Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le concept de représentation dans la pensée politique

Penser la représentation

Révolution et représentation

L’analyse d’Augustin Cochin

Jacques Saint-Pierre

Texte intégral

  • 1 François Furet. "Penser la Révolution française". Folio Histoire - réed. 1997 - p. 257 -
  • 2 Ses deux ouvrages principaux, recueils d’articles et de conférences, ont été réédités il y a plus (...)
  • 3 Fred. E. Schrader. "Augustin Cochin et la République française" - Seuil 1992 -

1François Furet a pu écrire dans "Penser la Révolution française" qu’Augustin Cochin était "le plus méconnu des historiens de la Révolution française"1. En effet, Augustin Cochin est souvent ignoré et plus généralement assimilé à un disciple de l’abbé Barruel, l’auteur des célèbres "Mémoires pour servir à l’histoire du Jacobinisme" publiés sous la Révolution. L’Abbé Barruel y défendait l’idée d’une Révolution provoquée et organisée par un complot des loges maçonniques. Cette théorie simpliste n’est pourtant pas celle d’Augustin Cochin. Il ne mérite ni l’oubli relatif dans lequel il est tombé ni la fausse assimilation à Barruel qui dissimule la modernité de sa méthode et la finesse de ses analyses. Pourtant, rares sont les rééditions de ses œuvres2 et sa seule biographie véritablement scientifique écrite par Fred Schrader, un universitaire allemand, ne date que de 19923.

  • 4 François Furet consacre un chapitre à l’analyse de la Révolution par Tocqueville et un chapitre à (...)

2Augustin Cochin serait demeuré le grand inconnu de l’historiographie révolutionnaire si François Furet dès 1978 ne lui avait consacré un passionnant chapitre de son ouvrage "Penser la Révolution française" le plaçant au même niveau que Tocqueville quant à l’analyse des évènements révolutionnaires4.

3La méconnaissance de l’œuvre d’Augustin Cochin s’explique d’une part par les aspects particuliers de sa biographie, et d’autre part par les opinions qu’il a professées durant sa courte vie.

  • 5 Emmanuel Beau de Loménie est l’auteur d’une histoire de la France contemporaine sous un angle nati (...)

4Augustin Cochin, né en décembre 1876, appartient à une grande famille parisienne, une de ces familles qu’Emmanuel Beau de Loménie qualifiait de "dynasties bourgeoises"5. La famille Cochin a commencé son ascension sociale sous l’Ancien Régime et fait preuve de convictions fortes : catholique et monarchiste, on peut la classer parmi les Orléanistes conservateurs.

  • 6 Fred. E. Schrader - idem - p. 131 -

5Son grand-père, le premier Augustin Cochin, fut un des plus célèbres et brillants disciples de Le Play, donc déjà intéressé par les questions sociales pour ne pas dire par la sociologie. Son père Denys Cochin fait une brillante carrière en tant qu’homme politique conservateur et catholique : d’abord conseiller municipal de Paris, puis député de 1893 à 1919, sa carrière culminera en 1915 en pleine guerre quand il entrera dans le Gouvernement d’Union Nationale d’Aristide Briand en tant que Ministre d’État représentant les catholiques. Denys Cochin, catholique conservateur, était aussi un libéral et avait décidé de cesser une opposition stérile aux institutions républicaines malgré sa sympathie pour une monarchie constitutionnelle. Il préférait défendre ses opinions catholiques de l’intérieur et s’était ainsi rallié à la République du bout des lèvres. Il déclarait à un de ses amis : “Je salue ma patrie sous la République comme j’aurais salué ma mère en haillons. J’accepte cette fatalité aussi sincèrement que vous quoique avec plus de chagrin6”.

6Augustin Cochin appartient donc à une famille catholique et conservatrice mais son engagement sera bien moins conciliant et ses opinions moins modérées que celles de son père.

  • 7 F. Furet - idem - p. 53 -

7Ses études sont brillantes : deux licences, une de lettres et une de philosophie puis il entre premier à l’École des Chartes et en sort toujours premier. Il décide alors de mener des recherches personnelles sur la Révolution française sans choisir une carrière, universitaire ou autre, en raison de la fortune familiale qui le dispense de l’obligation de gagner sa vie. Dès 1903 Augustin Cochin débute ses études sur le jacobinisme. Peu à peu l’idée s’impose à lui "qu’il s’agit de penser le jacobinisme au lieu de le revivre", d’après Furet7. Il va donc mener à la fois une réflexion de fond sur le phénomène jacobin et d’importants dépouillements d’archives, en particulier en province, ce qui était une nouveauté à l’époque car le dépouillement des sources révolutionnaires était alors essentiellement consacré à Paris. Cochin étudiera en 1904 les élections aux États-Généraux en Bourgogne et, de 1905 à 1909. il mènera les mêmes études en Bretagne. À partir de 1908, il préparera un recueil de sources "Les actes du gouvernement révolutionnaire" dont le premier tome, prêt dès 1914, paraîtra en 1920. Augustin Cochin ne se contente pas d’un travail d’archiviste, il tente de penser une sociologie de la Révolution utilisant les travaux et méthodes d’auteurs pourtant bien éloignés de ses convictions personnelles, entre autres Durkheim et Lévy-Bruhl.

  • 8 Augustin Cochin. "Les Sociétés de pensée et la démocratie moderne" - Copernic 1978 -p. 60 -

8Il est le premier historien à étudier de ce point de vue la Révolution. Moderne pour ne pas dire d’avant-garde sur le plan méthodologique, Cochin est aussi et peut-être d’abord un intellectuel aux fortes convictions politiques. Catholique convaincu, admirateur de l’ancienne France antérieure à la Révolution, monarchiste déterminé, il évoquera "ce beau royaume si parfaitement civilisé, cette génération supérieure à la nôtre en fait de goût, de culture, de politesse au sens large et ancien du mot ; ce siècle dont le nôtre se dispute les débris et copie gauchement les moindres reliques comme les barbares ceux de la Rome impériale, s’abîmant tout à coup -en quelques mois -dans le sang et la brutalité, sous la tyrannie stupide du Caliban Jacobin"8.

  • 9 P. Schrader - idem - p. 27
  • 10 F. Schrader - idem - p. 60.

9Son biographe Schrader énumère les adversaires de Cochin : le protestantisme, le républicanisme, la Révolution, la démocratie et le socialisme9. Dans une lettre adressée à Charles Maurras en 1904, il lui précise que ses recherches visent tout particulièrement la franc-maçonnerie10.

  • 11 François Léger raconte dans ses souvenirs le vibrant hommage rendu à l’œuvre de Cochin par Charles (...)

10L’hostilité de Cochin envers le milieu maçonnique est particulièrement vive en raison de l’anticatholicisme de la maçonnerie française au début du siècle. Intéressé par Maurras et l’Action Française, Cochin publiera quelques études dans la "Revue d’Action Française". Cependant assez rapidement il s’éloignera de l’AF, essentiellement pour des motifs religieux, choqué par le positivisme de Maurras, considérant que sa doctrine est matérialiste et qu’au fond l’Action Française est une de ces sociétés de pensée dont il va dénoncer l’action dans son œuvre. Mais il ne faut pas exagérer le différend entre Cochin et les maurrassiens. Ces derniers l’ont toujours considéré comme un ami proche11.

  • 12 F. Furet - idem - p. 263.

11L’analyse des sociétés de pensée et de la libre-pensée qui en est issue et donc la question de la représentation réelle du peuple français pendant la Révolution forme le cœur même des travaux d’Augustin Cochin. Cette étude unissant réflexion conceptuelle et dépouillement d’archives, pensée réactionnaire et méthode moderne, histoire, philosophie et sociologie, ne pouvait que déconcerter les contemporains de Cochin. L’historien Aulard, représentant de la Sorbonne, avec lequel Cochin avait polémiqué en 1908, Mathiez aussi, vont marginaliser l’œuvre de Cochin quand ils en auront connaissance à partir des années 1920. Rejetant les options politiques de Cochin, ils n’en comprennent pas non plus la méthode car, écrit Furet, ils critiquent "cette distance qui est celle du concept, alors qu’ils sont des historiens du récit" mettant en scène les personnages de la Révolution12. Il est vrai qu’alors Cochin n’est plus là pour préciser et défendre son œuvre. Capitaine en 1916, il a été tué sur la Somme à la tête de sa compagnie après avoir été blessé cinq fois et avoir mené une guerre héroïque qui lui vaudra d’être cité à l’ordre de l’armée.

12Décédé à l’âge de 40 ans, la majeure partie de ses travaux inachevés, il n’a pu laisser une oeuvre réellement structurée. Deux ouvrages seront publiés en 1921 et 1924 "Les sociétés de pensée et la démocratie moderne" ainsi que "La Révolution et la Libre-pensée" réunissant des textes d’articles et de conférences.

13Une oeuvre inachevée, une vie extérieure à l’Université, des options politiques ultra-traditionalistes, des textes de conférences reprenant les mêmes idées sous diverses formes et publiées sous l’apparence fausse d’ouvrage cohérents, tout cela, en plus de sa méthode de travail particulière, explique l’oubli ou l’incompréhension qui ont frappé Cochin.

  • 13 Jean Tulard (avec la collaboration de Pierre-Jean Deschodt) "Le temps des passions" -Bartillat 199 (...)
  • 14 Actes Augustin Cochin -tome II -Les Cahiers de l’Ordre français -8e cahier -1980 p. 15.

14Pourtant aujourd’hui encore François Furet, Jean Baechler, Jean Tulard le placent au premier rang des intellectuels français, Tulard le mettant dans la trinité des historiens de droite de la période révolutionnaire avec Taine et Gaxotte13. Pierre Gaxotte, lui-même, a écrit à propos de Cochin : "C’est assurément une chose bien rare de trouver réunis chez le même homme l’art des recherches minutieuses et précises et le goût des grandes synthèses, la science de l’érudit et le génie du philosophe"14.

15Comme nous l’avons déjà dit les travaux de Cochin sont centrés sur la notion de représentation. La perversion de cette notion expliquant la Révolution et ses conséquences sanglantes. Pour Cochin ce sont les sociétés de pensée qui sont le moteur de la Révolution, d’abord parce qu’elles forment un petit peuple artificiel, ensuite parce qu’elles secrètent une idéologie néfaste, la libre-pensée. Cette analyse théorique se confirme pour Cochin lorsqu’il se penche sur les deux périodes essentielles qui corroborent, selon lui son analyse : d’abord la préparation et le déroulement des élections aux États-Généraux en 1788-1789, ensuite le gouvernement révolutionnaire en 1793-1794.

I. LES SOCIÉTÉS DE PENSÉE, MOTEURS DE LA RÉVOLUTION

Les sociétés de pensée, le petit peuple artificiel

16Augustin Cochin part de l’existence du milieu des "sociétés philosophiques" aux alentours de 1750. Il le définit d’emblée comme une "secte" dont il possède les trois caractéristiques :

  • une volonté de créer et maintenir une orthodoxie de pensée
  • une discipline rigoureuse
  • une persécution systématique des esprits déviants à l’intérieur comme à l’extérieur15.
  • 16 Augustin Cochin - idem - p. 13 -

17Il y ajoute la constatation du "nihilisme" de l’idéal philosophique qui n’adhère à rien de réel, de concret, et se contente d’attaquer ce qui existe16.

18Cochin fait de Jean-Jacques Rousseau le personnage emblématique du milieu philosophique.

  • 17 Augustin Cochin - idem - p. 14 -

19Il considère que le milieu philosophique et les sociétés de pensée au sein desquelles ces opinions sont véhiculées et débattues forment dans la France du xviiième siècle un corps robuste sans âme17, ce qui signifie que si les structures des sociétés de pensée sont solides, elles ne proposent rien de positif, elles n’ont pas de foi. Cochin décide de partir de ce qui existe : le corps, donc les sociétés de pensée, plutôt que de s’intéresser d’abord à leurs idées.

  • 18 Augustin Cochin - idem - p. 14 -
  • 19 Augustin Cochin - idem - p. 14 -

20En effet pour Cochin la pensée philosophique des Lumières est un "phénomène intellectuel résultat nécessaire et inconscient de certaines conditions matérielles d’association"18. Les structures créent donc la pensée philosophique, aussi désignée par Cochin sous les termes de pensée libre ou libre-pensée. Il reconnaît qu’il y a là, de sa part, une volonté de porter atteinte à la dignité conférée à cette pensée depuis la Révolution. Mais le catholique Cochin considère que cette méthode est pour lui une revanche sur les œuvres de Renan et Loisy car la libre pensée "met l’Église avant le Christ, la tradition avant l’Évangile, explique le moral par le social ; et je ne sais pourquoi cette Église-là toute seule échapperait à la critique qu’elle a inventée et appliquée aux autres sans bienveillance"19.

  • 20 Augustin Cochin - idem - p. 78 -
  • 21 Augustin Cochin - idem - p. 78 -

21Mais il veut aussi se différencier de l’abbé Barruel dont il désigne la théorie du complot comme une "forme naïve dont la conspiration de mélodrame va de Voltaire à Baboeuf"20. Il considère d’ailleurs que les théories du complot jusque là défendues sont "toutes communes en ceci, qu’elles mettent les homes, les calculs et les talents personnels au premier plan…"21.

  • 22 Augustin Cochin - idem - p. 17 -

22Selon Cochin le point de départ de la Libre pensée est en effet innocent, on se réunit dans une société de pensée pour "causer". Chaque semaine celui qui y participe va se retirer du monde réel et entrer dans sa société, un monde artificiel où domine la parole : "Il y aura un jour, une heure, chaque semaine, où il oubliera ses ouailles, ses hommes ou ses affaires, pour jouer au philosophe et au citoyen, quitte à rentrer ensuite dans son être réel, où il aura bientôt fait de retrouver ses devoirs, et ses intérêts aussi"22.

  • 23 Augustin Cochin - idem - p. 18 -

23Cette activité a des conséquences car le corps va créer l’idée : "Le corps, la société de pensée prime, explique l’âme, les convictions communes. C’est bien ici l’Église qui précède et crée son évangile, on est uni pour, non par la vérité. La régénération, le progrès des lumières est un phénomène social, non moral ni intellectuel"23.

  • 24 Augustin Cochin - idem - p. 20 -
  • 25 Augustin Cochin - idem - p. 98 -

24On entre dans un univers d’abstraction et de déracinement dont les mythes du bon sauvage ou du voyageur étranger sont le symbole : "Pas un apprenti philosophe, vers 1770, qui n’entreprenne la révision des lois et usages de son pays, avec son Chinois et son Iroquois de confiance, comme un fils de famille voyage avec son abbé"24. Mais la société de pensée présente aussi un grave inconvénient pour ses adeptes : ils ne sont plus capables de se confronter à la réalité. Leurs idées viables dans des discussions de cercles sont inapplicables dans le réel. Ce qui est acceptable dans la petite et irréelle cité philosophique ne l’est plus dans la grande société réelle25.

25Le Grand Orient est le type même de la société de pensée selon Cochin.

  • 26 Augustin Cochin - idem - p. 133-134 -

26Ses 800 loges en 1785 sont une part importante de la petite cité philosophique. Mais Cochin ne voit en la Franc-maçonnerie qu’une des sociétés de pensée, une des plus achevées, mais il y en a bien d’autres26.

  • 27 Augustin Cochin - idem - p. 130 -
  • 28 Augustin Cochin - idem - p. 129-130 -
  • 29 Augustin Cochin - "La Révolution et la libre-pensée" - Copernic 1979 - p. 75 -

27Cette petite Cité parvient avant la Révolution à faire triompher dans la grande ses idées et ses goûts, philosophiques ou littéraires. Bien organisée, elle fait croire à une unanimité par "le procédé du fait accompli" qui isole et inquiète les opposants et les fait céder en leur faisant croire que les autres sont d’accord27. Pour que la méthode soit efficace il faut le secret, mais le même secret est utilisé à l’intérieur de la petite cité où le petit peuple des philosophes est manipulé par les plus déterminés de ses membres28. Cochin désigne la société de pensée comme le lieu de la "cité purement démocratique"29, de la démocratie directe ou pure, une société qui fonctionne par le vote et la discussion, en apparence du moins. L’analyse de Cochin, malgré son originalité, comporte des lacunes. Il ne répond pas à la question de l’origine de ces sociétés de pensée, et pourquoi elles ont secrété certaines idées et pas d’autres.

28La Compagnie du Saint-Sacrement au xviième siècle professait, par exemple, des opinions bien différentes.

29Il est donc temps d’en venir à l’idéologie des Sociétés de pensée.

Les sociétés de pensée, origine de l’idéologie révolutionnaire

30Les sociétés de pensée ont donc été l’origine et le moteur des idées prônées par les esprits avancés des années 1780. Ce point acquis, Cochin, considère que la Révolution est une. À la différence des libéraux, il ne sépare pas la bonne Révolution de 1789-1790 et la mauvaise, celle de la Terreur des années 1793-1794.

  • 30 Augustin Cochin -"Les Sociétés de pensée et la démocratie moderne" - Copernic 1978 p. 29 -
  • 31 Augustin Cochin - idem - p. 42 -

31La Révolution et le Jacobinisme étaient en germe dès les années 1780 car le phénomène jacobin est l’appropriation de la volonté du peuple par le petit peuple des sociétés de pensée. En effet la volonté générale de Rousseau n’est pas la volonté du plus grand nombre, "c’est une idée limite, une notion de valeur religieuse..."30. Pour les philosophes et les révolutionnaires la volonté générale existe en soi. Cochin écrit : "la volonté générale, la volonté citoyenne, dépasse la volonté actuelle, telle quelle, du plus grand nombre…"31 et en toute logique ce sont les bons citoyens membres des sociétés de pensée qui sont porteurs de cette volonté générale. Ce petit nombre de philosophes et d’intellectuels finira après diverses épurations par se réduire au petit groupe de jacobins extrémistes qui instaurera la Terreur en

  • 32 Augustin Cochin - idem - p. 95 -

3293. Le petit peuple des jacobins issus des sociétés de pensée va donc parvenir à imposer insensiblement son autorité au grand peuple, le peuple réel. Cochin oppose à ce propos Taine et Aulard. Si Taine a bien identifié cette minorité agissante, Aulard, lui, refuse de la voir et se réfugie derrière le mythe du peuple moteur de la Révolution. Ce choix, selon Cochin, est un choix politique, l’histoire de la Révolution vue par Aulard est un "travail de défense républicaine" destiné à sauver l’image d’une Révolution légitime car provoquée par le peuple lui-même32. Pour Cochin cette analyse n’explique pas l’évolution des évènements révolutionnaires. Au contraire, il pense être en mesure d’expliquer ce succès des Lumières en divisant la Révolution en trois états : l’État philosophique, l’État politique et l’État révolutionnaire.

33Ces trois états se suivent logiquement et aboutissent à une soumission de plus en plus totale de l’individu à la société. Il n’y a pas de rupture et l’état suivant est en germe dans le précédent.

34Écoutons Augustin Cochin : "Le premier, l’état philosophique est celui des Sociétés de pensée proprement dites, période de spéculation platonique au dix-huitième siècle. C’est la révolte intellectuelle de la libre-pensée préparant la Révolution (1750-1789).

35Le second, l’état politique répond à la seconde phase du développement, au passage de la spéculation pure à l’action politique.

36L’opinion est alors un parti, elle a des clubs, elle tend à des résultats réels, à obtenir certaines décisions de l’autorité du jour, des lois. C’est la première période de la Révolution de 1789 à 1793.

  • 33 Augustin Cochin - "La Révolution et la libre-pensée" - Copernic 1979 - p. 28 -

37Le troisième est 1’état révolutionnaire : l’idée pure, jusque là entravée par les réalités sociales, éclate, triomphe, et se réalise en sa plénitude. C’est le gouvernement direct par le peuple souverain : les douze mois de la Terreur (1793-1794)33 ".

  • 34 Augustin Cochin -"Les Sociétés de pensée et la démocratie moderne" - Copernic 1978 p. 209 -
  • 35 Augustin Cochin - idem - p. 209 -

38L’idéologie révolutionnaire née des sociétés de pensée en conserve les caractéristiques. Deux d’entre elles sont particulièrement mises en valeur par Cochin. D’abord le caractère artificiel, abstrait de la libre pensée, qualifiée ainsi car elle est détachée, libre de tout lien avec la réalité. Il utilise pour cela l’exemple des constitutions révolutionnaires toutes longuement élaborées, très légalement adoptées et toutes inappliquées car inapplicables ou violées continuellement ce qui revenait au même. Ensuite, la naissance du patriotisme devenu idéologie proclamée du système révolutionnaire et de ses défenseurs. Cochin différencie ce patriotisme révolutionnaire qualifié de patriotisme humanitaire du patriotisme français. Ils n’ont de commun que le nom. Le patriotisme humanitaire a commencé par anéantir les patriotismes locaux, en faisant table rase de toutes les structures de la France d’Ancien Régime : provinces remplacées par les départements, suppression des corporations. Tout cela a été accompli au nom de l’unité nationale. Pour Cochin "il s’agit bien plus de tuer les petites patries que de faire vivre la grande ; la grande ne gagne rien à ces ruines au contraire…34". Il va même plus loin et nie tout sens national chez les révolutionnaires. "Si leur patriotisme s’est arrêté en chemin, fixé pour un temps à l’unité française, c’est pour des raisons fortuites : parce que les provinces françaises ont cédé -que les nations étrangères résistent -à l’unité jacobine. S’il a défendu les frontières françaises, c’est qu’elles se trouvaient être alors celles de la révolution humanitaire…"35.

  • 36 Augustin Cochin - idem - p. 211 -

39Il en tire des conclusions contemporaines affirmant que ce patriotisme humanitaire devenu humanitarisme agit contre les intérêts français. Pendant la Révolution le patriotisme vrai, le patriotisme français a été utilisé par le patriotisme humanitaire afin d’assurer sa défense et son emprise idéologique sur la France. Ces deux patriotismes ne s’entendent pas : "…ils ne furent jamais amis. Ils se méfient l’un de l’autre, dès le début. Le patriote des sociétés qui dénonce, déclame et ne se bat pas, ne ressemble en rien et ne plait guère à celui des camps, qui ne guillotine pas et se bat"36.

  • 37 Augustin Cochin - idem - p. 211 -
  • 38 Augustin Cochin - idem - p. 214 -

40Il les oppose plus loin par deux phrases lapidaires : "…l’un fait la guerre aux ennemis de la France […] l’autre […] la guerre aux ennemis de l’humanité"37. La caractéristique, pour Cochin, du patriotisme français ou national est le dévouement, et celle du patriotisme humanitaire ou social est la cruauté. Il conclut par ces mots : "Ils étaient alliés de hasard en 93. Ils sont opposés de principe en tout temps"38.

41Issu des sociétés de pensée, le jacobinisme, idéologie de la Révolution, est passé du stade de la discussion intellectuelle à celui de son application concrète avec le gouvernement révolutionnaire. Il s’est ainsi peu à peu imposé à la France mais son succès ne sera pas durable car ce mythe qui est artificiel et irréel ne peut s’appliquer au réel d’autant que son succès est fondé sur une perversion de la représentation, la démocratie pure ou directe.

42Cochin a particulièrement étudié cette représentation lors de deux périodes : les élections aux États-Généraux (88-89) et le gouvernement révolutionnaire (93-94).

II. LES ÉVÈNEMENTS DE LA RÉVOLUTION ANALYSÉS PAR AUGUSTIN COCHIN

La préparation et le déroulement des élections aux États-Généraux (1788-1789) : la représentation truquée

43La réglementation électorale pour les États-Généraux de 1789 a été fixée par l’ordonnance du 24 Janvier 1789. Cette ordonnance, selon Cochin, aurait dû trancher entre les deux conceptions du droit offertes à l’autorité royale d’une part, les vieilles libertés françaises des États, d’autre part la nouvelle liberté anglaise telle qu’elle s’exerçait au Parlement.

  • 39 Augustin Cochin - idem - p. 150 –
  • 40 Augustin Cochin - idem - p. 150 –

44À propos de la conception française, Cochin écrit : "La conception française est positive, réaliste, organique. C’est bien à la nation entière que s’adresse le Roi, mais à la nation telle qu’elle se trouve organisée, encadrée avec ses hiérarchies diverses, ses divisions naturelles, ses chefs actuels[...] Parler d’élection, ici, serait un contresens, il ne s’agit que de convocation. On élit un Parlement, on convoque des États"39. La conception anglaise est différente, le pouvoir s’y adresse à l’individu "abstraction faite du milieu, de la situation, des devoirs et besoins réels…"40.

45En France, on s’adressait donc aux corps organisés, en Angleterre à l’individu, les partis encadrant l’expression de sa volonté.

  • 41 Augustin Cochin - idem - p. 151 -
  • 42 Augustin Cochin - idem - p. 153 –
  • 43 Augustin Cochin - idem - p. 153 –
  • 44 Augustin Cochin - idem - p. 154-155 –

46Necker ne choisit pas entre les deux et son système cumula tous les inconvénients. Cochin qualifie le résultat d’"expérience électorale sans analogue, peut-être, dans l’histoire de la démocratie"41. Necker avait en effet emprunté au système anglais un suffrage étendu et un mode d’élection nouveau aboutissant à mettre à l’écart les élites traditionnelles comme les corps de ville (la résurrection des bailliages aboutissant aussi à ce résultat). Le système aurait pu fonctionner si une discipline de parti avait existé ou si le pouvoir avait indiqué et soutenu ses candidats. Mais tel ne fut pas le cas. La conséquence fut "l’étrange amalgame des deux systèmes, l’anglais qui brise les cadres sociaux, le français qui exclut toute influence personnelle, le règlement du 24 Janvier mettait les électeurs non dans la liberté mais dans le vide"42. Le désordre aurait dû être au rendez-vous. Ce ne fut pas le cas, bien au contraire. "Le travail se fit partout le plus aisément du monde. Les cahiers furent rédigés, les députés nommés, comme par enchantement : c’est qu’à côté du peuple réel, qui ne pouvait répondre, il y en avait un autre qui parla et députa pour lui – le peuple peu nombreux sans doute, mais bien uni et partout répandu des sociétés philosophiques"43. Les sociétés de pensée possédaient "la science des manipulations électorales". Le règlement électoral écartant les "influences avouées" facilitait les "influences secrètes"44.

  • 45 Augustin Cochin - idem - p. 157 –

47Peu nombreux les hommes des sociétés de pensée surent utiliser les moyens nécessaires à leur victoire. Cochin insiste sur la technique de l’exclusion qui consistait à refuser d’élire "les privilégiés d’abord, mais aussi tous ceux qui dépendent d’eux…"45 (ex. les officiers de justice).

  • 46 Augustin Cochin - idem - p. 160 –

48Mais la société de pensée ne faisait pas peser cet ostracisme sur ceux qui, exclus de l’élection par leur fonction, étaient connus pour leurs idées patriotes. Cochin oppose "la phalange patriote unie, instruite, active" à la foule des paysans "ignorante, amorphe..."46. Il remarque que dans un pays où les communications étaient difficiles, les mêmes démarches dans le même sens se firent dans toutes les provinces.

  • 47 Augustin Cochin - idem - p. 168 –

49Les doléances elles-mêmes sont semblables avec un style et des références identiques. Il y voit la preuve d’un complot car, écrit-il, "tout se passe comme si la France entière obéissait au mot d’ordre du mieux monté des partis et on ne voit pas de partis"47. Ses recherches lui avaient permis d’identifier à Dijon un groupe d’une vingtaine de personnes "tous petits bourgeois obscurs" omniprésents en 88 et 89 et dont les manœuvres sont aussi habiles que complexes.

  • 48 Augustin Cochin - idem - p. 175 –

50"On ne se figure pas ainsi les premiers efforts d’un peuple exaspéré pour rompre ses chaînes"48. Et pourtant il constate que partout en Bourgogne les mêmes manœuvres eurent lieu à l’initiative de "groupes semblables". Déjà apparaissent les premières épurations qui touchent les parlementaires, premiers exclus du parti patriote, avant que la Révolution n’en fasse un procédé de gouvernement.

51Le succès électoral des patriotes convaincus n’était donc pas étonnant mais était entièrement dû à l’action des sociétés de pensée dont les membres peu nombreux mais très actifs et organisés dirigeaient tous leurs efforts contre les ordres privilégiés et les tenants de l’ordre ancien.

52Cochin affirmait donc que le parti patriote, dont l’âme était les sociétés de pensée, avait manipulé les électeurs et fait élire à son gré les députés du Tiers aux États-Généraux. Le petit peuple des philosophes avait obtenu la représentation du grand peuple réel. Les sociétés de pensée, après avoir diffusé leur idéologie dans le corps social, en captaient la représentation et approchaient du pouvoir.

53Cochin n’eut probablement pas le temps d’étudier la période suivante (90-92) mais une part essentielle de ses travaux fut consacrée au gouvernement révolutionnaire.

Le gouvernement révolutionnaire ou l’oppression du grand peuple par le petit peuple (1793-1794)

  • 49 Augustin Cochin - idem - p. 64 -
  • 50 Augustin Cochin - idem - p. 71 et p. 68 –

54Le gouvernement révolutionnaire est ainsi défini par Cochin : "Le petit peuple s’asseoit alors en maître sur le grand corps gisant et la saignée commence. C’est le gouvernement révolutionnaire, le règne officiel, déclaré, des sociétés de pensée, de la philosophie, de l’humanité, des hommes libres, de la cité nouvelle"49. Il considère que le gouvernement révolutionnaire "institue le règne personnel du dieu-peuple", mais le peuple ne peut administrer ni gouverner dans le détail. C’est là qu’interviennent les sociétés populaires héritières des sociétés de pensée. Il les désigne comme "l’œil du peuple"50 avec pour fonction la surveillance et pour moyen la terreur. Nous sommes là dans un système que Cochin qualifie de démocratie pure.

  • 51 Augustin Cochin - idem - p. 96 –

55Ce système a pour premier objectif de défendre ses propres partisans "les bons patriotes" et d’écraser ses ennemis "les réactionnaires, les aristocrates". Il écrit à ce propos : "Et contre les ennemis des principes, tous les moyens ne sont-ils pas bons à commencer par l’oubli des principes ?"51.

  • 52 Augustin Cochin - idem - p. 97 –

56Si le peuple n’était pas démocrate dans sa majorité, cela ne changerait rien à l’action des membres du gouvernement révolutionnaire car le peuple réel ne pèse rien face au peuple idéal patiemment construit au sein des sociétés de pensée. À l’apogée du système, proclame Cochin "pour sauver, le peuple idéal, la volonté générale, on guillotine le peuple réel, les particuliers"52. Les sociétés de pensée exercent leur oppression à la fois sur le peuple réel et sur les députés.

57Ce peuple abusivement représenté par les sociétés populaires voit disparaître les libertés publiques considérées comme inutiles puisque le peuple officiellement est au pouvoir et que les libertés publiques n’étaient que des garanties à son profit contre l’action de ses adversaires.

  • 53 Augustin Cochin - idem - p. 71 –
  • 54 Augustin Cochin - idem - p. 72 –

58Le peuple étant au pouvoir, les libertés publiques ne sont plus utiles. De même le gouvernement révolutionnaire est le temps où s’épanouit une nouvelle morale "qui demande non si un acte est bon ou mauvais, mais s’il est révolutionnaire ou non, c’est-à-dire conforme ou non à la volonté présente et agissante du dieu"53. Cette nouvelle morale disparut avec Thermidor et Cochin cite comme déterminante la phrase de Tallien qui eut paru inimaginable quelques mois avant : "Que m’importe qu’un homme soit né noble, s’il se conduit bien ? Que me fait la qualité de plébéien, si c’est un fripon ?"54. Les condamnations à mort après Thermidor de Carrier et Fouquier-Tinville sont aussi la démonstration de l’élimination de la nouvelle morale par l’ancienne puisqu’en vertu des principes du jacobinisme et du gouvernement révolutionnaire ils étaient innocents n’ayant eu pour but que la défense de la Révolution.

  • 55 Augustin Cochin - idem - p. 97 –
  • 56 Augustin Cochin - idem - p. 144 –

59Thermidor démontrera que les sociétés populaires ne sont pas le peuple et que le petit peuple des sociétés n’avait fait que s’emparer d’une autorité que jamais le grand peuple réel ne lui avait concédé. Les sociétés populaires avaient détourné à leur profit la représentation du peuple français. Cochin définit le gouvernement révolutionnaire comme une "tyrannie de fait au service de la liberté de principe"55, et le comité de Salut Public comme "le centre de gravité d’une immense administration collectiviste"56.

  • 57 Augustin Cochin - idem - p. 98 –

60La violence du gouvernement révolutionnaire trouve sa source dans les sociétés de pensée du xviiième siècle, car selon Cochin "les lois de la petite cité ne sont pas faites pour la grande". La liberté de principe est "née dans un monde à part". Elle n’est pas née dans le monde réel et "dès lors ne peut y régner que par la fraude et la force"57. Mis en échec par la réalité, le jacobinisme tente de briser par la force les oppositions. La violence révolutionnaire s’expliquerait donc par la volonté de contraindre la réalité à se soumettre à l’utopie.

61L’étude des sociétés de pensée rejoint ainsi celle du gouvernement révolutionnaire. Et l’œuvre inachevée d’Augustin Cochin prend tout son sens, à la fois discutable et cohérent. On peut justement la considérer comme une volonté de démontrer le détournement de la représentation du peuple de France par les sociétés de pensée et les sociétés populaires.

CONCLUSION

  • 58 Augustin Cochin - idem - p. 117 -

62Pour Augustin Cochin la Révolution française est une rupture fondamentale dans l’histoire de la France. Mais les analyses de Cochin ne sont pas seulement tournées vers le passé. Il n’hésite pas à dénoncer l’action des nouvelles sociétés de pensée. Le phénomène est durable et existe toujours selon lui au début du xxème siècle : "Nous avons un pied dans l’engrenage. Déjà la première équipe sociale -la maçonnerie radicale -tombe sous le mépris, entre le loyalisme qu’elle n’a plus le droit d’invoquer, et les surenchères de l’étape suivante - le syndicalisme politique -qu’elle n’a plus le droit de contredire. C’est la première étape ; il y en aura bien d’autres"58. Le phénomène de débordement par la gauche se poursuit donc et comme sous la révolution, il exclut les plus modérés au profit des plus extrémistes, en l’occurrence les radicaux sont marginalisés par les syndicalistes révolutionnaires et les socialistes. Mais Augustin Cochin ne voit guère de solution à cette évolution qu’il juge néfaste, sa vision de l’avenir est profondément pessimiste et n’envisage pas, en raison des règles sociologiques qu’il fixe et invoque lui-même, la possibilité de voir ses conceptions politiques triompher.

  • 59 Augustin Cochin. "La Révolution et la libre-pensée" - Copernic 1979 - p. 215-216 -

63Il écrit : "Aujourd’hui, plus de chimère. La chimère c’est le régime officiel au contraire, qui n’est plus qu’un amas de lois et de fictions toutes faussées et animées d’un esprit nouveau. Comment appeler chimère une réalité sociale qui a tué l’ancienne France et qui vient de tuer encore -au profit de l’Humanité - la France d’aujourd’hui ? Quand la jeune génération laïque aura poussé les derniers vieux serviteurs, l’ancienne morale ne sera plus qu’un fardeau et l’ancien régime une ruine"59. Animé de la volonté d’étendre sa réflexion et ses théories au temps présent, Cochin en tire des conclusions que l’on peut discuter. Mais en revanche, il n’est pas discutable de remarquer que ses travaux sur les sociétés de pensée et la libre-pensée forment une réflexion élaborée sur les origines du totalitarisme et tout particulièrement du léninisme, dont, sans l’avoir connu au pouvoir, il décrit les méthodes à travers celles de la Révolution française.

64Tout cela explique que l’œuvre d’Augustin Cochin a été essentiellement récupérée par les Droites nationales et traditionnelles. C’est ainsi qu’un de ses textes figure dans le Ier numéro de la "Revue Universelle" proche de l’Action Française et dirigée par Jacques Bainville et Henri Massis. De même une polémique éclatera en 1928 entre Maurras et la mère d’Augustin Cochin qui lui dénie le droit d’écrire que Cochin était proche de l’Action Française. Ce conflit peut s’expliquer par la condamnation de l’Action Française par le Pape Pie XI en 1926, condamnation que soutient la très catholique famille Cochin. Maurras conservera toujours beaucoup d’admiration pour Cochin.

65Des intellectuels admirateurs de Cochin créeront dans les années 30 un cercle Augustin Cochin d’inspiration ultra-conservatrice dont le Président d’honneur était Paul Bourget, et le Président, l’historien Funck-Brentano, proche de Maurras.

66Ce cercle destiné à promouvoir des travaux dans la lignée de son ouvre n’aura guère d’activité et disparaîtra au bout de trois ans.

67L’œuvre de Cochin séduisit plusieurs historiens de Droite. Pierre Gaxotte utilise l’œuvre de Cochin pour un des chapitres de "La Révolution Française" publiée en 1928.

68Bernard Fay, Professeur au Collège de France, s’inspire de ses travaux dans son ouvrage "La Franc-maçonnerie et la révolution intellectuelle du xviiième siècle" publié en 1935.

69Il est à signaler qu’il sera nommé administrateur de la Bibliothèque Nationale sous l’Occupation et dirigera une revue anti-maçonnique : "Les Documents maçonniques".

  • 60 Xavier Vallat. "La croix, les lys et la peine des hommes" - réed. Aubenas 1973 - p. 43 -

70Des auteurs de moindre importance comme Xavier Vallat ou Henry Coston citeront les travaux de Cochin dans leurs livres, en raison de leur argumentation anti-maçonnique. Vallat écrira, ainsi, que Cochin a "démontré historiquement l’origine maçonnique de la Révolution", ce qui était une réduction et une simplification des idées de Cochin60.

  • 61 Les motivations des néo-droitistes semblent avoir été, d’une part, de faire découvrir au grand pub (...)
  • 62 Augustin Cochin. "L’esprit du jacobinisme" - PUF 1979 -Cette réédition ne contient qu’une partie d (...)

71En 1978 et 1979, les éditions Copernic, proches du GRECE et de la Nouvelle Droite publieront les deux œuvres principales de Cochin61. De même en 1975 et 1980 les "Cahiers de l’Ordre Français" firent paraître deux volumes des "Actes Augustin Cochin". Rédigés par une équipe d’universitaires contre-révolutionnaires auxquels s’était joint Pierre Gaxotte, ils montrent que Cochin demeure une référence pour les milieux intellectuels de Droite, d’inspiration catholique traditionaliste. Ces différentes publications sont la preuve que Cochin demeurait cantonné à l’extrême droite du monde intellectuel. Mais c’est aussi en 1978 que Furet le réhabilite et lui rend toute sa place dans "Penser la Révolution française" en en faisant un égal de Tocqueville. En 1979, Jean Baechler réédite et préface "les Sociétés de pensée et la Démocratie moderne" sous le titre "L’esprit du Jacobinisme"62. Cette réédition dans une collection de sociologie des Presses Universitaires de France est une véritable consécration pour une œuvre tant caricaturée ou niée. Elle démontre que l’œuvre de Cochin va plus loin que celle d’un simple historien de la Révolution.

  • 63 Fred. E. Schrader - idem - p. 178

72Signalons que dès 1939, Carl Schmitt, en Allemagne, en raison de son anti-maçonnisme, salue très favorablement l’œuvre de Cochin63.

73Complexes à appréhender, inachevés, susceptibles de récupération les travaux d’Augustin Cochin demeurent importants et incontournables : ils sont la seule tentative d’explication cohérente à Droite de la naissance et de l’évolution de la Révolution française, ils sont aussi un essai de compréhension des origines des totalitarismes fondé sur la constatation du triomphe de l’utopie sur le réel, ils sont encore le témoignage qu’une pensée réactionnaire peut utiliser des méthodes d’analyse modernes et enfin, et peut-être surtout, ils apprennent à se méfier des apparents unanimismes et de tous ceux qui veulent construire une cité idéale en remplacement de la cité réelle.

Notes

1 François Furet. "Penser la Révolution française". Folio Histoire - réed. 1997 - p. 257 -

2 Ses deux ouvrages principaux, recueils d’articles et de conférences, ont été réédités il y a plus de vingt ans. "Les Sociétés de pensée et la démocratie moderne" - Copernic 1978 et "La Révolution et la libre-pensée" - Copernic 1979.

3 Fred. E. Schrader. "Augustin Cochin et la République française" - Seuil 1992 -

4 François Furet consacre un chapitre à l’analyse de la Révolution par Tocqueville et un chapitre à celle de Cochin.

5 Emmanuel Beau de Loménie est l’auteur d’une histoire de la France contemporaine sous un angle nationaliste et critique à l’égard du capitalisme "Les responsabilités des dynasties bourgeoises" en cinq volumes (réed. La Librairie française, 1977) -

6 Fred. E. Schrader - idem - p. 131 -

7 F. Furet - idem - p. 53 -

8 Augustin Cochin. "Les Sociétés de pensée et la démocratie moderne" - Copernic 1978 -p. 60 -

9 P. Schrader - idem - p. 27

10 F. Schrader - idem - p. 60.

11 François Léger raconte dans ses souvenirs le vibrant hommage rendu à l’œuvre de Cochin par Charles Maurras un soir des années Trente devant les étudiants d’Action Française (F. Léger. "Une jeunesse réactionnaire". Publications F.B. 1993 - p. 109).

12 F. Furet - idem - p. 263.

13 Jean Tulard (avec la collaboration de Pierre-Jean Deschodt) "Le temps des passions" -Bartillat 1996 - p. 194 -

14 Actes Augustin Cochin -tome II -Les Cahiers de l’Ordre français -8e cahier -1980 p. 15.

15 Augustin Cochin. "Les Sociétés de pensée et la démocratie moderne" -Copernic 1978 p. 12-13.

16 Augustin Cochin - idem - p. 13 -

17 Augustin Cochin - idem - p. 14 -

18 Augustin Cochin - idem - p. 14 -

19 Augustin Cochin - idem - p. 14 -

20 Augustin Cochin - idem - p. 78 -

21 Augustin Cochin - idem - p. 78 -

22 Augustin Cochin - idem - p. 17 -

23 Augustin Cochin - idem - p. 18 -

24 Augustin Cochin - idem - p. 20 -

25 Augustin Cochin - idem - p. 98 -

26 Augustin Cochin - idem - p. 133-134 -

27 Augustin Cochin - idem - p. 130 -

28 Augustin Cochin - idem - p. 129-130 -

29 Augustin Cochin - "La Révolution et la libre-pensée" - Copernic 1979 - p. 75 -

30 Augustin Cochin -"Les Sociétés de pensée et la démocratie moderne" - Copernic 1978 p. 29 -

31 Augustin Cochin - idem - p. 42 -

32 Augustin Cochin - idem - p. 95 -

33 Augustin Cochin - "La Révolution et la libre-pensée" - Copernic 1979 - p. 28 -

34 Augustin Cochin -"Les Sociétés de pensée et la démocratie moderne" - Copernic 1978 p. 209 -

35 Augustin Cochin - idem - p. 209 -

36 Augustin Cochin - idem - p. 211 -

37 Augustin Cochin - idem - p. 211 -

38 Augustin Cochin - idem - p. 214 -

39 Augustin Cochin - idem - p. 150 –

40 Augustin Cochin - idem - p. 150 –

41 Augustin Cochin - idem - p. 151 -

42 Augustin Cochin - idem - p. 153 –

43 Augustin Cochin - idem - p. 153 –

44 Augustin Cochin - idem - p. 154-155 –

45 Augustin Cochin - idem - p. 157 –

46 Augustin Cochin - idem - p. 160 –

47 Augustin Cochin - idem - p. 168 –

48 Augustin Cochin - idem - p. 175 –

49 Augustin Cochin - idem - p. 64 -

50 Augustin Cochin - idem - p. 71 et p. 68 –

51 Augustin Cochin - idem - p. 96 –

52 Augustin Cochin - idem - p. 97 –

53 Augustin Cochin - idem - p. 71 –

54 Augustin Cochin - idem - p. 72 –

55 Augustin Cochin - idem - p. 97 –

56 Augustin Cochin - idem - p. 144 –

57 Augustin Cochin - idem - p. 98 –

58 Augustin Cochin - idem - p. 117 -

59 Augustin Cochin. "La Révolution et la libre-pensée" - Copernic 1979 - p. 215-216 -

60 Xavier Vallat. "La croix, les lys et la peine des hommes" - réed. Aubenas 1973 - p. 43 -

61 Les motivations des néo-droitistes semblent avoir été, d’une part, de faire découvrir au grand public un auteur de Droite oublié mais jouissant d’un très grand prestige intellectuel, et d’autre part, de montrer l’importance des Sociétés de pensée dans l’Histoire. Le GRÈCE ambitionnait alors de devenir une véritable société de pensée et espérait démontrer que cette stratégie n’était pas stérile.

62 Augustin Cochin. "L’esprit du jacobinisme" - PUF 1979 -Cette réédition ne contient qu’une partie des textes de l’ouvrage d’origine.

63 Fred. E. Schrader - idem - p. 178

Auteur

Professeur certifié d’Histoire et Géographie

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable