Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lien familial, lien obligationnel, lien social. Livre I

 | 
Caroline Siffrein-Blanc
, 
Jean-Philippe Agresti
, 
Emmanuel Putman

Rapports introductifs

Les lois les plus contraignantes du monde

Mireille Brémond

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À côté des lois des hommes, écrites, spécifiques à chaque cité, il existe en Grèce des lois sacrées, non écrites, et communes à tous les Grecs. Ces lois, que l’on rencontre dans les mythes et la tragédie, plus contraignantes que les lois humaines, sont aussi en vigueur dans la société et nous observerons trois lois sacrées sous ce double point de vue : mythe et réel.

Le grec dispose de plusieurs mots pour parler des lois : tout d’abord du mot θεσµός, qui a signifié « institution ou loi établie par les dieux, coutume antique », avant de désigner les lois faites par les hommes (les lois de Dracon par exemple à la fin du viie s. avt J.C.1) puis de disparaître au profit de νόµος, loi (notamment loi écrite2). Il y a aussi le terme νόµιµον employé par l’Antigone de Sophocle qui parle de άγραπτα νόµιµα, « lois non écrites » (v. 454-455). « Je ne pensais pas que tes édits à toi fussent assez puissants pour permettre à un mortel de passer outre à d’autres lois, aux lois non écrites, inébranla...

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540