Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le concept de représentation dans la pensée politique

Penser la représentation

La représentation dans la pensée politique d’un jacobin italien

Luigi Angeloni (1759-1842)

Giorgio La Rosa

Texte intégral

  • 1 R. Ghiringhelli, Storia delle dottrine politiche e storia costituzionale. A proposito del rapporto (...)

1L’histoire de la pensée politique, en général, “vise à récupérer les valeurs et les états d’âme de l’homo politicus, conçu comme l’ensemble de homo communis, civis, homo cogitans, homo economicus et homo iuridicus1. Cette affirmation est encore plus valable lorsqu’il est question de Luigi Angeloni dont la biographie, généralement très peu connue, s’avère indispensable pour la compréhension de sa pensée originale.

2Luigi Angeloni est né à Frosinone, dans les États Pontificaux, en 1759, à savoir au beau milieu du Siècle des Lumières. Son père Giovanni était un riche marchand originaire de Villadda, près de Lecco, ville de la Lombardie ; sa mère était Lucrezia Contini. Le petit Angeloni a connu une enfance assez tourmentée. Son père Giovanni est atteint d’une grave paralysie, ce qui empêche son fils d’entreprendre régulièrement les études scolaires. Dès l’âge de sept ans, il commence ainsi à aider sa mère dans la gestion des affaires et dans l’administration de leur boutique. Pour cette raison, on peut affirmer que la formation d’Angeloni est celle d’un autodidacte, sans que, pour cela, elle s’avère lacuneuse. Il posséda, en effet, une bonne connaissance des Classiques latins, de la langue et de la littérature italiennes, des mathématiques et de la philosophie. Tout cela a contribué, en âge mûr, à délinéer sa pensée et son orientation politique et idéologique.

  • 2 E.A. Albertoni, Storia delle Dottrine Politiche in Italia, Milano, Edizioni di Comunità, 1990, vol (...)
  • 3 F. Venturi, “Angeloni Luigi”, in AA.VV., Dizionario Biografico degli Italiani, vol. III, Roma, Ist (...)

3Après l’indifférence qui caractérise les quarante premières années de sa vie, l’intérêt d’Angeloni pour la politique se manifeste à l’époque de l’occupation française en Italie et de la naissance de la République Romaine, au mois de février 1798. À cette occasion, il fut une figure importante du régime jacobin, assez importante pour faire partie du Tribunat de la République, dont il fut, par la suite, même le Président. Il se réfugie en France au moment de l’effondrement du régime francophile ; il établit des liens étroits avec la faction de l’opposition franco-italienne à la politique officielle de la République Transalpine et avec la secte des « Philadelphes ». Il participe de manière active, deux fois au moins, à des conjurations concertées contre la vie de Napoléon. Et deux fois, en 1800 et en 1812, il est arrêté, mais, à chaque fois, il est emprisonné pendant une courte période seulement. À partir de la chute de Napoléon (1814) et pendant plus de vingt ans, Angeloni représente l’un des points de repère les plus importants pour les mouvements sectaires et pour les exilés italiens en Europe ; il est aussi une figure très importante à l’intérieur du mouvement libéral européen2. C’est exactement dans le cadre sectaire européen qu’il établit des rapports étroits avec Federico Confalonieri et qu’il participe aux trames politiques de Carlo Alberto pendant les années Vingt. Après avoir été déçu par le comportement équivoque du Prince de Savoia-Carignano et à la suite de rapports difficiles avec les autorités politiques françaises, il sera expulsé de la France et il sera obligé de se réfugier en Angleterre (1823). C’est ici qu’il continue d’ourdir sa trame politique en participant, entre autres, à la rédaction de la « Déclaration des principes », acte très important qui constitue le fondement idéologique de cette partie du monde des sectes, qui, plus que tout autre, se rapportait à son idéologie. Pendant son intense activité politique, Angeloni entra en contact avec plusieurs personnalités parmi lesquelles on peut citer Giuseppe Mazzini (1805-1872) et Filippo Buonarroti (1761-1831), mais aussi le poète Ugo Foscolo (1778-1827) et le suprême sculpteur Antonio Canova (1757-1821) avec qui, pendant son exil français, il contribua de manière très active, à la récupération des œuvres d’art dont Napoléon s’était emparé à Rome et à Florence3.

4Malgré ces circonstances biographiques très respectables, Angeloni a été très connu et même souvent craint dans de nombreuses chancelleries européennes – notamment dans celle de Vienne – et non seulement à cause de son intarissable activité de conspiration. En effet, cet homme a été aussi et surtout un penseur politique original dont l’œuvre a été négligée ou bien jugée comme une doctrine bizarre et extrémiste, reflet, après tout, du caractère excentrique de son auteur.

  • 4 L. Angeloni, Sopra l’ordinamento che aver dovrebbono i governi d’Italia. Ragionamento di Luigi Ang (...)
  • 5 L. Angeloni, Alla valente ed animosa Gioventù d’Italia, esortazioni patrie così di prosa come di v (...)

5À mon avis, Angeloni mérite, au contraire, une place digne de toute estime dans le panorama de la pensée politique de l’époque de la Restauration. Et cela grâce à une série d’ouvrages, à commencer par « Sopra l’ordinamento che aver dovrebbono i governi d’Italia » (« Sur l’ordonnance que devraient avoir les gouvernements d’Italie »), important pamphlet publié à Paris en 1814 et envoyé aux souverains qui avaient battu Napoléon4, pour en terminer avec les « Esortazioni patrie » (« Exhortations à la patrie ») de 1837, ouvrage volumineux qui vit le jour à Londres en 18375. La police du prince de Metternich allait littéralement à la chasse des écrits d’Angeloni pour les faire disparaître du marché clandestin des livres. Mais même beaucoup d’hommes politiques et de penseurs révolutionnaires, tels que Buonarroti et Mazzini qu’on a déjà cité, contredisaient ses idées. D’ailleurs, juste la propagande négative de Mazzini fut encore plus efficace que les censures de la réaction pour faire oublier les théories d’Angeloni tout de suite après sa mort, qui eut lieu à Londres en 1842.

6La pensée politique d’Angeloni apparaissait comme dangereuse aux yeux de ses ennemis et même aux yeux de beaucoup de ses amis : sa doctrine devait donc posséder de la cohérence et de la praticabilité, au point de susciter de l’intérêt dans les classes ennemies de l’ordre public et social établi par le Congrès de Vienne. Mais c’est à ces mêmes classes que s’adressaient les autres révolutionnaires italiens, qui souvent étaient en désaccord sur quelques aspects fort délicats des théories du penseur assez peu diplomatique qu’était Luigi Angeloni. C’est le cas du projet fédéral, qu’il proposait déjà en 1814 : Angeloni pensait que cet ordre politique était le seul possible pour l’Italie. Son idée de fédéralisme se fondait sur le respect réaliste vis-à-vis des différentes traditions politiques, historiques et culturelles des nombreuses villes de la Péninsule italienne. Angeloni considéra toujours les États-Unis d’Amérique et la Suisse comme des modèles à imiter et ne se lassa jamais de les proposer au niveau théorique dans ses écrits. Et c’est justement le fédéralisme qui nous rapproche du sujet de ce XIVème Colloque, c’est-à-dire la Représentation politique.

  • 6 Entre 1810 et 1819, Gall et Spurzheim écrivirent ensemble le traité Anatomie et physiologie du sys (...)

7Par rapport à ce sujet, cependant, l’un des noyaux centraux de la pensée d’Angeloni s’avère fondamental ; un noyau qui déplut également à ses amis et à ses ennemis : le matérialisme rigide, qui mûrit pendant les années Vingt du xixème siècle, et qui, par la suite, fut approfondi avec décision et toujours défendu par Angeloni. Sa conviction était le résultat d’une élaboration personnelle de la littérature matérialiste française du xviiième siècle : sûrement Julien Offroy de La Mettrie (1709-1751), Claude-Adrien Helvétius (1715-1771) et Paul Heinrich Dietrich, baron d’Holbach (1723-1789). Angeloni rendit encore plus radicale sa conception philosophique de l’homme et du monde en s’approchant des théories de deux médecins de l’aire germanique. Il lut et il cita dans ses écrits les ouvrages les plus importants du médecin allemand Franz Joseph Gall (1776-1832), fondateur de l’« organologie », doctrine physiognomique que son élève appellera plus tard « phrénologie ». Angeloni connut même personnellement ce disciple de Gall, le psychiatre allemand Johann Christoph Spurzheim (1776-1828), conférencier très actif en France et en Angleterre6. Ces deux savants affirmaient que les « facultés » de l’âme humaine étaient le résultat de l’activité de certains organes cérébraux, placés dans des aires spécifiques du cerveau.

I. UNE CONCEPTION MATÉRIALISTE DE LA REPRÉSENTATION

8Le lien entre la conception matérialiste particulière d’Angeloni et sa vision très personnelle de la représentation dans les communautés politiques est sans aucun doute fort étroit. Je pense, en effet, que ses positions tellement radicales dans ce milieu sont en réalité la légitimation d’un projet qui est bien plus que politique, idéologique ou philosophique : sa conception de la représentation préexiste, comme d’autres aspects de la doctrine politique globale de l’auteur, et il ne s’agit pas d’une simple conséquence de sa vision philosophique.

  • 7 L. Angeloni, Della forza nelle cose politiche. Ragionamenti IV di Luigi Angeloni frusinate, dedica (...)

9Dans son œuvre « Della forza nelle cose politiche » (« Sur la force dans les choses politiques »), publiée à Londres en 18267, Angeloni soutient que tout l’univers est formé et animé uniquement par la « force », entité matérielle qui se manifeste en agrégats d’énergie. De cette « force naturelle » dépendent aussi les réalités que les hommes appellent spirituelles : des idées innées de Bien et de Mal n’existent pas et l’humanité crée les valeurs morales de la même façon que l’on fabrique des chaussures et des chapeaux. En plus, les agrégats d’énergie les plus puissants doivent nécessairement prévaloir sur les plus faibles. Angeloni n’explique pas davantage le concept scientifique présupposé de « force » ni ses lois. Cela s’explique par ce que l’on vient de dire : ces notions théorico-philosophiques, auxquelles Angeloni adhère sans ressentir le besoin d’un approfondissement supplémentaire, suffisent à justifier son projet politique global, c’est-à-dire ce qui lui tient vraiment à cœur.

10La première conséquence de ces prémisses c’est que les monarchies héréditaires de droit divin sont contre nature. En effet, la religion n’est qu’un tas de faussetés et, par conséquent, il n’existe aucun droit qui assure aux rois et à la noblesse le monopôle du pouvoir. Mais surtout, la « force » de ces formes d’organisation politique et sociale est « artificielle » parce qu’elle se base sur la minorité des personnes qui détiennent le pouvoir.

  • 8 Texte original : « il reggimento della natural forza è quello nel quale tutti o i più degli uomini (...)

11Le consentement de la majorité des citoyens d’un État est un agrégat de forces plus puissant que celui qui soutient la monarchie : la souveraineté revient alors par nature au peuple, qui, en s’unissant, peut abattre la tyrannie artificielle de la minorité. La théorie de la force d’Angeloni détruit, ainsi, d’un seul coup les bases théoriques du légitimisme de la Restauration, elle fonde, avec des critères parascientifiques, la souveraineté populaire et justifie la conquête révolutionnaire du pouvoir. Angeloni écrit à ce propos : « le système politique de la force naturelle est celui où tous ou la plupart des hommes, dans chaque communauté humaine, gouvernent les questions qui concerne tout le monde ; cela s’appelle, dans notre langue, reggersi a popolo [se gouverner, se maintenir par le peuple] »8.

12Mais c’est dans la description du système politique « naturel » que la question de la représentation acquière toute son importance décisive. En effet, tout en sachant que les droits naturels ne sont qu’une simple abstraction et que tout dépend de la « force », qui fera les lois et quel type de lois fera-t-il ? Qui et comment gouvernera ? L’originalité d’Angeloni dans le milieu de la représentation se révèle justement dans les réponses à ces questions.

II. UNE CONCEPTION ÉLITISTE DE LA REPRÉSENTATION

  • 9 Dans le texte original, on lit que “sono gli uomini nati e cresciuti dissimigliantissimi ; non per (...)

13Comme la souveraineté appartient à tous les citoyens d’un État, tous les citoyens – les femmes exceptées – doivent s’occuper de la vie politique. Mais non pas tous de la même façon. La justification est simple : les hommes ne sont pas, entre eux, égaux. En premier lieu, parce que la nature leur donne des degrés d’intelligence différents ; ensuite, parce que non pas tous ont la possibilité d’enrichir leur propre esprit à l’aide d’une culture adéquate. Angeloni précise, en effet, que les hommes naissent et grandissent de manière totalement différente les uns des autres ; et cela se produit non seulement parce que la nature assure des qualités et des capacités différentes aux uns et aux autres, mais aussi parce que les conditions sociales dans lesquelles ils naissent et dans lesquelles ils vivent les influencent et les modifient de manière différente9. La question trouve une solution en laissant la nature libre d’agir : tous les citoyens votent ses propres représentants, et la force qui agit en eux fait de manière qu’ils choisissent les meilleurs par intelligence et par savoir. Cette « force », dans la pensée d’Angeloni, se superpose à la « volonté générale » du « Contrat social » de Rousseau en la dénaturant. Cela justifie une foi presque sans réserve vis-à-vis de ce type de système, à propos duquel on pourrait effectivement avancer quelques réserves théoriques. En effet, si non tous les hommes sont dignes, d’après nature et d’après leurs conditions sociales, de faire partie de l’électorat passif, pour quelle raison, la nature et la société les transforment, tous ensemble, en un infaillible électorat actif ? L’explication de cette aporie du système d’Angeloni existe, mais elle est de nature pragmatique et certainement non pas philosophique : je reviendrai là-dessus par la suite.

  • 10 Dans le texte original, on lit que le peuple : « che, senza alcun artificiato maneggio, e anzi, pe (...)

14Les élus, qui seront des législateurs et des gouverneurs, ne sont donc pas des délégués, des représentants d’intérêts, mais ils jouissent d’une autonomie pratiquement complète. Par ailleurs, Angeloni précise que les citoyens ont la faculté de révoquer à chaque instant les élus qui se révèlent indignes de leur charge, et de les remplacer par d’autres10. Cependant, ce pouvoir est seulement hypothétique, parce qu’en effet cette éventualité ne se vérifie « pratiquement jamais ». Les représentants, en effet, agissent par nature sur la base d’un critère utilitariste, qui cherche toujours à favoriser le plus grand nombre possible d’hommes. Il faut donc imaginer ces représentants comme partisans des doctrines politico-philosophiques de Jeremy Bentham (1748-1832), dont sûrement Angeloni même approuvait et partageait le contenu.

15En réalité, au-delà de l’influence évidente de Bentham, Angeloni opère une identification, en résolvant à sa manière le rapport problématique entre intérêt particulier et intérêt général. La force « artificielle » des régimes monarchiques coïncide avec la manifestation de l’intérêt d’une minorité, alors que la force ”naturelle” des régimes républicains est le triomphe même de l’intérêt de la majorité. Grâce à cette prémisse, les hommes politiques républicains sont pratiquement obligés d’être presque infaillibles dans l’action de vouloir ce qui est utile – c’est-à-dire l’intérêt général et non pas l’intérêt particulier – pour la majorité de leurs propres concitoyens. On retrouve ici, selon moi, la superposition entre « force naturelle » et « volonté générale » qui, à son tour, dans les pages du « Contrat social », avait été considérée et définie infaillible.

16À mon avis, derrière l’optimisme de cette conception de la représentation, se manifeste l’intention, le projet politique très concret de créer une nouvelle classe politique pour les États italiens de l’époque. En effet, à partir de l’invasion de la Péninsule de la part des Français et de leur fondation de la République Romaine, et même par la suite, Angeloni, partout dans son exil, pense toujours et uniquement à une nouvelle organisation pour l’Italie. Une organisation qui est, en premier lieu, institutionnelle et à laquelle, ensuite, il offre une justification théorique de cet hypothétique nouveau système du pouvoir. Et le fait qu’il considère son expérience personnelle comme exemplaire s’avère de la même importance. Dans la figure du représentant qu’on vient de focaliser, il est facile de reconnaître les traits d’Angeloni même à l’époque de sa seule expérience d’homme politique actif et non pas de conspirateur ou de penseur : là aussi, on peut trouver la confirmation de l’hypothèse selon laquelle le contact direct avec la vie publique précède les réflexions et les théorisations qui vont occuper le reste de sa vie.

17Par ses écrits, l’auteur s’adresse, donc, aux intellectuels bourgeois, économiquement solides et disponibles à s’engager personnellement pour changer la scène politique : voilà les membres de cette « aristocratie naturelle » – c’est sa manière de s’exprimer – qui sera le guide politique des différents États confédérés d’Italie, après l’inévitable révolution. Les chefs des organisations conspiratrices italiennes (parmi lesquels, il y a Angeloni même) préfigurent déjà cette classe politique. Mais par la suite, une fois la bataille gagnée, ce n’est pas une suffrage restreint, censitaire, qui va légitimer cette élite, mais plutôt un suffrage universel : il suffira que la majorité continue de reconnaître que les plus intelligents et les plus cultivés sont les plus adéquats à être élus.

18Ce qui – même dans ce cas – peut apparaître comme une conséquence trop simpliste de la « théorie de la force » s’explique en pensant aux conditions sociales des petites et des moyennes communautés de la plupart de l’Italie à la fin du xviiième siècle ; des conditions qui ne se sont pas modifiées dans les décennies qui ont suivi. De même, pendant ces décennies, Angeloni était désormais bien loin de la Péninsule et, probablement, avait toujours dans sa tête la ville de Frosinone de sa jeunesse ou bien Rome, ville de son unique expérience de politique active. D’un point de vue social, en effet, Angeloni considère la petite propriété paysanne comme la base la plus sûre des régimes républicains « naturels ». Il pense aussi que l’abolition des cours fastueuses et des apparats militaires implique une diminution générale des impôts, même parce que la nouvelle élite politique ne désire qu’un honoraire très modeste.

19À ce point, il est clair que la république-modèle d’Angeloni – qui pense toujours et uniquement à l’Italie – est une communauté petite et parcimonieuse, où les citoyens désirent vivre à la spartiate en liberté, en suivant la simplicité des habitudes anciennes. Là encore, il est possible de voir – sans trop forcer les choses – une affinité avec le Rousseau du « Contrat social » qui avait comme modèle idéal l’ancienne polis grecque, stylisée en une pose néoclassique. Donc, Angeloni n’a aucun intérêt pour le développement industriel, qui, entre temps, s’imposait en Italie et en Angleterre ; son esprit est entièrement tourné vers la situation italienne, où l’agriculture et le commerce sont – et le seront encore pendant longtemps – les activités dominantes. D’ailleurs, lorsqu’il décrit les conditions de l’Italie d’avant l’invasion française, il met en relief, sous un jour positif, la vie simple des Communes de la Péninsule, guidée par les coutumes anciennes et par les traditions locales.

  • 11 Le peuple “conosce troppo bene gli uomini infin nella loro più tenera età, ed ha in questo occhi t (...)

20La république d’Angeloni est pratiquement une mise à jour laïque de la vie publique des anciennes Communes médiévales. C’est une forme d’État où les citoyens se connaissent tous réciproquement et ne peuvent donc pas se tromper lorsqu’ils élisent leurs représentants : c’est juste là que se trouve la solution à l’apparente contradiction dont il était question auparavant. Comment peut la population, disait-on, être en mesure (une mesure qui toucherait presque le degré d’infaillibilité) de choisir les meilleurs représentants possibles, et être, en même temps, inadéquate, dans sa majorité, pour ces postes de responsabilité ? Angeloni explique que la conscience du peuple électeur « connaît trop bien les hommes, dès leur plus jeune âge, et possède une telle capacité de pénétration des caractères, qu’il ne peut se tromper dans ses propres choix »11. Derrière cette « capacité de pénétrer les caractères » présumée, en réalité, on trouve tout simplement le fait de « savoir tout de tout le monde », trait assez typique d’une petite communauté comme pouvait l’être Frosinone en 1797, lorsque Angeloni eut son premier succès électoral. Sa première élection est un moment fondamental qui a laissé une trace indélébile non seulement dans la vie, mais aussi dans la pensée politique d’Angeloni. La majorité, composée surtout de paysans travailleurs mais qui ne sont pas au niveau nécessaire pour l’exécution des « choses politiques », s’en remet naturellement et avec confiance à des personnes plus adéquates, c’est-à-dire à « cette aristocratie finalement inévitable » dont l’auteur parle ouvertement.

21La coexistence, dans la pensée d’Angeloni, du suffrage universel et du principe de l’inégalité naturelle des hommes n’est pas la seule contradiction apparente. Si l’on considère sa préférence pour la petite propriété paysanne, on pourrait s’attendre à ce que la révolution politique qu’il souhaite apporte aussi avec elle des réformes significatives dans le milieu économique. Mais il n’en est rien. Angeloni, fils d’un riche marchand lombard émigré pour « coloniser » économiquement un pan des États Pontificaux, eut toujours le plus grand respect pour la propriété privée et l’initiative libre : à ses yeux, une redistribution égalitaire des biens n’avait aucun sens parce que les différences économiques et sociales auraient naturellement réapparu. Il fut aussi hostile aux formes de l’associationnisme théorisées par François-Marie-Charles Fourier (1772-1837) et par Robert Owen (1771-1858) : l’idée que le penchant naturel individuel pour la propriété puisse être endigué lui apparaissait à la fois impossible et dangereuse.

22Cultiver avec la culture les dons et les qualités présents au moment de sa naissance est la seule manière pour accéder à « l’aristocratie naturelle ». Pour cela, Angeloni est très favorable à la liberté de presse et au développement de l’instruction : c’est ainsi que les hommes intelligents, mais pauvres, peuvent aussi devenir cultivés. Il faut cependant se demander dans quelle mesure cet accès à la classe politique est réel, par exemple, dans le cas d’un petit propriétaire paysan : si les ministres et les législateurs ne touchent qu’un très modeste honoraire, comment pourra ce paysan quitter son terrain pour s’occuper activement de politique ?

23Pour conclure, l’idée de représentation d’Angeloni se base sur une conception élitaire du pouvoir. Angeloni est un libéral qui considère les intellectuels de richesse moyenne comme les véritables protagonistes de la scène politique future. Il s’adresse à des gens qui – comme lui – sont disposés même à négliger leurs propres affaires pour se consacrer au bien de la majorité. L’appartenance à l’« aristocratie naturelle » peut devenir très lourde, au point de se révéler un poids presque insoutenable, comme le démontre l’histoire même d’Angeloni, qui mourut très pauvre et en exil. Les hommes politiques de l’avenir doivent donc être prêts au renoncement et au sacrifice déjà avant la révolution : il réapparaît ainsi le concept éthico-politique de « vertu », qu’Angeloni justifie – a posteriori, selon moi – avec les argumentations physiologiques et utilitaristes habituelles.

24La nouveauté de cette conception de la représentation réside dans le recours au suffrage universel. Angeloni se rapporte d’abord à la majorité des citoyens, mais, ensuite, il la considère capable uniquement de légitimer l’élite intellectuelle à gouverner. Dans cette perspective, la représentation n’est pas tellement le ”mécanisme” politique qui permet aux électeurs de communiquer aux élus leurs propres exigences, mais plutôt la reconnaissance publique et institutionnelle de l’« aristocratie naturelle » et de sa fonction.

25Une légitimation de ce type libère la nouvelle classe politique de la nécessité de s’abaisser à des compromis avec les régimes monarchiques et avec l’ancienne noblesse. Voilà l’aspect qui rend le projet global d’Angeloni effectivement révolutionnaire et radical, mais exclusivement du point de vue politique, et non pas du point de vue économico-social. Je reviendrai plus en détail sur l’originalité de la pensée d’Angeloni avec d’autres travaux dont cette communication est, je l’espère, une avant-garde convaincante.

Notes

1 R. Ghiringhelli, Storia delle dottrine politiche e storia costituzionale. A proposito del rapporto tra individuo, società ed autorità politica, “Giornale di storia costituzionale” (Macerata), III, 1 (2002), p. 20. C’est moi qui traduis.

2 E.A. Albertoni, Storia delle Dottrine Politiche in Italia, Milano, Edizioni di Comunità, 1990, vol. II, p. 422.

3 F. Venturi, “Angeloni Luigi”, in AA.VV., Dizionario Biografico degli Italiani, vol. III, Roma, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 1961, pp. 240-249.

4 L. Angeloni, Sopra l’ordinamento che aver dovrebbono i governi d’Italia. Ragionamento di Luigi Angeloni, frusinate, Paris, chez l’auteur, dans la ruelle en face du Théâtre-Français n. 4 (“appresso l’autore nella picciola stradetta rimpetto al Teatro Francese n. 4”), 1814.

5 L. Angeloni, Alla valente ed animosa Gioventù d’Italia, esortazioni patrie così di prosa come di verso di Luigi Angeloni frusinate, Londres, Schulze et C.ie, 1837.

6 Entre 1810 et 1819, Gall et Spurzheim écrivirent ensemble le traité Anatomie et physiologie du système nerveux. Gall signa de sa main Sur les fonctions du cerveau (1822) ; Spurzheim est l’auteur d’un Essai philosophique sur la nature morale et intellectuelle de l’homme (1820).

7 L. Angeloni, Della forza nelle cose politiche. Ragionamenti IV di Luigi Angeloni frusinate, dedicati all’Italica Nazione, 2 voll., Londres, chez l’auteur, 34, S.T. Martins Street, Leicester Square, Imprimerie de G. Schulze, 1826.

8 Texte original : « il reggimento della natural forza è quello nel quale tutti o i più degli uomini, in ciascuna comunità umana, reggono le cose che appartengono a tutti, il che nell’idioma nostro, si suol chiamare reggersi a popolo » (L. Angeloni, Della forza…, cit., vol. II, p. 37).

9 Dans le texte original, on lit que “sono gli uomini nati e cresciuti dissimigliantissimi ; non perchè solamente d'essenze sommamente varie lor ebbe la natura forniti, ma eziandio perchè lo stato del consorzio nel quale ebbero il natale e vissero, modificolli in infinite differenti guise” (L. Angeloni, Della forza…, vol. II, p. 48).

10 Dans le texte original, on lit que le peuple : « che, senza alcun artificiato maneggio, e anzi, per sola virtù della natural forza, è sceglitore egli stesso di tutti coloro nelle cui mani egli affida le cose sue, manda con Dio i mal atti, o i non leali, e punisce i rei ; e poi n’elegge incontamente altri che ad una ora sieno da ciò, e leali, e probi, ed onesti » (L. Angeloni, Della forza…, cit., vol. II, p. 40).

11 Le peuple “conosce troppo bene gli uomini infin nella loro più tenera età, ed ha in questo occhi troppo lincéi, da dover egli prendere errore nelle scelte”. (L. Angeloni, Della forza…, cit., vol. II, p. 41).

Auteur

Université de Côme

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540