Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paris des étrangers depuis 1945

 | 
Antoine Marès
, 
Pierre Milza

Les Géorgiens de Paris, une communauté atypique

Charles Urjewicz

Texte intégral

1La communauté géorgienne de Paris, quelques centaines de personnes – le fichier de la communauté compte 300 noms –, est certainement la plus petite et l’une des plus atypiques de toutes celles qui sont évoquées à ce colloque. Il reste que l’histoire de cette communauté, tout comme l’histoire de la diaspora géorgienne, reste à écrire. Longtemps frappée du sceau de la censure durant l’époque soviétique, l’histoire de l’émigration géorgienne a suscité un intérêt limité en Géorgie soviétique : quelques individus isolés, dont le cinéaste Revaz Taboukachvili, ont osé approcher la communauté géorgienne de France. Avec la péréstroïka, l’intérêt pour cette communauté chargée d’histoire, et devenue littéralement mythique à force d’occultation, grandit. De nombreux articles paraissent dans la presse géorgienne, tandis que tout Géorgien se rendant en France s’engage dans un pèlerinage qui, de l’église géorgienne de la rue de la Rosière, à Paris, le conduit à Leuville sur Orge, dans l’Essonne, où se trouve le cimetière géorgien. Le château de Leuville fut longtemps la résidence du Gouvernement en exil, avant de devenir un centre de retraite où quelques dizaines de Géorgiens de France finissent leurs jours.

  • 1 Cf. Cl. Mouradian, Cl. Weill, Ch. Urjewicz, « Les étudiants du Caucase en Allemagne, 1900-1914 », (...)
  • 2 La correspondance de N. Nikoladzé, porte en en-tête son adresse parisienne Paris, 45, rue de Seine (...)

2Le peuple géorgien est l’un des peuples les plus sédentaires de la planète. Dotés d’une terre riche, relativement épargnés par une histoire qui fut tragique pour nombre de leurs voisins, les Géorgiens n’ont jamais ressenti le besoin de fuir leur pays, terre de légendes, qui fut la Colchyde des Grecs. Lorsque les Géorgiens furent contraints de s’expatrier, ce fut à la suite de violences perpétrées par l’occupant du moment : une importante communauté géorgienne, les gourdji, dont les ancêtres avaient été chassés au xviie et au xviiie siècle, vit aujourd’hui en Iran. Malgré les progrès de l’assimilation, en particulier depuis le début de ce siècle, beaucoup d’entre eux gardent encore la mémoire de leur terre. De nombreux Turcs d’origine géorgienne vivent sur le bassin de la Mer Noire, en particulier dans la région de Trébizonde, à proximité de la Géorgie, qui appartint autrefois à la zone d’influence géorgienne. Au xixe siècle, lorsque commencent les grandes migrations qui accompagnent la modernisation de l’empire russe, les Géorgiens échappent à la règle : ils se contentent de migrations internes, passant de la partie occidentale du pays, surpeuplée et bientôt ruinée par une épidémie de phylloxéra qui détruit la vigne à la fin des années 1880, à la région de Tiflis, centre politique du Caucase et siège de la vice-royauté mise en place par Petersbourg en 1845. Dans la seconde moitié du xixe siècle, de nombreux étudiants géorgiens prennent le chemin des universités russes avant de se tourner vers l’Europe occidentale ; nombreux en Allemagne1 et en Suisse, ils sont moins attirés par la France où séjournent néanmoins certains des plus grands esprits du temps, en particulier l’écrivain et journaliste Niko Nikoladzé (1843-1928), collaborateur du Kolokol d’Alexandre Herzen, qui est à Paris au cours des années 18602. Devenue l’un des centres du mouvement révolutionnaire de l’empire russe, la Géorgie voit de nombreux militants socialistes s’exiler en Europe occidentale : la Suisse reste un centre actif, tandis que la France, dont la culture et le passé révolutionnaire fascinent plus d’un Géorgien, ne voit pas la formation d’une importante communauté d’exilés et d’étudiants.

