Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paris des étrangers depuis 1945

 | 
Antoine Marès
, 
Pierre Milza

Paris capitale éditoriale des mondes étrangers

Jean-Yves Mollier

Texte intégral

1Ce titre en forme d’autoproclamation, aux accents un tantinet gaulliens, doit être entendu comme une invitation à la réflexion sur le déplacement des capitales littéraires entre 1930 et 1960. Centre de la culture occidentale dans l’entre-deux-guerres, lieu vers lequel affluaient Latino-Américains, Anglo-Saxons, Européens de l’Est et Africains. Paris connaît sous l’Occupation un repli dangereux. Un mouvement centrifuge chasse la plupart des étrangers vers des contrées plus radieuses tandis que la Suisse, Alger et New York reçoivent leurs colonies d’immigrés. Une autre ligne de partage sépare la zone sous contrôle allemand des métropoles méridionales qui tentent de ravir à la cité-phare les auteurs et les centres nerveux de l’édition qui consacraient son rayonnement universel. Lyon et Marseille, Villeneuve-lès-Avignon, Alger et Genève concurrencent dangereusement la rive gauche. Le tropisme des années 30 résistera-t-il à l’expansion de la culture américaine au sortir de la guerre ? Tel est l’enjeu majeur pour l’édition française en 1945 alors que les vitrines des librairies remplacent hâtivement les auteurs des années noires par leurs confrères interdits depuis quatre ans.

  • 1 Labor, Coll. « Media », Bruxelles, 1991

2Pour jouer le rôle d’une capitale éditoriale des mondes étrangers, un certain nombre de conditions doivent être réunies. Le réseau de maisons d’édition, concentré sur un périmètre étroit dans les Ve et VIe arrondissements, répond à cette vocation. Les échanges culturels seront favorisés par l’existence de revues, de salles de réunion – la Mutualité par exemple – la présence d’une université prestigieuse, l’existence de théâtres nombreux, de cafés littéraires qui remplacent les salons et les cercles du xixe siècle. A cet environnement nécessaire mais non suffisant, il convient d’ajouter la spécificité de l’écrivain français par rapport à ses homologues étrangers, son engagement dans l’arène politique. C’est ce trait qui a retenu l’attention d’une sociologue américaine, Priscilla Ferguson, dans son essai sur la France nation littéraire1. Parce qu’il est personnage public, l’homme de lettres parisien fait parler de lui au-delà de la sphère dans laquelle il exerce son activité principale. Presse, radio, bientôt télévision, cinéma, ne sauraient ignorer son existence. Dans le monde bipolaire qui se met en place dès 1946 ou 1947, chacun choisira son camp mais l’entrée en scène des existentialistes, des anticolonialistes puis des tiers-mondistes devra être comparée avec le combat pacifiste puis antifasciste de la décennie 1930-1940 afin de préciser si la génération des Malraux, Gide et Aragon a trouvé ses successeurs. Dans la mesure où la France est engagée alors dans deux guerres coloniales de longue durée, on se demandera également si les poètes, romanciers, dramaturges et essayistes africains et asiatiques de langue française ont ignoré Paris ou l’ont, au contraire, revivifié en lui confiant leurs écrits.

3Depuis la fin du xixe siècle, les textes circulent de plus en plus dans une version adaptée à chaque pays. La langue française n’est plus celle des élites européennes dans la seconde moitié du xxe siècle, même si elle demeure partiellement celle des diplomates. L’importance de la traduction croît par conséquent à partir des années 1880-1914 et ne fait que se renforcer par la suite. Une enquête approfondie dans ce domaine de l’édition apportera des compléments d’information utiles. Si l’approche chiffrée ne rend qu’imparfaitement compte des goûts et des sensibilités, la série quantitative évite cependant le flou des impressions glanées chez les mémorialistes et les diaristes. Deux aspects seront donc retenus : la capacité française à traduire les œuvres des écrivains étrangers et la sélection qui s’opère dans le choix des bassins linguistiques. On ne manquera pas d’aborder en même temps la question de la présence de certains auteurs refusés ou interdits dans leur pays et l’on comparera la destinée éditoriale du Joyce de 1930 avec celle de ses confrères, Henry Miller ou Vladimir Nabokov, dans l’après-guerre. Dans le premier cas, c’est l’édition marginale, censurée, diabolisée, qui fera parler d’elle parce que l’Amérique et l’Angleterre des années 50 n’ont pas abandonné leurs traditions puritaines. Le refuge européen conserve ses vertus et les minuscules officines de diffusion des œuvres anglo-américaines continuent l’entreprise de l’avant-guerre malgré les risques que la loi de 1949 sur la protection de la jeunesse lui font courir.

Brève incursion dans le Paris des années 1930 à 1940

  • 2 Paris et le phénomène des capitales littéraires, actes du congrès international du Centre de reche (...)
  • 3 Voir le catalogue du Centre culturel américain intitulé les Années 20, les écrivains américains à (...)

4Le tropisme parisien dans l’entre-deux-guerres a été souligné par maints observateurs. Hemingway lui a rendu hommage dans Paris est une fête. Le congrès international des écrivains pour la défense de la culture, en juin 1935, avait choisi la capitale française et la salle de la Mutualité pour faire entendre les voix unanimes des hommes de lettres qu’inquiétait la montée du fascisme. Forster, Musil. Brecht. Huxley, Anna Seghers, Pasternak, Heinrich Mann étaient au rendez-vous avec Romain Rolland. Aragon, Breton. Gide ou Barbusse. Il y a Ehrenbourg fréquentait alors la Coupole et Montparnasse dominait le paysage intellectuel. 25 860 Américains étaient recensés en France en 1929. Nombre d’entre eux avaient débarqué à la fin de la Première Guerre mondiale mais beaucoup fuyaient l’atmosphère étouffante de la prohibition. La littérature d’avant-garde, erotique et scandaleuse, ne pouvait paraître qu’à Paris. Selon Bernard Wilhelm, les écrivains et les imprimeurs français, Darantière à Dijon particulièrement, jouèrent alors le même rôle que ceux d’Amsterdam au xviie siècle2. Ulysses et Lady Chatterley’s Love illustrèrent l’acharnement de Sylvia Beach. Robert MacAlmon, Edward Titus, Nancy Cunard, des Crosby et Gertrude Stein à faire entendre les cris de la nouvelle génération3. Jack Kahane lança Miller et Anaïs Nin que pourchassaient les douaniers anglo-saxons.

  • 4 Mondo latino Ν° 1. novembre 1938, article de Maurice de Waleffe, cité par Pierre Brunel, in « Qu’e (...)
  • 5 Alejo Carpentier, le Recours de la méthode, traduction française, Gallimard, 1975.
  • 6 Pierre Brunei, op. cit., T. I. p. 6.
  • 7 Editions du Seuil, Paris. 1981.

5La négritude avait été préfigurée par la découverte picturale de Picasso et de Braque en 1918. Lu Revue dit inonde noir en 1931, Légitime Défense et L’Etudiant martiniquais en 1932, l’Etudiant noir en 1935 avaient propulsé la vie culturelle nègre au cœur de Paris. Les Latino-Américains rendaient eux aussi hommage à la grande cité. Argentins. Cubains. Brésiliens. Chiliens. Péruviens, Mexicains formaient une colonie de 30 000 âmes qui ressemblait, selon Maurice de Waleffe, à « une sorte de capitale flottante de l’Amérique du Sud »4. Alejo Carpentier avait baptisé Montparnasse « république internationale des artistes » en juin 1926. Dans le Recours de la méthode, il ira plus loin en écrivant : « Paris était le pays de Cocagne et la terre promise »5. Pierre Brunei compare d’ailleurs le séjour en France des Américains hispanisants au Grand Tour des Anglais au xviiie siècle6. La colonie russe était forte de ses flux d’immigrés et certaines de ses revues, les Annales contemporaines, les Dernières Nouvelles publiaient le meilleur de ce qui était accessible à l’Est ou à l’Ouest. Les Allemands n’étaient pas insensibles au charme de la ville et ceux d’entre eux qui auront en charge la vie culturelle sous l’Occupation, Otto Abetz, Gerhardt Heller ou Karl Epting auront bien conscience des enjeux d’une telle ville. Herbert R. Lottman a tenté de faire revivre cette époque dans la Rive gauche7 mais c’est pour conclure qu’après 1950 le charme se sera dissipé et que l’Amérique du Nord aura ravi à Paris sa direction intellectuelle du monde.

  • 8 Voir Annexe II.
  • 9 Chiffres cités par H. Lottman, op. cit.

6La guerre avait marqué une rupture brutale. Les étrangers et les Juifs fuyaient la France. Jacques Schiffrin s’embarquait pour New York où il allait fonder Pantheon Books, Gide passait en Tunisie en 1942 où il aidait Jean Amrouche à créer l’Arche. Edmond Chariot attirait à Alger les meilleurs écrivains et éditait Fontaine, la revue lancée par Max-Pol Fouchet. Albert Skira était passé à Genève comme Albert Béguin tandis qu’en zone Sud Pierre Seghers fabriquait Poésie à Villeneuve-lès-Avignon. Robert Laffont débutait à Marseille, René Tavernier publiait Confluences à Lyon, où Pierre Barbezat soutenait la publication des premiers textes de Genet. Certes le Silence de la Mer portait loin la voix de la France sous l’Occupation mais Vercors avait refusé d’éditer sous la botte et le rayonnement de l’œuvre ne profiterait pas nécessairement à la capitale. Celle-ci s’asphyxiait progressivement, coupée désormais du monde anglo-saxon. Alors qu’avant-guerre le volume des traductions se situait entre 500 et 600 titres annuels, avec une pointe à 834 en 19358, les chiffres passaient de 676 en 1940 à 322 en 1942, 130 en 1943 et 81 en 19449. Privée des indispensables échanges intellectuels et des transferts culturels que suppose l’appropriation des littératures du monde entier, Paris risquait de disparaître au firmament des capitales littéraires.

La rage de lire (1944-1948)

  • 10 Voir annexe I.
  • 11 Idem.
  • 12 Voir Pierre Assoldine, Gaston Gallimard. Balland, Paris. 1984.

7Malgré la pénurie de papier qui sévit encore à la Libération, la Bibliographie de la France enregistre la croissance immédiate de la production : 7291 titres en 1945, 9522 en 1946. 14746 en 1947 et 16020 en 194810. Dans le domaine des traductions, la remontée est fulgurante : 81 titres en 1944, 190 en 1945, 421 en 1946, 955 en 1947 et 1 088 en 194811. Par rapport à l’avant-guerre, l’écoute des voix étrangères s’est améliorée considérablement. Le bassin linguistique dominant est celui de l’anglais, avec une prédilection pour l’américain que chacun veut connaître. Après le succès de Nuits noires de Steinbeck que les Éditions de Minuit ont imprimé en février 1944, Gallimard a réimprimé l’Adieu aux armes d’Hemingway à la fin de l’année et Autant en emporte le vent début 1945. L’illustre maison de la rue Sébastien-Bottin a senti que des besoins nouveaux allaient éclore. Paris à peine libéré, Marcel Duhamel était expédié à Londres où il faisait signer leurs premiers contrats à James Hadley Chase et Peter Cheney. La Série noire débutera quelques semaines plus tard avec la Môme vert-de-gris et Pas d’orchidées pour Miss Blandish12. Un genre était né qui attirera vers Paris nombre de Noirs américains qui imiteront la génération précédente. Chester Himes, James Baldwin seront de ceux-là tout comme Richard Wright dont Albin Michel publie en 1946 Enfants du pays et les Temps modernes Black Boy, en feuilleton. Maurice Girodias, à la tête des éditions du Chêne, reprenait le fonds paternel, Obelisk Press de Jack Kahane. Le Tropique du capricorne atteignait 125 000 exemplaires fin 1944, celui du Cancer, chez Denoël, 160 000.

  • 13 Tous ces renseignements proviennent d’une lecture attentive de la partie « Annonces » de la Biblio (...)

8En quelques semaines. Paris avait retrouvé sa vigueur et les centres d’édition périphériques. Lyon, Marseille, Genève, Alger, rendaient les armes. Le grec Tériade qui avait commencé avec Skira avant-guerre relançait les livres d’art que Girodias avait continué à faire connaître pendant quatre ans. Albert Skira lui-même ouvrait un bureau dans la capitale où il installait le gendre du général de Gaulle, Bernard Anthonioz. Edmond Chariot transférait son entreprise sur les rives de la Seine avec son remarquable catalogue d’auteurs étrangers, la revue l’Arche et Albert Camus. Pierre Seghers les imitait. Max-Pol Fouchet, Robert Laffont également et tout ce monde se retrouvait au quartier Latin. Le cabinet cosmopolite de Stock publie Katherine Mansfield, Pearl Buck et Louise Broomfield, Fontaine les écrivains et poètes des USA, Eliot, Steinbeck, Caldwell que Gallimard inscrit également à son catalogue. La fièvre ne retombe pas en cette année 1945 et les éditions Nagel annoncent la collection « les grands romans étrangers » ouverte à Soloviov et Karel Capek. Calmann-Lévy inaugure « traduit de » que vient diriger Manès Sperber. Autrichien au passé mouvementé, fin connaisseur des littératures étrangères et lui-même romancier. Son ex-compagnon de l’Internationale communiste, Arthur Kœstler, va connaître un immense succès avec le Zéro et l’Infini chez le même éditeur. Les jeunes éditions du Seuil lancent « Pierres vives » avec Léopold Sedar Senghor, Edmond Chariot la collection « Poésie et théâtre » confiée à Albert Camus, Seghers « la Terre vivante », nouvelle bibliothèque de livres étrangers qui démarre avec Gens de Γ Equateur. Les Editions de Minuit ne sont pas en reste et reprennent Steinbeck au moment où Robert Laffont s’empare de Graham Greene et crée la collection « Pavillons » où entrent Forster et Evelyn Waugh13

  • 14 Voir A la Hune. Histoire d’une librairie-galerie à Saint-Germain-des-Prés, Bernard Gherbrant, Adam (...)

9Les écrivains français ne sont pas absents et les revues se font l’écho des recherches et des débats du jour. Les Lettres françaises sortent auréolées de la résistance et Sartre entame son ascension dans le paysage intellectuel avec les Temps modernes. Il publie coup sur coup l’Age de raison et le Sursis et prononce une conférence appelée à un retentissement durable : l’existentialisme est-il un humanismel Albert Camus dont l’Etranger (1942) a fait le tour du monde rédige la Peste qui paraîtra en 1947 et ajoute son nom au palmarès des auteurs dont l’œuvre dépasse les frontières. Avec ces écrivains et ces intellectuels de grand renom, la rive gauche retrouve rapidement son prestige d’antan. Les caves de Saint-Germain-des-Prés attirent les curieux et le jazz ajoute sa musique aux bruits du quartier. La Coupole et la Rotonde sont délaissées pour le Flore et les Deux Magots et, bientôt, la librairie la Hune s’insérera dans « le triangle magique »14. Ainsi se dessine la nouvelle configuration de l’édition française à la fin des années 40. Gallimard n’a rien perdu de sa splendeur. Sartre et Camus y ont leur place aux côtés d’Aragon qui dirige la collection « Littératures soviétiques » et Roger Caillois « la Croix du Sud ». Avec la série noire qui organise une grande nuit du Tout Saint-Germain-des-Prés le 7 juin 1946, la maison ne craint personne et Chariot qui avait espéré lui ravir sa suprématie après la guerre doit déchanter. 11 passera la main en 1947, comme nombre de jeunes créateurs qui avaient assuré la survie des lettres pendant les années noires. Seuls Julliard, le Seuil, les Editions de Minuit, au prix d’un changement de direction. Seghers. Robert Laffont, les Presses de la Cité auront survécu mais Denoël et Grasset ont perdu une bonne part de leur importance. L’Arche et la NEF, Fontaine vont continuer l’action entreprise mais les Temps modernes dominent l’espace des revues. Les Nouvelles littéraires, la Table ronde, les Lettres françaises exerceront une influence durable sur certains secteurs de l’opinion sans toutefois rivaliser avec celle qui a remplacé la NRF et qui devient peu à peu le porte-parole des grandes causes de l’après-guerre.

L’édition sous la IVe République

  • 15 Voir Annexe I ; nous avons établi nous-même les moyennes décennales.
  • 16 Voir Annexe III.
  • 17 Idem.
  • 18 Voir Annexe I.
  • 19 Voir Maurice Girodias, Une journée sur la terre. Editions de la Différence, Paris, 1990, 2 vol. t. (...)

10A partir de 1949, le nombre de titres offerts au public chaque année atteint sa vitesse de croisière avec une moyenne décennale de 11 85215. Dès 1950, le commerce de l’imprimé a retrouvé le rythme de l’avant-guerre. Entre 1951 et 1958, les importations seront multipliées par 2, 71. les exportations par 2,2016. Lorsque De Gaulle reprendra le pouvoir, la vente des livres à l’étranger atteindra 9,163 milliards, l’achat d’ouvrages publiés hors frontières 4,376 milliards. La balance commerciale sera donc largement excédentaire, avec une couverture de 2,117. Phénomène moins connu, l’impression de livres en langues étrangères dans l’hexagone demeure une activité non négligeable pour l’édition nationale. Avec 179 titres allemands en 1947, 503 en 1948 et un maximum de 1449 en 1949, 547 encore en 195018, la France participe activement à la création de la RFA et inonde son marché d’ouvrages fabriqués dans un but politique et idéologique. Une étude consacrée à cet aspect de l’influence française en Europe montrerait sans doute que le secteur du livre scolaire a fait l’objet d’un effort particulier et d’une réflexion appropriée à la situation de l’ancienne puissance vaincue. Au niveau régional, il est probable que la Sarre a bénéficié d’un traitement particulier mais non exclusif. Après 1950, le mouvement retombe mais, jusqu’en 1954, l’édition en langue anglaise – 100 à 150 titres par an – demeure honorable. Sous cette rubrique, il faut ranger l’activité toujours frénétique de Maurice Girodias qui a vite compris que les GIs stationnés en Europe viennent d’ouvrir ce qu’il appellera « le marché de l’onanisme »19. Olympia Press mais surtout Atlantic Library, créée pour l’erotic fiction, alimenteront les troupes US de leurs lots de fantasmes imaginés par l’écurie américain du fils de Jack Kahane, c’est-à-dire de jeunes intellectuels anglo-saxons qui ne voient d’autre horizon pour leurs débuts littéraires que Paris.

  • 20 Voir Annexe I ; le calcul des moyennes est de notre responsabilité.
  • 21 Idem.

11Le chantier des traductions étrangères ouvert à la Libération dépasse les 1 000 titres annuels en 1948 et la moyenne décennale, entre 1949 et 1958, s’établit à 1 02320. Dès 1946, le domaine anglo-américain dépasse la moitié de cette production pour culminer à 65,5 % en 1949. Jusqu’en 1958, il conservera cette situation privilégiée et la part des traductions d’origine américaine ira croissante, 163 titres en 1949, 262 en 1952, 322 en 1954, 358 en 1957, soit 28 % du total. Dans le combat de géants que se livrent Etats-Unis et URSS, la patrie de Staline est largement perdante puisque la moyenne décennale atteint 47 titres contre 224 pour son concurrent21. L’italien, avec 55 titres, devance le russe qui précède toutefois l’espagnol (25 titres). L’allemand demeure, lui, dans le peloton de tête avec 137 titres publiés annuellement dans la période. Si la France a renoncé à imprimer ce que les Allemands doivent lire, elle consacre une grande attention à la publication des œuvres d’outre-Rhin et fait connaître très vite les romans de Musil, Böll, Jünger et bientôt Günther Grass, sans oublier le théâtre de Brecht que publie l’Arche. Les Editions sociales ont beau fournir un gros effort pour traduire Lénine, Staline et la Jeune Garde de Fadeev, Gallimard offrir le Don paisible de Cholokov, Ehrenbourg et Nekrassov, le mouvement de curiosité et d’intérêt observable avant 1946 est retombé. Amado et Neruda, pour l’Amérique latine, sont présents mais leur œuvre ne connaît pas la vogue du Don Camillo que le Seuil traduit en 1951 et qui dépasse le million d’exemplaires peu après.

  • 22 Voir Annexe IV.
  • 23 Bibliographie de la France du 25 janvier 1952, partie « Chronique »

12A l’étranger, la littérature française et les essais conservent leur part d’attraction. L’Index translationum de l’Unesco enregistre 8 570 traductions dans 35 pays en 1948, 17 834 en 1951, 21 676 dans 48 pays en 1954 et 29 213 en 1958. La France représente toujours plus de 10 % du total avec 1 683 titres en 1950, 2 064 en 1952, 2405 en 1954, 3 014 en 1956 et 3 384 en 195822. En 1950, Lénine et Staline devancent Balzac, Marx et Tolstoï au hit-parade mondial. Les livres anglais traduits cette année-là s’élèvent à 2 267, ceux de l’américain à 1460, moins que les français qui totalisent 1 683 titres. Sur ce nombre, 219 ont été retenus par les éditeurs italiens, 208 ont trouvé preneur en Allemagne, 186 au Japon, ce qui est remarquable, 141 en Grande-Bretagne et 136 aux Etats-Unis23. Sartre est sans doute fondé à dire que, devenue nation de second rang, la France continue à exporter les produits de son terroir, champagne, cognac, haute couture et littérature. Il aurait pu ajouter philosophie car ce genre demeure très prisé en-dehors de nos frontières. Accueillante aux écrivains du monde entier, la France accorde toute son importance à l’enseignement de la littérature comparée dans les universités et assume sa responsabilité dans le domaine essentiel de la traduction. Exportatrice de livres imprimés, elle augmente substantiellement ses importations et continue à se révéler comme un pôle attractif pour nombre de littératures qui ne trouveraient pas ailleurs de capitale digne de les faire connaître et reconnaître.

Les littératures maghrébine et négro-africaine

  • 24 Voir Paris et le phénomène des capitales littéraires, op. cit.. T. I. Charles Bonn. « Paris et la (...)
  • 25 Voir Histoire littéraire de la France, dir. Pierre Abraham et Roland Desné, Livre Club Diderot. Pa (...)
  • 26 Idem.
  • 27 Ahmed Khatibi. Le Roman maghrébin. Maspero. Paris. 1968.

13Pour Charles Bonn, le concept même de roman algérien s’est forgé à Paris dans les années 50 alors qu’il était inconnu au Maghreb24. Cette littérature est née entre 1945 et 1962, au moment où Emmanuel Roblès ouvre aux éditions du Seuil la collection « Méditerranée ». Certes Forge, à Alger, avait fait connaître les premiers poèmes de Mohammed Dib et de Kateb Yacine mais c’est à Paris que Mouloud Feraoun publie en 1950 le Fils du pauvre avant d’entrer au Seuil. Mouloud Mammeri écrit la Colline oubliée en 1952, Mohammed Dib la Grande Maison la même année et l’Incendie en 1954. Albert Memmi a publié en 1953 la Statue de sel chez Buchet-Chastel, puis Portrait du colonisé en 1957. Le Marocain Driss Chraïbi confie le Passé simple à Denoël en 1954 avant de passer au Seuil où Yacine publie Nedjma en 195625 Paradoxe des intellectuels teintés de nationalisme, il fallait être reconnu à Paris pour espérer faire entendre sa voix en Algérie, au Maroc, en Tunisie et, plus largement, dans le monde arabo-musulman. La capitale française exerce une influence prépondérante sur cette génération et, contrairement à ce qu’avait prédit Albert Memmi, à savoir « le tarissement naturel de la littérature colonisée » après l’indépendance26, ce mouvement ne s’est pas estompé après 1956 ou 1962. Toutes les maisons d’édition mirent leur point d’honneur à posséder « leur Arabe de service » selon le mot cruel d’Ahmed Khatibi27 et la vogue actuelle de Tahar Ben Jclloun doit beaucoup au travail effectué pendant ces années de fondation. Ni Alger, ni Rabat, ni Tunis, ni Tripoli, ni Le Caire, Damas ou Bagdad, voire Beyrouth, ne sont parvenues à remplacer Paris et la création de l’Institut du monde arabe, décidée en 1974, n’a fait qu’entériner cette suprématie incontestable. Sur ce point, une conclusion s’impose : dans l’espace de ses anciennes dépendances nord-africaines, la France a conservé le leadership intellectuel malgré une guerre longue et détestable. L’action de ses penseurs opposés à l’utilisation de la torture a contribué au rayonnement ancien de la métropole et fait pardonner aux colonisés les crimes de ses militaires et les palinodies de ses hommes politiques.

  • 28 Jacques Chevrier, « Autour de la revue Préseme africaine », in Paris et le phénomène des capitales (...)
  • 29 Journal officiel du 19 septembre 1946.

14En Afrique noire, un phénomène identique priva Dakar, Abidjan, Brazzaville ou Kinshasa de toute possibilité de peser sur la naissance d’une littérature. Il est vrai qu’ici l’édition locale n’existait pratiquement pas, à la différence d’Alger. Dès le milieu des années 30, la Société africaine de culture s’était installée à Paris et sa revue, Présence africaine, aidait à faire connaître les réalités du continent noir. Jeune Afrique, Notre Librairie, Recherche pédagogique et culture s’ajouteront à Présence africaine après la guerre. Dirigée par Alioune Diop, patronnée par Sartre, Gide, Camus et Leiris, la revue, très franco-centriste, adopte avant 1955 un parti-pris d’exaltation des anciennes civilisations noires. Elle fait aussi découvrir les récits des Africains, tel Un nègre à Paris de Bernard Dadié en 1959, après le Docker noir de Sembène Ousmane en 1956 et l’Etudiant noir d’Aké Loba en 1960, publiés, eux, dans de petites maisons comme Debresse28. Avec l’Unesco et l’Agence de Coopération culturelle et technique (AGECOP), ces périodiques seront les foyers d’où irradiera la culture africaine. Léopold Sédar Senghor s’était écrié à la tribune de l’Assemblée nationale constituante, le 19 septembre 1946 : « C’est ainsi qu’ensemble nous créerons une nouvelle civilisation dont le centre sera Paris, un humanisme nouveau qui sera à la mesure de l’univers de l’homme »29. Les morts de Madagascar, un an plus tard, ne stériliseront pas ses espérances et, en 1948, il publiera l’Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française préfacée par Jean-Paul Sartre. Avec ses amis, les Sénégalais Lamine Diakhaté et David Diop, il cherchait à réunir, autour du concept de négritude, les Antillais qu’il fréquentait. Aimé Césaire, son compagnon, Jacques Roumain et bien d’autres qu’avaient séduit ses Chants d’ombre en 1945.

  • 30 Voir Jacques Rancourt in Histoire littéraire de la France, op. cit., T. 12, VI, ch. 3. « la littér (...)

15La sortie de Peau noire, masques blancs, au Seuil, en 1951, constitua un événement parce que l’auteur s’affirmait comme un futur leader tiers-mondiste. Son succès ne doit pas cacher l’existence d’une littérature négro-africaine moins politisée, plus proche de sa voisine du Maghreb. Dans le domaine du roman, les œuvres les plus marquantes ont été celles du Congolais Jean Malonga, Légende de M’Pfoumou Ma Mazono en 1954. du Guinéen Camara Laye, l’Enfant noir en 1953, du Camerounais Mongo Béti, Ville cruelle en 1954 ou du Sénégalais Sembène Ousmane. O pays mon beau peuple en 195730. On l’aura compris, aucune de ces œuvres n’a connu ni les tirages ni le retentissement des précédentes et c’est aux Antilles que la littérature négro-africaine la plus dynamique est née. Césaire en avait été le héraut avec son Cahier d’un retour au pays natal en 1939 mais le Haïtien Jacques Roumain, trop oublié aujourd’hui, fut salué par la critique unanime lorsque les Editeurs français réunis publièrent Gouverneurs de la rosée en 1946, un an après sa mort. La Montagne ensorcelée avait été lancée en 1931 et Griefs de l’homme noir en 1939. Ses poèmes dont Sales nègres, un des plus beaux et des plus forts, exprimaient la révolte d’un homme qui fut l’un des fondateurs de la Revue indigène avant de créer le Parti communiste haïtien. Edité et traduit dans le monde entier, notamment dans les deux langues utilisées en Amérique, l’espagnol et l’anglais, il contribuait encore, après 1945, et bien que décédé, à enrichir la littérature négro-africaine d’expression française. Ses compatriotes René Depestre et Philippe Toby Marcelin, les Martiniquais Lionel Atuly et Georges Desportes ont préparé au même moment la France à écouter plus attentivement les écrivains francophones qu’ils soient africains ou antillais. Comme pour la génération précédente, le voyage de Paris demeurait une nécessité et c’est par le canal de l’édition française qu’ils espéraient être éventuellement diffusés dans le monde entier.

16Le mouvement de décolonisation, la lutte armée de peuples anciennement colonisés pour obtenir leur indépendance n’ont donc nullement supprimé le tropisme parisien. Ce phénomène se vérifiera après 1960 ou 1962 et c’est encore à Paris que les anciens chefs du FLN, parfois passés à l’opposition, publieront leurs souvenirs de guerre. On notera cependant une différence entre la littérature maghrébine, en général admise par les grandes maisons d’édition, bien diffusée, commentée dans la presse et les revues, et la littérature africaine, souvent éditée par de petites ou de jeunes entreprises, malgré les efforts de Présence africaine. Sans vouloir proposer une conclusion définitive sur ce point, on se contentera d’indiquer une hypothèse, celle de l’engagement des intellectuels français contre la guerre d’Algérie. Par contrecoup ou ricochet, la prose des Maghrébins subissait une hausse à la bourse des valeurs symboliques tandis que les textes des Africains, moins politisés quoique souvent critiques, étaient sinon dépréciés, du moins victimes d’une opinion moins favorable, ce qui pourrait expliquer leur tentative de créer sur place, après 1965, des structures d’accueil à la littérature indigène.

Vladimir Nabokov (1899-1977) vient présenter à Paris la traduction française de « Lolita ».

La littérature anglo-américaine

17Contrairement à ce qu’affirme un peu vite Herbert Lottman, et même à l’opinion de spécialistes de littérature comparée, tel Pierre Brunei, le centre de gravité de l’édition mondiale ne s’est pas déplacé de Paris à New York dès la Libération. Si des écrivains noirs américains comme Richard Whright, James Baldwin, Chester Himes ou William Gardner Smith se fixèrent à Paris, c’est qu’ils ne pouvaient supporter le racisme profond de la société nord-américaine. Des auteurs blancs, tels que Miller, n’étaient toujours pas autorisés outre-Atlantique alors même qu’ils renouvelaient la littérature de leur pays. Maurice Girodias publia Sexus, en anglais puis en français en 1950, et le gouvernement français interdit la version traduite. Il donna encore Plexus aux éditions Olympia Press qui avaient pris le relais des éditions du Chêne absorbées par Hachette. 11 fit traduire Molloy, Malone meurt et l’Innommable de Beckett afin de révéler cet Irlandais aux anglophones. Grâce aux libraires anglais de la capitale, Brentano’s, Smith et Galignani, les œuvres sulfureuses ou non qui sortaient des mains de Girodias parvenaient en petite quantité aux Etats-Unis et en Angleterre. Il faudra attendre 1961 pour que Tropique du Cancer paraisse enfin à New York et encore priva-t-on l’auteur de tout droit en raison d’une loi – la Manufactoring Clause – qui imposait à l’écrivain un délai de trois ans pour rapatrier aux Etats-Unis une œuvre publiée à l’étranger.

  • 31 Voir Maurice Girodias, op. cit.

18Les choses avaient commencé à bouger dans ce pays en 1958 lorsque Lolita de Nabokov put enfin paraître sans entraves légales. Deux ans auparavant, par l’intermédiaire d’une Russe blanche, Dounia Ergaz, Girodias avait été mis en contact avec le roman de Nabokov. Olympia Press l’édita aussitôt et la saisie administrative entraîna la publication de l’Affaire Lolita, ce qui permit à Gallimard d’obtenir le droit de mettre en vente la traduction d’une œuvre interdite dans sa langue d’origine31. Si les tabous de la société nord-américaine se firent moins visibles après 1958, leur maintien jusqu’à cette date avait profité à Paris où d’autres écrivains comme William Burroughs firent éditer leurs premiers essais. The Naked Lunch figura au catalogue d’Olympia Press avant The Soft Machine. Allen Ginsberg et d’autres représentants de la Beat génération habitaient alors la rive gauche et accordaient leur préférence à un homme dont le nom était synonyme de défi aux autorités et à la morale traditionnelle. Rarement souligné, ce rôle de l’édition underground exerça cependant une influence certaine sur l’évolution des esprits dans l’espace anglo-saxon. The Ginger Man de J.P. Donleavy dut, lui aussi, son succès scandaleux à son lancement semi-clandestin. Certes les spécialistes français de ce genre, Girodias, Pauvert, Tchou et Losfeld, n’ont pas, à eux seuls, provoqué un changement que tout permettait d’envisager mais leur acharnement à briser les carcans qui enserraient les sociétés industrielles aida à avancer l’heure de cette libération. Nikos Kazantzaki, qui travaillait à l’Unesco à Paris après 1945, confia son roman Zorba le Grec aux éditions dirigées par Girodias pour les mêmes raisons, ce qui traduit leur réputation.

  • 32 Robert Laffont, Editeur, Robert Laffont, Paris, 1974.
  • 33 Edmond Buchet, Les Auteurs de ma vie ou ma vie d’éditeur, Buchet-Chastel, Paris, 1969.
  • 34 Voir Pierre Angoulvent, L’Edition française au pied du mur, PUF, Paris, 1960.

19Il serait erroné toutefois d’accorder plus d’importance qu’elles n’en eurent à ces expérimentations et dès le milieu des années 50 le voyage des éditeurs français à New York était devenu indispensable. Robert Lalïont s’y rendit pour la première fois en 1954, persuadé comme il l’écrit qu’« il eût fallu être bien chauvin pour ne pas s’être aperçu que, depuis la guerre, New York avait supplanté Paris dans sa fonction de centre mondial des lettres »32. Exagéré, son jugement insiste en fait sur la mutation qui était en train de s’opérer dans le domaine de l’édition. La foire de Francfort était le lieu principal des échanges de droits et de contrats mais les entreprises les plus puissantes étaient désormais situées sur la côte Est des États-Unis. L’influence du roman américain sur la littérature européenne était manifeste, même chez ceux dont l’idéologie désapprouvait l’american way of life, ce qu’Edmond Buchet notait dans son journal dès 194733. Faulkner, Dos Passos, Hemingway, Steinbeck, Caldwell et Miller avaient imposé une nouvelle écriture et l’œuvre d’un Camus témoigne de l’ampleur de la dette. Toutefois l’édition française continuait son œuvre, même si, bientôt, une crise structurelle grave, liée pour partie au non-renouvellement des équipes dirigeantes, la menacerait dangereusement34.

20Par rapport à son équivalente américaine, elle présentait des avantages indéniables. Moins concentrée, moins soumise aux exigences du profit, elle demeurait ouverte aux essais dont le public était nécessairement limité. Le livre de poche n’était apparu qu’en 1953 mais ses débuts étaient prometteurs. Surtout les professionnels français pouvaient consacrer du temps et de l’argent à lancer des romanciers inconnus, africains, maghrébins, antillais, quand leurs homologues de New York ne songeaient qu’à des œuvres dont les tirages se chiffreraient en dizaines ou centaines de milliers d’exemplaires. Si la référence aux normes de l’édition américaine se fait plus fréquente après 1950, ce n’est donc pas tant à cause de la capacité des éditeurs de ce pays à faire connaître toutes les littératures du monde que pour leur savoir-faire, en l’occurrence leur savoir-vendre. A comparer la largeur de vue des catalogues offerts dans les deux pays, l’originalité de la France ne disparaît nullement, même si, de plus en plus, le rachat des droits de traduction remplacera leur cession. C’est sans doute cet aspect qui entraîne l’illusion d’une mutation, mais si l’on peut citer des auteurs américains que la France a découverts et consacrés, les Miller, Nabokov, Burroughs, Ginsberg et Anaïs Nin, on ne saurait trouver l’équivalent outre-Atlantique.

Les écrivains européens

  • 35 Marie de Saint-Laurent, La Librairie Plon de 1945 à 1958, mémoire de DEA d’histoire du xxe siècle, (...)

21Le rôle de Manès Sperber chez Calmann-Lévy mériterait un développement particulier. Faute de place, on renverra à la lecture des catalogues de la collection « traduit de ». C’est en effet à Paris plus qu’à Londres que la publication du Zéro et l’infini puis des autres œuvres d’Arthur Koestier allait commencer à ébranler les certitudes des défenseurs du système socialiste. Les romans du directeur de collection – sa trilogie intitulée Et le buisson devint cendre – s’inscrivent dans cette perspective. Avec le Journal d’Anne Frank, il confiait à la vieille maison de littérature générale ébranlée par la guerre son deuxième best-seller de la Libération. Certains pays de l’Est européen continuaient à regarder vers Paris et la Roumanie offre un exemple de la force de ce tropisme ancien. La publication, en 1949, de la Vingt-cinquième Heure de Constant Virgil Gheorgiu fut un événement. La vieille maison Plon tentait de faire oublier son pétainisme et son maurrassisme récents et elle avait confié au philosophe Gabriel Marcel sa collection « Feux croisés » lancée avant-guerre35. La série des Jalna, de Mazo de la Roche, leur rapportera beaucoup d’argent et, après ses débuts chez Girodias, elle récupèrera Nikos Kazantzaki. A côté de Ionesco, autre célébrité de Bucarest installée à Paris depuis longtemps, le Roumain Emil Michel Cioran, déjà édité dans son pays, choisit Paris pour publier son Précis de décomposition en 1949 et il appartiendra désormais à l’écurie Gallimard. L’immigration hostile à la dictature de Ceaucescu, après 1970, rejoindra une ville où tant des siens avaient fait leurs études au xixe siècle et dont l’attirance demeurait vive à la fin du xxe siècle.

Marcel Duhamel présente le 1000e titre de la Série Noire en 1966.

22Il serait difficile de poursuivre le parallèle avec la Pologne plus tournée vers les Etats-Unis, la Hongrie ou la Tchécoslovaquie mais le prestige des intellectuels français conservait une telle force dans ces pays que les regards étaient davantage orientés vers Paris que vers Londres ou New York. Certes les traductions des romans publiés en Europe centrale n’étaient pas fréquentes mais Europe et les Lettres françaises, entre autres revues, demeuraient attentives à leurs littératures nationales et l’émigration tchèque, après 1968, trouvera naturellement la route de Paris. Milan Kundera, aujourd’hui, symbolise cet attachement à une capitale qui transcende ses propres frontières. Dans le domaine de l’édition scientifique, l’action du CNRS et celle de la Maison des sciences de l’homme, plus tardive, expliquent les liens étroits que les historiens de l’Europe centrale et orientale entretiennent avec leurs collègues français dont les ouvrages sont lus, étudiés et abondamment commentés. En Italie, le rayonnement de Jean-Paul Sartre était au moins aussi important qu’en France et Louis Althusser marqua de son empreinte une partie non négligeable de l’opinion intellectuelle. Le marxisme et le structuralisme, après l’existentialisme, se conjugaient pour contribuer à maintenir un courant d’échanges soutenu. La notion de transferts culturels convient cependant mieux pour ce pays puisque Gramsci et le PCI trouvent en France, entre 1960 et 1980, nombre d’admirateurs.

23Les relations avec l’Espagne franquiste mettent en évidence d’autres interactions. L’existence de ce côté des Pyrénées d’une immigration politique, d’un PCE actif, a eu des conséquences sur l’édition. Certains écrivains réfugiés, tel Jorge Semprun, n’ont pu acquérir une notoriété dans leur pays d’origine que par le biais de la littérature clandestine, systématiquement introduite en Espagne après 1945. Une imprimerie à vocation politique a alimenté en permanence ces réseaux qui transportaient vers Barcelone, Madrid ou Bilbao les journaux, tracts, brochures et livres interdits. La présence fréquente d’écrivains latino-américains, Neruda et Amado particulièrement, renforçait l’activité d’une communauté hispanisante ayant choisi Paris pour seconde capitale. A un moindre degré, le phénomène se vérifiait pour le Portugal de Salazar mais l’immigration en provenance de ce pays était davantage économique que politique.

24Pour être complet, il faudrait évoquer les nombreuses librairies parisiennes spécialisées dans la vente d’ouvrages en langues étrangères. La Librairie polonaise, les librairies russes chères à l’immigration ont servi pendant des années de vecteurs aux idées que les frontières politiques étaient censées arrêter. La communication intellectuelle a bénéficié de la présence de ces boutiques dont plusieurs servaient aussi de centres d’impression et de diffusion de la pensée. Il reste à en écrire l’histoire mais on ne saurait négliger leur contribution à la circulation de l’information après 1945 et aux contacts entre l’Est et l’Ouest. Toutefois Vienne, Berlin et d’autres villes d’Europe, Genève particulièrement, ont joué un rôle comparable à celui de Paris de ce point de vue.

New York, Londres ou Paris ?

25Il est temps maintenant de répondre à l’interrogation liminaire : le tropisme parisien des années .30 a-t-il résisté à l’expansion sans précédent de la culture américaine après 1945 ? Une affirmation tranchée ne résoudrait guère le problème dans la mesure où tous les éléments de comparaison scientifique ne sont pas disponibles. Outre-Atlantique, l’histoire de l’édition est en chantier mais loin d’être achevée. La situation est la même en Grande-Bretagne où il faudra attendre 2005 pour voir paraître les derniers volumes d’une série en gestation. On peut toutefois esquisser les grandes lignes d’une interprétation provisoire. L’analyse géographique met en évidence la force du tropisme parisien pour l’Afrique du Nord et l’Afrique noire d’expression française. La rivalité avec les Etats-Unis se traduit ici par une supériorité incontestée de l’ancienne puissance coloniale. Outre les facteurs déjà évoqués, on ajoutera la formation des intellectuels originaires de ces pays dans les universités de l’hexagone. Peu nombreux au début de la décennie 1960, ils le seront davantage à la fin et c’est ici qu’ils soutiendront leurs thèses beaucoup plus qu’en Amérique. Aujourd’hui encore les éditions l’Harmattan et Karthala sont les spécialistes incontestés de la publication d’ouvrages concernant le continent noir.

26A cette première zone qui englobe le Maghreb, l’ex-AOF et l’AEF. Madagascar, la Réunion et une partie du Moyen Orient, le Liban notamment, on peut joindre sans risque de se tromper les Antilles françaises et Haïti, En revanche, il serait difficile d’y faire entrer l’Indochine car si l’édition française n’a pas été totalement insensible à la poésie vietnamienne, publiée par les maisons proches du PCF, le nombre de titres est réduit. Avant 1970 cependant, la littérature cambodgienne et vietnamienne ne dispose pas d’autre relais éditorial pour faire entendre sa voix, malgré quelques traductions chinoises et russes, et la faible part prise par la France pour les éditer ne profite pas vraiment à une autre nation. On le voit, l’ancien empire colonial, baptisé Union française en 1946 puis communauté en 1958, demeure très présent sur le plan culturel. L’Amérique n’a en rien menacé les positions acquises et c’est plutôt par la traduction que par l’appropriation directe que les intellectuels de ces pays firent l’apprentissage de la littérature américaine. La francophonie telle qu’elle existe à la fin du xxe siècle a donc été aidée par le relatif dynamisme de l’édition française.

27On a également souligné la persistance d’une attraction parisienne sur les écrivains américains les plus audacieux dans le domaine des mœurs. Miller, Nabokov, Burroughs ont confié aux maisons d’édition françaises le soin de les faire connaître dans le monde entier. Ce fut le cas également d’auteurs anglais, de l’Irlandais Beckett, après son compatriote Joyce. Certes le rôle de Paris décline après 1958 mais, sous la IVe République, le magnétisme conserve une bonne part de sa puissance. Si l’on veut poursuivre le parallèle avec les Etats-Unis, il faut souligner la vigueur de l’entreprise de traduction, bien supérieure ici que là-bas. Aujourd’hui encore, nombre de pays, la Grande-Bretagne par exemple, admirent l’ouverture française aux littératures du monde entier, sa rapidité à faire connaître les œuvres rédigées dans d’autres contrées. Sans atteindre les records des nations Scandinaves qui publient plus de traductions que de romans nationaux, les chiffres cités attestent la réalité d’une édition ouverte au monde. C’est beaucoup moins vrai dans le domaine des sciences humaines et des autres disciplines de la recherche car l’anglais y a partiellement remplacé le français. En Belgique, au Luxembourg, en Suisse romande et au Québec, les mouvements d’échange sont vivants et, pour le Canada, c’est plutôt une nouveauté car ce pays était assez fermé à la littérature française avant 1945, même s’il absorbait des ouvrages scolaires, des dictionnaires et des encyclopédies.

28On a noté aussi la curiosité japonaise vis-à-vis de la France après la guerre. Elle est naturellement moins vive que l’intérêt pour les produits américains mais, depuis 1980, les acheteurs japonais ont pris le relais des clients américains dans les librairies de livres anciens à Paris. Les universités du Japon sont les meilleurs acheteurs d’ouvrages d’histoire et ce mouvement s’appuie sur l’existence d’une communauté nippone entreprenante en France. Si l’on rappelle l’attraction des intellectuels d’Europe centrale, Roumains, Polonais, Tchèques, Hongrois pour notre pays, on pourra conclure que, loin d’avoir été totalement rayé de la carte des capitales littéraires et éditoriales, Paris a su conserver après la guerre une partie non négligeable de son potentiel. La mort de Jean-Paul Sartre marque pour Priscilla Ferguson une borne, celle qui clôt l’existence de cette France nation littéraire par excellence, qui fait l’étonnement des Américains et des Anglo-Saxons en général. L’engagement des intellectuels français dans les grandes causes de l’après-guerre, la décolonisation, le tiers-mondisme, aurait servi de catalyseur, ce qui expliquerait peut-être le déclin ultérieur, lié à l’effondrement du bloc de l’Est et à l’affaiblissement momentané des valeurs de la gauche.

Annexes

Annexe I : Statistiques de la production intellectuelle

* Sources : Bibliographie de la France, années 1946 à 1959 dépouillées ; l’anglais et l’américain sont confondus avant 1949. Le total des titres s’obtient en cumulant les titres en français, les titres en autres langues et les traductions.

Annexe II : Traductions en français

* Sources : Bibliographie de la France, années 1931 à 1938, voir la partie « chronique » qui publie annuellement les statistiques de la production intellectuelle. Nous n’avons pas trouvé de chiffres pour les années 1938 et 1939.

Annexe III : Importation et exportation de livres

* Sources : Idem.

Annexe IV : Index translationum de l’Unesco

* Sources : Idem, statistiques provenant des I 1 volumes publiés par l’Unesco entre 1948 et 1958.

Notes

1 Labor, Coll. « Media », Bruxelles, 1991

2 Paris et le phénomène des capitales littéraires, actes du congrès international du Centre de recherche en littérature comparée. Paris IV. 22-26 mai 1984. Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1986. 2 vol., Bernard Wilhelm. « Imprimeurs et traducteurs français : les obscurs bâtisseurs de la littérature américaine des années 1920 », T. I. pp. 175-183.

3 Voir le catalogue du Centre culturel américain intitulé les Années 20, les écrivains américains à Paris et leurs amis, Paris. 1989.

4 Mondo latino Ν° 1. novembre 1938, article de Maurice de Waleffe, cité par Pierre Brunel, in « Qu’est-ce qu’une capitale littéraire », Paris et et le phénomène des capitales littéraires, op. cit.. T. I, pp. 1-12.

5 Alejo Carpentier, le Recours de la méthode, traduction française, Gallimard, 1975.

6 Pierre Brunei, op. cit., T. I. p. 6.

7 Editions du Seuil, Paris. 1981.

8 Voir Annexe II.

9 Chiffres cités par H. Lottman, op. cit.

10 Voir annexe I.

11 Idem.

12 Voir Pierre Assoldine, Gaston Gallimard. Balland, Paris. 1984.

13 Tous ces renseignements proviennent d’une lecture attentive de la partie « Annonces » de la Bibliographie de la France pour l’année 1945.

14 Voir A la Hune. Histoire d’une librairie-galerie à Saint-Germain-des-Prés, Bernard Gherbrant, Adam Biro. Centre Georges Pompidou. Paris. 1988.

15 Voir Annexe I ; nous avons établi nous-même les moyennes décennales.

16 Voir Annexe III.

17 Idem.

18 Voir Annexe I.

19 Voir Maurice Girodias, Une journée sur la terre. Editions de la Différence, Paris, 1990, 2 vol. t. II. p. 240.

20 Voir Annexe I ; le calcul des moyennes est de notre responsabilité.

21 Idem.

22 Voir Annexe IV.

23 Bibliographie de la France du 25 janvier 1952, partie « Chronique »

24 Voir Paris et le phénomène des capitales littéraires, op. cit.. T. I. Charles Bonn. « Paris et la description des villes d’identité par quelques romans algériens ». pp. 211-220.

25 Voir Histoire littéraire de la France, dir. Pierre Abraham et Roland Desné, Livre Club Diderot. Paris. 1974-1980. 12 vol., T. 12. VI. ch. 1. J. Vaiensi. « La littérature maghrébine d’expression française », pp. 335-354.

26 Idem.

27 Ahmed Khatibi. Le Roman maghrébin. Maspero. Paris. 1968.

28 Jacques Chevrier, « Autour de la revue Préseme africaine », in Paris et le phénomène des capitales littéraires, op. cit.. T. I. pp. 343-350.

29 Journal officiel du 19 septembre 1946.

30 Voir Jacques Rancourt in Histoire littéraire de la France, op. cit., T. 12, VI, ch. 3. « la littérature négro-africaine de langue française », pp. 363-373.

31 Voir Maurice Girodias, op. cit.

32 Robert Laffont, Editeur, Robert Laffont, Paris, 1974.

33 Edmond Buchet, Les Auteurs de ma vie ou ma vie d’éditeur, Buchet-Chastel, Paris, 1969.

34 Voir Pierre Angoulvent, L’Edition française au pied du mur, PUF, Paris, 1960.

35 Marie de Saint-Laurent, La Librairie Plon de 1945 à 1958, mémoire de DEA d’histoire du xxe siècle, IEP Paris, 1992. dir. Michel Winock.

Table des illustrations

Légende Samuel Beckett.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 911k
Légende Vladimir Nabokov (1899-1977) vient présenter à Paris la traduction française de « Lolita ».
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/995/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 739k
Légende Marcel Duhamel présente le 1000e titre de la Série Noire en 1966.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/995/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 685k
Légende * Sources : Bibliographie de la France, années 1946 à 1959 dépouillées ; l’anglais et l’américain sont confondus avant 1949. Le total des titres s’obtient en cumulant les titres en français, les titres en autres langues et les traductions.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/995/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Légende * Sources : Bibliographie de la France, années 1931 à 1938, voir la partie « chronique » qui publie annuellement les statistiques de la production intellectuelle. Nous n’avons pas trouvé de chiffres pour les années 1938 et 1939.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/995/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende * Sources : Idem.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/995/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende * Sources : Idem, statistiques provenant des I 1 volumes publiés par l’Unesco entre 1948 et 1958.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/995/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable