Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le Paris des étrangers depuis 1945

 | 
Antoine Marès
, 
Pierre Milza

Les Algériens à Paris pendant la guerre d’Algérie

Installation, travail et conditions de vie

Benjamin Stora

Full text

  • 1 Documents Nord-Africains, publication des Études Sociales Nord-Africaine, n° 471, 9 mars 1962, pp. (...)

1Le recensement de 1954 trouve 210 000 Algériens en France, celui de 1962 fait état de 350 000. Le ministère de l’Intérieur, à la même époque estime ce nombre à 436 000. Indépendamment des considérations sur le compliqué problème de la nationalité-citoyenneté (qui est, en effet, Algérien en 1962, année du recensement en France, et de l’indépendance algérienne ?), un constat s’impose : l’immigration algérienne en France a doublé entre 1954 et 1962, très exactement pendant la durée de la guerre1.

2Evaluée au 30 septembre 1961, cette population représente globalement un peu plus de 400 000 personnes, dont 24 000 femmes ou jeunes filles et 80 000 enfants. L’on estime à 250 000 environ le nombre de travailleurs employés dans l’industrie, dont 198 026 étaient considérés au 30 juin 1961 comme présents dans les entreprises, d’après les constatations officielles effectuées par le ministère du Travail. Ces premiers chiffres permettent de caractériser la migration algérienne pendant la guerre d’Algérie comme une migration de travailleurs adultes.

3Une vue rétrospective permet de caractériser cette migration de travailleurs adultes comme un phénomène en expansion constante, le nombre des travailleurs présents en France en 1948 était d’environ 100 000. Depuis cette date, le solde positif annuel de migrants a été en moyenne de 25 000 migrants nouveaux par an, avec de considérables variations d’une année sur l’autre, variations qui tenaient soit à la situation politique en Algérie, soit à la situation économique en France.

4Rappelons que la seule immigration qui « décolle » véritablement en France, après la guerre de 1945, est celle des Algériens, puisque de 20 000 Algériens comptabilisés en 1946, on passe à 210 000 en 1954, soit 12 % de la population étrangère, alors que l’immigration classique ne reprend que lentement. Cette immigration hors ONI (les Algériens sont considérés comme français) n’a pas été le résultat d’une politique officielle. Le Plan Monnet avait certes envisagé de faire venir 90 000 Maghrébins jusqu’en 1949, mais dès 1947, on s’aperçut de l’existence de 200 000 chômeurs algériens, et un projet fut abandonné.

5En réalité, c’est la libre circulation totale instituée entre l’Algérie et la France, dès 1946, qui permet de comprendre cette accroissement massif :

  • 2 Documents Algériens, publication des services du Gouvernement Général d’Algérie, 1956, p. 75.

« Les bureaux des compagnies de navigation sont assiégés par une foule de gens décidés à partir à n’importe quel prix (un pont est payé 3 000 francs au marché noir au lieu de 700 francs). Il en est de même des compagnies aériennes. Certaines d’entre elles se spécialisent dans le transport des Kabyles. Des agents recruteurs sont envoyés en Kabylie. Bref, tous les moyens sont bons pour embarquer. L’émigration libre l’emporte désormais sur l’émigration contrôlée »2.

6Ce phénomène de la libre circulation joue également de 1954 à 1962. Même si elle se trouve soumise à de sérieuses limites, contrôle policier doublé d’un contrôle sanitaire. La faiblesse du solde de 1956 (+ 2 907) se comprend par l’exigence de demande de visas, tandis qu’est mis en place l’Office algérien de Main-d’œuvre (OFAMO) pour « la surveillance sanitaire ». Le solde franchement négatif de 1958 renvoie à une dimension strictement politique. En cette année décisive de la guerre, l’incertitude est grande sur les destinées de la société algérienne, et l’avenir de la société française.

7L’ampleur de la migration algérienne commencée en 1946 ne s’interrompt pas en 1954-1960.

Les zones de départ vers la région parisienne

8Pendant la durée de la guerre d’Algérie, les Kabylies (qui s’étendent à la fois sur le département d’Alger et de Constantine) restent la grande zone traditionnelle d’émigration.

  • 3 Jean-Jacques Rager. Les Musulmans Algériens en France et dans les pays islamiques. Publication de (...)

9Les autres régions d’émigration sont la région de Nédroma dans l’arrondissement de Tlemcen, à l’ouest du département d’Oran ; l’Aurès, très touché par la guerre, fournit également un contingent d’émigrants. Dans l’enquête effectuée en 1949, Les Musulmans algériens en France et dans les pays islamiques, J.J. Rager avait dressé la carte des régions d’émigration. Cette carte faisait ressortir l’importance des régions de montagnes qui émigrent3. L’enquête précitée avait permis de saisir 142 349 émigrés dont :

10Le recensement de la population d’Algérie (30 octobre 1954) montre que les pourcentages n’ont guère varié puisque sur 161 000 travailleurs émigrés recensés, on en compte :

11Il importe de dire quelques mots sur l’émigration des « Sahariens », qui surprend par son nombre. Emigration sporadique, limitée, purement de type patriarcal, l’émigration saharienne est orientée vers le bien du groupe et non celui des individus. Dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le travail en usine en France devait prendre le relais des activités diverses dans certaines grandes villes du Nord de l’Afrique ; toujours d’ailleurs, à l’origine du moins, dans la même optique de service du groupe. Montluçon fut, entre autres, le lieu d’implantation d’une « colonie » active de Djelfaoui. On en connaissait une autre, de Laghouat dans la ville de Paris même, et une, originaire de Touggourt, à Strasbourg.

  • 4 Documents Nord-Africains, publications des Etudes sociales Nord-Africaines : « Une tentative d’éch (...)

12Une enquête, effectuée par les successeurs de R. Montagne sur les « Nord-Africains de Paris » et de sa région recensés sur les listes de travailleurs dressées pour les élections sociales (conseils d’administration des caisses de sécurité sociale et d’allocations familiales) en 1956 faisait ressortir4 :

Les « Sahariens » dans la région parisienne (1956)

Les « Sahariens » dans la région parisienne (1956)

L’installation, le travail

13L’examen des zones géographiques en France vers lesquelles se dirigent l’ensemble des travailleurs venant des diverses régions d’Algérie pendant la guerre, indique très nettement une destination industrielle.

  • 5 Études Sociales Nord-Africaines, n° 471. 1962.

14L’on chiffre à plus de 160 000 le nombre des migrants qui se trouvent dans la région parisienne, femmes et enfants compris. Sur ce chiffre, 130 000 résident dans le département de la Seine. Viennent ensuite, par ordre d’importance, la région de l’Est, la région du Rhône, la région des Bouches du Rhône, ainsi que le département du Nord. Le recensement effectué en janvier 1959 sur l’implantation nord-africaine en métropole donnait les chiffres suivants5 :

15L’implantation dans la région de Marseille ne correspond pas toujours à des nécessités industrielles car celte région joue le rôle d’un point de passage, d’une sorte de « tête de pont » pour les migrants. Une partie importante de la population qui s’y trouve a le caractère d’une population flottante. Partout ailleurs, c’est l’emploi industriel qui justifie l’implantation.

16Dans la région parisienne, les deux secteurs majoritaires sont celui des industries mécaniques et ceux des travaux publics qui englobent les entreprises de construction. Si l’emploi du travailleur algérien sur le chantier de travaux publics ou dans l’atelier de fonderie est connu, l’on sait moins l’importance de cette main-d’œuvre pour le coulage du caoutchouc, dans les entreprises chimiques, les entreprises de manutention ou les garages. Depuis que la main-d’œuvre française répugne aux travaux accomplis par poste de huit heures, l’ouvrier algérien s’impose dans les fabriques de fibres synthétiques. De la Régie Renault, qui emploie 10 % de main-d’œuvre de souche algérienne, à la Compagnie des Compteurs, à la SOLAC et à Rodhioceta, le nombre de travailleurs algériens ne cesse de croître pendant la guerre d’Algérie. Dans les témoignages recueillis par Abdelmalek Sayad auprès des premiers arrivants algériens à Billancourt, on mesure bien le changement, le renouvellement qui s’opèrent dans l’industrie française pendant les années, 1950-1960 :

  • 6 Abdelmalek Sayad, cité par Maryse Tripier. L’immigration dans la classe ouvrière en France. Thèse (...)

« En 1949, quand j’ai été embauché chez. Renault Billancourt, on n’était pas nombreux. Il y avait pas beaucoup d’immigrés arabes comme maintenant. Il y avait déjà des immigrés de tous les pays, de toutes les races, mais c’était pas comme maintenant. On était tous mélangés les uns avec les autres, alors que maintenant tu vas dans quelques ateliers, tu ne trouves que des Arabes... A l’époque, il y avait beaucoup de Français comme nous, des manœuvres, des O.S. français6.

  • 7 Maryse Tripier, Thèse de Doctorat d’État, op. cit., p. 272.

17Dans l’usine Renault de Billancourt, la main-d’œuvre algérienne qui ne représentait que 1,4 % de l’effectif total de l’usine en 1932, passe à 5 %, en 1946 et à 11 % en 1956 ! Parlant des Algériens, Maryse Tripier note que, pendant les années de guerre, « est née une nouvelle figure ouvrière, celle de l’O.S. de la construction automobile (et plus généralement de la métallurgie) de la Région parisienne où elle a relayé la migration provinciale »7.

Dans Paris et sa banlieue, vie quotidienne et regroupement

18Si l’on compare avec les zones d’implantation depuis 1918, on peut retrouver les mêmes lieux. L’émigration de 1946-1954, après la césure de la guerre, ne fait que renouer les fils anciens. Toutefois, cette continuité d’implantation dans ces zones géographiques limitées s’accompagne d’une modification de l’intégration dans le réseau urbain.

19La population algérienne de l’entre-deux-guerres n’était pas stable, composée essentiellement de célibataires, vivant en groupes fermés avec leurs hôtels, cafés, étrangers au reste de la population. Les métiers pauvres et durs, sans amélioration et sans espoir, étaient le lot des premiers arrivés.

20Après 1945, les arrivants, mieux prévenus, plus avertis, parce que l’immigration commence à devenir une habitude, sentent moins le besoin de se grouper. Ils deviennent plus sensibles au grand brassage d’hommes, au va-et-vient perpétuel qui caractérise la vie des grandes villes.

21L’héritage du passé se maintient, mais avec des variations très accentuées.

22Il est vrai que, le plus souvent, les Algériens continuent de se regrouper par affinités villageoises.

23La rareté des logements, la cherté prohibitive des chambres d’hôtels, louées à la nuit pour un prix minimum de 500 francs, et non au mois, voilà en dernier ressort ce qui explique le comportement de l’immigré algérien, beaucoup plus que des considérations sur la structure tribale de la société algérienne ou kabyle. Il en est de même pour « les colonies de travail ». Il est plus facile pour un Kabyle (comme pour un Breton) qui débarque pour la première fois à Paris, qui parle très mal ou pas du tout le français, qui a encore l’air gauche du paysan n’ayant jamais quitté sa campagne natale, de se faire embaucher dans une entreprise où des parents, où des gens de son village se sont introduits.

24Les pratiques, appelées « patriarcales » ou « tribales », ne peuvent faire oublier qu’elles sont donc subies, imposées, aux immigrés algériens par les conditions de vie qu’ils rencontrent chez eux ou en France, ni masquer que les attitudes profondes, les aspirations sont orientées vers un tout autre but que le maintien de « liens tribaux ».

25Les Algériens, dans la région parisienne, prennent pied dans toute la périphérie et plus fermement dans le centre de Paris. En particulier, dans le quartier de la Goutte d’Or. Rues étroites, bâtisses alors surélevées et fractionnées en minuscules logements, les immigrés soumis à la stricte religion de l’Islam, viennent échouer dans ce quartier par tradition voué aux plaisirs.

  • 8 « En 1954, les émigrés savent lire et écrire l’arabe et le français dans la proportion de 16,5 %, (...)

26Modification dans la répartition de l’espace de la cité, mais également tournant en ce qui concerne l’âge des nouveaux arrivants (entre 20 et 25 ans), le niveau d’instruction et de qualification8 et, surtout, le début de l’émigration familiale.

  • 9 Cahier, n° 8, février/mars 1954, édité par le « Centre Algérien de Documentation et d’Action Famil (...)

27Dans l’enquête effectuée en 1954 par le « Centre Algérien de documentation et d’action familiale » auprès des services sociaux en contact avec les familles musulmanes en France, relevons cette observation pour montrer l’importance de la migration familiale dans les mutations internes de l’immigration algérienne : « Les envois d’argent sont pratiquement inexistants dans les cas d’émigration familiale. Preuve d’indépendance du ménage ». Ailleurs, on insiste sur « les dépenses de consommation », en particulier de vêtements et d’ustensiles,...9 que permettent des allocations familiales plus élevées en France qu’en Algérie. C’est dans cette répartition des dépenses (envois plus rares d’argent à la famille patriarcale, dépenses plus élevées de consommation) que se mesure le mieux les mutations internes, profondes de l’immigration algérienne. La prolétarisation des paysans musulmans dans les villes ouvrières de la métropole amène aussi une transformation des « tendances communautaires ». On assiste, dès ces années 1950-1954, à la métamorphose lente d’une famille paysanne en famille ouvrière, famille qui est avant tout caractérisée par la désagrégation des liens avec les ascendants et les collatéraux et la primauté du couple conjugal sur tout autre lien de parenté.

28Si l’encadrement du paysan algérien musulman au sein de la famille patriarcale et du village ne va pas disparaître par un coup de baguette magique quand cet homme débarque sur le sol de France, il n’en demeure pas moins qu’à la mentalité paysanne va succéder la mentalité ouvrière, qu’à la conscience du petit propriétaire foncier succédera progressivement celle du « prolétaire ». L’ouvriérisation consolide l’immigration. Et ce fait ne sera pas sans conséquence sur la définition idéologique de la Fédération de France du FLN.

Travailleurs algériens dans le bidonville de Nanterre en 1960. (coll. part.)

Manifestation algérienne an bois de Vincennes en mai 1955. (coll. part.)

29Dans leur froideur statistique et graphique, les notes, rapports ou tableaux ne peuvent raconter les conditions concrètes, matérielles dans lesquelles s’exerce difficilement ce maillage. Du Père-Lachaise à Belleville, d’un côté et de l’autre des boulevards, du XIe au XXe, du XVIIIe au XIXe arrondissement de la « ville Lumière », existent les mêmes décors sinistres. De petits hôtels grisâtres en petits hôtels noirâtres, se construisent les groupes de la solidarité politique. Ce sont là souvent des ghettos de célibataires, et aussi des ghettos familiaux, vers la fin de la guerre d’Algérie. Des femmes et de nombreux enfants vivent entassés dans de petites pièces alignées au fond des cours, toutes situées pareillement : de plain-pied ou en haut d’un escalier étroit, faiblement éclairé par l’unique ampoule qui pend au bout d’un fil, actionné par une minuterie s’éteignant dès que l’on s’engage sur les marches grinçantes. Le sol des paliers, fait de carrelages, est en mauvais état. Sur le palier, se trouve le seul poste d’eau de chaque étage, ainsi que dans le meilleur des cas, les WC. Dans le pire, ces derniers se trouvent dans la cour...

30Le mobilier de toutes ces chambres, au fond de toutes ces cours, est tristement semblable : un lit en fer qui occupe la moitié de l’espace, une petite armoire, une table sur laquelle est posé un bac pour se laver...

31Dans son beau témoignage autobiographique, Confessions d’un immigré, Kassa Houari décrit son arrivée dans son « logement » de la région parisienne, à Aubervilliers. Cinq années après la fin de la guerre d’Algérie, le décor est toujours le même :

  • 10 Kassa Houari, Confessions d’un immigré, un Algérien à Paris, Paris, Ed. Lieu Commun, 19X8, 250 pag (...)

« En franchissant le portail délabré, j’embrassai du regard une immense cour à ciel ouvert, de chaque côté étaient disposées en vis-à-vis des petites pièces toutes identiques ; elles étaient aussi brutes que nos modestes gourbis. Erigées à la hâte avec des parpaings, elles avaient l’aspect d’une œuvre inachevée. Les murs étaient nus, sans enduit ni peinture pour donner l’illusion ci l’œil que ces bâtisses abominables restaient tout de même dignes des hommes de notre siècle. Rien, tout était d’une laideur et d’une tristesse sans pareilles. A croire que le propriétaire de ces lieux avait été contraint de parer au plus urgent, comme pour un camp de réfugiés »10.

  • 11 Sur l’organisation politique des Algériens en France ; les « règlements de compte » très meurtrier (...)

32Dans ces conditions de misères matérielles et morales, vont s’exercer les directives de disciplines et de contrôle politique de la Fédération de France du FLN, et les représailles policières11.

Notes

1 Documents Nord-Africains, publication des Études Sociales Nord-Africaine, n° 471, 9 mars 1962, pp. 5 et 6.

2 Documents Algériens, publication des services du Gouvernement Général d’Algérie, 1956, p. 75.

3 Jean-Jacques Rager. Les Musulmans Algériens en France et dans les pays islamiques. Publication de la Faculté des Lettres d’Alger, IIe série. Tome XVII, PUF.

4 Documents Nord-Africains, publications des Etudes sociales Nord-Africaines : « Une tentative d’échappatoire des Sahariens en difficulté, l’émigration », n° 451, 30 septembre 1961.

5 Études Sociales Nord-Africaines, n° 471. 1962.

6 Abdelmalek Sayad, cité par Maryse Tripier. L’immigration dans la classe ouvrière en France. Thèse de Doctorat d’État, 1987, Université de Nantes, p. 386.

7 Maryse Tripier, Thèse de Doctorat d’État, op. cit., p. 272.

8 « En 1954, les émigrés savent lire et écrire l’arabe et le français dans la proportion de 16,5 %, alors que 9 % seulement des hommes Musulmans d’Algérie a déclaré savoir l’écrire », in Documents Algériens, op. cit., p. 106.

9 Cahier, n° 8, février/mars 1954, édité par le « Centre Algérien de Documentation et d’Action Familiale ».

10 Kassa Houari, Confessions d’un immigré, un Algérien à Paris, Paris, Ed. Lieu Commun, 19X8, 250 pages, p. 77.

11 Sur l’organisation politique des Algériens en France ; les « règlements de compte » très meurtriers entre FLN et MNA à Paris ; le dispositif d’encadrement, de surveillance et de répression à l’encontre des Algériens pendant la guerre d’Algérie, voir Benjamin Stora, Ils venaient d’Algérie. L’immigration algérienne en France, 1912-1992. Paris, Ed. Fayard, 1992, 492 pages.

List of illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/986/img-1.jpg
File image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/986/img-2.jpg
File image/jpeg, 27k
Title Les « Sahariens » dans la région parisienne (1956)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/986/img-3.jpg
File image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/986/img-4.jpg
File image/jpeg, 32k
Caption Travailleurs algériens dans le bidonville de Nanterre en 1960. (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/986/img-5.jpg
File image/jpeg, 251k
Caption Manifestation algérienne an bois de Vincennes en mai 1955. (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/986/img-6.jpg
File image/jpeg, 370k

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Buy

Print version

Loading

Unavailable