Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le concept de représentation dans la pensée politique

La représentation au milieu du gué

De la nécessité de la représentation chez Hobbes

Nicole Dockès

Texte intégral

  • 1 Citons parmi une littérature abondante : Raymond Polin, Politique et Philosophie chez Thomas Hobbe (...)

1Le beau sujet de ce XVème colloque impose de revenir aux sources de la représentation, c'est-à-dire au Léviathan dont elle constitue un thème central, novateur et complexe, retravaillé dans de récents travaux1.

  • 2 Cette gravure qui orne les éditions du Léviathan datées de 1651 (voir infra n. 9) se retrouve un p (...)
  • 3 Dans un compte-rendu célèbre du livre de Joseph Vialatoux (La cité de Hobbes. Théorie de l'État to (...)

2Tout le monde connaît l'image du Léviathan dans le frontispice si évocateur de Wenceslas Hollar, le souverain apparaît avec un torse et des bras composés par un nombre infini de sujets, brandissant un glaive d'une main et une crosse épiscopale de l'autre, réunissant toutes les prérogatives du pouvoir entre ses mains2. Tout de suite, avec ce dessin, apparaît la double signification de la représentation chez Hobbes, à la fois allégorie mise en scène et système juridico-politique qui concilie individu et Respublica. Cette conciliation fut l'objet de controverse ; certains lecteurs accusèrent Hobbes d'avoir fait surgir de l'individualisme un pouvoir totalitaire ; le colosse né de la volonté des particuliers serait capable de se transformer en un ogre qui les dévorerait3.

  • 4 The Elements of Law ont circulé en manuscrit dès 1640, peu avant le départ de Hobbes pour la Franc (...)
  • 5 De Cive, Paris, 1642 ; 2e éd. latine augmentée, Amsterdam, Elzevir, 1647. La traduction française (...)
  • 6 La différence entre monarchie, aristocratie et démocratie "ne réside pas dans une différence de po (...)
  • 7 Voir C. Po., le titre ; D.Ci., préf. p. 67 et 71 ; Lév., intr. p. 5-6. Sur les différents gouverne (...)

3Ce débat qui s'éternise souligne, s'il en était besoin, la permanence des questions abordées dans le Léviathan. On sait que la réflexion politique de Thomas Hobbes, à partir des Elements of Law, ou plus précisément du Corps politique (1640-50)4, se précisa dans le De Cive (1642-9)5, pour trouver son expression la plus aboutie dans le Léviathan (1651). Dans les premiers ouvrages, sont étudiés les trois sortes de gouvernement, leurs avantages et leurs inconvénients, et Hobbes essaie de trouver un système qui concilie la souveraineté, puissance suprême et nécessaire avec l'existence dans un premier temps, quelle que soit la forme du gouvernement futur qui sera établi, d'une démocratie primitive. Dans le Léviathan, le point de vue a changé ; la forme de la république comme celle de sa naissance sont secondaires ; elle peut être instituée par la multitude ou acquise par la force par un souverain ; ce dernier peut être un homme ou une assemblée plus ou moins nombreuse, le sujet central est l'État en général et comment justifier la plénitude de la souveraineté6. Le but de l'œuvre politique de Hobbes d'abord défini dans le Corps politique comme une réflexion sur la loi, puis dans De Cive comme la recherche "du droit de l'État et du devoir des sujets" considérés en tant qu'hommes, citoyens et chrétiens devient l'étude de "ce grand LÉVIATHAN qu'on appelle RÉPUBLIQUE ou ÉTAT", de sa naissance, et des "droits" et du "juste pouvoir (ou autorité) du souverain"7. Le chef d'œuvre de Thomas Hobbes est né d’une réflexion politique développée à l’époque d’une grave crise du pouvoir en Angleterre, pendant un exil volontaire en France, où la situation politique n'est guère meilleure -on est en pleine Fronde- mais où il trouve des amis et un éloignement plus propice à l'écriture. Il est évident qu'en faire un ouvrage de circonstances serait en nier la portée. La rigueur de la démonstration force l'admiration. Séduits, ses nombreux commentateurs ne peuvent s'empêcher de le citer longuement ; comment exprimer de manière plus limpide cette pensée ? La méthode suivie, le mos geometricus, où chaque passage arrive comme la conséquence de ce qui précède et annonce la suite, donne à l'ouvrage une grande cohérence. L'homme, puis le corps politique qu'il constitue, sont compris comme des mécanismes composés d'éléments par un assemblage décrit progressivement, pièce à pièce. Peu à peu, le lecteur voit s'élaborer une mécanique artificielle, le Commonwealth ou État, que Hobbes baptise Léviathan, du nom d'un monstre du Livre de Job, auquel personne ne peut résister, qui détient la plus grande force qui soit, véritable dieu mortel qui apporte la paix et la sécurité (le Dieu immortel n'intervient pas).

  • 8 Outre la célèbre controverse avec Bramhall, on peut lire Edward Hyde, comte de Clarendon, Brief Vi (...)
  • 9 On les distingue selon les motifs de la page de titre : Head, Bear, 25-Ornaments- ; la version pri (...)

4L’ouvrage connut tout de suite la notoriété et plusieurs éditions en anglais se succédèrent. Toutes sont datées de 1651, année de sa parution, et portent Londres comme lieu d’impression. Comme le livre a été rapidement suspecté de matérialisme athée, attaqué à l’époque de Cromwell comme sous la Restauration8, les éditions postérieures n’ont pas voulu s’avouer rééditions et ont continué d’indiquer 1651 et Londres comme date et lieu de fabrication. Les petites dissemblances s'expliquent aisément et les éditions savantes contemporaines fournissent en général une version où sont corrigées les erreurs typographiques et autres9. Des questions plus nombreuses et plus discutées viennent de l'existence d'éditions latines parues longtemps après.

  • 10 Opera philosophica quae latine scripsit, Amsterdam, Jean Blaeu, 1668, 2 t. Le Leviathan en latin s (...)
  • 11 F. Tricaud, op.cit., p. XX et sq., p. XXIX.
  • 12 Souvent sans explication, voir par exemple G. Mairet qui la rejette en trois mots sans la discuter (...)
  • 13 Beaucoup de commentateurs se sont appuyés sur la première édition latine de 1668 reprise dans l'éd (...)
  • 14 Facile à trouver dans une version Head petit format de 1651, publiée en livre de poche à partir de (...)

5Une traduction latine, parue pour la première fois en 166810, contient plusieurs variantes et un appendice final dans lequel Hobbes réfute certaines critiques adressées au Léviathan dans le domaine religieux. On a beaucoup discuté pour savoir quelle valeur donner aux différences qui touchent parfois le fond entre texte latin et texte anglais. L’appendice se justifie par lui-même, Hobbes a beaucoup écrit dans les dernières années de sa vie pour défendre son œuvre et sa pensée. Parce qu'il présente de nombreuses différences, dans le corps même de l’ouvrage, avec les classiques éditions anglaises, la portée de ce texte préparé pour une édition des principales œuvres de Hobbes en latin est une réelle interrogation. Faut-il penser que la version latine, dernière forme publiée du Léviathan, serait plus achevée que l’édition anglaise de 1651 ? Hors de toute controverse, on doit souligner que les conditions du travail de traduction ne furent pas idéales. Poussé par son éditeur qui préparait une publication de ses œuvres philosophiques en latin, par crainte d'en voir confier la traduction à une tierce personne comme on le lui proposa par lettre, Hobbes se sentit contraint de fournir lui-même une version latine de son œuvre majeure. Âgé -il avait alors presque 80 ans-, il utilisa les services d’un secrétaire non latiniste. Le texte latin est parfois plus rapide, souvent il ne semble pas enrichir la démonstration rigoureuse du texte anglais. On a beaucoup glosé sur cette version latine tardive. Dès 1932, Z. Lubienski suggéra qu’une partie du texte latin avait été rédigée avant la version anglaise qui sur certains endroits fondamentaux serait plus précise. Cette hypothèse de travail reprise par F.C. Hood en 1964, et développée par François Tricaud en 197111 présente des arguments convaincants mais n’a pu jusqu’ici apporter de preuve matérielle ; aussi est-elle parfois rejetée12. La controverse est ardue et il n’est pas question ici de la trancher. Travail tardif de commande, avec un caractère dérivé, voire secondaire par rapport à l’œuvre anglaise, la version latine reste grevée d’incertitudes sur sa datation complète. Mais elle ne peut être négligée, elle permet de mieux comprendre le vocabulaire utilisé dans la version anglaise ; et certaines phrases critiquées dans la controverse théologique qui entoura le Léviathan semblent avoir été reformulées par Hobbes volontairement. On ne peut en conclure qu’il a pris ce soin pour l’ensemble du texte, car à d’autres endroits, la comparaison n'est pas aussi favorable à l'édition latine13. Que ce soit à cause de son antériorité ou à cause des mauvaises conditions de travail en 1668, la version latine est inégale ; elle s'avère parfois inférieure, parfois éclairante. Le texte anglais, le plus lu, le plus commenté, le plus réédité, demeure le texte de base pour comprendre le système de Hobbes14.

  • 15 La traduction de François Tricaud repose sur une version anglaise un peu ancienne qui combine diff (...)

6Enfin, la traduction française de François Tricaud, parue en 1970, complète les textes de référence sur le Léviathan. Auparavant, aucune traduction française intégrale n'en existait. Contrairement au Corps politique et au De Cive, le Léviathan ne fut pas traduit par Samuel Sorbière, ami, éditeur scientifique et un peu secrétaire de Hobbes pendant le long séjour de ce dernier en France. Riche de nombreux commentaires, le travail de François Tricaud a le grand avantage de se reporter aux versions anglaises et latine, aussi souvent que nécessaire15. Or on sait l'importance qu'accorde Hobbes au vocabulaire ; pour ne pas le trahir il faut s'attacher aux mots employés dans les langues qu'il a utilisées. La comparaison entre les termes anglais et les termes latins est indispensable et fort éclairante.

7La démonstration du Léviathan innove et résout certaines ambiguïtés des œuvres précédentes par l'utilisation de la théorie de la représentation, support de la puissance suprême du souverain ; elle ouvre la science politique sur la modernité. Avec cette fiction, le raisonnement acquiert une cohérence qu'il n'avait encore atteint ni dans le Corps politique, ni dans le De Cive. Ce qui pouvait apparaître comme paradoxal dans les exposés antérieurs est transformé par la logique de la représentation. Pour bien comprendre ce miracle de la création d'une personne fictive unitaire au pouvoir sans limite, il faut d'abord analyser les problèmes que pose la génération de ce Commonwealth, artifice construit par la volonté humaine dans un environnement peu consensuel.

I. LA GÉNÉRATION PARADOXALE DU LÉVIATHAN

  • 16 Lév., XIV, p. 128 ; le chap XXI est consacré à la liberté des sujets ; mais il est bien indiqué "Q (...)

8Tout semble paradoxal dans la génération de la société civile que décrit Hobbes. Abandonnant l'idée d'une société naturelle, qui s'appuierait sur l'histoire, il démontre que l'homme, objet de son observation, n'est pas un animal social. Aucune société n'est naturelle Toute société civile n'est qu'une construction volontariste. L'homme possède un droit naturel inaliénable d'user de son pouvoir pour sa propre conservation, d'une liberté qui est l'un de ses attributs essentiels16 mais rencontre des obstacles : les droits et les libertés de ses semblables. La situation est doublement paradoxale : la raison et le désir de paix conduisent à une soumission, consentie singulièrement dans un état de non droit où les accords ne semblent en rien garantis ; la reconnaissance de la prééminence de l'individu s'accompagne de la découverte de la nécessité de limiter cette liberté qui est infinie dans l'état de nature.

Le paradoxe de la nature humaine

9La logique de Hobbes, on le sait, est le reflet d'une pensée mécaniste. La République, société organisée, n'est pas naturelle ; elle est au contraire considérée comme une création volontariste, une machine artificielle, la plus puissante qui soit. Pour être comprise dans sa naissance et son fonctionnement, elle est observée avec la précision d'un horloger qui se penche sur une montre, commence par l'analyse des différent éléments pour mieux opérer la synthèse du mécanisme du mouvement. Hobbes en découvre les moindres parties, afin d'expliquer leur nécessaire agencement, et, à partir d'éléments divers, composer une unité rationnelle, un mécanisme autonome. Aussi l'homme qui en est doublement la cause car il est à la fois l'élément qui la compose et l'artisan qui la crée est-il le rouage essentiel du Léviathan. Afin de découvrir ce qui l'a conduit à vivre dans une société organisée, Hobbes l'observe en dehors de la société civile, dans ce qu'il décide d'appeler état de nature.

  • 17 Lév., intr., p. 6.
  • 18 Même si les objets des passions ("choses désirées, craintes, espérées") ne sont pas identiques, (...)
  • 19 Lév., V, p. 37-9 ; Lév., X, p. 81.
  • 20 Lév., XIII, p. 121-2.

10Avec un esprit le plus scientifique possible, il estime que la meilleure façon d'appréhender l'homme est de se connaître soi-même : "Nosce teipsum"17. Il préfère lire en lui-même que de se perdre dans des lecture théoriques et permettre ainsi à chacun de retrouver en eux la vérité de sa démonstration. Ainsi, part-il de la matière de base, l'individu, machine animée dont le mouvement n'est pas naturel, mais rationnel, déduit des passions, des désirs, des craintes, des espérances qui se trouvent également en tous les hommes18. Dans l'état de nature, chacun a le droit de faire ce qu'il veut pour satisfaire ses désirs et notamment assurer sa propre conservation. Pour cela il a un droit naturel sur toute chose qui risque de se heurter au droit d'autrui. Parce que l'homme est un être de raison qui se projette dans l'avenir19, il craint de se heurter au droit égal d'autrui sur toute chose et cherche à augmenter sa puissance pour mieux s'imposer et le neutraliser. Le conflit naît du fait que dans l'état de nature tous les hommes sont égaux20. Chacun pose son droit comme un absolu auquel s'oppose l'absolu du droit d'autrui. Le droit naturel qu'il a sur toute chose comme le droit qu'il a d'utiliser tous les moyens pour se défendre portent en eux-mêmes leur propre perte. Dans l'état de nature, la guerre de tous contre tous est sans issue, car ses causes sont permanentes.

  • 21 D.Ci. I, 16, p. 100 ; II, 1 et sq., p. 102 et sq. Lév. XIV, p. 128-9. Soulignons la grande différe (...)
  • 22 Albert O. Hirschman, Les passions et les intérêts (1980), P.U.F./Quadrige, 2001, p. 19.
  • 23 Du corps po.I, 3, p. 2-3 ; D.Ci., III, 27, p. 125 ; Lév., XIII, p. 122-3, XV, p. 158.

11Ainsi apparaît la compréhension de ce que Hobbes appelle les lois de nature, lois rationnelles, résultat du calcul et d'une recherche d'efficacité dans le futur ; il est normal de désirer la paix ; pour ce faire, il est normal, de renoncer à ses droits dans la mesure où l'on a la certitude que les autres en feront autant21. Là gît le problème, il ne faut pas se tromper ; pour Hobbes, dans l'état de nature, ces lois peuvent être perçues, mais elles ne seront pas respectées et ne deviendront pas règles obligatoires ; ce sont des lois individuelles qui n'ont de validité qu'au for interne tant qu'elles ne sont sanctionnées par aucune autorité extérieure. Faute de coercition, elles ne contraignent pas et aucun individu ne pourra les respecter ; s'il est seul à le tenter, il comprendra vite qu'il se met en danger. Hobbes, penseur rationaliste, insiste sur l'influence des passions, non seulement au sens classique de causes premières de l'acte volontaire, mais aussi au sens nouveau de passions qui emportent au-delà du rationnel22. Chacun connaît ses propres lacunes et celles d'autrui. La méfiance est mutuelle ; même si l'homme se voulait modéré, il ne le pourrait pas, faute d'en espérer autant de ses semblables23. Dans l'état de nature, la situation est tellement insupportable que l'homme est amené à en sortir. Mû par son inquiétude de l'avenir, sous l'effet de la nécessité, pour échapper à la peur, il accepte une contrainte qui réduira la liberté des autres et la sienne propre. Ici se trouve l'un des paradoxes de la condition humaine. Afin d'avoir un espoir de satisfaire ses passions et ses désirs, l'homme doit accepter de les limiter, de se soumettre et de perdre sa liberté infinie. Il n'a qu'une solution, instituer une république et confier sa sécurité au pouvoir le plus protecteur possible, c'est-à-dire le plus fort possible. C'est par un consentement mutuel qu'ils entrent en société civile ; le consentement en est le fait générateur mais en est aussi une constante sans laquelle elle ne pourrait se maintenir.

Un consentement paradoxal

  • 24 C. Po., I, II et III, p. 8 et sq. D.Ci., II, p. 100 et sq. Lév., XIV, p. 132 et sq.

12Hobbes, théoricien du contrat qui dès ses premiers écrits s'interroge sur la validité des conventions24 et qui appuie la création du Léviathan sur un pacte social ne croit pas à la force du consentement seul. Il ne compte que sur la puissance de l'État et la coercition pour l'exécution des obligations. En outre, il estime qu'un consentement donné dans une situation de violence est tout aussi valide et créateur qu'un autre et son pacte social n'a de réalité que par l'existence d'un système de contrainte.

  • 25 D.Ci.,, II, 11 p. 106-7 ; Lév., XV, p. 158. Voir l'idée que l'homme ne peut tenter seul de respect (...)
  • 26 Lév., XIV, p. 131 et 136.

13On pourrait imaginer que chacun passe avec chacun un pacte de non agression et que cette multiplicité de pactes suffise pour établir la paix ; en fait dans l'état de nature, aucun pacte, aucune convention n'a de force obligatoire. Chacun hésitera à respecter son engagement sachant que l'autre risque de ne pas exécuter le sien. Quelqu'un qui serait seul à tenir ses promesses serait vite ruiné, voire éliminé25. Parce que l'homme est un être de calcul, parce qu'il se projette dans l'avenir, il anticipe la réaction d'autrui, la mauvaise volonté du cocontractant, d'autant plus qu'il sait que celui-ci se livre à la même anticipation. La méfiance réciproque enlève toute fiabilité à l'engagement. Selon Hobbes, une obligation ne tient pas sa force des paroles "car rien ne vole en éclats plus facilement que les paroles d'un homme mais de la crainte de subir quelque conséquence fâcheuse au cas où on les romprait"26. Aussi quand chacun a compris où est son intérêt véritable, que le meilleur moyen de garantir son avenir et sa sécurité future se trouve dans la création d'une autorité, détentrice du pouvoir le plus fort possible, seule capable d'imposer le respect des conventions par la crainte, et s'il le faut par la force, par la contrainte, il consent à se soumettre à cette autorité. Mais il ne consent que dans la mesure où chacun en fait autant, il accepte de renoncer à son droit que si chacun renonce aussi. Dans l'état de nature chaque individu a le droit de faire tout ce qu'il veut pour se protéger ; dans la société civile, à partir du moment où il a consenti à obéir, chacun doit soumission complète. Il faut souligner que, dans la démonstration de Hobbes, cette obéissance est légitimée par le consentement. La raison a permis de comprendre la nécessité d'un pacte, mais l'homme doit l'instaurer par un acte volontaire.

  • 27 D.Ci.,, VI, 20, p. 65;. "Ego jus meum transfero in hunc, ut tu tuum transferas in eumdem", O. L. p (...)
  • 28 Sur les droits des souverains d'institution, Lév., chap XVIII.
  • 29 Lév., XVIII, p. 179. Voir le contenu de cette convention. infra n. 58.

14C'est entre égaux que les individus contractent. Dans le Léviathan, chacun passe un contrat avec chacun pour dire qu'il renonce à son droit et le transfère au souverain, personne unique ou assemblée, à condition que chacun en fasse autant. Chacun donne son consentement et accepte de se dessaisir, dans la mesure où les autres consentent aussi27. Hobbes parle alors de république d'institution28. "On dit qu'une République est instituée, lorsqu'un grand nombre d'hommes réalisent un accord et passent une convention (chacun avec chacun)... cette convention est destinée à leur permettre de vivre paisiblement entre eux et d'être protégés"29. Primordial dans l'institution de la république, la volonté est même une nécessité permanente, une force créatrice en perpétuel renouvellement sans laquelle l'État ne se maintiendrait pas. Il suffirait qu'un des cocontractants sorte de l'unité ainsi constituée pour qu'il retombe dans le chaos ; mais chacun en a suffisamment peur pour maintenir son adhésion.

  • 30 Sur le sens de conquête qu'il faut donner à acquisition., Lév., XX, n.2 p. 207.
  • 31 Lév., XX, p. 210-1 ; XVII, p. 173.
  • 32 Lév., XX, p. 212.

15Intéressante est la situation de la seconde forme de république, la république d'acquisition, celle qui se construit sur un droit de conquête ou un droit patrimonial. Dans "république d'acquisition", le terme acquisition est ambigu, il faut le comprendre comme une domination, une acquisition par la force ou la conquête30. Mais pour Hobbes, il n'y a guère de différence de nature entre le pouvoir du souverain dans une république d'institution et celui d'une république d'acquisition. Le premier est institué par la crainte qu'éprouve chacun à l'égard de chacun ; le second par la crainte que chacun éprouve à l'égard du conquérant (domination dite despotique) ou éventuellement du chef de famille (domination dite paternelle ou patrimoniale) ; de toute façon, pour Hobbes, dans ce cas aussi la soumission vient d'un consentement parce que le vaincu ou l'enfant accepte d'obéir à celui qui préserve sa vie. Le souci de pourvoir à sa propre préservation demeure "la fin en vue de laquelle on s'assujettit à autrui"31. Ce ne sont ni la force, ni la victoire, ni la génération quand on est parent qui donnent le pouvoir sur autrui et le droit d'être obéi. C'est le consentement de celui qui tient à sauver sa vie, à être protégé. L'obéissance est voulue, elle repose ici encore sur un consentement. En revanche, le prisonnier ou l'esclave qui n'ont ni sécurité, ni protection, demeurent ou retombent dans l'état de nature et récupèrent alors leurs droits dans leur intégralité : ils ont le droit de s'enfuir, de tuer ceux qui les détiennent, etc.32.

  • 33 Lév., XX, p. 208. Voir aussi C. Po. I, II, 13, p. 15 ; Lév., XIV p. 138-9, etc.

16Hobbes en profite pour rappeler que la convention par laquelle est instituée la république qui est passée sous l'influence de la crainte ou de la violence est parfaitement valable puisqu'elle n'est pas contraire aux lois. Toute promesse licite est valable ; même dans l'état de nature, les contrats passés sous l'effet de la crainte sont recevables parce qu'ils représentent parfois le seul moyen de conserver la vie sauve. La validité du consentement ne s'estime que par rapport à la licéité de l'objet33.Cette obstination à répéter cette validité se comprend aisément. Hobbes ne voudrait pas que, dans l'état de nature, la violence et la crainte puissent être considérées comme des contraintes imposées à la volonté suffisamment fortes pour justifier une action, une exception ou une in integrum restitutio, encore moins qu'elles soient assimilées à des vices du consentement. En effet, elles ne peuvent être des violations du droit puisque celui-ci n'existe pas tant que l'État n'est pas institué. En outre, dans une conception utilitariste, tout pacte destiné à sa propre protection a un but licite et n'est pas contraire à son propre intérêt. L'argument quod metus causa est écarté.

  • 34 Avant Hobbes, beaucoup s'étaient contentés d'affirmer que pour qu'un gouvernement soit légitime il (...)
  • 35 C. Po., I, II, 10, p. 14 ; D.Ci.,, II, 11, p. 106-107, Lév., XIV, p. 13 ; sur la méfiance mutuelle (...)

17Le contrat de chacun avec chacun n'est pas sauvé pour autant. Demeure un problème difficile à résoudre : comment l'individu est-il capable de s'engager par contrat alors que justement, il veut quitter un état conflictuel, inorganisé dans lequel le contrat n'a pas de force contraignante ? alors que les lois pour le garantir n'existent pas ? Avant Hobbes, dans la mesure où l'on avait une vision optimiste de l'état de nature, on pouvait arriver à une solution ; les engagements pris de bonne foi avait une validité selon le droit naturel34. Mais pour Hobbes, trouver comment la volonté majoritaire pourrait se dégager dans une multitude inorganisée, et comment elle pourrait avoir force contraignante dans un état de nature qui ne connaît qu'une multitude de pouvoirs tous contradictoires, est fondamental. Pour lui, dans l'état de nature, tout contrat est nul parce que celui qui exécute en premier est à la merci de l'autre35. L'homme, animé de passions et de raison, comprend qu'il lui faut sortir du chaos de l'état de nature pour obtenir la paix nécessaire à sa sécurité. Par un calcul rationnel et utilitariste, cette machine accepte volontairement d'abandonner son droit afin de construire une organisation protectrice et puissante, tout aussi mécanique. Le problème est de donner au consentement la force et l'efficacité nécessaire, force qu'il ne possède pas dans l'état de nature, que seule la société civile peut lui octroyer. La solution se trouve dans la représentation.

II. LA RÉSOLUTION DU PARADOXE : LA REPRÉSENTATION

  • 36 C. Po., I, VI, 7, p. 51-2; II, I, 12, p. 64; II, II, 1 p. 73. D.Ci., V, 7, p. 144 et VI, 1, p. 148

18Par le consentement, chacun institue la puissance à laquelle il obéit. L'acte fondateur de la société civile a évolué entre les trois traités politiques Avec le Corps politique, chacun promet "à un certain homme ou à une certaine assemblée faite et établie par le consentement de tous" de lui obéir ; déjà, le souverain, homme ou assemblée, n'est pas partie au contrat et ne s'engage à rien ; il se contente de recevoir le droit et les forces de chacun, mais il y a un accord préalable entre les futurs citoyens ; "la démocratie précède tous les gouvernements". On retrouve à peu près les mêmes formules dans le De Cive ; il n' y a d'engagement que de la part des sujets à l'égard du souverain et dans la fameuse remarque de la traduction de Sorbière, les individus assemblés commenceraient par s'entendre et décider de la forme du gouvernement36. D'un contrat d'association préalable entre les futurs citoyens, d'une décision à caractère démocratique, naîtrait un souverain. Mais cette solution supposerait d'une part que l'on puisse dans l'état de nature consentir et voir respecter son consentement et d'autre part, ce qui gêne le plus Hobbes, que l'on accepte un premier contrat d'association valable entre tous les individus, c'est-à-dire une communauté de citoyens qui aurait une antériorité, donc un droit de regard sur le souverain ensuite créé, sur l'exercice de son pouvoir. Cette solution ne lui convient pas : le souverain n'aurait alors plus la force nécessaire pour être craint et obtenir l'obéissance de tous.

  • 37 Lév. IV, p. 29 et sq. voir aussi les articles de Franck Lessay sur personne et de Luc Foisneau sur (...)

19Ce n'est que dans la version anglaise du Léviathan de 1651 que Hobbes trouve la solution. La représentation permet de sortir de l'impasse où conduirait un passage préalable par la démocratie qui aurait fait du souverain (homme ou assemblée) un dépendant de l’assemblée initiale ; elle résout le paradoxe de la validité des conventions de chacun avec chacun dans un état inorganisé. Dans les passages consacrés à la représentation, Hobbes s'attache particulièrement aux mots37 ; on a souvent souligné que le Léviathan a fondé le langage de la science politique anglaise. En fait, il utilise des termes directement empruntés au latin juridique et joue avec leur polysémie. Il attribue à la représentation une riche signification qui dépasse son usage courant. Source de la puissance absolue nécessaire à la paix, elle est un acte doté d'une force créative exceptionnelle.

Une représentation fondatrice, créatrice d'une personne factice

  • 38 Lév., introduction p. 5-6.

20Pour éviter une institution de la république en deux temps avec un accord préalable entre tous les citoyens qui gagneraient ainsi une suprématie et un droit de contrôle sur le souverain, Hobbes conçoit la création de la société civile comme une opération unique, vigoureuse qui réalise en un instant plusieurs actes simultanés. Les pactes (de chacun avec chacun) qui engendrent ce corps (ce Commonwealth) pour assurer la protection des individus qui le créent "ressemblent au Fiat ou faisons l'homme que prononça Dieu lors de la création" ; la génération de ce grand Léviathan, "ce dieu mortel", est comparée à la création de l'homme par Dieu. Dieu a engendré un mécanisme en créant l'homme, l'homme en fait de même en fondant "ce grand LÉVIATHAN, qu'on appelle RÉPUBLIQUE ou ÉTAT (COMMONWEALTH or STATE), CIVITAS en latin"38. Hobbes choisit le mot Commonwealth et l'inclut dans le titre même de son ouvrage, le reprend dès les premières lignes ; il s'agit d'un clin d'œil au pouvoir en place en Angleterre où il rentra peu de temps après la publication du Léviathan. Sur le mot à employer, on peut tout de suite remarquer que pour appeler la société civile représentative ainsi créée, Hobbes lui-même a recours à un grand nombre de termes que l'on peut sans contresens traduire par État : république ou État (Commonwealth or State), Civitas, Respublica, etc.. Par le contrat social, ou plus exactement les pactes qui le composent, il opère une double opération : il crée une personne fictive et métamorphose la multitude.

  • 39 C. Po., II, II, 11, p. 81. D.Ci.,, V, 9, p. 145 et VI, remarque, p. 149. L’intérêt de cette fameus (...)
  • 40 Lév., XVI, p. 161 et sq. Lev., XVI, O. L., t. 2, p. 79 et sq. De H., XV, De Persona ficticia, O. L (...)
  • 41 Voir le commentaire de Raymond Polin, Politique et philosophie chez Hobbes, 2e éd. augmentée, 1977 (...)
  • 42 La notion d'universitas ou de corpus est utilisée à l'époque médiévale, notamment par ceux qui déf (...)

21Dans les premiers traités politiques, le concept de personne civile n'apparaît que de manière rapide. Lorsque le Corps politique parle du peuple, il remarque qu'on peut user de ce mot dans deux sens différents dont le second repose sur cette notion de personne civile. Ainsi est-il écrit que le peuple peut être compris soit comme une "multitude de personnes..., sans avoir égard à aucuns pactes ou contrats, par lesquels aucun d'eux soit obligé aux autres", multitude inorganisée semblable à celle de l'état de nature, soit comme "une personne civile, c'est-à-dire un homme seul ou une assemblée, dont la volonté est prise et tenue pour la volonté de chaque particulier". Le De Cive reprend les mêmes termes en précisant "suivant l'accord qui en a été fait" et, dans la fameuse remarque de la traduction de 1649, précise qu'en cas de contrat social mutuel, "alors la multitude devient une seule personne qui a sa volonté propre"39. En revanche tout un chapitre du Léviathan est consacré à la notion de personne et sera repris presque tel quel dans la dernière œuvre de Hobbes le De Homine40. Le fait qu'il apparaisse ainsi comme une réédition dans un ouvrage assez hétéroclite montre l'importance qu'y attache Hobbes et la richesse qu'il a donnée à la notion de personne. Il estime qu'il est le premier à avoir pensé à appliquer la notion de la personne fictive ou artificielle, investie par authoritas, au corps politique en son entier41. Cette affirmation est peut-être exagérée car des juristes l'avaient précédé sur ce point42, mais il donne sans aucun doute une complexité, une fonction unificatrice et mécaniste très nouvelle à sa personne fictive et lui attribue en outre une dimension théâtrale qu'il exploite au maximum.

  • 43 Lev., Macpherson, XVI, p. 217 ; Persona est is qui suo vel alieno nomine Res agit, O. L., 79

22Le chapitre XVI sur la notion de personne est une articulation précieuse du discours de Hobbes, il clôt la première partie du Léviathan consacrée à l'homme et fait une transition avec la suivante qui traite de la République et explique comment par le contrat de chacun avec chacun est créée une personne, le Léviathan, à fonctions multiples. L'ambivalence du persona latin rejaillit sur le person anglais et se retrouve dans "personnifier" (to personate) largement employé aussi par Hobbes. Persona en latin, Hobbes, le sait fort bien, veut dire apparence extérieure, personnage sur scène et même parfois masque ; du théâtre le mot est passé au tribunal où un procureur tient la place d'autrui. Aussi, dès les premières lignes, la personne est-elle définie comme quelqu'un dont les actes et les paroles sont considérés soit comme les siens, soit comme représentant ceux d'un autre ou d'une autre réalité ; ici la phrase latine est sans ambiguïté : "une personne est quelqu'un qui accomplit un acte soit en son nom, soit au nom de quelqu'un d'autre"43. Pour un juriste, l'interprétation est assez claire ; on peut dire qu'on se trouve devant un cas de représentation lorsqu'une personne, le représentant, agit au nom d'une partie intéressée au contrat : le représenté. La représentation juridique était largement acceptée au xviième siècle ; l'adage "nul ne plaide par procureur" était tombé en désuétude et si l'identité de la personne représentée était clairement connue, la représentation était parfaite.

  • 44 Lév., XVI, p. 162.
  • 45 F. Tricaud choisit de traduire to personate par personnifier même si cette solution est loin de le (...)

23Hobbes qui connaît bien le mécanisme lui donne une nouvelle ampleur ; il emploie le verbe to personate, très pratique parce qu'il signifie à la fois jouer un rôle et assurer une représentation juridique. Une phrase montre de manière claire comment Hobbes emploie la double signification des mots : "to Personate, is to Act ou Represent himselfe, or an other ; and he that acteth another, is said to beare his Person, or act in his name"44 ; "Personnifier"45 (to Personate), c’est jouer le rôle (is to Act) ou assurer la représentation de soi-même (or Represent himselfe), ou d’autrui (or an other) ; de celui qui joue le rôle d'un autre (acteth another), on dit qu'il en assume la personnalité (to beare his person) ou qu'il agit en son nom (or act in his name). Ici le verbe to act est compris à la fois comme jouer le rôle d'autrui et agir pour autrui. On peut appeler cette personne qui assure le rôle d'un autre représentant, procureur, etc. mais aussi acteur (actor) car "il agit pour" et "il joue le rôle de", il incarne chaque particulier. Il y a un double jeu ; celui qui représente a le pouvoir d'agir à la place de l'autre, mais il joue comme sur un théâtre et le représenté, spectateur, se voit dans l'acteur, se retrouve en lui. Ensuite Hobbes utilise souvent les mots author et actor qui ont l'avantage d'être les mêmes en anglais et en latin dans l'orthographe du temps et de faire référence à la fois au droit et au théâtre.

  • 46 Lev., XVI, O. L., t. 2, p. 80 ; Lév., XVI, p. 164-5. Cependant pour les choses inanimées, rappelle (...)
  • 47 Lév., XIX, p. 192.

24Cette personne qui en personnifie une autre peut aussi jouer ce rôle pour une entité quelconque. Le droit romain avait accepté que des associations religieuses ou professionnelles, des corpora de toute sorte, groupes de personnes, des domaines, des bâtiments (églises, ponts, hospices : exemples que cite souvent Hobbes) soient représentés par des personnes qui agissaient librement sans recevoir d'ordre précis. Ces entités s'étaient vu reconnaître un patrimoine, une certaine capacité de recevoir des dons et des legs. Tous ces organismes bénéficiaient ainsi d'une existence juridique qui découlaient d'une autorisation officielle, donc de la loi expliquaient les jurisconsultes ; ils étaient classés en universitates personarum ou corpora et universitates rerum. À partir des exemples romains, fut élaborée la notion de personnalité juridique, personnalité fictive (persona ficta) ou artificielle (ficticia) que Hobbes oppose à la personne naturelle, celle qui est le véritable auteur de ses paroles et de ses actes. Il constate qu'il ait peu de choses qui ne puissent être une persona, c'est-à-dire avoir comme représentant une personne fictive46. Donc une cité, ou toute sorte d'État, peut être représentée par une personne fictive, artificielle, construite par la volonté humaine, par un pacte social. Ainsi le représentant incarne-t-il non seulement chaque particulier mais la communauté unitaire qui vient de se former, c'est-à-dire l'État47.

  • 48 Lév., XVI, p. 166.
  • 49 L'idée se trouvait déjà dans la célèbre remarque de la traduction de Sorbière du D.Ci., p. 69, VI, (...)
  • 50 Lév., XVI, p. 169.

25L'acte générateur du Léviathan a non seulement créé une personne fictive qui représente chaque sujet mais il aussi transformé la multitude en unité cohérente. La multitude est devenue une seule personne (One person)48 parce qu'elle est représentée par un représentant unique, le souverain, que ce soit un homme seul ou une assemblée. L'unité du corps politique ne naît pas de la multiplicité des pactes de chacun avec chacun, cette métamorphose ne passe pas par la création préalable d'un corps démocratique, ni même par l'existence temporaire d'une assemblée démocratique ; Hobbes, on l'a vu, ne veut pas de cette étape qui menacerait la force du souverain. C'est l'existence d'un représentant qui crée cette unification de la multitude. Auparavant il n'y avait qu'agrégat désordonné d'individus. L'unité surgit dans et par le représentant, dans la mesure où tous le reconnaissent comme tel, se projettent dans sa personne et lui obéissent. Elle est donc générée par le consentement des individus et perpétuellement maintenue par lui ; à la moindre rupture, on retombe dans le chaos. Cette génération d'un être nouveau, le Léviathan, métamorphose un agrégat incohérent en un être unique, en une personne fictive parce que artificielle et voulue, qui représente une personne réelle et l'englobe. Elle incarne à la fois l'ensemble des sujets et le souverain, c'est-à-dire les représentés et le représentant. Sans doute ici Hobbes répond-il à Guillaume d'Occam qui refusait la persona ficta des juristes, personne qu'il accusait de ne pas exister, car toute communauté, tout corpus n'était, selon lui, qu'un agrégat d'individualités qui ne méritait pas le nom d'unité. À cet argument, Hobbes trouve une réponse, la multitude représentée se métamorphose dans l'ordre ; elle devient unité par l'existence du souverain, d'une personne représentative en laquelle tous se reconnaissent et qu'ils ont créée. C'est "l'unité de celui qui représente, non l'unité du représenté, qui rend une la personne"49, unité qui émane du représentant créé par ces conventions de chacun avec chacun. On assiste à une double opération simultanée et réciproque : les représentés créent le représentant et celui-ci par son existence leur confère une personnalité nouvelle, les transforme en universitas cohérente qui parle et agit par lui50.

26L'expression "corps politique" pourrait faire croire que Hobbes adopte une vision organiciste de la cité ; en fait, cette métaphore n'est pas à prendre au pied de la lettre ; cet organisme ne s'impose pas aux membres. La conception de Hobbes est mécaniste, le corps politique est une machine, un artifice bien construit, né de la volonté de l'homme, un artefact, une personne artificielle qui n'existe pas dans l'état de nature et qui est engendrée pour résoudre les conflits qui s'y développent ; elle demeure en dehors de l'ordre naturel, puisqu'au contraire, elle doit dominer la nature, lui imposer des règles et des limites. La raison qui incite les hommes à se soumettre et à perdre leur liberté et leur puissance est motivée par le désir de trouver une protection et la paix qu'ils savent ne pouvoir obtenir qu'en conférant au souverain le pouvoir le plus fort possible. Une fois encore l'idée de représentation est fort utile, elle permet à Hobbes de légitimer une souveraineté au pouvoir le plus étendu possible, avec une summa potestas.

Une représentation source d'un pouvoir sans limite

  • 51 D.Ci.,, V,8, p. 145.
  • 52 Lév., XVII, p. 178.
  • 53 Lév., X, p. 81 ; XVII, p. 177, O.L., t. 2, p. 85. Sur le caractère égalitaire de l'abandon, voir s (...)
  • 54 Raymond Polin, op.cit., p. 237.

27Dès les premiers traités politiques, Hobbes cherche à donner au souverain la plus grande force possible afin qu'il puisse "faire trembler tous ceux qui voudraient... rompre les liens de la concorde"51. Mais avec le Léviathan, grâce à l'authoritas qu'il reçoit de chaque individu, lui sont conférés "une telle force, un tel pouvoir que l'effroi qu'ils inspirent lui permet de modeler les volontés de tous, en vue de la paix à l'intérieur et de l'aide mutuelle contre les ennemis de l'extérieur"52. La puissance du souverain est proportionnelle au nombre d'individus qui lui abandonnent le droit de les gouverner ; le plus grand des pouvoirs humains sera celui composé par le plus grand nombre possible d'hommes unis en une seule personne à laquelle chacun confère l'authoritas à condition que tous en fassent autant53. Avant d'utiliser l'idée de représentation, Hobbes ne trouvait pas le moyen d'attribuer de manière systématique une summa potestas au souverain. L'existence d'une personne fictive lui permet de fonder avec légitimé un pouvoir absolu ; la volonté des sujets n'est plus un danger mais au contraire une source de pouvoir parce qu'elle opère un véritable transfert de potestas54 et le pouvoir ainsi créé échappe aux représentés.

  • 55 La notion est importante ; François Tricaud parle de théorie de l'autorisation, théorie à laquelle (...)
  • 56 C. Po., I, VI, 10, p. 53 ; D.Ci.,, V, 11, p. 145.

28Dans les premier textes même si l'on parle de transfert de droits au souverain, il ne s'agit pas d'un véritable transfert de puissance. Avec la représentation, la puissance d'agir des représentés passe au représentant de manière logique. Pour représenter valablement chaque individu et le nouveau groupe de personnes ainsi constitué, le souverain doit en avoir en avoir reçu l'authoritas ; ici encore l'orthographe de l'anglais et du latin de Hobbes rend la similitude des termes plus frappante. Authoritas (authority)55 embarrasse la plupart des traducteurs, car Hobbes l'emploie avec ses multiples significations juridiques latines. Par rapport aux textes précédents, il s'agit de l'une des innovations les plus intéressantes. En effet dans les ouvrages antérieurs, le philosophe constate qu'affirmer que les particuliers confient leurs droits à un souverain est une formulation impropre. Dans l'opération de transfert, il estime qu'en fait ils ne transfèrent rien ; céder sa force ou sa puissance à un souverain, homme ou assemblée, est impossible. Ce transfert n'est en réalité qu'une simple renonciation à user de ses droits, une promesse de ne pas résister à la force du souverain. Cela n'est pas sans effet : puisque tous les individus renoncent, ils soumettent leurs volontés à celle du souverain qui demeure le seul qui conserve le droit d'agir56. Mais le pouvoir du souverain n'en sort pas magnifié, quelles que soient les intentions de Hobbes.

  • 57 Lév., XIV, p. 130-1 ; XVIII, 183.
  • 58 Voir supra n.27.
  • 59 En latin il y a "authoritatem.et ius meum regendi meipsum concedo", O. L., p. 85; en anglais on tr (...)

29Sur le contenu, les modalités et les effets du transfert de potestas, le Léviathan apporte avec la représentation des solutions très neuves. Il est clair qu'il ne s'agit pas de transférer ou de donner un droit au souverain, puisque, comme tout individu, il possède avant le pacte social les mêmes droits que les autres. Donc comme dans les premiers textes politiques, on retrouve l'idée selon laquelle chacun laisse le souverain "jouir de son droit originaire" sans s'opposer à lui de manière à lui laisser la plénitude de sa puissance ; chacun supprime l'obstacle qu'il constituait dans l'état de nature ; résister serait rompre le contrat passé avec les autres individus, commettre une injustice57. Mais le contenu du pacte social est rénové ; la représentation permet de le transformer et d'opérer un transfert, impossible auparavant ; chacun donne au souverain une sorte de blanc-seing en lui confiant par avance un mandat excessivement général ; ce transfert n'est envisageable que dans la mesure où chacun s'y soumet, où il a un caractère égalitaire58. Le contenu du pacte, si souvent commenté, est célèbre mais il faut ici le rappeler ; chacun s'engage comme s'il disait à autrui : "je concède à cet homme ou à cette assemblée, l'authoritas et le droit de me gouverner moi-même à condition que tu lui donnes ton droit et l'authoritas pour toutes ses actions de la même manière"59.

  • 60 Lév., XVI, p. 163.
  • 61 Lév., XVI, p. 166-7.
  • 62 Lév., XVI, p. 165-6.
  • 63 "Qui facit per alium est proinde ac si facit per se ipsum", Sexte 5,12,68.
  • 64 "Qui mandat dicitur ipse vere facere".
  • 65 Voir par exemple De H., XV,4, O. L., t. 1, p. 85.

30Cette authoritas constitue un lien fondamental entre le souverain et ses sujets. Son intervention est le pivot de la représentation dans le Léviathan. À nouveau, on jongle avec les mots actor et author. Par le contrat de chacun avec chacun, par l'acte générateur du Léviathan, est créé un souverain sur lequel les hommes s'accordent et auquel ils transfèrent leur droit de se gouverner et l'authoritas. Le souverain, homme ou assemblée, est la personne représentative qui reçoit de chacun le pouvoir d'agir (pouvoir de commander, de légiférer, de juger) en son nom. Par avance, il a reçu toute autorité et par avance tous ses actes sont validés, il y a eu un transfert de volonté60. Chacun reconnaît pour siennes toutes les actions et les paroles de l'actor61. Hobbes ne se trompe pas sur le double sens du terme ; il en connaît la signification juridique et fait allusion à la fois à l'authoritas du tuteur et à celle des magistrats62. La personne représentative (le souverain) est l'acteur (actor) qui agit en vertu d'une authoritas, droit d'agir conféré par l'auteur (author) et il jouit d'une grande autonomie, d'une authoritas de magistrat romain ; parfois aussi, Hobbes parle de mandat (warrant). Auteur se comprend parfaitement quand on pense que c'est la traduction directe de author, chacun est la source des actes du souverain, celui qui lui donne l'authoritas, l'autorité nécessaire pour agir. Depuis longtemps le droit canonique, suivi par le droit laïc, avait accepté la représentation et affirmé que l'on pouvait agir pour autrui comme pour soi-même63 ; le mandat était aussi largement utilisé64. Ainsi le sujet qui confère l'authoritas au souverain est-il celui qui donne pouvoir aux actes de celui-ci ; il en est l'auteur, la source. Par avance, il reconnaît les paroles et les actes de celui qui incarne l'État. Choisir un souverain et s'y soumettre est lui concéder une authoritas. On ne peut ni critiquer les actes dont il est l'auteur, ni les contrôler, car ce serait se remettre soi-même en cause et rompre le contrat conclu avec les autres sujets65.

  • 66 Pierre Legendre La pénétration du droit romain dans le droit canonique médiéval, 1964 ; "Du droit (...)

31Le souverain n’est investi d’aucun mandat impératif ; il a le mandat le plus général qui soit ; il est chargé de vouloir et de décider au nom de tous et n’a passé aucune convention qui l’obligerait à quoi que ce soit. Personne ne lui donne de mission, personne ne lui donne d'ordre, personne ne peut le contrôler. On est très loin de la notion médiévale de mandat si bien développée par les canonistes66. Cette affirmation péremptoire, logique dans la démonstration de Hobbes, est une conséquence de la représentation totale et complète qu'assume le souverain de la république. Par le biais de la nouvelle personne artificielle créée, la fusion entre lui-même et la République, lui-même et ses sujets, est telle qu'il n'y a pas de place pour le moindre engagement, pas plus que pour la moindre mise en accusation. Pour expliquer cette affirmation et les conséquences qui en découlent, Hobbes effectue une démonstration exemplaire, d'une logique parfaite qui déroute parfois les commentateurs car il n'hésite pas à poser toutes les hypothèses, même celles qu'il vient de réfuter. Aucune obligation ne pèse sur le souverain et aucun système de contrôle ne pourrait fonctionner.

  • 67 Lev., XVIII, O.L., t. 2, p. 87 ; Lév., XIV, p. 136 ; XVIII, 182-4 et n.15 et 16.

32Aucune obligation ne pèse sur le souverain. Avant la création de la personne artificielle, il ne peut prendre d'engagement à la fois parce que n'existe ni force contraignante pour valider les contrats, ni partenaire avec qui conclure un engagement. Il ne pourrait envisager ni une convention collective avec la multitude, ni une convention particulière avec chacun des membres de cette dernière. La multitude, avant de s'être constituée en "peuple" -par ce contrat de chacun avec chacun qui investit le souverain-, c'est-à-dire en unité, ne peut ni s'exprimer d'une seule voix, ni agir de manière distincte des individus elle est plurielle jusqu'à l’institution de la république. On pourrait envisager que le souverain conclue des accords particuliers avec chaque individu, mais ces conventions seraient caduques dès qu’il serait devenu souverain, car tout ce qu’il fait en tant que souverain, il le fait au nom de chacun d'eux, "en vertu de son droit" et chaque sujet a accepté par avance de le laisser agir en son nom ; par définition, il lui a donné son authoritas pour tout acte, décision, jugement. Celui qui agit en vertu d'une authoritas reçue ne commet aucun tort à l'égard de celui qui la lui a conférée ; ce dernier ne peut lui enlever ce qu'il lui a confié par authoritas, et s'il voulait l'accuser et le sanctionner, il punirait "un autre pour des actions qu'il a lui-même commises"67.

  • 68 Lév., XVIII, p. 181 et n.15 p. 182. et O.L., t. 2, p. 87.
  • 69 Lév., chap. XVIII, n.15 p. 182

33Même si on imaginait un mandat contraignant possible -ce qui n'est qu'hypothèse d'école, car Hobbes en démontre l'impossibilité-, en cas de violation de cette convention par le souverain, on aurait encore à résoudre deux problèmes insolubles ; qui pourrait porter plainte et devant qui pourrait-on porter cette plainte ? La république ne peut intenter une action contre le souverain car seul ce dernier peut agir en son nom. En outre, comme les sujets, elle est l'auteur de tous les actes du souverain, comme eux, elle ne pourrait l'attaquer sans s'accuser soi-même ?68. Donc ni la cité, ni l'un des sujets ne peut contester une action du souverain. Finalement en latin, l'idée est clairement résumée : "on ne peut ôter le pouvoir souverain à celui qui le détient pour cause de mauvaise gestion de la chose publique"69. Ce dernier n'est tenu ni à l'égard des sujets, ni à l'égard de la cité.

  • 70 Lév., XIV, p. 137 ; XVIII, p. 179-180.

34Enfin ce mandat sans limite, ni contrôle confère aussi un pouvoir éternel exclusif de tout autre, la cession par chacun de son droit et de sa force apparaît irréversible. Dans la mesure où la multitude n'est pas organisée avant le pacte fondateur, puisqu'aucune souveraineté ne précède celle du souverain, puisque la souveraineté naît en même temps que lui, il ne peut être question de voir quelqu'un s'ériger en juge du souverain ou décider de récupérer une souveraineté primitive. Il faut bien se rappeler la formation du souverain : la souveraineté résulte de la représentation et non l'inverse. Cette représentation par définition, parce qu'elle est totale, exclut tout autre représentation ; on ne peut être obligé qu'à l'égard d'un seul souverain et l'on ne peut se dégager du contrat social, retourner à l'état de nature sans rompre les engagements que l'on a pris à l'égard des autres sujets. On ne peut même invoquer des engagements à l'égard de Dieu, car tout rapport direct avec Dieu est impossible, le souverain est le médiateur obligé entre les sujets et Dieu70 !

  • 71 Lév., XVII, p. 177.
  • 72 Lév., XIV, p. 132, 136, 139.

35Chaque individu choisit de former le Léviathan et de rester dans cette république parce que finalement il gagne en puissance, il gagne en pouvoir ; se soumettre au Léviathan, lui concéder pleine et entière authoritas, l'investir du pouvoir le plus grand possible c'est participer à sa puissance. Chacun donne son consentement et constitue le Léviathan par ce calcul. Cependant on a parfois exagéré le contenu de ce mandat général. Par avance, chacun donne son authoritas à celui qui assume sa personne pour tout ce qu'il "aura fait ou fait faire" "quant aux choses qui concernent la paix ou la sécurité commune". Ces pleins pouvoirs conservent une finalité précise : la paix et la sécurité commune71. Si le souverain ne les assure, le Commonwealth se dissout. On retrouve ce paradoxe de Hobbes si souvent mal compris ; d'une part, il démontre la nécessité indiscutable du pouvoir absolu et réussit à le légitimer par la représentation et l'authoritas conférée par chacun qui valide d'avance tous les actes du souverain ; d'autre part, il accepte un certain droit naturel de résistance au pouvoir absolu. L'individu conserve une part inaliénable de sa liberté, le droit de résister à celui qui attaque sa vie ou sa sécurité ; même si par hasard, il donnait l'impression d'abandonner cet ultime droit de résister à la violence, une pareille promesse serait sans valeur ; il ne peut, ni ne doit promettre de ne pas résister72. Contre le Léviathan, demeure cette reconnaissance d'un droit naturel ; si sa personne est attaquée, le sujet est délié de son engagement d'obéissance, l'authoritas ne peut s'y opposer ; mais sa situation devient périlleuse !

Notes

1 Citons parmi une littérature abondante : Raymond Polin, Politique et Philosophie chez Thomas Hobbes, 2e éd. augmentée, Vrin, 1977, p. 221 et sq. Yves-Charles Zarka, Hobbes et la pensée politique moderne (1995), P.U.F., Quadrige, 2001, p. 197 et sq. ; La décision métaphysique de Hobbes, 2e éd. augmentée, Vrin, 1999, p. 325 et sq. Lucien Jaume, “Représentation et factions : de la théorie de Hobbes à la Révolution française”, Rev. d’hist. des fac. de droit et de la sc. juridique, n° 8, 1989, p. 269-288 ; Hobbes et l’État représentatif moderne, P.U.F., 1986 ; “La théorie de la “personne fictive” dans le Léviathan de Hobbes”, Rev. frç. de sc politique, n° 6, déc. 1983, p. 1009-1035.

2 Cette gravure qui orne les éditions du Léviathan datées de 1651 (voir infra n. 9) se retrouve un peu différente, l'année suivante, dans l'édition française du Corps politique (2de partie des Elements of Law) traduit par Samuel Sorbière ; le géant biblique n'est alors armé que du glaive et de la balance, sans doute parce que ce texte (rédigé en 1640, plus de dix ans auparavant) ne traite que de la République civile, alors que le Léviathan, plus abouti, englobe le problème religieux et analyse la République ecclésiastique et civile. Voir cette autre image du Léviathan dans Le Corps politique ou les éléments de la loi morale et civile, trad. frç. par Samuel de Sorbière (1652), reprint avec introduction de Louis Roux, Pub. de l'Un. de Saint-Étienne, 1977 (C. Po.).

3 Dans un compte-rendu célèbre du livre de Joseph Vialatoux (La cité de Hobbes. Théorie de l'État totalitaire, Lecoffre-Chronique sociale de France, 1935), René Capitant prit la défense du Léviathan ; pour lui, comme plus tard pour M. Oakeshott ou Raymond Polin, le souverain de Hobbes annoncerait plutôt le monarque éclairé et ne serait pas plus despotique que lui ; voir R. Capitant, “Hobbes et l'État totalitaire”, Arch. de philo. du droit, 1936, p. 60 et sq.

4 The Elements of Law ont circulé en manuscrit dès 1640, peu avant le départ de Hobbes pour la France ; ils n'ont été publiés qu'en 1650 en deux volumes. Le premier, moins directement politique, intitulé Human Nature comprend les treize premiers chapitres de la première partie suivis d'une épître dédicatoire qui annonce le second volume. Ce dernier intitulé De Corpore Politico (écrit en anglais malgré son titre) nous intéresse plus ; il est composé de deux parties : la première avec six chapitres qui seraient la fin de De la nature humaine ; la seconde qui correspond au Corps politique proprement dit. En fait, ce regroupement qui peut paraître bizarre est assez logique ; les six chapitres présentés comme la fin Human Nature étudient la valeur des conventions, la force des lois de nature et l'incapacité des hommes à éviter la guerre dans l'état de nature et concluent à la nécessité de constituer un corps politique ; ils introduisent parfaitement le De Corpore Politico. Nous utilisons pour cet article De la nature humaine, trad. du baron d'Holbach (1772), éd. et intr. par Émilienne de Naert, Vrin, 1999, et la traduction du Corps politique de Samuel Sorbière, ami de Hobbes pendant son séjour parisien, traduction fidèle et qui a marqué la pensée politique (C. Po., supra n. 2). Signalons deux traductions françaises contemporaines des Elements of Law ; celle de Dominique Weber, LGF/Le Livre de Poche, 2003 ; celle de Louis Roux, éd. L'Hermès, 1977 ; celle de M. Triomphe annoncée dans Yves-Charles Zarka, Hobbes et la pensée politique moderne, P.U.F./Quadrige, 2001, p. 290 semble ne pas être encore parue.

5 De Cive, Paris, 1642 ; 2e éd. latine augmentée, Amsterdam, Elzevir, 1647. La traduction française Éléments philosophiques du citoyen ou les fondements de la politique, Amsterdam, Jean Blaeu, 1649, par Samuel Sorbière, a été revue par Hobbes qui lisait parfaitement le français. Plus complète que les éditions latines antérieures, elle a connu un grand nombre d'éditions. Elle a encore été commentée et publiée par Raymond Polin (Paris, Sirey, 1981), puis par Simone Goyard-Fabre (Flammarion, G-F, 1982) édition que nous utilisons (D.Ci.). On a souvent remarqué que la section 1 du chapitre VI était augmentée d’une note -"remarque"plus longue qui ne se trouve que dans l'édition de 1649. Soit Samuel Sorbière a complété lui-même la note, ce qui n'aurait rien de malhonnête intellectuellement, au xviième siècle, on méprisait la traduction mot à mot et l'on essayait de restituer le mieux possible la pensée plutôt que les mots ; soit Hobbes a voulu lui-même préciser sa pensée par quelques petites corrections et ajouts, comme il en avait l'habitude. De toute façon, la qualité de cette version française n’est pas contestée et sert ici de référence avec parfois référence au texte latin de 1651 tel qu'il est repris dans l'édition latine de 1668 (D.Ci., O. L., t. 2).

6 La différence entre monarchie, aristocratie et démocratie "ne réside pas dans une différence de pouvoir" (Lév., XIX, p. 195 ; de même, les droits du souverains et les conséquences de la république d'acquisition sont exactement les mêmes que dans le cas d'une république d'institution, Lév., XX, p. 208 et 214.

7 Voir C. Po., le titre ; D.Ci., préf. p. 67 et 71 ; Lév., intr. p. 5-6. Sur les différents gouvernements, voir C. Po. II, 2, 5-9, p. 75 et sq. ; II, V, 3-8, p. 105 et sq. D.Ci., X, 3-19, p. 197 et sq. Il n'est pas dans notre propos de traiter ici de la question de la religion dans la République développée dans la troisième partie du Citoyen et dans les troisième et quatrième parties du Léviathan.

8 Outre la célèbre controverse avec Bramhall, on peut lire Edward Hyde, comte de Clarendon, Brief View and Survey of the Dangerous and Pernicious Errors to Church and State in Mr Hobbesí Book, entitled Leviathan (1676) et Ralph Cudworthís, True Intellectual System of the Universe (1678), cités in The Dictionary of Seventeenth-Century British Philosophers, Thoemmes Press, 2000, Hobbes. Une procédure aurait été évoquée devant le Parlement en 1666 ; le jeune Charles II aurait refusé le bel exemplaire calligraphié du Léviathan que lui offrit Hobbes et qui se trouve maintenant au British Museum, Après l’incendie et la peste qui ont provoqué une véritable panique, en janvier 1667, un texte contre la littérature athée et blasphématoire qui citait le Léviathan fut présenté aux Communes ; il ne passa pas devant la Chambre des Lords mais effraya Hobbes qui ensuite évita la publication d’ouvrages politiques. La réédition du Léviathan aurait été interdite. Voir Internet Encyclopedia of Philosophy, Hobbes ; C.B. Macpherson, Introduction à Leviathan, Penguin Books, 1981, p. 21 et p. 68 ; F. Tricaud, op.cit., p. XVII. En 1683, après sa mort, le De Cive et le Léviathan furent condamnés et brûlés par Oxford. Hobbes expliqua qu’il était matérialiste mais refusa les accusations d’athéisme et d’irrespect à l’égard de la religion ; les dernières années de sa vie, outre l’appendice à l’édition latine du Léviathan, il publia divers écrits pour se justifier et s’expliquer.

9 On les distingue selon les motifs de la page de titre : Head, Bear, 25-Ornaments- ; la version princeps, qui contient le célèbre frontispice de Wenceslas Hollar si évocateur, la plus reprise par les commentateurs et traducteurs, est ainsi appelée Head edition, édition à la tête. Celle-ci, elle-même, a plusieurs variantes. Sur les différentes éditions Head, voir C.B. Macpherson, op.cit., p. 68-70. Richard Tuck a démontré que l’édition de grand format représente la meilleure d’entre elles, car toutes les corrections sur épreuves apportées par Hobbes lui-même y ont été insérées, voir Leviathan, or The Matter, Forme, and Power of a Common-wealth Ecclesiasticall and Civill by Thomas Hobbes of Malmesbury (1651); in English Works, vol. 3, ed. Richard Tuck, avec des additions de l’édition latine de 1678, Cambridge University Press, 1996.

10 Opera philosophica quae latine scripsit, Amsterdam, Jean Blaeu, 1668, 2 t. Le Leviathan en latin se trouve comme le De Cive dans le tome 2. Dans le tome 1 se trouve la dernière œuvre de Thomas Hobbes le De Homine. (De H., O. L.,). Dans les notes, lorsque le recours au texte latin a semblé nécessaire, il sera annoncé par O. L. et le numéro de la page.

11 F. Tricaud, op.cit., p. XX et sq., p. XXIX.

12 Souvent sans explication, voir par exemple G. Mairet qui la rejette en trois mots sans la discuter p. 52, mais il n'est pas le seul.

13 Beaucoup de commentateurs se sont appuyés sur la première édition latine de 1668 reprise dans l'édition de Molesworth, Opera Latina, t. 3. Après avoir confronté les diverses éditions latines faites du vivant de Hobbes, François Tricaud a remarqué que l'édition de 1670 comprenait certaines corrections mais que les suivantes n'apportèrent pas de changement important pour le corps du texte ; elles reprirent d'ailleurs les mêmes plombs, F.Tricaud, op.cit., p. XVIII.

14 Facile à trouver dans une version Head petit format de 1651, publiée en livre de poche à partir des différentes éditions Head in 8° avec introduction et notes, par Crawford Brough Macpherson en 1968 ; la réédition en. Penguin Classics, 1985, sert de référence dans cet article (Lev., Macpherson).

15 La traduction de François Tricaud repose sur une version anglaise un peu ancienne qui combine différentes éditions datées de 1651 (Leviathan, éd. A.R. Waller, Cambridge English Classics, Cambridge, Un. Press, 1904 qui prend une édition Head comme texte principal, comparée avec des éditions Bear et Ornaments) ; la précision de l'appareil critique permet de ne pas s’écarter des textes de Hobbes. En revanche, une nouvelle traduction (Léviathan, trad. intr. et notes par Gérard Mairet, Gallimard, folio, 2000) qui a le mérite de s'appuyer sur la plus récente version anglaise, celle de Richard Tuck, a choisi une méthode plus libre ; power devient soit puissance, soit pouvoir (p. 58) ; authority peut être traduit par pouvoir, dominion par souveraineté, et power, authority et warrant sont considérés comme synonymes (n.1, p. 272-3) ; même si, en cas de doute, le mot anglais est parfois donné entre crochets, cette traduction est moins riche de renseignements pour le chercheur.

16 Lév., XIV, p. 128 ; le chap XXI est consacré à la liberté des sujets ; mais il est bien indiqué "Qu'une République soit monarchique ou populaire, la liberté y reste la même", p. 227.

17 Lév., intr., p. 6.

18 Même si les objets des passions ("choses désirées, craintes, espérées") ne sont pas identiques, Lév., introduction, p. 7. L'homme est longuement étudié dans la 1e partie des Elements of Law ("de la nature humaine") et dans celle du Léviathan ("de l'homme"). Sur l'égalité naturelle entre les hommes, De la nature humaine, I, 17, 1-5, Lév., XIII, p. 121 ; sur l’égalité, condition nécessaire de la paix, Lév., XV, p. 154.

19 Lév., V, p. 37-9 ; Lév., X, p. 81.

20 Lév., XIII, p. 121-2.

21 D.Ci. I, 16, p. 100 ; II, 1 et sq., p. 102 et sq. Lév. XIV, p. 128-9. Soulignons la grande différence entre le droit de nature qui est un droit absolu de chaque individu et les lois de nature, résultat d'un calcul rationnel.

22 Albert O. Hirschman, Les passions et les intérêts (1980), P.U.F./Quadrige, 2001, p. 19.

23 Du corps po.I, 3, p. 2-3 ; D.Ci., III, 27, p. 125 ; Lév., XIII, p. 122-3, XV, p. 158.

24 C. Po., I, II et III, p. 8 et sq. D.Ci., II, p. 100 et sq. Lév., XIV, p. 132 et sq.

25 D.Ci.,, II, 11 p. 106-7 ; Lév., XV, p. 158. Voir l'idée que l'homme ne peut tenter seul de respecter les lois de nature supra n. 23.

26 Lév., XIV, p. 131 et 136.

27 D.Ci.,, VI, 20, p. 65;. "Ego jus meum transfero in hunc, ut tu tuum transferas in eumdem", O. L. p. 50 ; Lév., XIV, 129.

28 Sur les droits des souverains d'institution, Lév., chap XVIII.

29 Lév., XVIII, p. 179. Voir le contenu de cette convention. infra n. 58.

30 Sur le sens de conquête qu'il faut donner à acquisition., Lév., XX, n.2 p. 207.

31 Lév., XX, p. 210-1 ; XVII, p. 173.

32 Lév., XX, p. 212.

33 Lév., XX, p. 208. Voir aussi C. Po. I, II, 13, p. 15 ; Lév., XIV p. 138-9, etc.

34 Avant Hobbes, beaucoup s'étaient contentés d'affirmer que pour qu'un gouvernement soit légitime il suffisait d'avoir l'accord de la majorité ; l'unanimité semblant impossible à réaliser au sein de la multitude. Suarez cependant avait compris le problème et trouvé une explication. Partant de cette nature des choses (natura rei dit Suarez De legibus Livre II, chap. 2 vol I, p. 164 ; Molina emploie l'expression in statu naturae) où les hommes sont tous semblables, il estime qu'on peut les considérer de deux manières ; soit comme un agrégat inorganisé, soit comme un tout "unifié et unique" où ils se reconnaissent les mêmes obligations et ils agissent avec une volonté unique, avec un but commun, celui de se porter une assistance mutuelle pour former une société politique, ibid, I, 165.

35 C. Po., I, II, 10, p. 14 ; D.Ci.,, II, 11, p. 106-107, Lév., XIV, p. 13 ; sur la méfiance mutuelle, voir supra n.23 et 25.

36 C. Po., I, VI, 7, p. 51-2; II, I, 12, p. 64; II, II, 1 p. 73. D.Ci., V, 7, p. 144 et VI, 1, p. 148-

149. Voir aussi sur ce point, Lucien Jaume, op.cit., p. 275-6.

37 Lév. IV, p. 29 et sq. voir aussi les articles de Franck Lessay sur personne et de Luc Foisneau sur le pouvoir in Yves-Charles Zarka (dir.), Hobbes et son vocabulaire, Vrin, 1992, p. 158 et sq. et 83 et sq.

38 Lév., introduction p. 5-6.

39 C. Po., II, II, 11, p. 81. D.Ci.,, V, 9, p. 145 et VI, remarque, p. 149. L’intérêt de cette fameuse note est considérable ; elle porte sur la célèbre distinction entre "multitude" et "peuple" qui se précise et s’affine du De Cive au Léviathan. D.Ci., p. 148-150 ; Lucien Jaume, « Représentation et factions : de la théorie de Hobbes à la Révolution française », Rev. d’Histoire des facultés de droit et de la science juridique, n° 8, 1989, p. 281, n.26.

40 Lév., XVI, p. 161 et sq. Lev., XVI, O. L., t. 2, p. 79 et sq. De H., XV, De Persona ficticia, O. L., t. 1, p. 84 et sq. François Tricaud voit dans la notion de personne la clef du pacte social hobbéen, Lév., XVI, n 62, p. 169. Lucien Jaume y consacre un article "La théorie de la "personne fictive" dans le Léviathan de Hobbes", op.cit. Franck Lessay aussi, op.cit

41 Voir le commentaire de Raymond Polin, Politique et philosophie chez Hobbes, 2e éd. augmentée, 1977, p. 221 et sq.

42 La notion d'universitas ou de corpus est utilisée à l'époque médiévale, notamment par ceux qui défendent l'idée de l'existence d'une persona, personne abstraite, distincte des membres qui la composent. Comme l'explique clairement Bartole une universitas représente une personne (universitas raepresentat unam personam) qui est autre chose que les hommes de l' universitas. Bartole cite le passage toujours commenté du livre 46 du Digeste consacré aux mandants [D. 46,1,22] où il est dit incidemment qu'un municipe ou une décurie agit comme s'il était une personne, "personae vice fungitur" et constitue une entité avec une personnalité propre. Cette conception dite corporative a été appliquée au peuple par des romanistes comme Bartole,, Opera omnia, Turin, 1577, ad D.48,19, 16.10, n.3-4, f° 200 r° cité par J.P. Canning in J.H. Burns, Histoire de la pensée médiévale (1988), tr. fr. P.U.F., 1993, p. 448 n.4 ; voir aussi Balde, Lectura in VI-X libros codicis, Lyon, 1498, C. 7, 53,5, f° 236 r°, cité ibid. p. 447 n.2.

43 Lev., Macpherson, XVI, p. 217 ; Persona est is qui suo vel alieno nomine Res agit, O. L., 79

44 Lév., XVI, p. 162.

45 F. Tricaud choisit de traduire to personate par personnifier même si cette solution est loin de le satisfaire pour conserver le jeu avec le double sens, n.1, p. 161. En fait, il n'y a pas d'équivalent en français.

46 Lev., XVI, O. L., t. 2, p. 80 ; Lév., XVI, p. 164-5. Cependant pour les choses inanimées, rappelle-t-il, l'authoritas sera octroyée par la loi ou de l'État.

47 Lév., XIX, p. 192.

48 Lév., XVI, p. 166.

49 L'idée se trouvait déjà dans la célèbre remarque de la traduction de Sorbière du D.Ci., p. 69, VI, 1, p. 148-9 ; mais elle est approfondie dans Lév., XVI, p. 166.

50 Lév., XVI, p. 169.

51 D.Ci.,, V,8, p. 145.

52 Lév., XVII, p. 178.

53 Lév., X, p. 81 ; XVII, p. 177, O.L., t. 2, p. 85. Sur le caractère égalitaire de l'abandon, voir supra n.21.

54 Raymond Polin, op.cit., p. 237.

55 La notion est importante ; François Tricaud parle de théorie de l'autorisation, théorie à laquelle Yves-Charles Zarka, consacre de longs développements La décision métaphysique de Hobbes, 2e éd. augmentée, Vrin, 1999, p. 325-356. Ce mot embarrasse les traducteurs ; voir G. Mairet, op.cit. ; Paul-Marie Maurin, traducteur du De homine, Lib. A.Blanchard,1974, p. 191 qui traduit Authoritatem habere dicuntur par "sont dits avoir de la responsabilité" ; cf. De H.,, XV, O.L., t. 1, p. 85. Yves -Charles Zarka, La décision métaphysique de Hobbes, 2e éd. augmentée, Vrin, 1999, p. 327, cf. Lev., XVI, O.L., t. 2, p. 85. F.Tricaud apporte des précisions très nuancées, p. 163, n. 12 ; p. 203, n. 85 et n.88.

56 C. Po., I, VI, 10, p. 53 ; D.Ci.,, V, 11, p. 145.

57 Lév., XIV, p. 130-1 ; XVIII, 183.

58 Voir supra n.27.

59 En latin il y a "authoritatem.et ius meum regendi meipsum concedo", O. L., p. 85; en anglais on trouve "I Authorise and give up my Right of Governing myselfe, on this condition, that thou give up thy Right to him, and Authorize all his Actions in like manner", Lev., Macpherson, p. 227.

60 Lév., XVI, p. 163.

61 Lév., XVI, p. 166-7.

62 Lév., XVI, p. 165-6.

63 "Qui facit per alium est proinde ac si facit per se ipsum", Sexte 5,12,68.

64 "Qui mandat dicitur ipse vere facere".

65 Voir par exemple De H., XV,4, O. L., t. 1, p. 85.

66 Pierre Legendre La pénétration du droit romain dans le droit canonique médiéval, 1964 ; "Du droit privé au droit public : nouvelles observations sur le mandat chez les canonistes classiques", M. S.H. D. B., 30, 1970-71, p. 7-35, repr. in Écrits juridiques du Moyen Âge occidental, Londres, 1988, IX.

67 Lev., XVIII, O.L., t. 2, p. 87 ; Lév., XIV, p. 136 ; XVIII, 182-4 et n.15 et 16.

68 Lév., XVIII, p. 181 et n.15 p. 182. et O.L., t. 2, p. 87.

69 Lév., chap. XVIII, n.15 p. 182

70 Lév., XIV, p. 137 ; XVIII, p. 179-180.

71 Lév., XVII, p. 177.

72 Lév., XIV, p. 132, 136, 139.

Auteur

Professeur à la Faculté de Droit de l’Université Jean Moulin (Lyon III)

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540