3Le 26 mai 1918, après plus d’un siècle d’occupation russe, la Géorgie proclame son indépendance. Mais la France renâcle à reconnaître un pays dirigé par des socialistes qui, pour mieux se protéger du danger turc, s’est placé sous la protection de l’Allemagne. Les artistes géorgiens se rendent à Paris : les peintres Goudiachvili et Kakabadzé, deux des plus grands artistes géorgiens de ce siècle, y séjourneront de 1920 à 1928. Présente à Constantinople après la défaite de l’Empire ottoman, la France est représentée à Tiflis par un Haut commissaire, Chevalley, qui ne cache pas une réelle sympathie pour la cause géorgienne. Le 16 février 1921, prétextant une « insurrection ouvrière et paysanne », l’Armée rouge traverse la frontière géorgienne. Le 25 février, la capitale, Tiflis, tombe. Bientôt, il ne reste plus aux autorités géorgiennes que l’exil. Fin mars, un paquebot français emporte les ministres du gouvernement Jordania, de nombreux parlementaires et hommes politiques accompagnés de leurs familles, à Istanbul, première étape avant leur installation définitive en France.

4Les autorités françaises, en particulier celle dont l’avenue où nous nous trouvons porte le nom, Louis Georges Mandel (1885-1944), ont facilité l’installation de ceux qui fuyaient le bolchevisme : sociaux-démocrates, qui se trouvaient à la tête du gouvernement géorgien issu des élections de 1919, nationaux-démocrates, socialistes-fédéralistes, socialistes-révolutionnaires.

5Petit à petit, les familles rejoignent maris et pères ; certaines après plusieurs années passées à Istanbul où commence un processus d’apprentissage de la langue, en particulier grâce à la scolarisation des enfants dans des écoles françaises. Quelques centaines de Géorgiens s’installent alors à Paris, mais une petite communauté prend souche à Sochaux-Montbéliard où elle a trouvé du travail chez Peugeot. Hormis le noyau politique formé par le Gouvernement en exil et la direction des partis politiques, la plupart vont tenter de trouver du travail : les Géorgiens introduisent, parallèlement aux Bulgares, la production artisanale de yaourt ; quelques dizaines deviennent chauffeurs de taxi. Communauté pauvre, qui compte peu de membres fortunés. Les quelques « millionnaires » entretiennent les familles plus démunies, tandis que se développe le travail féminin, en particulier parmi les épouses de militants auxquels leur parti ne peut assurer de revenus réguliers.

6Cette petite communauté, qui compte les responsables politiques géorgiens les plus prestigieux, continue de jouer un rôle politique important. En septembre 1924, pourtant, la sanglante défaite de l’insurrection organisée par le Comité paritaire qui rassemble depuis 1922 toutes les forces d’opposition au bolchevisme, provoque un profond traumatisme dans une communauté qui vit dans l’espoir de rentrer rapidement dans une « Géorgie enfin libérée du bolchevisme ». Quelques dizaines de combattants réussissent à rejoindre la France. Jusqu’à la fin des années 1920, avant que la Géorgie ne sombre dans la terreur stalinienne, les liens ne sont pas totalement coupés avec la mère patrie. La communauté est placée devant un choix douloureux : il lui faut « s’installer », accepter la cruelle vérité d’un exil qui pourrait être long.

7L’entrée en guerre de l’URSS provoque une fracture profonde dans une communauté partagée entre « la volonté de libérer la patrie par tous les moyens » et la répulsion que le régime nazi provoque chez certains. D’aucuns sont tentés de profiter de l’opportunité de l’attaque allemande : nationalistes fascinés par l’image d’ordre et d’efficacité de l’Allemagne hitlérienne, naïfs offrant leurs services pour prix de la liberté de leur patrie. Quelques centaines de jeunes Géorgiens partent alors se battre dans la Légion géorgienne, formant deux bataillons allemands de bergman (chasseurs alpins). Peu reviendront d’une hécatombe voulue par les nazis qui considèrent ces volontaires comme de la chair à canon.

8Cette communauté, qui comprend certes une majorité d’orthodoxes, compte un seul musulman originaire d’Adjarie, mais également quelques familles de confession catholique et Israélite, et va réussir à préserver les Juifs de la déportation grâce au dévouement de certains de ses membres.

9Dès l’année 1943, et jusqu’à la fin de la guerre, des Géorgiens prisonniers soviétiques des Allemands sont libérés grâce à l’intervention de la communauté. Quelques centaines parviennent à Paris.

10A la Libération, peu de poursuites sont engagées contre les Géorgiens ayant servi sous l’uniforme allemand, la plupart ayant servi hors des frontières de l’Hexagone, à l’exception de ceux qui se sont distingués dans la Légion des Volontaires Français et dans la division SS Wallonie du Belge Degrelle. Des Géorgiens, soldats soviétiques prisonniers de guerre des Allemands, choisissent de ne pas rentrer. En apportant un peu de la terre du pays, ils revitalisent une communauté qui vit en cercle fermé depuis plus de vingt ans. Mais, la présence de ces hommes, jeunes pour la plupart, ne semble pourtant pas avoir permis à la communauté de mieux comprendre la réalité de la Géorgie soviétique, de se libérer des mythes dont elle se nourrit depuis la fin des années 1920.

11En 1947, pourtant, cédant aux sirènes de la politique soviétique, engagées dans une vaste opération de séduction à l’égard des émigrations originaires du territoire soviétique, quelques familles, soit quelques dizaines de personnes, décident de rentrer en Géorgie. Certains sont fusillés immédiatement après leur arrivée, les autres croupissent dans les camps jusqu’à la mort de Staline.

12La communauté s’est installée dans des rituels qui semblent immuables : la célébration du 26 mai, jour de l’indépendance, en compagnie des représentants des autres « peuples asservis de l’URSS », Arméniens, Ukrainiens, Baltes, permet de rassembler le plus grand nombre, tandis qu’un programme folklorique tente de perpétuer les traditions ; c’est à l’église, malgré la religiosité très modérée de la communauté géorgienne, que se déroule une partie importante de la vie sociale. L’émigration et les nécessités de la lutte anti-bolchevique ont gommé l’anticléricalisme traditionnel de beaucoup de socialistes de toutes obédiences. La vie politique, encore relativement active, est essentiellement l’apanage des générations plus anciennes, bien que certains « soviétiques » aient rejoint les différents partis. Après la guerre, on compte jusqu’à 17 publications politiques et littéraires dans ce petit microcosme totalement coupé de la terre patrie. Malgré les contacts informels noués avec de hauts fonctionnaires proches de Béria, à la recherche d’informations confidentielles au sein d’une communauté où certains militants socialistes d’avant 1917 ont connu Staline, l’on se méfie systématiquement des « soviétiques ». La vie politique semble immuable, les thèmes de discussion éternels : le paysage politique s’est encore étoffé : sociaux-démocrates, socialistes fédéralistes ; nationaux démocrates, anarchistes, royalistes membres de l’Action géorgienne.

  • 3 Nous remercions vivement M. Luc Legoux de nous avoir communiqué les résultats de ses recherches.

13La déstalinisation marque une rupture majeure dans une communauté qui compterait, d’après l’OFPRA3, entre 719 personnes en 1955, 1066 en 1960, 287 en 1971 : les premiers voyages deviennent possibles malgré des blocages de différents ordres ; matériels, psychologiques, politiques. Pour beaucoup, se rendre en Géorgie, c’est faire acte de reconnaissance de l’ordre soviétique. Pour d’autres, c’est le refus de regarder en face une réalité qui pourrait contredire le mythe d’une Géorgie idéale et martyre, transmis dans les familles depuis des décennies. Quelques familles décident de rentrer au cours des années 1960. Elles ne sont pas mues, à l’exception d’une ou deux d’entre elles, par des considérations idéologiques, mais par la volonté de rejoindre la terre des ancêtres.

14Le sport – grâce au dynamisme du football géorgien, au tennisman Metreveli – va permettre de multiples ouvertures : tournées, voyages en Géorgie. Pour les Français, la Géorgie commence à se distinguer de la Russie. Mais cette ouverture va de pair avec une assimilation qui affaiblit la communauté géorgienne : mariages mixtes, perte d’identité se multiplient alors que la Géorgie soviétique reste lointaine et inaccessible.

  • 4 Le système religieux de la Géorgie païenne, P. 1968 ; Introduction à l’étude la féodalité géorgien (...)

15La petite communauté géorgienne ne trouve pas en son sein les forces nécessaires à une meilleure connaissance de sa patrie d’origine : difficultés pratiques, mauvaise connaissance du pays, blocages face au système communiste. Un savant français d’origine géorgienne, Georges Charachidzé, se distingue : professeur de géorgien à l’INALCO, historien, anthropologue et linguiste, il permet une meilleure connaissance de la Géorgie, qu’il replace dans le cadre du Caucase, grâce à ses travaux4.

16Mais la connaissance de la Géorgie contemporaine se fera essentiellement grâce à des Géorgiens de Géorgie : cinéastes, tel Otar Iossélani, devenu un réalisateur français ; troupes de théâtre dont les tournées permettent la découverte d’une langue et d’une culture. Les années 1970 et 1980 sont l’âge d’or de la Géorgie à l’étranger, en particulier en France, tournées de théâtre, expositions, rétrospective du cinéma géorgien (1988-1989) au Centre G. Pompidou. Toutes ces initiatives sont venues de Tbilissi ou de Paris.

17La péréstroïka, puis le développement du mouvement national en Géorgie provoquent de grandes remises en cause ; prise de conscience nationale d’une jeunesse pratiquement assimilée à la société française, choc émotionnel après le 9 avril 1989, lorsque les troupes soviétiques procèdent à un véritable massacre au centre de Tbilissi. Mais la communauté va connaître sa première fracture irrémédiable après la révolution politique qui survient en Géorgie à la suite de la victoire d’un ancien dissident, Zviad Gamsakhurdia, en octobre 1990. Pour la première fois de son histoire cette communauté, pourtant accoutumée aux luttes politiques, se divise, perdant encore un peu plus de sa vitalité.

18Cette communauté, après avoir joué un rôle symbolique important pour les Géorgiens de Géorgie à la recherche d’un ancrage en occident, a-t-elle encore les forces nécessaires afin de faire face aux attentes d’un petit pays aujourd’hui isolé et en butte au chaos. N’est-elle pas, malgré une longue et vigoureuse résistance à l’assimilation, en train de se diluer dans la société française ?

Notes

1 Cf. Cl. Mouradian, Cl. Weill, Ch. Urjewicz, « Les étudiants du Caucase en Allemagne, 1900-1914 », In Russes, Slaves et Soviétiques, palles d’histoire offertes à Roger Portai, Paris 1992. p. 369-392.

2 La correspondance de N. Nikoladzé, porte en en-tête son adresse parisienne Paris, 45, rue de Seine. I ; pe repisi N. Ja. Nikoladze s russkimi i zarubežnymi literaturno-obščestvennymi dejateljami, Tbilisi. 1980. p. 55-67.

3 Nous remercions vivement M. Luc Legoux de nous avoir communiqué les résultats de ses recherches.

4 Le système religieux de la Géorgie païenne, P. 1968 ; Introduction à l’étude la féodalité géorgienne, P. 1971, Prométhée ou le Caucase, P. 1986, La mémoire indo-européenne du Caucase, P. 1987.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable