Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paris des étrangers depuis 1945

 | 
Antoine Marès
, 
Pierre Milza

Le Paris des Brésiliens en exil

Anette Goldberg

Texte intégral

1Le départ du Brésil et l’exil dans certains pays a fait partie des choix ouverts à des segments de la couche intellectuelle brésilienne immédiatement après le coup d’État de 1964 et, postérieurement, dans les années qui ont suivi l’Acte Institutionnel n° 5 du 13 décembre 1968, période de grand durcissement de la dictature militaire en place.

  • 1 Le « décrochage » (desbunde) était un des mots-clefs de la période, signifiant l’abandon de tout c (...)

2J’utiliserai le mot « exil » dans un sens large, désignant plusieurs situations d’abandon du pays en conséquence directe ou indirecte du processus politique, à savoir : 1) la recherche d’un refuge à la suite de persécutions, de pressions politiques ou de la détention de parents et/ou d’amis proches ; 2) le bannissement du territoire infligé à plus d’une centaine de prisonniers politiques échangés contre des diplomates étrangers séquestrés ; 3) l’auto-exil, souvent masqué en voyages d’études et/ou de travail – pour suivre une formation, un stage ou une spécialisation quelconque – ou alors clairement assumé comme un « décrochage »1

  • 2 On trouve des informations sur l’expérience masculine de l’exil dans les ouvrages de Fernando Gabe (...)
  • 3 Le Dire et le Faire Féministes : Une approche Socioculturelle du Brésil Contemporain Thèse de Doct (...)
  • 4 Valentina Rocha Lima, « Women in exile : becoming feminist », International Journal of Oral histor (...)

3Le vécu des Brésiliens en exil à Paris peut être examiné durant trois périodes : a) après le coup d’État de 1964 ; b) après l’Acte Institutionnel n° 5 de 1968 ; 3) après le coup d’État militaire de 1973 au Chili. Aussi diversifiés que les situations de départ du pays sont les souvenirs de ces exils, partiellement exploités dans deux volumes de mémoires et dans quelques ouvrages auto-biographiques et/ou de fiction – presque tous écrits par des hommes2. Le vécu spécifique des femmes brésiliennes, qui a constitué l’objet d’un chapitre de ma thèse de doctorat3, n’avait été traité auparavant que par deux articles, ayant pour but d’analyser le processus de « conversion » au féminisme de celles dont l’exil s’est déroulé dans un univers de type militant4.

Les exilés de l’après-64

4Entre 1964 et 1968 les départs du Brésil en raison de persécutions, de pressions politiques ou simplement par peur et par prudence ont eu pour destination notamment quelques pays latino-américains – l’Uruguay, le Chili, le Mexique, l’Argentine – mais aussi la France, la Belgique, l’Allemagne, la Suisse, l’Italie, l’Algérie, l’Union Soviétique, la Pologne, les États-Unis.

5Dans cette première vague, des artistes, un certain nombre de jeunes étudiants et des enseignants-chercheurs confirmés ont choisi de s’installer à Paris. L’ambiance de l’époque leur était favorable. L’Amérique latine suscitait un grand intérêt dans les milieux intellectuels, le statut de réfugié était facilement accordé, de même que le statut de résident salarié. Pour ceux qui avaient du talent et qui ont su exploiter les possibilités ouvertes par un certain goût de l’exotisme, il a été relativement facile de poursuivre une carrière devenue problématique au Brésil. Pour les autres, il était possible de s’inscrire à l’Université, à tous les niveaux, et il suffisait d’avoir quelques contacts parmi les universitaires pour devenir chargé de cours ou assistant de recherche. Avec un peu de chance on louait des appartements confortables dans le Quartier latin et on s’installait petit à petit dans la « ville des lumières », tout en gardant l’espoir de retourner un jour au pays, lorsque les militaires auraient été vaincus par les forces démocratiques. On se réunissait pour écrire des articles dénonçant la dictature, des manifestes de soutien au peuple brésilien à faire signer par Sartre, Simone de Beauvoir et d’autres personnalités, et pour organiser des campagnes financières.

6Mai 68 a pris cette vague d’exilés un peu au dépourvu. Pratiquement au même moment où 100 000 personnes manifestaient dans les rues de Rio contre l’assassinat d’un jeune lycéen par les forces de l’ordre, la révolte des jeunes soixante-huitards faisait que, brusquement, le coup d’État au Brésil n’intéressait plus personne. Rester en France voulait dire dès lors participer à ce qui s’y passait, apprendre et essayer de tirer des leçons valables pour la gauche brésilienne. Cela s’est traduit, entre autres, par une prise de conscience d’une identité latino-américaine, par l’adhésion à la théorie de la lutte armée prônée par le Che et diffusée par Régis Debray.

Les exilés de l’après-1968

7Entre 1969 et 1973 le départ du Brésil en raison de persécutions, pressions politiques, par peur et par précaution a pris comme destination principale le Chili, notamment après la victoire électorale du gouvernement de l’Unité Populaire. L’expérience socialiste de Salvador Allende a attiré d’un côté des Brésiliens considérés comme de « haut niveau idéologique » (c’est-à-dire ceux qui étaient prêts à participer à la construction du socialisme et ceux qui désiraient continuer à préparer clandestinement la lutte armée au Brésil en prenant moins de risques, basés dans un pays proche) et, d’un autre côté, ceux qui, à mi-chemin entre la résistance armée et le « décrochage », n’avaient pas la possibilité matérielle ou l’envie de s’installer dans un pays européen.

8Par ailleurs, quelques pays européens comme la France, l’Angleterre et l’Italie ont été choisis à la même période par un bon nombre de « décrochés » qui avaient des ressources familiales leur permettant de se lancer dans la découverte de mondes plus lointains. A Paris, ils ont fait partie de regroupements nombreux, au sein desquels ils se sont trouvés mélangés aux exilés de l’après-64 et confondus avec des militants clandestins, soi-disant de passage mais parfois très installés.

9Parmi ceux de la première vague d’exilés se trouvaient des politiciens et des intellectuels connus et ayant un poids politique considérable dans l’organisation des campagnes de dénonciation des crimes de la dictature et de solidarité avec les victimes de la répression ; parmi ceux de la seconde vague se trouvaient des personnages perçus comme des « héros révolutionnaires » – des ex-prisonniers politiques bannis du territoire brésilien, ayant été échangés contre des diplomates étrangers pris en otage – et des dirigeants d’organisations chargés de « missions politiques » ou de tâches d’infrastructure en exil.

10Compte tenu de cette composition, le climat qui régnait parmi les exilés brésiliens à Paris au début des années 70 était très spécial. D’un côté, les « réformistes » et les « révolutionnaires » de plus en plus investis dans les débats politiques sur la révolution ratée, se rencontraient pour relire Le Capital, revoir les textes de Lénine, découvrir Trotski, repenser la Révolution Culturelle. Nombreux étaient ceux qui fréquentaient régulièrement l’Université de Vincennes et puisaient des arguments dans les séminaires d’Alain Badiou, de Nicos Poulantzas, d’Yves Duroux, d’André Glucksman, de Jean-Marie Vincent et tant d’autres. De l’autre côté, les « décrochés » vivaient la découverte de la psychanalyse, accompagnée de la marginalité sociale et de la consommation de drogues. Il y a eu des accidents mortels, des suicides, beaucoup de couples se sont défaits. L’exil ne correspondait pas tout à fait à la fête imaginée et critiquée par les « durs » qui continuaient le combat au pays...

L’exil des ressortissants du Chili

11Après le coup d’État qui a renversé le gouvernement de Salvador Allende instaurant une dictature militaire au Chili, il y a eu un phénomène d’exode de ce pays d’asile de toute la colonie brésilienne qui s’y trouvait – les exilés ont dû chercher un nouveau refuge dans d’autres pays – en France, au Canada, en Belgique, en Suède, en Suisse, au Danemark, en Allemagne, au Portugal, en Mozambique, en Guinée-Bissao. Les Brésiliens, comme les hommes latino-américains de façon générale, ont tiré profit de la représentation, à l’époque encore très valorisante, du « guérillero » qui avait combattu pour la libération de son pays et pour la démocratie. Le mythe du héros révolutionnaire leur a rendu plus facile l’insertion sociale, mitigeant leur sentiment de rapetissement et la régression inévitable causée par l’éloignement du continent d’origine, par les difficultés d’adaptation à une nouvelle langue, une nouvelle culture. Beaucoup de ces hommes ont été pendant un certain temps logés et nourris par des groupes et des partis politiques d’orientations semblables à leurs organisations d’origine ; d’autres, grâce à leur passé militant et à un réseau social, ont obtenu assez vite des bourses d’étude ou des emplois relativement qualifiés.

12Dans la période 1974 et 1979 le Paris des Brésiliens en exil est devenu un lieu d’accumulation stratégique où on préparait le retour à un Brésil où un processus d’ouverture politique et de redémocratisation s’ébauchait. Plus jeunes que les exilés de la première vague, plus ouverts à la société d’accueil, moins déviants et folkloriques, ayant souvent constitué une famille et habitant les tours du XIIIe arrondissement ou des HLM de la banlieue, ils préparaient des diplômes susceptibles d’augmenter leurs chances de réinsertion future dans le pays. L’Institut d’étude du développement économique et social et l’Institut des hautes études de l’Amérique latine étaient des établissements particulièrement recherchés par cette population. Plusieurs investissaient dans la vie professionnelle et participaient à des organisations politiques intervenant dans le Comité Brésil-Amnistie.

13Quant aux femmes, cet exil s’est souvent transformé en cauchemar. En plus de tous les problèmes d’adaptation et de solitude qu’elles avaient déjà dû affronter au Chili, elles ont dû supporter la baisse du niveau de vie et de statut social du groupe familial. Comme leur passé politique n’existait pas ou était jugé sans importance à côté de celui de leurs camarades, les mêmes possibilités professionnelles ne leur étaient pas automatiquement ouvertes, et comme il fallait gagner de l’argent pour survivre, les exilées se sont vues contraintes à chercher des emplois non-qualifiés. C’est ainsi que plusieurs titulaires de diplômes supérieurs sont devenues femmes de ménage, baby-sitters, secrétaires, vendeuses et ouvrières.

14Cette plongée dans une réalité beaucoup plus dure où elles ne pouvaient pas compter sur d’autres figures féminines pour les seconder dans leurs tâches d’épouses et de mères, où elles ne bénéficiaient plus de leurs privilèges de classe leur permettant d’embaucher des domestiques et d’acheter tous les biens matériels auxquels elles étaient habituées, les a amenées à regarder autour et à prendre conscience des asymétries sociales justifiées par les différences de sexe. Et à s’organiser dans le Cercle des femmes brésiliennes de Paris, ce qui a favorisé le contact avec des groupes de femmes dans les quartiers, stimulé la participation aux meetings féministes à la Mutualité, rendu possible la réalisation de stages au MLAC et au Planning familial. Cette expérience a été très importante pour le tournant qu’a pris le mouvement féministe au Brésil au début des années 80.

15Beaucoup d’exilés brésiliens – mais pas tous – ont quitté Paris entre 1979 et 1982 pour retourner au pays et participer à sa redémocratisation. Au cours des dernières années plusieurs de leurs enfants – maintenant déjà majeurs – ont quitté le Brésil pour s’installer à Paris, lieu aimé de leur enfance et/ou du début de leur adolescence. Ils viennent, certes, parce que la situation brésilienne, qu’ils perçoivent comme catastrophique, leur donne envie de vivre ailleurs. Mais ils viennent aussi pour chercher une partie de leur identité. L’exil, le sentiment de non-appartenance au pays d’accueil, l’attente du retour au pays, cela concernait leurs parents. Eux, ils se sentent en quelque sorte exilés au Brésil. La preuve, un jeune homme à Rio qui, assistant à un match de football France-Brésil, avouait ne pas savoir de quel côté se placer parmi les supporters.

Notes

1 Le « décrochage » (desbunde) était un des mots-clefs de la période, signifiant l’abandon de tout compromis avec la lutte et la gauche militarisée au profit d’une quête de libération individuelle presque toujours associée soit à la consommation de drogues, soit à l’homosexualité.

2 On trouve des informations sur l’expérience masculine de l’exil dans les ouvrages de Fernando Gabeira, O que E Isso Companheiro, Rio de Janeiro, Codecri, 1979 ; Alfredo Sirkis, Roleta Chilena, Rio de Janeiro, Record, 1981 ; Herbert Daniel, Passagem para o Proximo Sonho ; Rio de Janeiro, Codecri, 1983 ; Reinaldo Guarany, A Fuga, São Paulo. Brasiliense, 1984.

3 Le Dire et le Faire Féministes : Une approche Socioculturelle du Brésil Contemporain Thèse de Doctorat en Histoire et Civilisations (sous la direction de Michelle Perrot), Université de Paris-7, 1991.

4 Valentina Rocha Lima, « Women in exile : becoming feminist », International Journal of Oral history, 5(2), juin 1984 et Angela Maria Cunha Neves, « Femmes brésiliennes en exil : la quête d’une identité », Cahiers des Amériques Latines, Paris, 26, juil-déc. 1982.

© Publications de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable