoires adressés au Régent (référence de l’imprimé, voir bibliographie).

239 Op. cit.

240 Op. cit.

241 Cf. IIIème partie.

242 Voir les positions de J. Ehrard, L’idée de nature en France dans la première moitié du xviiième siècle, Paris, S.E.V.P.E.N., 1963 ; L’idée de nature en France à l’aube des Lumières, Paris, Flammarion, 1970, et D. Venturino (op. cit., pp. 68-69), qui opèrent une confusion entre déterminisme astrologique et théorie des climats.

243 J. Bodin, La méthode de l’histoire (1566), version traduite par P. Mesnard, Publications de la Faculté des Lettres d’Alger, IIème série, T. XIX, Les Belles Lettres, 1941, p. 69.

244 J. Bodin prétend que « l’influence des lieux » est causée par « les conditions hydrographiques et aérologiques », eod. loc.

245 J. Bodin associe « Saturne à tranquillité, Jupiter au juste », La méthode de l’histoire, p. 94.

246 Boulainvilliers, Histoire du mouvement de l’apogée du soleil..., op. cit., p. 140.

247 R. Mercier, « La théorie des climats des "Réflexions critiques" à "L’esprit des lois" », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 1953, L. III, pp. 17-37.

248 II écrit : « si l’on me demande donc après cela par quelle cause physique et positive je prétends assujettir la Grèce, l’Italie, la France (...) je réponds comme je l’ai dit premièrement que l’expérience, mère de toute les connaissances, nous apprend que le progrès de l’apogée du soleil a porté la lumière et l’action dans tout l’occident », Histoire du mouvement de l’apogée du soleil..., op. cit., p. 61.

249 Cf. M. Grenet, La passion des astres au xviième siècle. De l’astrologie à l’astronomie, Paris, Hachette, 1994.

250 D. Venturino dit que « le comte de Saint-Saire fut (...) fondamentalement étranger à toute culture de type ésotérique (...) il fut un empiriste critique non un philosophe hermétique ou sensible à thèmes cabalistes », op. cit., p. 44. Cette assertion est exacte si l’on prend seulement en considération l’impact de l’ésotérisme sur sa philosophie. Pour autant, il ne faut pas nier l’intérêt que Boulainvilliers porta à l’occultisme, comme en témoigne un Tractatus de fascinatione..., № 66 de l’inventaire post-mortem de l’appartement parisien de Boulainvilliers, A.N., M.C. XIV 255, 21 février 1722.

251 L’astrologie n’a pas pour Boulainvilliers valeur de science de prédiction, activité au demeurant condamnée par l’ordonnance royale de juillet 1682 après l’affaire des poisons, M. Grenet, op. cit., p. 196. Elle ne sert qu’à expliquer l’histoire, D. Venturino, op. cit., p. 46.

252 D. Venturino, eod. loc.

253 Histoire du mouvement de l’apogée du soleil..., op. cit., p. 61.

254 D. Venturino, op. cit., pp. 56-57. Cette curieuse association d’idées se retrouve dans l’abrégé d’histoire universelle rédigé par Boulainvilliers. Il écrit, en effet, qu’il souhaite se référer à des « observations de physique les plus curieuses » et veut « concilier les miracles, même ceux de la création et du déluge, avec les idées que nous donne la philosophie naturelle, persuadé que c ’est aider la vérité. » Il ne remet pourtant pas en cause « les avantages de la parfaite soumission telle que notre religion (catholique) l’exige », Abrégé d’histoire universelle jusqu’à l’exode, Vol. I, B.N. Ms., Fonds français, 6363, fol 3.

255 Boulainvilliers soutient : « je m’en rapporte à la décision commune qui, refusant aux astres le pouvoir de diriger efficacement les hommes de qui la liberté doit rester entière (...) laisse les événements généraux à la disposition des mêmes astres, d’autant qu’ils ne dépendent, en effet, d’aucune volonté particulière », Histoire du mouvement de l’apogée du soleil..., op. cit., p. 4.

256 D. Venturino, op. cit., p. 59.

257 Lorsque Boulainvilliers s’interroge sur la chronologie pour établir son système astrologique, il parle de « périodes » homogènes, Histoire du mouvement de l’apogée du soleil..., op. cit., p. 144.

258 Abordant son système astrologique, Boulainvilliers dit : « je juge que les changements arrivés dans les moeurs des hommes, le progrès de leur connaissance et spécialement la découverte des terres nouvelles sont les événements les plus importants et qui doivent être les mieux marqués par les mutations solaires », Histoire du mouvement de l’apogée du soleil..., op. cit., p. 13.

259 D. Venturino, op. cit., pp. 193-194.

260 Sur la persistance de la théorie des cycles chez les historiens, voir le travail de C. Lageste, La théorie des cycles politiques dans l’Antiquité gréco-romaine et ses résurgences dans l’histoire des idées politiques, thèse Droit, Aix-en-Provence (en préparation).

261 Boulainvilliers, Essais sur la noblesse de France..., op. cit., pp. 227- 228. Sa conception cyclique s’accompagne d’un pessimisme propre aux penseurs antiques. Il écrit à propos de la féodalité politique, « ce gouvernement si magnifique et si judicieusement établi, tomba dans la décadence, suivant le cours de toutes les institutions humaines », Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 146.

262 Ibid., pp. 228-229. À la fin de l’ouvrage Boulainvilliers insiste sur cette vision cyclique de l’histoire. Il annonce la chute des roturiers en affirmant que « les besoins de l’État favorisent leurs ambitions pendant un certain temps, ces mêmes causes les dépouillent peu après et les replongent dans l’obscurité dont elles (les familles roturières) étaient sorties. La vrai et incommunicable noblesse subsiste toujours et ne peut manquer de se relever », Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 300.

263 F. Rouvillois relève que Boulainvilliers adopte des positions « ambiguës sur l’histoire » et ne saurait être assimilé à un historien progressiste, F. Rouvillois, L’invention du progrès. Aux origines de la pensée totalitaire (1680-1730), Paris, Kimé, 1996, p. 76.

264 Boulainvilliers écrit : « je ne suis pas si prévenu de l’usage, que je prétende qu’il faille (...) rejeter la magistrature et les députés du tiers état au rang des serfs dont il est sorti », Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. III, p. 175.

265 Cf. Ière partie, chap. III.

266 F. Rouvillois, op. cit., p. 77.

267 Ibid. p. 138-139.

268 L’explication que donne Boulainvilliers de la vie de Charlemagne est caractéristique de cette attitude. Il affirme : « je pourrais à mon tour vous demander, mademoiselle, si vous ne me conseillez pas de recourir à la grâce efficace ou au pouvoir de son étoile pour l’élever (Charlemagne) au-dessus des forces ordinaires et en faire un héros d’espèce particulière. Cependant, je ne chercherais point si loin la cause d’une singularité qui fera toujours admirer le règne de ce grand monarque. En effet, on la trouve plus promptement et plus sensiblement 1°) dans l’amour effectif et réel qu’il a eu pour sa nation 2°) dans l’intention pure (...) 3°) dans l’idée qu’il avait prise de sa véritable gloire », Deuxième lettre à Mademoiselle Cousinot... (1708), Bib. Sénat, Ms. 373, case 1054, fol. 4. Relatant l’histoire des francs, il écrit de manière significative : « il y eut, selon Grégoire de Tours une éclipse de soleil au mois d’octobre (589) de la même année, laquelle est digne d’observation parce qu’elle sert à assurer toute cette chronologie », Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit., p. 61. Ainsi, au lieu de tirer partie de l’événement astrologique pour en déduire une causalité historique, Boulainvilliers se contente seulement de s’y référer à titre de vérification chronologique.

269 Sur les réserves de Pasquier à l’égard du providentialisme qui caractérisait la tradition médiévale annalistique ou du déterminisme climatique ou astrologique, voir G. Huppert, op. cit. Sur l’attitude plus franchement critique de La Popelinière, voir M. Yardéni, « La conception de l’histoire dans l’Oeuvre de la Popelinière », op. cit. Si Mézeray esquisse une théorie des cycles, elle reste trop réduite pour véritablement constituer une conception délibérée de déterminisme historique, H. Evans, op. cit., pp. 116-117. Les historiens érudits du xviiè m e siècle ne remettent pas ouvertement en cause le providentialisme historique. Mais ils n’en font point l’apologie et bien souvent ignorent le sujet dans leur histoire de France ; le providentialisme ne constitue chez eux qu’une clause de style. Leur problème central est plutôt la collecte des données.

270 D. Venturino, op. cit., p. 71.

271 Boulainvilliers, Abrégé d’histoire universelle jusqu’à l’exode, op. cit., fol. 126.

272 Inventaire post-mortem du domicile parisien de Boulainvilliers, A.N., M.C. XIV 255, 21 février 1722, № 17 (ouvrage de Grotius) et № 103 (ouvrage de Pufendorf).

273 Boulainvilliers, Abrégé d’histoire universelle jusqu’à l’exode, op. cit., fol. 126-127. Le début de la citation vise certainement le discours préliminaire de H. Grotius dans lequel ce philosophe évoque l’idée d’une sociabilité naturelle. Il parle de « cette sociabilité... ou ce soin de maintenir la société d’une manière conforme aux lumières de l’entendement humain... source du droit proprement ainsi nommé », Le droit de la guerre et de la paix, Caen, éd. du Centre de Philosophie Politique et Juridique de l’Université de Caen, 1984, Reprint de l’édition d’Amsterdam, P. De Coup, 1724, traduite par J. Barbeyrac, T. I, pp. 7-8. Le passage sur ceux qui parlent de la faiblesse naturelle des hommes semble plutôt viser S. Pufendorf qui estime que « la crainte » constitue « l’origine des sociétés civiles », Le droit de la nature et des gens ou système général des principes les plus importants de la morale, de la jurisprudence, et de la politique, Caen, éd. du Centre de Philosophie Politique et Juridique de l’Université de Caen, 1987, Reprint de l’édition de Bâle, E. & J.R. Thourneisen, 1732 traduite par J. Barbeyrac, T. II, L. VII, chap. I, p. 220.

274 Boulainvilliers critique ceux qui « ont dit que ce droit naturel n’est qu’une chimère : que l’homme n ’a par lui-même aucune notion de la justice : qu’il n’a d’autre inclination naturelle que celle de sa propre utilité vers laquelle tous les êtres se portent selon l’étendue de leur action », Abrégé d’histoire universelle jusqu’à l’exode, op. cit., fol. 127-128. Boulainvilliers a vraisemblablement connu Hobbes par Pufendorf. En effet, ce dernier fait référence à « Hobbes (qui)... tâche de faire voir que l’homme est un animal qui s’aime lui-même et ses propres intérêts... qui n’a de l’inclination pour la société et pour ces semblables, qu’autant qu’il y trouve son plaisir et son avantage particulier. » Le droit de la nature et des gens..., op. cit., T. II, L. VII, chap. I, p. 212. Pufendorf discute d’ailleurs les arguments du philosophe politique anglais, ibid., chap. I et II, pp. 212-250.

275 Boulainvilliers écrit : « d’autres, enfin, n’ont point jugé que l’établissement des sociétés n’eut d’autres origines que la liaison naturelle des familles », Abrégé d’histoire universelle jusqu’à l’exode, op. cit., fol. 128. Il pense vraisemblablement à Bossuet qui avait écrit que « le premier empire parmi les hommes est l’empire paternel », Politique tirée des propres paroles de l’écriture sainte, reprint, Genève, Droz, L. II, IIIème proposition, p. 46.

276 Boulainvilliers, Abrégé d’histoire universelle jusqu’à l’exode, op. cit., fol. 129.

277 Ibid., fol. 126.

278 Pour une analyse approfondie de ce point, voir F. Rouvillois, op. cit., pp. 317-318.

279 Abrégé d’histoire universelle jusqu’à l’exode, op. cit.., fol. 124.

280 R. Simon, Henry de Boulainviller, Historien, Politique, Philosophe, Astrologue, 1658-1722, op. cit., pp. 296-297.

281 En effet, Boulainvilliers, utilisant la terminologie machiavélienne, dit : « les mêmes moyens, ambitions, force et ruse qui nous soumettent aujourd’hui les sauvages ont été dans les premiers temps les instruments qui ont fondé les empires unissant les plus forts en société et réduisant les plus faibles en servitude. De savoir après cela s’il y a, en effet, des maximes de droit et d’équité fixes et invariables par elles-mêmes ou si elles ne sont justes que par rapport à nos moeurs, c’est ce qu’il est peu important d’approfondir (...) nous passerons à ce que l’histoire nous apprend de positif sur les moeurs, les lois et la politique », Abrégé d’histoire universelle jusqu’à l’exode, op. cit., fol. 130. Sur les tendances réalistes de la philosophie politique de Machiavel, voir l’analyse d’un philosophe marxiste qui recherche la préfiguration d’une théorie scientifique de l’histoire, L. Althusser, « Machiavel et nous (1972-1986) », in Écrits philosophiques et politiques, Paris, I.M.E.C./Stock, 1995, T. II, pp. 39-254. Voir aussi l’ouvrage d’un sociologue plutôt libéral qui cherche les fondements théoriques d’une analyse réaliste de la politique, R. Aron, Machiavel et les tyrannies modernes, Paris, Éditions de Fallois, 1993. Boulainvilliers s’inspirant certainement de Hobbes pense également que « les sociétés ne se sont toujours unies que par intérêt et l’intérêt ne s’est rendu sensible que par le plaisir et la persuasion. Cependant cela seul n ’aurait pas formé les empires, il fallait (...) une force capable d’assujettir les autres hommes ; aussi quand la violence a fait le premier effort, la persuasion a consommé l’ouvrage », Histoire du mouvement de l’apogée du soleil..., op. cit., p. 141. Pour comparer, lire sur T. Hobbes, F. Lessay, Souveraineté et légitimité chez Hobbes, Paris, P.U.F. "Léviathan", 1988, pp. 73-78.

282 R. Pintard, Le libertinage érudit dans la première moitié du xviième siècle, Paris, Boivin, 1943, pp. 539 sq.

283 Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. III, p. 159.

284 « A l’injustice, du pillage de leurs biens, des rançonnements, de gehenne et de la torture », Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. III, p. 160.

285 Eod. loc.

286 Boulainvilliers écrit que les États, « formés sur le démembrement de l’Empire romain, ont eu une attention particulière à ne se pas tellement abandonner au pouvoir de leurs rois, que leur autorité ne put être tempérée par la concurrence de celle de divers tribunaux, qui n’étaient occupés originairement qu’à la partager », Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 68.

287 En effet, Boulainvilliers cherche l’apparition de l’inégalité à partir des premières monarchies d’Orient, Essais sur la noblesse de France..., op. cit., pp. 2 sq.

288 Ibid., p. 1.

289 Voir sur ce point, S. Goyard-Fabre, Montesquieu : la nature, les lois, la liberté, Paris, P.U.F., 1993, pp. 76-79. L’auteur se fonde sur J. Domat, Traités des lois (1694), Caen, éd. du Centre de Philosophie Politique et Juridique de l’Université de Caen, 1994, Reprint de l’édition des Oeuvres de J. Domat, Paris, F. Didot et C. Béchet, 1828 (nouvelle édition), chap. XII, § 1, pp. 59-60 et Montesquieu, De l’esprit des lois..., op. cit., T. II, L. I, chap. II, p. 235.

290 Sur la prescription chez Hume voir P. Carrive, La pensée politique anglaise de Hooker à Hume, P.U.F./ Essais, 1994, pp. 328 à 329. Sur la prescription comme fondement des sociétés politiques chez Hume voir surtout son XIIème essai, « Of the original contract », Essays Moral, Political, And Literary, Longmans, Green, And Co., London, New-York, Bombay,, 1898, Vol. I, pp 443 et sq. Sur la prescription chez Burke voir M. Ganzin, La pensée politique d’Edmund Burke, Paris, L.G.D.J., 1972, pp. 181-183.

291 Ces deux philosophes accordent une place centrale aux passions pour justifier la cohésion de la société et expliquer la mise en place des institutions idoines. Sur Hume voir P. Carrive, op. cit., p. 324. Sur Burke voir M. Ganzin, op. cit. p. 211.

292 Boulainvilliers, Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, p. 132.

293 Traitant de l’application du principe de l’inégalité sociale en France, Boulainvilliers estime qu’ « on reconnut partout le grand avantage d’un gouvernement modéré et les inconvénients de la violence de sorte que chacun se piqua de traiter favorablement (...) les pauvres serfs (...) on commença, sous le règne de Louis le Gros à affranchir les grosses villes », Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., T. I, pp. 132-133.

294 « Les pauvres serfs, qui par la continuité de leurs travaux, et par la consommation des denrées, qui auraient péri en pure perte, faisaient le profit du seigneur ; sans compter que dans cette espèce d’homme, il s’en trouve plusieurs en qui l’honneur, la fidélité, et le courage étaient aussi effectifs que dans une naissance plus élevée : de sorte que les seigneurs les approchaient de leur personne, pour la garde de leur forteresse, et pour l’économie de leur bien », Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit., pp. 132-133.

295 D. Venturino, op. cit., p. 65.

296 Ce relativisme découle de sa conception du comparatisme des sociétés. 11 en définit ainsi les principes : « 1°) respecter mutuellement les coutumes de chaque contrée. (...) 4°) ne point imaginer de faux principes pour calomnier les événements qui sont contraires à nos idées, et dont nous voudrions nier la vérité », Histoire des arabes avec la vie de Mahomet, op. cit., p. 192. Même lorsque Boulainvilliers analyse le principe de l’inégalité sociale dans les différentes sociétés historiques, il souligne la différence des formes d’aristocraties, Essais sur la noblesse de France..., op. cit., pp. 2 sq. Cette conception d’un droit naturel respectueux de la diversité, reste limitée par un certain ethnocentrisme. Il ne faut pas oublier que l’ouvrage de Boulainvilliers sur Mahomet n’aboutit qu’à faire de ce dernier un manipulateur de foules. Il reprend l’analyse du traité des trois imposteurs (Moïse, le Christ et Mahomet) qui nourrira la pensée des libertins érudits, F.-C. Daubert, « Le "libertinage érudit" et le problème du conservatisme », in H. Méchoulan (sous la dir. de), L ’État baroque 1610-1652. Regards sur la pensée politique de la France du premier xviième siècle, Paris, J. Vrin, 1985, pp. 181-202. Boulainvilliers reste bien un homme de son siècle.

297 Sur la notion de génie national chez Boulainvilliers qui est selon D. Venturino « le principe d’individuation historique (...) qui illustre les résultats concrets de l’action (...) des astres sur un fragment de l’humanité », op. cit., p. 70.

298 Sur cette articulation entre droit naturel et droit positif voir J. Goldzink, « Les droits naturels dans l’oeuvre de Montesquieu », in I. Théry et C. Biet (textes réunis par), La famille, la loi, l’État de la révolution au Code Civil, Paris, Imprimerie Nationale, 1989, pp. 11-21.

299 Montesquieu, De l’esprit des lois..., op. cit., T. II, L. I, chap. III., p. 237

300 R. Mercier, « Une controverse sur la vérité historique », in La Régence, Actes du colloque organisé par le Centre aixois d’études et de recherches sur le dix-huitième siècle, Paris, A. Colin, 1970, pp. 294-295.

301 Cf. Ière partie.

302 Cf. les introductions respectives des Lettres sur les anciens Parlements de France..., op. cit. et des Mémoires historiques sur l’ancien gouvernement..., op. cit.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable