Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paris des étrangers depuis 1945

 | 
Antoine Marès
, 
Pierre Milza

Les Chinois de Paris : groupes, quartiers et réseaux

Yu-Sion Live

Texte intégral

1XVII. Les Chinois de Paris : groupes, quartiers et réseaux

2Dans une matinée glaciale du mois de novembre de l’année 1988, des centaines de Chinois assistent, devant un immeuble proche de la Gare de Lyon, à une cérémonie officielle au cours de laquelle deux anciens travailleurs chinois de la Grande Guerre sont décorés chevaliers de la Légion d’honneur par un ministre du gouvernement français. Un peu auparavant, sur les mêmes lieux, une plaque commémorative a été dévoilée en hommage aux 14 000 Chinois venus contribuer à l’effort de guerre en 14-18. Sur le trottoir d’en face, les protagonistes de la manifestation, comme la plupart des spectateurs, sont des Chinois de l’Asie du Sud-Est arrivés en France en 1975.

3Dans cette commémoration, il se révèle sous nos yeux que des Chinois, d’immigration relativement récente, se réapproprient des lieux de mémoire d’autres Chinois venus en France soixante-dix ans plus tôt. Quel sens donner à cette célébration ?

4Au-delà de la tentative d’établir à travers un l’ait historique un lien communautaire entre Chinois originaires de plusieurs pays, il apparaît qu’une étude sur la formation des communautés chinoises doit tenir compte des trois principaux courants migratoires chinois en France. Le premier débute avec l’introduction pendant la Grande Guerre des ouvriers recrutés en Chine, le second avec le repli des Chinois du Vietnam après la décolonisation de l’Indochine en 1954, cl le troisième avec la venue massive des réfugiés d’origine chinoise de l’Asie du Sud-Est en 1975. On ne peut dissocier les mouvements migratoires dans la mesure où il y a une continuité historique entre les périodes d’arrivée et les facteurs qui contribuent à la constitution des communautés chinoises de Paris. Ces facteurs sont les groupes, les quartiers, les réseaux, les associations et les activités économiques.

I. Immigration et composition des groupes linguistiques

  • 1 Live Yu-Sion, « Les travailleurs chinois et l’effort de guerre ». Hommes-et-Migrations, n° 1148, n (...)

5Les origines de l’immigration chinoise remontent à la Première Guerre mondiale. La pénurie de main-d’œuvre en France, dès les premiers mois des hostilités, a décidé les pouvoirs publics à avoir recours à la main-d’œuvre étrangère. C’est ainsi qu’entre 1916-1918, 140 000 travailleurs chinois furent importés en France pour suppléer au manque de bras dans divers secteurs économiques : agriculture, industrie d’armements, constructions métallurgiques, aéronautique...1. Après l’Armistice, les Chinois furent rapatriés dans leur pays à l’exception de 3 à 4 000 (officiellement) qui créèrent à Paris et en banlieue les premières communautés chinoises (au Quartier Latin, près de la Gare de Lyon, à Billancourt, à Cormeilles-en-Parisis).

  • 2 Archives des Affaires Etrangères, série E, Asie-Chine n° 491, « Les Chinois en France ». Note du G (...)
  • 3 Suivant les recensements de l’entre-deux-guerres, les Chinois en France étaient au nombre de 2863 (...)

6Ces communautés chinoises renferment, en réalité, plusieurs groupes d’individus qui parlent des dialectes différents : pékinois, cantonais, wenzhou, qingtian, shanghaien... Les locuteurs pékinois ou « mandarin » (la langue nationale) appartiennent à un ensemble d’habitants des provinces septentrionales de la Chine : Hebei, Shandong, Anhui. Shanxi... En 1925, ils représentent environ un millier de personnes sur les 1700 que compte la population chinoise de Paris2. Depuis cette époque jusqu’en 1975, leur nombre ne s’est pas accru par flux migratoires. Le retour des uns en Chine et le vieillissement des autres ont, peu à peu, conduit à la diminution progressive de ce groupe. Les Shanghaiens et les Cantonais ne comprennent que des petites minorités d’une cinquantaine de personnes chacune. Et ce sont les Wenzhou et les Qingtian qui vont, par vagues successives, devenir le groupe majoritaire des Chinois de Paris3.

II. Le Paris des Chinois du Zhejiang

7Pendant un demi-siècle (19265-1975), la présence chinoise à Paris fut essentiellement marquée par les Wenzhou et les Qingtian, un groupe de migrants originaires d’une province sud-orientale de la Chine : le Zhejiang.

1. Le courant migratoire des Wenzhou-Qingtian

  • 4 Live Yu-Sion, « L’immigration chinoise à Boulogne-Billancourt dans l’entre-deux-guerres », Villes- (...)

8Commencé avec la Première Guerre mondiale, le mouvement d’immigration des Chinois de la province du Zhejiang prit de l’ampleur au tournant de la décennie 30, pour être ralenti par la Deuxième Guerre mondiale, et finalement stoppé peu après 1949. L’économie de la région de Wenzhou et de Qingtian (deux villes d’où partirent les migrants) reposait depuis près de deux siècles sur l’exploitation des carrières de pierres semi-précieuses. La faillite de ce secteur d’activité causée par la crise économique mondiale des années 30 et la pénurie de denrées alimentaires de base (riz. blé) entre 1925-1935 dans le Zhejiang poussèrent une partie de la population de cette province à s’expatrier vers le Japon et l’Europe. Une fois parvenus en France, les uns se firent embaucher comme ouvriers dans l’industrie de la cimenterie Lambert à Cormeilles-en-Parisis ou bien dans l’industrie automobile à Billancourt (Renault)4, d’autres s’engagèrent dans le commerce ambulant dont le point de ralliement fut le quartier de la Gare de Lyon à Paris. Après-guerre, dès que les voies de communication furent rétablies entre l’Europe et l’Asie, des Chinois du Zhejiang (surtout des commerçants) repartirent dans leur pays. D’autres, fuyant la guerre civile en Chine, prirent le chemin de la France. En 1949 l’arrivée au pouvoir des communistes en Chine mit un terme à l’émigration chinoise outre-mer.

9Il a fallu attendre 1964, lors du rétablissement des relations officielles entre la Chine et la France, pour que les deux pays s’accordent à autoriser le regroupement des familles chinoises. Cet acte allait permettre à l’immigration chinoise vers la France de recommencer mais elle fut entravée par la Révolution culturelle (1966-1976), qui interdit toute sortie de Chine. Le courant migratoire wenzhou-qingtian ne reprit son cours qu’avec « l’ouverture » de la Chine au début des années 80.

*

10L’objet même de la venue des Chinois du Zhejiang décide du choix des lieux de leur installation. Migrants économiques pour la plupart d’entre-eux, ils vont se fixer dans des quartiers qui correspondent à leur condition sociale. Ainsi à Paris, les quartiers de la Gare de Lyon et des Arts-et-Métiers ont été témoins de leurs activités artisanales et commerciales et, en banlieue, les zones industrielles de Boulogne-Billancourt et de Cormeilles-en-Parisis évoquent leur condition ouvrière.

2. Les implantations urbaines

a) En banlieue

11Billancourt. La Deuxième révolution industrielle (1890-1930) de la France, notamment celle opérée dans la banlieue parisienne, nécessite le concours d’une importante infrastructure logistique et humaine. L’utilisation de la main-d’œuvre étrangère fait partie intégrante de ce processus d’urbanisation.

  • 5 La population chinoise à Boulogne-Billancourt était de :

12Dans l’entre-deux-guerres. Italiens, Russes, Chinois, Belges, Polonais, Arméniens... affluèrent à Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux, Argenteuil, Gennevilliers, Saint-Denis... et contribuèrent à l’expansion économique de ce qu’on appelle la « Banlieue rouge ». A Boulogne-Billancourt, les Italiens, les Russes et les Chinois formaient les nationalités les plus nombreuses. La presque totalité des Chinois se regroupaient dans un espace urbain localisé à l’extrême-sud de la ville, dans une zone circonscrite par les rues de Meudon, de Traversière, de Solferino et de Saint-Cloud5 Les concentrations les plus denses se situaient dans la rue Nationale, aux numéros 30 et 30bis dans des immeubles habités par des Wenzhou et des Qingtian employés comme manœuvres et ouvriers spécialisés chez Renault. Ces deux bâtiments représentaient pour les migrants chinois un lieu de vie dans lequel ils se retrouvaient le soir et les fins de semaine pour discuter, échanger des informations, jouer au mah-jong, manger ensemble des plats chinois... Leur vie quotidienne était rythmée dans sa totalité par le travail.

13Cormeilles-en-Parisis. Dans la partie industrielle de Cormeilles-en-Parisis, il n’y a qu’une seule rue principale : la Route d’Argenteuil dont l’extrémité s’ouvre sur les usines Lambert qui exploitaient des carrières des pierres destinées à la fabrication du plâtre et du ciment. Des deux côtés de cette route, des baraquements hauts d’un étage servaient de logement aux ouvriers étrangers (Polonais, Yougoslaves, Chinois, Maghrébins, Italiens...). La légende veut que les premiers Chinois à être arrivés dans cette ville portaient encore la natte. Les derniers à y avoir vécu en tant que retraités sont décèdes à la fin des années 80. Entre 1920-1940, environ 300 ouvriers chinois du Zhejiang furent employés dans les industries Lambert. La majorité d’entre eux ont été affectés aux travaux de la carrière, des carreaux et de la briqueterie. Les conditions de vie et de travail avaient imposé aux Chinois des comportements spécifiques. Ils reconstituèrent des lieux qui leur rappelaient leur milieu d’origine (cantines, association, foyer, épicerie) pour se soustraire au déracinement.

b) A Paris

  • 6 Les travailleurs chinois changeaient de train à la Gare de Lyon à Paris pour aller à Marseille pre (...)
  • 7 Archaimbault Charles. « En marge du quartier chinois de Paris ». Hull. Soc. Etudes Indochinoises, (...)

14Le quartier de la gare de Lyon est un lieu très cosmopolite comme la plupart des quartiers situés à proximité des gares ferroviaires. L’espace chinois s’inscrit dans un périmètre urbain délimité par les passages Raguinot, Brunoy et la rue de Chalon. Les premiers Chinois à y élire domicile étaient, semble-t-il, des travailleurs employés dans les régions du nord de la France pendant la Première Guerre mondiale. Lors de leur rapatriement à la fin des hostilités, certains s’échappèrent de leur contingent au moment du changement de train6 et allèrent se fixer dans les environs de la gare de Lyon7. Ils pratiquèrent par la suite la vente ambulante des produits asiatiques et des articles de Paris (fil, aiguilles, élastiques...). Ce sont, pour l’essentiel, des migrants arrivés vers la fin des années 20 ainsi que des ouvriers de l’industrie automobile (Renault) touchés par le chômage en raison de la dépression économique de 1930, qui se lancèrent dans ce métier. Cette situation sociale des Chinois du Zhejiang se lit dans les statistiques des recensements de l’entre-deux-guerres : on a dénombré 38 colporteurs chinois en 1926 ; 423 en 1931 et 565 en 1936. Après-guerre, une partie des Wenzhou et des Qingtian émigra vers le quartier des Arts-et-Métiers pour se recycler dans la maroquinerie.

  • 8 Pour une étude des activités économiques des Chinois de Paris de 1900 à nos jours, cf. Live Yu-Sio (...)

15Le quartier des Arts-et-Métiers. La reconversion des Wenzhou et des Qingtian dans la maroquinerie eut comme conséquence la naissance d’un nouveau quartier « chinois » dans le Marais. L’apparition d’un secteur économique nouveau incita les ouvriers de Billancourt et de Cormeilles-en-Parisis à abandonner leur travail en usine pour se lancer dans cette activité lucrative. Celle-ci prit son essor dès le milieu des années 50. Depuis lors, le quartier des Arts-et-Métiers est devenu le principal point de regroupement des Chinois de la province du Zhejiang. Il est enclavé dans un secteur encadré par les rues de Turbigo, de Chapon, du Temple, et traversé par celles des Gravilliers, Aumaire, Beaubourg. Cette concentration des Chinois dans un même espace renforce les liens sociaux, le sens communautaire et la cohésion sociale du groupe8.

3) Réseaux communautaires

16Jusqu’en 1980, les conditions de vie en situation migratoire n’ont brisé ni les réseaux familiaux, ni les liens communautaires des Chinois. La solidarité sociale se déploie entre Wenzhou et Qingtian de Paris et de la banlieue parisienne. Elle se manifeste particulièrement dans des circonstances et des situations de l’existence du groupe (fêtes, mariage, naissance, mort...). Les membres de ce groupe ne sont pas des proches, ni ne se connaissent mais chacun d’eux est habité par un sentiment d’appartenance à une même origine ethnique, à une même région (ou village), et à une même communauté spirituelle (représentée par le temple des ancêtres). Ce lien identitaire s’incarne dans l’expression chinoise tongxiang tongqi qui signifie compatriotes issus d’un même district partageant les mêmes sentiments et les mêmes goûts. Il est, de ce fait, un agent de solidarité qui joue un rôle structurel dans la communauté wenzhou-qingtian. Le témoignage ci-dessous exprime cette solidarité sociale lors du décès d’un ouvrier de Cormeilles-en-Parisis.

« Il y a pas mal de Chinois qui sont enterrés et Cormeilles, environ une soixantaine de tombes chinoises (...). Ceux qui n’avaient pas de famille, on prenait ceux qui étaient proches du mort et on faisait comme. On était la famille t...). Les Chinois tle Paris, d’Argenteuil ou de Billancourt viennent à l’enterrement. L’enterrement, c’est cher. Il fallait payer les chevaux qui étaient habillés en noir, l’ordonnateur qui s’occupait de tout. Après on allait à pied au cimetière (...). La concession, ils l’achètent en moyenne pour trente-ans. Ceux qui n’ont pas de famille ou ont peu de moyens, il y a les caveaux qui ont quatre places. Il suffit de se mettre d’accord avec ceux qui détiennent les papiers (...). Un de Cormeilles allait à Paris pour demander s’ils (les Chinois) pouvaient donner quelque chose. Chacun donnait ce qu’il voulait et on rassemblait cet argent pour acheter une couronne ou un coussin suivant ce qu’il y avait comme somme. S’il y avait plus, alors nous mettions un ruban et on inscrivait en chinois et en français « A notre Ami » (...).

17La vague d’immigration des Chinois du Zhejiang des dix dernières années a intégré une nouvelle catégorie de population dans le quartier des Arts-et-Métiers. Les nouveaux venus sont souvent jeunes, d’origine urbaine pour la plupart, et portés par un fort désir de réussite sociale. Une rupture dans les comportements est ainsi apparue entre l’ancienne et la nouvelle génération de migrants. Les notions de communauté et de solidarité s’émoussent peu à peu au sein du groupe. Ce phénomène d’individualisation se manifeste par une concurrence sauvage dans les activités commerciales de la maroquinerie.

III. Le Paris des Chinois de l’Asie du Sud-Est

  • 9 Simon Pierre-Jean, Les rapatriés d’Indochine. Paris. L’Harmattan/CNRS, 1981.

18Parallèlement aux arrivées en provenance du Zhejiang qui continuent, il en est une autre qui s’accomplit à partir de l’Asie du Sud-Est depuis 1954. Des Chinois installés au Vietnam depuis une ou deux générations partent pour la France à la suite de la décolonisation de l’Indochine. Un premier mouvement de départs composés de commerçants, de cadres financiers, d’interprètes, de domestiques... a commencé avec le rapatriement des citoyens français vers la Métropole (Indochinois et Chinois de nationalité française, colons français)9. Il s’est poursuivi après la promulgation, en 1957, d’une loi rétroactive obligeant tous les Chinois nés au Sud-Vietnam d’adopter la nationalité vietnamienne. Ce flux s’est prolongé durant la période de l’engagement des forces américaines dans la guerre au Vietnam (1960-1975).

1) Le Quartier Latin chinois

19A l’exception de quelques familles chaozhou ou hakka, la grande majorité des Chinois venus de l’ancienne Indochine, entre 1954-1975, sont des Cantonais. Ils ont fondé des restaurants, des épiceries de produits exotiques et des boutiques d’articles de souvenir au Quartier Latin, devenu le quartier « chinois » de Paris des années 60-70.

  • 10 Le plus connu et le plus fréquenté des commerces d’alimentation asiatique des années 60-70 est vie (...)
  • 11 Live Yu-Sion. La diaspora chinoise en France. Thèse de doctorat en sociologie, EHESS. juin 1991, 2 (...)

20L’espace dans lequel s’est implanté le quartier « chinois » se définit par les rues Monsieur-le-Prince, de Cujas, de la Montagne Sainte-Geneviève, des Carmes, de Sommerard, de la Harpe, de la Huchette... Dans ce cœur de Paris, les Cantonáis du Vietnam rencontraient des Chinois shanghaiens, pékinois, cantonáis de la migration de l’entre-deux-guerres. Ceux-ci tenaient des restaurants ouverts depuis les années 20 : le Ton-Fan (1922– existe toujours), le Pékin (1925-1993), le Shanghai (1928-1978), l’Empire Céleste (1928– existe toujours), le Chou-Chen (1930– existe toujours)... Ces établissements constituent aujourd’hui des lieux de mémoire de l’immigration chinoise, du fait que certains d’entre-eux ont préservé leur décor original. La présence de ces anciens restaurants amena les Chinois de l’ex-Indochine à en créer de nouveaux dans le Quartier Latin. Les plus connus furent l’Est-Asie, place de la Sorbonne, le Dragon d’Or, les Deux-Dragons rue Monsieur le-Prince, le Saigon, rue de la Montagne Sainte– Geneviève... Hormis quelques épiceries (rue Monsieur-le-Prince, rue de la Montagne Sainte-Geneviève) 10, la principale activité économique chinoise fut la restauration. C’est dans les années 60 que le public parisien découvre la cuisine chinoise ou asiatique grâce à l’immigration des Chinois du Sud-Est Asiatique et à travers les échos de la Révolution culturelle, à la mode maoïste, et mai 68. Ce phénomène contribua, par la suite, à l’essor de ce secteur économique par une expansion géographique des établissements vers d’autres arrondissements de Paris11. Un sondage effectué par nos soins dans les Annuaires Didot-Bottin révèle que le nombre de restaurants chinois dans les Ve et VIe arrondissements (Quartier Latin) passe de 18 en 1955, à 51 en 1965 et à 78 en 1975. En 1975, tous les arrondissements de Paris disposent au moins de deux restaurants chinois (Cf. graphique ci-dessous).

21Le mouvement migratoire chinois en provenance de l’Asie du Sud-Est s’est amplifié après le retrait des troupes américaines en 1975 d’une part, et à la suite du conflit sino-vietnamien de 1979 d’autre part. La venue massive des réfugiés d’origine chinoise a provoqué la multiplication des activités économiques et professionnelles, l’émergence de nouveaux quartiers et la diversification des groupes linguistiques : chaozhou, hakka, hainanais, cantonáis.

2) Les nouveaux groupes linguistiques

22La région d’origine des ancêtres des Chinois du Sud-Est asiatique se localise dans deux provinces sud-orientales de la Chine : le Guangdong et le Fujian. La majorité des Chinois sont nés soit au Cambodge, soit au Vietnam, soit au Laos. Leurs parents ou grands-parents se sont exilés, entre 1940-1949, vers ces pays à la suite de la désorganisation sociale, économique, politique et militaire de la Chine.

23Les Cantonais sont des habitants de la partie méridionale de la province du Guangdong. Leur dialecte est essentiellement parlé à Canton. Zhongshan, Macao. Hong-Kong. Les premiers à arriver en France furent recrutés comme travailleurs de la Grande Guerre. Dans les années 20, ils ouvrirent des restaurants au Quartier Latin. Après 1975, les Cantonais du Vietnam (venus après 1954) se sont regroupés avec les Cantonais (réfugiés de 1975) de l’Asie du Sud-Est. Aujourd’hui, ils occupent divers secteurs économiques : confection, restauration, alimentation, imprimerie etc.

24Les Chaozhou sont partis de Chine pour le Sud-Est asiatique à la fin du xixe siècle. Ils sont les plus nombreux en Thaïlande et au Cambodge. Au Sud-Vietnam, ils pratiquaient le commerce du thé, du poisson sec, l’importation des herbes médicinales, le commerce international... A Paris, ils représentent de nos jours le groupe majoritaire des groupes linguistiques chinois en surpassant ainsi le nombre des Wenzhou et des Qingtian. Ils investissent généralement dans l’export-import, l’immobilier, la restauration, les services (banques, assurances, agences de voyage...).

25Les Hakka sont à l’origine des Chinois des provinces du nord de la Chine qui ont commencé, il y a environ 2 000 ans, à descendre par vagues successives vers les régions méridionales de la Chine, puis depuis le siècle dernier vers les pays de l’Asie du Sud-Est. Au Sud-Vietnam, ils détenaient le monopole de la pharmacopée chinoise, des boulangeries et de l’industrie du cuir. A Paris, ils exercent différentes professions dans le secteur de l’alimentation, de la restauration, des services...

26Les Hainanais ont quitté leur île pour le Sud-Est Asiatique depuis plusieurs générations avant d’immigrer en France en 1975. Au Cambodge, ils travaillaient dans les plantations de poivre ou faisaient du transport routier. Au Sud-Vietnam, ils tenaient des restaurants français ou américains ou bien importaient des films étrangers. A Paris, à l’exemple des autres groupes, ils se sont spécialisés dans divers secteurs économiques.

27Le facteur qui distingue les différents groupes linguistiques formés depuis le début de l’immigration chinoise en France est qu’ils entretiennent peu de relations entre eux, du fait qu’il n’y a pas d’inter-compréhension entre les dialectes ou les langues. Pour se communiquer, ils utilisent le cantonais ou le « mandarin », qui sont les deux langues véhiculaires des Chinois d’outre-mer. Chaque groupe reste cantonné dans son milieu et dans ses occupations professionnelles. C’est dans ce contexte que les communautés chinoises se sont constituées par groupes de dialecte dans des quartiers de Paris.

3) Emergence des nouveaux quartiers « chinois »

28Dans les années 80-90, le regroupement géographique des Chinois et la concentration de leurs activités économiques dans les quartiers de Paris ne résultent pas d’un esprit grégaire ou d’un choix de stratégie commerciale mais de la disponibilité des logements et des emplacements commerciaux. Les nouveaux quartiers « chinois » sont établis dans le sud du XIIIe arrondissement ainsi que dans le nord-est de Paris, dans les limites des Xe, XIe, XIXe et XXe arrondissements.

29Dans le XIIIe, les Parisiens ont refusé d’aller habiter dans les immeubles nouvellement construits ou restaurés en raison de leur laideur architecturale ou bien du coût élevé des loyers. Dans les années 60, l’Etat et la municipalité de Paris décidèrent la rénovation des vieux quartiers de Paris. Et vers le milieu des années 70, la construction des premières tours d’une trentaine d’étages fut terminée mais les logements furent boudés par les Parisiens. Les réfugiés asiatiques qui arrivèrent entre 1975-1980 s’installèrent ainsi dans les appartements libres. En 1980, les immeubles du quartier de la Porte de Choisy étaient surpeuplés, et c’est à ce moment-là que le quartier de Belleville achevait la restauration de ses bâtiments délabrés. Les Chinois s’y fixèrent entre 1980 et 1985.

4) Associations et réseaux

30Dans ces différents quartiers de Paris, les groupes dialectaux se reconstituent grâce aux réseaux qu’ils développent dans des milieux restreints. Les liens familiaux, sociaux, économiques se maintiennent dans des univers de relations sociales entre individus d’une même origine ethnoculturelle, d’un même milieu social ou d’une même catégorie socio-professionnelle. Ils s’élaborent sur le fondement des sentiments d’appartenance à une identité commune ou à une culture commune. L’exemple qui symbolise le mieux ces univers de relations est donné par les associations.

  • 12 Live Yu-Sion, « Du Quartier Latin à Billancourt : une école de la politique ». Presse et Mémoire, (...)
  • 13 Associations et Immigration. Publications Fonda, 1991.
  • 14 Les grandes associations chinoises des années 90. :
    Association des Teochew en France
    Association de (...)

31Une association chinoise est la reconstitution en terre d’immigration de l’organisation sociale chinoise calquée sur le modèle d’organisation familiale. Elle représente une propriété commune dans laquelle les personnes se reconnaissent provenir d’une même région. Les associations se divisent ainsi en groupe de Chinois wenzhou, cantonais, pékinois, chaozhou, hakka etc. Les relations établies entre les membres peuvent créer des liens d’amitié, de solidarité, de confiance etc. Un membre d’une association dialectale ou régionale est un élément potentiel d’un ensemble de réseaux sociaux et économiques. Les Chinois de Paris, à l’instar de ceux de la diaspora chinoise, ont toujours mis sur pied ce type d’organisation traditionnelle qui leur permet de préserver leurs intérêts moraux, culturels ou économiques. Hormis les organisations politiques de l’entre-deux-guerres12, les associations chinoises n’existaient guère avant 1981. De 1939 à 1981, les étrangers en France ne pouvaient se regrouper librement en association. En 1981, le gouvernement socialiste fit abroger cette loi13 .Depuis cette date, de nombreuses associations chinoises virent le jour. Chaque groupe dialectal fonda sa propre organisation14.

5) Associations et activités économiques

32Les associations chinoises sont également des lieux générateurs d’activités marchandes. Ce sont de véritables structures d’aide aux acteurs économiques. Un des objectifs de l’adhésion d’un commerçant à l’association de son groupe est d’établir des relations d’affaires avec ses pairs. Les entrepreneurs chinois s’identifient en tant que Cantonais, Shanghaiens. Pékinois, Wenzhou. Chaozhou... Cette identité de groupe est un facteur structurel de leur organisation économique. Les relations de confiance nouées entre commerçants se concrétisent par des rapports privilégiés dans les échanges économiques : facilités de circulation de capitaux, patronage d’un membre par des prêts de fonds ou de marchandises, octroi de crédit à un confrère, constitution d’un réseau tontinier, monopole dans l’importation ou la distribution d’un produit etc. C’est sans aucun doute dans les associations que se traduit le mieux l’organisation économique des Chinois par groupes de dialecte. Depuis 1975, les Chinois ont investi dans des secteurs jusque-là inconnus : confection, hôtellerie, immobilier, bijouterie, imprimerie, boucherie, agences de voyage... Des grandes sociétés (Tang Frères, Paris Store) sont apparues dans le paysage économique parisien. Files importent et distribuent des produits venus d’Asie orientale (Thaïlande. Singapour, Hong-Kong. Taïwan, Chine, Japon...). Les plus fortes concentrations commerciales chinoises se situent dans les quartiers dit « chinois » : Belleville, Porte de Choisy, Arts-et-Métiers. Les principales activités professionnelles chinoises des années 90 sont la restauration, le commerce alimentaire (supermarchés, épiceries, traiteurs...), l’artisanat (meubles, maroquinerie), le commerce non-alimentaire (bijouterie, confection, décoration...) et les services.

Membres du bureau de l’Association des Patriotes Chinois de Cormeilles-en-Paris en 1953.
(Collection Mémoire Collective)

Membres de l’Association des Patriotes Chinois de Cormeilles-en-Paris en 1953.
(Collection Mémoire Collective)

IV. Estimation des effectifs de la population chinoise en France et dans le département de la Seine 1911-1982

33Les données statistiques (tableau ci-dessous) proviennent des sources du ministère de l’Intérieur et de l’INSEE. Les résultats des recensements de la population sont publiés, avant 1945, par la Statistique Générale de la France, et par l’INSEE après 1945. Les Annuaires Statistiques de la Ville de Paris publient depuis 1911 le nombre de Chinois (et des étrangers) dans le département de la Seine (Paris, Hauts-de-Seine, Seine St-Denis. Val-de-Marne). Les chiffres sont établis suivant les déclarations à la Préfecture de police au 31 décembre de l’année en cours. A partir de 1966, les statistiques sur les Chinois disparaissent malheureusement des colonnes réservées aux étrangers pour se fondre dans l’ensemble des Asiatiques.

  • 15 The Chinese Yearbook 1938-1939, tableau page 144, Shanghai.
  • 16 Le nombre de Chinois naturalisés clans l’entre-deux-guerres est peu important. : 15 en 1926. ; 66 (...)

34Il apparaît à la lecture de notre tableau que les effectifs de la population chinoise sont extrêmement faibles. Ces chiffres reflètent-ils la réalité ? Fondés sur le statut juridique des Chinois (nationalité chinoise), ils représentent de très loin la réalité numérique, même si d’une manière générale les statistiques du ministère de l’Intérieur sont surestimées (ne comptant que les entrées et ne déduisant pas les sorties). Exemple : il y eut au cours de l’année 1926 plus de Chinois recensés dans le département de la Seine (3 651) que dans l’ensemble de la France (2 863). Peut-on utiliser des chiffres aussi peu cohérents et peu fiables ? On sait d’autre part que les recensements de l’entre-deux-guerres sous-évaluent le nombre des étrangers en France en raison non seulement de l’imprécision des techniques de comptage mais aussi du climat de xénophobie des années 30, du mur de la langue et de la méfiance des travailleurs immigrés envers les agents recenseurs. Comment dès lors interpréter les données chinoises (émanant des autorités consulaires de Paris) qui fixent en 1935 à 17 000 le nombre de Chinois résidant en France15 ? Le Consulat chinois s’est à l’évidence basé sur des critères ethniques mais il n’est pas exclu qu’il ait quelque peu surestimé l’effectif des ressortissants chinois16.

  • 17 Debré François, La diaspora chinoise, Paris, Olivier Orban. 1976 ; Tsien Tche-Hao. L’Empire du Mil (...)
  • 18 Chiffre donné par Jacques Barou in La Frunce dans deux générations, sous la direction de Georges T (...)
  • 19 Condominas (G), Poltier (R), Les réfugiés originaires de l’Asie du Sud-est, Paris, La Documentatio (...)

35De 1945 à 1975, la population chinoise croît lentement. Elle est principalement alimentée depuis 1954 par des migrants venus de l’ex-Indochine, et jusqu’en 1975 on retient généralement le chiffre de 20 000 chinois présents en France17. Avec l’arrivée massive des réfugiés d’origine chinoise de l’Asie du Sud-est depuis 1975, l’estimation se porte à plus de 150 000 individus, toutes nationalités (juridiques), toutes origines géographiques et générations confondues. L’écart numérique est immense si l’on compare ce chiffre avec celui du recensement de 1982 qui n’a dénombré que 4 960 Chinois (cf. tableau). Selon le ministère de l’Intérieur, il est officiellement arrivé en France de 1975 à 1987 : 145 000 réfugiés Indochinois18. Il faudrait ajouter à ce nombre les quelques milliers accueillis hors des structures organisées (réfugiés entrés avec un visa de tourisme, en vertu du regroupement familial...) ; on atteindrait dès lors un total qui s’approche de 200 000 réfugiés de nationalité vietnamienne, cambodgienne, laotienne. Des études ont montré que 50 à 60 % de ces derniers sont en réalité d’origine chinoise19. Les Chinois en provenance de l’Asie du Sud-est constitueraient par conséquent une population supérieure à 100 000 personnes. En additionant à ce chiffre les 20 000 individus se trouvant en France avant 1975 et aux quelques dizaines de milliers venus depuis cette date de Chine, Taïwan, Hong-Kong, Macao, Malaisie, Singapour, Thaïlande etc., nous obtenons un total de plus de 150 000 Chinois qui vivent aujourd’hui en France. La majorité d’entre eux se sont, de tout temps, fixés à Paris et dans sa banlieue.

Conclusions

36Les Chinois de Paris ne forment pas une communauté mais une diaspora, dans la mesure où des éléments dispersés dans plusieurs pays du monde se retrouvent en France. Depuis ses origines, cette diaspora chinoise se partage en plusieurs groupes linguistiques qui s’organisent en réseaux (familiaux, économiques, financiers...). Sa constitution s’est réalisée dans des quartiers et dans des associations dialectales au sein desquelles s’élaborent les activités économiques. D’autre part, l’immigration chinoise est un phénomène ancien. Des lieux sont marqués par leur présence même si des pans entiers de leur histoire restent méconnus du public. Pourtant, dans la mémoire collective des Chinois, il existe un Paris qui leur appartient et qui témoigne de leur trajectoire migratoire. La cérémonie commémorative qui s’est déroulée près de la Gare de Lyon en 1988, manifeste une volonté de rétablir les lieux de mémoire des communautés chinoises de France.

Nombre de restaurants chinois à Paris : 1955-1965-1975

Nombre de restaurants chinois à Paris : 1955-1965-1975

Sources : Annuaires Didot-Bottin.

Nombre de Chinois en France et dans le département de la Seine par année censitaire

Nombre de Chinois en France et dans le département de la Seine par année censitaire

Sources : France recensements de la population
Dép. Seine Annuaires Statistiques de la Ville de Paris (Préfecture de police)

Notes

1 Live Yu-Sion, « Les travailleurs chinois et l’effort de guerre ». Hommes-et-Migrations, n° 1148, novembre 1991.

2 Archives des Affaires Etrangères, série E, Asie-Chine n° 491, « Les Chinois en France ». Note du Gai Brissaud-Desmaillet au Cabinet du Président du Conseil, en date du 26 juin 1925.

3 Suivant les recensements de l’entre-deux-guerres, les Chinois en France étaient au nombre de 2863 en 1926. ; 3660 en 1931 et 2794 en 1936.

4 Live Yu-Sion, « L’immigration chinoise à Boulogne-Billancourt dans l’entre-deux-guerres », Villes-en-Parallèles, Nos 15-16, 1490.

5 La population chinoise à Boulogne-Billancourt était de : Image

6 Les travailleurs chinois changeaient de train à la Gare de Lyon à Paris pour aller à Marseille prendre le bateau pour la Chine.

7 Archaimbault Charles. « En marge du quartier chinois de Paris ». Hull. Soc. Etudes Indochinoises, 1952. 28. n° 3. 3e trimestre. Nlles séries.

8 Pour une étude des activités économiques des Chinois de Paris de 1900 à nos jours, cf. Live Yu-Sion, « Les Chinois de Paris depuis le début du siècle. Présence urbaine et activités économiques ». Revue européenne des migrations internationales. Vol. 8-N° 3, 1992.

9 Simon Pierre-Jean, Les rapatriés d’Indochine. Paris. L’Harmattan/CNRS, 1981.

10 Le plus connu et le plus fréquenté des commerces d’alimentation asiatique des années 60-70 est vietnamien : Tran-Binh.

11 Live Yu-Sion. La diaspora chinoise en France. Thèse de doctorat en sociologie, EHESS. juin 1991, 2 vol. Cf. Chapitre XII. La restauration chinoise à Paris.

12 Live Yu-Sion, « Du Quartier Latin à Billancourt : une école de la politique ». Presse et Mémoire, Paris. Editions ouvrières/Génériques, 1990.

13 Associations et Immigration. Publications Fonda, 1991.

14 Les grandes associations chinoises des années 90. :
Association des Teochew en France
Association des Shanghaiens en France
Association des Hakka en France
Association des Hainanais en France
Association des Cantonais en France

15 The Chinese Yearbook 1938-1939, tableau page 144, Shanghai.

16 Le nombre de Chinois naturalisés clans l’entre-deux-guerres est peu important. : 15 en 1926. ; 66 en 1931 et 109 en 1936.

17 Debré François, La diaspora chinoise, Paris, Olivier Orban. 1976 ; Tsien Tche-Hao. L’Empire du Milieu retrouvé, Paris. Flammarion. 1979.

18 Chiffre donné par Jacques Barou in La Frunce dans deux générations, sous la direction de Georges Tapinos, Paris, Fayard, 1992, p. 261.

19 Condominas (G), Poltier (R), Les réfugiés originaires de l’Asie du Sud-est, Paris, La Documentation française, 1982 ; Ponchaud (F), Bonvin (F), Les réfugiés du Sud-est asiatique : leur insertion en région parisienne, Paris, Fors, 1980.

Table des illustrations

Légende Membres du bureau de l’Association des Patriotes Chinois de Cormeilles-en-Paris en 1953.(Collection Mémoire Collective)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/991/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 797k
Légende Membres de l’Association des Patriotes Chinois de Cormeilles-en-Paris en 1953.(Collection Mémoire Collective)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/991/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 857k
Titre Nombre de restaurants chinois à Paris : 1955-1965-1975
Légende Sources : Annuaires Didot-Bottin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/991/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Nombre de Chinois en France et dans le département de la Seine par année censitaire
Légende Sources : France recensements de la populationDép. Seine Annuaires Statistiques de la Ville de Paris (Préfecture de police)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/991/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable