Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le concept de représentation dans la pensée politique

Réaliser la représentation

La conservation du patrimoine sous la monarchie de Juillet comme représentation de la nation

Stéphane Mouré

Texte intégral

INTRODUCTION. L’INVENTION D’UN « LIBÉRALISME DE GOUVERNEMENT »1

  • 1 Voir Pierre Manent, « François Guizot : le libéralisme de gouvernement », Histoire intellectuelle (...)
  • 2 Voir Charte constitutionnelle du 4 juin 1814. Guizot, à son tour, affirme qu’il est nécessaire de (...)
  • 3 Voir Claude Lefort, Essais sur le politique (xixème-xxèmesiècles), Seuil, 1986, p. 29.
  • 4 Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, ou destruction systématique des vieux mon (...)
  • 5 Guizot en fait le constat : « comme tout change dans l’homme et autour de lui, comme le point de v (...)
  • 6 Voir Pierre Rosanvallon, Le moment Guizot, Gallimard, 1985, pp. 33-72.
  • 7 François Guizot, Mélanges historiques et politiques, Paris, 1869, p. 80.
  • 8 Ibid., p. 80.
  • 9 Tocqueville estime que « les Français ont fait en 1789 le plus grand effort auquel se soit jamais (...)
  • 10 François Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politique (...)

1Les journées de 1830 font cesser le régime des faux-semblants, des nostalgies et des fidélités embarrassantes. Il n’est pas possible en effet de « renouer la chaîne des temps », interrompue par de « funestes écarts », sans rien concéder aux aspirations nouvelles, aux idéaux à l’œuvre dans des consciences irrémédiablement politisées, et l’enlisement dans l’anachronisme des pompeux usages de l’ostentation, auquel Charles X, roi sacré à la mode ancienne, semble se résoudre, n’est que l’aveu d’une incapacité pathétique à peser dans le vif de l’existence collective, soumise à des tensions et conflits mal éteints qu’une autorité vraiment suprême, celle qui donne « aux institutions qu’elle établit, la force, la permanence, la majesté dont elle est elle-même revêtue »2, a pourtant mission de contenir. C’est un libéralisme de gouvernement qu’il faut maintenant concevoir, sur la base d’une recomposition souple des relations de pouvoir : à l’âge d’une « indétermination dernière »3 coextensive à l’efficacité symbolique -jamais totalement anéantie-, des gestes de l’appropriation démocratique4, elles peinent à s’extraire du champ de cette temporalité déréglée5 et affranchie de toute idée de fixité, dans laquelle peut encore s’immiscer, à la fois comme une menace (pour les gouvernants garants de l’ordre public) et comme une promesse (pour les gouvernés livrés à la puissance désenchanteresse de l’État bureaucratique), l’inépuisable dynamique du changement révolutionnaire. Guizot, théoricien du « pouvoir social »6, en est convaincu : point n’est besoin de recourir à des mécanismes ou procédés coercitifs pour inscrire l’action gouvernementale dans la durée. Il suffit de se faire national, d’agir conformément aux intérêts spécifiques d’une collectivité d’hommes ayant le sentiment (ou simplement à cœur) de se tenir à l’écart du jeu des factions et de s’individualiser substantiellement dans l’être mis en commun, dont les institutions publiques s’évertuent à suivre le mouvement, auquel surtout elles fournissent le canal d’une expression faisant autorité dans l’espace bigarré des rapports de forces existentielles. En ordonnant les signes tangibles de sa réalité posée comme irrévocable, elles le somment d’être continuellement présent à l’esprit, pour soutenir à moindre effort et sans violence intempestive la normalité rassurante d’une direction unitaire dans l’accomplissement des charges politico-administratives. La Charte convient ainsi au gouvernement, s’il se montre, « dans sa conduite et dans toutes ses mesures, aussi national, aussi étranger à tout parti, qu’il a voulu l’être et qu’il l’a été en effet dans le traité solennel qu’il a conclu avec la nation »7. Nul doute que cette France au repos, détournée des utopies brillantes -progressiste ou rétrograde-, soit « facile à gouverner »8 : elle discrédite par sa seule présence la croyance en une malléabilité complète de la matière sociale qui fait le lit d’un volontarisme aux accents terroristes. Cette entité supra individuelle à représenter en toutes circonstances n’est pas le produit du pur intellect, un artifice de la pensée. Elle se laisse approcher sous une forme sensible, donnant à réfléchir l’évidence d’une insertion dans un temps long, voire d’une participation plus ou moins directe à une histoire gratifiante qui déborde les étroites limites spatio-temporelles propres à l’individu séparé et sans ancrage. Les antiquités, les monuments de toutes époques qui restent bien visibles à la surface du pays, les œuvres d’art, attestent cette espèce d’élargissement de soi, de transfiguration par laquelle doivent s’estomper les rancœurs, les haines, les motifs de discorde. Bénéficiant de la sollicitude publique, ils tombent dans le patrimoine d’une nation enfin apaisée qui refuse de dédaigner le passé comme d’en faire l’objet d’un culte idolâtre. Ce gouvernement libéral qui se propose d’orienter les énergies vers les activités pacifiques de la production des richesses et de l’épargne a d’abord à reconstituer les repères fiables de la vie commune. Manifester la permanence d’une identité collective, c’est en effet annuler les risques de dissolution de l’être-ensemble, indisposé par le traumatisme de la coupure9. Le « grand problème de l’alliance de la liberté et du pouvoir, de l’ordre et du mouvement »10 n’est pas insoluble, affirme Guizot qui s’en remet au prodige de la représentation. Il s’agit de conférer à la nation souveraine, encore bien près d’adhérer à l’abstraction d’une raison constructiviste qui l’érige, sans compromis possible avec l’héritage, en instituteur d’un ordre égalitaire/individualiste diamétralement opposé à la formule de l’absolutisme monarchique de fait périmée, une matérialité et une visibilité, d’en inventorier soigneusement les vestiges à des fins conservatrices -le terme reçoit ici une acception éminemment politique. L’heure est donc au consensus, celui que dicte la nation bien représentée dans laquelle l’Ancien Régime et la Révolution voisinent en bonne intelligence, au lieu d’armer des bras vengeurs, de véhiculer amertumes ou folles espérances, d’échauffer dangereusement les imaginations.

  • 11 La mémoire ainsi gardée n’obéit plus à cette logique d’héroïsation d’hommes tout acquis à la cause (...)
  • 12 Voir Rapport présenté au Roi, le 21 octobre 1830.
  • 13 Cette complexification tendancielle du social accompagne le mouvement de la civilisation européenn (...)
  • 14 Chateaubriand, conscient de ne pas être intelligible pour tout le monde, se fait en quelque sorte (...)

2Ce libéralisme de gouvernement que les doctrinaires appellent de leurs vœux passe par l’organisation d’une mémoire nationale qui insiste sur l’idée de continuité11, indispensable à l’établissement de la confiance. Très vite, Guizot, en sa qualité de ministre de l’Intérieur, décide de faire instituer « un inspecteur général des monuments historiques »12. Tel est le souhait : combler le gouffre béant qui sépare l’ancienne France, reléguée dans l’impuissance politique, du régime libéral qu’il entend porter à la hauteur d’une nation réconciliatrice. Le comte de Montalembert, auteur d’un article sur le vandalisme publié en 1838 dans la Revue des Deux Mondes -la justement nommée-, se réjouit de ce tournant. « Ce sera un éternel honneur pour le gouvernement de Juillet que cet arrêté de son ministre de l’Intérieur, rendu presque au milieu de la confusion du combat et de toute l’effervescence de la victoire, par lequel on instituait un inspecteur général des monuments historiques, à peu près au même moment où l’on inaugurait le roi de la révolution. C’était un admirable témoignage de confiance dans l’avenir, en même temps que de respect pour le passé. On déclarait ainsi que l’on pouvait désormais étudier et apprécier impunément ce passé, parce que toute crainte de son retour était impossible ». Ainsi se précise le sens de cette représentation que l’instance gouvernementale met à son actif : elle a pour objet de consolider les termes unificateurs d’une société complexe13, de donner belle figure à des populations minées intérieurement par l’angoisse persistante de se perdre ou de s’évanouir dans un flot d’événements incompréhensibles14, et partant de faciliter la prise en charge et le traitement de ses demandes plus ou moins explicites. Ce que la politique patrimoniale qui s’élabore sous la monarchie de Juillet jette en représentation, ce qu’elle pousse vigoureusement à l’existence, c’est au fond la nation post-révolutionnaire. Trois thèmes ainsi s’enchevêtrent sous cette ambition conservatrice, qu’il convient d’examiner un à un : la représentation, la Révolution, la nation.

I. LA POLITIQUE PATRIMONIALE COMME MOYEN D’INSTALLATION DU SYSTÈME REPRÉSENTATIF

  • 15 Voir « Représentatif (Système) », Dictionnaire de la conversation et de la lecture, Tome Quinzième (...)
  • 16 À ce sujet, voir la mise au point de Pierre Rosanvallon qui se propose de « constituer en objet sp (...)
  • 17 « Partout où l’on a trouvé des élections et des assemblées, on a cru trouver les éléments du systè (...)
  • 18 Le système monarchique, qui place la souveraineté sur la terre, « la personnifie, lui prête un cor (...)
  • 19 L’introduction d’idées nouvelles, l’affirmation de leur caractère moteur dans l’histoire humaine, (...)
  • 20 François Guizot, « De la monarchie », Histoire de la civilisation en Europe. Présenté par Pierre R (...)
  • 21 « L’abandon de la force, l’obéissance à la règle, voilà, selon Guizot, le principe fondamental de (...)
  • 22 Guizot reprend une expression de Pascal pour définir le gouvernement représentatif : « La multitud (...)

3Il serait fâcheux pour la cohérence du propos de ne pas s’entendre sur la signification qui s’attache au concept politique de représentation. Cette question, il faut donc la poser sans détours : qu’est-ce que représenter ? « L’essence caractéristique du système représentatif, lit-on dans le Dictionnaire de la conversation et de la lecture, ne consiste pas dans la participation d’une partie du peuple au gouvernement, non plus que dans cette participation au moyen de l’envoi de députés, mais dans le caractère représentatif de ces députés »15. Cette définition, presque tautologique, n’est faible qu’en apparence. Elle a le mérite de stimuler la réflexion en la dégageant du carcan des prénotions qui reconduisent à l’univers de la démocratie libérale dans lequel se forgent nos critères d’appréciation, ceux reçus pour légitimes et valables, et qui sont cependant peu disposés à cautionner une approche plus rigoureusement politique de la dialectique du commandement et de l’obéissance inhérente au vivre-ensemble. Ce qui fait donc l’essence de la représentation, c’est le caractère représentatif de ceux qui ont titre, légal ou pas, à gouverner, de ceux qui ont cette aptitude à « vouloir pour la nation » -les mots de Barnave restent ici pertinents. Ces gens hautement qualifiés, dignes d’être remarqués dans l’espace public, c’est-à-dire de prendre les marques de souveraineté, se chargent de déterminer, de cette nation représentée, les intérêts vitaux, par-delà les querelles partisanes qui faussent parfois leur jugement ou les aveuglent. À un certain degré d’intensité, ces tensions internes peuvent être la cause d’un démembrement du corps politiquement constitué, attentatoire au principe de continuité de l’État auquel pourtant est suspendue l’action du gouvernement représentatif, alors mis spectaculairement en déroute. La conséquence à tirer de ce propos liminaire est qu’il serait réducteur de ramener la problématique de la représentation au strict examen du mode de désignation des gouvernants en régime démo-libéral, de s’enfermer dans l’opposition classique entre l’électorat-fonction et l’électorat-droit, appréhendée sous l’angle d’une histoire générale de la citoyenneté démocratique comme point de convergence naturel des luttes et des enjeux de pouvoir (sur un plan théorique à tout le moins). Le projet doctrinaire de Guizot, dont on retient surtout l’intransigeance et l’échec de son conservatisme austère, se trouverait, dans une telle perspective historiographique, vicié de l’intérieur : il souffrirait d’une malformation congénitale qui le mènerait à la faillite, serait entaché d’un déficit, n’aurait de valeur ou d’intérêt philosophique que pour son manque flagrant, perdrait en quelque sorte sa consistance propre ; la courte période à laquelle il renvoie, perçue d’emblée comme transitoire, serait prise dans une espèce de poussée méliorative implicite qui programmerait, par-devers lui ou contre lui, l’élimination des intolérables limitations portées à l’exercice du droit de vote, le triomphe de l’égalité en sa version républicaine, le sacre de l’individu-citoyen, l’approfondissement inévitable des libertés publiques16. Il faut pourtant s’en convaincre : la participation à des jeux formels et à des procédures de caractère consultatif ne peut résumer à elle seule toute la citoyenneté, rendre compte substantiellement du fait politique de l’appartenance. Il s’ensuit qu’il n’est pas nécessaire, analytiquement parlant, de recevoir l’onction du suffrage pour être politiquement représentatif17. Se doter d’une puissance d’incarnation de la totalité sociale, présider à ses destinées, rien dans tout cela ne suppose un recours à des pratiques électoralistes. Voyons le monarque d’Ancien Régime sur scène : il a, en vertu de sa dualité et de sa teneur métaphysique, statut corporatif, et le processus représentatif dans lequel il se livre tout entier, étranger en son fond à la règle d’autonomie du soi collectif et au phénomène de dépersonnalisation du pouvoir, l’élève au rang de ministre de Dieu sur terre18. C’est dire que le parfait représentant se reconnaît à sa capacité formidable, admise au moins tacitement par les gouvernés, à se mettre à l’unisson d’une entité supérieure, par le truchement de laquelle ceux-ci se rassemblent et se font une raison. Il en exprime la volonté ordonnatrice, l’impose légitimement à tous les membres du corps social tentés souvent de donner priorité à leurs intérêts particuliers et catégoriels, par nature contradictoires entre eux, sur le bien commun. Son pouvoir est d’abord de comprimer les forces disparates à l’œuvre dans un temps historique déployé hors du champ d’application de cette contrainte ontologique de la répétition que récuse le fait tangible de la civilisation19. Représenter sera donc conférer au Souverain un lieu, une matérialité, une apparence, l’arracher à l’indétermination qui est celle dans laquelle s’échoue la multitude insaisissable et menaçante : à lui, en tant que représentant, de maintenir la société en ordre, de la constituer selon un schéma unitaire et qualitatif, de la forcer à prendre un temps maîtrisé dans lequel elle s’éprouvera elle-même, aura ses justes mesures, pourra suivre ses mouvements d’humeur en confiance et sans se disloquer. Guizot, artisan de la politique patrimoniale sous la monarchie de Juillet, butte sur un paradoxe, logé dans la dangereuse revendication des masses à se gouverner elles-mêmes. Le système démocratique, note-t-il, « renverse toute image visible de l’unité sur la terre et renie tout dépositaire unique de la souveraineté ». Et d’ajouter que l’homme moderne « cherche encore l’unité d’un souverain collectif que, par un étrange abus de mots, il appelle un et indivisible bien qu’il soit collectif. Mais cette dernière hypothèse est savante et pénible. Des philosophes ont pu s’y complaire ; elle ne frappe point l’imagination des hommes. Ce souverain collectif n’a ni forme, ni résidence, ni majesté. Ce n’est même pas ce peuple visible et animé qui laboure, travaille, circule dans les champs et dans les rues. C’est le peuple, mais seulement en idée, un peuple abstrait qui ne se laisse ni entendre, ni voir, à qui la théorie seule attribue l’être et la volonté »20. Le ressort de la logique représentative, c’est donc d’informer les masses grondantes, de les fixer sous des traits mémorables, de les installer à demeure afin qu’elles s’abandonnent sans murmure à la « règle »21 du gouvernement, lequel en contrepoint ne peut assumer sa fonction conservatrice qu’en se faisant directeur de conscience, en plus d’être le détenteur attitré des moyens légaux de la coercition. Multitude et unité se combinent par l’opération d’un pouvoir qui met en représentation la collectivité humaine dans le dessein d’empêcher et la confusion et la tyrannie qui sont fauteurs de troubles, de rebellions, de désordre22. Récapitulons brièvement, en insistant sur la dimension spécifiquement politique du phénomène représentatif, à laquelle la théorisation de l’interdépendance du pouvoir et du social chère à Guizot est incontestablement réceptive.

  1. Le gouvernement est vraiment représentatif s’il fait siennes les doléances ou réclamations diffuses d’un être supra individuel, et s’emploie à assurer la prévalence de ses fins en réfrénant les passions dissolvantes qui le travaillent en son for intérieur.
  2. Cet être transcendant auquel le gouvernement représentatif fait droit est le foyer d’une unanimité, d’une volonté autonome qui excède le plan des partis pris et des particularismes, lesquels en s’activant politiquement risquent de saper les fondements de l’ordre public dont il est le gardien naturel.
  3. Il convient donc de manifester cet être existentiel dans sa présence réelle, de le rendre à l’évidence (de videre, voir), de l’imposer continuellement à l’esprit, de le matérialiser, de le marquer afin que chaque individu puisse le remarquer, et concomitamment se projeter en lui dans l’élan d’une dévotion orientée vers l’intérêt général que le gouvernement représentatif s’applique à faire prévaloir au milieu des appétits et des ambitions bruyantes par où s’affirme la condition humaine de la pluralité. C’est dire que pouvoir politique ne saurait s’exercer sans image de marque, sans pompe, sans ostentation, sans cérémonie : elles sont autant d’occasions de produire des signes donnant au souverain de paraître en majesté, de se distinguer du commun des mortels, de les réunir tous indistinctement sous son commandement, d’être solennellement reconnu dans sa qualité pour agir au nom de la société qu’il met ainsi en forme et hors d’atteinte des polémiques fatigantes.
  • 23 Le Dictionnaire de la lecture et de la conversation indique que le système représentatif est deven (...)
  • 24 Voir François Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions poli (...)

4La représentation au sens politique du terme vise donc ce caractère de médiation propre au statut du souverain qui, par la puissance de personnification dont il est pourvu, ramasse le collectif -gouvernants et gouvernés compris en même temps-, sous les espèces de l’Un. Il réalise un compromis raisonnable entre multitude et unité, à portée constituante du monde commun. Pour s’établir politiquement, le régime représentatif veille à l’illustration de ce vivre-ensemble, auquel l’État, simple appareil de domination rationnelle légale, ne fournit jamais qu’un cadre juridico-institutionnel, trop impersonnel. Il ne peut en pénétrer les profondeurs, du fait notamment de l’étendue du territoire23. Les populations qu’il prétend discipliner sont relativement hétérogènes, et l’individualisme encourage à des relâchements. Mais la société cesse d’être tout à fait une « collection d’individus » juxtaposés quand elle s’arrange avec « le principe surhumain de la souveraineté »24 qui la libère de ses divisions intestines. Elle s’inscrit dans le long cours d’une histoire laissant des traces, celles que recense la politique patrimoniale qui lui fait ainsi un visage familier, un masque de protection, la lie à cet être sensible, complet, volontiers exclusif, toujours en paix avec lui-même malgré les orages traversés et les déconvenues subies. La dignité dont il se voit revêtu le pose en maître sujet de ce récit merveilleux, et l’autorise à presser les membres du groupe, remis à la discrétion du gouvernement qui met un point d’honneur à le représenter en bonne et due forme, à accéder à l’ère postrévolutionnaire.

II. LA POLITIQUE PATRIMONIALE COMME MOYEN D’ACCÈS À L’ÈRE POST-RÉVOLUTIONNAIRE

  • 25 Ce conflit gigantesque est loin d’être vidé : « on présente d’une main à la nation le fantôme du d (...)

5L’ambition représentative que la monarchie de Juillet affiche péremptoirement articule la conservation des richesses patrimoniales avec un conservatisme politique d’orientation libérale. La terrible commotion révolutionnaire de 178925, puis le souvenir des atrocités commises pendant la

  • 26 Joseph de Maistre soulève le point : la constitution écrite ne possède que les formes extérieures (...)
  • 27 Voir Robespierre, « Sur les principes de morale politique qui doivent guider la Convention nationa (...)

6Terreur, sont à l’arrière-plan. Les discordances de temps qui fragilisent l’ordre collectif, mal accordé avec ses structures régulatrices désormais plus ou moins sujettes à contestation -faute d’être assez représentatives-, sont le contrecoup de cette brisure initiale, par où advient l’inconnu d’un avenir insondable, comme détaché de tout héritage et libre ainsi d’être réapproprié sous des dispositifs idéocratiques ultra mobilisateurs, de fait incompatibles avec le maintien d’un statu quo qui ne peut emporter totalement l’adhésion de ces masses aventureuses et débridées. Autrement dit, le projet conservateur que développent les doctrinaires mêle à l’espoir d’un dépassement résolutoire des conflits intra sociaux l’exigence d’une composition de solidarités intergénérationnelles. Il répond à la volonté de conjurer les affres de l’indétermination sous tous ses aspects : indétermination de cette société d’individus égaux et faisant nombre, proprement infigurables en tant que tels, auxquels néanmoins la Révolution, sur la foi d’une Déclaration universelle aussi généreuse que politiquement inconséquente26, avait tenté de donner une armature constitutionnelle ; indétermination également d’un temps vidé de ses pesants archaïsmes qui tiennent une collectivité humaine au lieu dit de sa permanence. La loi intangible de répétition exacerbant le sentiment d’une dette et d’une dépendance, sous laquelle doit impérativement plier l’ordre public pour se refaire à l’identique en ces phases critiques dont l’histoire est bardée, est à jamais levée. Un espace vierge s’expose alors à l’intelligence d’hommes irradiés par des idées neuves et bien décidés à « tenir les promesses de la philosophie »27, quitte à répandre le sang, à dresser des échafauds, à recourir à des méthodes expéditives. Cette philosophie qui dessine l’horizon d’une attente et appelle au renversement des structures en place, il convient, en 1830, de la neutraliser, de la réduire aux dimensions d’un réel familier, d’annihiler son contenu subversif, d’épuiser sa charge polémique, mais aussi de la fixer pour partie dans une formule politique durable en la dégageant des utopies funestes qui sèment à tout vent les germes de la guerre civile. La Révolution de Juillet n’a rien à promettre, dès lors que le gouvernement qui en est issu s’oblige en connaissance de cause à être la représentation de la nation, de cette nation revue et corrigée que la grande Révolution de 1789 avait inscrite avec perte et fracas dans l’économie des pouvoirs et qu’elle avait imposée dans l’histoire comme le plus sûr moyen d’en finir à jamais avec le règne du despotisme. Au fond, deux difficultés surgissent dans le processus révolutionnaire : s’il faut faire la Révolution en vertu d’une croyance en l’amélioration significative des conditions positives de l’établissement humain, il faut aussi la terminer à temps. Deux questions se conjoignent, qui taraudent inlassablement des hommes aux prises avec la dynamique intrinsèque de l’événement fondateur :

7a) La question de l’efficience politique de la parole portant destitution de l’ancien monde.

  • 28 Voir Myriam Revault d’Allonnes, « La Révolution et le désir d’éternité », D’une mort à l’autre. Pr (...)
  • 29 Pour une présentation complète, voir Louis Réau, « Le vandalisme jacobin », Histoire du vandalisme (...)
  • 30 Voir le discours d’Alexandre de Lameth, prononcé à la tribune nationale le 19 juin 1790.
  • 31 Dans un rapport lu à la tribune de la Convention le 31 juillet 1793, Barère exhorte « la main puis (...)
  • 32 Grégoire utilise ce mot pour la première fois le 2 janvier 1794, dans son Rapport sur les inscript (...)
  • 33 En démocratie, le lieu du pouvoir est « lieu vide ». Voir Claude Lefort, Essais sur le politique ((...)
  • 34 Voir Myriam Revault d’Allonnes, « Comment l’excès vient au politique », D’une mort à l’autre. Préc (...)
  • 35 Lameth recommande lors de la séance du 19 juin 1790 de respecter les monuments des arts, mais auss (...)
  • 36 L’expression est de Lameth. Discours du 19 juin 1790.
  • 37 Ce temps qui annule la normalité des travaux et des jours, s’ouvre à l’impératif d’une suppression (...)
  • 38 Difficile représentation sans doute (l’exceptionnel, ce qui est sans précédent, se laisse mal repr (...)
  • 39 Voir Myriam Revault d’Allonnes, D’une mort à l’autre. Précipices de la Révolution, Seuil, 1989, p. (...)
  • 40 Corps toujours en mouvement, animé d’une force herculéenne foudroyante, qui surmonte dans le feu a (...)

8Au-delà des intentions et des divergences d’opinions, une vérité se manifeste, dans toute son ampleur : la Révolution a lieu ; elle tient lieu d’une actualité énorme à laquelle personne ne saurait se dérober. C’est dire que les idées mises en avant par les partisans du novus ordo seculorum ont, ou sont, effectivement une puissance matricielle, irrésistible. Il faut pour s’engager en Révolution qu’elles s’objectivent et soient opératoires dans le champ des réalités perçues, qu’elles aient une indéniable capacité à transformer l’existant, qu’elles soient à même de passer commande d’actes à caractère régénérateur. Une raison supra individuelle, politiquement structurante, s’exerce alors, qui donne au processus émancipateur sa densité historique. La liberté qui guide le peuple est chose à voir, non simple vue de l’esprit. Brandir les mots de la philosophie ne suffit pas à faire époque ; il est indispensable d’imprimer dans l’esprit des gens la représentation d’une rupture à valeur inaugurale. Ce fait prodigieux de la Révolution en marche est rendu sensible dans le registre patrimonial. Les initiatives abondent, soutenues par la quête d’une éternité qui défie l’ordre des contingences humaines28. Mentionnons sans souci d’exhaustivité29 : l’appel vibrant à la destruction des « emblèmes qui dégradent la dignité de l’homme »30 ; le décret de l’Assemblée législative prévoyant la destruction, à compter du 14 août 1792, des monuments, « restes de la féodalité », de quelque nature qu’ils soient, et « sans délai » ; le brûlement des effigies et des portraits royaux ; la violation des tombeaux de Saint-Denis31 ; mais encore la dénonciation sincère du « vandalisme » -le mot est de l’abbé Grégoire32. Ce dernier point surprend quelque peu. Comment l’interpréter ? Il signale la peur d’une dérive ou d’un abandon de soi au genre macabre, le sentiment vague de s’abîmer dans un mouvement autotélique qui serait sans lendemain (radieux), la crainte de surenchères aussi destructrices que vaines. Les missionnaires auto-proclamés du nouveau monde ne sont-ils que les agents d’une dévastation qui n’en finira jamais de s’étendre ? La Révolution décèle en elle les forces brutes d’une négation de principe, d’abord du régime despotique mais aussi, par une espèce d’extension malheureuse qu’elle redoute, des figures idéalisées de l’avenir sous lesquelles l’humanité accomplira ses destins. Elle ne peut tolérer de se confondre tout entière avec l’anarchie festive de l’iconoclasme spontané. Il lui faut s’arc-bouter sur cette conviction d’être quelque chose et non le « vide »33, au terme d’une transition pénible, faite de contradictions, de résurgences, de sursauts, de ressaisissements, qu’elle gouverne cependant d’un bout à l’autre, qu’elle enchaîne à sa fin sublime. La notion néologiste de vandalisme comprend la nécessité de constituer une intelligibilité du passage, par-delà le spectacle de la désolation et la furie des attitudes. Elle permet la maîtrise complète, sur un plan logomachique au moins, de cette entreprise d’émancipation vertigineuse, déroutante, par laquelle « l’excès vient au politique »34. L’assainissement de l’espace public implique la définition d’un rapport au passé, identifié grossièrement à des objets qui ont un caractère symbolique : démolition et sauvegarde sont les deux modalités de cette prise en compte du dépôt de ces siècles d’obscurantisme, auxquels la nation libre veut échapper35. Certes, les « monuments que le despotisme s’est fait élever par la servitude »36 blessent les défenseurs du nouveau pacte social, mais ils sont aussi les témoins éloquents d’un basculement : d’un autre âge, comme soustraits à leur propre histoire qui s’exténue enfin, ils ont à dire que la Révolution a bien cours, qu’elle produit ses fruits, qu’elle fait œuvre bénéfique, qu’elle triomphe définitivement de ses adversaires refoulés dans une séquence maintenant dépassée. Grégoire, c’est à souligner, inscrit le refus du vandalisme au chapitre d’une défense inconditionnelle de l’orthodoxie révolutionnaire. Il n’est pas homme de compromis. Les exigences qu’il tente de concilier sont internes à cette Révolution qui met bas : mort et naissance en même temps37, tel est en effet le drame. Et de cette pièce, il n’y a qu’une seule et unique représentation38 à laquelle est convié tout l’univers. Pour preuve de ce jusqu’au-boutisme : l’abbé use sans vergogne de la rhétorique du complot, par laquelle il distribue les responsabilités, pourfend l’ennemi, mais surtout se donne les moyens conceptuels de le multiplier à l’infini. Cette prolifération fantastique est encore un levier de la mobilisation partisane dans le contexte paroxystique d’une Révolution en actes : elle interdit formellement le repos de l’âme. La conservation est révolutionnaire, en tant qu’elle parie sur la reconnaissance d’une postérité bienveillante, jalouse de cette félicité universelle que maints sacrifices érigent d’ores et déjà en possible. Le citoyen doit être informé d’une vérité éternelle, dont les arts soumis à contrôle gouvernemental font grand cas : c’est qu’il jouit d’une liberté emportée de haute lutte. L’effort donc n’est pas absurde puisque la Révolution, qui combat sa « part maudite » -la Terreur39-, et extirpe le Vandale conspirateur de son corps vigoureux héroïquement maintenu en tension40, ira à son terme.

9b) La question du terme du processus révolutionnaire.

  • 41 Voir, par ordre chronologique : Robespierre « Sur les principes du gouvernement révolutionnaire » (...)
  • 42 Voir François Furet, Penser la Révolution française, Gallimard, 1978, p. 19.
  • 43 L’ouvrage de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, publié seulement en 1856, est emblémat (...)
  • 44 Ce lieu prestigieux s’expose à la sémantique du Pouvoir : place Louis XV ; place de la Révolution (...)

10La Révolution est à terminer, dès l’instant qu’elle mobilise et prend acte de sa réalité irrévocable dans l’espace politique, qu’elle est assurée de réaliser quelque chose d’inédit par-delà les débauches verbeuses et les amplifications en soi politiquement insignifiantes. Cette injonction traverse toutes les phases d’un processus aux multiples ramifications. Elle déborde l’antagonisme des positions partisanes et le foisonnement étourdissant des situations critiques portant l’estampille d’une radicalité génésique. Robespierre comme Madame de Staël, Billaud-Varenne comme les Consuls de la République, tous l’admettent41 : point de Révolution faisant tout son possible sans la visée de son achèvement. Le travail conclusif est à reprendre en 1830, et les Trois Glorieuses se soldent par l’installation d’un régime représentatif qui se donne pour objectif de dresser le constat amiable d’une pacification post-révolutionnaire des relations sociales. Le révolu, que « le récit des origines »42 fait surgir dans les consciences, ne couvre donc plus seulement l’expérience du despotisme monarchique. Il s’étend et frappe au cœur même du processus révolutionnaire pour en déclarer le terme. Ainsi, l’effort (et l’effroi) de la séparation d’avec soi-même en ses déterminations archaïques, par lequel la collectivité se confronte à l’errance dans l’univers infini des possibles infigurables, peut être dépassé, à la faveur d’un nouvel agencement des données temporelles. La société d’après la Révolution aspire à se ranger sous l’égide d’une autorité représentative qui s’emploie à la pacifier, à éliminer en elle les morceaux polémiques, à remembrer les différents moments de son histoire. Le regard de l’érudit suit cette mutation des temps : sous la violence d’un arrachement à l’ancien monde se découvre un soi collectif qui, en réalité, persévère dans une logique d’organisation socio-politique43. Il n’est plus question de faire du passé table rase, et moins encore de le restaurer dans ses attendus réactionnaires, mais de faire sa place la Concorde. Le nom est donné par Louis-Philippe44, et le choix de l’Obélisque, érigé en 1836, est révélateur d’une volonté d’apaisement : monument exotique, il n’éveille en effet aucune des passions qui secouent la société française, habitée par ses inquiétants fantômes.

  • 45 Le statut de l’instruction publique est ainsi reconsidéré sous la monarchie de Juillet. Voir Pierr (...)
  • 46 Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, Flammarion, 1988, p. 90.

11Faisons le point : terminer la Révolution, c’est promouvoir un sentiment d’appartenance à la nation post-révolutionnaire qui, dans l’esprit des doctrinaires, tient le lien social à distance des modèles du corps (tributaire d’un système d’incarnation mettant en scène la personne royale surhumaine) et du marché (facteur d’une dégénérescence de l’être-ensemble dans les flux d’une économie monétaire dénonçant toute espèce de représentation à dimension extra individuelle). Cette nation dont la monarchie de Juillet prend les traits tend à rétablir un principe d’unité substantielle dans l’espace des relations humaines. Des solidarités se tissent entre les vivants et les morts, et donc entre les vivants mis devant le fait accompli d’une communauté de destin : c’est qu’ils s’inscrivent dans une lignée (ou une durée), qu’ils relaient en eux-mêmes, corrélativement, la puissance perpétuelle et centralisatrice d’un État garant de l’ordre public, seul habilité à les représenter en permanence dans toute l’épaisseur d’une histoire portée à leur connaissance mais surtout, c’est le souhait, apprise par cœur45. Le gouvernement représentatif soulage ainsi les Français des convulsions inhérentes au passage à l’acte révolutionnaire par lequel ils semblaient « vouloir tout abolir dans le passé »46. Une nouvelle intelligence de l’héritage se forme, sous les plis d’une nation vénérable, bientôt lavée de ces tensions partisanes qui en tourmentent l’âme, celles qui compromettent l’efficacité de l’action régulatrice d’un État instituteur soucieux de faire mémoire longue, dans l’intérêt d’une bourgeoisie politiquement épanouie et décomplexée.

III. LA POLITIQUE PATRIMONIALE COMME MOYEN DE TRANSFORMATION DE L’IDÉE NATIONALE

  • 47 « Les émeutes sont mortes, les clubs sont morts, la propagande révolutionnaire est morte, l’esprit (...)
  • 48 48 François Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politi (...)
  • 49 49 Le régime sous lequel cet homo novus aspire à déployer la normalité de son existence, c’est la (...)
  • 50 Michelet pousse à l’extrême cette personnalisation de la France. Voir Gil Delannoi, « La théorie d (...)
  • 51 Carl Schmitt, Théorie de la Constitution, PUF, 1993, p. 347.
  • 52 Cette loi invite autant à la loyauté qu’au légalisme. Michelet, exalté, la décrit ainsi : « Non, l (...)
  • 53 Guizot n’en reste pas aux « formes extérieures de gouvernement », et croit à la nécessité d’interr (...)
  • 54 Voir Thomas W. Gaehtgens, « Le musée historique de Versailles », Les lieux de mémoire, 2, Sous la (...)
  • 55 Voir Honoré de Balzac, « La maison du chat qui pelote », La Comédie humaine, Gallimard, Bibliothèq (...)

12Un enseignement est tiré de l’intermède bourbonien : il n’est plus l’heure de référer l’ordre public à la divine Providence et d’affirmer que l’autorité tout entière réside en France dans la personne d’un Roi fidèle à ses prédécesseurs, qui n’avaient point hésité du reste à en modifier l’exercice. C’est donc la fin de cette économie de l’incarnation royale qu’enregistrent les hommes de Juillet, selon laquelle le souverain absolu, recevant investiture en une forme théologico-politique ritualisée, a pleine qualité pour donner corps à ses sujets et réfléchir, au-delà de sa simple constitution biologique, le sentiment grave d’une dignité qui ne meurt pas, d’une participation du soi collectif à des réalités transcendantes chargées de l’installer à perpétuelle demeure. Le roi, « embourgeoisé », cesse à sa demande d’être le médiateur du ciel et de la terre, le point de jonction entre la cité humaine, appréhendée en ses divisions concrètes, et la puissance tutélaire unificatrice qui la garde en elle-même tout au long d’une histoire mouvementée dans laquelle, inévitablement, elle s’éprouve, se hasarde, s’ébranle. Celui qui administre les matières d’État n’est plus qu’un homme ordinaire, un roi de Français faits citoyens, l’égalité électorale étant établie en théorie (loi du 19 avril 1831). La Charte révisée assume ainsi l’idée d’un fondement contractuel du pouvoir monarchique : Roi et Chambre élue exercent, de concert, la souveraineté. Cette souveraineté n’est pas, à proprement parler, divisée ; elle appartient à la nation qui jouit d’un privilège d’antériorité, d’une majesté incomparable. Conséquence : les institutions publiques qui en émanent ont à démontrer qu’elles sont représentatives, en émettant les signaux d’une conformation unitaire de la collectivité humaine dont elles s’enquièrent, dans l’assurance de leur pérennité. C’est dire que la nation, à l’heure attendue d’un conservatisme libéral, se trouve impliquée dans une opération d’achèvement du processus révolutionnaire. Elle ne se dresse plus, armée et véhémente, contre un Ancien Régime qui ne peut rien espérer d’une Restauration, mais l’accueille en son sein comme une période révolue de son histoire, prise en main par une bourgeoisie sûre d’elle-même, nouvelle élite politique qui assoit sa domination sur une modification du rapport au temps, ainsi fermé à l’aventure47. Cette première moitié du siècle voit donc la nation se transformer : elle récuse en bonne part l’abstraction du modèle juridique qui s’adosse au progressisme humanitaire de la Déclaration de 1789. Imbue des idéaux individualiste et égalitaire de la philosophie des Lumières, celle-ci l’avait gaillardement hissée à la hauteur d’une puissance de régénération des structures de l’appartenance, au mépris des us, coutumes, particularismes identitaires dans lesquels pourtant une communauté s’anime historiquement et prend pied dans le réel. Corps d’associés vivant sous une loi commune et représentés par la même législature aux dires de Sieyès, la nation se concevait alors en Révolution, investie qu’elle était d’une mission d’abattre l’ordre triparti, réputé immémorial, de la monarchie de droit divin, de ruiner le vieil édifice féodal servant d’affreux décor au despotisme. Convenons-en : nation mal à l’aise en un régime représentatif qui « n’admet ni l’oppression de la force qui usurpe le pouvoir, ni celle de l’anarchie qui le détruit »48 ; nation grosse des ambitions de l’homo novus, être sans feu ni lieu qui ne se rencontre lui-même et ne se tolère que dans l’universalité de ses droits naturels imprescriptibles jetés à la face des Princes49 ; nation purement incantatoire et belliciste donc, qui extrade les ancêtres et oppose à leurs manières jugées liberticides des promesses mirifiques mettant à l’ordre d’un jour à venir la désincorporation intégrale d’un pouvoir dont elle nie, au fond, la mesure politique, pour en faire l’instrument d’une espèce de conversion à connotation morale. Sous la monarchie de Juillet, une campagne de réévaluation de l’héritage est lancée, conférant à la nation un statut postrévolutionnaire. Elle s’autorise ainsi, en toute tranquillité, à renouer avec son passé, moins pour lui redonner quelque actualité, fatalement contraire à sa dignité qui passe par la reconnaissance de sa qualité de personne souveraine, que pour appeler tous les Français à trouver refuge en son sein. Malmenés, égarés, longtemps laissés en déshérence, ils veulent surtout s’extraire de ces luttes entre factions qui n’ont plus lieu d’être, puisque le nouveau gouvernement auquel ils remettent leur destinée ne sera pas celui d’un parti, mais de la nation entière, et qu’il s’attachera à la représenter en son âme et conscience. En marge d’un corps royal réduit à sa simple expression temporelle, le pouvoir développe ainsi un imaginaire, par lequel l’individu se rend compte de ce qui le précède et l’englobe : ses folles prétentions à l’autonomie et au repli cèdent, dès lors qu’il se découvre partie prenante d’une histoire faite d’apports successifs, de concours de volontés, de réalisations somptueuses, de sacrifices exemplaires, à laquelle la référence à la nation fournit un maître sujet assez captivant pour susciter une identification. La France n’est pas un assemblage de circonscriptions administratives définies sur critère technocratique, une géographie passée en géométrie si l’on veut, mais le territoire des traces d’une vie commune au long cours. Ce processus représentatif que Guizot entend orienter politiquement produit ses effets intégrateurs au rapport d’une conjugaison du temps et de l’espace : la nation dément le rationalisme étriqué de son heure de gloire révolutionnaire, dans l’horizon duquel elle se cantonnait à ratifier une logique juridico-constitutionnelle alternative à celle d’un Ancien Régime honni, pour se poser en personne méta historique50. Elle retranscrit quelque chose d’un dispositif de la médiation, à caractère existentiel, non platement procédural ou positiviste. Explicitons ce point : la représentation, comprise dans sa perspective authentiquement politique, n’est pas celle d’un parti ; elle a pour objet un « genre supérieur d’être qui est susceptible d’être élevé à l’être public, d’avoir une existence »51. C’est en l’occurrence la nation, qui enferme le collectif dans une formule unitaire. La division entre gouvernants et gouvernés, dont la suppression brutale de tous les corps intermédiaires pendant la Révolution française avive la conscience, est contournée. La violence de l’appareil d’État, objectivement de plus en plus coercitif et performant, n’est plus assimilée, sous ce régime représentatif, à des torsions aliénantes ou à des empiétements scandaleux, car le sentiment même de l’abus, notion envahissante dans la littérature savante ou pamphlétaire du xviiième siècle, s’évacue. Il ne résiste pas à cette interaction constante du pouvoir et du social, tendue vers un « juste milieu ». Autrement dit, la question de la représentation est celle du tiers médiateur, personne extérieure aux partis en présence, capable de les réunir sous sa « loi »52 pacificatrice et de leur faire entendre raison, tant qu’elle couvre symboliquement l’espace public, qu’elle s’y manifeste. La politique patrimoniale tente de mettre en scène cette personne qui n’a plus le secours d’un corps royal superbement vêtu pour apparaître en majesté. Elle veille à la conservation des signes extérieurs de sa richesse par lesquels elle se révèle à tous, les empoigne virilement, les entraîne dans l’immémorial, les force à l’admiration. Mais le processus représentatif veut d’abord convaincre d’une richesse tout intérieure53 : monstre de magnanimité, de bonté, de générosité, tel est cet être hospitalier en qui il convient de placer sa confiance. Dans cette histoire édifiante d’une personne auguste qui laisse des traces et a, malgré tout, dimension corporative, grands hommes et hommes du peuple se congratulent, s’épaulent, se lient d’amitié. Son rôle est de prévenir le risque d’atomisation sociale : de fait, elle agrège, rend la proximité évidente, sollicite l’attention, proscrit l’indifférence (alors même que des citoyens restent passifs en régime censitaire). L’initiative la plus emblématique de cette administration de la mémoire par laquelle le gouvernement veut augmenter sa représentativité est certainement l’aménagement des galeries de Versailles : elles constituent un musée dédié « à toutes les gloires de France »54. Louis-Philippe commande aux principaux artistes de son temps 3000 tableaux : c’est l’histoire de la nation française en images, peintes ou sculptées. Seules les batailles à issue victorieuse reçoivent un traitement pictural. Tolbiac, Fontenoy, Valmy, Austerlitz, sont ainsi intégrées dans une suite événementielle qui fait entendre un hymne à la fraternité d’armes. Limpide est la leçon : tous les Français, de quelque époque qu’ils soient, ont œuvré à la grandeur nationale, tous ont servi avec abnégation ; s’unir encore à l’avenir est une manière de les honorer, de les tenir en haute estime, de continuer la fabuleuse épopée. À l’heure ingrate où triomphe la « boutique »55, le patrimoine restitue cette sève propre à ceux qui font date, aux portes de la légende.

CONCLUSION. L’IMPOSSIBLE RÉPRESSION DU POLITIQUE

  • 56 François Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politique (...)
  • 57 Voir Olivier Beaud, « Repräsentation und Stellevertretung : sur une distinction de Carl Schmitt », (...)
  • 58 Victor Hugo, de cette tribune, s’émerveille. Voir « Le Parlementarisme », Napoléon le Petit.
  • 59 Voir Carl Schmitt, « Les principes du parlementarisme », Parlementarisme et démocratie, Seuil, 198 (...)
  • 60 François Guizot, Histoire de la civilisation en Europe. Présenté par Pierre Rosanvallon, Hachette, (...)
  • 61 François Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politique (...)

13L’approche doctrinaire du phénomène représentatif ne manque pas de surprendre : elle fait subir en effet au parlementarisme libéral-bourgeois, dans lequel la monarchie de Juillet est pourtant censée trouver sa source d’inspiration, une sérieuse inflexion. Le type de représentation que Guizot promeut dans son travail d’historien et de ministre s’accommode de cette exigence d’une instruction politique de la collectivité, par laquelle des institutions générales provoquent « la société à se manifester dans son gouvernement »56. Dérivées du droit privé, les notions de délégation, de commission juridico-technique, de mandat, sont, quant à elles, muettes sur la fonction de médiation/intégration que remplissent des organes politiquement représentatifs57 : sous un angle démo-libéral, seule vaut la pluralité cacophonique des opinions et des partis, à représenter exactement dans le cadre d’une assemblée conçue comme lieu de délibération perpétuelle. D’un mot, la « tribune »58 l’emporte sur le sceptre, les joies de la « discussion publique » sur le plaisir de l’acte d’autorité59, où se devine « le seul pouvoir qui ait droit à la souveraineté, c’est-à-dire le pouvoir infaillible, c’est-à-dire Dieu »60. Une communauté humaine cependant ne peut totalement régler son existence et se configurer substantiellement sur la base d’une relation duale ou frontale, celle entre gouvernants élus au suffrage (censitaire ou universel) et gouvernés électeurs (citoyens passifs ou actifs), tant que l’appartenance se donne comme fait politique. Il lui faut le renfort d’un tiers sous lequel gouvernants et gouvernés se confondent, aspirent à ne faire qu’un (et cessent en l’occurrence de se faire face), ont sentiment de dignité et de complétude, se dédient à un être supérieur qui seul à qualité pour être représenté, c’est-à-dire a pouvoir exorbitant de les représenter tous sans esprit d’exclusive. Ainsi se correspondent, et restent en bons termes, société et gouvernement, la première, « collection d’individus », souscrivant aux avances du second faisant cette « loi suprême » qui a droit de les régir eux-mêmes61. Deux remarques toutefois s’imposent, qui jettent une lumière sur le berceau d’illusions dans lequel se débat ce libéralisme de gouvernement, rattrapé par un tropisme anti-politique :

14a) La nation n’est pas réductible à un régime politique, tout représentatif qu’il prétend être.

  • 62 Ce déficit de représentation qui affecte le référent national est susceptible d’être surmontée dan (...)
  • 63 François Guizot, « De la légitimité politique », Histoire de la civilisation en Europe. Présenté p (...)
  • 64 Voir Laurent Theis, « Guizot et les institutions de mémoire », Les Lieux de Mémoire, 1, Sous la di (...)

15La nation rendue sensible et visible à la faveur d’une mise en ordre conservateur de ses richesses patrimoniales décrit le cercle d’une appartenance dans lequel, en principe, doit se nouer solidement la relation politique du commandement et de l’obéissance. L’histoire dont elle est l’actrice principale, et l’auteur, reconnaît la succession des crises et des régimes, inhérente à l’inattendu qui scande l’existence collective. Donc la nation est irréductible à l’une quelconque des formules institutionnelles dans lesquelles s’exercent les prérogatives de puissance publique. Question : comment ce gouvernement libéral peut-il croire en sa parfaite représentativité ? Ne se leurre-t-il pas quand il déclare que la Révolution est achevée, puisque cet achèvement suppose de tenir pour acquis une espèce de consubstantialité entre la nation et le régime représentatif qu’il veut soutenir ? La nation, extérieure aux expériences constitutionnelles successives, ne saurait se doter d’une force d’incarnation de la multitude d’une intensité égale à celle du monarque d’Ancien Régime : car celui-ci est à la fois personne corporative et mode d’organisation d’un pouvoir qu’il tient d’une main ferme en sa réserve ontologiquement constituée, afin de conserver le rapport d’équilibre reçu de ses prédécesseurs, qui conditionne le maintien du statu quo62. Le Roi sacré, par destination, est médiateur, lieutenant de Dieu sur terre ; l’agere perçu en son imposante gravité est exercé dans un ordre immémorial à structure monarchique, dépliant les relations sociales sous un schéma tri fonctionnel évocateur d’un imaginaire du féodalisme. La nature bi corporelle du monarque, au titre de laquelle il inclut dans sa personne transcendante tous ses ancêtres ainsi que sa descendance, accorde à l’institution ces « privilèges de l’éternité » qui « sont impitoyablement refusés à ce qui est l’œuvre du Temps »63. Et des fluctuations humaines, des joutes et consultations électorales, le système démo-libéral fait sa matière première. La nation transporte en elle un potentiel critique ou révolutionnaire : on peut opposer ses droits, ceux inaliénables du Souverain qui commande à l’avenir comme au passé, au régime en place qui n’est jamais qu’une contingence, un accident de plus dans l’histoire ; on peut lui contester, et lui retirer, cette capacité qu’il s’octroie de vouloir pour elle, de la comprendre dans sa durée même, qui n’est pas la sienne. Il faut nuancer cependant. La jonction entre l’État (qu’il soit monarchique ou républicain, il est toujours pensé sur le mode d’une permanence trans-historique) et la Nation est un correctif à ce déphasage entre l’appareil de gouvernement et la collectivité, qui affaiblit le principe même de la légitimité. Tels sont les réquisits : que ce gouvernement soit vraiment représentatif et que la collectivité qu’il encadre soit portée à s’identifier à la nation. Justement, les « institutions de mémoire »64 créées sous la monarchie de Juillet sont un instrument de nationalisation de la société civile ; elles ont pour objet de formaliser le rapport entre gouvernants et gouvernés, l’État et la société, en appelant la nation à les tenir ensemble sous une même direction, celle fixée par le gouvernement représentatif qui reste étranger par essence à tout esprit partisan. Lourde tâche.

16b) La nation, en ce régime démo-libéral qui peine à la représenter, n’est pas le seul point de convergence des dévouements politiques.

17La conflictualité intra sociale n’est pas près de se résorber, quoi qu’en pensent les doctrinaires grisés par l’idée de terminer la Révolution sous les couleurs d’une bourgeoisie trop arrogante. La contestation en effet peut emprunter d’autres voies que celle de la nation : ainsi, la séparation ouvrière, entendue comme mode d’identification alternative subséquent à la montée d’une « conscience de classe », est annonciatrice de bien des luttes. L’internationalisme marxiste se chargera d’ailleurs d’électriser les masses (à tous le moins les intellectuels), réunies à l’ombre d’un drapeau rouge immense. C’est ici noter que la nation renonce (au moins provisoirement) à la Révolution, mais que la Révolution, elle, ne renonce pas à l’histoire. La peur gagne les possédants. Il n’est plus seulement question de désarmer les Vandales, mais de défaire les « nouveaux Barbares », expression polémique par laquelle Saint-Marc Girardin désigne, dans un article du Journal des débats du 8 décembre 1831, les ouvriers lyonnais insurgés. Vidée de ses significations révolutionnaires et réinvestie par le libéralisme bourgeois et parlementaire, la nation reposée est maintenant l’ennemi d’un peuple-prolétaire qui, à son tour, veut faire la Révolution, et s’en donnera les moyens, légaux ou pas.

  • 65 Voir Lucien Jaume, « Aux origines du libéralisme politique en France », Esprit, Juin 1998, Numéro (...)

18On reconnaîtra en conclusion le trait caractéristique du libéralisme à la française dans cette politique de conservation patrimoniale : il adhère à la logique du modèle stato-national, comme technique universelle de mise en relation politique de gens destinés, par l’histoire et la géographie, à vivre ensemble65. Pour s’adresser à la postérité, lui transmettre en bon état les chefs-d’œuvre de l’art, il convient avant tout de constituer un pouvoir d’État. Le processus d’identification/représentation sur un plan national est ainsi connecté à celui de concentration/ monopolisation sur un plan étatique. À l’instance étatique de tracer unilatéralement le cercle d’une appartenance nationale, afin d’intégrer des individus dans un espace rendu homogène qu’elle pourra seule contrôler et administrer rationnellement. Les penseurs libéraux espèrent fuir la scène des antagonismes existentiels ; ils découvrent que garantir l’intégrité de l’héritage et se nouer aux générations futures dans une même admiration des beautés qui font se souvenir des riches heures passées ensemble est l’indice d’un pouvoir souverain, celui de décider de l’exception, au sens élémentaire de consigner ce qui dans l’histoire est remarquable. Comme le suggère l’étymologie, l’archive est la pièce justificative d’une raison d’État.

Notes

1 Voir Pierre Manent, « François Guizot : le libéralisme de gouvernement », Histoire intellectuelle du libéralisme, Hachette, 1997, pp. 199-219.

2 Voir Charte constitutionnelle du 4 juin 1814. Guizot, à son tour, affirme qu’il est nécessaire de « lier les sentiments aux habitudes, les institutions aux souvenirs, de renouer enfin la chaîne des temps qui ne se laisse jamais rompre tout à fait, quelque violents que soient les coups qu’on lui porte ». Discours d’ouverture, 7 décembre 1820, Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politiques de l’Europe, Volume 1, Paris, 1880, p. 5.

3 Voir Claude Lefort, Essais sur le politique (xixème-xxème siècles), Seuil, 1986, p. 29.

4 Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, ou destruction systématique des vieux monuments dont les hommes de la Révolution s’effraient eux-mêmes, ce ne sont là que paroles jointes à des actes visant à introduire une rupture inaugurale dans le développement temporel, par laquelle les lieux du pouvoir s’exposent pour jamais à la revendication démocratique. Ainsi, « pour les mêmes raisons que l’Ancien Régime a une fin mais pas de naissance, la Révolution a une naissance, mais pas de fin. L’un souffre d’une définition chronologique négative, donc mortuaire, l’autre est une promesse si vaste qu’elle présente une élasticité indéfinie ». François Furet, Penser la Révolution française, Gallimard, 1978, pp. 15-16.

5 Guizot en fait le constat : « comme tout change dans l’homme et autour de lui, comme le point de vue d’où il considère les faits, et les dispositions qu’il apporte dans cet examen varient sans cesse, on dirait que le passé change avec le présent ». Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politiques de l’Europe, Volume 1, Paris, 1880, p. 2.

6 Voir Pierre Rosanvallon, Le moment Guizot, Gallimard, 1985, pp. 33-72.

7 François Guizot, Mélanges historiques et politiques, Paris, 1869, p. 80.

8 Ibid., p. 80.

9 Tocqueville estime que « les Français ont fait en 1789 le plus grand effort auquel se soit jamais livré aucun peuple afin de couper pour ainsi dire en deux leur destinée, et de séparer par un abîme ce qu’ils avaient été jusque-là de ce qu’ils voulaient être désormais ». Voir « Avant-propos », L’Ancien Régime et la Révolution, Flammarion, 1988, p. 87.

10 François Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politiques de l’Europe, Volume 1, Paris, 1880, p. 11.

11 La mémoire ainsi gardée n’obéit plus à cette logique d’héroïsation d’hommes tout acquis à la cause révolutionnaire, à laquelle Robespierre souscrit sans réserve quand il demande que « l’événement mémorable », à savoir la mort le 10 août des « généreux martyrs de la liberté », soit « consacré par un monument destiné à nourrir dans le cœur des peuples le sentiment de leurs droits et l’horreur des tyrans et dans l’âme des tyrans, la terreur salutaire de la justice du peuple ». Voir Robespierre, Sur le jugement de Louis XVI (3 décembre 1792).

12 Voir Rapport présenté au Roi, le 21 octobre 1830.

13 Cette complexification tendancielle du social accompagne le mouvement de la civilisation européenne, dont Guizot se veut l’historien. Voir Histoire générale de la civilisation en Europe, Paris, 1842, pp. 38-42.

14 Chateaubriand, conscient de ne pas être intelligible pour tout le monde, se fait en quelque sorte le porte-parole de ses contemporains bouleversés : « Qui suis-je ? » Il ajoute : « chaque âge est un fleuve qui nous entraîne selon le penchant des destinées quand nous nous y abandonnons. Mais il me semble que nous sommes tous hors de son cours. Les uns (les républicains) l’ont traversé avec impétuosité, et se sont élancés sur le bord opposé. Les autres sont demeurés de ce côté-ci sans vouloir s’embarquer. Les deux partis crient et s’insultent, selon qu’ils sont sur l’une ou sur l’autre rive. Ainsi, les premiers nous transportent loin de nous dans des perfections imaginaires, en nous faisant devancer notre âge ; les seconds nous retiennent en arrière, refusent de s’éclairer, et veulent rester les hommes du quatorzième siècle en 1797 ». Voir « Essai sur les Révolutions anciennes et modernes » (1797), Œuvres complètes, 1, Paris, Kraus Reprint, 1975, pp. 269-270.

15 Voir « Représentatif (Système) », Dictionnaire de la conversation et de la lecture, Tome Quinzième, Paris, 1868, p. 363. Ce dictionnaire, dont la première version est lancée en 1827, est au mettre au rang de ces « compilations dont se nourrit l’honnête homme du xixème siècle », indique Pierre Legendre. Voir Trésor historique de l’État en France. L’Administration classique, Fayard, 1992, p. 20.

16 À ce sujet, voir la mise au point de Pierre Rosanvallon qui se propose de « constituer en objet spécifique la philosophie politique française des années 1814-1848 » ; Le moment Guizot, 1985, Gallimard, pp. 11-15.

17 « Partout où l’on a trouvé des élections et des assemblées, on a cru trouver les éléments du système représentatif », note Guizot. Il met en garde contre les approximations conceptuelles : on ne peut s’en tenir aux « apparences », aux « caractères extérieurs du gouvernement représentatif ». Son propos est d’étudier « son vrai principe et ses vraies tendances ». Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politiques de l’Europe, Volume 1, Paris, 1880, p. 85.

18 Le système monarchique, qui place la souveraineté sur la terre, « la personnifie, lui prête un corps, un lieu, un nom, de l’éclat, tout ce qui peut induire les hommes à y croire. Il agit comme ses religions qui, pour imprimer l’idée de leur Dieu dans l’esprit des peuples, le représentent sous des traits matériels, placent dans les temples des statues ou ses images, et leur attribuent le pouvoir de Dieu ». L’unité du pouvoir que suppose la monarchie, et l’immutabilité de celui qui en est le titulaire, découlent de cette représentativité. François Guizot, « De la monarchie », Histoire de la civilisation en Europe. Présenté par Pierre Rosanvallon, Hachette, 1985, p. 340.

19 L’introduction d’idées nouvelles, l’affirmation de leur caractère moteur dans l’histoire humaine, l’épreuve du changement, sapent la tranquillité de l’ordre naturel des choses tendu vers le principe de sa reconduction à l’identique, forcément compromise par les mobilisations qu’elles suscitent. Voir Guizot, Histoire de la civilisation en Europe, 1842, pp. 19-21.

20 François Guizot, « De la monarchie », Histoire de la civilisation en Europe. Présenté par Pierre Rosanvallon, Hachette, 1985, p. 339.

21 « L’abandon de la force, l’obéissance à la règle, voilà, selon Guizot, le principe fondamental de la société et du gouvernement ». Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politiques de l’Europe, Volume 1, Paris, 1880, p. 87.

22 Guizot reprend une expression de Pascal pour définir le gouvernement représentatif : « La multitude qui ne se réduit pas à l’unité est confusion. L’unité qui n’est pas multitude est tyrannie ». Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politiques de l’Europe, Volume 1, Paris, 1880, pp. 93-94.

23 Le Dictionnaire de la lecture et de la conversation indique que le système représentatif est devenu « le moyen de donner à des pays étendus des institutions libres et surtout de larges droits politiques ».

24 Voir François Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politiques de l’Europe, Volume 1, Paris, 1880, pp. 91-92.

25 Ce conflit gigantesque est loin d’être vidé : « on présente d’une main à la nation le fantôme du despotisme, et de l’autre, au Roi, celui de la Révolution ; on attaque l’autorité auprès des peuples par les théories républicaines, et les peuples auprès de l’autorité par les calomnies contre-révolutionnaires ». Voir François Guizot, Mélanges historiques et politiques, Paris, 1869, p. 81.

26 Joseph de Maistre soulève le point : la constitution écrite ne possède que les formes extérieures de la vie ; elle est faite pour l’homme, or, « il n’y a point d’homme dans le monde ». Considérations sur la France, Imprimerie nationale Éditions, 1994, pp. 96 et 103.

27 Voir Robespierre, « Sur les principes de morale politique qui doivent guider la Convention nationale dans l’administration intérieure de la République », Rapport présenté au nom du Comité de Salut public (5 février 1794).

28 Voir Myriam Revault d’Allonnes, « La Révolution et le désir d’éternité », D’une mort à l’autre. Précipices de la Révolution, Seuil, 1989, pp. 100-110.

29 Pour une présentation complète, voir Louis Réau, « Le vandalisme jacobin », Histoire du vandalisme. Les monuments détruits de l’art français, Robert Laffont, 1994, pp. 233-551 ; François Souchal, Le vandalisme de la Révolution, NEL, 1993.

30 Voir le discours d’Alexandre de Lameth, prononcé à la tribune nationale le 19 juin 1790.

31 Dans un rapport lu à la tribune de la Convention le 31 juillet 1793, Barère exhorte « la main puissante de la République » à effacer « impitoyablement ces épitaphes superbes » et à démolir ces « mausolées qui rappelleraient des rois l’effrayant souvenir ».

32 Grégoire utilise ce mot pour la première fois le 2 janvier 1794, dans son Rapport sur les inscriptions des monuments publics.

33 En démocratie, le lieu du pouvoir est « lieu vide ». Voir Claude Lefort, Essais sur le politique (xixème-xxème siècles), Seuil, 1986, p. 27. En le comblant des promesses de la philosophie, la Révolution impose une mobilisation totale, sans limites, des ressources et des hommes. Celle-ci vaut attestation de sa réalité comme dépassement des formes positives de l’être-ensemble. Mais la tâche est immense : le risque est de se jeter à corps perdu dans l’interminable, de verser dans le nihilisme, à défaut de pouvoir accéder au nouveau monde qui n’est qu’utopie.

34 Voir Myriam Revault d’Allonnes, « Comment l’excès vient au politique », D’une mort à l’autre. Précipices de la Révolution, Seuil, 1989, pp. 142-143.

35 Lameth recommande lors de la séance du 19 juin 1790 de respecter les monuments des arts, mais aussi d’abattre « ceux du despotisme et de l’esclavage ». Voir Edouard Pommier, L’art de la liberté. Doctrines et débats de la Révolution française, Gallimard, 1991, pp. 29-31.

36 L’expression est de Lameth. Discours du 19 juin 1790.

37 Ce temps qui annule la normalité des travaux et des jours, s’ouvre à l’impératif d’une suppression et d’un renouvellement : c’est le « Grand Temps révolutionnaire ». Voir Georges Gusdorf, Les sciences humaines et la pensée occidentale, VIII, La conscience révolutionnaire. Les idéologues, Payot, 1978, pp. 131-133.

38 Difficile représentation sans doute (l’exceptionnel, ce qui est sans précédent, se laisse mal représenter), pourtant requise pour se libérer des passions aveuglantes, les soumettre à la katharsis, laquelle a une fonction médiatrice : « la matière brute de la socialité » se transforme en « lien politique », mettant en ordre, portant à l’équilibre. Voir Myriam Revault d’Allonnes, D’une mort à l’autre. Précipices de la Révolution, Seuil, 1989, p. 169.

39 Voir Myriam Revault d’Allonnes, D’une mort à l’autre. Précipices de la Révolution, Seuil, 1989, p. 149.

40 Corps toujours en mouvement, animé d’une force herculéenne foudroyante, qui surmonte dans le feu ardant de l’action révolutionnaire l’épreuve de la désincorporation du pouvoir dont le régicide est le moment magique.

41 Voir, par ordre chronologique : Robespierre « Sur les principes du gouvernement révolutionnaire » (25 décembre 1793) ; Billaud-Varenne, « Sur la théorie du gouvernement démocratique » (20 avril 1794) ; Madame de Staël, Des circonstances actuelles qui peuvent terminer la Révolution et des principes qui doivent fonder la République en France, 1798 ; Proclamation des Consuls de la République qui proposent de « fixer la Révolution aux principes qui l’ont commencée », 15 décembre 1799. Cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité bien entendu.

42 Voir François Furet, Penser la Révolution française, Gallimard, 1978, p. 19.

43 L’ouvrage de Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, publié seulement en 1856, est emblématique, dans le champ des études savantes, de cette réorientation du jugement sur la physionomie politico-administrative des Français, toujours « reconnaissable », malgré les bouleversements.

44 Ce lieu prestigieux s’expose à la sémantique du Pouvoir : place Louis XV ; place de la Révolution en 1792 ; place de la Concorde en 1795 ; place Louis XV en 1814 ; place Louis XVI en 1823, place de la Charte en 1830 ; enfin place de la Concorde en 1836, à la demande expresse de Louis-Philippe.

45 Le statut de l’instruction publique est ainsi reconsidéré sous la monarchie de Juillet. Voir Pierre Rosanvallon, « L’État instituteur » et « Les fonctions de l’éducation », Le moment Guizot, Gallimard, 1985,pp. 231-254.

46 Tocqueville, L’Ancien Régime et la Révolution, Flammarion, 1988, p. 90.

47 « Les émeutes sont mortes, les clubs sont morts, la propagande révolutionnaire est morte, l’esprit révolutionnaire, cet esprit de guerre aveugle, qui semblait s’être emparé un moment de toute la nation, est mort », affirme Guizot, décidément optimiste. 16 février 1833, Archives parlementaires, 2ème série, Tome LXXXIX, p. 698.

48 48 François Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politiques de l’Europe, Volume 1, Paris, 1880, p. 32.

49 49 Le régime sous lequel cet homo novus aspire à déployer la normalité de son existence, c’est la démocratie, entendue dans le sens non représentatif, individualiste, non politique. Tocqueville note que « la démocratie fait oublier à chaque homme ses aïeux, mais elle lui cache ses descendants et le sépare de ses contemporains ; elle le ramène sans cesse vers lui seul et menace de le refermer enfin tout entier dans la solitude de son propre cœur ». Œuvres complètes, De la Démocratie en Amérique, Tome II, Gallimard, 1951, p. 108.

50 Michelet pousse à l’extrême cette personnalisation de la France. Voir Gil Delannoi, « La théorie de la nation et ses ambivalences », Sous la direction de Gil Delannoi et Pierre-André Taguieff, Théories du nationalisme. Nation, nationalité, ethnicité, Kimé, 1991, p. 11. Telle est la « grande pensée : la France est une personne ». Voir Jules Michelet, Cours au Collège de France. II. 1845-1851, Gallimard, 1995, pp. 664-668.

51 Carl Schmitt, Théorie de la Constitution, PUF, 1993, p. 347.

52 Cette loi invite autant à la loyauté qu’au légalisme. Michelet, exalté, la décrit ainsi : « Non, la loi n’est pas un maître, un tyran, un bourreau. Elle est l’interprète des peuples, l’intelligent et bienveillant organe de tous ; elle leur traduit leur pensée. Son action indirecte, plus importante encore que son commandement direct, conduit les hommes à laisser les diversités de formes par lesquelles ils se croyaient opposés les uns aux autres, leur révèle leur union dont ils n’avaient pas conscience, les oblige d’avouer que, sous des mots différents, ils voulaient les mêmes choses ». 5 février 1848, Cours professé au Collège de France. 1847-1848, Paris, 1848, p. 226.

53 Guizot n’en reste pas aux « formes extérieures de gouvernement », et croit à la nécessité d’interroger l’âme humaine, de suivre les révolutions qui s’accomplissent « dans l’intérieur de l’homme ». Voir Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politiques de l’Europe, Paris, 1880, p. 93 et Histoire générale de la civilisation en Europe, Paris, 1842, p. 26.

54 Voir Thomas W. Gaehtgens, « Le musée historique de Versailles », Les lieux de mémoire, 2, Sous la direction de Pierre Nora, Quarto Gallimard, 1997, pp. 1781-1801.

55 Voir Honoré de Balzac, « La maison du chat qui pelote », La Comédie humaine, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Tome I, 1951, pp. 21-26.

56 François Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politiques de l’Europe, Volume 1, Paris, 1880, p. 24.

57 Voir Olivier Beaud, « Repräsentation und Stellevertretung : sur une distinction de Carl Schmitt », Droits, Numéro 6, 1987, pp. 11-20.

58 Victor Hugo, de cette tribune, s’émerveille. Voir « Le Parlementarisme », Napoléon le Petit.

59 Voir Carl Schmitt, « Les principes du parlementarisme », Parlementarisme et démocratie, Seuil, 1988, pp. 40-64.

60 François Guizot, Histoire de la civilisation en Europe. Présenté par Pierre Rosanvallon, Hachette, 1985, p. 324.

61 François Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif et des institutions politiques de l’Europe, Volume 1, Paris, 1880, p. 91.

62 Ce déficit de représentation qui affecte le référent national est susceptible d’être surmontée dans une logique d’actualisation de l’hostilité et de mobilisation des masses, laquelle contraste fortement avec la culture gouvernementale d’Ancien Régime tout orienté vers un principe de retrait, sur la foi d’une théologie politique, du Prince médiateur, gardien de l’harmonie entre les trois ordres constitutifs d’une société soumise à la règle d’hétéronomie. L’activisme moderne rencontre ainsi la nation pour forger le nationalisme, idéologie pressante (et non reposante) dont se pénètre la Révolution française. Commentant un texte de Guizot, Jouvenel écrit : « Le roi était une personne surhumaine prédominante dans un ensemble de personnes, il n’était assurément pas la personne même de l’ensemble. Le souverain était un supérieur au sein de l’ensemble, la souveraineté est maintenant la supériorité de l’ensemble. Selon le système d’Ancien Régime, le roi avait sa légitimité parmi quantité d’autres, de moindre étendue, mais non de moindre validité. De là venait, d’ailleurs, qu’il était jugé et surtout qu’il se jugeait inapte à révoquer des droits devenus « dysfonctionnels ». Il en va tout autrement de la Nation : elle est source de toutes légitimités. C’est un phénomène capital de l’histoire que l’entrée en scène du personnage Nation. Capital dans l’ordre international, puisque, de la Révolution à nos jours, le changement des entités géographiques ira dans le sens de leur congruence avec les nationalités. Capital aussi dans l’ordre intérieur, puisque l’État moderne appuiera son action sur le droit de l’ensemble à l’égard de ses membres ». Bertrand de Jouvenel, Les débuts de l’État moderne. Une histoire des idées politiques au xixème siècle, Fayard, 1976, pp. 94-95.

63 François Guizot, « De la légitimité politique », Histoire de la civilisation en Europe. Présenté par Pierre Rosanvallon, Hachette, 1985, p. 351.

64 Voir Laurent Theis, « Guizot et les institutions de mémoire », Les Lieux de Mémoire, 1, Sous la direction de Pierre Nora, Quarto Gallimard, 1997, pp. 1575-1597.

65 Voir Lucien Jaume, « Aux origines du libéralisme politique en France », Esprit, Juin 1998, Numéro 243, pp. 37-60.

Auteur

A.T.E.R. à la Faculté de Droit Panthéon-Assas (Paris II)

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable