Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le concept de représentation dans la pensée politique

Penser la représentation

La représentation politique dans la crise de l’État libéral chez Robert Michels

Viviana Ravasi

Texte intégral

  • 1 J.-J. Rousseau, Du contrat social ou principes du droit politique, III, XV, Amsterdam, 1762, Paris (...)

1Le concept de représentation politique se forme pendant et après la révolution française et se développe dans l’histoire des xixème et xxème siècles en faisant contrepoids d’un côté à l’absolutisme de l’ancien régime, c’est-à-dire l’absence de contrôle politique des sujets, et de l’autre à la démocratie directe, où il ne devrait pas y avoir place pour une différenciation entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés selon la formule de J.-J. Rousseau pour lequel « L’attiédissement de l’amour de la patrie, l’activité de l’intérêt privé, l’immensité des États, les conquêtes, l’abus du gouvernement ont fait imaginer la voie des députés ou représentants du peuple dans les assemblées de la nation. [...]. La souveraineté ne peut être représentée [...] la volonté ne se représente point : elle est la même, ou elle est autre ; il n’y a point de milieu »1.

2Néanmoins, eu égard à la complexité de l’État moderne, le moyen de la représentation politique vise à permettre à ceux qui ne peuvent pas contrôler personnellement le pouvoir politique, de le faire par l’intermédiaire des représentants (Vertretung). Dès lors, le système parlementaire, pour obtenir lequel on a dû combattre dans les États européens pendant le xixème siècle, ne peut être que représentatif dans la droite ligne des idées développées dès 1790 par Sieyès. Mais déjà vers la fin du siècle, la crise de l’État libéral et la naissance des partis politiques modernes, montrent que le système représentatif parlementaire est inadéquat par rapport aux objectifs affichés.

  • 2 Gaetano Mosca (1858–1941), conservateur sicilien, voit le modèle de l’État libéral fondé sur l’équ (...)

3C’est dans ce contexte que se développe la pensée des théoriciens des élites politiques italiennes, Gaetano Mosca2 et Robert Michels en particulier, pour lesquels la représentation est la seule façon de créer l’équilibre durable nécessaire pour permettre de concilier les intérêts opposés, des grandes forces de la société moderne.

4Le cursus scientifique et politique de Robert Michels (1876-1936) illustre les principaux changements du panorama politique caractérisés par la naissance des partis de masse, s’affirmant comme représentatifs, dotés d’une organisation rigoureuse et hiérarchisée et porteurs d’une idéologie au sens d’une conception du monde globale, parfaitement cohérente et achevée sur fond de la crise qui s’étend de la fin du xixème siècle jusqu’aux années 1930.

5Ce phénomène se manifeste de manière particulièrement nette à travers la relation entre le parcours intellectuel et scientifique de Michels et son expérience personnelle du socialisme considéré comme vision totale et existentielle de la vie et non pas seulement comme mouvement politique concret. Autrement dit c’est la pratique politique et la rencontre des idées socialistes de Michels avec les modes d’organisation de fonctionnement des partis de masse qui suscitent l’interrogation de notre auteur à propos de la représentation. En effet, on ne peut aborder la question de la représentation dans l’œuvre de Robert Michels sans tenir compte du fait que sa maturation intellectuelle trouve son expression la plus complète au terme d’une longue confrontation critique avec le mouvement socialiste international c’est-à-dire au terme d’une intense activité de journaliste et d’observateur des grèves politiques qui correspondent chez lui aux années de militantisme socialiste et à la critique de la ligne politique légaliste et parlementaire du parti social-démocrate allemand. En effet, dès 1900, il entretient une intense correspondance avec de nombreux journaux liés au parti social-démocrate allemand ce qui lui permet de s’inscrire à la très active société des correspondants qui assure la liaison entre les intellectuels socialistes d’Europe, et en particulier avec les socialistes italiens, les plus proches du syndicalisme révolutionnaire, qui se rattachent à la pensée de Georges Sorel.

6Une autre particularité de Michels - qui n’est évidemment pas sans incidence sur sa réflexion ni sur sa pratique - réside dans l’originalité de son existence et de son parcours. D’une part, ayant commencé sa vie allemand il devait la terminer comme italien après son installation définitive en Italie. D’autre part, son itinéraire intellectuel et politique très original devait le conduire du parti socialiste italien - auquel il s’était inscrit alors qu’il résidait encore en Allemagne - au parti social démocrate allemand, durant la période où il enseignait à Marburg et pour finir par adhérer au Parti National Fasciste italien en 1923. Certes, ce n’est pas le premier ni le seul penseur de sa génération à connaître une telle évolution idéologique, mais sur le plan scientifique, celle-ci présente une double spécificité. D’abord celle de se placer sous le signe de la sociologie - il est considéré comme un des fondateurs de la sociologie politique grâce à ses études sur l’organisation des partis et plus généralement des organisations politiques à travers son essai le plus connu, Zur Soziologie des Parteiwesens in der modernen Demokratie. Untersuchungen über die oligarchischen Tendenzen des Gruppenlebens, publié en 1911 et traduit en italien dès 1912. Ensuite, celle de se confronter de manière quasi permanente à la question de la représentation.

  • 3 Stéphane Rials a très bien mis en lumière la fatalité de le représentation sous l’angle du constit (...)

7Encore convient-il de préciser que la préoccupation initiale de Robert Michels, celle qui va guider sa réflexion et une partie de son œuvre, porte autant sur la représentation proprement dite que sur la représentativité. C’est parce qu’il se rend compte que la représentativité n’existe pas au sein des partis de masse, et notamment du parti social-démocrate dont il critique le fonctionnement en termes vigoureux qu’il va pouvoir développer une approche sociologique des partis de masses susceptible de valoir comme explication de la crise de la représentation (I). Par la suite, Michels en viendra à étendre cette observation à l’ensemble de la société spécialement dans sa dimension étatique et à admettre que c’est la représentation organisationnelle celle du « représentant concret » au sens hobbesien, et non pas la représentativité, qui seule rend possible la décision politique3 (II).

I. LES PARTIS DE MASSE DANS LA CRISE DE LA REPRÉSENTATION POLITIQUE

8À l’époque où Robert Michels publie ses premiers travaux d’envergure, un nombre croissant d’États européens sont gagnés par le parlementarisme mais dans le même temps, la représentation parlementaire connaît une crise de légitimité due à divers facteurs dont les conflits sociaux sont les plus apparents. Dans cette conjoncture, les partis de masse qui commencent à s’affirmer au tournant des xixème et xxème siècles devraient logiquement constituer non seulement des vecteurs de propagande et d’encadrement des masses mais encore des instruments de conquête du pouvoir politique soit par l’action violente et la voie de la révolution soit par les élections et la voie de la représentation parlementaire. Or, le sociologue de Marburg constate qu’il n’en est rien car les partis de masses se révèlent impuissants à conquérir le pouvoir et à modifier ainsi les données de la crise de la représentation. Michels fera du parti social-démocrate l’objet privilégié de ses réflexions sur la crise de la représentation considérée sous l’angle de la sociologie des partis politiques. Cette étude débouchera sur la constatation que si le parti organise en son sein la représentativité de son appareil, il ne s’intéresse pas à la représentation politique dans le cadre du régime parlementaire mais produit en revanche cette autre forme de représentation au sens théâtral qu’est la mise en scène (Darstellung), la dramatisation des thèmes politiques.

Le parti social-démocrate allemand comme objet d’étude privilégié de la crise de la représentation

9La Social-démocratie allemande constitue un point de vue privilégié pour observer la crise et l’impuissance d’un parti bien organisé, toujours plus nombreux, le plus organisé et le plus nombreux parmi les partis socialistes de l’Internationale. Pour Michels, le parti social-démocrate constitue à la fois le lieu de l’engagement politique sur le plan personnel et un modèle parfaitement achevé de parti de masse à étudier sur le plan scientifique. Cette observation de la crise par les yeux d’un spectateur engagé - pour reprendre la formule de Raymond Aron, - ne facilite guère l’approche du travail de Michels sur la sociologie des partis politiques en général et la crise de la représentation en particulier. L’élève de Max Weber est d’ailleurs fort bien placé pour savoir que la distinction entre le savant et le politique constituait en quelque sorte le protocole élémentaire de la méthode sociologique. Toutefois, cette position originale de Michels ne l’empêche nullement de constater ce fait que tout observateur peut constater sans recourir à l’interprétation : la composition sociologique de l’appareil du parti social-démocrate allemand assure une représentativité effective de la composition de son corps électoral (de la classe qu’il prétend représenter), mais il se trouve, ou se tient, écarté de la représentation parlementaire ou plus exactement gouvernementale.

La crise vue par un spectateur engagé

  • 4 Le 9 janvier 1876 dans une riche famille catholique

10Michels est né à Cologne, Köln am Rein, en Rhénanie4 et sa jeunesse rhénane a influencé son engagement politique initial et dans ses réflexions autour du couple représentation / représentativité.

11En effet, à cette époque l’Allemagne a réalisé depuis peu son unification politique sous l’hégémonie prussienne, mais se démarque globalement du modèle constitutionnel et parlementaire qui s’affirme en Europe. En effet, en Prusse le système électoral est encore organisé en classes et fondé sur la possession de la terre qui exclut les ouvriers alors que ceux-ci, depuis la constitution bismarkienne de 1871, participent à la désignation du parlement fédéral au demeurant privé de tout pouvoir de décision. Ce système particulier de représentation, qui rappelle l’ancien régime, permet de perpétuer la suprématie de l’aristocratie foncière conservatrice des régions au-delà de l’Elbe, où la distribution de la propriété de la terre est encore du type féodal. La majorité de la population est essentiellement protestante, luthérienne, mais d’un point de vue économique très hétérogène : d’un côté il y a les régions d’outre Elbe, dont l’agriculture connaît des difficultés croissantes dues à la concurrence internationale, de l’autre la région de Berlin, qui devient de plus en plus un important centre industriel. Ces régions contrastent fortement avec celles du sud où domine une population en majorité catholique et où l’économie encore agricole est déjà en train de s’industrialiser fortement.

  • 5 Sur ces questions, v. notre étude présentée à Milan en septembre 1989, au viième Colloque de l’AFH (...)

12Au contraire, la Rhénanie, région frontalière, devenue bien perméable par sa position géographique de transit commercial, est la plus exposée à la culture française ; c’est la seule région allemande dans laquelle les principes de la révolution française ont connu un certain succès et, par rapport à la situation générale de l’Allemagne, la plus avancée culturellement et socialement. Ici la bourgeoisie s’affirme socialement avant la réunification nationale. Les institutions politiques locales jouissent d’une autonomie plus large que dans les autres régions de l’Allemagne. À la fin du xixème siècle en Rhénanie la structure sociale repose sur une bourgeoisie commerciale très forte, actrice d’une industrialisation rapide. Au point de vue culturel et politique elle est la région où domine le parti libéral qui avait perdu la rencontre des batailles politiques conduites par Bismarck pour rejoindre l’unification nationale des États allemands. Pour résumer, Michels est né dans la région allemande la plus ouverte et la plus sensible aux problèmes de l’industrialisation. Or, le protagoniste politique principal des débats relatifs à l’industrialisation est le parti socialiste, qu’il rencontre dans les premières années de sa formation intellectuelle5 et qui sera tout à la fois le vecteur de son engagement et son objet d’étude.

  • 6 Au Collège français de Berlin, puis à Munich, à Paris et à Halle sous la direction de l’historien (...)
  • 7 Ville plutôt rurale mais à la tradition universitaire d’une certaine importance, puisqu’elle avait (...)

13Après avoir poursuivi ses études dans différents établissements d’enseignement6, Michels obtient son doctorat à Halle en 1900. Dès lors il commence à publier dans des revues italiennes, françaises et allemandes qui le mettent en relation avec les intellectuels socialistes européens du début du siècle xxème. Il s’inscrit au parti socialiste italien au début du siècle et en 1902, sur les conseils de Max Weber, il s’établit à Marburg7, en Hessen, en espérant y obtenir une chaire. Dans les années 1903-1907 il est activiste au parti social-démocrate allemand et en raison de ses idées de syndicaliste révolutionnaire et de son engagement dans les rangs du parti social-démocrate allemand, il n’obtient pas la chaire qu’il avait convoitée. Il s’installe à Turin de 1907 à 1914 à l’université de laquelle il obtient la libera docenza. Professeur titulaire en économie politique et statistique à l’université de Bâle de 1914 à 1928, il obtient la citoyenneté italienne après la guerre et dispense de nombreux cours dans plusieurs villes italiennes. En 1923 il adhère au Parti National Fasciste et de 1928 à 1936, année de sa mort, il s’établit à Rome ayant obtenu la chaire d’économie générale et des corporations à Pérouse.

Le parti social-démocrate dans la vie politique de l’Allemagne bismarcko-wilhelminienne : la représentativité sans la représentation

  • 8 On sait que le parti social-démocrate allemand est né à Gotha, en 1875 un an avant la naissance de (...)

14Pour le sociologue rhénan, le parti social-démocrate ne peut que soulever des interrogation quant à la manière dont il participe, disons plutôt dont il ne participe pas, à la représentation parlementaire ainsi que la manière dont il prétend représenter les intérêts de la classe ouvrière8. Pendant le gouvernement de Bismark le parti social-démocrate a été objet de persécutions continues qui ont eu un effet très important sur son organisation. Il a construit un tissu de solidarités et de convictions et permis, dans les années les plus difficiles, de développer une action de propagande, à travers les clubs et sociétés les plus différents. Tout cela a permis la constitution d’une vraie sous culture, porteuse de valeurs et de caractères spécifiques, nettement séparée de l’Allemagne officielle de l’Empereur Guillaume. Malgré l’incroyable augmentation des suffrages - en 1871 à la première votation avec le système du suffrage universel le parti social-démocrate obtient 102.000 voix ; en 1903 il obtient plus de trois millions de votes, et en 1912 rejoint la position du parti avec la majorité relative avec 34 % des voix – le parti socialiste a toujours été une sorte d’État dans l’État, une opposition au système, sans pouvoir réel d’intervention sur la chose publique étant donné que, dans l’Allemagne impériale, le Chancelier était nommé directement par l’Empereur, le Parlement n’ayant aucune possibilité de contrôle sur le gouvernement.

  • 9 Il s’agit du phénomène bien connu en mathématique sous le nom de « paradoxe de Condorcet ». Le can (...)

15Au demeurant, c’est la technique de désignation de la représentation parlementaire qui en juillet 1903 conduit Michels à accepter de se porter candidat pour le parti socialiste dans la petite circonscription électoral de Alsfeld-Schotten-Lauterbach, sans espoir d’être élu. En effet, dans un scrutin majoritaire à deux tours, le candidat social-démocrate doit être élu au premier tour car il est certain au second tour de se heurter à une coalition de tous les autres partis. Cette technique de désignation de la représentation parlementaire souligne aux yeux du militant et de l’universitaire le décalage entre la représentativité du parti en termes de majorité relative et les faibles chances qu’il a d’accéder à la représentation politique autrement dit parlementaire9.

16En outre, la présence du parti social-démocrate dans les institutions parlementaires - facilitée en Allemagne par rapport aux autres pays européens par la présence déjà à partir du 1870 du suffrage universel masculin – n’a d’autre rôle que de fournir un instrument de propagande, puisque les sociaux-démocrates refusent systématiquement tout accord avec les partis bourgeois.

17Enfin, la rhétorique révolutionnaire, se manifeste seulement pendant les séances du Parlement, mais n’est jamais suivie d’actes concrets correspondants, puisque si l’objectif final reste révolutionnaire, la tactique était rigoureusement progressive et parlementaire. Ce qui préside à tout cela c’est la conviction des dirigeants et des militants que la victoire est à la fin inévitable, la seule chose à faire étant de maintenir intactes la force et la cohésion du prolétariat représenté en premier lieu par le parti lui même. L’accroissement du nombre des voix est simplement, pour les dirigeants et les militants, la démonstration que cette théorie est correcte.

La situation interne du parti social-démocrate allemand : organisation de la représentativité sociologique et représentation comme mise en scène idéologique

18La réflexion de Michels sur la crise de la représentation se déploie dans une critique de la pratique politique du parti social-démocrate allemand et, plus tard, du système parlementaire tout entier, critique qui s’articule schématiquement en trois périodes : adhésion progressive aux thèses du syndicalisme, suivi par la période des deux années (1906 et 1907) dans lesquels il rompt avec le parti social-démocrate. La troisième période voit Michels prendre progressivement ses distances à l’égard du parti et même avec des syndicalistes et c’est la période au cours de laquelle, provisoirement désengagé, il complète son œuvre sur la sociologie du parti et publie, en 1911, Zur Soziologie des Parteiwesens in der modernen Demokratie. La découverte de l’organisation et du fonctionnement du parti social-démocrate conduit lentement mais inexorablement Robert Michels à une critique de plus en plus radicale de ce parti dont le discours consiste en une représentation au sens théâtral, une mise en scène de la thématique révolutionnaire.

L’organisation et le fonctionnement du parti social-démocrate

19Il faut en outre remarquer qu’il y a une grande différence entre le parti socialiste allemand et les autres partis socialistes de l’époque. Si on fait la comparaison entre les deux partis auxquels s’inscrit Michels, en Allemagne et en Italie on remarque tout de suite qu’en Allemagne les militants sont des ouvriers qui se déplacent principalement dans les régions industrielles et il y a plutôt une homogénéité entre les militants et les dirigeants. Le parti socialiste italien est caractérisé par une direction principalement constituée par des intellectuels de la bourgeoisie, avec une diffusion très limitée en l’absence d’une classe ouvrière, donc plus développée dans les campagnes que dans les villes. Au contraire en Allemagne le parti est doté d’une forte organisation avec des membres permanents rémunérés et des fonctionnaires propres du parti, tandis qu’en Italie tout fonctionne sur la base du volontariat. Les différences dans les organisations politiques sont étroitement liées à la pratique. En Allemagne le parti est très modéré dans la pratique politique, mais plus rigide sur le plan doctrinal ; en Italie il est plus éclectique et disponible à des positions plus ouvertes.

20C’est la raison pour laquelle le jeune Michels commence par s’inscrire au parti socialiste italien, qui lui offre des espaces plus larges et c’est seulement par la suite, quand il fixe sa résidence à Marburg, qu’opérant un choix par défaut il s’inscrit au parti allemand lequel apparaît alors sur l’échiquier politique comme le moins éloigné des attentes de l’intellectuel proche des anarchistes révolutionnaires italiens ou, si l’on préfère, le plus représentatif des idées de gauche.

21Choix par défaut, puisqu’au début du xxème siècle l’échiquier politique allemand ne comporte que quatre grands groupes : le très monarchiste parti de l’empire, les Conservateurs féodaux-médiévaux, propriétaires terriens, militaristes avec un programme anti-catholique ; les Nationaux-libéraux parti de riches industriels et de fonctionnaires publics très nationalistes et strictement protestants qui ont soutenu le Kulturkamp, en Rhénanie ;, le Centrumspartei, parti du centre catholique et enfin la Social-démocratie qui par voie de conséquence se trouve être le plus à gauche.

22Michels y adhère donc, même si toute son expérience précédente s’était développée à côté des franges révolutionnaires et anarchistes du socialisme italien, en comparaison duquel, la social-démocratie allemande est fondée sur l’organisation, la division du travail et la parcellisation des rôles. Un parti qui satisfait les aspirations de ses permanents issus d’une classe sociale défavorisée et auxquels il permet d’augmenter leur train de vie mais qui ne satisfait pas les ambitions de Michels lequel provient déjà d’une classe sociale élevée et, comme intellectuel libre, ne se réalise pas dans un rapport organique avec la structure du parti. Dès lors, la composition très spécifique de l’appareil du parti et son fonctionnement oligarchique ne peuvent manquer de retenir l’attention de Michels d’abord parce qu’il n’y trouve pas véritablement sa place, ensuite parce que cela heurte ses penchants pour le syndicalisme révolutionnaire et enfin parce que le sociologue formé à la réflexion wébérienne sur les organisations bureaucratiques y reconnaît des traits caractéristiques qui font sens pour lui.

Critique de la représentation comme mise en scène de la thématique politique

23Dans la période qui va de l’adhésion de Michels au parti social-démocrate jusqu’à 1907, sa critique vise surtout la tactique modérée et les positions du parti à l’égard des thèmes spécifiques sur lesquels le parti ne prend pas des positions claires, mais reste dans une certaine ambiguïté : grève générale, différentes formes d’action directe des masses, antimilitarisme en cas de guerre et en général la position à adopter en cas de guerre. Ces thèmes constituent le cœur idéologique des franges révolutionnaires des mouvements socialistes européens, mais Michels concentre sa critique sur le parti social-démocrate allemand et plus précisément sur la question de son organisation.

  • 10 R. Michels, Die deutsche Sozialdemokratie im internationalen Verbande. Eine kritische Untersuchung(...)

24Il écrit dans un essai, qui est un document fondamental puisqu’il signe la rupture avec la Social-démocratie, qu’elle « se distingue par des contradictions flagrantes qui l’habitent : intransigeance révolutionnaire pour les élections et calme anti-révolutionnaire dans son comportement d’ensemble ; phrases ronflantes dans la théorie et souplesse résignée dans la pratique ; en paroles, inspiration prophétique enflammée, et dans les faites, immobilisme pratiquement total »10. Le parti a perdu de vue ses buts ultimes, c’est-à-dire l’éducation de masse, en attendant que la révolution lui vienne servie sur un plateau d’argent par les circonstances.

25Au-delà du sentiment de déception du militant, ce phénomène ne peut que susciter l’interrogation du sociologue car deux hypothèses seulement peuvent l’expliquer : l’une consiste à considérer que tous les membres de l’appareil du parti l’instrumentalisent pour en retirer un bénéfice maximum, l’autre, plus sérieuse consiste à voir dans ce détournement des buts du parti la marque d’une tendance profonde et c’est celle que retient Michels. Reste à savoir si cette tendance résulte spécifiquement du parti social-démocrate qui serait en quelque sorte corrompu et aurait renoncé à conquérir la représentation politique, ou si il s’agit là d’un phénomène propre à toute organisation politique

  • 11 De 1904 Michels entre en contact avec le groupe des disciples de Sorel qui se rassemblent autour d (...)

26La rupture avec le parti se concrétise parallèlement au rapprochement de Michels des thèses du syndicalisme révolutionnaire sorélien11. Pour Michels c’est d’abord et de plus en plus le syndicalisme qui présente l’image d’un mouvement révolutionnaire doté d’une morale et constitue un modèle pour les organisations institutionnelles. C’est l’idée de syndicat qu’on retrouve dans les premières années du xxème siècle dans certaines franges syndicalistes italiennes et françaises, mais sûrement pas dans le mouvement syndicaliste allemand très réformiste et attaché à son apolitisme formel. Le socialisme du volontarisme révolutionnaire devient le critère pour juger la politique du parti socialiste allemand, qui à cette époque détient une position hégémonique dans la Seconde Internationale, mais le sociologue ne tardera pas à pousser son analyse jusqu’à son terme c’est-à-dire ici jusqu’à une mise en cause radicale de la possibilité d’une représentativité réelle, d’une véritable défenses des intérêts. La représentation n’a plus rien ici de la théorie du mandat, mais elle a tout d’un processus visant à accaparer l’ensemble des attentes et des moyens par l’organisation quelle qu’elle soit.

II. DE L’IMPOSSIBILITÉ DE LA REPRÉSENTATIVITÉ À L’INÉVITABLE REPRÉSENTATION ORGANISATIONNELLE

27Pour Michels qui observe un parti fortement structuré, doté de moyens et d’un appareil puissant mais incapable néanmoins d’accéder au pouvoir et de participer à la « représentation nationale », il faut rechercher les causes de cette impuissance politique - au-delà de la structure institutionnelle de l’Allemagne dans le quart de siècle du 1870 à la première guerre mondiale - dans la nature même du parti, puisque la Social-démocratie est un mouvement fondé sur la division du travail et surtout sur l’organisation, « un parti exclusivement d’électeurs et de lecteurs de journaux, s’appuyant sur un grand système bureaucratique.

  • 12 R. Michels, Die deutsche Sozialdemokratie im internationalen Verbande, cit. pp 229-230.
  • 13 R. Michels, La sociologia del partito politico nella democrazia moderna, Bologna, Il Mulino, p. 55

28Selon Michels, pour aller au-delà du pouvoir centralisé de l’État, le parti s’est à son tour centralisé et puisqu’il n’emploie qu’un seul moyen pour combattre ce pouvoir – à savoir l’utilisation du seul élément démocratique de la structure étatique allemande, le droit de vote – tout le mécanisme est structuré et conçu pour arriver à la victoire électorale. Aussi tout ce qui interfère dans cet engrenage et qui peut menacer son organisme, ou du moins sa forme extérieure, l’organisation, le rebute »12. Michels prévoit la décadence progressive du parti allemand à l’intérieur du mouvement international et en tant que parti du prolétariat. Il insiste surtout sur l’idée de l’organisation comme « arme donnée à des faibles dans la lutte contre les forts »13. Ce qui est essentiel c’est la constatation que l’existence d’une organisation suffit à produire des buts distincts et alternatifs par rapport à ceux pour lesquels l’organisation est née. Il aurait ainsi une fatalité de l’oligarchie, la fameuse « loi d’airain » mise à jour par Michels qui engendrerait à son tour une fatalité de toute représentation entendue comme exercice concret du leadership

La « loi d’airain » de l’oligarchie

29Michels élabore son analyse à propos de la Social-démocratie allemande. Toutefois ses choix politiques suivants montreront comment il adresse une critique au système parlementaire allemand dans son entier, incapable de s’adapter aux transformations des conditions de l’action politique et d’exercer une influence sur le gouvernement, bien qu’il dispose d’un parti aussi bien organisé et important que la Social-démocratie. En effet, Michels analyse le parti et sa critique se développe du parti à la structure de l’organisation étatique et à toute la réalité de la société moderne.

30Dans les trois années 1908-1911, il étend sa critique au parlement et, plus encore ; il analyse la société moderne en observant qu’elle est une société de masse et, en tant que telle, nécessite un consensus des masses. Dans une telle société l’organisation est la forme spécifique que prend le pouvoir et les masses sont impuissantes si elles ne s’organisent pas. Mais une organisation implique nécessairement une division entre quelqu’un qui organise et quelqu’un qui est organisé, quelqu’un qui commande et quelqu’un qui obéit, entre dominants et dominés, ce qui veut dire qu’il y a aussi une élite au sein d’une organisation qui se propose des buts révolutionnaires pour toute l’humanité comme le parti social-démocrate et qu’en réalité il ne peut que reproduire, en lui-même et dans l’État qu’il réussirait à construire, une nouvelle division en classes.

  • 14 R. Michels, La sociologia del partito politico nella democrazia moderna, Bologna, Il Mulino, pp. 5 (...)
  • 15 R. Michels, La sociologia del partito politico nella democrazia moderna, Bologna, Il Mulino, p. 40

31« Le mécanisme de l’organisation, pendant qu’il crée une structure solide, provoque dans la masse organisée de profondes mutations, comme le bouleversement total du rapport des dirigeants avec la masse et la division de chaque parti ou syndicats en deux parts : une minorité qui a la tâche de diriger et une majorité dirigée par la première »14. La conclusion de cette démonstration est l’impossibilité de réaliser une « vraie » démocratie de type rousseauiste qui implique l’égalité entre les individus et la dénonciation de la démocratie déléguée - comme représentation – comme pure fiction. Le cas de la Social-démocratie allemande en est l’exemple le plus éclatant « L’arrivée de telles tendances dans les partis révolutionnaires prouve d’une façon entièrement inattaquable que dans chaque organisation humaine qui a un caractère instrumental (Zweckorganisation) les traits de l’oligarchie sont immanents »15.

  • 16 v. en particulier L Duguit, Leçons de droit public général, faites à la Faculté de droit de l’Univ (...)
  • 17 A. Hauriou, J. Gicquel, P. Gélard, Droit constitutionnel et institutions politiques, Monchrestien, (...)

32À la même époque, cette perspective que l’on peut qualifier de néo-machiavélienne se retrouve également sous l’angle de la théorie du droit constitutionnel chez les juristes français. Léon Duguit fonde sa conception de l’organisation constitutionnelle sur la distinction entre gouvernants et gouvernés16 tandis que Maurice Hauriou élabore à propos de la souveraineté nationale une théorie de la souveraineté exercée par la minorité que constitue l’exécutif et qui repose assez largement sur le même constat. Pour Maurice Hauriou, les organes du pouvoir n’agissent pas comme simples délégués, mais comme représentants autonomes de la nation. Il sont comparables « non pas à des mandataires, mais plutôt à des gérants d’affaires qui peuvent être contrôlés et, surtout, le cas échéant révoqués, par le maître de l’affaire, c’est-à- dire par la nation, mais qui lorsqu’ils agissent se déterminent, non pas à la suite d’une procuration d’action qui aurait été formulée à leur intention par la Nation-Personne, ou par le Peuple, mais par la conception subjective qu’ils ont de l’intérêt national17 ».

  • 18 R. Michels, La sociologia del partito politico nella democrazia moderna, Bologna, Il Mulino, p. 7.

33Á la fin de son parcours, Michels prend également ses distances à l’égard des courants syndicalistes révolutionnaires, dont le destin ne lui semble pas différent de celui du parti politique, toujours dans l’incertitude entre volontarisme velléitaire et son organisation. La réflexion de Michels se déploie autour de la crise des valeurs de la démocratie : « En effet, il faut reconnaître que la démocratie, comme mouvement et comme forme de pensée, se trouve prise au piège d’une crise de laquelle elle ne pourra pas sortir indemne. Elle est combattue par des obstacles et empêchements qui ne lui sont pas seulement opposés, mais qui croissent aussi au-dedans d’elle-même et qu’il ne lui sera possible de dépasser que dans certaines limites »18.

  • 19 Pour Michels l’interprétation du socialisme acquiert un caractère moral et non plus politique, dan (...)

34La généralisation de ses études sur les partis politiques et sa brève expérience politique conduisent Michels à nier même la possibilité qu’une organisation ne porte pas en elle ses tendances oligarchiques ainsi que la possibilité de développer l’action pédagogique révélatrice de conscience de classe envers les masses qui était enfin la fonction fondamentale du parti socialiste dans la pensée du jeune révolutionnaire19.

Fatalité de toute représentation : l’exercice concret du leadership

  • 20 R. Michels, Préface à la seconde édition allemande du 1924 de La sociologia del partito politico n (...)

35Par ailleurs, Michels observe une identification entre l’État et le parti et pose la question de la représentation politique de la même manière dans le parti que dans l’État. D’un point de vue formel et procédural dans l’État le pouvoir se concrétise entre les mains de titulaires du leadership comme dans les partis politiques surtout si l’on considère cette problématique pendant la guerre. La première guerre mondiale voit les partis complètement entre mains de leurs leaders pendant la guerre, surtout si l’on considère les deux partis politiques que sont le bolchevisme et le fascisme : “Tous les deux ont totalement pris le pouvoir étatique et donc, les partis sont devenus État ou, si l’on préfère, État transformé en parti”20.

  • 21 Ibidem, p. 194.

36Plus généralement, même dans un État libéral les dirigeants des partis sont presque tous parlementaires, ce qui n’était pas le cas partout au début du xxème siècle. Les exemples abondent au moment où Michels en dresse l’inventaire : Bebel, Jaurès, Guesde, Adler, Vandervelde, Troelstra, Ferri, Turati, Keir Hardie, Mac-Donald, Pablo Iglesias21.

37Ceci implique que les partis sont essentiellement liés à l’activité parlementaire et permet de constater un paradoxe du parlementarisme : les parlementaires représentent tous les électeurs en tant que les secrétaires des partis politiques sont l’émanation d’un courant politique.

  • 22 Ibidem, p. 307.
  • 23 Ibidem, p. 452.

38En plus, la représentation devient quelque chose de personnel avec l’identification du leader au parti (Le parti c’est moi22), quant à l’instrument du referendum, qui devrait permettre de contrôler l’activité des leaders et leur pouvoir, il est employé rarement et “les résultats sont mauvais”23, le problème de la consultation référendaire étant de deux sortes : le manque de clarté de la question et la faible participation des masses.

  • 24 Ibidem, p. 453.
  • 25 Ibidem, p. 455.

39En outre pour Michels les masses sont immatures et, même dans l’hypothèse où elles ne le sont pas, l’organisation de la consultation populaire prend du temps et ne permet donc pas d’adopter des décision rapides. Ce qui veut dire que des décisions qui nécessitent d’être prise avec rapidité seront retardées afin de mettre en place la consultation de tous24 et encore il n’est pas certain que le résultat influe d’une manière substantielle sur la décision qui revient en dernière instance à la structure chargée d’assurer la représentation concrète25.

Notes

1 J.-J. Rousseau, Du contrat social ou principes du droit politique, III, XV, Amsterdam, 1762, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 134.

2 Gaetano Mosca (1858–1941), conservateur sicilien, voit le modèle de l’État libéral fondé sur l’équilibre du contrepoids qui permet de concilier l’élitisme politique avec un certain degré de participation au gouvernement et de contrôle politique exercé par la majorité des citoyens ce qui rend possible le renouvellement de la classe dirigeante à travers la représentation politique. Le rapport souhaité est un rapport correct entre les représentés et les représentants à travers la défense juridique, c’est à dire l’ensemble des procédures, d’institutions morales, sociales et juridiques qui réglementent l’exercice du pouvoir et empêchent la dégénérescence (G. Mosca, Elementi di scienza politica, Torino, 1923). Mosca place la garantie sociale et la stabilité de cet ensemble de procédures de contrôle du pouvoir dans la moyenne bourgeoisie, si elle est suffisamment cultivée, indépendante au point de vue économique et moralement irrépréhensible.

3 Stéphane Rials a très bien mis en lumière la fatalité de le représentation sous l’angle du constitutionnalisme ; v. S. Rials, « Constitutionnalisme, souveraineté et représentation », La continuité constitutionnelle en France de 1789 à 1989, Economica-PUAM, 1990, pp. 49-69

4 Le 9 janvier 1876 dans une riche famille catholique

5 Sur ces questions, v. notre étude présentée à Milan en septembre 1989, au viième Colloque de l’AFHIP et publié sous le titre : « Roberto Michels et le socialisme » in Actes du colloque L’État, la révolution française et l’Italie, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, Faculté de Droit et de science politique, 1990, pp. 109 – 120.

6 Au Collège français de Berlin, puis à Munich, à Paris et à Halle sous la direction de l’historien Theodor Lindner dont il épouse la fille Gisela en 1899.

7 Ville plutôt rurale mais à la tradition universitaire d’une certaine importance, puisqu’elle avait accueilli la première université protestante dès 1527.

8 On sait que le parti social-démocrate allemand est né à Gotha, en 1875 un an avant la naissance de Michels, de la réunification des deux fractions du mouvement des ouvriers allemands : la fraction majoritaire des lassalliens et le Sozialdemokratische Partei marxiste, dirigée par August Bebel et Wilhelm Liebknecht.

9 Il s’agit du phénomène bien connu en mathématique sous le nom de « paradoxe de Condorcet ». Le candidat qui recueille la plus grande préférence par rapport à chacun de ses concurrents est pourtant battu.

10 R. Michels, Die deutsche Sozialdemokratie im internationalen Verbande. Eine kritische Untersuchung, Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik“, XXV Band, I Heft, Juli 1907, Tübingen, pp 219-220.

11 De 1904 Michels entre en contact avec le groupe des disciples de Sorel qui se rassemblent autour de la revue bimensuelle internationale « Le mouvement socialiste » ou Michels publie plusieurs articles sur des thèmes d’actualité comme : Les dangers du parti socialiste allemande (s. II a. VI n. 144, 1 décembre 1904) ; Le congrès des socialistes de Prusse à Berlin, (s. II, a. VII, n. 149, 1905) ; La grève générale des mineurs de la Ruhr (s. II, a. VII, n. 152, 1905) ; Le congrès syndical de Cologne, (s. II a. VII n.158, 1 juillet 1905) ; À propos de la grève de la Ruhr (s. II, a. VII, n. 156, 1 juillet 1905) ; Le socialisme allemand et le Congrès de Iena, (s. II, a. VII, nn. 166-167, 1 et 15 novembre 1905) ; La grève-lockout des mécaniciens, (s. II, a. VIII, n. 170, 15 janvier 1906) ; Les socialistes allemandes et la guerre, (s. II, a. VIII, n. 171, 15 février 1906) ; Polémique sur le socialisme allemand (s. II, a. VIII, n. 176, juillet 1906) ; Le socialisme allemand après Mannheim (s. III, a. IX, n. 182, janvier 1907) ; Revue critique. Controverse socialiste (s. III, a. IX, n. 184, mars 1907) ; Le prochain Congrès socialiste international (s. III, a. IX, n. 188, 15 juillet 1907) ; Le syndicalisme et le socialisme in Allemagne (s. III, a. IX, n. 188, 15 juillet 1907) ; Le patriotisme des socialistes allemands et le Congrès d’Essen (s. III, a. X, n. 194, 15 janvier 1908) ; Etudes critiques. La politique étrangère et le socialisme (s. III, a. XI, n. 210, 1909) Etudes critiques. L’ancienne hégémonie du Socialisme allemand (s. III, a. XII, n. 225, 1910).

12 R. Michels, Die deutsche Sozialdemokratie im internationalen Verbande, cit. pp 229-230.

13 R. Michels, La sociologia del partito politico nella democrazia moderna, Bologna, Il Mulino, p. 55.

14 R. Michels, La sociologia del partito politico nella democrazia moderna, Bologna, Il Mulino, pp. 56-57.

15 R. Michels, La sociologia del partito politico nella democrazia moderna, Bologna, Il Mulino, p. 40.

16 v. en particulier L Duguit, Leçons de droit public général, faites à la Faculté de droit de l’Université égyptienne en janvier, février et mars 1926, 1 vol., Paris, 1926 et E. Pisier, Le service public dans la théorie de l’État de Léon Duguit, LGDJ, 1972.

17 A. Hauriou, J. Gicquel, P. Gélard, Droit constitutionnel et institutions politiques, Monchrestien, 6ième ed. 1975, ce passage qui ne figure plus dans les dernières éditions reprend pratiquement mot pour mot les extraits des éditions de 1923 et 1929 du Précis de Droit constitutionnel publiées chez Sirey et qui s’inspiraient d’une brochure publiée par l’auteur en 1912 sur la Souveraineté nationale.

18 R. Michels, La sociologia del partito politico nella democrazia moderna, Bologna, Il Mulino, p. 7.

19 Pour Michels l’interprétation du socialisme acquiert un caractère moral et non plus politique, dans un dernier effort pour sauvegarder ses idéaux de jeunesse. Bientôt ses études sur les partis politiques le conduiront vers le réalisme politique.

20 R. Michels, Préface à la seconde édition allemande du 1924 de La sociologia del partito politico nella democrazia moderna, cit. Bologna, Il Mulino, p. 20.

21 Ibidem, p. 194.

22 Ibidem, p. 307.

23 Ibidem, p. 452.

24 Ibidem, p. 453.

25 Ibidem, p. 455.

Auteur

Professeur à la Faculté de Giurisprudenza à l’Université de l’Insubria, à Como (Italie)

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540