Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La modernité du concept de nation au XVIIIe siècle (1715-1789)

 | 
Ahmed Slimani

Titre I. La reformulation politique et institutionnelle de la nation, 12 novembre 1774-5 juillet 1788

Introduction au titre I

Texte intégral

1Cette reformulation entre le rétablissement du Parlement de Paris et la demande de convocation des États généraux emprunte deux voies. La quête d’une représentation vraiment nationale s’avère désormais nécessaire. En effet, les magistrats ne sont plus dans une situation systématiquement frondeuse car la confiance très provisoire faite au roi annihile, pour un temps, toutes les velléités qui auraient pu encore vicier le régime. Dès lors, comme souvent, ce sont les discours les plus extrêmes qui l’emportent. La nation aspire à reprendre sa souveraineté rappelant au prince que celui-ci doit s’incliner devant elle. Parallèlement à ce renversement, une nation en devenir ne peut pas faire l’économie d’une introspection patriotique. On le sait, la configuration nationale est corrélative à l’émergence du patriotisme. L’amour de la patrie tend alors à fusionner avec le sentiment national. En effet, comme pour les trois premiers quarts du xviiième siècle, l’élément naturel et charnel que recèle le sentiment patriotique continue à légitimer toute action politique et à élever la nation.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540