Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paris des étrangers depuis 1945

 | 
Antoine Marès
, 
Pierre Milza

Un miroir déformant ? Les Latino-Américains à Paris depuis 1945

Denis Rolland et Marie-Hélène Touzalin

Texte intégral

  • 1 François-Xavier Guerra, « La lumière et ses reflets : Paris et la politique latino-américaine » in (...)

1Pour les Latino-Américains, la confusion entre Paris et la France est inévitable. La France, précise F-X. Guerra, est souvent perçue comme un « être idéal » qui s’identifie dès le xixe siècle à un « nouveau système de valeurs et ce nouveau système de valeurs, c’est de Paris qu’il rayonne »1; ainsi les élites latino-américaines sont l’un des meilleurs reflets de la lumière supposée de Paris. Première remarque donc, nous adopterons une optique ne distinguant pas toujours Paris de la France.

  • 2 Le terme apparaît en France en 1856 mais est une création de Latino-Américains de plusieurs nation (...)
  • 3 Dans de nombreuses statistiques, le Mexique est placé en Amérique centrale ; Amérique du Sud et Am (...)

2Deuxième remarque : vouloir être précis quand on veut évoquer les Latino-Américains à Paris depuis 1945 est une gageure. Avec ses vingt États continentaux et un ensemble insulaire caraïbe allant de Cuba et d’Haïti à Trinidad et Tobago, l’Amérique latine échappe à toute définition strictement disciplinaire, linguistique en particulier. Si nous retenons néanmoins le terme de Latino-Américains, c’est que ce terme, globalisant et imparfait, mis en œuvre dès le Second Empire par la France, est rapidement2 celui d’une perception par l’Ancien monde d’un agrégat communautaire au Sud du Rio Grande et des côtes de Floride, un ensemble, en dépit d’une nomenclature souvent hésitante3, y compris statistique, parfois indémêlable... Même si par exemple Argentins et Haïtiens n’ont guère le sentiment d’appartenir à un ensemble culturel réellement commun et si les uns peuvent passer en France pour « Européens » et les autres pour « Africains ».

3Dernière remarque : étudier les Latino-Américains depuis 1945, c’est, en s’interrogeant sur le caractère durable des mutations intervenues, considérer a priori, sur fond de déclin des relations entre France et Amérique latine, une évolution séculaire dans ses derniers moments : la présence des Latino-Américains à Paris s’explique encore partiellement par des liens construits au siècle passé. C’est ensuite examiner l’impact des changements intervenus à la fin des années soixante, avec un afflux inédit de réfugiés incluant de nouveaux milieux sociaux, des nationalités jusque-là peu représentées, à un moment où la présence latino-américaine à Paris demeure un miroir de l’histoire politique latino-américaine.

4Parce que sur ce sujet on a peu écrit et avec peu de distance, nous tenterons de brosser à grands traits l’évolution et la nature de cette présence latino-américaine à Paris ; restreinte, elle a paradoxalement touché de plein fouet une partie des élites culturelles et politiques françaises. C’est pourquoi nous préciserons les mécanismes de trompe-l’œil affectant la perception de cette communauté, notamment les modalités et réseaux français de contact avec les Latino-Américains.

Un reflet ancien renouvelé :

Les élites et l’héritage francophile lézardé

  • 4 F.-X. Guerra, art. cité., p. 173.

5En 1940, la chute de Paris, puis de la France, avait été l’objet en Amérique latine de démonstrations d’attachement à des valeurs francophiles dans la lignée du « gallicisme mental » du poète nicaraguayen Rubén Darío : attachement traditionnel de membres des groupes sociaux latino-américains les plus élevés « par la fortune parfois, mais presque toujours par la culture »4 à un pays-symbole. Toutefois domine désormais le sentiment d’un échec, celui des démocraties européennes et de leur système d’alliance. L’Europe est considérée comme « ne donnant plus l’exemple ». La guerre ouvre une nouvelle étape – complexe – de l’effritement des modèles européens en Amérique latine. Les liens économiques ténus entre l’Amérique latine et la France sont annihilés et les voyages des Latino-Américains à Paris sont suspendus.

6La nouvelle de la Libération parcourt tel un frisson la plupart des élites culturelles latino-américaines. Paris, préservée d’une destruction imminente, ville libérée ? Plusieurs métropoles du sous-continent saluent alors avec enthousiasme et manifestations de rues, la ville-musée, mausolée de valeurs universalistes issues de la Révolution française.

  • 5 Archives du ministère français des Affaires étrangères (AMAE), Guerre 1939-1945, Alger CFLN, Améri (...)

7La France libre qui, en matière de propagande culturelle, a beaucoup travaillé pendant la guerre en Amérique latine, pouvait constater que « l’influence spirituelle dont jouissait la France dans ces pays avant la guerre est restée presque intacte »5. Pourtant, la défaite, le spectacle des luttes entre Français et l’interruption des relations commerciales ont durablement porté atteinte au prestige de la métropole culturelle.

  • 6 Par exemple « la France nous accueille de nouveau comme une grande mère spirituelle », S. Martinez (...)
  • 7 AMAE, Guerre 1939-1945. Alger CFLN. 1300 (102) 20-09-1942.

8Dans l’immédiat après-guerre se rencontrent encore d’innombrables manifestations concrètes ou oratoires de francophilie en Amérique latine6. Mais ces déclarations sont à mettre en regard d’une présence culturelle et économique nord-américaine partout accrue : vis-à-vis de celle-ci, le rappel du lien traditionnel à la culture française sert parfois de – fragile – rempart, souvent d’argument potentiel de contestation et de diversification des présences étrangères. Cela contribue sans doute à expliquer que nombre de chancelleries latino-américaines aient fait alors savoir qu’elles verraient « avec la plus franche sympathie l’inclusion de la France parmi les membres permanents du conseil (de sécurité de l’O.N.U.) en hommage (...) à son rôle spirituel et à l’élévation de sa culture »7.

Des liens apparemment renoués

  • 8 Nombre des précisions suivantes sont extraites de J. Chonchol et G. Martinière, L’Amérique latine (...)

9Dès la Libération, on observe la création d’une multiplicité d’institutions destinées en principe à relancer les relations diplomatiques et économiques franco-latino-américaines. En fait il s’agit surtout, si l’on examine les choses dans le long terme, d’institutions à vocation de conservatoire culturel8... Et les résultats sont très inférieurs aux espérances.

  • 9 Ces liens se prolongent après-guerre : ainsi, les élèves de Fernand Braudel se partagent, dans un (...)

10L’ensemble des initiatives marque une certaine continuité d’affinité intellectuelle renouvelée dans les années 1930 et surtout durant les années de guerre. Des liens profonds s’étaient alors noués au Brésil autour de l’université de São Paulo, de Fernand Braudel, Claude Lévi-Strauss ou Pierre Monbeig, et à une moindre échelle de Bernanos ; en Colombie et au Mexique autour, notamment, de Paul Rivet et Jacques Soustelle ; autour aussi de Roger Caillois en Argentine 9... Tandis que sont créés en Amérique latine des instituts français destinés à prolonger l’effort francophile mené pendant le conflit (1944, Mexico, IFAL ; 1945, Port-au-Prince ; 1947, Santiago du Chili ; 1948, Lima, IFEA), sont, en miroir, inscrits dans la géographie parisienne des lieux de rencontre, d’accueil à l’enseigne de l’Amérique latine :

111945 : Maison de l’Amérique latine

121946 : Chambre de commerce France-Amérique latine

131947 : Groupe parlementaire d’amitié France-Amérique latine.

  • 10 Organisation internationale à vocation culturelle créée en 1954.

14Paris, où s’installe bientôt l’UNESCO avec le soutien actif de plusieurs gouvernements latino-américains, est ainsi dans l’immédiat après-guerre réinvestie d’une partie de sa charge symbolique par ces réseaux diplomatiques et universitaires. La capitale peu à peu se repeuple de Latino-Américains éminents, dans la veine, classique depuis le xixe siècle, de la présence latino-américaine à Paris. Quelques exemples pour le seul cas brésilien : le président d’honneur de la Maison d’Amérique latine lors de sa fondation est l’ambassadeur de Souza Dantas, déjà en poste à Paris puis à Vichy ; le délégué permanent du Brésil auprès de l’UNESCO, Paulo Berredo Carneiro, devient le premier délégué général de l’Union latine10, tandis que l’économiste et futur ministre Celso Furtado, jeune étudiant, vient passer sa thèse à Paris. C’est enfin au centre de la bohème, dans un hôtel du Quartier latin, que l’écrivain et député communiste destitué, Jorge Amado, choisit de s’installer.

  • 11 Dans ses locaux provisoires de la Sorbonne.

15La relance semble culminer avec l’inauguration en 1954 de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine11 ; symboliquement installé deux ans plus tard dans la même rue que le prestigieux Institut des études politiques, n’aura-t-il pas, selon le recteur Jean Sarrailh, la possibilité de confier des cours à des « maîtres américains résidant à Paris » et de demander des conférences à « d’illustres Américains de passage » ?

Les dictatures au secours de la francophilie et du rayonnement parisien ?

16Avant 1945, la présence des Latino-Américains à Paris et en France subissait assez modestement les variations de la conjoncture politique latino-américaine. A première vue, l’exil – sous toutes ses formes – latino-américain, joint aux mutations des transports océaniques, a pesé depuis plus lourdement. Qu’en est-il vraiment ?

17En 1946, le nombre des Latino-Américains en France atteint son niveau séculaire le plus bas : 3 791 personnes recensées, soit le quart de la présence de 1931 et le tiers de celle de 1901. Seize ans plus tard, avec un contingent de 6 933 personnes recensées en 1962, cette communauté n’a toujours pas retrouvé, le niveau des années trente, années pourtant de crise économique et de crise aiguë des modèles européens pendant lesquelles s’était aussi amorcé le déclin du voyage en France.

  • 12 Le poète Pablo Neruda, le peintre Carlos Scliar, les scientifiques Mario Schemberg, Jacques Danon (...)

18Alors que l’Amérique latine connaît une nette croissance industrielle après les difficultés de l’après-guerre, la France de la Guerre froide ne se fait guère accueillante ; elle retire par exemple au brésilien Jorge Amado son permis de séjour12. Accaparée par ses guerres coloniales, elle suscite critiques et méfiance. Lancée dans la reconstruction et son propre développement industriel, se tournant vers l’Europe, elle investit peu vers l’étranger lointain et peine à réanimer des relations commerciales ténues.

  • 13 Relations culturelles, scientifiques et techniques, bilan 1968-1969, présentation de Maurice Schum (...)

19Un fil se renoue cependant, renforcé par la stabilisation de la Ve République. A l’attraction qu’exerce la capitale d’un pays qui retrouve sous la présidence du général de Gaulle ambition et audience internationales, d’un pays qui s’est ouvert (André Malraux intervient pour que l’on redonne son permis de séjour à Jorge Amado), s’ajoutent les effets d’une réelle politique de redéploiement menée en particulier en direction du sous-continent. En 1964, le voyage présidentiel dans dix capitales latino-américaines donne l’occasion de reprendre le discours traditionnel sur le thème ancien des affinités qui unissent la France et l’Amérique latine : il amorce aussi une politique de coopération culturelle et technique fondée sur la signature d’accords prévoyant tant l’envoi d’étudiants et chercheurs latino-américains en France que de coopérants français en Amérique latine. Ainsi en 1968-1969, 526 Latino-Américains dont 220 Brésiliens, 111 Mexicains et 101 Argentins sont inscrits dans l’académie de Paris : ils y forment le premier contingent « régional » de boursiers universitaires étrangers13.

Un écho sans précédent

  • 14 On consultera non sans réserve mais avec profil l’ouvrage de Jeannine Verdès-Le-roux. Lu lune et l (...)

20Dans cette décennie des années soixante, l’arrivée de Fidel Castro au pouvoir à La Havane puis l’évolution politique du gouvernement cubain contribuent à bouleverser, avec les réseaux du latino-américanisme français, les cadres de la perception française de l’Amérique latine. La focalisation d’une partie de l’anti-américanisme et du militantisme anti-impérialiste français contre l’embargo nord-américain, la mise en œuvre du voyage à Cuba par une partie de l’intelligentsia française14, l’émergence d’une mythologie positive du guerrillero révolutionnaire autour du personnage de Che Guevara (ce nom fut un des cris de ralliement des étudiants parisiens de 1968), tout cela tend à modifier radicalement la pensée française, parisienne, de l’Amérique latine et des Latino-Américains. à changer profondément les réseaux de relation avec ces derniers, vivant en majorité à Paris.

  • 15 On peut évoquer par exemple la revue Recherches et Débuts du Centre catholique des intellectuels f (...)
  • 16 Au Paraguay dès 1954, au Brésil en 1964, en Argentine entre 1966 et 1973 et surtout après 1976, en (...)

21La dominante affichée des relations est désormais moins diplomatique et universitaire que militante et de gauche (encore que cela ne soit pas exclusif) : se développe un latino-américanisme « d’actualité » lié en particulier aux cercles de journalistes, éditeurs, économistes préoccupés par les problèmes du développement d’une Amérique latine qui a rejoint le tiers-monde15. Au sein de réseaux militants, ouverts aux contacts et aux échanges avec le sous-continent, se constituent autant de liens professionnels, idéologiques, amicaux, familiaux parfois (on pense aux familles Debray, Joxe, Pisani...) ; et ces liens permettent de comprendre l’accueil solidaire qui fit de Paris depuis la fin des années 1960 une des destinations privilégiées des Latino-Américains contraints à l’exil par la montée des dictatures16. Parmi les premiers arrivés, les Uruguayens ; les Brésiliens, ainsi l’économiste et futur ministre Celso Furtado ; les Argentins parmi lesquels les économistes Julio César Neffa, Moïse Ikonikof... Sans oublier quelques Colombiens dont le président du M19 colombien Navarro Wolf.

  • 17 Nombre de ceux qui pourraient prétendre à la qualité de réfugiés ne souhaitent pas être considérés (...)

22Réfugiés, en attente de statut ou, pour la majeure partie d’entre eux, avec des autorisations de séjour traditionnelles, ce qui les rend difficiles à recenser17, ces Latino-Américains demeurent toujours en nombre modeste. Toutefois leur insertion, plus ou moins aisée, au sein des institutions françaises de recherche et d’enseignement, leur voisinage avee ou leur immersion dans les réseaux militants de gauche français donne à leur présence un fort relief, un écho très surdimensionné.

  • 18 Expression que P. Kalfon présente comme d’origine chilienne mais qui ne semble-pas se trouver dans (...)

23C’est avec le renversement du gouvernement chilien d’Unité populaire en septembre 1973 que se cristallise l’image qui fait des Latino-Américains de Paris une communauté d’exilés politiques. Au cours des années 1960, la gauche française, avec une partie de la jeunesse, avait puisé ses rêves dans l’épopée castriste (puis vécu les désillusions). Au début des années 1970. à travers l’expérience de révolution dans la légalité conduite par le Président Allende, cette gauche a conçu le possible : l’unité autour d’un Président socialiste élu et la construction socialiste de la société. Un correspondant du Monde n’a-t-il pas accrédité en France l’expression de « Mitterrand-Allende français »18 ? La rupture brutale du scénario sera vécue comme un drame, au milieu de polémiques franco-françaises si vives que ce quotidien n’hésite pas à intituler une de ses revues de presse : « Santiago sur Seine ». Les initiatives de l’ambassadeur de France à Santiago, le soutien qu’il reçoit de son gouvernement, la mobilisation de l’opinion autour de l’ensemble des partis et syndicats de gauche, communiste et non communiste, aboutissent à l’organisation d’un plan d’urgence pour accueillir tous ceux qui ont trouvé asile à l’ambassade de France à Santiago.

Affiche du « Comité coordinateur de la gauche chilienne à Paris ». 1974. « Les liens militants » 1.

  • 19 Office français de protection des réfugiés et des apatrides.
  • 20 Seuls les réfugiés adultes sont recensés, les femmes mariées ne sont pas toujours prises en compte (...)
  • 21 Savoir-faire qui connaît un nouveau développement entre 1975 et 1978 tant lorsqu’il s’agira d’accu (...)
  • 22 Comité inter-mouvements auprès des évacués ou service oecuménique d’entraide.
  • 23 Créée en 1970, disposant de 2 permanents en 1973 et 50 en 1976 (20 au siège parisien et 30 en prov (...)
  • 24 Cf. E. Saenz Carrete. Les cadres socio-politiques de l’adaptation des réfugiés latino-américains e (...)

24A partir du 4 novembre 1973 (date à laquelle débarquèrent à l’aéroport d’Orly les 24 premiers réfugiés munis de saufs-conduits délivrés par la Junte) à la fin du deuxième semestre 1974, les arrivées se succèdent, l’essentiel des transferts s’effectuant entre février et mai 1974. Combien sont-ils ? Le 30 janvier 1975, l’OFPRA19 dénombre en France 1 021 réfugiés latino-américains inscrits dont 63 % sont chiliens ; à la fin de cette même année, le chiffre officiel est de 1 570... sur un total de réfugiés de 127 97920 ! Incertitudes des statistiques et éclatement des structures d’accueil reflètent l’improvisation et la solidarité mise en œuvre. Par la coordination qu’elles exercent, fondamentaux sont l’activité et le savoir-faire21 d’organisations bénévoles comme la CIMADE22, le SSAE (Service social d’Aide aux émigrants), ou France-Terre d’Asile23. Mais, sous la pression des événements, l’État accroît parallèlement sa participation : avec l’afflux des réfugiés en provenance du Chili, l’on passe au milieu des années soixante-dix du cas par cas à la mise en place de structures d’accueil collectif. En ce sens, l’accueil fait aux réfugiés en provenance du Chili est une ébauche des moyens qui seront utilisés pour les réfugiés vietnamiens24.

LES LATINO-AMERICAINS EN FRANCE 1901-1990 (résidents)

LES LATINO-AMERICAINS EN FRANCE 1901-1990 (résidents)

source : INSEE

  • 25 Source : préfecture de police, bureau des étrangers.

25Avec 2 360 résidents en France en 1975, les Chiliens passent un temps au premier rang des communautés latino-américaines du pays (6 272 sur 29 180 en 1982). Néanmoins, à la fin des années soixante-dix, ils sont moins de 400 dans la capitale sur un total de 4 864 ressortissants originaires d’Amérique latine – représentant eux-mêmes seulement 1,5 % des étrangers recensés à Paris (1978). En ne tenant compte que des réfugiés, si les Chiliens représentent alors 44,5 % des quelques 495 Latino-Américains de la capitale, ces derniers ne représentent que 4 % des réfugiés de la capitale25. Mais il faut là considérer que nombre d’exilés n’ont pas obtenu le statut de réfugié ou pas voulu se doter de cette étiquette.

  • 26 Par rapport aux autres Latino-Américains.

26Le flux des Chiliens reste néanmoins modéré par rapport à l’ensemble, modeste, de la communauté latino-américaine ; ainsi se dissipe la généralisation abusive qui a parfois tendu à assimiler tout Latino-Américain à un réfugié patenté. En fait, à Paris comme en France selon un constat valable depuis la Seconde Guerre mondiale, pour les résidents, Brésiliens et Argentins dominent, quantitativement suivis des Colombiens, Vénézuéliens ou Mexicains. L’arrivée des réfugiés chiliens, qui ont un taux de résidence à Paris particulièrement faible26, n’a pas modifié intra muros cette hiérarchie des nationalités.

  • 27 2 groupes brésiliens ; 2 boliviens ; 1 mexicain ; 1 dominicain, 1 haïtien.
  • 28 L’on peut alors dresser une typologie « par objectif » de ces comités (Cf. Saenz, ouvr. cité) : il (...)

27Toutefois, une partie de plus en plus importante de la diaspora latino-américaine développe alors une activité militante donnant naissance à une multiplicité de comités, collectifs, groupes ou associations. En liaison souvent avec des militants français, ils s’organisent en banlieue et autour de quelques pôles parisiens ; parmi ces derniers, le 14 de la rue de Nanteuil où siège le Centre international de la culture populaire (CEDETIM/Centre d’études anti-impérialistes), le local de la rue du Théâtre prêté par le conseil presbytéral, ou bien celui de l’église Saint-Eustache, rue Montmartre, communément appelé « La pointe », organisé en 1976 par le vicaire Denis Perrot en point de ralliement d’une communauté dispersée... Si, entre 1968 et 1973, il est possible de répérer grâce à quelques tracts ou affiches les traces d’environ sept groupes plus ou moins constitués27, quelques années plus tard c’est une Coordination des comités latino-américains » réunissant vingt comités et associations diverses qui se met en place : elle est particulièrement active dans sa tentative de mobilisation de l’opinion en faveur du boycott de la coupe du monde de football en Argentine en 1977-1978, milite en faveur du Nicaragua ou se met au service de causes plus ponctuelles, qu’il s’agisse de faire circuler une information, de soutenir les familles de disparus ou bien encore d’agir en faveur de prisonniers politiques comme le pianiste uruguayen Miguel A. Estrella28...

Le Brésilien Jorge Amado à Paris, en 19X9.
Extrait de Leenhardt Les Amériques latines en France, Gallimard p. 108.
Référencée cliché x sans copyright.
Crédit photo : « D. R. ».

  • 29 Selon une formule de J. Lang citée par Le Monde, 20 mai 1981.

28Quelle autre partie du monde est enfin davantage présente dans la mise en scène parisienne conçue pour saluer l’élection de François Mitterrand à la Présidence et son entrée en fonction en mai 1981 ? La capitale du pays qui, selon ses nouveaux dirigeants, « reprend le flambeau de la défense des libertés et des droits de l’homme »29 sait la valeur des symboles : aux côtés du Président socialiste, l’on voit ainsi, outre l’écrivain mexicain Carlos Fuentes, l’écrivain colombien Gabriel Garcia Marquéz., l’écrivain vénézuélien Miguel Otero Silva, la veuve du président chilien Allende et celle du poète, Prix Nobel, et ambassadeur en France Pablo Neruda...

