Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le meilleur est Avenir

 | 
Jacques Mestre

II. Sourire et enchantements

Texte intégral

9. Toujours sourire

1Le sourire n’a pas très bonne presse de nos jours. Ainsi, en s’arrêtant un instant sur les adjectifs qui lui sont régulièrement accolés dans les romans ou les journaux, on constate, pour un franc sourire de temps à autre, beaucoup de sourires fermés, figés, énigmatiques, éteints ou encore de circonstances… On y trouve même deux adjectifs d’ordre juridique qui ne sont pas des plus encourageants avec, d’un côté, le sourire convenu, qui évoque l’exécution d’un engagement préalable et, de l’autre, le sourire emprunté, qui suggère une restitution à venir.

2Et pourtant y a-t-il finalement chose plus importante que le sourire ? Le vrai naturellement, le sincère, celui qui exprime la simplicité du cœur, la relativité de ses petits (ou même grands) problèmes, l’ouverture aux autres, et aussi le rejet de la violence. Et puis le sourire n’est-il pas le meilleur symbole de l’égalité entre les êtres dès lors que, devant lui, chacun dispose réellement du même pouvoir, celui d’illuminer son visage d’un rayon de soleil ? Quelle différence, en vérité, avec toutes ces inégalités si artificielles, dont notre société fait trop souvent la source de véritables dictatures mentales, douloureusement vécues par beaucoup. Inégalités devant les canons officiels de la séduction physique, devant le tour de taille ou de poitrine, l’âge, la couleur de la peau, celle des yeux, des cheveux, que sais-je encore ? Devant le sourire, tout le monde peut répondre à tout moment présent, depuis le bébé qui, d’ailleurs, ne s’en prive pas en souriant aux anges, jusqu’au vieillard et même au mourant qui en fera l’ultime expression de sa dignité préservée. En passant naturellement par les amoureux, jeunes ou moins jeunes, pour lesquels il est le plus beau des langages. Et aussi par tous ces enfants, aimés ou rejetés, dont il est, partout dans le monde, le plus inestimable des trésors partagés !

3Oui, le sourire dédramatise, accueille, donne confiance, il est ouverture, bref il est vie. Regardons un instant le jeune rieur de Rodin, ou encore le magnifique enfant romain du musée d’Agde. Par le sourire, la pierre ou le bronze du sculpteur prend étonnamment corps, comme si les modèles nous invitaient à les rejoindre ! Laissons-nous donc entraîner par cette belle communion du sourire, et n’hésitons pas, sur une telle pente, à pratiquer même le fou rire…

10. Et parfois même, rire franchement

4Rire, voilà aussi l’une des actions humaines les plus essentielles. Les médecins le disent, et les psychologues également, qui le présentent même comme un mode de thérapie des plus efficaces au point que les financiers y voient peut-être à leur tour une bonne façon de réduire le déficit de la sécurité sociale ! Pour ma part, j’en suis tout autant convaincu, particulièrement dans un monde où la morosité paraît avoir pris les rennes du pouvoir.

5Cela étant, rire n’est pas facile. Le tourbillon quotidien, les inquiétudes, les échecs, les drames n’y prédisposent évidemment pas. Pis encore, on éprouve parfois l’impression que rire serait déplacé, comme si le fait de s’y adonner constituait une injure envers celles et ceux qui trempent leurs lèvres aux amertumes de cette vie. Pourtant, combien de fois peut-on constater que le rire représente précisément, pour ces infortunés de la Terre, un ultime refuge, une façon de faire savoir qu’ils sont au-dessus des misères, des peurs, des exclusions, bref que rien ne saurait les priver du droit d’espérer ?

6Au demeurant, comme il se pratique généralement en groupe et qu’il est, par ailleurs, communicatif, le rire offre ce merveilleux avantage d’ouvrir aux autres et de partager avec eux de purs moments de bonheur !

7Mais, dira-t-on sûrement, encore faut-il trouver les bonnes occasions de rire, et Dieu sait qu’elles ne sont pas légion de nos jours. Peut-être, mais beaucoup reste affaire d’état d’esprit. Les ingrédients de la cuisine sont en effet des plus simples, à la portée de chacun : une bonne tranche d’humanité, une pincée d’humour, et surtout beaucoup de simplicité et de complicité. En agitant l’ensemble, le rire devrait être servi à point, y compris dans les domaines qui pourraient lui sembler hostiles ! Tenez, pour essayer de vous en convaincre, je vais me risquer dans les lignes qui suivent à rapprocher le rire du… droit !

8De prime abord, l’union paraît contre nature. Et, de fait, tel fut mon sentiment durant les toutes premières années de ma vie. Enfant, j’avais l’habitude, à la sortie de l’école, de rejoindre mon père dans son bureau de magistrat où était accrochée une peinture sans grande valeur, mais qui m’impressionnait fort puisqu’y était représenté, de façon fort réaliste, le supplice de la roue infligé à un criminel d’Ancien Régime ! Par la suite, le monde judiciaire devait cependant m’apparaître sous de meilleurs auspices, voire, au détour de quelques bonnes histoires, être une source d’amusement. Je songe ainsi à cet avocat qui eut l’imprudence de commencer sa plaidoirie devant les trois magistrats d’un tribunal par cette malencontreuse formule : « Monsieur le Président, Messieurs les juges, dans cette affaire, je me trouve en présence de trois nullités… ». Le procureur, de l’interrompre aussitôt en lui faisant observer : « Maître, vous oubliez le ministère public ». Ou encore à ce président d’assises, suggérant à une femme qui allait témoigner : « Donnez votre âge, vous prêterez serment ensuite ».

9Ce n’est toutefois pas la perspective de rire à volonté qui m’attira vers les études de droit. Mon cursus scolaire m’orientait vers la préparation aux écoles d’ingénieur. Mais, tout en aimant beaucoup les mathématiques et la rigueur des raisonnements, j’étais à la recherche, dans le traitement des problèmes, d’une dimension humaine et sociale que la filière scientifique ne me paraissait pas apte à me donner (ce en quoi d’ailleurs, je me trompais sûrement), et qui m’amena finalement en droit. Ce que je ne devais jamais regretter même si, dans les années 70, les études juridiques étaient loin d’avoir le caractère passionnant que leur donnent aujourd’hui toutes les évolutions récentes du droit de la santé, de la propriété intellectuelle, du droit humanitaire ou encore, par exemple, l’ouverture sans cesse croissante vers les systèmes juridiques étrangers.

10Vint ensuite la rédaction de la thèse de doctorat. Mes maîtres Pierre Raynaud et Pierre Kayser, que j’ai plaisir à citer ici tant ils jouèrent un rôle essentiel dans ma vie d’enseignant, me proposèrent de consacrer quelques années de ma jeunesse à l’étude d’une vénérable institution de l’Ancien Régime, dont la réputation d’austérité était bien assise, mais à laquelle le développement contemporain de l’assurance, de la sécurité sociale, du cautionnement ou encore de l’affacturage donnait une seconde jeunesse : la subrogation personnelle. Autant dire que le rire ne fut pas d’emblée, pour reprendre le langage ministériel d’aujourd’hui, posé comme axe prioritaire de la recherche. Pourtant, je devais connaître au fil du temps des moments de (relative) hilarité !

11En quelques mots, la subrogation se présente comme un mécanisme permettant à une personne qui a dû payer la dette d’autrui de prendre l’exacte place du créancier qu’elle a désintéressé pour se retourner ensuite, en remboursement total ou partiel de son avance, contre le débiteur définitif. C’est dire que cette institution revêt de temps à autre une dimension iconoclaste en conférant le droit par exemple au contribuable qui a payé les impôts d’un coobligé de prendre la place du Trésor public, ou encore à l’un des coresponsables d’un accident d’occuper celle… de la victime ! Dans ce bizarre jeu de rôles, l’hypothèse qui retint le plus mon attention fut celle soumise à la Cour de cassation au coeur du dix-neuvième siècle. Une femme avait trompé son mari, et celui-ci, obtenu que son épouse adultère et l’amant soient condamnés à lui verser des dommages-intérêts, en réparation du préjudice moral qu’il avait subi. Les juges avaient donc condamné les deux fautifs in solidum, c’est-à-dire permis au mari de réclamer le montant total des dommages-intérêts à l’un ou l’autre des responsables. Or le mari, probablement soucieux des deniers du ménage, choisit de se tourner vers l’amant pour obtenir son entière indemnisation. D’où la question posée aux juges de savoir si l’amant, qui avait donc dû payer toute la dette, pouvait ou non ensuite se retourner, en remboursement partiel, contre l’épouse par subrogation dans les droits du mari. Singulière interrogation qui ne troubla cependant pas la Cour de cassation, puisque celle-ci permit à l’amant de prendre –une dernière fois, sans doute-la place du mari pour faire payer son ancienne maîtresse !

12L’épreuve de la thèse vaincue, le rire ne m’a ensuite jamais vraiment quitté dans l’approche des questions juridiques. Parfois, il résultera du nom des plaideurs : je me souviens ainsi d’un litige, né de la malencontreuse trajectoire d’une balle de golf, qui opposa Madame Sirop à Madame Boisson, d’une regrettable affaire où un sieur Goupy retira sa main ensanglantée des griffes d’une bête sauvage dans un zoo, ou, tout récemment, d’une affaire où les époux Buisson se virent reprocher par la Cour de cassation une taille insuffisante de leurs arbustes en limite de propriété. Et que dire de cet important arrêt de la Cour de cassation rendu en novembre 2004, sur lequel nous reviendrons d’ailleurs plus tard, où se trouvait en cause la donation qu’un homme de 95 ans avait consentie à sa jeune maîtresse de 31 ans, la demoiselle Galopin !

13Dans d’autres cas, le rire viendra des circonstances de la cause. On en prendra l’exemple d’une affaire, récemment parvenue à la connaissance du tribunal de grande instance de Draguignan, où dix-huit villageois qui avaient fait l’acquisition collective d’un paon puis, sur demande pressante de celui-ci, d’une paonne, s’étaient vus assigner par les exploitants d’un gîte rural voisin en réparation de divers préjudices, dont des dommages causés à leurs plantations et surtout le réveil beaucoup trop matinal de leurs clients ! Ce qui a conduit les juges varois à octroyer quatre mille francs de dommages-intérêts à ces victimes, et surtout, pour prévenir de nouveaux préjudices, à prendre solennellement acte de la proposition faite par les copropriétaires de « procéder à l’enfermement immédiat du paon et à l’enfermement de la paonne dès l’éclosion des œufs et au plus tard dans un délai de un mois à compter de la signification de la présence décision ». Une heureuse façon, comme le dit joliment mon collègue Alexis Bugada dans le commentaire de cette décision au Recueil Dalloz, de « faire cesser une querelle de voisinage sans casser d’œufs » !

14Enfin, le style judiciaire lui-même peut parfois, avec généralement la connivence des magistrats rédacteurs, enlever toute solennité aux choses juridiques ! À preuve, certaines décisions rendues en matière sportive ou ludique…Ainsi, peut-on y relever, à propos d’une partie de basket-ball, l’idée d’une garde alternative du ballon (heureusement pour le spectacle !), pour les organisateurs d’une course sur vélodrome se déroulant la nuit, l’obligation ô combien essentielle d’éclairer le vélodrome, ou encore, pour la spectatrice d’une partie de pelote basque blessée par le maniement d’une chistera, l’absence de toute réparation au seul motif – heureusement daté de 1944 !-que c’est une imprudence caractérisée, pour une dame, que de venir auprès d’un fronton assister à un entraînement de pelotari !

15Quant aux motivations de certaines de ces décisions, le mieux est de laisser parler leurs auteurs. Place donc à la cour de Lyon exonérant en ces termes le tireur d’une boule qui, par ricochet, avait endommagé le genou d’un compétiteur voisin : « attendu qu’il est fait grief à R. d’avoir, suivant une habitude qui l’a fait surnommer le casseur, tiré avec une violence excessive, provoquant ainsi le ricochet de sa boule ; mais attendu qu’aucune des règles du jeu ne limite la force avec laquelle les boules doivent être lancées ; que spécialement celui qui tire doit imprimer à son jet une certaine vigueur et qu’on ne saurait retenir comme une faute à la charge de R. le fait d’avoir usé pour ce faire de toute la force dont la nature l’a avantagé ».

16Ou écoutons encore ce juge d’instance de Charenton confronté à la chute d’une valseuse au cours d’un mariage. L’hôtelier, du nom de Deboux, voyait sa responsabilité recherchée au motif qu’il enduisait chaque samedi matin la piste de danse de paraffine pour la rendre plus glissante, comme le souhaitent généralement les danseurs. Mais la danseuse, qui se plaignait d’un traumatisme du larynx, fut déboutée car « le tribunal sait, de l’aveu même de Mme L. (la danseuse), que celle-ci portait le jour de l’accident des talons aiguilles et qu’il est constant que ces talons, extrêmement fins, n’assurent pas une bonne stabilité de la personne qui les porte, et qu’on peut trouver là une cause non négligeable de la perte d’équilibre de la dame L., lorsqu’elle a effectué une danse aussi animée et aussi vive que peut l’être une valse, dans l’ambiance gaie d’un repas de noces ».

17Et, pour conclure, rappelons cette célèbre jurisprudence qui s’efforce de fixer les responsabilités lors d’une collision de skieurs par ces termes qui valent leur pesant de rire : « si, dans la pratique du ski, le corps du skieur joue un rôle essentiel et influe sur la direction, l’accélération et le freinage, les skis eux-mêmes, sous l’effet de la pesanteur et grâce à leur possibilité de glissement, possèdent un dynamisme propre et tendent à prendre une vitesse accélérée que l’homme ne pourrait avoir sans eux ; dès lors, le skieur et les skis constituent un ensemble, et le déplacement du skieur dépend étroitement de ses skis, de telle sorte que même si son corps seul entre en collision avec un tiers, ce sont bien ses skis, dont il a la garde, qui sont l’instrument du dommage ». Oui, skieur et skis constituent bien un ensemble ou, du moins, s’efforcent d’aller de pair…

11. Vivre l’enthousiasme

18On dit parfois de notre société qu’elle respire l’égoïsme et la peur, et sombre progressivement dans la désespérance ou, au mieux, dans la mélancolie. Mais est-ce bien vrai ? J’avoue que je n’en suis pas du tout persuadé. Certes, on y trouve bien des traces d’individualisme, de repli sur soi. D’inquiétude aussi, et souvent même d’angoisse, notamment chez les jeunes. C’est un fait. Mais peut-on dire que l’enthousiasme serait banni de notre société ? Sûrement pas dès lors qu’on considère l’extraordinaire capacité de beaucoup, tout autour de nous, à se mobiliser pour de grandes causes humaines et sociales. Alors, sans doute, m’objectera-t-on l’extrême médiatisation de ces causes qui réclament le plus souvent des soutiens ponctuels, et sans lendemain. Par opposition aux actions du terrain quotidien, qui seraient beaucoup moins prisées. Peut-être… encore que la liste de tous les mouvements qui agissent discrètement, sans grand moyen mais avec des trésors d’humanité et d’enthousiasme au service des plus fragiles, n’a sans doute jamais été aussi longue qu’aujourd’hui.

19Car vivre très concrètement l’enthousiasme, c’est bien ce que nous proposent, tous les jours qui passent, une foule d’associations dans lesquelles oeuvrent une foule de membres, tous bénévoles. Et tous embarqués dans la même galère des heures que l’on ne compte plus. Bref, celles et ceux qu’on pourrait appeler les conquérants de l’utile, tant l’humain, dans une société comme la nôtre, reste la pierre angulaire de tout.

20Alors place, un petit instant, à cette farandole de l’enthousiasme, et à quelques-unes de ses innombrables réalisations (en remerciant notamment le journal La Croix d’y consacrer une chronique quasiment quotidienne). Pêle-mêle, on y découvre la lutte contre l’illétrisme en prison, parce que ne savoir ni lire ni écrire accroît l’isolement et rend dépendant des autres. Une opération coup de cœur pour ensoleiller le quotidien des enfants malades. La rédaction de livres de recettes de cuisine à l’intention de femmes déplacées ou réfugiées de guerre. La démarche de jeunes pharmaciens quittant leur officine pour développer des projets humanitaires à l’étranger. Le financement d’un bus qui sillonne les routes pour permettre la détection précoce de certaines maladies de la vue. Un tour de monde à vélo pour soutenir des associations qui luttent contre la discrimination physique ou mentale. Des conseils réguliers pour l’achat de livres, car ceux-ci jouent un rôle irremplaçable dans la construction d’une personnalité. Les cours d’alphabétisation aux immigrés. Une semaine du goût et des saveurs dans une maison de retraite, pour rompre l’inévitable monotonie de l’ordinaire. L’aménagement dans un village d’une salle de théâtre par un couple d’enseignants qui a choisi d’y consacrer l’héritage qu’il venait de recueillir. La réinsertion de jeunes en difficulté par la participation à des chantiers en France ou à l’étranger. Une opération sourire qui envoie dans le monde des chirurgiens esthétiques réparer les graves malformations provoqués par certaines pathologies du visage. Un site Internet pour échanger expériences et conseils en vue de l’accompagnement de personnes handicapées mentales très dépendantes. Un jumelage d’élèves, par-delà les frontières et le passé. Un embarquement pour la paix avec des expositions itinérantes qui s’efforcent d’enrayer par l’art la violence entre les peuples. Cette maison de vie où personnel soignant et familles se retrouvent pour mieux entourer celles et ceux dont la vie se retire tout doucement. L’organisation de compétitions sportives qui réunissent sur un même stade des jeunes dont les proches se combattent en dehors. L’échange d’un studio contre de menus services pour lutter, à la fois, contre la pénurie des logements étudiants et l’isolement de certaines personnes âgées. L’amélioration des conditions d’accès au crédit d’anciens malades. Ou encore la vente aux enchères de petits riens pour financer de grandes choses.

21Oui, l’imagination des êtres humains est sans limites lorsqu’elle se met au service du bien, tout simplement ! L’enthousiasme qui la porte est alors, si le juriste ose ici reprendre la parole, à la mesure de l’immense liberté contractuelle qui caractérise la structure associative. Car, avec l’association, on perçoit très bien la grande force de l’adhésion personnelle. La force de ce qui est spontanément, délibérément voulu. Et, par contraste, la fragilité de ce qui n’est pas réellement accepté, de ce qui est imposé, subi.

22Comme l’a dit la Cour de cassation dans un arrêt de 2001, en cadeau de centenaire à la loi du 1er juillet 1901, « nul n’est tenu d’adhérer à une association ou, s’il est entré dans une association qui n’est pas formée pour un temps déterminé, de s’y maintenir ». Là est sans doute le secret de l’enthousiasme. Dans ce pouvoir de dire oui ou non. De vendre une partie de ses biens ou, au contraire, de tous les conserver, et de s’en aller le cœur triste car, comme le dit le père Ceyrac qui en a fait le titre de son livre en s’inspirant d’une phrase sanskrite inscrite à Polampakkam, une léproserie du sud de l’Inde où il a beaucoup travaillé, « tout ce qui n’est pas donné est perdu ».

23Alors, tout compte fait, notre société contemporaine est peut-être moins égoïste qu’il n’y paraît, et plus proche de ce superbe proverbe indien d’après lequel « il y a toujours mille soleils à l’envers des nuages » !

12. Et extérioriser ses passions

24Il y a quelques années, une jeune avocate et son conjoint partageaient une même passion pour la musique. Elle jouait de l’accordéon, et lui du violon, certaines fins de semaine ou pendant les vacances, dans des ruelles de village ou sur les marchés du Sud-Ouest. Et le public pouvait, s’il le souhaitait, déposer une ou deux pièces dans l’étui du violon demeuré ouvert à leur pied. Or un conseil de l’ordre d’avocats estima ce comportement contraire à la dignité de la profession d’avocat et prononça une sanction disciplinaire. Mais la cour d’appel de Bordeaux a réformé sa décision. En considérant que si la pratique du concert sur la voie publique peut effectivement porter atteinte à la dignité de l’exercice de la profession d’avocat, c’est à la condition qu’un signe extérieur rappelle la double qualité du concertiste. Ce qui n’était ici nullement le cas puisque l’accordéoniste ne portait pas, au moment où elle exerçait ses talents sur la voie publique, sa robe d’avocat !

25C’est peu de dire que cette solution nous paraît justifiée. Sans aller jusqu’à prétendre que l’avocat musicien est mieux placé que ses confrères pour adoucir les moeurs de ses clients et les amener à privilégier des solutions de conciliation, je pense que vivre ainsi ses passions et savoir les faire partager aux autres ne constitue en rien un obstacle à la qualité de son travail. Ni une quelconque atteinte à sa dignité, dès lors surtout que cette passion est de nature artistique et s’enracine dans un instrument aussi vénérable qui remonterait, via le cheng chinois ou le khène laotien, à des milliers d’années.

26Tout au contraire, l’extériorisation des passions est facteur d’équilibre et, sans conteste aussi, source de nouveaux dépassements, de nouvelles conquêtes. Étant originaire du Tarn, c’est-à-dire d’un département enclavé, sans accès à la mer, j’ai pu ainsi constater tout ce qu’ont pu apporter à leurs compatriotes deux tarnais, précisément animés de la volonté de vivre, coûte que coûte, leur soif d’aventure au-delà des mers.

27Le premier est le comte de Lapérouse. Revenons en 1785. Louis XVI ordonne une nouvelle exploration du Pacifique afin de compléter les connaissances des mers déjà visitées par Bougainville, Wallis, Kerguelen et Marion Dufrene. Et de prolonger aussi les récentes découvertes d’un brillant concurrent, l’anglais James Cook, disparu en 1779. Deux navires de la Royale, l’Astrolabe et la Boussole, partent ainsi de Brest, le 1er août 1785, sous la direction d’un brillant officier de marine, natif d’Albi, Jean-François de Galaup de Lapérouse, âgé de quarante-quatre ans. À bord, deux cent vingt-trois marins et savants ainsi que neuf cent cinquante tonnes de matériel nautique, d’instruments scientifiques et de vivres pour un voyage qui doit durer quatre ans autour du monde. Lapérouse a déjà écumé les mers, et participé à la guerre d’Amérique. Les deux frégates descendent l’Atlantique, passent le cap Horn, remontent le Pacifique jusqu’en Alaska puis font relâche près de Sydney. Le 10 mars 1788, elles lèvent l’ancre d’Australie, après avoir confié aux Anglais des documents de voyage. Puis c’est le silence, l’éternel silence. « A-t-on des nouvelles de Monsieur de Lapérouse ? », seraient ainsi les derniers mots prononcés par Louis XVI avant de monter sur l’échafaud.

28L’autre aventurier est Jean-Louis Étienne. Ce médecin de Castres a, pour sa part, toujours exprimé et vécu sa passion pour notre continent, pour le pôle Nord, les conditions extrêmes de vie, les volcans ou, aujourd’hui, l’île Clipperton. Petite île déserte au large des côtes mexicaines, découverte en 1711, un vendredi saint, par deux capitaines français et dénommée île de la Passion. Petit rondelle de France au milieu de l’Océan Pacifique, qui séduit par son lagon, ses six cent cocotiers, ses crabes et ses extraordinaires oiseaux, et dont la riche biodiversité fait actuellement l’objet d’un examen minutieux par toute une équipe de savants, comprenant notamment naturalistes, paléoclimatologues et spécialistes de la tectonique des plaques.

29Passion des explorateurs, qui les conduit ainsi toujours de l’avant. Mais passion aussi que mettront des chercheurs à découvrir ou encore à discerner les raisons pour lesquelles ils n’ont pas encore trouvé, et trouveront sûrement demain. Passion de l’historien à mieux expliquer le présent à la lumière d’hier. Ou bien du géographe qui veut comprendre continents, océans, mers, montagnes et forêts et, au milieu de tout cela, nous comprendre nous-mêmes, posés comme par magie au-dessus de tout ce flot qui, par le biais d’une seconde magie, ne nous engloutit pas, et tout au contraire nous enchante quotidiennement.

30Passion encore des jeunes sur laquelle se construisent leurs réussites professionnelles de demain. Passion de ces moins jeunes qui consacrent leurs loisirs au service des précédents, par exemple en les encadrant bénévolement dans des activités artistiques ou sur des terrains de sport, qu’il vente, bruine ou neige. Passion toujours de celles et ceux qui sont aujourd’hui dans l’ombre mais trouveront en eux suffisamment d’énergie pour s’élancer, demain, vers le vrai bonheur.

13. Avoir conscience de son bonheur

31Qu’est-ce que le bonheur ? La question est évidemment délicate. Est-ce, comme le suggère Alain dans « Propos sur le bonheur », un ensemble de « petits morceaux » ? Une série de faits divers, comme les énumère le poète latin Martial dans une lettre écrite à un ami : « Ce qui nous rendrait la vie heureuse, très agréable, le voici : quelque fortune, non gagnée à la peine, mais héritée, un petit domaine fertile, un foyer qui jamais ne s’éteint ; pas de procès ; peu d’occasions de revêtir la toge ; la paix de l’esprit ; la vigueur seyant à un homme libre, un corps dispos, la santé, la franchise de parole, tempérée par la sagesse, des amis qui soient vos égaux ; un train de vie sans embarras, une table sans apprêt ; des nuits où l’on ne boirait que ce qu’il faut pour balayer les soucis ; le lit conjugal accueillant, sans libertinage ».

32Ou bien le bonheur est-il un état, une sorte de paix intérieure que l’on atteint au terme d’un cheminement personnel ? À la façon dont le Deutéronome nous le présente lorsqu’il dit que « le Seigneur ton Dieu t’introduira dans une terre d’eaux et de sources, de froment, d’orge et de vigne, où mûrissent la grenade et l’olivier, où tu ne connaîtras pas la pénurie et jouiras de l’abondance de toute chose ».

33Sans doute le bonheur tient-il un peu des deux. Un havre de paix, de prospérité, de jouissance intérieure, mais aussi –et peut-être surtout-une foule de détails de la vie quotidienne, glanés par celle ou celui qui sait les reconnaître, les immobiliser, les intemporaliser. Car dans cette incessante quête par chacun, l’essentiel est là. Dans la capacité à prendre conscience, très simplement, de son bonheur, de son propre bonheur.

34En se rappelant que le bonheur n’est pas toujours là où on l’attend… Même si le thème n’est pas très juridique (encore que le dernier mot du Code civil, à l’article 2283, soit l’adverbe « paisiblement »), je suis tenté, pour illustrer ici le propos, de revenir un instant vers le Droit et de présenter brièvement, à titre d’exemple, les situations respectives du propriétaire et de l’usufruitier.

35Qui n’envie la situation de propriétaire ? Le bonheur juridique complet, si l’on peut dire, dès lors que l’article 544 du Code civil précise que « la propriété est le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu’on n’en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements ». « Jouir et disposer », de « la manière la plus absolue », on ne peut rêver formules plus appuyées pour exprimer l’omnipotence d’un propriétaire auquel rien ne paraît résister. Et, de fait, la lecture d’autres passages du Code, encore chargés de toute leur saveur originelle, conforte ce sentiment de plénitude. Ainsi l’article 524 indique que le propriétaire de l’immeuble est aussi propriétaire de tout ce qui y est rattaché : animaux attachés à la culture, ustensiles aratoires, semences données aux fermiers, pigeons des colombiers, lapins des garennes, ruches à miel, poissons des eaux, pressoirs, chaudières, alambics, cuves et tonnes, pailles et engrais. Et, pour éloigner définitivement le spectre de la pénurie, le Code ajoute encore dans le besace du propriétaire les moulins à vent ou à eau qui seraient fixés sur piliers dans le bâtiment (art.519), les récoltes pendantes par les racines et les fruits des arbres non encore recueillis (art.520), et même –s’il lui advient quelque prétention artistique-les statues placées dans une niche (art.525) !

36Mais la situation du propriétaire est-elle réductible à un tel constat d’abondance ? Évidemment pas lorsqu’on se remémore toutes les charges fiscales qui pèsent sur un propriétaire, les divers droits de préemption qui peuvent l’empêcher de vendre son bien à qui il veut, les multiples règles d’urbanisme susceptibles de contrarier ses projets de construction ou encore le risque d’expropriation, qui peut tout bonnement le priver de son bien. Et aussi, pour couronner le tout, le danger de responsabilité civile qui peut l’atteindre dès lors que, jouissant précisément de son droit de propriété de « la manière la plus absolue » qui soit, il agirait avec l’unique intention de nuire à autrui. Car qu’on ne s’y trompe pas. Du propriétaire, notre droit attend un minimum d’altruisme puisqu’il condamne, à travers l’abus du droit de propriété, l’égoïsme forcené. Celui qui, au début du vingtième siècle, animait ce propriétaire qui, ne supportant pas les dirigeables de son voisin, avait établi sur la limite de sa propriété, en face de la porte d’un hangar d’où sortaient ces drôles de machines, des carcasses de fer de seize mètres de haut elles-mêmes surmontées de tiges de fer de trois mètres.

37Considérons à présent la situation de l’usufruitier. Celui-ci a certes le droit d’user et de percevoir les fruits de la chose dont un autre est propriétaire et donc, par exemple, si son droit porte sur un appartement, d’habiter ce dernier ou, s’il le préfère, de le louer et d’en récupérer les loyers. Mais sa condition paraît cependant bien précaire par comparaison à celle du propriétaire. Là où celui-ci peut faire valoir un droit perpétuel, transmissible par décès à ses héritiers, l’usufruitier ne peut opposer qu’un droit viager, s’éteignant avec lui. Là où le propriétaire peut disposer du bien, c’est-à-dire faire des actes importants de vente, de donation, lui voit son horizon cantonné à l’accomplissement d’actes dit d’administration. Bref à de dérisoires perspectives quotidiennes là où l’autre prétend à l’éternité.

38Et pourtant, si on dépasse là encore les apparences pour voir le fond des choses, on découvre que l’usufruitier n’est pas si malheureux que cela. Le Code nous dit ainsi qu’il a droit aux fruits naturels du bien, et que, par là, il faut entendre aussi bien « le produit spontané de la terre » que « le produit et le croît des animaux » (art.583). L’usufruitier peut encore « prendre, dans les bois, des échalas pour les vignes » et « sur les arbres, des produits annuels ou périodiques » (art.593). Et si son droit porte sur des choses consomptibles, telles l’argent, les grains ou les liqueurs, « il a le droit de s’en servir », à charge simplement d’en rendre ensuite de semblables (art.587). Voilà donc notre usufruitier invité à déboucher les bonnes bouteilles tandis que, se retournant vers son compère, la Cour de cassation nous indique, dans un arrêt de 1976, que celui qui est propriétaire d’un domaine immobilier ne peut se dire par le fait même propriétaire du stock de cognac qui s’y trouve car celui-ci, étant destiné à la vente, ne peut être considéré comme « attaché au fonds à perpétuelle demeure ».

39Avouons dès lors que les choses se brouillent quelque peu, d’autant que si on aborde ensuite le terrain des charges, on voit que l’usufruitier est simplement tenu des réparations d’entretien, tandis que le propriétaire doit pour sa part financer « les grosses réparations » du Code. C’est-à-dire, d’après l’article 606, « celles des gros murs et des voûtes, le rétablissement des poutres et des couvertures entières, celui des digues et des murs de soutènement et de clôture aussi en entier ». Et, ajoute la jurisprudence décidément bien dure pour notre propriétaire amateur de bons vins, la reconstitution d’un vignoble ravagé par le phylloxéra. Aussi comprend-on au final que, lorsqu’il a en face de lui un usufruitier, le propriétaire soit qualifié par notre droit de nu-propriétaire !

40De ce petit exemple juridique, on peut retenir que toute situation a ses avantages mais aussi ses inconvénients et que, aussi longtemps qu’on ne l’a pas vécu une situation de l’intérieur, il est impossible de la connaître vraiment et de porter sur elle une appréciation fondée. Dès lors, abstenons-nous de dire que, parce qu’il était doté de toutes les chances qui étaient les siennes, nous ne comprenons pas l’attitude de tel ou tel. En bref, gardons-nous d’envier le présumé bonheur des autres, et ayons davantage conscience du nôtre.

41Les événements de la vie peuvent, au demeurant, nous y aider. N’est-ce pas ainsi au lendemain d’une douloureuse guerre dans laquelle, pour reprendre leurs propres termes, un monarque étranger avait « pillé nos mers, ravagé nos côtes, brûlé nos villes et massacré nos concitoyens » que les auteurs de la Déclaration d’indépendance américaine du 4 juillet 1776 ont évoqué, parmi les droits inaliénables de l’homme, « la quête du bonheur » ? Et n’est-ce pas lors d’un séjour dans la pourtant délicieuse ville de Rome que Joachim Du Bellay évoque la douceur angevine dont il s’est provisoirement éloigné :

« Quand reverrai-je, hélas ! de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison
Qui m’est une province et beaucoup davantage ? »

42Combien de fois, en effet, la perception du bonheur découle-telle d’un événement que nous venons de vivre et qui, soudainement, ouvre nos yeux ? Du décès d’un proche qui, paradoxalement, nous fait davantage prendre conscience de la beauté de la vie, de sa fragilité certes mais aussi de son extraordinaire pouvoir. D’une catastrophe naturelle qui nous révèle la limpidité d’un environnement auquel nous ne prêtions plus attention. D’une maladie ou d’un événement tragique dont nous sortons miraculeusement indemne, et qui conduit ensuite à relativiser les petits tracas de la vie quotidienne, les futilités de l’existence.

43Prendre ainsi conscience de son bonheur est bien, et en avoir invisiblement conscience est sans doute mieux encore. Heureux, serait-on tenté de dire, celui qui est heureux sans avoir besoin de voir. Qui sait ce qu’un conjoint lui a déjà apporté, lui apporte chaque jour, et lui apportera demain. Qui sait ce qu’est le trésor d’une amitié vraie, attentive et désintéressée. Qui n’a pas besoin d’une bourde imprévue pour découvrir tout à coup la beauté du travail de l’autre, jusqu’ici accompli parfaitement mais dans la plus grande discrétion.

44Car mesurer, au quotidien, la profondeur de son bonheur, c’est aussi une incitation à l’entretenir, à le nourrir d’efforts réguliers, et par là même à ne pas éteindre la flamme…

14. Car le bonheur n’a pas de prix

45Juristes, comptables et bien d’autres s’intéressent à la valeur. C’est-à-dire, de façon générale, à l’évaluation que l’on peut faire d’une chose, à l’équivalence en argent que celle-ci représente. Bref, au prix que son propriétaire peut en attendre s’il la vend ou à celui, parfois très différent, qu’un autre est disposé à lui verser pour l’acquérir. Un prix placé ainsi au cœur des activités humaines, et qui est bien souvent le cœur –aride-des négociations contractuelles.

46Un prix que le droit appréhende à son tour, une fois l’accord conclu, mais uniquement pour venir en sanctionner l’éventuelle insuffisance. Car, indifférents à la prestation financière excessive, les juristes condamnent, en revanche, le prix vil, le dérisoire, celui qui est tout à fait incapable, par son extrême modicité, d’équilibrer la valeur du bien vendu. Ainsi par exemple annuleront-ils la vente d’un immeuble moyennant une rente viagère particulièrement faible, très inférieure aux revenus que le vendeur aurait pu escompter du bien s’il avait choisi de le garder. Ou encore celle d’une entreprise pour un euro symbolique à moins, naturellement, qu’elle ne s’accompagne d’un ensemble de dettes que l’acquéreur accepte de faire siennes.

47L’acquisition faite à un prix considérable, énorme, dépassant de loin toutes les prévisions ou évaluations que les personnes les plus raisonnables auraient pu faire est, à l’opposé, parfaitement valable. Surprenant ? Peut-être de prime abord, au regard du souci d’équilibre qui anime souvent les juristes. Mais sans doute faut-il y voir, plus profondément, l’idée que tout acquéreur est maître de ses choix, et donc de ses coups de cœur. Car, pour celui qui ne détient pas et veut conquérir, le bonheur n’a tout compte fait (et toute comptabilité mise à part) pas de prix.

48La jurisprudence qui le dit concerne pour l’essentiel les ventes d’objets d’art et celles de voitures de collection, et révèle des acquéreurs prêts à dépenser des sommes folles en considération de spécifications très originales auxquelles ils attachent personnellement, et de manière toute affective, la plus grande importance : tableau du peintre Delacroix ayant la particularité d’avoir été placé au-dessus de son lit de mort, Ferrari rutilante des années 60, payée au prix le plus fort, ou encore Rolls Royce présentée dans le catalogue de vente aux enchères comme une « Rolls 26 CV, 1954, type Silver Wraith ». Pourquoi des contentieux peuvent-ils naître dans de tels cas ? Parce que, évidemment, le prix versé par les acquéreurs est à la mesure du bonheur attendu et que celui-ci ne s’accommode pas ensuite de la constatation d’une erreur ou, pis, d’une tromperie. Que l’œuvre acquise n’ait pas accompagné Delacroix dans ses derniers instants ou que la voiture n’ait plus de Ferrari que le châssis et le moteur dans la mesure où de très nombreuses modifications lui avaient été apportées, au mépris des prescriptions du constructeur initial, et l’acquéreur demandera l’annulation du contrat. Et l’obtiendra fort logiquement, dès lors, du moins, qu’il parvient à établir toute l’importance qu’il attachait à la particularité défaillante.

49Cette dernière précision est importante, car elle souligne, à sa façon, le caractère réellement irremplaçable du bonheur escompté. Reprenons ainsi la motivation par laquelle la cour d’appel de Paris écarte l’action en nullité que l’acquéreur de la Rolls avait fondée sur le fait que la carte grise se référait à une mise en circulation seulement en mai 1955, contrairement aux indications du catalogue : « considérant que l’exactitude à un millésime près de la date de fabrication d’une voiture automobile ancienne ne saurait constituer, dans l’opinion commune des collectionneurs, une condition sine qua non de son acquisition dès lors qu’aucun changement ne différencie réellement les véhicules d’une certaine année de ceux de l’année suivante, comme c’est le cas en l’espèce ; qu’il ne peut en aller autrement que si l’acheteur justifie de considérations subjectives telles qu’entre deux modèles identiques, l’un de 1954, l’autre de 1955, son choix ne puisse légitimement se porter que sur le premier des deux ; que M. ne fait état d’aucune considération personnelle de cette nature ».

50Oui, le vrai bonheur, celui qui n’a pas de prix, est irremplaçable. Celui que l’on peut au demeurant trouver très simplement, dans le pré de son quotidien, dans le cercle de sa famille, de ses amis. Dans un travail bien fait, ou le repos qui le suit. Le bonheur que l’on éprouve aussi, plus soudainement, à la redécouverte d’un trésor enfoui. Ou au retour d’un enfant que l’on avait cru égaré. Ce bonheur qui nous étreint tellement fort qu’il nous fait perdre la valeur des choses. Ou, plus exactement, bouleverse tellement notre hiérarchie des valeurs qu’il en vient à nous suggérer de tout vendre pour l’obtenir.

15. Et sa durée ne nous appartient pas !

51Une famille, au grand complet, rend visite à son notaire. Tous sont là, arrière grands-parents, grands-parents, parents, et même enfants qui découvrent à l’occasion le cadre rassurant de l’office ministériel. Leur objectif commun est simple. Parce qu’ils ont lu toutes ces publicités qui dénoncent les affres des successions mal préparées, ils veulent optimiser la transmission des patrimoines. Autrement dit, faire en sorte que, par quelques actes parfaitement conçus, les petits derniers, via d’abord leurs grands-parents puis leurs parents, recueillent la succession des ancêtres en quasi-franchise d’impôts ! L’ingénierie successorale est donc de sortie, qui sollicite pêle-mêle partage d’ascendant, usufruit, quasi-usufruit et même réversibilité de l’ensemble, et autres savants montages immobiliers qui font de la maison de vacances où tout le monde se retrouve l’été un agrégat de parts sociales des plus singuliers. Mais foin de romantisme, l’essentiel n’est-il pas de quitter l’étude notariale pleinement rasséréné, avec ce doux sentiment de la faveur fiscale à venir ?

52Patatras, dans les temps qui vont suivre, toute cette superbe construction intellectuelle va s’effondrer de manière quasi-cauchemardesque, tout simplement (on pourrait presque dire tout bêtement) parce que les décès n’auront pas la courtoisie de respecter l’ordre dans lequel l’officier public les avait fort raisonnablement programmés sur la foi des statistiques les plus élaborées. Les jeunes quitteront en effet notre terre les premiers, bien avant leurs glorieux aînés, de sorte que l’optimisation fiscale escomptée fera place, tout compte douloureusement fait, à une imposition particulièrement salée ! Qu’importe, ne dit-on pas des notaires qu’ils sont hommes –ou femmes-de grande parole juridique, et que leur système de garantie collective est le meilleur sur le marché du droit. Place donc à l’action en responsabilité civile, celle qui permet souvent de reporter sur autrui le poids de ses velléités malencontreuses ou encore, comme ici, des fâcheuses inadvertances de la nature. Pourtant, saisie de la question, la Cour de cassation ne retiendra pas, pour une fois, cette responsabilité professionnelle car au notaire, on ne peut imputer à faute de n’avoir pas pressenti la disparition prématurée des jeunes, avant celle des aînés.

53Que retenir de cette petite histoire judiciaire ? Tout simplement que la durée de notre bonheur ne nous appartient pas. S’il est, en effet, un professionnel du droit à l’égard duquel les magistrats se révèlent fort exigeants, c’est bien le notaire, puisque la jurisprudence le rend garant non seulement de la validité des actes juridiques, mais encore de leur efficacité, c’est-à-dire du résultat matériel, positif, tangible que ses clients en attendent. Or ici, devant ces morts irrespectueuses de l’ordre préétabli, toute garantie de sa part a été écartée. C’est bien que ce notaire-là, tout imaginatif qu’il soit, n’est pas le maître du jeu. La durée de nos destinées terrestres se décide en beaucoup plus Haut lieu, là où les voix humaines n’ont pas droit au chapitre. Revenons donc, tout simplement, sur cette terre, à la place qui est la nôtre, et sachons profiter de tous les instants qui nous sont accordés. En profiter vraiment, sans les accélérer, sans cette impatience qui les consume avant même qu’ils ne s’offrent à nous, et en profiter avec discernement, c’est-à-dire en sachant précisément déceler tout ce bonheur qu’ils peuvent inspirer.

54Qu’ajouter de plus ? Est-il bien nécessaire d’écrire ce que tout le monde sait, d’instinct ou par douloureuse expérience personnelle ? Que toute vie est fragile, et qu’à tout instant, elle peut basculer dans l’épreuve, les souffrances, ou encore s’arrêter net, à l’ombre des arbres en fleur, au milieu des cris de joie, d’une conversation entre amis, ou encore de projets échafaudés à perte de vue. Nul ne sait, en vérité, l’heure qui sera la sienne. L’heure de cette après-vie terrestre, qui a d’ailleurs tout d’une aurore, douce, apaisée, loin des déchirements qui l’introduisent. Et, au final, l’important n’est-il pas d’ailleurs d’être toujours prêt au grand voyage et, dans son attente sereine, sans le précipiter ni le craindre, de vivre intensément ses passions et de partager avec les autres ses espérances ? De goûter et voir combien est pur l’air des cimes, douce la vraie joie, tendre le sourire de tous ceux qui nous entourent. Bref, d’exprimer ses sentiments sans attendre qu’il ne soit trop tard, d’agir avec plénitude, quotidiennement, nourri de cet inestimable trésor qu’est l’enthousiasme !

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable