Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le concept de représentation dans la pensée politique

Penser la représentation

La représentation des intérêts et la représentation politique dans la pensée de P. J. Proudhon

Gilda Manganaro-Favaretto

Texte intégral

REPRÉSENTATION POLITIQUE : ANALYSE CRITIQUE

  • 1 P. J. Proudhon, Les Démocrates assermentés et les réfractaires, "Œuvres complètes ", T. XIII, Slat (...)

1Contrairement à ce qu’affirment la plupart de ses contemporaines, P. J. Proudhon se garde bien de saluer dans les élections, qui se sont déroulées en France après la Révolution de février et sous le Second Empire, le véritable avènement d’une ère démocratique, tout en reconnaissant que "le suffrage universel a constitué légalement la Nation française en une société démocratique"1.

  • 2 P. J. Proudhon, Les Démocrates assermentés, cit., p. 36-37.

2Ce faisant, il ne prend pas ses distances du suffrage universel en tant que tel, mais plutôt de la représentation politique qui en découle, la jugeant insuffisante, abstraite, formelle et, enfin de compte, capable de déboucher de nouveau sur un pouvoir autoritaire : "une fois établi, ce même suffrage s’est constamment retourné contre ses auteurs et a produit, au lieu de la République, dont on le supposait l’expression, la dictature perpétuelle, l’empire. C’est ainsi qu’à Rome la démocratie aboutit par le suffrage universel au césarisme ; en France, le peuple de Danton, de Robespierre et de Marat a voté sept fois l’empire en 1800, 1802, 1804, 1815, 1848, 1851 et 1852"2.

  • 3 P. J. Proudhon, Les Confessions d'un révolutionnaire pour servir à l'histoire de la Révolution de (...)

3Pourtant, sa position critique n’est pas dictée par une conviction réactionnaire et conservatrice : il constate tout simplement que la Révolution s’est arrêtée à mi-chemin, ne se proposant pas de changer radicalement les structures économiques et sociales mais seulement d’assurer la relève du personnel politique3. Il estime qu’une représentation exclusivement politique ne permet pas de considérer le nouveau système comme réellement républicain : en effet elle n’est pas en mesure de réaliser une participation diffuse à tous les niveaux, la seule, à son avis, qui permettrait au système d’être véritablement démocratique. Pour reprendre ses propos, on n’a pas réussit "à concilier le suffrage universel avec la République" en évitant de tomber, à travers la rupture de l’organicité sociale, dans une nouvelle forme d’élitisme. Celui-ci demeure constant, à son avis, dans la prétention d’autonomie décisionnelle des gouvernants, même s’ils sont légitimés par le suffrage universel.

4Paradoxalement, cette autonomie était, selon Proudhon, justifiée davantage sous la Monarchie de Juillet, lorsque la base électorale était restreinte : à cette époque, elle se justifiait comme une simple division du travail et l’organicité sociale, loin d’être mise à mal, était garantie par le régime censitaire qui réalisait une parfaite correspondance entre les intérêts des votants et l’action des leurs représentants.

5En revanche, à ce stade, et précisément à cause du suffrage universel, une telle correspondance s’avère irréaliste car, en l’absence d’homogénéité sociale, le mandat de confiance n’est guère possible, les intérêts des citoyens étant très divers, voire souvent carrément opposés. Les contradictions sociales, à l’analyse desquelles Proudhon avait consacré de nombreuses études, l’avaient convaincu qu’aucun instrument politique n’était en mesure de les résoudre.

6Par conséquent, ce qui est en crise ici c’est la thèse selon laquelle les représentants pourraient être, de façon unitaire, le porte-parole de la volonté générale, et pas forcément l’idée même de volonté générale. Pour Proudhon, il faut repenser le mécanisme de la représentation en fonction d’une réalité pluraliste, articulée et donc impossible à ramener à unité. Il faut donc remettre en cause la procédure, qui doit tenir compte de la complexité de la société et en devenir le miroir. Il s’efforce ainsi d’élaborer un mécanisme forcément multiple capable de réaliser son unité non pas au terme du processus mais à priori, dans le respect de la diversification sociale et des intérêts qui la composent.

7Toute l’œuvre proudhonienne peut être relue sous cet angle : elle exclut la possibilité d’un contrôle ex post et globale sur l’action des représentants, contrôle qui se ferait à l’occasion de chaque tour électoral, comme on l’affirmait sous le régime censitaire.

  • 4 P. J. Proudhon, Les démocrates cit., p. 84.

8Selon Proudhon, l’élargissement du suffrage, loin de s’inscrire dans la continuité de la réalité institutionnelle antérieure, s’en éloigne définitivement. Voilà pourquoi, si le mécanisme reste le même, on ne peut plus construire une volonté générale qui ne soit, en réalité, filtrée par les intérêts particuliers des élus. Voilà pourquoi la thèse qui fait de l’élu le représentant de la Nation n’est, à son avis, qu’une fiction4.

  • 5 P. J. Proudhon, Idée générale de la Révolution au xix siècle, "Oeuvres complètes", T. II, Slatkine (...)

9Cela dit, Proudhon ne se laisse pas non plus convaincre par une perspective liée aux formes de la démocratie directe qui, à l’époque, avaient séduit nombre de ses contemporains. Il ne voit, dans les hypothèses de législation directe, que des nouveaux instruments de dépossession de la souveraineté populaire : "le principe politique récemment reproduit sous le nom de législation directe, gouvernement direct etc. n’est qu’une fausse application du principe d’autorité"5.

REPRÉSENTATION DES INTÉRÊTS ET DES LOCALITÉS : L’ALTERNATIVE POSSIBLE

  • 6 P. J. Proudhon, Idée générale de la Révolution au xix siècle, "Oeuvres complètes", T. II, Slatkine (...)

10Ce dont il reste convaincu, c’est qu’il faut poursuivre la recherche de la volonté générale à travers la représentation. L’enjeu consiste à la concevoir dans le respect des caractères indigènes, comme une synthèse toujours partielle entre des positions plurielles et potentiellement conflictuelles. Pour respecter de telles diversités, il envisage des formes de représentations des fonctions professionnelles qui, selon lui, ne peuvent plus exproprier les sujets représentés. Ainsi, Proudhon croit pouvoir rétablir la correspondance des intérêts entre délégué et mandataire, une correspondance qui avait été perdue à la suite de l’élargissement du suffrage : "à moins que la démocratie ne soit une leurre et la souveraineté du peuple une dérision, il faut admettre que chaque citoyen dans le ressort de son industrie, chaque conseil municipal, départemental ou provincial, sur son territoire est le représentant naturel et seul légitime du souverain, que, en conséquence, chaque localité doit agir directement et par elle même dans la gestion des intérêts qu’elle embrasse et exercer à leur égard la plénitude de la souveraineté. Le peuple n’est autre chose que l’union organique de volontés individuellement libres et souveraines, qui peuvent et doivent se concerter mais s’abdiquer jamais"6.

11Ainsi l’élément de médiation entre gouvernants et gouvernés, loin d’être négligé, est essentiellement confié aux fonctions professionnelles et locales : c’est grâce à la convergence de celles-ci avec l’intérêt, propre à chacun, qu’il croit pouvoir éviter les phénomènes d’aliénation de la souveraineté.

12Autrement dit, si le point de vue concerne l’intérêt économique de chaque individu ou groupe social, le ressort de la participation politique résulte de la coïncidence entre celle-ci et la défense de ses propres intérêts. C’est cette coïncidence qui lui paraît garantir l’exercice effectif de la souveraineté du peuple.

13Cela permet par ailleurs à Proudhon de se rallier aux thèses de ceux qui, à partir de B. Constant, ont théorisé la représentation comme une nécessité impérative de la division du travail. En effet, pour Proudhon, il reste vrai qu’il faut déléguer la défense de ses propres intérêts mais, à travers l’expédiant des fonctions économiques qu’il envisage, cela n’implique aucun acte de renonciation à la participation politique, contrairement à ce qui pensent les libéraux.

  • 7 P. J. Proudhon, Contradictions politiques. Theorie du mouvement constitutionnel au xix siècle, "Oe (...)

14"Organiser la démocratie" c’est justement s’efforcer de rapprocher autant que possible l’identité d’intérêts entre délégué et mandataire. Le nœud théorique à résoudre concerne donc la forme de la représentation dans une société pluraliste et complexe : comment l’articuler sans qu’elle devienne "une mystification et une tyrannie" ?7.

  • 8 P. J. Proudhon, Polémique contre Louis Blanc dans l'appendice d' Idée générale cit., p. 437 " le p (...)

15Proudhon pense qu’il faut avant tout établir une distinction entre un mandat général, qu’il exclut parce qu’il le considère comme un effet en blanc, et un mandat spécial qu’il conçoit comme étant le seul compatible avec le régime démocratique8. Il préconise donc une représentation sociologique, une représentation se construisant par la base et selon des procédures séparées en fonction des secteurs et des milieux.

16Ce qui l’inquiète en particulier, c’est le problème concernant la sauvegarde des intérêts des ouvriers car il estime qu’ils sont les plus bafoués. La solution qu’il imagine consiste à les mettre dans les conditions des entrepreneurs en le rendant entrepreneurs eux mêmes. Comme on le sait, il propose l’institution d’une Banque à crédit gratuit pour faciliter la création des association-entreprises gérées par les ouvriers dans le libre marché et en concurrence avec les entreprises des capitalistes.

  • 9 Proudhon pense à une Banque de Change et Crédit gratuit capable de donner une impulsion aux entrep (...)

17Bien que le texte proudhonien trahisse la difficulté de réaliser ce projet (surtout s’agissant de la nécessité de trouver le capital9), il est important de souligner la nouveauté d’une conception de l’association comme entreprise ainsi que comme véhicule pour la représentation des intérêts du prolétariat. On dépasse ici l’optique de pure assistance qui, à l’époque, caractérisait la réflexion sur le rôle des associations ouvrières. On peut dire quelle préfigure grosso modo la fonction de médiation entre les décideurs et la base sociale, qui, quelque temps plus tard, sera typique des partis modernes.

  • 10 P. J. Proudhon, Les Confessions, cit., p. 239 "les commercants, fabricants manifacturieurs, indust (...)

18Pour Proudhon, l’entreprise ouvrière a une fonction économique mais aussi une fonction politique car elle a pour tâche de négocier les conflits avec les autres sujets. En polémique avec L. Blanc et P. Leroux, il soutient que l’État n’est pas nécessaire à trois conditions : si l’on considère la société comme déjà structurée en différentes branches économiques ; si chacune d’entre elles se crée en son sein une sorte d’organisation verticale ; si ses représentants se mesurent avec les représentants des autres branches dans les Chambres de commerce10.

19Dans chaque secteur économique le caractère démocratique devrait être garanti par un principe de roulement analogue à celui qu’il avait prévu, sans doute en peu trop superficiellement, pour le travailleur de l’atelier. Il est convaincu que, de même que dans l’atelier, le travail manuel ne doit pas être séparé du travail intellectuel, si l’on veut éviter l’aliénation et l’abrutissement du travailleur. De la même façon, il faut prévoir un caractère cyclique de la délégation si l’on veut éviter que les représentants ne se figent dans des groups de pouvoir.

  • 11 Ibidem p. 231.

20Dans les intentions de Proudhon, la société économique ainsi déstructurée est également une société politique. Elle n’est autre que le résultat de l’application plus étendue, mais aussi plus rigoureuse, du principe de Montesquieu sur la séparation des pouvoirs "Il faut pousser la séparation à peine commencée aussi loin qu’il est possible et centraliser à part chaque faculté, organiser le suffrage universel suivant son genre et son espèce"11.

  • 12 Ibidem p. 242-243.

21À travers cette organisation, il pense ôter à la politique son caractère unitaire et centraliste car chacun de ces pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire est déstructuré dans ses composants et reconstruit a posteriori, chacun de son côté, démocratiquement. Il ne reste ainsi à l’appareil hiérarchique du pouvoir qu’une tâche médiocre et générale de surveillance liée au ministère de l’intérieur, tandis que toutes les autres fonctions sont disséminées et réparties dans la société : "groupez par leur sommités, ces administrations différentes, vous avez votre Conseil des Ministres, votre pouvoir exécutif. Élevez au-dessus de tout cela un grand jury, législature ou Assemblée nationale, nommée directement par la totalité et chargée, non pas de nommer les ministres -ils tiennent leur investiture de leur commettants spéciaux-, mais de vérifier les comptes ; de faire les lois, de fixer le budget, de juger les différends entre les administration, le tout après avoir entendu les conclusions du ministère public ou ministre de l’intérieur auquel se réduira désormais tout le gouvernement…le gouvernement, le pouvoir, l’État, quel que soit le nomme que lui donniez, ramené à ses justes limites qui sont non de légiférer ni d’exécuter, pas même de combattre et de juger..n’est autre chose que le proviseur de la société, la sentinelle du peuple"12.

  • 13 Ibidem p. 231 "le principe politique de la séparation des pouvoirs ou des fonctions est le même qu (...)

22Le pouvoir ainsi morcelé, Proudhon soutient la complète coïncidence entre constitution politique et constitution sociale13. Autrement dit, une fois que la société économique est organisée en filières, l’organisation politique se réduit au minimum et, dans la réalité, elle n’a plus d’identité ni de fonction précise. En considération de ce qui précède, on peut comprendre pourquoi Proudhon se qualifie d’"anarchiste" bien que "positif" : la société qu’il envisage est sûrement une société organisée, mais il s’agit d’une société absorbant en elle l’aspect ordonnateur de l’État.

LE RÔLE DE L’ÉTAT

23Après le coup d’État de Louis Bonaparte, Proudhon révise à maintes reprises le modèle institutionnel défini sous la deuxième République. Le constat selon lequel les "féodalités financières", c’est-à-dire les concentrations capitalistes, étaient à l’origine de l’épanouissement de l’industrialisation au cours du Second Empire, l’obligent à reprendre à son compte le rôle carrément politique de l’État bien qu’il s’agisse d’un État à structure "faible" comme l’État fédéral.

24Il dépasse dès lors nettement l’utopie anarchiste, utopie d’une société se gouvernant par elle même sans la présence de l’État. La société industrielle moderne n’exige pas seulement une organisation économique mais aussi un organe de direction, autonome vis-à-vis de la réalité économique et sociale. Il s’agit d’un organe qui la contrôle en la limitant quant à possibilité d’expropriation et exploitation.

  • 14 P. J. Proudhon, Du Principe fédératif et de la necessité de reconstituer le parti de la Révolution (...)
  • 15 Déjà dans La Justice dans la Révolution et dans l'Église (1858), Proudhon avait reconnu la force c (...)
  • 16 P.J. Proudhon, De la capacité politique des classes ouvrières T.III, Slatkine, Genève-Paris 1982, (...)

25Du point de vue théorique, dans la pensée proudhonienne ce passage est marqué par l’idée selon laquelle "autorité et liberté" sont deux aspects indissociables de la même réalité14 et, d’autre part, que les conflits latentes dans la société ne se laissent pas embrigader dans l’idée exclusive de l’intérêt économique mais qu’ils sont aussi de conflits de pouvoir tout court15. D’où la nécessité de reconsidérer la représentation politique en tant que telle "chaque député est avant tout l’homme de la localité qui l’a choisi pour son représentant, son émanation, l’un de ses citoyens, son mandataire spécial chargé de défendre ses intérêts particuliers sauf à les accorder au mieux avec les intérêts généraux devant le grand juri"16. Ainsi, la fonction de cette représentation politique a une double nature : à travers la présence de l’État, elle doit empêcher les concentrations capitalistes et, d’autre part, elle doit continuer d’empêcher la concentration des pouvoirs au sommet de l’État lui-même.

26La nouvelle conscience de la nécessité de l’État n’entraîne pas, dans les derniers écrits de Proudhon, un abandon de sa méfiance vis-à-vis de la fonction exécutive du gouvernement. Au contraire, elle exige un approfondissement des moyens et des formes de la représentation.

  • 17 Ibidem p 216-217 "Un corp électoral, s'assemblant dans sa spontainéité faisant la police des opéra (...)
  • 18 Du Principe fédératif p. 327 "l'État, soit qu'il édicte soit qu'il agisse ou surveille, est le gén (...)

27D’une part, on retrouve le modèle déjà ébauché, sauf à prévoir dans le Parlement, et non pas dans les Chambres de Commerce, le lieu de l’autorité où doit se situer le pouvoir exécutif : ce dernier est en effet confié à des commissions révocables17, choisies par les représentants du peuple. La révocabilité répond à la nécessité de les utiliser pour servir exclusivement à la promotion des initiatives mais non pas pour assurer un rôle de gestion, aspect qui est confié aux communes et aux autres autorités locales concernées18. Quant à la traduction de ceci dans les faits, Proudhon ne nous en parle pas et il ne semble pas non plus se soucier d’indiquer les mécanismes juridiques qui permettraient de donner certitude aux procédures de fédération.

L’"EMPIRE LIBÉRAL" OU L’ILLUSION DE LA REPRÉSENTATION

28Néanmoins, cela n’atténue en rien l’importance de la réflexion du dernier Proudhon, notamment à propos de l’analyse critique qu’il mène sur l’application concrète de la représentation. C’est à l’occasion des élections de 1863 qu’il approfondit cet aspect lorsqu’il dénonce l’absence des garanties pour la formation et la libre manifestation de la volonté des électeurs. Jugeant absolument insuffisantes les conditionnes préalables du vote, il considère, tout compte fait, les élections des représentants comme une manœuvre habile de l’Empire pour se consolider, en manipulant la volonté du peuple. C’est pour cette raison qu’il invite la classe ouvrière à l’abstention.

29L’intérêt encore actuel de son texte réside surtout dans son œuvre de démythification de tous les nœuds théoriques quant à la mise en œuvre de la représentation. Il s’efforce de dévoiler l’apparat symbolique qui se cache derrière les notions politiques, des notions qui, à son avis, sont acceptées de manière acritique.

  • 19 Les démocrates assermentés p. 43.
  • 20 Ibidem p 57.
  • 21 Ibidem p. 48.
  • 22 Ibidem p. 59 "la loi du 5 mai 1855, en réservant à l'Empereur la nomination des maires et adjoints (...)

30L’application du suffrage universel -comme il se plaît à le répéter- ne suffit pas à garantir une bataille électorale se déroulant dans le libre jeu des opinions et sur la base d’une propagande libre. Afin que tout ceci puisse se réaliser, Proudhon énumère une série de conditions préalables qui, à l’époque, sont loin d’être réalisées. Il insiste encore sur une représentation organisée "selon le groupement naturel des opinions et des intérêts, la spécialité des professions et de droits"19, la seule qui puisse être considérée comme démocratique. Cela dit, il en résulte une révision des procédures électorales et, en particulier, une révision des circonscriptions qui ne doivent pas être construites sur le papier, comme venait de le faire l’Empire "en dénaturant la pensée locale et neutralisant la portée du vote"20. Il s’ensuit encore que les candidatures ne doivent pas être présentées directement par le pouvoir, en dehors de l’initiative des citoyens : "un démocrate ne peut pas accepter cette prétention du pouvoir"21. Si les municipalités doivent être la véritable expression de la volonté des citoyens, les maires et les adjoints ne doivent pas être nommés par l’Empereur comme on l’a fait après la loi du 5 mai 1855 ; ainsi, selon Proudhon, "la commune française a perdu son indépendance, c’est une succursale de la préfecture"22. Cet argument lui importe à plus forte raison pour les villes de Paris et de Lyon : non seulement les maires et les adjoints y sont nommés par l’Empereur, mais c’est aussi le cas des conseilleurs municipaux de sorte que "les deux villes sont destituées complètement de leur autonomie".

  • 23 De la capacité politique p. 270.
  • 24 Contradictions politiques p. 280.
  • 25 Ibidem p. 54.

31L’autre aspect qu’il conteste, ce sont les thèses soutenues par les libéraux, tels que De Girardin ou De Laboulaye, qui réclament un collège unique dans toute la Nation "en annulant ainsi l’esprit de localité et en maintenant, sous une apparence de démocratie, marchant à l’union, la subordination politique et économique des masses ouvrières"23. Ce que les libéraux semblent oublier, pour Proudhon, c’est que le peuple n’est pas une entité homogène, compacte, indifférenciée. Si on le considère ainsi, on fait du peuple "une fiction, un mythe et toutes les cérémonies par lesquelles vous lui faites exercer sa souveraineté élective, ne sont autre chose que les cérémonies de son abdication"24. Il faut également que les droits de liberté soient effectivement garantis, qu’il soit possible de se réunir et de discuter avec un pouvoir délibératif dans le cadre d’assemblées publiques et non pas de réunions privées pour de prétendues raisons de sécurité. Il faut que la presse soit vraiment libre des influences du gouvernement, mais aussi des lobbies économiques. Or, selon Proudhon "les journaux soi-disant indépendants sont tous à la dévotion soit du gouvernement qui ne leur communique que ce qu’il veut, soit des influences payantes qui ne communiquent également, ou ne permettent de dire, que ce qu’elles veulent"25.

  • 26 Ibidem p. 62.

32Un autre élément de perturbation de la vie démocratique réside dans l’obligation de prêter serment qui est imposée au candidats comme condition préalable à la candidature et, après l’élection, à chaque député. Ainsi, soutient Proudhon, "par le serment du député, comme par celui du candidat, la démocratie tout entière, opposante ou dynastique, dès lors qu’elle vote, se trouve assermentée"26 et donc loyale envers l’Empereur au lieu qu’envers le peuple.

  • 27 Ibidem p. 66.

33Une autre limitation met la vie démocratique "en état de sujétion vis-à-vis du Pouvoir" c’est le fait que les élections sont réalisées pour confirmer la forme actuelle du gouvernement, qu’elles n’entraînent pas la possibilité d’un véritable changement. Proudhon conteste "la doctrine, soutenue par divers auteurs, que la souveraineté du peuple ne s’exerce pas d’une manière permanente et directe mais qu’elle consiste simplement dans la cession que le peuple en a fait lorsqu’il a nommé l’Empereur, cession dont le renouvellement du Corps législatif tous le six ans ne serait qu’une confirmation périodique"27.

  • 28 Ibidem p 68.
  • 29 N. Luhmann, Potere e complessità sociale, Il Saggiatore, 1979 a soutenu que dans les sociétés comp (...)
  • 30 De la Capacité politique, cit., p. 275

34Tout cela exclut la possibilité d’un véritable renouvellement du personnel politique et rend le vote des citoyens "parfaitement insignifiant"28. Sous l’étendard de "l’Empire libéral", on voudrait faire passer un tour électoral, dirigé par le haut et contrôlé dans chacun de ses éléments, comme l’expression de la volonté populaire. L’absence de garanties objectives, quant au respect de cette dernière, fait de la représentation une fiction, un instrument pour la consolidation du Pouvoir et non pas un instrument de contrôle. Sans doute Proudhon pense-t-il à l’essor des plébiscites qui ont permis au Seconde Empire d’obtenir sa légitimation populaire, et il ne veut pas qu’ils soient une nouvelle fois proposés sous la fausse apparence d’élections : de manière subreptice, on rendrait ainsi vain ce qu’on fait montre de vouloir réaliser, à savoir la souveraineté populaire. Il ne s’agit pas de rechercher le consensus29 mais, pour Proudhon, de renverser la perspective : "ce n’est plus au candidat à solliciter les électeurs mais plutôt aux électeurs à solliciter les candidats"30. Ainsi, selon Proudhon, on pourrait éviter les dangers de corruption et vénalité qui affectent la représentation sur une base national et sans mandat spécial. La représentation des intérêts et des localités permettrait à l’intérêt particulier, dont chaque député est porteur, d’être considéré non pas comme illégitime, mais tout simplement comme susceptible de médiation avec les autres intérêts et c’est à travers une transaction mutuelle que cette médiation devrait se dérouler à l’intérieur du Parlement. Cette transaction entre des positions, normalement opposées, constitue, selon Proudhon, le but du processus politique, la synthèse qui aboutit à la volonté générale construite à partir d’en bas, sans expropriation d’aucune sorte. Toutefois, sa pensée n’évoque pas clairement la façon dont le conflit pourrait se résoudre sur une base contractuelle : Proudhon semble tenir pour acquise la bonne volonté des contractants, sous-estimant ainsi l’inégale intensité de leurs forces.

  • 31 M. Duverger, I partiti politici, Milano, Comunità, 1961, p. 17.
  • 32 Cfr. E. Renan, La monarchie constututionelle en France, "Revue des deux Mondes", 1er novembre 1869 (...)
  • 33 P. Rosanvallon, L'État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990, p. 116-117.
  • 34 B. Manin, La democrazia dei moderni, Milano, Anabasi, 1992 souligne que dans "la démocratie du pub (...)

35En effet, du point de vue historique, la jonction entre gouvernants et gouvernés ne s’est pas faite à travers les corps intermédiaires ou les intérêts, mais, à travers les partis qui sont devenus des organes de l’État et porteurs d’un projet idéologique. Comme on le sait31, à l’époque, à l’exception des États Unis, aucun pays au monde ne connaissait les partis politiques sous leur forme moderne. Pourtant, plus tard, lorsque les partis modernes se seront consolidés, la perspective de la représentation des intérêts continuera d’exercer une certaine influence non seulement chez nombre d’auteurs32, mais aussi au niveau institutionnel. La réalisation des Conseils supérieurs (de l’agriculture, du commerce et de l’industrie, des beaux arts, de l’assistance publique) tout au long du dix-neuvième siècle n’a pas été négligeable "en entrouvrant la porte d’une forme de représentation des intérêts, bien que jamais ouvertement avouée en tant que telle, ils montrent selon P. Rosanvallon que l’État a constamment ressenti le besoin de trouver une relation avec la société qui ne pouvait être seulement assurée par les mécanismes de la formation politique de la volonté générale"33. En ce sens, l’exigence de faire du peuple un acteur de premier plan, l’exigence d’une démocratie, fondée non pas sur l’expropriation de l’électeur mais sur sa responsabilité, reste un problème encore actuel comme le soulignent les politologues contemporains lorsqu’ils dénoncent la réduction, de plus en plus marquée, du peuple à simple "public"34.

  • 35 B. Accarino, Rappresentanza, Bologna, Mulino, 1999, p. 162 "L'acceptation laïque du manque de repr (...)
  • 36 A. Di Giovine, Democrazia diretta da chi ? "Teoria politica", XII, n° 2, 1996 pp. 7-27 ; L. Morel (...)

36Si donc certains aspects de l’œuvre de Proudhon ont résolument vieilli, quelques-unes de ses intuitions gardent toute leur validité, comme sa conviction que la réalité est pluraliste et sa prise de conscience que la représentation ne saurait être conçue comme quelque chose d’immobile mais qu’elle doit continuellement être remise en jeu en suivant la dynamique de la société. De ce point de vue, il semble anticiper la crise contemporaine des idéologies et, donc, des partis en tant que possibles interprètes de la volonté générale. On pourrait dire qu’il participe de la conscience contemporaine en ne croyant plus à la possibilité des conceptions globales qui embrassent tout35, ni à une vision de la représentation en tant que processus uniforme et assimilant. Mais, en même temps, en soulignant le rôle inévitable de la représentation, il nous met en garde contre deux dangers contradictoires qui ne sont, en réalité, que des fausses alternatives auxquelles nous sommes encore confrontés aujourd’hui : la défense à outrance des intérêts et des différences qui risque d’aboutir à leur ghettoïsation et le mythe récurrent de la démocratie directe36 aujourd’hui souvent proposé sous semblant du progrès technique de l’informatique.

Notes

1 P. J. Proudhon, Les Démocrates assermentés et les réfractaires, "Œuvres complètes ", T. XIII, Slatkine, Genève-Paris, 1982, p. 35.

2 P. J. Proudhon, Les Démocrates assermentés, cit., p. 36-37.

3 P. J. Proudhon, Les Confessions d'un révolutionnaire pour servir à l'histoire de la Révolution de février "Oeuvres complètes" T.VII, Slatkine, Genève-Paris, 1982, p. 135 "toutes les erreurs, toutes les mêcomptes de la démocratie proviennent de ce que le peuple, ou plutôt les chefs des bandes insurrectionelles, après avoir brisé le trône et chassé le dynaste, ont cru révolutionner la société parce qu'ils révolutionnaient le personel monarchique et qu'en conservant la royauté tout organisée, ils le rapportaient non plus au droit divine mais à la souveraineté du peuple".

4 P. J. Proudhon, Les démocrates cit., p. 84.

5 P. J. Proudhon, Idée générale de la Révolution au xix siècle, "Oeuvres complètes", T. II, Slatkine, Genève-Paris 1982, p. 238 ; p. 218 : "le peuple consulté s'il repond non, abdique ; s'il dit oui, se jugule". Les pamphlets auxquels Proudhon fait référence sont les suivants M. Rittinghausen, La Législation directe par le peuple ou la vrai démocratie, Paris, 1850 ; V. Considerant, La solution ou le gouvernement direct des peuples, Paris, 1850 ; E. De Girardin, L'abolition de l'autorité par la simplification du gouvernement, Paris, 1851 ; Ledru Rollin, Du gouvernement direct par le peuple et Plus de Président, plus de Représentant, Paris 1851.

6 P. J. Proudhon, Idée générale de la Révolution au xix siècle, "Oeuvres complètes", T. II, Slatkine, Genève-Paris 1982, p. 328

7 P. J. Proudhon, Contradictions politiques. Theorie du mouvement constitutionnel au xix siècle, "Oeuvres complètes" T. XIII, cit., p. 275-6 "si le grand acte qui a pour objet de produire la représentation nationale consiste à réunir, une fois tous les cinq ans ou tous les trois ans, une cohue des citoyens désignés et à leur faire nommer un député porteur d'un mandat en blanc et qui en vertu de ce mandat en blanc représente non seulement ceux qui lui ont donné leurs suffrages mais ceux qui ont voté contre lui…si c'est là ce qu'on entend pour suffrage universel, il n'y a rien à espérer et tout notre système politique est une mystification et une tyrannie".

8 P. J. Proudhon, Polémique contre Louis Blanc dans l'appendice d' Idée générale cit., p. 437 " le peuple ne décerne pas de mandat général ; il ne donne que les délégations spéciales. Le mandat général c'est la hiérarchie, la royauté, le despotisme ; la délégation spéciale, au contraire, c'est la liberté, l'égalité, la fraternité c'est l'anarchie".

9 Proudhon pense à une Banque de Change et Crédit gratuit capable de donner une impulsion aux entreprises-associations ouvrières s'agissant des possibilités de mise en œuvre d'une telle hypothèse, il participa à un débat approfondi avec les économistes de son temps qui en dénonçaient le caractère utopique. Voir P. J. Proudhon, Intérêt et principal. Discussion entre M Bastiat et M Proudhon sur l'Intérêt des capitaux, Paris Garnier, 1850 ; Gratuité du crédit. Discussion entre M. Bastiat et M. Proudhon, Paris, Guillaumin, 1850.

10 P. J. Proudhon, Les Confessions, cit., p. 239 "les commercants, fabricants manifacturieurs, industriels de toute espèce, ayant dans les Chambres de Commerce leurs cadres..pourraient également, sans le secour du pouvoir, …organiser par eux mêmes, à leur frais, une administration centrale, débattre leurs affaires en assemblée générale, correspondre avec les autres administrations".

11 Ibidem p. 231.

12 Ibidem p. 242-243.

13 Ibidem p. 231 "le principe politique de la séparation des pouvoirs ou des fonctions est le même que le principe économique de la séparation des industries ou division du travail par où nous voyons joindre déjà l'identité de la constitution politique et de la constitution sociale".

14 P. J. Proudhon, Du Principe fédératif et de la necessité de reconstituer le parti de la Révolution, "Oeuvres complètes", T. XV, pp. 270-73.

15 Déjà dans La Justice dans la Révolution et dans l'Église (1858), Proudhon avait reconnu la force comme inhérente, immanente à l'être, et il y avait attribué l'origine de toute une série de conflits irrémédiables. Il approfondira cet aspect du réel, allant jusqu'à soutenir que la force, la puissance créatrice, bref le pouvoir, est une manifestation naturelle de l'homme et que, bien qu'étant négatif, il a aussi une composante morale. À ce propos cfr. La guerre et la paix Recherches sur le principe et la Constitution du Droit des gens, Paris, Rivière, 1927.

16 P.J. Proudhon, De la capacité politique des classes ouvrières T.III, Slatkine, Genève-Paris 1982, pp. 279.

17 Ibidem p 216-217 "Un corp électoral, s'assemblant dans sa spontainéité faisant la police des opérations, révisant et sanctionnant ses propres actes ; une délégation, Corps législatif ou Conseil d'État, nommée par les groupes fédéraux et rééligible ; une commission exécutive choisie par les représentants du peuple dans leur propre sein et révocable ; un président de cette commission enfin nommé par elle même et révocable".

18 Du Principe fédératif p. 327 "l'État, soit qu'il édicte soit qu'il agisse ou surveille, est le générateur et le directeur suprême du mouvement, si parfois il met main à la manoeuvre c'est à titre de première manifestation pour donner l'impulsion et poser un exemple. La création operée, l'installation ou l'inauguration faites, lEtat se retire abbandonnant aux autorités locales et aux citoyens l'exécution du nouveau service".

19 Les démocrates assermentés p. 43.

20 Ibidem p 57.

21 Ibidem p. 48.

22 Ibidem p. 59 "la loi du 5 mai 1855, en réservant à l'Empereur la nomination des maires et adjoints et en attribuant aux Préfets le droit de diviser les communes en sections distintes et rivales, a voulu prévenir toute velléité d'insurgence contre l'autorité centrale. Mais elle n'a pas réfléchi qu'en poursuivant ce but, non seulement elle détruisait l'institution communale, elle portait une grave atteinte au suffrage universel et à la Constitution elle même".

23 De la capacité politique p. 270.

24 Contradictions politiques p. 280.

25 Ibidem p. 54.

26 Ibidem p. 62.

27 Ibidem p. 66.

28 Ibidem p 68.

29 N. Luhmann, Potere e complessità sociale, Il Saggiatore, 1979 a soutenu que dans les sociétés complexes le consensus se présente comme une finction institutionelle et non comme une véritable recherche du consensus réel.

30 De la Capacité politique, cit., p. 275

31 M. Duverger, I partiti politici, Milano, Comunità, 1961, p. 17.

32 Cfr. E. Renan, La monarchie constututionelle en France, "Revue des deux Mondes", 1er novembre 1869, maintenant "Oeuvres complètes", Paris, Calmann-Levy 1947 ; G. Rovati, Democrazia e rappresentanza degli interessi in Emile Durkheim dans A.A.V.V., Democrazia e monocrazia in Europa nella prima metà del Novecento, sous la direction de Anna Maria Lazzarino Del Grosso, Firenze, Centro editoriale toscano, 1992, pp. 153-161.

33 P. Rosanvallon, L'État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990, p. 116-117.

34 B. Manin, La democrazia dei moderni, Milano, Anabasi, 1992 souligne que dans "la démocratie du public et de la scène" l'électeur ne détermine rien, mais qu'il se limite à choisir parmi les offres qui lui sont proposées.

35 B. Accarino, Rappresentanza, Bologna, Mulino, 1999, p. 162 "L'acceptation laïque du manque de représentation de beaucoup d'istances sociales et idéales est aujourd'hui condition de fonctionnement de la démocratie de l'autocensure bienfaisante et de promotion d'une pluralité authentique et donc de formes non frelatées de competition".

36 A. Di Giovine, Democrazia diretta da chi ? "Teoria politica", XII, n° 2, 1996 pp. 7-27 ; L. Morel, Vers une démocratie directe partisane ? "Revue française de Science Politique", vol. 50, n° 4-5 août-octobre 2000, pp. 765-778.

Auteur

Professeur à l’Université de Trieste (Italie)

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540