Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La modernité du concept de nation au XVIIIe siècle (1715-1789)

 | 
Ahmed Slimani

Première partie. La nation, un concept polysémique, institutionnel et politique, 1er septembre 1715-12 novembre 1774

Introduction à la première partie

Texte intégral

1La nation française au xviiième siècle peut être étudiée grâce à la compréhension d’une notion de prime abord anodine : les caractères nationaux. L’historiographie se concentre à juste raison sur l’abstraction révolutionnaire de la nation mais ce n’est que le point final d’une évolution beaucoup plus complexe et surtout plus humaine. Touchant naturellement le sentiment patriotique, le génie national permet, de par ses potentialités, l’édification d’une entité à part entière. La nation française est un être vivant doué de sens à même, pour certains auteurs, d’agir politiquement. Face à une telle réalité en corollaire à une construction nationale prônant la présence de mœurs et d’esprits, existe dès le début du siècle le vacillement d’un schéma traditionnel, celui du roi et de la nation comme pierre d’achoppement à la symbiose classique issue des siècles précédents. Toutefois, avant d’aller plus loin dans l’analyse, il faut se rendre compte de la polysémie du mot nation.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540