Eléments de typologie d’une présence

Un poids numérique faible

29Depuis dix ans, la part des étrangers dans Paris représente plus de 15 % de la population totale : la ville est plus cosmopolite qu’elle ne le fut jamais au cours du siècle, même si la seule évolution des transports et la mondialisation des échanges expliquent une partie d’un phénomène commun à la plupart des capitales des pays développés. Les Latino-Américains ont pour leur part contribué à modeler cet aspect de la capitale française. De 1978, année où ils étaient 4 864 à résider à Paris, à 1990, année où l’on en recense 11 939, les Latino-Américains ont, globalement, plus que doublé leur présence (x 2,3) alors que dans le même temps la population étrangère connaissait une très légère diminution en valeurs absolue et relative. Comptant, à la fin des années soixante-dix, pour 1,5 % de cette population étrangère, les Latino-Américains en représentent, au début des années quatre-vingt-dix, 2,8 %. Cette croissance relative et spécifique des Latino-Américains à Paris par rapport aux résidents étrangers s’explique tant par la forte proportion d’étudiants parmi les Latino-Américains (ils représentent 10 à 12 % des étudiants étrangers contre 1,3 % maximum du total des résidents en France) que par le niveau de vie relativement élevé des Latino-Américains qui s’expatrient vers la France.

30En fait, les chiffres annexés peuvent surprendre par leur faiblesse l’élite culturelle française contemporaine de cet exil : à force de croiser la communauté latino-américaine, de parfois la fréquenter, cette élite a fini –surtout à Paris– par surestimer notablement et la présence latino-américaine et la proportion de réfugiés.

  • 30 Insee-Documentation française. Recensement 1982, Les étrangers. En 1975 : 17 010/344 2415. En 1982
  • 31 180 selon INSEE-INED, Tableaux démographiques/3 680 100.

31Certes, depuis la Seconde Guerre mondiale, le nombre des Latino-Américains, des Caraïbes à la Patagonie, est en France en lente augmentation asymptotique. Néanmoins l’apport au total de la population étrangère demeure très réduit : l’effectif global des Latino-Américains croît sensiblement de 0,5 % en 197530 à 0,8 % en 198231 et 1,3 % (45 478 Latino-Américains / 3 607 590 étrangers) en 1990 ; mais, et on voudra bien nous pardonner le caractère provocateur de la comparaison, il reste numériquement inférieur à celui des seuls Laotiens ou Sénégalais par exemple – pays de l’ancien empire colonial français il est vrai.

  • 32 29 180 sur 3 714 200 (erreurs in INSEE-Documentation française, ouvr. cité).

32Les Sud-Américains, toutes nationalités confondues, sont nettement moins nombreux à Paris que les seuls citoyens des États-Unis : 34,6 % contre 42 % du total des Américains à Paris ! Pourtant, à l’aube du mouvement de démocratisation en 1982, près d’un Latino-Américain sur quatre (22,7 %) réside dans le département de Paris (4 864 en 1978, 6 613 en 1982 et 11 535 en 199232) ; en 1991. 26,3 %. Précisons que la résidence varie selon les nationalités : aux extrêmes, en 1990 comme en 1982, Colombiens (42,1 % en 1982 de résidents à Paris) et Chiliens (8,1 %, seul cas de diminution en 1990).

La résidence des Latino-Américains dans le département de Paris

La résidence des Latino-Américains dans le département de Paris

(Préfecture de Police/INED-INSEE, Tableaux démographiques)

Brésiliens puis... Haïtiens

33Argentins et Brésiliens représentent depuis le début du siècle et jusqu’en 1968 les principaux contingents des Latino-Américains en France ; dès le recensement de 1975 cependant, le Chili s’intercale au deuxième rang, passant au premier rang en 1982 ; la contribution haïtienne (2e rang en 1982) a affirmé ensuite sa suprématie.

34Au premier rang des Latino-Américains à Paris, l’on trouve les Brésiliens en 1978 (1 170) comme en 1991 (2 602), suivis en 1978 par les Argentins (784) relégués en 4e rang (1 240) en 1992 derrière les Haïtiens et les Colombiens. Si pour les Brésiliens, l’importance des liens universitaires franco-brésiliens explique une partie de cette primauté, pour les Haïtiens, raisons économiques et politiques s’associent pour expliquer tant la forte progression numérique que la faible résidence à Paris, tandis que, pour la Colombie, il semble que la montée de l’insécurité s’associe à un niveau de vie demeuré élevé des élites et à une francophilie persistante... au moins pour l’éducation féminine.

LES AMERICAINS A PARIS 1991

LES AMERICAINS A PARIS 1991

source : préfecture de police
EUROPEENS ET AMERICAINS A PARIS 1991

LES LATINO-AMERICAINS A PARIS 1978

LES LATINO-AMERICAINS A PARIS 1978

source : Ministère de l’Intérieur

LES LATINO-AMERICAINS A PARIS 1991

LES LATINO-AMERICAINS A PARIS 1991

source : préfecture de police

LES LATINO-AMERICAINS A PARIS 1978-1992

LES LATINO-AMERICAINS A PARIS 1978-1992

Le poids trompeur des réfugiés

  • 33 Le nombre des résidents à Paris est en fait surestimé par les statistiques : il est notoire en Ile (...)

35Les réfugiés pourtant apparemment si « visibles » demeurent peu nombreux à Paris : en 1978, 494 (10,2 % des Latino-Américains de la capitale) et en 1992, 2 516 (21,8 %). Mais ces données ne sont pas globalement significatives : tandis qu’en 1978, les réfugiés sont pour plus des trois quarts originaires du Cône sud (Chiliens à 44,5 %), en 1992 les réfugiés haïtiens (premier groupe des réfugiés à Paris depuis 1980 et ne cessant de se renforcer depuis33) constituent la moitié du contingent total (50 %) et les Chiliens désormais quelques 20 % seulement, ce qui correspond en valeur absolue à une diminution par rapport au maximum de 1981.

LES LATINO-AMERICAINS A PARIS, RESIDENTS ET REFUGIES

LES LATINO-AMERICAINS A PARIS, RESIDENTS ET REFUGIES

LES REFUGIES LATINO-AMERICAINS A PARIS. 1985 et 1988 estimations

LES REFUGIES LATINO-AMERICAINS A PARIS. 1985 et 1988 estimations

source : Pref de police

LES LATINO-AMERICAINS A PARIS 1978

LES LATINO-AMERICAINS A PARIS 1978

source : Ministère de l’Intérieur

Une féminisation récente

  • 34 C’est-à-dire depuis la fin de la période de libéralisation. J.-C. Duvalier ordonnant en novembre u (...)

36En 1978 encore, la prédominance masculine était nette à Paris, sauf dans le cas brésilien : le séjour à Paris, qui est – cas haïtien excepté – rarement motivé par des raisons économiques34, coûte cher. Dans des sociétés à dominante masculine, le voyage est d’abord masculin. En 1991 cependant, la féminisation est généralisée (55,4 %). Ce dernier phénomène se constate pour l’ensemble de la population étrangère en France (43 % en 1982 contre 40 % en 1975) : il est particulièrement précoce et vif pour l’Amérique latine. Comment l’expliquer et que dire de l’anticipation brésilienne ? Nette pour le monde étudiant, la dominante de plus en plus strictement culturelle rentre assurément en ligne de compte, tandis que se renforce parallèlement la destination nord-américaine jugée plus prestigieuse et économiquement « rentable » pour la population masculine latino-américaine.

37Quoiqu’il en soit, dans les 25 ans au moins suivant le retour à la paix en Europe, se perçoit encore une caractéristique ancienne de la présence latino-américaine à Paris : c’est une élite, culturelle et sociale, dont il faut détailler les caractéristiques.

Source : préfecture de police 1978
REPARTITION PAR SEXE DES LATINO-AMERICAINS A PARIS

Source : préfecture de police 1991
REPARTITION PAR SEXE DES LATINO-AMERICAINS A PARIS

Le rayonnement intellectuel de Paris

38Paris demeure une destination privilégiée de l’élite dorée latino-américaine : ainsi, jusqu’à l’aggravation de la crise économique au début des années 1980, les Latino-Américains restent, les statistiques le confirment, des clients privilégiés de l’hôtellerie de luxe parisienne.

  • 35 Le coût du voyage est rédhibitoire.

39Les études sont aussi l’occasion du voyage transatlantique. Toutefois les étudiants latino-américains ne représentent depuis 1945 que moins de 10 % des étudiants étrangers en France35.

PARIS : FREQUENTATION TOURISTIQUE (NUITS)

PARIS : FREQUENTATION TOURISTIQUE (NUITS)

ETUDIANTS ETRANGERS A PARIS 1980

ETUDIANTS ETRANGERS A PARIS 1980

source : préfecture de police (au 31-12-1980)

40Les matières dans lesquelles ils poursuivent (en France) un cursus sont nettement plus littéraires que pour la moyenne des étudiants étrangers : l’exemple des étudiants brésiliens (graphique) est probant même s’il faut tenir compte des liens prestigieux (Braudel, Lévi-Strauss, Monbeig...) entre Brésil et France en sciences humaines et sociales et, de plus, du développement remarquable de ces disciplines en Amérique lusophone ; ajoutons que ces choix « littéraires » renforcent la féminisation de la présence latino-américaine en France.

ETUDIANTS ETRANGERS A PARIS 1985

ETUDIANTS ETRANGERS A PARIS 1985

source : préfecture de police (au 31-12-1985)

LES ETUDIANTS BRESILIENS 1990 EN France. Moyenne des étudiants étrangers [ ]

LES ETUDIANTS BRESILIENS 1990 EN France. Moyenne des étudiants étrangers [ ]

source : OMI 199]

Les études des étrangers en France (1990)

Les études des étrangers en France (1990)

(source ONI 1991)

  • 36 L’affirmation selon laquelle les Latino-Américains constitueraient le groupe le plus important d’é (...)

41L’impact de cette présence étudiante est aisément décelable : outre Celso Furtado déjà cité, membre futur du gouvernement brésilien, le précédent Président péruvien, Alan Garcia, a étudié à l’IHEAL et à la Maison des Sciences de l’Homme, se faisant connaître à Paris comme bon chanteur de ranchera ; le ministre des Affaires étrangères argentin de Raúl Alfonsin, Dante Caputo, a été élève à l’Institut d’Études politiques et a suivi des cours à l’IHEAL avant de devenir un président de l’Assemblée générale des Nations-Unies parfaitement francophone puis l’envoyé spécial des Nations-Unies à Port-au-Prince depuis la chute du Président Aristide. Le Chilien Carlos Ominami, qui a longtemps séjourné en France, y compris en tant que membre du CNRS, était, il y a peu encore, ministre de l’Économie du gouvernement de Patricio Ailwyn. D’autres ont moins de notoriété publique. Tel le général Lucas, militaire guatémaltèque formé à Saint-Cyr et marié à une Française, fort admirateur des méthodes de l’armée française en Algérie et maître en « maintien de l’ordre » dans son pays. Tel encore Maximiliano Duran, un des fondateurs du Sentier Lumineux employé quelques temps en France par le Commissariat à l’énergie... solaire. Les étudiants en France continuent ainsi d’irriguer ultérieurement les élites, politiques et culturelles, latino-américaines. Mais les études des Latino-Américains en France sont de plus en plus « culturelles »36... et féminines. Étudiants « scientifiques » ou « commerciaux » aux États-Unis, étudiantes « culturelles » en France, tel est fréquemment le choix des familles des élites latino-américaines. L’accès de francophiles aux postes clés politiques et économiques est de plus en plus compromis.

  • 37 En 1990 35,3 % des étudiants brésiliens étudient en littérature, langues et sciences humaines cont (...)

42En 1969, la France entendait pourtant bien prendre les moyens de conserver son pôle d’influence : les Latino-Américains, avons-nous déjà mentionné, constituaient alors le premier contingent d’étudiants boursiers universitaires en France (21,5 %), 54 % s’inscrivant à Paris37. Mais les chiffres se sont très affaiblis depuis et nombre d’élèves formés dans un lycée français d’Amérique ne se dirigent plus, faute de bourse, vers la ville-lumière.

Paris encore capitale des arts ?

  • 38 OFPRA.
  • 39 Damian-Carlos Bayou, Arlistas contemporáneos de America latina, Paris, Unesco, 1981.

43Certes, Paris continue également d’être une des capitales mondiales des arts et des lettres : une enquête de l’UNESCO de 1981 montre que sur 220 plasticiens latino-américains censés constituer le fer de lance de l’art latino-américain, sur précisément les 188 dont la résidence est identifiée, près de 40 % (38.2 %) l’ont ou ont l’ait un séjour prolonge à Paris, disposant souvent d’un atelier. Si la moitié d’entre ceux-là réside alors encore à Paris, New York, à la même époque, ne rassemble que 9 % des plasticiens mentionnés, soit deux fois moins38. La galerie Denise René, boulevard Saint-Germain, fut l’un des lieux d’expression d’un véritable courant artistique latino-américain à Paris où Argentins et Vénézueliens, de Rossi ou Tomasello à Soto, se distinguent particulièrement39.

44Émigration ou exil, Paris exerce toujours l’attrait d’un lieu où l’on peut être exposé, vendre ses œuvres, un lieu aussi où l’on publie la littérature latino-américaine.

  • 40 Cf. l’intéressante et pionnière publication (manquant parfois de distance vis-à-vis du sujet) paru (...)

45A côté d’hommes de théâtre comme Georges Lavelli, Alfredo Arias, de participation visible au Théâtre des Nations mis sur pied par l’UNESCO à Paris, tout comme à Nancy (seize œuvres présentées par sept pays latino-américains dans les dix premières années du festival40) ou à Avignon, à côté du cinéma – de la réflexion théorique du Chilien Miguel Littin ou du groupe Ukama bolivien à la telenovela (ainsi en 1989, l’Institut national de l’Audio-visuel invite l’un des scénaristes brésiliens les plus en vue à animer un atelier d’écriture)–, la littérature occupe bien évidemment le premier rang : de Borges à Fuentes, d’Amado à Carpentier, d’Asturias à Paz en passant par Barreiro Saguier, Bryce Echenique. Vargas Llosa, Garcia Marquez, Cortázar ou Rulfo, aucune liste ne serait close à la fin de ce livre qui voudrait recenser les écrivains latino-américains majeurs ayant longuement séjourné à Paris.

46Il faudrait également ajouter le monde de l’architecture – le nouveau ministère des Finances et l’Opéra de la Bastille ne sont-ils pas l’œuvre d’architectes latino-américains ?–, de la danse, de la chorégraphie, de la chanson, du tango à la lambada en passant par la salsa, d’Atahualpa Yupanqui au Quarteto Cedrón, mais cela serait l’objet d’une autre étude.

Un miroir grossissant

Une perception affectée d’inertie

47En fait, tout tableau de ce type est éminemment grisant, ethnocentrique et au total inexact. Même les services d’information spécialisés français ne s’intéressent, semble-t-il, qu’assez mollement à ce vivier qui a été jadis plus brillant et plus utile pour des relations avec l’Amérique latine plus substantielles.

48Contrairement aux impressions dominantes, la communauté latino-américaine demeure fort modeste à Paris (seulement 4 864 individus en 1978 et 11 535 en 1992). Et le navire latino-américain, très lointain, s’éloigne des préoccupations de la France, du moins autres que rhétoriques : effondrement impérial, construction européenne, relations avec les États-Unis... Celso Furtado de constater : « La France s’est complètement repliée sur elle-même, la France s’est alors écartée de nous ».

  • 41 Cf. l’Annuaire de l’Amérique latine en France 1992-1993, Paris, Page et image, 1992 et Guide Actue (...)
  • 42 L’affaiblissement international économique et politique de la France et l’absence de politique amb (...)

49Tandis qu’en France on ne perçoit pas toujours comme nécessaire la recherche par l’Amérique latine des voies autonomes de son développement (l’on dispose d’une tradition d’exportation de modèles), les relations France-Amérique latine restent obstinément marquées du sceau du déclin : la faiblesse persistante des relations économiques41 en dépit de tentatives déjà citées de relance visibles (comme en 1964 avec le voyage du général de Gaulle ou en 1982 avec celui de François Mitterrand au Mexique) s’ajoute au dynamisme décevant des institutions latino-américanistes (la France n’a pas réussi à ce jour à mettre en place de chaire du type de celles fonctionnant à Oxford ou Cambridge et destinées à de brillants-chercheurs ou universitaires latino-américains42) et aux conséquences également évoquées de la guerre froide.

  • 43 L’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine met en place en 1994 une chaire qui reprend jusq (...)

50Constatons : l’économie latino-américaine a évolué ; il y a à Paris après 1945 de moins en moins de rentiers, d’hommes d’affaires, pratiquement plus de retraités latino-américains. Le modèle du riche parvenu de « La Vie parisienne » est bien circonscrit à un xixe siècle qui, dans certains cas, s’est prolongé fort tard dans la première moitié du xxe siècle. Si Paris demeure encore le lieu de la mode et du luxe, la capitale française n’est plus en situation de monopole, les guerres ayant contribué à faire apprécier les fournitures et le luxe nord-américains. Les incertitudes du fonctionnement parlementaire entre les deux guerres, les conflits eux-mêmes, ont fait perdre à Paris le rôle de modèle, de « référence globale de la politique, de la civilisation et de la culture »43.

51Paris, qui n’est plus qu’épisodiquement perçue comme le lieu de la fête et de la liberté cosmopolite, n’attire en outre plus beaucoup les étudiants « scientifiques », souvent plus pressés d’obtenir le passage vers les universités nord-américaines... De là en particulier la féminisation, très visible dans les deux dernières décennies, de la présence – classiquement culturelle – latino-américaine à Paris, pour des raisons sociologiques que chacun comprendra.

52Toutefois, les données de la présence latino-américaine à Paris changent profondément alors et, avec elles, la perception du Latino-Américain. Le changement de régime à La Havane puis l’émergence d’un fort courant d’immigration en provenance des dictatures latino-américaines ont un effet de loupe.

L’effet de loupe du militantisme

  • 44 F.-X. Guerra, ouvr. cit., p. 178.

53Le nombre des Chiliens reste même à l’échelle de la France modeste : 2 360 en 1975, 6 272 en 1982, 8 212 en 1990, soit à cette date à peine un tiers des Américains des États-Unis44, moins encore – si l’on risque à nouveau une comparaison extrême – que les Malgaches ou les Pakistanais. Mais de cette arrivée, on peut dater l’affirmation de la principale modification à l’époque contemporaine du profil général du Latino-Américain en France :

  • il inclut plus de militants actifs et de réfugiés (liés de plus aux groupes politiques français) ;
  • les réfugiés sont plus divers socialement (l’exil chilien inclut les classes moyennes, sans même considérer la vague haïtienne ultérieure) ;
  • si l’exil chilien laisse penser que le latino-américain se répartit de manière moins inégale sur le territoire français45 (dans certaines villes de province ou de banlieue, le premier contact notable avec les Latino-Américains date de cet exil : l’image du Latino-Américain réfugié-militant s’impose sans se substituer à une autre), les statistiques infirment cette apparence, le taux de résidence à Paris augmentant : 1982 : 22,7 %, 1990 : 26,3 %.

54Parallèlement, les réseaux d’accueil se concrétisent, plus nombreux, plus militants et plus institutionnalisés. Le latino-américanisme français devenu majoritairement militant après la Seconde Guerre mondiale contribue à la création de groupes, y compris dans les années 1970. d’associations-miroirs mettant en valeur avec le latino-américanisme l’Amérique latine et les Latino-Américains : 1973, Association pour le développement des relations avec l’Amérique (ADRAL), 1978. Association des journalistes spécialistes de l’Amérique latine et des Caraïbes (AJALC, toujours existante), 1979, Institut de formation supérieure à l’Amérique latine (IFSAL) au sein de l’ADRAL...

55L’exil latino-américain est cependant là, déjà, profondément en cause. Étant donnés leur faible importance numérique et le support ténu des relations économiques franco-latino-américaines, nous pouvions, dans les deux premières décennies d’après-guerre, parler de miroir déformant, grossissant : un miroir grossissant posé, sur fond des dernières lueurs majeures de la francophilie, sur ces Latino-Américains. Désormais, dans les années 1960 et au début des années 1970, ce sont l’exil politique latino-américain et son accueil militant en France qui donnent à ces Latino-Américains à Paris un relief que n’expliquent toujours pas leur nombre ou les relations de la France et de l’Amérique latine.

  • 46 Mais il s’agit du cas atypique des Chiliens.

56Qu’est-il advenu depuis ? Tandis que l’on observe un net déclin dès 1976-1978 de l’activité militante liée à l’Amérique latine46, tandis que le latino-américanisme paie, toutes disciplines confondues, le prix d’une image militante pas nécessairement synonyme de qualité, tandis qu’enfin nombre d’exilés ou de fils d’exilés s’intègrent à tel point que le retour à la faveur de la démocratisation n’est pas évident, l’Amérique latine connaît un retour massif à la démocratie. De ce dernier fait, l’on revient à une forme « classique » de la présence latino-américaine à Paris.

  • 47 Le latino-américanisme militant lié à une cause concrète de solidarité a sans nul doute sombré pou (...)

57La boucle est-elle bouclée ? Rejoint-on le cycle séculaire de désintérêt progressif mutuel latino-américain ? De moins en moins de Latino-Américains séjournent pour des raisons purement touristiques en France, du moins proportionnellement au nombre de Latino-Américains résidents. Les quelques marques visibles d’intérêt français pour l’Amérique latine (premières années du premier septennat du Président François Mitterrand) telles les déclarations de Cancún ou les États Généraux de l’Amérique latine (1982) à Paris ne convainquent pas à dix ans d’intervalle. Alors n’y a-t-il pas eu d’évolution ? Ce n’est pas si sûr : parfois mélangée à l’image ancienne, l’image du Latino-Américain (guerrillero47) et de l’Amérique latine (instabilité) perdure en dépit du démenti global des faits et d’une nouvelle note exotique affirmée avec la multiplication récente des restaurants latino-américains. Bonnet péruvien de couleur ou chapeau mexicain sur la tête, des orchestres latino-américains de fortune jouent dans les couloirs du métro parisien des chansons « folkloriquement » militantes et des musiques introduites par des exilés parfois repartis vers leur pays, pour faire rêver le Parisien en cultivant le stéréotype, ce qu’ont bien compris certains publicistes.

58Depuis 1945, la présence latino-américaine à Paris peu à peu renforcée a marqué profondément la vie culturelle française – et latino-américaine.

  • 48 Image préparée ou suggérée par les troubles politiques du début du siècle, en particulier la Révol (...)

59Parallèlement, l’on constate le passage progressif au xxe siècle, en liaison avec l’instabilité politique et l’importance des coups militaires en Amérique latine, d’une image, héritée du xixe siècle, du Latino-Américain, luxueux Parisien d’occasion des opérettes d’Offenbach, à un Latino-Américain révolutionnaire, celui dont toute une partie d’une génération française a rêvé depuis l’entrée à La Havane de Fidel Castro ; une modification d’image qui symbolise, avec l’exceptionnel essor de la diffusion de la littérature latino-américaine en Europe, un renversement net du courant d’exportation des modèles entre Europe et Amérique : le « Che » devient modèle pour une partie de la jeunesse européenne48.

60Néanmoins, durant ces années 1960-1970, ce scénario de transition s’achève avec l’image dominante, transmise par les médias et les exilés politiques latino-américains, du réfugié politique, homme de gauche, militant, engagé, de ceux que l’on retrouve, physiquement ou symboliquement, en 1981 au Panthéon aux côtés du Président Mitterrand. Et cela, popularisé par la diffusion autour de Paris et en province d’une communauté chilienne fortement politisée.

  • 49 On peut néanmoins nuancer ce renversement. Car on vient toujours chercher à Paris ou en Europe cer (...)

61Alors que l’Amérique latine cesse d’être une province périphérique du modèle occidental49, le changement de l’image des Latino-Américains en France et à Paris, correspond aussi à une modification des réseaux ou vecteurs de contacts entre Latino-Américains et Français. Surtout universitaires et diplomatiques dans l’héritage du premier xxe siècle, les réseaux semblent ensuite se déplacer à partir de la fin des années 1950 vers les cercles militants et certaines associations professionnelles ; tandis que le « voyage à Cuba » s’amorce comme rite distinctif d’une certaine intelligentsia parisienne. Vient enfin, avec les exils brésilien, argentin et surtout chilien, parallèlement à la multiplication de réseaux de solidarité en dehors même des cercles des intellectuels, le temps d’un encadrement des flux par des instances à caractère administratif ou semi-administratif. Facteur du déclin ultérieur ?

  • Le latino-américanisme, un temps impulsé par, mais ensuite prisonnier d’un militantisme dominant,
  • les dictatures ayant duré en Amérique latine et le communisme ébranlé par les soubresauts des pays-frères,
  • une partie des exilés latino-américains peu à peu intégrée à et par la société française (qui pense encore qu’à côté de Plantu, dans Le Monde, Serguei est argentin et Pancho vénézuélien !),
  • l’Amérique latine longtemps installée dans la crise économique et la France, parmi les principaux créanciers, dans la défiance vis-à-vis de l’Amérique latine,
  • le modèle libéral de l’École de Chicago devenu la référence presque unique des élites latino-américaines ayant en charge les affaires de l’État en période de crise,
  • les réseaux et vecteurs français – surtout parisiens – de ces contacts avec l’Amérique latine s’atomisent, perdent de leur influence au sein de la société française et souvent se démotivent, se dissolvent, se raréfient. Mais, affectée d’inertie, l’image des Latino-Américains (au moins pour la communauté qui les côtoie) reste surdimensionnée par rapport à une présence numérique faible.

Résidents latino-américains à Paris

Résidents latino-américains à Paris

sources : synthèse. Préfecture de Police, Ministère de l’intérieur, ONI, INSEE.

Réfugiés latino-américains à Paris

Réfugiés latino-américains à Paris

Notes

1 François-Xavier Guerra, « La lumière et ses reflets : Paris et la politique latino-américaine » in A. Kaspi et A. Mares (dir.), Le Paris des étrangers, Paris, éditions de l’Imprimerie nationale, 1989, pp. 171-183.

2 Le terme apparaît en France en 1856 mais est une création de Latino-Américains de plusieurs nationalités résidant à Paris pour signifier une opposition de ces peuples d’Amérique à l’invasion de Walker au Nicaragua (Cf. Paul Estrade, « Observaciones a Don Manuel Alvar y demis academicos sobre el uso legítimo del concepto de « América latina », Message à un congrès d’historiens, Venezuela, été 1993, communication fournie par l’auteur).

3 Dans de nombreuses statistiques, le Mexique est placé en Amérique centrale ; Amérique du Sud et Amérique latine sont parfois confondues...

4 F.-X. Guerra, art. cité., p. 173.

5 Archives du ministère français des Affaires étrangères (AMAE), Guerre 1939-1945, Alger CFLN, Amérique 1291 (19) 17-06-1943, Seyrig.

6 Par exemple « la France nous accueille de nouveau comme une grande mère spirituelle », S. Martinez Cairo, Revue de l’IFAL, n° 1, janvier 1945, Mexico.

7 AMAE, Guerre 1939-1945. Alger CFLN. 1300 (102) 20-09-1942.

8 Nombre des précisions suivantes sont extraites de J. Chonchol et G. Martinière, L’Amérique latine et le latino-américanisme en France, L’Harmattan, Paris, 1982.

9 Ces liens se prolongent après-guerre : ainsi, les élèves de Fernand Braudel se partagent, dans un traité de Tordesillas renouvelé, le continent américain. Pierre Chaumu pour l’Amérique hispanique et Frédéric Mauro pour l’Amérique lusophone.

10 Organisation internationale à vocation culturelle créée en 1954.

11 Dans ses locaux provisoires de la Sorbonne.

12 Le poète Pablo Neruda, le peintre Carlos Scliar, les scientifiques Mario Schemberg, Jacques Danon subissent le même sort et de nombreux proscrits se retrouvent en Europe communiste. On se reportera au témoignage de Zelia Gattai in Jardin d’hiver. Stock. Paris. 1991.

13 Relations culturelles, scientifiques et techniques, bilan 1968-1969, présentation de Maurice Schumann, Ministère des Affaires étrangères, Paris, 1969.

14 On consultera non sans réserve mais avec profil l’ouvrage de Jeannine Verdès-Le-roux. Lu lune et le caudillo, Le rêve des intellectuels et le régime cubain (1959-1971), Paris, L’arpenteur-Gallimard, 1989.

15 On peut évoquer par exemple la revue Recherches et Débuts du Centre catholique des intellectuels français, l’Institut international de recherche et de formation en vue du développement harmonisé auquel se lie l’économiste chilien J. Chonchol, animé par le père Lebret, Robert Buron, François Perroux.

16 Au Paraguay dès 1954, au Brésil en 1964, en Argentine entre 1966 et 1973 et surtout après 1976, en Uruguay à partir de 1973, la liste ne saurait être close ici.

17 Nombre de ceux qui pourraient prétendre à la qualité de réfugiés ne souhaitent pas être considérés comme tels et ne demandent pas le statut.

18 Expression que P. Kalfon présente comme d’origine chilienne mais qui ne semble-pas se trouver dans la grande presse chilienne.

19 Office français de protection des réfugiés et des apatrides.

20 Seuls les réfugiés adultes sont recensés, les femmes mariées ne sont pas toujours prises en compte lorsqu’il s’agit de regroupement familial...

21 Savoir-faire qui connaît un nouveau développement entre 1975 et 1978 tant lorsqu’il s’agira d’accueillir les réfugiés du Sud-Est asiatique que lorsque la signature de la convention européenne pour la répression du terrorisme (Strasbourg, 1976) et les fluctuations de la politique d’immigration feront craindre une détérioration du sort des réfugiés politiques : les « affaires » compliquent cette situation avec en 1975 la psychose liée au terroriste Illitch Ramirez Sanchez alias Carlos et en septembre 1975 les protestations de l’Association des Étudiants latino-américains et des Caraïbes en France (AELACF) contre les perquisitions au domicile et les interrogatoires des Latino-Américains en France ; mai 1978, assassinat de H. Curiel que ses activités lièrent à l’Amérique latine...

22 Comité inter-mouvements auprès des évacués ou service oecuménique d’entraide.

23 Créée en 1970, disposant de 2 permanents en 1973 et 50 en 1976 (20 au siège parisien et 30 en province), France-Terre d’Asile apparaît comme un catalyseur efficace du mouvement : à l’origine des conventions signées avec le gouvernement pour la mise en place des centres d’hébergement (Puteaux, Fontenay sous Bois et Massy), elle est également à l’initiative de la création de la Commission de sauvegarde du droit d’asile (1977).

24 Cf. E. Saenz Carrete. Les cadres socio-politiques de l’adaptation des réfugiés latino-américains en France, 1964-1979, Paris III, thèse de 3e cycle, 1983.

25 Source : préfecture de police, bureau des étrangers.

26 Par rapport aux autres Latino-Américains.

27 2 groupes brésiliens ; 2 boliviens ; 1 mexicain ; 1 dominicain, 1 haïtien.

28 L’on peut alors dresser une typologie « par objectif » de ces comités (Cf. Saenz, ouvr. cité) : il y a ceux qui ont pour mot d’ordre « solidarité avec... » : plutôt CEDETIM ; ceux qui adoptent une perspective plus large de défense des droits de l’homme (défense de prisonniers, parents de disparus) ; ceux enfin qui se limitent à une action ponctuelle : Collectifs de défense Raúl Sendic, de libération de M.-A. Estrella ; COBA ou Collectif pour le boycott de l’organisation pour l’Argentine de la coupe du monde football constitué en décembre 1977 : il inclut le Comité de solidarité avec le peuple argentin, l’École émancipée, Football et progrès, ASFA Grenoble, COBRESPAE Rennes. Quel corps ? etc. avec le soutien du PSU, de la Ligue communiste révolutionnaire, de l’Organisation communiste des travailleurs, SGEN. CFDT (sections), CGT des correcteurs : 200 COBA constitués en France, 2 meetings à la Mutualité et une manifestation (interdite) le 31 mai 1978...

29 Selon une formule de J. Lang citée par Le Monde, 20 mai 1981.

30 Insee-Documentation française. Recensement 1982, Les étrangers. En 1975 : 17 010/344 2415. En 1982.

31 180 selon INSEE-INED, Tableaux démographiques/3 680 100.

32 29 180 sur 3 714 200 (erreurs in INSEE-Documentation française, ouvr. cité).

33 Le nombre des résidents à Paris est en fait surestimé par les statistiques : il est notoire en Ile de France que Paris (la Préfecture de Police) gère plus « efficacement » que certaines autres préfectures les dossiers : de nombreux Latino-Américains résidant en banlieue préfèrent se faire enregistrer à Paris sous une adresse de complaisance.

34 C’est-à-dire depuis la fin de la période de libéralisation. J.-C. Duvalier ordonnant en novembre une large vague d’arrestations.

35 Le coût du voyage est rédhibitoire.

36 L’affirmation selon laquelle les Latino-Américains constitueraient le groupe le plus important d’étudiants étrangers à Paris ou en France est infirmée par les statistiques.

37 En 1990 35,3 % des étudiants brésiliens étudient en littérature, langues et sciences humaines contre 28,6 % pour l’ensemble des étudiants étrangers en France (OMI-1991).

38 OFPRA.

39 Damian-Carlos Bayou, Arlistas contemporáneos de America latina, Paris, Unesco, 1981.

40 Cf. l’intéressante et pionnière publication (manquant parfois de distance vis-à-vis du sujet) parue après le début de la rédaction de cette communication : Jacques Leenhardt et Pierre Kalfon. Les Amériques latines en France, Paris, Gallimard, 1992.

41 Cf. l’Annuaire de l’Amérique latine en France 1992-1993, Paris, Page et image, 1992 et Guide Actuel du Paris mondial. Paris. Seuil. 1992.

42 L’affaiblissement international économique et politique de la France et l’absence de politique ambitieuse française à destination de l’Amérique latine sont au premier plan des phénomènes explicatifs.

43 L’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine met en place en 1994 une chaire qui reprend jusqu’au nom de son remarquable modèle britannique, la chaire Simon Bolivar.

44 F.-X. Guerra, ouvr. cit., p. 178.

45 Rapporté au total de la population d’origine, cela est par contre important !

46 Mais il s’agit du cas atypique des Chiliens.

47 Le latino-américanisme militant lié à une cause concrète de solidarité a sans nul doute sombré pour l’essentiel ; reste à savoir si un latino-américanisme plus vague subsisterait, comme nous le suggère notre collègue Paul Estrade, donnant en exemple la durabilité d’une part de certains organes de presse latino-américanistes (Sol a Sol, Espaces latino-américains – en crise grave fin 1993 –), ou d’associations telles « France-Amérique latine » ou « France-Cuba », cette dernière constituée en 1961 compterait en 1993 plus de comités locaux et d’adhérents que jamais (selon son Président).

48 Image préparée ou suggérée par les troubles politiques du début du siècle, en particulier la Révolution mexicaine.

49 On peut néanmoins nuancer ce renversement. Car on vient toujours chercher à Paris ou en Europe certains modèles intellectuels : la théologie de la libération n’a-t-elle pas été partiellement mise en forme à Louvain ou Lyon ? Dans quelle mesure aussi le modèle révolutionnaire exporté avec éclat vers l’Europe avec l’emblème du « Che » ne plonge-t-il pas ses racines dans certaines théories émises en Europe, et à Paris en particulier, autour du Centre Lebret notamment, de Louis Althusser, de Régis Debray, etc. ? De plus, l’Europe orientale demeure toujours difficilement accessible pour les Latino-Américains en raison de l’obstacle linguistique.

Table des illustrations

Légende Affiche de 1986.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Légende Affiche du « Comité coordinateur de la gauche chilienne à Paris ». 1974. « Les liens militants » 1.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre LES LATINO-AMERICAINS EN FRANCE 1901-1990 (résidents)
Légende source : INSEE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Le Brésilien Jorge Amado à Paris, en 19X9.Extrait de Leenhardt Les Amériques latines en France, Gallimard p. 108.Référencée cliché x sans copyright.Crédit photo : « D. R. ».
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre La résidence des Latino-Américains dans le département de Paris
Légende (Préfecture de Police/INED-INSEE, Tableaux démographiques)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre LES AMERICAINS A PARIS 1991
Légende source : préfecture de policeEUROPEENS ET AMERICAINS A PARIS 1991
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Titre LES LATINO-AMERICAINS A PARIS 1978
Légende source : Ministère de l’Intérieur
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre LES LATINO-AMERICAINS A PARIS 1991
Légende source : préfecture de police
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre LES LATINO-AMERICAINS A PARIS 1978-1992
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre LES LATINO-AMERICAINS A PARIS, RESIDENTS ET REFUGIES
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre LES REFUGIES LATINO-AMERICAINS A PARIS. 1985 et 1988 estimations
Légende source : Pref de police
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre LES LATINO-AMERICAINS A PARIS 1978
Légende source : Ministère de l’Intérieur
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Source : préfecture de police 1978REPARTITION PAR SEXE DES LATINO-AMERICAINS A PARIS
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Source : préfecture de police 1991REPARTITION PAR SEXE DES LATINO-AMERICAINS A PARIS
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre PARIS : FREQUENTATION TOURISTIQUE (NUITS)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre ETUDIANTS ETRANGERS A PARIS 1980
Légende source : préfecture de police (au 31-12-1980)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre ETUDIANTS ETRANGERS A PARIS 1985
Légende source : préfecture de police (au 31-12-1985)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre LES ETUDIANTS BRESILIENS 1990 EN France. Moyenne des étudiants étrangers [ ]
Légende source : OMI 199]
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Les études des étrangers en France (1990)
Légende (source ONI 1991)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Résidents latino-américains à Paris
Légende sources : synthèse. Préfecture de Police, Ministère de l’intérieur, ONI, INSEE.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 690k
Titre Réfugiés latino-américains à Paris
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/981/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 697k

© Publications de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable