Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Droit musulman

 | 
Hervé Bleuchot

Tome II. Fondements, culte, droit public et mixte

Bibliographie

Tome II : Fondements, culte, droit public et mixte

Texte intégral

Pour aider l’étudiant dans ses premières recherches, nous lui indiquons dans le texte suivant quelques pistes de départ avec des références abrégées (I. Orientation bibliographique). Il trouvera plus loin les références bibliographiques détaillées, classées par ordre alphabétique des auteurs, en deux listes (II. Références en langues européennes et III. Références en langue arabe).

On a cherché surtout à limiter le nombre de ces références, en indiquant les livres-clefs qui donnent une vue d’ensemble d’une question et qui comportent une bibliographie pouvant servir de point de départ. On a favorisé les livres de langue française, récents, accessibles et peu coûteux.

I. ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Bibliographies

Rappelons d’abord les ouvrages fondamentaux déjà cités dans le t. I : l’Encyclopédie de l’islam, 1ère ed., 4 vol, et l’Encyclopédie de l’islam, 2ème édition, en cours, et la Shorter Encyclopaedia of islam (seulement pour la théologie, le droit et la mystique). Puis les bibliographies détaillées : Index islamicus (Pearson) avec ses suppléments ; Abstracta islamica ; et la récente bibliographie de al-Zwaini / Peters. Enfin les revues d’islamologie comme Arabica, Studia islamica, la Revue des études islamiques, Muslim World, etc., ou de droit comme Droit et cultures, Droit et société, la Revue tunisienne de droit, etc. sont à consulter régulièrement.

Fondements du droit musulman

Introductions, traités : En français, l’ouvrage de Pesle, Les fondements du droit musulman, est trop sommaire et complètement dépassé. Les pages de Milliot concernant les usûl dans son Introduction ne sont pas satisfaisantes. Reste l’ouvrage de Laoust (Contribution) pour ceux qui parviennent à le trouver. Le lecteur français se rabattra sur les articles que nous évoquerons plus loin. Le débutant arabisant devra commencer par quelques livres contemporains avant d’aborder les grands classiques. Abû Zahra est semble-t-il le meilleur (Usûl), mais al-Khudarî (Usûl) ou Khallâf sont aussi très appréciés. Les ouvrages historiques d’Abû Zahra peuvent aussi permettre d’entrer aisément dans la discipline. Il existe également de nombreux cours édités par les facultés. Le traité le plus récent est celui d’Az-Zuẖaylî (Usûl).

Sources classiques : On ne dispose en français que de quatre textes classiques d’usûl al-fiqh : la Risâla d’ach-Chafî‘î qui vient de paraître chez Sindbad (mais elle était traduite en anglais par Khadduri) ; le Kitâb al-waraqât d’al-Juwaynî, traduit par Bercher, qui est très sommaire ; le texte encore plus bref d’Ibn Ruchd (Averroès), traduit par Bousquet ; enfin le Kitâb al-Luma‘ d’ach-Chirâzî dans la traduction d’Eric Chaumont, qui est actuellement l’ouvrage à recommander. En langue arabe, c’est l’abondance. Nous avons fourni dans le t. I une longue liste d’auteurs et le titre de leurs œuvres. Abû Zahra donne comme auteurs les plus marquants de la discipline : au 3e s. : ach-Châfi‘î. Au 4e s. : al-Karkhî. Au 5e s. : al-Basrî, Ibn Hazm, al-Juwaynî, ad-Dabûsî, al-Bazdawî (commenté par al-Bukhari), as-Sarakhsî. Au 6e s. : Ibn Ruchd, al-Ghazzâlî. Au 7e : ar-Râzî, al-‘Âmadî, al-Qarâfî, as-Sâ‘âtî. Au 8e : Ibn Taymîya, al-Asnawî, Ach-Châṯibî, Sadr ach-Charî‘a ath-Thânî, as-Subkî. Au 9e : Bn al-Humâm. Il faut pourtant rajouter à cette liste : ach-Chirâzî (5e s.), al-Bazḏâwî (7e s.) (commenté par al-Asnawî et par al-Badakhchî), qui est un livre de base à al-Azhâr, at-Tûfî (7e-8e s.), en raison de ses positions sur les maqâsid ach-char’îya et Ibn Qayyim al-Jawzîya (8e), dont l’oeuvre est une référence constante à l’heure actuelle. On se reportera à la traduction de Chaumont pour les références qui ne figurent pas ici.

Études contemporaines : L’histoire de la discipline a déjà été évoquée dans le t. 1, voir surtout Schacht, The Origins... Pour les grands auteurs musulmans modernes, il faut d’abord se référer à Kerr sur les positions réformistes, ainsi qu’à Jomier. Faruki peut se lire en anglais, ainsi que Muhammad Iqbal. Les articles en français sont nombreux et excellents : Bernand (l’ijmâ‘, usûl), Berque (ambiguïté), Charnay (ikhtilâf, pluralisme), Chaumont, (l’ijtihâd, Bâqillânî), Chehata (Logique juridique, L’équité, L’ikhtilâf...), Linant de Bellefonds (ambivalences), Talbi (bida‘), Tyan (méthodologie). En anglais, Alî-Karamanli / Dunne (ijtihâd), Vesey-Fitgerald, Hallaq (authenticity), etc. En arabe, nombreuses sont les études intéressantes : par exemple ar-Raysûlî sur ach-Châṯîbi, ‘Umar al-Qadî sur l’ijtihâd, Riyâḏ sur la fetwâ, Sâdiq Bel‘aid sur le Coran, le colloque de l’ISESCO sur le rapprochement des rites, Sa‘îd al-Khinn sur l’ikhtilâf.

Élargissement, comparaisons, etc. Les problèmes plus généraux de la théologie et de la philosophie du droit islamiques devront être médités. Nous suggérons, entre mille autres, le Discours décisif d’Averroès, plusieurs fois traduit, les études de Gimaret sur l’acharisme et celle de Nader sur le mutazilisme, les travaux d’Arkoun (Essais, Critique) et de Laghmani (Eléments), etc. En arabe : Hassan Hanafî (le patrimoine), Alî Chalaq (la raison juridique), Mazghânî / Laghmânî (articles), ‘Umar al-Jîdî (législation), Ahmad al-Khamlîchî (points de vue). Ar-Raysûlî sur ach-Châṯibî, etc.

Ouvrages généraux

Sources classiques en arabe. Pour le malékisme, le Muwaṯṯa’ de Mâlik est un recueil de ẖadîth classés suivant un plan juridique. La compilation fondamentale de l’école est la Mudawwana de Saẖnûn, 16 tomes, Dâr Sâder, 1906. Le Mukhtasar de Khalîl a fait l’objet de nombreuses éditions arabes, et d’une traduction par Bousquet. Il sert de base au grand commentaire de ad-Dardîr, glosé par ad-Dasûqî, l’ensemble étant l’ouvrage de l’enseignement supérieur d’al-Azhar et constitue le dernier état du droit malékite. À al-Azhar on utilise dans l’enseignement secondaire le petit commentaire de ad-Dardîr sur un texte de base Aqrab al-masâlik (La plus accessible des voies) composé par lui-même. L’enseignement préparatoire se fonde sur la Risâla d’Ibn Abî Zayd al-Qayrawânî, commentée par ach-Chadhlî. La Risâla a été traduite par Bercher, réédité en 1975, à Alger, par les Editions populaires de l’Armée. Cet ouvrage bilingue peut servir pour s’initier à l’arabe juridique. La Bidaya d’Ibn Ruchd (Averroès) indique avec précision les raisons des divergences entres les écoles, traduction partielle par Laimèche. C’est un ouvrage de droit comparé fort apprécié même en dehors du malékisme. La recherche actuelle s’efforce de sortir de l’état du droit fixé par le grand commentaire et se réfère de plus en plus à des ouvrages des époques intermédiaires. On a donné dans la bibliographie arabe les références de Ibn Ruchd l’ancien qui commente al-‘Utbî et de ar-Rassa’ qui commente les ẖudûd (définitions) d’Ibn Arafa. On attend la publication des Nawâdir d’al-Qayrawânî (Dâr al-gharb al-islâmî). L’ouvrage de Ryâḏ donne d’autres références courantes du fiqh malékite, en particulier les fatâwâ. Un petit guide du malékisme, par Hamdi ‘Abd al-Mun‘im Chalabî, pourra rendre des services.

Pour le hanéfisme, la compilation de référence de l’école est le hir Ar-Riwâya (Le meilleur de la tradition), par Muhammad ach-Chaybânî. La partie concernant le jihâd a été traduite par Khadduri en anglais, et comporte une importante étude en introduction sur la conception islamique du droit international. À al-Azhar on utilise la Hidâya d’al-Marghinânî pour l’enseignement supérieur, et, pour l’enseignement préparatoire, Al-lubâb d’al-Maydânî commentant le texte d’al-Qudûrî. On n’a pas pu identifier l’ouvrage de l’enseignement secondaire. L’abrégé de Qudûrî a été traduit par Bousquet et Bercher pour ce qui concerne le statut personnel. Ce qui concerne le jihâd a été traduit par Bercher. Le dernier état du droit musulman hanéfite est le Radd al-Muẖtâr d’Ibn ‘Abidîn commentaire d’un texte de Haskafî, lui-même étant commentaire de Timurtâchî. Le Code du statut personnel, oeuvre en arabe de Qadrî Pacha, jamais promulgué, a été, dans sa traduction française, utilisé par les tribunaux mixtes en Egypte (647 articles). Cet ouvrage, et le Murchid al -Hayrân du même Qadri Pacha, résument, sous forme de code, le Radd al-Muẖtâr. Une grande autorité est aussi attachée au Majma‘ al-anhur fi multaqâ al-abẖur. d’al-Halabî et Chaykh Zâdé. C’est d’après cet ouvrage que Schacht a écrit son Introduction. Il existe une traduction partielle de al-Halabî par Sauvaire, elle n’est pas mythique, voir les références complètes en III, à Zadé. Citons encore la Majalla, le code des contrats établi dans l’empire ottoman, dont la première partie s’inspire d’Ibn Nujaym. Il en existe une traduction anglaise. On retourne de plus en plus aux textes plus anciens dans la recherche. On a donné les références de as-Sarakhsî, d’al-Kasânî et de Ibn al-Himâm.

Pour le chaféisme, Le Kitâb al-Umm composé par les élèves d’ach-Châfi‘î, est l’ensemble de référence de l’école. A al-Azhar, on utilise pour l’enseignement supérieur le commentaire d’al-Maẖallî sur le Minhâj aṯ Tâlibîn d’an-Nawâwî. Pour le secondaire on enseigne la Kifâya al-akhyâr de Taqî Ad Dîn al-Hisnî al-Dimachqî sur un texte de base d’Abû Chuja‘. Ce même texte de base, Ghâyat al-ikhtisar d’Abû Chuja‘, est utilisé dans l’enseignement préparatoire avec son commentaire par Ibn Qâsim ar-Râzî. Ce texte de base a été traduit par Bousquet. Actuellement on se tourne vers les auteurs plus anciens, comme ach-Chîrâzî. E. Chaumont prépare une traduction partielle de son Muhadhdhab. Le Majmû‘ d’an-Nawâwî, commentaire de ce Muhadhdhab, fait place au droit comparé. As-Suyûṯî a écrit lui aussi un livre sur les ressemblances.

Pour le hanbalisme, le Musnad (L’appui) d’Ibn Hanbal est un grand recueil de ẖadîth classés selon les transmetteurs. C’est la compilation de base du rite. A al-Azhar on utilise dans l’enseignement supérieur Al-Mughnî de Ibn Qudâmâ qui est un commentaire de l’Abrégé de Khiraqî (12 vol. ). Pour le secondaire on enseigne sur un texte de base de al-Khujawî avec son commentaire Ar-Rawd al-murbi‘. Dans l’enseignement préparatoire : Nayl al-ma‘arib de Ibn ‘Umar sur un texte de base de Mar’î Bn Yûsuf, mais je n’ai pas trouvé ces ouvrages. Laoust a traduit un manuel, le Kitâb al-‘umda fî ahkâm al –fiqh d’Ibn Qudâma.

Autres rites. Pour le zahirisme, l’auteur de référence est Ibn Hazm, al-Muẖalla. Pour le chiisme duodécimain (imamite), Tabâtabâ’i, An introduction to Shî‘î Law, donne toutes les références souhaitables. Le dernier grand auteur est al-Ansârî qui a pratiquement refondé le droit imamite. Pour le chiisme septimanain (ismaélien) la référence est le cadi Nu‘mân. Pour le zaydisme : Zayd Bn ‘Alî a écrit le plus ancien traité de fiqh, partiellement traduit par Berque et Bousquet. En arabe, il est édité avec un commentaire. La référence principale du rite est al-Murtaḏâ. Pour l’ibadisme, il existe, en arabe, plusieurs sommes aux dimensions décourageantes. Celle de ar-Rustâqî est la référence principale. Ibn Baraka n’a que deux volumes.

Ouvrages modernes, introductions : La plupart des ouvrages modernes en langues européennes font plus ou moins l’impasse sur le culte, les usûl, le califat, le droit pénal. Souvent les ouvrages de langue arabe font de même, ce qui indique bien a contrario que les parties vivantes du droit musulman sont le statut personnel et le statut réel. L’école française d’Alger a produit un grand nombre d’introductions au droit musulman (malékite) en mettant l’accent sur le statut personnel et les successions. Bousquet en a écrit trois, dont le meilleur est chez Armand Colin. L’Introduction de Schacht suit le droit hanéfite. Goldziher et Khadduri-Liebesny font place au califat. Il existe de nombreuses introductions en arabe, sourtout des cours. On a utilisé Zaydân qui n’évoque pas le statut personnel ni le califat. On cite souvent dans les textes des ouvrages que je n’ai pas trouvés, ce sont : Az-Zarqâ, Al-madkhal al-fiqhî al-‘âmm ; Mahmasânî, Falsafa at-tachrî‘ fî l-islâm ; madkhal al-fiqh al-islâmî ; Baltâjî, (Muhammad), Manâhij at-tachrî‘ al-islâmî al-qarn ath-thânî al-hijrî.

Traités : Le traité de Linant de Bellefonds, n’est pas complet, il ne traite que du statut personnel et du statut réel. La Shorter Encyclopaedia of Islam, Brill est sommaire pour les parties juridiques. Le seul traité complet (sans le culte pourtant) est celui de Milliot dont réédition a été heureusement corrigée par F.-P. Blanc. Voir aussi le traité de Colomer. En arabe, le traité d’al-Jazîrî (Abd Ar-Rahmân), est clair et détaillé, mais il ne comporte pas de partie sur le jihâd, et une seule page sur le califat (t. 5, p. 353). Abû Zahra (Muẖammad) a rédigé une série d’ouvrages dont l’ensemble constitue un véritable traité presque complet. La somme d’Az-Zuẖayli est bien complète, traitant du califat et du jihâd, mais manque parfois de sérénité dès qu’il s’agit de comparer avec le droit positif. De plus l’ouvrage semble avoir été écrit à la hâte, et on y trouve des répétitions et des contradictions.

Législations positives : On ne pourra donner ici que des indications sommaires en attirant surtout l’attention sur les revues fondamentales. Il faudra se référer aux recueils bibliographiques cités au début. Un dictionnaire très récent est bien ouvert sur le monde contemporain est celui d’Esposito. Sur le droit au Moyen Orient, on verra les travaux d’Amin, Anderson, Botiveau (Égypte, Syrie), Bleuchot (Soudan), Mostafa (Soudan), Fluer-Lobban (Soudan). L’éditeur Kluwer Law a une série d’ouvrages très importants sur le droit arabe, ainsi qu’une revue Arab Law quaterly. En français, Maghreb-Machrek reste indispensable. Pour l’Afrique noire voir Journal of African Law et Afrique contemporaine. Pour le Maghreb c’est l’Annuaire de l’Afrique du Nord (AAN) et Maghreb-Machrek qui sont importants. Les ouvrages de Etienne (Minorités), Borrmans, Charnay (La vie musulmane) et Collot sont devenus des classiques.

Élargissement : L’environnement théorique du droit musulman peut être connu grâce à Gardet (La cité musulmane). Plus sociologiques sont les travaux d’Anderson, Ben Achour, Bousquet (Application), Rosen (The anthropology).

Il est indispensable que l’étudiant élargisse sa connaissance des disciplines susceptibles d’éclairer le droit en général. On n’a retenu qu’un minimum d’ouvrages : en sociologie du droit : Lévy-Bruhl, Carbonnier, Rouland et seulement un article de Bourdieu pour sa problématique. En histoire du droit : Ellul, Gaudemet, Rouland. En anthropologie : Geertz, Gellner, Gellner/Vatin, Grunebaum, le dictionnaire de Bonté / Izard. En philosophie du droit : André-Jean Arnaud, Billier/Maryoli, etc. Un bon bagage théorique peut renouveler la matière, et les travaux de Dupret montrent bien ce que l’on peut en tirer en anthropologie du droit musulman.

Culte

Culte musulman : Les traités classiques comportent tous une partie consacrée au culte, rarement traduite, voir les Ouvrages généraux. Parmi les travaux contemporains, en français, on consultera la partie juridique du Traité moderne du chaykh Hamza Boubakeur. Il contient notamment les prières à dire à chaque étape du culte et divers dessins explicatifs. Le Chaykh, comme ses contemporains d’ailleurs, dans le but d’être proche de la mentalité actuelle, tend à réduire l’aspect ritualiste du culte et à mettre l’accent sur l’intention (nîya), et sur la facilité (Cf. Cor. 2, 185). Il donne aussi souvent des justifications rationnelles à propos de tel ou tel acte de culte. Des points de vue anti-chrétiens et anti-juifs se manifestent chez lui comme chez les autres auteurs contemporains, ce qui est normal dans les ouvrages de ce genre. Il faudra le corriger par des vues comparatives puisées aux sources mêmes de chaque religion. Ce traité n’est pas le seul qu’on trouve. Le livre d’Eldjaziri (La voie du musulman) est très souvent contesté. Les librairies islamiques ont de nombreuses brochures en français pour expliquer les éléments du culte. En arabe, les travaux sont innombrables. Les recueils de fatâwâ sont particulièrement intéressants, comme celui de Charbâsî, professeur à al-Azhâr et celui du chaykh Albânî qui rapporte aussi des fatâwâ classiques. Mais il en est d’autres.

Études diverses sur le culte : En français, le classique en la matière est le petit livre de Bousquet. Plus historique, en anglais : Lane. Sur le pèlerinage : Gaudefroy-Demombynes, Peter, Turki / Souami. Sur les fêtes : Grunebaum. De nombreux travaux anthropologiques sont passionnants. On les repèrera grâce à l’Encyclopédie de l’islam, et au livre récent dirigé par Sophie Ferchiou. Sur les cultes comparés : Lazarus-Yafeh.

Élargissement. Nous avons fait un choix très serré en sociologie religieuse : Eliade et Couliano, Gauchet, Girard, Ikor, Kepel, Menschig, Meslin, Piette, Puech, De Romilly, Rousseau, Wach, Weber, Willaime. Mais il est indispensable que l’étudiant en droit musulman ait une réelle connaissance des trois monothéismes, c’est-à-dire puisée aux sources : toute étude comparée des religions qui veut être autre chose que mythique ou idéologique doit se référer prioritairement à elles. Nous avons donc donné dans les bibliographies qui suivent les sources fondamentales des trois monothéismes, que nous avons complétées par quelques autres ouvrages qui nous semblent sûrs.

Judaïsme : Pour les sources, on a d’abord La Bible dans la traduction du rabbinat français ; Le Pentateuque en 5 vol. textes et traduction ; puis Le Talmud dont on trouve des traductions ; en droit, La table servie de Joseph Caro ; Le guide des égarés de Maïmonide et son Livre des commandements. D’autres ouvrages seront aussi utiles : Abécassis et P. de Vaux (sur la Bible), Cohen et Steinsaltz (Talmud), Chouraqui et Hayoun (pensée juive) ; Heineman (la loi) ; Schwarzfuchs (communautés juives) ; Lewis, Bat Ye’or et Poliakov (histoire des minorités juives) ; Bin-Nun (droit d’Israël). Il existe aussi une Encyclopédie du judaïsme en français, par Wigoder.

Christianisme : Sources. D’abord La Bible (ancien et nouveau testament) dans sa traduction oecuménique et dans celle de Jérusalem. Pour le catholicisme : Les déclarations concilaires compilées par Alberigo, et, pour Vatican II, en édition bilingue à part. Le livre de Dumeige est une anthologie de ces textes conciliaires, classés dans l’ordre de la théologie catholique. Sont encore des sources officielles Le Catéchisme de l’Église catholique, et celui des évêques de France. En droit canonique le Code de 1983. Les ouvrages fondamentaux de théologie sont La Somme théologique de Saint Thomas d’Aquin (traduite et rééditée) pour le moyen âge, et pour le xxe siècle, L’Encyclopédie de la foi de Fries. On verra aussi une bonne histoire de l’Église, celle de Rogier / Aubert / Knoles par exemple, et pourquoi pas un texte de Jean-Paul II. Dans un esprit de bonne vulgarisation l’encyclopédie Théo, est largement ouverte sur l’histoire. Pour les protestantismes on trouve Luther et Calvin en livre de poche. Emile Léonard a écrit une somme historique importante. Le Livre de Feiner est la meilleure introduction aux théologies chrétiennes qui y sont décrites avec leurs convergences et divergences. Les livres sur l’Église et l’État, sur la laïcité, etc., foisonnent. On a retenu Poulat à cause de la richesse de son information et la profondeur de ses points de vue. Il en est de même en ce qui concerne les dialogues interreligieux. L’œuvre de H. Kung se signale par son ouverture. Sur le dialogue islamo-chrétien, voir la revue Islamochristiana, très riche. On dispose d’un colloque fort intéressant avec celui de Kerrou / Noak-Spâth.

Islam : Voir notre tome 1, p. 393-394. Rappelons-en l’essentiel. Les sources. Le Coran d’abord avec ses traductions (Blachère, Berque, Masson, Hamidullah, Hamza Boubakeur). En théologie, l’ouvrage de référence est celui de al-Îjî commenté par Jurjânî, malheureusement non traduit. En français on a le traité récent de Hamza Boubakeur, déjà cité. En outre, nous recommandons : Corbin (philosophie), Arkoun (pensée arabe), Merad (islam contemporain), Charnay (Sociologie religieuse), tout Gardet / Anawati, Laoust (Schismes), Popovic / Veinstein, Chevalier (soufisme), Sourdel (histoire) ; et bien sûr l’Encyclopédie de l’islam. Pour le droit voir ici, plus haut..

Califat

Sources classiques : Les traités de droit ne comportent pas de grands développements sur le califat, quelques lignes ou une page (avec les commentaires) que l’on trouve généralement dans la partie pénale, au chapitre de la rébellion. On en a donné la liste plus haut (voir Ouvrages généraux). Les grands auteurs classiques qui ont traité du califat ou de questions politiques sont les suivants : al-Fârâbî, al-Mâwardî (al-Aẖkâm), al-Ghazzâlî (al-Iqtisâd), Bâqîllânî (Tamhîd), Ibn Ruchd, Badr ed-Dîn bn Jama‘a (Ch, ob. 1333), an-Nasafi, Ibn Khaldûn, Ibn Taymîya (Siyâsa, Minhâj), Abû Ya‘lâ, Al-Hillî (Minhâj), Aṯ-Ṯûsî, Îjî et Jurjânî, Fakhr ad-Dîn ar-Râzî, Ibn Hajar (Fatẖ al-Bârî), Taftazânî, al-Baghdâdî, al-Ach‘arî (Maqallat), Ibn Hazm (Milal, Muẖalla), Chahrastânî (Milal, trad.). Les principaux théoriciens musulmans contemporains sont traduits et étudiés. On pourra lire en français Rachîd Riḏa (trad. Laoust), ‘Alî ‘Abd ar-Râziq (Irad. Filali-Ansari), ‘Abd ar-Razzâq as-Sanhûrî (qui écrivit en français, voir Sanhouri en II), Muammad Sa‘îd al-‘Ichmawî (trad. Jaquemond). Mais bien des œuvres restent encore à traduire.

Études contemporaines : Les grands classiques de l’orientalisme sur le califat sont : Arnold (The califate), Laoust (Essai sur... Ibn Taymîya ; La politique de Ghazzâlî), Tyan (Institutions), et plus largement, sur la philosophie et la théologie politique de l’islam : La Cité musulmane et Dieu et la destinée de l’homme (p. 411-474) de Gardet, les Schismes de Laoust, Political Thought de Rosenthal, et l’importante étude de Gimaret sur al-Ach‘arî. On dispose aussi en français de bons articles, signalons entre autres, Delanoue, Mazaheri, Veinstein et d’autres dans Les Annales de l’autre islam.

Élargissement : La bibliographie est immense dès que l’on sort du problème étroit du califat et que l’on envisage en général les rapports de l’islam et de la politique ou les problèmes de science politique ou économique. Ces travaux sont à connaître, car on ne peut faire du droit dans l’abstrait. Mais on comprendra qu’on ne puisse donner ici que quelques points de départs et seulement en langues européennes.

Les thèmes politiques généraux sont actuellement délimités par l’opposition du laïcisme et de l’islamisme, mais le réformisme, le nationalisme, le socialisme... ont eu leur heure de gloire. Sur le réformisme, Kerr, Tapiéro, Jomier, Delanoue (Moralistes), etc. Sur l’islamisme : Carré (Mystique et politique, L’islam et l’État) et Carré / Michaud, Kepel (Le prophète, Expansion, etc.), Etienne (L’islamisme radical), Burgat (L’islamisme en face), O. Roy (L’échec). Les Jalons de Sayyed Qutb ont été traduits en français. Sur l’ensemble des idées : Hourani (Arabic Thought), Djaït (La personnalité), Laroui (L’idéologie, La crise). Une bonne vue d’ensemble par Mérad (bibliographie).

Les études de science politique, générales ou par régions ou États sont très nombreuses. On n’en citera que quelques unes, pour permettre à l’étudiant de démarrer. Les ouvrages et L’État nouveau de Yadh Ben Achour, de Badie (Les deux États), sur le plan théorique et Flory-Mantran (Les régimes politiques arabes) en science politique ont des bibliographies importantes qu’il est inutile de reproduire ici. Voir aussi Carré (L’islam et l’État) et le n° spécial de la revue Pouvoirs, 1983, Les régimes islamiques. Il faut absolument compléter ces indications par les bibliographies et études de l’Annuaire de l’Afrique du Nord (AAN, depuis 1962). Pour le Machreq, les études françaises ne sont pas rares. L’ouvrage excellent de Corm (Le Proche-Orient éclaté, 2000), aisément accessible dans la collection Folio et qui comporte une importante bibliographie, nous dispense de les citer. On ne dispose pas pour le Moyen-Orient malheureusement d’un instrument comme l’AAN. Les revues Maghreb-Machreq et Les Cahiers de l’Orient rendront d’immenses services. Au moment où j’écris, j’apprends que ces revues ont été arrêtées par le ministère. C’est évidemment une décision irresponsable et scandaleuse.

Il ne faut pas oublier que le monde musulman ne se résume pas au monde arabe. La Turquie, l’Iran, le Pakistan, l’Aghanistan, l’Inde, l’Indonésie constituent des pôles essentiels. Il y a aussi les marges de l’islam en Afrique, en Asie, en Europe. On aura intérêt à fouiller les revues et bibliographies de langue anglaise qui repèrent assez bien les traductions du persan, de l’urdu et autres langues extrême-orientales.

Jihâd

Sources classiques : Les ouvrages de droit signalés sous le titre Ouvrages généraux comportent tous un chapitre sur le jihâd. De même presque tous les traités relatifs au califat ont des passages plus ou moins longs consacrés au devoir du calife d’ordonner le jihâd, ou sur l’organisation de l’armée, son commandement, etc. On y ajoutera les auteurs suivants : Abu Yûsuf (Kharâj), ach-Chaybânî (as-Siyâr al-kabîr), al-Mâwardî (al-Aẖkâm), aṯ-Ṯabarî (édition Schacht), as-Sarakhsî (Charẖ), Ibn Taymîya (Siyâsa), Ibn Khaldûn (Muqaddima). En traduction, signalons celles de Bousquet sur al-Qudûrî, de Peters sur Ibn Ruchd, de Khadduri sur ach-Chaybânî, de Hamidullah sur Sarakhsî, de Mercier sur Ibn Hudayl.

Études : En langues européennes, les études de Mercier et Fagnan sont anciennes mais toujours à lire. Khadduri et Morabia sont les classiques de la discipline. Charnay (Islam) envisage la question de manière sociologique. Sivan apporte un éclairage sur le jihâd pendant les croisades et Peters (Islam and Colonialism) sur l’histoire des doctrines contemporaines. Pour une approche comparative, il faut noter Weber et Reynaud et le petit livre de Ruelland. Sur les tributaires, Fattal est l’ouvrage classique, très complet. Très informés sont les ouvrages plus récents de Abû Salieh et le collectif dirigé par A. Pacini. Bat Ye’or apporte du nouveau et remet en cause l’idée de l’islam tolérant : c’est donc à lire si l’on n’est pas d’accord. Très critique aussi (envers toutes les religions d’ailleurs) est Ibn Warrâq. Tous ces ouvrages comportent des bibliographies abondantes. Une bonne thèse de science politique, celle de Muriel Paradelle, est à lire. Parmi les articles, il ne faut pas oublier Canard. J’en ai écrit plusieurs sur le sujet.

Ouvrages contemporains en arabe. Ils sont extrêmement nombreux et il s’en publie plusieurs dizaines par an. Il existe notamment une importante “littérature de mobilisation” à toutes les époques, ainsi que des fatâwâs à chaque grand événement. On repèrera tout cela d’après Peters (Islam and Colonialism) et d’après les revues comme Maghreb-Machrek, Islamocristiana, etc. Parmi les théoriciens contemporains, on remarquera : les tradilionnalistes et réformistes : al-Bûṯî, Abû Zahra (‘Alâqât), Chaltût, az-Zuẖaylî (Alhâr), Mansour, Mawdûdî. Les islamistes et frères musulmans : al-Banna, Quib (Jalons). Ont été traduits : al-Bouti, Chaltût, Qutb.

Justice et procédure

Sources classiques : Tous les traités de droit signalés parmi les Ouvrages généraux comportent plusieurs chapitres sur les questions de procédure. On ajoutera aux auteurs cités dans le chapitre du califat (al-Mâwardî, Ibn Taymiya, ibn Khaldûn) ceux-ci : Ibn Qayyim al Jawzîya (Turûq), al-Qarâfî, at-Tarabulsî, Ibn Farhûn.

Études : En langues européennes, le classique est l’ouvrage de Tyan sur l’organisation judiciaire. Celui de Khadduri sur la justice est aussi à lire comme un classique. Pour les articles, on verra ces deux auteurs, mais aussi Johansen qui apporte toujours du nouveau. En langue arabe, il existe de nombreuses thèses de qualité. On n’a pu relever que les ouvrages de Ryâd et de Ma‘jûz.

Le droit pénal

Sources classiques : Tous les traités de droit signalés parmi les Ouvrages généraux comportent plusieurs chapitres sur le droit pénal. On ajoutera aux auteurs cités de la bibliographie du califat (al-Mâwardî, Ibn Taymiya, Ibn Khaldûn) et celle de la procédure (Ibn Qayyim al Jawzîya, at-Tarabulsî, Ibn Farhûn) les contemporains de langue arabe : ‘Abd al-Qâdir ‘Awdah qui a relancé la préoccupation des musulmans envers le droit pénal islamique vers 1950, et, sur ses traces, Abû Zahra, az-Zuẖaylî, Draz et bien d’autres. Adh-Dhahabî défend l’efficacité des ẖudûd.

Études : En langues européennes, il n’existe pas d’ouvrages spécialement consacré au droit pénal musulman. Ceux de Lacheraf et Mostafa ne portent que sur le droit égyptien et traitent mal du droit islamique. Celui dirigé par Bassiouni est très insatisfaisant. Les ouvrages généraux de Milliot / Blanc, Schacht, Bousquet, etc. comportent un chapitre consacré au droit pénal. Heyd est le classique du droit ottoman et Heidborn donne les textes. Le long article de Vassalli (Giuliano), montre la distance qu’il existe entre la le droit pénal islamique et les conceptions occidentales. Pour lui “reste fondamental et comme immanent dans le droit islamique le danger d’excès dans la répression pénale et de la facile justification de ces excès”. Nombreux sont les articles de qualité : Atallah, Botiveau, Chelhod, al-Muhaïri, Sorour, Tellenbach, et bien d’autres. Sur l’application du droit pénal musulman, le livre de Larguèche apportera une vision non mythique des réalités de la Tunisie au xviiie-xixe siècle. On ne peut que souhaiter la multiplication de travaux de ce genre. En langue arabe, on doit signaler ceux de Bahnasî (tendance réformiste), du criminologue égyptien Surûr et d’Abû l-‘Aynân.

Élargissement. L’étudiant doit élargir sa culture par l’histoire du droit pénal avec Laingui-Lebigre, et récemment Carbasse. Le droit comparé offre aussi de larges perspectives de “dépaysement anthropologique”. L’ouvrage de Pradel comble heureusement une lacune dans la série des traités.

II. RÉFÉRENCES EN LANGUES EUROPÉENNES DU TOME II

ABDEL-WAHAB (Salah el-Din), An Introduction to Islamic Jurisprudence, Le Caire, 1963, al-Azhar University, 148 + 4 p.

BECASSIS (Armand), La pensée juive, Le livre de poche, Biblio-Essais, 4 vol. parus, 1990-1996.

ABU SALIEH (Sami ALDEEB), Les musulmans face aux droits de l’homme, religion et droit et politique, Etude et documents, Bochum, Winkler, 612 p.

ABU SALIEH (Sami ALDEEB), Non-musulmans en pays d’islam, cas de l’Egypte, Fribourg (Suisse), 1979, Editions universitaires, 408 p.

ADUR RAHIM, Muhammadan Jurisprudence, Madras, 1911.

AHNAF (M. AL-), Tunisie, un débat sur les rapports État-religion, Maghreh-Machrek, 126, 1989, p. 93-108.

ALBERIGO et alii, Les Conciles oeucuméniques (édition bilingue), 2 vol, Editions du Cerf, 1994.

ALI-KARAMANLI (S.), DUNNE (F.), The ijtihâd contoversy, Arab Law Quaterly, vol. 9, 1994, p. 238-257.

ALWÂNÎ (Taha J. AL-), The rights of the accused in islam, Arab Law Quaterly, vol 10, 1995, part 1 and 4, p. 3-16 and 238-249.

AMIN (Sayyed Hassan), Islamic law in the contemporary world: introduction, glossary and bibliography, Glasgow, Royston, 1985, 190 p.

AMIN (Sayyed Hassan), Middle East legal systems, Glasgow, Royston, 1985, 434 p.

AMOR (Abdelfattah), Constitution et religion dans les États musulmans, site internet de l’université de Toulouse (www.univ-tlsel.fr).

ANDERSON (J. N. D.), Law as a social force in islamic culture and history, Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 1957, 20, p. 17-31.

ANDERSON (J. N. D.), Le droit comme force sociale dans la culture et dans l’histoire de l’islam, IBLA, 21, 1959, p. 157-177 et 22, 1959, p. 29-54.

ANDERSON (J. N. D.), Homicide in islamic Law, BSOAS, 13, 1951.

Annuaire de l’Afrique du Nord, depuis 1962, ed. du CNRS.

ANSARI (M. al-), Histoire du protocole dans le monde musulman, Thèse, Aix-en-Provence, 1985, 2 vol.

ARISTARCHI et NICOLAIDES, Législation ottomane, 1881/1888, 2 vol.

ARNAUD (André-Jean)(dir.), Dictionnaire encyclopédique de théorie et de sociologie du droit, Paris, LGDJ/Story, 1988, 488 p.

ARKOUN (Mohammed), Essais sur la pensée islamique, Paris, Maisonneuve et Larose, 1984, 352 p.

ARKOUN (Mohammed), Pour une critique de la raison islamique, Paris, Maisonneuve et Larose, 1986, 380 p.

ARKOUN (Mohammed), Lectures du Coran, Paris, Maisonneuve et Larose, 1982, 180 p.

ARKOUN (Mohammed), La pensée arabe, PUF, Que sais-je ? n° 915.

ARKOUN (Mohammed), Contribution à l’étude de l’humanisme arabe au ive/xe siècle : Miskawayh philosophe et historien, Paris, 1970, Vrin, 388 p.

ARNOLD (T. W.), The Caliphate, Oxford, Clarendon Press, 1924.

ATALLAH (Borham), Le droit pénal musulman ressuscité, Annuaire de l’Afrique du Nord 1974, Paris, 1975, CNRS, p. 227-252.

BADIE (Bertrand), Les deux États, pouvoir et société en Occident et en terre d’islam, Paris, 1986, Fayard, 336 p.

BADUEL (Pierre), L’état du Maghreb, Paris, La découverte.

BARBER (Benjamin), Djihad versus Mc World, New York, 1995, Times books, trad. française, Paris, 1996, Desclée de Brouwer, Coll. Pluriel, 304 p.

BASSIOUNI (Chérit) (ed.), The Islamic Criminal Justice System, Oceana Pub., 1982, 256 p.

BASSIOUNI (Chérit), Crimes and the criminal process, Arab Law Quaterly, vol. 12, n° 3, sept. 1997, p. 269-286.

BAT YE’OR, Les chrétiens d’Orient entre jihâd et dhimmitude (viiexxe s.), préface de J. Ellul, Paris, 1991, éditions du Cerf, 534 p.

BAT YE’OR, Le dhimmi : profil de l’opprimé en Orient et en Afrique du Nord depuis la conquête arabe, Paris, 1980.

BEN ACHOUR (Yadh), L’Etat nouveau et la philosophie politique et juridique occidentale, Tunis, 1980, CERP, 462 p.

BEN ACHOUR (Yadh), Politique, religion et droit dans le monde arabe, Tunis, 1992, Cérès ed., 276 p.

BEN ACHOUR (Yadh), Normes, foi et loi, en particulier dans l’islam, Tunis, 1993, Cérès ed., 270 p. BENNABI (Malek), Le phénomène coranique, essai d’une théorie sur le Coran, Paris, 1976, Ass. des Etudiants islamiques, 192 p.

BERNAND (Marie), Les usûl al-fiqh de l’époque classique, Arabica, 39, Novembre 1992, p. 273-286.

BERNAND-BALADI (Marie), L’ijmâ‘, critère de validité juridique, in Normes et valeurs dans l’islam contemporain (Berque et Chamay dir.), Paris, 1966, Payot, p. 68-79.

BERQUE (Jacques), Essai sur la méthode juridique maghrébine, Rabat, 1944.

BERQUE (Jacques), Le Coran, traduction nouvelle, Sinbad, 1995, suivi de En relisant le Coran (p. 711-795).

BERQUE (Jacques), Communication in Aspects de la foi de l’islam, Bruxelles, Facultés universitaires de Saint Louis, 1985, 242 p.

BERQUE (Jacques), L’ambiguïté dans le fiqh, in L’ambivalence dans la culture arabe, (Berque et Charnay dir.), Paris, 1967, p. 232-252.

BERQUE (Jacques), Relire le Coran, Paris, 1993, Albin Michel, 144 p.

BIBLE. La Bible de Jérusalem, Le Cerf, rééd. nombreuses, et Traduction Oecuménique de la Bible (TOB), Le Cerf, rééd. nombreuses.

BIBLE, traduction du rabbinat français (ancien testament).

BILLIER (JC) MARYIOLI (A), Histoire de la philosophie du droit, Paris, 2001, Armand Colin, 328 p.

BIN-NUN (Ariel), Le droit de l’État d’Israël, une introduction, Litec, 1992, 194 p.

BLACHÈRE (Régis), Le Coran, PUF, Que sais-je ? n° 1245.

BLACHÈRE (Régis), Le Coran, Paris, 1966, Maisonneuve et Larose, 750 p.

BLANC (François-Paul), Le droit musulman, Paris, 1995, Dalloz, 142 p.

BLANC (François-Paul), Le blasphème en droit musulman malékite, in Religions, Églises et Droit, Saint-Etienne, 1990, CERH1D, Publications de l’Université de Saint-Etienne, p. 243-250.

BLEUCHOT (Hervé), Le projet de code pénal islamique en Egypte, XXIII Deutscher Orientalistentag vom 16. bis 20. September 1985 in Würzburg, Stuttgart, 1989, Franz Steiner Verlag, p. 111-118.

BLEUCHOT (Hervé), La connaissance du droit musulman dans le monde chrétien jusqu’à Mouradgea d’Ohsson (ob. 1815), in D’un Orient l’Autre, (dir. J. C. Vatin), Paris, ed. du CNRS, 1991, tome 2 : Identifications, p. 65-88.

BLEUCHOT (Hervé), Islam, droit pénal et politique : sur deux ouvrages de Sâdik Al Mahdî. in Sûdân : histoire, identités, idéologies (H. Bleuchot, C. Delmet, D. Hopwood dir.), Ithaca Press-Middle East Centre-IREMAM, Reading, 1991, p. 269-285.

BLEUCHOT (Hervé), Le droit pénal et les réformes en Egypte au xixe siècle, Revue tunisienne de droit, (vol. 1 et 2), 1990, (paru en 1993), p. 117-147.

BLEUCHOT (Hervé), Les cultures contre l’homme ? Essai d’anthropologie historique du droit du droit pénal soudanais, Pref. de N. Rouland, Aix-en-Provence, 1994, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 480 p. (bibliographie).

BLEUCHOT (Hervé), Les conceptions de la peine en droit musulman, Droit et cultures, 1997, 2, p. 43-71.

BLEUCHOT (Hervé), Le but du jihâd et son évolution en droit musulman (rite malékite), Revue Maroc-Europe, Ed. La Porte, Rabat, n° 11, 1997-1998, p. 9-31.

BLEUCHOT (Hervé), L’aveu contraint en droit musulman, in La torture judiciaire, aspects historiques (Durant dir.), à paraître.

BORRMANS (M), Statut personnel de la famille au Maghreb de 1940 à nos jours, Paris, 1977.

BORRMANS (M), La liberté religieuse dans les pays d’islam, in D’Onorio (J.-B.)(Dir.), La liberté religieuse dans le monde, Analyse doctrinale et politique, Paris, Editions universitaires, p. 255-288.

BOTIVEAU (Bernard), Loi islamique et droit dans les sociétés arabes : mutation des systèmes juridiques du Moyen orient, Paris, 1994, Karthala, 379 p. (bibliographie).

BOTIVEAU (Bernard), Faits de vengeance et concurrence de systèmes de droit, Peuples méditerranéens, n° 42-43, oct. 1987-mars 1988, p. 153-166.

BONTE (P), IZARD (M), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, 1991, PUF, 786 p.

BOUBAKEUR (Si Hamza), Traité moderne de théologie islamique, Paris, Maisonneuve et Larose, 1985, 488 p. BOUBAKEUR (Si Hamza), Le Coran, traduction avec commentaire, Paris, 1972, Fayard, 2 vol.

BOUSQUET (G. H.), Les grandes pratiques rituelles de l’islam, PUF, 1949, 134 p.

BOURDIEU (Pierre), La force du droit : éléments pour une sociologie du champs juridique, Actes de la recherche en sciences sociales, 1986, 64, 3-19.

BOUSQUET (G. H.), Précis de droit musulman principalement malékite et algérien, Alger, La maison des livres, s.d., (1940 ?).

BOUSQUET (G. H.), Le droit musulman, Collection Armand Colin, 1963.

BOUSQUET (G. H.), Précis élémentaire de droit musulman, Paris-Alger, 1935, 217 p.

BOUSQUET (G. H.), Du droit musulman et de son application effective dans le monde, Alger, 1940, 104 p.

BOUSQUET (G. H.), Evolution juridique des populations musulmanes, L’islam et l’Occident, Paris, Cahiers du Sud, 1947, p. 194-204

BOUSQUET (G. H.), La Moudawwana d’Ibn Qasim. Recension de Sahnoun. Analyse. Revue algérienne 74, 1958, p. 189-211 ; 75, 1959, p. 69-85 ; 76, 1960, p. 49-79 ; 77, 1961, p. 1-30.

BOUSQUET (G. H.), La Moudawwana, Index, Arabica 17, 1970, p. 113-150.

BRÉHIER (L), La civilisation byzantine, Paris, 2 vol. , 1950 et 1970, Albin Michel, “L’évolution de l’humanité”.

BRUNSCHVIG (Robert), Études d’islamologie, Paris, Maisonneuve et Larose, 2 vol. , 1976.

BURGAT (François), L ’islamisme en face, La Découverte, 1996.

BURTON (J.), The sources of islamic Law: islamic theories of abrogation, Edinbourg, 1990.

CALVIN (Jean), Œuvres choisies, Gallimard, Folio.

CAMAU (Michel), La notion de démocratie dans la pensée des dirigeants maghrébins, Paris, 1970, CNRS.

CANARD (M.), La guerre sainte dans le monde islamique et dans le monde chrétien, in Byzance et les Musulmans du Proche-Orient, Variorum reprints, Londres, 1973.

CARBASSE (Jean-Marie), Introduction historique au droit pénal, Paris, 1990, PUF, 358p.

CARBONNIER (Maurice), Sociologie juridique, Paris, 1978, PUF, Thémis, 424 p.

CARDAHI (Choukri), Conflict of Law, in Khadduri-Liebesny, Law in the Middle East, t. 1, Washington, 1951, p. 334-348.

CARO (Joseph, ob. 1575), Chulhân ‘arukh, (La table servie). En français trad. part. Weill, fondation Sefer, Paris, 1980 ; Gantzfried traduit par Guttel et Cohen, Paris, Colbo, 1966, et rééd.

CARRE (Olivier) et MICHAUD (Gérard), Les Frères musulmans, 1928-1982, Paris, Seuil, coll. Archives.

CARRÉ (Olivier), Mystique et politique, lecture révolutionnaire du Coran par Sayyid Qutb, frère musulman radical, Paris, 1984, Le Cerf-FNSP, 248 p.

CARRÉ (Olivier), L’Islam et l’État dans le monde d’aujourd’hui, Paris, 1982, PUF, 272 p. Catéchisme de l’Église catholique, Mame-Plon, 1992, rééd Presse-Pocket. Catéchisme des évêques de France, L’alliance de Dieu avec les hommes, Le livre de poche, 1991, 540 p.

CHALABI (El Hadi), La place de l’islam dans le droit public algérien, Revue algérienne, XXI, 2, juin 1984, p. 429-451.

CHARFI (Mohamed), Islam et liberté, le malentendu historique, Paris, 1998, Albin Michel, 274 p.

CHARLES (Raymond), Le droit musulman, Paris, 1982, PUF, Que sais-je ?, 128 p.

CHARNAY (Jean-Paul.), Fonction de l’ikhtilâf en méthodologie juridique arabe, L’ambivalence dans la culture arabe (Berque et Charnay dir.), Paris, 1967, p. 191-231. CHARNAY (Jean-Paul.), Pluralisme normatif et ambiguïté dans le fiqh, in L’ambivalence dans la culture arabe (Berque et Charnay dir.), Paris, 1967, p. 382-396.

CHARNAY (Jean-Paul.), L’islam et la guerre, Paris, 1986, Fayard, 356 p.

CHARNAY (Jean-Paul.), Les Contre-Orients, ou comment penser l’autre selon soi, Paris, 1980, Sinbad.

CHARNAY (Jean-Paul.), Sociologie religieuse de l’islam, Paris, 1977, Hachette, rééd 1994, coll. Pluriel, 620 p. (importante bibliographie).

CHARNAY (Jean-Paul.), La vie musulmane en Algérie d’après la jurisprudence de la première moitié du xxe siècle, Paris, PUF, 1965.

CHAUMONT (Éric), La problématique classique de l’ijtihâd et la question de l’ijtihâd du Prophète : ijtihâd, wahy et ‘isma, Studia islamica, 75, 1992, p. 105-137.

CHAUMONT (Éric), Bâqillânî, théologien acharite et usuliste malékite contre les légistes à propos de l’ijtihâd et de l’accord de la communauté, Studia islamica, 79, 1994, p. 79-102. CHAUMONT (Éric), Ijtihâd et Histoire en Islam sunnite classique selon quelques juristes et quelques théologiens, Islamic Law, 1996.

CHEHATA (Chafik), L’équité en tant que source du droit hanéfite, Studia islamica, 25, 1966, p. 123-138.

CHEHATA (Chafik), Droit musulman, applications au Proche-Orient, Paris, Dalloz, 1970, 202 p.

CHEHATA (Chaftk), L’ikhtilâf et la conception musulmane du droit, in Berque et Charnay dir, L’ambivalence dans la culture arabe, Paris, 1967, p. 258-266.

CHEHATA (Chafik), Logique juridique et droit musulman, Studia islamica, 23, 1965, p. 5-95.

CHEHATA (Chafik), Études de droit musulman, 2 vol. , PUF, 1971.

CHEHATA (Chafik), La religion et les fondements du droit en islam, Archives de philosophie du droit, XVIII, 1973, Dimensions religieuses du droit, p. 17-25.

CHELHOD (Joseph) (dir.), L’Arabie du Sud, 3 vol. , 1985, Paris, Maisonneuve et Larose.

CHELHOD (Joseph), L’ordre social, in L’Arabie du Sud (Chelhod dir.), t 3, 1985, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 15-38.

CHELHOD (Joseph), Équilibre et parité dans la vengeance du sang chez les Bédouins de Jordanie, in La Vengeance (Verdier, Courtois, Poly dir.) t. 2, p. 125-143.

CHEVALIER, Le soufisme, PUF, Que sais-je ? n° 2176.

CHOURAQUI (André), La pensée juive, PUF, Que sais-je ? n° 1181. Code de droit canonique, ed. bilingue et annotée, Montréal, Wilson et Lafleur, 1990, 1500 p.

COHEN (A), Le Talmud, exposé synthétique..., Paris, 1970, Payot, 472 p.

COLLOT (Claude), Les institutions de l’Algérie durant la période coloniale (1830-1962), Paris, CNRS-IREMAM, Alger, OPU, 1987, 344 p.

COLOMER (A), Droit musulman, Rabat, 1963, 2 vol. Concile oecuménique de Vatican II, Constitutions décréets, déclarations, texte latin et traduction, Paris, Le Centurion, 1967, 1012 p.

CORAN (Le), voir D. Masson, J. Berque, Hamidullah, Blachère, Boubakeur.

CORBIN, Histoire de la philosophie islamique, Paris, Gallimard, Folio. CORM (Georges), Le Proche-Orient éclaté 1956-2000, Paris, 1999, Folio, Histoire, 1070 p. (importante bibliographie)

DAVID (René), Les grands systèmes de droit contemporain, 5e ed. Dalloz, 1973.

DELANOUE (Gilbaert), Les ’ulamâ’ d’Égypte et le califat (1800-1926), Les annales de l’autre islam, INALCO, 2, 1994, p. 37-65.

DELANOUE (Gilbert), Moralistes et politiques musulmans dans l’Egypte du xixe siècle (1798-1881), Thèse, Université de Lille, 2 vol. , rééd. Le Caire, IFAO.

DJAÏT (Hicham), La personnalité et le devenir arabo-islamique, Paris, Seuil, 1974.

DRAZ (M. A.), La Morale du Coran, Le Caire, 1950, Dar al-Maaref, 718 p

DUBOST (Michel) (dir.), Theo, Nouvelle encyclopédie catholique, Droguet et Ardant, Fayard, 1989, 1236 p. DUMEIGE (Gervais), Textes doctrinaux du magistère de l’Eglise sur la foi catholique, Paris, Ed. de l’Orante, 1969, 560 p.

DUPRET (Baudouin), La sharî‘a comme référent législatif. Du droit positif à l’anthropologie du droit. Revue internationale d’études juridiques, 1995, p. 99-153.

ÉLIADE (Mircea) et COULIANO (Ioan), Dictionnaire des religions, Presses-Pocket, Plon, 1990.

ELIADE (Mircea), Histoire des religions, Paris, Payot, 4 vol.

ELLUL (Jacques), Histoire des institutions, Paris, 1958, PUF, 3 vol.

ENNAYFAR (Hmîda), De la ridda (apostasie) à la foi, ou de la conscience au paradoxe, Conscience et Liberté, n° 35, 1er sem 1988, p. 27-37. Encyclopédie de l’islam, 1ère ed., 4 vol. (rééditée dans sa version anglaise) et Encyclopédie de l’islam, 2e édition, en cours, Leiden, Brill.

ESPERONNIER (M), La mort violente à l’époque mamlouke : le crime et le châtiment, Der Islam (Berlin), 1997, n° 74, p. 137-155.

ESPOSITO (John L.), The Oxford Encyclopedia of the Modem Islamic World, Oxford, 1995, OUP, 4 vol.

ÉTIENNE (Bruno), Les problèmes juridiques des minorités européennes au Maghreb, Paris, 1968, CNRS, 416 p.

ÉTIENNE (Bruno), L’islamisme radical, Paris, 1987, Hachette, rééd. En Livre de poche, coll. Pluriel.

ÉTIENNE (Bruno), La France et l’islam, Paris, 1989, Hachette, 324 p.

ÉTIENNE (Bruno) (dir.), L’islam en France, Islam, État et société, Paris, 1990, Ed du CNRS, 366 p.

FAGNAN, Le jihâd ou guerre sainte selon l’école malékite, Alger, 1908.

FARAG (S. F.), L’institution politique de l’Etat islamique et les droits de l’homme, Le Caire, 1986.

FARUKI (Kemal A), Islamic jurisprudence, Karachi, National Book foundation, 2e ed. 1975, 338 p.

FATTAL (Antoine), Le statut légal des non-musulmans en pays d’islam, Beyrouth, 2e éd., 1995, Dâr al Machreq, 394 p.

FASSI FIHRI (Mohammed el Habib), L’itinéraire de la justice marocaine, Rabat, 1997, Préface de Driss Slaoui, Ass. pour la promotion de la Recherche et des études judiciaires, 528 p.

FEINER (Johannes) et VISCHER (Lukas) (dir), Nouveau livre de la foi, La foi commune des chrétiens, Paris-Genève, Le Centurion et Labor et Fides, 1976.

FERCHIOU (Sophie), L’islam pluriel dans le Maghreb contemporain, Paris, 1996, CNRS, 346 p.

FERJANI (Mohammed Chérif), Islamisme, laïcité et droits de l’homme, l’Harmattan, 1991.

FERRIÉ (J. N.) et alii, Les paradoxes de la réislamisation, Monde arabe Maghreb Machrek, n° 151, 1996.

FLUER-LOBBAN (C), Islamic Law and Society in the Sudan, Londres, Frank Cass, 1987, 320 p.

FLORY (M.) MANTRAN (R.), Les régimes politiques des pays arabes, Paris, PUF, 1970.

FLORY (M.), KORANY (B.), MANTRAN (R.), CAMAU (M.), AGATE (P.), Les régimes politiques arabes, Paris, 1990, PUF, 558 p.

FREGOSI (Frank), Islam et État en Algérie, du gallicanisme au fondamentalisme d’État, RE. M.M.M., 1992/3, p. 61-76.

FRIES (H) (dir), Encyclopédie de la foi, 4 vol, Le Cerf, 1967.

FYZEE (A. A. A. ), Outlines of Muhammadan Law, Londres, 1964, (droit anglo-musulman indien).

GARDET (Louis), Islam, communauté et religion, Paris, Desclée de Brouwer. (plusieurs rééditions).

GARDET, ANAWATI, Introduction à la théologie musulmane, Paris, 1970, Vrin, 542 p.

GARDET (Louis), La cité musulmane, vie sociale et politique, Paris, Vrin, 1969, 438 p.

GARDET (Louis), Dieu et la destinée de l’homme, Paris, Vrin, 1967, 528 p.

GAUCHET (Marcel), Le désenchantement du monde, Paris, 1985, Gallimard, 312 p.

GAUDEFROY-DEMOMBYNES (M.), Les institutions musulmanes, Flammarion, 1946.

GAUDEFROY-DEMOMBYNES (M), Le pèlerinage à la Mecque, Paris, 1923.

GAUDEMET (Jean), Les institutions de l’antiquité, Paris, 1998, Montchrétien, 512 p.

GAUDEMET (Jean), Église et Cité, histoire du droit canonique, Paris, 1994, Cerf-Montchrétien, 742 p.

GAUDEUL (JM), Appelés par le Christ, ils viennent de l’islam, Cerf, Paris, 1991.

GEERTZ (C), Observer l’islam, changements religieux au Maroc et en Indonésie, Paris, 1992, La découverte.

GELLNER (E) VATIN (JC)(dir.), Islam et politique au Maghreb, Paris, 1981, CNRS, 374 p.

GELLNER (E) (dir.), Islam, société et communauté, Paris, 1981, 183 p.

GIBB (H. A. R.), Constitutional Organization in Khadduri-Liebesny, Law in the Middle-East, t. 1, Washington, 1951, p. 3-27.

GIBB (H. A. R.), Some Considerations on the Sunni Theory of the Caliphate, Archives d’histoire du droit oriental, vol. III, 1948, p. 401-410.

GIBB (H. A. R.), Al-Mawardi’s Theory of the Khilafah, Islamic culture, vol. XI, 1937, p. 291-302.

GIMARET (D.), La doctrine d’al-Ash‘ari, Paris, 1990, Ed. du Cerf.

GIRARD (René), Des choses cachées depuis la fondation du monde, Grasset, 1978, 496 p.

GOLDZIHER (Ignaz), Le dogme et la loi de l’islam, trad. Arin, Paris Gunthner, 1958, rééd.

GRUNEBAUM (G. E.), Muhammadan Festivals, Londres, New-York, 1958.

GRUNEBAUM (G. E.), L’identité culturelle de l’islam, Paris, 1969, Gallimard, coll. Tel, 296 p.

HALLAQ (Wael B.), On the origins of the controversy about the existence of mujtahids and the gate of ijtihad, Studia islamica, p. 9-141.

HALLAQ (Wael B.), The authenticity of Prophetic Hadîlh: a pseudo-problem, Studia islamica, 1999, p. 75-90.

HALLAQ (Wael B.), Was the gate of ijtihad closed? International Journal of Middle East Studies, 16, 1984, p. 3-41.

HAMIDULLAH (Muhammad), Le saint Coran, Beyrouth, 8e éd., 1973, 854 p. (bilingue).

HAYOUN (Murice-Ruben), Le judaïsme moderne, Paris, PUF, Que sais-je ? n° 2458.

HEYD (Uriel), Studies in Old Ottoman criminal Law, Oxford, Clarendon Press, 1973, 340 p.

HEIDBORN (A), Droit public et administratif de l’Empire ottoman, t. 2, Vienne, 1909, p. 366.

HEINEMANN (Isaac), La loi dans la pensée juive, Albin Michel, 1962, 256 p.

HILL (Enid), Al-Sanhuri and Islamic Law, Cairo papers in social science, vol. 10, Spring 1987, (Université américaine).

HOOPER (CA), The mejelle... (traduction anglaise de la Majalla), Arab Law Quaterly, de 1986 à 1990.

HOURANI (A), Arabic Thought in the Liberal age (1798-1939), Oxford, 1962, 406 p. trad. La pensée arabe et l’occident, Naufal, Paris, 1991.

HOUISSA (Selma), La liberté religieuse en Tunisie, Mémoire de DEA, Tunis III, 1991, 232 +16 p.

IBN WARRAQ, Pourquoi je ne suis pas musulman, Lausanne, 1999, L’âge d’homme, 440 p. (traduit de l’anglais)

IQBAL (Muhammad), The reconstruction of religious thought in islam, Lahore, 1971, Ashraf, 206 p.

IKOR (Roger), La tête du poisson, Les sectes, un mal de civilisation, Le Livre de poche, 1983, 285 p.

JEAN-PAUL II, Entrez dans l’espérance, 1994, 336 p.

JOHANSEN (Baber), The Claim of men and the Claim of God: The limit of governement authority in Hanafite Law, Pluriformkeit en verdeling van den macht in het midden-oosten, MOI publicate, 4, janvier 1980, p. 84-90.

JOHANSEN (Baber), Sacred and religious elements in hanaftte law: function and limits of the absolute character of government authority, in Islam et politique au Maghreb (Gellner et Vatin dir.), Paris, 1981, CNRS, p. 281-303.

JOHANSEN (Baber), Le jugement comme preuve. Preuve juridique et vérité religieuse dans le droit islamique hanéfite, Studia Islamica, 72, 1990, p. 6-17.

JOHANSEN (Baber), Vérité et torture : ius commune et droit musulman entre le xe et le xiiie siècle, in HÉRITIER (Françoise), De la violence, Paris, 1996, ed. Odile Jacob, coll. Opus, p. 125-168.

JOHANSEN (Baber), Formes de langages et fonctions publiques : stéréotypes, témoins et offices dans la preuve par l’écrit en droit musulman, Arabica, 1997, 3, p. 333-375.

JOHANSEN (Baber), La découverte des choses qui parlent, La légalisation de la torture judiciaire en droit musulman (xiiie-xive siècle), Enquête, anthropologie, histoire, sociologie, n° 7, novembre 1999, p. 175-202.

JOHANSEN (Baber), Staat, Recht und Religion im sunnitischen Islam-Können Muslime einen religionsneutralen Staat akzeptieren? Essener Gespräche zum thema Staat und Kirche (20), Münster, Aschendorff, 1986, p. 12-54.

JOMIER (J), Le commentaire coranique du Manar, Paris, 1954, Maisonneuve et Larose, 364 p.

KARAMANLI (Ali), DUNNE (Fiora), The ijtihâd controversy, Arab Law Quaterly, 9, 1994-3, p. 238-257.

KEPEL (Gilles), Le prophète et le pharaon, La découverte, 1984.

KEPEL (Gilles), La revanche de Dieu, Seuil, Points Actuels, 1991, 288 p.

KEPEL (Gilles), Jihad, Expansion et déclin de l’islamisme, Paris, 2000, Gallimard, Folioactuel, 712 p.

KERR (Malcolm), Islamic Reform, The political and Legal Theories of Muhammad Abduh ans Rashîd Rida, Cambridge University Press, 1966, 250 p.

KERROU (M) et NOAK-SPÄTH (G), Monothéismes et modernités, Colloque international organisé à l’Acropolium de Carthage, 2-4 nov. 1995, Tunis, 1996, OROC-Friedrich-Naumann Stiftung, 424 p.

KHADDDURI (Magid) and LIEBESNY (Herbert), Law in the Middle East, I. Origin and Development of Islamic Law, (seul paru), Washington, 1955, Middle East Institute, 348 p.

KHADDURI (Magid), International Law, in Khadduri- Liebesny, in Law in the Middle East, t. I, p. 349-372.

KHADDURI (M), Nature and sources of Islamic Law, Symposium on muslim Law, 1953, p. 3-23.

KHADDURI (Magid), War and Peace in the law of Islam, Baltimore, 1955.

KHADDURY (Magid), The islamic law of nations, Baltimore, 1966, John Hopkins Press, 314 p. (avec Translatons Introduction).

KHADDURI (Majid), The islamic conception of justice, Baltimore, John Hopkin University Press, 1984, 256 p.

KUNG (Hans), Le christianisme et les religions du monde, Paris, Seuil, 1986, 626 p.

KUNG (hans), Une théologie pour le troisième millénaire, Paris, Seuil, 1989, 384 p.

LACHERAF (Mahmoud M), Principes de droit pénal des pays arabes, Paris, L.G.D.J., 1973, 190 p.

LAGHMANI (Slim), Eléments d’histoire de la philosophie du droit, Tunis, Cérès productions et FNRS, t. l, 1993, 310 p. (bibliographie).

LAINGUI (A) LEBIGRE (A), Histoire du droit pénal, 2 vol. , Paris, s. d. Cujas,

LANARÈS (Pierre), Les États arabes et la liberté religieuse dans le cadre des Nations-Unies, Conscience et Liberté (Berne), n° 16, 2e sem 1978, p. 51-57.

LANDOUSIES (Jean), Chrétiens et musulmans en Algérie, Islamochristiana, 17, 1991, p. 99-129.

LANE (E. W.), Manners and Customs of the Modem Egyptians writen in Egypt during the years 1833/1835, réed East West Publications, Londres, et Livres de France, Le Caire, 1981. pp 1 10-130.

LARGUECHE (Abdelhamid), Les ombres de la ville : Pauvres, marginaux et minoritaires à Tunis (xviiie et xixe siècles), Tunis, 1999, Publ. de la Fac. de Lettres de la Manouba, 460 p.

LAOUST (H.), Contribution à une étude de la méthodologie canonique de Ibn Taymiyya, Le Caire, IFAO, 1939.

LAOUST (H), Le califat dans la doctrine de Rachid Ridâ, Paris, 1938, Maisonneuve, rééd 1986, 286 p.

LAOUST (Henri), Les schismes dans l’islam, Paris, 1965, Payot, 466 p.

LAOUST (H), Essai sur les doctrines sociales et politiques de Taki-d-dîn Ahmad B. Taimîya, Le Caire, 1929, IFAO, 756 p.

LAOUST (H), La politique de Ghazzâlî, Paris, 1971, Geuthner.

LAZARUS-YAFEH (H), Some religious aspects of islam, Brill, Leiden, 1994.

LAZARUS-YAFEH (H), Some differences between Judaïsm and Islam as two religion of law, Religion, 1984, 14, 175-191.

LEONARD (Emile), Histoire générale du protestantisme, 3 vol. , Paris, 1988, PUF.

Les régimes islamiques, n° 12, Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, PUF, 1980, rééd. 1983.

LEVY-BRUHL, Sociologie du droit, Paris, PUF, Que-sais-je ?, n° 951.

LEWIS (Bernard), Juifs en terre d’islam, Flammarion, Champs, 1989, 260 p.

LIBERA (Alain de –), La philosophie médiévale, Paris, PUF, 1993, 540 p.

LINANT DE BELLEFONDS (Y.), Le droit musulman et le nouveau code civil égyptien, Revue algérienne, 72, 1956, p. 211-222.

LINANT DE BELLEFONDS (Y.), Traité de droit musulman comparé, Paris, Mouton, 1965 sq., 3 volumes (I : introduction, l’acte juridique, II : mariage et divorce, III : filiation, incapacités, libéralités).

LINANT DE BELLEFONDS (Y.), Les prétendues ambivalences du fiqh, in, L’ambivalence dans la culture arabe (Berque et Charnay dir.), Paris, 1967, p. 253-256.

LINANT DE BELLEFONDS (Y.), Immutabilité du droit musulman et réformes législatives en Egypte, Revue internationale de droit comparé, janvier-mars 1955, p. 5-34.

LUTHER (Martin), De la liberté du chrétien. Préfaces à la Bible : la naissance de l’allemand philosophique, Paris, 1996, Seuil, Points.

LUTHER (Martin), ERASME (Désiré), Du serf-arbitre. Paris, 2001, Gallimard, Folio.

MAHIOU (A) (dir.), L’État de droit dans le monde arabe, Paris, CNRS, 1998.

MAÏMONIDE (Moïse), Le guide des égarés, Paris, 1979, Verdier, 692 p.

MAÏMONIDE (Moïse), Le livre des commandements, Lausanne, 1987, L’âge d’homme, 454 p. Majalla, voir Hooper.

MAJZOUB (A. E.), Opinion Evidence in Islamic Law, Sudan Law Journal and Reports, 1984, p. 1-10.

MASSON (Denise), Le Coran, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1967, rééd. avec texte arabe en regard, Beyrouth, 1980, Dâr al-kitâb al-lubnânî, 892 +65 p.

MASUD (Muhammad Khalid), MESSICK (Brinkley), POWERS (David S.), Islamic Legal InterprÉtation, Muftis and their Fatwas, Harvard, Cambridge, London, 1996, 432 p.

MAYDANI (Riyad), ’Uqûbât: Penal Law, in Khadduri- Liebesny, Law in the Middle East, t l, Washington, 1951, p. 223-236.

MAYER (Ann Elisabeth), Islam and Human rights: tradition and politics, Boulder, London, 1991, 280 p.

MAYER (Ann Elisabeth), Islamic Law, in KELLY (ed.) Islam, the religious and political life.

MAZAHERI (Pierre), L’Iran chiite face au concept de califat et la confusion des pouvoirs, Les annales de l’autre islam, INALCO, 2, 1994, p. 303-324.

MENSCHIG (G), Sociologie religieuses, Payot, 1951, 326 p.

MERAD (Ali), L’islam contemporain, Paris, PUF, Que sais-je ? n° 2195.

MERCIER (L), Introduction, in Ben Hodheil el-Andalusy, l’ornement des âmes et la devise des habitants d’el-Andalus, Paris, 1939.

MESLIN (Michel), Pour une science des religions, Paris, 1973, Seuil, 272 p.

MILLIOT (Louis) : Introduction à l’étude du droit musulman, Paris, Sirey, 1953, 822 p. rééd. corrigée par F.-P. BLANC, 1987, 670 p.

MORABIA (Alfred), Le Gihad dans l’islam médiéval, Préface de Roger Arnaldez, Paris, 1993, Albin Michel, 568 p. (importante bibliographie).

MOSTAFA (Mahmoud), L’évolution de la procédure pénale en Egypte et dans les pays arabes, Paris, PUF, 1973, 118 p.

MUHAIRI (Butti Sultan Butti Ali al-), The incompatibility of the penal code with Shari’a, Arab Law Quaterly, vol. 12, n° 3, sept. 1997, p. 307-329.

NADER (Albert), Le système philosophique des mu’tazila, Beyrouth, 1984, Dar el Machrek, 354 p.

NAÏM (AN-), Toward an islamic reformation: civil liberties, human rights and international Law, Syracuse, New York, 1990.

NIELSEN (JS), Secular justice in an Islamic State: Mazâlim under the Bahrî Mamlûks (662/1264-788/1378), Istanbul, 1985.

OHSSON (Mouradgéa D’), Tableau de l’Empire ottoman, 8 vol, 1792-1805.

PACINI (Andrea), Les communautés chrétiennes dans le monde musulman arabe, numéro spécial, Proche-Orient chrétien, t. 47, 1997, fasc. 1-3, 416 p. (bibliographie).

PARADELLE (Muriel), Des usages d’un répertoire normatif en politique étrangère : la place et le rôle de la sharî‘a islamique dans la pratique internationale des États musulmans, thèse de science politique, Aix-en-Provence, 1999, 463 p.

PEARSON, Index islamicus, (existe en CD-ROM).

PENTATEUQUE, texte hébreu, araméen des cinq premiers livres de la Bible (la Torah, la Loi), avec le texte hébreu du commentaire de Rachi, le tout traduit en français, 5 vol, Paris-Amsterdam, Fondation Odette Levy, rééd. nombreuses.

PERONCEL-HUHOZ (JP), Le radeau de Mahomet, Paris, 1983, Lieu commun.

PESLE (Octave), Les fondements du droit musulman, Casablanca, s. d., Imprimeries réunies, 142 p. PETER (F.E.), The Muslim Pilgrimage to Mecca and the Holy Places, Princeton, 1994.

PETERS (R), Islam and colonialism, The doctrine of jihâd in modem history, La Haye, 1959.

PIETTE (Algert), Les religiosités séculières, Paris, PUF, Que sais-je ? n° 2764.

POLIAKOV (Léon), Histoire de l’antisémitisme, Calman-Lévy, Pluriel, 1981, 2 vol.

POPOVIC (Alexandre) VEINSTEIN (Gilles), Les voies d’Allah, Paris, 1996, Fayard, 712 p.

POULAT (Emile), Liberté et laïcité, La guerre des deux France et le principe de la modernité, Paris, Cerf, 1987, 440 p.

PRADEL (Jean), Droit pénal comparé, Paris, 1995, Dalloz, 736 p.

PUECH (dir.), Histoire des religions, 3 vol. , Gallimard, Encyclopédie La Pléiade, rééd. en Folio.

QUERRY (A), Recueil de lois concernant les musulmans chyites, Paris, 1881.

Question (la) du califat, Les annales de l’autre islam, n° 2, Paris, 1994, INALCO-ER1SM, 376 p.

REDJALA (M), Ibn Khaldûn devant la torture et la mort violente, Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 40, 1985, p. 155-171.

RENAUD (E), Histoire de la pensée religieuse du Yémen, in L’Arabie du Sud (Chelhod dir.), Paris, Maisonneuve et Larose, t. 2, 1984, p. 57-68.

R’DISSI (Hamadi), Lectures musulmanes modernes du Coran, Annali di storia dell’esegesi, 1994, 1, p. 267-292.

RIDAH (Rachid), Le califat dans la doctrine de Rachid Ridâ, trad. Laoust, Paris, Maisonneuve, 1938, rééd. 1986, 286 p.

ROGIER (JL), AUBERT (R), KNOLES (MD) (dir), Nouvelle histoire de l’Église, 5 vol. , Seuil, 1963-1968.

ROMILLY (Jacqueline de —), Pourquoi la Grèce ? Paris, 1992, Ed. de Falloix, rééd. Le livre de poche.

ROSEN (L), The Anthropology of justice: law as a culture in islamic society, Cambridge, 1989, 101 p. (bibliographie).

ROSENTHAL (Erwin I. J.), Political Thought in Medieval Islam, Cambridge, 1958, Univ. Press, 326 p.

ROULAND (Norbert), Anthropologie juridique, Paris, 1989, PUF, 496 p.

ROULAND (Norbert), Introduction historique au droit, Paris, 1998, PUF, 722 p.

ROUSSEAU (Hervé), Les religions, PUF, Que sais-je ? n° 9.

ROY (Olivier), L’échec de l’islam politique, Seuil, 1992.

RUELLAND (Jacques G.), Histoire de la guerre sainte, Paris, 1993, PUF, Coll. Que sais-je ?

RYCX (J F) et BLANCHI (G), Références à l’islam dans le droit public positif des pays arabes, Pouvoirs, n° 12 (1980 et 1983), p. 57-70.

SANHOURY (A.), Le Califat, Paris, Paul Geutner, 1926, préface d’Edouard Lambert, 628 p.

SANSON (Henri), Christianisme au miroir de l’islam, Paris, 1984, Cerf, 195 p.

SANSON (Henri), Dialogue intérieur avec l’islam, Paris, 1990, Centurion, 215 p.

SANSON (Henri), Laïcité islamique en Algérie, Paris, 1983, CNRS.

SANTILLANA (David) Istituzioni di diritto musulmano malichitta, Rome, 1926-1938, 2 vol.

SCHACHT (Joseph), Classisisme, traditionnalisme et ankylose dans la loi religieuse de l’islam, in Classissime et déclin culturel dans l’histoire de l’islam, Paris, 1957, p. 141-166. SCHACHT (Joseph), Introduction au droit musulman, traduit de l’anglais par P. Kempf et A. Turki, Maisonneuve et Larose, 1983, 254 p. (bibliographie)

SCHACHT (Joseph), The Origins of Muhammadan Jurisprudence, Oxford, 1950 et rééd., Clarendom Press, 352 p.

SCHWARZFUCHS (Simon), Kahal, la communauté juive de l’Europe médiévale, Maisonneuve et Larose, 1986, 160 p. Shorter encyclopaedia of islam, Leiden, Brill, 1974, 671 p.

SIWAN (E), L’islam et la croisade, Paris, 1968.

SOROUR (Ahmed Fathi) : Les orientations actuelles de la politique criminelle des pays arabes, Archives de politique criminelle, n° 2, 1977, p. 173-183.

SOURDEL (D et J), La civilisation de l’islam classique, Artaud, rééd. en format de poche.

SOURIAU (C) (dir.), Le Maghreb musulman en 1979, Paris, 1981, 412 p.

STEINSALTZ (Adin), Introduction au Talmud, Albin Michel, 1987, 340 p.

TABATABAI (Hossein Modaressi), An introduction to Shî‘î Law, a bibliographical study, London, Ithaca Press, 1984, 258 p.

TAHIR AHMAD (Mirza Hazrat), Murder in the Name of Allah, Cambridge, Lutterworth Press, 1989, 130 p.

TALBI (Mohammed), Plaidoyer pour un islam moderne, Paris, Desclée de Brouwer et Tunis, Cérès éd. 1998, 200 p. TALBI (Mohammed), Les bida‘, Studia islamica, 12, 1960, p. 43-77. TALBI (Mohammed), Religious liberty, a muslim perspective, Islamochristiana, 11, 1985, 99-113.

TALBI (Mohammed), La liberté religieuse, droit de l’homme ou vocation de l’homme ? Conscience et Liberté, n° 36, 2e sem 1988, p. 21-34

TALMUD. Le Talmud comprend la loi orale, la Michnah, et ses commentaires. La Michnah a été traduite presqu’en entier par le rabbinal français (édition annotée). Le Talmud se trouve en traduction dans la même série (inachevée). Les éditions Verdier ont entrepris la traduction du Talmud et une dizaine de titres sont déjà disponibles. Le rabbin Steinsaltz aussi a entrepris une traduction nouvelle en grand format, dont cinq volumes ont déjà vu le jour.

TAPIERO (Norbert), Les idées réformistes d’A-Kawâkibî, Paris, 1956.

TELLENBACH (Silvia), Zur Wiedergutmachung im islamischen Recht, in Neue Wege der Wiedergutmachung im Strafrecht, Freiburg i. Br., 1989, Max-Plank-Institut, p. 439-449.

TELLENBACH (Silvia), Die Strafe im islamischen Strafrecht, in La peine-Punishment, Bruxelles, 1991, De Boek Université, Recueil de la société Jean Bodin, LVIII, p. 9-40.

TESSIER (dir.), Histoire des chrétiens d’Afrique du Nord, Paris, 1991, Desclée.

THOMAS d’Aquin, Somme théologique, Paris, éditions du Cerf, 5 vol.

TURKI (Abdel Majid) et SOUAMI (Hadj Rabah), Récits de pèlerinage à la Mekke, Paris, 1979, Maisonneuve et Larose, 118 p.

TURKI (Abdel Majid), Arguments d’autorité, preuves rationnelles et absence de preuve dans la méthodologie juridique musulmane, Studia islamica, 1975, 42, p. 59 sq. TURKI (Abdel Majid), L’ijma’ ummat al-mu’minîn entre la doctrine et l’histoire, Studia islamica, 1984, 59, p. 49 sq.

TYAN (Emile), Méthodologie et sources du droit en islam (istihsân, istislah, siyâsa char‘iya) Studia islamica, 10, 1959, p. 79-109.

TYAN (Emile), Histoire de l’organisation judiciaire en pays d’Islam, Leiden, Brill, 2 vol. , 1938-1943, 2e ed. 1960, 674 p.

TYAN (Emile), Institutions de droit public musulman, t. 1, Le Califat, t. 2 le Sultanat, Paris, Sirey, 1954. rééd. en un vol. Université St Joseph, Fac. de droit, 1999.

TYAN (Emile), Judicial Organization, in Khadduri- Liebesny, Law in the Middle East, t l, Washington, 1951, p. 236-278.

U.S. Department of State, Annual Report on International Religious Freedom for 1999, Released by the Bureau for Democracy, Human Rights, and Labor, Washington, DC, September 9, 1999. sur le site http://www.state-gov/www/global/human_rights/irf_rpt/l 999/

VASSALLI (Giuliano), En marge du droit pénal islamique, Mélanges Bouzat, Paris, Pédone, 1980, p. 75-100.

VAUX (Roland de —), Les institutions de l’ancien testament, Le Cerf, rééd. 1989, 2 vol.

VESEY-FITZGERALD (S.G.), Nature and source of the Sharî’a in Khadduri-Liebesny, Law in the Middle East, t. 1, Washington, 1951, p. 85-112.

WACH (Joachim), Sociologie religieuse, 1935, Payot, 368 p.

WAEL (Henri de), Le droit musulman, Paris, CHEAM, 120 p.

WATT (Montgomery), Mahomet, Paris, 1989, Payot, rééd. en un volume de la traduction française de Muhammad at Mecca et Muhammad at Medina, 1957-58, Oxford. WATT (Montgomery), A history of Islamic Spain, trad. espagnole par J. Elizade, Historia de la Espana islamica, Madrid, 1970, Allianza Editorial, Plusieurs rééd., 210 p.

WEBER (Edgar), REYNAUD (Georges), Croisade d’hier et djihad d’aujourd’hui, Paris, 1989, Cerf, 344 p.

WEBER (Max), Sociologie des religions, Paris, 1996, Gallimard (textes choisis).

WEGNER (J. R.), Islamic and talmudic jurisprudence, The four roots of islamic law and their talmudic counterparts, The American journal of legal History, XXVI, 1982, 21-71.

WIGODER (Geoffrey), Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, Coll Bouquins, 1636 p.

WILLAIME (Jean-Paul), Sociologie des religions, PUF, Que sais-je ? n° 2961.

YAÂGOUBI (Mohammed El -), Histoire de l’État et des institutions au Maroc, Essai de synthèse, Rabat, 1999, publication de la Revue marocaine d’administration locale et de développement, 112 p.

YE’OR (Bat), Les chrétientés d’Orient entre Jihâd et dhimmitude, viie-xxe siècle, préface de Jacques Ellul, Paris, 1991, ed. du Cerf, 534 p.

YE’OR (Bat), Le dhimmî, profil de l’opprimé en Orient et en Afrique du Nord depuis la conquête arabe, Paris, 1980.

ZEGHAL (Malika), Gardiens de l’islam, les oulémas d’al-Azhar dans l’Égypte contemporaine, Paris, 1996, Presses de Sciences Politiques, 382 p.

ZIADEH (Farhat), Urf and Law in Islam; The world of islam, Studies in honour of P. K. Hitti, 1959, p. 60-67.

ZWAINI (Laila AL-), PETERS (R.), A bibliography of Islamic Law, 1980-1993, Leiden, 1994, Brill, 240 p.

III. RÉFÉRENCES EN LANGUE ARABE ET TRADUCTIONS

Le lecteur trouvera dans le tome I, annexe 2, des notices sur les principaux juristes arabes classiques et leurs ouvrages, recueil de hadîth, ouvrages de tabaqât, vies du Prophète, etc. Il trouvera ici seulement les références des ouvrages cités dans le texte et dans l’orientation bibliographique du tome II. On a traduit la plupart des titres des ouvrages de fiqh classique pour donner une idée de leur étrange poésie, mais habituellement on n’est pas tenu de le faire.

‘ABD AL-BÂQÎ (Muhammad Fu’ad), al-Mu‘ajam al-mufahras li-alfâz al-Qur’ân al-karîm, (Dictionnaire-index des mots du Coran), Beyrouth, s. d., Dâr al-fikr, 782 p.

‘ABD AR-RÂZIQ (‘Alî), Al-islâm wa-usûl al-hukm. Le Caire, 1926, trad. Abdou Filali-Ansari, L’islam et les fondements du pouvoir, Paris, 1994, La découverte-CEDEJ. (bibliographie).

ABÛ CHALJI, Mawsû‘a al-adhâb (Encyclopédie de la torture), Londres et Beyrouth, Dâr al-‘arabîya lil-mawsû‘ât, 7 vol.

ABÛ CHUJA‘, Ghâyat al-ikhtisdr (L’extrême de l’abréviation), traduction Bousquet, Revue algérienne, tunisienne et marocaine de législation et de jurisprudence, 1935, p. 193-207 et 1936, p. 1-16. Cf. Ibn Qâsim ar-Râzî et al-Hisnî.

ABÛ JÎB (Sa‘dî), Al-qamûs af-fiqhî lughatan wa istilâhan (Dictionnaire juridique, langue et technique), Damas, 1982, Dâr al-fikr, 400 p.

ABÛ L-‘AYNÂN (‘Abd al-Fattâh Muhammad), ‘Uqûbat s-sariqa fi al-fiqh al-islâmî (La peine pour vol dans le droit islamique), Le Caire, 1983, 376 p. (bibliographie)

ABÛ YÛSUF (Yaqûb), Kitâb al-kharâj, in Mawsû‘a al-Kharâj (Encyclopédie de l’impôt foncier), Beyrouth, Dâr al-Ma‘rifa, s. d., p. 1-244. trad Fagnan, Le livre de l’impôt foncier, Paris 1921.

ABÛ ZAHRA (Muhammad), al-Jarîma (L’infraction), Le Caire, s. d., 480 p.

ABÛ ZAHRA (Muhammad), al-‘Uqûba, (La peine), Le Caire, s. d., 534 p.

ABÛ ZAHRA (Muhammad), Al-‘alâqât d-duwalîya fi zill l-islâm (Les relations internationales à l’ombre de l’islam), Le Caire, Dâr al-fikr al-‘arabî, s.d.

ABÛ ZAHRA (Muhammad), Usûl al-fiqh (Fondements du droit), Le Caire, Dâr al-fikr al-‘arabî, s.d., 392 p.

ABÛ ZAHRA (Muhammad), Family Law, in Khadduri Liebesny, Law in the Middle East, t 1, Washington, 1951, p. 132-178.

ABÛ ZAYD (Hâmid Nasr), Al-imâm ach-Châfi‘î wa ta’sîs al-îdyûlûjîya al-wasya (L’imâm Chaféi et la fondation de l’idéologique moyenageuse), Le Caire, Sinâ lin-nachr, 112 p.

ALBÂNÎ (Chaykh al-), Fatâwâ ach-Chaykh al-Albânî wa muqâranatuhâ bi-fatâwâ l-‘ulamâ’, (Fatâwâ du chaykh al-Albânî comparées à celles des ulémas), Beyrouth, 1995, Dâr al-jîl, 644 p.

‘ÂMADÎ (Abu al-Hasan ‘Alî Sayf ad-Dîn A1-), Al-ihkâm fî usûl al-ahkâm (La maîtrise dans les fondements des statuts), 4 vol, s. 1. 1383/1963, Mu’assasa an-Nûr.

ASNAWÎ (al-), Voir Al-Baydawî.

‘ALAWÎ AL-‘ÂBIDÎ (Muhammad al-),Al-ahwâl ach-chakhsîya wa-l-mîrâth fi l-fiqh al-mâlikî, (Le statut personnel et les héritages en droit malékite), s.l. (Maroc), 1996, 334 p.

AVERROÈS voir Ibn Ruchd.

‘AWDA (Abd al-Qâdir), at-tachrî‘ al-jinâ’î al-islâmî, (La législation pénale islamique), 2 vol, Le Caire, 1ère ed 1952, rééd Beyrouth, 1986, Muassassat ar-risâla, 820 et 744 p.

BADAKHCHÎ (A1-), Manâhij al-‘uqûl, voir Baydâwî.

BAHNASÎ (Ahmad Fathî), ad-Diya fi ch-charî‘at l-islâmîya (Le prix du sang dans la loi islamique), Le Caire, Beyrouth, 1988, Dâr ach-chûrûq, 192 p.

BAHNASÎ (Ahmad Fathî), al-Jarâ’im fî l-fiqh al-islâmî, dirâsa fiqhîya muqârana (Les crimes en droit islamique, étude comparée), Le Caire, Beyrout, 1983, Dâr ach-chûrûq, 268 p.

BAHNASÎ (Ahmad Fathî), Mawqif ach-charî‘a min nazarîyat d-difâ‘ al-ijtimâ‘î (Position de la loi islamique devant la théorie de la défense sociale), Le Caire, Beyrouth, 1984 (3e édit.), Dâr ach-chûrûq, 160 p.

BASRÎ (Abû al-Hussayn Muhammad ‘Alî AL-)(Mz), Kitâb al-mu‘tamid fî usûl al-fiqh (Le livre de base dans les fondements du droit), ed. IFAD, Damas.

BÂQILLÂNÎ (Abû Bakr al-), al-Insâf fîmâ yajib i’tiqâdu wa lâ yajûz al-jahl bihî (Le juste milieu dans ce qu’il faut connaître et qu’il ne faut pas ignorer), Le Caire, s. d., 3e édition, 208 p.

BÂQILLÂNÎ (Abû Bakr al-), at-Tamhîd fi r-radd ‘alâ l-mulhida... (La facilité pour répondre à l’athéisme...), Le Caire.

BAYWÎ (AL-), Minhâj al-wusûl fî ‘ilm al-usûl, (La voie pour arriver aux fondements du droit) commenté par Al-Asnawî et par Al-Badakhchî, Ed Ali Subayh, Le Caire, (ouvrage en usage à Al Azhar pour les trois rites Mk, Ch, Hb)

BAZDAWÎ (Fakh al-islâm AL-), Kanz al-wusûl ilâ ma‘rifa al-usûl, (Le trésor pour arriver aux fondements du droit) commenté par Al-Bukhârî, Le Caire, ed. Bulak.

BELA’ID (Sadoq), al-Qur’ân wat-tachrî‘, qirâ’a jadîda fî ayât al-ahkam, (Le Coran et la législation, lecture nouvelle de ses versets juridiques), Tunis, 1999, Markaz an-nachr al-jâmi‘î, 338 p.

BUKHÂRÎ (AL-), Sunnan, traduction partielle : El-Bokhari, L’authentique tradition musulmane, trad. Bousquet, Fasquelle, 1964, rééd., trad. intégrale par Houdas et Marçais, 4 vol. , Maisonneuve et Larose.

TÎ (Ramadhan al-), al-jihâd fî l-islâm, traduction de Mohammed Nabil Al-Khayat : AL-BOUTI (M. S. Ramadan), Le jihad en islam, comment le comprendre ? et comment le pratiquer ? Damas, 1996, Dâr al-fikr, 328 p.

CHADHLÎ (ach-), Kifâya at-Tâlib ar-rubbânî (Ce qui suffit à l’étudiant sérieux) comm. de la Risâla d’Al-Qarawânî. (ouvrage de l’enseignement préparatoire d’Al Azhar)

CHADÎD (Muhammad), al-Jihâd fî al-islâm, (Le jihâd en Islam), Le Caire, 1960.

CHÂFI ’Î (Abû ‘Abd Allah Muhammad Bn Idrîs, ach-), Ar-Risâla (La lettre), Le Caire, 1983, ed al-Halabî, traduction par Khadduri, Treatise on moslem jurisprudence, Baltimore, 1961, 376 p., et traduction par Souami, La Risâla, chez Sinbad, 1997.

CHÂFI’Î (Abû ‘Abd Allah Muhammad Bn Idrîs, ach-), Kitâb al-Umm (Le livre source), 7 tomes en 4 vol, Le Caire, Dâr ach-Chaab.

CHAHATA (‘Abd Allâh), (Les sciences religieuses islamiques ), Le Caire, 1981,

CHALABÎ (Hamdi ‘Abd al-Mun‘im ), Dalîl as-sâlik lil-mustalahât wal-asmâ’ fî fiqh al-imâm Mâlik (Guide du chercheur pour les termes techniques et les noms propres dans le rite de l’imâm Mâlik), Le Caire, Librairie Avicenne, 1990, 160 p.

CHALAQ (Alî), al-’aql al-fiqhî fî al-islâm (La raison juridique en islâm), Beyrouth, 1994, Dâr al-haqîqa, 335 p.

CHALTÛT (Mahmûd), al-islâm, ’aqîda wa charî’a (L’islam, foi et loi), Le Caire, s. d., 582 p.(voir aussi Peters).

CHARBÂSÎ (Ahmad ach-), Yas’alûmaka fi d-dîn wa-l-hayâ ’ (Questions sur la religion et la vie), Beyrouth, 1995, Dâr al-jîl, 7 vol.

CHARNABÂSÎ (Raman ‘alî, ach-), al-‘uqûba fî ch-charî‘a l-islâmîya wal-qawânîn l-wad‘îya (La peine dans la loi islamique et les droits positifs), in At-tachrî‘ al-islâmî wa an-nuzum al-qanûnî al-wad‘îya (La législation islamique et les système juridiques positifs), vol. 3, Le Caire, 1978, Al-hay’a al-misrîya al-‘âmma lil-kutub, p. 167-284.

CHARQÂWÎ (‘Abd ar-Rahmân ach-), A’immat l-fiqh at-tis‘a (Les neuf imams du droit musulman), Le Caire, 1983, Kitâb al-yum, 384 p.

CHÂTIBÎ (Abû Ishaq Ibrahim ach-), Al-muwâfâqât fî usûl al-fiqh, (Les concordances dans les fondements du droit), Le Caire, 2 vol, Matba’a al-maktaba at-tijâriya, et Beyrouth, 3ed 1997, Dâr al-ma‘rifa.

CHAYBÂNÎ (Muhammad ACH-), Zâhir ar-Riwâya (Le meilleur de la Tradition), (ensemble comprenant plusieurs ouvrages fondamentaux de l’école hanéfite). Trad. partielle par Khadduri (Magid), The Islamic Law of Nations, Shaybânî’s Siyar, Baltimore, 1966, 311 p.

CHAYBÂNÎ, Kitâb as-siyâr al-kahîr, (Le grand livre des expéditions), 4 vol, avec le commentaire de Sarakhsî, Mahad al-makhtûtât bi-jâmi’at d-duwal l-arabîya, trad. partielle Hamidullah (Muhammad), Le grand livre de la conduite de l’Etat, Ankara, Turkiye Diyanet Vakfi, 1989, t l, 474 p.

CHÎRÂZÎ (Abû Ishâq), Kitâb al-luma‘ fî usûl_al-fiqh, Texte arabe corrigé par Eric Chaumont, Mélanges de l’Université Saint-Joseph, tome LUI, 1993-1994, Dâr al-Machreq, Beyrouth, p. 3-241 et trad. par Eric Chaumont, Le livre des rais illuminant les fondements de la compréhension de la loi, traité de théorie légale musulmane, Berkeley, 1999, Robbins Collection Publications, 432 p. (importante bibliographie).

CHÎRÂZÎ (Abû Ishâq), al-Muhadhdhab, (L’éduqué), Beyrouth, 1995, Dâr al-kutub al-’ilmîya, 3 vol. Cf. an-Nawâwî.

DABÛSÎ AD-, Ta’sîs an-nazar.

DARDÎR (AD-), Ach-Charh as saghîr (Le petit commentaire), sur le texte de base Aqrab al masâlik (La plus accessible des voies) composé par lui-même, 2 vol. , (ouvrage de l’enseignement secondaire d’Al Azhar)

DARDÎR, Ach-Charh al kabîr (Le grand commentaire) sur le texte de base de Khalîl, et supercomm. d’ad-Dasûqî, 4 vol, (ouvrage de l’enseignement supérieur malékite d’Al Azhar)

DHAHABÎ (Chams ad-Dîn adh-), Kitâb al-kabâ’ir, Beyrouth, 1990, 204 p. et trad. F. Chaaban, Les grands péchés, Beyrouth, 1992, 250 p.

DHAHABÎ (Muhammad Husayn), Athr iqâmat l-hudûd fi istiqrâr al-mujtama‘ (Influence de l’application des peines fixes dans le maintien de la société), Le Caire, 1986, Maktaba Wahba, 80 p.

DUSÛQÎ (ad-) voir Dardîr.

ELDJAZAÏRI (Aboubaker Djaber), La voie du musulman (Minhaj elmoslim), trad. de Moktar Chakroun, t 1-3, Paris, 1966, Aslim éditions, 584 p.

FÂSÎ (’Allal al-), Maqâsid ach-charî‘a al-islâmîya wa makârimuhâ (Les buts de la loi islamique et ses vertus), Casablanca, Maktaba al-wahda. FÂSÎ (’Allâl al-), Madkhal fi n-nazarîya al-‘âmma li-dirâsa al-fiqh al-islâmî, (Introduction à la théorie générale pour l’étude du droit islamique), Casablanca, Commission du patrimoine de feu Allai El Fassi, Imprimerie Dar el Beida. FÂSÎ (’Allâl al-), Nidâlîya al-imâm Mâlik wa madhhabihi, (Supériorité de l’imam Mâlik et de son rite), Casablanca. Commission du patrimoine de feu Allai El Fassi, Imprimerie Dar el Beida.

FÂSÎ (‘Allâl al-), Difâ‘ ‘ani ch-charî‘a, trad. Charles Samara, Défense de la loi islamique, Casablanca, 1977, Commission du patrimoine de feu Allai El Fassi, Imprimerie Dar el Beida, 332 p.

GHAZZÂLÎ (Abu Hamid Muhammad al-), Kitâb al mustasfâ, (Le livre choisi), 2 vol, Beyrouth, s.d.

GHAZZÂLÎ (Abû Hamid Muhammad al-), al-Wajîz, (Le résumé), Le Caire, 1899.

HADDAD (Tahar), Imra’atunâ, at-tachrî‘ al-islâmî wal-mujtama‘, Tunis, trad. Notre femme : la législation islamique et la société, Tunis, 1978, MTE, 255 p.

HAJRÎ (Muhammad bn al-Hasan), Al-fikr as-sâmî fî tarîkh al-fiqh al-islâmî (La pensée sémitique dans l’histoire du fiqh islamique), 4 vol. Rabat, Fès, Tunis, 1926-1931.

HALABÎ (AL-), voir ZÂDE.

HASAN AL-BANNA, Majmû‘ ar-Rasâ’il, (Lettres complètes), 4 vol, 1949.

HANAFÎ (Hasan), at-Turâth wal-tajdîd (Le patrimoine et la rénocation), 4e édition, 1992, Beyrout, al-mu’asasat l-jâmi’îya, 192 p.

HINTÂTÎ (Najm ad-Dîn al-), al-jihâd bayna nazarîya wal-wâqi‘ laday ulamâ’ al-mâlikîya..., IBLA, t ; 60, 1997, p. 3-34.

HISNÎ (Taqî Ad Dîn AL-) AL-DIMACHQÎ, Kifâya al-akhyâr, (Ce qui suffit aux meilleurs) comm. sur le texte de base d’Abû Chuja‘ (ouvrage d’enseignement secondaire à Al Azhar).

IBN ‘ABIDÎN, Raddal-Muhtâr, (Réponse à l’homme perplexe), comm. du Ad-Durr al-Mukhtâr (La perle choisie) de HASKAFI, qui est lui-même un commentaire du Tanwîr al-Absâr (L’illumination des regards) de TIMURTÂCHÎ, plusieurs éditions dont celle en 8 vol chez al-Halabî, Le Caire, 1966. L’ouvrage constitue le dernier état du droit musulman hanéfite.

IBN ABÎ ZAYD AL-QAYRAWÂNÎ, Ar-Risâla, nombreuses ed. arabes, trad. Bercher (Léon), La risâla, Epitre sur les éléments du dogme et de la loi de l’islam selon le rite malékite, Alger, rééd. 1975, Editions populaires de l’armée, 375 p.

IBN ‘ARAFA, Hudûd (Les définitions), commenté par AR-RASSÂ’ dans al-Hidâya al-Kâfiya ach-châfîya (La voie droite suffisante et guérissante), Beyrouth, 1993, Dâr al-gharb al-islâmî, t. 2, p. 659.

IBN ‘ÂCHÛR (Muhammad Tâhir), Maqâsid ach-charî‘a al-islâmîya (Les buts de la loi islamique), Société tunisienne d’édition.

IBN BARAKA (‘Abd al-Llâh), Kitâb al-jâmî‘ at-ta’lîf Mascate, 1971-1973, 2 vol. , Ministère du patrimoine national et de la culture.

IBN FARHÛN, Tabsirat l-hukkâm fî usûl al-aqdîya wa manâhij al-ahkâm (L’instruction des décideurs dans les fondements des jugements et les voies des statuts), 2 vol. , Le Caire, 1987, Maklaba al-Azhar, 502 et 374 p.

IBN HANBAL, Al-Musnad (L’appui), 8 vol. Beyrouth, s. d., Dâr Sâder.

IBN HAZM (Abû Muhammad ‘Alî), al-Muhalla, (L’embelli), II vol, rééditions nombreuses.

IBN HAZM (Abû Muhammad ‘Alî), Al-ihkâm fi usûl al-ahkâm, (La maîtrise dans les fondements des statuts), 8 vol. Le Caire.

IBN HICHÂM (‘Abd al-Mâlik), as-Sirâ an-nabawîya, 2 ou 4 vol, Nbr. éd., dont le Caire, 2, vol, 1955. Trad. Guillaume, The life of Muhammad, Londres, 1957.

IBN HUDHAYL, voir Mercier.

IBN AL-HUMÂM (Muhammad), Fath al-qâdir, (L’introduction puissante) (commentaire de la Hidâya d’al-Marghinânî), 10 vol. , Le Caire, s. d., al-Halabî.

IBN JUM‘A (Badr ad-Dîn, Ch, ob. 819/1416), Tahrîr al-ahkâm fî tadbîr ahl al-islâm (Exposé des statuts relatifs au gouvernement des musulmans), ed. Kofler, Islamica, 1934, p. 349 sq.

IBN KHALDÛN (Walî ad-dîn ‘Abd ar-Rahmân), al-Muqqadima, (L’introduction), ed. vocalisée, s. d. Dâr al bayân, Beyrouth, 588 p. ; trad. V. Monteil, Discours sur l’histoire universelle, Paris, 1967-68, Sindbad, 3 vol.

IBN MA‘JÛZ (Muhammad), Wasâ‘il al-ithbât fî al-fiqh al-islâmî (Les moyens de preuve dans le droit islamique), Casablanca, 1984, Matba‘a an-najâh al-jadîda, 432 p.

IBN NUJAYM (Zayn al-‘Âbidîn Ibrâhîm), Al-achhâh wa-n-nazâ’ir (Les ressemblances et les parallèles), Beyrouth, 1993, Dâr al-kutub al-‘ilmîya, 452 p.

IBN QÂSIM AR-RÂZI, Charh ghâyat al-ikhtisar, (Commentaire de l’Extrême du résumé d’Abû Chuja‘ (ouvrage de l’enseignement préparatoire d’Al Azhar).

IBN QAYYIM AL-JAWZÎYA, Flam al-muwaqqa’in ’an rabb al-’âlâmîn, (L’information des serviteurs du maître des mondes), Beyrouth, 1993, Dâr al-kulub al-’ilmîya, 4 vol.

IBN QAYYIM AL-JAWZÎYA, At-Turuq al-hukmîya fî s-siyâsat ch-char‘îya (Les voies légales de la politique conforme aux buts de la loi islamique), Le Caire, 1985, Dâr al-madanî, 340 p.

IBN QUDÂMA, Kitâb al-‘umda fî ahkâm al f-iqh (Le livre de référence pour les statuts du fiqh), trad. par Laoust, Le précis de droit d’Ibn Qudama, Beyrouth, 1950

IBN QUDÂMÂ, Al-Mughnî (L’enrichissant), commentaire du Mukhtasar (Abrégé) de Khiraqî ; 9 vol, Le Caire, s. d., Dâr al-kitâb al-ilâmî (enseignement supérieur d’Al Azhar).

IBN RUCHD (l’ancien), al-Bayân wa-t-tahsîl wa-ach-charh wa-t-tawjîh wa-t-ta‘lîl fi masâ’il al-mustakhrija, (L’exposé, le résumé, l’explication, la direction et l’interprétation dans les questions proposées), (commentaire des traditions d’al-Utbî), Beyrouth, 1983-1986, 22 vol, Dâr al-gharb al-islamî.

IBN RUCHD (le jeune), (Averroès), Bidâya al-mujtahid, (Le commencement pour le mujtahid), Dâr al-fikr, Le Caire, s. d. ; 368 + 374 p. ; Trad. de l’introduction sur les usûl par Bousquet, Revue tunisienne de droit, 1955, p. 30-37. Traduction partielle par Laimèche : Le livre des ventes. Du mariage et sa dissolution, 2 vol, Alger, 1926. (voir aussi Peters)

IBN RUCHD (le jeune), (Averroès), Fasl al-maqâl, trad. L. Gauthier, L’accord de la religion et de la philosophie, Paris, Sindbad, 1988, 72 p. el trad. de Marc Geoffroy, Discours décisif, ed. bilingue, introduction d’Alain de Libéra, Paris, 1998, Garnier-Flammarion, 254 p.

IBN RUCHD (le jeune) (Averroès), Ad-darûrî fî-s-siyâsa, (Le nécessaire en politique), trad. de l’hébreu à l’arabe par Ahmad Chahlane, préface de A. Jabri, Markaz dirâsât al-wahda al-‘arabîya, Beyrouth, 1998.

IBN TAYMIYA, As-siyâsa ach-char‘îya, (La politique conforme à la loi islamique), Beyrouth, s. d. Dâr al-kutub al-‘arabîya, 146 p., trad. par Laoust, Le traité de droit public d’Ibn Taymîya, Beyrouth, 1948.

IBN TAYMÎYA (Taqî ad-dîn Abû l-Abbas Ahmad), Ma‘arij al-wusûl et Al-qiyas fi ch-charh al-islâmî, trad H. Laoust, Contribution à une étude de la méthodologie canonique de Ibn Taymiyya, Le Caire, IFAO, 1939.

IBN TAYMÎYA (Taqî ad-dîn Abû l-Abbas Ahmad), Minhâj as-sunna an-nabawîya.... (Le programme de la Tradition prophétique...), Le Caire, 1903, 4 vol.

IBN TAYMÎYA, al-Hisba fî l-islam, trad Laoust, Paris, Geuthner, 1994. ÎJÎ (al-), cf. Jurjânî.

ISHMAWI (AL-), al-islâm as-siyâsî (L’islam politique), Le Caire, 1987, 222 p, extraits traduits par R. Jacquemond : L’islamisme contre l’islam, Paris, La découverte, 1989, 108 p.

ISESCO, voir Taqrîb.

JABRI (Mohammed Abed Al-), Introduction à la critique de la raison arabe, Paris, La Découverte, 1994. traduction d’extraits de divers ouvrages par Ahmed Mahfoud et Marc Geoffroy, 174 p.

JAZAYRÎ (‘Abd ar-Rahmân al-), Kitâb al-fiqh ‘alâ l-madhâhib l-arba‘a (Le droit musulman selon les quatre rites), Le Caire, Dâr al-irchâd lit-ta’lîf wat-tab‘, s. d., 5 vol. Ne pas confondre avec Eldjazaïri (voir plus haut).

JÎDÎ (‘Umar al-), At-tachrî‘ al-islâmî, usûluhu wa-maqâsiduhu, (La législation islamique, ses fondements et ses buts), Casablanca, 1987, Matba’at an-najâh, 292 p.

JURJÂNÎ (‘Alî bn Muhammad bn ‘Alî), Kitâb at-ta‘rîfât (Le livre des définitions), Beyrouth, 1996, Dâr al-kitâb al ’arabî, 364 p.

JURJÂNÎ (‘Alî bn Muhammad bn ‘Alî), Charh al-mawâqif li-‘Abd ar-Rahmân al-Îjî(Commentaires des Positions d’al-Îjî), Le Caire.

JURJÂWÎ (‘Alî Ahmad), Hikmat at-tachrî‘ wa falsafatuhu (La raison fondamentale de la législation (islamique) et sa philosophie), Le Caire, Dâr al-fikr, s. d. (vers 1955).

JUWAYNÎ, (dit Imâm Al Haramayn al-), Kitâb al Waraqât, trad Bercher, Revue tunisienne, 1930, p. 93-105 et 185-214.

JUWAYNÎ, (dit Imâm Al Haramayn al-), al-Irchâd (La guidance), texte et trad. par Lucciani, Paris, 1938, Leroux ed.

KÂSÂNÎ (Abû Bakr al-), Kitâb badâ’i as-sanâ’i fi tartîb ach-charâ’i...(Les prémisses des bonnes actions dans l’organisation des lois...), Beyrouth, 1974, 7 vol.

KHALLÂF (‘A. W.), ‘Ilm usûl al-fiqh (La science des fondements du droit musulman), Koweit, 1978.

KHALLÂF (‘A. W.), Masâdir at-tachrî‘ al-islâmî fimâ lâ nass fîhi (Les sources de la loi musulmane pour ce qui n’a pas de texte clair), Koweit, 1970. En annexe : AT-TÛFÎ, al-Masâlih al-mursala (Les intérêts traditionnels).

KHALÎL, Al-Mukhtasar (L’Abrégé), trad. Bousquet, Abrégé de la loi musulmane selon le rite de l’imam Malek, Alger, 4 volumes, 1956-1962. Commentaires et gloses : voir Dardîr (gl. Dasûqî), Zurqânî (az-)(gl. Bannânî), Khattâb (avec Mawwâq), Khirchî (gl. ‘Adawî).

KHAMLÎCHÎ (Ahmad al-), Wijhat nazar (Points de vue) (sur le statut personnel, l’ijtihâd, la pensée islamique), Casablanca, 1982.

KHUDARÎ Bey (Muhammad al-), Ta’rîkh al-tachrî‘ al-islâmî, (Histoire de la législation islamique), Le Caire, Maktaba Tijaria, 3ème ed, 1967, (1ère ed. 1920), 328 p.

KHUDARÎ Bey (Muhammad al-), Usûl al-fiqh, (Fondements du droit musulman), Le Caire, Dâr al-fikr, 7e ed. 1981, 392 p.

KHINN (Mustafâ Sa‘îd al-), Athr al-ikhtilâf fî l-qawâ‘id al-usûlîya (L’influence des divergences sur les règles des usûl), Beyrouth, 1976, rééd. 1985, 646 p.

MAHALLI (AL-), Charh Minhâj at -Tâlibîn, (Commentaire de la Voie des étudiants d’An-Nawâwî) (ouvrage d’enseignement supérieur à al-Azhar)

MAHMASÂNÎ (Subhî), Falsafa at-tachrî‘ fî l-islâm (Philosophie de la législation en islam), Beyrouth, 1975.

MÂLIK, Al-Muwatta ’, (L’applani) (recueil de hadîth classés suivant un plan juridique), Le Caire, 1951, al-Halabî.

MANSÛR (‘Alî ‘Alî), Ach-charî‘a l-islâmîya wal-qânûn ad-dawlî al-‘âmm (La loi islamique et le droit international public), Le Caire, 1971, 410 p.

MANSUR (‘Alî ‘Alî), al-Madkhal li-‘ulûm al-qânûnîya wa-l-fiqh al-islâmî (Introduction aux sciences juridiques et au droit islamique), Beyrouth, 1966, Dâr al-fath, 256 p.

MARGHÎNÂNÎ (al-), Al-Hidâya (La voie droite), 4 vol. , (ouvrage de l’enseignement supérieur d’Al Azhar).

MARÎNÎ (‘Abd al-Haqq), Chi’r al-jihâd fî al adah al-maghrihî (La poésie du jihâd dans la littérature maghrébine), Rabat, 1996, Ministère des awqâf, 2 vol.

MÂWARDI (AL-), Al ahkâm as-sultâniya, 2e édition complète, Beyrouth, 1994, Dâr al-kitâb al-‘arabî, 420 p., trad. Fagnan, Les statuts gouvernementaux, Alger, 1915, 586 p. rééd. 1982, Le Sycomore.

MAYDÂNÎ (AL-), Al-luhâb fî charh al-Kitâb lil-Qudûrî, (La quintessence dans le commentaire du Livre d’al-Qûdûrî) Le Caire, 4 volumes, 1963. (ouvrage de l’enseignement préparatoire d’Al Azhar). Trad. partielle par Bousquet et Bercher, Le statut personnel en droit musulman hanéfite, Paris, Sirey, 1953, 271 p. ; trad. partielle par Bercher : Le livre de la guerre sainte, Revue tunisienne de droit, 1954, p. 123-149.

MAWDÛDÎ (Abû l-A‘lâ), al-jihâd fî sabîli Llâh, (Le jihâd dans la voie de Dieu), Beyrouth, s.d., Dâr al-fikr.

MAZGHÂNÎ (Alî) et LAGHMÂNÎ (Salîm), Maqâlât fî l-hadâthat wal-qânûn (Articles sur la modernité et la loi), Tunis, Dâr janûb lin-nachr, 196 p.

MERAD Ben Alî Ould Abdekader, voir Zaqqâq.

MERCIER (L), Ben Hodheil el-Andalusy, l’ornement des âmes et la devise des habitants d’el-Andalus, Paris, 1939.

MU’AMMAR (‘Alî Yahyâ), al-Abâdîya, madhhab islâmî mu‘tadal (L’Ibadisme, un rite islamique modéré), Ghardâya, 1994, 74 p.

MURTADÂ (‘Izz ad-Dîn), al-Bahr az-zakhâr (La mer abondante), Mascate ?, 4 vol.

MUTAWALLÎ ( ?)(‘Abd al-Hamîd), Aci-dawlafî l-islam, muchkilal as-siyâda wa-sultât ad-dawla fî l-islâm (L’État en islam, le problème de la souveraineté et des pouvoirs de l’État dans l’islam), At-tachrî‘ al-islâmî wa an-nuum al-qanûnî al-wad‘îya (La législation islamique et les systèmes juridiques positifs), vol. 2, Le Caire, 1978, Al-hay’a al-misrîya al-‘âmma lil-kulub, 176 p.

NAWAWÎ (AN-), Minhaj at-tâlibîn (La voie des étudiants), Le Caire, 1901, édition avec commentaires, voir Mahalli.

NAWÂWÎ (AN-), Kitâb al-majmû’, commentaire du Muhadhdhab d’ach-Chirâzî, Beyrouth, 1990, Dâr al-fikr.

NIZÂM AL-MULK, Siyaset-nameh (en persan), traduction C. Shefer, Traité de gouvernement, Paris, 1984, Sindbad.

NU‘MAN (Qâdî -), Da‘â’im al-islâm, (Les piliers de l’islam) ; Ikhtilâf ul al-madhâhib, ed. Ghalab, 1973.

PETERS (Rudolph), Jihâd in mediaeval and modem islam, Brill, Leiden, 1977, 90 p. (traduction d’un demi chap. de la Bidûya d’Averroes et d’un texte de M. Chaltût).

(‘Umar Al-Mukhtâr al-), Ihyâ’ al-ijtihâd fî ath thaqâfa al islamiya, (La revivication de l’ijtihâd dans la culture islamique), Le Caire, Dâr al Nahda al arabiya, 1993.

QADRI Pacha, Murchid al-Hayrân (Guide du perplexe), code de statut réel, jamais promulgué, réédition Ferjânî, Le Caire-Tripoli (Libye), 1984, 210 p.

QADRI Pacha, al-Ahkâm ach-char‘îya fî ahwâl ach-charsîy a, (Les dispositions de la charî‘a pour le statut personnel), traduction par Wathelet et Brunton, Codes égyptiens et lois usuelles en Egypte, t 1, Bruxelles, 1922, Larcier éd., p. 659-779. Cet ouvrage ainsi que deux autres en arabe sur le waqf et les obligations résument, sous forme de code, le Radd al-Muhtâr de Ibn ‘Abidîn. Ils ont fait l’objet d’un commentaire par Muhammad Zayd al Ibyânî en 4 volumes, en arabe.

QAYRAWÂNÎ (Ibn Abî Zayd AL-), Ar-Risâla (La lettre), Texte et traduction par Bercher, réédité en 1975, à Alger, par les Editions populaires de l’Armée.

QUDÛRÎ (al- ), al-Mukhtasar (l’Abrégé), voir Maydânî.

QUTB (Sayyid), al-‘Adâlatal-ijtimâ‘îya (Lajustice sociale), 1945, Le Caire.

QUTB (Sayyid), Ma‘alim fi t-tarîq (Signes de piste), Le Caire, 1964, trad. Jalons, Bruxelles, s. d., Hamza Press.

RAS‘ (Abû ‘Abd Allâh Muhammad al-Ansârî ar-), voir Ibn ‘Arafa.

RAYSÛLÎ (Ahmad ar-), Naarîya al-maqâsid ’inda l-imâm ach-Châtibî, (La théorie des buts de la loi chez ach-Châtibî), Beyrouth, 1992, al-ma‘had al-‘âlamî li-l-fikr al-islâmî, 340 p.

RAZIQ (Ali ‘Abd AR-), al-islam wa usûl al-hukm, trad. Filali-Ansari, L’islam et les fondements du pouvoir, Paris, 1994, La découverte, 180 p.

RIDÂ (Rachîd), al-Khilâfa aw al-imâma al-‘uzmâ, trad. Laoust, Le califat dans la doctrine de Rachîd Ridâ, Paris, 1986, Maisonneuve et Larose, 286 p.

RIYÂD (Muhammad), Usûl al-fatwâ wa-l-qadâ’ fî l-madhhab al-mâlikî, (Les règles de la fatwâ et du jugement dans le rite mélékite), Casablanca, 1996, Matba‘a an-najâh l-jadîda, 632 p.

SA‘D AD-DÎN (Muhammad Munîr), Al-‘ulamâ’ ‘inda l-muslimîn, makânatuhum wa dawruhum fî l-mujtama‘, (Les ulémas chez les musulmans, leur place et leur rôle dans la société), Beyrouth, 1992, Dâr al-manâhil, 248 p.

SÂBIQ (Sayyid), Fiqh as-sunna (Le droit musulman de la Tradition), Le Caire, 3 vol (nombreuses éditions).

SADR ACH-CHARΑA ATH-THÂNÎ, Tanqîh al-usûl wa tawdîh al-tanqih, (L’examen des fondements et l’éclaircissement de l’examen), commentaire par At-Taftazânî, Ed Ali Subayh, Le Caire, s. d. (ouvrage en usage à Al Azhar pour le rite hanéfite)

SARAKHSÎ (Chams al-A’imma as-), al-Mabsût, (Le développé), 30 t. en 15 vol, Le Caire, 1906-1912, As-sa‘âda.

SARAKHSÎ (Chams al-A’imma as-), Charh siyar al-kabîr (Commentaire du grand livre des expéditions d’ach-Chaybânî), Le Caire, 5 vol. , trad. des 2 premiers vol. par Hamidullah, Le grand livre de la conduite de l’État, Ankara, 1989, 474 p.

SAHNÛN, Al-Mudawwana al-Kubra (La grande compilation), 16 t. en 8 vol, Le Caire, 1906, repris par Dâr Sâder, Beyrouth.

SCHACHT (J), Das Konstantinopler Fragment des Kitâb Ikhtilâf al-Fuqahâ’ des Abû Ga’far... at-Tabarî, (Le fragment de Constantinople du Livre des divergences des fuqahâ’ de Tabari), Brill, Leyden, 1933.

SULTÂN (Hâmid), Ahkâm al-qânûn ad-duwalî fî ach-charî‘a al-islâmîya, in At-tachrî‘ al-islâmî wa an-nuẕum al-qanûnî al-wad‘îya (La législation islamique et les systèmes juridiques positifs), vol. 3, Le Caire, 1978, Al-hay’a al-misrîya al-‘âmma lil-kutub, p. 7-165.

SURÛR (Ahmad Fathi), al-Muchkilât al-mu‘âsira lis-siyâsat l-jinâ’îya (Les problèmes contemporains de la politique criminelle), Le Caire, Imprimerie de l’Université du Caire, 1883, 74 p.

SURÛR (Ahmad Fathî), Usûl as-siyâsat l-jinâ’îya (Fondements de la politique criminelle), Le Caire, 1972, Dâr an-nahda al-‘arabîya, 332 p.

SURÛR (Ahmad Fathi), Dirâsât fî huqûq al-insân fî ch-charî‘a al-islâmîya, (Études sur les droits de l’homme dans la loi islamique), Le Caire, 1983, Faculté de droit (Guizeh), 308 p. SUYÛTÎ (Jalâl ad-Dîn As-), al-achbâh wa-n-naẕâ ir (Les ressemblances et les parallèles), Le Caire, 1996, Dar al-fikr, 696 p.

TABARÎ (At-), cf. Schacht.

TABARÎ (At-), Kitâb tarîkh ar-rusul wa-l-muluk (Le livre de l’histoire des prophètes et des rois), Le Caire, 10 vol. , 1960-69. Trad. Zotenberg, 6 vol. (d’après un abrégé), 1980-89, Sindbad, et rééd. en deux vol. , Actes Sud, 2001, coll. Thésaurus.

TÂLBÎ (Muhammad At-), Ummat l-wasat, al-islâm wa-t-tahaddîyât al-mu‘âsira (La communauté du juste milieu, l’islam et les défis contemporains), Tunis, 1996, Cérès éd., 168 p.

TARÂBULSÎ (‘Alâ’ d-Dîn ‘Alî bn Khalîl at-), Mu‘în l-hukkâm (L’assistant des juges), Le Caire, al-Halabî, 1973. Taqrîb (at-) bayna al-madhâhib al-islâmîya (Le raprochement des rites islamiques), ISESCO, 1997, 258 p.

WANCHARÎSÎ (Abû l-‘Abbas Ahmad Bn Yahya AL-), al-Mi‘yâr al-mughrib ; trad. partielle : La pierre de touche des fetwas, trad Amar, Archives marocaines, t. XII, Kraus reprint, Liechtenstein, 1974.

WANCHARÎSÎ (Abû l-‘Abbas Ahmad Bn Yahya AL-), Kitâb fî 1-wilâyât wa haqâ ’iqihâ ; trad Brunot et Gaudefroy-Demombynes, Le livre des magistratures, Rabat, 1937.

WAQÎDÎ (Muhammad Bn ‘Umar), Kitâb al-maghâzî (Le livre des expéditions), ed. Jones, 2 vol, Oxford, 1966.

ZÂDE, (Muhammad Bn Sulaymân, dit Chaykh —), Majmu‘ al-anhur, (L’ensemble des fleuves) commentaire du Multaqa al-abhur (La rencontre des mers) d’al-Halabî, 2 vol, Le Caire, Dâr ihya’ at-turâth al-arabî. Trad. du livre des ventes par Sauvaire, Le multaqa el abheur, Mémoires de l’académie des sciences, belles-lettres et arts de Marseille, années 1881-1882, p. 389-502.

ZAMÂMA(‘Abd al-Qâdir), ‘ABD AN-NABÎ (Fâdil), AT-TÂZÎ SA’D (‘Abd al-Wahâb), KITÂNÎ (Muhammad), Mu‘ajam tafasîr al-qur’ân al-karîm, (Dictionnaire des commentaires du Coran), ISESCO, 1997, 650 p.

AZ-ZAQQÂQ (at-Tujîbî), al-Lâmîya ou az-Zaqqâqîya, trad. Merad Ben Ali Ould Abdelkader, Manuel marocain de jurisprudence musulmane, Casablanca, Impr. réunies, 1927. et Revue de jurisprudence algérienne, tunisienne et marocaine, 1924 à 1926.

ZARQA (Mustafâ Az-), Al-fiqh fî thawbihi al-jadîd, Damas, 1965, Ed. al-incha.

ZAYD BN ALÎ, al-Majmû‘, comm. de Charf ad-dîn al-Husayn Bn al-Haymî al-Yamanî as-Sanânî, sous le titre ar-Rawd an-Nasîr. Trad. partielle du Majmû‘ par Berque et Bousquet, Recueil de la loi musulmane, Alger, 1941.

ZAYDÂN (Abd al-karîm), Al madkhal li-dirâsa ach-charî‘a al-islâmîya, (Introduction à l’étude de la loi islamique), 7e édition corrigée, Baghdâd, 1969, sans mention d’éditeur.

ZAYN AL-‘ABIDÎN (imâm ‘Alî), Risâla al-huqûq, Épitre sur les droits en islam, texte et trad. J. Courcelle, Téhéran, 1988, Daftaré nachré Fahrangé eslâmi, 18 et 30 p.

ZUHAYLI (Wahba az-), Al-fiqh al-islâmî wa-adillatuhu (Le droit islamique et ses preuves scripturaires), 8 volumes, Damas, 1983, Dâr al fikr, rééd.

ZUHAYLÎ (Wahba az-), Âthâr al-harb fî al-fiqh al-islâmî, (Effets de la guerre sur le droit islamique), Beyrouth, 1965, Dâr al-fikr, 890 p.

ZUHAYLÎ (Wahba az-), Usûl al-fiqh al-islâmî, (Fondements du droit islamique), 1986, Damas, Dâr al fikr, 2 vol. , (avec bibliographie arabe).

© Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable