Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paris des étrangers depuis 1945

 | 
Antoine Marès
, 
Pierre Milza

XII. Les Américains à Paris depuis 1945

André Kaspi et Catherine Le Dret

Texte intégral

1La première image des Américains à Paris ? Des touristes, de préférence des dames d’un âge certain, aux lunettes cerclées d’or, qui descendent précautionneusement d’un autocar et visitent les hauts-lieux de la culture, puis les quartiers célèbres de la capitale. La deuxième image alimente tout autant le stéréotype. Paris au mois d’avril, Paris au mois de mai, de jeunes Américains déambulent sur les Champs-Élysées à la recherche d’un printemps romantique, tout en fredonnant les derniers succès de Fred Astaire ou de Frank Sinatra. Les résidents américains, eux, qui habitent Paris à longueur d’année, qui y travaillent et parviennent à entrer de plain-pied dans la société française, n’apparaissent guère. C’est à cette minorité oubliée que notre analyse est consacrée. Cette enquête repose sur des recherches qui ont été menées dans le cadre du Centre d’histoire nord-américaine. Elle définit des orientations et n’épuise certainement le sujet.

2Trois questions donnent à l’enquête son armature. Combien les Américains de Paris sont-ils, si du moins il est possible de les dénombrer ? Pourquoi ont-ils choisi de vivre sur les bords de la Seine ? Comment ont-ils fait pour réussir leur transplantation ?

Combien sont-ils ?

3Il est difficile de répondre à cette question pourtant simple. Les sources sont lacunaires, voire inexistantes. Du côté américain, d’abord. Les Américains qui résident à l’étranger ne sont pas contraints de se faire enregistrer auprès de leur ambassade. C’est que le droit à la protection de la vie privée est une liberté fondamentale. S’ils souhaitent conserver l’anonymat, au nom de quel principe, d’après quelle loi le gouvernement fédéral pourrait-il les en empêcher ? Un Américain peut estimer avantageux de faire sa déclaration de résidence auprès du consulat ; un autre, négliger ou tenir pour nuls les avantages ; un troisième, enfin, garder à l’esprit la conviction qu’il ne prolongera pas son séjour, même si le séjour dépasse une année, voire deux ou trois. Les cas de figure sont divers. Ils contribuent à brouiller les pistes.

  • 1 Le département d’État élabore chaque année depuis 1954 un rapport qui fournit le nombre des América (...)
  • 2 Annuaire statistique de la Ville de Paris et des communes suburbaines de la Seine (1955-1956) et mi (...)

4En revanche, le département d’État sait combien de diplomates sont installés à Paris, ou dans les autres villes françaises, mais sont-ils, stricto sensu, des résidents ? Le département de la Défense, dont la création remonte à 1949 seulement, tient à jour le décompte de ses personnels qui font partie des organisations internationales comme l’OTAN ou relèvent des forces armées. Inversement, les Américains de l’étranger ne sont pas recensés aux États-Unis, du moins de manière systématique. L’inscription sur les listes électorales relève d’une décision individuelle et ne revêt aucun caractère obligatoire. Bref, le gouvernement fédéral ne dispose d’aucune source propre pour évaluer le nombre de ses ressortissants vivant à l’étranger1. Et pourrait-il mettre sur pied une évaluation relativement précise, le département d’État classe ces informations dans la catégorie des renseignements confidentiels et attribue ou refuse la permission nécessaire pour y accéder. En guise de comparaison, il indique pour l’année 1976 qu’il a dénombré, sans compter le personnel diplomatique, militaire et gouvernemental, 246 575 résidents en République Fédérale d’Allemagne (y compris les familles des militaires) et 75 283 résidents si l’on exclut les familles des militaires, 73 925 en Italie, 39 600 en Grèce, 35 546 en Espagne, et 72 700 au Royaume-Uni, tandis que pour la France le nombre des résidents, diplomates exclus, s’élèverait à 24 137. Il faut ajouter que, d’une année à l’autre, les évaluations changent de façon sensible. Dans la région parisienne, le total avoisinerait les 7 000 à la fin des années cinquante et 10 000 dans les années soixante-dix2.

5Du côté français, les incertitudes sont tout autant spectaculaires. Les démographes attachent peu d’importance à la communauté américaine, en raison de sa faiblesse numérique. Mais, tout de même, l’INSEE, l’Observatoire économique de Paris, la Bibliothèque de la Ville de Paris et le ministère de l’Intérieur fournissent quelques indications chiffrées. Les recensements de 1946, 1954, 1962, 1968 et 1975 rappellent, s’il en était besoin, que la population américaine en France ne dépasse pas une taille relativement modeste. Avec, pourtant, une nuance qui mérite d’être soulignée. Pour les trois premiers recensements, le dépouillement est exhaustif. Celui de 1968 résulte d’un sondage au quart, et celui de 1975 d’un sondage au cinquième.

6En 1946, le recensement annonce 3 826 Américains en France. Ils sont 41 333 en 1954. Cette forte croissance tient sans doute à la présence des personnels de l’OTAN, du SHAPE et de l’administration du plan Marshall, étant entendu que ces chiffres incluent les familles des diplomates et des militaires, et non les diplomates et les militaires eux-mêmes. Il faut ajouter que la plupart de ces Américains vivent à Paris ou dans la proche banlieue. De plus, les entreprises américaines ont retrouvé ou découvert le chemin de la France et y envoient des représentants. Cette tendance continue dans les années suivantes (69 192 en 1962). En 1968, les résultats du recensement montrent que le courant s’est inversé, à la suite du retrait de la France de l’organisation militaire de l’OTAN. Du coup, on dénombre 15 748 résidents américains. La croissance est dès lors modérée : 20 910 en 1975. Si l’on garde en mémoire que pour 1976 le département d’État compte 25 137 résidents en France, on conclura à la difficulté de proposer des chiffres précis (la différence entre les sources françaises et les sources américaines correspond à 20 % au moins), mais on obtiendra, malgré tout, un ordre de grandeur.

  • 3 Ministère de l’Intérieur (1973), nombre d’étrangers par département.

7Sur le total du début des années soixante-dix, Paris intra muros l’emporte aisément, puisque 62 % des Américains habitent le centre de la capitale ou ses abords (surtout les Yvelines et les Hauts-de-Seine, très secondairement les autres départements de la petite et de la grande couronne). En province, les chiffres sont faibles : 1583 dans les Alpes-Maritimes, le plus américain des départements français, 866 dans l’Isère, 840 dans les Bouches-du-Rhône, 540 dans le Bas-Rhin, 419 en Gironde, et ainsi de suite jusqu’à la Corrèze qui compte un Américain et une Américaine3.

8A l’intérieur de Paris, les statistiques ne sont nullement précises. Toutefois, les annuaires de certaines associations américaines donnent, à titre indicatif, les pourcentages suivants : 26,6 % pour le xvie, 14,1 % pour le viie, 13,3 % pour le xve, 10,2 % pour le xviie, 7,5 % pour le viiie. On tombe ensuite à 4 % pour le xive, à 3,5 % pour le ve, à 3,1 % pour le xiiie. Les autres arrondissements sont encore moins bien représentés. Les chiffres du ministère de l’Intérieur confirment, grosso modo, cette répartition.

  • 4 Impossible d’obtenir une explication officielle de cette anomalie statistique, y compris auprès du (...)

9L’annuaire statistique de la Ville de Paris (section IX – Police et Justice) donne, parmi de nombreuses autres informations, le nombre d’étrangers, année après année, résidant en région parisienne (pour les années 1945-1960, c’est le nombre total d’étrangers dans le département de la Seine). Ces chiffres sont établis d’après les informations de la Préfecture de Police au 31 décembre de chaque année. On constate une croissance régulière de 1945 (1 357 résidents, dont 704 hommes, 624 femmes et 29 enfants) à 1953 (17 048 résidents, dont 9 158 hommes, 7 480 femmes et 410 enfants), soit aux environs de 2 000 personnes de plus chaque année. En 1954, on ne trouve plus que 5 504 Américains, dont 2 720 hommes, 2 584 femmes et 200 enfants. Aucune source officielle ne fournit la moindre explication de ce phénomène. Or, les chiffres des recensements pour la même période restent stables. On peut donc en conclure que ces 11 500 Américains qui « disparaissent » n’ont pas quitté la France du jour au lendemain. Il s’agit probablement soit d’un mouvement des troupes (avec les familles) vers la province, soit d’une différence de comptabilisation des Américains4.

10A partir de 1954, le total des Américains de Paris n’oscille guère, puisqu’il passe de 5 723 en 1955 à 8 389 en 1957, avec une moyenne d’environ 7 000-8 000. Par exemple, au 31 décembre 1961, le nombre d’Américains résidant à Paris atteint 6 956, dont 3 918 hommes et 3 038 femmes, alors que la Préfecture de la Seine a délivré 16 704 visas de longue durée aux étrangers de toutes nationalités. Au 31 décembre 1962, le total passe à 7 156. Au 31 décembre 1963, il s’élève à 7 880 et glisse au 31 décembre 1964 à 7 145.

11Cette litanie de statistiques conduit à deux conclusions. Les Américains de Paris sont peu visibles et disparaissent aisément derrière les cohortes de touristes, avec lesquelles il ne faut pourtant pas les confondre. Toute analyse précise se heurte sans tarder au mur de l’ignorance et de l’à-peu-près. On aurait pu penser que, s’agissant d’une population qui ne sort presque jamais des cadres de la légalité, d’une période caractérisée par la domination des pratiques bureaucratiques, par le goût de l’exactitude chiffrée, on parviendrait à un dénombrement qui répondrait à la curiosité du chercheur. La déception est à la hauteur de l’illusion. Ni les autorités françaises ni les autorités américaines ne peuvent répondre, d’une manière définitive et claire, aux questions simples qu’on leur pose.

Pourquoi vivre à Paris ?

  • 5 Office National de l’Immigration, rapport interne. Pour des chiffres récents et complets, voir Andr (...)

12Deux idées fausses doivent être éliminées sans hésitation, les Américains de Paris ne sont pas des immigrés faméliques qui traverseraient l’Atlantique à la recherche d’une maigre pitance et de misérables salaires. Ils ne sont pas davantage des réfugiés politiques qu’une dictature insupportable chasserait de leurs foyers, encore que le maccarthysme puisse expliquer que tel ou tel cherche refuge à Paris. Les statistiques de l’Office National de l’Immigration5, qui relève du ministère de l’Intérieur, illustrent la première de ces observations. Elles donnent le nombre de travailleurs étrangers qui sont titulaires d’un permis de travail entre 1968 et 1974. Comme chacun sait, c’est la période pendant laquelle la France accueille le plus de main-d’œuvre immigrée. Les Américains aussi ont besoin d’un permis de travail, car aucune convention n’a été signée entre la France et les États-Unis.

13Ce que l’on observe, c’est qu’au lendemain du retrait de la France de l’organisation militaire de l’OTAN, le nombre des Américains titulaires d’un permis de travail reste plus ou moins stable. Leur profil socio-économique est nettement « tiré vers le haut », surtout en comparaison avec celui des immigrants de pays sous-développés. Le pourcentage des manœuvres et des ouvriers spécialisés dans l’ensemble de la France varie entre 17 % (pour 1968) et 6 % (pour 1974) ; le pourcentage des techniciens et des professions libérales, entre 83 % en 94 %. Si l’on prend l’exemple des Portugais, les manœuvres et les ouvriers spécialisés comptent pour 73 à 87 % des immigrants ; les membres des professions libérales et les techniciens, pour 13 à 27 %. A titre d’illustration, choisissons l’année 1972. Sont qualifiés de travailleurs permanents 882 Américains, parmi lesquels 11 manœuvres, 94 ouvriers spécialisés, 366 membres des professions libérales et 411 techniciens. Sur un total de 30 475 Portugais, 13 093 sont des manœuvres, 11 165 des ouvriers spécialisés, 6 205 des membres des professions libérales et 12 des techniciens. Inutile d’insister sur cette différence, qu’on retrouverait, dans des proportions variables, en se référant à l’exemple des Italiens, des Marocains, des Espagnols, des Algériens, etc.

  • 6 Thèse de troisième cycle, École des Hautes Études, La Sorbonne, 1974. Voir aussi Solange Petit, Les (...)
  • 7 Le creuset français : histoire de l’immigration xixe-xxe siècles, Paris, Éditions du Seuil, 1988.

14La thèse d’Odile Méar, La Communauté américaine à Paris, 1960-1972. Attitudes et réactions6, confirme cette analyse et permet de mieux cerner le profil socio-économique des Américains, étant entendu que, dans l’étude d’Odile Méar, il ne s’agit pas de statistiques, mais des résultats d’un sondage qui porte sur 5 000 Américains, des résidents, des étudiants, des militaires. Il ressort que 21,1 % font des affaires, que 17,6 % exercent des professions libérales, que 14,2 % sont des étudiants, que 10 % n’ont pas d’emploi, que 8,8 % font de la recherche et 7,3 % de l’enseignement, que 7,3 % appartiennent au clergé et 6,9 % au monde des arts, que 5,7 % travaillent pour le gouvernement américain ou pour des organisations internationales, que 0,7 % sont des retraités. Ces pourcentages correspondent aux proportions que donne Gérard Noiriel pour 19317. Ils sont validés également par l’étude de l’INSEE, construite sur le recensement de 1982, Américains et Canadiens confondus. Pour la ville de Paris, sur une population totale de 7 004 personnes, dont 3 624 actifs, on trouve 28,8 % qui relèvent de la catégorie des cadres et des professions intellectuelles supérieures. L’autre grande catégorie est constituée par des personnes sans activité professionnelle (retraités non compris) qui incluent les étudiants et les femmes au foyer. Les hommes sans emploi sont relativement peu nombreux, surtout dans la tranche d’âge des 35 à 54 ans.

Déjeuner de l’Association des Femmes américaines (AAWE) avec Simone Veil (juin 1990). (Cliché Carolyn White Lesieur)

15L’étude d’Odile Méar apporte d’autres informations d’un intérêt capital. Il s’agit de la répartition des Américains suivant le niveau de leur revenu annuel brut, sans doute (bien que l’auteur ne le précise pas) aux alentours de 1974. Les chiffres sont donnés en dollars, ce qui crée une relative ambiguïté. En effet, le dollar est dévalué une première fois en 1971, une deuxième fois en 1973. Autrement dit, une personne qui répond en 1960 qu’elle gagne $ 10 000 par an gagne, en fait, beaucoup plus que celle qui déclare le même salaire en 1973, quel que soit le taux d’inflation. De plus, si le dollar est surévalué jusqu’à 30 à 40 % vis-à-vis des monnaies européennes en 1950. le franc français atteint sa parité de pouvoir d’achat avec le dollar en 1973. La quasi majorité des réponses se situent entre 10 000 et 40 000 dollars, soit 16,9 % pour la tranche 10 000 à 20 000, 13 % pour la tranche 20 000 à 30 000, 9,2 % pour la tranche 30 000 à 40 000.

16Enfin, et ce n’est que la confirmation des observations qui précèdent, le plus grand nombre des Américains qui habitent la France ont reçu une éducation universitaire, soit de premier cycle pour un tiers d’entre eux, soit de deuxième cycle, voire de troisième cycle. Et cela vaut pour les femmes comme pour les hommes. Rien de surprenant dans la mesure où, avant les années soixante, les classes moyennes n’ont pas encore bénéficié de la démocratisation des études universitaires. En conséquence, il y a nécessairement coïncidence entre le milieu socio-économique et le niveau d’instruction.

  • 8 Cette remarque découle de l’observation des enquêteurs. Elle ne vaut pas, bien évidemment, pour cel (...)

17De là il est possible de préciser quelles sont les catégories sociales qui décident de s’établir en France, plus particulièrement à Paris. En premier lieu, celles et ceux qui répondent à des contraintes professionnelles. La définition recouvre une grande diversité des situations. Un militaire ou un diplomate ne vit pas exactement de la même manière, ne réagit pas d’une façon identique à celle d’un homme d’affaires ou d’un avocat. De plus, le chercheur éprouve des difficultés à interroger les uns et les autres, surtout les seconds plus que les premiers, en raison du manque de temps et de la suspicion que provoque une enquête, fût-elle scientifique8.

  • 9 Ces itinéraires ont été reconstruits à partir d’entretiens ou des réponses à des questionnaires écr (...)

18Les itinéraires sont souvent originaux9. Voici un Américain qui dirige aujourd’hui une institution culturelle. Il est venu en France au début des années soixante pour apprendre le français. La vie à Paris lui a plu. Il a décidé d’y rester et, dans ce but, a choisi de faire des affaires. Sa femme, américaine aussi, tient un petit commerce. Un autre Américain assure le fonctionnement d’un programme d’échanges culturels. Il a d’abord servi dans une unité militaire stationnée en France. Une avocate a épousé un Français. Une femme, cadre supérieur d’une entreprise, a renoué avec des membres français de sa famille. Un médecin assure des fonctions à l’Hôpital américain. Somme toute, les expériences n’ont rien d’uniforme. La condition sociale et professionnelle est non moins variée, mais l’idée, longtemps répandue en France, que l’Américain de Paris est un oisif, riche, vieux et original, n’est plus de mise. L’Américain est un cadre supérieur, un ingénieur, un enseignant ou un informaticien. L’Américaine enseigne l’anglais, remplit les fonctions de secrétaire bilingue, occupe un emploi élevé dans une entreprise ou une banque, quand elle n’est pas médecin ou avocate.

  • 10 Les cadres supérieurs bénéficient souvent de l’aide d’agences spécialisées qui s’occupent de leurs (...)

19Une distinction utile mérite d’être faite. Les uns ont choisi Paris pour des raisons personnelles. Ils veulent poursuivre des études, apprendre le français ou perfectionner leur connaissance de la langue, se rapprocher de leur famille française ou bien encore ont pris un conjoint français. Leur volonté de rester est solide. L’emploi qu’ils exercent a pour but de justifier la décision qu’ils ont prise. Les autres sont envoyés à Paris par leur employeur. Ils aiment ou n’aiment pas cette affectation. Leur séjour sera, presque toujours, limité dans le temps et variera de deux à quatre ans. Bien entendu, ils n’appartiennent pas au monde de la petite entreprise ni à celui du petit commerce. Ils ne sont pas dépourvus de qualifications. Ils ont aussi la chance d’avoir moins de difficultés à dénicher un logement, à scolariser leurs enfants, parce que leur employeur prend en charge les problèmes matériels, en tout cas fournit une aide appréciable10. Il va de soi qu’ils font peu d’efforts pour s’intégrer dans la société française.

  • 11 Sur les divers aspects du mariage franco-américain et sur le bilinguisme des enfants nés de ces mar (...)
  • 12 Parvenus à l’âge adulte, les enfants des couples franco-américains acquièrent un niveau variable de (...)

20La deuxième catégorie est formée des conjoints. Un Américain a épousé une Française ou bien une Américaine a épousé un Français. Dans un cas comme dans l’autre, le conjoint américain vit, quasiment vignt-quatre heures sur vingt-quatre, dans un milieu français et francophone. La situation est toute autre que celle du couple d’Américains qui, chaque soir, le travail achevé, reconstitue une atmosphère américaine11. Là, un fossé sépare la condition de l’Américaine de la condition de l’Américain. Lui a un emploi, rentre à la maison pour baigner, davantage encore, dans une atmosphère française. Elle rencontre de sérieuses difficultés à exercer une activité extérieure, à maîtriser la langue française, à prendre la mesure d’un milieu qui garde longtemps beaucoup de ses mystères, tandis que les enfants, rapidement intégrés, sont devenus de petits Français12.

Le vote des Américains en France (octobre 1975). (C. P.)

21Ces Américaines viennent de tous les États des États-Unis, bien que la côte atlantique détienne une légère avance sur les autres régions. Presque toutes sont de race blanche, appartiennent aux classes moyennes, voire supérieures, ont fait des études et beaucoup voyagé. Mais là encore, les itinéraires individuels sont révélateurs et échappent à toute généralisation. Il faudrait mener des études individuelles pour donner des exemples de cette infinie variété.

  • 13 Les informations sur les artistes et les mécènes proviennent exclusivement des entretiens qui ont é (...)

22La troisième catégorie renvoie à l’histoire du xixe siècle. Des artistes américains ont pris le chemin de Paris, soit pour étudier à l’École des Beaux-Arts, soit pour trouver une atmosphère qui leur paraisse plus propice à la création13. Les uns et les autres ont délibérément choisi leur voie et leur exil. Ils croient à la qualité de la vie à Paris, au rôle moteur des pouvoirs publics dans l’essor de la création artistique. Il faut préciser qu’à côté des artistes plasticiens, cette catégorie comprend des cinéastes, des écrivains, des intellectuels qui ont voulu échapper au maccarthysme et ont fait carrière en France. Parmi les cinéastes, l’exemple de John Berry mériterait d’être cité. Parmi les écrivains, celui de James Baldwin. Somme toute, les uns et les autres reprennent la tradition des « expatriates » des années vingt qui accusaient leur pays de sombrer dans le plus stupide des matérialismes et préféraient, comme Hemingway, Fitzgerald et quelques autres, vivre en Europe, à Paris ou à Londres, quand ce n’était pas en Italie ou en Espagne. Quelques-uns ont bénéficié du GI Bill qui, au terme de la Seconde Guerre mondiale, a financé les études des anciens combattants et leur a donc permis de poursuivre à l’étranger des études commencées aux États-Unis.

23Quatre exemples ont été relevés : celui d’une femme sculpteur qui s’est établie à Paris en 1950, celui d’un peintre qui est arrivé en 1949 avec une bourse découlant du GI Bill, celui d’une étudiante à l’École du Louvre qui est restée à Paris pour participer activement à la vie artistique de la capitale, celui d’un musicien qui est issu d’une famille franco-américaine. Aucun d’eux ne vit dans la misère, loin de là. Tous sont heureux de leur choix, chantent les louanges de la France et de l’esprit français et se sentent chez eux dans un pays qui les a accueillis il y a quarante ans, parfois moins.

Sont-ils intégrés à la société française ?

  • 14 Entre 1946 et 1974, les épouses étrangères des Français ont droit automatiquement à la nationalité (...)
  • 15 Dans tous les cas, le problème majeur pour les Américain(c)s marié(e)s à un conjoint français était (...)

24La réponse à cette question dépend de plusieurs facteurs : de la date d’arrivée en France, de la longueur du séjour, des raisons de la transplantation. Toutefois, ce qui vaut pour certaines populations étrangères ne vaut pas nécessairement pour les Américains. L’acquisition de la nationalité française, par exemple, illustre une volonté marquée d’assimilation à la société française, mais pour les Américains elle ne joue pas ce rôle. Il faut, en effet, tenir compte non seulement des lois de nationalité françaises entre 1946 et 197414, mais aussi des lois américaines concernant les citoyens des États-Unis résidant à l’étranger. Voici un premier exemple. De 1946 à 1954, les épouses américaines des Français acquièrent la nationalité française automatiquement, mais elles ont, après 1954, la possibilité d’accepter ou de refuser cette nationalité. Pour les autorités américaines, le consentement peut être compris comme le rejet de la nationalité américaine, puisqu’elles ne reconnaissent pas la double nationalité. Tout se joue sur la signification du mot « consentement ». Jusqu’à très récemment, une Américaine qui devenait française risquait de perdre sa nationalité américaine. De fait, il existe plusieurs cas de perte de nationalité parmi les épouses qui ont obtenu la nationalité française15. Néanmoins, un grand nombre d’épouses affrontaient le risque sans perdre jusqu’en 1973 leur nationalité américaine. Pourquoi ? Parce que l’acquisition de la nationalité « autre » peut résulter d’un automatisme. L’Américaine dispose de la possibilité d’exciper de nécessités professionnelles, de sa bonne foi ou d’on ne sait quelle distraction. Encore une fois, voilà une mine de bonnes affaires pour les avocats et de tracas interminables pour les administrés. Ce n’est pas le cas des hommes. Ils devaient passer par la naturalisation jusqu’en 1974. Ils perdaient, en conséquence, leur nationalité américaine. Nous n’avons interviewé que deux Américains qui l’ont fait effectivement, et tous les deux ont perdu leur statut de citoyen américain.

25La législation des États-Unis et celle de la France sur la nationalité ressemblent à des maquis juridiques, dans lesquels les Américains de France tâchent de ne pas se perdre. Un dernier exemple le démontre. C’est celui des enfants, nés à l’étranger, dont l’un des parents possède la nationalité américaine et l’autre, une nationalité étrangère. Suivant la loi de 1940 (amendée en 1952, 1957, 1972, 1978 et 1986), il faut que le parent américain ait passé dix ans aux États-Unis, que l’enfant y ait séjourné cinq ans avant son 21e anniversaire. Puis, l’exigence des dix ans pour le parent tombe à cinq ans, mais les cinq années de séjour pour l’enfant doivent être continues. En 1972, il n’est plus exigé de l’enfant qu’un séjour continu de deux ans entre sa quatorzième et sa vingt-huitième année. En 1978, plus d’exigence pour l’enfant avec effet rétroactif. En 1986, la loi dispose que le parent est tenu d’avoir vécu cinq ans aux États-Unis, dont deux seulement après l’âge de 14 ans. C’est dire la complexité de la réglementation. D’ailleurs, à l’intérieur d’une même famille, plusieurs cas de figure sont possibles.

  • 16 Voir Jacqueline Costa-Lascoux, De l’immigré au citoyen, Paris, La Documentation française, Notes et (...)

26Il convient aussi d’établir des distinctions entre l’assimilation, l’intégration et l’insertion16. Entre ces trois notions, la différence repose, comme chacun sait, sur des nuances plus ou moins fortes. S’agissant des Américains, les cas d’assimilation sont rares ; c’est l’intégration qui correspond le mieux à l’observation. Ce qui suppose qu’on analyse de près leur connaissance de la langue et de la culture française, leur vie professionnelle et personnelle, les liens qu’ils conservent ou qu’ils nouent avec l’un et l’autre des deux pays, leur participation à la vie politique et civique en France et aux États-Unis, la scolarisation de leurs enfants, etc. Il n’empêche que la différence est très sensible entre les Américains et les Américaines.

  • 17 Voir A. Parmentier, Étude sur les mariages franco-américains en France, in Documents Hommes et Migr (...)

27Un Américain, enraciné en France depuis plusieurs années, confie que « Les hommes go native ». C’est dire que les hommes se fondent dans le milieu ambiant. Mariés à une Française, ils ont tendance à laisser leur épouse prendre en charge la vie familiale et l’éducation des enfants. Pourtant, nombreux sont les Américains, installés depuis longtemps en France, qui restent américains à 100 %, même si leur femme et leurs enfants sont français. L’Américaine, elle, mérite de retenir l’attention et fait comprendre la complexité de toute enquête. Si elle est célibataire et exerce des responsabilités dans une entreprise américaine, elle vit dans les mêmes conditions qu’un Américain. Si elle est l’épouse d’un Américain, travaille ou ne travaille pas à l’extérieur, son degré d’intégration sera largement limité. En revanche, si elle s’est mariée à un Français, la voilà contrainte d’affronter bien des problèmes. A elle de résoudre les problèmes de l’adaptation. Il faut apprendre à parler le français correctement, suivre le cursus scolaire et universitaire des enfants, participer à la recherche d’un appartement et d’un emploi, s’initier aux arcanes de la bureaucratie française. La connaissance du français, l’accès éventuel à un emploi, oui bien sûr ; mais aussi les rapports avec ses propres enfants. Eux, sont des Français à part entière. L’école, les distractions, la famille du père, la société en général ont façonné, qu’ils le veuillent ou non, que leur mère l’accepte ou le refuse, leur comportement, leur culture, en un mot leur identité. La mère américaine se métamorphose en une mère immigrante, c’est-à-dire une femme qui a perdu l’essentiel de son passé, qui fait figure à juste titre d’étrangère et tâche de transmettre tant bien que mal un peu de sa langue et de ses coutumes. Un voyage aux États-Unis peut stimuler le bilinguisme, tout autant que les nécessités scolaires ou les modes culturelles. Une autre difficulté attend l’Américaine. Dans son pays natal, le statut d’une personne découle de ses activités professionnelles, étant entendu que le travail donne accès au statut d’adulte. Celui ou celle qui ne travaille pas demeure une personne dépendante, vaguement comparée à un enfant. En France, la famille occupe une place plus importante et le statut social repose sur les fondements plus diversifiés. L’Américaine qui, en dépit de sa formation universitaire, malgré peut-être ses hautes qualifications, ne parviendrait pas à entrer sur le marché du travail, doit se replier sur sa famille, ce qui n’a rien de méprisable en France, mais entraînerait aux États-Unis un abaissement de son statut social. Comme si ces problèmes ne suffisaient pas, l’Américaine noue des rapports étroits ou conflictuels avec sa belle-famille, bien plus présente dans la société française que dans la société américaine17.

28Encore une fois, pourtant, il faut se garder d’aller trop vite vers des conclusions définitives. L’exemple que voici incite à la prudence. Cette jeune femme est venue en France avec son père qui fuyait les effets du maccarthysme. Elle avait alors 15 ans. Elle a terminé à Paris ses études secondaires, mené à bien des études médicales. Elle est aujourd’hui mariée à un Français et a donné naissance à deux fils. Ses frères et sœurs vivent à Paris. Elle est retournée une seule fois aux États-Unis depuis 23 ans. Elle parle anglais couramment, mais le français est devenu sa langue naturelle et familiale. L’intégration est totale ; l’assimilation ne laisse guère de doutes. Deux autres femmes ont immigré dans les années cinquante, l’une pour étudier en France, l’autre pour occuper un emploi à l’Ambassade des États-Unis. Elles ont épousé des Français. Or, elles ont beau avoir l’une et l’autre des diplômes de l’enseignement supérieur, elles ne sont pas parvenues à obtenir un emploi. Elles le regrettent, tout en soulignant que leur bonheur familial n’est nullement en cause. Peut-être est-ce à titre de compensation : elles tiennent un rôle primordial dans des organismes philanthropiques de la communauté américaine. Intégration, oui ; assimilation, non.

29Les associations jouent, en effet, un rôle de premier plan dans l’intégration à la société américaine, même si elles ont pour but de préserver une forme d’identité américaine. Ce qui caractérise « la colonie américaine », c’est le nombre élevé d’associations en tous genres. L’Ambassade des États-Unis publie une liste qui, suivant le préambule, n’est pas exhaustive. Les unes touchent à l’aide sociale ; les autres sont des clubs de femmes, et des clubs tout court, des associations d’anciens combattants, des organisations politiques, religieuses, etc. On n’en finirait pas de dresser le tableau de cette riche vie associative. En 1954, leur nombre s’élève à plus de 300 : l’École américaine, sans oublier l’Université américaine, l’Église catholique, la Cathédrale américaine (d’obédience anglicane), l’Église protestante, la synagogue libérale anglophone, l’Hôpital américain, la Chambre américaine de commerce, la Bibliothèque américaine, les Scouts américains. l’Association des Américains résidant à l’étranger, l’Association des épouses américaines d’Européens, la Société d’aide aux Américains, des associations franco-américaines qui ont pour but de protéger les arts, de stimuler les échanges entre les deux pays, de promouvoir des programmes culturels, les Démocrates à l’étranger, les Républicains à l’étranger, etc... Chacune a pour but de réunir les bonnes volontés, de provoquer des rencontres amicales, de susciter une vie collective et sociale de bon aloi qui rappelle l’outre-Atlantique tout en prodiguant des conseils pour la vie en France. Impossible d’être complet sur ce chapitre. Toute liste est lacunaire. Somme toute, tandis que les Européens attendent de leur gouvernement qu’il mette sur pied des organismes sociaux, les Américains, eux, bâtissent des structures qui remplissent cette tâche et jouent la carte de la solidarité entre les individus que réunissent des associations.

Manifestation devant la Cathédrale américaine de Paris. (coll. part.)

30L’enquête revêt ici toute sa valeur et son originalité, lorsqu’on retrace des itinéraires individuels, que la déontologie contraint à laisser anonymes. Mme A... est née en 1948 à Baltimore. Elle est de nationalité américaine, parle seulement le français à moins qu’elle ne se trouve en compagnie d’amis anglophones et de membres de sa famille. Il faut ajouter qu’elle parlait déjà français avant son arrivée en France qui remonte à 1962. Mme A... est psychiatre. Elle lit Le Monde, n’a pas d’affiliations politiques ni en France ni aux États-Unis. Elle ne tient aucun rôle dans la communauté américaine. Un exemple réussi d’intégration ? Certainement, encore que Mme A... évoque, non sans amertume, les graffiti « USA Go Home », des événements qui ont affecté les relations franco-américaines comme la guerre de Corée, l’affaire des Rosenberg, la crise de Cuba, mai 1968. Et Mme A... rencontre les difficultés de la transplantation. En France, elle est sous-employée faute d’avoir acquis la nationalité française. Aux États-Unis, elle ne pourrait pas exercer son métier parce que son diplôme est français.

31M. B... vient de Chicago. Il a quarante-trois ans, habite le 17e arrondissement de Paris et exerce les fonctions de cadre dans une grande entreprise. Sa formation universitaire, il l’a acquise en Allemagne et en France. Mais s’il a choisi de vivre en France, c’est qu’il a épousé une Française. Il a conservé la nationalité américaine et se rend assez souvent aux États-Unis en compagnie de sa femme et de leurs enfants. Il parle français au travail et à la maison. Sa vie à Paris le satisfait pleinement. Autre exemple d’intégration réussie ?

32Mme C... est née en 1938 à Los Angeles. Elle jouit de la double nationalité. Ses études, elle les a faites en France. Elle parle français chez elle, anglais avec son fils et quelques amis, lit Le Point, La Maison Française, Newsweek, se rend tous les trois ans aux États-Unis où elle a conservé des liens familiaux. Elle travaille dans l’immobilier et pense que ses talents professionnels sont bien utilisés en France. Elle vote en France et aux États-Unis, milite dans l’Association des épouses d’Européens. Son identité ? Un mélange d’identité américaine et d’identité française.

33M. D... est né en 1922 dans l’État de Georgie. Il a débarqué en France en juin 1944 et servait sous les ordres du général Patton. Dans les années cinquante, le voici de retour en France. Il travaille pour une entreprise américaine, épouse « une jolie jeune Française ». Leur fille, adulte, mariée, habite les États-Unis. M. D... est très actif dans plusieurs associations d’anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale. Suivant les circonstances, il parle anglais ou français, lit The International Herald Tribune, tandis que sa femme, bilingue également, préfère Le Figaro. Il conserve la nationalité américaine et déclare sans hésiter : « Je suis américain à 100 % ». Une intégration limitée ?

34On pourrait allonger la liste des exemples. Et c’est dans ce domaine qu’il faudrait poursuivre l’investigation, questionner sur les lectures et la culture des uns et des autres, sur la mémoire familiale, sur les changements qui marquent la deuxième génération. Car, en fin de compte, la colonie américaine de Paris n’a rien d’homogène. Les généralisations ne satisfont pas, encore que l’on puisse dégager quelques tendances. Peut-être cela tient-il à un fait que l’observation confirme. Les Américains de Paris ont, bien entendu, des points communs, mais beaucoup de différences les distinguent les uns des autres. Ils forment un ensemble qui échappe à l’analyse systématique. Est-ce le résultat de leur petit nombre ? De leur niveau socio-économique et culturel ? De leur parenté, plus ou moins étroite, avec les Français ? Leur exemple montre qu’aujourd’hui, l’océan Atlantique forme moins une barrière qu’un lien que renforcent les relations politiques, économiques et culturelles.

Notes

1 Le département d’État élabore chaque année depuis 1954 un rapport qui fournit le nombre des Américains résidant dans tel ou tel pays. En France, les chiffres lui sont communiqués par la police. En fait, le gouvernement américain dispose de deux moyens très sûrs pour garder le contact avec ses ressortissants établis à l’étranger : le renouvellement des passeports et les déclarations de revenus. Les deux sont d’ailleurs liés, dans la mesure où un passeport n’est renouvelé que si son détenteur a déclaré ses revenus et payé ses impôts. Depuis cette année, l’information rend plus difficile encore d’échapper au contrôle fiscal. Pourtant, les informations détenues par l’Internai Revenue Service, 1RS, ou le service des passeports sont strictement confidentielles et ne peuvent être divulguées qu’à la suite d’une décision judiciaire.

2 Annuaire statistique de la Ville de Paris et des communes suburbaines de la Seine (1955-1956) et ministère de l’Intérieur (1973).

3 Ministère de l’Intérieur (1973), nombre d’étrangers par département.

4 Impossible d’obtenir une explication officielle de cette anomalie statistique, y compris auprès du SHAPE à Bruxelles pour ce qui concerne les mouvements de troupes. L’explication la plus probable reste une différence de comptabilisation d’une année sur l’autre.

5 Office National de l’Immigration, rapport interne. Pour des chiffres récents et complets, voir André Lebon, Immigration et présence étrangère en France, 1990-1991. Les données, les faits. Ministère des Affaires sociales et de l’Intégration, direction de la population et des migrations, octobre 1991.

6 Thèse de troisième cycle, École des Hautes Études, La Sorbonne, 1974. Voir aussi Solange Petit, Les Américains à Paris, Paris, Mouton, 1975.

7 Le creuset français : histoire de l’immigration xixe-xxe siècles, Paris, Éditions du Seuil, 1988.

8 Cette remarque découle de l’observation des enquêteurs. Elle ne vaut pas, bien évidemment, pour celles et ceux qui ont accepté de donner leur témoignage et qu’il convient de remercier.

9 Ces itinéraires ont été reconstruits à partir d’entretiens ou des réponses à des questionnaires écrits.

10 Les cadres supérieurs bénéficient souvent de l’aide d’agences spécialisées qui s’occupent de leurs problèmes de logement, de la paperasserie, etc.

11 Sur les divers aspects du mariage franco-américain et sur le bilinguisme des enfants nés de ces mariages, voir Gabrielle Varro, La femme transplantée, Lille, Presses de l’Université de Lille, 1984.

12 Parvenus à l’âge adulte, les enfants des couples franco-américains acquièrent un niveau variable de bilinguisme et de biculturalisme, mais ils sont presque toujours plus ou moins bilingues.

13 Les informations sur les artistes et les mécènes proviennent exclusivement des entretiens qui ont été menés auprès des Américains de Paris.

14 Entre 1946 et 1974, les épouses étrangères des Français ont droit automatiquement à la nationalité française. Après 1954, elles peuvent refuser la naturalisation. En 1974, la loi change, et les conjoints américains peuvent faire une déclaration de nationalité française. Pour un éclairage plus complet, voir La nationalité française : textes et documents, Paris, La Documentation française, 1985, et Être français aujourd’hui et demain, rapport de la commission de la nationalité présenté par Marceau Long au Premier Ministre, Paris, Union générale d’éditions (10/18), 1988.

15 Dans tous les cas, le problème majeur pour les Américain(c)s marié(e)s à un conjoint français était, jusqu’en 1990, d’obtenir la nationalité américaine pour les enfants nés de cette union. En effet, la loi américaine reconnaît le droit du sol, pas le droit du sang. Elle fait obligation pour tout Américain né à l’étranger de justifier de plusieurs années de résidence aux États-Unis après l’âge de 14 ans. Cette résidence obligatoire vaut aussi pour le parent américain qui doit avoir vécu dix années aux États-Unis, dont cinq après 16 ans, pour pouvoir transmettre la nationalité américaine à ses enfants. En 1978, la loi abolit l’obligation d’être résident aux États-Unis pour les enfants. En 1986, le nombre d’années de résidence obligatoire pour le parent américain est réduit à cinq ans après l’âge de 14 ans. Informations transmises par les avocats de l’Association des Américains Résidents Outre-Mer (AARO). Cf. U.S. Immigration and Nationalité Act of 1940, amended 1952. 1972. 1978. and 1986.

16 Voir Jacqueline Costa-Lascoux, De l’immigré au citoyen, Paris, La Documentation française, Notes et études documentaires n° 4886, 1989, pp. 11-12.

17 Voir A. Parmentier, Étude sur les mariages franco-américains en France, in Documents Hommes et Migrations, n° 890-15 septembre 1975. Le rôle du mari et de la belle-mère est capital dans l’adaptation de l’épouse américaine en France.

Table des illustrations

Légende Déjeuner de l’Association des Femmes américaines (AAWE) avec Simone Veil (juin 1990). (Cliché Carolyn White Lesieur)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Légende Le vote des Américains en France (octobre 1975). (C. P.)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/978/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Manifestation devant la Cathédrale américaine de Paris. (coll. part.)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/978/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 962k

© Publications de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable