Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La notion de personne

 | 
Aude Bertrand-Mirkovic

Première partie. Existence humaine et personne humaine

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1450. L’examen de l’application par les juges des normes visant l’être humain, la personne humaine ou simplement la personne a révélé dans le premier titre qu’il n’est pas possible de dégager du droit positif des notions stables, mais seulement des notions floues et contradictoires. Le second titre a donc été consacré à identifier ce qui définit l’être humain et ce qui fait de lui une personne humaine, afin de proposer au droit la définition de la personne humaine qui lui fait défaut.

2451. L’être humain est l’individu de nature humaine. La science révélant que l’individu, en tant qu’organisme autoinformé existe dès la conception, il y a un être humain dès cet instant et jusqu’à la mort, c'est-à-dire jusqu’à la destruction du cerveau.

3452. On a cherché ensuite le critère qui fait passer de l’être humain à la personne humaine. La conscience, la pensée, la vie relationnelle ou la capacité morale se sont révélées impuissantes à signaler l’émergence de la personne humaine, c'est-à-dire le moment où l’individu humain (l’être humain) devient une personne humaine, car ce sont des critères non seulement mal fondés philosophiquement mais, de plus, impossibles à mettre en œuvre en ce que, quand bien même on les retiendrait, ils ne permettraient pas d’identifier de façon précise l’émergence de la personne humaine. L’élément qui exprime l’être même de la personne, le fait d’être une personne, est la dignité. Celle-ci ne pouvant être liée qu’à l’humanité, il faut considérer que tout être humain, de ce seul fait qu’il est un être humain, est investi de dignité, c'est-à-dire est une personne humaine. À défaut de pouvoir dégager un critère permettant de distinguer entre l’être humain et la personne humaine, on a admis tout être humain comme une personne humaine. Être humain et personne humaine sont donc des synonymes, en ce qu’ils désignent la même réalité, même s’ils évoquent de cette même réalité différents aspects : le terme être humain évoque plutôt l’aspect biologique, le fait d’appartenir à l’espèce humaine, le terme de personne humaine évoquant plus le fait que ces individus humains sont investis de dignité.

4453. Être humain et personne humaine sont donc des synonymes. Si les juristes sont réticents à assimiler les termes d’être humain et de personne humaine, c’est parce que celui de personne humaine évoque la personnalité juridique qui, elle, n’est pas liée au seul fait d’être un être humain mais reste un don de la loi. C’est pourquoi il faut, maintenant, approfondir les relations qui existent entre les deux personnalités, humaine et juridique. Une fois les deux personnalités distinguées, il n’y a plus de difficulté à considérer tout être humain comme une personne humaine, en dépit de ce qu’il a ou n’a pas la personnalité juridique.

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540