Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La modernité du concept de nation au XVIIIe siècle (1715-1789)

 | 
Ahmed Slimani

Titre I. Une définition patriotique et morale de la nation

Introduction au titre I

Texte intégral

  • 355 J. Ehrard, L’idée de nature dans la première moitié du xviiième siècle, Paris, A. Michel, 1994, p. (...)
  • 356 A. Burguière, « L’historiographie des origines de la France, genèse d’un imaginaire national », AH (...)

1Analyser l’idée de nation, signifie pénétrer en son for intérieur et reconnaître sa diversité, voire ses stigmates : le siècle des Lumière a eu besoin, en ce sens, de croire à la nature humaine355. Pourtant, ce n’est pas tout car le postulat patriotique engendre et demande un façonnement national. Ainsi, aimer sa nation, c’est être responsable. De plus, chérir sa patrie, c’est être instruit des devoirs mais aussi des droits que l’on doit à celle-ci. La nation recouvre alors une idée plus large et utilise le référent patriotique à bon escient. Enfin, estimer son peuple, c’est aussi savoir se situer par rapport aux autres nations356. Dès lors, la légitimité d’une telle recherche en droit public est développée par un manuscrit de 1764 contenu dans les papiers personnels du conseiller au Parlement de Paris Jean-Baptiste Durey de Meinières :

  • 357 Conférence sur le droit public, s.l., 1764, BN Ms Fr. 7565 f° 4. Entre 1764 et 1770 se réunissent (...)

« L’étude du droit public renferme ce double avantage si rare et si précieux de joindre l’utile à l’agréable. Il est agréable de connaître parfaitement l’histoire de sa nation, d’approfondir le génie d’un peuple dont on est membre et d’étudier les mœurs d’un pays qu’on peut appeler du doux nom de patrie ; saisir ce peuple au moment de son établissement, voir sa domination s’agrandir, son espèce se multiplier, son caractère se développer, son gouvernement se former, ses mœurs s’épurer, ses lois exercer leur empire et l’ensemble de son administration tendre toujours (à quelques moments orageux près) vers son bonheur, sa gloire et sa prospérité »357.

2Les mœurs nationales peuvent emprunter trois voies. Celles-ci représentent, promues par une culture commune, un héritage dont le passé ne sera jamais mis à mal. Elles peuvent ensuite reproduire des caractères permettant l’accès à un enracinement, à une appartenance nationale sans faille. Elles sont, enfin, le moteur vers une certaine autonomie. Pris sous l’angle politique, relayé en cela par le discours officiel, elles proposent une nouvelle vision de la relation roi-nation. De plus, les mœurs nationales, avec leurs effets touchant naturellement l’être humain non seulement comme atome mais aussi comme masse, envahissent vivement le discours politique. Cette pensée, par l’intermédiaire parlementaire, se cristallise, se juridicise. Le caractère français imprègne alors le droit, fait montre d’une pré-existence et donc d’une probable perpétuité qu’il faut prendre en compte. Ici se trouve un des remarquables exemples de la fusion et de l’interaction entre l’idée politique et le droit.

  • 358 E. Tillet, La constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans la France des Lumi (...)
  • 359 J. Droz, Le romantisme politique en Allemagne, Collection U, Paris, A. Colin, 1963, p. 26.
  • 360 F.-E. Schrader, L’Allemagne avant l’État-nation, le corps germanique, 1648-1806, Paris, PUF, 1998, (...)
  • 361 G. Benrekassa, Le langage des Lumières, concepts et savoir de la langue, Paris, PUF, 1995, pp. 50- (...)
  • 362 Pour la Mettrie, il n’y a qu’un petit nombre qui veut et peut penser même si l’auteur professe un (...)
  • 363 « Ainsi que des modes et des habillements, la plupart des hommes sont singes d’esprit et de sentim (...)
  • 364 C’est la personnification de la nation qui s’opère comme le comprendra au xixème siècle Jules Mich (...)

3Sans entrer dans les méandres de l’adage « quid leges sine moribus » des Anciens ni dans de probables mais furtives influences étrangères anglaises358, l’anthropologie prend une place de choix au xviiième siècle. Pour beaucoup, l’homme est à redécouvrir en vue d’établir les fondements d’un nouveau régime. Il y a donc une différence entre la nation française et la nation « romantique »359 développée en Allemagne à la fin du xviiième et au début du xixème siècle360. Ce sont les mœurs comme « concept politique » et non civil dont il est question361. Ainsi, le constructivisme et le déterminisme, deux doctrines contradictoires et paradoxales, sont au xviiième siècle utilisés dans la définition de la nation française. On veut la caractériser, l’organiser, l’autonomiser et rendre ce peuple immature, passionné et déraisonnable, « corporable » tel un homme. La nation doit s’élever malgré un sensualisme latent362 quelque peu dépassé par le philosophe André Pecquet en 1757363. Les auteurs de la France des Lumières essaient, tout en reconnaissant l’existence objective du climat, de l’esprit, des mœurs, de construire et même de reconstruire une masse d’êtres humains. Une édification de l’intérieur est entreprise. Un certain fatalisme persiste cependant quant à la nature du peuple. Est-ce une volonté extrême et à terme un repli sur soi ou une volonté d’émancipation sociale ? La question reste en suspend. En effet, le débat juridique mœurs-lois, la discussion du caractère national ainsi que l’esprit qui en découle, établissent un acrotère stable : celui d’une psychologie et d’un physique nationaux qui par essence ont la capacité de se mouvoir et produire du droit. Cette analyse reviendra toujours dans les différents débats du siècle que ce soit dans les écrits politiques ou dans les remontrances des Parlements de France. Identifier les caractères prépare alors le terrain à la maturité populaire. Le peuple est aux portes de la nation et n’est plus la multitude mais un ensemble, un corps, un homme364.

Notes

355 J. Ehrard, L’idée de nature dans la première moitié du xviiième siècle, Paris, A. Michel, 1994, p. 252.

356 A. Burguière, « L’historiographie des origines de la France, genèse d’un imaginaire national », AHSS, janvier-février 2003, n° 1, p. 43.

357 Conférence sur le droit public, s.l., 1764, BN Ms Fr. 7565 f° 4. Entre 1764 et 1770 se réunissent chez le conseiller au Parlement de Paris de Montblin une vingtaine de juristes, conseillers de différentes cours pour des conférences touchant au droit public, (E. Carcassonne, Montesquieu et le problème de la constitution française au xviiième siècle, Paris, 1927, p. 282).

358 E. Tillet, La constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans la France des Lumières, Aix, PUAM, 2001, pp. 69-107.

359 J. Droz, Le romantisme politique en Allemagne, Collection U, Paris, A. Colin, 1963, p. 26.

360 F.-E. Schrader, L’Allemagne avant l’État-nation, le corps germanique, 1648-1806, Paris, PUF, 1998, pp. 53-71. En effet, tout sépare la France de l’Allemagne car si l’on devait schématiquement définir ces deux nations, on postulerait que l’allemande est une nation « ethnoculturelle » tandis que la française est « ethnopolitique », (B. Krulic, La nation : une idée moderne, Paris, Ellipses, 1999, p. 9). L’opposition entre un aspect culturel et politique traduit, de l’autre côté du Rhin, un défaut d’État national et dès lors une carence dans l’homogénéisation. Il faut savoir que dans le dernier tiers du xviiième siècle, le « citoyen culturel » allemand ressentait une nette animosité à l’encontre des mœurs nationales françaises, (H. Segeberg, « Le nationalisme cosmopolite en Allemagne, à la lumière de la Révolution française », Images de la Révolution française, t. 2, communications présentées lors du congrès mondial pour le bicentenaire de la Révolution française, Sorbonne-Paris, 6-12 juillet 1989, dirigé par M. Vovelle, Paris, Pergamon Press, 1989, p. 749). On comprend mieux le déterminisme de Herder -pourtant influencé par Voltaire, Dubos et Montesquieu dans l’approche qu’ils ont fait de la théorie des climats -voulant un devancement des Lumières par un « solidarisme national » allemand affirmé, (G. Delannoi, « La théorie de la nation et ses ambivalences », Théories du nationalisme, op. cit., p. 27). Les Allemands, à la manière de Fichte, se sentent originaires et héritiers de la plus limpide humanité. Ainsi, avant la défaite de Iéna de 1806, il existe bien un « nationalisme culturel », (J.-J. Chevallier, « L’idée de nation et l’idée d’État », APP, 1969, n° 8, pp. 54-55). On veut, outre Rhin, promouvoir le projet d’une autonomie sociale avec le postulat d’une nation antérieure à l’État, ce qui ne sera pas le cas avec la France, malgré le référent ethnique latent, (O. Dann, « Nation », op. cit., p. 763). C’est l’affirmation du Volkgeist, c’est-à-dire l’esprit du peuple, le génie national. C’est « la singularité irréductible, précieuse entre toutes, de chaque peuple, de chaque culture qui devient du même coup national, c’est-à-dire hétérogène à d’autres cultures, contre l’humanisme abstrait des Lumières », (P. Cabanel, La question nationale au xixème siècle, Repères, Paris, La Découverte, 1997, p. 13). Pour une vision récente du débat se reporter à la RFHIP, 2001, n° 14 : Identités et spécificités allemandes.

361 G. Benrekassa, Le langage des Lumières, concepts et savoir de la langue, Paris, PUF, 1995, pp. 50-51, 59. Sur le concept de mœurs civiles, l’Italie était en avance grâce à la production de manuels en tous genres prônant le savoir-vivre et la « pédagogie civile » avec B. Castiglione et S. Guazzo, (B. Craveri, L’âge de la conversation, Paris, Gallimard, 2002, p. 244). Cf. F. Salaün, L’ordre des mœurs, essai sur la place du matérialisme dans la société française au xviiième siècle, (1734-1784), Paris, Kimé, 1996, pp. 112-119.

362 Pour la Mettrie, il n’y a qu’un petit nombre qui veut et peut penser même si l’auteur professe un sensualisme à la limite de l’injure pour l’homme en le comparant à un singe, un ver, un castor, (L’homme machine, in Œuvres philosophiques, t. 1, Amsterdam, 1753, pp. 24, 28, 64, 149).

363 « Ainsi que des modes et des habillements, la plupart des hommes sont singes d’esprit et de sentiment, ils se copient d’autant plus volontiers qu’ils s’évitent la peine de penser, en adoptant pour bon ce qu’ils voient ou ce qu’ils lisent. C’est là qu’il faut chercher le berceau des préjugés nationaux d’éducation, dont on ne guérit qu’à force de méditer, d’avoir vécu avec toutes les nations », (A. Pecquet, L’esprit des maximes politiques, pour servir de suite à l’esprit des lois du président Montesquieu, t. 1, Paris, Prault père, 1757, p. 235).

364 C’est la personnification de la nation qui s’opère comme le comprendra au xixème siècle Jules Michelet, (G. Noirel, « L’identité nationale dans l’historiographie française », Identité politique, CURAPP, Paris, PUF, 1994, p. 295).

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540