Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La modernité du concept de nation au XVIIIe siècle (1715-1789)

 | 
Ahmed Slimani

Titre II. Vers la nation moderne révolutionnaire, 5 juillet 1788-5 mai 1789

Introduction au titre II

Texte intégral

  • 2983 V.-R. Gruder, « Un message politique adressé au public : les pamphlets populaires à la veille de l (...)
  • 2984 R.-W. Greenlaw, « Pamphlets litterature in France during the period of the aristocratic revolt, 17 (...)
  • 2985 Y. Durand, « Les États généraux de 1614 et de 1789 : vie et mort de la monarchie absolue », Revue (...)
  • 2986 Lettre écrite le 1er août 1787 par un certain Nicolas Ruault in Gazette d’un Parisien sous la Révo (...)
  • 2987 Pour la réunion des États généraux, N. Ruault écrit le 11 août 1787 que « la canaille des province (...)
  • 2988 J. Egret, La pré-Révolution, op. cit., p. 330.
  • 2989 J. Guilhaumou, L’avènement des porte-parole de la République, 1789-1792, Paris, Presses Universita (...)
  • 2990 A. Rey, Révolution, histoire d’un mot, Bibliothèque des Histoires, Paris, NRF-Gallimard, 1989, p.  (...)
  • 2991 V.-R. Gruder, « Un message politique adressé au public », op. cit., p. 165.
  • 2992 R. Dupuy, « Des pamphlets bretons à Sieyès, décembre 1788-janvier 1789 : la destruction de l’image (...)
  • 2993 S. Rials, La déclaration des droits de l’homme et du citoyen, Paris, Pluriel, 1988, p. 37.
  • 2994 R. Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, op. cit., p. 210.

1À la date du 5 juillet 1788, le roi décide de convoquer les États généraux et demande aux Français d’entreprendre des recherches sur cette assemblée2983. Cette période coïncide avec le début du déferlement des pamphlets même si depuis janvier 1787 la production de brûlots s’est amplifiée sérieusement2984. La pré-Révolution est donc le point de départ de la chute vertigineuse d’un régime monarchique absolu incapable de faire face à l’extraordinaire fronde politique. En effet, les difficultés à rendre au royaume une justice déléguée conforme à la légalité -avec l’échec de la réforme Lamoignon -ainsi que l’ouverture de la boîte de Pandore que constitue la convocation des États généraux, bouclent un siècle témoignant d’une attaque sans précédent contre les institutions en place. Ainsi, les documents qui sont édités en 1788 montrent que la forme des États n’avait pas été immuable2985. C’est pourquoi l’on remarque une multiplication exponentielle d’idées mettant au centre des préoccupations une nation désormais apte à recouvrer sa souveraineté et son autonomie. Face à ce développement, la décision du Conseil du 27 décembre 1788 sur la convocation de l’assemblée tripartite et sur le doublement de la représentation du tiers état sonne le glas d’une politique royale vacillante. On le sait, une extraordinaire contestation prend son essor par l’intermédiaire de milliers de brochures, « des papiers distribués et criés par toutes les rues de Paris » dès août 17872986 ayant des effets jusqu’en province2987. Des pamphlets bon marché, relayés par certains clubs parisiens2988, prennent de ce fait le train de la convocation des représentants de la nation et, vulgarisant les problèmes complexes de la vie quotidienne, simplifient les thèmes politiques2989. La multiplication des catéchismes a eu pour but de développer des idées d’une manière didactique. Ainsi, un mot comme « révolution » est employé dans un langage optimiste connotant « une requête respectueuse »2990. Selon V.-R. Gruder, « la culture politique est un palimpseste d’expériences vécues et d’idées dérivées, de calculs rationnels et de mystifications inspirées par l’espoir et le ressentiment, [mais] son sujet n’en est pas moins politique »2991 et institutionnel2992. Les cahiers de doléances sont à ce sujet un élément important politiquement2993 et juridiquement2994.

  • 2995 Parmi les multiples exemples recensés en France, il y a un modèle poitevin qui inspira 21 paroisse (...)
  • 2996 G.-V. Taylor, « Les cahiers de 1789 : aspects révolutionnaires et non révolutionnaires », AESC, no (...)
  • 2997 A. Aulard, « Patrie, patriotisme sous Louis XVI », op. cit., p. 320 ; B. Hyslop, French nationalis (...)
  • 2998 G. Chianea, Histoire des institutions publiques de la France, t. 2, Grenoble, PUG, 1995, p. 95.
  • 2999 R. Chartier, « Cultures, Lumières, doléances : les cahiers de 1789 », RHMC, 1981, t. 28, p. 84.
  • 3000 A. Aulard, « Patrie, patriotisme sous Louis XVI », op. cit., p. 326.
  • 3001 R. Robin, La société française en 1789 : Semur-en-Auxois, Paris, Plon, 1970, p. 322.

2S’il est sûr que ces documents -souvent grâce à des cahiers types2995 -permettent de savoir que la diffusion des idées philosophiques fût « quantitativement insignifiante »2996, il en est autrement qualitativement, la fusion de l’idée nationale et du patriotisme se faisant graduellement mais sûrement2997. La pratique des cahiers de doléances, « sorte de soupape de sécurité et non un frein au pouvoir royal »2998 utilisant un vocabulaire ancien2999, s’exprime par un « hommage formel à la patrie, à la nation »3000. L’exemple des cahiers de doléances de Semur-en-Auxois est ainsi très révélateur d’une telle condensation3001. Néanmoins, la véritable primauté de la nation doit être recherchée dans les milliers d’opuscules qui inondent la France.

  • 3002 A.-J. Chaillon de Jonville, Apologie de la constitution française, t. 1, s.l., janvier 1789, p. 13 (...)
  • 3003 B.-C. Shafer, « Bourgeois nationalism in the pamphlets on the eve of the french Revolution », JMH, (...)

3Les États généraux focalisent toute l’attention de la littérature politique et fait du terme nation le mot clé des discussions. Ainsi, l’absolutiste Augustin-Jean Chaillon de Jonville déplore en 1789 que certains « citoyens invoquent à tous moments et à tous propos, les grands mots de nation et lois fondamentales » malgré les différents sens que peut contenir l’acception nationale3002. La définition de la nation et de la patrie n’échappe donc pas à cette règle3003. En effet, pour une brochure anonyme de 1789, la vulgarisation des termes est extrême :

  • 3004 Catéchisme français à l’usage des gens de la campagne, s.l.n.d. BN Lb39 1357 pp. 1-3.

« Qu’est-ce que la nation ? Ce sont les prêtres, les nobles et tous les habitants réunis ensemble qu’on nomme citoyens (…) Qu’est-ce que la patrie ? Le pays où l’on est né et où l’on a ses parents, sa famille et son héritage »3004.

  • 3005 « Il faut en convenir : ce mot nation est dans plusieurs bouches, même éloquentes, une magnifique (...)
  • 3006 G. Lefebvre, La Révolution française, Paris, PUF, 1951, p. 580.
  • 3007 Ah ! ah ! Conférences sur les affaires du temps entre un royaliste et un parlementaire, Londres, j (...)
  • 3008 Morisse, Essai sur la nature et l’exercice de l’autorité du peuple dans un État, s.l., 1789, BN Lb(...)
  • 3009 Axiomes du citoyen de la capitale, s.l.n.d. BN Lb39 745 p. 1.
  • 3010 J.-A. Brun de la Combe, Aux notables assemblés, Paris, 3 novembre 1788, BN Lb39 669 pp. 12, 14.
  • 3011 « Tout est changé dans les idées, dans les mœurs, dans les choses ; ce qui se préparait depuis cin (...)

4La nation est dans toutes les bouches mais n’est pas toujours utilisée à bon escient selon le partisan de l’union roi-nation Cérutti3005. La puissance émotive et passionnelle de ce terme sera dans les premières années de la Révolution de 1789 omniprésente3006. Selon un anonyme, on ne parle plus à Paris que « des grands intérêts de la nation »3007, la polysémie environnante du siècle des Lumières ne faisant qu’ajouter de l’intérêt au débat à l’aube de l’ouverture des États généraux. Dès lors, une nation ou un peuple est un terme collectif désignant « l’universalité des sujets d’un État » selon l’avocat national Morisse3008. Les mots « cité », « famille », « société », sont synonymes ainsi que les mots « nation », « peuple », « peuplade » ; tous composent et renferment l’idée d’agrégation et de communauté3009. La nation est le peuple et vice versa pour l’oratorien provençal Joseph-André Brun de la Combe, adepte de l’union entre le monarque et ses sujets3010. Nation et peuple se confondent d’autant plus que la pré-Révolution ne fait pratiquement aucune distinction entre la souveraineté nationale et la souveraineté populaire. Au contraire, plusieurs libelles nationaux aboutissent à leur réunion naturelle. Ces occurrences ne sont somme toute que le révélateur d’une situation « révolutionnaire » avant l’heure des polémiques. Elles témoignent des débats, des démarches mais aussi des simplifications illustrant un assaut en faveur de la nation moderne selon l’écrivain national Pierre-Louis Lacretelle, par ailleurs avocat au Parlement de Nancy3011.

5À travers l’étude d’un concept comme celui de nation, il est par conséquent naturel de penser en premier lieu à la fameuse phrase de janvier 1789 de l’abbé Sieyès :

  • 3012 E.-J. Sieyès, Qu’est-ce que le tiers état ?, s.l., janvier 1789, BN Lb39 1086 C p. 3.

« Qu’est-ce que le tiers état ? -Tout. Qu’a-t-il été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? -Rien. Que demande-t-il ? -À être quelque chose »3012.

  • 3013 J.-D. Lanjuinais, Réflexions patriotiques de l’arrêté de quelques nobles de Bretagne daté du 25 oc (...)

6Dans une tentative de recherche des origines syntaxiques, on pourrait utiliser certaines phrases marquantes écrites par quelques auteurs en 1788 et l’assertion d’une cour souveraine. Ainsi, le député du tiers état de Rennes Jean-Denis Lanjuinais affirme le 25 octobre 1788 que la « nation est un tout »3013. Ensuite, Valdruche de Mont Rémy indique le 14 décembre 1788 qu’il

  • 3014 Valdruche de Mont Rémy, Unité de la nation dans l’assemblée des États généraux ou réunion des troi (...)

« faut remarquer que le tiers état qui forme la plus grande partie de la nation, qui lui procure le nécessaire, le superflu et la puissance ; ce tiers état, sans lequel elle ne serait rien ; s’est toujours trouvé lui-même réduit à rien quand il est arrivé à ces assemblées »3014.

  • 3015 M. de Robespierre, À la nation artésienne, sur la nécessité de réformer les États d’Artois. Nouvel (...)
  • 3016 Lettre au roi de novembre 1788 du Parlement de Rouen, (AN K 711 pièce 62 f° 1 v° et BN Lb39 793 p. (...)
  • 3017 J. Guilhaumou, « Sieyès, l’individu et le système », PH, janvier-mars 2003, p. 56.
  • 3018 J.-D. Bredin, Sieyès. La clé de la Révolution française, Paris, Edition de Fallois, 1988, p. 78 ; (...)
  • 3019 J.-L. Carra, Considérations, recherches et observations sur les États généraux, s.l., 1789, BN Lb3 (...)

7Robespierre, fin 1788, reconnaît que « le peuple, qui est compté pour quelque chose, apprend à s’estimer lui-même »3015. Enfin, le Parlement de Rouen en novembre 1788 écrit qu’il faut que la nation ne soit pas « comptée pour rien » lorsque l’on ne l’assemble pas3016. Même si l’abbé Sieyès développe une « métaphysique politique » hors du commun3017, il est indéniable de reconnaître que celui-ci a pu lire ou entendre de telles allégations afin, grâce à son génie propre, d’écrire la phrase que l’on connaît. Toutefois, la contagion a été immédiate étant donné que son libelle a été distribué à plus de 30 000 exemplaires et diffusé par les clubs et les salons3018. D’ailleurs, le futur jacobin et adepte de la souveraineté nationale Jean-Louis Carra explique en 1789, sûrement après avoir lu Sieyès, à propos des États généraux de 1356, que « la nation avait le droit non seulement d’être comptée pour quelque chose mais de régir elle-même ses propres affaires »3019. Pourtant, il ne faut pas tomber dans le piège de la vampirisation des esprits par Sieyès -même s’il ne faut pas minorer son importance ! -car il est loin d’être le seul à avoir voulu construire une nation politique et constitutionnelle.

  • 3020 Cf. K. Margerison, « Political pamphlets, the society of thirty, and the failure to create a disco (...)
  • 3021 Cf. V.-R. Gruder, « The Bourbon monarchy: reforms and propaganda at the end of the Old Regime », T (...)
  • 3022 H. Carré, La noblesse de France et l’opinion publique au xviiième siècle, op. cit., pp. 326-327. D (...)

8Dès lors, la controverse politique pendant la pré-Révolution se tourne volontiers vers des définitions de plus en plus précises mais nourrit aussi un bouillonnement intellectuel sans précédent. Chaque courant, qu’il soit national3020, parlementaire ou absolutiste3021, essaie par l’intermédiaire de libelles et de pamphlets de reprendre à son compte une dialectique nationale en puissance. À l’approche du 5 mai 1789, il est pourtant délicat de distinguer les parlementaires des « nationaux »3022 comme le remarque l’avocat parisien Godard dans sa correspondance :

  • 3023 Cité par H. Carré, La tactique et les idées de l’opposition parlementaire d’après la correspondanc (...)

« Il y a maintenant à Paris et dans tout le royaume, trois noms de partis : celui des royalistes, celui des parlementaires, celui des nationaux. Ces deux derniers font cause commune ; les nationaux espèrent que cette alliance sera longue et qu’à son retour le Parlement de Paris conservera les bons principes »3023.

  • 3024 D. Richet, De la réforme à la Révolution, op. cit., p. 409 ; J. de Saint-Victor, La chute des aris (...)
  • 3025 D.-M. Sutherland, Révolution et contre-Révolution en France, 1789-1815, traduit de l’anglais par P (...)
  • 3026 T. Tackett, Par la volonté du peuple, comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, P (...)
  • 3027 F. Furet, D. Richet, La Révolution française, Paris, Fayard, 1973, p. 66 ; A. Soboul, La Révolutio (...)
  • 3028 « Les royalistes regardent les parlementaires comme des têtes exaltées qui voudraient, sous le pré (...)

9D’ailleurs avant août 1788, les termes « nationaux » et « patriotes » ne concernaient qu’un mouvement s’attaquant au despotisme ministériel3024, à savoir ceux qui sont « amoureux de la liberté » comme la Société des trente3025. Cependant, la situation était beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît car, même si l’idéologie était éclatée à la veille de la Révolution3026, il existait bien une sorte de « parti national » dont une lignée est tracée par des hommes comme la Rochefoucault et la Fayette3027, mouvement combattu par une opposition royaliste absolutiste et une frange parlementaire3028. Ainsi, il y a, à travers le dépouillement massif et systématique des opuscules pré-révolutionnaires, quatre grands mouvements : la tendance royaliste absolutiste prônant la théorie du droit divin et l’unicité de commandement avec le consilium et l’auxilium ; l’orientation parlementaire nobiliaire classique avec des corps modérant le pouvoir monarchique ; le mouvement partisan de l’union entre le roi et son peuple voulant se débarrasser des corps intermédiaires et prônant une réconciliation naturelle entre le souverain et la nation ; enfin l’élan national composé en grande partie du troisième ordre avec, pour un temps, l’appui des robins mais ayant comme objectif principal une nation législative supérieure au roi. C’est cette tentative de classification qui se rapproche le plus de la réalité même si les interconnexions politiques sont inévitables. En effet, pour un anonyme en 1789, on a

  • 3029 Discours de l’orateur des trois ordres aux États généraux par un député, s.l., 1789, BN Lb39 1311  (...)

« dans chaque ordre des divisions majeures d’opinions et des noms qui en dérivent ; vous marchez sous plusieurs bannières, on dit le parti des aristocrates, le parti des démocrates, le parti constitutionnaire, le parti anticonstitutionnaire »3029.

  • 3030 Le cri de la raison ou entretien entre un Parisien, un provincial et un abbé, op. cit., p. 9.
  • 3031 J.-N. Moreau, Expositions de défense de notre constitution, t. 2, op. cit., pp. 385-386, 395.
  • 3032 V. Gruder, « The Bourbon monarchy », op. cit.

10Le plus important est que la diffusion nationale, cette véritable révolution dans les mots, touche l’histoire littéraire dans sa globalité mais aussi l’histoire du droit comme le remarque, en 1788, une brochure : « Les chaudes discussions que la fermentation des esprits a produit sont en vérité d’excellents traités de droit public »3030. Ainsi, des publicistes absolutistes essaient, comme Moreau entre 1788 et 17893031, de combattre en vain l’influence de nouvelles théories destructrices de la monarchie3032. En effet, la nation se veut désormais pleinement politique et constitutionnelle.

Notes

2983 V.-R. Gruder, « Un message politique adressé au public : les pamphlets populaires à la veille de la Révolution », RHMC, 1992, t. 39-2, p. 179 ; J. Egret, La pré-Révolution, op. cit., p. 325 ; M. Morabito, Histoire constitutionnelle, op. cit., p. 25. En effet, « le roi ayant fait connaître, au mois de novembre dernier son intention de convoquer les États généraux du royaume, S.M. a ordonné aussitôt toutes les recherches qui peuvent en rendre la convocation régulière et utile à ses peuples », (Recueil Isambert, t. 28, n° 2507, op. cit., p. 601).

2984 R.-W. Greenlaw, « Pamphlets litterature in France during the period of the aristocratic revolt, 1787-1788 », JMH, 1957 n° 4, p. 349.

2985 Y. Durand, « Les États généraux de 1614 et de 1789 : vie et mort de la monarchie absolue », Revue Dix-Septième Siècle, 1989, n° 163, p. 134 et L’ordre du monde, idéal politique et valeurs sociales en France du xvième au xviiième siècle, Paris, Sedes, 2001, pp. 330-332.

2986 Lettre écrite le 1er août 1787 par un certain Nicolas Ruault in Gazette d’un Parisien sous la Révolution, (1783-1796), textes rassemblés par A. Vassal, Paris, Perrin, 1976, p. 86.

2987 Pour la réunion des États généraux, N. Ruault écrit le 11 août 1787 que « la canaille des provinces répète le même cri, fait les mêmes souhaits que la canaille de Paris », (ibid., p. 90).

2988 J. Egret, La pré-Révolution, op. cit., p. 330.

2989 J. Guilhaumou, L’avènement des porte-parole de la République, 1789-1792, Paris, Presses Universitaires du Septentrion, 1998, p. 57.

2990 A. Rey, Révolution, histoire d’un mot, Bibliothèque des Histoires, Paris, NRF-Gallimard, 1989, p. 94.

2991 V.-R. Gruder, « Un message politique adressé au public », op. cit., p. 165.

2992 R. Dupuy, « Des pamphlets bretons à Sieyès, décembre 1788-janvier 1789 : la destruction de l’image de la noblesse », Images de la Révolution française, t. 1, op. cit., p. 195.

2993 S. Rials, La déclaration des droits de l’homme et du citoyen, Paris, Pluriel, 1988, p. 37.

2994 R. Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, op. cit., p. 210.

2995 Parmi les multiples exemples recensés en France, il y a un modèle poitevin qui inspira 21 paroisses dans les régions de Couhé et de Melle, (J.-M. Augustin, La Révolution française en Haut-Poitou, op. cit., p. 73).

2996 G.-V. Taylor, « Les cahiers de 1789 : aspects révolutionnaires et non révolutionnaires », AESC, novembre-décembre 1973, n° 6, p. 1496. « Le cahier doit être lu pour ce qu’il est : le résultat d’un référendum, pris naturellement dans son sens premier de consultation et non de vote. Ni collections d’opinions individuelles, ni simple somme de desiderata adressés au prince tout puissant, les cahiers de doléances ont été écrits collectivement lors de réunions prévues à cet effet », (P. Grateau, Les cahiers de doléances, une relecture culturelle, Histoire, Rennes, PUR, 2001, p. 74).

2997 A. Aulard, « Patrie, patriotisme sous Louis XVI », op. cit., p. 320 ; B. Hyslop, French nationalism in 1789 according to the general cahiers, New-York, Columbia University Press, 1934, p. 27.

2998 G. Chianea, Histoire des institutions publiques de la France, t. 2, Grenoble, PUG, 1995, p. 95.

2999 R. Chartier, « Cultures, Lumières, doléances : les cahiers de 1789 », RHMC, 1981, t. 28, p. 84.

3000 A. Aulard, « Patrie, patriotisme sous Louis XVI », op. cit., p. 326.

3001 R. Robin, La société française en 1789 : Semur-en-Auxois, Paris, Plon, 1970, p. 322.

3002 A.-J. Chaillon de Jonville, Apologie de la constitution française, t. 1, s.l., janvier 1789, p. 132.

3003 B.-C. Shafer, « Bourgeois nationalism in the pamphlets on the eve of the french Revolution », JMH, 1938, t. 10, pp. 31-50.

3004 Catéchisme français à l’usage des gens de la campagne, s.l.n.d. BN Lb39 1357 pp. 1-3.

3005 « Il faut en convenir : ce mot nation est dans plusieurs bouches, même éloquentes, une magnifique imposture. D’effrontés charlatans rallient, à ce nom superbe et sonore, les dupes qu’ils font mouvoir par des fils grossiers. La nation vous condamne, criaient les satellites de la grève, en tranchant des têtes abhorrées. La nation vous arrête disaient les sbires des grands chemins, en arrêtant les voyageurs suspects et non suspects. La nation vous fait grâce, s’écriaient des libérateurs coupables, en arrachant un fils parricide au supplice. La nation vous extermine, disaient des brigands féroces, en incendiant les châteaux et dévastant les campagnes. La nation vous proscrira, disent les opinants énergumènes à des opinants plus modérés. La nation veut tel spectacle, crie au milieu du théâtre français un parterre enthousiaste. Si cet abus durait, s’il s’étendait encore, ceux qui ont écrit pour la véritable nation, seraient forcés de dire, comme l’empereur que j’ai déjà cité : Plût à Dieu que je n’eusse jamais appris à écrire : quam vellem litteras nescire ! », (J.-A. Cérutti, Vues générales sur la constitution française ou exposé des droits de l’homme dans l’ordre naturel, social et monarchique, Paris, Desenne, 1789, BN Lb39 1278 p. 163).

3006 G. Lefebvre, La Révolution française, Paris, PUF, 1951, p. 580.

3007 Ah ! ah ! Conférences sur les affaires du temps entre un royaliste et un parlementaire, Londres, janvier 1788, BN Lb39 512 p. 5.

3008 Morisse, Essai sur la nature et l’exercice de l’autorité du peuple dans un État, s.l., 1789, BN Lb39 6979 p. 2.

3009 Axiomes du citoyen de la capitale, s.l.n.d. BN Lb39 745 p. 1.

3010 J.-A. Brun de la Combe, Aux notables assemblés, Paris, 3 novembre 1788, BN Lb39 669 pp. 12, 14.

3011 « Tout est changé dans les idées, dans les mœurs, dans les choses ; ce qui se préparait depuis cinquante ans, s’est manifesté et accompli dans moins de deux ans. Tout était prêt pour une grande révolution et rien ne le paraissait », (P.-L. Lacretelle, De la convocation de la prochaine tenue des États généraux en France, s.l., 1788, BN Lb39 706 pp. 2-3).

3012 E.-J. Sieyès, Qu’est-ce que le tiers état ?, s.l., janvier 1789, BN Lb39 1086 C p. 3.

3013 J.-D. Lanjuinais, Réflexions patriotiques de l’arrêté de quelques nobles de Bretagne daté du 25 octobre 1788, s.l.n.d. BN Lb39 6603 p. 15. Lanjuinais était aussi conseiller aux États de Bretagne.

3014 Valdruche de Mont Rémy, Unité de la nation dans l’assemblée des États généraux ou réunion des trois ordres, s.l., 14 décembre 1788, BN Lb39 6688 p. 13.

3015 M. de Robespierre, À la nation artésienne, sur la nécessité de réformer les États d’Artois. Nouvelle édition, s.l.n.d. BN Lb39 6607 p. 12.

3016 Lettre au roi de novembre 1788 du Parlement de Rouen, (AN K 711 pièce 62 f° 1 v° et BN Lb39 793 p. 2).

3017 J. Guilhaumou, « Sieyès, l’individu et le système », PH, janvier-mars 2003, p. 56.

3018 J.-D. Bredin, Sieyès. La clé de la Révolution française, Paris, Edition de Fallois, 1988, p. 78 ; S. Rials, La déclaration des droits, op. cit., p. 36.

3019 J.-L. Carra, Considérations, recherches et observations sur les États généraux, s.l., 1789, BN Lb39 1167 p. 33.

3020 Cf. K. Margerison, « Political pamphlets, the society of thirty, and the failure to create a discourse of national reform during the french pre-Revolution, 1788-1789 », HEI, 1993, t. 17, n° 2-3, p. 215; B.-C. Shafer, « Bourgeois nationalism in the pamphlets », op. cit., pp. 31-50.

3021 Cf. V.-R. Gruder, « The Bourbon monarchy: reforms and propaganda at the end of the Old Regime », The french Revolution and the creation of modern political culture, t. 1, op. cit., pp. 347-374.

3022 H. Carré, La noblesse de France et l’opinion publique au xviiième siècle, op. cit., pp. 326-327. D’ailleurs, R.-W. Greenlaw fait un tableau synthétique de la publication de 820 pamphlets entre janvier 1787 et le 25 septembre 1788 et découpe celui-ci en quatre périodes. Le plus intéressant est qu’il s’est rendu compte que 90 pour cent de ceux-ci sont en opposition à la royauté. 85 brochures nobles s’opposent férocement au pouvoir monarchique, 106 du tiers état et 116 indéterminés. Il faut bien sûr prendre avec précaution un tel tableau car la situation est beaucoup plus confuse et complexe que cela, (« Pamphlets litterature in France », op. cit., pp. 351, 354).

3023 Cité par H. Carré, La tactique et les idées de l’opposition parlementaire d’après la correspondance inédite de Cortot et Godard, 1788-1789, Paris, Imprimerie de la Cour d’Appel, 1895, p. 7.

3024 D. Richet, De la réforme à la Révolution, op. cit., p. 409 ; J. de Saint-Victor, La chute des aristocrates, (1787-1792), Paris, Perrin, 1992, p. 409.

3025 D.-M. Sutherland, Révolution et contre-Révolution en France, 1789-1815, traduit de l’anglais par P. Chemla, Paris, Seuil, 1991, p. 42.

3026 T. Tackett, Par la volonté du peuple, comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Paris, A. Michel, 1997, pp. 71-73.

3027 F. Furet, D. Richet, La Révolution française, Paris, Fayard, 1973, p. 66 ; A. Soboul, La Révolution française, 1789-1799, Paris, Editions Sociales, 1948, p. 77 ; J.-Y. Guiomar, L’idéologie nationale, op. cit., p. 30.

3028 « Les royalistes regardent les parlementaires comme des têtes exaltées qui voudraient, sous le prétexte de rétablir l’ordre, détruire l’autorité royale ; les parlementaires ne voient dans les autres que des égoïstes qui sacrifient la patrie à leur intérêt personnel », (Lettres de M. le marquis de *** à un Français retiré à Londres, Amsterdam, 1788, BN Lb39 610 p. 6). De plus, le ministère, après mai 1788, voyant les réticences et les blocages parlementaires dans la procédure de l’enregistrement, engagea plusieurs libellistes comme Linguet ou l’abbé Maury afin de s’allier l’opinion publique mais la technicité des pamphlets royalistes était trop marquée d’où finalement la surenchère des pamphlétaires partisans des cours souveraines s’attachant à prouver la relation « ministère-despotisme », (M. Bottin, La réforme constitutionnelle de mai 1788, op. cit., pp. 46-47).

3029 Discours de l’orateur des trois ordres aux États généraux par un député, s.l., 1789, BN Lb39 1311 p. 68.

3030 Le cri de la raison ou entretien entre un Parisien, un provincial et un abbé, op. cit., p. 9.

3031 J.-N. Moreau, Expositions de défense de notre constitution, t. 2, op. cit., pp. 385-386, 395.

3032 V. Gruder, « The Bourbon monarchy », op. cit.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable