Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le concept de représentation dans la pensée politique

Penser la représentation

Opinion vs. représentation

Des lumières au libéralisme

Javier Fernández Sebastián

Texte intégral

1Le concept de représentation constitue une des notions les plus complexes, les plus changeantes et les plus difficiles à saisir de l’histoire de la théorie juridique et politique, la variété et la richesse des interventions de ce colloque en sont la preuve. On peut en dire autant du concept d’opinion publique, que certains des plus renommés dix-huitièmistes ont contribué à élucider par des travaux déterminants depuis la fin des années quatre-vingt. Ceux-ci, dans le sillage des œuvres pionnières de R. Koselleck et de J. Habermas ont, durant la dernière décennie, consacré à ce concept une importante série d’études en historiographie des idées politiques.

  • 1 Bien avant que ne soit largement répandu à la fin du xixème siècle et au début du xxème siècle le (...)

2Ces deux notions, presque toujours dans une relation mutuelle d’équilibre instable, se situent au cœur même des systèmes politiques que nous appelons ordinairement démocraties et que, comme l’a souligné Bernard Manin, nous devrions plutôt appeler "gouvernements représentatifs" (bien que, depuis le milieu du xixème siècle, se soit également répandu le terme de "régime d’opinion"1). Il ne paraît donc pas exagéré d’affirmer que les principes essentiels de cette forme de gouvernement pourraient se réduire en dernière analyse à une combinaison de "représentation politique" et "d’opinion publique", combinaison variable selon les différentes constellations historiques et modalités institutionnelles. Ces deux idées sont, certes, d’origine distincte -juridique pour la première, et philosophico-morale et plus tard sociologique pour la seconde -et se situent donc sur deux plans intellectuels assez éloignés. En plus d’une occasion elles ont cependant été analysées de la même façon, considérées plutôt comme de simples métaphores, voire même rejetées comme de purs sophismes ou des fictions dépourvues de toute réalité substantielle.

3Partant de telles prémisses et compte tenu du caractère polémique et polymorphe de ces deux notions on comprendra que, dans cette brève intervention, notre propos se limite à quelques aspects du vaste sujet évoqué par le titre. En effet, nous ne ferons que survoler certains traits dominants de l’interrelation entre les deux concepts sur la scène de l’Europe occidentale de la seconde moitié du xviiième et xixème siècle (c’est-à-dire au moment où les deux concepts sont en gestation et, par conséquent, font l’objet de discussions incessantes et passionnées) et nous poserons, de façon sommaire, certaines questions que nous avons l’intention d’approfondir par la suite.

4Sans plus de préambule, nous exposerons, de façon peut-être un peu abrupte, la thèse centrale que nous allons soutenir au cours de cet article. Cette thèse, toute nuance mise à part, dit plus ou moins ceci : dans ce creuset d’expériences et de langages politiques que fut l’Occident de la fin du xviiième siècle et du début du xixème siècle (c’est-à-dire au moment et lieu mêmes où se définissent les coordonnées intellectuelles et les institutions qui sont à la base de notre monde politique), les concepts d’opinion et de représentation s’offrent comme deux voies alternatives -compétitives ou complémentaires, c’est selon -pour exprimer un même imaginaire d’unité sociale et de cohésion nationale dans des sociétés de plus en plus complexes et souffrant de fractures internes. La concurrence conflictuelle entre "opinion" et "représentation" découlerait, en grande partie, du fait que les deux concepts en viennent à occuper un espace symbolique semblable : celui qui prétend fonder l’image unitaire d’une société politiquement active et homogène, quand la réalité du moment offre plutôt le spectacle de divisions internes et de reconversion des anciennes communautés organiques en simples agrégats d’individus. Cela dit, par-delà ce dénominateur commun, le lieu qu’occupe chacun de ces concepts dans le tissu discursif des Lumières et du libéralisme varie considérablement selon les différents contextes et les diverses orientations des discours présents sur le théâtre politique européen dans ces décennies cruciales de passage de l’ancien au nouveau régime.

5Bien sûr, l’effort d’abstraction qu’on se propose d’effectuer ici s’appuie sur une base empirique, qui se réfère surtout à la vie politique et intellectuelle en France, au Royaume-Uni et en Espagne durant cette période, même si l’information consacrée à ces trois pays peut paraître fragmentaire et allusive, étant donné la brièveté de cette communication sur un sujet qui a donné lieu à une littérature politique immense. Ainsi, au risque de trop simplifier, nous présenterons successivement, à grands traits, ces trois expériences nationales durant la période mentionnée. Cependant, le cadre chronologique de référence varie sensiblement d’un pays à l’autre, dans la mesure où il s’agit ici de saisir la phase culminante au cours de laquelle le concept d’opinion publique a fait irruption dans le débat politique et est entré en opposition avec le concept de représentation. Un fait détectable surtout à travers deux indices :

  1. La présence massive des appels à l’opinion publique dans les publications politiques de tout genre du moment (l’idée de représentation était déjà présente auparavant, surtout depuis que Hobbes en avait fait la pierre angulaire de l’unité du corps politique).
  2. L’abondance de ces sources mêmes, de ces textes dans lesquels, de manière presque toujours sommaire et accidentelle, on aborde la dynamique, souvent conflictuelle, entre représentation et opinion, et le rôle respectif qu’on attribue à chacune de ces notions dans le système politique.

6À partir de ces données, il semble évident que les moments culminants où sont débattues ces questions dans l’agenda politique de chacun des trois pays sont les suivants :

  • En France, à partir de la décennie de 1770 jusqu’à la Révolution, avec un long épilogue qui se prolongerait même au-delà de l’ère napoléonienne, jusqu’à la Restauration.
  • En Espagne, nous décelons deux moments successifs, séparés par un retour à l’absolutisme : une première phase de décollage rapide et d’apogée des idées d’opinion et de représentation qui correspond au début de la Révolution libérale, entre 1808 et 1814, suivie d’une seconde phase de maturation du débat, durant les années 1820-23.
  • En Grande-Bretagne, pendant la période d’après-guerre qui va de 1815 à la loi de réforme parlementaire de 1832.

7I) Si pour le premier de ces trois pays nous disposons d’une abondante littérature historiographique (tant sur le thème de l’opinion que sur celui de la représentation), il n’en est pas de même pour le troisième et encore moins pour le second. Les études disponibles sont toutefois suffisantes pour ébaucher un panorama général de la situation, et tenter de comparer ces trois expériences pour en tirer quelques conclusions significatives. Nous essaierons ensuite de résumer les éléments marquants de chacun de ces trois cas.

8Aux exemples contrastés de la France et de la Grande Bretagne viendra s’ajouter l’exemple espagnol moins connu qui offre sur ce sujet un contrepoint intéressant.

9L’énorme masse de publications dédiées à l’étude de la France pré-révolutionnaire notamment, parmi lesquelles on compte les apports de François Furet, Mona Ozouf, Keith Baker et Roger Chartier, met en évidence le rôle déterminant de l’opinion dans la phase finale de l’Ancien Régime et dans le déclenchement du processus révolutionnaire. Plusieurs de ces études soutiennent, d’une manière ou d’une autre, que le caractère extrêmement rhétorique du recours à l’opinion dans les débats politiques n’a pas empêché ce concept de jouer un rôle, certes changeant, mais fondamental, d’abord comme moyen grâce auquel on prétendait renforcer le crédit de la monarchie puis, sans solution de continuité, comme instance de délégitimation globale de l’Ancien Régime et d’argument pour justifier son renversement ; plus tard, une fois passée la tourmente révolutionnaire, l’opinion publique sera considérée surtout comme un des piliers de l’édification du nouvel ordre libéral.

  • 2 Principes de la philosophie du droit, Paris, Vrin, 1975, p. 318. n., § 316 add. Il est très signif (...)

10À partir des années 1770, et surtout 1780, de ce discours protéiforme se dégage une fonction dominante, fonction mise en relief par ceux qui -Jacques Necker, ministre des finances, en tête -prétendent faire de l’opinion une sorte de succédané de la représentation qui contribue à légitimer et en même temps à "modérer" la monarchie absolue française. En effet, dans les nombreux écrits de Necker sur ce thème, l’opinion apparaît comme un contrepoids au pouvoir de la Couronne (au point même que le roi et ses ministres devraient rendre des comptes au public de leur gestion, en particulier dans le domaine financier). L’idée d’opinion qui se dégage de la plupart des textes est celle d’une entité abstraite, aux contours plutôt flous, à laquelle on attribue une très grande autorité et qui constituerait une espèce de tribunal invisible dont les requêtes et les sentences devraient être instruites et respectées par le gouvernement. Il s’agit là de la vision des physiocrates, convaincus que l’opinion aboutit nécessairement à un accord sur la base d’une évidence rationnelle (évidence que le monarque, en tant que représentant suprême de la nation, serait appelé à incarner et à exécuter). C’est aussi la vision de Rousseau, la plus marquante et durable qui, à mi-chemin entre la morale et la politique, se rattache au contrôle social et à la censure des mœurs. Dans la France prérévolutionnaire, les nombreux discours qui font appel à l’opinion publique, quoique différents, ont tous un dénominateur commun. Nous serions, en somme, devant un produit extra-institutionnel, consensuel, durable, incompatible avec toutes sortes de factions et dont on postule que, grâce à la publicité, il émet des jugements fondés, basés sur la raison. Quelque chose comme une opposition diffuse et non structurée, comme "la voix spontanée d’une société civile à laquelle aucune existence politique n’était reconnue", définie par Hegel comme "la façon inorganique dont un peuple fait savoir ce qu’il veut et ce qu’il pense"2.

11II) L’histoire des idées a mis récemment en avant différentes raisons qui pourraient expliquer de façon satisfaisante le succès fulgurant de l’idée d’opinion publique en France dans la deuxième moitié du xviiième siècle et parallèlement l’abandon du concept de représentation (voire même le rejet pur et simple chez Rousseau pour qui, comme on le sait, la volonté générale ne peut être représentée). En plus des vertus inhérentes à l’idée même d’opinion, dont le premier développement théorique est inséparable du cercle des encyclopédistes et du monde des salons, il y aurait au moins deux bonnes raisons pour que l’idée de représentation - qui aurait pu éventuellement avoir une fonction analogue dans l’imaginaire de l’unité sociale -ait été écartée du discours politique dominant.

  • 3 Keith M. Baker, Au tribunal de l'opinion. Essais sur l'imaginaire politique au xviiième siècle, Pa (...)

12Premièrement, ces années-là on associe de plus en plus la notion nouvelle de représentation, très liée à l’expérience anglaise, au monde obscur des intérêts particuliers. Ainsi, comme l’a souligné Keith Baker, face au risque d’une représentation agitée et turbulente, dominée par la lutte de factions et de partis, presque tous les auteurs français de l’époque croient de plus en plus en un consensus permettant de mener à bien une politique rationnelle ; l’idée française d’opinion, en somme, permet d’imaginer une politique pacifique et intégratrice, s’appuyant sur l’accord universel à partir d’un débat transparent et serein3.

  • 4 Puisque, pour utiliser les termes consacrés par le droit public et la science politique, ces déput (...)

13Deuxièmement, il convient de tenir compte du fait que dans un monde comme celui de l’Ancien Régime, basé sur une logique juridico-politique corporative à laquelle se superposait la souveraineté monarchique, seul le roi incarnait symboliquement la représentation de tous, regroupant les structures particularistes sous-jacentes (en effet, les délégués des États Généraux, liés par un mandat strict et impératif, n’étaient pas à proprement parler des représentants mais des députés4). Aussi dans les derniers moments de l’Ancien Régime, la crise généralisée de la monarchie -querelles religieuses, conflits entre la Couronne et les parlements, difficultés fiscales...

14-fait que le roi commence à perdre l’exclusivité de la représentation, une notion qui sera bientôt remise en question avec l’apparition de différents acteurs qui revendiqueront simultanément pour eux-mêmes, non sans contradiction ni cacophonie, le droit de parler au nom de toute la nation. La représentation de la nation française pouvait, en effet, être réclamée et assumée -et, de fait, elle fut réclamée -par diverses instances antagonistes (par le roi, par les parlements et par ceux qui pensaient qu’une fonction si éminente revenait plutôt aux États Généraux).

15Face à l’énorme charge de conflits possibles que renferme le concept de représentation, l’opinion - à l’égal de la volonté générale de Rousseau, avec laquelle il lui arrivera très souvent de se confondre -telle qu’elle fut théorisée par une poignée de publicistes et de philosophes français de la seconde moitié du xviiième siècle, avait l’avantage de renvoyer à un agent impersonnel, certes difficile à cerner et à localiser, mais néanmoins paisible et harmonieux. En outre, une telle construction intellectuelle offrait un expédient beaucoup plus conforme à la culture politique française, et plus à même de garantir une certaine unité symbolique dans une société déchirée par les luttes intestines. Cette prétendue opinion publique, parlant au nom de toute la nation, pouvait ainsi jouer le rôle d’une troisième instance, rôle d’arbitre, entre le roi et les parlements, et pouvait ainsi constituer un point de rencontre idéal entre le monarque et les sujets.

  • 5 Voici la phrase de Duclos qui aurait pu éventuellement inspirer cette paraphrase : "Les mœurs font (...)

16Mais, comme nous l’avons dit, la théorie de Necker, la plus élaborée, établit clairement une relation d’opposition / complémentarité entre opinion et représentation. Selon le banquier genevois, en l’absence d’un régime constitutionnel à l’anglaise, l’opinion jouerait un rôle éminent de contrôle sur le gouvernement, un peu comme une voie alternative permettant la participation des citoyens aux affaires publiques. Necker et ceux qui se réclament de ses idées considèrent que, dans les pays où il n’existe pas de véritable assemblée représentative, comme c’était le cas en France, l’opinion publique (qui se réserve le droit d’« examiner, applaudir ou critiquer les lois ») exerce un contrôle informel et diffus, agissant alors à la fois comme une espèce de conseiller collectif du roi et comme la "véritable balance du pouvoir suprême" ; à travers sa politique d’information Necker aurait esquissé ainsi, comme écrit Henri Grange, une sorte de "monarchie préconstitutionnelle où le rôle joué par l’opinion publique est assimilable en fait, sinon en droit, à celui d’un parlement". L’opinion publique serait donc en France un pendant, mais non pas un équivalent, du parlement anglais. Paraphrasant Duclos, Necker -qui souligne plus d’une fois l’aptitude des coutumes françaises à développer l’opinion (sociabilité raffinée, pratique quotidienne de la conversation de la part des élites dans les salons, goût des puissants pour l’estime publique, etc...) - aurait peut-être pu dire : "l’opinion publique fait à Paris ce que la représentation fait à Londres"5.

  • 6 Dominique-Joseph Garat, Mémoires historiques sur le xviiième siècle et sur M. Suard, Paris, 1829, (...)

17La réplique de Suard à John Wilkes, dans un débat entre eux cité par Garat est, à cet égard, très révélatrice. Face à l’apologie que fait l’Anglais de l’opposition parlementaire et à son enthousiasme pour la lutte politique constante en faveur de la liberté, Suard pose cette question rhétorique : "Que signifie ce nom de « représentation » ? Qu’est-ce que les représentants peuvent représenter, sinon l’opinion publique ?"6. L’opinion à la française serait donc, pour Suard, nettement supérieure à la représentation à l’anglaise, tant du point de vue de la paix sociale et de la rationalité politique que du point de vue d’une certaine "hiérarchie conceptuelle", puisque la première serait la source véritable de la seconde.

18Les événements révolutionnaires allaient très rapidement mettre à l’épreuve ces assertions. Avec l’entrée en action de l’Assemblée Nationale, les discours politiques du moment durent nécessairement se charger de cette dualité d’instances également "représentatives" de l’unité du peuple et de la nation française et par conséquent certaines contradictions apparurent immédiatement entre représentation et opinion. Contradictions d’autant plus sensibles que, dès les premiers événements révolutionnaires, ce sera un lieu commun d’affirmer que le vrai déclencheur de la révolution c’est la marche inéluctable de l’opinion. D’autre part, les structures hiérarchiques de la société d’ordres ayant été abolies, il devenait particulièrement difficile de représenter l’unité d’une société à la fois atomisée et homogène, composée d’individus égaux.

19Au cours de la Révolution on peut distinguer deux orientations principales sur ce thème. D’une part, ceux qui, suivant les postulats de Sieyès, commencent à théoriser l’idée moderne de gouvernement représentatif, réservant une place essentielle, non exempte d’une certaine ambiguïté, à l’opinion. D’autre part nous trouvons la position typiquement jacobine, hégémonique pendant la phase la plus radicale de la Révolution qui, sur le modèle de la volonté générale rousseauiste, tend à définir l’opinion -ou plus fréquemment l’esprit public -avant tout comme la vigilance et la censure exercées par le peuple sur l’assemblée représentative, afin que celle-ci légifère en faveur des intérêts supposés du peuple. Tandis que les premiers tentent de concilier - et de réunir -opinion et représentation, les seconds ont plutôt tendance à opposer ces deux pôles d’expression de la souveraineté.

  • 7 Emmanuel Sieyès, Qu'est-ce que le Tiers état ?, éd. critique avec une introduction, par E. Champio (...)

20Dans le discours politique de Sieyès, il faut comprendre opinion et représentation comme deux notions complémentaires. Si, d’un côté il affirme, catégorique, "seul revient aux représentants d’interpréter la volonté générale de la nation" puisque "dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le Peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants", d’un autre côté il reconnaît de manière implicite que cette représentation n’est pas autre chose que l’expression de l’opinion publique. Selon lui, grâce aux "progrès des Lumières" et à "cette masse d’idées communes qui forment l’opinion publique", "l’empire de la raison" ne cesse de s’étendre. Un fait que Sieyès attribue à la diffusion progressive des bons principes définis par "les écrivains". En définitive, c’est à la "puissance de l’opinion que l’on doit peut-être attribuer la plupart des changements vraiment avantageux aux peuples"7.

  • 8 Dans un dialogue implicite avec le libéralisme anglais, les physiocrates construisent, dans les dé (...)

212° En Grande-Bretagne les choses se passent de façon très différente. Mises à part les positions concrètes de tel ou tel théoricien, le débat s’inscrit, Outre-Manche, dans un contexte politique et culturel bien distinct. Dans une société qui doit compter avec l’émergence d’une classe moyenne dotée d’un ample réseau de clubs politiques, d’une presse libre, et surtout, avec un régime parlementaire en pleine transformation, les discours sur la représentation et l’opinion étaient forcément très différents de ceux tenus en France. De plus, une culture politique à caractère empiriste et utilitaire permettait aux Anglais de concilier naturellement ces deux notions avec une vision pluraliste de la réalité sociale considérée comme un composé d’opinions et d’intérêts divergents. Dès lors, admettre qu’il était légitime de défendre des intérêts particuliers ne posait aucun problème, contrairement à ce qui se passait en France. Alors qu’en France l’opinion fut presque toujours -de Rousseau à Necker, en passant par les physiocrates -conçue en termes de rationalité, de consensus, voire même d’unanimité, dans la tradition constitutionnelle britannique de gouvernement mixte, les références à la "général opinion", par exemple, chez Hume ou Blackstone, renvoient plutôt aux termes de divergence et d’équilibre d’intérêts8.

  • 9 On attribue généralement à la société britannique du xviiième siècle la création précoce d'un espa (...)
  • 10 Rien n’empêche cependant que les premiers théoriciens français de l'opinion publique politique, an (...)

22De plus, comme le système politique britannique était centré sur le roi et le parlement, l’idée de représentation pouvait suffire, dans des conditions normales, à nourrir l’imaginaire de l’unité sociale. D’où, entre les deux pays, un décalage frappant ou plutôt une discordance de "tempos" entre les plans factuel et conceptuel. Contre toute attente, les premiers à lancer l’idée-force d’opinion publique furent les auteurs français et non anglais comme il aurait pu paraître logique étant donné que -comme l’a signalé il y a des années Habermas - ce fut précisément au sein de la société britannique que fut mis en pratique en premier, un véritable espace public moderne9. Face à une sphère publique expérimentée mais à peine théorisée (en Grande Bretagne) l’exemple français témoigne d’une publicité politique naissante, minoritaire, et cependant source de réflexion : d’une opinion publique plus théorisée que pratiquée en somme. Contrairement à la France (où l’emporte un modèle que, nous l’avons vu, on aurait pu définir comme "d’opinion sans représentation") au Royaume-Uni c’est l’idée de représentation qui prédomine nettement dans les discours politiques, éclipsant pour longtemps l’opinion, un concept qui paraît avoir eu une place très discrète dans les discours politiques de la deuxième moitié du xviiième siècle. "Représentation sans opinion", dirions-nous, de façon un peu "hyperbolique", pour souligner l’opposition avec le cas français10.

  • 11 Dror Wahrman, "Public Opinion, Violence and the Limitis of Constitutional Politics", in Rereading (...)
  • 12 En résumé, face à un modèle britannique qui, depuis la Révolution de 1688 (comptant déjà de fait a (...)

23Ce n’est que quelques décennies plus tard, que les sources anglaises -presse périodique, brochures et opuscules à contenu politique -mettent en évidence l’omniprésence de ce concept dans le discours politique. À propos de cette notion nouvelle et vague d’opinion publique les Anglais déployèrent un degré de passion et de mythification comparable en tous points à celui de leurs voisins. Concrètement, ce concept semble avoir atteint son apogée durant la période qui va de la fin des guerres napoléoniennes à la décennie de 1830, dans une conjoncture sociopolitique particulièrement conflictuelle (massacre de Peterloo, affaire de la reine Caroline). Selon l’étude de Dror Wahrman la "public opinion" surgit comme un recours argumentatif qui s’intègre facilement au discours populiste de ce qu’on appelle le "radical constitutionalism" souvent représenté alors par la figure emblématique de John Bull11 - comme l’ultime instance arbitrale à laquelle on attribue presque à l’unanimité des qualités éminentes ; rationalité, universalité, omnipotence sociale, une sorte de lieu imaginaire, point de rencontre entre les classes, au-dessus des partis, un terrain neutre commun idéalement à l’abri des factions, des tensions sociales et des luttes de classes12. L’opinion manque certes de tout pouvoir décisionnel ayant force de loi mais dans la pratique ce pouvoir diffus s’imposerait aux gouvernants et aux parlementaires, si bien que les théoriciens de la "English Constitution", depuis De Lolme jusqu’à Walter Bagehot, ne tardent pas à lui attribuer un rôle prééminent dans le système de gouvernement anglais.

  • 13 Ce n'est qu'avec l'organisation des premiers partis de masses, à la fin du xixème siècle, qu'on po (...)
  • 14 Jeremy Bentham avait confiance dans les pouvoirs quasi-thaumaturges d'un Tribunal de l'Opinion Pub (...)

24À partir de ce moment, la politique britannique des décennies suivantes - pour lesquelles nous ne pouvons entrer dans les détails (il suffira d’évoquer les luttes pour la réforme parlementaire, pour le mouvement chartiste et pour l’abrogation des Corn Laws, etc...) - va être marquée par une discordance prolongée entre opinion et représentation. Autrement dit, dans cette première moitié du xixème siècle, la polarisation entre la rue et le Parlement, aboutit à des crises aiguës13. L’opinion, ce nouveau Leviathan sur lequel la presse d’alors revient de façon quasi obsessionnelle, est aussi conçue comme un contrepoids au pouvoir parlementaire (et, dans le cas de Bentham, comme une barrière morale contre la corruption, l’arbitraire et les abus possibles des membres du parlement)14.

  • 15 Malgré ce que nous indiquions rapidement dans la note 4 (voir aussi infra note 20 in fine) quant à (...)

25Les mobilisations extraparlementaires conduiront d’ailleurs à d’importantes réformes de lois et à des réajustements dans la vie parlementaire qui finiront par transformer profondément le concept même de représentation en vue d’un nouvel équilibre15.

  • 16 La prolifération des opuscules et publications politiques de toutes sortes dès le printemps 1808 e (...)
  • 17 Javier Fernández Sebastián, "The Awakening of Public Opinion in Spain. The Rise of a New Power and (...)

263° Que se passait-il pendant ce temps de l’autre côté des Pyrénées ? Dans les dernières années du xviiième siècle et les premières du xixème , nous assistons en Espagne, en pleine crise de la monarchie bourbonienne, à l’apparition d’une théorie de l’opinion publique qui, chez les auteurs comme Cabarrús, le duc d’Almodóvar ou Jovellanos, présente beaucoup de similitudes avec les positions de Malesherbes, Necker, Raynal, Diderot ou Filangieri à ce sujet. Cependant le vrai triomphe de l’opinion n’aura lieu qu’en 1808, lorsqu’au début de l’invasion napoléonienne, la presse politique rebelle contre le pouvoir "intruso" (illégitime) de José Ier se proclamera quasi-unanimement en faveur d’une opinion publique à laquelle on attribue des pouvoirs presque thaumaturges pour tirer la nation espagnole de la crise et la guérir de tous ses maux. L’opinion publique, « plus forte que l’autorité répressive et les régiments en armes », écrit Quintana dans le Semanario Patriótico16, loin d’être conçue comme une "voix impérieuse", une force collective et unanime émanant de la nation, qui doit guider à tout moment les autorités17. L’opinion dans l’Espagne de ces années-là, sert essentiellement néanmoins de héraut de la représentation, puisque la majorité des publicistes s’accordent pour affirmer que, dans des circonstances difficiles, ce qu’il faut - tel serait le vote presque unanime de la nation -c’est la convocation des Cortes. Le débat qui s’ouvre immédiatement porte sur le type de représentation nationale qui serait le plus adéquat : par états ou par une assemblée parlementaire d’un nouveau type ? Et cette assemblée doit-elle être unique ? ou convient-il plutôt de mettre en place deux chambres ?

  • 18 Ignacio Fernández Sarasola, Poder y libertad : Los origenes de la responsabilidad del ejecutivo en (...)
  • 19 Il s'agit du député Muñoz Torrero, lors de la session du 4-V-1812 : cit. Fernández Sarasola, op. c (...)
  • 20 Si, d'un côté, on insiste sur l'aspect positif de l'opinion en tant qu'appui, guide et source cons (...)

27Quand, après une "Consulta al país" (une "Consultation auprès du pays") et beaucoup de difficultés, se réunissent enfin les Cortes, et qu’elles assurent solennellement la souveraineté nationale le 24 septembre 1810 pour se transformer en assemblée constituante, les discours politiques exprimeront ce dilemme : où se trouve vraiment la souveraineté ? dans les Cortes, ou dans l’opinion publique ? dans la nation même ou dans ses députés ? L’opinion des Cortes constitue-t-elle un reflet fidèle de l’opinion publique du pays ? (une « opinion intrachambre », assurément, qui en peu de temps apparaît clairement scindée en tendances ou « partis », ce qui suppose pour beaucoup une rupture douloureuse et inévitable avec le mirage dominant de l’unanimité avant la réunion des Cortes). Bien que la plupart des textes des périodiques et des interventions parlementaires d’alors paraissent s’accorder pour reconnaître que les deux instances doivent se compléter harmonieusement, les Cortes, dit-on, doivent ouvrir leurs portes au public, faire connaître leurs débats et leurs résolutions et contribuer ainsi à former l’opinion du pays ; réciproquement l’opinion publique, surtout à travers les journaux, doit aider les députés dans leurs délibérations18. Ce qui est certain c’est que, comme ce qui était arrivé en France, en Espagne aussi des voix s’élèvent, discordantes, en désaccord avec cette prétendue complémentarité. Un député suggère que, une fois les séances parlementaires entamées, l’opinion publique ne serait plus une donnée sociale externe et préalable, mais seulement le résultat institutionnel des débats des Cortes19. Au contraire, la majorité des voix, surtout une fois approuvée la Constitution de 1812, réclament avec insistance que l’opinion, loin de voir son rôle s’achever avec l’ouverture de la voie parlementaire, redevienne le protagoniste de l’action politique. D’après ce discours, il appartient à la volonté générale du peuple de continuer à exercer une étroite surveillance sur les parlementaires pour qu’ils ne s’écartent pas de la voie constitutionnelle20.

28De plus, l’absence du roi légitime (Ferdinand VII, appelé "Le Désiré", retenu prisonnier en France) donne aux concepts d’opinion et de représentation une importance inhabituelle, au point d’occuper pratiquement tout l’espace politique. Sans aucune autre instance qui aurait pu leur faire de l’ombre, et en l’absence de tout "pouvoir modérateur", ces concepts amortissent les chocs entre les partenaires respectifs de ces deux pôles qui sont alternativement revendiqués comme les chemins obligés de la souveraineté de la nation. De plus, les circonstances très particulières de la réunion des Cortes, qui se déroule à Cadix, ville commerçante, libérale et cosmopolite, et la promulgation de la Constitution, en mars 1812 - qui introduira un système tenant beaucoup plus du régime conventionnel ou d’Assemblée que du gouvernement véritablement parlementaire -expliquent que ce triomphe simultané de l’opinion et de la représentation prenne parfois la forme d’un choc presque physique entre deux collectifs rivaux très proches : d’un côté la représentation - incarnée par un groupe peu nombreux de députés en majorité libéraux - ; de l’autre, l’opinion, c’est-à-dire le collectif des spectateurs et journalistes qui assistent assidûment aux sessions depuis les galeries des Cortes, et discutent avec feu de politique dans les cercles et les cafés.

  • 21 J. Fernández Sebastián, « The Awakening of Public Opinion in Spain », art. cit., pp. 74-76. Cfr. d (...)

29Quelques années après, pendant le Triennat libéral mouvementé des années 1820-1823, dans les pages de El Censor et d’autres périodiques libéraux modérés de Madrid, se développe une théorie complexe de la représentation et de l’opinion, qui doit beaucoup aux auteurs français comme Rœderer ou Guizot, selon laquelle le gouvernement représentatif s’identifie pratiquement avec le pouvoir de la publicité et de l’opinion publique, entendue de manière dynamique, censitaire et élitiste, face aux libéraux exaltés qui adoptent sur ce thème des positions populistes très semblables à celles du jacobinisme français21.

30Cela dit, les débats acharnés et réitérés sur l’opinion et la représentation donnent lieu à des raisonnements qui tournent en rond. Comme on sait, l’une des difficultés majeures de compréhension implicite dans la notion moderne de représentation c’est précisément l’absence de toute volonté préexistante à la représentation ; c’est, en fait, l’action parlementaire elle-même qui génère cette volonté ("la représentation au sens moderne ne reflète pas, elle opère", a écrit Lucien Jaume). C’est précisément cette absence paradoxale - qui suppose un hiatus infranchissable entre le concept politique de représentation et son homologue du droit privé qui l’inspire - qui ouvre un vaste champ à la rhétorique politique, étant donné qu’à la question "qu’est-ce que la représentation nationale représente vraiment ?" correspondent plusieurs réponses - le peuple, la nation, les intérêts de la société, la volonté générale, la souveraineté nationale, l’opinion publique - qui ne sont équivalentes que dans une certaine mesure.

  • 22 Henri Grange, "De l’influence de Necker sur les idées politiques de Benjamin Constant", Annales Be (...)
  • 23 La fonction socio-politique fondamentale qu’attribuent les doctrinaires à la liberté de la presse (...)
  • 24 Dans un de ses discours parlementaires fameux, Royer-Collard se demande de façon rhétorique : "Qu’ (...)
  • 25 François Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif en Europe (1820) Paris, 1851, (...)
  • 26 Pierre Rosanvallon, La démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Pari (...)
  • 27 Pierre Rosanvallon, Le moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, pp. 64-65. Ce fut probablement Necke (...)

314° Le libéralisme post-révolutionnaire du groupe de Coppet doit beaucoup, on le sait, aux leçons de Necker. Quand Madame de Staël et Benjamin Constant abordent notamment le thème de l’opinion, ils reprennent de nombreux propos de Jacques Necker "grandfather of Restoration liberalism"22. Et sur ces thèmes, l’expérience révolutionnaire a beau avoir laissé sa marque (en effet, presque tous les essais politiques du groupe portent de façon obsessionnelle sur la Révolution), les réflexions des libéraux de la Restauration s’inscrivent dans une continuité avec celles des philosophes des dernières décennies de l’Ancien Régime. Pour les doctrinaires français aussi, comme l’a souligné Rosanvallon, la clef du système représentatif moderne ne sera pas tant l’élection ou la représentation que la publicité23. "Le mot « représentation », dit Royard-Collard, est une métaphore, (...) n’est plus qu’une chimère, un mensonge", un malentendu auquel il attribue une part importante de responsabilité dans le déclenchement de la Révolution24. "C’est le mot de représentation qui, mal compris, a brouillé toutes choses" s’exclame, de son côté, Guizot, avant de soutenir que le nouveau "travail de la représentation" à l’époque post-révolutionnaire doit consister essentiellement à "ramener la multitude à l’unité"25. Un processus qui devra s’appuyer surtout sur la publicité, c’est-à-dire sur la mise en marche d’un système de communication continue entre gouvernants et gouvernés, capable d’assurer la souveraineté de la raison, disséminée dans la société. Paradoxalement, la "représentativité" du système appelé "représentatif" résiderait davantage dans ce flux permanent de l’opinion que dans l’élection proprement dite26. Disons que si c’est dans la représentation que réside épisodiquement le corps de la société, c’est indubitablement dans l’opinion, pour les doctrinaires, que réside son âme27.

***

32À la fin de ce très rapide survol, nous constatons que la comparaison des trois cas sommairement examinés – et de leur « épilogue » doctrinaire -offre certaines ressemblances et des différences intéressantes. Ressemblances et différences qui ne doivent pas être expliquées seulement en termes d’influences intellectuelles (on pense simplement, par exemple, aux concomitances entre certaines idées politiques de Necker, Suard, Sieyès ou Constant, entre les auteurs francophones, et Jovellanos ou Campomanes, entre les Espagnols, avec les Lumières écossaises) mais qu’elles doivent aussi être mises en relation avec les cultures politiques respectives et les circonstances historiques particulières de chaque pays.

  • 28 L’idée que chaque membre de la chambre représente l’ensemble de la nation, et non sa circonscripti (...)

33À première vue il y aurait dans les trois cas une utilisation rhétorique semblable du concept d’opinion publique comme instance unitaire arbitrale et propice au consensus. Même rhétorique, sous des formes différentes, aussi bien en Grande-Bretagne qu’en France ou en Espagne, pour affirmer que la représentation est fondamentalement nationale, c’est-à-dire que les députés, loin de représenter leur district ou leur circonscription, doivent veiller aux intérêts généraux de la nation comme un tout28.

34Dans les trois cas l’opinion publique exerce une pression massive dans les périodes particulièrement critiques ou conflictuelles, de désunion nationale grave ou de fracture de l’unité sociale (en France, durant la crise de la monarchie ; en Espagne au temps de la guerre d’Indépendance ; en Angleterre pendant la crise de l’après-guerre).

35Dans les trois cas cet avènement de l’opinion comme force impérieuse aboutit à d’importants changements et remous politiques et institutionnels sur le terrain de la représentation. Certains changements supposent la mise en marche de mécanismes juridico-institutionnels qui, du moins sur le papier, devraient permettre une meilleure intégration de l’opinion publique dans les institutions (En France, avec la convocation des États Généraux et leur transformation en Assemblée Nationale ; en Espagne, avec la convocation des Cortes de Cadix et la Constitution révolutionnaire de 1812 ; au Royaume-Uni, avec la loi de Réforme électorale et parlementaire de 1832).

  • 29 Mais, comme l’a souligné dernièrement Lucien Jaume, le libéralisme français conservera à tout mome (...)

36Quant aux différences, on observe en général plus de similitude entre la France et l’Espagne qu’entre ces deux pays et la Grande-Bretagne. En effet, dans les deux nations continentales voisines prédomine -avec quelques variantes -un débat plus abstrait et un idéal holistique de l’opinion (vision qui trouve sans doute ses racines dans la culture absolutiste / rationaliste pour le cas français, et dans la tradition scolastique pour l’espagnol), idéal centré soit sur le "bien commun", soit sur "la volonté générale". Au contraire en Grande-Bretagne le débat prend tout de suite un tour plus pragmatique et réaliste, qui, - laissant de côté les conceptions mythiques et maximalistes de l’opinion comme un tout monolitique - oscille entre représentation parlementaire et manifestations extra-parlementaires de l’opinion, admet et intègre avec plus de facilité la dissension, la représentation des intérêts et l’expression des opinions particulières. Cette conception est très probablement reliée à la tradition empiriste et utilitaire, ainsi qu’au cadre institutionnel de la société britannique. À la longue ce sera plutôt le modèle britannique qui s’imposera dans tout l’Occident comme modèle libéral de l’opinion et de la représentation (modèle déjà accepté, non sans nuances, par Constant et aussi -en partie - par les doctrinaires français et par les modérés espagnols)29.

  • 30 Cette caractérisation générale, peut-être trop sommaire, est cependant compatible avec le constat (...)

37Il nous paraît également révélateur des différentes cultures politiques de fond que, dans un premier temps, en France on désigne de préférence comme protagoniste de l’opinion publique, les minorités éclairées (les hommes de lettres), en Grande Bretagne les classes moyennes (middle class) et, en Espagne, l’ensemble du peuple. Ou, si l’on préfère, on pourrait parler d’une vision "intellectocratique" pour la France, "mésocratique" pour le Royaume-Uni, et "démocratique" pour l’Espagne30. Cependant cette disparité (on pense, par exemple, à l’exaltation du peuple espagnol ces années-là comme conséquence du rôle déterminant qu’il a joué lors du soulèvement contre les Français en 1808) provenant des cultures respectives et des contextes politiques différents dans chaque pays -évoluera très vite vers une plus grande convergence. Dans la première moitié du xixème siècle - période du libéralisme classique -, cette convergence penche sensiblement vers l’option britannique, qui reconnaît non seulement aux minorités cultivées mais aussi aux propriétaires et aux classes moyennes un rôle politique éminent, tant au plan de l’opinion que de la représentation.

38Destinées à jouer un rôle semblable dans la légitimation du pouvoir politique moderne et à fournir une image unitaire de la société, les idées rivales d’opinion et de représentation, sans cesser de se nuire mutuellement, finirent par se voir obligées de cohabiter et ne tardèrent pas à partager une place identique prédominante dans la nouvelle idéologie libérale, donnant lieu à une étrange bicéphalie, plus "théorique" qu’institutionnelle.

39Enfin, les acteurs politiques rencontrèrent de grandes difficultés à ajuster deux idées -opinion et représentation -qui maintenaient dans les discours une tension permanente entre elles, tout en renvoyant fréquemment l’une à l’autre, ce qui, finalement, donna lieu à beaucoup de tautologies et d’argumentations fallacieuses. Si, au début, on a pu poser le concept d’opinion comme un succédané de la représentation, avec la mise en route des régimes constitutionnels, la confusion fut à son comble. Était-ce la représentation nationale qui incarnait la véritable opinion publique du pays ? Ou était-ce plutôt l’opinion qui, conservant toujours la primauté, devait exercer un droit permanent de contrôle étroit sur les parlementaires ? Presque deux siècles se sont écoulés depuis que ces questions ont été soulevées dans le débat politique, et nous ne disposons toujours pas d’une réponse pleinement satisfaisante. Il y a bien des raisons de penser que la question étant posée en ces termes incompatibles, nous nous heurtons à un dilemme insoluble.

Notes

1 Bien avant que ne soit largement répandu à la fin du xixème siècle et au début du xxème siècle le syntagme government by opinion, on utilisait très fréquemment, presque comme des synonymes, diverses expressions comme régime libéral, système constitutionnel, gouvernement représentatif, régime d'opinion (ou même comme le fait souvent W. Bagehot, government by discussion : Juan Carlos da Silva Ochoa, "Parlamento y opinión pública en el parlamentarismo británico clásico. La obra de Walter Bagehot", in Francesc Pau Vall, coord., Parlamento y opinión pública, Madrid, Tecnos, 1995, pp. 269-279.

2 Principes de la philosophie du droit, Paris, Vrin, 1975, p. 318. n., § 316 add. Il est très significatif que dans cet ouvrage Hegel aborde le thème de l’opinion publique dans la partie même où il traite du pouvoir législatif de l’État (§ 315-317). Pour lui, si l’opinion a bien toujours été une force active, cela lui semble tout particulièrement vrai à son époque.

3 Keith M. Baker, Au tribunal de l'opinion. Essais sur l'imaginaire politique au xviiième siècle, Paris, Payot, 1993, pp. 219-265.

4 Puisque, pour utiliser les termes consacrés par le droit public et la science politique, ces députés étaient porteurs d'un mandat impératif, et non représentatif. Par ailleurs, en faisant provisoirement abstraction de l'évolution historique des concepts d'opinion et de représentation, on pourrait dire que la substitution du vieux mandat impératif par la nouvelle modalité du mandat représentatif (dont l’exemple classique est le célèbre discours de Edmund Burke à ses électeurs de Bristol en 1774) constitue un pas décisif vers l'émancipation de la représentation par rapport à l'opinion. D'autre part, souvenons-nous que, comme l'a souligné Habermas, durant plusieurs siècles l’espace public revêtit un caractère exclusivement représentatif, en ce sens que le modèle médiéval d'une "sphère publique structurée par la représentation" (c’est-à-dire par l’ostentation du statut) avait systématiquement recours à la mise en scène de l'autorité publique par une série de codes, de symboles et rituels représentés publiquement par les grands dignitaires seigneuriaux ou ecclésiastiques devant le peuple spectateur (Jürgen Habermas, Strukturwandel der Offentlichkeit, Neuwied, 1962 ; nouvelle éd. Franfurt del Main, 1995 ; voir pour la version espagnole : Historia y crítica de la opinión pública. La transformación estructural de la vida pública, Barcelone, Gustavo Gili, 1981, pp. 44-45). La diversité des sens associés aux termes d'opinion, public, ou représentation dans cette simple note suffit à marquer la prégnance sémantique à laquelle nous faisions allusion au premier paragraphe.

5 Voici la phrase de Duclos qui aurait pu éventuellement inspirer cette paraphrase : "Les mœurs font à Paris ce que l'esprit du gouvernement fait à Londres ; elles confondent et égalisent dans la société les rangs qui sont distingués et subordonnés dans l'État" (Considérations sur les mœurs de ce siècle, Amsterdam, 1751, pp. 19-20).

6 Dominique-Joseph Garat, Mémoires historiques sur le xviiième siècle et sur M. Suard, Paris, 1829, 2ème éd., vol. 2, p. 94. Ce passage-clef a retenu l'attention de plusieurs historiens: Mona Ozouf, "L'opinion publique" in Keith M. Baker, éd., The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, vol. 1, The Political Culture of the Old Regime, Oxford, Pergamon Press, 1987, p. 429; Keith M. Baker, Au tribunal de l'opinion. Essais sur l'imaginaire politique au xviiième siècle, Paris, Payot, 1993, pp. 263-264 ; Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992, p. 159.

7 Emmanuel Sieyès, Qu'est-ce que le Tiers état ?, éd. critique avec une introduction, par E. Champion, Paris, Société de l'histoire de la Révolution française, 1888, pp. 36-37, 43-44, 54, 90-92. L'idée de représentation de Sieyès s'appuie sur le principe smithien de division du travail. La façon la plus adéquate pour les sociétés modernes de se gouverner serait de faire du gouvernement une activité plus ou moins professionnalisée dans laquelle le peuple, titulaire du pouvoir commettant, autorise et transfère d’en bas la souveraineté effective à ses représentants (Pasquale Pasquino, "Emmanuel Sieyès, Benjamin Constant et le gouvernement des modernes", Revue Française de Science Politique, 37, 2 (1987), pp. 214-228. Ce que Sieyès lui-même appelait dans la décennie de 1770 "gouvernement par procuration" et aussi "gouvernement par commission" sera théorisé à la Révolution par le même auteur comme "gouvernement représentatif" : "Le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants" (discours du 7 septembre 1789, Archives parlementaires, 1ère série, t. VIII, p. 595).

8 Dans un dialogue implicite avec le libéralisme anglais, les physiocrates construisent, dans les décennies qui précèdent la Révolution française, "une théorie de l'opinion publique comme mode de production de l'unanimité", sorte de voie directe vers l'unique politique rationnelle qui aboutirait nécessairement à la "découverte de l'évidence", car, comme le fait remarquer Mona Ozouf, chez les physiocrates "l'opinion [est] l'autre nom de l'évidence" (Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen, Histoire du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992, pp. 155-157 ; Mona Ozouf, "L'opinion publique", art. cit., p. 426). Et la volonté générale populaire unanime selon l’idéal rousseauiste qui, comme on le sait, "ne peut être représentée" ne laisse pas davantage de place à l'expression légitime d'intérêts particuliers (Du Contrat Social, in Œuvres Complètes, Paris, Gallimard-La Pléiade, t. III, p. 286), car pour le Genevois, "comme pour les physiocrates, [la représentation est] synonyme d'intérêts particuliers" (Rosanvallon, op. cit. p. 165). Sur l'idée d'opinion chez Hume et sur son rôle politique, voir Daniel Gordon, "Philosophy, Sociology and Gender in the Enlightenment Conception of Public Opinion", French Historical Studies, 17/4 (1992), pp. 887-889.

9 On attribue généralement à la société britannique du xviiième siècle la création précoce d'un espace public moderne (défini comme lieu de débat et de critique politique entre particuliers) en retraçant à grands traits son évolution à partir de la Glorious Révolution comme un "cas exemplaire" (Habermas, op. cit., p. 94 et suiv.).

10 Rien n’empêche cependant que les premiers théoriciens français de l'opinion publique politique, anglophiles pour la plupart, ne se soient largement inspirés des expériences britanniques concernant le particulier, notamment dans leur éloge quasi unanime de la liberté de la presse (Edouard Tillet, La Constitution anglaise, un modèle politique et institutionnel dans la France des Lumières, Aix-en-Provence, Presses Universitaires d'Aix-Marseille, 2001, pp. 340-350).

11 Dror Wahrman, "Public Opinion, Violence and the Limitis of Constitutional Politics", in Rereading the Constitution. New Narratives in the Political History of England's long Nineteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 88; du même auteur, Imagining the Middle Class. The Political Representation of Class in Britain, c. 1780-1840, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, pp. 190-201 ; J. E. Epstein, Radical Expression : Political Language, Ritual and Symbol in England, 1790-1850, New York, 1994 ; Miles Taylor, "John Bull and the Iconography of Public Opinion in England, c. 1712-1929", Past & Present, 134 (1992), pp. 93-128.

12 En résumé, face à un modèle britannique qui, depuis la Révolution de 1688 (comptant déjà de fait avec une sphère publique politique et des voies institutionnelles pour canaliser cette opinion), évolue lentement au cours du xviiième siècle et au début du xixème du public spirit à la public opinion, la société française des derniers temps de l'Ancien Régime à la Révolution, suit plutôt une trajectoire inverse, passant rapidement de l'opinion publique à l'esprit public (ou comme préfère dire Saint-Just, à la conscience publique). Voir à ce propos John A. W. Gunn, Beyond Liberty and Property. The Process of Self-Recognition in Eighteenth-Century Political Thought, Kingston-Montréal (Canada), McGill-Queen's University Press, 1983, pp. 260-315 et, du même auteur, Queen of the World: Opinion in the Public Life of France from the Renaissance to the Revolution, Oxford, Voltaire Foundation, 1995.

13 Ce n'est qu'avec l'organisation des premiers partis de masses, à la fin du xixème siècle, qu'on pourrait parler d'un certain ajustement entre les deux instances socio-politiques (Bernard Manin, Los principios del gobierno representativo, Madrid, Alianza, 1998, p. 250 et p. 287).

14 Jeremy Bentham avait confiance dans les pouvoirs quasi-thaumaturges d'un Tribunal de l'Opinion Publique infaillible et justicier, mais, à la différence de la tradition française prépondérante du xviiième siècle, cette confiance aveugle se voit compensée par le rôle décisif que jouent les intérêts dans son système de pensée utilitaire. On peut dire que pour Bentham, la représentation (parlementaire) personnifie le principe de confiance, en ce sens que la publicité et l'opinion qui en découle incarneraient plutôt la méfiance nécessaire qui, grâce à une vigilance continue exercée sur les représentants, maintiendrait l'équilibre. (Philip Schofield "La arquitectura del gobierno : publicidad, responsabilidad y democracia representativa en Jeremy Bentham" in Opinión pública y democracia, Grenade, Universidad de Granada, 2000 (Anales de la Cátedra Francisco Suárez, 34), pp. 145-169. Au milieu du siècle, John Stuart Mill se plaindra dans plusieurs de ses ouvrages de la pression excessive que le joug de l'opinion exerce sur les individus dans les systèmes représentatifs modernes, et du risque de despotisme qu'une telle pression comporte : "The modern régime of public opinion is in an unorganised form what the Chinese educational and political systems are in an organised ; and unless individuality shall be able successfully to assert itself againt this yoke, Europe [...] will tend to become another China" (On liberty, 1859, in Collected Works, ed. de J. M. Robson, Toronto, 1977, vol. XVIII, p. 274).

15 Malgré ce que nous indiquions rapidement dans la note 4 (voir aussi infra note 20 in fine) quant à l'émancipation relative de l'opinion des représentants vis-à-vis de celle de leurs représentés, il est certain qu'il serait difficile d'imaginer le passage de la notion ancienne de "représentation absolue" au concept de représentation moderne sans l'articulation et la mise en pratique d'une opinion publique active. En effet si, d'un côté, comme l'expliquera James Madison dans le numéro 10 de The Federalist, l'élection des représentants permet quelque chose comme une épuration ou un affinement de l'opinion, d'autre part ces représentants sont obligés de rendre sans cesse des comptes de leur gestion et de leur travail législatif devant la société qui les a élus, l'opinion s'assurant ainsi -à travers la presse et d'autres moyens d'information et de communication -un contrôle diffus sur ses représentants (Manin, op. cit., pp. 12-13 et 214-215). Aussi peut-on dire que la liberté de la presse vient, dans une certaine mesure, compenser la fin du mandat impératif : "la liberté d'opinion entendue dans sa dimension politique, apparaît [....] comme une contrepartie à l'absence du droit de donner des instructions [aux représentants]" (Manin, op. cit., p. 210).

16 La prolifération des opuscules et publications politiques de toutes sortes dès le printemps 1808 et la nécessité d'apporter une réponse à la très grave crise de la Monarchie espagnole font s'accélérer durant ces années, de façon extraordinaire, le rythme de rénovation du langage politique (voir sur cette question notre travail "El « idioma de la libertad ». « La constitución lingüistica » en los orígenes de la España contemporánea", in La ilusión constitucional : pueblo, patria, nación, Actas del XI Encuentro De la Ilustración al Romanticismo, Universidad de Cádiz, 8-10 de mayo de 2002, sous presse). Dans ce contexte paraissent une avalanche d'articles et de textes divers dans lesquels on invoque "l'opinion publique" et on réclame une véritable "représentation nationale". S'il est avéré que les deux syntagmes sont très utilisés dès la fin du xviiième siècle (dans une lettre adressée à Juan Pablo Forner écrite à Madrid en 1795, Pedro de Estala après avoir constaté que "même les saute-ruisseaux [mozos de esquina] achètent la Gaceta", écrit que dans les tavernes, sur les places, dans les cafés, tout le monde parle de "révolution, convention, représentation nationale, liberté, égalité" ; cit. L. A. Cueto, "Bosquejo histórico crítico", Estudio preliminar a Poetas líricos del siglo xviii", Madrid, Atlas, BAE, tomo XLI, p. ccii. Sur l'usage de "opinion publique" durant ces années lire l'article de Nigel Glendinning, "Cambios en el concepto de la opinión pública a fines del siglo xviii", Nueva Revista de Filología Hispánica, XXXIII/I (1984), pp. 157-164). Il est indéniable que c'est dans ce contexte que les deux expressions font irruption en force dans les discours politiques : Juan Francisco Fuentes y Javier Fernández Sebastián, Historia del periodismo español. Prensa, política y opinión pública en la España contemporánea, Madrid, Síntesis, 1997, pp. 47-52 ; José María Portillo, Revolución de nación. Orígenes de la cultura constitucional en España, 1780-1812, Madrid, BOE-CEPC, 2000, pp. 425 et suiv. Richard Hocquellet, "Des sujets aux citoyens, une analyse des projets électoraux avant les Cortes de Cadix, 1808-1810", Annales historiques de la Révolution française, n 1 (2001), pp. 12 et suiv.

17 Javier Fernández Sebastián, "The Awakening of Public Opinion in Spain. The Rise of a New Power and the Sociogenesis of a Concept" in Opinion, Peter-Eckhard Knabe, ed., Berlin, Berlin Verlag-European Science Foundation, 2000, pp. 45-79.

18 Ignacio Fernández Sarasola, Poder y libertad : Los origenes de la responsabilidad del ejecutivo en España (1808-1823), Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2001, pp. 322 ss.

19 Il s'agit du député Muñoz Torrero, lors de la session du 4-V-1812 : cit. Fernández Sarasola, op. cit. p. 494, n.

20 Si, d'un côté, on insiste sur l'aspect positif de l'opinion en tant qu'appui, guide et source constante d'inspiration pour les membres de l'assemblée, on souligne également souvent la dimension négative de l'opinion publique, "unique contrepoids au pouvoir des Cortes", à laquelle correspond l'exercice d'un contrôle sur le comportement des députés (Claude Morange, "Opinion pública : cara y cruz del concepto en el primer liberalismo español", in Juan Francisco Fuentes y Lluis Roura, eds. Sociabilidad y liberalismo en la España del siglo xix. Homenaje al profesor Alberto Gil Novales, Lérida, Milenio, 2001, p. 127 ; Portillo Valdés, op. cit., p. 439). Le poids des conceptions rousseauistes explique d'ailleurs la grande méfiance d'une partie du premier libéralisme espagnol à l'égard de la représentation. Ainsi, un journaliste demande : "Le peuple se dépouille-t-il par hasard de la Souveraineté pour la remettre exclusivement à ses représentants ? Les délibérations d'un congrès qui s'opposent à la volonté générale des autres citoyens seront-elles valides ? (Correo de Vitoria, núm. 21, 1-III-1814, pp. 164-165. ; cit. in Javier Fernández Sebastián, La génesis del fuerismo. Prensa e ideas políticas en la crisis del Antiguo Régimen (País Vasco, 1750-1840), Madrid, Siglo xxi de España, 1991, pp. 197-198). Dans le camp opposé certains députés défendent jalousement leur indépendance vis-à-vis de l'opinion des électeurs quand il s'agit de questions particulièrement controversées. Une fois élus, les députés représenteraient toute la nation et auraient donc toute légitimité à délibérer et à prendre des décisions de manière autonome. Ainsi, lors du débat capital sur l'abolition de l'Inquisition Antonio de Capmany affirme énergiquement que les députés ne doivent ni se soumettre strictement à la "volonté des provinces" ni à "l'opinion qui y règne", mais qu'ils doivent se montrer de vrais représentants, libres d'œuvrer, et s'il est nécessaire, d’amender les opinions attardées d'un peuple peu éclairé, car, en fin de compte, les députés sont députés "de la nation, et non de telle ou telle province" et les pouvoirs ont été délégués sans restrictions ni réserves, et sans attendre l’opinion ultérieure de ladite province sur un sujet quelconque mis en délibération aux Cortes (discours du 21-01-1813 aux Cortes de Cadix, cit. in Francisco José Fernández de la Cigoña, et Estanislao Cantero Nuñez, Antonio de Capmany (1742-1813). Pensamiento, obra histórica, política y jurídica, Madrid, Fundación Francisco Elias de Tejada y Erasmo Percopo, 1993, pp. 213-215). L’argument développé par Capmany en faveur de l’indépendance d’avis des représentants a une incidence sur la ligne élitiste que la pensée libérale européenne développera ultérieurement au xixème siècle. Ainsi John Stuart Mill, dans son ouvrage fameux Le Gouvernement représentatif (version française, Paris, 1865), chap. XII, traite abondamment ce thème, soulignant que "si le but de la représentation est d’obtenir des députés intellectuellement plus capables que la moyenne des électeurs, il est normal qu’un député soit parfois d’une opinion différente de celle professée par la majorité de ses commettants" (cit. pour la traduction française de P. Rosanvallon dans La démocratie inachevée, op. cit., p. 236).

21 J. Fernández Sebastián, « The Awakening of Public Opinion in Spain », art. cit., pp. 74-76. Cfr. du même auteur, l’entrée "Opinion publique" dans le Diccionario político y social del siglo xix español, Javier Fernández Sebastián et Juan Francisco Fuentes, dir., Madrid, Alianza, 2002, pp. 477-486. Bien que les rédacteurs de El Censor ne donnent pas leurs sources sur ce point, leur théorie sophistiquée de la dynamique socio-intellectuelle de l’opinion publique s’inspire directement de Roederer (Alberto Lista, "Sobre la mayoría de la opinión y el modo en que se forma", El Censor, num. 91, t. XVI, 27-IV-1822 ; "De la majorité nationale, de la manière dont elle se forme, et des moyens auxquels on peut la reconnaître, ou Théorie de l’opinion publique" in Œuvres du comte P.L. Rœderer (…) publiées par son fils, le baron A. M. Rœderer, Paris, 1853-1859, t. VI, pp. 376-382. « Pour peu qu’on réfléchisse à la nature du gouvernement représentatif, on verra que son unique ressort est l’opinion publique : c’est elle qui lui donne vie et énergie, elle qui dirige son action et détermine son influence » ("De la opinión y de los medios de dirigirla", El Constitucional, núm. 462, 13-VIII-1820, chez Morange, "Opinión pública", art. cit., p. 140). Claude Morange lui-même signalait clairement dans un travail précédent les différences fondamentales entre les libéraux modérés et extrémistes quant aux moyens légitimes de manifestation de l’opinion publique ("Teoría y práctica de la libertad de prensa durante et trienio constitucional : el caso de El Censor (1820-1822)", in La prensa en la Revolución liberal, Madrid, Edit. Universidad Complutense, 1983, pp. 203-219 et plus particulièrement pp. 214-219). Les modérés espagnols – suivant les traces des doctrinaires français – mettent l’accent sur la publicité, surtout quand il s’agit d’élection en tant qu’essence du gouvernement représentatif, ainsi que sur l’importance de la contribution des sages et des écrivains publics pour clarifier les problèmes abordés par le gouvernement (Morange, "Opinión publíca", art. cit. pp. 142-143). Pour ce secteur conservateur du libéralisme, en grande partie héritier de l’esprit des Lumières, dans le nouveau régime, l’opinion et la participation politiques doivent s’exprimer presque uniquement à travers deux voies complémentaires : la presse et les Cortes. Le principe de représentation, insistent-ils à différentes reprises, a remplacé dans les sociétés modernes les formes obsolètes de démocratie directe des anciens ; cela dit, "dans le régime représentatif (…) l’exercice de la souveraineté ne réside pas dans la nation, mais dans les individus auxquels la nation l’a délégué". ("De la autoridad del pueblo en el sistema constitucional", El Censor, num. 10, 7-X-1820, p. 269). Le système représentatif serait donc une sorte "d’aristocratie élective" ou "démocratie fictive" qui, grâce à un heureux mélange d’opinion et de représentation, parviendrait à "l’édification de la liberté européenne", car "représenter la volonté générale, impliquer la souveraineté, qui réside tout entière dans la formation de la loi, affiner constamment l’opinion publique chez les magistrats élus selon des formes déterminées, est une fiction politique d’invention moderne" ("Origen, progresos y estado actual del sistema representativo en las naciones europeas", El Censor, num. 1, 5-VIII-1820, pp. 37-39). Face à ce courant, les extrémistes soutiennent avec ardeur qu’il revient aux sociétés patriotiques (sortes d’assemblées ou clubs révolutionnaires, siège fréquent de débats véhéments d’où émergent parfois des mouvements tumultueux), de jouer un rôle décisif dans le renforcement de l’esprit public des citoyens (Alberto Gil Novales, Las Sociedades Patrióticas (1820-1823). Las libertades de expresión y de reunión en el origen de los partidos políticos, Madrid, Tecnos, 1975, 2 vols.) Pour les modérés, au contraire, ces sociétés prétendent usurper l’expression légitime de l’opinion et de la représentation, et constituent par conséquent un défi aux vrais porte-paroles autorisés des deux instances.

22 Henri Grange, "De l’influence de Necker sur les idées politiques de Benjamin Constant", Annales Benjamin Constant, 2 (1992), p. 79. Jean-Denis Bredin, "Necker et l’opinion publique", in Lucien Jaume, éd., Coppet, creuset de l’esprit libéral, Paris, Economica–Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2000, pp. 25-40. La filiation de l’œuvre politique de Madame de Staël et de Benjamin Constant avec la pensée de Jacques Necker est évidente sur de nombreux points. Constant rejoint Necker pour penser que, avant la Révolution, l’opinion aurait joué en France un rôle substitutif face à une représentation inexistante et problématique. Cependant, une fois les institutions représentatives mises en place, on pourrait assister à une double obstruction par le parlement et l’opinion de cette même volonté générale qu’ils sont supposés incarner (Biencamaria Fontana, "Publicity and the "ResPublica" : the Concept of Public Opinion in Benjamin Constant’s Writings" in Annales Benjamin Constant, 12, 1991, pp. 53-63). Voir aussi, le travail éclairant de Pierre Rosanvallon, sur les positions de Constant et des doctrinaires à ce sujet, notamment l’influence de Necker et des physiocrates sur le libéralisme post-révolutionnaire, "Les doctrinaires et la question du gouvernement représentatif" in François Furet et Mona Ozouf, édit., The French Revolución and the Creation of Modern Political Culture, vol. III, Oxford, Pergamon Press, 1989, pp. 411-431, ainsi que Lucien Jaume, L’individu effacé ou le paradoxe du libéralisme français, Paris, Fayard, 1997, p. 63 et suiv., p. 167.

23 La fonction socio-politique fondamentale qu’attribuent les doctrinaires à la liberté de la presse doit se comprendre précisément en ce sens : « C’est en circulant, en se frottant les unes aux autres, que les opinions, forme spontanée de la raison, expression du bon sens commun, s’élèvent pour accéder à la raison réfléchie. La liberté de la presse joue ainsi le rôle d’un catalyseur de l’unification intellectuelle de la société permettant à un pouvoir social omniprésent et délocalisé à la fois de se constituer » (Rosanvallon, art. cit., p. 427). Ces idées ne manquent pas non plus d’antécédents significatifs au xviiième siècle. Morellet, par exemple, considérait déjà vers 1775 que la liberté de la presse jouait un rôle essentiel dans la production sociale des connaissances au service des gouvernants, puisque la vérité surgit du contraste civilisé entre les opinions, de l’échange des écrits et des imprimés, et de la conversation (André Morellet, Réflexions sur les avantages de la liberté d’écrire et d’imprimer sur les matières de l’administration… Londres [Paris : chez les frères Estienne], 1775, pp. 18-26 ; voir les commentaires de Daniel Gordon sur cet opuscule, dans son article « Public Opinion and the Civilizing Process in France : The Example of Morellet », in Eighteenth Century Studies, 22 (1988), pp. 314-315.

24 Dans un de ses discours parlementaires fameux, Royer-Collard se demande de façon rhétorique : "Qu’est-ce que représenter une nation ? Comment une nation peut-elle être représentée ?" pour affirmer tout de suite après le caractère métaphorique de la représentation dans les termes que nous venons de citer, ce qui l’amène à s’interroger sur la justesse même de l’expression "gouvernement représentatif". "Il est faux, en principe, et impossible dans le fait, que l’opinion de la Chambre soit toujours et nécessairement l’opinion de la nation", car "au fond, Messieurs, l’opinion d’une nation ne doit être cherchée et ne se rencontre avec certitude que dans ses véritables intérêts (…). Les intérêts sont un gage bien plus sûr de l’opinion que l’opinion ne peut l’être des intérêts" (Moniteur, 27-11-1816, pp. 10-14).

25 François Guizot, Histoire des origines du gouvernement représentatif en Europe (1820) Paris, 1851, t. 1, p. 94, cit. Pierre Rosanvallon, Le moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, p. 56.

26 Pierre Rosanvallon, La démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, 2000, pp. 102-108. De fait, pour les doctrinaires, la publicité – c’est-à-dire le flux permanent de communication entre gouvernement et société – éclipse la représentativité émanant de façon intermittente des élections périodiques. Dans un opuscule publié en France en 1818, sous le feu des débats sur la liberté de la presse, Guizot affirme : "Ce qui caractérise les institutions que la France possède et où l’Europe aspire, ce n’est pas l’élection, ce n’est pas la délibération, c’est la publicité" (Des garanties légales de la presse, 1818, cit. Rosanvallon, La démocratie inachevée, op. cit., p. 106 ; Morange "Opinión pública", art. cit., pp. 142-143). Une telle relégation du concept de représentation derrière celui d’opinion – dont il est inutile de souligner la similitude avec l’approche de Necker – trouve sa formulation la plus achevée dans les spéculations des doctrinaires sur la souveraineté de la raison et des classes instruites car, comme l’écrit Guizot lui-même en 1826, le système représentatif permet « de recueillir, de concentrer toute la raison qui existe éparse dans la société » (Rosanvallon, "Les Doctrinaires", art. cit., p. 424). L’action politique ininterrompue de l’opinion publique aboutirait ainsi à une sorte de représentation continue et dynamique de la société, si bien que l’assemblée représentative élue ne serait pas forcément un état provisoire de l’opinion (disons, en passant, que nombre de débats et de spéculations actuels sur ladite "démocratie du public" et la "démocratie d’opinion" présentent plus d’un point de ressemblance avec ces approches des doctrinaires : Pierre Rosanvallon, Le peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, Gallimard, 1998, p. 342).

27 Pierre Rosanvallon, Le moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, pp. 64-65. Ce fut probablement Necker qui, le premier, compara l’opinion publique à une sorte d’"esprit de la société", résultat de la communication incessante entre ses membres (Jacques Necker, Œuvres complètes, Mme de Staël, édit. Paris, 1820, t. IV, pp. 47 et 50-51).

28 L’idée que chaque membre de la chambre représente l’ensemble de la nation, et non sa circonscription électorale, est commune aux trois espaces ; Edmond Burke en 1774, Emmanuel Sieyès en 1789, ou Antonio Capmany en 1813 – parmi bien d’autres – soutiennent avec une même conviction ce principe.

29 Mais, comme l’a souligné dernièrement Lucien Jaume, le libéralisme français conservera à tout moment une touche beaucoup plus étatiste que son homologue britannique (L’individu effacé, op. cit.) si bien que le libéralisme espagnol, fortement centré sur la nation et inscrit dans un contexte culturel catholique, ne parviendra pas à développer pleinement au cours du siècle une culture politique basée sur les droits de l’individu (Javier Fernández Sebastián et Juan Francisco Fuentes, dirs., Diccionario político y social del siglo xix español, Madrid, Alianza, 2002, articles « droits », « État », « individualisme », « libéralisme » et « nation »). Pour une vision générale du problème dans son contexte européen, voir Maurizio Fioravanti, Los derechos fundamentales. Apuntes de historia de las constituciones, Madrid, Trotta, 1996, chap. 3.

30 Cette caractérisation générale, peut-être trop sommaire, est cependant compatible avec le constat que dans les trois pays, on a des opinions très différentes là-dessus. En Espagne, par exemple, bien qu’une majorité obéissant à la vieille tradition scolastique, renforcée par la mythification du pueblo heroico du printemps 1808, mette l’accent sur l’idée que le protagoniste c’est le peuple, la presse et les brochures politiques ne cessent de manifester certaines positions dissidentes. Ainsi la minorité dite des « afrancesados », avec Alberto Lista comme chef de file, accorde une importance particulière, dans la ligne des encyclopédistes et idéologues, à l’initiative des escritores et des sabios, si bien que les publicistes appartenant au courant anglophile, auquel se rallieront très rapidement les doctrinaires, attribuent aux clases medias un rôle prépondérant dans la dynamique politique (tant en ce qui concerne l’opinion que la représentation).

Auteur

Universidad del País Vasco. Bilbao (Espagne)

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540