Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lien familial, lien obligationnel, lien social. Livre I

 | 
Caroline Siffrein-Blanc
, 
Jean-Philippe Agresti
, 
Emmanuel Putman

Rapports introductifs

Appropriation de soi et contractualisation du lien familial dans le libéralisme lockien et le Code civil

Olivier Tholozan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est d’usage de caractériser la législation familiale française post soixante-huitarde par sa tendance à la libéralisation. Est-ce à dire qu’elle s’imprègnerait de l’idéologie libérale ? On sait que le libéralisme triomphant, dès le 19e siècle, ne s’est guère prononcé sur la question familiale. Les libéraux ont considéré que le domestique ne relève que de la sphère privée abandonnée au libre arbitre. Le pouvoir étatique d’interdire ne saurait s’exercer pour gérer les affaires familiales. La place du grand philosophe anglais John Locke mérite d’autant plus l’attention qu’il est, parmi les grands fondateurs du libéralisme82, celui qui aura proposé la conception la plus normative de la famille. Marqué par le jus-naturalisme moderne du 17e siècle, il va forger une véritable anthropologie libérale de la famille.

Sans vraiment récuser son christianisme protestant, il fonde son analyse sur le sensualisme. En effet, confronté aux guerres anglaises de religion du 17e siècle, il s’efforce de...

Auteur

Maître de conférences, laboratoire de théorie du droit à l’Université d’Aix-Marseille.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540