Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le concept de représentation dans la pensée politique

Réaliser la représentation

La représentation urbaine face au pouvoir en représentation

L’exemple de l’entrée royale de Henri IV à Lyon en septembre 1595

Anne-Sophie Chambost

Texte intégral

1« Mes amis, j’ai loué votre fidélité, j’ai toujours cru (quelque débauche et changement qu’il y ait eu par mon Royaume) que vous estiez français ; vous me l’avez bien montré, l’honneur vous en est demeuré, et à moi tout le contentement qu’un Prince peut avoir du service et de l’obéissance de ses sujets. Continuez à m’aimer, et je vous ferai connaître combien je vous aime et que je n’ai rien plus à cœur que votre repos ». Prononcées dans une ville exsangue, ces paroles de Henri IV exprimaient la réconciliation du roi avec sa bonne ville de Lyon. Mais leur poids se trouvait renforcé par leur inscription dans le faste d’une Entrée royale. La présence du roi matérialisait le sentiment général de réconciliation avec la ville à laquelle ses paroles étaient destinées.

  • 1 Le 27 février 1589 les membres de l’Assemblée générale des habitants, réunis à l’Hôtel de Ville à (...)
  • 2 Claude de Rubys, Histoire véritable de la ville de Lyon, Lyon, Antoine Gryphuis, 1600, p. 446.
  • 3 Outre cette condition de la religion, l’atout du roi de Navarre résidait dans le patriotisme des é (...)

2Après la rupture des guerres de religion et la Ligue, Lyon avait beaucoup à se faire pardonner. Ligueuse depuis février 1589, elle n’avait pas tardé à sombrer dans l’anarchie1. Pour Claude de Rubys, « la repentance ne tarda pas à suivre de bien près le pêché, car l’on y vit incontinent toutes choses aller sans dessus dessous »2. Au-delà des velléités d’indépendance qui avaient pu l’animer, les motifs profonds de la rupture de Lyon avec la royauté étaient surtout d’ordre religieux. Et de fait, en juillet 1593, à l’annonce de l’abjuration de Henri IV, les lyonnais jugèrent de leur devoir de le reconnaître pour leur roi3. Au matin du 7 février 1594 la population lyonnaise s’émancipait de la tutelle de la Ligue, reconnaissant officiellement et sans réserve l’autorité légitime de Henri IV. Le caractère spontané de cette reconnaissance est essentiel si le roi avait conquis Paris, Lyon s’était volontairement ralliée à son autorité.

  • 4 Edict et déclaration du Roy sur la réduction de la ville de Lyon sous son obéissance (24 mai 1594) (...)
  • 5 Pour une présentation de la situation de Lyon au sortir de la Ligue, Kleinclaucz (A.), Histoire de (...)

3Dans le prologue de l’édit qu’il rédige en mai 1594 lors de la reddition, Henri IV salue d’ailleurs le courage de Lyon, « ayant estée des premières en cet acte de reconnaissance de notre autorité, comme elle l’est en rang, opulence et grandeur »4. Ce ralliement était une étape essentielle dans la reconquête de son royaume, par l’importance économique de Lyon. Mais la ville était sortie considérablement affaiblie de la Ligue5, et le Roi était encore loin d’avoir restauré son autorité.

4Ces difficultés expliquent comment a germé l’idée d’une Entrée royale à Lyon. La demande en fut faite par les autorités municipales dès la reddition, et elle fut acceptée dans son principe par le roi. L’une et l’autre partie avaient tout à attendre de cette rencontre, ce que prouve la persévérance avec laquelle elles surmontèrent les difficultés de l’organisation du cérémonial de l’Entrée royale, longtemps reporté avant d’être annoncé officiellement pour le mois de septembre 1595.

  • 6 Godefroy (Th.), Le Cérémonial Français, éd.1649, p. 930.
  • 7 Du Chesne (A.), Antiquités et recherches de la grandeur et majesté des Rois de France, éd.1609, p. (...)

5Deux auteurs ont défini les entrées royales en insistant sur les enjeux qui se nouaient autour de la venue du Roi dans l’une des villes de son royaume. Pour Théodore Godefroy, auteur du Cérémonial Français, les cérémonies liées au spectacle de l’Entrée royale sont « des devoirs justes et raisonnables que les français doivent aux Majestés de leurs Souverains ; lesquels ainsi que Dieu leur commande, ils considèrent et contemplent en ce monde comme les principales images et ressemblances de la Majesté divine »6. L’insistance marquée sur les devoirs des sujets rappelle le droit de gîte dont le roi médiéval usait envers les villes de son royaume ; la référence à l’essence divine de la majesté du souverain dévoile le caractère religieux de cette cérémonie, le roi étant figuré comme le lieutenant de Dieu sur terre. Dans cette première définition, la fonction royale l’emporte sur la personnalité de celui qui se présente dans la ville. La définition donnée par André Du Chesne est plus pragmatique. Dans ses Antiquités et recherches de la grandeur et majesté des Rois de France, il présente l’entrée royale comme « un triomphant appareil que [la ville] donne à la personne du roi, et les appareils de cette grande et royale entrée sont les honneurs qu’elle rend à Sa Majesté »7. À l’aune de ces deux définitions, le spectacle de l’entrée visait tout autant à magnifier la personne que la fonction souveraine que celle-ci incarnait.

  • 8 Giesey (R.E.), Cérémonial et puissance souveraine, Paris, A.Colin, 1987 (sur les Entrées royales, (...)
  • 9 Fogel (M.), Les cérémonies de l’information dans la France des xvie au xviiie, Paris, Fayard, 1989 (...)
  • 10 Giesey (R.E.), op. cit., p. 68.
  • 11 Ibid., p. 68. Même analyse chez Guenee (B.), Lehoux (Fr.), Les entrées royales françaises de 1328 (...)

6Dans le prolongement de cette idée, Ralph E. Giesey considère l’entrée royale comme un élément du cérémonial d’État8 (avec le sacre, les funérailles et les lits de justice). Il s’agit bien en effet d’une cérémonie, définie comme « un ensemble articulé d’éléments rituels qui fixent au plus près par les objets, les gestes et les paroles, la place qui revient à chacun dans la hiérarchie des pouvoirs »9. Et en l’espèce, ces événements relevaient du cérémonial d’État « à la fois parce qu’ils s’imposent à chaque roi (du moins on attend de lui qu’il les exécute), et parce que leur signification est claire pour le droit public »10. Chacun à leur mesure, ils occupaient une fonction précise dans l’inauguration du nouveau roi de France ; plus modestes que le sacre, les entrées royales n’en n’étaient pas moins essentielles. Leur valeur tenait à ce qu’elles étaient susceptibles de répétition, et au fait que leur organisation était fondée sur la participation croisée des sujets et du roi11.

  • 12 C’est la raison pour laquelle ce cérémonial a été résumé sous le qualificatif de l’échangedon. Jac (...)

7Tout le cérémonial des Entrées témoignait des liens puissants qui attachaient le souverain à son peuple. Dans cette perspective, l’entrée ne se réduisait pas exclusivement à une manifestation de puissance. Elle était placée sous le signe d’une réciprocité des obligations en échange de l’accueil et des présents que lui réservait la cité, symboles de son allégeance, le prince offrait sa présence tout en confirmant les privilèges de la cité12. L’échange des obligations qui se nouait dans la cérémonie était toutefois perçu par ses protagonistes comme nécessairement déséquilibré la somme des dons que pouvait offrir la ville restait inférieure au don que le roi faisait de sa présence.

8Mais le cérémonial des Entrées était aussi une représentation symbolique de la vie politique du temps. Bernard Guénée remarque de manière significative que l’étymologie des mystères qui étaient associés à ce cérémonial, ne trouverait pas tant sa source dans l’expression latine mystérium, que dans celle de ministérium, dont le sens général serait celui de représentation. Et à tous égards, le cérémonial de l’Entrée royale était une fête de la représentation, sous toutes ses formes : l’ensemble de la cérémonie était orchestré selon une mise en scène précise. C’était une sorte de représentation théâtrale, dans laquelle les intervenants jouaient un rôle. Et il s’agit là aussi de représentation le prince se présentait comme le symbole de la royauté, et les participants agissaient au nom de la ville dont ils défendaient les intérêts. L’exemple de l’Entrée royale de Henri IV à Lyon en septembre 1595, permettra une variation sur ce thème protéiforme de la représentation.

9Le cérémonial de l’entrée renvoie l’image d’un double jeu de miroir. On y trouve d’un côté un roi en représentation, manifestant l’autorité et la légitimité du pouvoir. Autour de cette manifestation de la légitimité de Henri IV, après l’abjuration et le sacre, l’entrée royale était une autre représentation symbolique de sa réconciliation avec le royaume (I). On touche alors à l’autre aspect du cérémonial de l’Entrée, qui visait aussi à resserrer les liens de fidélité et de solidarité avec la ville, ou plutôt avec ses représentants, les élites locales qui organisaient les festivités de l’Entrée. C’est l’autre face de ce jeu de miroir, avec la représentation de la cité élaborée par ses représentants. La cité se donnait en spectacle dans une représentation idéalisée d’elle-même, qui devait attester de sa vitalité et permettre de faire avancer ses doléances auprès du roi (II).

I. LA MISE EN SCÈNE DE LA FIGURE ROYALE DANS LE CÉRÉMONIAL DE L’ENTRÉE

  • 13 Guenee (B.), Lehoux (Fr.), op. cit., p. 13.

10Entre le xivème siècle et le xvième siècle, on observe une évolution des entrées royales, ce qui n’était qu’une simple fête en l’honneur du souverain, devint une exaltation de la monarchie, faisant des Entrées « un moment essentiel de la religion royale »13. Mais si les festivités se concentraient d’abord sur le personnage royal, celui-ci était tout autant acteur que spectateur du cérémonial de son Entrée dans la ville. Ce double rôle se marquait d’ailleurs dans le déroulement chronologique et géographique de l’Entrée hors de la ville, le roi était l’acteur principal de la représentation qu’il donnait de son pouvoir. En ville, il devenait le spectateur d’une représentation soigneusement orchestrée de sa personne et de sa fonction.

Le prince en représentation

  • 14 Lardellier (P.), « Sur deux gravures d’entrées royales lyonnaises », Nouvelles de l’Estampe, 1994, (...)
  • 15 Matthieu (P.), L’Entrée de très grand, très chrétien, très magnanime et victorieux Prince Henri IV (...)
  • 16 Sur Pierre Matthieu, voir Boucher (J.), Lyon et la vie lyonnaise au xvie siècle, éd. Lyonnaises d’ (...)

11Les Entrées royales étaient l’occasion pour le peuple de voir le roi, qui n’était plus une entité abstraite, mais une identité incarnée, historique14. Et pourtant, dans le déroulement de la visite, tout était fait pour le révéler dans la majesté de sa fonction. Physiquement présent, il n’en était pas pour autant plus accessible. Dans le faste de la cérémonie, la manifestation de la personne du roi participait d’un véritable culte de la fonction royale ; et l’on comprend dans ces conditions que le pouvoir ait tenté de maîtriser cette cérémonie. Une coordination étroite était mise en œuvre entre les représentants locaux du pouvoir royal et ceux de la ville d’accueil. Dès que la visite de Henri IV fut annoncée pour le mois de septembre 1595, Pomponne de Bellièvre, représentant du roi à Lyon, entra en contact avec messieurs du Consulat, « (aidant) leur bonne volonté et les (exhortant) à conserver ce premier devoir d’honneur d’être l’exemple en toutes les occasions où il y va de la preuve du devoir des sujets envers leur Roi »15. Bellièvre connaissait bien la ville et ses notables, et c’est à son initiative que Pierre Matthieu fut désigné par le Consulat comme ordonnateur de la cérémonie. Pierre Matthieu était avocat à la sénéchaussée et siège Présidial de Lyon ; un temps partisan de la Ligue (il est l’auteur de La Guisade, pièce très critique à l’égard de Henri III, et écrite après l’exécution des Guises à Blois), il sentit le vent tourner en 1594, lors de la reddition de la ville, il avait déjà changé de camp. Lorsque Bellièvre arriva à Lyon, Pierre Matthieu avait rallié le camp de la royauté. Le 23 décembre 1594, il prononça une harangue sur le devoir d’obéissance des sujets au roi. Devenu secrétaire de la ville, il organisa l’Entrée de Henri IV à Lyon en septembre 159516.

12Le roi attendait de ce cérémonial qu’il consolida le sentiment monarchique de ses sujets, et cette volonté était particulièrement flagrante dans l’entrée du 4 septembre 1595 (après les ruptures des guerres de religion et de la Ligue). Toute la cérémonie fut donc axée autour de la personne sacrée du roi, mise en représentation dans la majesté de sa fonction.

  • 17 Du Chesne, op. cit., p. 491.

13Cette mise en scène du caractère sacré du prince était très marquée dans la première partie de la cérémonie. Hors de l’enceinte de la ville, le roi se faisait voir sur son trône royal, élevé sur un grand échafaud tapissé et orné. C’est là qu’il recevait ses différents interlocuteurs, les représentants des intérêts de la ville, qui montaient jusqu’à lui pour prononcer leurs harangues. La hauteur de l’échafaud était significative outre la supériorité du roi, placé physiquement au-dessus de ses sujets, il s’agissait de le rendre visible à tous. Théodore Godefroy précise aussi que le roi se donnait à contempler comme l’image et la ressemblance sur terre de la majesté divine. Ce caractère divin de la représentation du souverain était en outre renforcé par le dais placé au-dessus du roi pendant le défilé, pour symboliser son association à Dieu. Pour rehausser la majesté du souverain en représentation, le dais était ordinairement accompagné de torches et flambeaux allumés, « pour confirmation que la Majesté des Rois n’est jamais sans quelques splendeur et lumière »17.

  • 18 Pendant le séjour à Lyon, cette représentation du roi très chrétien fut consolidée par l’annonce d (...)

14Après la Ligue, la volonté de Henri IV était sans doute encore plus grande d’impressionner ses sujets lyonnais par son attachement à la religion catholique. Si la grâce divine était acquise à tous les rois de France, celui-ci avait sans doute plus à cœur que les autres de marquer le lien avec la divinité, par la représentation de son pouvoir sacralisé18.

  • 19 Sur l’importance et le rôle de la Maison dans le cortège des entrées, comme d’ailleurs dans le cor (...)

15Mais le religieux n’était pas tout dans cette image que le pouvoir donnait de lui-même. Le juridique, l’économique, le politique et l’esthétique se mêlaient dans cette représentation minutieusement orchestrée. À cet égard, l’Entrée de Lyon devait ainsi affirmer la continuité du pouvoir royal. Celle-ci était en particulier exprimée par l’importance du cortège qui accompagnait le roi. Puisqu’il s’agissait de mettre en scène la grandeur du personnage royal devant ses sujets, le faste de la cour qui défilait avec lui était une preuve de sa magnificence19.

  • 20 La foule lyonnaise put admirer la soumission du Duc de Guise et du Maréchal de Brissac, défilant d (...)
  • 21 Fogel (M.), op. cit., p. 15.
  • 22 Cette observation confirme les analyses de l’Entrée royale comme un instrument de propagande royal (...)

16Symbolique de la réconciliation du royaume, la présence d’anciens ligueurs donnait un éclat particulier à l’autorité royale20. C’était une mise en scène de la soumission au roi, une confirmation scénarisée de l’acte de reddition de la ville signé en février 1594. Au-delà de Lyon, c’était une manifestation de l’autorité royale restaurée sur le royaume (ou en voie de l’être). Le message sous-jacent signifiait en effet que la reconquête était en marche. Dans cette perspective, l’Entrée était un élément décisif de l’information royale il s’agissait moins « de faire croire que de faire savoir »21. Henri IV voulait faire savoir qu’il travaillait à la reconquête du royaume, dans un esprit de réconciliation22.

17Mais la majeure partie de la cérémonie échappait au contrôle du pouvoir. Lorsque le cortège se mettait en marche pour entrer dans la ville, le prince se faisait moins acteur de sa représentation symbolique, que spectateur de l’image que la ville lui en renvoyait.

La représentation du prince. L’entrée royale comme « miroir du prince »

  • 23 Jacquet (J.), Konigson (E.), op. cit., p. 68. Comp. Giesey (R.E.), Cérémonial et puissance souvera (...)
  • 24 Cette volonté d’édification s’explique sans doute par la proximité chronologique qui existait souv (...)

18Dans le cours des festivités et des stations qui scandaient la progression du roi, celui-ci pouvait contempler l’image du pouvoir que lui renvoyaient les tableaux vivants, les statues et autres arcs de triomphe. Après avoir été l’acteur du début de la cérémonie, il devenait son propre public23. Dans cette représentation, point de critique ouverte tout était fait pour le flatter et l’édifier24. Lyon s’était ralliée à son autorité parce qu’elle refusait le prince espagnol. Mais si elle célébrait la majesté du roi, l’Entrée était aussi le moyen de lui rappeler les engagements souscrits.

  • 25 Au nom de quoi l’on a pu dire que la royauté avait trouvé dans les responsables locaux de ces fest (...)
  • 26 Jouhanna (A.), La France de la Renaissance, Paris, R.Laffont, Bouquin, 2001, « entrée royale » « l (...)

19C’est l’autre aspect du caractère politique de l’image royale véhiculée par le cérémonial de l’Entrée. Désormais, c’était la représentation que la ville se faisait du roi (personne et fonction) qui était mise en scène. Tous les thèmes développés diffusaient le message de la ville à son roi. Après les troubles de la Ligue, il parut ainsi nécessaire de rappeler que l’État était la source du bien public, que seul le roi légitime pouvait protéger. À cet égard, une transformation s’était faite jour dans les représentations royales des Entrées, qui avaient évolué d’une justification de la royauté à une justification de la politique royale25. Le représentant local du roi ne pouvait éviter que certaines représentations, théâtrales ou statutaires, soient conçues comme des leçons de politique, implicitement adressées au roi. Animée par un profond attachement à l’idéologie royale, ces leçons figurées l’invitaient à s’approcher de l’idéal monarchique dont on lui renvoyait l’image26. Dans sa reconquête du royaume, Henri IV trouva ainsi dans les images qu’on lui renvoyait de son autorité, un encouragement à continuer sa politique, ainsi qu’un moyen de sonder les attentes des populations regagnées à l’autorité royale.

  • 27 Fêtes de la Renaissance, op. cit., p. 17.
  • 28 Autre illustration de la représentation du pouvoir orchestrée par la ville, les généalogies dévelo (...)

20Parmi les thèmes représentant le pouvoir, celui de la justice du roi était très présent dans les Entrées. À Lyon, cette insistance s’explique par le contexte de la Ligue, qui avait fait sombrer la région dans une anarchie dont elle ne s’était pas encore remise. L’Entrée fut donc l’occasion pour la municipalité d’insister sur la mission traditionnelle de justice du roi, garant de l’équité, représentée par des expressions allégoriques de la justice royale27. Dès sa reddition, Lyon avait demandé au roi l’organisation de Grands Jours ; faute de les avoir encore obtenus, les représentations de la justice en réitéraient la demande28.

  • 29 Matthieu (P.), op. cit., pp. 23 suiv.
  • 30 La palme qui fut remise au roi était ainsi une référence aux Empereurs romains, dont Pierre Matthi (...)
  • 31 Le lendemain de la cérémonie de l’Entrée, les Consuls remirent au roi une effigie d’or à son image (...)
  • 32 Matthieu (P.), op. cit., p. 89.

21Le spectacle visuel des Entrées était complémentaire des discours, et participait avec eux d’une pédagogie politique du prince et des spectateurs. Il existait à cet égard un véritable « langage des décors » de l’Entrée, qui dépeignaient et commentaient la politique royale. Des autels étaient dédiés à la Clémence et à la Piété, des portails représentaient la Force et la Générosité, des arches étaient consacrées aux batailles victorieuses de Henri IV à Arques, Ivry et Dijon29. Les colonnes, les statues, ainsi que les accessoires30 et cadeaux31 remis au roi, lui renvoyaient une image de ce que son règne devait être. Parmi les représentation allégorique du pouvoir, une colonne fut dressée à Saint-Jean. À l’imitation de la colonne de Trajan, les dix tours de son fût représentaient les principaux moments du règne de Henri IV. Très symbolique, le 6e tour figurait le roi debout, soutenant une colonne de ses bras et de sa tête. Pierre Matthieu expliquait avoir ainsi figuré la règle qui avait le plus soutenu l’État depuis Clovis, et en vertu de laquelle Henri IV avait succédé à son prédécesseur - « la constante loi Salique que Philippe le Long, Charles le Bel, Louis XII, quelque affection de pères qu’ils portassent envers leurs filles, ne voulurent altérer, aussi ne le pouvaient-ils, car le Prince ne peut abolir les lois de la principauté s’il ne se veut abattre et ruiner soi-même »32. Ce qui était une manière implicite de nier la prétention du prince d’Espagne au trône de France. Descendant le plus proche par les mâles, Henri de Navarre était le prétendant légitime au trône de Henri III. Sur le tour supérieur, une autre image en confirmait la légitimité. « Une Piété appuyée sur une anche, tenant un livre et présentant une Charte Gallicane au Roy, fruit de la déclaration qu’il fit à Saint Denis de suivre la religion de ceux au sceptre desquels il succédait ». Si l’avènement contesté de Henri IV est associé à la règle de la catholicité du souverain, dernière des lois fondamentales, les contemporains avaient immédiatement eu conscience du caractère impératif de cette règle. Par cette image, il s’agissait en somme d’un rappel de l’engagement pris par un homme qui avait plusieurs fois abjuré la religion réformée. Lyon rappelait à son roi à quoi il devait son ralliement. Le 8e tour lui promettait d’ailleurs « les grands effets de la sincérité de sa conversion, par la reddition des meilleurs villes de son royaume ».

  • 33 Sur ce thème, voir JUNG (M.R.), Hercule dans la littérature française du xvie siècle, Genève, Droz (...)

22Dans toutes les représentations du pouvoir royal, on relève un recours systématique à l’antiquité. Omniprésente dans l’art et la littérature du temps, l’antiquité avait envahi de manière assez spontanée le cérémonial des Entrées Royales. Si le roi restait le lieutenant de Dieu sur terre, investi de sa grâce, il était aussi de plus en plus représenté à la manière des divinités des panthéons grec et romain. Les critères antiques étaient aussi employés pour représenter les qualités et les vertus du souverain. Au long du parcours dans Lyon, Henri IV se vit ainsi représenté sous la figure mythique de Hercule, et investi de ses qualités la force dans son combat contre l’hydre (la Ligue), puis la clémence de l’Hercule pacificateur33. Il y avait une fonction pédagogique de la mythologie, parce que le roi était confronté à l’image idéale que l’on voulait qu’il laisse à la postérité.

23Mais l’utilisation de ces critères rendait-elle la cérémonie lisible au commun des spectateurs ? Agréable à l’élite lettrée, l’utilisation de symboles antiques n’était guère déchiffrable par le grand nombre des habitants de la ville. Il y avait là un parti pris d’érudition des organisateurs, qui se souciaient surtout de plaire au prince. La cérémonie apparaît finalement susceptible de deux niveaux de lecture l’un populaire et spontané, dans la manière dont le peuple percevait le roi ; l’autre plus élitiste, qui mettait en scène une représentation symbolique de la souveraineté royale. Ce caractère à la fois élitiste et populaire de l’Entrée, se prolongeait dans la représentation de la ville qui était donnée au roi.

II. LA PLACE DE LA CITÉ DANS L’ENTRÉE ROYALE

24L’entrée du roi commençait par la remise des clés de la ville, symbole de sa sujétion et du contrat qui la liait à son prince. Cette référence au contrat montre que si l’Entrée était l’occasion pour le prince de se présenter devant son peuple, elle était aussi le moment pour la ville de se présenter à son roi. Son objectif était alors d’en obtenir la confirmation des privilèges, ainsi que de nouveaux avantages. Le cérémonial diffusait pour ce faire une représentation idéalisée de la ville. Mais derrière le faste de l’Entrée, se dévoilait aussi la réalité de la représentation de ses intérêts.

Une représentation idéalisée de la ville

25Dans le cérémonial de l’Entrée, il existait deux niveaux de représentation de l’image que la ville offrait au roi. Le plus visible était la représentation iconographique de la ville, qui mettait en scène son allégeance au roi le long du parcours emprunté par celui-ci. Mais cet ensemble de symboles, d’images et de décors, se prolongeait aussi dans une représentation sociale de la ville, tenant à la composition du cortège qui accompagnait le roi dans son parcours.

  • 34 Guenee (B.), Lehoux (Fr.), op. cit., p. 27.
  • 35 Matthieu (P.), op. cit., p. 23. Lors de la cérémonie de 1595, la remise des clés fut précédée d’un (...)
  • 36 Ibid.

26Dans la plupart des entrées, la remise des clés était agrémentée d’une représentation symbolique de la ville, incarnée par une jeune fille. Cette représentation exprimait le lien quasi-marital qui existait entre le prince et sa ville34. L’organisateur de l’entrée de Lyon ne reprit pas expressément le symbole (les clés furent remises au roi par les consuls35). Il ne l’évinça pourtant pas complètement un tableau placé sur la porte principale, représentait « une femme d’une beauté très accomplie », vêtue des couleurs du roi. Une inscription vantait les vertus de Lyon, « qui a en gros ce que toutes les autres n’ont qu’en détail, à qui toute la terre communique ce qu’elle a de plus cher et de plus exquis » ; cette remarque était une référence à la place commerciale de Lyon, qui avait souffert des guerres et de la Ligue, mais qu’elle espérait redevenir avec le soutien du roi. Au-dessus de la ville apparaissait d’ailleurs un soleil, signifiant que « les villes ne luisent que sous la clarté et la faveur de la majesté des rois »36.

  • 37 Ibid. ; Graham (V.E.), « L’humanisme lyonnais à travers les entrées triomphales au xvième siècle » (...)
  • 38 Ibid., p. 36.

27Dans une riche iconographie, la solidité et la fiabilité de la ville étaient représentées par la figure du lion qui la symbolisait naturellement. Le long du parcours, le roi passa devant pas moins d’une quinzaine de figurations du lion, thème directeur dont les différentes postures en soulignaient les vertus. Parmi celles-ci, la loyauté est omniprésente, représentée en particulier dans cette figure du lion offrant sa dépouille à Hercule. Manière de souligner que la ville s’était offerte « à son Hercule sans contrainte, sans violence, avant qu’il haussa la masse de son pouvoir sur lui »37. Mais il faut aussi préciser que dans certaines représentations lyonnaises, ce symbole du lion fut aussi appliqué au roi. Sur l’un des portails étaient ainsi vantés sa force et sa générosité, vertus dont personne ne doutait qu’il ferait preuve à l’égard de la ville. Le portail était chargé de lions, et un poème louait les mérites de ce « généreux animal, qui n’est si fier aux fiers, que courtois aux courtois, qui préfère volontiers l’oreille pitoyable à cil qui le supplie, et qui d’un cœur ingrat les biens reçus n’oublie »38. Cette utilisation mêlée du symbole du lion doit sans doute être interprétée comme le signe d’une assimilation de la ville à son roi, et par conséquent comme un prolongement des variations symboliques sur le thème de la reddition.

  • 39 Dans le tracé du parcours, le choix n’était par infini. Pendant plusieurs siècles, il fut même ass (...)

28Outre les symboles qui l’incarnaient, une représentation géographique de la ville était aussi mise en scène, dans la détermination du parcours emprunté par le prince. Dans le choix des rues traversées, et dans la détermination des stations marquées par le roi, c’était une image précise que la ville projetait d’elle-même à son hôte39. Henri IV étant arrivé à Lyon par le nord, c’est à la porte de Vaise qu’il fut accueilli. La première station était située au niveau de la porte de Bourgneuf, où le roi trouva les quatre échevins portant le dais. La seconde station était placée au niveau de Saint Paul, quartier du commerce. Le roi passa alors près de la rue Puy de Sel. Ce passage était symbolique, puisque s’y trouvait le principal grenier à sel de la ville, dont le ressort pour la gabelle comprenait, outre Lyon, les trois provinces du Lyonnais, du Forez et du Beaujolais, ainsi que le Mâconnais et le Vivarais. Le roi passa aussi près des bureaux de la douane, institution essentielle compte tenu de l’importance des marchandises qui venaient à Lyon, en particulier lors des quatre foires annuelles. Le roi arriva alors à la troisième station, située sur la place des Changes, quartier des banquiers et des riches orfèvres de la ville. Après le monde des finances, le cortège entra dans le quartier officiel de la ville, dont les institutions étaient surtout regroupées à Saint Jean. C’est ici que se trouvait le Grand Palais, ou Palais de Roanne, siège de la justice royale, mais aussi cœur politique et économique de la ville. Le roi arriva alors à la Porte Frau, limite nord du cloître Saint Jean. Il cessait alors d’être l’hôte de la municipalité, pour devenir celui des Chanoines-Comtes, dans une cérémonie privée à laquelle la foule n’assistait pas.

29La déambulation dans les rues de Lyon était donc orchestrée pour provoquer des rencontres entre le prince et les corps constitués, ainsi qu’avec les monuments symboliques de la ville. On pourrait voir dans les étapes de ce parcours, un reflet de l’influence du commerce et de la banque à Lyon, vers lesquelles le roi se présentait avant de défiler devant les institutions publiques. Mais sans doute ne faut-il pas trop faire parler les stations, dans lesquelles on pourrait tout aussi bien voir une évolution crescendo, montant du commerce à la finance, au politique et à la justice mêlées, pour finir à la porte du cloître pour l’apothéose du Te Deum organisé par les Chanoines-Comtes de Saint-Jean. Il semble que pour l’analyse des rapports de la finance et du politique à Lyon, plus significative était sans doute la représentation sociale que la ville exprimait dans la composition du cortège qui défilait avec le roi.

30Car comme élément du cérémonial d’État, l’Entrée royale devait aussi souligner le contact entre le prince et ses sujets. Et à ce titre, la solennité de la cérémonie s’évaluait au nombre et à la qualité des personnes qui y participaient. Or quels sujets le roi rencontrait-il ? ceux qui assistaient au défilé ou ceux qui y participaient directement ? Dans les Relations des Entrées, il n’est que très rarement fait mention de la foule des spectateurs. Si leur présence était nécessaire à la réussite de la fête, ce n’est pas d’eux qu’il s’agissait en l’occurrence.

  • 40 Fogel (M.), op. cit., p. 135.
  • 41 Chevalier (B.), Les bonnes villes de France, du xivème siècle au xvième siècle, Paris, Aubier, 198 (...)

31Dans la procession de l’Entrée, le cortège incarnait l’image que la cité révélait au roi dans la multitude des participants et dans ce corps unique qui représentait la ville40. Il y avait en effet une fonction représentative du cortège, par lequel toute la ville était supposée défiler unie devant son roi, dans le corps des représentants des différents aspects de la vie locale41. Toute la structure sociale se reflétait dans l’organisation du cortège, dont la composition n’était pas spontanée. Elle était même tellement encadrée que cette représentation apparaît pratiquement plus idéale que conforme à la réalité de la vie de la cité.

  • 42 Sur l’importance du thème humaniste de l’harmonie de la cité, Jouhanna (A.), op. cit., p. 143.
  • 43 L’élite de la robe n’avait pas encore réussi à rivaliser efficacement avec l’élite marchande, dans (...)

32Par l’opposition des regardés et des regardants, par l’exclusion de la foule urbaine hors du cortège de la ville, on devine l’image d’une ville idéale, dont la pauvreté ne venait pas défigurer l’harmonie générale42. Par son cortège, Lyon donnait au prince l’image d’une cité ordonnée. Or conformément à l’idée de stratification qui organisait alors la société, l’ordre du cortège était hiérarchisé les personnages les plus humbles de la vie municipale défilaient en tête, quand les plus importants défilaient en queue de cortège, plus près du roi. En l’espèce, la composition du cortège de Lyon reflétait encore la domination de la bourgeoisie des affaires sur la vie économique et politique locale43.

  • 44 Jacquet souligne qu’à la division verticale de la société (les ordres) se superposait une division (...)
  • 45 De Rubys (C.), op. cit., p. 451.

33La rareté des disputes confirme d’ailleurs que le rapport entre les différences de condition et la place dans la représentation de la ville, étaient bien intégré44. Et pourtant, derrière l’harmonie apparente de ce cortège unique, de petits incidents venaient parfois gripper la mécanique de l’Entrée, conséquences de la réalité d’une vie sociale dont les principaux aspects étaient représentés dans le cérémonial. Ainsi cette protestation des artisans lyonnais, obligés de défiler sous les couleurs des Penons de leur quartier. Claude de Rubys rapporte que les artisans dénoncèrent l’obligation qui leur était faite, n’ayant à l’égard des Penons ni affection, ni désir particulier, au contraire des compagnons des métiers, auxquels ils tâchaient de faire honneur « parce qu’ils conversent toute l’année, et gagnent leur vie avec eux »45.

34Cette critique témoigne des limites naturelles de l’organisation du cortège. S’il renvoyait une image idéalisée de la cité, il pouvait difficilement s’affranchir de la réalité des relations économiques et sociales de ses habitants. Car c’est aussi de cela qu’il s’agissait. Les différents acteurs de la vie municipale étaient les représentants de la multitude des intérêts économiques, culturels et politiques de Lyon. Aussi convient-il pour finir de s’interroger sur les modalités de la représentation de ces intérêts, dont dépendaient les privilèges que la cité pouvait obtenir de son prince.

Les représentants de la ville et les résultats de l’Entrée

  • 46 L’administration de la ville était répartie entre trois institutions. L’assemblée générale des hab (...)

35Le corps de ville était le détenteur véritable du pouvoir municipal. À Lyon, cette fonction était dévolue au Consulat, composé de douze échevins qui géraient l’administration des affaires de la ville. Cette gestion avait un caractère élitiste, puisque les douze membres du Consulat n’étaient pas à proprement parler les mandataires de la majorité des citoyens. L’aristocratie des affaires monopolisait en effet les institutions municipales, ses membres formant un collège où la cooptation régnait sans partage46, et dont la cohésion tenait à leur prospérité commune.

  • 47 De Rubys (C.), op. cit., p. 414.
  • 48 Chevalier (B.), op. cit., p. 205.

36Dans sa composition, le corps de ville n’était donc nullement représentatif de l’ensemble des habitants de Lyon. Richard Gascon considère qu’au xvième siècle, un tiers de la ville n’était pas représenté, se trouvant sans moyen légal d’expression47. L’élite municipale s’imposait malgré tout comme l’interprète des intérêts de la communauté. Dépassant le caractère oligarchique de sa composition, de plus en plus la fonction représentative du Consulat était mise en avant, dont les membres incarnaient le corps visible de la ville. Cette idée était soigneusement mise en scène dans l’Entrée royale. Si la ville était une personne morale jouissant d’une capacité juridique, nul ne devait ignorer que dans « la personne imposante de ces magistrats municipaux (résidait) tout le pouvoir et toute l’autorité tutélaire »48.

  • 49 Matthieu (P.), op. cit., p. 2 : « n’attendant d’autre main que de la sienne (celle du prince) le r (...)

37L’organisation d’une Entrée royale était un enjeu considérable pour ces représentants des intérêts de la municipalité, qui y voyaient le moyen de défendre les privilèges, voire d’augmenter les libertés de la ville. Derrière l’affirmation de la sujétion, il y avait en effet la recherche de plus de liberté. Les représentants de Lyon insistèrent surtout sur la nécessité du retour à la paix, dont dépendait le retour à la prospérité49.

  • 50 L’expression est de Paulette Chone ; « Entrées royales », Dictionnaire du grand siècle, Paris, Fay (...)
  • 51 Guenee (B.), Lehoux (Fr.), op. cit., p. 24.

38Par les nombreuses harangues prononcées devant le roi, on a parlé de l’Entrée comme d’une fête de la parole50. Les différents interlocuteurs représentaient chacun un aspect de la vie municipale, diffusant ensemble le message qu’elle voulait faire passer à son prince. Comme l’a résumé Bernard Guénée, « si le roi était comblé d’honneurs, il l’était aussi de requêtes »51. L’ensemble se jouait sur le ton de la louange, mais derrière l’hommage rendu aux qualités de sagesse, de pardon et de justice, on devine les attentes de la ville.

  • 52 Edict et déclaration du Roy sur la réduction de la ville de Lyon sous son obéissance, op. cit..
  • 53 Matthieu (P.), op. cit., p. 4. Même tonalité dans le discours de Nerry de Tourvéon, Chanoine et Gr (...)
  • 54 Ibid.
  • 55 Relations des Entrées solennelles dans la ville de Lyon, de nos Rois, Reines, Princes, Princesses, (...)
  • 56 « ainsi le jurons et promettons au nom de tous nos concitoyens et de toute notre postérité ». Ibid (...)

39En l’espèce, il s’agissait de rappeler au roi les engagements souscrits en mai 1594, dans l’acte de reddition52 Parlant pour le Clergé, et après avoir flatté « la grandeur de leur Prince naturel et souverain », le doyen de Chalmazel demandait au roi d’imiter « la piété de ses prédécesseurs », en maintenant les privilèges et prérogatives dont ils avaient honoré la compagnie53. La harangue prononcée à Saint-Jean par l’Archevêque Pierre d’Epinac fut particulièrement symbolique de la soumission de Lyon à son roi. Ancien chef ligueur de Lyon, il célébra la clémence incomparable du souverain, « telle que nul de ceux qui vous ont offensé, ont été armés contre vous, ne s’est présenté pour vous reconnaître, qui n’ait obtenu un pardon et oubli de toutes les choses passées mais qui plus est qui n’ait en bien et honneur ressenti les fruits de votre bénéficence et libéralité » (la reconquête du royaume s’était faite autant par les armes que par l’argent et l’achat des anciens opposants). Évoquant à demi-mot les raisons de son propre ralliement à la Ligue, d’Epinac se félicitait aussi de « cette bienheureuse conversion que Dieu, par la grâce de son esprit saint a opérée en vous, rappelant, lors que l’on l’espérait le moins dans le giron de l’Église de laquelle par fausse instruction en votre jeunesse plutôt que par mauvaise inclination, vous aviez été détourné »54. Président du Siège Présidial de Lyon, de Langes souhaita à son tour qu’avec ce prince, la justice règne « au grand contentement de tous les peuples, en paix, union et concorde à votre gloire »55. Le Sieur de Montmartin, premier échevin de la ville, insista enfin sur la mission de représentation du Consulat, précisant qu’avec lui, c’est toute la ville qui se prosternait aux pieds du roi, faisant le serment de vivre et mourir sous son obéissance56.

  • 57 Cochard (N.-F.), Séjours de Henri IV à Lyon, Lyon, 1827, p. 80.

40Fort de ces déclarations d’allégeances, quels furent les effets de cette Entrée royale ? Dans ses réponses aux différents corps représentatifs, le roi avait regretté de n’avoir pu encore procurer à ses sujets lyonnais le repos qu’ils méritaient. Il imputait ce retard à la situation si troublée dans laquelle il avait trouvé son royaume, tout en promettant d’achever avec l’aide de Dieu ce qui avait été si bien commencé57. Pendant tout le séjour, Henri IV donna l’impression d’une sorte de dette contractée envers Lyon, dont la reddition avait convaincu d’autres villes de se rallier à son panache.

  • 58 Champdor (A.), Les rois de France à Lyon, Lyon, A.Guillot, 1986, p. 69.
  • 59 AN, X(1A)-8642 (594). Lettres patentes du 21 septembre 1595.
  • 60 AN, X(1A)-8642 (515).
  • 61 AN, X(1A)-8642 (508).

41Signe de sa reconnaissance, le 15 septembre 1595 il avertit le Consulat de sa décision de bailler le gouvernement de la ville à son fils naturel, César de Vendôme58. Compte tenu du jeune âge de l’enfant, né en juin 1594, il remettait la lieutenance du gouvernement de son fils à Philibert de La Guiche59 Décisives pour la vie économique de Lyon, des lettres patentes confirmèrent aux marchands étrangers de Lyon, « les libertés, privilèges et franchises qui leur furent accordés par les précédents rois »60. D’autres lettres confirmèrent « aux maîtres, compagnons et ouvriers en drap d’or, d’argent et de soie de Lyon, les privilèges qui leur (avaient) été accordés par les précédents rois »61.

  • 62 AN, X(1A)-8642 (591). Sur la tenue des Grands Jours à Lyon, Varille (M.), « les Grands Jours de Ly (...)
  • 63 Cet édit avait eu un précédent, un édit de 1547 qui n’avait jamais été appliqué.
  • 64 Cette réduction était justifiée par le fait qu’un prévôt et quatre échevins étaient suffisants pou (...)

42Mais c’est surtout après le séjour, achevé le 24 septembre 1595, que se mesurent les véritables résultats de l’Entrée de Henri IV à Lyon. Averti de la situation d’anarchie dans laquelle la Ligue avait laissé la ville et sa région, sensibilisé par les appels réitéré à la justice royale, le roi accorda la tenue de Grands Jours par lettres patentes du 24 mai 159662. Mais malgré les déclarations de bonne volonté, le roi gardait un souvenir très vif des résistances opposées à son avènement. Aussi engagea-t-il une politique extrêmement stricte à l’égard des villes, dont l’élite municipale lyonnaise sentit les effets. L’objectif était d’unifier l’administration des villes du royaume, en réduisant au maximum leur autonomie. La nomination de son fils au poste de gouverneur était une première étape de cette centralisation. Mais la réduction de l’autonomie municipale de Lyon fut surtout sanctionnée par l’édit de Chauny de décembre 159563. À l’instar de la municipalité parisienne, il opérait une réduction à quatre du nombre des échevins, placés sous l’autorité d’un prévôt des marchands bientôt désigné par le roi64.

  • 65 Des lettres patentes du 30 novembre 1595 accordèrent pour six ans reconductibles, le droit de leve (...)
  • 66 La réglementation des métiers était au cœur d’un vieux débat qui opposait Lyon à la royauté. Gasco (...)

43La réforme visa aussi les finances de la ville65. Au motif de liquider les dettes municipales, il s’agissait surtout de garantir les revenus dont le roi avait besoin pour poursuivre la reconquête de son royaume et la guerre contre l’Espagne. Lyon fut particulièrement ponctionnée, parce que le pouvoir la considérait comme une ville riche (impression que le faste des cérémonies de 1595 avait d’ailleurs largement confirmé). Or pour le Consulat, cette pression fiscale accélérait la décadence du commerce entamée pendant les guerres de religion, et dont la ville ne s’était pas encore remise. Tout aussi dangereuse lui apparaîtra d’ailleurs l’ordonnance d’avril 1597 instaurant la réglementation des métiers de Lyon66.

44Ces résultats de l’Entrée de Henri IV illustrent bien le désenchantement des Lyonnais. La mise en scène des sentiments loyalistes de la cité avait été motivée par l’espoir d’un retour à la prospérité. Cet espoir ayant été contrarié, on comprend pourquoi, en décembre 1600, l’Entrée de Marie de Médicis n’eut pas le faste de celle de 1595. Frustrée des faibles résultats de la précédente Entrée, et soumise aux assauts fiscaux de Sully, Lyon ne voulait pas paraître riche. La modicité de cette Entrée fut donc une manière de protester contre la situation qui lui avait été faite. Ce choix confirme le rôle éminemment politique de ce cérémonial, par le dialogue qu’il instaurait entre un prince en représentation et les représentants de la cité. L’Entrée royale était une mise en représentation d’un discours politique donné à entendre et à voir dans l’ensemble des messages concrets et symboliques que les deux parties se délivraient. À ce titre, l’analyse de ses mécanismes apparaît comme un objet d’étude indispensable de l’histoire des idées politiques.

Notes

1 Le 27 février 1589 les membres de l’Assemblée générale des habitants, réunis à l’Hôtel de Ville à l’appel des échevins, avaient prêté serment de fidélité à la Ligue. Dès l’automne 1588, dans un appel aux villes française, Henri de Navarre avait pourtant pointé les dangers d’une partition du pays et la dérive féodale inhérente à l’idéologie de la Ligue. De fait, la ville et ses habitants eurent bientôt à souffrir de ce choix, se trouvant pris entre les autorités concurrentes des partisans du duc de Nemours, gouverneur du Lyonnais, et ceux de son demi-frère le duc de Mayenne, Lieutenant Général de l’État et Couronne de France (il était représenté à Lyon par l’archevêque Pierre d’Epinac). Outre ces querelles d’influence, les exigences fiscales de la Ligue n’avaient pas tardé à s’ajouter aux difficultés de la guerre civile, entraînant la ville dans une crise économique, sociale et politique.

2 Claude de Rubys, Histoire véritable de la ville de Lyon, Lyon, Antoine Gryphuis, 1600, p. 446.

3 Outre cette condition de la religion, l’atout du roi de Navarre résidait dans le patriotisme des élites françaises, qui dénonçaient l’attitude anti-nationale des chefs de la Ligue, prêts à offrir la couronne de France au roi d’Espagne Philippe II.

4 Edict et déclaration du Roy sur la réduction de la ville de Lyon sous son obéissance (24 mai 1594) ; Lyon, 1596, p. 7.

5 Pour une présentation de la situation de Lyon au sortir de la Ligue, Kleinclaucz (A.), Histoire de Lyon, t.II (1595-1814), Marseille, Laffitte-Masson, 1948, pp. 4-5.

6 Godefroy (Th.), Le Cérémonial Français, éd.1649, p. 930.

7 Du Chesne (A.), Antiquités et recherches de la grandeur et majesté des Rois de France, éd.1609, p. 477-478.

8 Giesey (R.E.), Cérémonial et puissance souveraine, Paris, A.Colin, 1987 (sur les Entrées royales, pp. 36 suiv.)

9 Fogel (M.), Les cérémonies de l’information dans la France des xvie au xviiie, Paris, Fayard, 1989, p. 18.

10 Giesey (R.E.), op. cit., p. 68.

11 Ibid., p. 68. Même analyse chez Guenee (B.), Lehoux (Fr.), Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, CNRS, 1968, pp. 7-8.

12 C’est la raison pour laquelle ce cérémonial a été résumé sous le qualificatif de l’échangedon. Jacquet (J.), Konigson (E.) (dir.), Les Fêtes de la Renaissance, III ; 15ème colloque international d’Études Humanistes, Tours, 10-22 octobre 1972 ; éd. CNRS 1975

13 Guenee (B.), Lehoux (Fr.), op. cit., p. 13.

14 Lardellier (P.), « Sur deux gravures d’entrées royales lyonnaises », Nouvelles de l’Estampe, 1994, pp. 47 suiv. Du même auteur, Les entrées royales, d’un événement à son discours, thèse Louis Lumière, 1993.

15 Matthieu (P.), L’Entrée de très grand, très chrétien, très magnanime et victorieux Prince Henri IV, Roy de France et de Navarre en sa bonne ville de Lyon, le 4 septembre 1595 ; Lyon, 1595, p. 3.

16 Sur Pierre Matthieu, voir Boucher (J.), Lyon et la vie lyonnaise au xvie siècle, éd. Lyonnaises d’art et d’histoire, 1992, p. 73. Compte tenu des liens qui l’unissait à Bellièvre, Matthieu suivit étroitement ses directives, conséquence des enjeux liés à la cérémonie de l’Entrée, en terme de représentation du pouvoir royal.

17 Du Chesne, op. cit., p. 491.

18 Pendant le séjour à Lyon, cette représentation du roi très chrétien fut consolidée par l’annonce de l’absolution accordée par le pape Clément VIII. L’accord ayant été donné le 30 août 1595, la cérémonie de l’absolution eut lieu le 17 septembre suivant. Sur la place Saint Pierre, les deux ambassadeurs du Roi, Jacques Davy du Perron et Arnaut d’Ossat (associés au cardinal François de Joyeuse) reçurent à la place du roi les coups de baguette symboliques assenés par le souverain pontife. Apprenant la nouvelle de l’absolution pendant son séjour à Lyon, le roi y fit procéder à un Te Deum.

19 Sur l’importance et le rôle de la Maison dans le cortège des entrées, comme d’ailleurs dans le cortège funèbre, Giesey (R.E.), Le Roi ne meurt jamais, Paris, Flammarion, 1987, p. 126.

20 La foule lyonnaise put admirer la soumission du Duc de Guise et du Maréchal de Brissac, défilant derrière le roi. Messire Nerry de Tourveon et surtout l’archevêque de Lyon Pierre d’Epinac, homme du duc de Mayenne pendant la Ligue, exprimèrent l’allégeance du Clergé de Lyon.

21 Fogel (M.), op. cit., p. 15.

22 Cette observation confirme les analyses de l’Entrée royale comme un instrument de propagande royale. Ce terme est contesté par certains historiens, car il induit dans la monarchie « une conscience claire de ce qu’elle fait, de ce qu’elle croit, voire même une capacité à jouer résolument sur une coupure entre ce qu’elle croit et ce qu’elle veut faire croire » ; Fogel (M.), op. cit., p. 15. S’il existe bien un contrôle de l’Entrée par la monarchie, pour diffuser une représentation de sa puissance et de son autorité, le terme de propagande suggère en effet une conception trop maîtrisée du cérémonial, avec une connaissance trop précise de ses répercussions sur le peuple. C’est pourquoi on lui préfère l’expression d’information royale, utilisée par Michèle Fogel.

23 Jacquet (J.), Konigson (E.), op. cit., p. 68. Comp. Giesey (R.E.), Cérémonial et puissance souveraine, op. cit., p. 37.

24 Cette volonté d’édification s’explique sans doute par la proximité chronologique qui existait souvent entre l’Entrée royale et le sacre du roi. Mais cette perspective d’édification était certainement moins évidente en 1595 pour Henri IV, qui n’était plus un homme jeune (il avait quarante-cinq ans), et qui gouvernait depuis 1589.

25 Au nom de quoi l’on a pu dire que la royauté avait trouvé dans les responsables locaux de ces festivités, « des auxiliaires plus ou moins conscients, plus ou moins inspirés de sa politique ». Guenee (B.), Lehoux (Fr.), Ibid., p. 29. Comp. Bryant (L.), The king and the city in the Parisian Royal Entry Ceremony, Genève, Droz, 1986, p. 16.

26 Jouhanna (A.), La France de la Renaissance, Paris, R.Laffont, Bouquin, 2001, « entrée royale » « le miroir que l’Entrée tend au prince ne signifie pas forcément qu’il puisse s’y identifier pleinement. À travers le modèle ainsi proposé, c’est une voie qui lui est ouverte, vers un plus grand accomplissement ». Ces leçons n’étaient pas arrogantes, mais exprimées sous la forme de conseils au prince, faisant « paraître les grandeurs de leurs majestés, autant par l’Ornement externe que par les Vertus qui luisent en leurs esprits » ; Matthieu (P.), L’Entrée de très Grand, très chrétien, très magnanime et victorieux Prince Henri IV…, op. cit..

27 Fêtes de la Renaissance, op. cit., p. 17.

28 Autre illustration de la représentation du pouvoir orchestrée par la ville, les généalogies développées par Pierre Matthieu étaient une légitimation du pouvoir de Henri IV, replacé dans la longue lignée de ses prédécesseurs. Derrière la personnalité du souverain, exaltée dans les différentes représentations, la pérennité du pouvoir royal était fêtée, rappelant au souverain la nécessité d’une fidélité à la lignée dont il était l’héritier. D’où la représentation des ancêtres du roi Henri IV jusqu’à Saint Louis, ainsi que la généalogie de la Maison de Bourbon remontant jusqu’à Pharamond pour justifier le pouvoir de Henri IV. Matthieu (P.), op. cit., pp. 87-89. Dans cette mise en perspective de la pérennité de la fonction royale, les entrées participaient de la diffusion de l’idéologie de la durée du pouvoir royal. Pour reprendre l’analyse de Ralph E.Giesey, « le regard que le roi vivant porte sur les représentations de ses illustres ancêtres installe cette continuité dans l’histoire, et fait de l’entrée un juste pendant des funérailles, qui mettaient en scène une abstraction juridique que le roi ne meurt jamais » ; Cérémonial et puissance souveraine, op. cit., p. 37.

29 Matthieu (P.), op. cit., pp. 23 suiv.

30 La palme qui fut remise au roi était ainsi une référence aux Empereurs romains, dont Pierre Matthieu rappelait qu’ils « la portaient en leur main droite, pour marque de victoire, d’autant que cet arbre soutient les faits plus pesants, et ne ploie ni rompt jamais sous la charge, et se relève tant plus qu’on s’évertue à le courber », op. cit., p. 23. La référence aux difficultés de Henri IV à triompher de l’opposition de la Ligue était flagrante. Matthieu assimilait aussi cette palme à la France, dont le Roi était le seul chef, et sans lequel elle ne pouvait rien. Le ralliement à l’autorité du souverain légitime était de nouveau affiché. « La palme, entre toutes les plantes, meurt quand le sommet est détruit ou coupé. La vie de cette couronne est en la vie du Roi, sa félicité, son repos, et sa conservation ne dépend pas de ces supputations attachées aux étoiles, mais bien du cours de ces années, lesquelles désormais Sa Majesté doit ménager » (p. 42).

31 Le lendemain de la cérémonie de l’Entrée, les Consuls remirent au roi une effigie d’or à son image, assise en un trône royal. Le roi y jetait d’une main de l’eau sur des feux, et de l’autre il donnait deux rameaux d’olive et de grenade à un lion. Rompant ses doubles chaînes, et prosterné à ses pieds, celui-ci lui offrait une couronne de gramen. Dans sa harangue de présentation, le général Henry justifiait ce présent « Sire, votre Lyon a encore eu le cœur et la force de rompre les doubles ceps qui le détenaient en servitude, ce qu’il reconnaît devoir à votre Majesté seule, à laquelle pour avoir éteint le feu de la rébellion, conservé son peuple, et dompté ses ennemis, il offre cette couronne de gramen, recevant de sa main la grenade et l’olive pour demeurer perpétuellement uni en son obéissance et heureux repos » ; cité dans les Relations des Entrées…, op. cit., p. 113. La remise de la couronne contre la grenade et l’olive, souligne en outre le caractère d’échange-don de la cérémonie de l’Entrée, entre la ville et son roi.

32 Matthieu (P.), op. cit., p. 89.

33 Sur ce thème, voir JUNG (M.R.), Hercule dans la littérature française du xvie siècle, Genève, Droz, 1966.

34 Guenee (B.), Lehoux (Fr.), op. cit., p. 27.

35 Matthieu (P.), op. cit., p. 23. Lors de la cérémonie de 1595, la remise des clés fut précédée d’un discours dont les accents étaient ceux d’une très nette obédience au roi « Sire, il a plu de toute ancienneté aux Rois vos prédécesseurs et aussi à votre majesté, de confier et inféoder la garde des clés de votre ville de Lyon aux Consuls et Echevins de ladite ville qui vous les présentent en toute humilité avec leur immortelle fidélité et perpétuelle obéissance. »

36 Ibid.

37 Ibid. ; Graham (V.E.), « L’humanisme lyonnais à travers les entrées triomphales au xvième siècle », L’humanisme lyonnais au xvième siècle, colloque Lyon 1972 ; Grenoble, PUG, 1974, p. 195. Le symbole de la reddition volontaire était encore évident dans cette autre figuration mettant en scène un lion étouffant une hydre (l’hydre représentait symboliquement la Ligue). 9e Une dernière illustration de la reddition était enfin placée sur le tour de la colonne « trajanne ». Pierre Matthieu explique que dans une grande flotte avaient été représentées de nombreuses villes, qu’une femme « noire et affreuse » conduisait outre les monts Pyrénéens, ramant contre des écueils et des gouffres affreux. Seul parmi l’équipage, un lion prévoyant l’échouage s’élançait hors du vaisseau, pour rallier « la sérénité du port de la bonté et de la clémence du Roi » ; Matthieu (P.), op. cit., p. 89. Dans tous les cas, l’illustration de la reddition de Lyon insiste sur son caractère volontaire.

38 Ibid., p. 36.

39 Dans le tracé du parcours, le choix n’était par infini. Pendant plusieurs siècles, il fut même assez facile de prévoir l’itinéraire des cortèges officiels. Sur ce sujet, voir « Souvenirs Lyonnais de 1496 à 1896. Les entrées solennelles et les embellissements successifs de la ville », Mémoires de l’Académie des sciences, belles lettres et arts de Lyon, 3ème série, V, 1898, pp. 43 suiv. Au xvième siècle, il n’existait que deux voies principales traversant la ville du nord au sud, et les portes de Vaise et du Rhône étaient les deux postes où les consuls accueillaient le roi, selon que celui-ci se présentait par le nord ou par le sud. Mais quel que soit le parcours emprunté, l’objectif de l’Entrée était toujours le même amener le roi jusqu’à la Cathédrale Saint-Jean, où l’attendaient les Chanoines-Comtes de la ville pour une cérémonie privée. Si c’était à Saint-Jean que battait le cœur religieux de la ville, son cœur politique n’était pas loin puisque jusqu’au xviième siècle, la cité officielle se trouvait aussi sur la rive droite de la Saône (qualifiée de côté du royaume, l’autre rive étant désignée comme le côté de l’Empire).

40 Fogel (M.), op. cit., p. 135.

41 Chevalier (B.), Les bonnes villes de France, du xivème siècle au xvième siècle, Paris, Aubier, 1982. L’auteur évoque la place des édiles municipaux dans le cérémonial de l’Entrée ; « avec eux, en robe d’apparat, c’est la ville même qui passe, avec son corps visible et nul non plus ne peut ignorer qu’en la personne imposante de ces magistrats municipaux revêtus des insignes de leur fonction, réside tout le pouvoir et toute l’autorité tutélaire. Voilà qui compte réellement plus que tous les privilèges écrits, tous les articles de la chartes ou des statuts, plus que toutes les subtilités de la mécanique électorale », (p. 27).

42 Sur l’importance du thème humaniste de l’harmonie de la cité, Jouhanna (A.), op. cit., p. 143.

43 L’élite de la robe n’avait pas encore réussi à rivaliser efficacement avec l’élite marchande, dans la conquête du prestige et du contrôle du pouvoir municipal. Sur la rivalité entre la robe et le commerce dans les villes commerçante, Jouhanna (A.), op. cit., pp. 136 suiv ; comp. Gascon (R.), Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle, pp. 375-379 ; du même auteur, Lyon et ses marchands, Paris, La Haye, Mouton, 1971. Faute d’un Parlement à Lyon, les commerçants ne rencontraient pas de concurrents sérieux pour leur disputer la primauté de la direction des affaires municipales.

44 Jacquet souligne qu’à la division verticale de la société (les ordres) se superposait une division horizontale, « correspondant à une opposition consciente entre la bourgeoisie et le commun » ; op. cit., p. 18. C’était particulièrement le cas à Lyon, ville commerçante dans laquelle la bourgeoisie des affaires occupait une place centrale dans la vie économique et politique de la cité…place que reflétait sa position dans le cortège. On n’oublie pas d’ailleurs que par sa présence au sein du Consulat, la bourgeoisie lyonnaise dirigeait l’organisation de l’Entrée royale.

45 De Rubys (C.), op. cit., p. 451.

46 L’administration de la ville était répartie entre trois institutions. L’assemblée générale des habitants, qui ne réunissait qu’un nombre restreint de participants, représentants des métiers, des notables et des chefs des principales familles de la ville. Elle n’était que rarement réunie, pour les affaires les plus graves. L’assemblée des notables de la ville, dont la dénomination souligne le caractère élitiste, et qui servait à l’élection de la troisième institution, le corps de ville.

47 De Rubys (C.), op. cit., p. 414.

48 Chevalier (B.), op. cit., p. 205.

49 Matthieu (P.), op. cit., p. 2 : « n’attendant d’autre main que de la sienne (celle du prince) le rétablissement de ses ruines, le soulagement de ses Citoyens, la guérison de ses plaies, ne se promettant que de sa présence, l’éloignement de ses ennemis et la fin de ses misères ».

50 L’expression est de Paulette Chone ; « Entrées royales », Dictionnaire du grand siècle, Paris, Fayard, 1990.

51 Guenee (B.), Lehoux (Fr.), op. cit., p. 24.

52 Edict et déclaration du Roy sur la réduction de la ville de Lyon sous son obéissance, op. cit..

53 Matthieu (P.), op. cit., p. 4. Même tonalité dans le discours de Nerry de Tourvéon, Chanoine et Grand obéancier de Saint-Just (p. 8).

54 Ibid.

55 Relations des Entrées solennelles dans la ville de Lyon, de nos Rois, Reines, Princes, Princesses, Cardinaux, Légats, et autres grands personnages, depuis Charles VI jusqu’à présent, Lyon, 1752. Sur l’entrée royale de Henri IV, pp. 95-114 (p. 101-102).

56 « ainsi le jurons et promettons au nom de tous nos concitoyens et de toute notre postérité ». Ibid., p. 104. Outre les confirmations de privilèges accordés à la ville, l’Entrée du roi fut aussi l’occasion de demandes plus personnelles – en particulier de la part d’anciens ligueurs, évincés après le retour de la ville sous l’autorité du roi. Ponson Bernard, ancien échevin et sergent major de la ville, saisit cette opportunité pour obtenir une révision de son cas. Autorisé par les échevins à se présenter à la porte de la ville le 4 septembre 1595, il put discuter avec le roi qui l’autorisa à retourner dans la ville. Rolle (F.), « journal de Ponson Bernard, échevin lyonnais 1592-1595 », Revue du lyonnais, t. 31, p. 440.

57 Cochard (N.-F.), Séjours de Henri IV à Lyon, Lyon, 1827, p. 80.

58 Champdor (A.), Les rois de France à Lyon, Lyon, A.Guillot, 1986, p. 69.

59 AN, X(1A)-8642 (594). Lettres patentes du 21 septembre 1595.

60 AN, X(1A)-8642 (515).

61 AN, X(1A)-8642 (508).

62 AN, X(1A)-8642 (591). Sur la tenue des Grands Jours à Lyon, Varille (M.), « les Grands Jours de Lyon », Revue du Lyonnais, V, 1922, pp. 90 suiv. Les résultats en furent malgré tout assez médiocres, au point qu’en 1597, le roi promulgua une amnistie générale. Kleinclaucz (A.), op. cit., p. 10.

63 Cet édit avait eu un précédent, un édit de 1547 qui n’avait jamais été appliqué.

64 Cette réduction était justifiée par le fait qu’un prévôt et quatre échevins étaient suffisants pour la conduite et administration des affaires, « mieux et plus promptement réglées et négociées ». Edit de Chauny, cité par Kleinclaucz (A.), op. cit., p. 5. Soucieux de plaire au pouvoir, Claude de Rubys dénonça « ce grand et excessif nombre de douze échevins qui jusqu’alors avait eu l’administration des affaires communes de la ville de Lyon » ; op. cit., p. 452.

65 Des lettres patentes du 30 novembre 1595 accordèrent pour six ans reconductibles, le droit de lever « un octroi de 4 livres sur chaque pièce de vin de pays y entrant et de 2 écus sur chaque pièce venant des provinces hors du gouvernement ». Kleinclaucz (A.), op. cit., p. 10.

66 La réglementation des métiers était au cœur d’un vieux débat qui opposait Lyon à la royauté. Gascon (R.), op. cit., p. 720.

Auteur

Maître de Conférences à l’Université de Bretagne Sud

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable